L’effarante histoire du sionisme

La première guerre mondiale de 14-18,  fut menée d’un coté par la Grande Bretagne, la France et la Russie, et de l’autre coté par l’Allemagne, l’Autriche-Hongrie et la Turquie.

http://www.youtube.com/watch?v=RsI8F9AgJ1g

En l’espace de deux ans, l’Allemagne avait remportée la guerre. Les sous marins allemands, qui furent une totale surprise, occasionnèrent de gros dégâts côté adverse. La Grande Bretagne se trouva sans munitions et sans ravitaillement pour ses soldats.  Au même moment l’armée française s’était mutinée. Ils avaient perdus 600 000 soldats à la fleur de l’âge dans les batailles de défense de Verdun et de la Somme. L’armée russe avait déserté, minée par les années de propagande anti tsariste. Durant exactement la même période, pas un seul coup de feu n’avait encore été tiré en territoire allemand, pas un seul soldat ennemi n’avait encore franchi la frontière allemande. Pourtant, l’Allemagne proposait un accord de paix honorable,  appelée par les juristes un ’’STATUS QUO ANTE BASIS ’’ signifiant, « cessons le combat et retournons aux conditions d’avant la guerre.»

En 1916, l’Angleterre considéra sérieusement cette proposition afin d’éviter d’aller vers une défaite certaine. Tandis que cela ce discutait, les sionistes de l’Europe de l’Est rencontrèrent le British War Cabinet. Ils dirent : « Ecoutez nous, vous pourriez gagner cette guerre si l’Amérique venait à vos cotés en tant qu’alliée…Nous vous garantissons d’embarquer les USA contre l’Allemagne, si vous nous promettez la Palestine après la victoire ». En Octobre 1916, l’Angleterre accepta la proposition. Et on vit en très peu de temps, une Amérique pro-allemande devenir tout à coup vindicative à son égard. Les médias de l’époque, étaient pour la plupart, contrôlés par des financiers juifs, souvent d’origine  allemande ou russe, mais qui étaient contre le tsar, et ses alliés.  Aussi avaient-ils commencé à financer les Allemands. Mais devant la possibilité de s’accaparer de la Palestine, ils réussirent à faire en sorte que le président américain Wilson déclare la guerre à l’Allemagne. Il n’y avait aucune raison pour que l’Amérique soit mêlée à cette guerre et envoie ses soldats se faire tuer. Pourtant elle se laissa entrainer dans cette arnaque, tendue par le sionisme international, comme elle se laissa avoir en abandonnant quelques temps avant, sa banque centrale publique, au profit d’un conglomérat de banques privées essentiellement sionistes.

La fameuse ’’Déclaration Balfour’’ (courte lettre adressée à Lord Rothschild par le ministre britannique des Affaires étrangères, A.J. Balfour, envisageant « favorablement l’établissement en Palestine d’un Foyer National pour le peuple juif ») représentait la promesse anglaise faite aux sionistes de leur accorder la Palestine en échange de l’aide des USA.  L’Allemagne fut ainsi écrasée ; elle dut signer l’armistice  à la fameuse conférence de paix de 1919 à Versailles, entourée de 119 juifs représentant le sionisme international et avec à leur tête Bernard Baruch. Durant cette conférence où l’Allemagne fut découpée et l’Europe divisée, les sionistes réclamèrent leur part du gâteau: « Ne vous nous aviez pas promis la Palestine ? » C’est alors qu’ils produisirent leur preuve, révélant pour la première fois la déclaration Balfour devant des yeux allemands ébahis. C’est seulement à ce moment précis que les Allemands comprirent la cause des terribles conséquences et des réparations de guerre qu’on leur affligea. Tous leurs malheurs venaient du fait que ces sionistes, pourtant souvent d’origine allemande,  voulaient la Palestine et étaient prêts à tout pour l’avoir.

Ces juifs avaient pourtant été bien reçus par les Allemands après leur exode de Russie. . Il y avait Mr Rathenau dans l’industrie et la finance, Mr Balin qui possédait les deux plus grandes lignes maritimes, la North German Lloyds et la Hamburg-American ; Mr Bleichroder qui était devenu le banquier de la dynastie impériale des Hohenzollern. Les Warburg à Hambourg qui étaient des grandes banques du négoce, peut être les plus importantes au monde. Sans aucun doute on pouvait  affirmer que les juifs avaient été comme chez eux en Allemagne ! Les Allemands ne digérèrent pas cette trahison.  Eux qui avaient été si généreux avec les juifs depuis 1905, date qui vit la première révolution communiste en Russie, tourner au désastre, et les juifs  fuir ce pays, pour trouver refuge dans une Allemagne qui les avait accueillis à bras ouverts… Pour les Allemands, ces juifs étaient donc les véritables responsables de la défaite. Et pour seule  raison, la Palestine !

Toutefois, aucun juif ne fut agressé. Il existait bien des camps de prisonniers politiques. Mais ces camps étaient remplis de communistes, dont la grande majorité s’avérait être juifs. Tout simplement du fait qu’en cette période, pas seulement en Allemagne mais dans toute l’Europe, les communistes se trouvaient être composés à 98% de juifs. On y trouvait aussi quelques prêtres,  chefs syndicalistes, francs-maçons et autres affiliations internationales. Il ne faut pas oublier qu’entre 1918 et 1919, les communistes avaient réussis à prendre le contrôle de la Bavière durant un courte période : Rosa Luxembourg avec Karl Liebknecht à la tête d’un groupe d’autres juifs, gouvernèrent trois jours. En fait, à la fin de la guerre, le Kaiser s’était enfui en Hollande, tout simplement parce qu’il craignait que les communistes s’emparent de l’Allemagne comme ils l’avaient fait en Russie et qu’il lui serait réservé le même sort que le Tsar. Il prit donc la fuite par mesure de sécurité. Mais après que la menace communiste eut été balayée du sol allemand, les juifs étaient encore très actifs, essayant de recouvrer leur statut. Les allemands les combattirent en une lutte générale ; sans pour autant que ce soit physique. En ce temps là,  il y avait autour de 90 millions d’allemands pour seulement 460 000 juifs. N’empêche qu’ils contrôlaient tous les médias et les principaux rouages de l’économie. Ils étaient venus en Allemagne après la guerre avec beaucoup d’argent, et avaient profité de la dévaluation drastique du Mark pour tout acheter pour une bouchée de pain.

En juillet 1933, une conférence du sionisme international fut organisée à Amsterdam. Les juifs du monde entier y participèrent. Ils s’adressèrent à l’Allemagne en des termes impératifs : à savoir qu’ils la sommaient de limoger Hitler et de faire réintégrer tous les juifs dans leur fonction, eussent ils été communistes ou non. En aucun cas les sionistes ne permettraient aux allemands de les traiter de la sorte ; et en toute chose qu’il fallait considérer cet avertissement comme un ultimatum. On imagine aisément ce que fut la réponse des allemands. Mais c’est la réaction juive qui allait être des plus étonnantes. En 1933, quand l’Allemagne refusa de se plier aux exigences sionistes à la conférence d’Amsterdam qui se clôturera sans avoir entamé la résilience allemande, le président de cette conférence et chef de la délégation américaine, Samuel Untermeyer,  la quitta aussitôt pour retourner aux USA.  Du bateau, il transmit par le biais des studios de la CBS (Columbia Broadcasting System) un discours qui passa sur tout le territoire américain et fut publié le 7 Aout 1933 dans le New York Times :  « le sionisme international maintenant appelle à la guerre sainte contre l’Allemagne. Nous sommes maintenant engagés dans une bataille sacrée contre les allemands. Nous allons les forcer à se rendre. Nous allons exercer un boycott international contre eux qui les détruira du fait qu’ils dépendent exclusivement de leurs exportations…. Ce boycott économique est notre moyen d’auto défense ; le président Roosevelt l’a soutenu dans le programme de l’administration de reprise nationale. »


C’est un fait que  2/3 des besoins alimentaire allemands devaient être importés. Ils devaient donc beaucoup exporter pour se les payer. . Sans çà,  l’Allemagne allait mourir de faim. Mais aux USA,  quiconque ne respectait pas les lois du New Deal se voyait aussi boycotté,  même si ces lois  furent déclarées inconstitutionnelles par la cour suprême américaine. Les juifs de par le monde déclarèrent donc un boycott contre l’Allemagne qui fut tellement efficace qu’il ne fut plus possible de trouver dans un  magasin un produit ’’ MADE IN GERMANY’’. Un représentant de la Woolworth Company rapporta qu’ils avaient du jeter des millions de Dollar en vaisselle dans la rivière ; parce que leurs magasins auraient été boycottés si quiconque avait trouvé des assiettes portant la mention ’’ MADE IN GERMANY’’. Ils auraient tout simplement subi des manifestations avec des slogans « Hitler assassin » .

Notre dernier espoir !

Au début, les Allemands ne surent comment réagir contre ceux qui les soumettaient à un boycott qui entraînait  tous les salariés au chômage. Ce fut  un total désarroi. Ils se mirent à dessiner des swastikas (croix gammée) sur les murs des magasins juifs. Car pourquoi diable un allemand irait donner son argent à un commerçant faisant partie d’un blocus international poussant l’Allemagne à la famine ? Se demandèrent-ils. Le boycott dura un certain temps ; mais en 1938, quand un jeune juif polonais fit irruption dans l’ambassade allemande à Paris pour tirer sur un diplomate allemand, le tuant de sang froid, les allemands devinrent alors réellement durs avec les juifs.  Quelques uns de leurs magasins furent alors attaqués.
Une confrontation devenait  inéluctable. Entre temps, il existait un autre danger oppressant !  L’Europe allait-elle rester  chrétienne, ou alors tomber dans le communisme ? Les allemands optèrent pour la première solution. Ils mirent en place un vaste programme de réarmement. C’est en novembre 1933, que les Américains reconnurent officiellement l’Union Soviétique.  Celle-ci commençait à devenir très puissante. L’Allemagne logiquement effrayée, se réarma donc, appréhendant une éventuelle confrontation avec elle, pour ne pas tomber dans le communisme.  Mais qui était au pouvoir en URSS sinon une petite équipe de 4 000 juifs ! L’histoire nous a démontré que les sionistes étaient capables de tout pour garder la Palestine en tant que tremplin de domination du monde.  On les a vus agir auprès du président Wilson avec la mise en place de la taxe sur le revenu, pour payer les emprunts qui étaient auparavant gratuits.  En France, cela ne fut fait que par un ancien directeur de la banque juive  Rothschild, un dénommé Pompidou.

 

Mais ce qui est le plus remarquable, c’est que ces juifs d’Europe de l’est ne sont en fait à l’origine que des Khazars.  C’était une tribu belliqueuse vivant aux confins du territoire asiatique. Un peuple si hostile que même les asiatiques les chassèrent hors d’Asie vers l’Europe de l’Est, où ils établirent un grand royaume Khazar de plus de 1 300 000 kilomètre carré. En ce temps là, la Russie n’existait même pas ; pas plus d’ailleurs que la plus part des pays d’Europe. Le royaume Khazar était le plus grand pays d’Europe ; si grand et si puissant que les autres monarchies voulant entreprendre une guerre s’appuyaient sur les Khazars qui pouvaient leurs louer une armée de soldats.  Ils exerçaient un culte Phallique aussi immonde et répugnant qu’à la fin ils résolurent d’adopter une religion plus convenable.  Leurs choix se portèrent sur le Judaïsme.  Ils envoyèrent des gens se former aux écoles talmudiques de Pumbedita et Sura pour ensuite ouvrir des synagogues et des écoles. Le peuple khazars devint ainsi juif sans être pour autant sémite.  Aucuns d’eux n’avaient d’ancêtres en Palestine. Mais cela ne les a pas empêché de demander aux peuples chrétiens de supporter une invasion armée en Palestine en prétendant : ’’Vous voulez aider à rapatrier le peuple élu de Dieu vers leur terre promise, leur foyer ancestral, n’est ce pas ? C’est votre devoir de chrétien. Nous vous avons donné un de nos enfants comme votre Dieu et Seigneur ; vous allez à l’église tous les Dimanches et vous vous agenouillez pour adorer un juif et nous sommes juifs’’. Ces Khazars, ces asiatiques, ces turcos finnois étaient une race à la base mongoloïde qui fut chassés d’Asie vers l’Europe de l’Est. Combien était-il  donc ridicule de voir les grandes nations chrétiennes du monde affirmer : « Nous nous engageons à utiliser notre pouvoir et notre prestige afin de rapatrier le peuple élu de Dieu vers leur terre promise, leur ancestral foyer. »
Ce mensonge continue à sévir, pour la simple raison qu’ils détiennent toujours les médias d’occident, les banques et une partie   des partis politiques.  Il est bon de connaître ce que font les juifs le jour du « grand pardon » : Ils entrent dans une synagogue, puis ils se tiennent debout pour répéter trois fois une courte prière appelée ’’Kol Nidre’’. Dans cette prière, ils lient un pacte avec leur Dieu tout puissant ; où, quelque soit le serment, l’agrément, ou bien l’accord qui se ferait dans les douze mois à venir,  se verrait être nul, sans effet, caduc, et ne sera en aucune condition honoré. Le serment n’a pas lieu d’être respecté ; l’accord ne sera pas suivi ; la parole donnée ne sera en aucune mesure tenue. Tout engagement n’aura ni effet ni force. Par ailleurs le Talmud stipule que, quelque soit la parole d’honneur donnée, ou bien l’accord entreprit, on doit de se rappeler le ’’Kol Nidre’’ ; prière récitée le jour du grand pardon. Ainsi, automatiquement celui qui la récite se verra totalement absout de toute conséquence et sera de ce fait déchargé de toute obligation de respecter sa parole.

http://www.youtube.com/watch?v=dvWxoYULWrw

Difficile après çà de croire en leur loyauté ! De plus, n’ont-ils pas créé un réseau dans le monde entier, qui collabore avec le Mossad ? Ces juifs de la diaspora, se nomment les « Sayanim » , c’est-à-dire les informateurs en hébreu. D’après Jacob Cohen, ils seraient dans les 3.000 en France et se recruteraient au sein du Bnaï Brit (une franc-maçonnerie juive internationale) et autres organisations juives nationales comme le CRIF.  Un livre est paru sur ce sujet : « Le printemps des Sayanim » aux éditions l’Harmattan.

http://info-palestine.net/article.php3?id_article=9047

http://jacobdemeknes.blogspot.com/

http://lecaennaisdechaine.over-blog.com/article-le-printemps-des-sayanim-recit-de-jacob-cohen-50005415.html

C’est ainsi que de nombreux attentats ont pour origine le Mossad, mais exécutés avec l’aide des Sayanim, ils sont bien plus difficiles à détecter. Les attentats de Buenos-Aires par exemple :

http://www.voltairenet.org/article141896.html

Pour plus d’informations sur le sionisme, on se doit d’écouter le discours de Freedman (1890-1984) en 1961, à l’hôtel Willard de Washington DC.

http://www.dailymotion.com/video/xiphun_discours-benjamin-freedman-1961-partie-1_news

http://www.dailymotion.com/video/xipiaa_discours-benjamin-freedman-1961-partie-2_news

http://fr.wikipedia.org/wiki/Benjamin_Harrison_Freedman

Lire aussi :

https://effondrements.wordpress.com/2012/06/06/lintelligentsia-sioniste-responsable-de-la-seconde-et-troisieme-guerre-mondiale/

https://effondrements.wordpress.com/2012/08/11/lhorrible-genocide-sioniste-contre-les-juifs-sepharades/

Publicités

134 commentaires sur “L’effarante histoire du sionisme

  1. Engel dit :

    Nouvel Ordre Mondial : la puissance des Rothschild, les banquiers Illuminati

    Marxisme, mondialisme, le nouvel ordre mondial, le libéralisme … Tout cela sont des euphémismes pour un phénomène incarné dans l’empire invisible de la famille Rothschild. Les Rothschild ne meurent pas, leur place est prise discrètement par leur fils et petits-fils. Ainsi quand le vieux maître Jacob a quitté la scène, sa place a été occupée par son fils Nathan (Nathaniel Rothschild Philip, qui porte le nom du fondateur de Rothschild en anglais). Le lourd fardeau est tombé sur les frêles épaules du jeune héritier. Mais Nathan n’est pas le seul. Dans le fonctionnement de l’empire, il sera aidé par ses oncles Evelyn et Edmund et les autres membres de la branche anglaise de la famille (Catherine, Emma, ​​Léopold), mais aussi ses cousins ​​français (David, Eduard …).

    La famille Rothschild a produit des gouverneurs, premiers ministres, ministres, des superviseurs qui font en sorte que tout se passe selon leur plan.

    L’Union européenne a été créée par les Rothschild (Schumann, un Khazar). Elle doit exploiter la Russie. Pour l’aider, les Rothschild ont employé Soros, Berezovski, Hodorkovski, Kasparov, les Mitals …

    QUI SONT LES Rothschild d’aujourd’hui?

    Bien que depuis la Seconde Guerre mondiale, l’opinion publique croit que la puissance des Rothschild est devenue insignifiante, la réalité est toute autre. Les descendants actuels continuent une mission commencée il y a plusieurs siècles. Aujourd’hui, les Rothschild sont intéressés par les vastes étendues de Sibérie.

    Tout a commencé vers la fin du 18ème siècle avec Amshel (ou Moïse Bauer) Rothschild. Les Rothschild (qui peut se traduire par « bouclier rouge ») sont à l’origine de Francfort. Ce n’est pas par hasard si cette ville est devenue le plus grand centre financier de l’UE. Francfort est le siège de la Banque centrale européenne et de toutes les grandes banques européennes et américaines, principalement contrôlées par la dynastie.

    La Bourse de Francfort est alignée sur le « Deutsche Borse » détenu par les Rothschild et leur «Investment Trust pour enfants » et « Atticus Capital » d’une part, et leurs branches « Merrill Lynch »et« Fidelity Investments »de l’autre. A noter que les armoiries de la ville de Francfort sont aussi un bouclier rouge! Un symbole qui remonte à la période de l’empire Khazar. L’auteur Dejan Lucic
    affirme que 90% des Juifs d’aujourd’hui sont d’origine khazar. Ils venaient d’une tribu turco-mongole, qui a été convertie au judaïsme au milieu du 8ème siècle. Lorsque leur empire s’est effondré au 10ème siècle ils se sont éparpillés en Russie et en Europe, puis plus tard sur le continent américain. Ils n’ont donc aucune origine sémite. Les Juifs sémites par contre viennent de Palestine et leur nombre ne représente même pas 10% de la population de cette population.

    Amshel eut cinq fils qu’il dispersa dans toute l’Europe. Salomon se rendit à Vienne, Carl à Naples, Nathan à Londres, James à Paris et le cinquième fils Amshel est resté à Francfort. En moins de deux cents ans, les fils et leurs descendants ont subjugué l’ouest. Ainsi, les bases d’une « Pax Judaica » ont été portées au sommet de leur pouvoir. L’équipe Rothschild anglo-française dirigée par Nathan, fils de Jacob Rothschild, joue le rôle de chef de famille. L’équipe anglaise est dirigée par Edmund, Evelyn et le jeune Nathan, et l’équipe française par David et Edouard.

    Edmund de Rothschild a construit sa carrière en poussant les intérêts colombiens-khazar vers le Japon d’après guerre. En collaboration avec Winston Churchill, il a fondé la BRINCO Corporation au Canada. La fille d’Edmund, Catherine se maria à Marcus Egius , le président du groupe financier mondial « Barclay » (après l’acquisition d’ABN-AMRO, un groupe bancaire néerlandais, ces deux groupes Rothschild sont devenus uni). Marcus est également à la tête de la société BBC.

    Après l’union des groupes financiers et bancaires anglais et français, Rothschild & Sons, c’est Evelyn de Rothschild qui en prit la tête. Evelyn contrôle aussi la presse (The Economist, le Daliy Telegraph …), et a créé l’Association pour les études de l’histoire de la banque et des finances, qui a un siège à Francfort. Il possède la société internationale De Biers, l’un des leaders dans le domaine de l’exploitation, le raffinement et la distribution de diamants. Avec son épouse Lynn Forester, il contrôle le « FirstMark Communications International LLC » et « FieldFresh Foods » avec la famille indienne Mital, qui, en fait, agit en tant que représentant des intérêts des Rothschild et des capitaux (le grand groupe « Bharti »).

    Les principaux agents d’Evelyn dans le domaine de la politique sont Soros Norman Lamont, Peter Mandelson (un Khazar), Oliver Letwin (un Khazar) et Vernon Jordan. Lamont a une influence sur le Parti conservateur et le premier ministre potentiel Michael Howard (un Khazar). Howard était un ministre du trésor lorsque Margaret Thatcher était au pouvoir. Il a participé à des conférences régionales avec Stjepan Mesic (Croatie) et Boris Tadic (Serbie). Peter Mandelson est le commissaire actuel de la Grande-Bretagne dans l’UE et est proche du Parti du Travail de Tony Blair. D’autre part, Vernon Jordan (Banque Lazard) est très influent au sein du Parti démocrate aux Etats-Unis (il a été conseiller de Bill Clinton et a mené la campagne pour John Carrey en 2004). L’épouse d’ Evelyn, Lynn, a financé les campagnes électorales de Bill Clinton et est également un ami proche d’Hillary Clinton. Evelyn est également très proche du duc d’York, le prince Edward (fils de la reine Elizabeth).

    Le jeune Nathan est le fils de Jacob Rothschild, dont il a hérité. Il a une grande influence sur les institutions politiques, économiques, médiatiques et militaires vitales partout dans le monde, y compris même le site archéologique de Butrint en Albanie … Les entreprises et les sociétés « RIT Capital », « Atticus Capital », « JNR limitée », « NM Rothschild », « Vanco », « Trigranit », « British Petroleum », Rio Tinto..Il sait utiliser pour ses intérêts l’UE, l’OTAN, la Grande-Bretagne, mais aussi de nombreux agents financiers et politiques de toute l’Europe et en Asie (Soros, Berezovski, Djukanovic, les Mitals …).

    La dynastie française des Rothschild, qui a été fondée par James Meyer, est une avant-garde du triumvirat britannique. Les Rothschild français sont représentés par David et Edouard Rothschild, fils de Guy de Rothschild (1909-2007). David est à la tête du groupe NM Rothschild, qui est divisé entre les Anglais et les Rothschild français. Il est également à la tête de  » Rothschild & Cie Bank « , une banque d’investissement influent en Europe de l’Ouest.

    Son demi-frère Edouard est aussi membre de la banque d’investissement. En plus de cela, il contrôle le célèbre quotidien français « Libération ». Il est à la tête de l’entreprise de métallurgie « Imerys », qui a été détenue par les Rothschild depuis 1880.

    La fortune de David et d’Édouard de Rothschild est estimée par le magazine Challenges à 315 millions d’euros en 2007

    En Serbie, le nouveau roi progresse dans plusieurs voies, essayant ainsi de prendre en charge les bassins miniers, la production d’énergie, l’industrie alimentaire, les médias … La première voie a, depuis un certain temps, été occupée par George Soros qui représente le levier essentiel de l’expansion des Rothschild vers l’est et le premier émissaire de Nathan Rothschild en Serbie.

    Soros est un Juif hongrois (un Khazar), né à Budapest en 1930 sous le nom de György Schwartz (en 1936 ses parents l’ont changé en Sorosz). Il a fait ses études à Londres et en 1950, il est allé aux États-Unis. Un rôle important dans son développement a été joué par le célèbre Carl Popper Khazar, qui a approuvé les projets de Soros et était son gourou. Partout dans le monde, cette éminence grise est représenté comme le « Robin des Bois de l’ère de l’informatique », parce qu’il prend apparemment l’argent des pays riches et par ses fondations, donne généreusement à l’Europe de l’Est et la Russie. De cette façon, il installe la «démocratie» et la «société civile» dans les pays qui ont souffert et ont été épuisés par un communisme provoqué et implanté dans ces mêmes pays par ces mêmes Rothschild… Il a construit sa carrière sur les spéculations financières partout dans le monde, principalement grâce à sa famille de fonds d’investissement « Quantum Fund », dont les dirigeants, et dans le même temps ses agents, sont financiers italiens et suisses. Le lien entre Soros et les Rothschild est assurée par un réseau de personnes de confiance qui siègent dans les comités administratifs des fonds, des fiducies, des sociétés, des banques … Une de ces personnes était un certain Richard Katz (également un Khazar), un membre de la comité «Quantum Fund». Dans le même temps, il était à la tête de « Rothschild Italia SpA » et un membre du comité de la banque commerciale « NM Rothschild & Sons » à Londres. Un autre acteur important est Nils O. Taube, également membre de Quantum et un partenaire du groupe d’investissement «St. James Place Capital », qui appartient maintenant à Nathaniel Rothschild. La connexion est également réalisée par la Société Générale de Banque et de son directeur Michael Cicurel, qui est président de la direction d’Edmund de Rothschild et membre du conseil d’administration de Rothschild & Cie Banque. Un autre partenaire fréquent de Soros était James Goldsmith (un Khazar), lié à la dynastie Rothschild.

