Le dollar va mourir, vive l’euro !

.

http://www.youtube.com/watch?v=TJ4AYOtJJU0&feature=player_embedded

Le billet vert est devenu la plus grande bulle spéculative de l’histoire et va s’effondrer prochainement. Existera-t-il encore en 2016 ? Sans doute pas.Quant aux attaques à l’encontre de l’euro, elles ne sont qu’un écran de fumée pour masquer la faillite de l’économie américaine. » Pour produire 14.000 milliards de produit intérieur brut (revenu national), les États-Unis ont généré plus de 50.000 milliards de dette totale, qui leur coûte 4000 milliards d’intérêts par an.

Le krach de la dette américaine et la fin du dollar comme monnaie de réserve internationale sera l’événement majeur du XXIe siècle. Il n’est pas étonnant que de nombreux médias le cachent. La gigantesque industrie de l’asset management (investissement)  et des hedge funds (fonds spéculatifs) repose sur le dollar. A cela s’ajoutent des intérêts politiques évidents. Si le dollar ne maintient pas son statut de monnaie de réserve internationale, les agences de notation pourraient rapidement ôter à la dette américaine sa notation maximale. On maintient donc les apparences à tout prix.  Et les émissions de nouvelles dettes américaines sont maintenant principalement achetées par la banque centrale américaine elle-même.  Le Japon, qui est créancier des Etats-Unis à hauteur de 1.000 milliards de dollars, commence à réclamer une partie de ces liquidités pour sa reconstruction. Et le régime des pétrodollars n’est plus garanti par l’Arabie saoudite. Une très longue période d’austérité s’annonce  donc aux États-Unis. Quarante-cinq millions d’Américains ont déjà perdu leur logement, 20% de la population est sorti du circuit économique et ne consomme plus et un tiers d’Etats américains sont en quasi faillite. Plus personne n’investit de fonds propres dans ce pays. Tout repose uniquement sur la dette.

Déjà en 2008, l’euro était une monnaie prise extrêmement au sérieux par l’OPEP, les fonds souverains et les banques centrales.

Elle était en passe de détrôner le dollar. Et cela, les États-Unis ont voulu l’empêcher à tout prix. Le monde cherche un endroit sûr où déposer ses excédents, et l’Europe est activement empêchée d’apparaître comme cet endroit sûr. C’est précisément à ce moment que les fonds spéculatifs se sont attaqués à la dette souveraine de certains États européens. Pourtant l’Europe est aujourd’hui la plus grande puissance économique. Contrairement aux États-Unis, c’est un bloc en expansion. Sur le continent asiatique, le Yuan va devenir la monnaie de référence. La Chine est le meilleur allié de l’Europe. Elle a d’une part intérêt à soutenir un euro fort pour diversifier ses placements.

La Chine, qui possède les plus grosses réserves de dollars,  n’a-t-elle pas signalé qu’elle n’achèterait plus autant de titres de la dette publique américaine à long terme que par le passé ? D’autre part, elle a besoin d’un allié comme l’Europe au sein de l’OMC et du G20 pour éviter de devoir réévaluer rapidement sa monnaie. Le dollar est donc entrain de perdre sa suprématie. Car même les titres de dette à long terme que le Trésor Public américain émet, ne trouve plus  preneur.  L’économie souterraine a tourné le dos à un dollar en déclin pour profiter des avantages de la devise européenne. D’Amérique latine aux ex-républiques soviétiques en passant par les Balkans, les trafics de stupéfiants, d’armes, d’êtres humains, d’organes et autres contrefaçons fleurissent. Fini le dollar, tout se négocie désormais en euros. Des sept différentes coupures disponibles, c’est la plus grande, le billet de 500 euros, qui a la préférence du crime organisé. Ce qui est  logique, il faut près de cinq fois moins de valises pour transporter un montant en liasses d’euros qu’en dollars. Les activités illicites qui prolifèrent de manière exponentielle à l’Est de l’Europe génèrent ainsi de grands besoins de liquidités en euros. Récemment, non moins de 11 millions d’euros en espèces avaient été interceptés par les services britanniques à l’arrivé à Londres d’un vol de British Airways, en provenance des Etats-Unis. La preuve de l’intérêt à la fois de l’euro et de la place européenne pour y écouler l’argent du crime. Même les pirates du Golf d’Aden et les talibans exigent désormais de se faire payer en euros. Ce n’est pas anodin, car chaque année, le crime organisé génère entre 4 et 8% de l’économie mondiale ! Et estimé à 13.700 milliards de dollars, le marché de l’évasion fiscale est au centre d’une guerre commerciale impitoyable. On attaque le secret bancaire suisse en faisant semblant d’oublier les trusts !Alors que ces structures opaques sont les instruments par excellence de l’évasion fiscale. Car par rapport à cette somme, l’activité de la place financière suisse reste marginale. En 2008, elle gérait quelque 2.200 milliards d’avoirs privés transfrontaliers, dont la moitié environ serait non déclarée. L’administration d’Obama a bien sûr constaté qu’il y avait des abus notables par exemples dans les Caïmans et dans d’autres îles des Caraïbes, mais ils se sont concentrés uniquement sur la Suisse. Aucune banque américaine n’a été inquiétée comme l’a été UBS, dont on a voulu faire un exemple. Quand les Américains agissent, ils le font uniquement par rapport à des industries financières d’autres pays. Ils ne s’en prennent pas aux banquiers de Floride, qui abritent pourtant énormément d’argent, notamment mexicain. UBS ne gérait que 1% environ de l’évasion fiscale américaine. Mais qu’est-ce qui a été fait pour le 99% restant ? Rien.

Nettoyage de l’argent sale à Jersey

On peut en dire autant des Britanniques qui ont beaucoup œuvré au sein de l’UE et de l’OCDE pour que la Suisse harmonise sa fiscalité et qu’elle cesse d’opérer une concurrence fiscale dommageable à leur encontre. Ils ont jalousement préservé leur marché des eurobonds. Ils ont en outre toujours veillé à la compétitivité des îles anglo-normandes en matière de trusts et de fondations, en permettant que des pratiques opaques soient toujours possibles pour ces structures: l’île de Jersey n’a par exemple jamais échangé d’informations sur un trust! Il n’est pas surprenant de voir que l’OCDE décide elle même de qui est transparent et qui ne l’est pas . Car elle est largement contrôlée par les Britanniques et les Américains. Pourtant la Banque centrale européenne ne souhaite pas que l’euro devienne la nouvelle référence. Pas plus que la Chine avec le yuan. On sait maintenant qu’à terme, une monnaie nationale qui devient une référence internationale, cela se retourne contre le pays émetteur.

L’idée d’un «panier» de devises variées utilisé comme référence fait son chemin. Ensuite aura-t-on, comme le préconisait Keynes dans les années 1940, une monnaie supranationale, émise par le FMI. Et cela dans la projection d’un gouvernement mondial. En attendant, préparons nous à cet effondrement monétaire, qui ira de paire avec les tremblements de Jérusalem et le réveil de la Russie ! L’élite babélienne, elle est prête !  Pour éviter les émeutes et les pillages pour de la nourriture, elle a déjà prévu de se réfugier dans de vastes bases souterraines  Ils ont stocké dans ces lieux des réserves de nourriture et d’eau pour de nombreux mois.

www.dailymotion.com/video/xcrsb2_bases-souterraine-pour-l-elite-dege_news

www.dailymotion.com/video/xge7s7_des-bases-sous-terraines-pour-l-elite_news

.

animaux-poulpe-pieuvres-00003

Advertisements

38 commentaires sur “Le dollar va mourir, vive l’euro !

