De la fiction à la réalité

Tintin

.

N’était-il pas troublant de voir que plusieurs séries télévisées américaines avaient très clairement illustrées l’attaque des deux tours du Trade World Center de Manhattan, avant que l’événement eut lieu le 11 septembre 2001 ?

Les attentats du 11-Septembre expliqués en 5 minutes :

https://www.youtube.com/watch?v=tnWAugpHGCI

Mais aussi plusieurs films tels que  « retour vers le futur » sorti en France en 1986 !

https://www.youtube.com/watch?v=KRB0dsiCLO8

Doit-on en conclure, que vu le nombre de faits similaires qui passent à travers nos médias, sur les prochains Jeux Olympiques de Londres, il faut aussi s’attendre à un attentat ? La cérémonie d’Ouverture des Jeux olympiques de Londres se tiendra le 27 juillet 2012, soyons sur nos gardes ! Ne verrait-on pas plutôt the Tower Bridge être visé au lieu du métro londonien ou d’une bombe sale dans un stade….?

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=kFHcOw9INj4

ARCHE_LA_DEFENSE

Selon Paul Craig Roberts, le « 11 septembre » était le produit des néoconservateurs, dont nombre d’entre eux sont des alliés de juifs d’Israël avec Dick Cheney et de Saoudiens. L’objectif n’était-il pas de fournir le nouveau Pearl Harbour dont les néoconservateurs avaient besoin pour lancer leurs guerres de conquête au Moyen-Orient ? Cet attentat restera longtemps une énigme, tout autant que  la conquête de la lune. Car pourquoi donc l’ingénieur de la NASA Kelly Smith nous indique qu’ils n’ont pas encore réussi à faire voyager des hommes au delà de la ceinture de Van Allen ?

 

lune.gif

Advertisements

57 commentaires sur “De la fiction à la réalité

  1. tarci dit :

    L’écrivain Tom Cain a écrit un scénario où des terroristes d’Al Qaeda cible la ville de Londres lors des jeux olympiques.

    Le stade olympique est sous haute garde, les services secrets et les forces policières ont envisagé toutes les possibilités et tous les préparatifs ont été révisés. Le système de reconnaissance faciale est en place, les caméras scrutent tous les membres de la foule, les chiens renifleurs passent chaque millimètre carré du site olympique à la recherche d’explosifs. Dans le ciel de Londres, des drones épient tous mouvements suspects. Des hélicoptères équipés de capteurs de fréquences balayent la ville depuis les airs, recherchant les rayons gamma qui signifieraient un dispositif nucléaire. Tout a été pensé et pourtant, il pourrait encore y avoir de mauvaises surprises.

    Ils viennent de recevoir une alerte du centre de surveillance du gouvernement, une hausse soudaine du trafic des communications entre militants connus du mouvement fondamentaliste islamique. Un courriel a attiré l’attention d’un superordinateur du centre de surveillance. Envoyé à partir d’un iPhone appartenant à un adorateur de l’une des mosquées de Londres, on pouvait lire « Have collected those old 90s records. Taking them to the party ».

    Le message semblait parfaitement innocent, mais les deux chiffres et les deux lettres placés consécutivement: 9-0-s-r, forment le symbole chimique d’une substance appelée le strontium 90.

    Le strontium avait été trouvé sur la côte arctique de la Russie. La substance avait servi à alimenter une série de phares érigés par le gouvernement soviétique dans les années post-communistes. Récupéré par un gang de la mafia russe, le strontium a été vendu à des agents d’Al Qaida combattant aux côtés des rebelles islamiques en Tchétchénie. Ils l’ont placé dans un cercueil de plomb, ce qui a rendu la radiation indétectable, en direction du Royaume-Uni en tant que conteneur de matériel agricole.

    Comment dangereuse est la substance, que ferait l’explosion du Strontium? Les personnes exposées à des doses élevées à la poussière radioactive meurent. Les autres, dont l’exposition est moins importante, contracte une maladie et peuvent réussir à survivre.

    La bombe a finalement été trouvée dans la cabine d’un bateau, tout près du site olympique. Il y avait un minuteur sur la masse de C4 et de strontium 90, et 48 secondes avant l’explosion…

    http://www.dailymail.co.uk/news/article-1262668/Olympic-Armageddon-Top-thriller-writer-imagines-terrorist-attack-London-2012-Games.html

  2. tien dit :

    La vérité sur Ben Laden, al Qaida et le 11 septembre :

    http://nemesistv.info/video/R3AN4HMGBY7B/oussama-ben-laden-l-histoire-secrete-du-11-septembre-al-qaida-de-1993-a-2001#sthash.BUrbLka3.dpbs

    Seymour Hersh, le journaliste d’enquête vedette aux USA n’a pas hésité à dévoiler que le gouvernement américain a délivré un « énorme mensonge » et « qu’il n’y a pas un mot de vérité là-dedans » au sujet de l’élimination d’Oussama Ben Laden le 2 mai 2011.
    http://www.brujitafr.fr/2016/05/des-journalistes-americains-denoncent-enfin-l-escroquerie-de-ben-laden-et-du-11-septembre-2001.html
    Un autre mystère entoure le sort des 21 hommes impliqués dans la traque d’Oussama Ben Laden. Pourquoi sont-ils tous morts aujourd’hui ?
    http://www.brujitafr.fr/article-21-seal-qui-ont-participe-a-la-traque-de-ben-laden-sont-morts-114455824.html

    Le site d’ Aaron Russo :
    http://freedomtofascism.com/

    Interview avec les sous-titres :

  3. tarci dit :

    Les films semblent vouloir nous prévenir de certains événements ! Comme celui « 2012 » !
    quand on voit ce qui arrive par exemple en Thaïlande et au Vietnam :

    http://www.wmaker.net/etreinformer/Apres-la-Thailande-la-terre-s-ouvre-au-Vietnam_a3897.html

  4. propane dit :

    Relisez Tintin et l’affaire tournesol page 51 …

  5. Line dit :

    Dans le milieu de la chanson on décèle la même emprise ! C’est ainsi que l’on retrouve dans les textes des chanteurs des mots tels que « rain man », « illuminati », « nouvel ordre mondial », « umbrella ella » etc…Et les clips vidéo sont remplis de symbolisme franc-maçonnique : l’oeil de la providence, la pyramide, le damier noir et blanc…..

    Pourtant ce qui est planifié par les illuminati c’est pour Satan. Ils croient qu’Adam et Eve étaient retenus comme des prisonniers dans le jardin d’Eden. Ils auraient été soi-disant libérés de leurs chaines et de l’ignorance par le don de l’intellect offert par Satan pour devenir égal à Dieu.

    Comme les taggers, les illuminati aiment parsemer partout leurs signes. Quand ils parlent de « rain man » cela n’est pas le personnage autiste du film sorti en 1988 et joué par Dustin Hoffman, mais le démon !

    Certains se réfèrent à « 3 heures du matin ». C’est en fait l’heure du démon. L’inverse de 15 h, la mort du christ sur la croix.

    L’utilisation d’artistes par les illuminati a pour but de programmer les gens d’une certaine manière. Ils tiennent à propager certains mauvais penchants, la violence, la haine. Ils cherchent à corrompre l’esprit des enfants et ados. Leur donner le sentiment que la vie ce n’est que la recherche du succès, de la richesse et du sexe.

    Les chanteurs qui se rendent compte du rôle qu’on leur fait jouer et qui cherchent à le dénoncer se font assassiner ou alors piégés : Eminem, Michael Jackson etc…

    • Tom dit :

      Le dernier album du vieillissant David Bowie « The Next Day », avec Gary Oldman et Marion Cotillard, : un clip scabreux d’Inspiration sataniste avec inversion des valeurs :

      http://vevo.ly/F5QoPq

      Pré-ados et ados devraient après çà détester la religion catholique….

  6. Benoit dit :

    Walt Disney diffuse depuis des dizaines d’années des dessins animés avec tantôt des messages sexuels,
    http://theopeneye.free.fr/le_monde_malefique_de_waltdisney.html
    tantôt satanistes (avec les mains en forme des cornes du diable) :
    -http://www.dailymotion.com/video/xbrf2r_walt-disney-satanique_news#.Ubh34EB90qY
    -http://www.dailymotion.com/video/x74pag_les-illuminati-disney-film-sataniqu_webcam

    Avec le film « planes » voilà comme nouveau héros, un avion épandeur ! Et de nombreux chemtrails !
    http://fawkes-news.blogspot.fr/2013/10/planes-le-nouveau-heros-de-disney-est.html

  7. Engel dit :


    Le Lieutenant Colonel Potter dénonce la mise en scène de Boston :
    -http://www.dailymotion.com/video/xz7lz4_le-lieutenant-colonel-potter-denonce-la-mise-en-scene-de-boston_news

    Retour sur les événements survenus à Boston le 15 avril 2013 : Ci-dessous, montage de moins d’une heure regroupant plusieurs vidéos plus courtes qui démystifie la version officielle d’un réel attentat avec de vraies victimes en analysant principalement les photos et vidéos prises au moment et juste après l’explosion des deux « bombes :

  8. Engel dit :

    Jérôme Kerviel révèle que la Société Générale aurait effectué des gains records grâce au 11 Septembre !

    « Les meilleures affaires de l’histoire de la Société Générale ont été réalisées le 11 septembre 2001. C’est ce que m’a dit l’un de mes managers. Il semble que, ce jour-là, les profits réalisés aient été colossaux ».

    Ce propos énigmatique a été formulé en 2009 par Jérôme Kerviel. En off, l’ancien trader de la Société générale avait ainsi fait savoir à Elisabeth Fleury, journaliste au Parisien, que son ancienne banque aurait effectué un gain record sur le marché boursier grâce aux retombées d’un acte terroriste. Sept jours après les évènements survenus à New York et au Pentagone, les observateurs de la vie financière avaient constaté que des mystérieux spéculateurs avaient réalisé, à travers le monde, d’importants profits en ayant misé, fin août-début septembre, sur les actions des compagnies qui seraient impactées par les attentats. Il s’agissait là du premier indice de l’accomplissement d’un vaste délit d’initiés réalisé à l’échelle mondiale et notamment sur plusieurs places boursières spécifiques: Chicago, Londres, Francfort, Milan, Tokyo, Singapour et Paris.

    En France, Laurent Fabius, alors ministre des Finances du gouvernement Jospin, avait suggéré un lien entre ces mouvements financiers et les terroristes : « Il n’est pas du tout impossible que les commanditaires des attentats du 11-Septembre soient les auteurs de cette spéculation ». « Nos systèmes informatiques ont repéré une certaine liste d’anomalies sur laquelle nous travaillons d’arrache-pied, compte tenu de la coïncidence avec les attentats », avait déclaré sur RMC le directeur général de la Commission des opérations boursières (COB), Gérard Rameix. Un proche du dossier, interrogé par la journaliste Martine Orange du Monde, reconnaissait, à l’instar de nombreux experts des transactions boursières, sa stupéfaction: « On ne peut s’empêcher d’être frappé par l’importance des volumes échangés et les secteurs choisis ».

    Quelques jours plus tard, changement de discours: la plupart des autorités occidentales indiquèrent laconiquement que les enquêtes menées n’avaient pas abouti à établir un lien entre ces spéculateurs avisés et Al-Qaïda, le groupe auquel fut rapidement imputé la responsabilité du 11-Septembre. En un mot: ce fut l’enterrement manu militari d’une affaire pouvant conduire à identifier les hommes et les femmes -vivant parmi nous et non dans les grottes de Tora Bora- qui disposaient antérieurement d’informations détaillées sur les attentats et qui ont choisi d’en tirer profit.

    Aujourd’hui, Jérôme Kerviel a été incarcéré à la maison d’arrêt de Nice et doit encore purger une peine de trois ans de prison. S’il reconnaît sa culpabilité, l’homme se plaint que l’enquête judiciaire à son endroit ait subi de nombreuses pressions occultes exercées par la Société générale.

    En 2010, l’Autorité des marchés financiers avait dédouané Robert Addison Day, soupçonné alors de délit d’initié. Ce milliardaire américain, proche des services secrets et du clan Bush, était devenu -en avril 2001- membre du conseil d’administration de la Société générale après avoir cédé à la banque française la propriété de sa société financière, basée à Los Angeles et dénommée TCW (Trust Company of the West). Celle-ci s’était spécialisée dans les CDO, produits financiers à risques composés de subprimes. A travers sa filiale américaine, la Société générale avait alors investi 40 milliards de dollars dans ces placements périlleux. En janvier 2008, juste avant que n’éclate le scandale de l’affaire Kerviel, Robert Day avait vendu pour plus de 125 millions d’euros de titres de la banque. Les pertes attribuées alors à Jérôme Kerviel -4,9 milliards de dollars- n’auraient pas été portées à la connaissance de l’homme d’affaires californien. Celui-ci ne pouvait pourtant pas ignorer le pronostic pessimiste de la Société générale à propos du marché américain des subprimes: dès novembre 2007, la banque française avait estimé leur coût à 203 millions d’euros avant de devoir réajuster, le 24 janvier 2008 -le jour au cours duquel éclata le scandale du « trader fou »- ce chiffre à 2,6 milliards d’euros.

    Soupçonné un temps, avec le responsable du pôle investissement Jean-Pierre Mustier, d’avoir frauduleusement tiré un bénéfice d’une information confidentielle, Robert Day sera finalement mis « hors de cause ». A l’instar de son prédécesseur (la COB), l’Autorité des Marchés Financiers est souvent accommodante dès lors qu’il s’agit de traquer les délits d’initié éventuellement commis par de hauts dirigeants. Depuis son départ -en 2010- de la Société générale, Robert Day se consacre désormais à ses investissements aux Etats-Unis. Quant à sa compagnie -très impliquée dans le marché israélien, elle a été rachetée à la Société générale par une puissante organisation financière liée à la CIA et proche du complexe militaro-industriel: Carlyle. Son co-PDG, David Rubenstein, a d’ailleurs récemment accordé une interview au cours de laquelle ce mécène de la communauté juive se félicite (à 13’54) de la transaction, finalisée en février 2013, entre son groupe et la banque française.

    Identifier les institutions et les individus qui se sont enrichis grâce au 11-Septembre via les places boursières a son importance: certains d’entre eux ont opéré depuis Paris et à travers des banques telle la Société générale. Michael Ruppert, journaliste d’investigation qui dévoila quantité d’informations à ce sujet était convaincu que les principaux bénéficiaires étaient les proches de certains responsables de services secrets américains, européens et israéliens qui partageaient la même pré-connaissance sophistiquée des attentats. Remonter le fil des délits d’initiés du 11-Septembre revient, in fine, à identifier le réseau des « commanditaires » comme l’avait justement fait remarquer Laurent Fabius. Le 6 octobre 2001, à Washington, ce proche de la mouvance américano-sioniste, alors ministre des Finances, avait été désigné par ses homologues du G7 « lead speaker » pour mener les échanges relatifs à « la lutte contre le financement du terrorisme ».
    http://www.panamza.com/190514-kerviel-11-septembre

    Marwan Muhammad, militant associatif et ancien trader de la Société générale, a réagi sur Twitter à l’article ci-dessus en confirmant l’existence de « consignes » spécifiques autour du 11 septembre 2001.

    • Ursule dit :


      Peu avant le 11 Septembre, de très nombreux délits d’initiés sont avérés : Entre le 6 et le 7 septembre, 4 744 options de vente « put options » portant sur les actions d’United Airlines sont achetées, contre seulement 396 acquises à l’achat. Le 10 septembre, veille des attentats, ce sont 4 516 « put options » d’American Airlines qui sont acquises, contre 748 à l’achat. « Ces niveaux sont 25 fois supérieurs à la moyenne des transactions opérées habituellement sur ces deux compa­gnies; de plus, aucune information ou fusion nouvelle ne justifiait de telles acquisitions », a déclaré le vice-président d’un des établissements les plus réputés du monde financier à Éric Laurent, qui le cite à la page 47 de son livre paru fin 2004, La face cachée du 11 Septembre (Pocket).