    Ainsi en Serbie, cette éminence grise prépare le terrain pour Nathaniel Rothschild. Pour réaliser ses objectifs, il cherche à chasser l’église orthodoxe serbe, la langue serbe, l’alphabet cyrillique, l’histoire serbe, le nationalisme … Il utilise un réseau le «Open Fonds pour la société « ,: Fonds pour les droits humanitaires », « Comité Helsinki », « Belgrade Cercle », « Mouvement européen », « Centre pour Anti-guerre », « action NUNS », « ANEM », « OTPOR » … En cette année 2014 , toutes les grandes ONG sont des succursales des Rothschild et sont chargées non seulement d’atteindre la plus grande influence politique possible, mais aussi de contrôler psychologiquement cette nation. Alors on va accuser ​​les serbes de génocide. Ces organisations fantômes visent à créer un sentiment de peur et de culpabilité. Cela se fait aussi sous la forme de la doctrine du libéralisme qui est censé développer des métastases dans les institutions de l’Etat, dans la famille, la nation, la tradition, la culture, et d’assurer ainsi un passage libre pour l’Empire Rothschild . En plus des organisations mentionnées ci-dessus, les participants très actifs dans cette offensive sont « Yucom », le Centre de Belgrade pour les droits de l’homme, l’Initiative civile, le Centre pour la décontamination culturelle, Femmes en noir, l’Initiative jeunesse … Les partisans de cette anti- hystérie serbe Sonja Biserko sont, Natasa Kandic, Vuco, Borka Pavicevic (l’épouse de l’avocat Nikola Barovic), Miljenko Dereta, Vojin Dimitrijevic, Srdja Popovic, Mirko Djordjevic, Biljana Srbljanovic, Zoran Ostojic, et les journalistes Petar Lukovic, Teofil Pancic, ainsi que tous les autres vedettas infâmes de Soros. Soros pousse aussi l’antisémitisme, qui est ensuite attribuée à la «société serbe xénophobe». Les responsables de cette situation sont Filip David, Jovan Byford, Laszlo Sekel … Divers «incidents», des lettres de menaces, profanateur de monuments, les graffitis sont toutes des parties de ce plan. Nous ne devons pas négliger le fait que l’Open Society Fund soutient (financièrement et idéologiquement) les organisations de défense des droits des homosexuels (LABRIS, Queeria, gays Serbie …).

    Le soutien logistique à ce projet subversif est assuré par les médias «indépendants», comme B92, Studio B, Pink TV, TV Panonija, ANEM (les chaînes de télévision Devic, RTV Globus, RTV M +, RTV Kraljevo, RTV Nisava , RTV Pancevo, RTV Spektar, RTV Trstenik, les stations de radio Radio 021, Bum 93, Radio Sombor, Index, Radio Subotica, Radio Pirot, Radio Ozon …), la radio «Europe libre» … La télévision par câble réseau des CFF et de la télévision par satellite TOTAL TV qui sont en pleine expansion, sont également détenus par Soros. Les sociétés de production VIN et PG réseau contribuent à l’unité de l’information. Le Centre des médias de publicité supplémentaire pour le secteur soi-disant ONG.

    En plus de la presse électronique, Soros contrôle les journaux et magazines Danas, Vreme, Evropa, Republika, l’association des médias locaux indépendants « presse locale » (les journaux Pancevac, Kikindske, Vranjske novine, la Nasa rec …), la maisons d’édition samizdat, Dan graf, culture Stubovi, Fabrika knjiga, Klio, pres Aleksandrija, les distributeurs de livres Bookbridge, Beopolis … Il contrôle également l’ agence Sense d’information et les deux principales agences d’information en Serbie – Beta et FoNet. Dans le même temps, ces organismes sont des succursales de AP (Associated Press) et Reuters, qui sont détenus par la famille Rothschild depuis le 19e siècle. Sorosz a également infiltré les institutions culturelles et éducatives, des théâtres, de la Bibliothèque nationale, les Archives historiques, Sanu (Académie serbe des Arts et des Sciences) … Il a rassemblé autour de lui un grand groupe d’acteurs, réalisateurs, dramaturges, musiciens, écrivains, scientifiques, analystes, anciens diplomates, qui l’assistent Lucic Dejan – ZavistDeux Goran – Markovic (dont le mentor est Bernard Henri Levy, un grand ami de Bernard Kouchner) et Paskaljevic, qui satanise les Serbes dans les festivals. Il faut aussi mentionner les organisations éducatives suivantes de Soros: l’Université de l’Union, l’Alternative Academic Réseau éducation (AOMA), Belgrade Open School, du Centre d’études des femmes (qui jaillit du groupe féministe « Femme et Société ») .. . Ils recrutent les futurs mercenaires de Sorosz. Le centre pour l’amélioration des études juridiques – Human Rights Watch (HRW) est également présent. CESID et tous les autres organismes de sondage sont dans le même camp.

    En plus du secteur «non gouvernemental», Soros a ses mains sur les finances qu’il contrôle via divers «experts» (G17 +) financés par le «Open Society». A côté de cela, il convient de souligner que Soros a des stocks à la Société Générale de Banque, qui prend une part importante du marché financier. Le Tribunal de La Haye est également financé par les fonds de Soros.
    Latinka Perovic, le gourou de Cedomir Jovanovic lucic-Latinka dejan Perovic – Cedomir Jovanovic

    Les plus actifs du côté de Soros dans la vie politique en Serbie (bien sûr, en dehors du système « non gouvernementale » et G17 +) est la coalition rassemblée autour du PLD et Cedomir Jovanovic pour les élections au Parlement. Avec les invités de l’émission de radio Pescanik (Radio B92), ce groupe anti-serbe se permet d’exprimer les idées de Nathaniel Rothschild . L’ agens Spiritus de ce groupe virulent est Latinka Perovic, le fondateur du libéralisme moderne en Serbie. Soros propage son influence à travers le Parti démocrate avecl’élection d’Oliver Dulic, un du personnel de Sonja Liht, en tant que président du Parlement serbe.

    Les intérêts des Rothschild au Kosovo et à Voïvodine sont importants. Le Carlyle Group et l’International Crisis Group, dirigé par Soros, ont fait campagne pour l’indépendance du Kosovo depuis des années. En plus de Sorosz, le groupe est finacé par Rupert Murdoch (Sky), Goldman Sacks, JP Morgan … Les membres de ce groupe étaient Marti Ahtisaari, James Lion, Morton Abramovich, Louise Arbour, Bzezinski, Wesley Clark, Mihail Hodorkovski , Thorvald Stoltenberg … Depuis, le personnel a changé, mais pas la politique anti-serbe.

    Un Kosovo indépendant est dans l’intérêt de la famille Rothschild, parce qu’il est le « Koweït serbe » avec d’énormes réserves de plomb, zinc, or, charbon … Depuis l’occupation du Kosovo-Metohija (Kosovo) Soros a investi beaucoup d’argent et d’efforts pour s’emparer de Trepca pour les Rothschild. Un maillon important de la chaîne est Agron Dida,le sous-ministre de l’énergie et des mines dans le gouvernement du Kosovo, qui a été élu à ce poste après avoir été membre de KFOS (l’une des organisations de Soros). L’indépendance est cruciale pour les intérêts des sociétés minières et métallurgiques de Rothschild, car cela leur fournit un passage libre pour arracher ces ressources minérales en baisse d’approvisionnement dans le monde. Dans l’intervalle, la société Alferon a acheté l’usine métallurgique Feronikl, qui possède plusieurs mines à ciel ouvert. Alferon est détenue par trois hommes d’affaires du Kazakhstan (à savoir les magnats Rothschild ‘, l’un d’eux étant Alexander Mashkevic, également un Khazar) et fait partie de l’ENRC (Eurasian Natural Resources Corporation).

    Le Chef de ENRC et Alferon est Johannes Sittard, l’un des agents des Rothschild et jusqu’à récemment, la main droite de Lakshmi Mital (également l’un des investisseurs des Rothschild ). Mital a investi 100 millions de dollars dans le développement de l’entreprise. Outre Alferon, la société Global Steel (détenue par Pramod Mital) est également présente au Kosovo, via sa filiale bulgare Kremikovici, qu’elle a acquise en 2005. Cette société a acheté l’usine Lamkos (pour l’acier revêtu de zinc) à Vucitrn. Il convient de mentionner que cette société a également acheté la fonderie Lemind à Leskovac et Zastava à Kragujevac Smithy. Dans le même temps, Soros a étendu son influence à travers le Fonds Kosovo pour une société ouverte (KFOS) et d’autres sociétés affiliées, en finançant les médias ( Koha Ditore), politiques (Veton Suroi) … Une partie de la même chaîne est Ekrem Luka, qui s’est emparée de la brasserie de Pec. Il coordonne le travail des autres branches non-gouvernementales à travers les Balkans comme l’ Human Rights Network. Il a également obtenu des privilèges pour Alcatel, la société de téléphonie mobile au Kosovo, où il contrôle indirectement via Globalstar LP .(Alcatel a déjà eu une entreprise à Montréal, au Québec qui a déménagé à Winnipeg,Manitoba ,pour payer moins de salaire à ses employés) En plus de son travail dévoué sur le vol du Kosovo-Metohija, Soros et l’International Crisis Group commencent à tourner leur attention vers la Voïvodine. En coopération avec le gouvernement de cette province, ils essaient de faire en sorte que la Voïvodine puisse s’asseoir à la même table avec la Croatie, la Hongrie et la Roumanie, qui sont tous des procurations des Rothschild. Dans ce but, ils créent le « projet du Danube », soutenu par l’Allemagne et l’Autriche. Selon cette idée, la Voïvodine devrait être poussée dans une confédération de pays du bassin du Danube comme une «région européenne». L’ ambassadeur allemand Zobel (un Khazar) ne le suggère-t-il pas en ce moment ? Le projet est réalisé grâce à l’acquisition de moissonneuses-batteuses, de raffineries de sucre, des laiteries, des raffineries de pétrole, les banques … les domaines agricoles sont de plus en plus achetés par les Croates, qui ont déjà acheté plusieurs entreprises alimentaires importantes. Agrokor a repris Dijamant de Zrenjanin, Frikom … Nekse Groupe a acheté Polet IGK, Strazilovo, et dispose de stocks dans l’entreprise Toza Markovic pour la production de matériaux de construction (il possède également l’usine Do Jelen pour la fabrication de la chaux et de la pierre) .Somboled a également été acheté par les Rotschild.

    D’autre part, l’Autriche et l’Allemagne positionnent leurs entreprises dans la province. La société allemande Nordzucker a acheté plusieurs raffineries de sucre en Voïvodine. Avec MG Commerce, ils ont mis en place la société Sunoko et de cette façon celle-ci est entrée en possession de dizaines de milliers d’hectares de terres.Stada a acheté Hemofarm. ACC a acheté Dnevnik de Novi Sad. La banque autrichienne Erste Bank a choisi Novi Sad comme siège. Le Groupe bancaire de gré à gré et la banque des métaux ont fait de même. Ces choses coïncident avec une pénétration de plus en plus intensive des entreprises hongroises en Serbie et dans la région, ainsi que d’une influence accrue du gouvernement hongrois. Ces deux éléments sont pris en charge par Nathaniel Rothschild. Les Serbes en Autriche ont reçu le statut de minorité nationale. Par conséquent, ce serait le statut des Serbes, dans la future confédération qui représenterait une réalisation du projet Alpe-Adria – une incarnation de l’empire des Habsbourg.

    La seconde voie de la progression de Nathaniel Rothschild en Serbie est occupée par des fonds d’investissement de Virgin et d’autres îles exotiques, qui sont apparemment détenus par « juifs russes » (en fait, les Khazars). Le plus important est de Salford, à partir Îles Vierges, derrière lequel on trouve Boris Berezovski (un Khazar) et le capital Rothschild. Le fonds a été créé à Londres en 2001 et, aujourd’hui, il possède presque toute l’ industrie laitière en Serbie (Imlek, Novi Sad laitiers, Subotica laitiers, Impaz, Zemun), la préoccupation Bambi, Knjaz Milos …

    Le fondateur du fonds est Eugene Geffy, un Khazar de la Russie, qui a fait sa carrière dans la banque Alfa russe, qui est relié à Boris Berezovski et Friedman. Un des membres du comité Salford est Lord Tim Bell, un ancien conseiller de Margaret Thatcher, qui est très proche de Berezovski, Rupert Murdoch, Viktor Iouchtchenko, et était en bonnes relations avec Eltsine. Le président de ce fonds est Klaus Mangel, qui était l’associé de Boris Berezovski dans la vente de voitures Mercedes en Russie. En plus de Salford, le fonds d’investissement Ashmore renforce également ses positions. Il a récemment repris Carnex de Ressources Midland. Ashmore est contrôlée par Atticus de Rothschild. À savoir, Ashmore est détenu par Michael Benson, un ancien membre de Amvescap, l’entreprise où le capital d’Atticus est placé. Ressources Midland est un troisième fonds d’investissement géré par Alexander,une importante société de Schneider et Eduard Sifrin (qui sont tous deux Khazars!). Le groupe Midland possède le parc et Kasina (le plus ancien hôtel de Belgrade) et Pancevo Port,des hôtels.

    La troisième voie de la colonisation est occupée par des entreprises de construction, d’exploitation minière, d’industrie des métaux, des finances, de la banque et de l’édition, dont la plupart sont directement liés aux Rothschild. L’une d’elles, et dans le même temps la société la plus active dans la région, est Trigranit , qui dispose d’un siège à Budapest, et qui est devenu un géant régional et un chef de file en grands projets d’investissement.

    Celle-ci a construit un certain nombre de centres d’affaires et financiers en Pologne, en Slovaquie, Hongrie, Slovénie, Roumanie, Bulgarie … En Croatie, elle est sur le point de construire une salle de sport avec 20 000 sièges et un espace de bureau.En Serbie Trigranit devrait construire la station des chemins de fer « Prokop » . A une branche de Riotinto-Alcan (une des plus grandes sociétés minières dans le monde) a été accordé une concession pour exploiter le minerai de bore (qui peut encore être trouvé seulement en Chine et en Turquie) dans les environs de Baljevac près de la rivière Ibar. D’autres sociétés minières sont contrôlées par les Rothschild comme Glenkor par leur agent Mark Rich (un Khazar) et Phelps Dodge, où le capital est placé à Atticus (Atticus est le fonds d’investissement de Rothschild). Ces deux entreprises mettent des offres pour les bassins miniers restants. La société Magnohrom de Kraljevo a été acheté par la société indienne Mital, représentante de la dynastie Rothschild depuis longtemps.Wilbur Ross, un banquier Rothschild depuis de nombreuses années, occupe un poste de direction dans Mital. En plus de la société Mital, les Rothschild et Mitals sont en contrôle de la société FieldFresh Foods, qui produit et exporte des aliments d’Inde. Le secteur bancaire et financier sont également dominées par la dynastie. Les grandes banques, comme Banca Intesa, Crédit Agricole, le groupe Unicredit, Société Générale sont contrôlés par les Rothshilds. Le levier qui permet un contrôle est Antoine Bernheim (Khazar), chef du groupe Delta Generali. Les banques grecques Pirée et Laiki sont sous le contrôle du groupe financier Marfin, dans laquelle le capital de Rothschild est placé. Le Khazar Shandor Chanyi, l’un des co-propriétaires de Trigranit, permet aux Rothschild de développer ses activités dans le domaine des opérations bancaires via son groupe OTP. OTP a acheté plus de trois banques en Serbie: Kula, Nis et Zepter. La Banque de Novi Sad a été acheté par le fonds d’investissement Rothschild JNR limited ( Jacob et Nathaniel Rothschild). Le jeune Rothschild contrôle également la compagnie pétrolière hongroise MOL, ainsi que Chanyi.

    MOL a été présente sur le marché serbe depuis 2005 et est un candidat sérieux pour participer à la privatisation de l’industrie pétrolière. Il faut aussi mentionner que NM Rothschild est le conseiller financier de NLB Continental, un groupe bancaire de Slovénie.

    Les Rothschild ont participé à la privatisation de Mobtel devenant ainsi présents dans l’industrie de l’édition à travers le slovène « knjiga Mladinska », qui fait partie du « Reader ‘s Digest », une société américaine dont la partie a été récemment acheté par les Rothschild.

    L’arrivée de la délégation Rothschild au Monténégro, peu après le référendum ( réalisé par ces mêmes Rothschild), donne un aperçu réel de cette colonisation serbe. Aujourd’hui, le Monténégro est entièrement détenue par des sociétés gérées par les Khazar Rothshilds. Le modèle est le même. Comme ailleurs dans la région, la colonisation est effectuée par les Rothschild. A côté d’eux sont des hommes d’affaires «russes», et Soros …

    Tout comme en Serbie, Soros avait déjà filé un réseau d’ONG tels CEDEM, le Comité Helsinki pour les droits de l’homme, Human Rights Action et Hominem Querum. Pour cela, nous pouvons ajouter les médias contrôlés (ANEM), à travers lequel il a effectué avec succès, une campagne anti-serbe. En coopération avec les organisations européennes et la Commission de Venise (dont l’un des membres est Vojin Dimitrijevic) il soutient activement le projet de l’indépendance.

    Peter Munk (l’un des responsables de Nathaniel, un Khazar) a pris le relais (par OTP), la société de révision Arsenal à Tivat, où Trigranit doit construire un grand port de plaisance. La même société prévoit la construction d’un centre d’affaires financier à Podgorica, Ulcinj, Budva … Le gestionnaire de tête, Chanyi (groupe bancaire OTP), a occupé le domaine de la banque en achetant monténégrin Commercial Bank, qui couvre plus de la moitié du marché au Monténégro. Son allié est la Société Générale Rothshilds, qui a repris Podgorica Banque. Groupe VDN acheté la Banque Monténégro. En plus de cela, le ministère du Travail de Rothschild et Chanyi va bientôt devenir un partenaire stratégique de la compagnie pétrolière d’Etat du Monténégro Bonus.Milo Djukanovic, qui a donné aux Rothshilds un chèque en blanc, a été récompensé par un poste de direction dans Tigranit, ce qui en dit long sur le rôle qu’il a joué dans le processus de colonisation. Monet, la société de téléphonie mobile qui fait partie de Deutsche Telekom, est indirectement contrôlée par les Rothschild!

    Un rôle important dans la colonisation du Monténégro a été joué par Oleg Deripaska, un multimillionnaire Khazar de la Russie. Nathaniel Rothschild s’est vanté d’avoir d’excellentes relations avec lui. Comme l’une des branches de Rothschild, la société de Deripaska Rusal a acheté KAP (L’Aluminium Podgorica usine). A travers sa filiale Salamon, il a repris la mine de bauxite de Niksic. Il convient de mentionner que Rusal et Glenkor agissent souvent ensemble. La société autrichienne Strabag, dans laquelle Deripaska a une partie, a acheté à la société Crnagoraput. des locaux touristiques et des terrain en bord de mer, des terrains à bâtir … Pour assurer sa position dans cette colonie, Rothschild a mis en place une organisation pour l’octroi à long terme des bourses à des étudiants du Monténégro.

    La République de Srpska, sous pression constante visant à son anéantissement complet, a été pénétré par les Rothschild par l’intermédiaire des fondations Soros, Mital Steel Corporation, Salford. Conformément à son habitude établie de longue date, Soros a fondé un certain nombre d’ONG avec le même objectif comme en Serbie (le Comité Helsinki pour les droits de l’homme, Lex international …). Les médias de Soros sont réunis autour de l’organisation internationale Press Now et le centre des médias Soros à Sarajevo. Parmi ces médias sont Nezavisne novine, la télévision Alternative de Banja Luka, Novinar net …

    Dans le domaine de l’industrie, Salford a acheté la laiterie de Banja Luka, la plus grande de la République de Srpska. La société Stabag (Deripaska) a accordé la concession pour construire un réseau d’autoroutes. La société Mittal Steel Zenica acheté sur le RZR Ljubija, un complexe de mines avec de grandes réserves de minerai de fer. Il convient de mentionner que les entreprises d’Etat russes Juzuralzoloto et Zarubeznjev sont également présents. L’ancien est devenue un partenaire stratégique de l’usine minière Sase à Srebrenica et celui-ci a acheté au cours des raffineries de pétrole (Modrica, essence). Ainsi, toute nouvelle pénétration de MOL et Mittal a été empêché.

    Dans la partie croato-musulmane de Bosnie, le groupe Mittal est le leader dans le domaine de l’exploitation minière et la métallurgie. Ce groupe a pris possession de l’usine sidérurgique de Zenica, l’une des plus grandes usines d’acier dans les Balkans. L’exploitation minière Ljubija complexe dans la République de Srpska est également devenu une partie de Mittal. Le domaine de l’énergie est réservé à MOL, qui a acheté la compagnie pétrolière d’Etat Energopetrol. Le fonds d’investissement de Boris Berezovski, Salford, a pris le relais de l’industrie laitière (Mlekoprodukt – K.Dubica, Campomil – Sarajevo). Il est prévu que les usines laitières Ljubljana soient également pris en charge.. Le secteur de la banque et des finances est dominé par les banques Rothschild Unicredit, Intesa … Depuis 1993 Soros a été présent dans la Fédération à travers son réseau d’ONG.La même chose que dans les autres pays, ce réseau est extrêmement orienté anti-serbe. Certains des membres les plus célèbres de l’Open Society de Soros ont été Jacob Finci et Ivan Straus (Khazars). En plus de l’Open Society, on peut citer « obrazovanje Gradi », Centre des médias de Sarajevo, le Comité Helsinki, les femmes de Bosnie et d’autres ONG. Il contrôle également les médias suivants – le journal Oslobodjenje, le magazine de début, la télévision HTV Hajat, l’agence de nouvelles ONASA …

    Contrairement aux autres pays des Balkans, la Croatie a été occupée par les Rothschild par la Hongrie, qui est une base pour l’expansion de la dynastie des Khazars. En Croatie, Soros est moins présent que dans les autres pays. L’atout du secteur non gouvernemental est Zarko Puhovski. En plus de MOL qui a repris la compagnie pétrolière INA, une autre société Rothschild importante dans l’industrie croate est Trigranit. Un consortium Ingra-Trigranit a été fondé (à la tête de Ingra est Igor Openheim, un Khazar). Le consortium est de construire l’arène sportive à Zagreb, d’une capacité de 20 000 sièges. T-Mobile est présent dans le domaine des télécommunications.

    Après l’éclatement de la Yougoslavie, la Macédoine a partagé le sort des autres colonies de la région. En d’autres termes, la souveraineté et l’indépendance font référence au territoire, mais l’économie et les ressources font l’objet d’occupation. Aux gens on leur promet un «avenir meilleur» dans l’UE (?). Dans le même temps, on encourage la réalisation d’une Grande Albanie. Une partie centrale de Macédoine est occupée par Mittal Steel Skopje, une partie de Mittal société, qui a acheté de plus l’usine de métallurgie de Skopje, assurant ainsi sa domination dans la région. Dans le domaine bancaire, la Société Générale a repris Ohrid Banque. D’autre part, Soros soutient ouvertement les intérêts albanais. Pour cela, il utilise de nombreuses organisations – le Comité Helsinki, le Centre pour la compréhension multiculturelle, l’Association for Democratic Initiatives, le tout dominé par les Albanais. En va de même pour les médias. Soros contrôle la télévision »Shutel », les stations de radio et de la vie Vati … Soros a également crédité le gouvernement macédonien en 1994 de 25 millions de dollars. Au cours de cette même période, il eut une grande influence sur le premier ministre d’alors et l’actuel président de Macédoine, Branko Crvenkovski. Branko Crvenkovski a ouvertement soutenu le plan de Martti Ahtisaari pour le Kosovo.

    Soros est impliqué dans le téléphone mobile macédonien, société MT, avec l’ entreprise « Stonebridge Communications », dans lequel il dispose de stocks.Incidemment, MT est indirectement contrôlée par les Rothschild par « Blackstone Group », un grand groupe financier, fondé en 1985 par leurs agents Peter George Peterson et Stefan Schwartzman (un Khazar). Deux d’entre eux avaient déjà fait carrière dans Rothschild succursales « Lehman Brothers » et « Kuhn Loeb Inc. ». Le Groupe Blackstone est le premier actionnaire de « Deutsche Telekom » (T-Mobile), qui intègre également la société de téléphonie mobile hongroise Matav – le propriétaire de la Macédoine téléphone mobile société MT. «T-Mobile» est la deuxième plus grande société de téléphonie mobile en Macédoine.

    Ainsi les Rothschild, pour atteindre leurs objectifs, mettent en place des thérapies de choc, des élections, des référendums, des sécessions, des révolutions, des guerres civiles, des interventions militaires …On vend aux peuples la «liberté», la «démocratie», mais en fait ce n’est qu’un esclavage volontaire. L’alternative aux Rothschild s’appelle des sanctions, l’isolement et les bombardements!

    LA PUISSANCE FINANCIÈRE DES ROTSCHILD AU QUÉBEC

    La Compagnie financière Edmond de Rothschild, banque française du Groupe Edmond de Rothschild, est détenue par Compagnie Financière Saint-Honoré, holding française du baron Benjamin de Rothschild. La caisse de dépôt et placement du Québec est également actionnaire de la Compagnie financière Edmond de Rothschild à hauteur de 10 %. Le Parti québécois a créé la Caisse de Dépot et Placement du Québec et les libéraux ont certainement continué à acheter des parts Rothschild au fil des ans. Ceci est une preuve éloquente que le Québec est et reste une colonie, la dernière colonie survivante de l’Empire Britannique. Comment le Québec peut-il devenir un pays indépendant,une république,si les actuels dirigeants continuent d’acheter des actions du pire associé du Nouvel Ordre Mondial ,le banquier à la solde des Illuminati et le pire fabriquant de guerres qui existe ? Au Québec, en plus de l’aluminium d’Alcan, l’entreprise contrôle plusieurs mines et usines de métaux de base. Par exemple, Rio Tinto possède, au Québec, QIT-Fer et Titane7 qui exploite le plus grand gisement d’ilménite massive au monde, situé au lac Tio, à 43 kilomètres de Havre-Saint-Pierre sur la Côte-Nord. À Sorel-Tracy, QIT extrait de ce minérai le dioxyde de titane utilisé comme pigment blanc (opacifiant) dans les peintures, plastiques, papiers, etc., et comme principale source de titane. Elle possède également, au Labrador, 59 % dans IOC, la plus importante mine de fer au Canada. Enfin, elle détient une participation de 60 % dans la mine de diamant Akdov, à Yellowknife, Territoires du Nord-Ouest. En 2013, Rio Tinto s’est équipé d’un train fourni par la société Qiqihar Railway Rolling Stock Co., Ltd. et fabriqué par un fabricant de trains de Chine populaire. Doté de la plus grande capacité de charge au monde, il peut transporter environ 155 tonnes par wagon; la charge maximum par essieu de chaque wagon est de 44 tonnes, et le train dispose d’une capacité de charge totale de 30.000 à 50.000 tonnes.