  1. tien dit :

    Les émissions “Cash Investigation” d’Elise Lucet sur france 2 sont très intéressantes !

    Ici les dessous de la spéculation grâce aux trading haute fréquence.
    On y apprend aussi que le Crédit-impot-recherche créé par V.Pécresse (je crois) donc un fonds public alimenté par nos impots, est versé entre autres à des banques (BNP 180 millions par an par exemple) et sert au financement de programmes de recherches d’algorythmes….

    Aux USA, les 2/3 des opérations boursières sont passées par des ordinateurs ! En France 1/3 ! Si un « trader haute fréquence » vend des milliers d’ordres, les autres ordinateurs suivront automatiquement. D’où le danger d’un flash crack !
    http://rue89.nouvelobs.com/rue89-eco/2012/06/08/finance-folle-les-robots-traders-attaquent-sur-france-2-232808

  2. Ursule dit :

    Nous arrivons sans doute au moment où le dollar sera mis à mort :

    http://www.alt-market.com/articles/954-has-the-perfect-moment-to-kill-the-dollar-arrived

    La Chine, la Russie, l’ONU, le FMI et la Réserve Fédérale travaillent pour dévaluer le dollar et le remplacer par une devise globale.

    Avec le scandale du Libor, nous avons maintenant la preuve définitive que les vrais problèmes de dettes d’institutions importantes ont été délibérément cachés.

  3. Line dit :

    Ce qui fait la force de la BCE, c’est qu’elle n’agit pas comme la Fed ! En lançant sa politique de rachats « illimités » de dette, Mario Draghi désarme efficacement les spéculateurs, tout en exigeant rigueur et désendettement des pays aidés. Cette condition essentielle pour prévenir les dangers de la planche à billets est en revanche totalement absente de la politique monétaire américaine.

    Reste à voir si les peuples accepteront l’austérité longtemps !

  4. Andrée dit :

    L’institut fédéral suisse à Zurich a libéré une étude intitulée « le réseau du contrôle d’entreprise global » dans laquelle il s’avère que des petits consortiums de sociétés – principalement des banques – dirigent le monde. Les simples 147 sociétés qui forment « une super entité » ont le contrôle de 40 % de la richesse du monde ; ce qui est la vraie économie. Ces méga-sociétés sont au centre de l’économie globale. Les banques avérées les plus influentes incluent :
    • Barclays • Goldman Sachs • JPMorgan chase et Co • Vanguard Group • UBS • Deutsche Bank • Banque de New York Melon Corp • Morgan Stanley • Banque d’America Corp • Société Générale.

    http://arxiv.org/PS_cache/arxiv/pdf/1107/1107.5728v2.pdf

    http://www.blacklistednews.com/Swiss_Study_Shows_147_Technocratic_%E2%80%9CSuper_Entities%E2%80%9D_Rule_the_World_/21945/0/0/0/Y/M.html

  5. Otho dit :

    « Nous sommes arrivé à tirer les dernières cartouches ! » nous dit Olivier Delamarche. Celles-ci sont les opération illimitées ! Mais les « quantitative easing » ne vont pas dans l’économie, mais permettent aux banques telles que la Goldman Sachs de continuer à s’engraisser. Après, c’est l’effondrement assuré. Le Dollar, le Yen et l’Euro ne vaudront plus rien. Il n’est plus possible de faire les réformes économiques qui auraient dues être entreprises après la crise de 2008. comme par exemple la séparation des activités bancaires de dépôt et de spéculation. La dette de la France est arrivé en réalité à 136% de son PIB si on tient compte de la dette des régions. Situation que l’on retrouve dans les autres pays européens, le Japon et les USA. Ils sont tous devenus insolvables. Aux USA, quand le Trésor émet, c’est Golman Sachs et consorts qui achètent ces papiers obligataires sachant parfaitement que la FED les lui reprendra avec commission, pour ensuite imprimer ses billets. Si auparavant, la Chine, le Japon, l’Europe en achetaient, aujourd’hui, il n’y a plus que la FED à le faire.

    La solution risque d’être une super inflation ou un haircut. C’est à dire un effacement de toutes les dettes. L’inconvénient, les épargnants perdront toutes leurs économies.

    Pour s’en tirer, il faut pouvoir être capable de vivre en autarcie, avec le moins de frais possible. Il faut éviter d’avoir de l’immobilier. Car l’état le surtaxera. Et sa valeur ne fera que baisser. Il faut s’être dégagé des actions ou obligations souveraines. Le livret A est une arnaque. Mais comme l’état doit augmenter ses émissions d’obligations d’état, il les fait acheter par le livret A. De toute façon, la dette est due aux assurances (assurance-vie, sicav etc…), celles-ci ne peuvent que s’écrouler. Il reste peut être à placer son argent dans de la monnaie norvégienne, suédoise ou encore de Singapour ! L’or et l’argent peuvent être une solution contre l’inflation. Mais l’état peut du jour au lendemain encadrer leur vente.

  6. Engel dit :

    Dernier regard sur l’Amérique d’Obama :

    ▪ En décembre 2008, 31,6 millions d’Américains profitaient des bons alimentaires. Ils sont 47,7 millions en 2012.

    ▪ En 1970, 1 américain sur 50 profitait des bons alimentaires, aujourd’hui c’est 1 sur 6,5.

    ▪ Plus d’un million d’élèves de l’école publique sont SDF. Ce nombre a augmenté de 57% depuis 2006.

    ▪ Le revenu moyen des ménages aux Etats-Unis a baissé pendant les quatre dernières années. Dans l’ensemble il a diminué de 4000$.

    ▪ Les pères de famille de moins de 30 ans connaissent un taux de pauvreté de 37%.

    ▪ Le pourcentage d’Américains en âge de travailler ayant un emploi est de 59% sur les 39 mois derniers.

    ▪ En septembre 2009, 58,7% de tous les Américains en âge de travailler avaient un emploi. En novembre 2012, le pourcentage n’a pas augmenté.

    ▪ 100 millions d’Américains en âge de travailler sont sans emploi.

    ▪ 55% des chefs d’entreprise ne démarreraient pas une entreprise en 2012 au vu de la conjoncture. Le nombre d’emplois baisse dans les petites entreprises

    ▪ La part américaine du PIB mondial passe de 38,1% en 2001 à 21,6% en 2011.

    ▪ Les quatre grandes banques américaines ont 40 milliards de dollars d’exposition sur les produits dérivés.

    ▪ En 2000, 17 millions d’Américains travaillaient dans le secteur manufacturier. Ils sont 12 millions aujourd’hui.

    ▪ En 1971, 61% des Américains avaient un revenu moyen, ils ne sont plus que 51% aujourd’hui.

    ▪ 62% d’Américains de la classe moyenne estime que leur train de vie est difficilement tenable. Chose qu’ils ne connaissaient pas il y a dix ans.

    ▪ 48% d’Américains vivent dans la pauvreté.

    ▪ 57% des enfants vivent dans des conditions précaires.

    ▪ En 1950, 80% des Américains avaient un emploi, ils ne sont plus que 65% en 2012.

    ▪ Le chômage dure globalement 40 semaines.

    ▪ Un travailleur sur quatre touche moins de dix dollars de l’heure. (en sachant que 1 dollar américain= 0,750750751 euros).

    ▪ 49% des Américains vivent dans un foyer où un membre de leur famille touche une aide de l’état. En 1983, ils étaient seulement 30%.

