Sécurisation du patrimoine religieux

L’UNESCO édite un guide destiné à toutes les personnes (religieux, fidèles, gestionnaires, propriétaires…) en contact avec le patrimoine cultuel et soucieux de mieux le protéger contre les actes de malveillance (vols, vandalisme, intrusions, voire incendies  criminels ou terrorisme) :

https://unesdoc.unesco.org/ark:/48223/pf0000216292_fre

 

 

.

.

LC-France-Eglises-V3_0_730_552

Bien entendu, les conseils pratiques qui y sont donnés valent tout aussi bien pour le patrimoine civil. Ils sont d’ailleurs souvent proposés lors des journées du ‘Patrimoine’ organisées chaque année dans toute l’Europe !

PDM_1000116895_550

35 commentaires sur “Sécurisation du patrimoine religieux

  1. Quentin dit :

    Les 3 principales représentations de la Sainte Vierge Marie à Chartres :Notre Dame sous terre, Notre Dame de Belle Verrière (un vitrail se lit de bas en haut et de gauche à droite) et Notre Dame du Pilier :
    https://gloria.tv/video/dnkGE1XhciDa1WsHuFHyr6SvA

  2. Sophie dit :

    Toccata et fugue de J. S. Bach en d mineur ! Grandiose !

  3. Véronique dit :

    Témoignage d’un tailleur de pierres à l’occasion de la construction de l’autel de l’église du couvent de la Fraternité Saint Vincent Ferrier :

    Art Sacré de Jean Joseph Chevalier, sculpture, fresque, mobilier liturgique

  4. Luc dit :

    18 au 29 octobre 2017 : 1er salon d’art sacré contemporain à St-Germain-l’Auxerrois

    Une quinzaine d’artistes plasticiens sont invités à exposer leurs œuvres dans l’une des plus belles églises de Paris, Saint-Germain l’Auxerrois, autrefois paroisse des artistes. Les inspirations seront diverses mais à chaque fois l’expédient de l’image viendra compléter le souffle d’une création qui remonte finalement, par maillons successifs, jusqu’au geste initial de la naissance de l’univers. Plus immatérielle encore, la musique ne saurait être oubliée lors de cette première programmation. Elle y trouvera des accents variés qui viendront ponctuer ces nouvelles noces du génie créatif et de la transcendance du genre humain.

    « le sens esthétique et le sens moral se trouvent étroitement liés » – Konrad Lorentz

    Atelier de tissage à bras et de création de tissus de chanvre « Aux fils de l’Arz » en Bretagne :
    https://auxfilsdelarz.fr/fr/
    Quand le lin faisait la fortune de la Bretagne :
    https://www.letelegramme.fr/ig/loisirs/quand-le-lin-faisait-la-fortune-de-la-bretagne-06-11-2011-1489670.php

  5. Jens dit :

    Alleluia (Exsultate, jubilate – Mozart) | boy soprano Aksel Rykkvin (13y) :

    Handel : Lascia ch’io pianga (laisse moi pleurer) | boy soprano Aksel Rykkvin (14y) :

    Georg Friedrich Händel : ‘Tochter Zion’ (fille de Sion). Choeur de l’opéra d’État saxon de Dresde :

    Alexander Lischke né en 1992 (10y) du Tölzer Knabenchor, Mirjam’s Siegesgesang par Franz Schubert, à Irsee en 2003 :

    Tölzer Knabenchor, Concert à Dinkelsbühl le 23 mars 2012, chansons folkloriques allemandes

  6. Bernard dit :

    Notre-Dame de Paris avant l’incendie du 15 avril 2019 :

    Un ultime avertissement au peuple français avant que la nation de Saint-Louis ne disparaisse dans l’abîme ? Car n’a-t-on pas déjà bradé Gec Alstom et Technip aux Américains, le TGV aux Allemands, une centaine de châteaux viticoles dans le Bordelais et des milliers d’hectares de terre de la Beauce ou dans le Berry aux Chinois !
    https://www.leberry.fr/bourges/economie/ruralite/2016/04/30/une-societe-chinoise-basee-a-hongkong-vient-dinvestir-dans-la-terre-agricole-en-berry-mais-pourquoi_11893207.html
    En cours le siège permanent au Conseil de sécurité de l’Organisation des Nations unies et bientôt l’armement nucléaire, EDF, les barrages hydroélectriques, Engie, la SNCF, les aéroports et les routes nationales… L’unité nationale est aussi en danger en promouvant une « collectivité ‘‘européenne’’ d’Alsace » contre le référendum de ses habitants… Au soir même où Macron allait enfumer les Français avec le résultat de son Grand Débat, la fumée de Notre-Dame apparaissait, obligeant les fossoyeurs du patrimoine national de venir se lamenter hypocritement de sa destruction,

    tout en pensant que cette tragédie aura pour effet de rassembler le peuple autour du leader du moment, une aubaine pour ces élections européennes du 26 mai 2019.