    C’est ainsi que la puissance de cette famille de banquiers sans scrupule continue de croître, tout en menaçant toutes les formes de vie sur Terre!

  2. […] L’effarante histoire du sionisme […]

  3. Atlas dit :

    Ce qui est sûr, les sionistes tiennent à construire le 3ème temple à la place de la mosquée d’al-Aqsa !
    http://reseauinternational.net/blog/2014/02/03/fin-des-preparatifs-pour-la-construction-du-troisieme-temple/

    Site intéressant sur l’observatoire de la synagogue de satan :
    http://judaisation.wordpress.com/

    Le rabbin Lévy disait à Karl Marx ce qui suit : «En sa totalité, le peuple juif sera lui-même son propre Messie. Son règne sur l’Univers se réalisera par l’unification des autres races humaines, la suppression des monarchies et des frontières qui sont le boulevard du particularisme, et l’établissement d’une République universelle, qui reconnaîtra partout les droits de citoyenneté aux Juifs. Dans cette nouvelle organisation de l’humanité, les fils d’Israël actuellement disséminés sur toute la surface de la terre, tous de la même race et de la même formation traditionnelle, parviendront sans grande opposition à être partout l’élément dirigeant, surtout s’ils peuvent imposer aux masses ouvrières des chefs juifs. Ainsi, à la faveur de la victoire du prolétariat, les gouvernements de toutes les nations passeront aux mains des juifs lorsque se constituera la République universelle. Alors la propriété individuelle pourra être supprimée par les gouvernements de race juive, qui pourront ainsi administrer partout les richesses des peuples. Et ainsi se réalisera la promesse du Talmud, que, lorsque viendront les temps messianiques, les Juifs détiendront sous leurs clefs les biens de tous les peuples de la terre»

    Le secret grâce auquel le Judaïsme peut obtenir l’obéissance aveugle et totale, c’est-à-dire dans toutes les activités de la vie humaine, des Israélites, hommes et femmes, à leurs supérieurs immédiats, y compris le Kahal régional, lors-qu’il intervient pour donner un ordre, réside dans le maintien en vigueur dans chaque communauté du monde, de lois répressives prévoyant des châtiments si terribles qu’elles obligent les Israélites à obéir à leurs chefs.

    Jacob Brafman, dans son oeuvre citée, Le Livre du Kahal, et dans son ouvrage de valeur : « Fraternités juives locales et de l’Univers », nous explique quelles sont ces mesures de châtiment, non seulement contre les désobéissants mais à plus forte raison contre ceux qui révèlent aux « gentils » les secrets du Judaïsme et de ses organisations ultra-secrètes, et surtout contre les traîtres, apostats et renégats.

    C’est la raison pour laquelle ce pouvoir secret (le judaisme talmudique ) a été appelé par beaucoup d’écrivains le Pouvoir occulte derrière la Franc-Maçonnerie, les Illuminés de Bavière, les Carbonari et autres sociétés secrètes y compris le Parti communiste et d’autres mouvements subversifs.

    Et que dire de cet aspect alors que des membres des familles gouvernantes américaines, francaise, anglaises et canadiennes sont souvent mariés avec des israélites ( famille Bush, famille Clinton, famille de Sarkozy, la femme de Harper au Canada?)

    Les Juifs commémorent chaque année, pour la fête qu’ils appellent « Purim de la reine Esther » ce récit biblique, et ils exhortent leurs filles à imiter la reine Esther, se servant de l’amour pour attraper les chefs d’Etat et les magnats gentils, afin d’aider la communauté juive à s’emparer du gouvernement de la nation ou de l’institution non juive dont le chef épouse la nouvelle Esther israélite. Ainsi avons-nous assisté, au cours de l’histoire, au spectacle de nouvelles Esther, s’emparant non seulement du gouvernement de certains peuples, mais aussi d’INSTITUTIONS NON-JUIVES importantes, comme de grandes affaires, d’écoles privées, de journaux, d’entreprises de cinéma, de stations de radio et de télévision, de maisons d’édition, etc.
    La mainmise de la communauté juive sur ces grandes entreprises se produit quand les fils de la nouvelle Esther et du magnat non-juif sont introduits secrètement dans le Judaïsme par leur mère et par les rabbins et prêtent tous les serments d’obéissance, aveugle et totale aux dirigeants de la secte israélite de juifs métis, de sang mêlé, dans laquelle ils sont introduits (comme nous le verrons plus bas).
    http://forumarchedemarie.forumperso.com/t6214-allies-pour-etablir-la-gouvernance-mondiale

  4. Carlos dit :

    Le chef de la communauté juive Samuel Borg, petit-fils du président de la Knesset israélienne Abraham Borg a reconnu dimanche 18 mai 2014, lors de la première séance du conseil national palestinien (parlement), que les juifs « ont échoué » ; et que « la lutte pour la survie menée par les juifs pendant 2000 ans n’a engendré qu’un Etat de colonies dirigé par un groupe immoral parmi les corrompus qui violent la loi et qui fait la sourde oreille face aux appels de leur peuple et de leurs ennemis à la fois… Nous avons trahi les principes humains. Pour cette raison, nous nous sommes perdus et nous avons perdu les autres…. La nation israélienne est fondée sur l’injustice, la corruption et l’oppression. Pour cette raison, les prémices de la fin du projet sioniste se font voir à l’horizon…. Nous avons nié l’existence du peuple palestinien alors qu’il était devant nous et avant nous même…. Une structure fondée sur la dureté humaine ne peut réussir, elle est vouée à l’effondrement. Le sionisme a commencé à s’effondrer … nous étions des fous. Nous avons donné la priorité aux armes au lieu des hommes. Nous sommes devenus une caserne militaire et des fils barbelés et des prisons permanente. Nous incarnons la violence dans toutes ses formes et ses couleurs. » Déplorant les exactions et les tortures sionistes à l’encontre des peuples arabes, notamment palestinien et libanais, Samuel Borg a conclu : « Le sionisme nous a détruit. C’est un projet infernal dont les premières victimes sont les juifs. Ils nous ont trompés. Ils nous ont fait venir en Palestine et commis une double tragédie : contre nous et contre les Palestiniens.
    http://reseauinternational.net/samuel-borg-au-conseil-national-palestinien-adieu-au-sionisme-israel/

  5. […] Aussi se débarrasser des religieux (Sépharades) c’était se débarrasser des arabes. Les sionistes ne sont pas des sémites alors que les arabes et les juifs sépharades […]

  6. John dit :

    Miko Peled, fils d’un célèbre général de l’armée israélienne, explique comment s’est passée la création d’Israël. Son accès aux archives de l’entité sioniste lui a permis de publier en 2012 un livre dénonçant les crimes de guerre commis par Israël depuis 1947 : « Le fils du général : le voyage d’un Israélien en Palestine ».

  7. Benoit dit :

    Pour Glen Beck les États Unis sont une extension d’Israël, la 13 e tribu. On a ici un concentré de la mentalité judéo protestante anglo saxonne , et pire, Beck montre que la symbolique « israélienne » est présente dés la fondation des états unis dans la symbolique, comme dans certains drapeaux officiels US !

    Un Etat palestinien constitue manifestement un obstacle : un Etat palestinien renforcerait les Palestiniens. Une véritable souveraineté des Palestiniens mettrait fin au droit actuel présumé d’Israël de voler leur terre, de contrôler leurs frontières, de les assiéger et de les bombarder à volonté. Voilà pourquoi la plate-forme du parti Likoud de Netanyahou « rejette catégoriquement la création d’un Etat arabe palestinien à l’ouest du Jourdain ». C’est la raison pour laquelle Yitzhak Rabin a été assassiné pour avoir suggérer ne serait-ce qu’une autodétermination limitée pour les Palestiniens, et qui explique pourquoi toutes les propositions d’un Etat palestinien, même limité et conditionnel, ont été volontairement sabotées par les gouvernements israéliens successifs, quelle que soit leur couleur politique.

    A titre d’exemple, dans les trois ans qui ont suivi la déclaration d’Oslo, en 1993, laquelle promettait l’autodétermination aux zones palestiniennes, Ariel Sharon, alors ministre des Affaires étrangères, exhortait « tout le monde » à « saisir autant de sommets de collines qu’ils peuvent » afin de minimiser la taille et la viabilité de la région qui serait administrée par l’Autorité palestinienne. En 1999, l’élection d’un Premier ministre travailliste, Ehoud Barak, ne fit aucune différence. Selon Jimmy Carter, elle a ouvert la voie à « un engagement soutenu du gouvernement israélien pour éviter la mise en œuvre complète des accords d’Oslo », plus particulièrement sous la forme de la plus forte augmentation des implantations illégales israéliennes de tous les temps. La version communément répandue selon laquelle Ehoud Barak avait fait une « offre généreuse » sur un Etat palestinien lors des négociations de Taba en 2001 s’est avérée être un mythe complet.

    Dans les années 2000, les enjeux se sont accrus avec la découverte de 1.400 milliards de m3 de gaz naturel dans les eaux territoriales de Gaza, conduisant immédiatement Israël a renforcer son blocus maritime de Gaza pour empêcher l’accès des Palestiniens à ces réserves. De toute évidence, la souveraineté des Palestiniens sur ce gaz renforcerait énormément la position économique de tout Etat palestinien futur. C’est pourquoi les Israéliens sont plus que jamais déterminés à empêcher un tel Etat de voir le jour.

    Ensuite, le plan de paix saoudien de 2002 s’est avéré être un problème pour Israël. Accepté par 22 membres de la Ligue arabe, il proposait une normalisation complète des relations israélo-arabes en échange d’un Etat palestinien basé sur les frontières de 1967 (soit 22% de la Palestine historique). Ce plan fut accueilli favorablement par les Etats-Unis et suivi par une déclaration de George W. Bush en soutien à un Etat palestinien – la première déclaration de ce type de la part d’un président américain. Cela ne veut toutefois pas dire que les Etats-Unis sont engagés d’une façon ou d’une autre envers une véritable souveraineté palestinienne. Ce que les Etats-Unis recherchent est plutôt une entité parfaitement compromise, dépourvue de tous les attributs d’un Etat (contrôle de ses frontières, de son espace aérien, etc.) et dépendante d’Israël, mais qu’ils appelleraient un Etat – fournissant ainsi aux Etats arabes un prétexte pour collaborer ouvertement avec Israël. Ainsi que Jeff Halper l’a expliqué, pour les Etats-Unis, l’idée derrière le plan de paix saoudien était réellement de renforcer Israël en facilitant le soutien arabe aux actions israélo-américaines contre l’Iran, établissant ainsi une solide hégémonie israélienne sur tout le Moyen-Orient. Autrement dit, l’Arabie Saoudite et les pays du Golfe voulaient qu’un Etat palestinien (faible) voie le jour, afin de justifier la collaboration avec le sionisme qui était exigée d’eux par leurs maîtres étasuniens. Mais Israël ne veut pas du soutien arabe ou n’en perçoit pas particulièrement la nécessité. En effet, l’image de la petite victime courageuse, assiégée par des « ennemis hostiles » de tous les côtés, est un argument fondamental de la psyché nationale israélienne, nécessaire pour garantir l’identification continuelle de la population à l’Etat militariste et à sa politique expansionniste. Et, ce qui est plus important, dans le jeu à somme nulle de la politique « colons contre natifs », tout Etat palestinien, aussi inefficace soit-il, représente un recul intolérable pour les sionistes.

    Ce problème – d’un consensus croissant au soutien à un Etat palestinien – a été aggravé pour Israël en 2003, lorsque le « Quatuor » (ou Quartette : USA, ONU, Russie et UE) a produit sa « feuille de route » pour la paix, basée, comme le plan saoudien, sur le principe d’un Etat palestinien constituant un préalable fondamental à une paix durable. Tandis que les Israéliens, en public, acceptaient cette « feuille de route », dans les coulisses, ils dressaient la liste de 14 « points d’opposition » et refusaient toute concession que ce soit, tant que les Palestiniens ne seraient pas totalement désarmés et leurs principales organisations dissoutes. Par ailleurs, d’autres points d’oppositions dépouillaient tout « Etat » pouvant émerger d’une façon ou d’une autre de tous les attributs essentiels de la qualité d’Etat et de la souveraineté, juste au cas où.

    Depuis lors, il y a eu diverses tentatives de la part des Etats-Unis de redémarrer les « négociations » à partir de cette feuille de route, malgré l’évidente hostilité d’Israël envers l’objectif déclaré d’un Etat palestinien. Dans la dernière série de négociations, qui a débuté en juillet 2013, les Palestiniens – qui avaient déjà concédé 78% de la Palestine historique conquise avant 1967 – ont même accepté de renoncer à leur exigence que les pourparlers se basent sur les frontières de 1967. Pourtant, cela ne fit ni chaud ni froid à Israël, qui s’activa à faire capoter les négociations du mieux qu’il pouvait. Ainsi que l’historien Avi Shlaim le formule, « Durant les neuf mois des pourparlers israélo-palestiniens orchestrés par le secrétaire d’Etat John Kerry, Netanyahou n’a pas avancé la moindre proposition constructive et a continué, tout du long, à étendre les colonies israéliennes en Cisjordanie. Kerry et son conseiller, le Général John Allen, ont tracé un plan de sécurité, lequel, pensaient-ils, permettrait à Israël de se retirer de la majeure partie de la Cisjordanie. Israël, en bon refuznik systématique, l’a écarté avec mépris comme ne valant même pas le papier sur lequel il était écrit ». Après neuf mois de cette entreprise futile d’auto humiliation, John Kerry a jeté l’éponge de désespoir, disant que les deux camps devraient résoudre le problème entre eux.

    L’excuse d’Israël pour sa réticence à prendre les négociations au sérieux a toujours reposé sur deux arguments : a) le « terrorisme » palestinien et b) la « désunion » palestinienne. Ces deux points, prétend Israël, signifient qu’il n’a aucun « partenaire pour la paix », personne avec qui négocier – soit parce qu’ils sont des terroristes, soit parce qu’il n’y a pas une entité unique représentant la population palestinienne avec laquelle ils peuvent parler. En 2006, à la suite de l’élection du Hamas, les Etats-Unis et l’UE ont effectivement soutenu cette ligne et ont joint leurs forces à Israël en refusant de reconnaître le Hamas comme corps gouvernant de l’Autorité palestinienne. De la même manière, lorsqu’un gouvernement d’union nationale a été formé l’année suivante avec le Fatah (combinant les deux partis qui représentaient ensemble 86% des suffrages), celui ci ne fut pas reconnu comme légitime par les soutiens internationaux d’Israël qui ont soutenu à la place un gouvernement dirigé par Salam Fayyad, dont le parti avait remporté tout juste 2% lors de l’élection de l’année précédente.

    Cependant, la réaction au récent gouvernement d’unité inter-palestinienne annoncé en avril de cette année a été très différente. Un gouvernement de « technocrates » – ne comprenant pas un seul membre du Hamas – a été soutenu à la fois par le Fatah et le Hamas dans une tentative de mettre fin à l’isolement et à l’étranglement de la Bande de Gaza. Ainsi que le remarquait l’Independent à ce moment-là, ce nouveau gouvernement « adhérerait aux conditions du Quatuor pour le Proche-Orient [Les USA, la Russie, l’ONU et l’UE], reconnaîtrait Israël, ratifierait tous les accords signés et renoncerait à la violence », selon un « haut responsable palestinien » cité sur le site Internet du Times of Israel. Il fut bien accueilli en tant que tel, à la fois par les Etats-Unis et l’UE. Israël n’avait plus comme excuse la « désunion palestinienne » pour refuser d’engager des pourparlers. Les Israéliens n’avaient pas non plus le « terrorisme » comme excuse, puisque le Hamas s’en était tenu fermement aux conditions du cessez-le-feu de 2012, non seulement en cessant ses propres tirs de roquettes, mais en réussissant à empêcher les attaques à la roquette par d’autres groupes palestiniens à Gaza.Et tout cela, malgré les violations continuelles du cessez-le-feu par Israël avant même que l’encre de l’accord n’ait eu le temps de sécher – du refus de lever le blocus (comme exigé par les conditions du cessez-le-feu) aux attaques incessantes contre les Palestiniens, faisant 4 morts et près de 100 blessés au cours des seuls trois premiers mois du « cessez-le-feu ». Même après l’intensification des attaques israéliennes au cours des derniers précédents, avec quatre enfants palestiniens tués par les forces israéliennes entre décembre 2013 et mai 2014, dont un adolescent de 15 ans abattu d’une balle dans le dos tirée à 100 mètres, le Hamas n’a pas riposté.

    La version de Netanyahou sur des négociations impossibles à cause du terrorisme palestinien et de la désunion palestinienne était de plus en plus minée par la réalité – et, fait décisif, ses soutiens américains et européens n’y croyaient pas. Le gouvernement israélien a riposté au nouveau gouvernement d’union nationale par« ce qui ne peut être décrit que comme une guerre économique. Il a empêché les 43.000 fonctionnaires de Gaza de devenir salariés du gouvernement de Ramallah, et non plus du Hamas, et a resserré le siège autour des frontières de Gaza, annulant ainsi les deux principaux bénéfices de cette fusion » (Avi Shlaim). Et pourtant, le Hamas a maintenu son cessez-le-feu.

    Ce dont Netanyahou avait véritablement besoin était d’une provocation contre le Hamas, à laquelle ils seraient forcés de riposter. Une telle riposte lui permettrait à nouveau de les dépeindre comme des terroristes assoiffés de sang avec lesquels on ne peut jamais négocier, fournirait l’occasion d’une nouvelle vague de dévastation à Gaza et exacerberait les tensions au sein du gouvernement d’union nationale entre le Fatah et le Hamas.

    Neuf jours près l’investiture de ce gouvernement, le 1er juin [2014], Tsahal a mené une attaque contre Gaza dans laquelle à été tué un jeune garçon de 10 ans circulant à bicyclette. Mais le Hamas s’est encore abstenu de riposter.

    Le jour suivant, cependant, le kidnapping apparent de trois jeunes Israéliens en Cisjordanie a fourni l’opportunité d’une provocation à une toute autre échelle. Ayant accusé le Hamas de ce kidnapping (sans jamais produire ne serait-ce qu’un début de preuve), Netanyahou s’en est servi comme d’une excuse pour attaquer l’ensemble de la direction du Hamas en Cisjordanie, tandis que son ministre des Finances, Naftali Bennett, déclarait : « Nous transformons la carte de membre du Hamas en ticket pour l’enfer ». L’opération Gardien de nos Frères fit exactement cela, avec l’arrestation de 335 cadres du Hamas (dont 50 venaient juste d’être libérés dans le cadre d’un échange de prisonniers) et largement plus de 1.000 rafles (laissant les habitations attaquées « comme si un tremblement de terre avait eu lieu » selon un activiste palestinien). Noam Chomsky observe : « Les 18 jours de saccage [.] ont réussi à saper le gouvernement d’union nationale qui était craint et a brutalement accru la répression israélienne. Selon des sources militaires israéliennes, les soldats israéliens ont arrêté 419 Palestiniens, dont 335 affiliés au Hamas, et tué six Palestiniens, fouillant également des milliers de sites et confisquant 350.000 dollars. Israël a également mené des dizaines d’attaques à Gaza, tuant 5 membres du Hamas le 7 juillet. Le Hamas a finalement réagi avec ses premiers tirs de roquettes en 19 mois, ont rapporté des responsables israéliens, fournissant à Israël le prétexte pour l’opération Bordure Protectrice, le 8 juillet ». Ayant donc tué onze Palestiniens en moins d’un mois, Israël s’est servi ensuite des tirs de représailles à la roquette, qui n’ont tué personne, pour lancer le plus grand massacre de Palestiniens depuis des décennies.

    L’opération Bordure Protectrice a tué ou blessé plus 12.000 Palestiniens au cours du mois qui a suivi. Mais pour Israël, cela lui a permis de faire avancer son principal objectif – la prévention de la création d’un Etat palestinien en état de marche – sur un certain nombre de fronts. Premièrement, cela a aidé à raviver les tensions entre le Fatah et le Hamas, que le gouvernement d’union nationale avait menacé d’apaiser. Les accords de coopération existants entre le Fatah et la sécurité israélienne ont obligé ce dernier à coopérer avec les mesures sévères prises contre le Hamas en Cisjordanie, qui étaient censées être une « chasse aux kidnappeurs ». Cette « collaboration » a évidemment conduit à éveiller des soupçons et la méfiance entre les deux parties. En outre, ainsi que Fadi el-Husseini [conseiller politique et médiatique à l’ambassade de Palestine en Turquie] l’a fait remarquer, « Bordure Protectrice » a asséné un énorme coup au nouveau gouvernement palestinien qui agaçait Israël. Tout plan de ce nouveau gouvernement pour mettre en œuvre l’accord de réconciliation et préparer des élections nationales est tombé à l’eau alors que les priorités ont changé face à l’agression israélienne. Aussi, Israël parie – comme il l’a toujours fait – sur les positions contradictoires parmi les Palestiniens quant à la manière de faire face à cette agression, accroissant le risque d’un recul dans la réconciliation palestinienne ». Evidemment, la rupture du gouvernement d’union nationale fournirait une nouvelle fois à Israël le prétexte pour éviter les négociations avec les Palestiniens en raison du fait qu’ils ne sont pas unis.

    Deuxièmement, même s’elle a rendue furieuse une partie de l’opinion publique mondiale, la guerre éclair d’Israël a réussi a réaligner les gouvernements sur la ligne de propagande « on ne peut jamais faire confiance aux terroristes du Hamas ». El-Husseini a écrit que « Ce qui en dit long, là où la plupart des acteurs de la communauté internationale commençaient à accepter la position palestinienne et à blâmer les positions catégoriques d’Israël, qui devenait un Etat quasi-solitaire, les roquettes tirées depuis Gaza les ont fait revenir dans le giron des Israéliens, en déclarant qu’Israël a le droit de se défendre, peu importe son usage excessif de la force et du nombre horrifiant de morts parmi les Palestiniens ». En effet, [Benjamin Netanyahou ne s’est pas privé de répéter à l’envi qu’il avait le soutien des pays occidentaux – notamment celui du Président français François Hollande, qui avait déclaré depuis l’Elysée : « Il appartient au gouvernement israélien de prendre toutes les mesures pour protéger sa population », sans évoquer les pertes civiles du côté palestinien – ndt]. Ayant effectivement fait face en avril à un gouvernement américain qui soutenait le gouvernement d’union nationale palestinien, une fois le massacre des Gazaouis (et des tirs de roquettes correspondants) en cours, le Sénat des Etats-Unis a voté unanimement le soutien à l’agression israélienne contre Gaza tout en condamnant « les tirs non provoqués de roquettes sur Israël » par le Hamas et appelant « le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas à dissoudre l’accord de gouvernement d’union nationale passé avec le Hamas et à condamner les attaques contre Israël ».

    Troisièmement, ce massacre fut une opportunité pour détruire autant d’infrastructures que possible qui fourniraient la base d’un Etat palestinien. Bien sûr, ainsi que les Israéliens l’ont ouvertement déclaré, cela inclut l’infrastructure de défense militaire, aussi primitive soit-elle, mais également toute l’infrastructure économique nécessaire à une société qui fonctionne. Donc, selon un récent rapport d’Oxfam, les pilonnages israéliens ont détruit la seule centrale électrique de Gaza, coupant l’électricité à 80% de ses habitants sur une population de 1,6 million, de même que des dizaines de puits, de réservoirs et d’aqueducs. Un résumé établi par leMiddle East Monitor note qu’Oxfam « estime que 15.000 tonnes de déchets solides pourrissent dans les rues, que les stations de pompage des eaux usées sont au bord de la rupture de carburant et que de nombreux quartiers ont manqué d’électricité pendant des jours, en raison du bombardement de la seule centrale électrique de Gaza ». Oxfam a déclaré travailler dans un environnement qui a complètement détruit les infrastructures d’alimentation en eau, empêchant les gens de cuisiner leurs aliments, de tirer la chasse d’eau ou de se laver les mains, mettant l’accent sur l’énorme risque de santé publique. « Il faudra des mois, voire des années, pour restaurer entièrement les infrastructures de Gaza », a rapporté de directeur d’Oxfam dans les Territoires palestiniens occupés et en Israël. La directrice du bureau local de l’UNICEF à Gaza, Pernille Ironside, a ajouté : « Il y a une très petite quantité d’eau disponible et elle est utilisée pour la consommation, ce qui signifie qu’il n’y a pas assez d’eau pour les besoins sanitaires. Nous voyons des enfants qui arrivent des abris infestés de gale, de poux et de toutes sortes de maladies infectieuses. La pire chose est que la plupart des gens à l’extérieur des abris n’ont pas reçu d’eau depuis plusieurs semaines. Il est horrible qu’ils n’aient pu recevoir d’eau potable non contaminée par les eaux usées, ce qui peut entraîner des diarrhées et accroître la mortalité infantile, en particulier chez les enfants de moins de cinq ans ».

    En plus des attaques contre les infrastructures d’eau et d’électricité, l’économie privée a subi également des attaques. La plus grosse usine de Gaza, une fabrique de biscuits qui venait tout juste de remporter le contrat pour fournir l’ONU à Gaza, a été rayée de la carte par les pilonnages israéliens, et même le quotidien britannique conservateur The Daily Telegraph note que « les preuves confirmées de la destruction systématique de l’économie civile et des infrastructures de Gaza sont convaincantes ». Le rapport poursuit : « A l’extérieur de Gaza-ville, une série d’entreprises sans liens évidents avec des activités militantes sont en ruine après avoir été démolies par des missiles ou des obus. Parmi elles, une usine de plastique, une usine de fabrication d’éponges et même le siège du principal distributeur de fruits du territoire près de la ville septentrionale de Beit Hanoun, dont une grande partie a été rasée dans l’invasion terrestre israélienne ».