    ▪ 50% de la population américaine est dépendante financièrement du gouvernement.

    ▪ Les factures d’électricité ont augmenté plus rapidement que l’inflation. Le prix de l’eau a triplé en 12 ans.

    ▪ 20,2 millions d’Américains dépensent plus de la moitié de ses revenus pour leurs logements ce qui représente une augmentation de 46% depuis 2001.

    ▪ 25 millions d’Américains vivent avec leurs parents.

    ▪ 24,6% des emplois sont de bons emplois.

    ▪ En 1999, 64,1% des Américains étaient couverts par une assurance maladie basée sur l’emploi. Ils ne sont plus que 55,1% en 2012.

    ▪ La dette des prêts étudiants dépasse le billion de dollars.

    ▪ 1 Américain sur 7 a dix cartes de crédit.

    ▪ A Détroit 50% des enfants vivent dans la pauvreté et 50% des adultes sont analphabètes. Un enfant sur deux profitera des bons alimentaires à ses 18 ans.

    ▪ 53% des bacheliers américains de moins de 25 ans sont sous employés en 2012. 58% des nouveaux emplois créés sont des bas salaires.

    ▪ Le déficit commercial US avec la Chine était de 295,5 milliards de dollars en 2011. Record absolu.

    ▪ Les plus grandes rémunérations se sont exilées dans des paradis fiscaux pour 18 trilliards de dollars.

    ▪ La valeur du dollar a baissé de 96% depuis 1913.

    ▪ Troisième année de baisse consécutive pour la production de maïs aux Etats-Unis.

    ▪ Les réserves alimentaires ont atteint leur plus bas niveau depuis 40 ans.

    ▪ 40% des Américains ont moins de 500 dollars d’épargne.

    ▪ Les frais médicaux liés à l’obésité sont de 147 milliards.

    ▪ Aujourd’hui le plus riche des 1% de tous les Américains possède plus de richesses que 95% d’américains combinés.

    ▪ 50% des plus pauvres détiennent collectivement 2,5% de la richesse américaine.

    ▪ Les SDF ont augmenté de 23% dans la région de Washington DC, région la plus riche des Etats-Unis.

    ▪ En 2012, la dette publique américaine est de 16,3 trillions de dollars contre 10,6 milliards la première année de gouvernance d’Obama.

    ▪ La dette publique est 5 000 fois plus importante qu’un 1913.

  7. Atlas dit :

    La Chine a bel et bien dépassé économiquement les USA dans le monde !

    Les 47 signes le prouvant :

    N° 1 – En 1998, les États-Unis pesaient 25 % du marché mondial des exportations de haute technologie tandis que la Chine représentait tout juste 10 %. Aujourd’hui, les exportations chinoises de haute technologie sont plus de deux fois plus importantes que celles des États-Unis.

    N° 2 – L’Amérique a perdu plus d’un quart de l’ensemble de ses emplois manufacturiers de haute technologie au cours des dix dernières années.

    N° 3 – L’économie chinoise a connu une croissance 7 fois plus rapide que celle de l’économie américaine au cours de la dernière décennie.

    N° 4 – En 2010, la Chine a produit plus de deux fois plus d’automobiles que les États-Unis.

    N° 5 – En 2010, la Chine a produit 627 millions de tonnes métriques d’acier. Les États-Unis seulement 80 millions de tonnes métriques.

    N° 6 – En 2010, la Chine a produit 7,3 millions de tonnes de coton. Les États-Unis ont produit 3,4 millions de tonnes de coton.

    N° 7 – La Chine a produit 19,8 % de tous les biens consommés dans le monde en 2010. Les États-Unis en produisent 19,4 %.

    N° 8 – Au cours de 2010, nous avons dépensé 365 milliards de dollars en biens et services en provenance de Chine alors qu’ils n’ont dépensé que 92 milliards de dollars dans les nôtres.

    N° 9 – En 1985, le déficit commercial américain avec la Chine était de 6 millions de dollars pour l’année entière. Le déficit commercial américain final avec la Chine pour 2011 sera très proche de 300 milliards de dollars. Ce sera le plus grand déficit commercial qu’une nation ait eu avec une autre nation de toute l’Histoire.

    N° 10 – Le déficit commercial américain avec la Chine est maintenant 28 fois plus important qu’il ne l’était en 1990.

    N° 11 – Depuis que la Chine est entrée à l’OMC en 2001, le déficit commercial américain avec la Chine a augmenté en moyenne de 18 % par an.

    N° 12 – Selon le New York Times, un Jeep Grand Cherokee qui coûte 27 490 $ aux États-Unis, il coûte environ 85 000 $ en Chine.

    N° 13 – Selon l’Institut économique de la politique, l’Amérique perd un demi-million d’emplois au bénéfice de la Chine chaque année.

    N° 14 – Les États-Unis a perdu un (énorme) 32 pour cent de ses emplois manufacturiers depuis l’an 2000.

    N° 15 – Les États-Unis ont été le premier pays consommateur d’énergie sur le globe pendant environ 100 ans, mais, durant l’été 2010, la Chine a pris la place de numéro un.

    N° 16 – Il y a 15 ans, la Chine, était 14e dans le monde pour les publications d’articles de recherche scientifique. Mais désormais, la Chine devrait dépasser les États-Unis et devenir numéro un en très peu de temps.

    N° 17 – La Chine devrait également bientôt devenir le leader mondial des dépôts de brevet.

    N ° 18 – En 2009, les États-Unis se classent bon dernier des 40 pays examinés par la Fondation des Technologies de l’Information et de l’Innovation quand il s’agit de «changement» dans le domaine de la «compétitivité globale basée sur l’innovation” au cours des dix années précédentes.

    N ° 19 – Aujourd’hui, la Chine délivre plus de diplômes de doctorat en ingénierie chaque année que les États-Unis.

    N ° 20 – La Chine possède maintenant le superordinateur le plus rapide de la planète.

    N ° 21 – La Chine compte actuellement les trains les plus rapides du monde et le plus vaste réseau au monde de trains à grande vitesse.

    N ° 22 – La construction du nouveau siège de l’Union africaine a été financée par la Chine (200 millions de dollars).

    N ° 23 – Aujourd’hui, la Chine produit près de deux fois plus de bière que les États-Unis.

    N° 24 – 85 % de tous les arbres de Noël artificiels sont fabriqués en Chine.

    N ° 25 – Étonnamment, la Chine consomme désormais 53 % du ciment mondial.

    N ° 26 – Il y a plus de porcs en Chine que dans les 43 nations productrices de porc réunies.

    N ° 27 – La Chine est désormais le premier producteur d’énergie éolienne et solaire sur l’ensemble du globe.

    N ° 28 – En Chine, la production de panneaux solaires était environ 50 fois plus importante en 2010 qu’elle ne l’était en 2005.

    N ° 29 – À l’heure actuelle, la Chine produit plus de trois fois plus de charbon que les Etats-Unis.

    N ° 30 – La Chine contrôle plus de 90 pour cent de l’approvisionnement total mondial en terres rares.

    N ° 31 – La Chine est désormais le fournisseur numéro un des composants essentiels pour le fonctionnement des systèmes de défense américains.

    N ° 32 – Selon l’auteur Clyde Prestowitz, l’exportation chinoise n°1 vers les États-Unis est l’équipement informatique. Selon un article de U.S. News & World Report, au cours de 2010, l’exportation numéro un des États-Unis vers la Chine était “de la ferraille et des déchets“.

