L’effarante histoire du sionisme

La première guerre mondiale de 14-18,  fut menée d’un coté par la Grande Bretagne, la France et la Russie, et de l’autre coté par l’Allemagne, l’Autriche-Hongrie et la Turquie.

http://www.youtube.com/watch?v=RsI8F9AgJ1g

En l’espace de deux ans, l’Allemagne avait remportée la guerre. Les sous marins allemands, qui furent une totale surprise, occasionnèrent de gros dégâts côté adverse. La Grande Bretagne se trouva sans munitions et sans ravitaillement pour ses soldats.  Au même moment l’armée française s’était mutinée. Ils avaient perdus 600 000 soldats à la fleur de l’âge dans les batailles de défense de Verdun et de la Somme. L’armée russe avait déserté, minée par les années de propagande anti tsariste. Durant exactement la même période, pas un seul coup de feu n’avait encore été tiré en territoire allemand, pas un seul soldat ennemi n’avait encore franchi la frontière allemande. Pourtant, l’Allemagne proposait un accord de paix honorable,  appelée par les juristes un ’’STATUS QUO ANTE BASIS ’’ signifiant, « cessons le combat et retournons aux conditions d’avant la guerre.»

En 1916, l’Angleterre considéra sérieusement cette proposition afin d’éviter d’aller vers une défaite certaine. Tandis que cela ce discutait, les sionistes de l’Europe de l’Est rencontrèrent le British War Cabinet. Ils dirent : « Ecoutez nous, vous pourriez gagner cette guerre si l’Amérique venait à vos cotés en tant qu’alliée…Nous vous garantissons d’embarquer les USA contre l’Allemagne, si vous nous promettez la Palestine après la victoire ». En Octobre 1916, l’Angleterre accepta la proposition. Et on vit en très peu de temps, une Amérique pro-allemande devenir tout à coup vindicative à son égard. Les médias de l’époque, étaient pour la plupart, contrôlés par des financiers juifs, souvent d’origine  allemande ou russe, mais qui étaient contre le tsar, et ses alliés.  Aussi avaient-ils commencé à financer les Allemands. Mais devant la possibilité de s’accaparer de la Palestine, ils réussirent à faire en sorte que le président américain Wilson déclare la guerre à l’Allemagne. Il n’y avait aucune raison pour que l’Amérique soit mêlée à cette guerre et envoie ses soldats se faire tuer. Pourtant elle se laissa entrainer dans cette arnaque, tendue par le sionisme international, comme elle se laissa avoir en abandonnant quelques temps avant, sa banque centrale publique, au profit d’un conglomérat de banques privées essentiellement sionistes.

La fameuse ’’Déclaration Balfour’’ (courte lettre adressée à Lord Rothschild par le ministre britannique des Affaires étrangères, A.J. Balfour, envisageant « favorablement l’établissement en Palestine d’un Foyer National pour le peuple juif ») représentait la promesse anglaise faite aux sionistes de leur accorder la Palestine en échange de l’aide des USA.  L’Allemagne fut ainsi écrasée ; elle dut signer l’armistice  à la fameuse conférence de paix de 1919 à Versailles, entourée de 119 juifs représentant le sionisme international et avec à leur tête Bernard Baruch. Durant cette conférence où l’Allemagne fut découpée et l’Europe divisée, les sionistes réclamèrent leur part du gâteau: « Ne vous nous aviez pas promis la Palestine ? » C’est alors qu’ils produisirent leur preuve, révélant pour la première fois la déclaration Balfour devant des yeux allemands ébahis. C’est seulement à ce moment précis que les Allemands comprirent la cause des terribles conséquences et des réparations de guerre qu’on leur affligea. Tous leurs malheurs venaient du fait que ces sionistes, pourtant souvent d’origine allemande,  voulaient la Palestine et étaient prêts à tout pour l’avoir.

Ces juifs avaient pourtant été bien reçus par les Allemands après leur exode de Russie. . Il y avait Mr Rathenau dans l’industrie et la finance, Mr Balin qui possédait les deux plus grandes lignes maritimes, la North German Lloyds et la Hamburg-American ; Mr Bleichroder qui était devenu le banquier de la dynastie impériale des Hohenzollern. Les Warburg à Hambourg qui étaient des grandes banques du négoce, peut être les plus importantes au monde. Sans aucun doute on pouvait  affirmer que les juifs avaient été comme chez eux en Allemagne ! Les Allemands ne digérèrent pas cette trahison.  Eux qui avaient été si généreux avec les juifs depuis 1905, date qui vit la première révolution communiste en Russie, tourner au désastre, et les juifs  fuir ce pays, pour trouver refuge dans une Allemagne qui les avait accueillis à bras ouverts… Pour les Allemands, ces juifs étaient donc les véritables responsables de la défaite. Et pour seule  raison, la Palestine !

Toutefois, aucun juif ne fut agressé. Il existait bien des camps de prisonniers politiques. Mais ces camps étaient remplis de communistes, dont la grande majorité s’avérait être juifs. Tout simplement du fait qu’en cette période, pas seulement en Allemagne mais dans toute l’Europe, les communistes se trouvaient être composés à 98% de juifs. On y trouvait aussi quelques prêtres,  chefs syndicalistes, francs-maçons et autres affiliations internationales. Il ne faut pas oublier qu’entre 1918 et 1919, les communistes avaient réussis à prendre le contrôle de la Bavière durant un courte période : Rosa Luxembourg avec Karl Liebknecht à la tête d’un groupe d’autres juifs, gouvernèrent trois jours. En fait, à la fin de la guerre, le Kaiser s’était enfui en Hollande, tout simplement parce qu’il craignait que les communistes s’emparent de l’Allemagne comme ils l’avaient fait en Russie et qu’il lui serait réservé le même sort que le Tsar. Il prit donc la fuite par mesure de sécurité. Mais après que la menace communiste eut été balayée du sol allemand, les juifs étaient encore très actifs, essayant de recouvrer leur statut. Les allemands les combattirent en une lutte générale ; sans pour autant que ce soit physique. En ce temps là,  il y avait autour de 90 millions d’allemands pour seulement 460 000 juifs. N’empêche qu’ils contrôlaient tous les médias et les principaux rouages de l’économie. Ils étaient venus en Allemagne après la guerre avec beaucoup d’argent, et avaient profité de la dévaluation drastique du Mark pour tout acheter pour une bouchée de pain.

En juillet 1933, une conférence du sionisme international fut organisée à Amsterdam. Les juifs du monde entier y participèrent. Ils s’adressèrent à l’Allemagne en des termes impératifs : à savoir qu’ils la sommaient de limoger Hitler et de faire réintégrer tous les juifs dans leur fonction, eussent ils été communistes ou non. En aucun cas les sionistes ne permettraient aux allemands de les traiter de la sorte ; et en toute chose qu’il fallait considérer cet avertissement comme un ultimatum. On imagine aisément ce que fut la réponse des allemands. Mais c’est la réaction juive qui allait être des plus étonnantes. En 1933, quand l’Allemagne refusa de se plier aux exigences sionistes à la conférence d’Amsterdam qui se clôturera sans avoir entamé la résilience allemande, le président de cette conférence et chef de la délégation américaine, Samuel Untermeyer,  la quitta aussitôt pour retourner aux USA.  Du bateau, il transmit par le biais des studios de la CBS (Columbia Broadcasting System) un discours qui passa sur tout le territoire américain et fut publié le 7 Aout 1933 dans le New York Times :  « le sionisme international maintenant appelle à la guerre sainte contre l’Allemagne. Nous sommes maintenant engagés dans une bataille sacrée contre les allemands. Nous allons les forcer à se rendre. Nous allons exercer un boycott international contre eux qui les détruira du fait qu’ils dépendent exclusivement de leurs exportations…. Ce boycott économique est notre moyen d’auto défense ; le président Roosevelt l’a soutenu dans le programme de l’administration de reprise nationale. »


C’est un fait que  2/3 des besoins alimentaire allemands devaient être importés. Ils devaient donc beaucoup exporter pour se les payer. . Sans çà,  l’Allemagne allait mourir de faim. Mais aux USA,  quiconque ne respectait pas les lois du New Deal se voyait aussi boycotté,  même si ces lois  furent déclarées inconstitutionnelles par la cour suprême américaine. Les juifs de par le monde déclarèrent donc un boycott contre l’Allemagne qui fut tellement efficace qu’il ne fut plus possible de trouver dans un  magasin un produit ’’ MADE IN GERMANY’’. Un représentant de la Woolworth Company rapporta qu’ils avaient du jeter des millions de Dollar en vaisselle dans la rivière ; parce que leurs magasins auraient été boycottés si quiconque avait trouvé des assiettes portant la mention ’’ MADE IN GERMANY’’. Ils auraient tout simplement subi des manifestations avec des slogans « Hitler assassin » .

Notre dernier espoir !

Au début, les Allemands ne surent comment réagir contre ceux qui les soumettaient à un boycott qui entraînait  tous les salariés au chômage. Ce fut  un total désarroi. Ils se mirent à dessiner des swastikas (croix gammée) sur les murs des magasins juifs. Car pourquoi diable un allemand irait donner son argent à un commerçant faisant partie d’un blocus international poussant l’Allemagne à la famine ? Se demandèrent-ils. Le boycott dura un certain temps ; mais en 1938, quand un jeune juif polonais fit irruption dans l’ambassade allemande à Paris pour tirer sur un diplomate allemand, le tuant de sang froid, les allemands devinrent alors réellement durs avec les juifs.  Quelques uns de leurs magasins furent alors attaqués.
Une confrontation devenait  inéluctable. Entre temps, il existait un autre danger oppressant !  L’Europe allait-elle rester  chrétienne, ou alors tomber dans le communisme ? Les allemands optèrent pour la première solution. Ils mirent en place un vaste programme de réarmement. C’est en novembre 1933, que les Américains reconnurent officiellement l’Union Soviétique.  Celle-ci commençait à devenir très puissante. L’Allemagne logiquement effrayée, se réarma donc, appréhendant une éventuelle confrontation avec elle, pour ne pas tomber dans le communisme.  Mais qui était au pouvoir en URSS sinon une petite équipe de 4 000 juifs ! L’histoire nous a démontré que les sionistes étaient capables de tout pour garder la Palestine en tant que tremplin de domination du monde.  On les a vus agir auprès du président Wilson avec la mise en place de la taxe sur le revenu, pour payer les emprunts qui étaient auparavant gratuits.  En France, cela ne fut fait que par un ancien directeur de la banque juive  Rothschild, un dénommé Pompidou.

 

Mais ce qui est le plus remarquable, c’est que ces juifs d’Europe de l’est ne sont en fait à l’origine que des Khazars.  C’était une tribu belliqueuse vivant aux confins du territoire asiatique. Un peuple si hostile que même les asiatiques les chassèrent hors d’Asie vers l’Europe de l’Est, où ils établirent un grand royaume Khazar de plus de 1 300 000 kilomètre carré. En ce temps là, la Russie n’existait même pas ; pas plus d’ailleurs que la plus part des pays d’Europe. Le royaume Khazar était le plus grand pays d’Europe ; si grand et si puissant que les autres monarchies voulant entreprendre une guerre s’appuyaient sur les Khazars qui pouvaient leurs louer une armée de soldats.  Ils exerçaient un culte Phallique aussi immonde et répugnant qu’à la fin ils résolurent d’adopter une religion plus convenable.  Leurs choix se portèrent sur le Judaïsme.  Ils envoyèrent des gens se former aux écoles talmudiques de Pumbedita et Sura pour ensuite ouvrir des synagogues et des écoles. Le peuple khazars devint ainsi juif sans être pour autant sémite.  Aucuns d’eux n’avaient d’ancêtres en Palestine. Mais cela ne les a pas empêché de demander aux peuples chrétiens de supporter une invasion armée en Palestine en prétendant : ’’Vous voulez aider à rapatrier le peuple élu de Dieu vers leur terre promise, leur foyer ancestral, n’est ce pas ? C’est votre devoir de chrétien. Nous vous avons donné un de nos enfants comme votre Dieu et Seigneur ; vous allez à l’église tous les Dimanches et vous vous agenouillez pour adorer un juif et nous sommes juifs’’. Ces Khazars, ces asiatiques, ces turcos finnois étaient une race à la base mongoloïde qui fut chassés d’Asie vers l’Europe de l’Est. Combien était-il  donc ridicule de voir les grandes nations chrétiennes du monde affirmer : « Nous nous engageons à utiliser notre pouvoir et notre prestige afin de rapatrier le peuple élu de Dieu vers leur terre promise, leur ancestral foyer. »
Ce mensonge continue à sévir, pour la simple raison qu’ils détiennent toujours les médias d’occident, les banques et une partie   des partis politiques.  Il est bon de connaître ce que font les juifs le jour du « grand pardon » : Ils entrent dans une synagogue, puis ils se tiennent debout pour répéter trois fois une courte prière appelée ’’Kol Nidre’’. Dans cette prière, ils lient un pacte avec leur Dieu tout puissant ; où, quelque soit le serment, l’agrément, ou bien l’accord qui se ferait dans les douze mois à venir,  se verrait être nul, sans effet, caduc, et ne sera en aucune condition honoré. Le serment n’a pas lieu d’être respecté ; l’accord ne sera pas suivi ; la parole donnée ne sera en aucune mesure tenue. Tout engagement n’aura ni effet ni force. Par ailleurs le Talmud stipule que, quelque soit la parole d’honneur donnée, ou bien l’accord entreprit, on doit de se rappeler le ’’Kol Nidre’’ ; prière récitée le jour du grand pardon. Ainsi, automatiquement celui qui la récite se verra totalement absout de toute conséquence et sera de ce fait déchargé de toute obligation de respecter sa parole.

http://www.youtube.com/watch?v=dvWxoYULWrw

Difficile après çà de croire en leur loyauté ! De plus, n’ont-ils pas créé un réseau dans le monde entier, qui collabore avec le Mossad ? Ces juifs de la diaspora, se nomment les « Sayanim » , c’est-à-dire les informateurs en hébreu. D’après Jacob Cohen, ils seraient dans les 3.000 en France et se recruteraient au sein du Bnaï Brit (une franc-maçonnerie juive internationale) et autres organisations juives nationales comme le CRIF.  Un livre est paru sur ce sujet : « Le printemps des Sayanim » aux éditions l’Harmattan.

http://info-palestine.net/article.php3?id_article=9047

http://jacobdemeknes.blogspot.com/

http://lecaennaisdechaine.over-blog.com/article-le-printemps-des-sayanim-recit-de-jacob-cohen-50005415.html

C’est ainsi que de nombreux attentats ont pour origine le Mossad, mais exécutés avec l’aide des Sayanim, ils sont bien plus difficiles à détecter. Les attentats de Buenos-Aires par exemple :

http://www.voltairenet.org/article141896.html

Pour plus d’informations sur le sionisme, on se doit d’écouter le discours de Freedman (1890-1984) en 1961, à l’hôtel Willard de Washington DC.

http://www.dailymotion.com/video/xiphun_discours-benjamin-freedman-1961-partie-1_news

http://www.dailymotion.com/video/xipiaa_discours-benjamin-freedman-1961-partie-2_news

http://fr.wikipedia.org/wiki/Benjamin_Harrison_Freedman

Lire aussi :

https://effondrements.wordpress.com/2012/06/06/lintelligentsia-sioniste-responsable-de-la-seconde-et-troisieme-guerre-mondiale/

https://effondrements.wordpress.com/2012/08/11/lhorrible-genocide-sioniste-contre-les-juifs-sepharades/

Publicités

146 commentaires sur “L’effarante histoire du sionisme

  1. Hervé dit :

    Comment imposer une idéologie contestable par tous les moyens sans que cela ne choque personne? En multipliant les amalgames, parfois même avec des moyens douteux, comme en mélangeant l’antisémitisme et l’antisionisme par exemple. Et le dernier outil à sortir s’appelle « Sniper », un nom guerrier et menaçant pour un site internet qui recensera via un algorithme le contenu « judéophobe » des sites du web, cela pour « permettre aux internautes de prendre les mesures nécessaires en justice ».

    Une équipe de membres de l’OSM (organisation sioniste créée en 1897 à Bâle en Suisse) scanne ensuite les résultats et confirment les cas de « présence réelle d’antisémitisme» sur le site en question, puis contacte les autorités du pays où le site est hébergé » .
    https://francais.rt.com/international/15128-nouvelle-application-traque-antisemitisme

    C’est en 1893 que l’écrivain Nathan Birnbaum forgea le néologisme « sionisme » pour qualifier l’idéologie qui allait devenir le moteur de la création d’Israël. Le programme adopté par le premier Congrès sioniste, le 31 août 1897, défini clairement, dans sa première phrase, le but de cette idéologie: « Le sionisme veut établir en Palestine un foyer pour le Peuple juif… ». C’est pour réaliser ce programme que fut créée lors de ce Congrès, à l’initiative de Théodore Herzl, l’OSM – Organisation Sioniste Mondiale – qui mit en place les instruments politiques, économiques, éducatifs et autres, nécessaires.

    Très vite, l’OSM adopta les structures qu’elle allait sous divers noms conserver jusqu’aujourd’hui et qui ressemblent assez à celles d’un Etat dont les citoyens seraient les sionistes du monde entier (ceux qui acceptent le programme et payent le « shekel » symbolique). Le Congrès, composé de cinq cents délégués et qui se réunit en principe tous les quatre ans, constitue le Législatif de l’OSM. Il fixe les grands objectifs, politiques, économiques, entérine les rapports sur les activités passées, élit le président et les divers dirigeants de l’OSM et transfère ses pouvoirs à une structure plus restreinte (130 membres), le Comité d’Action Sioniste, chargé de superviser la mise en oeuvre des décisions prises, mise en oeuvre dont est chargé l’Exécutif de l’OSM.