    A quelques kilomètres au nord de l’usine d’Alawada, le siège d’El Majd Industrial & Trading Corporation – entreprise qui fabrique du carton, des emballages et des sacs en plastique – a été réduit en un tas de béton et de métal tordu.

    Selon Hassan Jihad, 25 ans, le gardien de l’usine, qui a survécu fortuitement parce qu’il avait déménagé le siège administratif de l’entreprise à l’extérieur de l’usine principale pendant la durée du conflit, l’usine a reçu deux frappes directes de missiles tirés depuis un avion de guerre israélien le lundi matin à l’aube.

    Lui aussi n’a pas de doutes quant à la raison derrière cette frappe. « Les Israéliens essayent de détruire l’économie et de paralyser Gaza », a-t-il dit. « C’est la seule usine de la Bande de Gaza qui produit des emballages cartonnés. Nous n’avons aucune roquette à cet endroit ».

    Roward International, le plus gros importateur et distributeur de produits laitiers de Gaza, a connu un sort similaire jeudi après-midi. Son usine dans le quartier d’al-Karama a été totalement rasée par un missile après qu’un opérateur militaire israélien a téléphoné pour prévenir à temps d’évacuer les 60 ouvriers.

    Majdi Abou Hamra, 35 ans, chef comptable dans l’entreprise familiale, a dit que l’entreprise achetait du lait aux producteurs de Cisjordanie, avant de l’importer à Gaza via Israël.

    La principale centrale électrique du territoire – également située sur la Route de Saladin, non loin de l’usine d’Alawada – était en feu mardi dernier après avoir été frappée par des obus israéliens. Israël a nié avoir pris la centrale pour cible, mais les experts disent qu’elle est hors d’usage pour au moins un an, laissant Gaza pratiquement sans électricité, autre que celle fournie par les groupes électrogènes. La pénurie qui en résulte a déjà affecté les stations de pompage des eaux usées en raison du manque de puissance, désormais, pour acheminer l’eau vers les habitations situées au-dessus du niveau du sol.

    De plus, une crise de santé publique pourrait survenir après que deux stations de pompage – l’une dans la zone très peuplée de Zeitoun, l’autre près de la route côtière de Gaza – ont été endommagées dans des frappes sur des cibles voisines, poussant immédiatement les responsables onusiens a alerter que des eaux usées non traitées pourraient inonder les rues dans les jours à venir.

    Trond Husby, le chef du programme de développement des Nations unies à Gaza, a été évasif lorsqu’on lui a demandé s’il pensait que les forces israéliennes avaient délibérément visé les entreprises privées à Gaza. Mais sur les effets des dommages, il a été sans équivoque. « C’est un désastre humanitaire », a-t-il dit « J’étais en Somalie pendant deux ans, en Sierra Leone pendant cinq ans, et également au Sud Soudan et en Ouganda, et cela les dépasse tous quant au niveau de destruction. »

    Finalement, ainsi que de nombreux commentateurs l’ont remarqué, même si Israël a atteint son objectif déclaré de détruire ou d’affaiblir le Hamas, cela n’aura comme résultat que de faire émerger encore plus de groupes militants, peut-être même des groupes de type al-Qaïda comme l’EIIL, gagnant le soutien d’une population traumatisée en promettant des attaques de vengeance et un Djihad armé sans concession. Tandis que beaucoup ont soutenu que ce serait contre les intérêts d’Israël, l’inverse est probablement vrai. Des groupes comme l’EIIL ont joué un rôle clé pour faciliter la politique étasunienne et britannique au Proche-Orient ces dernières années, en affaiblissant les puissances régionales indépendantes (ou les puissances régionales potentielles), comme la Libye, la Syrie et maintenant l’Irak. Ils auraient probablement le même effet sur la Palestine et feraient certainement reculer la perspective de l’émergence d’un Etat palestinien : ils n’admettraient jamais, par exemple, l’unité avec le Fatah, et serviraient plutôt de prétexte permanent à des attaques sauvages israéliennes que l’Europe et l’Amérique du Nord seraient obligées de soutenir. En outre, si Gaza devenait une zone de désastre non gouvernée et ingouvernable – ce qu’Israël est en train de créer – il ne serait évidemment pas question qu’elle puisse obtenir la souveraineté sur son territoire, et encore moins sur son espace maritime et ses réserves gazières. Israël resterait libre de bombarder à volonté, exactement comme les Etats-Unis et la Grande-Bretagne restent libres de bombarder à volonté les Etats en faillite qu’ils ont créés en Somalie, en Libye, au Yémen et en Irak.

    Le désir de détruire tout Etat palestinien potentiel explique alors pourquoi Israël a lancé sa dernière série de massacres. Mais comprendre comment Israël a pu s’enhardir à ce point pour lancer son attaque la plus destructrice depuis des dizaines d’années demande une plus ample compréhension du contexte régional.

    La lutte palestinienne pour l’indépendance a connu ascension et chute avec la lutte générale arabe pour l’indépendance. Tandis que de nombreux commentateurs se sont focalisés sur la chute du Président Morsi en Egypte pour expliquer la faiblesse du Hamas et son isolement relatif, en fait, les guerres financées par l’Occident en Libye, en Syrie et contre le Hezbollah sont d’une plus grande importance. Ces guerres ont respectivement détruit, affaibli et préoccupé trois des principales forces indépendantes et antisionistes de la région, et ainsi renforcé la capacité israélienne d’agir avec impunité. Ainsi que George Friedman [expert en sciences politique, fondateur et dirigeant de l’entreprise de renseignements privée SRATFOR] l’explique, « Actuellement, Israël est autant en sécurité qu’il ne pourra jamais l’être [.] l’économie israélienne toise celle de ses voisins [.] La Jordanie est enfermée dans une relation étroite avec Israël, l’Egypte a son traité de paix et le Hezbollah est enlisé en Syrie. A part Gaza, qui constitue une menace relativement mineure, la position d’Israël est difficile à améliorer. »

    Manifestement, la transformation de la Libye en un Etat en faillite livré aux mains de milices sectaires financées par l’Occident, et la tentative de faire la même chose en Syrie, sert le but à long terme des Israéliens de diviser et d’affaiblir tous ses ennemis régionaux (réels ou potentiels). Reconnaissant l’évidence de ce fait, un article de presse incendiaire de 1982, écrit par l’universitaire israélien Oded Yinon (connu non pas tant pour son originalité mais pour sa franche honnêteté), appelait explicitement à la balkanisation de la région : « La dissolution complète du Liban en cinq provinces sert de précédent pour l’ensemble du monde arabe, y compris l’Egypte, la Syrie, l’Irak et la péninsule arabique, et c’est la voie qui est déjà suivie. Ensuite, la dissolution de la Syrie et de l’Irak en zones uniques sur le plan ethnique et religieux, comme au Liban, est la cible primordiale d’Israël sur le front oriental à long terme. [.] Cet état de choses sera la garantie à long terme pour la paix et la sécurité dans cette région [sic – il entend par là celle d’Israël], et cet objectif est déjà à notre portée aujourd’hui ». Il poursuit en décrivant avec une prescience remarquable l’éclatement à venir de l’Irak : « L’Irak, riche en pétrole, d’un côté, et déchiré à l’intérieur, de l’autre, est un candidat garanti comme cible d’Israël. Sa dissolution est encore plus importante pour nous que celle de la Syrie. L’Irak est plus fort que la Syrie. A court terme, c’est la puissance irakienne qui constitue la plus grande menace pour Israël. [.] Tous les types de confrontation inter-arabe nous aideront à court terme et raccourciront la voie vers l’objectif plus important de morceler l’Irak par confessions comme en Syrie et au Liban. En Irak, une division en provinces le long de lignes ethniques et religieuses, comme en Syrie durant la période ottomane, est possible. Donc, trois Etats (ou plus) existeront autour des trois villes principales : Bassora, Bagdad et Mossoul, et les régions chiites dans le Sud seront séparées du Nord sunnite et kurde ». Ainsi, l’offensive en Syrie soutenue par l’Ouest et ses retombées en Irak servent directement les buts israéliens en affaiblissant tous les contrepoids potentiels à la domination de la région – et faciliteront donc directement le massacre actuel perpétré par Israël.

    A cet égard, le renversement du Président égyptien Mohammed Morsi par l’armée égyptienne a en fait renforcé la position arabe, en mettant fin à la politique créatrice de division qui provoquait d’énormes querelles religieuses en interne et à la perspective d’une Egypte se déchirant sans raison à travers une implication militaire directe dans la guerre civile syrienne. Effectivement, la politique de Morsi était proche de réaliser le rêve de Yinon d’une Egypte balkanisée. En 1982, il écrivait que « L’Egypte, dans sa configuration politique actuelle, est déjà cadavérique. D’autant plus si nous prenons en compte le désaccord croissant entre les Musulmans et les Chrétiens. Diviser territorialement l’Egypte en régions géographiques distinctes est l’objectif politique d’Israël dans les années quatre-vingt sur ce front occidental. »

    En s’aliénant complètement les communautés chrétiennes du pays, Morsi pavait précisément la voie à un tel scénario. Sans tenir compte des relations entre le Hamas et l’organisation des Frères Musulmans de Morsi, le coup militaire contre Morsi, en mettant fin à la trajectoire de l’Egypte vers la division et la faillite de l’Etat, a renforcé la capacité de l’Egypte à agir comme contrepoids à la domination d’Israël dans la région – une condition préalable nécessaire pour toute avancée sur le front palestinien. Ainsi qu’Ali Jarbawi l’a dit après les élections présidentielles en Egypte d’avril dernier, « L’élection d’Abdel Fattah al-Sissi comme nouveau président égyptien a donné aux Palestiniens un petit espoir que leur cause revienne sur le devant de la scène des affaires arabes – ou que, du moins, il y aura un léger ajustement dans l’équilibre du pouvoir avec Israël. Cela n’a rien à voir avec tout jugement de valeur vis-à-vis de la révolution égyptienne. C’est une position purement pragmatique, basée sur le fait que l’élection d’al-Sissi influencera les affaires palestiniennes » de façon positive, en particulier en restaurant la stabilité nécessaire à l’Egypte pour agir comme contrepoids à la puissance israélienne, mais également en réalignant l’Egypte plus vers la Russie et donc vers une relation avec les Etats-Unis moins dépendante. Effectivement, le désir de la part d’Israël de détruire autant que possible Gaza avant que l’Egypte ne regagne complètement sa force et son indépendance pourrait bien avoir accru l’urgence de leur récente attaque.

    En somme, malgré sa capacité actuelle de mettre en pièces des milliers de Palestiniens sur des prétextes les plus minces, tout ne va pas pour le mieux pour Israël. Même leurs objectifs à court terme n’ont pas été atteints dans cette dernière attaque. Malgré tout, le gouvernement d’union nationale ne s’est pas rompu, et le Fatah et le Hamas présentent actuellement un front uni dans les négociations de cessez-le-feu. De même, le Hamas n’a pas été vaincu, même militairement (et encore moins politiquement), par cette attaque, et il a pu continuer sa résistance militaire jusqu’au tout commencement des divers cessez-le-feu qui ont eu lieu. Si Kissinger a raison de dire que dans la guerre asymétrique, « L’armée conventionnelle perd si elle ne gagne pas [tandis que ] la guérilla gagne si elle ne perd pas », alors Israël n’a pas gagné cette guerre. Malgré toutes leurs manœuvres dilatoires, les Israéliens ne peuvent pas reporter éternellement la citoyenneté palestinienne sous une forme ou une autre – et si les Israéliens rendent impossible la création d’un Etat palestinien, alors ils ne devraient pas être surpris si les exigences se tournent à la place vers un Etat unique comprenant l’intégralité de la Palestine historique.

    http://www.counterpunch.org/2014/08/15/israels-real-target-is-not-hamas/

    • Alberto dit :

      Documentaire Al JAzeera du 31/10/2014 sur le drame de l’USS Liberty :
      -http://www.dailymotion.com/video/x2cv8re_le-jour-ou-israel-attaqua-les-etats-unis_school

  8. John dit :

    2 Juifs Israëliens ont réalisé un documentaire « Defamation » démontrant comment la paranoïa de l’antisémitisme chez les Juifs est développée et entretenue ! La visite du camp d’Auschwitz montre le lavage de cerveau et les mensonges que subissent les jeunes pour les mettre dans la posture du « seuls contre le monde entier ».
    -http://www.dailymotion.com/video/xqsz41_defamation-un-film-documentaire-de-yoav-shamir-1de2_school
    -http://www.dailymotion.com/video/xqsyoy_defamation-un-film-documentaire-de-yoav-shamir-2de2_webcam

    Le talmud est autocensuré dans ses éditions non hébraïques… Parce que l’abjection et les incohérences de ce qu’il contient sont telles qu’en des temps où le christianisme était soit religion d’état, soit encore une religion puissante dans la plupart des pays d’Europe, professer de telles inepties et/ou de telles horreurs blasphématoires ne pouvait guère être perçues autrement que comme des provocations. Aussi, sans chercher à retirer quoi que cela soit du contenu de ces pages ignobles, les rabbins firent disparaître des rééditions du talmud traduit en langues vernaculaires, les passages les plus odieux. Ce qui ne présage en rien de la suppression desdits passages dans le texte hébraïque original.

    Voyons donc ce que contiennent ces fameux versets aujourd’hui occultés ! “Jésus a été condamné et exécuté par les Romains et que les juifs n’y sont absolument pour rien et… ont même essayé de le sauver” ! Sanhédrin 43 a :  » Jésus de Nazareth jugé par les juifs, lapidé puis pendu la veille de Pâques, après annonce durant 40 jours par héraut d’armes, pour crime de sorcellerie , tromperie (hérésie) et d’incitation à l’idolâtrie. » On notera au passage qu’on y évoque une lapidation, supplice typiquement juif, avant d’être ultérieurement repris par certains musulmans, jamais pratiqué par les Romains !
    http://www.tyndale.cam.ac.uk/Tyndale/staff/Instone-Brewer/prepub/Sanhedrin%2043a%20censored.pdf
    Pourtant les Juifs aiment affirmer qu’ils n’ont pas tué Jésus Christ :
    http://www.techouvot.com/la_vraie_histoire_de_jc-vt15235.html

    Il faut savoir que si le Talmud de Babylone imprimé en 1520 à Venise (Bomberg), suivi du Talmud de Jérusalem, furent édités dans une version intégrale bénéficiant d’un privilège papal, très vite le Vatican entreprit de détruire l’édition du Talmud, qu’elle avait antérieurement autorisée, en raison du scandale que provoquait la lecture du livre. Le 9 septembre 1553, date du nouvel an juif, tous les exemplaires du Talmud furent brûlés à Rome, et la censure pontificale fut appliquée très sévèrement à la suite de la bulle Cum sicut nuper de Jules III en 1554, le Talmud étant mis en 1559 à l’Index Expurgatorius; le pape Pie IV en 1565 ordonnant même, mesure extrême, que le Talmud soit privé de son propre nom, ce qui entraîna la diffusion de l’appellation Sha »s pour le désigner.
    De ce fait, dans la plupart des éditions ultérieures, notamment celles faites en Europe de l’est, un certain nombre de versets ont été officiellement “réécrits”.

    Ce que nous dit le rabbin Ron Chaya sur certains versets qui apparaissent maintenant :
    http://www.leava.fr/questions-reponses/divers/je-souhaiterais-vous-soumettre-une-liste-dinterpretations-blasphematoires-sur-le-talmud-pour-savoir-si-ce-sont-de-pures-inventions.php

    L’abbé August Rohling (1839-1931), docteur en théologie, professeur d’exégèse à l’Université de Münster, chanoine de la collégiale de Prague, s’appuyant sur les travaux de Johann Andreas Eisenmenger (1654-1704), professeur d’hébreu à Heidelberg, qui se pencha avec attention sur le sujet en utilisant des versions non expurgées du Talmud, et fit paraître en 1871 un ouvrage en Allemagne : Der Talmudjude (Le Juif talmudique), publié en France en 1888 par les soins de l’abbé Maximilien de Lamarque, docteur en théologie, dans lequel il citait de très nombreux passages censurés et expurgés du Talmud. Les talmudistes ont ainsi beau jeu alors de soutenir alors que les traductions de l’abbé Rohling et plus tard de l’abbé Pranaitis ne correspondent pas aux textes originaux… Encore faudrait-il le prouver… et pour cela révéler au grand jour les textes initiaux censurés. On y parvient enfin laborieusement aujourd’hui par recoupements. Il s’agit d’un ramassis de commérages sur l’existence putative d’un amant supposé de Miryam, dite la coiffeuse, qui se serait prostituée auprès d’un soldat romain géniteur supposé de Jésus… dénommé là ben Strada, qui fut pendu la veille de la Pâque…
    http://www.come-and-hear.com/sanhedrin/sanhedrin_67.html

    Texte de la Torah bien problématique !

    • Deutéronome 7 : « Lorsque l’Éternel, ton Dieu, t’aura fait entrer dans le pays dont tu vas prendre possession… Tu ne contracteras point de mariage avec ces peuples, tu ne donneras point tes filles à leurs fils… vous renverserez leurs autels, vous briserez leurs statues, vous abattrez leurs idoles, et vous brûlerez au feu leurs images taillées…. Tu dévoreras tous les peuples que l’Éternel, ton Dieu, va te livrer, tu ne jetteras pas sur eux un regard de pitié… Il livrera leurs rois entre tes mains, et tu feras disparaître leurs noms de dessous les cieux; aucun ne tiendra contre toi, jusqu’à ce que tu les aies détruits. »

    • Isaïe 49 : « Tu tressailliras alors et tu te réjouiras, Et ton cœur bondira et se dilatera, Quand les richesses de la mer se tourneront vers toi, Quand les trésors des nations viendront à toi… Les fils de l’étranger rebâtiront tes murs, Et leurs rois seront tes serviteurs; Car je t’ai frappée dans ma colère, Mais dans ma miséricorde j’ai pitié de toi… Tes portes seront toujours ouvertes, afin de laisser entrer chez toi les trésors des nations… Car la nation et le royaume qui ne te serviront pas périront, Ces nations-là seront exterminées…. Tu suceras le lait des nations, Tu suceras la mamelle des rois… « 

  9. Atlas dit :

    Le juif Roger Dommergue parle de ces sionistes et de leur mentalité de psychopathe. Stupéfiant !

    Les origines de la spéculation juive…. La circoncision du 8ème jour…..La pollution médicale avec le freudisme… Les juifs morts dans les camps n’étaient pas de 6 millions mais moins d’ 1 million…

    « La circoncision est quelque chose qui dépasse l’entendement humain » est-il écrit dans les commentaires de la Torah ! D’autre part, pourquoi à toutes les époques et à n’importe quel endroit où des juifs vivent, l’antisémitisme apparaît ? Parce que l’antisémitisme réside dans le juif. Ce n’est pas à cause de son éducation intellectuelle ou religieuse, ni parce que les peuples leur donnèrent la manipulation de l’argent. Car l’élite juive est plutôt athée. Non, c’est tout simplement comme le dit le Dr Jean Gautier à cause de la circoncision du 8ème jour quand la 1ere puberté commence et qui durera 21 jours. Ce médecin mit en évidence l’antériorité fonctionnelle du système hormonale sur le système nerveux. Nous sommes dirigés par notre système hormonal et non notre système nerveux qui ne joue qu’un rôle très effacé dans des activités complexes. La génitale interne ou interstitielle, fait pendant à la génitale reproductrice dans le testicule. La première est la glande de la volonté, de l’esprit de synthèse, de l’altruisme et des plus nobles qualités humaines ; la seconde , comme son nom l’indique, a la reproduction comme finalité. Elle fonctionne en vases communicants, une mauvaise utilisation de la sexualité diminue la génitale interne et inversement. La génitale interne est atrophiée chez les déments, la masturbation la rend débile et la médecine sait que tous les schizophrènes sont des masturbateurs. L’encouragement actuel de la masturbation a pour finalité la destruction de l’homme.

    Cette perturbation agit donc sur le psychisme et le système glandulaire. C’est le seul dénominateur commun qui existe entre les juifs du monde entier. Car il n’y a pas de races mais des ethnies qui sont la conséquence de l’ adaptation hormonale d’un être à un environnement fixe. Par contre si une tête est dite juive, cela ne peut venir que du mental de la personne. Un homme bon aura en vieillissant une bonne tête et inversement. On ressemble petit à petit à l’image de son âme. Les financiers ont par exemple souvent des physiques de carnassiers. A cause de cette opération, l’humanité est amené à aller à la destruction et à nouveau à la persécution des juifs. Car contrairement à ce que l’on pourrait croire la mentalité super-capitaliste et la mentalité socialiste ne s’opposent aucunement dans leur essence : Ils se fondent tous les deux sur une conception économico-matérialiste du monde. Cela dit, pour le Judaïsme le moyen le plus sûr de parvenir à la domination du monde est le socialo-communisme qui, en enlevant la propriété aux Goyim et en la centralisant dans les mains du parti dirigé par les Juifs, réalisera le projet Talmudique de rendre le Juif roi et prêtre du monde ».

    Il suffirait de supprimer la circoncision juive pour retourner aux valeurs traditionnelles, et voir disparaître le fléau mondial de la spéculation juive. La société ne se construit pas et ne survit pas sans sens moral et sans synthèse ».

    Dommergue ne croit pas que six millions de Juifs furent gazés par les Allemands car il est prouvé qu’ils n’était que trois millions trois cent mille en Europe occupée en 1941 et que le Cyclon B, acide cyanhydrique, est impropre à gazer mille ou deux mille personnes à la fois. De plus, il pense qu’il n’y a pas besoin de loi totalitaire pour faire connaître une vérité : on la prouve à l’aide d’arguments et de preuves ! Il se demande pourquoi les enfants de parents victimes des goulags des Juifs bolcheviks, avec leurs dizaines de millions de morts (60 millions ?), n’ont-ils pas adopté la même attitude que les enfants des Juifs morts dans les camps allemands.

    Mais qui était Roger Guy Dommergue Polacco de Menasce décédé à 88 ans à Châteauroux en 2013 ? Si son père n’était pas juif, sa mère l’était mais convertie au christianisme. Il ne fut donc pas circoncis. Il a néanmoins été élevé durant la majeure partie de son enfance par sa grand mére maternelle, juive, mais a totalement rejeté le judaïsme, tout comme le christianisme Il a combattu dans l’armée de l’air des Forces françaises libres. Il est titulaire d’un doctorat en psychopathologie et devient endocrinologue et écrivain. Du côté de sa famille juive, on a fait fortune dans le coton égyptien et la banque. La famille de Ménasce a encore à Alexandrie, un palais transformé en musée, un lycée, un hôpital, une rue et une statue d’un membre important de sa famille.
    https://fr.scribd.com/search-documents?query=+dommergue

    J’ai Mal De La Terre –
    megaupload.com ON8CFU0W

    Auschwitz, le silence de Heidegger –
    megaupload.com IUB98OM4
    et
    http://ia341336.us.archive.org/2/items/RogerDommerguePolaccoDeMenasce-AuschwitzLeSilenceDeHeidegger/RogerDommerguePolaccoDeMnasce-AuschwitzLeSilenceDeHeidegger.pdf

    Dossiers Secrets du XXIe Siecle –
    megaupload.com EE1MNJ2T

    L’Histoire Devant l’Incontournable Question Juive –
    megaupload.com WLVZD527

    Essais:
    Comment Méditer L’Athéisme et la Réincarnation –
    megaupload.com VJ4R1JCP
    megaupload.com EE1MNJ2T

    Et qui était le Dr Jean Gautier ? Il est né à Bordeaux en mai 1891 et mort en octobre 1968. Hypothyroïdien de naissance, cela l’handicapa terriblement dans ses études. Par atavisme familial il voulut devenir médecin. Passionné par le désir de trouver une solution à sa grande lenteur intellectuelle, il s’administra de très fortes doses d’extraits thyroïdiens (jusqu’à 15 cg par jour) que l’on commençait à trouver dans le commerce. Sa mémoire s’améliora considérablement. Son propre cas le conduisit à d’énormes et passionnantes recherches. Dès 1930, il essaya sur lui les courants de haute fréquence. Il en fut complètement transformé. Il écrivit en 8 mois un énorme manuscrit sur l’origine des maladies mentales. Son esprit devint prodigieusement synthétique, son don d’observation hors du commun. En quelques années, le Dr Jean Gautier rédigea l’ensemble de son œuvre : environ 10 000 pages, dont le livre « Dernières et Nouvelles Connaissances sur l’Homme » (1948) représente la synthèse. Il laissa ses recherches à sa femme qui, à sa mort en 1977, fit un testament transmettant l’ensemble des manuscrits à Jean du Chazaud, le consacrant en quelque sorte comme héritier spirituel.
    http://endocrinopsycho.free.fr/
    Selon lui, la circoncision atrophie le flux glandulaire des testicules, qui maîtrise le système hormonal entraînant un dérèglement des autres glandes, d’ou ce caractère spéculatif et hyper analytique dépourvu d’esprit de synthèse.

    La puissance des traumas infantiles :

    Le prépuce serait l’une des parties les plus sensibles du pénis:
    http://www.circumstitions.com/Sexuality.html#sorrells

    La circoncision :
    http://www.cirp.org/library/procedure/plastibell/

  10. Eude dit :

    Sur Meta TV, Pierre Hillard explique qu’il existe une « opposition acharnée, fanatique, continue, de la Synagogue, du judaïsme talmudique, à l’égard de l’Eglise catholique, et du monde humain ». L’objectif, affirme Pierre Hillard, « c’est la volonté d’établir une religion universelle ».