    N ° 33 – Les États-Unis ont perdu une moyenne de 50 000 emplois manufacturiers par mois depuis que la Chine a rejoint l’Organisation mondiale du commerce en 2001.

    N° 34 – Retour en l’an 2000, plus de 20 % de tous les emplois en Amérique sont des emplois manufacturiers. Aujourd’hui, seulement 5 % environ.

    N ° 35 – Entre décembre 2000 et décembre 2010, 38 % des emplois manufacturiers ont été perdus dans l’Ohio, 42 % en Caroline du Nord et 48 % dans le Michigan.

    N ° 36 – La charge moyenne de l’endettement des ménages aux États-Unis est de 136 % du revenu moyen. En Chine, elle est de de 17 %.

    N ° 37 – Le nouveau World Trade Center va être construit avec du verre importé de Chine.

    N° 38 – Le nouveau mémorial Martin Luther King sur le National Mall a été fabriqué en Chine.

    N° 39 – Un sondage du Washington Post / ABC News, effectué il y a quelque temps, a montré que 61 pour cent des Américains considèrent la Chine comme une menace pour leurs emplois et la sécurité économique.

    N ° 40 – Selon le représentant américain Sutton Betty, une moyenne de 23 sites de production ont été fermés, chaque jour, aux États-Unis en 2010.

    N ° 41 – Dans l’ensemble, plus de 56.000 sites de production aux États-Unis ont fermé leurs portes depuis 2001.

    N ° 42 – Selon le professeur Alan Blinder l’Université de Princeton, 40 millions d’emplois aux États-Unis pourraient être délocalisés hors du pays au cours des deux prochaines décennies.

    N ° 43 – Au cours des dernières décennies, la Chine a été en mesure d’accumuler environ 3 000 milliards de dollars en réserves de devises étrangères, et le gouvernement des États-Unis doit maintenant à la Chine près de 1 500 milliards de dollars.

    N ° 44 – Selon le FMI, la Chine dépassera les États-Unis et deviendra la plus grande économie mondiale en 2016.

    N ° 45 – Selon un éminent économiste, l’économie chinoise crée déjà à peu près autant de pouvoir d’achat que l’économie américaine.

    N ° 46 – Selon l’Université de Stanford, et le professeur d’économie Lazear Ed, si l’économie américaine et l’économie chinoise continuent de croître au rythme actuel, le citoyen moyen chinois sera plus riche que le citoyen américain moyen en 30 ans seulement.

    N ° 47 – Le Prix Nobel d’économie Robert Fogel W. de l’Université de Chicago prévoit que l’économie chinoise sera trois fois plus forte que l’économie américaine d’ici l’an 2040 si les tendances actuelles se poursuivent.

  8. Line dit :

    Le dollar s’effondrera en 2014, d’après l’économiste russe Alexandre Aïvazov !

    L’euro survivra, mais l’Europe aura besoin d’une intervention chirurgicale. Certains pays devront être exclus de la zone euro, les autres traverseront des années difficiles. Mais je suis convaincu qu’après cette intervention, ce bloc n’en sera que plus fort. Bien sûr, il fallait tout de suite faire une « ablation » de la tumeur, et ils ont décidé de réaliser une « chimiothérapie » (émission de crédit). On ne note pas d’amélioration pour le moment, la maladie a été mise en veilleuse pour un temps. En outre, l’UE traverse une crise de croissance, une monnaie commune existe mais il n’y a pas d’union budgétaire et fiscale. Il aurait fallu introduire avec l’euro des règles communes en matière d’impôts et de dépense des budgets publics.

    L’économie ne se récupèrera pas avant 2019-2020. Il faut bien comprendre la nature de la crise actuelle. Le fait est que depuis la révolution néolibérale des années 1980, quand Thatcher et Reagan ont brutalement réduit les impôts sur les riches, étranglé leurs syndicats et créé les conditions pour la baisse des salaires des travailleurs, le monde a brusquement mis le cap sur la sphère financière, les riches n’investissant plus dans la consommation, mais dans les spéculations financières. Actuellement, les grandes corporations obtiennent jusqu’à la moitié de leur chiffre d’affaire non pas en produisant des biens, mais par le biais de spéculations sur les marchés, alors qu’il y a 30 ans ce chiffre était de 15%. La hausse du niveau de vie de l’Américain lambda avant la crise était due au crédit. Les ménages, les villes et les autorités régionales vivent à crédit, tout comme les gouvernements des Etats. L’ensemble du monde occidental vit à crédit: cela signifie qu’il ne vit pas en conformité avec ses revenus, aux dépens d’autres pays qui ne consomment pas autant qu’ils le pourraient, et n’empruntent pas.

    Le temps du rééquilibrage est venu. En Europe, il faut être prêt à accepter une réduction violente de son niveau de vie de 25-30% au moins. De nombreux médias financés par l’oligarchie financière mettent l’accent sur des pays secondaires, comme la Grèce ou le Portugal, mais ce qui arrive aux Etats-Unis est bien pire. Il n’y a qu’une seule différence entre Washington et Athènes: le premier peut imprimer de l’argent, le second pas. Les Américains comme les Grecs vivent au-dessus de leurs moyens, créant moins de biens qu’ils n’en consomment, mais les premiers compensent la différence avec des « morceaux de papier vert » sans valeur.

    Les USA impriment tous les mois 85 milliards de dollars. Les marchés sont suspendus aux annonces de la FED sur la poursuite ou l’arrêt du programme d’« assouplissement quantitatif ». Ils se comportent comme des toxicomanes. Ce n’est pas un hasard si Ben Bernanke quitte son poste en janvier 2014, alors qu’il pourrait rester pour un nouveau mandat. Il ne veut pas être le bouc émissaire de la politique qu’il a menée, il veut sauter d’un train qui roule vers l’abîme. Ce qui sape le dollar, c’est qu’il supporte le fardeau d’un gigantesque volume d’obligations du monde entier. Personne ne peut le sauver. Les USA vivront des temps très durs, similaires à la Grande dépression. Mais les Américains ont prévu une issue de sortie. Le plus probable est qu’ils feront défaut sur leur dette, se renfermeront sur le NAFTA (qui intègrera la Grande-Bretagne), mettront en place une nouvelle devise, l’Amero, sur lequel un accord a été trouvé avec le Canada et le Mexique dès 2007, puis ils panseront leurs plaies. Le potentiel économique des USA est très important: ils ont des ressources, ils n’auront pas trop de mal à reconstituer leur potentiel de production, ils ont du personnel qualifié, leur niveau d’innovation est le plus élevé au monde. On assistera par contre à l’effondrement des liens technologiques et productifs liés à l’Europe, ’Asie et l’Amérique latine. Les marchés financiers américains dégringoleront, leurs obligations redeviendront de simples bouts de papiers, les retraites de millions d’Américains seront dépréciées, le niveau de consommation et de vie des Etats-Unis va chuter, et toutes les bases militaires américaines à l’étranger seront fermées. Mais personne ne forcera les Etats-Unis à rembourser leur dette par la force, car ils ont l’armée la plus puissante du monde. Ils ne seront plus l’unique leader de l’économie mondiale. Ils ne seront qu’un leader régional parmi d’autres.

    La politique américaine ne peut pas causer d’hyperinflation tant que le dollar joue le rôle de devise mondiale. Une grande partie des dollars est absorbée par les marchés financiers, où ils viennent gonfler différentes bulles. La spéculation massive se produit précisément sur la base de cette masse monétaire excédentaire. C’est pourquoi les acteurs des marchés réclament la poursuite de l’assouplissement quantitatif. Mais prochainement, les marchés vont s’effondrer comme un château de cartes. C’est inévitable.