      Par ailleurs, on constate avant le 11/9 :
      — des niveaux élevés d’options de vente sur les actions de sociétés de réassurance susceptibles de payer des mil­liards pour couvrir les pertes dues aux attentats : Munich Re et le Groupe AXA
      — des niveaux élevés d’options de vente sur les actions de compagnies financières touchées par les attentats : Merrill Lynch & Co., Morgan Stanley, Bank of America
      — des niveaux énormes d’options d’achat sur un fabricant d’armes dont l’action a monté en flèche : Raytheon

      John Kinnucan, un cadre de Broadband Research, dit : « J’ai vu un nombre d’achat/vente plus élevé que je n’ai jamais vu depuis 10 ans que je suis les marchés, particulièrement sur les marchés d’options. »(Associated Press18-9-2001; San Francisco Chronicle 19-9-2001). Dylan Ratigan de Bloomberg Business News, parlant des mouvements sur Morgan Stanley et d’autres compagnies, a dit : « Ce serait une des coïncidences les plus extraordinaires dans l’histoire de l’humanité si c’était une coïncidence. » (ABCNews 9/20/2001)

      A écouter, « le libre journal d’Emmanuel Ratier ». A partir de 41 mn on explique qui occupait la tour n°7. Aux étages 11 et 12 on avait la SEC (The U.S. Securities and Exchange Commission) c’est à dire l’équivalent français de l’autorité des marchés financiers . De nombreuses enquêtes sur des délits d’initiés ne purent être menées à bien, les archives ayant brûlées. Le département de la défense de la CIA était aussi dans cette tour. Tout cela à mettre en parallèle avec la zone touchée du Pentagone, où y travaillaient des analystes financiers chargés d’enquêter sur la disparition de 2300 milliards de dollars du budget de la Défense. Intéressant de voir que la FEMA qui s’était occupée de faire le tri aux twin towers, était liée dès son origine à un programme de continuité de gouvernement.

      Selon Peter Dale Scott, il existerait deux réseaux. Celui de l’état public régi par les règles constitutionnels et celui du complexe militaro-industriel qui l’aurait peu à peu gangréné.

      D’autre part, pour la première fois en 33 ans, le World Trade Center change de propriétaire en avril 2001 : Larry Silverstein, homme d’affaires averti, achète pour 3,2 milliards de $ un bail de 99 ans pour la gestion du complexe. Pourtant, les Tours commencent à dater, nécessitent des travaux importants, à commencer par de coûteux travaux de désamiantage, et elles n’ont jamais été réellement rentables. Silverstein, qui a pris soin d’assurer le complexe –en incluant une clause qui couvre spécifiquement les atten­tats terroristes– pour 3,5 milliards de $, 6 semaines seulement avant le 11 Septembre, demandera ensuite que ses indemnités soient doublées, car le WTC a été la cible de DEUX attentats ! Finalement, le tribunal du district de Manhattan lui accordera un dédommagement de 4,6 milliards de $.

      https://reopen911.wordpress.com/2008/02/11/11-septembre-2001-le-plus-spectaculaire-delit-d%E2%80%99initie-jamais-survenu/

      Pour Russia Today, il n’y a pas de doute, les attentats du 11 septembre 2001 étaient un « inside job » :

      Le 8 septembre 2013, l’émission populaire « Truthseeker » (Chercheur de vérité) de Russia Today a publié ce reportage de 13 minutes intitulé « Le chercheur de vérité : le 11/9 et l’opération Gladio (E23)» :

      Agora a fait un excellent article sur le 11 septembre démontrant que ce drame a permis de vastes détournements de fonds ainsi que la destruction des données financières et l’anéantissement de l’équipe comptable du Pentagone, comme nous le confirme le témoignage détaillé d’April Gallop :
      http://www.reopen911.info/News/2012/08/29/la-parenthese-enchantee-911-il-faut-ecouter-april-gallop/

      Or, en suivant de nouveau la piste de l’argent, on observe à New York une entreprise de nature similaire. C’est un crime financier d’une ampleur insoupçonnée, préparé de longue date et dont il est possible d’identifier quelques chanceux bénéficiaires…
      http://www.agoravox.fr/actualites/international/article/11-septembre-lucky-guys-122568

  9. Benoit dit :

    11 Septembre – Le nouveau Pearl Harbor de Massimo Mazzucco :



    Et les 8 mystérieuses boites noires du 11-Septembre ! Dans cette affaire, pas une seule ligne de la version officielle ne tient debout.
    http://ilfattoquotidiano.fr/les-8-mysterieuses-boites-noires-du-11-septembre-g-chiesa/#more-1104

    Dossier très fouillé sur le 11 septembre :
    http://911declassifie.com/

    Si un avion a bien survolé de très près le Pentagone, ce n’est pas forcément lui qui l’a endommagé :

    • Luc dit :

      Il existe un documentaire étrange surfant sur la peur de l’an 2000, réalisé en 1999 par deux jeunes frères norvégiens, vivant alors dans le New Jersey. Curieusement l’un d’entre eux pointe son doigt vers le World Trade Center et affirme qu’il serait « atteint, tout là-haut. Ils s’appelleraient Tyggar Sampson Angel et Davidka Ben Angel.

      Faisaient-ils partie des dizaines de militaires appartenant au renseignement israélien qui étaient présents sur le sol américain et qui se trouvaient autour des domiciles des futurs pirates de l’air présumés du 11-Septembre ?
      http://hichamhamza.wordpress.com/le-grand-tabou/

      Leur couverture la plus récurrente : « étudiant en art ». Près de 200 Israéliens avaient été arrêtés par les autorités fédérales américaines avant d’être renvoyés sans procès à Tel Aviv, peu après l’attentat.
      http://www.telegraph.co.uk/news/worldnews/middleeast/israel/1387069/US-arrests-200-young-Israelis-in-spying-investigation.html

      Quelques traductions : « C’est ici qu’ils ont dit qu’il serait atteint, tout là-haut (0’10)… Il y en a un autre qui se dirige vers Manhattan (0’15)… Le sol ici est plutôt dur…des gens sautant des immeubles (0’35)..; Les immeubles s’effondrent, tout va exploser (0’40)… Toute la zone est en ruines (0’42)… Un groupe d’hommes du Moyen-Orient nous ont volés nos passeports et nous ont dit de ne pas nous embarrasser à rapporter l’affaire à la police… Nous avons prévenu en vain le FBI (1’/2′)…Image sur un livre relatif aux « écrits hébreux de la Kabbale » (2’20)..; Ce que vous appelez un désastre peut être qualifé de ‘business comme d’habitude (2’30)…Un putain de désastre, mec, comme une bombe qui explose, faisant du World Trade Center un jeu d’enfant (2’38)… Une entreprise de technologie secrète était basée dans la partie supérieure du World Trade Center » (3’12).

      Autre bizarrerie, CNN a donné le signal de vendre les actions Boeing 66 secondes avant de montrer les premières images du World Trade Center ! Sur cette video on voit bien que l’annonce du dumping sur les actions Boeing a lieu à partir de 0min41s et l’apparition de la première image à 1min47s :

      Cinq Israéliens, âgés d’une vingtaine d’années, ont aussi été arrêtés dans le comté de Bergen à bord d’un van blanc contenant les traces d’un résidu explosif dans l’après-midi du 11 septembre 2001. Le motif ? Trois d’entre eux ont été aperçus dans la matinée aux abords de New York en train de photographier et de filmer avec allégresse, avant l’arrivée du second avion,
      http://www.historycommons.org/context.jsp?item=a846israelishighfive#a846israelishighfive

      la première tour embrasée du World Trade Center. Signalés à la police et au FBI, ces individus ont été également évoqués en direct par une chaîne de télévision locale qui a diffusé la description de leur véhicule.
      « 9/11 FBI Issues A Nationwide APB For A White Van With Urban Moving Systems On The Back » :

      Voir le van avec peint sur le côté, les twin towers attaqués par un avion :

      Ils se disaient être des employés d’une entreprise de déménagement basée dans le New Jersey et dénommée Urban Moving Systems. Son dirigeant, l’Israélo-Américain Dominik Otto Suter, a quitté brusquement le territoire des Etats-Unis en direction de Tel Aviv, trois jours seulement après leurs arrestations (qui durera 71 jours). Mais trois mois avant les attentats, un magazine influent de la communauté juive new-yorkaise –The Forward– avait révélé qu’un ancien haut responsable américain des services de renseignement avait affirmé que la compagnie employant ces Israéliens était une antenne sous couverture du Mossad. Robert Baer, spécialiste du Moyen-Orient, a aussi confirmé l’appartenance au Mossad des Israéliens arrêtés. Pour lui, ces hommes étaient « positionnés » au préalable pour filmer -dès son commencement -l’attentat contre le World Trade Center. Une affirmation corroborée plus tard par l’un d’entre eux en Israël :

      Le Mossad est grandement derrière les attentats du 11 septembre. Le but : la mise en place du Grand Israël :

      Steve Pieczenik, ex-envoyé spécial du président Jimmy Carter, a aussi nommément accusé Israël d’avoir commis le 11-Septembre. Né à Cuba en 1943, cet Américain, psychiatre de formation, diplômé en relations internationales du prestigieux Massachussets Institute of Technology et reconverti (avec succès) dans le thriller aux côtés de Tom Clancy, a fait carrière dans l’armée avant d’être recruté par l’Administration Nixon, au sein du Département d’État, pour diriger la gestion de crise et de traitement des otages. En 2008, Pieczenik avait rédigé un livre dans lequel il affirmait que les États-Unis avaient délibérément « sacrifié » Moro pour garantir la « stabilité » de l’Italie. Cette révélation lui vaut désormais des poursuites judiciaires, intentées à la fois par les États-Unis et l’Italie. En mai 2011, il dénonçait la mise en scène de la capture de Ben Laden, déjà mort, selon lui, du syndrome de Marfan, dès 2001. Puis le 21 avril 2016, Pieczenik refait parler de lui lors d’une vidéo-confession de 47 minutes avec Alex Jones, interviewer en chef d’InfoWars. Celui qui fut longtemps membre (jusqu’en 2012) de l’ultra-élitiste Council on Foreign Relations tient désormais des déclarations bien explosives : Il accuse les néoconservateurs, notamment l’Israélo-Américain Michael Chertoff, le rabbin Dov Zakheim et Paul Wolfowitz, alors secrétaire adjoint à la Défense (et grand ami du belliciste Bernard Kouchner), d’avoir gangréné l’Administration Bush et réalisé, en partenariat avec des « agents saoudiens » et à l’instigation d’Israël, l’attentat « sous faux drapeau » du 11-Septembre. Pieczenik indique être prêt à témoigner, sous serment et devant une cour de justice fédérale, à propos de ses sources dont l’une serait un « général ».

      Pieczenik étant issu d’une famille juive d’origine russo-polonaise qui a échappé à l’Holocauste, il est difficile ici de le prendre pour un antisémite. Son dernier ouvrage, un roman intitulé « Teodora »- est d’ailleurs consacré à sa « mère yiddish » partie vivre « le rêve américain » :

      Un jour après les attentats du 11 septembre, Benjamin Netanyahu affirmait que cela était très bon pour les relations entre les USA et Israël. Puis il s’est corrigé « Enfin, pas très bon, mais cela va générer une sympathie immédiate ».
      http://www.nytimes.com/2001/09/12/us/day-terror-israelis-spilled-blood-seen-bond-that-draws-2-nations-closer.html
      Pour lui, « l’attaque sur les tours jumelles, le Pentagone et la guerre américaine en Irak ont permis de retourner l’opinion publique américaine en notre faveur. »
      http://www.haaretz.com/news/report-netanyahu-says-9-11-terror-attacks-good-for-israel-1.244044

      Laurent Guyénot fait le point sur quelques données aussi incontestables que méconnues, et analyse les mécanismes du déni sur la participation d’Israël à ces attentats :
      http://www.voltairenet.org/article179106.html

    • Engel dit :

      Mark Rossini, l’ancien agent du FBI affirme que des informations capitales sur le 11-Septembre ont été intentionnellement bloquées par Alec Station, l’unité du contre-terrorisme spécialement chargée de surveiller Ben Laden à la CIA.

      Le journaliste Jeff Stein apportait déjà le témoignage d’un ancien agent de la CIA, témoin des dérives des analystes d’Alec Station. Le journaliste rappelait à juste titre que la thèse d’une opération clandestine de la CIA, en collaboration avec les services saoudiens, était également soutenue par Richard Clarke, l’ancien tsar du contre-terrorisme à la Maison Blanche. Jeff Stein apporte aussi le nouveau témoignage d’un ancien responsable du contre-terrorisme au FBI, en la personne de James Bernazzani. Ce dernier confirme la version de Rossini et affirme en avoir lui-même apporté la preuve à Pat D’Armuro, l’ancien responsable de l’enquête du FBI sur le 11-Septembre. Reste que les responsables d’Alec Station, tels que Richard Blee ou d’Alfreda Bikowsky, ont pu continuer leur carrière sans avoir à répondre de leurs méfaits.

      Rossini, qui était assigné au Centre du contre-terrorisme (CTC) de la CIA au moment des attentats, soutient depuis longtemps que le gouvernement américain a dissimulé des relations secrètes entre l’agence de renseignement et des Saoudiens qui pourraient avoir contribué au complot. Quinze des 19 pirates qui ont dirigé des vols commerciaux dans les tours du World Trade Center, le Pentagone, et une tentative avortée de s’écraser contre le Capitole américain, étaient saoudiens.

      Rossini et un autre agent du FBI assigné au CTC, Doug Miller, ont appris en janvier 2000 que l’un des futurs pirates de l’air, un agent d’Al-Qaïda nommé Khalid Al-Mihdhar, avait un visa à entrées multiples pour les États-Unis. A l’époque, la CIA avait plusieurs fois prévenu le président George W. Bush et d’autres officiels à la Maison Blanche, de l’imminence d’un attentat d’Al-Qaïda. Mais lorsque Miller et Rossini ont tenté d’avertir le FBI qu’Al-Mihdhar pouvait être en vadrouille aux États-Unis, un responsable de la CIA leur a ordonné de se taire. Rossini prétend que des documents toujours classifiés pourrait « démontrer un faisceau d’assistance financière, et en outre, le rôle de la CIA dans la tentative de recruter Al-Mihdhar. » Il dit qu’il en est « convaincu » et qu’ « il n’y a pas d’autre explication » justifiant le refus par la CIA de publier de plus amples informations.

      • Eric dit :

        Au moins 6 des suspects des attaques du 11 septembre n’étaient même pas dans les avions ! Mais étaient tous vivants et bien portant après. Pourtant, d’après la version officielle, ils sont toujours reconnus comme étant les responsables des attaques.

        1. Abdul Aziz Al-Omari (Vol AA11 – tour nord du WTC) : : »Je ne pouvais pas croire que le FBI m’avais mis sur leur liste. Ils ont donné mon nom et ma date de naissance, mais je ne suis pas un kamikaze, je suis ici , je suis vivant et je ne sais pas comment piloter un avion. Je n’avais rien à voir avec cela. » Al-Omari avait déclaré que son passeport avait été volé dans son appartement, à Denver en 1995.
          http://web.archive.org/web/20030605160448/http://www.portal.telegraph.co.uk/news/main.jhtml?xml=/news/2001/09/23/widen23.xml
        2. Waleed Al-Shehri (Vol AA11 – tour nord du WTC) : on a fait croire qu’il était un pilote saoudien qui avait été formé aux États-Unis. Sa photographie a été publiée par le FBI, et a été montré dans les journaux et à la télévision dans le monde entier. Alors que M. Al-Shehri s’avère vivre toujours au Maroc, prouvant clairement qu’il ne faisait pas partie de l’attentat-suicide.
          http://allafrica.com/stories/200109240325.html
          http://www.telegraph.co.uk/news/worldnews/northamerica/usa/1341136/Piecing-together-the-shadowy-lives-of-the-hijackers.html
        3. Saeed Al-Ghamdi (Vol UA93 – Shanksville, Pennsylvanie) : «Je suis complètement choqué Au cours des 10 derniers mois, je vivais à Tunis avec 22 autres pilotes qui apprennent à piloter un Airbus 320. Le FBI n’a fourni aucune preuve de mon implication présumée dans les attentats… Vous ne pouvez pas imaginer à quoi cela ressemble d’être décrit comme un terroriste – et un homme mort – quand vous êtes innocent et vivant. »
        4. Ahmed Al-Nami (Vol UA93 – Shanksville, Pennsylvanie) : «Je suis encore en vie, comme vous pouvez le voir. J’ai été choqué de voir mon nom mentionné par le ministère de la Justice américain. Je n’avais jamais entendu parler de la Pennsylvanie où se trouvait l’avion que j’étais censé avoir détourné ». Il n’a jamais perdu son passeport et a trouvé « très inquiétant » que son identité semble avoir été «volé» et publié par le FBI, sans aucun contrôle.