    La stratégie pour établir cette religion universelle, « c’est de créer d’abord le chaos. Et ça, c’est une pensée directement issue de ces courants juifs talmudiques de rabbins qui s’appellent Isaac Louria, au XV-XVIème siècle, de Sabbataï Tsevi, au XVIème siècle, et au XVIIIème, de Jacob Frank. Celui qui a lancé cette idée de la rédemption par le péché — c’est l’expression… »

    La rédemption par le péché ? « C’est l’expression, dit Pierre Hillard. « Erlösung durch Sünde ». C’est d’abord une perversion. C’est l’idée tordue, vicieuse, tout ce que vous voulez, de créer le malheur en vue d’un bien. Plus le mal est profond, plus la reconnaissance divine sera grande. Alors, dans l’Ancien Testament, quand vous avez des sacrifices faits à Yahwé, à un moment donné vous avez cet ordre apparemment fou, donné à Abraham, qui doit sacrifier son fils. Et Abraham est sur le point de le faire. Il est avec son poignard, il est prêt à transpercer son fils. Et on lui retient le poignet, en gros, « non ça se fait pas, on ne tue pas son fils. ». Et en échange, il va immoler un bélier… […] Pourquoi ? Qu’est-ce que ça veut dire ? Cela veut dire que c’était l’offrande la plus belle, la plus agréable aux narines de Dieu, si je puis dire… Car on faisait un méchoui, en gros, après l’avoir poignardé.

    Parce que c’était son fils, il n’y avait pas d’élément plus proche. Bon ! Donc, bien comprendre que plus l’offrande est sacrée, raffinée, haute, plus c’est une offrande agréable à Dieu. Alors évidemment il y a une loi morale, naturelle, qui fait qu’il y a des choses qu’on ne peut pas faire. Mais eux, ces gens-là, qui se sont rebellés au sein du judaïsme et qui sont issus du judaïsme talmudique, considèrent que c’est une rédemption qui peut se faire par le mal. Plus le mal est grand, profond, subtil, délicat, plus la récompense divine sera grande. Et j’ai toujours pensé que les massacres commis par les nazis à l’égard des juifs en Europe durant la Seconde Guerre mondiale étaient un sacrifice — dans leur théorie folle, tordue, tout ce que vous voulez — utile pour obtenir un bien, car la mort de ces juifs en Europe — en Pologne, en Union Soviétique, etc… aux Pays-Bas, mais eux ont dégommé — eh bien, cette destruction permet d’avoir une offrande qui permet d’obtenir un bien. C’est tordu, c’est malsain.

    C’est Isaac Louria, XVIème siècle je crois, qui a lancé cette idée. […] C’est un génie cet homme, mais un génie au service du mal — et je dirais à titre personnel, possédé… possédé par le démon, ça c’est sûr, avec ses idées tordues. Mais ses principes ont été repris par deux courants. Au XVIIème siècle, par un rabbin qui s’appelait Sabbataï Tsevi, et lui s’est présenté comme le Messie. Les juifs attendent le Messie. […] Ils reconnaissent le Christ comme un personnage humain, historique, mais ils ne le reconnaissent pas comme le Messie — eux l’attendent toujours. Et Sabbataï Tsevi — on est en Europe du Sud, en Europe balkanique — s’est présenté comme le Messie et a eu… sa garde prétorienne. Et, suite à différentes pressions, il s’est faussement converti à l’Islam. Et ce courant faussement converti à l’Islam, tout en conservant en secret des rites judaïques, ça s’appelle les Domne. Et on trouve des traces dans le mouvement avec Atatürk.

    « Aussi on comprend pourquoi on trouve des éléments tellement proches de la frange jacobine dans les réformes d’Atatürk. Alors qu’il était officiellement musulman. Comprenez… Il y a des moments où il faut faire le mal mais voilé… de l’apparence du bien. Et certains même « laissent entendre »… mais c’est à vérifier… enfin, je mets des guillemets, j’ironise mais je n’irais pas plus loin — que la famille Saoud a des liens judaïques. Il y a des spécialistes qui ont étudié le truc… J’ai lu quelques trucs effectivement… Voilà; ça c’est pour la branche musulmane.

    Et puis vous avez une branche catholique chrétienne au XVIIIème siècle qui est Jacob Frank, en Pologne. Lui aussi, pareil, « rédemption par le péché », c’est-à-dire on fait le mal mieux c’est, donc des partouzes, des trucs de sexe, des crimes, tout ce que vous voulez. Tout ce qui peut avilir, c’est bien. Rédemption par le péché, c’est l’expression officielle.

    Et Jacob Frank et ses amis se sont faussement convertis au catholicisme. Il y a eu quand même des personnes en Pologne à dire — on est au XVIIIème siècle, quand même — il y a des choses pas nettes… Mais il a quand même réussi, lui et ses amis, à se convertir. Et chose très intéressante, quand ils se convertissaient, ils étaient parrainés, ils avaient un parrain. Et Jacob Frank, en tant que meneur dans l’histoire, a eu le plus haut parrain de l’époque, le roi de Pologne, Auguste III. Et chose très intéressante, très souvent ils ont été anoblis, après leur conversion. Très souvent, ils ont eu des avantages financiers qui leur ont permis, à ces juifs faussement convertis au catholicisme, d’obtenir des postes clés au sein de la société polonaise, mais aussi, parce qu’il y a eu des frontières mouvantes, ça a touché aussi des familles allemandes, des familles de Bohème et de Moravie, des familles roturières devenues aristocratiques, et compte tenu que la Russie des tsars avait des liens très profonds avec « les Allemagnes » — puisqu’il n’y avait pas d’Etat allemand — vous avez aussi beaucoup de serviteurs et de nobles allemands à la cour de Russie qui étaient en fait des juifs faussement convertis au catholicisme, on les appelle des frankistes.

    Comme pour Sabbataï Tsevi, on les appelle les sabbatéens. Et donc c’est une manière subtile de véroler; et parmi ceux qui se sont convertis faussement au catholicisme, il y a eu, avec les générations qui ont passées, certains qui sont revenus à l’état du judaïsme pur — qui ont donc fait marche arrière — puis ceux qui ont maintenu aussi une zone transitoire bizarroïde. Ce qui fait que quand vous vous intéressez à certaines familles, entre autres de la noblesse polonaise, qui se sont faussement convertis au catholicisme et qui ont ensuite occupés des postes, vous avez un lointain rejeton qui a la nationalité américaine, qui a travaillé pour le président Carter, et qui est actuellement au service du président Obama, qui est officiellement catholique — mais moi à l’époque, il y a des années et des années je me suis disais, il y a un truc qui cloche — Brzeziński !

    Officiellement il (Brzeziński) est catholique, et issu d’une noblesse catholique polonaise, mais en fait il fait partie de cette branche frankiste. Comme aussi vous avez une famille très proche de la famille royale d’Angleterre, et d’ailleurs le mari de la Reine d’Angleterre, le prince Philippe, fait partie de cette famille, c’est la famille Mountbatten.

    En fait, ce sont des frankistes de langue allemande, qui s’appelaient les Battenberg, et les Battenberg sont venus ensuite en Angleterre, et ils ont pris le nom de Mountbatten.

    J’invite les personnes intéressées par le frankisme — parce que là, on touche au cœur — à lire deux ouvrages… l’un de Charles Novak, qui est sorti aux éditions L’Harmattan, vous allez sur amazon, il y est, sauf s’il est épuisé, et vous avez… c’est une couverture marron avec de profil Jacob Frank. Et l’ouvrage par excellence, extraordinaire, qui est un pavé, sur Sabbataï Tsevi, écrit par un historien israélien qui est mort depuis, qui s’appelait Gershom Scholem. Et là vraiment chaque page est un concentré d’informations. D’ailleurs Charles Novak s’appuie beaucoup sur les travaux de Gershom Scholem. Mais si vous voulez commencer en douceur, commencez par Charles Novak sur Jacob Frank.

    Voyez-vous, quand on s’adresse à quelqu’un, il faut toujours voir ses origines sociales, et voir en particulier ce qui a structuré sa mentalité, sa tournure religieuse, philosophique, etc — et le roi Louis XVI, m’a toujours sidéré — homme très intelligent, le jeune Louis XVI, par bien des aspects très intelligent, cultivé, un homme bon, intègre, des qualités — à titre personnel, j’ai participé le 21 janvier 1993, au bicentenaire de sa mort parce que c’est un innocent qu’on a condamné à mort. Donc je défends sa mémoire, etc. Il n’empêche que je reproche sa mentalité, et les faiblesses entre autres quand il a interdit aux gardes suisses en août 1792 de se battre… eh bien les pauvres gardes suisses se sont fait tués et certains châtrés d’une manière atroce — on aurait dû dire à Louis XVI…

    Bon ! Mais, j’ai de la sympathie pour cet homme qui avait des qualités humaines — il faut savoir apprécier ça surtout que les chefs d’Etats ayant des qualités humaines ne courent pas les rues. Mais quand vous avez, par exemple, durant le règne de Louis XVI, le fait qu’il a… — par exemple durant le sacre, un roi de France doit jurer solennellement qu’il doit combattre les hérésies, protestantes et juives; il a plus ou moins bafouillé lors de ce passage, donc il a mal prononcé. On s’étonne aussi — et c’est absolument anormal pour un roi de France, lieutenant du Christ, n’oubliez pas que dans la monarchie française depuis Clovis, le vrai roi de France c’est le Christ, on est toujours en monarchie en fait, on a toujours un roi, c’est le Christ, et le roi de France n’est que le lieutenant — eh bien, ce lieutenant, qui doit donc suivre les préceptes lancés et avancés par Clovis, et rappelés par Sainte Jeanne d’Arc — je rappelle que lorsque Clovis s’est converti au catholicisme, c’est par l’évêque Saint Rémi — « Courbe la tête, fier Sicambre, brûle ce que tu as adoré, adore ce que tu as brûlé », c’est là que Saint Rémi a rappelé à Clovis la mission qu’avait cet « embryon de France », et c’est Sainte Jeanne d’Arc qui rappelle cette mission au dauphin Charles…

    Je rappelle le pied de nez de la providence, Sainte Jeanne d’Arc est née un 6 janvier, 6 janvier c’est les rois mages, qui rendent hommage au Christ roi, au roi des nations — et Sainte Jeanne d’Arc… on ne dit pas Jeanne d’Arc, on dit Sainte Jeanne d’Arc, mais ça l’église conciliaire supprime le « saint », enfin il faut toujours mettre au niveau terrestre, ça c’est typiquement judaïque aussi… — autre remarque, Sainte Jeanne d’Arc est née à Domremi. Dom, c’est l’abbréviation de Domus, la maison de Rémi, par rapport à l’évêque Saint Rémi qui a baptisé Clovis. C’est un rappel… un petit pied de nez de la providence. Il y a ces signes de la providence de la providence, c’est comme — là je vais faire très rapide — quand le tiers Etat se déclare assemblée constituante le 17 juin 1789, c’est le peuple officiellement qui prend le pouvoir — en fait une oligarchie — c’est une rupture avec le baptême de Clovis, parce que le pouvoir ne vient plus du roi lieutenant du Christ, mais « officiellement » du peuple, en fait d’une oligarchie —

    Eh bien, cent ans auparavant, le 17 juin 1689, le Christ apparut à une religieuse qui s’appelait Sainte Marguerite-Marie, et il lui a dit en gros, que Louis XIV devait faire attention, parce qu’un jour, ce qu’il faisait, et pour ses successeurs, ça tournerait mal, parce que c’est une politique païenne que Louis XIV commençait à faire, quand on prend l’emblème du soleil, c’est l’emblème païen des Incas. Donc le mal est ancien, et le Christ annonce à Sainte Marguerite-Marie que c’est une menace qui se profile… qu’en gros le système monarchique va sauter — eh bien il apparaît le 17 juin 1689, exactement cent ans jour pour jour, mois pour mois, de la date fatidique qui conduit à la rupture de la France monarchique le 17 juin 1789. Il y a des pied de nez de la providence. Je ferme ce chapitre, mais ce n’est jamais le hasard. Dieu voyage souvent incognito, mais quelque fois il y a des traces…

    Alors, je parlais donc de Jacob Frank, et donc du frankisme, et de Louis XVI… et Louis XVI, il a entre autres violé les paroles du sacre, parce qu’il a, sur sa cassette personnelle, payé les réparations de la Synagogue de Metz. La Synagogue de Metz avait besoin de réparations et Louis XVI a apporté de l’argent. Et vous avez même des fleurs de lys sur la Synagogue de Metz. En tant que roi de France défenseur du catholicisme et luttant contre le judaïsme et le protestantisme, mais ça va ensemble, parce que le protestantisme c’est du christianisme judaïsé, et que les pasteurs sont des rabbins déguisés… — la version communiste : ce sont les commissaires politiques.

    Comment peut-on comprendre une telle tournure d’esprit ? Eh bien, il faut regarder par la mère. C’est souvent la femme qui apporte l’âme du foyer, les idées… L’importance de la femme. Je vous ai dit qu’Auguste III était le parrain de Jacob Frank. La cour royale de Pologne était infestée par ces idées frankistes, et les enfants d’Auguste III étaient imprégnés de ces idées. Auguste III avait une fille, qui s’appelait Marie-Josèphe de Saxe. C’était la mère de Louis XVI, et de Louis XVIII et de Charles X. Donc on voit la filiation… Louis XVI était le petit-fils d’Auguste III de Pologne, parrain de Jacob Frank, faussement converti au catholicisme… Rédemption par le péché. Et là vous comprenez plein de choses…

    En fait, il faut voir les choses matérielles, c’est sûr on est sur Terre — mais voyez ce qui forme « l’âme », la tournure d’esprit, l’origine sociale… quand on s’intéresse…, quand on veut se marier, on n’épouse pas uniquement un tas de viande — et heureusement — on épouse une origine sociale, quand des parents sont pervers et tordus, il y a de grandes chances que les enfants le seront aussi. Donc il faut voir la personne avec qui on veut se marier, mais il faut voir aussi les parents et les grands-parents, parce qu’on est les héritiers à la fois… biologiques, mais aussi les héritiers d’un courant de pensée, d’une spiritualité, d’une « odeur », voilà ! […] Donc on voit cette marque. Et puis… je vous citais donc Isaac Louria, Sabbataï Tsevi et Jacob Frank, cette volonté de pervertir… et ça marche, parce que la réussite, en fait, elle s’est produite par… comment dire — avec les générations et le développement du poison, avec Vatican II.

    En fait, après avoir mis à bas la monarchie française, il fallait mettre à bas l’Eglise catholique. Et Vatican II, c’est une forme de protestantisation humaine, et même plus, c’est une forme de remise de l’Eglise sous les ordres de la Synagogue. Alors il faut lire — je citais tout à l’heure Gerhart Riegner, qui était le second auprès du Congrès juif mondial, auprès de Nahum Goldmann — et qui a été un des meneurs au sein du Vatican II en liaison avec le cardinal Bea pour reconnaître le judaïsme, d’où les relations entre le catholicisme et le judaïsme — et actuellement il y a une judaïsation complète de l’église conciliaire, car je rappelle que lorsque le pape François est élu Pape le 13 mars 2013, il a quand même reçu les félicitations de la franc-maçonnerie juive d’Argentine, les B’nai B’rith, vous allez sur leur site, c’est officiel. Il a participé aussi aux fêtes Hanouka quand il était cardinal en Argentine, chose absolument anormale. »

    Dans le cadre de la religion universelle qui se met en place, le pape a reçu un étrange cadeau de la part président Nazarbaïev du Kazakhstan. « Vous avez au Kazakhstan, poursuit Pierre Hilard, un centre avec toutes les religions — juifs, catholiques, protestants, et musulmans — et pour la représentation catholique vous avez le cardinal Tauran. C’est lui qui a annoncé l’élection du Pape le 13 mars. Donc c’est une représentation archi-officielle. Eh bien, le bâtiment qui représente toutes ces religions au Kazakhstan, c’est quoi ? C’est une pyramide. Et l’ironie c’est que cette pyramide se trouve dans un lieu qui s’appelle Astana, qui est l’anagramme de Satana. Eh bien c’est la pyramide que le président Nazarbaïev du Kazakhstan a offert en cadeau à Benoît XVI. Et d’ailleurs, sur ces bonnes paroles, je vais rappeler les paroles de l’ami Benoît XVI — message de Noël 2005, sur le site du Vatican — on voit que l’Eglise catholique, les dirigeants de l’église catholique… conciliaire… sont totalement vérolés — écoutez ce message du pape Benoît XVI, qui disait, je cite :

    « Homme moderne, adulte pourtant parfois faible dans sa pensée et dans sa volonté, laisse-toi prendre par la main par l’Enfant de Bethléem; ne crains pas, aie confiance en Lui! La force vivifiante de sa lumière t’encourage à t’engager dans l’édification d’un nouvel ordre mondial, fondé sur de justes relations éthiques et économiques. »

    Il aurait dit, prends la main de l’Enfant de Bethléem, afin de combattre le Nouvel Ordre Mondial et de restaurer la royauté du Christ, j’aurais dit, « Chapeau ! », mais évidemment, issu de Vatican II il ne fallait pas s’attendre à du merveilleux. C’est révélateur parce qu’en fait on voit que les papes, depuis Jean XXIII jusqu’à aujourd’hui, sont imprégnés de ce modèle finalement propre à la Synagogue — et pour information, il y a quelques semaines de ça, le pape François a reçu les représentants du Congrès juif mondial, et les représentants ont dit au pape François que les relations entre les juifs et les chrétiens s’étaient vraiment améliorées depuis 5 décennies, donc en fait depuis Vatican II. Je rappelle aussi qu’il y a quelques semaines de ça, le cardinal Schönborn, cardinal autrichien, a reçu de la part des B’nai B’rith Europe, un cadeau, une ménorah. C’est le chandelier à sept branches, et vous allez sur le site du B’nai B’rith Europe, à la rubrique news, je crois que c’est du 23 octobre 2013, c’est tout récent. Et à propos de menorah — et là je vous demande, chers auditeurs de Meta TV, de retenir ceci, en particulier aux parisiens — ces emblèmes juifs, quand je dis la reprise de la Synagogue sur la société chrétienne, ce n’est pas pour faire peur, c’est la réalité. Et vous avez un élément facteur, vous allez à l’Hôtel de ville de Paris et vous vous mettez en face avec comme point de référence l’horloge murale. Et vous regardez sur le sol. Sur le sol, gravé sur le sol, sur une longueur de 4, 5 ou 6 mètres, 3 mètres de large, vous avez une représentation stylisée du bateau de la ville de Paris, avec des petits traits qui représentent les vagues… (C’était le symbole de Paris, les bateliers, etc.)

    Un truc joli, j’ai rien contre au contraire. Donc, les petites vagues, le bateau, avec la coque, et puis je vous dis, c’est un bateau stylisé, le mât et les cordages. Bon. Eh bien je vous demande… Vous regardez bien ça, vous faites le tour, et vous regardez ça à l’envers. C’est-à-dire que vous avez la mairie dans le dos. Eh bien vous regardez sur le sol, à l’envers, c’est une menorah, le chandelier à 7 branches. Vous avez là la signature sur le sol, une marque juive, sur la ville de Paris. On a envie de dire, « mais pourquoi vous n’avez pas mis le sacré cœur, par exemple… » Après tout, c’est une chose qui a été demandée par le Christ à Sainte Marguerite-Marie en 1689. Non, c’est une menorah. En fait, c’est comme les chiens qui mettent leur odeur, eux aussi, ont leurs odeurs à eux, mais là c’est une… comment dire, une marque physique…

    En fait c’est même pas caché, c’est le bateau stylisé, avec le mat et les cordages, c’est en ligne droite… et donc quand on regarde à l’envers, ce sont les branches de la menorah qu’on voit. On a envie de dire, « mais pourquoi… » Mais en fait, cela rentre dans le cadre planétaire. Car je vous dis, blocs gouvernementaux, gouvernance mondiale, régie par une tournure d’esprit, une religion universelle. C’est quoi ? C’est le noachisme. Noachisme… Noé. D’ailleurs pour information, il y a un film qui sort dans quelques mois sur Noé… avril 2014, dans ces eaux là, j’ai vu la bande-annonce et j’ai envie de dire « mais pourquoi ils font un film sur Noé… » Alors on voit, avec le Déluge, donc… Là aussi, ayez le coup d’œil.

    Je vais vous citer un exemple très concret, très rapidement, avant de reprendre le coup du noachisme, vous avez un film qui est sorti il y a quelques mois, je crois que c’est un film canadien,  » Assault on Wall Street ». Il raconte l’histoire d’un américain, une trentaine d’années, marié, qui appartient à la classe moyenne, et est convoyeur de fonds. Il a souscrit à différentes assurances, et puis il boursicote un peu via des traders de la finance. Le problème pour cet homme, c’est que sa femme est atteinte d’un cancer, et ça coûte une fortune. Et normalement les assurances sont là pour couvrir; et manque de pot, il y a écrit en tout petit, que pour les maladies très graves… eh bien… non.

    Alors le pauvre homme va tout dépenser à l’insu de sa femme, il ne veut pas lui faire peur et l’inquiéter… mais peu à peu il perd tout. Et puis l’argent qu’il avait mis de côté et qu’il voulait utiliser, et qui a donc été… — il avait boursicoté… — cet argent a été — pour lui et pour tant d’autres — rincé par des requins de la finance, ce qui fait que cet homme a financièrement tout perdu, et même son métier il le perd, parce qu’il est convoyeur de fonds, et compte tenu qu’il perd beaucoup d’argent, qu’il en a besoin, eh bien on le fout à la porte, on le licencie, parce qu’en tant que convoyeur de fonds il aurait peut-être des tentations.

    Donc il perd son métier. Et sa femme, elle, se suicide, parce qu’elle ne veut pas, je vais dire, amener à un gouffre financier. En fait elle ne se rend même pas compte à quel point la situation est désastreuse. Ce convoyeur de fonds en a marre, et va se venger. C’est un ancien militaire. Il va récupérer des armes, et va buter les requins de la finance. Et à mon avis, plus d’un américain et canadien qui a vu le film a dû se frotter les mains — il les butte ! — mais il en butte, pas deux/trois, il les butte ! Et l’agence financière, composée de requins, qui vraiment, l’a plumé lui et d’autres. L’agence s’appelle… L’agence Huxley.

    C’est comme le film  » Elysium « , avec Matt Damon et l’actrice américaine qui parle très bien le français, Jodie Foster… L’histoire c’est quoi ? C’est une humanité qui réduite à l’état de pauvreté… Vous avez toutes les langues, l’anglais, l’espagnol, puis un sabir moitié anglais-moitié espagnol, puis vous avez la minorité ultra-riche qui vit dans un vaisseau spatial au-dessus de la Terre, qu’on voit d’ailleurs de la Terre. (Vaisseau qui a l’aspect d’un pentagramme.)

    Un pentagramme dirigé par Foster qui est une sorte de grand secrétaire… Dans la version américaine, le secrétaire s’appelle comment ? Rhodes ! Ces gens-là, qui font ces films ont une véritable culture politique, historique… Ils n’ont pas mis Smith, non, ils ont mis Rhodes, comme l’agence Huxley. Voilà, ils ont une envie perverse, tordue, de savourer, en rappelant les noms. Voilà. Alors c’est comme la menorah et le bateau de la ville de Paris à l’envers. Alors cette religion qu’ils veulent mettre en place, c’est le noachisme.

    Le noachisme — c’est donc Noé — obéit à ces critères. Ce sont en fait des magistrats — des commissaires politiques — pour vérifier la bonne application des 7 lois, contre le vol, contre l’inceste, bon des choses bonnes, et là où ça va coincer… contre le polythéisme. Alors, le judaïsme, c’est le dieu unique, pas de problème, l’islam, c’est le dieu unique, pas de problème, pour les catholiques, pour les chrétiens, le catholicisme est une religion monothéiste. Mais pour les juifs, comme pour les musulmans, ils considèrent le catholicisme comme un polythéisme en raison de la Sainte Trinité, Dieu le Père, Dieu le Fils, Dieu le Saint-Esprit.

    Donc, on est ce qu’ils appellent des trithéistes — trois dieux. Donc des idolâtres, et donc il faut que ça soit supprimé. Donc il faut procéder à une réforme du catholicisme, faire en sorte que la Sainte Trinité — qui est un dogme, donné par le Christ, le Messie pour les catholiques — eh bien, il faut supprimer ça, et en plus supprimer le côté messianique du Christ… le reconnaître comme un être historique, officiel, mais humain. Et mettre en place ce qu’ils appellent — et c’est le rabbin Benamozegh dans son livre « Israël et l’humanité » – qui dit qu’il faut mettre en place un, je cite, « catholicisme d’Israël ». Un catholicisme judaïsé aux normes talmudiques. Je ne fais que reprendre… C’est factuel. On aime on aime pas, c’est comme ça, et on s’y plie.

    Et donc ça doit gérer tout ça. Et Vatican II, c’est une judaïsation aux normes du noachisme, pour peu à peu procéder à une mutation — oh, progressive, pas étalée sur un an, deux ans, mais sur des dizaines d’années — donc peu à peu on observe une mutation profonde qu va très loin puisque vous avez déjà un état, les Etats-Unis — et vous pouvez tout à fait le vérifier — dans un document du Congrès des Etats-Unis, du 26 mars 1991, a reconnu le noachisme comme socle de la société américaine. Le terme en anglais c’est « bedrock »; c’est les lois noachides.