    L’incendie de la Cathédrale de Reims le 20 septembre 1914, au tout début de la 1ère guerre mondiale, avait réveillé les Français, celle de la cathédrale de Paris aura-t-elle le même effet ?


    Car le lundi 15 avril 2019, vers 18h50, au tout début de la semaine sainte, un incendie spectaculaire commençait à dévorer la charpente de Notre-Dame de Paris, longue de plus de 100 mètres et constituée de poutres en bois. L’alliage de cuivre et de plomb formait une fumée jaune que l’on pouvait apercevoir de loin. La flèche et une grande partie de la toiture se sont effondrées. Heureusement, les seize statues de cuivre qui ornaient la flèche représentant les douze apôtres et les quatre évangélistes ont échappé aux flammes. Elles avaient été retirées de leur socle, il y a quelques jours, pour être restaurées. La flèche n’était toutefois pas d’origine puisque reconstruite par Viollet-le-Duc en 1859. A 3h du matin, les quelque 400 pompiers avaient réussi à complètement maîtriser l’incendie. Reste qu’il a fallu une vraie charge calorifique au départ pour lancer un tel sinistre car le chêne est un bois particulièrement résistant. Ce que confirme l’ancien architecte en chef Mouton qui avait fait placer des mouchards contre-incendie un peu partout dans l’édifice. Il parle lui aussi d’un seul départ de feu et à un endroit où il n’y avait pas de travaux.

    Chose surprenante, les employés de la cathédrale Notre-Dame de Paris n’ont localisé le feu que 23 minutes après le déclenchement de la première alerte incendie. Entre 18h20 et 18h43, le personnel cherchait le lieu où s’était déclaré l’incendie, en vain. Ainsi, l’alarme initiale qui a été examinée par le personnel de la cathédrale, et non par les pompiers, a entraîné l’évacuation de lieux, mais n’a pas permis de détecter le feu. Serait-ce dû au fait que le personnel ne connaissait pas l’emplacement des détecteurs ?

    L’entreprise Le Bras Frères qui montait l’échafaudage, confirma qu’il n’y avait pas de point chaud sur l’échafaudage et qu’elle n’avait pas effectué de soudure. «Quand on quitte un chantier on doit couper toute l’électricité, le disjoncteur du chantier, fermer la porte à clef et remettre les clefs à la sacristie de la cathédrale, ce qui a été fait et dûment noté dans les cahiers… Le dernier a quitté les lieux à 17h50.» expliqua un membre de l’entreprise.

    Le chœur à ciel ouvert :



    Des gens se sont mis spontanément à prier et à chanter dans la rue pour les pompiers et la fin de l’incendie. Les familles Arnault et Pinault annoncèrent 300 millions d’euros de dons dédiés à la reconstruction de l’édifice. La famille Bettencourt Meyers et le groupe L’Oréal un don de cent millions d’euros. Le Puy du Fou organise une représentation supplémentaire exceptionnelle de “La Cinéscénie” le 7 juin prochain au profit de sa reconstruction. Total 100 millions. Martin et Olivier Bouygues un don de 10 millions d’euros. Macron, venu sur place, a promis la restauration de l’édifice. Les cloches de toutes les cathédrales de France ont sonné le lendemain à 18h50 en signe de solidarité. La charpente de bois était constituée de 1300 chênes, ce qui représente plus de 21 hectares de forêt. Elle datait de l’époque de la construction de la cathédrale au début du XIIIe siècle (on admet généralement 1220). Ses dimensions sont de 120 mètres de longueur, 13 mètres de largeur dans la nef, 40 mètres de longueur dans le transept et 10 mètres de hauteur. Heureusement, l’orgue principal de Notre-Dame de Paris a été miraculeusement préservé, la couronne d’épines et la tunique de Saint Louis sauvées à temps. De plus, le coq de la flèche qui contenait une parcelle de la Sainte Couronne d’épines, une relique de saint Denis et une de sainte Geneviève a été retrouvé dans les décombres !

    http://www.panamza.com/210419-notredame-jesus-tsahal/


    Le lendemain 16 avril, quelques milliers de personnes marchèrent en priant de St Sulpice à la place St Michel sur le thème « Détruisez ce sanctuaire et en trois jours je le relèverai ». (Jean 2.19). Une chose est sûre, l’incendie de Notre-Dame de Paris restera dans l’histoire soit comme le signe de l’effondrement de la France, ou bien soit comme sa renaissance avec la reconstruction rapide et spectaculaire de sa cathédrale par une volonté inflexible de l’Etat et un puissant soutien populaire.