        5. Salem Al-Hazmi ( Vol AA77 – Pentagone) : «Je ne suis jamais allé aux États-Unis et n’ai pas été hors de l’Arabie Saoudite au cours des deux dernières années. » M. Al-Hamzi avait 26 ans et venait de retourner travailler dans un complexe pétrochimique de la ville industrielle de Yanbou, après un séjour en Arabie Saoudite lorsque les pirates de l’ air ont frappé. Il fut accusé d’avoir détourné le Vol AA 77 pour qu’il puisse frapper le Pentagone.

        6. Khalid Al-Mihdhar (Vol AA77 – Pentagone) : Les responsables saoudiens à l’ambassade furent incapables de vérifier les allées et venues de Khalid Al-Mihdhar. Maisz selon les journaux arabes Al-Mihdhar serait encore en vie.

        Deux autres suspects du FBI, qui ne sont plus aujourd’hui listés dans la liste officielle des terroristes, s’avéraient être aussi hors de cause: Adnan Bukhari vivait toujours en Floride et Ameer Bukhari était mort un an avant les attentats. D’autre part, le dénommé Mohamed Atta, selon l’ex agent de la CIA Susan Lindauer, était lui aussi un agent de la CIA.
        http://www.fawkes-news.com/2016/08/lacien-agent-de-la-cia-susan-lindauer.html

        Ce que l’on trouve surtout dans cette histoire, c’est la présence d’Israël ! Pour de nombreux militaires américains, ce pays ne serait pas étranger à ce qui est arrivé :
        http://www.dailymotion.com/video/xda3af_les-militaires-us-savent-qu-lsrael_news

    • Line dit :

      Susan Lindauer ex agent de la CIA., explique bien qu’ils étaient au courant que des terroristes allaient envoyer des avions sur les tours. Mohamed Atta travaillait pour le gouvernement US ! Mais comme les avions n’allaient pas suffire pour détruire les tours, ils y ont rajouté des bombes thermiques spéciales pour faire fondre la structure métallique :

      Tout cela pour attaquer l’Irak puis les autres pays…..

      Ce qu’en pense un haut gradé de l’armée américaine spécialisé dans la lecture des photos : « Ce n’était pas un avion qui est rentré dans le Pentagone »

      Pour le vol 93 Dick Cheney a avoué que c’était lui qui avait donné l’ordre de l’abattre en plein vol :
      “Franchement, je n’ai pas eu trop le temps de réfléchir…”
      -http://www.dailymotion.com/video/xmwi0e_dick-cheney-admet-avoir-abattu-le-vol-93-des-attentats-du-11-septembre-2001_news

      Le Docteur Robert Bowman, ex-lieutenant colonel de l’US Air Force, accuse George W. Bush et Dick Cheney d’avoir organisé les attentats du 11 septembre et il demanda leur destitution. Bowman a dénoncé le PATRIOT ACT, affirmant que ce dernier « avait davantage détruit les droits des Américains que tous nos ennemis réunis. » Bowman a remisé la Commission sur le 11-9, la qualifiant de « dissimulation motivée politiquement et criblée de conflits d’intérêts, » et dénonçant le fait que « la Commission sur le 11/9 avait omis tout élément, aussi petit soit-il, qui aurait pu mettre en doute ou simplement embarrassant pour la version officielle du complot, et a consisté en une vaste mise en scène. »

      Il existe bien des singularités étranges avec cette histoire de 11 septembre :
      http://www.bibleetnombres.online.fr/11_Septembre_quelques_singularites.htm

      Selon l’ancien président de la République italienne, Francesco Cossiga, ce sont les services US et israéliens qui ont perpétré les attentats du 11 septembre 2001.

      Cet homme connu pour être intègre dut se retirer de la vie politique parce qu’il avait provoqué l’hostilité de l’Establishment politique et de l’OTAN en rendant publique l’existence de l’« Opération Gladio » et son rôle dans cette organisation. Les révélations de Cossiga avaient provoqué une enquête parlementaire en 2000 sur les activités de Gladio en Italie. Il en ressortit que les services secrets américains et de l’OTAN avaient mené des activités de terreur « sous faux drapeaux », causant de nombreuses victimes parmi la population civile. L’objectif fut alors de ­mettre sur le dos de groupes de gauche les actes de terreur, afin d’exciter la colère contre les communistes et de pouvoir exiger plus de moyens de la part de l’Etat.

      Cossiga commente la plus grande duperie de l’histoire envers les populations du monde ainsi : « On nous fait croire que Bin Laden aurait avoué l’attaque du 11 septembre 2001 sur les deux tours à New York – alors qu’en fait les services secrets américains et européens savent parfaitement que cette attaque désastreuse fut planifiée et exécutée par la CIA et le Mossad, dans le but d’accuser les pays arabes de terrorisme et de pouvoir ainsi attaquer l’Irak et l’Afghanistan. »
      http://www.voltairenet.org/Selon-le-president-Cossiga-le-11

      Bon, pour ceux qui ne veulent pas trop réfléchir, il est préférable qu’ils restent sur la version officielle :

      Mossad: la conspiration sioniste du 11 septembre

      Petit rappel sur le nombre d’incohérences importantes soulevé par rapport à la version officielle :

      Et que penser de ces vidéos ?

      L’histoire Secrète du 11 Septembre avec Ramsi Yousef, terroriste islamiste d’origine pakistanaise né le 20 mai 1967 au Koweït.

      Il fut l’un des planificateurs de l’attentat du World Trade Center de 1993, de l’opération Bojinka (précurseur des attentats du 11 septembre 2001), d’une conspiration envers Benazir Bhutto et de l’attentat manqué sur le vol 434 Philippine Airlines qui fait un mort en décembre 1994. Le 6 février 1995, il a été arrêté à Islamabad par le Diplomatic Security Service et transféré aux États-Unis où il purge une peine de prison à vie à ADX Florence.

      • Benoit dit :

        Depuis 15 ans, il y a eu un petit groupe de chercheurs qui ont mis en doute l’idée que les Twin Towers à New York se soient effondrées à cause de la chaleur des incendies qui firent rage après l’arrivée des deux avions dirigés par les terroristes. Ils furent largement rejeté et traités de théoriciens adeptes de la théorie du complot.

        Mais voilà, l’Europhysics Magazine, une publication respectée de la communauté de physique européenne, a publié un rapport signé par quatre experts confirmant que les trois bâtiments ont bien été détruits par démolition contrôlée.
        http://www.europhysicsnews.org/articles/epn/pdf/2016/04/epn2016474p21.pdf

        L’étude est l’œuvre de Steven Jones, ancien professeur de physique à l’Université Brigham Young, de Robert Korol, professeur émérite de génie civil à l’Université McMaster en Ontario, d’Anthony Szamboti, ingénieur de conception mécanique avec plus de 25 ans d’expérience dans les industries aérospatiales et de la communication, et de Ted Walter, directeur de la stratégie et du développement pour les architectes et ingénieurs de l’organisation « for 9/11 Truth », qui représente aujourd’hui plus de 2500 architectes et ingénieurs.
        http://www.wnd.com/2016/08/911-conspiracy-gets-support-from-physicists-study/

        Les auteurs rappellent que jamais avant ni après le 11 septembre un gratte-ciel avec une structure en acier ne s’était totalement effondré suite à un incendie. On voudrait pourtant nous faire croire que cet exploit est arrivé 3 fois le même jour au même endroit. La seul raison pouvant expliquer ces effondrements serait une démolition contrôlée. Le rapport explique pourquoi un feu ne peut produire la chute d’un tel bâtiment:
        – 1) Les feux ne sont passez chauds et ne durent pas assez longtemps dans une zone déterminée pour générer suffisamment d’énergie pour chauffer les éléments structurels importants jusqu’au point de rupture.
        – 2) La plupart des gratte-ciels ont des systèmes d’extinction d’incendie qui empêchent un feu de libérer suffisamment d’énergie pour chauffer l’acier jusqu’à un état de défaillance critique.
        – 3) Les éléments de structure sont protégés par des matériaux ignifuges, qui sont conçus pour les empêcher d’atteindre des températures de défaillance dans des délais déterminés; et
        – 4) Les gratte-ciels en acier sont conçus pour être hautement redondants au niveau de leurs structures. Ainsi, si une défaillance localisée se produit, cela ne conduit pas à un effondrement de la structure entière.

  10. Carlos dit :

    Ce qui s’est passé le 11 septembre 2001 semble avoir été inspiré du stratagème utilisé lors de l’attaque de Pearl Harbor par les Japonais :

    D’autre part, le 28 juillet 1945, un avion avait frappé l’Empire State Building ! Un bombardier B25 américain, s’étant perdu dans le brouillard s’était écrasé accidentellement sur le 79ème étage de l’Empire State Building tuant 14 personnes et en blessant 26 autres. Mais la tour n’était pas tombée.

    Maintenant, selon Bloomberg, le juge George Daniels aurait conclu le 10 mars 2016, que l’Iran était derrière les pirates de l’air qui ont perpétré les attentats de New York, de Washington D.C. et de Pennsylvanie, qui ont fait 2977 morts, et le condamne à payer la somme de 10, 5 milliards de dollars de dommage aux familles des victimes.
    http://reseauinternational.net/cest-officiel-al-qaida-nest-pas-responsable-du-11-septembre/

  11. Otho dit :

    Avant les attaques du 11 septembre, une seule famille privée contrôlait les banques nationales ou d’émissions du monde entier sauf pour 7 pays : l’Afghanistan, l’Irak, le Soudan, la Libye, Cuba, la Corée du nord et l’Iran. Après le 11 septembre, le gouvernement américain décida d’attaquer ces pays alors qu’ils n’étaient pour rien dans l’attentat. En fait, tout avait été décidé bien avant le 11 septembre, mais comme pour Pearl Harbour, il fallait une raison convaincante pour avoir le soutien de la population occidentale. C’est ainsi qu’en 2001 ils attaquèrent l’Afghanistan puis en 2003 l’Irak, Les banques de ces deux pays étaient prises par les Rothschild. Puis ce fut le tour de la banque du Soudan. En 2011, la banque libyenne se faisait contrôler par une banque d’émissions Rothschild. Début 2013, l’ONU prenait des sanctions renforcées contre la Corée du nord. Et toujours dans le collimateur l’Iran que l’on accuse de vouloir faire une bombe nucléaire.
    http://www.klagemauer.tv/index.php?a=showportal&keyword=franzoesisch&curlang=fr

  12. Atlas dit :

    Kurt Sonnenfeld a travaillé pendant 10 ans pour des agences du gouvernement américain. En 2001, il était le cameraman officiel de ground zero pour le compte de la FEMA. Il vit désormais comme réfugié politique en Argentine à cause de ce qu’il a vu là bas et du harcèlement qu’il a subi.
    – Il a été accusé à tort du meurtre de son ex-femme, torturé, emprisonné et persécuté sur deux continents par son gouvernement qui avait peur qu’il révèle ce qu’il savait.
    – Sa maison a été perquisitionnée, il a été sous surveillance et des vidéos lui ont été dérobées à son domicile.

    Ce qu’il avait remarqué :

    • La Fema a été appelée 5 minutes après la première explosion au WTC alors qu’il a fallu attendre 10 jours pour l’ouragan Katrina. Pourtant, au départ, les médias disaient simplement qu’un petit avion s’était écrasé sur la tour. Ce n’était pas une raison pour appeler la FEMA.
    • Le week-end avant l’attaque du 11 Septembre, le réseau électrique des tours a été entièrement coupé pendant 36H pour une opération de maintenance.
    • Quelques semaines avant, les bâtiments ont été évacués d’une façon très inhabituelle.
    • Au sous-sol du bâtiment 6 se trouvait une zone de la CIA avec un coffre contenant supposément des documents secrets. Le 11 Septembre ce coffre était ouvert et ne contenait plus rien. La CIA avait tout vidé.
    • Toutes les pièces à conviction étaient enlevées et détruites rapidement et que la FEMA et plusieurs autres agences fédérales étaient déjà en position dans leur centre de commande, au Pier (quai) 92, le 10 septembre, un jour avant les attentats. Sonnenfeld rappelle également que l’effondrement du Bâtiment 7 a à peine été évoqué par les médias dominants et a été ignoré de manière suspecte par la Commission sur le 11/9.
    • Le Service Secret, le Département de la Défense, le FBI, le Fisc (IRS), la Commission de réglementation et de contrôle des marchés financiers (la SEC) ainsi que la Cellule de crise (de la ville de New York) pour les situations d’urgence (OEM) occupaient énormément d’espace sur plusieurs étages du bâtiment. D’autres agences fédérales y avaient également des bureaux. Après le 11 Septembre, on a découvert que, caché dans le bâtiment 7, se trouvait le plus grand centre clandestin de la CIA dans le pays, hormis celui de Washington DC ; une base opérationnelle d’où l’on espionnait les diplomates des Nations Unies et d’où étaient menées les opérations de contre-terrorisme et de contre-espionnage (ainsi que l’Intelligence économique).
    • Il n’y avait pas de parking souterrain dans le bâtiment (World Trade Center) 7. Il n’y avait pas de caves. À la place, les agences fédérales du Bâtiment 7 rangeaient leurs véhicules, documents et pièces à conviction dans le bâtiment de leurs partenaires de l’autre côté de la rue. Sous le niveau de la place du Bureau des Douanes US (Bâtiment 6), il y avait un grand parking souterrain séparé du reste de la zone souterraine du complexe et hautement surveillé. C’est là que les divers services du gouvernement garaient leurs voitures résistantes aux bombes, leurs limousines blindées, les faux taxis et les camions de la compagnie de téléphone utilisés pour des surveillances secrètes et des opérations secrètes, des fourgonnettes spécialisées et autres véhicules. Dans cette zone de parking sécurisé, il y avait aussi un accès à la chambre forte inférieure du Bâtiment 6.
    • Quand la tour Nord est tombée, le Bureau des Douanes US (Bâtiment 6) a été écrasé et complètement ravagé par le feu. La plupart de ses étages souterrains ont également été détruits. Mais il y avait des cavités. Et c’est par une de ces cavités, récemment découverte, que je suis descendu pour enquêter avec la Force d’intervention spéciale. C’est là qu’on a découvert l’antichambre de sécurité de la cave sévèrement endommagée. Tout au bout du bureau de sécurité se trouvait la grande porte en acier de la chambre forte avec, à coté, le clavier à code dans le mur en parpaing. Mais le mur était fissuré et partiellement effondré, et la porte était partiellement ouverte. A l’aide de nos torches, on a regardé ce qu’il y avait dedans. Si ce n’est plusieurs rangées d’étagères vides, la chambre forte ne contenait que des débris et de la poussière. Elle avait été vidée. Pourquoi ? Et quand avait-elle pu être vidée ?
    • Au plus haut niveau à Washington DC, quelqu’un savait ce qui allait se produire. Ils voulaient tellement une guerre, qu’ils ont, au minimum, laissé faire, et plus vraisemblablement ils ont même aidé ces événements à se produire.
    • En situation de choc, les gens cherchent à être guidés. Les gens qui ont peur sont manipulables. Savoir manipuler les masses aboutit à d’inimaginables bénéfices pour de nombreuses personnes très riches et très puissantes. La guerre est incroyablement chère, mais l’argent finit bien quelque part. La guerre est toujours très profitable pour un petit nombre. D’une manière ou d’une autre, leurs fils finissent toujours à Washington DC, ils prennent les décisions, établissent des budgets, tandis que les fils des pauvres et de ceux qui ne sont pas pistonnés finissent toujours au front, recevant les ordres et livrant les guerres des premiers. Les énormes caisses noires du Département de la Défense US représentent une machine de financement illimité pour le complexe militaro-industriel, chiffré à plusieurs milliers de milliards de dollars, et il en sera ainsi tant que les masses ne se réveilleront pas, tant qu’elles ne redeviendront pas sceptiques et qu’elles ne demanderont pas des comptes. Les guerres (et les faux prétextes mis en avant) ne cesseront pas tant que les gens ne prendront pas conscience des réels motifs de la guerre et tant qu’ils n’arrêteront pas de croire aux explications « officielles.
  13. Benoit dit :

    Le fondateur de AE9/11Truth, Richard Gage, invité du Washington Journal sur C-SPAN le 1er août 2014, montre que le bâtiment 7 du WTC a été soumis à une démolition contrôlée le 11 septembre 2001.