    En fait, le noachisme, c’est quoi ? En plus des 7 lois… je vous en ai cité quelques unes… contre l’inceste, le vol, mais surtout contre le polythéisme; et des magistrats / commissaires politiques pour verrouiller tout ça… C’est une hiérarchisation de l’humanité, avec, de haut en bas, un dieu unique; tout en bas, ce qu’on appelle les gentils, c’est-à-dire les non-juifs, c’est-à-dire les noirs, les blancs, les asiatiques, les métisses, tout ce que vous voulez, et entre les deux, un peuple prêtre, le peuple juif, qui n’obéit pas aux lois du noachisme. Il est l’intermédiaire, le prêtre sacrificateur entre le dieu unique et l’humanité, régie par cette religion universelle, non juive. C’est ça la finalité… Donc toute la mutation en cours, c’est pour aboutir à une humanité nomade, comme dit si bien Jacques Attali, qui dit comme par hasard que Jérusalem doit être la capitale. […]

    Je veux dire par là… que ça fasse un peu réfléchir les gens. « Pourquoi Jérusalem ? » Et donc, les blocs continentaux avec des populations mélangées, déracinées, d’où la construction, la mise en place, d’entités administratives artificielles… — qu’on voit avec la Révolution française — mais qu’on remarque à travers les générations… via l’Union Européenne, etc. Donc des gens déboussolés, déracinés, coupés de leurs traditions, avec en plus la théorie du genre — on est pas homme on est pas femme on le devient, on est du Vincent Mc Doom à tout les coins de rues, enfin je ne devrais pas dire ça parce que c’est une victime, cet homme, — et une religion donc, gérant tout cela, et un peuple au dessus de tout cela, le peuple juif. Mais je ne fais que reprendre les travaux du rabbin Benamozegh, qui ne fait que reprendre les travaux, je vais dire, bi-millénaires. Donc la tentative de remise en place de la Synagogue sur l’Eglise catholique. D’où l’excellente expression de — je le citais — Monseigneur Delassus, « La conjuration antichrétienne, le temple maçonnique voulant s’élever sur les ruines de l’Eglise catholique », le maçonnisme n’étant qu’une extension du bras du judaïsme talmudique.

    Donc c’est ça… Et très intéressant dans le judaïsme talmudique et le noachisme en particulier, c’est cette volonté de supprimer les intermédiaires. Parce que ce qu’ils disent, en particulier le catholicisme, qui est à abattre pour eux, concerne des intermédiaires. Il est impossible de faire revenir le roi des juifs. Il faut — je ne fais que prendre ce qu’ils disent — il faut effacer les intermédiaires. Le premier intermédiaire qu’il fallait effacer, c’était le roi de France, lieutenant du Christ, intermédiaire entre le Christ et le peuple français. Donc il fallait le détruire; 21 janvier 1793… c’est bon. C’est un intermédiaire qui disparaît.

    L’autre intermédiaire qu’il faut faire disparaître c’est le pape, vicaire du Christ, intermédiaire entre le dieu trinitaire et l’humanité, qu’elle soit catholique ou non-catholique, car par définition, le catholicisme est universel. Donc quand on aura fait disparaître les intermédiaires, la place sera libre pour finalement laisser cette humanité non-juive avec une vision purement horizontale — non plus verticale avec des intermédiaires, le roi de France et le pape — vision horizontale, terrestre, plaisirs matériels et charnels… et un autre intermédiaire prendra la place pour assurer la soudure : le peuple prêtre, le peuple juif.

    C’est ça ! le mondialisme est un messianisme. Retenez cette expression, « le mondialisme est un messianisme ». D’où la prière du 23 septembre 2012 où toutes les communautés juives du monde — et c’est sur dailymotion ou Youtube, vous avez l’embarras du choix — ont récité une courte prière pour le retour du messie, sous-entendu le roi des juifs, le Mashia’h, car s’ils l’ont fait, cela veut dire que leur colonisation matérielle et spirituelle du monde est suffisamment avancée pour laisser la place à leur messie, roi des juifs, roi matériel et charnel, pour établir la primauté d’Israël. C’est une prière qui a été dite par toutes les communautés juives officielles, en France, aux Etats-Unis… Et donc, ça veut dire, quand j’ai appris ça, à l’époque, je me suis dit qu’ils estiment que leur colonisation planétaire est presque arrivée…

    C’est-à-dire que depuis des générations, ils ont réussi à mettre les éléments temporels et spirituels permettant l’édification de l’édifice [Pierre Hillard dessine une pyramide avec ses mains] permettant d’être couronné ensuite, par le roi des juifs, qui va régner sur le peuple prêtre, l’intermédiaire entre le dieu unique et les gentils… »

    http://bouddhanar.blogspot.com/2014/11/le-noachisme-la-religion-mondiale-qui.html

  11. Ariel dit :

    Le 23 novembre 2014, le gouvernement israélien adoptait un projet de loi fondamental sur la nature juive de l’État. Le document qui sera soumis au parlement affirme le statut d’Israël comme État-nation juif, et celui des Juifs comme unique peuple ayant droit à l’autodétermination nationale en son sein. « L’État d’Israël est la nation du peuple juif. Il offre des droits individuels équitables à chacun de ses citoyens. Mais le peuple juif a aussi des droits nationaux: un drapeau, un hymne, le droit d’immigrer dans ce pays, et d’autres symboles nationaux. Tout cela est offert uniquement à notre peuple dans un seul et unique État. »

    Mais voilà, les Arabes constituent un cinquième des 8 millions d’habitants d’Israël ! S’ils disposent de droits civiques équitables avec la majorité juive, y compris électoraux, ils se plaignent toutefois d’une discrimination de facto. Nombre d’entre eux luttent pour l’amélioration de leur propre statut au sein de la société israélienne, mais défendent aussi les droits de leurs compatriotes qui vivent sur les territoires occupés. Et des millions de Palestiniens éparpillés à travers le monde, qui ont fui les territoires occupés aujourd’hui par Israël, revendiquent leurs terres.

    Le principe d’État-nation ne va-t-il pas impliquer, l’abrogation du statut national de la langue arabe ? Un autre passage est discutable, il concerne l’institutionnalisation du droit religieux juif, de la tradition juive en tant que « source d’inspiration » pour l’établissement des normes contemporaines.
    http://fr.ria.ru/world/20141124/203058302.html

  12. Lino dit :

    Création d’ Israel, Traité de Balfour 1917 entre Rothschild et Chamberlain, l’accord de transfert (Accord Haavara) 25 août 1933.

  13. Luc dit :

    « Le Serment » est un film de 6 heures très bien fait du réalisateur et scénariste Peter Kosminsky. Il montre la naissance sanglante de l’État hébreu et son traitement des Palestiniens aujourd’hui.

    « Le résultat est exceptionnel, d’une intelligence foudroyante, ce qui n’exclut pas la polémique » écrit Les Echos :
    http://www.lesechos.fr/21/03/2011/LesEchos/20894-083-ECH_–the-promise—tient-ses-promesses.htm
    Alors que pour le représentant de l’Association Europe-Israël, Jean Marc Moskovicz « c’est un film révisionniste islamo-gauchiste falsifiant les faits et l’Histoire du conflit israelo-arabe, injectée dans le cerveau des téléspectateurs français »

    Le thème : le périple initiatique d’une jeune Londonienne partie, durant l’été 2005, en Israël pour soutenir une amie entamant son service militaire et éveillée, au fur et à mesure, à la découverte des enjeux politiques locaux à la faveur de la lecture du journal intime de son grand-père, ex-soldat passé par la Palestine de 1945 à 1948, à la fin du mandat britannique.

    Richard Prasquier, l’ex-président du Crif (de 2007 à 2013) qui fut soupçonné de fraude fiscale (en tant que détenteur de compte à la HSBC Genève)
    http://rassegna.esteri.it/utility/imgrs.asp?numart=2OZK6N&annart=2014&numpag=1&tipcod=0&tipimm=1&defimm=0
    est responsable de l’antenne française d’une organisation ultra-sioniste internationale « Le Keren Hayessod France »
    http://www.keren-hayessod.fr/communiques/2013/09/le-keren-hayessod-france-preside-par-richard-prasquier/
    Il envoya bien entendu une lettre de protestation sur le film car il montrait un grand tabou du cinéma occidental : le terrorisme sioniste. Un terrorisme que l’on a vu en oeuvre le 11 septembre 2001 :
    https://hichamhamza.wordpress.com/le-grand-tabou/

    Le 21 mars 2011, le député-maire UMP Claude Goasguen avait participé, en compagnie de Meyer Habib (alors vice-président du Crif, aujourd’hui député UDI) et Joël Mergui (président du Consistoire), à un rassemblement de protestation contre le film !

  14. Tonio dit :

    Du drapeau israélien aux synagogues, l’hexagramme est désormais omniprésent mais pourtant étrangement il n’a rien à voir avec le judaïsme. Le prédicateur Louis Farrakhan donne la signification de ce symbole occulte.

    Dans son livre THE SIX-POINTED STAR (l’Étoile à Six Pointes), O.J. Graham explique que l’hexagramme était utilisé dans les anciennes religions à mystère. C’était le symbole de Moloch, Astarté, et Saturne. Cette étoile à 6 branches est considérée comme étant le symbole de l’Antichrist, symbole de magie noire qui porte le nombre 666 dans sa composition. Elle comporte six triangles, six côtés ou angles, et six pointes, comme trois six s’insérant les uns dans les autres. Ou d’une autre manière, on relève la présence de six angles à gauche, six angles à droite encadrant six angles au centre de l’étoile. D’une certaine manière donc, cette étoile s’apparente à la Marque de la Bête, marque liée au nombre 666.

    L’étoile de David ou Sceau de Salomon, composée de 2 triangles équilatéraux, s’inscrit dans un cercle et si un cercle a 360° soit — [60° + 60° + 60°] + [60° + 60° + 60°] — un triangle équilatéral possède 3 angles de 60°, soit [60° + 60° + 60°]. Rappelons que les années Bibliques se calculent sur une base de 360 jours.

    Ces mesures permettent de comprendre pourquoi ce signe hautement occulte est lié à la résurrection d’Horus, le Dieu-homme et à la religion à mystères et ses rites initiatiques Babyloniens. Le hiéroglyphe qui représentait Horus ressuscité était une étoile à 6 branches, devenue «étoile de David» par confusion ou assimilation et «Sceau de Salomon» en connaissance de cause!

    L’opposition ou l’interrelation qui existe entre les deux triangles figurerait le combat permanent de la lumière et des ténèbres. A la fois mâle et femelle, les deux triangles s’entrelacent pour évoquer l’acte sexuel entre une force active et une passive, selon le schéma du Yin/Yang Chinois bien connu «un peu de bien dans le mal, un peu de mal dans le bien».

    Selon Éliphas Lévi (1860), dans son «Histoire de la Magie» : « Cette philosophie occulte, voilée sous le nom de Kabbale est indiquée par tous les hiéroglyphes des anciens sanctuaires et des rites encore connus de la Maçonnerie ancienne et moderne. Le Kabbaliste répète au fond de son coeur, avec «les Sages d’Israël»: Il n’y a qu’un Dieu, et c’est Dieu; ce qui veut dire pour un initié aux vraies sciences: Il n’y a qu’un Dieu, et c’est Dieu; et aussi: Il n’y a qu’un Être, et c’est l’Être, qui interprété selon la science occulte signifie: Ce qui est en Haut, est comme ce qui est en bas; le Tout n’est pas plus grand que la partie, et la partie n’est pas plus grande que le Tout, afin que tous soit Un. »

    L’étoile de David est le symbole par lequel l’homme se déclare être Dieu lui-même; et ceci est le destin que se donna le Sionisme Messianique d’Israël. Il n’est donc pas étonnant de voir que l’étoile de David contienne l’essence même du nombre 666 dans sa composition géométrique: six cotés ou angles, six pointes, six triangles.

    Nous avons vu qu’elle remonte en fait aux temps anciens de l’Égypte où elle était utilisée dans la magie, la sorcellerie, la divination, l’astrologie et l’occultisme en général. Mais on sait moins qu’elle était aussi associée au sacrifice d’enfants par le feu aux dieux Moloch et Baal.

    Dans l’antiquité, le culte du feu (la destruction) était associé au culte du Soleil (l’intelligence), ainsi nous voyons que les enfants des hommes sont marqué pour la destruction par les prouesses de leur intelligence. Ils raisonnent la Parole de Dieu à leur perte, s’imaginant qu’ils peuvent marchander (acheter et vendre) ou coopérer avec Dieu dans le salut de leur âme par leur propre choix ou par les œuvres méritoires de leur obéissance, et c’est exactement là que nous trouvons la vraie marque de la bête.

    La grâce ne peut s’acheter ni se vendre, autrement elle ne serait pas une grâce mais une œuvre méritoire, ce qui indique que ceux qui veulent se justifier par leurs efforts, leurs actions (la main), leurs pensées (le front) et tout ce qui en découle comme leurs choix individuels, leur obéissance et leurs bonnes œuvres, ou encore leur grand savoir académique,sont marqués du sceau de la bête et sont perdus pour l’éternité. Ils veulent usurper la souveraineté de Dieu avec leur libre choix illusoire. Telle est la signification de la marque, du nom, et du numéro 666, les trois se rapportent à une seule et même chose à savoir«la justification par les œuvres.

    «L’étoile de David», nommée aussi «le sceau de Salomon» par les occultistes, est un symbole sacré qui provient de la Cosmologie Babylonienne, et fut adopté par les Juifs Talmudistes lors de la déportation à Babylone. Ce symbole du Culte du Soleil Babylonien fut par la suite intégré dans la Kabbale juive, livre de la haute magie qui est la plus pure tradition de l’occultisme, pour devenir l’héritage exclusif de la nation d’Israël. Cette étoile est mentionnée dans Actes 7:43: «Vous avez porté le tabernacle de Moloch, et l’étoile de votre dieu Remphan, des figures que vous avez faites pour les adorer; c’est pourquoi je vous transporterai au-delà de Babylone…»

    La désignation de «Remphan» signifie «Saturne», c’est à dire «Satan». La révélation de cela est importante, elle nous indique qu’au temps du Seigneur Jésus, les Juifs, surtout les dirigeants du peuple, avaient apostasié et servaient le diable plutôt que le Dieu Suprême et Tout-Puissant révélé à Moïses. Cela est confirmé par le Seigneur Jésus qui s’adresse aux Juifs: «Le père dont vous êtes issus, c’est le diable, et vous voulez accomplir les désirs de votre père. Il a été meurtrier dès le commencement, et il n’a point persisté dans la vérité, parce qu’il n’y a pas de vérité en lui. Lorsqu’il dit le mensonge, il parle de son propre fonds; car il est menteur, et le père du mensonge.» (Jn. 8:44)

  15. Gabi dit :

    Zohra Mahi avocate d’origine algérienne et spécialiste de la Palestine nous apporte sa vision qu’elle développe dans son ouvrage sur l’état d’Israël qu’elle considère comme un état voyou.
    -http://www.dailymotion.com/video/x2f0wte_zohra-mahi-israel-itineraire-sanglant-d-un-etat-voyou-meta-tv_tv#from=embediframe

    Pour elle, il faut avoir des tripes pour oser parler de la Palestine ! En 1948 fut prise une injuste décision par un organisme qui deviendra l’ONU, la donation de la Palestine à un peuple venant de nulle part. Le chercheur Ilan Pappé qui est cofondateur du mouvement ODSG en est bien d’accord et il préconise un seul état démocratique israélo-palestinien. Car les Palestiniens sont véritablement victimes d’apartheid. Voir Netanyahu défilé à Paris le 11 janvier était d’un cynisme inouï ! Son agenda électoraliste le poussait sans doute à vouloir montrer qu’il était bien vu à l’étranger. En défilant avec lui, les Français devenaient aux yeux du monde, complices de cet assassin. Car à Gaza, 2300 morts dont 17 journalistes furent comptabilisés. S’il n’aime pas les médias indépendants, il déteste aussi les caricaturistes tel que Maximilien Leroy. Il fut interdit d’Israël pendant 10 ans car trop pro-palestinien.. Une chose étonnante, la préfecture et les organisateurs du défilé furent d’accord sur le nombre de manifestants le dimanche ! D’autre part, aucun tribunal n’a accusé les deux frères. Ils doivent donc être supposés innocents ! Si on les a tués comme Merah, il doit y avoir une raison. Un mort ne parle pas. Pourtant des balles soporifiques existent ! Et cette histoire de papier d’identité retrouvé comme lors du 11 septembre, est louche ! D’autant plus qu’on y retrouve les mêmes arguments pour mettre en place un Patriot Act. C’est le 26 octobre 2001 que le Congrès des USA vota ce texte de 300 pages qui donnait plein pouvoir à la NSA, CIA et armée. Ils pouvaient fouiller partout sans avoir besoin de le justifier devant la Justice. Aussi ils perquisitionnaient sans autorisation préalable, saisissaient des biens sans même en informer leurs propriétaires. Ils mettaient en détention (Guantanamo) des gens sans limite de temps et sans chef d’accusation. Si au départ cette loi d’exception devait durer 4 ans, elle fut plusieurs fois reconduites jusqu’en juin 2015. Après les révélations de Snoxden, les congressistes la continueront-ils ? Après Charlie, on s’achemine donc tout droit vers un Patriot Act à la française. L’opinion publique a bien été conditionnée pour l’accepter. ne serait-ce qu’avec le livre d’Eric Zemmour. Il y a quelques années, c’était l’Algérie qui était dans le collimateur des Daesh de l’époque. Ils firent 250 000 morts sans que la France n’aide les Algériens. Autre chose étonnante, la chaîne israélienne I24 news, avant même la police, dévoilait à ses auditeurs que les deux frères étaient algériens. Pourtant ils ne sont nulle part inscrits au consulat algérien. Ils sont donc français à 100%. Pourquoi donc chercher à piéger l’Algérie ? Quand on voit ce qu’est la laïcité française, où tout le monde se sent obligé d’aller à la synagogue, puis aux funérailles à Jérusalem (Ségolène Royal), on est en droit de penser que les véritables organisateurs de toute cette mise en scène (comme le dit Attali) doivent se trouver à Tel Aviv !

  16. Carlos dit :

    Bernard Henri-Lévy, lobbyiste sioniste, a appelé le 22 janvier la communauté internationale à lutter contre l’antisionisme, principale cause selon lui de l’antisémitisme, lors de l’ouverture d’une session spéciale de l’Assemblée générale des Nations unies, consacrée à « la montée de l’antisémitisme dans le monde » ! Au cours de cette session extraordinaire, la première du genre dans l’histoire de l’instance internationale,le secrétaire général de l’Onu, Ban Ki-moon, a estimé que les Nations unies « avaient pour devoir de lutter contre l’antisémitisme si elles voulaient rester fidèles à leur idéal et à leur principe fondateur ».

    Petit exemple qui font penser aux gens que les sionistes sont odieux ! Durant l’été 2014, lors des bombardements israéliens de la bande de Gaza, un soldat de Tsahal s’est approché d’une dame, une Palestinienne de 74 ans, Ghalya Abu-Rida, pour lui donner une gorgée d’eau. Ce cliché allait servir de propagande. Il y a quelques jours, début 2015, le porte-parole de Tsahal, Avichay Adraee, a montré la photographie comme un exemple de l’humanité de l’armée israélienne envers les civils de la bande de Gaza ! Mais voilà il a oublié de dire que juste après la photo, le soldat a abattu la dame d’une balle dans la tête, à un mètre de distance, en regardant son corps se vider de son sang. C’est ainsi qu’ Isra-hell développe autour d’elle l’antisionisme !

  17. Benoit dit :

    Le diabolique Netanyahu en est à vouloir faire revenir des juifs en Ukraine ! Il est vrai que la plupart d’entre eux viennent de l’est ! Ce sont des Khazars !
    http://blogs.timesofisrael.com/leaked-report-israel-acknowledges-jews-in-fact-khazars-secret-plan-for-reverse-migration-to-ukraine/

    • Gabi dit :

      Le Juif Khazar représente en fait à l’heure qu’il est, la plupart des juifs sur terre. Par le biais de l’analyse ADN, il a appris qu’il était en fait un « Gentil » et non de la lignée d’Abraham, d’Isaac et de Jacob. C’est principalement le Dr. Eran Elhaik, généticien moléculaire israélien, de l’Institut McKusick-Nathans de l’Université Médicale Johns Hopkins, qui a effectué ce que la plupart appellent l’étude définitive sur les origines des Juifs. La conclusion selon laquelle les gens se réclamant d’être « Juifs » sont des Khazars et n’ont aucune lien d’apparenté à l’ancien Israël est étayée par de nombreuses années de recherches scientifiques, historiques et archéologiques. Il a également été découvert que même des artefacts « juifs » tels que le Gefilte Fish (carpe farcie, plat ashkénaze typique), les chapeaux de fourrure ronds, et le symbole de l’étoile à six branches proviennent de Khazarie !

      Le Dr. Dan Graur, un généticien juif de renommée mondiale qui a travaillé à la faculté de l’Université de Tel-Aviv pendant 22 ans et est désormais à l’Université de Houston, sourit à la détresse des Sionistes. Car pour lui, les recherches du Dr. Elhaik sont « très honnêtes ». En 2001, des recherches génétiques du Dr. Ariella Oppenheim de l’Université de Tel-Aviv ont produit des résultats similaires à celles du Dr. Elhaik. L’étude d’Oppenheim a également trouvé que l’origine des Juifs est en Khazarie, et qu’ils sont d’ascendance Turkmène. Elle a également rapporté que certains Palestiniens possèdent les chromosomes dans leur sang qui indiquent qu’ils sont Cohanim et Israélites. Mais les travaux d’Oppenheim n’ont pas remué les Sionistes tant que ça parce qu’elle est assez discrète sur ses découvertes. La colère des Sionistes est donc réservée à Elhaik, dont ils craignent beaucoup les recherches. Le Dr. Shlomo Sand, professeur d’histoire à l’Université de Tel-Aviv et auteur du best-seller du New York Times, « Comment le Peuple Juif fut Inventé« , trouve que l’étude définitive d’Elhaik « tombe sous le sens. » Comment un quelconque scientifique réfuté peut-il le nier?

      http://www.texemarrs.com/092013/jews_deny_being_khazars.htm

      A lire, l’histoire occultée des faux Hébreux : les Khazars ! par Benjamin H. Freedman
      http://www.fichier-pdf.fr/2012/01/15/l-histoire-occultEe-des-faux-hEbreux-les-khazars-1/l-histoire-occultEe-des-faux-hEbreux-les-khazars.pdf

  18. Otho dit :


    Comprendre l’État d’Israël avec Yakov Rabkin, un antisioniste !

    Comme le rabbin Shapiro qui déclarait « Nous ne croyons pas qu’Israël soit l’Etat nation du peuple juif. »

    En attendant, Google a remplacé sur ses cartes le mot Palestine par Israël :

  19. Haï dit :

    En 1989, l’ancien chef du Renseignement états-unien en Europe, Irwing Brown, révélait aux journalistes Roger Faligot et Rémi Kauffer avoir recruté Jean-Christophe Cambadélis lorsqu’il militait chez les trotskistes lambertistes. 25 ans plus tard, M. Cambadélis est devenu Premier secrétaire du Parti socialiste français !

    Il y a un lien très fort entre les trotskistes et les neo-cons !

    On entend souvent parler des néocons en lien avec Bush, Cheney et Rumsfeld. Or, ces sinistres individus sont loin d’être les véritables idéologues du néo-conservatisme. Ils n’en ont été que les porte-paroles et représentants les plus en vue à l’intérieur de l’administration Bush et Reagan, qui sont les deux administrations américaines au sein desquelles les néo-conservateurs ont eu le plus d’influence. Pour comprendre le phénomène des néo-conservateurs, il importe de mettre en lumière qui sont les penseurs et quels sont les fondements idéologiques de ce mouvement.

    Le premier grand néo-conservateur à avoir adopté ce mot et qui est considéré comme le fondateur de cette idéologie est Irving Kristol, un Américain juif né dans une famille juive orthodoxe et père de William Kristol, fondateur du think-tank néo-conservateur Project for the New American Century. Irving Kristol a été un militant trotskyste actif pendant sa jeunesse et a exposé ses vues néoconservatrices en 1979 dans l’article « Confessions of a True, Self-Confessed ‘Neoconservative.' »

    Le néo-conservatisme apparaît véritablement dans les années 1980. Ses adeptes sont souvent d’anciens démocrates, voire d’anciens trotskistes, déçus par l’évolution culturelle et intellectuelle depuis les années 1960. Si de nombreux néoconservateurs sont de confession juive et catholique (Gerson, Mark: 1987 : 285), il serait faux de réduire cette vision politique à une approche communautaire. Il est plus juste de dire que les néoconservateurs sont le plus souvent des pro-israéliens proches du Likoud, la droite israélienne.

    Depuis plus d’un siècle, le socialisme, le marxisme et, plus tard, le marxisme-léninisme (la doctrine bolchévique) ont été amplement promus dans des confréries francs-maçonniques d’inspiration révolutionnaire anglaises, allemandes, françaises, etc. (Plus de détails: Under The Sign of The Scorpion) En plus de cet appui des francs-maçons, la révolution bolchévique a été grassement financée par la haute finance capitaliste, celle de Wall Street, contrôlée par des milliardaires juifs talmudistes chapeautés par l’empire Rothschild, dont le coeur se situe depuis le début du 19e siècle dans la City de Londres (un État indépendant qui domine la Reine et le parlement britannique et qui régit ni plus ni moins que l’économie mondiale). Ne pas oublier que petit-fils de rabbin, Karl Marx a été formé à la pensée communiste par l’érudit talmudiste Moses Hess, qu’il surnommait « mon rabbin communiste. » Le bolchévisme était véritablement une révolution juive, dont l’élite avait pour langue officielle le Yiddish. Selon Soljenitsyne plus de 66 millions de Russes ont été massacrés par les bolchéviques. L’Holocauste communiste se révèle en chiffre incomparablement pire que l’Holocauste nazi! Selon Soljenitsyne: « les bolchéviques étaient dirigés par des non-Russes qui haïssaient le peuple russe. » D’où une telle haine peut-elle bien venir? Probablement du fait que les juifs (incluant de nombreux descendants des Khazars) n’ont jamais digéré d’avoir été évincés de Russie par les Chrétiens Russes. Ainsi, dès les premières semaines suivant la révolution bolchévique, les Églises russes ont été rasées les unes après les autres, alors que les synagogues étaient laissées intactes..