    En 1948, la création d’Israël a été la concrétisation partielle des buts de l’OSM. Le drapeau de l’OSM et son hymne « Hatikva » sont d’ailleurs devenus ceux de l’Etat d’Israël qui a repris une grande partie des responsabilités de l’OSM. Ceci cependant n’a pas mis fin à l’existence de l’organisation à laquelle la Knesset a reconnu un statut spécial dès 1952, l’autorisant à « poursuivre sa tâche pour le développement du pays » et qui, intégrant l’idée que tous les Juifs du monde ne rejoindraient pas le nouvel Etat, adapta ses objectifs. Ceux-ci furent ultérieurement définis comme étant « la consolidation de l’Etat d’Israël, le rassemblement des exilés en Eretz Israël et l’unité du peuple juif » (10 août 1951, 23ème Congrès sioniste) puis, lors du 27ème Congrès du 19 juin 1968, « l’unité du Peuple juif et la centralité d’Israël dans la vie juive ».

    De fait, l’Organisation Sioniste Mondiale reste aujourd’hui la plus importante organisation internationale juive du monde et son objectif primordial est de promouvoir l’alya d’autant de Juifs que possible vers Israël. Ensuite, dès lors que ces derniers demeurent en diaspora, oeuvrer pour la défense de l’identité juive et participer au soutien économique et politique d’Israël.

  2. Otho dit :

    La Mafia Khazar et son projet diabolique d’infiltrer et de tyranniser le monde entier et d’éradiquer toutes les religions abrahamiques pour les remplacer par leur talmudisme babylonien, également connu sous le nom de Luciférisme ou Satanisme ou culte de Baal.

    Lors de la Conférence en Syrie sur le Combat contre le Terrorisme et l’Extrémisme religieux le 1er décembre 2014, dans son discours de fond, l’éditorialiste en chef et Président de Veterans Today Gordon Duff, a révélé pour la première fois en public que le Terrorisme mondial est en réalité l’émanation d’un énorme Syndicat international du Crime Organisé associé à Israël*. Cette divulgation a déclenché une onde de choc à la Conférence et presque instantanément dans le monde entier, étant donné que presque tous les dirigeants mondiaux ont reçu le rapport de Gordon Duff ce même jour en l’espace de quelques minutes. Et maintenant Gordon Duff a demandé au Président Poutine de communiquer les renseignements russes qui révéleront près de 300 traîtres au Congrès pour leurs trahisons en série et leur espionnage es-qualité pour le compte de la Mafia Khazar au détriment de l’Amérique et de nombreux pays du Moyen-Orient.

    « Nous savons que la Mafia Khazar mène une guerre secrète contre l’Amérique et les Américains par l’utilisation de terrorisme de style Gladio consistant en coups montés sous faux drapeaux, et par l’intermédiaire du Système inconstitutionnel de la Réserve Fédérale, de l’IRS (Service privé de l’impôt sur le revenu), du FBI, de la FEMA (Sécurité civile), de la Homeland Security (service de Sécurité intérieure créé au lendemain du 11 septembre et infiltré par Israël, NdT.) et la TSA (Administration de la Sécurité des transports). Nous savons avec certitude que la Mafia Khazar a été responsable de l’organisation du coup monté de l’intérieur de style Gladio sous faux pavillon qu’a été le 11 septembre 2001, ainsi que de l’attentat sur le Bâtiment Murrah le 19 avril 1995.

    Entre le 1er et le 8ème siècle de notre ère, une société incroyablement malveillante fait son apparition en Khazarie : les Khazars évoluent en une nation dirigée par un roi malveillant, entretenant à sa cour des oligarques versés dans les sciences occultes et la magie noire babylonienne. . Durant cette période, les Khazars acquièrent auprès des pays voisins une réputation de brigands, de meurtriers, de bandits de grand chemin et d’usurpateurs des identités des voyageurs qu’ils assassinent, pratiques dont ils font leur activité principale et leur manière de vivre. Vers 800 de notre ère, la Russie et d’autres pays voisins leur adressent un ultimatum. Les dirigeants des pays voisins, principalement la Russie, avaient reçu tellement de plaintes de la part de leurs citoyens, qu’ils ont envoyé collectivement un ultimatum au roi des Khazars. Ils lui firent parvenir une missive lui enjoignant de choisir parmi les trois religions abrahamiques une religion pour son peuple, d’en faire la religion d’état, que tous les citoyens khazars devront pratiquer, et de faire en sorte que tous les enfants khazars soient élevés dans cette foi. Le roi khazar avait le choix entre l’Islam, le Christianisme et le Judaïsme. Le roi khazar choisit le Judaïsme et promit de respecter les exigences définies par la confédération de nations voisines emmenée par le tsar russe. Malgré cet accord et cette promesse, le roi khazar et son cercle rapproché d’oligarques continuèrent à pratiquer la magie noire babylonienne, également appelée Satanisme occulte. Ce dernier comportait des cérémonies secrètes de sacrifices d’enfants, dont après exsanguination on buvait le sang et mangeait le cœur. Le secret profondément enfoui de ces cérémonies occultes était qu’elles se fondaient toutes sur un ancien culte de Baal, également connu comme le culte de la Chouette ou du Hibou (cf. le symbole du Bohemian Club, une des manifestations de la cabale).

    Malheureusement, les Khazars continuèrent leurs pratiques malveillantes, détroussant et assassinant les habitants des pays voisins qui traversaient la Khazarie. Les brigands khazars avaient l’habitude d’usurper l’identité de leurs victimes et devinrent des spécialistes des déguisements et fausses identités, une pratique qui perdure jusqu’à nos jours, de même que les cérémonies occultes de sacrifices d’enfants. Vers 1200 de notre ère, la Russie et les pays voisins en eurent assez et décidèrent d’agir. A cette date, les Russes prirent la tête d’un groupe de pays entourant la Khazarie pour l’envahir afin de mettre fin aux crimes des Khazars envers leurs peuples. Les dirigeants khazars disposaient d’un réseau d’espionnage très étendu grâce auquel ils furent avertis à temps pour fuir la Khazarie à destination de l’ouest de l’Europe en emportant avec eux leur énorme fortune en or et en argent. Ils firent profil bas et se regroupèrent, en prenant de nouvelles identités. En secret, ils continuèrent leurs rituels sataniques de sacrifices d’enfants et firent confiance à Baal pour leur offrir le monde entier et toutes ses richesses, comme il le leur avait promis. La Mafia khazar envahit l’Angleterre après en avoir été tenue à distance pendant des centaines d’années. Pour accomplir cette invasion, ils recrutèrent Olivier Cromwell pour assassiner le roi Charles 1er et faire de l’Angleterre un havre sûr pour le système bancaire. Ils fomentèrent les guerres civiles anglaises qui firent rage pendant près d’une décennie (1642-1651) et se terminèrent par un régicide de la famille royale et de centaines de membres de l’ancienne noblesse anglaise. C’est ainsi que fut créée la City de Londres* en tant que capitale bancaire de l’Europe et que furent posés les fondements de l’Empire britannique. A noter que c’est vers le milieu du XVIIème siècle que l’emblème de la City, un écu soutenu par deux lions fut remplacé par un écu soutenu par deux … dragons.

    La Mafia khazar décide d’infiltrer et de prendre en otage tout le système bancaire mondial en utilisant la magie noire babylonienne, également connue comme la magie monétaire babylonienne ou l’art occulte de créer de l’argent à partir de rien grâce aux pouvoirs des taux usuraires et des intérêts cumulés. Cette magie de l’argent babylonien implique d’échanger des certificats de crédit-papier contre des dépôts en or et en argent, ce qui permettait aux voyageurs d’emporter leur argent sous une forme facilement remplaçable s’ils perdaient les certificats ou s’ils leur étaient dérobés. Il est intéressant de noter que le problème qui avait été créé par les Khazars comportait également une solution offerte par eux. Finalement le roi khazar et sa petite cour infiltrèrent l’Allemagne avec un groupe qui a choisi le nom de «Bauer» pour les représenter et perpétuer leur système malveillant soutenu par Baal. Les Bauer de l’Ecu Rouge, qui représente leurs sacrifices sanglants occultes d’enfants, changèrent par la suite leur nom en Rothschild (alias Enfants du Roc, Satan). Bauer/Rothschild avait cinq fils qui ont infiltré le système bancaire européen (allemand, anglais, autrichien, français et napolitain) et la Banque centrale de la City de Londres par le biais de plusieurs opérations secrètes bien conçues, y compris un faux rapport de la victoire de Napoléon à Waterloo, alors qu’il avait été vaincu. Cela a permis aux Rothschild d’utiliser la fraude et la tromperie pour accaparer les richesses de la noblesse anglaise et des propriétaires terriens qui réalisaient des investissements par l’intermédiaire des institutions bancaires de la City de Londres.

    Le fondateur et ses enfants :
    Mayer Amschel Rothschild (1744-1812), banquier fondateur de la dynastie x 1770 : Gertrude Schnapper (1753-1849)
    – Amschel Mayer Rothschild (1773-1855), banquier x 1796 : Eva Hanau (1779-1848) seul représentant de la branche dite «de Francfort» (sans descendance)
    – Salomon Mayer Rothschild (1774-1855), banquier fondateur de la branche dite «de Vienne»
    – Nathan Mayer Rothschild (1777-1836), banquier fondateur de la branche dite «de Londres»
    – Kalmann Mayer Rothschild (1788-1855), banquier fondateur de la branche dite «de Naples»
    – James de Rothschild (1792-1868), banquier fondateur de la branche dite «de Paris»

    Etant donné que la Mafia khazar prétend entretenir une relation personnelle avec Baal (alias le Diable, Lucifer, Satan) en raison des sacrifices qu’elle lui offre, elle déteste les rois qui règnent en vertu du droit divin parce qu’ils se sentent le devoir de protéger leur propre peuple des infiltrés et traîtres ennemis dans leur royaume. Elle va donc entreprendre une tentative internationale pour éliminer la monarchie de droit divin.

    Au XVIIème siècle, la Mafia khazar assassine les membres de la famille royale britannique pour les remplacer par ses propres hommes.
    Au XVIIIème siècle, ils assassinent la famille royale française.
    Juste avant la Première Guerre Mondiale ils assassinent l’Archiduc Ferdinand pour démarrer la Grande Guerre.
    En 1917, ils rassemblent une armée khazar, les Bolcheviques, et infiltrent et prennent en otage la Russie, assassinent froidement le Tsar et sa famille, tuent à la baïonnette sa fille favorite et font main basse sur tout l’or, l’argent et les trésors artistiques de la Russie.
    Juste avant la Deuxième Guerre Mondiale, ils assassinent les familles impériales autrichienne et allemande.
    Puis ils se débarrassent de la famille impériale chinoise
    et dépouillent de son pouvoir la famille impériale japonaise.

    Ils ont fait de même avec les présidents américains en menant des opérations secrètes pour les dépouiller du pouvoir. Si cela ne suffit pas, la Mafia khazar les assassine comme elle l’a fait pour McKinley, Lincoln et JFK (trois des présidents qui se sont opposés aux banquiers khazars).

    Les Rothschild ont alors dirigé en sous-main l’Empire Britannique et conçu un plan diabolique pour récupérer les énormes quantités d’or et d’argent que les Britanniques avaient payées à la Chine en contrepartie de la soie de haute qualité et des épices qu’ils ne trouvaient pas ailleurs. Les Rothschild, par le biais de leur réseau d’espionnage international, avaient entendu parler de l’opium turc et de ses propriétés addictives. Ils ont alors organisé une opération secrète pour acheter de l’opium turc et le vendre aux Chinois, infectant des millions de personnes en les rendant dépendants de à l’opium, ce qui a ramené l’or et l’argent dans les coffres des Rothschild, non dans ceux du peuple britannique. L’addiction à l’opium créée par les ventes d’opium des Rothschild créa une telle nuisance que la Chine est entrée en guerre à deux reprises pour y mettre un terme. Ces guerres sont connues sous le nom de Révoltes des Boxers (en chinois « Guerres des poings de justice ») ou Guerres de l’Opium. Les masses d’argent que les Rothschild ont retiré de la vente d’opium étaient si énormes qu’ils sont devenus encore plus accrocs à cet argent facile que les drogués ne l’étaient à l’opium. Les Rothschild ont été la source de financement de l’établissement des colonies américaines, en fondant la Compagnie de la Baie d’Hudson et d’autres sociétés pour exploiter le Nouveau Monde des Amériques. Ce sont les Rothschild qui ont ordonné l’extermination massive et le génocide des peuples indigènes d’Amérique du Nord pour permettre l’exploitation des vastes ressources naturelles du continent. Les Rothschild ont suivi le même modèle économique dans les Antilles et le sous-continent indien, avec pour conséquence le meurtre de millions de victimes innocentes.

    Les Rothschild se lancent dans le commerce international des esclaves, une entreprise qui considérait les humains kidnappés comme des animaux, une vision que les Khazars allaient imposer à tous les habitants du monde. Leur projet consistait à commencer un commerce international d’esclaves, en achetant des esclaves à des chefs de tribu africains corrompus qui les aidaient à enlever des membres de tribus adverses pour les vendre comme esclaves. Les trafiquants d’esclaves Rothschild emmenaient ensuite ces esclaves enlevés à bord de leurs vaisseaux, enfermés dans de minuscules cellules, vers l’Amérique et les Antilles où ils étaient vendus. Beaucoup sont morts en route en raison des mauvais traitements.

    Les banquiers Rothschild ont appris très tôt que les guerres étaient un moyen formidable de doubler leur fortune en peu de temps en prêtant de l’argent aux deux belligérants. Mais pour avoir la garantie d’être remboursés, ils devaient faire passer des lois fiscales*, qui pouvaient servir à contraindre au paiement. C’est ainsi que l’impôt sur le revenu des personnes physiques a été introduit en France peu avant la Première Guerre Mondiale le 15 juillet 1914. Lorsque les Rothschild ont perdu la Guerre d’Indépendance américaine, ils ont accusé le Tsar et la Russie d’avoir aidé les colons en interdisant le blocus des vaisseaux britanniques. Les Rothschild et leur entourage d’oligarques britanniques complotèrent pour reprendre possession de l’Amérique, et cela devint leur principale obsession. Ils fomentèrent des plans pour établir une banque centrale américaine (la Fed). Leur tentative fut d’abord bloquée par le Président Andrew Jackson, qui les traita de Satanistes en jurant de les expulser par la grâce et le pouvoir du Dieu Tout-Puissant. Mais en 1913, la Mafia khazar réussit dans sa tentative, grâce à des membres du Congrès corrompus et traîtres, de faire adopter la Loi illégale de la Réserve Fédérale sans le quorum requis, le jour du réveillon de Noël. La Loi fut signée par le Président Woodrow Wilson, mettant en place un système d’imposition illégal, inconstitutionnel. A peu près au même moment, ils ont également corrompu des membres du Congrès pour approuver l’Internal Revenue Service (Service de l’Impôt sur le Revenu) qui est leur propre service privé de recouvrement d’impôts à Porto Rico. Peu après, ils ont créé le Federal Bureau of Investigation (FBI) pour protéger les banksters et les empêcher d’être jamais poursuivis. A noter que le FBI n’a pas de charte officielle, selon la Bibliothèque du Congrès, et n’a donc aucun droit d’exister ou d’émettre des bulletins de salaire.

    La Mafia khazar des Rothschild prépara et organisa la Révolution russe en utilisant ses banques centrales pour financer l’infiltration bolchevique en Russie et leur Révolution. Les Bolcheviques violèrent, torturèrent et massacrèrent près de 100 millions de Russes, y compris les femmes et les enfants (voir à « Terreur rouge » ou « La Tchéka » ou en regardant le film « Le Tchékiste » d’Aleksandr Rogojkine (1993)

    La Mafia khazar avait aussi comme projet, de contrôler l’ensemble du Judaïsme en le modelant sur le Talmudisme babylonien. Leur financement de la Knesset israélienne et sa construction en utilisant la géométrie sacrée des Francs-maçons illustre leur engagement dans le Talmudisme occulte babylonien. Ils mirent sur pied un système de Nouvel Ordre Mondial appelé Sionisme mondial qui enseignait et inculquait aux Juifs influençables une illusion paranoïde de supériorité raciale, qui partait de l’hypothèse que tous les Gentils avaient l’intention de massacrer tous les Juifs. Le système était destiné à agir sous le couvert des Juifs, mais également à leur fournir le pouvoir de l’argent babylonien, afin de les utiliser comme intermédiaires avant de les sacrifier à Lucifer en deux étapes. La première étape consistait à les sacrifier dans des camps de travail nazis au cours d’une Deuxième Guerre Mondiale planifiée par eux, provoquant leur mort . Le second grand sacrifice serait le sacrifice ultime, lorsque le Roi Luciférien du Nouvel Ordre Mondial accéderait au pouvoir, et lorsque toutes les trois religions abrahamiques seraient éradiquées, particulièrement le Judaïsme, sur qui rejaillirait la responsabilité de toutes les guerres et la destruction du monde.

    La Mafia khazar avait mis l’Allemagne à terre après la Première Guerre Mondiale, créant ainsi un vide politique dans lequel s’est engouffré le fascisme. Avec le nazisme Hitler servit de contrepoids contre le bolchevisme russe. Mais Hitler devint un problème quand il s’est mis à agir dans l’intérêt du peuple allemand et des peuples libres du monde en développant son propre système bancaire indépendamment des Rothschild. Hitler avait créé un système financier libre de taux usuraires et favorable à la classe laborieuse. Cela augurait la destruction ultérieure de l’Allemagne et des Allemands, parce que les Rothschild n’auraient pas pu tolérer un système économique dont l’existence ne soit pas fondée sur l’usure.

    http://stopmensonges.com/lhistoire-occulte-de-la-diabolique-mafia-khazar/?utm_campaign=shareaholic&utm_medium=facebook&utm_source=socialnetwork

    L’Histoire occulte de la diabolique mafia Khazar :

    Rothschild, la politique et les affaires :
    http://www.noviorbis.net/t122-quelques-infos-concernant-la-famille-rothschild?highlight=Rothschild

    L’origine du sionisme ou l’empire Khazar par le Sheik Imran Hosein :

    L’histoire refabriquée : L’histoire des Pharaons et de Moïse est à l’origine de la croyance fondamentale de tous les juifs, les musulmans et les chrétiens. Il est l’écran ultime de la puissance de Dieu et de son observation sur son soi-disant peuple élu.
    https://ashraf62.wordpress.com/2015/04/17/the-real-exodus-end-of-israel-3/


    Livres en PDF sur des sujets voisins :
    http://www.histoireebook.com/index.php?pages/Ex-Libris-Lulu.com

    • Yann dit :

      Pierre Hillard explique les origines du nouvel ordre mondial , le rôle joué par les Marranes , leurs descendants et leurs ramifications dans le monde politico-économique en Amérique et en Europe …

    • Zoe dit :

      Le sionisme talmudique sataniste s’inspire notamment d’Isaïe : Aux 60e et 61e chapitres le prophète rêve qu’à la fin toutes les richesses des Gentils soient livrées au peuple juif.