    Les attentats du 11-Septembre expliqués en 5 minutes :

    Le 11 Septembre en 6 minutes, par Louis Farrakhan :
    -http://www.dailymotion.com/video/x2nkd2d_le-11-septembre-pour-les-nuls-en-6-minutes-par-louis-farrakhan-01-03-2015_school?start=14

    • Adam dit :

      Le 11 Septembre, il y a eu un événement que peu de médias ont relayé et ceux qui l’ont fait ont vite enterré l’information, surtout en France ou cela a du passer encore plus inaperçu que la chute du bâtiment 7.

      Les rapports font état d’au moins 3 vans. Le premier appartenant aux 5 israéliens qui filmaient et se réjouissaient des attaques, un second près du George Washington Bridge (le pont qui relie New York au New Jersey) qui était plein d’explosifs et dont les occupants ont été arrêtés et pour finir, ce van de la société Urban Moving Systems a été arrêté avec deux israéliens à son bord. Un enregistrement du NYPD indique que les occupants auraient tenté de fuir et que le van a explosé. Mais ça ne s’arrête pas là. Ce van avait été décoré avec les tours du World Trade Center (bien en évidence par rapport au reste de l’image), un avion qui fonce droit dessus et qui explose approximativement à l’endroit de l’impact au niveau de la tour Nord.

      Rapport d’un van arrêté plein d’explosifs près du pont. Celui-ci a été arrêté avant l’explosion.

      Les médias ont même rapporté l’explosion d’un autre van devant le département d’état :

      http://newsmine.org/content.php?ol=9-11/car-bomb-explodes-outside-state-department-on-september-11.txt
      Nous avions donc deux israéliens, travaillant pour une société, qui se révélera ultérieurement être une couverture du Mossad, avec des explosifs et un van qui montre précisément les attaques du 11 Septembre.
      http://www.agoravox.fr/actualites/international/article/israel-et-le-11-septembre-une-100620
      Le fait que 5 autres israéliens, de la même société ait été arrêtés entrain de danser et de se réjouir alors que les tours étaient en feu démontre qu’ils n’étaient pas là par hasard. Les cinq personnes ont d’ailleurs été interviewés en guests stars à la télé israélienne à leur retour au pays et l’un d’eux a confirmé qu’ils étaient là pour « filmer l’événement », avouant du même coup qu’ils étaient au courant à l’avance.

      Les témoignages des 5 israéliens démontrent qu’ils sont d’excellents menteurs :

      http://www.agoravox.fr/actualites/medias/article/11-septembre-les-cailloux-dans-la-81050

      Autre vidéo intéressante de Juval Aviv, ancien du Mossad, interviewé à la télé US

      https://www.youtube.com/watch?v=oEJeBxW6TA8 (à partir de 1min55)

      « Il est facile d’utiliser un camion avec une bombe, comme nous l’avons fait…heuu comme c’est arrivé à Londres. »

      Cette ancienne du MI5 confirme justement que c’est le Mossad qui a attaqué sa propre ambassade à Londres en 1994:

      (Elle évoque au passage le terrorisme sponsorisé par le MI6 qui aurait payé près de 130 000 dollars à des terroristes libyens pour assassiner Kadhafi en 1995 mais que le plan a foiré)

      Ici, Michael Chertoff, secrétaire du Homeland Security de 2005 à 2009, (fils d’une citoyenne israélienne et d’un rabin talmudiste au passage) refuse de répondre à toutes les questions qui dérangent sur le 11 Septembre et assimile toutes les hypothèses sur l’événement au négationnisme (à deux reprises, la prod coupe même les téléspectateurs qui posent des questions trop pertinentes à l’antenne):

      http://www.voltairenet.org/article15978.html

      Intéressant de noter que le 11 septembre 2015, Joshua Ryne Goldberg, un Californien a été arrêté et accusé d’avoir comploté de faire exploser une bombe à un mémorial à Kansas City (Missouri) commémorant les attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis ! Il prétendait être un djihadiste alors qu’il était juif !
      http://www.smh.com.au/national/australian-is-jihadist-is-actually-an-jewish-american-troll-20150911-gjk852.html

      • Carlos dit :

        Aux Etats-Unis, un vaste mouvement pour obtenir la déclassification de documents secrets concernant les attentats du 11 septembre 2001 prend une ampleur sans précédent. L’objet de la polémique tient en 28 pages dans le rapport du Congrès de 585 pages sur la tragédie qui ont été censurées avant sa parution en décembre 2002. Ce court passage pointerait les responsabilités directes ou indirectes de l’Arabie Saoudite, allié traditionnel des Etats-Unis au Moyen-Orient, dans ces attentats.

        D’après le sénateur Bob Graham (ancien vice-président de la commission d’enquête parlementaire sur les attentats du 11 septembre), les documents mettraient en cause le consulat saoudien à Los Angeles, l’ambassade d’Arabie Saoudite à Washington ainsi que de riches Saoudiens installés à Sarasota en Floride.

        Pour le sénateur démocrate Charles Schumer, qui en 2003 avait rédigé une lettre ouverte au président Bush cosignée par 46 sénateurs demandant la déclassification du passage litigieux, « le maintien du secret ne fait que renforcer la théorie selon laquelle le gouvernement américain protège l’Arabie Saoudite ».

        http://www.parismatch.com/Actu/Insolite/11-septembre-2001-Appel-pour-la-declassification-de-28-pages-sur-les-attentats-du-11-09-01-683070

    • John dit :

      Thierry Ardisson reçoit Thierry Messan pour son livre « L’Effroyable imposture » :

      Pour lui, les musulmans n’y sont pour pas grand chose…

      Mais si le Mossad est impliqué dans cet attentat,

      il y a aussi des princes d’Arabie saoudite comme le précise Eric Laurent :

      Dont certainement le prince Bandar bin Sultan, à l’époque, l’ambassadeur saoudien aux USA.
      http://www.zerohedge.com/news/2016-07-18/it-smoking-gun-prince-bandar-and-other-saudis-financed-911-terrorists

      • Luc dit :

        Les mensonges n’ont-ils pas commencé à être manifestes et nombreux à partir des attentats du 11 septembre 2001 ? Souvenons-nous ! Bush affirmait le 11 avoir vu à la TV le premier avion rentrer dans les twin tower, avant même d’entrer dans la classe d’une école. Pourtant la séquence n’était passée à la TV que le lendemain ! Etrange non ?
        -http://www.dailymotion.com/video/xo59hw_11-sept-2001-que-faisait-george-bush_webcam?start=486

        D’autre part, le n°2 de la CIA avait vendu ses actions des compagnies victimes du 11 septembre, la veille du 11 septembre… Un hasard très troublant, surtout qu’il ne fut pas le seul à le faire ! En plus, il semble avoir été copié dernièrement par le président d’Air Asia, la compagnie dont l’avion vient de se cracher. Il avait vendu quelques jours avant l’accident, 850.000 actions de sa compagnie !
        http://www.infowars.com/airasia-ceo-dumped-shares-days-before-flight-disappeared/

        Et la journaliste de la BBC, n’avait-elle pas annoncé l’écroulement de la 3ème tour (dite n°7) avant qu’elle n’ait lieu ?

        • Carlos dit :

          Il semblerait que les USA craignent une publication Russe des photos satellites de la tragédie du 11 Septembre démontrant la démolition contrôlée du World Trade Center en utilisant des «armes spéciales».

          Les preuves qui seraient publiées seraient à même de prouver la complicité du gouvernement américain dans les attentats 11 Septembre et la manipulation réussie de l’opinion publique. L’attaque a été planifiée par le gouvernement américain, mais a été exécuté par procuration, de sorte qu’une attaque contre l’Amérique et le peuple des États-Unis ressemble à un acte d’agression du terrorisme international. La raison de ces tromperies et les meurtres de leurs propres citoyens auraient été de servir les intérêts pétroliers américains et les sociétés d’État du Moyen-Orient.

          Cela dit, déjà Edward Snowden avait déjà affirmé que les attentats du 11 septembre étaient déjà une opération false-flag :
          http://www.agoravox.tv/actualites/international/article/les-revelations-d-edward-snowden-45466

          Mais voilà tout dernièrement, Bob Simon, l’un des plus célèbres journalistes états-uniens, présentateur vedette de l’émission de reportages « 60 Minutes » sur CBS, est mort dans un accident de voiture, le 12 février 2015 à New York.

          David Carr, critique des médias au New York Times, est mort d’une embolie cérébrale dans les bureaux du journal, le 12 février 2015 à l’âge de 58 ans. Son ancienne addiction aux drogues expliquerait la fragilité de sa santé.

          Ned Colt, ancien grand reporter de NBC, employé depuis 2009 par des organisations humanitaires, est mort d’une crise cardiaque, le 13 février 2015 à Boston, à l’âge de 58 ans.

          Les trois hommes avaient constitué avec un quatrième, l’ancien présentateur de « NBC Nightly News », Brian Williams, un reportage sur les attentats du 11 septembre 2001. Ils étaient en contact avec le Kremlin qui leur avait donné libre accès à ses archives sur ce sujet.

          Le 10 février, deux jours avant la mort des trois journalistes, la Pravda (Russie) avait assuré que le président Poutine avait engagé un bras de fer avec son homologue états-unien et menaçait de révéler ses documents sur le 11-Septembre s’il continuait à intervenir en Ukraine…

      • Ursule dit :

        Un appel pour rouvrir l’enquête sur le 11 septembre : des preuves indiscutables concernant les attaques du 11 septembre.

        Documentaire prouvant que Ben Laden n’a rien a voir avec les attaques du 11 septembre, mais que c’est un coup monté par l’administration Bush…

        • Louis dit :

          Pour Spécial Investigation, cela n’est pas une opération false flag, mais cela fait partie de la théorie du complot :

          On va même jusqu’à traiter les « enquêteurs en herbe » d’antisémites. Alors que 5 Israéliens observaient l’arrivée des avions sur les tours ! Comment l’expliquer ?

          Pour ces 15 ans, voici Loose Change, la version finale, documentaire qui a fait scandale en refusant les faits tels qu’ils ont été présentés officiellement, et qui nous rappelle que les questions sont interdites si celles-ci demandent des réponses qui peuvent gêner…

    • Louis dit :

      A lire le livre de Rebekah Roth « Methodical Illusion » :

      http://www.methodicaldeception.com/

      Elle parle d’un système d’Interruption de vol vendu par la Cie SPC (System Planning Corporation) dont le directeur général est un rabbin Dov Zakheim (ancien contrôleur général des Finances du Pentagone). Si des pirates prennent le contrôle du cockpit d’un avion, on peut arriver à le faire atterrir à distance. Mais quand ce système est mis en marche, le transpondeur disparait des radars et le pilote perd toute communication.

      Elle confirme qu’à l’époque, il n’était pas possible de téléphoner d’un avion à partir de 1800 pieds d’altitude (un avion vole à 39 000 pieds).

  14. John dit :

    Tom Clancy est mort le 1er octobre 2013. A l’instar d’autres romanciers il avait cette faculté latente qui permet à certains individus d’anticiper l’avenir ! Récemment, les éditeurs de son jeu vidéo « The Division » viennent de faire les frais de cette faculté prédictive inégalée de Tom Clancy. Comme le scénario de ce jeu collant trop bien à l’actualité, ils ont même étés contraints de repousser sa sortie initialement prévue en 2014 au mois de Décembre 2015. « The Division » se déroule dans un univers post-apocalyptique après que l’Amérique ait été dévastée par une pandémie qui s’est propagée lors du « Black Friday » le week end de soldes qui a lieu à la fin du mois de Novembre.

    Par un incroyable hasard du calendrier, quelques semaines avant la date annoncée dans le jeu, la peur de l’ebola est en train de gagner l’Amérique car on s’est aperçu que les mesures de protection sont inefficaces contre le virus. Avec 3 cas officiellement déclarés, on ne peut pas encore parler d’épidémie mais on ne peut pas exclure que comme l’avait décrit Tom Clancy, elle puisse débuter à la faveur des grands rassemblements du « Black Friday » semant la panique et le chaos parmi la population. En ce mois d’octobre, la menace est sérieuse, on note que les médias qui se moquaient tant des survivalistes américains désormais s’en inspirent et prodiguent des conseils de prudence concernant une éventuelle pandémie. On note également qu’une partie de l’élite américaine a quitté ses fonctions pour se diriger vers des refuges autonomes.
    http://www.brujitafr.fr/article-usa-tom-clancy-et-son-jeu-the-division-visionnaire-ou-etait-il-trop-investi-dans-le-secret-des-124813972.html

  15. Carlos dit :

    La tuerie de l’école primaire Sandy Hook, ou tuerie de Newtown de l’état du Connecticut, est une tuerie survenue le 14 décembre 2012, causant 28 morts dont 20 enfants. Adam Lanza, le meurtrier, peu de temps après avoir tué sa mère, qui collectionnait les armes à feu, tire et tue 26 personnes avant de se donner la mort. Cette tuerie en milieu scolaire est la troisième par le nombre de victimes survenue aux États-Unis, après la fusillade de l’université Virginia Tech en 2007 qui avait fait 32 morts et celle de Bath Consolidated School qui avait fait 46 morts.
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Tuerie_de_l%27%C3%A9cole_primaire_Sandy_Hook

    Deux ans jour pour jour après la pire intox du genre, voici 5 vidéos qui démontrent que Sandy Hook n’était qu’une vaste mascarade.
    1) Lapsus révélateur. Un enfant de l’école vent la mèche et indique que c’était un exercice:

    2) Sandy Hook porte la marque de fabrique de la FEMA:

    3) Cette petite fille a besoin d’un peu d’aide pour réciter son texte:

    Dans cette autre vidéo, les « parents » agissent comme si la fillette devait être tenue en laisse. Elle essaye de se défaire de l’emprise physique de son « père », sans succès. Le malaise est palpable… (5:45 – 7:45)

    4) Ce papa visiblement très en deuil…se marre un bon coup.

    Documentaire collaboratif

    produit par le site Independant Media solidarity :
    http://www.mediasolidarity.com/

    Curieusement aussi Laura Phelps, l’une des supposées mère de victime est actrice:

    Son mari aussi:

    La tante d’Emilie Parker dit qu’elle a des grandes sœurs alors qu’elle est la plus âgée:

    Pour la « fusillade d’Aurora », on avait aussi utilisé une actrice :

  16. Carlos dit :

    L’attentat de Boston du 15 avril 2013, les terroristes avaient des liens avec la fondation Jamestown, proche de la CIA ! Ruslan Tsarnaev, est l’oncle des 2 terroristes tchétchènes de Boston, et le gendre d’un ancien très haut responsable de la CIA. Jamestown est connue dans le monde du renseignement comme constituant l’un des paravents des actions de déstabilisation de la Russie conduites par la CIA américaine, notamment contre la Russie dans le Caucase.

    Les frères Tsarnaïev étaient-ils des agents doubles qui se seraient retournés contre les services de renseignements américains ? Quel est alors le commanditaire et quel objectif poursuit-il ? Lors de son interrogatoire sur son lit d’hôpital, Djokhar Tsarnaïev aurait indiqué avoir agi en représailles aux guerres menées par les États-Unis en Irak et en Afghanistan et avoué avoir envisagé un attentat à New York.

    Ou bien l’attentat de Boston aurait-il été commandité par les services américains eux-mêmes, comme la rumeur s’en est aussitôt propagée sur Internet ? Et si oui dans quel but ?

    https://www.upr.fr/actualite/monde/lagence-russe-izvestia-revele-les-liens-entre-lun-des-terroristes-de-boston-et-la-fondation-jamestown-proche-de-la-cia
    https://www.upr.fr/actualite/monde/ruslan-tsarnaev-oncle-des-2-terroristes-tchetchenes-de-boston-est-le-gendre-dun-ancien-tres-haut-responsable-de-la-cia

    Pour Paul Craig Roberts, Dzhokhar Tsarnaev est innocent !
    http://www.paulcraigroberts.org/2015/08/17/fbi-evidence-proves-innocence-accused-boston-marathon-bomber-dzhokhar-tsarnaev/

    • Engel dit :

      Pour les attentats, il est aussi utilisé des personnes mises sous contrôle mental (MK-Ultra). Cela semble le cas avec l’auteur de 24 ans de la fusillade d’Aurora durant la nuit du 19 au 20 juillet 2012. James Eagan Holmes avait ouvert le feu dans un cinéma Aurora, durant la première du film « The Dark Night Rise » tuant une douzaine de personnes et en en blessant 58.