    L’or physique réel a vu sa demande fortement augmenter dernièrement. Les Banques centrales et les particuliers ont nettement augmenté l’achat d’or physique. Mais sur les marchés des métaux, où l’on échange de l’or virtuel, c’est-à-dire des contrats à terme sur l’or, on a observé une brusque chute des prix sur cet or virtuel. 95% du marché de l’or mondial, ce sont des contrats à terme sur les bourses, seuls 5% étant constitué d’or physique. Pourquoi le dollar américain a-t-il commencé à jouer après la guerre le rôle de devise mondiale? Parce que le dollar était « aussi bon que l’or », il était adossé à 70% à l’or. En 1971, il a fallu déconnecter le dollar de l’or et laisser le métal jaune « flotter librement » par rapport aux autres devises et biens. Mais l’or reste l’étalon de valeur. Dès que des crises et des bouleversements se font sentir sur les marchés, beaucoup accourent vers l’or physique. Actuellement, certains acteurs du marché des « futures » ont intérêt à faire baisser le prix de l’or, certainement en vue de l’achat massif de métal bon marché avant sa hausse en flèche. Ils l’ont fait baisser au maximum pour pouvoir gagner à l’avenir des sommes énormes, car dès août-septembre, la question du plafond de la dette US se reposera, avec la possibilité d’un défaut technique. Et pendant qu’Obama bataillera avec le Congrès, les prix de l’or vont à nouveau percer tous les maximums historiques (des pics de 2500-3000 USD l’once sont tout à fait plausibles). Le cours de l’or a été multiplié par 7 depuis 2001, et ces derniers mois, il a été divisé par 1,5. Difficile de parler de fin de la « bulle de l’or », quand ce métal reste 4,5 fois plus cher qu’il y a douze ans !

    Le krach du dollar peut arriver à n’importe quel moment, car toutes les conditions sont réunies. Selon Alexandre Aïvazov, cela aura lieu en 2014, dans le meilleur des cas en 2015, mais pas plus tard. Face aux bouleversements qui les attendent, que peuvent faire les gens pour protéger leurs économies ? Il faut qu’ils les placent dans l’or ou dans les denrées, mais en aucun cas dans des actions, des obligations, ou des titres de dette.

    La guerre peut-elle résoudre les problèmes de dette de l’occident ? Les leaders mondiaux de différentes époques ont cherché à résoudre leurs problèmes au moyen de la guerre. Napoléon a cherché grâce aux guerres à unifier l’Europe continentale contre la Grande-Bretagne et ainsi à résoudre les problèmes économiques de la France. Mais il a perdu et cédé la palme du leadership à la Grande-Bretagne, qui 100 ans plus tard a elle aussi cherché à assurer sa position en déclenchant la Première Guerre mondiale. Mais elle est devenue débitrice nette, et a cédé le leadership mondial aux Etats-Unis. Ces derniers cherchent, 100 ans plus tard, à déclencher une nouvelle guerre au Proche-Orient, près des frontières de leurs concurrents potentiels: Chine, Russie et Inde. Mais ils ne font qu’aggraver leur situation économique et plongent le pays dans la crise.

    Grossièrement, notre économie mondialisée actuelle va se scinder en plusieurs méga-régions, à l’instar de l’UE. On assiste d’ores et déjà à la formation de pôles économiques comme le NAFTA (USA, Mexique, Canada et qui devrait intégrer à terme la Grande-Bretagne), la Chine avec l’ASEAN, les pays d’Amérique latine, la Communauté économique eurasiatique.

  9. Ursule dit :

    Entretien avec Myret Zaki, rédactrice en chef adjointe de Bilan, bimensuel économique suisse et Noël Pons, ancien inspecteur des impôts, spécialiste de la fraude fiscale.

    Depuis 2008, l’Union des Banques Suisses (UBS) est accusée d’avoir joué un rôle non négligeable dans la crise financière. Elle est attaquée alors que les 15 000 milliards de dollars cachés dans les fonds des Caraïbes, de Londres, Washington ou New York ne sont pas inquiétés ! L’argent des potentats des pays arabes s’y trouvent en sécurité ! Pourquoi donc aussi ce livre écrit par Antoine Peillon, le frère juif du ministre de l’Education, qui n’attaque qu’UBS avec des informations livrées à lui par les services secrets français ?

  10. Anne dit :

    Pierre Hillard, prolifique analyste des dessous de table de l’Histoire contemporaine, notamment au sujet de l’Union Européenne :
    -http://www.dailymotion.com/video/x1tm5pj_les-enjeux-du-traite-transatlantique_webcam#from=embediframe
    et de ses créateurs :
    http://www.bvoltaire.fr/pierrehillard/qui-connait-jozef-retinger,28785
    voit la fin du dollar arriver à grands pas !
    http://www.bvoltaire.fr/pierrehillard/mise-mort-du-dollar,88802
    Et il n’est pas le seul dans ce cas :
    http://www.dedefensa.org/article-la_d_-dollarisation_moscou_means_business_14_05_2014.html

  11. Lino dit :

    Effectivement, le dollar est de moins en moins utilisé ! Et ce processus d’effondrement du dollar et du système occidental a étrangement commencé, suite aux événements de la place Maïdan en février 2014. Sous l’égide du gouvernement russe, le vice-Premier ministre Igor Chouvalov a présidé, le 24 avril dernier, une réunion en liaison avec le chargé des finances, Alexei Moiseev, consistant à se débarrasser du dollar dans les exportations russes. La « dédollarisation » fut le maître mot de cette réunion. Depuis, cette politique s’est accélérée avec la signature d’un méga-contrat gazier évalué à 400 milliards de dollars, le 20 mai 2014, entre la Russie et la Chine. Cependant, les représentants des deux pays se sont engagés à utiliser leurs monnaies respectives dans cet échange commercial. Politique qui se renforce, au même moment, avec des accords signés entre la seconde banque russe, la VTB, et la Banque de Chine. Ces deux partenaires affichent leurs intentions d’intensifier leurs échanges en roubles et en yuans. À cela, il faut ajouter la création d’une agence de notation financière russo-chinoise. Face aux sanctions occidentales, il a été aussi créé une « Union économique eurasiatique », le 29 mai 2014, réunissant la Russie, la Biélorussie et le Kazakhstan. Ce bloc, prélude à « l’Union eurasienne supranationale » selon les propres termes de Poutine , doit s’agencer dans le cadre d’une gouvernance mondiale où les oligarques de chaque bloc défendront âprement leur part du gâteau.

    Puis le 19 juin, le système d’opération de change de la Chine (CFETS) a confirmé que le sterling et le yuan seront directement échangés sans utiliser le dollar américain comme intermédiaire.
    http://www.dw.de/china-to-start-direct-trade-between-yuan-and-british-pound/a-17717188

    Par contre, l’Irak continue à commercer en dollars US…

    Certains à Londres pensent même qu’à la mi-juillet le dollar devrait avoir son coup de grâce :
    http://beforeitsnews.com/economics-and-politics/2014/06/major-mid-july-event-deathblow-to-dollar-v-the-guerrilla-economist-on-the-hagmann-and-hagmann-report-2466352.html

  12. Patrick dit :

    On devrait voir le dollar disparaitre et être remplacé par une monnaie électronique. On en parle de plus en plus. Tout semble vouloir nous conduire à la suppression des billets de banque. Le prétexte : pour que les banques centrales puissent utiliser les taux d’intérêt négatifs, mais elles ne peuvent pas vraiment utiliser ce dispositif à cause des billets.