    Léon Trotsky, le militariste qui a fondé la police secrète de la Tchéka, était directement lié à la haute finance de Wall Street. Son vrai nom était Lev Bronstein et c’était un juif newyorkais ouvertement franc-maçon (de la loge maçonnique exclusivement juive du B’Nai Brith) qui n’avait rien de russe. C’est Jacob Schiff, un banquier juif newyorkais représentant les intérêts Rothschild, président de la banque Kuhn, Loeb & Co. (propriété des Rothschild), fondateur de l’American Jewish Committee et membre de la loge maçonnique juive du B’Nai Brith, qui a financé Trotsky pour faire la révolution en Russie.

    Un conflit éclata entre Staline et Trotsky. Staline était nationaliste et son communisme concernait la nation russe avant tout, à l’inverse du communisme de Trotsky qui était en mode international. Les trotskistes étaient les communistes les plus intimement liés aux grands financiers internationalistes de Wall Street. Les trotskistes prônent la révolution mondiale, internationale. Ils ont vite compris qu’il valait mieux prendre le contrôle du capitalisme de l’intérieur pour ensuite étendre la révolution à l’échelle mondiale. C’est ainsi qu’ils ont pris d’assaut les centres de pouvoir américains pour en faire leur chien de combat, leur instrument de domination mondiale par lequel ils pourront fomenter des guerres afin de renverser des régimes partout dans le monde. Les trotskistes américains ont vite rejoint l’empire américain contre les staliniens et l’Union soviétique….

    La suite est bien mieux connue ou va se dérouler sous nos yeux ! Se souvenir tout de même que l’agent des Rothschild Paul M. Warburg, de la fameuse famille de banquiers juifs, fut le premier président et ardent promoteur de la Réserve fédérale américaine, membre du CFR et l’un des collaborateurs de Kuhn, Loeb & co. (de Jacob Schiff), en plus d’avoir été l’un des grands financiers de la révolution bolchévique. Son fils James Paul Warburg, qui fut le conseilleur financier de Franklin D. Roosevelt., est connu pour avoir déclaré publiquement devant le CFR du Sénat des États-Unis: « Nous aurons un gouvernement mondial que nous l’aimions ou pas. La question est seulement si nous l’aurons par consentement ou par conquête. »

  20. Patrick dit :

    Témoignage du rabbin Nuchem Rosenberg faisant partie des hassidim de Satmar (mouvement juif orthodoxe bien implanté à Brooklyn) sur les mikvés (établissement de bains rituel) qui ne respectaient pas la Torah. Ces dernières années, le scandale des abus sexuels dans le judaïsme ultra-orthodoxe a eu droit à son lot de gros titres. À New York et dans d’autres importantes communautés orthodoxes, en Israël et à Londres, les accusations de maltraitance et de viol sur enfants se sont multipliées. Les auteurs présumés sont toujours des figures masculines de l’autorité : professeurs, rabbins, pères et oncles. Les victimes, sont pour la plupart de jeunes garçons. Selon le rabbin Rosenberg, près de la moitié des jeunes adultes de la communauté hassidim de Brooklyn, ont été victimes d’abus sexuels perpétrés par leurs aînés. Ben Hirsch, président de Survivors for Justice, une organisation de Brooklyn chargée de défendre les victimes d’abus sexuels dans la communauté orthodoxe juive, estime que le chiffre est encore plus élevé. « En me fondant sur tout ce qui a été raconté, je parlerais plutôt de plus de 50 %. C’est presque devenu un rite de passage. »
    http://www.vice.com/fr/read/et-yahve-dit-vous-avez-le-droit-v7n12

  21. Andrée dit :

    Selon un militaire français, le problème est bien le sionisme !

    A-t-on oublié ce qu’écrivait déjà en 1914 Isaac Blumchen ?
    http://fr.scribd.com/doc/199715198/Le-Droit-de-la-Race-superieure-scanne

    Aux sources du sionisme :
    http://aline.dedieguez.pagesperso-orange.fr/mariali/sommaire_chaos.html

    • Haï dit :

      Se souvenir de qui voulait Israël ?

      Le premier chef d’État ayant affirmé son intention de rassembler les juifs du monde entier dans un État qui serait le leur fut Lord Cromwell au XVIIe siècle. Son projet, clairement explicité, consistait à utiliser la diaspora juive pour étendre l’hégémonie anglaise. Ce projet a été défendu par tous les gouvernements britanniques successifs et inscrit par Benjamin Disraeli à l’ordre du jour de la Conférence de Berlin.

      Theodor Herzl lui-même était un disciple de Cecil Rhodes, le théoricien de l’Empire britannique. Herzl avait proposé au départ de créer Israël en Ouganda ou en Argentine, pas du tout en Palestine. Lorsqu’il est parvenu à faire adhérer des militants juifs au projet britannique, il a acheté des terres en Palestine en créant l’Agence juive dont les statuts sont la copie intégrale de la société de Rhodes en Afrique australe.

      En 1916-17, le Royaume-uni et les États-Unis se sont réconciliés en s’engageant ensemble à créer l’État d’Israël, c’est la Déclaration Balfour pour Londres et les 14 points de Wilson pour Washington. Il est donc parfaitement absurde de prétendre que Herzl a inventé le sionisme, de dissocier le projet sioniste du colonialisme britannique, et de nier que l’État d’Israël est un outil du projet impérial commun de Londres et de Washington.

      La position du Parti socialiste sur ce sujet n’est pas innocente. En 1936, il proposait avec Léon Blum de transférer les juifs allemands au Sud du Liban de manière à ce que ce territoire soit annexé par Israël lorsque celui-ci serait créé .
      My Enemy’s Enemy : Lebanon in the Early Zionist Imagination, 1900-1948, par Laura Zittrain Eisenberg, Wayne State University Press (1994). Thèse de doctorat vérifiée par Itamar Rabinovitch côté israélien et Kamal Salibi côté libanais.

      Cependant le projet fut rapidement écarté par le haut-commissaire français à Beyrouth, le comte Damien de Martel de Janville, parce qu’il violait à l’évidence le mandat de la Société des Nations. Aujourd’hui le lobby israélien, créé en 2003 au sein du Parti socialiste, alors que François Hollande était Premier secrétaire, s’appelle donc naturellement Cercle Léon-Blum.

  22. véronique dit :

    L’incroyable réaction d’Elkabbach lors de son émission sur Public Sénat le 10 avril ! Le journaliste avait commenté ainsi la conversion au catholicisme de Véronique Lévy, la soeur de BHL :

    • « Mais il vaut mieux que pour les juifs leur destinée ne soit pas de se fondre dans des conversions qui les fassent disparaître pire que d’autres ont essayé de la faire. »

    http://rutube.ru/video/7455fe7921d69196589a8983ea3a7c76/

    • Sophie dit :

      « il vaut mieux que pour les juifs leur destinée ne soit pas de se fondre dans des conversions qui les fassent disparaître » nous dit le sioniste Elkabbach. Il ferait mieux de relire la Torah ! Car ne devrait-on pas l’interdire ?
      http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/faut-il-interdire-l-ancien-147350
      Comment un juif peut-il accepter de nos jours ce qui y est écrit ? Il était vraiment temps qu’un autre juif recadre cette religion en créant le catholicisme.

      Le Lévitique est le troisième des cinq livres de la Torah (Pentateuque). Que dit-il ?

      • « Si un individu cohabite avec un mâle, d’une cohabitation sexuelle, c’est une abomination qu’ils ont commise tous les deux ; qu’ils soient punis de mort, leur supplice est mérité. » (Lévitique 20)
      • « Si un homme commet un adultère avec la femme d’un autre homme, avec la femme de son prochain, l’homme et la femme adultères doivent être mis à mort. » (Lévitique 20)
      • « Un homme ou une femme chez qui serait constatée une évocation ou un sortilège devront être mis à mort ; on les lapidera : ils ont mérité leur supplice. »

      Le Deutéronome est le dernier des 5 livres de la Torah (le Pentateuque chrétien). Que dit-il ?

      • « Or, quand l’Éternel, ton Dieu, t’aura installé dans le pays qu’il a juré à tes pères, Abraham, Isaac et Jacob, de te donner, pays aux villes grandes et belles, que tu n’as point bâties ; 11 avec des maisons abondantes en biens, que tu n’y as pas répandus, des citernes toutes faites, que tu n’as pas creusées, des vignes et des oliviers, que tu n’as point plantés ; quand tu jouiras de ces biens et t’en rassasieras, 12 garde-toi d’oublier l’Éternel… » (Deutéronome, 6)
      • « Nous prîmes alors toutes ses villes, et nous frappâmes d’anathème toute ville où étaient des êtres humains, même les femmes et les enfants ; nous ne laissâmes pas un survivant. » (Deutéronome, 2)

      Et que penser du Talmud de Babylone ?

      • Sanhedrin 55b. « Un Juif peut épouser une fillette de trois ans (spécifiquement âgée de trois ans « et un jour »). » 29.
      • Sanhedrin 54b. « Un Juif peut avoir des rapports avec un enfant tant que l’enfant a moins de neuf ans. » 30.
      • Kethuboth 11b. « Lorsqu’un homme a des rapports avec une petite fille ça ne fait rien. » 31.
        https://henrymakow.wordpress.com/2012/10/08/le-talmud-un-ocean-de-non-sens/
      • Tom dit :

        • « Tant que les peuples chrétiens adhèrent au Christ, ils n’ont rien à craindre de la synagogue. Mais malheur aux peuples chrétiens s’il arrive un jour où ils oublient que leur salut c’est le Christ ! Parce qu’alors, ils devront tomber sous l’esclavage déshonorant du diable, et de son exécuteur sur la terre, les juifs… »

        (tirées du livre de l’abbé Julio Meinvielle (1905-1973), « Les juifs dans le mystère de l’histoire » (écrit en 1959, dernière édition en 1964).

        Il ne faut pas oublier comment les juifs traitent Jésus :

        La police n’avait procédé à aucune arrestation après que le monastère de Beit Jamal a été la cible de crimes de haine en 2013 et 2016. En 2013, des extrémistes juifs présumés avaient lancé des bombes incendiaires sur le bâtiment et peint au spray des slogans comme « prix à payer », « mort aux non-Juifs » et « Vengeance » dans les couloirs du monastère. Puis, au mois de janvier 2016, des douzaines de croix du cimetière de Beit Jamal avaient été renversées. En 2017, pour la troisième fois, l’église située à l’ouest de Jérusalem est à nouveau vandalisée.
        http://fr.timesofisrael.com/des-vandales-profanent-pour-la-troisieme-fois-une-eglise-pres-de-beit-shemesh/

      • lisa dit :

        des conneries , comprends tu l’hébreu littéraire sans voyelles ?, ou as tu étudié le talmud ? , , quels sont tes maîtres d’étude ? , tu es l’héritière des synodes , saches que nous accepterons jamais de retourner à la frontière d’Auschwitz et avons de quoi calmer votre folie (+de 500 tetes nucleaires).

  23. John dit :

    Le sionisme et le régime nazi par Klaus Polkehn :
    http://metatv.org/le-sionisme-et-le-regime-nazi-un-texte-important-de-klaus-polkehn-enfin-disponible-en-francais

    Mais aussi les secrets du communisme de Juri Lina : Ce documentaire a été écrit et produit en 2009 par le journaliste dissident estonien (ex rép. d’URSS) exilé en Suède, Juri Lina qui a eu accès à d’importantes archives soviétiques ouvertes aux chercheurs à partir de 1991 lors de la Pérestroïka, jusque là inaccessibles et inédites. Le documentaire est tiré du livre « Sous le signe du Scorpion ».
    https://francmaconnerieexposee.files.wordpress.com/2015/12/lina-juri-sous-le-signe-du-scorpion.pdf

  24. Et bien dis donc, il en a pas perdu le sommeil le petit Morsay (Mohamed Mehadji) 84 ce jeune malfrat se permet de voler les vélos de LA POSTE et de vendre des CDs NecroPedoSadoMaso Love a son stand !!
    CD Morsay https://stopliberalisme.wordpress.com/2015/09/27/des-cds-pedopornographiques-dans-les-grandes-surfaces/

  25. Luc dit :

    Citations sur le sionisme :

    « Nous devons nous préparer à l’offensive. Notre but est d’écraser le Liban, la Transjordanie et la Syrie. Le point faible est le Liban, parce que le régime musulman est artificiel et facile pour nous à déstabiliser. Nous devons y établir un état chrétien, puis nous écraserons la Légion Arabe, nous éliminerons la Transjordanie et la Syrie tombera. Ensuite nous bombarderons et partirons prendre Port Saïd, Alexandrie et le Sinaï »

    David Ben-Gourion, mai 1948, à l’Etat major général. Tiré de « Ben-Gurion, A Biography », par Michael Ben-Zohar, Delacorte, New York, 1978
    ————————————————————————————————————————————

    « L’action qu’il (Israël) menait pour doubler sa population par l’immigration de nouveaux éléments, donnait à penser que le territoire qu’il avait acquis ne lui suffirait pas longtemps et qu’il serait porté, pour l’agrandir, à utiliser toute occasion qui se présenterait. C’est pourquoi d’ailleurs, la Vème République s’était dégagée, vis-à-vis d’Israël, des liens spéciaux et très étroits que le régime précédent avait noués avec cet Etat. »

    « Israël ayant attaqué, s’est emparé, en six jours de combat, des objectifs qu’il voulait atteindre. Maintenant il organise, sur les territoires qu’il a pris, l’occupation qui ne peut aller sans oppressions, expulsions, et il s’y manifeste une résistance qu’à son tour il qualifie de terrorisme. »

    Charles De Gaulle, « Conférence de presse du 27 novembre 1967 », Extraits Pour l’Avenir (choisis par l’Institut Charles de Gaulle), Edition Le livre de poche, n° 3480, pp. 337-339, 1973

    ————————————————————————————————————————————

    « Vous, habitants d’Israël, ne devez pas vous amollir ou vous laissez attendrir, vous ne devez pas avoir de compassion pour eux jusqu’à ce que nous ayons détruit la prétendue culture arabe, sur les ruines desquelles nous édifierons notre propre civilisation. »

    Menahem Volfovitz Begin, Déclaration à la Conférence des chefs militaires, 28 octobre 1956.

    ————————————————————————————————————————————

    « Ne nous cachons pas la vérité…. Politiquement nous sommes les agresseurs et ils se défendent.Ce pays est le leur, parce qu’ils y habitent, alors que nous venons nous y installer et de leur point de vue nous voulons les chasser de leur propre pays. Derrière le terrorisme (des Arabes) il y a un mouvement qui bien que primitif n’est pas dénué d’idéalisme et d’auto-sacrifice. »

    David Ben-Gourion : Cité page 91 du Triangle Fatidique de Chomsky qui est paru le livre de Simha Flapan « Le Sionisme et les Palestiniens » – page 141-2, citant un discours de 1938.

    ————————————————————————————————————————————

    « Nous devons expulser les arabes et prendre leur place »

    David Ben Gourion, futur premier ministre d’Israël,1937, « Ben Gurion and the Palestine Arabs », Oxford University Press, 1985.

    ————————————————————————————————————————————

    « Nous devons tuer tous les palestiniens à moins qu’ils ne soient résignés à vivre en tant qu’esclaves ».

    Président Heilbrun, du comité pour la réélection du général Shlomo Lehat, maire de Tel-Aviv, octobre 1987.

    ————————————————————————————————————————————

    « Nous devons utiliser la terreur, les assassinats, l’intimidation, la confiscation des terres et l’arrêt de tous les programmes sociaux afin de débarrasser la Galilée de sa population arabe ».

    Israël Koenig, « The Koenig Memorandum », soumis au premier ministre israélien en avril 1976.

    ————————————————————————————————————————————

    « La seule solution est Eretz Israel (Grand Israël), ou au moins Eretz Israel Ouest (toutes les terres à l’ouest du Jourdain), sans les arabes. Il n’y a pas de place pour un compromis sur ce point. Nous ne devons pas laisser un seul village, pas une seule tribu ».

    Joseph Weitz, Directeur du Fond National Juif, l’agence sioniste chargée d’acquérir les terres de Palestine, Circa 194. Machover Israca, 5 janvier 1973 p. 2.

    ————————————————————————————————————————————

    « Tuer n’est pas un crime si les victimes ne sont pas juives ».

    Le rabbin israélien Yitzhak Ginsburg, Jerusalem Post, 19 juin 1989.

    ————————————————————————————————————————————

    « Chasser la population pauvre (les arabes) au-delà de la frontière en lui refusant du travail. Le processus d’expropriation et de déplacement des pauvres doit être mené discrètement et avec circonspection ».

    Théodore Herzl, fondateur de l’Organisation sioniste mondiale, « Complete Diaries », note du 12 juin 1895.

    Vers le grand Israël :

    après avoir eu le 29 novembre 1947 de l’ONU que la Palestine soit scindée en deux Etats, un juif et un palestinien. L’administration de Jérusalem relèvera de l’organisation internationale. Le Conseil de la ligue arabe s’oppose à cette décision ; très vite les affrontements commencent. L’état d’Israël naît le 14 mai 1948, et connaît immédiatement la guerre en étant envahi par l’Egypte, le Jordanie, l’Irak, la Syrie et le Liban.

    • Ursule dit :

      « Nous devons utiliser la terreur, les assassinats, l’intimidation, la confiscation des terres et l’arrêt de tous les programmes sociaux afin de débarrasser la Galilée de sa population arabe »
      Israël Koenig, « The Koenig memorandum »

      « Une terre sans peuple avec un peuple sans terre »
      Israel Zangwill (propagandiste sioniste), il y a environ cent ans

      « A l’étranger nous sommes habitués à croire qu’Israël est presque vide ; que rien n’y pousse et celui qui veut acheter de la terre peut aller là-bas acheter les terres qu’il désire. En réalité, la situation n’est pas ainsi. Dans ce pays, il est difficile de trouver une terre cultivable qui ne soit déjà cultivée »
      Commentaire de l’essayiste hébreu Achad Ha-Am, après avoir visité la Palestine en 1891

      « Chasser la population pauvre (les arabes) au-delà de la frontière en lui refusant du travail. Le processus d’expropriation et de déplacement des pauvres doit être mené discrètement et avec circonspection »
      Théodore Herzl, fondateur de l’Organisation sioniste mondiale, note du 12 juin 1895

      « Une réconciliation volontaire avec les arabes est hors de question, que ce soit maintenant ou dans le futur. Si vous souhaitez coloniser un pays dans lequel une population vit déjà, vous devez fournir une armée pour le pays ou trouver quelque riche personne ou bienfaiteur qui vous la fournirait. Sinon, abandonnez la colonisation, parce que sans une force armée, qui rendrait physiquement impossible toute tentative de détruire ou d’empêcher cette colonisation, la colonisation sera impossible, pas difficile, pas dangereuse, mais impossible. Le sionisme est une aventure de colonisation et c’est pour cela qu’elle est dépendante d’une force armée. Il est important … de parler hébreu, mais malheureusement, il est encore plus important d’être capable de tirer, ou bien je termine le jeu de la colonisation »
      Vladimir Jabotinsky, fondateur du sionisme révisioniste (précurseur du likoud), Le Mur de fer, 1923

      « La colonisation sioniste doit être exécutée contre la volonté de la population autochtone. C’est pourquoi cette colonisation doit continuer seulement sous la protection d’une puissance indépendante de la population locale, tel un mur de fer capable de résister à la pression de la population locale. Ceci est notre politique à l’égard des arabes »
      Vladimir Jabotinsky, Le Mur de fer, 1923

      « Nous devons expulser les arabes et prendre leur place »
      David Ben Gurion 1937, futur premier ministre d’Israël

      « Entre nous soit dit, il doit être clair qu’il n’y a pas de place pour deux peuples dans ce pays. Nous n’atteindrons pas notre but si les arabes sont dans ce pays. Il n’y a pas d’autres possibilités que de transférer les arabes d’ici vers les pays voisins – tous. Pas un seul village, pas une seule tribu ne doit rester
      Joseph Weitz, chef du département colonisation de l’Agence juive en 1940, tiré de « A solution to the refugee problem »

      « A-t-on vu un seul peuple abandonner son territoire de sa propre volonté ? De la même façon, les arabes de Palestine n’abandonneront pas leur souveraineté sans l’usage de la violence »
      Vladimir Jabotinsky (fondateur et partisan des organisations terroristes sionistes), cité par Maxime Rodinson dans « Peuple juif ou problème juif » (Jewish people or jewish problem)

      « Si j’étais un leader arabe, je ne signerais jamais un accord avec Israël. C’est normal, nous avons pris leur pays. C’est vrai que Dieu nous l’a promis, mais en quoi cela les concerne ? Notre dieu n’est pas le leur. Il y a eu l’antisémitisme, les nazis, Hitler, Auschwitz, mais était-ce de leur faute ? Ils ne voient qu’une seule chose : nous avons volé leur pays. Pourquoi devraient-ils l’accepter ? »
      David Ben Gurion, le premier ministre israélien, cité par Nahum Goldman dans le paradoxe juif, p. 121.

      « … si les gens s’habituent à cette donnée et que nous soyons réellement obligés d’accepter le retour des réfugiés, il pourrait être difficile pour nous, quand nous seront confrontés à des hordes de plaignants, de convaincre le monde qu’ils ne vivaient pas tous sur le territoire israélien. Quoi qu’il arrive, il serait souhaitable de réduire au minimum leur nombre … sinon »
      Arthur Lourie, responsable israélien, dans une lettre à Walter Eytan, directeur général du ministère des affaires étrangères israélien (ISA FM 2564/22). D’après Benny Morris, « Naissance du problème des réfugiés palestiniens 1947-49 », p. 297

      « Nous devons tout faire pour nous assurer qu’ils (les palestiniens) ne reviennent pas » … « Les vieux mourront et les jeunes oublieront »
      David Ben Gurion, journal du 18 juillet 1948

      « Parmi les phénomène politiques les plus inquiétants de notre temps, il y a l’émergence, dans l’Etat nouvellement créé d’Israël, d’un parti de la Liberté (Herut), un parti politique très proche, dans son organisation, ses méthodes, sa philosophie politique et son appel social, des nazis et des partis fascistes. Begin et Yitzhak Shamir qui étaient membres de ce parti sont devenus premiers ministres »
      Albert Einstein. Hana Arendt et d’autres juifs américains célèbres, ont écrit dans le New York Times, pour protester contre la visite en Amérique de Begin, en décembre 1948.

      « La carte actuelle de la Palestine a été dessinée sous le mandat britannique. Le peuple juif possède une autre carte que les jeunes et les adultes doivent s’efforcer de mener à bien : celle du Nil à l’Euphrate »
      Ben Gurion

      « Nous devons affronter la réalité qu’Israël n’est ni innocent, ni rédempteur. Et que lors de sa création et de son expansion, nous les juifs avons créé ce dont nous avons souffert historiquement : une population de réfugiés dans une diaspora »
      Martin Buber, philosophe juif, s’adressant au premier ministre Ben Gurion, sur le caractère moral de l’Etat d’Israël en faisant référence aux réfugiés arabes en mars 1949.

      « La population doit se préparer à la guerre, mais il revient à l’armée israélienne de poursuivre le combat avec l’objectif ultime qui est la création de l’Empire israélien »
      Moshe Dayan, ministre israélien de la défense et des affaires étrangères, 12 février 1952 Radio Israel

      « Quand nous (disciples du judaïsme prophétique) nous sommes retournés en Palestine … la majorité des juifs, ont préféré apprendre d’Hitler plutôt que de nous »
      Martin Buber, au public de New York. Jewish Newletter, 2 juin 1958

      Description par Rabin de la conquête de Lydda, après l’achèvement du plan Dalet. « Nous réduirons la population arabe à une communauté de coupeurs de bois et de serveurs ».
      Uri Lubrani, conseiller spécial aux Affaires arabes de Ben Gurion, 1960, tiré de « The Arabs in Israel » par Sabri Jiryias

      « Si l’assemblée générale devait voter par 121 voix contre une le retour aux frontières de l’armistice (frontière d’avant juin 1967), Israël refuserait de se plier à cette décision »
      Aba Aban, ministre israélien des affaires étrangères. New York Times, 9 juin 1967

      « Comment pourrions-nous rendre les territoires occupés ? Il n’y a personne à qui les rendre »
      Golda Meir, premier ministre d’Israël, 8 mars 1969

      « Des villages juifs ont été construits à la place des villages arabes. Vous ne connaissez pas le nom de ces villages et je ne vous le reproche pas, car les livres de géographie n’existent plus. Et non seulement les livres, mais les villages n’existent plus. Nahahal a remplacé Mahahul, le Kibbutz Gevat a remplacé Jubta, le Kibbutz Sarid a remplacé Hanifas et Kafr Yehoushua celle de tel Shaman. Il n’y a pas un seul endroit dans ce pays qui n’a pas une ancienne population arabe »
      Moshe Dayan, discours au Technion, Haifa, repris dans Ha’aretz, 4 avril 1969

      « Il n’y a jamais rien eu de tel puisque les palestiniens n’ont jamais existé »
      Golda Meir, premier ministre israélien, 15 juin 1969

      « La thèse d’un danger d’un génocide qui nous menaçait en juin 67 et qu’Israêl se battait pour son existence physique était seulement du bluff, créé et développé après la guerre »
      Général Matityaha Pelet, Ha’aretz, 19 mars 1972

      « C’est le devoir des leaders israéliens d’expliquer à l’opinion publique, clairement et courageusement, un certain nombre de faits qui ont été oubliés avec le temps. Le premier de ces faits, c’est qu’il n’y a pas de sionisme, de colonisation ou d’Etat juif, sans l’éviction des arabes et l’expropriation de leurs terres »
      Yoram Bar Poreht, Yediot Aahronot, 12 juillet 1972

      « La seule solution est Eretz Israel (Grand Israël), ou au moins Eretz Israel Ouest (toutes les terres à l’ouest du Jourdain), sans les arabes. Il n’y a pas de place pour un compromis sur ce point. Nous ne devons pas laisser un seul village, pas une seule tribu »
      Joseph Weitz, directeur du Fond national juif, 1973

      « Nous sommes sortis, accompagnés par Ben Gurion. Allon a répété sa question : « Que devons-nous faire avec la population palestinienne ? » Ben Gurion a levé sa main dans un geste qui voulait dire : « Chassez-les » »
      Yitzhak Rabin, version censurée des mémoires de Rabbin, publiées dans le New York times, 23 octobre 1979.