      Lors de son procès qui débuta le 27 avril 2015, une femme, Deborah Cave, se prétendit être la véritable mère biologique du condamné. On le lui aurait retiré pour cause de maladie mentale pour le donner à une mère adoptive. Elle accuse indirectement le FBI de l’avoir fait. Par ailleurs on sait que les enfants souffrant de troubles de la personnalité sont des proies idéales pour les programmes du genre MK-Ultra !

      Les yeux des victimes de ces programmes sont particulièrement troublants ! Il est intéressant de comparer ceux de James Eagan Holmes avec ceux d’Adam Lanza (l’auteur de la tuerie de l’école Sandy Hook) ! Stanley Kubrick n’en faisait-il pas allusion dans son film « Orange Mécanique » ? Et que penser de « Conspiracy theory » avec Mel Gibson ?

  17. Jérémie dit :

    Sur la décapitation de Steven Sotloff, montrée en vidéo, il reste une grosse part d’ombre ! À la toute fin de la séquence (d’une durée de 2’47), on peut entendre une voix basse (en anglais) se réjouissant de la prestation de l’homme en noir par ces mots : « Bien, bien ». De plus pourquoi avoir occulté sa nationalité israélienne ? Sa pseudo-conversion à l’islam, ses connexions avec les services secrets et la mouvance islamophobe ? De plus la vidéo n’a-t-elle pas été mise en ligne par une officine sioniste de propagande américaine ? Il s’agit d’une structure dénommée SITE Intelligence Group dont la directrice et fondatrice se nomme Rita Katz. Fille d’un Irakien exécuté sur la place centrale de Bagdad pour espionnage au profit de l’État hébreu, cette Israélo-Américaine est à la fois proche du FBI et de la mouvance sioniste. Après avoir collaboré (dès son arrivée aux Etats-Unis) avec une agence liée à la droite israélienne radicale et anti-islam, (« The Investigative project on terrorism »), elle a connu son moment de gloire en 2003, lors de la parution de son livre Terrorist Hunter dans lequel elle relata ses infiltrations dans les groupes islamistes (dans le style sensationnaliste et factuellement controversé de Mohamed Sifaoui). Celle qui estime que « les juifs appartiennent à Israël » est désormais réputée auprès des experts du terrorisme: la plupart des documents audiovisuels mensongèrement imputés à Oussama Ben Laden et relayés aux médias avaient été « découverts » par son « centre de surveillance des sites islamistes », parfois en tandem avec un autre groupe dénommé IntelCenter.

    Cette structure partenaire a également relayé en solo bon nombre de vidéos ou messages attribués à Al-Qaïda. En janvier 2001, son président, Ben N. Venzke, s’était fait remarquer sur la scène nationale en publiant un rapport détaillé sur le »cyber-conflit israélo-palestinien ». IntelCenter était initialement une émanation de iDefense, un laboratoire dirigé par le chrétien évangélique Jim Melnick, militaire alors chargé des opérations psychologiques auprès du secrétaire à la Défense – et « ami » déclaré du Likoud, Donald Rumsfeld.

    Pour revenir à Sotloff, il a parcouru de 2008 à 2013, le Moyen-Orient en sa qualité de journaliste freelance. Ses premiers employeurs: The Jerusalem Post et The Media Line, deux organes proches de la droite dure israélienne. De 2011 à 2013, Sotloff a également entretenu une chaleureuse correspondance avec un journaliste israélo-américain passé par la même école d’Herzliya. Dénommé Oren Kessler, l’homme basé à Londres, est membre de la Société Henry Jackson, influent think-tank du néoconservatisme (pro-Israël, pro-Etats-Unis, islamophobe) à destination de l’Europe. Après la mort de Sotloff, Kessler révéla incidemment que Sotloff avait feint d’être musulman lors de ses voyages dans les pays arabes. Un autre témoignage corrobore ce récit en précisant que Sotloff prétendait être d’origine tchétchène pour expliquer la consonance de son patronyme.

    Bref, dans les vidéos Foley et Sotloff, pourquoi la décapitation n’est pas entièrement filmée ? Un voile noir apparaît en fondu dans les premières secondes avant de laisser entrevoir une tête ensanglantée reposant sur un corps allongé au sol. À l’inverse, toutes les autres vidéos de l’Etat islamique sont particulièrement crues: les assassins vidéastes filment en image haute-définition leurs cibles avant, pendant et après leur exécution. Pourquoi Foley et Sotloff, pourtant présentés comme des emblèmes de l’ennemi américain, ont-ils eu droit à un régime d’exception ?

    Sur James Foley, on va jusqu’à dire que sa pseudo soeur serait une actrice de la CIA américaine qui joue plusieurs rôles ! Elle ressemble étonnamment à la compagne de classe d’ Adam Lanza, tueur de l’école Sandy Hook!
    http://www.wikistrike.com/2014/09/exclu-wikistrike-la-soeur-du-journaliste-james-foley-execute-par-l-isis-est-une-actrice-de-la-cia-en-voici-la-preuve.html
    Elle se met à rire en plein interview sur la mort de son frère, tout comme la jeune Cassidy Stay qui avait supposément perdu toute sa famille lors de la fusillade de Huston. Dans la vidéo ci-dessous on voit bien que nous avons un décor de théâtre et non une maison réelle ! Un cadre tombe ! Ce qui ne fait même pas retourner le frère et la soeur de Foley !

    Dernièrement, on avait à nouveau un curieux montage montrant des otages japonais pris par l’Etat Islamique.

    Le journal nippon The Japan News y voyait des incohérences comme les ombres des personnages. Des experts dans le domaine de l’imagerie numérique, estiment que les images des otages ont pu être tournées séparément pour ensuite être combinées en une seule vidéo afin de rendre la scène plus effrayante. Dans la vidéo, les deux hommes, qui se nommeraient respectivement Haruna Yukawa, 42 ans, et Kenji Goto, 47 ans, sont agenouillés dans un désert. Un homme tout de noir vêtu se tient entre eux. Il porte un couteau et profère des propos intimidants. Les ombres de l’homme situé à gauche de l’écran, probablement Kenji Goto, et de la personne au centre semble s’étendre vers l’arrière et vers la droite. Cependant, l’ombre de l’homme situé à droite de la vidéo, probablement Haruna Yukawa, s’étend vers l’arrière-gauche. Les ombres de la tête des otages se voient sur leur cou, et semblent être dirigées dans des directions opposées. Le professeur Shigeo Morishima, de la Waseda University, est expert en ingénierie de la communication et de l’information. Il s’est penché sur la couleur orange que portent les deux otages. Selon lui, les couleurs ont des ombrages différents, et les habits ne subissent pas l’effet du vent au même moment, Pour cette raison, « il est possible que les images de ces deux otages aient été tournées dans des endroits différents ».
    http://the-japan-news.com/news/article/0001871562

    • Engel dit :

      Dans la série turque « Kurtlar Vadisi Pusu » (la vallée des loups),

      diffusée le 18 Septembre 2014, soit un mois après que la vidéo de James Foley ait été rendu publique, on retrouve le même genre d’exécution avec les mêmes vêtements (voir à partir de 59 mn 40) Comment se fait-il qu’une telle scène soit présente dans une série qui est censée être filmé depuis un bon moment déjà ?

      Le 15 février 2015, l’Etat islamique mettait en ligne une vidéo destinée à montrer la décapitation de 21 chrétiens égyptiens enlevés en Libye. Vêtus de combinaisons orange, les victimes sont décapitées après avoir été mises au sol. La vidéo apparaît via le fil Twitter d’un site soutenant les djihadistes de l’EI.
      http://www.liberation.fr/monde/2015/02/15/l-ei-affirme-avoir-decapite-des-egyptiens-chretiens-en-libye_1203372

  18. Lino dit :

    L’attaque du centre commercial Westgate à Nairobi du 21 au 24 septembre 2013 par quatre terroristes somaliens du groupe Al-Shabbaab. 66 personnes assassinées dont de nombreuses femmes et enfants. Plus de cent caméras de surveillance ont tout filmé. Les survivants racontent l’enfer et permettent aussi de mieux comprendre ce qui se passe dans la tête de ces hommes. :
    http://rutube.ru/video/4469fe45f2c03fa698c4dcc2405d9a5e/

  19. John dit :

    Les USA sont-ils une nation pacifique ? Servent-ils – comme ils le proclament à qui veut bien l’entendre – » la paix et la démocratie » dans le monde, où sont-ils au contraire enclins à intervenir militairement pour défendre ce qu’ils estiment être leurs intérêts ?

    Dès 1845, le Manifest Destiny témoigne que les USA ont élaboré une idéologie de colonisation, selon laquelle ils auraient la mission divine d’apporter la démocratie et la civilisation vers l’Ouest, sur les terres amérindiennes. Le résultat est connu : estimée entre 9 et 11,5 millions à la fin du xvème siècle, la population des Indiens d’Amérique du Nord n’était plus que de 250 000 en 1890.

    Au début du XXème siècle, le président Théodore Roosevelt reprendra le concept afin de justifier l’expansionnisme et l’interventionnisme des États-Unis hors de ses frontières quand les intérêts américains étaient menacés. Il déclara notamment : « Je crois que Dieu a présidé à la naissance de cette nation et que nous sommes choisis pour montrer la voie aux nations du monde dans leur marche sur les sentiers de la liberté. »

    1846 : Mexique. A l’issue d’une guerre qu’ils avaient programmées et provoquées, les États-Unis s’emparent de la moitié du territoire mexicain. Ce territoire conquis s’appelle aujourd’hui : la Californie, le Nevada, l’Utah, l’Arizona, le Nouveau-Mexique, le Colorado (en partie).

    1852-1853 : Argentine. Les Marines débarquent et s’installent à Buenos-Aires pour protéger les intérêts américains face à une révolution.

    1853 : Nicaragua. Protection des citoyens et intérêts américains pendant des troubles politiques.

    1853-1854 : Japon. « Plan d’ouverture du Japon » et expédition Perry qui conduit, avec les navires de guerre américains, à forcer le Japon à ouvrir ses ports aux États-Unis. Attendant une réponse du Japon l’autorisant à se rendre dans ce pays, le contre-amiral américain Perry, opère une démonstration navale de force et débarque par deux fois. Il obtient des autorités de Naha, sur l’île d’Okinawa, la gestion d’une concession minière. Il opère la même démonstration de force dans les îles de Bonin afin d’obtenir des facilités commerciales.

    1854 : Nicaragua. Pour venger une offense faite au ministre-président américain en poste au Nicaragua : destruction de la vile de Greytown (San Juan del Norte).

    1855 : Uruguay. Les armées américaines et européennes débarquent pour protéger les intérêts américains au cours d’une tentative de révolution à Montevideo.

    1859 : Chine. Intervention destinée à protéger les intérêts des États-Unis à Shanghai.

    1860 : Angola. Intervention en Afrique occidentale portugaise pour assurer la sécurité des citoyens et des biens américains pendant une révolte indigène à Kissembo.

    1893 : Hawaii. Sous couvert officiel de protéger les vies et les biens des américains, cette intervention visa à mettre en place un gouvernement provisoire sous l’autorité de Sanford D. Dole.

    1894 : Nicaragua. Intervention militaire pour protéger les intérêts américains à Bluefields à la suite d’une révolution.

    1898 : Cuba. Sous prétexte de libérer l’île de la tutelle espagnole, les États-Unis s’installent et imposent une base militaire, la possibilités d’investissements financiers américains et un droit d’intervention dans les affaires intérieures du pays.

    1898 : Porto-Rico, Hawaii, Wake, Guam. Sous prétexte de défaire la tutelle espagnole, les États-Unis s’installent et imposent une base militaire, la possibilités d’investissements financiers américains et un droit d’intervention dans les affaires intérieures du pays.

    1898 : Philippines. L’archipel est vendu aux USA par l’Espagne (décembre 1898), les philippins se soulèvent contre les États-Unis (février 1899), les États-Unis envoie 70 000 militaires qui mettront trois ans pour mater le soulèvement (des milliers de pertes humaines).

    1903 : Colombie. Les États-Unis fomentent une révolution à l’issue de laquelle ils créent de toute pièce la République de Panama qui lui assure le contrôle du canal et des bénéfices qu’il génère.

    1914-1918 : Première Guerre Mondiale.

    1915 : Haïti. Nouvelle intervention et occupation des troupes américaines pendant 19 ans.

    1916 : République Dominicaine. Quatrième intervention et maintien des troupes américaines pendant 8 ans.

    1926 : Nicaragua. Nouvelle intervention et expédition de 5000 militaires pour contrer une révolution.

    1940-1945 : Deuxième Guerre Mondiale.

    1945 : Début de la Guerre Froide entre les États-Unis et l’URSS.

    1945 : Japon. Bombardements atomiques de Hiroshima et Nagasaki.

    1945-46 : Chine. Bombardements.

    1946 : Philippines. Colonie américaine jusqu’à l’occupation japonaise, les Philippines accèdent à leur indépendance en 1946 en concédant aux États-Unis un droit illimité d’exploitation des ressources naturelles du pays au titre des dommages de guerre. Jusqu’en 1992 les États-Unis conservent 23 bases militaires et participent à la répression des opposants communistes ou musulmans.

    1947 : Grèce. Les États-Unis volent au secours de la dictature de colonels mise en place par les britanniques et menacée par la guérilla des gauchistes. Les États-Unis livrent 74 000 tonnes de matériels militaires et d’armements et envoient 250 «conseillers » militaires sur le terrain, assurant ainsi la victoire des forces de droite en 1949.

    1950 : Porto Rico. Les troupes américaines qui stationnent en permanence écrasent un mouvement d’indépendance. Deux ans plus tard, Porto Rico se voit accorder le statut d‘État libre associé aux États-Unis.

    1950-1953 : Corée. Les forces armées de la Corée du Nord franchissent le 38ème parallèle et pénètrent en Corée du Sud. A la «demande » des Nations-Unies, les États-Unis acceptent d’aider à repousser l’agression armée. 2 millions de coréens trouvent la mort au cours de cette guerre.

    1950-53 : Chine. Nouveaux bombardements.

    1953 : Iran. Opération Ajax, un coup d’État orchestré par la CIA est mené par l’armée et les grands propriétaires fonciers après que les britanniques aient organisés le boycott des compagnies pétrolières iraniennes suite à leur nationalisation en 1951. Les États-Unis soutiennent pendant les 25 ans qui suivent l’homme fort du pays, le Shah d’Iran. Celui-ci s’enfuira en 1978 devant le raz-de-marée de la Révolution Islamique de l’ayatollah Khomeiney en exil. Deux ans plus tard, en 1980, la guerre entre l’Iran et l’Irak sera une aubaine pour les industries d’armements, notamment américaines.

    1954 : Guatemala. Opération PBSUCCESS, des mercenaires entraînés par la CIA au Honduras et au Nicaragua renversent, avec l’aide de l’aviation américaine, le gouvernement démocratique du président Arbenz Guzman remplacé par une junte militaire réclamée par Eisenhower.

    1958 : Liban. Des milliers de Marines sont envoyés à Beyrouth pour empêcher le renversement du gouvernement pro-américain et protéger les intérêts américains dans la région.

    1958 : Indonésie. Bombardements par les militaires et combattants islamistes appuyés par les États-Unis contre le gouvernement démocratique de Sumatra.

    1960 : Guatemala. Bombardements.

    1961 : Cuba. Opération Mongoose, armés et entraînés par la CIA, plus de 1000 exilés cubains débarquent dans la Baie des Cochons avec l’espoir de provoquer une rébellion contre le gouvernement castriste en place très populaire. Le soulèvement n’a pas lieu, les mercenaires sont rejetés à la mer, les États-Unis imposent un embargo à Cuba.

    1961-1972 : Vietnam. Pendant 11 ans, les États-Unis, prenant le relais de l’armée française, utilisent tout leur arsenal militaire y compris des armes chimiques pour venir à bout d’un mouvement révolutionnaire nationaliste d’indépendance. La plus longue guerre dans laquelle se sont embarqués les États-Unis causera la mort de plus d’un million de combattants vietnamiens, quatre millions de civils et près de 60000 soldats américains.