    En cas de déflation, plus personne ne dépense puisque les jours suivants, les prix baissent. A laisser son argent dormir, on s’enrichit. Aussi les banquiers aimeraient mettre en place des taux d’intérêt négatifs. Mais avec les billets cela est impossible. En temps normal, si vous avez des liquidités, vous les déposez sur un compte rémunéré à un taux d’intérêt plus ou moins élevé. En revanche, avec un taux négatif, non seulement vous n’êtes pas rémunéré, mais vous perdez de l’argent. Vous êtes donc incité à dépenser votre argent ou à laisser vos billets chez vous. Ainsi si vous gardez pendant un an un billet de 100 euros, vous n’aurez ni 101 euros (avec un taux d’intérêt de 1%) ni 99 euros (avec un taux négatif de 1%), Pour les détenteurs de billets, un taux négatif n’aura donc aucun impact. On comprend pourquoi les banques centrales qui veulent utiliser les taux négatifs, tiennent à introduire progressivement le passage à une monnaie entièrement électronique.

    Dans le système actuel, les taux négatifs existent déjà. Depuis le 11 juin 2014, les banques qui laissent leur argent en dépôt à la BCE se voient appliquer un taux de -0,1%.
    http://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/cercle-99900-mesures-de-la-bce-quels-objectifs-et-quel-impact-sur-la-croissance-et-les-taux-immobiliers-1014827.php
    La BCE veut, ainsi que les banques d’Europe du nord qui ont des liquidités excédentaires, prêter aux banques du sud. Mais comme la situation économique actuelle est particulièrement grave, elle aimerait maintenant que ces taux négatifs ne s’appliquent pas seulement aux relations entre les banques et la banque centrale, mais aussi entre les banques et leurs clients. Dans ce cas, s’il n’y avait plus de billets et si tous les dépôts étaient enregistrés sous une forme numérique, tout le monde subirait les effets des taux négatifs et serait incité à dépenser.

    Mais encore faudrait-il que tous les pays acceptent de supprimer les billets. D’autre part, cela ne va-t-il pas inciter les gens à utiliser une monnaie électronique se développant hors du contrôle des banques centrales, comme le bitcoin ?

    http://www.bdlive.co.za/opinion/2014/06/09/world-needs-currency-modernisation
    http://www.smh.com.au/business/markets/currencies/its-time-to-kill-cash-says-harvard-professor-kenneth-rogoff-20140530-398ot.html

    • Benoit dit :

      La monnaie électronique va arriver car il n’y a pas que le dollar qui soit mort mais aussi l’euro. Jacques Sapir nous le confirme en parlant d’euro zombi !
      -http://www.dailymotion.com/video/x28eys7_discours-de-jacques-sapir-congres-de-debout-la-france-12-octobre-2014_news?start=1043
      Il y a bien la solution des grands chantiers, des investissements publics financés par la banque européenne pour relancer l’activité. Mais voilà, l’Allemagne, la Finlande l’Autriche y sont contre car pas dans les attributions prévues de la banque européenne !

      • Gabi dit :

        Le dollar ne peut que se crasher ! Mais il sera vraisemblablement remplacé par les DTS. Les droits de tirage spéciaux (DTS, en anglais, Special Drawing Rights) sont un instrument monétaire international, créé par le FMI en 1969 pour compléter les réserves officielles existantes des pays membres. Le DTS est déterminé à partir d’un panier de monnaies majeures largement utilisées pour le commerce international et les marchés financiers. Pour le moment, ce panier est constitué du dollar des États-Unis, de l’euro, du yen japonais, et de la livre sterling. Mais le 30 novembre le Fonds monétaire international (FMI) a approuvé l’inclusion de la monnaie chinoise, appelé aussi le renminbi (RMBY) dans le panier de devises servant à fixer la valeur des droits de tirage spéciaux (DTS). Cette modification devrait entrer en vigueur d’ici à la fin septembre 2016.
        http://www.lemonde.fr/economie/article/2015/11/28/le-fmi-met-le-yuan-dans-son-panier_4819623_3234.html

        A partir de décembre 2010, la valeur d’un DTS équivaut à la somme de 0,423 euro, 12,1 yens, 0,111 livre et 0,66 dollar US. Le poids relatif des devises inclues dans le panier reflètent, selon le FMI, leur importance relative dans le commerce mondial et le système financier. Dans la dernière version des DTS, le dollar US domine toujours, à 41,37% (précédemment 41,9%). L’introduction du Yuan n’affecte que les devises de l’Union européenne (euro et livre). La domination du dollar US dans les DTS demeure donc !

  13. Maurice dit :

    Un dollar ne vaut plus que 4 cents aujourd’hui !

    • Gabi dit :

      « Le dollar américain est un crime » nous affirme Pierre Jovanovic.

      Il provoquera en final un effondrement mondial. Les deux principales banques qui pilotent les finances de la France : Banque Rothschild et banque Lazard, entraîneront de même ce pays dans le chaos. Un chaos qui s’est déjà vu en Argentine mais aussi au Liban. Pourquoi ? Parce que le Liban avait une monnaie adossée à l’or. Les Américains ont donc organisé une confrontation entre musulmans et chrétiens…
      Reste à savoir quand est-ce que tout s’écroulera. Pour l’instant cela ne tient que grâce aux Q.E. (planche à billets). D’autre part, les Américains sionistes ont toujours à s’approprier l’or des Russes (d’où la baisse du pétrole pour faire tomber leur rouble) puis ensuite celui des Chinois.

  14. lucie dit :

    La débancarisation selon votre profil :

  15. Atlas dit :

    David Stockman a travaillé comme directeur de l’Office of Management and Budget sous la présidence de Ronald Reagan. Selon lui, l’économie mondiale se trouve désormais dans une phase de «crack-up » (« disjoncter ») et ce, pour ces quatre raisons:

    1. Le nombre croissant d’actions désespérées de répression financière des banques centrales. Chaque semaine, une nouvelle banque centrale du monde abaisse ses taux d’intérêt jusqu’à les rendre négatifs pour tenter de faire repartir l’économie. Cela ne pourra pas durer, les banques centrales ont perdu le contrôle, et elles se sont engagées dans une course vers la chute, élaborant des théories au fur et à mesure de plus en plus contradictoires.
    2. La volatilité et le désordre croissants sur les marchés financiers. Au cours des 3 derniers mois, les marchés boursiers se sont comportés comme des marins ivres. Mais derrière, ce ne sont qu’un paquet de robots et de traders qui font tout de ce qu’ils peuvent pour interpréter correctement les graphiques et les données. Le marché boursier est totalement déconnecté de l’économie réelle. Les taux d’intérêts sur les obligations souveraines sont devenus irrationnels. Ils ne tiennent que par la seule promesse de Draghi que la BCE en achèterait massivement. Mais tous les pays européens sont pris dans le piège de la dette, les risques sont énormes. Ajoutez à cela la possibilité que l’euro ne survive pas. Bientôt, les banques centrales pourraient faillir, et le marché subira alors une sévère correction pour refléter les risques réels induits par toutes ces dettes, et les perspectives peu réjouissantes de l’économie mondiale.
    3. La déflation mondiale et les cours mondiaux des matières premières. Les investissements sont maintenant suspendus, ce qui est susceptible de provoquer une énorme déflation sur les matières premières et les prix des produits industriels. Le minerai de fer ne vaut plus que 60 dollars, alors qu’il avait atteint un cours de 200 dollars à son apogée. Le Baltic Dry Index, qui décrit la vitalité du transport maritime, se trouve à son point le plus bas depuis le krach de Lehman Brothers, d’abord en raison d’une chute de la demande, mais aussi en raison d’une surcapacité provenant d’une construction excessive de vraquiers (navires de charge destinés au transport de marchandises solides en vrac) pendant la période où les banques centrales ont inondé le monde avec de l’argent bon marché.Jamais dans l’histoire, il n’y a eu un tel surplus d’investissements, et une telle surcapacité dans l’exploitation minière du minerai de fer, les vraquiers, les aciéries, les usines d’aluminium, et ainsi de suite …
    4. Une demande anémique en raison des montants de dettes. Selon McKinsey, la dette du monde s’élève désormais à 200.000 milliards de dollars, comparativement à 140.000 millions de dollars au début de la crise. Depuis 2008, la dette totale mondiale a augmenté de 60.000 milliards de dollars. Mais au cours de la même période, le PIB mondial ne s’est développé que de 15.000 milliards de dollars, et il ne s’élève qu’à 70.000 milliards. Autrement dit, près de 60.000 milliards de dollars de dettes ont été générés grâce à l’impression de monnaie des banques centrales, alors qu’à peine 15.000 milliards de dollars de PIB supplémentaires ont été créés.