      • « Ils suceront le lait des Gentils (Isaïe 60:16). Ils deviendront leurs serviteurs ! Les Gentils « se tiendront là et feront paitre vos troupeaux et seront vos laboureurs et vos vignerons. » (Isaïe 61:5)


      Ces textes ont certainement été falsifiés pour des raisons politiques. On pourrait en dire autant de l’histoire de l’Exode et de Joseph. L’histoire biblique de Moïse et du Pharaon s’est-il vraiment passée dans l’Egypte antique ou plutôt dans l’Arabie antique ? Car cet Exode semble tout droit sortir d’un conte arabe. D’après la Génèse 37, l’histoire de l’Exode commence quelques 260 à 300 ans avant la vente du patriarche Joseph comme esclave. Elle raconte l’histoire de Joseph et de son drôle de rêve, comment il fut le fils préféré de son père, les tentatives de le tuer venant de ses frères jaloux, l’abandon de Joseph dans une citerne dans le désert, son sauvetage par un Midianite, ses frères observant une caravane d’Ismaélites approchant, la vente de Joseph comme esclave et lorsque leur caravane chargée de myrrhe et d’encens arriva dans une ville appelée “Mizraïm”, Joseph fut de nouveau vendu à Potiphar, le chef des gardes de la ville. Mais voilà, pourquoi utiliser le mot dromadaire alors que ce chameau à une bosse a été domestiqué en premier lieu en Arabie et ce ne fut pas avant le 9ème siècle Av. JC. En d’autres termes, les dromadaires n’avaient rien à faire non seulement dans l’histoire de Joseph mais de fait, dans tout le livre de la Génèse. L’Egypte antique n’a pas connu les dromadaires et certainement pas la culture nomade. Les dromadaires furent introduits en Egypte ancienne (qui comprenait aussi la Nubie au sud jusqu’à la Palestine dans l’extrême nord-est) après la conquête d’Alexandre le Grand en 332 Av.JC. Pourtant selon la chronologie biblique, Joseph aurait été vendu comme esclave vers 1546 Av.JC. La caravane de dromadaires qui aurait emmené Joseph à Mizraïm, n’aurait pas pu exister avant le 7ème siècle Av.JC pour deux raisons : Premièrement, les dromadaires furent en premier lieu domestiqués en Arabie et au Yémen antiques vers le 9ème siècle Av.JC et deuxièmement, la route antique de l’encens qui transportait épices, myrrhe, encens, ivoire et textiles de l’ancien Yémen (où se situe le Midian biblique), vers le Nord et la Mésopotamie et la Syrie (Assyrie) n’a commencé que vers le 7ème-5ème siècles Av.JC. Dans son ouvrage “The Bible Unearthed”, l’archéologue israélien Israël Finkelstein, confirme bien que les histoires des Israélites (incluant celles de Joseph et de Moïse) ne pouvaient pas avoir été écrites avant le 7ème siècle Av.JC. Ceci renverrait l’histoire de l’Exode vers le milieu du 4ème siècle Av.JC, en d’autres termes durant la période grecque de la direction de l’Egypte, ce qui représente une autre impossibilité théorique. Les noms de Youssef (Joseph), Ismaélites… et le commerce des esclaves sont typiquement arabes. Dans l’Egypte antique, de jeunes enfants perdus n’étaient jamais capturés et vendus comme esclaves pour la simple raison que le commerce des esclaves n’y était pas commun. Mais alors si l’Egypte antique n’avait pas de marchés publics aux esclaves, comment Joseph, le patriarche israélite, a bien pu être introduit en Egypte en tant qu’esclave ? En ce qui concerne l’archéologie biblique, la plupart des gens se fie sur les résultats d’expéditions archéologiques et universitaires biaisés, partiaux et honteusement financées, qui n’ont rien fait d’autre que de déranger l’histoire antique du proche-orient, et ce juste pour corroborer leurs croyances. Ces archéologues bibliquement corrects et ces universitaires ont manipulé les faits et planté de fausses reliques et de faux vestiges afin de soutenir leur conviction que toutes les histoires des Israélites se sont déroulées en Egypte antique et que la Palestine est leur soi-disant “terre promise.

    • Tania dit :

      La famille Rothschild s’est combinée avec la maison Orange de Hollande (famille royale) pour fonder la Banque d’Amsterdam au début des années 1600, elle devint la toute première banque centrale privée au monde.

      Le prince Guillaume d’Orange se maria dans la maison anglaise des Windsor, prenant pour épouse la fille du roi James II, Marie. L’Ordre de la Confrérie d’Orange, qui a plus récemment fomenté la violence protestante en Irlande du Nord, a mis Guillaume III sur le trône d’Angleterre, d’où il régna sur à la fois la Grande-Bretagne et la Hollande. En 1694, Guillaume III fit équipe avec les Rothschild pour lancer la Banque d’Angleterre.

      La vieille dame de Threadneedle Street comme on appelle la Banque d’Angleterre, est entourée d’un mur de neuf mètres de haut. Trois étages sous la surface, se trouve la plus grosse réserve de lingots d’or du monde. Le plus gros trésor se trouve sous la Banque de la Réserve Fédérale de New York contrôlée par les Rothschild. D’après l’excellent documentaire de Bill Still « The Money Masters », la plupart de cet or fut confisqué des chambres fortes maintenant vides de Fort Knox comme garantie sur les obligations de la dette américaine aux huit familles de la Réserve Fédérale. Cette mafia financière a consolidé son contrôle sur le stock d’or mondial lorsque deux cents millions d’onces d’or appartenant à la Banque de Nova Scotia (Banque canadienne), furent récupérées de dessous le carnage du World Trade Center. Un jour après sa récupération du 1er Novembre 2001, le maire de New York, Rudi Giuliani licencia des centaines d’ouvriers du plan de sauvetage à Ground Zéro, peu de temps après qu’il fut nommé chevalier par la reine Elizabeth II et nommé « homme de l’année » du TimeMagazine… Le cours quotidien de l’or est fixé tous les jours à la banque N.M. Rothschild de la City de Londres. Là, cinq des huit familles banquières décident de manière unilatérale, sans consultation aucune, quel sera le prix de l’or chaque matin. La firme de Sharps Pixley du groupe Kleinwort Benson est une des cinq décideuses. Une autre est Mocatta Metals. Elle est détenue en majorité par la Standard Chartered Bank, la banque fondée par Cecil Rhodes dont la branche de Dubaï vira électroniquement les fonds nécessaires pour financer les attaques du 11 septembre 2001 à Mohamed Atta, le présumé chef de l’opération de terrain. D’après le parlementaire britannique Michael Meacher dans un entretien au journal du Guardian de Londres, Omar Saeed Sheikh, l’homme qui décapita le journaliste étasunien Daniel Pearl en 2002, était un agent du MI6 britannique. Il a dit que ce fut aussi Sheikh qui, pour le général Mahmoud Ahmed des services secrets pakistanais ISI, vira cent mille US$ à Mohamed Atta depuis la Standards Chartered Bank de Dubaï avant le 11 septembre 2001. L’affirmation de Meacher a été corroborée par Dennis Lomel, directeur de la section financière du FBI et par un article du Times of India en date du 11 octobre 2001. L’entreprise Mocatta Metals est aussi un des moyens de financement des opérations du Mossad. La succursale Midland Bank Samuel Montagu est un troisième « fixeur » du prix de l’or à Londres. En 1999, Midland, dont le QG se trouvait dans le cœur de l’argent de la cocaïne au Panama, fut achetée par la banque HSBC contrôlée par l’oligarchie banquière britannique ; la vieille lessiveuse du fric des guerres de l’opium de la Hong Kong Shanghaï Bank Corporation est maintenant devenue la seconde plus grosse banque du monde. Midland est partiellement la propriété de la monarchie al-Sabah du Koweït. Les deux autres fixeurs du prix de l’or sont Johnson Matthey et N.M. Rothschild, ces deux firmes ont des comités directeurs inter-reliés avec l’Anglo-American et la HSBC. L’Anglo-American est la troisième compagnie minière mondiale. Elle est contrôlée par les Rothschild et la famille Oppenheimer d’Afrique du Sud. Elle possède Engelhardt, qui possède un quasi monopole sur la fabrication de l’or mondial, ainsi que le monopole diamantaire DeBeers. Le PDG actuel de DeBeers est Nicky Oppenheimer. DeBeers fut accusée en 1994 de truquer les cours et mis devant la justice des Etats-Unis. Jusqu’à aujourd’hui, les officiels de cette entreprise ne mettent jamais un pied sur le territoire des Etats-Unis de peur d’être arrêtés par les autorités. Les Rothschild contrôlent aussi BHP Billiton et Rio Tinto, les deux plus grosses compagnies minières au monde, ainsi que la Royal Dutch/Shell et la Bank of America.

      Meyer Amschel Rothschild a vendu au gouvernement britannique les mercenaires allemands hessianiques pour combattre contre les révolutionnaires étasuniens, faisant passer les gains à son frère Nathan à Londres où la banque N.M. (Nathan & Mayer) Rothschild & Sons était établie. Mayer était un élève très studieux de la Cabale et lança sa fortune sur de l’argent volé, extorqué de Guillaume IX, l’administrateur royal de la région Hesse-Kassel et important franc-maçon. La firme Barings contrôlée par les Rothschild finança les commerces chinois de l’opium et de la traite des noirs africaine. Elle finança l’achat de la Louisiane (à Napoléon). Lorsque plusieurs états firent défaut sur leurs emprunts, Barings soudoya Daniel Webster pour qu’il fasse des discours insistant sur les vertus du remboursement des dettes. Les états maintinrent leur position, ainsi la maison des Rothschild coupa les vivres en 1842, plongeant les Etats-Unis dans une énorme dépression économique. Il a souvent été dit que la fortune des Rothschild dépendait de la banqueroute des nations.

      La guerre fit aussi fructifier la fortune de la famille. La maison des Rothschild a financé la guerre de Prusse, la guerre de Crimée et la tentative britannique de reprendre le canal de Suez aux Français. Nathan Rothschild fit un gros pari financier sur Napoléon à la bataille de Waterloo tout en finançant également le duc de Wellington et sa campagne péninsulaire contre Napoléon. La guerre contre le Mexique et la guerre de sécession furent des mines d’or pour la famille.

      Une biographie familiale des Rothschild mentionne une réunion à Londres d’un « syndicat international banquier » qui décida de lancer le nord des Etats-Unis contre le sud et ce comme partie intégrante d’une stratégie de « diviser pour mieux régner ». Le chancelier allemand Otto von Bismarck a dit : « La division des Etats-Unis en fédérations de force égale fut décidée bien avant la guerre de sécession. Ces banquiers avaient peur que les Etats-Unis finissent par contre-carrer leur domination fnancière du monde. La voix des Rothschild a prévalu. »

      Le biographe des Rothschild, Derek Wilson, dit que la famille était le banquier européen officiel du gouvernement des Etats-Unis via le précurseur de la banque fédérale, la Bank of the United States. Le biographe familial Niall Ferguson note « un vide substantiel et inexpliqué » dans la correspondance des Rothschild entre 1854 et 1860. Il dit que toutes les copies des lettres envoyées par les Rothschild de Londres pendant la période de la guerre de sécession « furent détruites aux ordres d’associés successifs ». Les troupes françaises et britanniques avaient encerclé les Etats-Unis à la fin de la guerre de sécession. Les britanniques envoyèrent onze mille soldats dans le pays contrôlé par la Couronne qu’est le Canada, qui donna refuge aux agents confédérés. La France de Napoléon III avait installé sa marionnette autrichienne des Habsbourg l’archiduc Maximilien, comme empereur du Mexique, où les troupes françaises se massèrent à la frontière avec le Texas. Seul, le déploiement in-extremis d’une flotte russe du tsar Alexandre II, allié des Etats-Unis, sauva le pays de la re-colonisation. Cette même année le Chicago Tribune titrait « Belmont et les Rothschild ont acheté des obligations de guerre confédérées » (Auguste Belmont était un agent des Rothschild aux Etats-Unis, qui eut un cheval de course de la Triple Couronne nommé en son honneur).

      Le président Abraham Lincoln, maintenant au courant de la Bank of United States contrôlée par les huit familles, contra la tactique en faisant émettre des « Greenbacks » par la trésorerie fédérale. Les banquiers de Londres fulminaient. Lincoln fut assassiné par John Wilkes Booth, qui fut extirpé du théâtre Ford par des membres de la société secrète des Chevaliers du Cercle d’Or. La petite fille de Booth écrivit plus tard : « Cet acte de folie », dans lequel elle détaille les contacts de son grand-père Booth avec de « mystérieux Européens » juste avant l’assassinat de Lincoln.

      Les fils de Mayer Rothschild sont connus sous le nom des cinq de Francfort. Amschel gérait la banque familiale de Francfort avec son père, tandis que Nathan gérait l’opération banquière de Londres . Le plus jeune des fils Jacob s’installa à Paris, tandis que Salomon s’occupait de la succursale de Vienne et Karl celle de Naples. L’écrivain Frederick Morton estime que dès 1850, les Rothschild pesaient plus de dix milliards de dollars. Le vieil axiome « l’argent appelle l’argent » est certainement vrai. Les chercheurs croient que la fortune des Rothschild aujourd’hui excède les cent mille milliards de dollars.

      Les Warburg, Kuhn Loeb, Goldman Sachs, Schiffs et Rothschild se sont mariés entre eux au sein d’une énorme grande famille banquière. La famille Warburg, qui contrôle la Deutsche Bank et la Banque Paribas, se sont alliés avec les Rothschild en 1814 à Hambourg, tandis que la maison Kuhn Loeb et celle de Jacob Schiff partagèrent leurs quartiers avec les Rothschild dès 1785. Schiff émigra aux Etats-Unis en 1865. Il joignit ses forces avec Abraham Kuhn et maria la fille de Salomon Loeb. Loeb et Kuhn marièrentde l’un l’autre les sœurs et la dynastie Kuhn-Loeb vit le jour. Felix Warburg maria la fille de Jacob Schiff. Deux filles Goldman se marièrent avec deux fils de la famille Sachs, créant ainsi Goldman Sachs. En 1806, Nathan Rothschild épousa l’aînée des filles de Levi Barent Cohen, un important financier de Londres. La famille Cohen faisait donc maintenant partie du club.

      Aujourd’hui, les Rothschild contrôlent un gigantesque empire financier, qui inclut des parts majoritaires dans presque toutes les banques centrales du monde. Le clan d’Edmond de Rothschild possède la Banque Privée SA à Lugano en Suisse et la Rothschild Bank AG de Zürich. La famille de Jacob de Rothschild est propriétaire de la puissante Rothschild Italia de Milan. Ils sont membres du club exclusif du Club des Îles, qui fournit le capital au Quantum Fund NV de George Soros pour qu’il réussisse un « coup » en 1997-98 en détruisant les monnaies de la Thaïlande, de l’Indonésie et de la Russie. Soros fut un actionnaire important de la compagnie pétrolière de George W. Bush Harken Energy.

      Quantum NV gère de onze à quatorze milliards de dollars en investissements et en biens et opère depuis l’île hollandaise de Curaçao, dans l’ombre des énormes raffineries de la Royal Dutch/Shell (Rothschild) et Exxon-Mobil (Rockefeller). Curaçao a été récemment cité par un comité spécial d’enquête de l’OCDE sur le blanchiment d’argent comme étant une des nations principales blanchissant l’argent de la drogue. Le groupe du Club des Îles qui finance Quantum NV est mené par les Rothschild et inclut la reine Elizabeth II d’Angleterre et bien d’autres aristocrates européens et de la noblesse noire. Le financier suisse fugitif et homme de paille du Mossad Marc Rich, dont les affaires ont été récememnt récupérées par la mafia russe du Groupe Alpha, fait aussi partie du réseau Soros. Rich a été amnistié par le président Bill Clinton juste avant son départ de la Maison blanche.