    En attendant, le nombre de vandalisme des églises va en s’accentuant.
    https://infos-israel.news/vandalisme-incendie-criminel-profanation-des-eglises-dans-toute-la-france-qui-sont-ces-vandales/
    Déjà le 4 septembre 2016, une voiture contenant 6 bouteilles de gaz et trois bouteilles de gazole appartenant à deux islamistes avait été trouvée près de la cathédrale, après une mise à feu ayant échouée.
    https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Attentat_manqu%C3%A9_de_Notre-Dame_de_Paris#:~:text=L'attentat%20manqu%C3%A9%20de%20Notre,un%20commando%20de%20femmes%20djihadistes

    Le projet de loi 1881 pour la restauration et la conservation de la cathédrale Notre-Dame de Paris et instituant une souscription nationale à cet effet, en Procédure accélérée, a été adopté.
    http://www.assemblee-nationale.fr/15/projets/pl1881.asp
    Cette loi qui a été votée par les députés donne littéralement les pleins pouvoirs pour la reconstruction de Notre-Dame au gouvernement qui va pouvoir tout décider par ordonnance, sans aucun vote, sans aucune contestation possible et ce à peu près sur tous les domaines directs et indirects de la reconstruction tellement ce texte est large. C’est une loi d’exception. Ainsi prévoit-elle (article 9) « d’adapter ou de déroger aux règles en matière d’urbanisme, d’environnement, de construction et de préservation du patrimoine ; aux règles en matière de commande publique, de voirie et de transport ; et enfin aux règles de domanialité publique.» Pour mettre en œuvre la parole présidentielle (une restauration en 5 ans demanda-t-il le 16 avril), il est prévu d’instituer un nouvel établissement public (art 8) pour collecte des fonds et se charger de la conception des travaux. Alors que le ministère de la Culture en dispose déjà de trois : le préfet de région (direction régionale des affaires culturelles, Drac) qui dirige l’actuel chantier de travaux de Notre-Dame ; l’Opérateur du patrimoine et des projets immobiliers de la culture (Oppic) qui est né des restes de l’établissement public du Grand Louvre ; le Centre des monuments nationaux (CMN), naguère chargé des travaux du Panthéon, aujourd’hui de l’Hôtel de la marine et du château de Villers-Cotterêts. Au moment même d’ailleurs où une circulaire du Premier ministre prévoit qu’aucun établissement public ne sera créé sans qu’un autre ne soit préalablement supprimé, parce qu’il y en a trop ! A la tête de ce nouvel établissement, le Général Georgelin, choisi par E.Macron, alors qu’il a dépassé la limite d’âge légal.

    Le départ de feu n’a-t-il pas été de provenance chimique permettant certaines transformations sur le toit de la cathédrale pour qu’elle soit dotée d’un symbolisme maçonnique en lien avec la pyramide du Louvre, l’Arche de la Défense et la statue luciférienne de la colonne de Juillet Place de la Bastille, érigée en 1835 ? Quand le Président de la République explique, durant sa campagne, qu’il n’existe pas de culture française… quand dans un geste de culture contemporaine, il fait inviter à la fête de la musique, sur le perron de l’Élysée, une troupe en total décalage, quand il rejette de faire référence à la Charte de Venise (qui prévoit la reconstruction à l’identique la flèche de Viollet-le-Duc), il y a de quoi être inquiet. D’ailleurs ne désire-t-il pas« un geste architectural contemporain » ? Le Premier ministre a même souhaité l’organisation d’un concours international d’architecture afin de doter Notre-Dame de Paris d’une nouvelle flèche adaptée aux techniques et aux enjeux de notre époque…

    À son sommet, le « Génie de La Liberté » ou ange porteur de lumière (Lucifer) ayant brisé ses chaînes du sculpteur Auguste Dumont. Un curieux hommage rendu par Louis Philippe (le fils de Philippe Égalité) aux insurgés qui renversèrent Charles X et la Monarchie absolue trois ans plus tôt. Déjà le 10 novembre 1793 la cathédrale devint un Temple de la Raison, puis en 1794 celui du Culte Suprême. On retrouve là les deux principales loges existantes en France.