    1961-1972 : Laos et Cambodge. Bien qu’officiellement pas en guerre avec ces deux pays, les États-Unis y effectuèrent d’incessantes attaques aériennes et d’innombrables massacres de populations.

    1961 : Congo. Assassinat du premier ministre Patrice Lumumba par les services secrets belges soutenus par la CIA.

    1962 : Cuba. Crise des missiles.

    1964 : Panama. Les Marines qui protègent les intérêts américains du canal de Panama écrasent une révolte visant à nationaliser ce secteur stratégique. Après avoir protégé et utilisé le dictateur panaméen pour leurs attaques contre le Nicaragua sandiniste, les USA s’en débarrassent. 26 000 soldats américains envahissent le pays sous couvert de le faire comparaître devant les tribunaux américains pour trafic de drogue. Des centaines de civils périssent sous les bombardements.

    1964 : Brésil. Renversement du président Joao Goulart par un putch militaire soutenu par la CIA et instauration de la dictature du maréchal Castelo Branco.

    1964 : Congo. Bombardements pour réprimer la révolte nationaliste de gauche soutenue par l’Organisation de l’Unité Africaine.

    1965 : Indonésie. Prétextant une tentative de putch des communiste pourtant proche du pouvoir de Sukarno, une opération militaire sanglante dont les dirigeants sont téléguidés par la CIA est menée. Des centaines de milliers d’indonésiens sont victimes d’une chasse à l’opposant, la longue et meurtrière carrière de l’homme de paille américain Suharto commence pour culminer au Timor Oriental.

    1965 : République Dominicaine. Sous le couvert de l’Organisation des États Américains, les États-Unis interviennent militairement pour contrer une prétendue menace communiste et provoquent un coup d’État contre le président Juan Bosch élu démocratiquement. La bataille de Saint-Domingue fait quelque 10 000 victimes.

    1965 : Pérou. Bombardements.

    1967-69 : Guatemala. Formation des forces armées guatémaltèques du président Julio César Mendez Montenegro par les forces spéciales américaines pour contrer les attaques des rebelles gauchistes.

    1970 : Oman. Soutien logistique de la CIA et formation par des conseillers américains, les troupes iraniennes tentent d’envahir le sultanat pour contrer l’insurrection communiste dite Guerre du Dhofar.

    1970 : Moyen-Orient. Implication militaire des États-Unis auprès d’Israël dans les guerres qui ont lieu dans cette région du globe.

    1973 : Chili. Suite à la réforme agraire et aux nationalisations, les États-Unis, par l’intermédiaire de la CIA et de la firme ITT, fomentent un coup d’État militaire qui conduit à l’extermination du président élu de gauche Salvador Allende. Des milliers de morts, de femmes et d’enfants enlevés et torturés, et l’installation de la dictature d’extrême-droite du général Pinochet conseillé par la CIA.

    1975-1999 : Timor Oriental. Les États-Unis soutiennent sans faillir l’invasion et l’annexion conduite par l’Indonésie de Suharto. Un tiers de la population est décimée en près de 25 années. Alors qu’en 1999 lors d’un référendum, 80% de la population du Timor Oriental choisit l’indépendance, les États-Unis soutiennent les exactions et la terreur de milices téléguidées par l’armée indonésienne qui s’opposent à l’indépendance. Les États-Unis finissent par accepter, sous la pression internationale, l’idée d’une force de maintien de la Paix de l’ONU.

    1979-1989 : Afghanistan. Opération Cyclone, soutien logistique aux Moudjahidins du commandant Massoud pour contrer l’invasion de l’URSS. Soutien à Oussama Ben Laden appuyé par les services secrets pakistanais, l’ISI, dans le recrutement, la formation et l’envoi de combattants islamistes sur le front afghan.

    1980-1990 : Salvador. Les États-Unis s’engagent militairement aux côté des forces gouvernementales, de l’oligarchie au pouvoir et des escadrons de la mort de l’armée salvadorienne pour contrer la guérilla marxiste du FMLN. En 1980, l’archevêque Romero, très populaire chez les pauvres, est assassiné par des hommes proches de la CIA. En dix ans, la guerre civile a fait plus de 100 000 morts.

    1981-1988 : Nicaragua. Les États-Unis n’acceptent pas la série de réformes que les Sandinistes du président Daniel Ortega arrivés au pouvoir en 1979 engagent. Les États-Unis apportent leur soutien aux Contras basés au Honduras. En 1986, le scandale de l’Irangate révèle que le produit financier des ventes d’armes américaines à l’Iran a servi a financer les Contras.

    1982-1984 : Liban. Les troupes phalangistes du Liban soutenues par Israël et les États-Unis expulsent et massacrent des Palestiniens.

    1983 : Grenade. Opération Urgent Fury, embourbés au Liban, les États-Unis font une démonstration de force en envahissant la minuscule île de la Grenade prétextant de la sécurité de quelques citoyens américains et pour renverser le dirigeant Maurice Bishop suite à son coup d’Etat pacifique contre le régime autoritaire du Premier Ministre Eric Gairy. Huit ans plus tard, le Wall Street Journal qualifie cette démonstration d’« invasion des banques », l’île est devenue un paradis pour la fraude financière et l’évasion fiscale.

    1986 : Libye. Suite aux attentats anti-américains en Europe, l’aviation américaine bombarde des villes libyennes, faisant des centaines de victimes parmi les civils et les officiels.

    1986 : Les États-Unis sont condamnés pour « usage illégal de la force » contre le Nicaragua par la Cour internationale de justice de La Haye.

    1988 : Iran. Opération Praying Mantis de la marine américaine contre les deux plateformes pétrolières iraniennes, Sassan & Sirri, durant la guerre Iran-Irak et suite aux dégâts de la frégate USS Samuel B. Roberts causés par une mine iranienne.

    1989 : Philippines. L’aviation américaine prête main-forte aux forces gouvernementales pour contrecarrer un des nombreux coup d’État contre la présidente Corazon Aquino, farouche opposante aux communistes et aux indépendantistes musulmans.

    1989 : Panama. Opération Just Cause, le président George H.W. Bush ordonne la prise de contrôle du canal de Panama et renverse le dictateur militaire Manuel Noriega, agent double de la CIA, suite au prétexte de l’exécution d’un soldat américain par des soldats panaméens.

    1991 : Fin de la « Guerre froide » entre les États-Unis et l’URSS.

    1991 : Irak. Allié précieux des États-Unis dans la région durant de longues années, le dictateur Saddam Hussein envahit le Koweït sans en référer à la superpuissance. Les États-Unis, n’acceptant pas de perdre le contrôle d’une partie des ressources pétrolières du Golfe, déclarent la guerre à l’Irak en janvier 1991 et mettent en place une coalition militaire internationale qui, avec le soutien de l’ONU, libère le Koweït. L’Irak est placé sous embargo.

    1993-1994 : Somalie. Fiasco des opérations Restore Hope I et II, en appui à l’ONU, pour mettre fin à la guerre civile du seigneur de guerre Mohamed Aidid.

    1994 : Haïti. Ayant occupé Haïti de 1915 à 1934 puis soutenus les deux effroyables dictatures de François et Jean-Claude Duvalier de 1957 à 1986, les États-Unis se montrent favorables au renversement par coup d’État, en 1991, contre le dictateur Raoul Cédras remplacé par le le président en exil Jean-Bertrand Aristide escorté par 22000 soldats américains. Parmi les militaires impliqués dans le coup d’État, le colonel François qui a été formé, comme les dictateurs latino-américains Noriega et d’Aubuisson, dans la même académie militaire américaine. Trois ans plus tard les États-Unis interviennent militairement pour remettre en scelle le président déchu.

    1995 : Yougoslavie. Bombardements en Bosnie-Herzégovine en soutien aux forces armées de l’ONU/OTAN.

    1996 : Somalie. Soutien de la CIA dans l’assassinat de Mohamed Aidid.

    1998 : Irak. Les États-Unis et l’Angleterre reprennent leurs bombardements sur l’Irak et se fixent comme objectif l’élimination physique de Saddam Hussein et la mise en place d’un gouvernement de remplacement.

    1998 : Soudan. Opération Infinite Reach, en riposte aux attentats terroristes contre les ambassades américaines de Nairobi au Kenya et de Dar-es-Salaam en Tanzanie, l’armée américaine détruit un complexe pharmaceutique d’Al-Shifa supposé servir de lieux de production d’armement chimique à des fins terroristes.

    1998 : Afghanistan, Opération Infinite Reach, bombardements massifs par la marine américaine de quatre camps d’entrainement dont Al Badr, El Farouq et Zawhar Kili, dirigés par Oussama Ben Laden, ex-agent de la CIA, lors d’un sommet de hauts responsables de plusieurs milices islamistes. L’attaque américaine provoqua la mort de cinq agents secrets pakistanais de l’ISI.

    1998 : Timor Oriental. Soutien logistique à l’ONU pour son indépendance.

    1999 : Yougoslavie. Au mois de mars, sous l’impulsion des États-Unis, l’OTAN bombarde le Kosovo et la Serbie ou s’opposent l’Armée de Libération du Kosovo qui depuis 1998 mène des opérations de guérilla et les forces de polices serbes qui, de leur côté, prennent en otage les populations civiles. Des centaines de bombes à uranium appauvri sont testées par les États-Unis.

    11 septembre 2001 : Début de la Guerre contre le Terrorisme. Lancement de l’opération Enduring Freedom à l’échelle du globe.

    2001 à nos jours : Afghanistan. Opération Active Endeavour, suite aux attentats du 11 septembre attribués à l’organisation Al-Qaïda dirigée par Oussama Ben Laden, les États-Unis forment une coalition internationale, implantent des bases au Pakistan et bombardent massivement le pays. Les Taliban sont renversés. Les États-Unis ne parviennent pas à imposer leur « protégé » (l’ancien roi), un gouvernement de transition est mis en place. Les prisonniers de guerre se voient déniés par les États-Unis de leurs droits internationaux reconnus par les conventions internationales, certains sont déportés sur la base militaire américaine de Guantanamo à Cuba et subissent un régime d’exception contraire aux principes internationaux et à la législation américaine elle-même. Derrière ces événements, les États-Unis légitiment leur allié dictateur du Pakistan, assurent peu à peu leur mainmise sur le transit des ressources naturelles régionales.

    2002 : Irak, Iran et Corée du Nord. Les États-Unis placent ces pays au nombre des composantes de l’Axe du Mal, la nouvelle doctrine militaro-mystique de mise en place de « guerres préventives » contre tous ceux qui ne s’alignent pas sur les États-Unis.

    2002 : Phillipines. Opération Enduring Freedom, soutien économique et militaire au gouvernement philippin contre les guérillas.

    2002 : Corne de l’Afrique. Opération Enduring Freedom.

    2002 : Géorgie. Opération Enduring Freedom, formation de plusieurs bataillons d’infanterie de l’armée géorgienne dans la vallée du Pankissi.

    2002 : Irak. Les États-Unis font pression sur la communauté internationale pour lancer un corps expéditionnaire en Irak visant au renversement de Saddam Hussein, à l’instauration d’un gouvernement favorable à leurs intérêts, à l’obtention des principales parts de marchés de la reconstruction du pays après bombardements, à l’octroi de concessions sur les immenses ressources pétrolières du pays. Fin 2002, les USA et leurs alliés anglais ont massés des dizaines de milliers de soldats sur-équipés sur place, prêts à une offensive.

    2003 : Irak. Les États-Unis outrepassent les décisions de l’ONU et envahissent l’Irak dans la nuit du 19 au 20 mars, avec le soutien de l’Angleterre. Un déluge de feu s’abat sur le pays et la population dont déjà près de 500 000 personnes sont mortes en 10 ans du fait du blocus économique (800 missiles Tomahawk, 23 000 bombes à uranium, à fragmentation, mini-nucléaire). Un mouvement mondial d’opposition à la guerre et à l’agression militaire des États-Unis se développe en faveur de la paix et pour le respect du droit international. La majorité des pays de la planète condamnent l’agression américaine contre un pays souverain. Par cet acte les USA ouvre la voix dangereuse et criminelle à la doctrine de la guerre préventive permettant d’attaquer tout pays ne se soumettant pas à la conception impérialiste américaine.

    2003 : Sao Tomé-et-Principe. Intervention suite à une tentative de coup d’État militaire contre le président Fradique de Menezes.

    2004 : Haïti. Intervention militaire avec l’aide de la France pour chasser le président Jean-Bertrad Aristide.

    2004 à nos jours : Pakistan. Début de la guerre du Waziristan contre les nombreux mouvements de Taliban. Bombardements réguliers par des drones de l’armée américaine et de la CIA.

    2004 : Algérie. Soutien militaire au gouvernement dans sa lutte contre le GSPC devenu AQMI (Al-Qaïda au Maghreb Islamique).

    2004 : Kyrghizstan. Opération Enduring Freedom.

    2008 à nos jours : Somalie. Bombardements de plusieurs camps islamistes d’Al-Shabaab supposés être liés à Al-Qaïda.

    2008-2009 : Palestine. Soutien financier et logistique à l’armée israélienne dont l’envoi de 3000 tonnes de munitions en prélude à l’opération Plomb Durci dans la Bande de Gaza contre le Hamas.

    2009-2010 : Yémen. Bombardements par l’aviation américaine de plusieurs camps de la rébellion zaïdites des Houthis soutenus par l’Iran et en conflit contre le gouvernement yéménite depuis 2004, dit Insurrection de Sa’dah.

    etc….etc…
    http://www.breizh-info.com/22441/actualite-internationale/usa-chronologie-des-interventions-dans-le-monde-1845-2010/

    Autre manière de voir les USA :

    • Anne dit :

      Il y a aussi les nombreuses opérations false flag organisées par les gouvernements Dans les 42 cas suivants, les fonctionnaires du gouvernement qui ont effectué l’attaque (ou sérieusement proposé une attaque) l’ont admis, que ce soit oralement ou par écrit:

      1) Les troupes japonaises ont déclenché une petite explosion sur une voie ferrée en 1931, et l’ont faussement attribué à la Chine pour justifier une invasion de la Mandchourie. Ceci est connu comme l »«Incident de Mukden» ou le «Manchurian incident». Le Tribunal militaire international de Tokyo a statué que: « Plusieurs des participants dans le plan, y compris Hashimoto [un officier de l’armée japonaise de haut rang], ont à plusieurs reprises reconnu leur rôle dans l’intrigue et ont déclaré que l’objet de l’« incident » était de donner une excuse pour l’occupation de la Mandchourie par l’armée japonaise du Guandong …. « .

      2) Un major nazi a admis au procès de Nuremberg que, sous les ordres du chef de la Gestapo, lui et quelques autres agents nazis ont organisé des attaques sur leurs propre peuple et installations, attaques qui étaient attribuées aux Polonais pour justifier l’invasion de la Pologne.

      3) Le général nazi Franz Halder a également témoigné au procès de Nuremberg que le dirigeant nazi Hermann Goering avait admis avoir mis le feu au bâtiment du parlement allemand en 1933, puis avoir blâmé faussement les communistes pour l’incendie criminel.

      4) Le dirigeant soviétique Nikita Khrouchtchev a admis par écrit que l’Armée rouge de l’Union soviétique a bombardé le village russe de Mainila en 1939 – tout en blâmant l’attaque sur la Finlande – afin de lancer la «guerre d’hiver» contre la Finlande. Le Président russe Boris Eltsine a reconnu que la Russie avait été l’agresseur dans la guerre d’Hiver.

      5) Le Parlement russe, l’actuel président russe Vladimir Poutine et l’ancien dirigeant soviétique Gorbatchev admettent tous que le dirigeant soviétique Joseph Staline ordonna a sa police secrète d’exécuter 22 000 officiers et civils de l’armée polonaise en 1940, tout en blâmant faussement les nazis.

      6) Le gouvernement britannique admet qu’entre 1946 et 1948, il a bombardé cinq navires transportant des Juifs qui tentaient de fuir l’Holocauste en quête de sécurité en Palestine, mit en place un faux groupe appelé les « défenseurs de la Palestine arabe », puis ce pseudo groupe revendiqua à tort la responsabilité des attentats.