      Les liens avec l’argent de la drogue ne sont pas nouveaux pour les Rothschild. N.M. Rothschild & Sons était à l’épicentre du scandale de la banque de la CIA la BCCI, mais échappa aux feux de la rampe lorsqu’un hangard plein de documents prit feu de manière providentielle au moment où la banque d’Angleterre contrôlée par les Rothschild ferma la BCCI. La Bank of America des Rothschild avait fourni l’argent de départ pour lancer la banque BCCI (NdT : la banque de couverture des actions criminelles de la CIA dans le monde, notamment le blanchiment et recyclage d’argent de la cocaïne en provenance de Colombie, d’héroïne d’Afghanistan et du triangle d’or, du trafic d’armes et d’êtres humains…)

      Sans doute la plus grande réserve de richesse des Rothschild aujourd’hui est la Rothschilds Continuation Holdings AG, une holding banquière suisse très confidentielle. A la fin des années 1990, les scions (descendants) de l’empire Rothschild étaient les barons Guy et Elie de Rothschild en France et Lord Jacob et Sir Evelyn Rothschild en Grande-Bretagne. Evelyn est le président de la revue The Economist.

      https://fr.sott.net/article/27267-La-famille-Rothschild-L-Hydre-de-l-oligarchie-mondiale

      • Ursule dit :

        Lord Jacob Rothschild, âgé de 80 ans et responsable actuel de cette famille bancaire pro Israël, a expliqué quel fut le rôle crucial joué par ses ancêtres dans l’obtention de la déclaration de Balfour. Elle consiste en une lettre officielle datant de 1917 du ministre des Affaires Étrangères britannique, Lord Balfour, adressée à Lord Rothschild, un leader du sionisme en Grande-Bretagne à l’époque et l’oncle de l’actuel Lord Rothschild. Selon Jacob Rothschild, c’est sa cousine Dorothée de Rothschild, qui était à l’époque une adolescente, qui y aurait joué un rôle crucial. de « go between »

        A lire le livre de Philippe Simonnot sur « Le siècle de Balfour, 1917 2017. » Il rappelle la situation au Proche-Orient au moment de la guerre de 14, le bombardement de Damas par la France en 1920, les visées impériales de la Grande-Bretagne et le prétexte de la déclaration Balfour pour avoir Jérusalem et Mossoul car derrière il y avait le canal de Suez et le pétrole irakien. l’hostilité à l’époque de la communauté juive anglo-saxonne contre Herzl et cela même en Allemagne, la persécution des juifs de l’est, tout cela faisant penser qu’en fait c’est Balfour qui a créé le sionisme et non le sionisme qui a fait la déclaration Balfour, puis la Haavara ou la collaboration germano-sioniste pour l’achat de matériel allemand et le départ des juifs allemands en Israël d’où la phrase d’Herzl « nos meilleurs alliés sont les antisémites », en 1945 la France devient la meilleure alliée du sionisme car elle s’oppose de la sorte à l’occupation britannique avec après le « souper de Sèvres » préparant l’opération de Suez et l’arme nucléaire israélienne, arrive ensuite un retournement diplomatique en 1958 avec de Gaulle, alors qu’aux USA les chrétiens évangéliques dont sont proches les présidents Truman, Bush, Trump y voient se hâter ainsi le « second coming » du Christ en Palestine, mais avait-on donc « Un peuple sans terre pour une terre sans peuple » ?, selon le dialogue Maïski Weismann « l’Arabe n’est pas le fils du désert il en est le père » (car il ne travaille pas les terres).

    • Antoine dit :


      Entretien avec Pierre Hillard à l’occasion de la parution de « L’Histoire occultée : les origines secrètes de la Première Guerre mondiale » dont il devait écrire la préface… avant que celle-ci ne soit refusée par les deux auteurs Docherty et MacGregor.

      Pierre Hillard : Ces auteurs apportent des informations de qualité concernant les causes profondes de la Première guerre mondiale. Ils présentent les rôles et les influences des élites politiques, économiques, financières, journalistiques et militaires d’un monde de plus en plus opaque au fur et à mesure que l’on avance dans les coulisses oligarchiques. Autant ils sont précis dans la description des dirigeants politiques et des grands hommes d’affaires comme Cecil Rhodes, autant ils sont vagues et limités sur l’action, ô combien décisive, des grandes familles bancaires comme Rothschild, Schiff, Cassel et autres. Docherty et MacGregor n’hésitent pas à écrire page 39 : « Bien qu’on ait mis au crédit de Rhodes d’avoir transformé le groupement de mines De Beers en plus grand fournisseur de diamants du monde, son succès était largement dû au soutien financier de Lord Natty Rothschild, qui détenait plus d’actions dans la société que Rhodes lui-même. » En lisant cela, automatiquement, mon réflexe est de m’intéresser à ce Natty Rothschild et aux autres membres de sa famille. Pourquoi faisait-il cela ? Comment les Rothschild se sont-ils installés en Grande-Bretagne sachant qu’ils sont originaires de Francfort ? Mariages et liens professionnels avec d’autres dynasties bancaires – mais aussi politiques avec Lord Roseberry – étaient de mise pour cette famille. Par conséquent, étudions ces autres familles appartenant à des dynasties financières juives. Pourquoi ces alliances ? Quels objectifs ? Quelles références religieuses au sein de ces familles ? Pourquoi un tel acharnement dans une direction bien ordonnée ? Pourquoi la « Déclaration Balfour » (en fait d’Alfred Milner) a-t-elle été adressée à un Rothschild ? L’arrière-fond de tout cela est spirituel car lié à des référents sabbatéo-frankistes. On touche au cœur nucléaire de l’histoire du monde depuis 2000 ans. Nos auteurs écossais sont, par certains aspects, rebelles dans leurs écrits. Cependant, ils ont leurs limites d’autant plus que je doute qu’ils soient imprégnés d’un catholicisme traditionnel. Ce manque les rend aveugle sur ce point capital.

      S : Docherty et MacGregor s’appuient notamment sur l’oeuvre de l’historien américain Carroll Quigley (1910-1977) qui fut (entre autres) le professeur d’un certain Bill Clinton (qui a d’ailleurs reconnu que Quigley avait eu une grande influence sur lui) et dont vous avez préfacé l’ouvrage particulièrement touffu « Histoire secrète de l’oligarchie anglo-américaine ». Savez-vous ce qui a amené Quigley à pousser ses recherches dans cette direction assez peu académique des coulisses historiques alors qu’il semblait très bien intégré dans le « système » (diplômé d’Harvard, professeur à Georgetown, Princeton et Harvard, consultant pour le département de la défense US …) ?

      PH : Je n’ai pas de réponses précises à ce sujet. On peut supposer que sa grande intelligence et une curiosité naturelle l’ont poussé à aller plus loin tout en étant conscient des difficultés et des risques encourus. En effet, le fait d’étudier les agissements des élites financières est sûrement une voie semée d’embûches.

      S : Son livre « Tragedy and Hope », ne mériterait-il pas lui aussi une traduction en français ?

      PH : Il n’est pas impossible que la chose se fasse.

      S : Peut-on rapprocher les travaux de Carroll Quigley avec ceux d’Antony Sutton, un autre historien (anglais cette fois) qui a démontré le rôle néfaste d’une certaine oligarchie dans la mise en place des totalitarismes bolchévique et nazi (ainsi que de la venue au pouvoir de Franklin Delano Roosevelt) ?

      PH : Ces travaux se complètent. Ceux de Quigley traitent essentiellement de l’oligarchie mondialiste sur le temps long tandis que Sutton a ciblé sur une période donnée (l’arrivée au pouvoir des bolcheviks et des nazis par exemple) l’action et les ambitions d’une élite anglo-saxonne.

      S : Dans son « Atlas historique », l’historien français Georges Duby présente ainsi les causes menant à la Première Guerre mondiale : « La montée des nationalismes, l’impérialisme économique et naval de l’Allemagne, l’antagonisme germano-slave dans les Balkans et la course aux armements de la Triple-Entente (France, Grande-Bretagne, Russie) et de la Triple Alliance (Allemagne, Autriche-Hongrie, Italie) font de l’Europe de 1914 une « poudrière ». L’assassinat de l’archiduc François-Ferdinand d’Autriche (Sarajevo, 28 juin 1914) déclenche la Première Guerre mondiale. » Que pensez-vous de cette vision de l’histoire ?

      PH : Georges Duby souligne des raisons valables qui ont alimenté la Première guerre mondiale. Cependant, ces causes sont secondaires sans être, bien entendu, marginales. Elles se sont surajoutées sans être pour autant le moteur de la guerre. La création d’un foyer juif en Palestine lié au contrôle de la production d’hydrocarbures au Moyen-Orient, sans oublier les conséquences stratégiques, est la racine expliquant le déclenchement de la Première guerre mondiale. Comme je l’ai démontré dans mon livre « Atlas du mondialisme », nous avions une rivalité entre clans sionistes. Le clan sioniste allemand voulait les deux éléments précédemment cités (foyer juif et hydrocarbures) sous la direction de Berlin, tandis que l’autre clan sioniste anglo-saxon voulait la même chose, mais sous la direction de la City de Londres. Les propos de Georges Duby c’est, si je puis dire, la vision hygiénique de l’histoire. On n’évoque pas les causes profondes et sales.

      S : Il apparaît clairement que les dirigeants politiques britanniques de l’époque (mais pourquoi cela aurait-il changé ? …) étaient sous la coupe d’une « Elite secrète » (concept pas très éloigné de ce que Peter Dale Scott appelle l’Etat profond). Depuis quand peut-on déceler ces influences que le grand public ne perçoit pas ? La Magna Carta de 1215 représente-t-elle un moment décisif dans ce mouvement de bascule du pouvoir vers quelque chose de plus « souterrain » ?

      PH : La défaite anglaise à Bouvines, le 27 juillet 1214, a été décisive dans le bouleversement des structures politiques du pays. En effet, les élites nobiliaires se révoltent face à l’autorité royale et imposent, en juin 1215, une autorité avec laquelle le pouvoir royal doit tenir compte en particulier, et c’est l’essentiel, dans la levée des impôts. Nous assistons à la naissance d’une oligarchie représentant des particuliers traitant avec l’autorité politique et, l’argent étant le maître de la guerre, imposant ou monnayant ses vues. Les exemples sont nombreux. Rappelons seulement la puissance de cette compagnie commerciale et coloniale, la British East India Company (BEIC, la Compagnie britannique des Indes orientales), créée en 1600 par Élisabeth 1ère. Dotée de compétences politiques, financières et militaires, elle a préparé l’avènement de l’Empire britannique.


      Menasseh ben Israël

      S : Les liens entre une certaine oligarchie aux vues messianistes et l’Angleterre sont-ils toujours aussi forts aujourd’hui ou bien se sont-ils distendus avec le temps ?

      PH : L’alliance conclue au XVIIè siècle entre Cromwell et Menasseh ben Israël permettant la bascule de la puissance financière juive des Provinces Unies (les Pays-Bas) vers l’Angleterre ne fut possible qu’en raison de l’instauration d’une dynastie protestante (Guillaume III d’Orange). Depuis cette époque, le monde anglo-saxon n’est qu’un outil politique, économique et militaire dans cette affaire. Certains courants protestants qu’on appelle « dispensationalistes » (sorte de sionistes chrétiens) estiment, dans un cadre imprégné de millénarisme, que le chaos grandissant précède l’arrivée du Christ. Cela n’empêche pas des rivalités internes entre factions juives en particulier, en schématisant, des tensions violentes entre le clan Rothschild messianique du monde occidental s’opposant aux Loubavitch russes soutenant Poutine. Il faut rappeler, en se rapportant aux travaux du spécialiste Gershom Scholem, que les Loubavitch promeuvent une « neutralisation du messianisme ». Cela ne veut pas dire que ces derniers suppriment cet idéal. En réalité, ils ne le mettent pas au centre de leurs préoccupations religieuses (avec des variables toutefois). En dehors de ce point, les raisons énergétiques, stratégiques et les tensions violentes, entre autres, au Moyen-Orient se rajoutent à ces oppositions spirituelles baignées à des degrés divers de messianisme.

      S : Pourquoi la maison Rothschild n’a-t-elle pas apporté un soutien décisif à l’épopée napoléonienne au lieu de donner sa préférence à l’Angleterre ? Naïvement, on est tenté de se dire que cela est illogique car Bonaparte propageait les idéaux révolutionnaires à travers l’Europe. Idéaux qui ne sont qu’un décalque de l’idéologie mondialisto-messianiste. Comment expliquer cela ?

      PH : En effet, Bonaparte a enraciné et répandu les principes de la Révolution. Cependant, le cheval de course, si je puis dire, qui avait été déjà choisi ; c’est l’Angleterre avec l’alliance conclue entre Cromwell et Menasseh Ben Israel à partir de 1656. Cette situation était renforcée en raison de la bascule de la quasi-totalité de la population anglaise dans l’anglicanisme. La France révolutionnaire de Bonaparte devait traîner comme un boulet une bonne partie de la population française restée fidèle au catholicisme. Un tel décalage entre les instances politiques du pays maçonnisé et un peuple de France majoritairement fidèle à Rome ne pouvait que freiner les ambitions mondialistes de la synagogue et leurs acteurs comme les Rothschild. Qui plus est, à la fin du 18e siècle et début du 19e siècle, le monde britannique commençait à peupler de vastes territoires (Amérique du Nord, Australie, …), ces derniers devenant des multiplicateurs de puissance économique mais aussi de l’idéal mondialiste. La France de l’Ancien Régime devait être cassée car elle représentait le contre-modèle métaphysique (catholique) qu’il fallait absolument abattre. Sous le règne de Napoléon 1er, elle n’avait pas (et plus) ces atouts géopolitiques et financiers à l’échelle planétaire (vente de la Louisiane par exemple) indispensables à la synagogue.

      S : La dynastie Rothschild s’est souvent abritée derrière des personnages tels que JP Morgan, les Warburg [notamment lors de la mise en place de la Réserve Fédérale américaine (lire à ce sujet « Les secrets de la Réserve Fédérale » d’Eustace Mullins)

      ou encore Jacob Schiff. N’a-t-elle pas aussi instrumentalisé la communauté juive pour arriver à ses fins ?

      PH : On peut dire qu’une partie de la communauté juive a été instrumentalisée au service d’une ambition messianiste. En revanche, une autre partie s’oppose aux Rothschild. C’est le cas des loubavitch que l’on retrouve comme soutien à Poutine avec le rabbin Berel Lazar. Le hassidisme loubavitch a une autre vision du messianisme. Il existe des courants internes avec des variantes. Dans certains cas, ce messianisme n’est pas le moteur de leurs pensées sans pour autant être écarté. Gershom Scholem utilise l’expression « neutralisation du messianisme ». Ceci explique les rivalités entre ces communautés à travers des « outils » qui s’appellent les mondes anglo-saxon et russe. Le monde juif est divers et fragmenté (même au sein du monde loubavitch) n’hésitant pas néanmoins à se livrer à des bagarres terribles entre clans pour la poursuite d’intérêts ciblés. En revanche ce monde est uni quand il s’agit de lutter contre le christianisme.

      S : Plusieurs cercles sont à l’oeuvre au sein de l’Elite secrète. On peut discerner un cercle externe constitué des exécutants politiques (Churchill, Balfour, …), un autre moins exposé (Milner, Rhodes, ….) et un troisième protégé des regards du public se chargeant de financer les deux premiers. Sont-ce ces mêmes financiers qui déterminent la marche à suivre, est-ce qu’ils en sont les « grands architectes » ou bien n’existerait-il pas derrière eux, un quatrième cercle encore plus opaque qui serait le noyau de l’ensemble, la tête pensante de cette Elite secrète ?

      PH : Voyons ! Vous croyez qu’il existe un quatrième cercle véritable moteur de l’ensemble ? Dans ce cas, en raison de l’impossibilité de les étudier, on les désigne par l’expression « les supérieurs inconnus ». J’ajouterais un cinquième cercle, lui suprême et connu, le « grappin (le grappin est l’expression qu’utilisait Jean-Marie Vianney, le Saint curé d’Ars, pour désigner le Malin.) ».


      Jacques Bainville

      S : A la fin de la préface vous faites allusion à « une humanité payant le prix fort de ces ambitions dont elle ne soupçonne même pas l’existence. » cela fait à mon sens écho aux écrits de Jacques Bainville dans « Les conséquences politiques de la paix » : « A des sommes prodigieuses de dévouement et de sacrifice répondent des abîmes d’ignorance. Grand est le nombre des hommes qui subissent, qui vivent, souffrent et meurent sans avoir interrogé. Petit le nombre de ceux qui cherchent à déchiffrer les causes pour lesquelles ils payent jusque dans leur chair… D’ordinaire, en politique, les effets sont aperçus quand ils commencent à se produire, c’est-à-dire quand il est trop tard. Le principe de causalité, qui tourmente à peine les hommes, est encore plus indifférent aux peuples…. Pour que les conséquences apparaissent aux nations, il leur faut des catastrophes ou le recul de l’histoire. Elles se résignent à vivre entourées de forces invisibles, comme les génies des Mille et Une Nuits, qu’elles blessent sans le savoir et qui exigent des comptes tout à coup. » Près d’un siècle sépare vos écrits de ceux de Jacques Bainville, pourtant, rien ne semble avoir vraiment changé, la grande majorité des hommes demeure cloîtrée dans un puits de méconnaissance et pire que cela, semble se complaire dans cet aveuglement…

      PH : La raison est simple : la nature humaine ne change pas au cours des siècles. C’est peut-être triste mais cela a au moins un avantage concernant ceux qui cherchent les causes profondes ; cela interdit de rêver.

      S : Constantin Leontiev faisait ce constat à propos de l’Europe de la deuxième moitié du XIXe siècle : « L’Europe, dans son ensemble, en est au stade de la simplification, ses éléments constitutifs se ressemblent beaucoup plus qu’auparavant, ils sont beaucoup plus monotones ; quant à la complexité des modalités du progrès, c’est une complexité rappelant celle de quelque processus pathologique horrible qui, pas à pas, conduit un organisme complexe vers la simplification du cadavre, de la carcasse et de la poussière. » Que vous inspire cette citation ?

      PH : L’industrialisation, la démocratisation et l’uniformisation des esprits propre aux droits de l’homme ont contribué à un nivellement des esprits. On en vient en ce début de XXIè siècle à l’indifférenciation des sexes. L’altérité est remise en cause. À ce rythme, c’est la mort assurée de l’occident.


      Cecil Rhodes

      S : Cecil Rhodes souhaitait ouvertement la domination mondiale de la race anglo-saxonne. Alfred Milner, son bras droit, a favorisé la mise en place de camps de concentration regroupant des femmes et des enfants lors de la guerre des Boers et n’a pas hésité à faire travailler sous la contrainte des milliers d’ouvriers chinois dans les mines du Transvaal. Il est difficile de ne pas faire quelques analogies avec ce qui se déroulera quelques années plus tard …

      PH : Nous avons à une échelle réduite pour l’époque les prémices du nazisme et du bolchevisme. Ceux qui ne rentrent pas dans le rang doivent être annihilés. C’est ce qui attend les peuples rebelles ou des franges d’une population dans ce nouvel ordre mondial s’il réussit à s’imposer. Le nazisme et le communisme n’ont été que des galops d’essais.