    Chose étrange, un autre incendie s’est déclaré sur l’esplanade des Mosquées à Jérusalem, à peu près au moment même où les flammes ravageaient la cathédrale Notre-Dame de Paris. Il aurait été provoqué par des enfants en train de jouer.
    http://www.leparisien.fr/faits-divers/un-incendie-a-aussi-eclate-lundi-soir-sur-l-esplanade-des-mosquees-a-jerusalem-16-04-2019-8054778.php

    Quand un évènement inattendu et improbable permet des travaux d’une telle ampleur dans un des sites architecturaux les plus protégés de France… :
    https://www.vanityfair.fr/culture/voir-lire/story/un-miroir-de-verre-pour-reflechir-notre-dame/5552#1

    Notre-Dame était bien plus proche de l’effondrement que les gens l’ont pensé. Explication dans le New York Times :


    En novembre 2019, le général Georgelin, ancien chef d’état-major des armées, nommé par Macron pour piloter la reconstruction de la cathédrale de Paris, s’est adressé ainsi à Pierre Villeneuve, architecte en chef des monuments historiques qui tient à reconstruire la flèche à l’identique : « Je lui ai déjà expliqué plusieurs fois et je lui redirai : qu’il ferme sa gueule et nous avancerons en sagesse pour que nous puissions sereinement faire le meilleur choix pour Notre-Dame, pour Paris et pour le monde. » Étant aussi membre depuis 2007 du club très fermé « Le Siècle », lieu de collusion entre élites économiques, politiques et médiatique, on peut évidemment être inquiet sur la symbolique que ces gens peuvent imposer du point de vue architectural allant à l’encontre de son message chrétien.
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Si%C3%A8cle
    Le général Georgelin, retraité d’active, réclame une rémunération de 14 000 euros par mois pour superviser les travaux.

    Notre-Dame de Paris : symbole du passé de la France seulement ? avec le remarquable François Cheng…

    Patrice Martineau et Gabriel Le Grand : « La complainte de Notre Dame de Paris ».

    Pour l’historien Michel Pastoureau, « une solution de moindre mal serait de transformer la cathédrale en musée  » Ce qui n’est pas l’avis de Mgr Aupetit « Quelle cathédrale pour le XXIe siècle ? Celle qu’elle a toujours été, ce pour quoi elle a été bâtie. Qu’elle demeure fidèle à ce qu’elle est, ou elle perdra son âme. La cathédrale est maison de prière pour tous les peuples, et l’évêque y siège en serviteur de l’unité des hommes. Une unité qui nous constitue comme un peuple, non un tourisme de masse fait pour la culture du divertissement et l’empire de la consommation. La culture n’est en aucun cas un rempart contre la barbarie. Notre-Dame est le miroir du cosmos et le reflet du Ciel. »
    http://www.libertepolitique.com/Actualite/Decryptage/La-Croix-publie-une-tribune-appelant-a-desacraliser-Notre-Dame-de-Paris

    Selon le général Georgelin, la réouverture de la cathédrale est prévue pour avril 2024 !

  7. Josio dit :

    Le patrimoine français en danger !

  8. Walter dit :


    Depuis 2013, au cœur de la Forêt-Noire allemande dans la ville de Messkirch, 25 maîtres artisans et quinze bénévoles de Campus Galli construisent sur 25 hectares de terrain une grande cathédrale de pierre et environ 40 autres bâtiments, en utilisant des méthodes et des matériaux médiévaux. Ce site se distingue du Colonial Williamsburg en Virginie (USA) tant le projet est ambitieux.
    https://www.lefigaro.fr/arts-expositions/des-artisans-allemands-construisent-une-cathedrale-avec-des-techniques-du-moyen-age-20200118

    Le plan de St Gall aurait été dessiné aux environs de l’an 820 par des moines du monastère bénédictin de l’île de Reichenau, située dans le sud-ouest de l’Allemagne. Il donne une idée précise de la vie de l’époque carolingienne.
    https://www.campus-galli.de/klosterplan/?lang=en

    C’est un homme d’affaires allemand catholique, Bert Geurten, qui eut l’idée de reconstruire Saint-Gall. Quatre millions d’euros ont été aussi investis par la municipalité de Messkirch et l’Union européenne pour la construction de la cathédrale, convaincue que ce chantier stimulerait le tourisme. Malheureusement il ne verra pas le chantier se terminer puisqu’il mourut d’une crise cardiaque en 2018 à l’âge de 68 ans.