      « Les palestiniens sont des bêtes qui marchent sur deux jambes »
      Menahem Begin, discours à la Knesset, cité dans Amnon Kapeliouk, « Begin and the beast » «(Begin et les bêtes), New Statesman, 25 juin 1982

      « Nous déclarons ouvertement que les arabes n’ont aucun droit de s’établir sur ne serait-ce un seul centimètre du Grand Israël … La force est l’unique chose qu’ils comprennent. Nous devons utiliser la force absolue jusqu’à ce que les palestiniens viennent ramper devant nous »
      Raphael Eitan, chef d’Etat-major des forces de la défense israéliennes. Gad Becker, Yediot Aharonot, 13 avril 1983, New York Times, le 14 avril 1983

      « Lorsque nous aurons colonisé le pays, il ne restera plus aux arabes que de tourner en rond comme des cafards drogués dans une bouteille »
      Raphael Eitan, chef d’Etat major des forces de défense israéliennes (Tsahal), New york Times, 14 avril 1983

      « Le pouvoir légal d’Hitler était basé sur le « décret de loi », qui était voté tout à fait légalement par le Reichstag et qui permettait au Führer et à ses représentants, en langage simple, de faire ce qu’ils voulaient, ou en langage juridique, de publier des décrets ayant pouvoir de loi. Exactement le même type de loi votée par la Knesset (le parlement israélien) juste après la conquête de 1967, accordant au gouvernement israélien, et à ses représentants le pouvoir d’Hitler, qu’ils utilisent de façon hitlérienne »
      Docteur Israel Shahak, président de la Ligue israélienne pour les droits de l’homme et les droits civiques, survivant du camp de concentration de Bergen Belsen, commentant les lois d’urgence de l’armée israélienne suite à la guerre de 1967. Palestine, vol. 12, décembre 1983

      « Nous devons tuer tous les palestiniens à moins qu’ils ne soient résignés à vivre en tant qu’esclaves »
      Président Heilbrun, du comité pour la réélection du général Shlomo Lehat, maire de Tel-Aviv, octobre 1987

      « Les palestiniens » seront écrasés comme des sauterelles … leurs têtes éclatés contre les rochers et les murs »
      Yitzhak Shamir, premier ministre israélien, 1er avril 1988

      « Le sang juif et le sang des « goys » (non-juifs) ne sont pas les mêmes »
      Le rabbin israélien Yitzhak Ginsburg, concluant que tuer n’est pas un crime si les victimes ne sont pas juives. Jerusalem Post, 19 juin 1989

      « Israël aurait dû exploiter la répression des manifestations en Chine lorsque l’attention du monde s’est focalisée sur ce pays, pour mettre à exécution des expulsions massives parmi les arabes des territoires »
      Benyamin Netanyahu, alors député israélien au ministère des affaires étrangères, ancien premier ministre d’Israël, s’exprimant devant des étudiants à l’université de Bar Ilan, tiré du journal israélien « Hotam », du 24 novembre 1989

      « Les palestiniens sont comme les crocodiles, plus vous leur donnez de viande, plus ils en veulent … »
      Ehud Barak, premier ministre israélien, 28 août 2000, Jerusalem post du 30 août 2000

      « Il y a une énorme différence entre nous (les juifs), et nos ennemis. Pas seulement dans la capacité, mais dans la morale, la culture, le caractère sacré de la vie et la conscience. Ils sont nos voisins ici, mais c’est comme si à quelques centaines de mètres, il y avait un peuple qui n’appartenait pas à notre continent, à notre monde, qui appartenait véritablement à une autre galaxie »
      Président israélien Moshe Katsav, Jerusalem Post, 10 mai 2001

      « Chaque fois que nous faisons quelque chose, vous me dites que l’Amérique fera ceci ou fera cela … Je vais vous dire quelque chose de très clair : Ne vous préoccupez pas de la pression de l’Amérique sur Israël, nous, les juifs, contrôlons l’Amérique, et les américains le savent »
      Le premier ministre israélien Ariel Sharon, 3 octobre 2001, à Shimon Péres, cité sur la radio Kol Yisrael

  26. zoé dit :

    « On demandait un jour à un soldat israélien posté à un de ces fameux et sinistres check-points comment il distinguait un Juif d’un Arabe. « C’est simple, les Palestiniens ont un regard de Juifs traqués ». »

  27. willy dit :

    L’élite occidentale n’a pas grand-chose à faire du Christ ou de Mahomet. Leur dévotion éperdue s’adresse à une autre divinité ancienne : Mammon. Cet antique dieu de l’Avidité était adoré, avant tous les autres, par les Pharisiens, voilà deux millénaires, comme nous l’apprend l’Evangile. Jésus leur dit : “vous ne pouvez à la fois servir Dieu et Mammon”. Mais les Pharisiens se moquèrent de lui, parce qu’ils adoraient l’argent.

    Deux mille ans plus tard, le petit-fils du rabbin Trier, un certain Karl Marx, en arriva à la déduction révolutionnaire suivante : la foi de Mammon, cette “religion des Juifs pour les jours de semaine” – ce sont ses propres mots – est devenue la véritable religion des élites américaines. Marx cite, en l’approuvant, un certain colonel Hamilton : “Mammon est l’idole des Yankees, ils ne l’adorent pas simplement en paroles, mais aussi de toutes les forces de leur corps et de leur âme. A leurs yeux, la terre n’est qu’une immense bourse des valeurs et ils sont persuadés que leur unique mission sur la Terre est de devenir plus riche que leur voisin.” Marx conclut : “Là où la domination effective de la mentalité juive sur le monde chrétien a achevé son expansion, totale et éclatante, c’est en Amérique du Nord.”

    Les conférences de Milton Friedman ont été en quelque sorte l’occasion du “coming out” des Mammonites, adeptes de cette croyance. L’homme riche traditionnel n’aurait pour rien au monde rêvé de détruire sa propre société. Il se souciait de son pays et de sa communauté. Il ambitionnait d’être le premier parmi les siens. Il se considérait comme un “meneur d’hommes”, comme un “bon pasteur”. Certes, les bergers, eux aussi, mangent parfois du mouton, mais ils n’iraient jamais vendre le troupeau tout entier au boucher pour la seule raison que la cotation est bonne. Les Mammonites voient dans de telles billevesées une trahison de Mammon. Comme l’a écrit Robert McChesney, dans son introduction à l’ouvrage de Noam Chomsky “Le Profit, avant le Peuple”, “ils exigent une croyance absolue dans l’infaillibilité du marché dérèglementé”. En d’autres termes, une foi faite d’égoïsme et d’avidité illimités. Ils sont totalement exempts de toute compassion pour les gens au milieu desquels ils vivent, ils ne considèrent pas appartenir à la “même espèce” que les gens du coin. S’ils pouvaient éliminer les gens du coin pour les remplacer par des immigrés indigents, afin d’optimiser leurs profits, ils le feraient, comme l’ont fait leurs coreligionnaires, en Palestine.

    Les Mammonites n’ont rien à cirer des Américains, mais ils les utilisent comme instruments afin de parfaire leur domination du monde. Leur idéal de ce monde est archaïque ou futuriste : ils rêvent d’un monde partagé entre esclaves et maîtres. Afin de le réaliser, les Mammonites font tout ce qu’ils peuvent afin de détruire la cohésion des unités sociales et nationales.

    Tant que les gens restent sur leur terre, parlent leur langue, vivent parmi leurs semblables, boivent l’eau de leurs rivières, pratiquent et prient dans leurs églises et leurs mosquées, ils ne sauraient être réduits en esclavage. Mais dès lors que leurs pays sont submergés par des masses de réfugiés, leur structure sociale s’effondre. Ils perdent leur plus grand privilège : le sentiment d’avoir quelque chose en commun, le sentiment de fraternité. Dès lors, ils deviennent une proie facile, pour les adorateurs de Mammon.

    Les réfugiés et les immigrants affluent en Italie parce que leurs pays ont été dévastés par les Etats-Unis et leurs alliés. On ne verrait pas les Albanais à Florence si l’OTAN n’avait pas ravagé les Balkans. On n’y verrait pas de Soudanais, si Clinton s’était abstenu de bombarder le Soudan. On n’y verrait pas de Somaliens, si les Somaliens n’avaient pas été ruinés par la colonisation italienne et l’intervention américaine.

    Que les immigrants y viennent en envahisseurs, en conquérants, ou en tant que réfugiés, la société qui doit les inclure reçoit un choc. S’ils sont intelligents, ils évincent les gens du cru de situations sociales intéressantes et prestigieuses, et ils créent de surcroît leur propre sous-culture. S’ils sont violents, ils peuvent s’emparer du pays par d’autres moyens. S’ils sont humbles et effacés, ils causeront une chute du coût de la main-d’oeuvre, c’est-à-dire des salaires. Voilà pourquoi, ordinairement, les immigrés ne sont pas aimés.

    Une des publications-phares des Mammonites est l’hebdomadaire britannique The Economist. Ses dirigeants ont appelé, il y a quelques semaines, à accélérer la venue d’immigrants en provenance de pays du tiers-monde. Les gens les plus dynamiques et les plus qualifiés d’Afrique, d’Asie et d’Amérique du Sud seraient très utiles à la Grande-Bretagne, à l’Europe, aux Etats-Unis, écrivait The Economist. Cela ferait baisser les salaires des ouvriers européens et augmenterait les profits des chefs d’entreprises. Naturellement, la condition première de ce recrutement n’était pas écrite en toutes lettres dans l’éditorial : les pays du Tiers-Monde devront, au préalable, être dévastés, et ruinés.

    Extraits tirés d’ Israël Shamir

  28. Andrée dit :

    Le premier sujet de l’émission Envoyé Spécial diffusée sur France 2 le jeudi 15 octobre 2015 s’intitulait : « Est-il dangereux de porter une kippa dans la rue en France ? »
    Pour préparer son reportage, le journaliste Thierry Vincent avait réalisé une interview d’Alain Soral le 2 juin 2015, mais aucune image de cet entretien n’a été retenue dans le montage final. On comprend pourquoi en voyant l’interview :

  29. Ken dit :

    « Pour savoir qui a réellement le pouvoir, demandez-vous de qui on ne peut pas parler. » disait un certain Voltaire ! D’où la loi Gayssot .
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Loi_Gayssot
    Et la mobilisation du soi-disant gouvernement Hollande (il n’y a plus d’état français) pour un plan d’action contre le racisme et l’antisémitisme. On va jusqu’à vouloir nommer un « référant » dans toutes les écoles !
    http://www.gouvernement.fr/sites/default/files/contenu/piece-jointe/2015/04/dp-la-republique-mobilisee-contre-le-racisme-et-l-antisemitisme-resume.pdf

    Il est vrai que ce grand philosophe français ne les aimait guère :  » « Toujours superstitieuse, toujours avide du bien d’autrui, toujours barbare, rampante dans le malheur, et insolente dans la prospérité, voilà ce que furent les Juifs aux yeux des Grecs et des Romains qui purent lire leurs livres. » (Tome 1, page 186)

    « Si Dieu avait exaucé toutes les prières de son peuple, il ne serait restés que des Juifs sur la terre ; car ils détestaient toutes les nations, ils en étaient détestés ; et, en demandant sans cesse que Dieu exterminât tous ceux qu’ils haïssaient, ils semblaient demander la ruine de la terre entière. » (Tome 1, page 197)

     » N’est-il pas clair (humainement parlant, en ne considérant que les causes secondes) que si les Juifs, qui espéraient la conquête du monde, ont été presque toujours asservis, ce fut leur faute ? Et si les Romains dominèrent, ne le méritèrent-ils pas par leur courage et par leur prudence ? Je demande très humblement pardon aux Romains de les comparer un moment avec les Juifs. » (Tome 1, page 226)

    Ce qui est aussi honteux, la France est devenue la démocratie au monde où l’appel au boycott afin de lutter contre la politique d’un Etat est interdit. Des militants pro-palestiniens de l’organisation BDS l’ont appris à leur dépens. Le 20 octobre 2015, la Cour de cassation a confirmé la condamnation de 14 militants du groupe Boycott, désinvestissement, sanctions (BDS) pour des actions menées dans un supermarché en 2009 et 2010, où ils incitaient, à l’aide de tracts, les consommateurs à boycotter les produits en provenance d’Israël, en raison de la politique menée par ce gouvernement.
    https://francais.rt.com/international/2951-hrw-israel-shame-list
    Ceux-ci ont écopé collectivement de 28 000 euros de dommages et intérêts à verser aux parties civiles, et d’une amende de 1 000 euros chacun.

    Mais de quels produits israéliens parlaient-ils ?
    – Carmel (fruits et légumes) -Jaffa (fruits et légumes) – Kedem (avocats) – Coral (Cerises) – Top (fruits et légumes) – Beigel (biscuits apéritifs) – Hasat (agrumes) – Sabra (repas complets) – Osem (soupes, snacks, biscuits, repas complets préparés) – Dagir (conserves de poissons) – Holyland (miel, herbes) – Amba (conserves) – Green Valley (vin) – Tivall (produits végétariens) – Agrofresh (concombres) – Jordan Valley (dattes) – Dana (tomates cerises) – Epilady (appareils d’épilation) – Ahava (cosmétiques de la Mer morte)

    Le code barre sur la plupart des produits israéliens commence par : 729

    Les produits des entreprises qui soutiennent l’Etat d’Israël (américaines ou européennes)

    COCA-COLA – Marques du groupe : Aquarius, Cherry Coke, Fanta, Nestea, Sprite, Minute Maid, Tropical. Cette entreprise soutient l’Etat d’Israël depuis 1966.

    DANONE – Marques du groupe : Arvie, Badoit, Belin, Blédina, Phosphatine, Chipster, Evian, Galbani, Gervais, Heudebert, Lu, Taillefine, Volvic. Danone vient d’investir dans le Golan, territoire syrien occupé depuis 1967 par Israël.

    NESTLÉ – Marques du groupe : Aquarel, Cheerios, Crunch, Frigor, Friskies, Galak, Golden Grahams, Kit Kat, Maggi, Mousline, Nescafé, Ricoré, Quality Street, Vittel, Perrier, Buitoni. La société suisse possède 50,1 % des capitaux de la chaîne alimentaire israélienne Osem. La firme est accusée depuis les années 50 de détruire l’économie et la santé des peuples du Tiers-Monde, notamment par l’imposition de ses laits en poudre pour bébés en Afrique, en Asie et en Amérique latine.

    INTEL – Cette grosse entreprise produit la plus grande partie des puces électroniques PENTIUM 4 utilisées par les ordinateurs PC dans son usine de Kyriat Gat, installée sur le site de Iraq Al-Manshiya, un village palestinien rasé après son évacuation en 1949 par les soldats égyptiens. 2 000 habitants furent chassés de leur terre, malgré un engagement écrit, supervisé par les Nations unies, des sionistes à ne pas toucher à la population. Une campagne de leurs descendants aux USA en 2003 a amené INTEL à suspendre un projet d’investissements de 2 milliards de dollars pour une extension de l’usine Fab 18 de Kyriat Gat.

    L’ORÉAL – Marques du groupe : Biotherm, Cacharel, Giorgio Armani Parfums, Lancôme, Vichy, La Roche-Posay, Garnier, Méléna Rubinstein, Gemey-Maybelline, Jean-Louis David Shampooings, Le Club des créateurs de beauté (vente de produits cosmétiques par correspondance), Redken 5th Avenue, Ralph Lauren parfums, Ushuaïa. L’Oréal a ainsi investi des millions en créant une unité de production à Migdal Haemeck, à tel point que le Congrès juif américain a exprimé sa satisfaction de voir l’Oréal « devenir un ami chaleureux de l’Etat d’Israël ».

    ESTÉE LAUDER – Marques du groupe : Aramis, Clinique, la Mer, DKNY, Tommy Hilfiger
    Outre ses investissements, le directeur est le président d’une des plus puissantes organisations sionistes US, le Fonds National juif.

    DELTA GALIL – Cette entreprise israélienne est spécialisée dans la sous-traitance de produits textiles notamment dans celui des sous-vêtements. De nombreux sous-vêtements de marques étrangères proviennent ainsi directement des usines de Delta Galil. C’est le cas pour Marks & Spencers, Carrefour (Tex), Auchan, Gap, Hugo Boss, Playtex, Calvin Klein, Victoria’s Secret, DKNY, Ralph Lauren.

    LEVI STRAUSS JEANS ET CELIO ( magasins spécialisés dans les vêtements pour hommes)
    Ces entreprises fort bien implantées en France financent les nouvelles colonies en Palestine mais également les écoles des religieux extrémistes dans le monde.

    TIMBERLAND (Vêtements, chaussures, chaussettesŠ) – Tout comme son homologue Ronald Lauder, le PDG de Timberland Jeffrey Swartz est un membre actif du lobby sioniste US. Il a conseillé ainsi d’encourager la communauté juive US à se rendre en Israël mais également d’envoyer des soldats israéliens pour mener la propagande pro-israélienne aux USA.

    DISNEYLAND – L’entreprise Disney n’a rien d’idyllique et contribue par son soutien à Israël à semer la mort en Palestine. Elle approuve ainsi tacitement l’occupation illégale de Jérusalem-Est en faisant de Jérusalem lors d’une exposition au Centre Epcot en Floride la capitale d’Israël, cela en violation des résolutions internationales de l’ONU.

    NOKIA – Le géant finlandais de la téléphonie commerce activement avec l’Etat d’Israël. Dans une interview au Jérusalem Post, le manager du groupe déclarait : qu’ Israël faisait partie des priorités de l’entreprise. Un centre de recherche Nokia a ainsi vu le jour en Israël.

    MC DONALD’S – Entreprise emblématique de l’impérialisme culturel US, la célèbre chaîne de restaurants fast-food apporte un soutien non négligeable à l’Etat israélien. McDonald’s dispose de 80 restaurants en Israël et y emploie près de 3000 personnes. Elle y interdit à son personnel de parler arabe. Aux USA, l’entreprise figure parmi les heureux partenaires de l’organisation sioniste « Jewish Community » basée à Chicago. Cette organisation travaille en effet pour le maintien de l’aide militaire, économique et diplomatique apportée par les USA à Israël.

    CATERPILLAR (Equipement pour bâtiment mais également, vêtements, chaussures) – Une large campagne doit être menée en France pour dénoncer la participation criminelle de Caterpillar aux destructions des maisons en Palestine par ses bulldozers géants. C’est avec un Caterpillar que la pacifiste américaine juive Rachel Corrie a été tuée par un soldat israélien en 2003.

    La chaîne hôtelière ACCORHOTEL (Etap, Ibis, Mercure, Novotel, Sofitel) – Cette chaîne a plusieurs hôtels en Israël, et récemment, elle a ouvert une succursale dans les territoires syriens occupés, dans le Golan.

    Les chaînes alimentaires présentes dans les colonies israéliennes : Domino Pizza, Pizza Hut, Häagen Daaz, Burger King

    Autres produits : Cigarettes Morris (dont Marlboro), Produits Kimberly-Clarck (Kleenex, Kotex, Huggies), SanDisk (informatique), Toys RUs (jouets)

    Pourtant des rabbins osent dire la vérité sur Israël, la Palestine et les musulmans comme ici le rabbin Yisroel Dovid Weiss, : ‘le sionisme est une rébellion contre Dieu à tout point de vue… Il va à l’encontre des 10 commandements et de la Torah… Ils désacralisent le Sabbat… Il faut être contre l’état d’Israël »

    http://www.nkusa.org/

  30. Ahmed dit :

    Un peu d’humour :

    Les Inconnus – « Andersen le Viking »

    Les Inconnus – « Les chiffres et lettres » juif

  31. Otho dit :

    Johan Livernette sur les Protocoles des Sages de Sion et le Talmud (l’impérialisme juif ou dit autrement le mondialisme) :

    De l’unification de l’Europe à la gouvernance mondiale :

    En France, pour connaître le plan impérialiste juif il suffit de suivre Attali ou BH Lévy :
    https://francais.rt.com/france/40958-monde-diplomatique-ouvre-son-dossier-imposture-bhl

  32. Patrick dit :

    A droite du royaume Khazar se trouve le Kazakhstan. Récemment, la Nasa a publié une vidéo y montrant des hiéroglyphes datant de plus de 8000 ans.

    Ceux-ci présentent des cercles de différentes tailles qui forment plusieurs formes géométriques. Découvert dans un premier temps par un homme sur Google Earth en 2007, ce n’est que plus tard que la Nasa s’y est intéressée réellement, et aujourd’hui, le scientifique en charge de l’enquête a avoué qu’il n’avait jamais rien vu de pareil. Un des faits les plus étranges nous rappelle les célèbres lignes de Nazca.
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Géoglyphes_de_Nazca
    En effet, ces dessins ne sont visibles que depuis le ciel. Par contre, les monticules qui forment ces derniers sont visibles du sol, mais les formes n’en sont pas reconnaissables. D’après des experts, ces hiéroglyphes auraient été dessinés par des tribus qui vivaient dans ce pays entre 5000 et 7000 avant J.C. Ils expliquent que leur but était de marquer leur territoire. http://www.dailymotion.com/video/x3l1qvu_des-hieroglyphes-au-kazakhstan-vieux-de-8000-ans_news

    • djida dit :

      vous les juifs vous faite le malheur sur terre les plus grand escrocs sont des juifs vous n aurrez jamais de pays je parle d un vrai pays j ai jamais vue un juif travaillez a l usine contribuer a donner a l autre ..aidez sont prochain sa fait des anneeeeeeee que vous tuer des palestiniens sans defence apart faire avocat . huissier . ect…plus sa va plus vous le payerai des metier d escroc…..la transpirtion sa vous connaisser pas ……au lieu de vous en prendre a des enfants des personne agee venez vous prendre a arme egale face a des hommes ….honte a vous honte….

  33. Haï dit :

    « l’électorat protestant évangélique », concentré dans le sud-est des USA, représente 70 millions d’habitants (sur 300). Il appuie toujours un candidat anglo-sioniste ! Il est grandement responsable du chaos qui règne au Proche et Moyen Orient dans le but de casser chaque pays entourant Israël en plusieurs petits états. « Il faut diviser pour mieux régner » tel est le principe appliqué avant qu’arrive leur Mashia, c’est à dire l’antechrist. Belle perspective !

    Un documentaire de France 2 démontre comment ces chrétiens et les juifs sionistes ont pris tout le système de fonctionnement des USA et de l’Occident en otage pour le compte de l’Etat d’Israel. Les méthodes vont du chantage de la Shoa aux manipulations des medias et institutions d’Etat (Congrès, Sénat, gouvernements, etc.) en passant par des menaces, exclusions, corruption et toutes sortes de chantages inimaginables sur fonds d’argent et de pouvoir.

    De son côté, Martin Peltier explique dans son livre l’antichristianisme juif :

    • Benoit dit :

      « La majorité des juifs volent » n’hésite pas à dire le rabbin Ron Chaya. « Il faut arrêter d’avoir dans ses mains de l’argent malhonnête et rendre l’argent volé. Si tu crois en Dieu, pourquoi ces magouilles ? »

      Les mœurs bizarres des juifs avec Hervé Ryssen : D’abord on ne peut parler de civilisation judeo-chrétienne. La sodomie dans la Halâkha (loi juive) en est un exemple. Un juif peut éjaculer dans l’anus, mais pas un chrétien. L’anus est l’un des 3 mishkâvîm (orifices sexuels) normatifs de la femme, avec son vagin et sa bouche , dans lequel il est licite à l’homme d’éjaculer sans risquer le zéra‘ levaṭṭâla (“gaspillage de semence”). À partir du début du quatrième mois de grossesse, les rapports sexuels vaginaux deviennent interdits avec la femme enceinte, et seule la sodomie reste permise (ainsi que la fellation). De même, pendant les 40 jours (pour un garçon, 80 pour une fille) qui suivent l’accouchement, seuls les rapports anaux (ou oraux) sont licites (cf. Lévitique XII). C’est également le cas pendant les 21 jours qui suivent une fausse couche.

      http://www.youscribe.com/catalogue/ressources-pedagogiques/savoirs/religions/la-sodomie-selon-le-judaisme-2502226

      Conférence de l’écrivain Hervé Ryssen sur le rôle actif des juifs dans la Révolution communiste de Russie. Pendant une trentaine d’années, jusqu’à la création de l’Etat hébreu, ils composèrent une bonne partie des cadres dirigeants de l’Union soviétique

    • Eric dit :


      « l’électorat protestant évangélique » devrait se souvenir que du temps de Luther, les protestants étaient antisémites. Ils se posent actuellement la question de retirer ou pas un bas-relief de l’église de Wittenberg, intitulé la « truie des Juifs ». Il orne depuis le Moyen-Âge l’aile sud de l’Eglise Sainte-Marie de Wittenberg où a préché pour la première fois Luther. Il représente des Juifs et des porcelets tètant le lait d’une truie pendant qu’un rabbin soulève la patte et la queue de l’animal pour scruter son anus. C’est dans cette ville à moins de 100 km au sud-ouest de Berlin que le moine Martin Luther placarda ses 95 thèses contre les indulgences de l’Eglise catholique, le 31 octobre 1517, marquant la naissance de la réforme protestante. L’édifice est aujourd’hui classé au Patrimoine mondial de l’humanité. Cela dit, Luther n’hésita pas à exhorter ses semblables à brûler les synagogues et rédigea même un libelle « Des Juifs et de leurs mensonges ».
      https://www.romandie.com/news/ZOOM-Dans-la-ville-de-Luther-un-bas-relief-antisemite-seme-la-discorde/858490.rom

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s