      S : Cynisme et machiavélisme sont des « valeurs » incontournables pour l’élite financière planétaire. En intégrant cette donnée, des décennies plus tard ne peut-on pas voir la mise en place d’un régime national-socialiste en Allemagne et celle du communisme en Russie comme des moyens pour l’oligarchie en place dans le monde anglo-saxon de réduire l’Allemagne et la Russie à l’état de futurs concurrents de seconde zone sur le long terme ?

      PH : Les régimes nazi et communiste ont été des laboratoires permettant de tester à l’échelle d’un pays le comportement des populations. Je rappelle, comme je l’ai écrit dans l’Atlas du mondialisme, que le nazisme est une forme de frankisme ( pour un aperçu du frankisme voir notamment : Jacob Frank et le mouvement frankiste d’ Alexander Kraushar.), Hitler n’étant qu’un golem frankiste permettant de supprimer une part importante de juifs hostiles au sionisme tout en justifiant par la suite la création de l’État d’Israël. Les travaux d’Antony Sutton ont prouvé que le nazisme a pu s’imposer en raison d’un soutien financier apporté par les Anglo-Saxons. Cette politique poursuivait le but de projeter l’Allemagne nazie contre la Russie soviétique afin d’abattre Staline qui, après avoir évincé Trotsky favorable à une propagation d’un idéal révolutionnaire d’essence messianiste mondiale, se refusait à ce type de politique. La défaite allemande en 1945 a bouleversé les projets anglo-saxon-sionistes.

      S : La Première guerre mondiale a connu son dénouement en raison de la Déclaration Balfour – Milner, la Seconde a débouché sur la création de l’Etat israélien … Une possible troisième déflagration planétaire pourrait-elle aboutir à la finalisation du « Grand Israël » ? Dans cette perspective, que penser de la lettre de Pike à Mazzini ?

      PH : Si la logique est respectée, on y va direct. Outre les événements violents au Proche-Orient, cela passe aussi par la destruction du dollar comme monnaie de référence. Quant à cette lettre de Pike, nous n’avons pas de preuve de son authenticité. Par conséquent, on ne peut pas s’y référer.


      Un loup se dissimulant sous une peau d’agneau… Le premier logo de la Fabian Society…

      S : Dans « Humain trop humain », Nietzsche décrivait ainsi le socialisme : « Le socialisme est le frère cadet du despotisme mourant… Il est avide de porter la puissance de l’État à un degré de plénitude que le despotisme n’a jamais connu ; mieux encore, il renchérit sur tous les excès du passé, en ce sens qu’il poursuit méthodiquement la destruction de l’individu qu’il considère comme un luxe injustifié de la nature et qu’il prétend corriger en en faisant un membre bien réglé de l’organisme collectif … Il exige de tous les citoyens l’obéissance la plus servile à un État absolu, à tel point que rien de pareil n’a jamais encore existé. » Outre le côté prophétique du propos, peut-on voir dans le socialisme « mou » de la Fabian Society (en comparaison avec le national-socialiste allemand ou l’URSS), le genre de doctrine qui serait dans l’idéal mondialiste le modèle à suivre ?

      PH : Les objectifs de la Fabian Society consistent à fusionner par étape le capitalisme et le socialisme le tout dans le cadre d’un monde unifié. C’est, en effet, un processus de synthèse qui doit voir le jour permettant la mise en forme d’une économie monopolistique au sein d’un appareil politique mondial et omnipotent. On peut trouver aussi ce type de philosophie concernant la destruction de l’individu dans le livre de Richard de Coudenhove-Kalergi, Praktischer Idealismus , paru en 1925 appelant à une dissolution des nations (en priorité européennes) en faveur d’une « Europe orientalisée ».

      Pour Coudenhove-Kalergi, l’homme du futur sera un métis et la « noblesse » sera en grande partie constituée de Juifs :

       L’humain du lointain futur sera un métis. Les races et les castes
      d’aujourd’hui seront victimes du dépassement toujours plus grand de
      l’espace, du temps et des préjugés. La race du futur, négroïdo-eurasienne,
      d’apparence semblable à celle de l’Égypte ancienne, remplacera la
      multiplicité des peuples par une multiplicité des personnalités. 
      
      Les émissaires principaux de la noblesse cérébrale : du capitalisme, du
      journalisme, de la littérature, qu’elle soit corrompue ou intègre, sont des
      Juifs. La supériorité de leur esprit les prédestine à devenir l’un des
      éléments les plus importants de la noblesse du futur. 
      
      De toutes ces persécutions est ainsi finalement sortie une petite
      communauté, forgée par un martyr pour une idée héroïquement supporté,
      et purifiée de tous ses éléments faibles en volonté et pauvres en esprit. Au
      lieu d’anéantir le judaïsme [Judentum : judéité], l’Europe, contre sa volonté,
      l’a ennobli à travers ce processus de sélection artificielle, et l’a élevé au rang
      de futur leader de la nation. Il n’y a donc rien d’étonnant à ce que ce
      peuple, réchappé du ghetto-cachot, se soit développé en une noblesse
      d’esprit européenne. Une providence pleine de bonté a donc, au moment
      où la noblesse féodale déclinait, offert à l’Europe à travers l’émancipation
      des Juifs, les grâces d’une nouvelle race de noblesse d’esprit. 
      

      Le comte est aussi un fervent adepte de l’eugénisme :

      Seule sera libre l’alliance des hommes les plus nobles avec les femmes les plus nobles, et   
      inversement, les personnes de valeur moindre devront se satisfaire de
      personnes de valeur moindre. Ainsi, le mode d’existence érotique des
      personnes de valeur moindre et médiocres sera l’amour libre, celle des
      élus : le mariage libre. La nouvelle noblesse de reproduction [Zuchtadel :
      noblesse disciplinée, noblesse d’élevage] du futur n’émergera donc pas des
      normes artificielles de la culture de castes humaine, mais plutôt des lois
      divines de l’eugénisme érotique. 
      

      Il nous donne une parfaite description de l’Union Européenne actuelle :

      Dans l’état actuel de l’éthique et de la technique, le maximum de ce
      que la politique pourrait atteindre serait la généralisation de la non-liberté,
      de la pauvreté et du travail forcé. Elle ne pourrait que rendre ce mal partout
      égal [ausgleichen], et non le supprimer [aufheben] ; ne pourrait que faire de
      L’Europe une maison de redressement pour forçats égaux en droits —
      mais nullement un paradis. 
      

      Sa vision de la condition féminine :

      L’émancipation de la femme [Frau] est aussi un symptôme de la
      masculinisation de notre monde : car elle ne mène pas le type humain
      féminin vers la puissance — mais plutôt le masculin. Tandis
      qu’auparavant la femme féminine [weibliche Frau] prenait part à la
      domination du monde via son influence sur l’homme — aujourd’hui les
      hommes des deux sexes brandissent le sceptre de la puissance économique et
      politique. L’émancipation des femmes signifie le triomphe de la femme
      masculine [des Mannweibes] sur la femme [Frau] véritable, féminine ; elle ne
      conduit pas à la victoire — mais à l’abolition du féminin [Weibes]. La Dame
      [Dame] est déjà éteinte : la femme [Frau] doit la rejoindre. — À travers
      l’émancipation, le sexe féminin qui jusque-là avait été partiellement
      épargné, est mobilisé et enrôlé dans l’armée du travail. 
      

      Et le but final, l’homme-Dieu, le « Maître de la Terre » :

      Le plus haut, l’ultime idéal du romantisme du futur européen
      est : non pas l’abandon de — mais le retour à la nature sur un plan plus
      élevé. La culture, l’éthique et la technique sont au service de cet idéal.
      Après des centaines de milliers d’années de guerre, l’humain doit à
      nouveau faire la paix avec la nature et retourner dans son royaume ; mais
      non en tant que sa créature — plutôt en tant que son maître. En effet,
      l’humain est sur le point de renverser la constitution de sa planète : hier
      elle était anarchique, demain elle devra devenir monarchique. Une créature,
      parmi des milliards, est en train de s’emparer de la couronne de la création :
      l’humain libre et épanoui, en tant que maître royal de la Terre.
      
  3. Quentin dit :

    Si le génocide vendéen a fait 170 000 victimes (Près de 30% de la population de cette région a péri).
    http://www.vendeensetchouans.com/archives/2015/10/14/32776505.html
    le nombre de juifs français morts dans les camps allemands furent selon les calculs de Serge Klarsfeld : 75 721 – 2 000 qui retournèrent après guerre = 73 721. Et il y avait 330 000 juifs en France. Ce qui fait tout de même 22,33% de juifs morts dans les camps. Donc ce n’est pas 90% mais autour de 80% des juifs français qui ne moururent pas dans un camp.
    http://www.akadem.org/medias/documents/–bilan-france-6.pdf

    Malgré cela, la haine de certains juifs envers les chrétiens est tenace ! Quand le cosmopolite Moscovici ne croit pas aux racines chrétiennes de l’Europe, c’est tout simplement parce que c’est un sioniste.

  4. Otho dit :

    Charles Onana, journaliste d’investigation, était l’invité du Cercle des Volontaires (avec Roland Dumas) pour la présentation de son enquête intitulée “Palestine, le malaise français”. Il explique l’évolution du président Mitterrand face au conflit israélo-palestinien et sa résistance à la pression des dirigeants israéliens et sionistes français. Il remarque aussi que la France d’aujourd’hui est devenue partisane. Elle est à genoux devant le Crif.

    Ces pressions Michel Collon les ressent aussi contre son site Investig’Action . Les manoeuvres de France Télévision des sous-marins de Bernard-Henri Lévy, Caroline Fourest et Rudy Reichstadt qui tient le blog Observatoire du Conspirationnisme ”sont bien réelles : ils utilisent à foison un répertoire de techniques de manipulation : insinuations, amalgames, diffamations, tout en se proclamant défenseur de valeurs universelles inattaquables : laïcité, démocratie, lutte contre le racisme et l’intégrisme, antifasciste, etc.

  5. Andrée dit :

    Pour le Rabbin Yisroël Dovid Weiss, les juifs ne devraient pas avoir d’état. Si Israël n’avait pas existé, il y aurait eu moins de problèmes au Proche et Moyen Orient. On aurait évité ce torrent de haine et de souffrance qui est apparu dès la création de cet état, alors que pendant des siècles la coexistence entre les musulmans et les chrétiens se passait normalement. Mais voilà, le sionisme a transformé le judaïsme spirituel en une idéologie matérialiste. Pourtant le Talmud le dit clairement, aller contre la volonté de Dieu peut avoir des conséquences terribles pour les juifs.

    Ce Rabbin va donc totalement à l’encontre du plan de remodelage du Moyen Orient comme expliqué ici par Pierre Hillard :

    Mais pour d’autres juifs, la création officielle d’un état israélien en 1948 fait partie des prophéties qui permettent de calculer la fin des temps.
    http://islamicantichrist2016.com/prophetic-6000-years-of-human-history/

    Selon lui, la Fin des Temps commencerait le 3 octobre 2016. C’est à dire au début de l’année hébraïque 5777, qui commence à la veille au soir du 3 octobre pour finir le 20 septembre 2017 (une année qui comptera 353 jours). Car la venue du Mashiah doit avoir lieu lors de la fête des Trompettes (3 octobre 2016 ou 21 septembre 2017 ?)

    C’est le 3 octobre 1226 qu’est mort François d’Assise. Et pour que le Machiah arrive , il faut que l’église catholique disparaisse (mais le pape ne s’appelle-t-il pas François ?). D’autre part, les sionistes ne croient en la venue d’un messie mais que le peuple juif le devienne et que le reste du monde leur soit soumis aussi bien économiquement que selon leur religion.

    A noter que le 3 octobre 2016, c’est le 1er Moharram 1438 (premier jour de l’année selon le calendrier de l’Hégire). Mais voilà, l’Arabie saoudite étant le seul pays a utiliser ce calendrier dans la fonction publique, il a décidé d’opter pour le calendrier grégorien. Les fonctionnaires travailleront désormais 11 jours de plus, sans modification de salaire. Car ce calendrier islamique, qui rythmait le quotidien des Saoudiens depuis la fondation du pays en 1932, est divisé en 12 mois de 29 ou 30 jours et compte onze jours de moins que son équivalent occidental…
    http://www.france24.com/fr/20161003-arabie-saoudite-adopte-calendrier-gregorien-contre-islamique-economie-fonctionnaire

  6. Atlas dit :

    Ancien préfet maritime de l’Atlantique, l’Amiral Laurent Mérer, désormais retraité, s’est rendu en Cisjordanie pour une mission bénévole. Son témoignage après 3 mois sur place :  » la population palestinienne, qu’elle soit chrétienne ou musulmane, est soumise à l’occupation d’Israël. Les Israéliens grappillent petit à petit des portions de leur territoire. Le fait que des enfants soient soumis à des contraintes très lourdes pour aller à l’école et que l’accès aux lieux de culte pour les fidèles soit si compliqué est aussi très dur à constater. Et puis en parlant avec les soldats, on apprend aussi qu’ils ont des ordres très stricts qui font froid dans le dos : ils peuvent tirer sur des gamins de 12 ou 13 ans qui leur jettent des pierres par exemple ! Particulièrement à Hébron, ville sacrée pour les juifs car c’était la première cité du roi David. C’est aussi ici qu’Abraham aurait vu les trois anges. Donc le poids culturel et religieux de la ville est immense, et ce qui est terrible, c’est que de ce fait vous avez affaire à des gens qui sont tous intimement persuadés qu’ils sont dans leur bon droit. Donc Hébron, c’est une ville entièrement militarisée avec des soldats tous les 20 mètres pour tenter d’éviter les débordements. Au souk, les marchands ont même été obligés d’installer des grillages sur leurs devantures pour que les extrémistes juifs ne leur jettent plus des ordures ou des excréments… Aux alentours de Gaza, j’ai pu voir des choses totalement interdites par le droit international, notamment une zone sur le territoire palestinien dans laquelle ils n’ont pas le droit d’aller et où il y a des systèmes de détection automatiques de présence qui déclenchent automatiquement de la mitraille. Avec ça, il y a je ne sais combien d’enfants palestiniens qui ont été cisaillés, alors qu’ils venaient juste récupérer un ballon sur ce terrain ! La manière de procéder israélienne, en continuant à développer des colonies sur une terre qui ne lui appartient pas, est selon d’anciens responsables de la sécurité d’Israël, sans issue. »
    http://www.arte.tv/guide/fr/042575-000-A/the-gatekeepers
    https://francais.rt.com/opinions/20092-amiral-merer–a-hebron

  7. […] Source : L’effarante histoire du sionisme […]

  8. John dit :


    A New-York, Hollande a été gratifié du titre d’ « Homme d’État de l’année » par la fondation « Appeal of conscience » et a reçu son trophée des mains d’Arthur Schneier (celui qui est coiffé d’une kippa) et d’Henry Kissinger (âgé aujourd’hui de 93 ans, le diplomate, Allemand et juif avait fui le nazisme en 1938 pour s’installer aux États-Unis plutôt qu’en Israël malgré le contrat de transfert. Il a reçu le Prix Nobel de la Paix). Bien entendu, la fondation « Appeal of conscience » est une organisation qui se veut être politique et laïque et non confessionnelle. Si l’on en croit Le Parisien, Hollande n’a pas dit qu’il voulait combattre toutes les haines envers les religions, mais qu’il voulait « combattre l’antisémitisme ainsi que toutes les autres haines envers les religions ». On le voit, dans son esprit, une religion plus que les autres mérite d’être citée et mise en avant. En 2008, le juif Nicolas Sarkozy avait lui aussi obtenu cette distinction. La veille, à la différence de son successeur, il avait également été honoré par la Fondation Elie Wiesel pour l’humanitaire (autre juif qui s’était attribué le livre d’un autre juif, cela ne l’a pas empéché de recevoir aussi le prix Nobel).
    http://www.leparisien.fr/politique/hollande-gratifie-d-un-titre-d-homme-d-etat-de-l-annee-a-new-york-20-09-2016-6135117.php

    Liste des principaux participants au dîner du CRIF 2017 :
    http://www.medias-presse.info/la-liste-des-participants-au-diner-du-crif-ministres-parlementaires-prefets-magistrats-eveques-journalistes-imams-artistes/70266/

  9. Ahmed dit :


    Le livre « Sources et genèse messianiques du sionisme ; De l’Europe médiévale au Choc des civilisations. » Editions Sigest de l’historien d’origine marocaine Youssef Hindi, est particulièrement intéressant car il fait la liaison entre plusieurs idéologies. Mais son thème principal tourne autour des racines du messianisme kabbalistique dont une des branches est ce que l’on désigne aujourd’hui par le terme « sionisme ». Ce messianisme d’essence kabbalistique, que Youssef Hindi appelle « messianisme actif », est un mouvement très minoritaire à ses débuts (XIIIe siècle) qui a, peu à peu, subverti les trois religions du Livre. D’un point de vue historique, la religion traditionnelle hébraïque a subi la première subversion kabbalistique ; la religion chrétienne et plus précisément catholique a ensuite été attaquée de l’intérieur ; enfin, l’Islam, via plusieurs mouvements corrélés, a vécu le même phénomène en son sein.

    Les personnalités marquantes du messianisme kabbalistique furent Moïse Nahmanide et Abraham Aboulafia. Le mouvement kabbaliste qui a précédé et suivi les réformes protestantes luthérienne et calviniste marqua l’Eglise catholique. Parmi les personnages célèbres qui ont joué un rôle important dans ce renversement progressif de la chrétienté, l’on trouve Giovanni Pic de la Mirandole, David Reuveni, Solomon Molcho, Oliver Cromwell, Isaac Ashkenazi Louria et Jacob Frank. Mais il existe aussi des liens entre l’idéologie du messianisme kabbalistique et le réformisme islamique. Youssef Hindi explique comment le réformisme à teinte islamique, via de puissants réseaux (Franc-maçonnerie) ayant permis une Révolution sur le modèle de ce que fut 1789 pour la France et l’occident catholique, a subverti les conceptions spirituelles et les institutions traditionnelles de l’Islam : notamment avec la Révolution des Jeunes-Turcs qui culminera avec l’abolition du Califat, à laquelle les réformistes musulmans ont apporté leur bénédiction. Puis ce fut au wahhabisme et aux Frères musulmans de jouer un rôle dans le monde musulman.