      7) Israël admet qu’en 1954, une cellule terroriste israélienne opérant en Egypte a posé des bombes dans plusieurs bâtiments, y compris des installations diplomatiques américaines, puis a a laissé des «preuves» impliquant des Arabes comme étant les coupables (une des bombes a explosé prématurément, permettant aux Égyptiens d’identifier les responsables, et plusieurs des Israéliens avouèrent ultérieurement).

      8) La CIA admet qu’il ont embauché des Iraniens dans les années 50 afin qu’ils se présentent comme des communistes et organisent des attentats à la bombe en Iran dans le but que le pays se révolte contre son premier ministre démocratiquement élu.

      9) Le Premier ministre turc a admis que le gouvernement turc a réalisé l’attentat de 1955 sur un consulat de Turquie en Grèce, endommageant aussi le berceau du fondateur de la Turquie moderne à proximité – et blâmant la Grèce, dans le but d’inciter et de justifier la violence contre les grecs.

      10) Le Premier ministre britannique a admis à son secrétaire à la défense que lui et le président américain Dwight Eisenhower avaient approuvé un plan en 1957 pour mener des attaques en Syrie et en rejeter la faute sur le gouvernement syrien comme un moyen pour effectuer un changement de régime.

      11) L’ancien Premier ministre italien, un juge italien, et l’ancien chef du contre-espionnage italien admettent que l’OTAN, avec l’aide du Pentagone et de la CIA, ont réalisé des attentats terroristes en Italie et d’autres pays européens dans les années 1950 et ils accusèrent les communistes, afin de rallier le soutien des gens pour leurs gouvernements en Europe dans leur lutte contre le communisme. Comme un participant à ce programme autrefois secret a déclaré: « Vous deviez attaquer des civils, des gens, des femmes, des enfants, des innocents, des personnes inconnues éloignées de tout jeu politique. La raison en est assez simple. Ils étaient censés forcer ces gens, le public italien, à se tourner vers l’État pour demander une plus grande sécurité « (et voir ceci) (l’Italie et d’autres pays européens soumis à la campagne de terreur avaient adhéré à l’OTAN avant que les attentats n’aient lieu). Et regarder ce documentaire de la BBC. Ils auraient également mené des attaques terroristes en France, Belgique, Danemark, Allemagne, Grèce, Pays-Bas, Norvège, Portugal, Royaume-Uni et d’autres pays.

      12) En 1960, le sénateur américain George Smathers a suggéré que les Etats-Unis lancent « une fausse attaque sur la base de Guantanamo qui nous donnerait l’excuse de fomenter effectivement un combat qui nous donnerait une excuse pour y aller et [renverser Castro] » .

      13) Des documents officiels du Département d’état montrent qu’en 1961, le responsable du comité des chefs d’état-major interarmées et d’autres responsables de haut niveau ont proposé de faire exploser un consulat de la République dominicaine pour justifier une invasion de ce pays. Les plans n’ont pas été mis à exécution mais ils ont été discutés comme des propositions sérieuses.

      14) Comme cela fût admis par le gouvernement américain, des documents récemment déclassifiés montrent qu’en 1962, les chefs d’état-major interarmées américain ont signé un plan visant à faire exploser des avions américains (en utilisant un plan élaboré impliquant la commutation d’avions), et aussi de mettre en oeuvre des actes terroristes sur le sol américain, puis à blâmer les Cubains pour justifier une invasion de Cuba. Voir le rapport suivant d’ABC News; les documents officiels; et cette entrevue avec l’ancien producteur d’investigation de Washington pour ABC World News Tonight avec Peter Jennings.

      15) En 1963, le département américain de la Défense a écrit un article sur la promotion d’attaques sur des nations au sein de l’Organisation des États américains – tels que Trinité-et-Tobago ou la Jamaïque afin de les imputer faussement à Cuba.
      http://www.voltairenet.org/IMG/pdf/Op-Northwoods_FR.pdf

      16) Le ministère américain de la Défense a même suggéré de payer secrètement une personne dans le gouvernement de Castro pour attaquer les Etats-Unis: « La seule hypothèse restante à considérer serait alors de soudoyer un des commandants subordonnés de Castro afin qu’ils lancent une attaque sur Guantanamo. »

      17) La NSA admet qu’elle a menti sur ce qui se s’est réellement passé dans le golfe du Tonkin en 1964 … manipulant des données pour faire comme si des bateaux nord-vietnamiens avaient tiré sur un navire américain de manière à créer une fausse justification pour la guerre du Vietnam.

      18) Un comité du Congrès américain a admis que – dans le cadre de sa campagne « Cointelpro » – le FBI avait utilisé de nombreux provocateurs dans les années 1950 à 1970 pour perpétrer des actes violents et les attribuer faussement à des militants politiques.

      19) Un haut général turc a admis que les forces turques ont brûlé une mosquée à Chypre dans les années 70 et qu’ils ont attribué l’attaque sur leur ennemi. Il a expliqué: « Dans la guerre spéciale, certains actes de sabotage sont mis en scène et imputés à l’ennemi pour augmenter la résistance du public. Nous l’avons fait à Chypre; nous avons même brûlé une mosquée. « En réponse au regard incrédule du correspondant, le général a dit, » je donne un exemple « .

      20) Le gouvernement allemand a admis (voir ceci) qu’en 1978, les services secrets allemands ont fait exploser une bombe dans la paroi extérieure d’une prison et donné des « outils d’évasion » à un détenu – un membre de la Faction de l’Armée Rouge – sur qui les services secrets souhaitaient attribuer l’attentat.

      21) Un agent du Mossad a admis qu’ en 1984, le Mossad a posé un émetteur radio dans la concession de Kadhafi à Tripoli. La Libye a diffusé des fausses transmissions terroristes enregistrés par le Mossad, afin de faire passer Kadhafi pour un partisan du terrorisme. Ronald Reagan a bombardé la Libye immédiatement après.

      22) La Commission Sud-africaine de la vérité et de la réconciliation a constaté qu’en 1989, le Bureau de la coopération civile (une branche secrète des Forces de défense d’Afrique du Sud) a approché un expert en explosifs et lui a demandé « de participer à une opération visant à discréditer l’ANC [le Congrès national africain] en bombardant le véhicule de police de l’enquêteur de l’assassinat », désignant l’ANC comme responsable de l’attentat.

      23) Un diplomate algérien et plusieurs officiers de l’armée algérienne ont admis que, dans les années 90, l’armée algérienne a souvent massacré des civils algériens puis blâmé des militants islamistes des meurtres (voir cette vidéo, et l’Agence France-Presse, 27/09/2002, la Cour française Rejette le procès algérien en diffamation contre un auteur).

      24) Une équipe d’investigation indonésienne a enquêté sur de violentes émeutes qui ont eu lieu en 1998, et a déterminé que « des éléments de l’armée avaient été impliqués dans les émeutes, dont certaines ont été délibérément provoquées ».

      25) Des officiers supérieurs militaires et de renseignement russes ont admis que le KGB a fait sauter des immeubles d’habitation russes en 1999 et ont faussement blâmé les Tchétchènes, afin de justifier une invasion de la Tchétchénie (voir ce rapport et cette discussion).

      26) Selon le Washington Post, la police indonésienne a admis que l’armée indonésienne a tué des enseignants américains en Papouasie en 2002 et a blâmé les meurtres sur un groupe séparatiste papou afin d’obtenir que ce groupe soit considéré comme une organisation terroriste.

      (27) L’ancien président respecté indonésien a admis également que le gouvernement avait probablement joué un rôle dans les attentats de Bali.

      28) Tel que rapporté par la BBC, le New York Times et Associated Press, les responsables macédoniens ont admis que le gouvernement a assassiné sept immigrés innocents de sang-froid et a prétendu qu’il s’agissait de soldats d’Al-Qaïda ayant tenté d’assassiner la police macédonienne, afin de rejoindre le « guerre contre le terrorisme « .

      29) Des hauts fonctionnaires de police à Gênes, Italie ont admis qu’en Juillet 2001, au sommet du G8 à Gênes, deux cocktails Molotov avaient été apportés et l’agression d’un agent de police simulée, afin de justifier une répression violente contre les manifestants.

      30) Bien que le FBI admet maintenant que les attaques à l’anthrax de 2001 ont été effectuées par un ou plusieurs scientifiques du gouvernement des États-Unis, un haut responsable du FBI dit que le FBI a été sommé de blâmer les attaques à l’anthrax sur Al-Qaïda par des fonctionnaires de la Maison Blanche (rappelez-vous à quoi ressemblaient les lettres à l’anthrax). Les représentants du gouvernement confirment également que la Maison Blanche a essayé de relier l’anthrax à l’Irak pour justifier un changement de régime dans ce pays.

      31) De même, les États-Unis ont faussement blâmé l’Irak comme ayant joué un rôle dans les attaques du 11 Septembre, comme le montre une note du secrétaire à la défense, ce qui fût l’une des principales raisons pour démarrer la guerre en Irak. Même après que la Commission du 11 Septembre ait admis qu’il n’y avait pas de lien, Dick Cheney a déclaré que la preuve est «accablante» qu’Al-Qaïda avait une relation avec le régime de Saddam Hussein, que Cheney avait « probablement » des informations indisponibles pour la Commission, et que le les médias ne «faisaient pas leurs devoirs» en ne communiquant pas sur ces liens. Des hauts représentants du gouvernement des États-Unis admettent aujourd’hui que la guerre en Irak a été vraiment lancée pour le pétrole … pas le 11 Septembre ou des armes de destruction massive (malgré les affirmations précédentes de «loup solitaire», de nombreux responsables gouvernementaux américains disent maintenant que le 11 Septembre était du terrorisme d’État; mais l’Irak n’tait pas l’Etat qui a soutenu les pirates de l’air).

      32) L’ancien avocat du ministère de la Justice John Yoo a suggéré en 2005 que les États-Unis devraient passer à l’offensive contre al-Qaïda, en « faisant en sorte que nos agences de renseignement créer une fausse organisation terroriste. Elle pourrait avoir ses propres sites Web, des centres de recrutement, des camps d’entraînement et des opérations de collecte de fonds. Elle pourrait lancer de fausses opérations terroristes et revendiquer de véritables attaques terroristes, en aidant à semer la confusion dans les rangs d’al-Qaïda, semant le doute aux seins des agents et questionnant la validité des communications.  »

      33) United Press International a rapporté en Juin 2005: Des Officiers de renseignement américains rapportent que certains des insurgés en Irak utilisent des modèles récents de pistolets Beretta 92 , mais les pistolets semblent avoir eu leurs numéros de série effacés. Les chiffres ne semblent pas avoir été retiré physiquement; les pistolets semblent provenir d’une ligne de production sans numéros de série. Les analystes suggèrent que l’absence de numéros de série indique que les armes étaient destinées à des opérations de renseignement ou à des cellules terroristes avec le soutien substantiel du gouvernement. Les analystes pensent que ces armes sont probablement soit du Mossad soit de la CIA. Les analystes pensent que des agents provocateurs peuvent utiliser les armes intraçables alors même que les autorités américaines utilisent des attaques d’insurgés contre des civils comme des preuves de l’illégitimité de la résistance.

      34) Des soldats israéliens sous couverture ont admis en 2005 avoir lancé des pierres sur d’autres soldats israéliens afin qu’ils puissent rejeter le blâme sur les Palestiniens, comme une excuse pour réprimer des manifestations pacifiques des Palestiniens.

      35) La Sûreté du Québec a admis qu’en 2007, des voyous apportant des pierres à une manifestation pacifique étaient en fait des policiers en civil du Québec.

      36) Lors des protestations du G20 à Londres en 2009, un membre du parlement britannique a vu des agents de police en civil qui tentaient d’inciter la foule à faire usage de la violence.

      (37) Des politiciens égyptiens ont admis (voir ceci) que des employés du gouvernement ont pillé des objets de musée inestimables en 2011 pour tenter de discréditer les manifestants.

      38) Un colonel de l’armée colombienne a admis que son unité a assassiné 57 civils, puis les a vêtus d’uniformes et a affirmé qu’ils étaient des rebelles tués au combat.

      39) L’écrivain très respecté du Telegraph Ambrose Evans-Pritchard dit que le chef du renseignement saoudien – le prince Bandar – a récemment admis que le gouvernement saoudien contrôle les « terroristes tchétchènes ».

      40) Des sources américaines de haut niveau ont admis que le gouvernement turc, membre de l’OTAN, a mené les attaques d’armes chimiques blâmé sur le gouvernement syrien; et des membres de haut rang du gouvernement turc ont admis leurs plans de mener des attaques et les attribuer au gouvernement syrien.

      41) L’ancien chef de la sécurité ukrainienne admet que les attaques de tireurs embusqués qui ont marqué le commencement du coup d’état ukrainien ont été effectuées afin de blâmer d’autres personnes.

      42) L’agence d’espionnage de la Grande-Bretagne a admis (voir ceci) qu’elle effectue des attaques sous fausse bannière « numériques » sur des cibles, piégeant des gens en écrivant des textes offensant ou illégaux … et rejetant la faute sur la cible.

      http://www.washingtonsblog.com/2015/02/41-admitted-false-flag-attacks.html

      • hervé dit :

        Selon Robert David Steele, ancien agent de la CIA, lors de déclarations dans l’émission « War on terror » de Keiser Report sur la chaîne RT, « La plupart des terroristes sont des terroristes sous faux pavillon ou sont créés par nos propres services de sécurité…. Aux États-Unis, chaque attentat terroriste que nous avons eu a été fait sous faux pavillon, ou il s’agissait d’un informateur qui avait été poussé à agir par le FBI…. En fait, nous avons désormais de nombreux citoyens qui demandent des ordonnances restrictives à l’encontre d’informateurs du FBI qui tentent d’inciter au terrorisme…. En ce qui concerne Jihadi John, tout ce que je peux vous dire c’est qu’il a été financé par l’Arabie Saoudite et entraîné par la CIA. » (Le passage se trouve entre 15:55 et 16:45)

        Cette déclaration concernant le surnommé Jihadi John est intéressante car RT a aussi interviewé un djihadiste qui affirme que l’EI ne tue pas de journalistes. Celui-ci attribue l’exécution de Foley et Sotloff a des personnes qui se feraient passer pour eux. Avec James Foley lié à des agences vitrines de la CIA et Steven Sotloff qui lui était lié au MOSSAD, nous avons maintenant un Jihadi John financé par l’Arabie saoudite (alliée des Etats-Unis) et formé par la CIA. Décidément, la guerre contre le terrorisme, telle qu’on la présente est une belle mascarade.

    • Didier dit :

      Evidence of Revision [Preuves de Falsification] est un documentaire en six parties qui dévoile des archives originales et historiques dont le contenu prouve que les événements les plus déterminants de l’Histoire moderne de l’Amérique ont été délibérément présentés au public sous un faux jour.

      Les images d’archives et les interviews dévoilées dans cette série nous plonge au cœur d’événements qui ont marqué l’Histoire américaine et qui ont eu des répercussions mondiales – des assassinats du président Kennedy et de son frère Robert Kennedy au meurtre de Martin Luther King, en passant par le massacre de Jonestown, ces documents d’archives portent l’empreinte de mains occultes qui, dans un effort coordonné, ont contribué à façonner l’Amérique que nous connaissons aujourd’hui.

      Partie 1 : Les assassinats de Kennedy et d’Oswald

      Partie 2 : Les causes du meurtre : le Vietnam et Lyndon B. Johnson

      Partie 3 : LBJ, Hoover et les autres : ce que beaucoup ignorent encore aujourd’hui

      Partie 4 : L’assassinat de Robert F. Kennedy tel que vous ne l’avez jamais vu

      Partie 5 : L’assassinat de RFK, MK-ULTRA et le massacre de Jonestown

      Partie 6 : L’assassinat de Martin Luther King

  20. Carlos dit :

    L’Agence spatiale fédérale russe (RFSA) se prépare à publier des documents confidentiels qui confirment qu’il n’y a jamais eu d’alunissages, a rapporté RIA Novosti. La déclaration controversée du directeur général du RFSA, a pour objectif de dénoncer le programme spatial américain « qui a mené le monde dans un tissu de mensonges » selon l’ancien colonel du KGB qui est sur le point de lancer un nouveau programme spatial lunaire russe. « Tandis que la nation russe se prépare à s’embarquer pour l’aventure et à être la première nation à poser les pieds sur la Lune, le monde doit savoir que cela n’a jamais été fait auparavant, cela ne se passera pas dans un studio Hollywoodien comme l’Amérique s’est efforcée de le faire durant ces 40 dernières années, » a expliqué le directeur.