    Cela fait penser au château de Guédelon qui se construit de la même façon en France :

  9. gilles dit :

    Regard historique sur la protection juridique des choses sacrées :

    Le droit romain est ainsi à l’Europe ce que lui est aussi la philosophie grecque. Ce sont de riches héritages intellectuels qui ont forgé la civilisation européenne, avec l’enrichissement supplémentaire du christianisme. La présence de cet élément fondamental dans le patrimoine de la civilisation européenne justifie qu’on le consulte et en tienne compte lorsque des conflits sérieux portent justement sur ces éléments de civilisation. Le droit n’est pas simplement le contenu de textes positifs, il est aussi la mémoire d’une longue expérience.

    Au deuxième siècle après J.C., Gaïus, l’un des plus célèbres juristes de l’âge classique, ouvre le second commentaire de ses Institutes par une division fondamentale des « choses » (summa divisio), entre « choses » de droit divin et « choses » de droit humain. Il convient d’abord de préciser que pour Gaïus les « choses » ne se limitent pas aux réalités tangibles ; il connaît des « choses incorporelles ». Les choses de droit divin se divisent à leur tour en choses sacrées ou en choses religieuses. Les choses sacrées sont celles qui sont consacrées, consecratae, aux dieux supérieurs, alors que les choses religieuses concernent les dieux familiaux, à savoir les Manes ancestraux auxquels sont dédiés par exemple un autel domestique ou un tombeau familial. L’accès à la catégorie des choses ne dépend pas de l’initiative des citoyens. Elle résulte d’un acte juridique solennel, public car visible par tous et surtout concernant l’ensemble du peuple romain : une loi ou un sénatus-consulte. Les choses sont sacrées « par l’autorité du peuple romain », ex auctoritate populi romani. La constitution même du peuple romain contient en effet incontestablement un élément religieux. Ce sont les pontifes qui, en suivant le rite, consacrent au nom du peuple, comme le déclarent les Institutes de Justinien (Lib.II, §1). La consécration a dès lors pour but et pour effet de réserver les choses consacrées au divin, de les lui dédier. Elles sont ainsi mises à part. La conséquence juridique qui en résulte est qu’elles deviennent des choses qui sont hors commerce. Elles n’entrent dans le patrimoine d’aucun citoyen et ne sont pas susceptibles d’aliénation ni d’obligations. Elles sont dédiées au service du dieu, comme le précisent encore les Institutes de Justinien : « dedicata ad ministerium dei ».

    Le droit canonique, un autre élément du droit commun de l’Europe, a repris en partie ces idées. Ainsi le code de 1917 déclare que les choses sacrées ne doivent pas être utilisées pour des usages qui répugnent à leur nature (can. 1537). Il admet cependant un certain commerce de celles-ci, à condition que la considération de leur caractère sacré ne soit pas prise en compte dans la fixation du prix, afin d’ôter tout caractère simoniaque à des transactions de ce genre (can. 1539). Le canon 1171 du code de 1983 reprend avec une formulation un peu différente l’idée que les « res sacrae », qui sont consacrées par une bénédiction ou une dédicace au culte divin, ne doivent pas faire l’objet d’un usage contraire à leur destination. Le code oriental redit à peu près la même chose (can. 1018). Les hosties consacrées sont évidemment et suréminemment des « res sacrae » et leur conservation doit être assurée dans un ciboire ou un vase ; il convient aussi qu’elles soient rapidement consommées (can. 939). Elles font l’objet de dispositions minutieuses décrites dans le canon 938 : dans un tabernacle solide, fermé à clé, l’hostie sera « conservée avec le plus grand soin », afin d’éviter au plus haut point toute profanation, ut quam maxime periculum profanationis vitetur. L’article trois de la Constitution Pastor Bonus réserve à la Congrégation pour la Doctrine de la Foi les délits contre la sainteté de l’Eucharistie. Enfin, le canon 1367 du code de 1983 prévoit que quiconque emporte ou détient des hosties en vue de commettre un sacrilège encourt la peine de l’excommunication « latae sententiae », dont le prononcé est réservé au Siège Apostolique. Le clerc encourt en outre, éventuellement, une autre peine y compris le renvoi de son état clérical. Tout ceci montre le sérieux et la gravité avec laquelle l’Eglise considère toute profanation eucharistique.

    Ces textes ne sont évidemment pas en vigueur du point de vue du droit positif étroitement entendu, c’est-à-dire dans le droit étatique des divers États européens ni dans le droit écrit de l’Union européenne ou du Conseil de l’Europe. Mais un texte peut, si l’on n’accepte pas un positivisme étroit, ne pas être positivement en vigueur et néanmoins mériter d’être pris en considération.
    https://eclj.org/religious-autonomy/coe/regard-historique-sur-la-protection-juridique-des-choses-sacrees

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s