  10. Ken dit :

    Le monde vu par des talmudistes : les non-juifs ne sont pas des êtres humains créés à l’image de Dieu. Même s’ils sont différents des animaux. Un juif par exemple ne tue jamais un autre juif. Le rôle des non-juifs est de servir les juifs. Pour l’instant ils le font en leur construisant des bâtiments, des moyens de transport etc…. Mais quand le Mashia’h arrivera, chaque juif aura des milliers d’esclaves :
    https://rutube.ru/video/79763a7561211ae1cf828ef300760977/
    Pour l’instant, 1% de la population mondiale possède plus que les 99% restants :
    http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20160118.OBS2935/inegalites-1-de-la-population-mondiale-possede-plus-que-les-99-restants.html
    Et selon le rapport de l’ONG Oxfam du 22 janvier 2018, 0,0000005 % de la population mondiale possède autant que les 50 % les plus pauvres. 1 % des plus aisés de la planète, furent les bénéficiaires de 82 % de la richesse globale générée en 2017.
    https://dailygeekshow.com/population-mondiale-richesses-2017/?utm_referrer=https%3A%2F%2Fzen.yandex.com

    Les prophéties que les juifs répètent à intervalles réguliers depuis 3000 ans :

    
    "Lévitique 25 : 44C'est parmi les nations qui vous entourent que tu prendras le serviteur et la servante 
    qui t'appartiendront, c'est d'elle que vous achèterez le serviteur et la servante. 45Vous pourrez aussi 
    en acheter parmi les enfants des immigrés en séjour chez toi, ainsi que parmi les familles auxquelles 
    ils donneront naissance dans votre pays, et ils seront votre propriété. 46Vous les laisserez en héritage  
    à vos enfants après vous comme une propriété, vous les garderez comme esclave pour toujours. Mais en  
    ce qui concerne vos frères, les Israélites, aucun de vous ne dominera avec dureté son frère...Quand tous  
    les ennemis auront disparu, dans les guerres ou par métissage, alors le Mashiah arrivera."
    

    Du côté chrétien qu’est-il écrit dans le Nouveau Testament :

    "Galates 3:27 : Vous tous, qui avez été baptisés en Christ, vous avez revêtu Christ. 28 Il n'y a plus 
    ni Juif ni Grec, il n'y a plus ni esclave ni libre, il n'y a plus ni homme ni femme ; car tous vous êtes 
    un en Jésus-Christ. 29 Et si vous êtes à Christ, vous êtes donc la postérité d'Abraham, héritiers selon
    la promesse."
    

    Le 17 décembre 2008, à Palaiseau, Sarkozy tenait à relever le défit du métissage, sachant par contre que les juifs doivent eux se préserver de tout mélange avec du sang impur.

    Le redoutable plan occulte du Mondialisme Messianique dévoilé :

    Certains rabbins se délectent de la destruction de l’Europe et du Vatican. « vous allez le payer très cher les Européens… Vous serez égorgé sur place. Rome disparaitra, quand Daesh et al Qaida auront compris qu’ils ont été manipulé par les occidentaux. L’islam va devenir le balais d’Israël. En s’entretuant, ils laisseront la place aux juifs. Ce que vous êtes en train de subir en France, en Europe, qui fait tellement peur, ça devrait être pour nous la meilleure nouvelle de notre histoire juive… C’est une excellente nouvelle que l’islam envahisse l’Europe, ça annonce la venue de Mashiah, et enfin la paix règnera dans le monde et les nations serviront le peuple d’Israël… Il faut être un crétin pour adorer la croix… »

    A noter que déjà les égorgements commencent. Comme lors des attentats de Londres le 3 juin 2017 :
    http://www.dna.fr/actualite/2017/06/04/attentats-a-londres-les-premiers-temoignages
    Un rabbin s’adresse aux Français chrétiens : « comment peut-on oser rencontrer le pape Antichrist, Ratzinger, un antisémite. »

    Les signes de la venue du Messie par le Rav Raphael Sadin : premièrement il doit y avoir l’abolition de toutes frontières aussi bien terrestres, identitaires (plus de Français ou Espagnols avec l’Europe), plus de différence sexuelle (théorie du genre), plus de sexualité officielle mais la loi du plaisir et du désir. Le Mashia’h est au porte de Rome car lieu du néant. C’est de là que viendra la nouvelle lumière. Tout cela peut sembler contre la Torah mais c’est en fait son oeuvre qui amènera à l’apparition du Messie. Deuxièmement, l’Islam doit se mettre à refuser l’ordre occidental en y portant la confusion et la destruction, permettant ainsi à la nouvelle lumière messianique d’apparaître. Troisièmement, à la fin des temps, il y aura une forte demande de compréhension de la science kabbalistique.

    Pour le Rav Ron Chaya, les événements sont à notre porte :

    Cela n’empêche pas les juifs d’avoir peur des musulmans. Certains d’entre eux, comme l’Imam égyptien Amin Al-Ansari, ne veulent-ils pas leur mort ?

    Deux cheikhs égyptiens, aïd Al-Afani et Muhammad Abdel Salam, tombent d’accord sur le devoir religieux qui semble le plus important à leurs yeux…à savoir la haine du juif !

    Comme les talmudistes, ces musulmans sont vraiment dérangés. On se souvient du bourrage de crâne des enfants à Brest par l’imam Rachid abou Houdeyfa , il ne fallait pas qu’ils écoutent ou fassent de la musique s’ils ne voulaient pas être engloutis par la terre ou transformés en singes ou en porcs, car c’est le diable.

    Ceux qui boivent de l’alcool ne se transformeront-ils pas eux-aussi en singes ou en porcs ?

    Par contre, il n’y a pas d’âge minimum pour se marier (même à l’âge d’un an). Pour les premières relations sexuelles, cela varie selon les traditions. Le modèle à suivre est Mohamed. Il se maria avec Aicha quand elle avait 6 ans, mais elle ne fut déflorée qu’à 9 ans.

    Réaction d’une fillette yéménite de 11 ans, Nida al-Ahdal, qui a fui le mariage (arrangé pour 2000 $) avec un homme de 26 ans :

    • Zoe dit :

      Certains chrétiens avaient prévu depuis longtemps ce qui allait se passer en Europe avec l’arrivée voulue par les instances européennes de nombreux clandestins musulmans :

      Pour Youssef Hindi, le terrorisme est bien un instrument du Choc des civilisations au service du sionisme :

      On ne peut pas nier non plus l’implication israélienne dans l’attaque de l’USS Liberty en 1967

      http://www.aljazeera.com/programmes/specialseries/2014/10/day-israel-attacked-america-20141028144946266462.html
      et du 11 Septembre 2001.
      http://www.fawkes-news.com/2014/11/11-septembre-le-mossad-et-son-van.html
      Ici, de différents assassinats en France :


      Et que fait-on à Bruxelles ? La ville pense sérieusement engager des femmes policiers portant le voile. « On y réfléchit effectivement mais nous attendons les conclusions d’un groupe de travail consacré à ce sujet », a déclaré récemment la porte-parole du bourgmestre de Bruxelles Yvan Mayeur, du Parti socialiste.Pour les autorités locales, intégrer plus de femmes d’origine étrangère, dont des femmes voilées, permettrait davantage de diversité au sein de la police.
      https://www.bladi.net/police-femmes-voile-bruxelles,48416.html

      De son côté, la Commission européenne pourrait lancer dès le mois de juin 2017 des procédures contre les pays membres qui refusent d’appliquer le système de relocalisation des migrants.

    • Benoit dit :


      De 1985 à 1995, le jeune économiste bocconien Mauro Longhi (qui sera ordonné prêtre en 1995) a accompagné et accueilli le Pape Wojtyla dans ses promenades à ski et en montagne. Régulièrement, quatre à cinq fois par an, pendant dix ans, et il l’a fait dans ce qui est aujourd’hui le siège estival du Séminaire international de la prélature de l’Opus Dei, mais qui était alors une simple maison de campagne pour ceux qui, dans l’Œuvre, voulaient se préparer à la prêtrise et à l’enseignement de la théologie.

      Lors d’une conférence organisée en mémoire de Jean-Paul II le 22 octobre 2017, Longhi se mit à dévoiler une vision prophétique de Karol Wojtyla (voir à partir de la 48e minute) remontant à mars 1993 :

      « Rappelle-le à ceux que tu rencontreras dans l’Église du troisième millénaire. Je vois l’Église affligée d’une plaie mortelle. Plus profonde, plus douloureuse que celles de ce millénaire » – se référant à celles du communisme et du totalitarisme nazi -. « Elle se nomme l’islamisme. Ils envahiront l’Europe. J’ai vu les hordes venir de l’Orient vers l’Occident », et il me fait une par une la description des pays : du Maroc à la Libye en passant par l’Egypte, et ainsi de suite jusqu’à la partie orientale. Le Saint-Père ajoute: « Ils envahiront l’Europe, l’Europe sera une cave, vieilles reliques, pénombre, toiles d’araignée. Souvenirs familiaux. Vous, Eglise du troisième millénaire, vous devrez contenir l’invasion. Mais pas avec des armes, les armes ne suffiront pas, avec votre foi vécue intégralement. »

      Ne retrouve-t-on pas là les prophéties de Marie Julie Jahenny ?

  11. […] ces lignes (#Djihad). La science et la raison ne valent rien. شبكة قدس الإخبارية. L’effarante histoire du sionisme « Effondrements de civilisation. La première guerre mondiale de 14-18, fut menée d’un coté par la Grande Bretagne, la France […]

  12. Hervé dit :


    L’Etat ne reconnaît, ne salarie, ni ne finance aucun culte. Pourtant, les finances publiques vont être sollicitées à hauteur de 2,7 millions d’euros afin de construire le centre européen du judaïsme à Paris (qui sera en fait une synagogue de 600 places). Les pouvoirs publics ne mégotent pas leur soutien au CEJ. Ce centre « va apporter des éléments de réponse à une communauté juive qui est ici chez elle », a souligné lors de la « soirée des fondateurs » la maire de Paris, Anne Hidalgo. Un « beau projet », a abondé le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, qui permettra de « mesurer combien l’identité française doit à l’apport de la culture juive ».

    La capitale abrite déjà un Centre communautaire de Paris qui se veut un « espace culturel juif ouvert à tous », dans le Xe arrondissement, sans parler du Centre Fleg piloté par le Consistoire pour les étudiants dans le VIe. La communauté juive est donc bien chez elle à Paris, il suffit de voir la menorah qui figure en bonne place devant l’hôtel de ville parisien :

    http://fr.timesofisrael.com/le-centre-europeen-du-judaisme-ouvrirait-entre-hanoukka-et-pessah-a-paris/

    A quand un Centre européen du christianisme ?

  13. Dcembre dit :

    A reblogué ceci sur Chez Dcembreet a ajouté:

    ’Kol Nidre’’ ; prière récitée le jour du grand pardon. Celui qui la récite se verra totalement absout de toute conséquence et sera de ce fait déchargé de toute obligation de respecter sa parole.

  14. Théo dit :

    Le site d’analyse Ruspolitica a publié un article dans lequel il évoque les efforts récents fournis par « l’élite israélienne » pour faire émerger un « nouvel Israël » dans le sud de l’Ukraine, dans cette région appelée communément “Nova Russia”. Nova Russia est le territoire où a dominé pendant 400 ans un État juif (c’était le territoire des Kazhars, peuple d’origine turque converti au judaïsme, dont descendraient une grande partie des juifs ashkénazes).
    http://www.presstv.ir/DetailFr/2017/08/29/533339/Un-nouvel-Isral-aux-portes-de-la-Russie

    La Khazarie fut détruite par la Russie et la Perse vers 1250 après J.-C. pour de bonnes raisons :
    http://numidia-liberum.blogspot.fr/2017/09/khazars-dhier-khazars-daujourdhui.html?spref=fb

    La Rhénanie, aussi bien du côté français que du côté allemand, était également une terre précieuse pour les juifs. Sous le nom de SCHUM sont regroupées trois villes de la vallée du Rhin : Spire, Worms et Mayence qui possédaient d’importantes communautés juives qui coopéraient au Moyen Âge. Guershom ben Yehouda et Rachi furent les plus connus de leurs sages. La grande époque des SchUM se termina après quatre siècles en 1350, de nombreux juifs ayant été victimes de la grande Peste noire et de massacres dès la première croisade, quand certains se souvinrent de qui étaient responsables de la mort du Christ.

    Leur symbole était l’ail, schum (שום) en hébreu de la Bible. Ils devaient porter un signe comme ici au XVI° siècle un anneau jaune. Certes, cela avait l’avantage de pouvoir reconnaître rapidement un préteur d’argent, car du côté chrétien, l’usure était interdite, mais comme cela les menait à tenir les rênes économiques du pays, des jalousies naissaient. Les taux d’intérêts juifs pouvaient être de plus de 40% par an. D’où leur expulsion d’Angleterre par le roi Edouard 1er en 1290. Puis de France en 1306. D’autant plus qu’il est écrit dans le Talmud, qu’à l’arrivée du Messie juif, tout le monde deviendrait esclave des Israélites. Ils étaient aussi accusés de pratiquer des sacrifices rituels sur des enfants chrétiens, de profaner les hosties. A Strasbourg, cela s’était traduit par un terrible massacre le 14 février 1349.

    • Ursule dit :

      « il est écrit dans le Talmud, qu’à l’arrivée du Messie juif, tout le monde deviendrait esclave des Israélites. »


      On retrouve cette idée à travers les écrits d’un écrivain juif italien, Primo Levi (1919-1987), particulièrement dans « Lilith », qui comporte plusieurs récits dont « Un testament » adressé à son fils bien-aimé. Dans un paragraphe il aborde le mensonge :

      • « …Le mensonge est un péché pour les autres et pour nous une vertu… Avec le mensonge patiemment appris et pieusement exercé, si Dieu nous assiste, nous arriverons à dominer ce pays et peut-être le monde ; mais cela ne pourra se faire qu’à la condition d’avoir su mentir mieux et plus longtemps que nos adversaires. Je ne le verrais pas, mais toi tu le verras : ce sera un nouvel âge d’or… Tandis qu’il nous suffira, pour gouverner l’état et administrer la chose publique, de prodiguer les pieux mensonges que nous aurons su, entre-temps, porter à leur perfection. »

      https://www.legrandsoir.info/Lilith-extrait.html

      Étonnant de voir que malgré qu’il soit passé en 1944 dans le camp de concentration et d’extermination d’Auschwitz-Monowitz, il continue à avoir et à les transmettre à son fils, ces idées de domination du monde par les juifs, que les Allemands détestaient tant.

  15. Eloïse dit :


    Le premier ministre Edouard Philippe a annoncé le 2 octobre, à l’occasion de Roch HaShana, marquant le début de la nouvelle année hébraïque, qu’il continuerait à élever un haut niveau de sécurité autour des lieux juifs (pourtant on égorge pour l’instant des prêtres catholiques, pas juifs). Bien évidemment, il a promis de ne pas supprimer la manière de tuer casher (qui interdit l’étourdissement préalable des animaux aux juifs comme aux musulmans observants), d’aménager les examens et concours de sorte qu’aucun étudiant juif ne soit contraint de transgresser le Shabbat ou une fête (par contre le catholique doit travailler le dimanche). L’agenda universitaire va donc être organisé à l’avenir en fonction du calendrier juif.

    Pour le chef du gouvernement, si les actes antisémites ont baissé en 2016 (-58,5%), ce recul « ne doit pas faire oublier une autre réalité », celle de la « banalisation de l’antisémitisme et de sa forme réinventée… qu’est l’anti-sionisme ». 100 millions d’euros vont servir à cette lutte, consacré à l’éradication du complotisme sur Internet, à travers les réseaux sociaux en particulier.

    Edouard Philippe a annoncé qu’il se rendrait dans l’Etat juif en 2018, comme Emmanuel Macron l’avait fait avant d’être élu, (pour se faire adouber dans la loge israélienne).

    Et dans le prolongement de ce qu’Attali annonçait sur Jérusalem en tant que capitale du monde, il a sorti la prophétie d’Isaïe : ‘Le Temple de Jérusalem sera une maison de prière pour tous les peuples’. Ce sera le noachisme et non plus le christianisme.

    Prochainement, s’ouvrira le Centre européen du judaïsme dans le 17e à Paris.
    http://fr.timesofisrael.com/retour-sur-les-voeux-dedouard-philippe-a-la-communaute-juive/

    Et c’est la France que l’autorité bancaire européenne a choisi à la place de la Grande Bretagne pour cause de brexit :
    http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2017/11/20/97002-20171120FILWWW00300-paris-remporte-le-siege-de-l-autorite-bancaire-europeenne.php

    Macron est un ancien de la banque Rothschild. Il est bon de rappeler que la richesse de la dynastie Rothschild est cinq fois plus élevée que celle des 8 plus grands milliardaires du monde combinés. Alors que déjà, un rapport récent d’Oxfam International soulignait que la richesse des 8 principaux milliardaires du monde dépassait la moitié inférieure de la population mondiale, soit environ 3,6 milliards de personnes. Investopedia estime la richesse totale de la famille Rothschild à plus de 2 billions de dollars en actifs et en avoirs. Mais n’est-on pas loin du compte si on en croit Hongbing Song, chercheur en économie et ancien consultant pour les fonds de pension américains Freddie Mac et Fanny Mae :

    « Les dynasties familiales les plus fortunées ne sont pas référencées dans le classement Forbes (The World’s Billionaires List). Et pour cause… La fortune d’un Bill Gates (76 Milliards de Dollars US) ferait pâle figure comparée ne serait qu’aux actifs et avoir de la famille Rothschild (Amschel) qui fut estimée à 50 000 Milliards de Dollars US en 2012 (en comparaison, la même année, le PIB mondial fut évalué à 71 830 Dollars US). »

    https://www.oxfam.org/en/pressroom/pressreleases/2017-01-16/just-8-men-own-same-wealth-half-world

    – Bill Gates : 75 $ milliards
    – Amancio Ortega : 67 $ milliards
    – Warren Buffett : 60,8 $ milliards
    – Carlos Slim Helu : 50 $ milliards
    – Jeff Bezos : 45,2 $ milliards
    – Mark Zuckerberg : 44,6 $ milliards
    – Larry Ellison : 43,6 $ milliards
    – Michael Blomberg : 40 $ milliards

    Quelle religion demande à ses croyants d’amasser toutes les richesses du monde pour qu’enfin leur Mashiah arrive ? Et à qui prend-on ces richesses ? Aux imbéciles goyim du monde qui ont en fait donné chacun 100 000 euros à cette famille.