    Igor Komarov, un ex colonel du KGB désormais à la tête de l’Agence spatiale fédérale russe, stipule que les fausses idées développées pendant des décennies par le « Programme spatial américain trompeur » doivent être anéanties pour que la véritable science surmonte les concepts populaires, de ce qu’elle croit être « un tissu de mensonges… Toutes les grandes têtes du KGB ont toujours su depuis les années 1960 que les divers alunissages n’ont jamais eu lieu, de la même façon que le voyage de Youri Gagarine a été associé à un hoax de notre propre gouvernement à cette période. C’est de cette façon que les gouvernements fonctionnaient, il n’y a pas de honte à avoir, les capacités techniques n’existaient pas à l’époque ». dit-il durant l’interview.

    Selon la NASA, les 17 missions d’Apollo en 1972 demeurent les alunissages les plus récents et c’était aussi la dernière fois que des humains ont voyagé au-delà de l’orbite terrestre.

    http://worldnewsdailyreport.com/russian-federal-space-agency-to-release-documents-proving-us-moon-landings-never-occurred/

    Une chose est sure, les films montrés par la Nasa, n’ont pas été prises sur la lune !


    Malaise incroyable des astronautes d’ Apollo 11 lors de la 1ère conférence de presse en 1969 (Neil Armstrong, Edwin Aldrin, Michael Collins) : Aucune joie, aucune fierté se lie sur leurs visages ! Pourquoi ? De quoi alimenter les doutes des nombreux incrédules sur cette affaire lunaire, surtout depuis que les Russes ont avoué que même aujourd’hui, ils ne savent toujours pas comment franchir la barrière radioactive de Van Allen.
    -http://www.dailymotion.com/video/xvd91q_malaise-des-astronautes-de-apollo-11-lors-de-la-1ere-conference-de-presse-en-1969_webcam?start=155

    D’autre part, le 28 janvier 1986, la Nasa à Cap Canaveral (Floride) connut un grave accident mortel. 73 secondes après son lancement, la navette spatiale challenger se désintégra au-dessus de l’Atlantique, tuant 5 astronautes et 2 spécialistes :
    – Francis Richard Scobee
    – Michael J. Smith
    – Ronald McNair
    – Ellison Onizuka
    – Judith Resnik
    – Gregory Jarvis
    – Christa McAuliffe
    Cela entraîna la création de la commission Rogers et une pause de la Nasa durant 32 mois. Chose incroyable, trente ans après, 6 des 7 membres se trouvent être encore en vie. 4 ont même gardé le même nom.

    Vérité cachée de la conquête spatiale où Roch évoque deux programmes, l’un privé l’autre public. Ce qui rejoint les observations du physicien JP Petit :

    • Andrée dit :

      Quand la NASA avouait par deux fois qu’ils ne sont pas allés sur la Lune :

      Dans le premier extrait, l’ingénieur de la NASA Kelly Smith nous indique qu’ils n’ont pas encore réussi à faire voyager des hommes au delà de la ceinture de Van Allen. En effet, il indique que la mission Orion doit d’abord répondre à certains défis liés aux fortes radiations au sein de cette partie de l’espace avant de pouvoir y envoyer des astronautes. Comment ont-ils donc pu aller sur la Lune en 1969 sans répondre à ces problèmes ?

      Dans le deuxième extrait, c’est encore plus clair. Terry Virts et Samantha Cristoforetti sont interviewés depuis l’ISS. (Oublier la supposition du traducteur selon laquelle ils seraient devant un écran vert, rien ne le prouve.) Par contre, ce que dit Virts est sans équivoque. Il indique que la capsule VLS permettrait d’envoyer des humains dans l’espace hors de l’orbite terrestre car pour le moment « on ne peut voler que dans l’orbite terrestre, c’est le plus loin qu’on puisse atteindre. Le nouveau système leur permettrait d’explorer LA LUNE, Mars, des astéroïdes, il y a de nombreuses destinations ou nous pourrions aller. Et on construit ces composants afin de réaliser cet objectif dans le futur ».

      La propagande étasunienne essaie de vendre le projet Orion pour aller sur Mars . Dans leur discours ils ne se rendent même pas compte qu’ils avouent ne jamais être allé sur la lune… Les gars sur l’ISS le disent:actuellement l’ISS est dans l’atmosphère terrestre même si l’air y est très rare et la pesanteur faible…

      Donc si on a bien compris: avec le projet Orion on pourra aller plus loin …vers la lune, mars,etc…mais la lune? on y est pas sensé être déjà allé? et l’autre gars le dit :avec Orion ,on pourra mesurer les radiations de la ceinture de van allen avant que l’on puisse envoyer des astronautes…. ah bon, on l’a pas déjà fait plusieurs fois pendant les missions Apollo ?

      Extrait d’un aperçu du problème du « Rendez-vous avec Roch » :

      Site du magazine Top Secret :
      http://www.topsecret.fr/

      Si le film documentaire « Room 237 » de 2012 a suscité une flambée d’hypothèses car il y est suggéré que Stanley Kubrick aurait laissé des messages cryptés, notamment dans « Shining », révélant la vérité sur la mission Apollo 11, la fille du réalisateur américain, excédée par cette polémique, a répondu à ses détracteurs que non, il n’avait pas filmé de fausses scènes lunaires en studio à Londres.

      ?ref_src=twsrc%5Etfw

    • Gabi dit :

      Qu’est-il arrivé à l’astronaute Mary Anne Stefany Shyn-Piper ? Pourquoi ce malaise alors qu’elle semblait vouloir dévoiler quelque chose ?

      A 11h45, le 9 septembre 2006, la mission STS-115 avait été lancée comme prévu depuis le complexe 30-9 situé au centre spatial Kennedy en Floride. Cependant, la NASA avait retardé le programme de retour d’un jour, à cause d’une rencontre avec un objet le 19 septembre. Un objet, qui demeurait dans les hautes couches de l’atmosphère depuis 24 heures, rendait impossible sa trajectoire de retour. Bien que la NASA ait d’abord annoncé qu’il s’agissait de débris spatiaux, de glace ou même d’un sac, elle reconnut finalement ignorer la nature de l’objet. La NASA, employa les termes « d’objet étranger ». Une fois sur Terre, durant la conférence de presse de l’équipage, voici ce qui se produisit lorsque l’astronaute voulut décrire cette rencontre :
      Mary Anne Stefany Shyn-Piper : – Nous avons vu quelque chose qui … vous voyez ….quelque chose que nous n’avions jamais vu avant. Et quand j’ai ouvert la porte, il y avait aussi quelque chose de différent… Et je suppose que cela ne se serait jamais terminé ainsi sans la préparation d’entrainement de l’équipage. J’ai vu cette lumière… (puis elle s’est évanouie).

      Qu’est ce qui a maintenu l’équipage d’Atlantis en attente ? Pendant que la navette spatiale libérait un liquide inconnu, on peut voir en arrière plan quelque chose qui émerge de l’espace. Cela s’approche. Ses mouvements écartent la possibilité d’un reflet ou d’un satellite. Cet objet tubulaire semble observer l’étrange situation. Progressivement, il s’éloigne jusqu’à disparaitre. Toutefois, il ne s’agit pas des seules images d’ovnis enregistrées au cours de cette mission. Atlantis avait décollé sans avoir la moindre idée de ce qu’il se passerait. Dès le premier jour, les rencontres inattendues avaient commencé : cinq sphères de grande envergure, une formation qui avait attiré l’attention de l’équipage. Ces images ont été enregistrées depuis la navette en orbite au-dessus de la république mexicaine. Le 14 septembre à l’aube, tandis que les astronautes tentaient d’installer de nouveaux panneaux solaires qui doubleraient la capacité énergétique de la station spatiale, ils remarquèrent un objet. Soudain et de façon inexplicable, la transmission fut interrompue durant plusieurs minutes. Coïncidence ? La sphère brillante se déplace rapidement devant la station spatiale internationale comme les caméras placées sur Atlantis l’ont enregistrer le 17 septembre. Ce qui se produisit durant les 13 jours qu’a duré la mission fut extraordinaire comparé aux missions antérieures et est devenu une référence pour les équipages qui suivirent : les rencontres avec des présences étranges inattendues dans les projets, des présences qui interfèrent avec les activités humaines dans l’espace…

      Autre étrangeté, Claudie Haigneré, la première Française de l’espace et ex-ministre, a été hospitalisée en décembre 2008 après avoir tenté de se donner la mort. Mais d’après son mari, il s’agirait d’une « erreur d’automédication ».
      http://www.lexpress.fr/actualite/politique/claudie-haignere-hospitalisee-apres-une-tentative-de-suicide_728045.html

  21. véronique dit :

    Selon Paul Craig Roberts, le « 11 septembre » était le produit des néoconservateurs, dont nombre d’entre eux sont des alliés juifs d’Israël avec Dick Cheney. L’objectif était de fournir le nouveau Pearl Harbour dont les néoconservateurs disaient qu’il était nécessaire pour lancer leurs guerres de conquête au Moyen-Orient. Silverstein [propriétaire des tours du World Trade Center,] en faisait visiblement partie et il avait acheté le World Trade Center très peu de temps avant le 11 septembre !

    Actuellement, une demande est faite pour que soit dévoilé le fameux « trou noir de 28 pages » existant dans le rapport de 2003 de la Commission d’enquête officielle, dite “indépendante” !
    http://www.dedefensa.org/article-le_trou_noir_des_28-pages_rand_paul_l_assaut_de_9_11_04_06_2015.html

    Quant à l’attentat contre le Bâtiment fédéral Alfred P. Murrah, à Oklahoma City, le général Partin, de l’US Air Force, expert en munitions dans ce corps d’armée, avait préparé un rapport d’expert prouvant indubitablement que le bâtiment avait explosé de l’intérieur et que le camion piégé était un leurre. Le Congrès et les médias ont curieusement ignoré ce rapport. Le bouc émissaire, McVeigh, était déjà désigné, et c’est devenu la seule histoire autorisée !

  22. Ahmed dit :

    Exemple de 3 false flags attribués aux islamistes, pourtant commandités par l’Algérie et couverts par la France :

    Il y a d’abord en 1993, l’enlèvement de 3 agents consulaires de l’ambassade de France. On annonce au JT qu’ils ont été enlevés par des « islamistes extrémistes à Alger » et que « la police algérienne a donc marqué un point décisif face aux terroristes ». Alain Juppé ira même jusqu’à remercier hypocritement les autorités algériennes de l’époque pour leur efficacité dans cette affaire…
    -http://www.dailymotion.com/video/x2dlxj_faux-coupables-et-vrais-terroristes_creation?start=6

    Ensuite il y a les attentats du RER B Saint-Michel en 1995. Cette vidéo d’archive indique clairement que la France savait que le gouvernement algérien était impliqué dans les attentats mais n’a jamais rien fait pour éclaircir l’affaire.

    En 1996, arrive les meurtres des moines trappistes de Tibhirine, commandité par Alger. Des anciens militaires algériens expliquent qu’en soignant les maquisards islamistes, les moines exaspéraient les patrons du DRS précisément chargés d’éradiquer les insurgés. Que les autorités avaient exigé à plusieurs reprises que les moines quittent Tibhirine, sans succès. Et qu’en 1996, le général Smain Lamari, alors patron de la Direction du contre-espionnage, avait fini par se résoudre à faire enlever les moines sous couvert d’une « opération islamiste de Djamel Zitouni ».Selon ces nouveaux témoins, les moines ne devaient pas être tués, mais des soupçons grandissants sur le DRS (ex « sécurité militaire ») auraient finalement incité ses patrons à faire éliminer secrètement les moines. La France n’a jamais incriminé l’Algérie.
    -http://www.dailymotion.com/video/x14whji_le-crime-de-tibhirine_news#from=embediframe
    Témoignage d’un ancien du Département du Renseignement et de la Sécurité (le service de renseignements algérien) :

  23. John dit :

    Programmation prédictive: Une publicité américaine annonce en mode subliminal la loi martiale aux Etats-Unis :

    « Des émeutes à l’échelle du pays ont incité les gouvernements locaux à déclarer la loi martiale. Le président demande à ce que les citoyens cherchent un endroit sûr et restent calmes. Les autorités tentent de contenir les émeutes. »

    Que fait ce type de message dans une publicité de l’AARP, anciennement American Association of Retired Persons (Association américaine des personnes retraitées), l’un des groupes de lobby les plus puissants des États-Unis ?
    http://www.washingtonpost.com/posttv/national/health-science/aarp-ad-bath/2014/11/09/b2329e20-6854-11e4-bafd-6598192a448d_video.html

  24. Tom dit :

    Le vol 17 Malaysia Airlines (code AITA : MH17) était un vol international régulier reliant Amsterdam et Kuala Lumpur qui a été abattu en vol le 17 juillet 2014 dans la région de Donetsk, dans l’est de l’Ukraine. Aucun survivant n’est retrouvé parmi les 283 passagers dont 80 enfants et 15 membres de l’équipage du Boeing 777-200ER. Plus des deux tiers des passagers sont néerlandais, 28 passagers sont malaisiens et les passagers restants sont de onze nationalités différentes. Parmi les passagers, se trouvaient des experts de la lutte contre le sida qui se rendaient à la XXe Conférence internationale sur le sida à Melbourne !

    L’armée ukrainienne et les séparatistes pro-russes, alors opposés lors de la guerre du Donbass, s’accusent mutuellement d’avoir abattu l’appareil.

    Les témoins sont étonnés par les corps ! Ils sont essentiellement asiatiques, on retrouve que très peu d’enfants et il n’y a pas de sang qui coule. Par contre il sort de ces corps entourés de flaques verdâtres une puanteur insupportable ressemblant même à du formole ! Autre étrangeté, sur les portables, tablettes etc.. retrouvés toutes les photos datent de 2013. Pas une seule de 2014 ! Par contre les passeports sont à peine abîmés.

    N’aurait-on pas trouvé dans l’avion MH17 les corps de celui qui avait disparu le 08/03/2014, le MH370. Ce dernier reliait Kuala Lumpur à Pékin et transportait une majorité d’asiatiques ! Il se serait abîmé dans le sud de l’océan Indien, où il a été détecté pour la dernière fois par des satellites.

  25. Ursule dit :

    Le dictateur des Hunger Games, Donald Sutherland, nous révèle le réel but du film : c’est un avertissement à peine romancé de ce qui nous pend au nez. Il indique qu’un pouvoir (et non un gouvernement) provoque des guerres pour les profits des 10% les plus riches. Il complote bien contre les populations puisque les guerres qu’il fomente n’ont rien à voir avec la sauvegarde du monde ou de la démocratie.

    Alors que dans le premier épisode le peuple subissait docilement son état d’esclavage, dans celui-ci la révolte est en marche. Une fois encore, comme dans « Le transperceneige », on nous montre une tyrannie totale dirigée d’une main de fer par un dictateur, l’objectif étant bien sûr de rallier les spectateurs à la révolte.
    http://fawkes-news.blogspot.fr/2013/11/the-snowpiercer-ou-lallegorie-dune.html

    Le deuxième volet des Hunger Games révèle, comme dans tous les films post-apocalyptiques, un état policier avec son lot de symbolisme de l’élite illuminati. Ce nouveau film fait également la part belle à la symbolique austère de l’Allemagne nazi. L’entrée de  » Victory Village  » rappelle étrangement l’entrée du tristement célèbre camp de concentration nazi d’Auschwitz , avec la phrase  » Arbeit macht frei  » ou « Le travail rend libre  » – un oxymore qui s’inscrit parfaitement dans l’histoire de Hunger Games . L’insigne d’or des Hunger Games , ressemble plutôt à celle d’une insigne de la Luftwaffe Gunner ! Conformément à l’Allemagne nazi, la place de la ville du Capitole représenté dans le film ressemble aux rassemblements d’avant-guerre avec ses milliers de spectateurs et supporteurs se tenant devant les drapeaux et un podium d’où le dictateur pousse sa propagande pour les masses.
    http://www.illuminatiagenda.com/the-hunger-games-catching-fire-nazi-symbolism-throughout/

    Un troisième film devrait sortir en décembre « Le cinquième pouvoir » : « on ne change pas le monde sans détruire le système » « et « ce dont ils ont peur, c’est de vous », « Si vous voulez la vérité, vous devez la chercher vous même. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s