    Stockman cite l’exemple de la Chine, qu’il qualifie de « stupéfiant ». En 2000, la dette du pays se montait à 2.000 milliards de dollars. Aujourd’hui, elle atteint 28.000 milliards de dollars. En 14 ans, la dette de la Chine a été multipliée par… 14. Nulle part dans l’histoire, on ne trouve un exemple aussi frappant, et il est peu probable qu’une économie largement guidée par un système étatique rigide ait pu générer 26.000 milliards de dollars de dette supplémentaire sans que cela s’accompagne d’inefficacités massives et d’erreurs multiples dans le système. Au moment de la crise de 2008, la Chine se targuait d’un PIB de 5.000 milliards de dollars. Depuis cette époque, il a doublé, alors que la dette est passée de 7.000 milliards de dollars à 28.000 milliards de dollars. Le PIB n’a donc augmenté que de 5.000 milliards de dollars, alors que la dette, elle, a progressé de plus de 20.000 milliards de dollars.

    http://www.express.be/business/fr/economy/leconomie-mondiale-est-sur-le-point-de-disjoncter-et-ce-pour-raisons/211370.htm

    Dans peu de temps, les billets en dollar auront une toute autre utilité ! Mais l’euro ne devrait-il pas suivre ?

  16. Carlos dit :

    Après le Royaume-Uni il y a quelques jours, la France, l’Allemagne et l’Italie ont confirmé le 17 mars par des communiqués séparés vouloir «devenir des membres fondateurs de la Banque asiatique d’investissement pour les infrastructures », Cette banque officiellement lancée en octobre dernier à Pékin a pour ambition de «promouvoir l’investissement dans les transports, l’énergie, les télécommunications et d’autres infrastructures dans les pays d’Asie en développement».

    Plus de 20 vingt pays soutiennent d’ores et déjà l’AIIB, dont l’Inde, Singapour, l’Arabie Saoudite, le Qatar et le Koweït. Pékin propose de déposer 50 % du capital initial – soit un peu plus de 47 milliards d’euros – ce qui lui donnera une influence certaine dans les futures prises de décisions de l’institution.

    «Nous voulons apporter notre vaste expérience en matière d’institutions financières internationales pour aider à construire cette banque et de la doter d’une réputation solide» a indiqué le ministre allemand des Finances Wolfgang Schaüble lors d’une déclaration conjointe avec Ma Kai, vice-premier ministre de la République populaire de Chine
    http://francais.rt.com/lemonde/1134-france-allemagne-italie-rallient-banque

    Du côté des USA on y voit là un concurrent à la Banque Mondiale, dont le siège est à Washington, et à la Banque asiatique de développement, dominée par les Etats-Unis et le Japon.

    A lire, « La guerre des monnaies » de Song Hongbing
    https://www.fichier-pdf.fr/2014/11/19/2-la-guerre-des-monnaies-hongbing-song/

    Pour Hongbing, l’économie n’est qu’une pièce du jeu politique plutôt qu’une théorie ou une science. En participant à l’analyse de la structure des capitaux propres de 37 millions d’entreprises transnationales, il a constaté que 147 des plus grands instituts financiers exerçaient un contrôle sur ces 37 millions d’entreprises. De plus, de 20 à 30 grands groupes de sociétés de portefeuilles se trouvaient être derrière ces 147 institutions. Cela démontre comment les sociétés de portefeuilles financières minoritaires au sommet de la pyramide contrôlent en fait la plupart des groupes transnationaux de matériaux de base et d’énergie. Aux USA, il y a 60 familles qui contrôlent plus de 60 % des industries de ce pays. Mais beaucoup de ces grandes familles financières ont préféré mettre en place des fonds à qui ils font don de leurs fortunes. Ce qu’ils veulent, c’est le contrôle plutôt que la propriété. En ce qui concerne la Chine, l’idée à retenir est qu’un grand marché intérieur est la base pour l’ascension d’un pays. Certains ont mentionné l’internationalisation du yuan, mais il est évident que le yuan ne peut pas devenir la monnaie de réserve du monde si le marché intérieur de la Chine n’est pas le plus important du monde. Mais pour l’instant l’économie chinoise est dépendante des exportations, ce qui signifie que la monnaie va refluer lorsque les marchandises seront exportées. Le Japon et l’Allemagne ont tous deux essayé l’internationalisation du mark et du yen. Toutefois, leur part dans la monnaie internationale n’a jamais dépassé 7 %, aussi à cause de leurs économies orientées vers l’exportation. Actuellement, un tiers du PIB de la Chine vient de son marché intérieur, qui représente seulement un neuvième de la taille du marché américain. Cela dit, la Chine cherche à promouvoir l’internationalisation du yuan. Elle vise à remplacer le dollar. Pourtant, plus les yuans s’écouleront à l’étranger, plus cela sera dangereux. Et si l’administration d’État du marché des changes et de la Banque populaire de Chine met en place le taux de change à 6,36, alors que l’accord est de 5 à New York, quelle norme le marché va-t-il suivre ? Comme il y a beaucoup de dérivés financiers à l’étranger, le nombre d’accords là-bas peut dépasser celui de Pékin. Dans ce cas, la Chine pourrait perdre le droit d’établir son taux. Pour Hongbing donc, il est impossible de prétendre que le yuan pourrait remplacer le dollar américain d’ici les 30 prochaines années. Il serait préférable selon lui de promouvoir une monnaie asiatique et bénéficier de l’internationalisation indirecte des yuans. La racine des problèmes des pays asiatiques ne sont pas les malentendus et les obstacles historiques, mais la volonté des USA qu’elle ne s’unisse pas. Car si l’Asie est intégrée en tant que communauté d’intérêt, les États-Unis n’auront aucune chance de rester une superpuissance.
    http://www.egaliteetreconciliation.fr/Entretien-avec-Song-Hongbing-auteur-de-La-Guerre-des-monnaies-23664.html

  17. Tania dit :

    Jim Rickards est un éminent juriste, économiste et financier qui, parallèlement à ses activités au sein de la communauté du renseignement, a passé plus de trois décennies de Wall Street en tant que gestionnaire de fonds pour une grande banque d’investissement. Il est l’architecte d’une technologie surnommée « le cerveau du NASDAQ. Il a aussi aidé à négocier une fin à la crise des otages en Iran dans le début des années 1980. À la fin des années 1990, la Réserve fédérale fait appel à lui pour empêcher l’effondrement de Wall Street pendant la crise de « Long Term Capital Management ». Après le 11 septembre, la CIA l’a chargé d’enquêter sur le délit d’initié. Cela l’a conduit ensuite à contribuer à mettre au point une opération appelée « Project Prophécy » dont l’objectif était d’utiliser les marchés financiers afin de prédire des menaces à la sécurité nationale de la part de terroristes, de nations rivales, ou provenant de faiblesses économiques internes.