    « Dieu à ordonner de pratiquer l’usure envers un goï et de ne lui prêter de l’argent qu’à intérêt, en sorte qu’au lieu de lui accorder du secours nous devons lui faire du tort, même s’il nous est utile ; tandis qu’envers un juif nous ne devons pas en agir ainsi. » (Maïmonides, Sepheer Mizv, folio73,4)

    La lettre de Baruch Levy à Karl Marx :

    « Le peuple juif pris collectivement sera lui-même son Messie. Son règne sur l’Univers s’obtiendra par l’unification des autres races humaines, la suppression des frontières et des monarchies, qui sont le rempart du particularisme, et l’établissement d’une République Universelle qui reconnaîtra partout les droits de citoyens aux Juifs. Dans cette organisation nouvelle de l’Humanité, les fils d’Israël répandus des maintenant sur toute la surface du globe, tous de même race et de même formation traditionnelle sans former cependant une nationalité distincte, deviendront sans opposition l’élément partout dirigeant, surtout s’ils parviennent à imposer aux masses ouvrières la direction stable de quelques-uns d’entre eux. Les gouvernements des Nations formant la République Universelle passeront tous, sans effort, dans des mains israélites, à la faveur de la victoire du prolétariat. La propriété individuelle pourra alors être supprimée par les gouvernants de race judaïque qui administreront partout la fortune publique. Ainsi se réalisera la promesse du Talmud que, lorsque les Temps du Messie seront venus, les Juifs tiendront sous leurs clefs les biens de tous les peuples du monde. »

    En l’an 2000, 7 pays n’avaient pas de liens bancaires avec les Rothschild : l’Afghanistan, l’Irak, le Soudan, la Syrie, Cuba, la Corée du Nord, l’Iran. Depuis, plus que 3. On peut remercier en France, Sarkozy, Fabius, BH Levy etc… pour leurs aides. Et les néo-cons des USA ! Pas difficile de comprendre que les prochaines guerres porteront sur ces 3 restants : Cuba, Corée du nord et Iran, avant de provoquer une guerre civile entre chrétiens et musulmans, pour que le grand vainqueur puisse installer sa capitale mondiale à Jérusalem.

    Cela dit, depuis, la banque centrale russe a payé toutes ses dettes avec même celles des anciens pays d’URSS. Difficile pour les Rothschild dans ces conditions de continuer à la tenir :

    Vladimir Poutine a dévoilé le plan du « New World Order » :

    Il ne s’attend pas à ce que l’ONU arrête une troisième guerre mondiale déclenchée pour s’accaparer de la banque centrale iranienne !

    En attendant, l’Europe est de plus en plus liée à Israël par ses dettes envers le clan Rothschild mais aussi différentes manifestations telles que l’Eurovision, gagnée en 2018 par Netta Barzilai :

    ou le Tour d’Italie qui en 2018 commence à Jérusalem :
    https://www.franceinter.fr/monde/le-tour-d-italie-2018-demarre-a-jerusalem-mais-pourquoi-donc

    • Isabelle dit :
      "Quelle est la base du judaïsme ? Une passion pratique et une recherche du
      profit. A quoi pouvons-nous réduire le culte judaïque ? A l'extorsion. Quel est
      son réel Dieu ? L'argent !" - Karl Marx, fondateur du communisme, cité dans le
      British Guardian, Juillet-Août, 1924.
      
      "Les nations se rassembleront pour apporter leur hommage au Peuple de Dieu ;
      toute la fortune des nations passera dans les mains du peuple juif, elles
      marcheront derrière le peuple juif, enchaînés et captifs, et se prosterneront
      devant lui." - Isador Loeb, Le Probleme Juif.
      
      "Il y a beaucoup dans les faits du bolchevisme lui-même, dans le fait que
      beaucoup de Juifs sont bolcheviques, dans le fait que les idéaux du bolchevisme
      en de nombreux points sont en consonance avec les plus grands idéaux du
      Judaïsme." - The Jewish Chronicle, 4 avril 1919.
      
      "Le Juif est un communiste né." - Otto Weininger, Sex and Character, page 311.
      
  16. Alain dit :


    Le chercheur Alain Pascal (spécialiste de l’histoire « occulte ») présente son livre intitulé La Pré-Kabbale et sous-titré les ésotérismes contre la tradition chrétienne.

    « En remontant aux sources anti-chrétiennes et anti-occidentales de la philosophie moderne imposée par la Franc-Maçonnerie, l’auteur de La Trahison des Initiés n’écrit pas une nouvelle histoire des religions et de la philosophie, mais recherche dans les conflits des premiers siècles l’origine de l’erreur et de la folie modernes.

    Cet ouvrage dénonce derrière le gnosticisme et son pendant philosophique, le néo-platonisme plotinien, une pré-Kabbale, mouvement à la fois religieux, philosophique et politique ignoré par les historiens conformistes. Née de l’ésotérisme juif, codifiée par le Talmud, la pré-Kabbale sert de trame à une guerre des gnoses qui explique les persécutions et les hérésies, puis la chute de l’Empire romain d’Occident et la lutte des initiations dans les premiers monastères. En reprenant l’ésotérisme juif des Esséniens, de Simon le Magicien et de Philon le Juif, les gnostiques, certains apologistes et les ésotéristes soi-disant chrétiens perdent l’Intelligence du christianisme et véhiculent sans le dire ou sans le savoir un ésotérisme oriental qui échoue dans sa guerre contre la tradition chrétienne en Occident, mais aboutit à l’islam en Orient.

    La filiation entre le gnosticisme et la gnose naturaliste des loges et celle entre la philosophie gnostique et la philosophie moderne étant mises en évidence, la gnose fournit le trait d’union entre hier et aujourd’hui, l’actualité étant le thème constant de la discussion.

    Après avoir défendu la tradition chrétienne et son héritage païen occidental, Alain Pascal invite tous les Européens non pas à la repentance, mais à se « croiser » avec les catholiques et les orthodoxes pour défendre la civilisation occidentale contre la résurgence moderne de la gnose dans le cosmopolitisme, philosophie du mondialisme voulu par la Finance apatride. »

    • Florian dit :

      Il est intéressant de comparer comment la femme est vue dans les trois religions du Livre ! Si on constate une réelle inégalité entre elle et l’homme chez les musulmans, elle existe aussi chez les juifs. Chaque matin, parmi les bénédictions affectées au début de la journée, la plupart des livres de prière orthodoxes en contiennent trois qui se distinguent de toutes les autres : elles sont déclinées sur le mode négatif tant sur le plan grammatical que par l’état d’esprit qu’elles véhiculent puisqu’il s’agit de se réjouir de ne pas faire partie de la catégorie évoquée :

      "Loué sois-Tu, Éternel..., qui ne m’as pas fait femme"
      

      https://www.adathshalom.org/RK/Benediction_qui_ne_m_as_pas_fait_femme.pdf

      Les chrétiens par contre se basent sur :

      Galates 3.26-28 : "Car vous êtes tous fils de Dieu par la foi en Jésus-Christ ; 
      vous tous, qui avez été baptisés en Christ, vous avez revêtu Christ. Il n’y a plus 
      ni Juif ni Grec, il n’y a plus ni esclave ni libre, il n’y a plus ni homme ni femme..."
      
  17. Ahmed dit :


    – Zohar (I, 28b) : Les chrétiens sont les enfants du serpent de la Genèse.

    – Iore Dea (377, 1) : Il faut remplacer les serviteurs (chrétiens) morts, comme les vaches, ou les ânes perdus.

    – Iebhammoth (61a) : Les Juifs ont droit à être appelés « hommes », pas les chrétiens.

    – Abhodah Zarah (14b) Toseph : Il est interdit de vendre les Livres des Prophètes aux chrétiens.

    – Abhodah Zarah (7Cool : Les Églises chrétiennes sont le lieu de l’idolâtrie.

    – Iore Dea (142, 10) : Il faut toujours rester à une certaine distance des Églises, sauf quand on est dans le dos de cette même Église, alors on peut se rapprocher…

    – Chullin (91b) : Les Juifs possèdent la dignité dont même un ange ne dispose pas.

    – Sanhedrin (58b) : Frapper un Juif, c’est comme gifler la face de Dieu lui-même.

    – Chagigah (15b) : Un Juif est toujours considéré comme bon, en dépit des péchés qu’il peut commettre. C’est toujours sa coquille qui se salit, jamais son fond propre.

    – Choschen Ham. (26, 1) : Un Juif ne doit pas être poursuivi devant un tribunal chrétien, par un juge chrétien, ou par des lois chrétiennes.

    – Choschen Ham (34, 19) : Les chrétiens et les serviteurs ne peuvent pas témoigner lors d’un procès.

    – Iore Dea (112, 1) : Ne pas manger avec les chrétiens, cela engendre la familiarité.

    – Iore dea (178, 1) : Ne jamais imiter les coutumes des chrétiens, même simplement par la coiffure.

    – Abhodah Zarah (72b) : Il faut jeter le vin s’il a été touché par un chrétien.

    – Iore Dea (120, 1) : La vaisselle acheté à des chrétiens doit être jetée.

    – Abhodah Zarah (2a) : Il faut stopper tout contact avec les chrétiens trois jours avant le début de l’une de leurs fêtes.

    – Abhodah Zarah (78c) : Les fêtes de ceux qui suivent Jésus sont de l’idolâtrie.

    – Iore Dea (139, 1) : Il est interdit d’avoir le moindre contact avec les idoles qu’utilisent les chrétiens pour leur culte.

    – Iore Dea (148, 5) : S’il est connu que le chrétien n’est pas pratiquant, on peut lui envoyer des cadeaux.

    – Hilkoth Akum (IX, 2) : Il ne faut envoyer de présent à un chrétien que s’il est irréligieux.

    – Iore Dea (81, 7 Ha) : Un enfant ne doit pas être allaité par une nourrice chrétienne, car son lait lui donnera une nature maléfique.

    – Iore Dea (155, 1) : Éviter les médecins chrétiens qui ne sont pas très bien connus du voisinage.

    – Peaschim (25a) : Il faut éviter l’aide médicale des idolâtres (sous-entendu des chrétiens).

    – Abhodah Zarah (26a) : Ne pas recourir à une sage femme chrétienne qui, une fois seule, pourrait tuer le bébé, ou même si elle était surveillée, elle pourrait lui écraser la tête sans que personne ne puisse le voir.


    – Zohar (1, 25b) : « Ceux qui font du bien à un Akum, ne se relèveront pas des morts ».

    – Hilkoth Akum (X, 6) : On peut aider les chrétiens dans le besoin, si cela nous évite des ennuis par la suite.

    – Iore Dea (148, 12 H) : On peut prétendre se réjouir avec les chrétiens pendant leurs fêtes, si cela permet de cacher notre haine.

    – Abhodah Zarah (20a) : Ne jamais faire la louange d’un chrétien, de peur qu’il ne la croie.

    – Babha Bathra (54b) : La propriété d’un chrétien appartient au premier Juif qui la réclame.

    – Choschen Ham (183, 7) : Si par erreur un chrétien rend trop d’argent, il faut le garder.

    – Choschen Ham (226, 1) : Les Juifs peuvent garder sans s’en inquiéter les affaires perdues par un chrétien.

    – Babha Kama (113b) : Il est permis de tromper les chrétiens.

    – Choschen Ham (183, 7) : Des Juifs qui trompent un chrétien doivent se partager le bénéfice équitablement.

    – Choschen Ham (156, 5) : Les clients chrétiens possédés par un Juifs ne doivent pas être démarchés par un autre Juif.

    – Iore Dea (157, 2) H : On peut tromper les chrétiens qui croient aux principes de la foi chrétienne.

    – Abhodah Zarah (54a) : L’usure peut être pratiquée sur les chrétiens, ou sur les apostats.

    – Babha Kama (113a) : Les Juifs peuvent mentir et se parjurer, si c’est pour condamner un chrétien.

    – Babha Kama (113b) : Le nom de Dieu n’est pas profané quand le mensonge a été fait à un chrétien.

    – Kallah (1b, p.1Cool : Le Juif peut se parjurer la conscience claire.

    – Schabbouth Hag. (6d). : Les Juifs peuvent jurer faussement en utilisant des phrases à double sens, ou tout autre subterfuge.


    – Zohar (1, 160a) : Les Juifs doivent en permanence tenter de tromper les chrétiens.

    – Iore Dea (158, 1) : Il ne faut jamais guérir un chrétien, à moins que cela ne le transforme en un ennemi d’Israël.

    – Orach Cahiim (330, 2) : Il est interdit de procéder à l’accouchement d’une chrétienne le samedi.

    – Choschen Ham. (425, 5) : Il est permis de tuer indirectement un chrétien, par exemple, si quelqu’un qui ne croit pas en la Torah tombe dans un puits dans lequel se trouve une échelle, il faut vite retirer l’échelle.

    – Iore Dea (158, 1) : En ce qui concerne les chrétiens qui ne sont pas des ennemis, un Juif ne doit néanmoins pas intervenir pour les prévenir d’une menace mortelle.

    – Hilkkoth Akum (X, 1) : Ne pas sauver les chrétiens en danger de mort.

    – Choschen Ham (386, 10) : Celui qui voudrait avouer les secrets d’Israël aux chrétiens, doit être tué avant même qu’il ne leur dise quoi que ce soit.

    – Abhodah Zorah (26b) : Ceux qui voudraient changer de religion doivent être jetés au fond d’un puits, et oubliés.

    – Choschen Ham (388, 15) : Il faut tuer ceux qui donneraient l’argent des Israélites à des chrétiens.

    – Sanhedrin (59a) : Les Goïm qui chercheraient à découvrir les secrets de la Loi d’Israël, commettent un crime qui réclame la peine de mort.

    – Hilkhoth Akum (X, 2) : Les Juifs baptisés doivent être mis à mort.

    – Iore Dea (158, 2) Hag. : Il faut abattre les renégats qui se sont tournés vers les rituels chrétiens.

    – Choschen Ham (425, 5) : Ceux qui ne croient pas en la Torah doivent être tués.

    – Hilkhoth tesch. (III, : Les chrétiens et les autres, nient la Loi de la Torah.


    – Zohar (I, 25a) : Les chrétiens doivent être exterminés, car ce sont des idolâtres.

    – Zohar (II, 19a) : La captivité des Juifs prendra fin lorsque les princes chrétiens seront morts.

    – Zohar (I, 219b) : Les princes chrétiens sont des idolâtres, ils doivent mourir.

    – Obadiam : Quand Rome sera détruite, Israël sera racheté.

    – Abhodah Zarah (26b) T. : « Même le meilleur des Goïm devrait être abattu. »

    – Sepher Or Israel (177b) : Si un Juif tue un chrétien, ce n’est pas un péché.

    – Ialkut Simoni (245c) : Répandre le sang des impies est un sacrifice agréable à Dieu.

    – Zohar (II, 43a) : L’extermination des chrétiens est un sacrifice agréable à Dieu.

    – Zohar (L, 28b, 39a) : Les meilleures places dans les Cieux sont pour ceux qui tuent les idolâtres.

    – Hilkhoth Akum (X, 1) : Ne passez aucun accord avec un chrétien, et ne jamais manifester de pitié envers un chrétien.

    – Hilkhoth Akum (X, 1) : Soit les détourner de leurs idoles, soit les abattre.

    – Hilkhoth Akum (X, 7) : Où les Juifs sont fortement installés, il ne faut plus tolérer la présence des idolâtres.

    – Choschen Ham (338, 16) : Tous les habitants d’une ville doivent contribuer aux frais nécessaires à l’élimination d’un traître parmi eux.

    – Pesachim (49b) : Il est permis de décapiter les Goïm le jour de l’expiation des péchés, même si cela tombe également un jour de sabbat

    – Kallah, 1b. (18b) : Jésus, fils illégitime, conçu pendant les règles de sa mère.

    – Sanhedrin, 67a : Jésus, pendu la veille de la Pâque.

    – Toldath Jeschu : Naissance de Jésus relatée dans les circonstances les plus honteuses.

    – Abhodah Zarah II : Désigné comme le fils de Pandira, un soldat romain.

    – Schabbath XIV : À nouveau désigné comme le fils de Pandira, le Romain.

    – Sanhedrin, 43a : À la veille de Pâque, ils pendirent Jésus.

    – Schabbath, 104b : « C’était un imbécile, et personne ne doit prêter attention aux imbéciles. »

    – Toldoth Jeschu : Judas et Jésus se disputent dans une querelle où volent les obscénités : « (…) Juda a pissé sur Jésus. ».

    – Sanhedrin, 103a : On suggère qu’il corrompt sa moralité et se déshonore.

    – Sanhedrin, 107b : Séducteur, corrupteur et destructeur d’Israël.


    – Zohar III, (282) : Jésus, mort comme une bête et enterré dans un tas de fiente.

    – Hilkoth Melakhim : Maïmonide tente de prouver combien les chrétiens s’égarent dans le culte de Jésus.

