Le néo-libéralisme ne fait plus recette chez les étudiants canadiens

néolibéralisme canadien

.

Cela va faire  plus de trois mois que  les étudiants du Québec, sont  en grève, contre le projet gouvernemental  d’augmenter de 75%  les droits d’inscription à l’université. Des manifestations considérables ont déstabilisé ce gouvernement libéral, entraînant la démission de la ministre de l’éducation, Line Beauchamp.

http://www.lapresse.ca/actualites/dossiers/conflit-etudiant/201205/14/01-4525176-line-beauchamp-demissionne.php

Le premier ministre Jean Charest ne trouve rien de mieux à faire en ce 17 mai que de faire passer une « loi spéciale » visant à rendre illégale la grève et à criminaliser les étudiants en lutte.  Pourtant cette loi ne contrevient-elle pas à la charte des droits et libertés ?

http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Politique/2012/05/17/004-projet-loi-reaction.shtml

Les organisateurs d’une manifestation de plus de 10 personnes devront communiquer leur parcours 8 heures avant. Et les personnes qui y participeront devront s’assurer que l’événement correspond aux renseignements fournis à la police et ne devront pas être à moins de 50 m des établissements d’enseignement. De très lourdes amendes sont prévues qui vont de 1000 à 5000 $ pour un individu. Pour les organisateurs ou un employé, l’amende est plus importante de 7000$ à 35000 $ par jour. Et pour les associations de 25000$ à 125000 $ par jour.  Et en cas de récidive, on double l’ amende. Pourtant, selon un sondage Harris-Decima, les Québécois seraient à 60% contre la hausse des frais de scolarité !

http://www.cfs-fcee.ca/html/french/media/mediapage.php?release_id=1353

Le néolibéralisme mondial en matière d’enseignement supérieur, entraînant l’augmentation de la part du financement privé des dépenses universitaires n’est donc pas démocratique. Car il n’y a pas qu’au Canada que cette pensée dominante fait des ravages. On l’a vu en hiver 2010 avec la grève des étudiants anglais ! Ou encore avec celle des étudiants chiliens l’année dernière.

Le mouvement des Indignés et d’Occupy Wall Street  s’inscrit aussi explicitement contre ce modèle. Le cas des États-Unis commence à être mieux connu. Dans un article , intitulé « Endettement étudiant : une bombe à retardement aux États-Unis »,   le quotidien Le devoir faisait le point sur la dette des étudiants américains. Elle a quintuplé en douze ans pour atteindre mille milliards de dollars, soit une dette moyenne par étudiants de 25 000 $. Plus du tiers des dettes d’étudiants sont « titrisées », c’est-à-dire regroupées puis cédées à des investisseurs sous forme de produits dérivés.

http://www.ledevoir.com/international/etats-unis/350033/endettement-etudiant-une-bombe-a-retardement-aux-etats-unis

Non seulement les étudiants américains sortent lourdement endettés de leurs études, mais leurs perspectives d’emploi sont à leur plus bas niveau. A l’heure actuelle, pécuniairement parlant,  il leur est donc préférable de ne pas se lancer dans des études.  C’est l’appauvrissement  intellectuel organisé pour toute une classe d’âge !

 

femme au parapluie

5 commentaires sur “Le néo-libéralisme ne fait plus recette chez les étudiants canadiens

  1. duc dit :

    Jeudi 24 mai 2012, 21h45 : Manifestation de casseroles sur le parvis de la Paroisse Saint-Esprit de Rosemont, rue Masson, à Montréal :

  2. tarci dit :

    Le coût d’un étudiant aux USA était en 2005 de 20 545 $ alors qu’en France il est de 9.280 $.

    Pour plus de chiffres :

    http://www.education.gouv.fr/cid11/le-cout-d-une-scolarite.html

    Reste à dire qu’en France il est couvert par l’état, ce qui n’est pas le cas des USA ! Même si un système de bourses existe !

  3. Engel dit :

    Bon résumé sur le conflit étudiant :

  4. Carlos dit :

    Les banques alimentaires canadiennes sont utilisées à 25 pour cent plus qu’avant la récession de 2008, et 37 pour cent des demandes sont pour des enfants de moins de 18 ans, selon des enquêtes annuelles sur l’utilisation des organismes d’aide alimentaire.

    Au Québec, ce sont plus de 1,6 millions de demandes par mois que reçoivent l’ensemble des banques alimentaires de la province. Selon le rapport Bilan-Faim 2014, les demandes ont augmenté en moyenne de près de 40 000 par mois depuis l’an dernier, pour un total mensuel de 1 601 115 demandes. De cet impressionnant total, 342 568 paniers ont été distribués à des familles québécoises d’une à six personnes en situation de pauvreté.

    http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/422917/les-banques-alimentaires-debordees-1-6-million-de-demandes-par-mois-au-quebec

  5. Lino dit :

    Ah le Canada ! C’est justement un 1er mars en 1633 que Champlain redevient comme le gouverneur de la Nouvelle-France !

    C’est lui qui a fondé la ville de Québec en 1608, avec le soutien du Roi Henri IV. Champlain réussit à s’allier aux Algonquins et aux Montagnais, et les soutient face aux cinq nations iroquoises. Il essaie ensuite de trouver des emplacements pour de futures colonies et d’attirer les commerçants à Québec. Il fonde la « Compagnie de Champlain » en 1614 avec des marchands de Rouen et de Saint-Malo. Nommé lieutenant, Champlain exerce toutes les fonctions d’un gouverneur sur place ; il devient le premier gouverneur de Nouvelle France en juillet 1626, jusqu’à la prise de Québec par les Anglais. Il retrouve cette fonction le 1er mars 1633, mais n’obtient que le titre de « commandant en l’absence du ministre ». Il mourra sans avoir été nommé réellement gouverneur, le 25 décembre 1635, et sans enfant pour lui succéder.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s