    – Abhodah Zarah, 21a : Référence au culte de Jésus ne devant pas être accepté dans les maisons, car les idoles ne doivent pas être acceptées.

    – Orach Chaiim, 113 : Il ne faut pas donner l’impression qu’on pourrait avoir du respect pour Jésus.

    – Iore dea, 150, 2 : Ne pas donner par accident l’impression d’avoir du respect pour Jésus.

    – Abhodah Zarah (6a) : C’est un faux enseignement de rendre un culte à Dieu le premier jour suivant le sabbat.

    Hilkhoth Maakhaloth : Les chrétiens sont des idolâtres, ne pas les fréquenter.

    – Abhodah Zarah (22a) : Ne pas fréquenter les gentils, ils versent le sang.

    – Iore Dea (153, 2) : Ne pas fréquenter les chrétiens, ils répandent le sang.

    – Abhodah Zarah (25b) : Se méfier des chrétiens quand on voyage avec eux à l’étranger.

    – Orach Chaiim (20, 2). : Les chrétiens se déguisent pour tuer les Juifs.

    – Abhodah Zarah (15b) : « Il ne faut jamais laisser un animal s’approcher des Goïm, on les soupçonne d’avoir des rapports sexuels avec eux. »

    – Abhodah Zarah (22a) : Passage suggérant encore que les chrétiens ont des relations sexuelles avec les animaux.

    – Schabbath (145b) : Les chrétiens sont impurs parce qu’ils mangent de la nourriture impure.

    – Abhodah Zarah (22b) : Les chrétiens sont impurs parce qu’ils n’étaient pas là au Mont Sinaï.

    – Iore Dea (198, 4Cool : Les femmes juives sont contaminées par la simple rencontre de chrétiens.

    – Kerithuth (6b p. 7Cool : Les Juifs sont des humains, non les chrétiens, ce sont des bêtes.

    – Makkoth (7b) : On est innocent du meurtre involontaire d’un Israélite, si l’intention était de tuer un chrétien ; tout comme on est innocent du meurtre accidentel d’un homme, quand l’intention était d’abattre un animal.

    – Orach Chaiim (225, 10) : Les chrétiens et les animaux sont utilisés de manière équivalente dans une comparaison.

    – Midrasch Talpioth (225) : Les chrétiens sont créés pour servir les Juifs de toute éternité.

    – Orach Chaiim (57, 6a) : Il ne faut pas avoir plus de compassion pour les chrétiens que pour les cochons, quand ils sont malades des intestins.

    – Zohar II (64b) : Les chrétiens sont idolâtres, ils sont comparés aux vaches et aux ânes.

    – Kethuboth (110b) : Pour l’interprétation d’un psaume un rabbin dit : « le psalmiste compare les chrétiens à des bêtes impures ».

    – Sanhedrin (74b) Tos. : Les rapports sexuels des chrétiens sont comme ceux des bêtes. « La semence des Goïm vaut bien celle des bêtes. »

    – Eben Haezar (44, : Sont nuls, les mariages entre les chrétiens et les Juifs.

    – Zohar (II, 64b) : Le taux de naissance des chrétiens doit être diminué matériellement.

    Il faut savoir que si le Talmud de Babylone en 1520 à Venise, suivi du Talmud de Jérusalem, furent édités dans une version intégrale bénéficiant d’un privilège papal, très vite le Vatican entreprit de détruire l’édition du Talmud, qu’elle avait antérieurement autorisée, en raison du scandale que provoquait la lecture du livre. En effet, le 9 septembre 1553, date du nouvel an juif, tous les exemplaires du Talmud furent brûlés à Rome, et la censure pontificale fut appliquée très sévèrement à la suite de la bulle Cum sicut nuper de Jules III en 1554, le Talmud étant mis en 1559 à l’Index Expurgatorius ; le pape Pie IV en 1565 ordonnant même, mesure extrême, que le Talmud soit privé de son propre nom, ce qui entraîna la diffusion de l’appellation Sha »s pour le désigner.
    https://fr.chabad.org/library/article_cdo/aid/2655514/jewish/Le-Talmud-brle-en-Italie.htm

    Lors d’un Synode tenu en Pologne en 1631, les rabbins de nombreux pays décidèrent officiellement de retrancher les passages antichrétiens afin d’éviter des persécutions, quoique un « O » ou le mot « haiah » (était) furent inscrits à l’endroit des passages censurés afin de les marquer (les noms faisant référence aux chrétiens étaient également remplacés par des mots se rapportant à des peuples païens disparus depuis longtemps donnant aux Juifs de prétendre que ces passages ne visaient pas les chrétiens mais des idolâtres polythéistes), permettant à ce que ces textes soient enseignés oralement mais échappent aux condamnations.


    Il a fallu attendre le XIXe siècle, même si l’étude du Talmud en Pologne conduisit à une impression de l’édition complète avec restauration du texte original réalisée à Cracovie entre 1602 et 1605, pour qu’un prêtre, l’abbé Chiarini (1789-1832), professeur de langues orientales à l’université de Varsovie, publie à Paris en 1830, une volumineuse Théorie du Judaïsme, dans laquelle il fit figurer une traduction partielle du Talmud dans laquelle il révéla les passages qui avaient été expurgés et censurés, Talmud de Babylone traduit en langue Française et complété par le Talmud de Jérusalem, qu’il fit d’ailleurs éditer en 1831. Ce fut ensuite un autre ecclésiastique, l’abbé August Rohling (1839-1931), docteur en théologie, professeur d’exégèse à l’Université de Münster, chanoine de la collégiale de Prague, qui en s’appuyant sur les travaux de Johann Andreas Eisenmenger (1654-1704), professeur d’hébreu à Heidelberg, se pencha avec attention sur le sujet en utilisant des versions non expurgées du Talmud, pour faire paraître en 1871 un ouvrage en Allemagne : Der Talmudjude (Le Juif talmudique), publié en France en 1888 par les soins de l’abbé Maximilien de Lamarque, docteur en théologie, dans lequel il citait de très nombreux passages censurés et expurgés du Talmud.
    https://www.barruel.com/le-juif-talmudiste-abbe-rohling.pdf


    De son côté, Justin Bonaventure Pranaitis (1861-1917), prêtre catholique lituanien, professeur d’hébreu à l’Université ecclésiastique impériale de Saint-Pétersbourg, édita un livre qui aura un immense succès :

    « Le Talmud démasqué », publié en latin en 1892 avec l’imprimatur de Mgr Kozlowski (l’archevêque métropolite de Moguilev), sous le titre : Christianus in Talmude Iudaeorum, — sive Ribbinicae doctrinae de christianis secreta (« Le chrétien dans le Talmud des Juifs – ou les doctrines rabbiniques secrètes au sujet du chrétien »), ouvrage qui fit ensuite l’objet d’une polémique au prétexte que le religieux aurait utilisé des versions fautives du Talmud pour rédiger son livre. L’ouvrage, qui se présente comme une enquête approfondie sur les enseignements juifs antichrétiens, cherche à révéler ce que le Talmud contient comme passages blasphématoires, haineux et violents à l’encontre de la religion chrétienne, offrant en regard de chacune des citations latines, la version hébraïque accompagnée des références contextuelles précises, afin, comme le précise Pranaitis, « d’écarter l’accusation d’avoir utilisé une version falsifiée du Talmud ou de ne pas l’avoir traduit et interprété correctement, comme cela est généralement le cas lorsque l’on entreprend de révéler les secrets des enseignements juifs. »

    • Ursule dit :

      « Schabbath (145b) : Les chrétiens sont impurs parce qu’ils mangent de la nourriture impure. »


      Mais qu’est-ce que de la nourriture pure ou impure pour les juifs ?

      Chez les juifs, les aliments purs sont cacher. L’Ancien Testament parle d’animal pur (tahor) et d’animal impur (tame). Ne sont considérés comme purs que les animaux ruminants ayant des sabots fourchus (Dt 14:6). La Bible en nomme dix expressément: le bœuf, le mouton, la chèvre, le cerf, la gazelle, le daim, le bouquetin, l’antilope, l’oryx et le mouflon. (Dt 14:4-5). Tous les autres mammifères à qui il manque une de ces caractéristiques ou les deux sont impurs, donc interdits. C’est le cas du chameau, du lapin et du daman qui ruminent mais n’ont pas de sabots fourchus, et du porc qui a le sabot fourchu mais ne rumine pas (Dt 14:7-8). La Bible nomme dans cette dernière catégorie 42 animaux impurs.

      Les oiseaux sont purs à l’exception de 24 espèces considérées impures dont la liste est compilée à partir du Lv 11:13-19 (qui en nomme 20) et Dt 14:12-18 (qui en nomme 21), entre autres l’aigle, l’autruche, le pélican, la cigogne, le hibou, etc. Dans la pratique sont considérés comme purs les oiseaux domestiques (poule, caille, canard, oie, etc.) et comme impurs les oiseaux sauvages et en particulier les oiseaux de proie. Il n’est pas aisé aujourd’hui d’identifier tous ces oiseaux interdits. Aussi, certains canards et pigeons sont consommés après identification de l’espèce par un connaisseur. Le faisan est considéré comme pur par la communauté juive allemande, et impur par les autres. Les oeufs des oiseaux impurs sont impurs. Le Talmud donne comme indice pour les oeufs impurs le fait qu’ils soient ronds.

      Ne sont purs que les animaux aquatiques qui ont des nageoires et des écailles (Lv 11:9-12). Tous les poissons à qui il manque soit nageoires, soit écailles ou les deux ainsi que tous les crustacés, les coquillages, les fruits de mer sont impurs. L’espadon a posé problème. Les Sépharades le permettent, alors que les Ashkénazes d’Angleterre l’interdisent.

      Toutes les autres espèces comme les rongeurs, les reptiles, les batraciens, les insectes et les invertébrés sont impures. La Bible cependant excepte quatre sortes de sauterelles comestibles (Lv 11:22). Mais il est difficile de les identifier aujourd’hui. Et bien que l’abeille soit un animal interdit, son miel peut être mangé.

      Les produits de la terre sont purs, à l’exception des fruits (dits orlah) d’un arbre pendant les trois premières années (Lv 19:23) et une portion (dite halah) de pain ou de gâteau préparé avec une des cinq céréales (blé, orge, épeautre, avoine et seigle), portion remise alors aux prêtres. La maîtresse de maison prélève un petit morceau de pain et de gâteau et le brûle.

      Les jus de fruits et de légumes, tout comme les fruits et les légumes, sont propres à la consommation. Le lait des animaux purs, comme le lait de vache, est autorisé alors que le lait des animaux impurs, comme le lait d’ânesse, est interdit. Le vin et les alcools à base de vin comme le cognac est un produit pur et peut être consommé. Mais la Torah interdit l’usage et la consommation des boissons à base de raisin ou d’alcool de raisin, et tout produit du pressoir qui n’auraient pas été fabriqués sous le contrôle d’un rabbin compétent, ou qui auraient été manipulés par un non-juif. Ceci s’étend jusqu’au vinaigre, l’huile de pépins de raisins ou le sucre de raisins.

      La consommation du sang est interdite « car le sang c’est l’âme et tu ne dois pas manger l’âme avec la chair » (Dt 12:23; voir aussi Gn 9:4; Lv 17:12-14). De ce fait, l’animal doit être égorgé pour le vider de son sang, et ensuite sa viande est salée deux fois et rincée avec de l’eau trois fois pour supprimer toute trace de sang. On peut aussi recourir au grillage de la viande directement sur la flamme, et le jus ne peut alors être récupéré. Le foie ne peut être vidé de son sang que par cette méthode, comme certains autres abats. Comme conséquence de cette norme, il est interdit de consommer un membre d’un animal vivant (Gn 9:4).

      Il est interdit de mélanger la viande (et ses dérivés) et le lait (et ses dérivés comme le fromage et le beurre) en raison du verset répété trois fois: «Tu ne feras pas cuire un chevreau dans le lait de sa mère » (Ex 23:19 et 34:26, et Dt 14:21).

      Il est interdit de manger les mammifères et les oiseaux morts de mort naturelle ou abattus de façon non rituelle (Dt 14:21; Ex 22:30). Celui qui viole cette interdiction doit se purifier (Lv 17:15 et 22:8; Ez 4:14). Un juif ne peut donc s’adonner à la chasse, même pour le plaisir, car on ne doit pas faire souffrir les animaux.

      Si un non-juif touche certains produits purs, ces produits deviennent impurs et donc inconsommables. C’est comme dans la loi Hindoue de Manu Smirti, la nourriture devenait souillée par le toucher d’une personne appartenant à la caste des intouchables. On ne peut pas s’empêcher de penser qu’il y a un côté raciste chez eux : « Vous ne pourrez manger aucune bête crevée. Tu la donneras à l’étranger qui réside chez toi pour qu’il la mange, ou bien vends-la à un étranger du dehors. Tu es en effet un peuple consacré à Yahvé ton Dieu (Dt 14:21). »

      La communauté chrétienne s’est heurtée dès ses débuts aux interdits alimentaires juifs. Ainsi, des chrétiens d’origine juive ont reproché à Pierre d’avoir accepté l’in­vitation de Corneille, un centurion romain: « Pourquoi, lui demandèrent-ils, es-tu entré chez des incirconcis et as-tu mangé avec eux? » (Ac 11:3).

  18. […] Aussi se débarrasser des religieux (Sépharades) c’était se débarrasser des arabes. Les sionistes ne sont pas des sémites alors que les arabes et les juifs sépharades […]

  19. Haïm dit :


    Le livre Rise and Kill First : The Secret History of Israel’s Targeted Assassinations, écrit par le chroniqueur militaire israélien Ronen Bergman, est un bestseller des livres vendus par le New York Times. Il raconte comment, dans les années 1979-1982, le gouvernement israélien a créé au Liban une organisation qui a commis de très nombreux attentats terroristes.

    Un agent du Mossad cité dans ce livre témoigne des choses terribles qui ont été faites avec le soutien de Sharon. « J’ai soutenu et même participé à quelques-unes des opérations d’assassinats effectuées par Israël. Mais là nous parlons d’extermination de masse, juste pour tuer et pour semer le chaos et l’effroi chez les civils. »

    De 1979 à 1983, précisément durant la période qui sépare les conférences de Jérusalem et de Washington, Israël fit organiser une campagne à large échelle d’attentats à la voiture piégée qui tua des centaines de Palestiniens et de Libanais, civils pour la plupart. Plus remarquable encore, un des objectifs de cette opération secrète était précisément de pousser l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) à recourir au « terrorisme » pour fournir à Israël la justification d’une invasion du Liban. Dans le New York Times du 23 janvier 2018, Ronen Bergman, chroniqueur du quotidien israélien Yedioth Ahronoth, a décrit comment, le général Rafael Eitan, alors chef d’état-major, lança avec le général Ben-Gal, commandant de la région nord, la mise en place d’un groupe dont le rôle serait de mener des opérations terroristes en territoire libanais. Avec l’accord du général Eitan, le général Ben-Gal recruta le général Meir Dagan, « le plus grand expert en opérations spéciales » d’Israël (et futur chef du Mossad), et « tous les trois mirent en place le Front pour la libération du Liban des étrangers [FLLE] ».

    Ronen Bergman cite le général David Agmon : « Le but était de créer le chaos parmi les Palestiniens et les Syriens au Liban, sans laisser d’empreinte israélienne, pour leur donner l’impression qu’ils étaient constamment sous attaque et leur instiller un sentiment d’insécurité. »

    Ce FLLE a revendiqué des dizaines d’attentats à la voiture piégée ciblant les Palestiniens et leurs alliés libanais. Ces attentats furent largement couverts par la presse américaine de l’époque.

    Le plus souvent, les journalistes américains décrivirent le FLLE comme un « mystérieux » ou « insaisissable groupe d’extrême droite ».

    Au début, décrit Ronen Bergman, l’opération utilisait surtout « des explosifs cachés dans des bidons d’huile ou des boîtes de conserve » fabriqués dans un atelier de tôlerie du kibboutz Mahanayim où résidait le général Ben-Gal.

    Le vice-ministre israélien de la Défense, Mordechai Tzippori, fut informé d’une attaque en avril 1980 durant laquelle des femmes et des enfants avaient été tués par l’explosion d’une voiture piégée au Sud-Liban. En juin, une réunion eut lieu dans le bureau du Premier ministre Menahem Begin. Tzippori accusa le général Ben-Gal de « mener des actions non autorisées au Liban » durant lesquelles « des femmes et des enfants avaient été tués. » Mais Menahem Begin défendit le général Ben-Gal et mit fin à toute contestation contre l’opération secrète menée par les généraux Eitan, Ben-Gal et Dagan.

    Le 16 juillet 1981, des roquettes palestiniennes Katioucha tuèrent trois civils israéliens dans la bourgade de Kiryat Shmonah. Le jour suivant, les forces aériennes israéliennes ripostèrent par des bombardements massifs ciblant les quartiers généraux de l’OLP au centre de Beyrouth ainsi que plusieurs ponts autour de Sidon, tuant entre 200 et 300 personnes, principalement des civils libanais, et en blessant plus de 800. Le 5 août 1981, Begin choisit Ariel Sharon pour le remplacer comme ministre de la Défense. Ainsi que des historiens et chroniqueurs israéliens comme Zeev Schiff, Ehoud Yaari, Benny Morris, Avi Shlaim ou Zeev Maoz l’ont depuis longtemps démontré, dans les dix mois qui suivirent, Israël s’engagea dans des nombreuses opérations militaires dans l’objectif clair de provoquer les Palestiniens et les conduire à commettre des actes qu’Israël pouvait ensuite présenter comme une attaque « terroriste » justifiant une offensive majeure au Liban.

    http://www.medias-presse.info/un-journaliste-israelien-devoile-les-attentats-commis-par-israel-au-liban/93622/

    • Lluis dit :

      Actuellement, Israël manipule l’information pour inciter à la haine entre les peuples en encourageant le Grand Remplacement en Europe et en incitant des attentats pour mettre les chrétiens contre les musulmans :

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s