    Cela l’a conduit ensuite à contribuer à mettre au point une opération appelée « Project Prophécy » dont l’objectif était d’utiliser les marchés financiers afin de prédire des menaces à la sécurité nationale de la part de terroristes, de nations rivales, ou provenant de faiblesses économiques internes.

    Aujourd’hui, Rickards prévient que la prochaine attaque va venir de l’intérieur. Et il n’ est pas le seul à le penser. Récemment un rapport consensuel émanant des 16 branches de la communauté du renseignement US a fait surface. Il révèle que ces organismes ont déjà commencé à évaluer conjointement l’impact de la chute du dollar en tant que monnaie de réserve mondiale et commence par comparer la fin de la superpuissance américaine à la chute de l’empire britannique après la seconde Guerre mondiale. Ensuite, le rapport tourne au cauchemar et prévoit « un effondrement économique mondial et une longue période d’anarchie mondiale ». Le rapport anticipe une grande dépression de 25 ans dont le point de départ serait le mois de Mai 2015.

  18. Line dit :

    De nombreux pays tels que la France, l’Allemagne, l’Italie, l’Angleterre et la Suisse veulent rejoindre la AIIB, cette nouvelle banque d’investissement chinoise disposant de son propre « Swift » de compensation et qui fera concurrence au système américain !
    http://rt.com/business/241365-china-bank-eu-usa/
    http://www.ibtimes.co.uk/aiib-switzerland-applies-join-asian-infrastructure-bank-south-korea-reconsiders-stance-1492955

  19. Luc dit :

    Selon l’observateur économique chinoise Jin Zihou, la Chine aurait la capacité de crasher un dollar américain instable, avec 30.000 tonnes de réserves d’or. En fait, l’ancien président de la Réserve fédérale américaine, Alan Greenspan aurait dit que le renminbi pourrait devenir de manière inattendue, plus puissant dans le système financier aujourd’hui, si Pékin convertissait ses US $ 4 billions de dollars de réserves de change en or.

    « Le dollar américain représente encore 60% des réserves de change mondiales, mais il y a de nombreux pays qui ont l’espoir de devenir moins dépendant du dollar américain. Si la Chine veut vraiment contester la place de l’Amérique dans les marchés mondiaux du commerce et des finances, il devra le faire par l’intermédiaire d’une quantité importante d’or » explique Jin.

    Effectivement, avec ses réserves de change, Pékin est capable de déstabiliser le dollar américain, déjà instable, et de faire du yuan l’une des principales monnaies du système monétaire mondial. Car vraisemblablement, l’économie chinoise devancera celle des Etats-Unis en 2016, ce qui fera du yuan la principale monnaie de réserve dans le monde.
    http://www.wantchinatimes.com/news-subclass-cnt.aspx?cid=1102&MainCatID=11&id=20150515000004

    En accumulant les lingots d’or, la Chine se prépare donc à l’effondrement du dollar. Mais elle n’est pas la seule. La Russie a doublé ses réserves de change depuis 2005, et même le FMI, possédant 2,8 tonnes d’or, cherche aussi à augmenter ses réserves.

    http://fr.sputniknews.com/international/20150515/1016091932.html#ixzz3asViZ1L9

  20. Patrick dit :

    Stansberry & Associates, une des plus grandes firmes indépendante de recherche financière
    https://en.wikipedia.org/wiki/Stansberry_%26_Associates
    indique que le FMI annoncera aux alentours du 20 Octobre prochain, une nouvelle monnaie de réserve, pour remplacer petit à petit le dollar. Ce sera certainement le yuan ! Le professeur Steve Sjuggerud a publié une longue annonce à ce sujet

    http://thecrux.com/dyncontent/dollar-substitute-coming/

    • Eric dit :

      MARTIN ARMSTRONG, ancien conseiller financier richissime (1 trillion de dollars), basé aux États-Unis, a mis au point un modèle informatique basé sur le nombre pi, et d’autres théories liées aux cycles, capable de prédire les tournants décisifs de la vie économique mondiale, et ce avec une précision frappante.

      Au début des années 1980, il a fondé sa société de prospective et de conseil financiers – Princeton Economics. Ses analyses étaient très recherchées, par le monde entier. À mesure que sa réputation s’est renforcée, des banquiers New Yorkais de premier plan l’ont invité à rejoindre “le club”, pour les aider à mieux manipuler le marché mondial. Martin a refusé leurs invitations à plusieurs reprises.

      Plus tard cette même année (en 1999), le FBI a pris d’assaut ses bureaux, confisquant son modèle informatique, et l’accusant d’être à l’origine d’une arnaque à la Ponzi, s’élevant à 3 milliards de dollars. S’agissait-il d’une tentative pour le faire taire et l’empêcher de dénoncer publiquement la véritable arnaque à la Ponzi, que sont les dettes s’accumulant dans le monde entier depuis des décennies ?

      Armstrong prévoit qu’une crise des dettes souveraines va éclater dans le monde entier au 1er octobre 2015, une date qui constitue l’un de ces tournants décisifs, liés au nombre pi, que son modèle informatique a déjà prévu de longue date…

      Le 16 septembre 2015 sortira un documentaire comportant un interview de lui (réalisé le 24 avril par la ZDF, 1ère chaîne allemande) annonçant l’implosion du système en cette fin d’année (et qui commencerait le 1er octobre 2015)

      Les prédictions d’Armstrong reposent sur la théorie selon laquelle tout se produit en fonction de cycles. Nous approchons actuellement de la fin d’un cycle majeur de 300 ans. Le dernier cycle s’est terminé par des révolutions contre les monarchies. Le cycle actuel se terminera par des révolutions contre les démocraties corrompues. Selon lui, la corruption des gouvernements du monde est aujourd’hui extrême. Il pense que les flux de capitaux entrants aux Etats-Unis, notamment en provenance de la Chine, vont continuer d’influencer les marchés des actions et de l’immobilier à la hausse aux Etats-Unis. Le Congrès et les médias vont également blâmer la Fed pour les bulles, raison pour laquelle la Fed sera forcée de laisser grimper les taux. « Le marché des obligations atteint un sommet. Les taux d’intérêt sont négatifs et ne pourront pas tomber beaucoup plus bas. Pour ce qui concerne les marchés des obligations, le vent va bientôt tourner. » D’ici à 2020, les intérêts à payer par les Etats-Unis excéderont leur budget militaire. Une telle situation est bien évidemment insoutenable. La hausse des taux d’intérêt aura un effet particulièrement dévastateur sur les marchés émergents qui ont émis de la dette en dollars et qui finiront par se retrouver dans la position de la Grèce, incapables de rembourser les intérêts de leur dette.

      Armstrong n’a que peu d’espoir pour les banques européennes.

      Déjà, retirer de l’argent devient très difficile :

      L’euro, qui part du principe que tous les pays sont identiques, est en difficulté. En Europe, des gens achètent les actifs et la dette allemande dans l’espoir de voir la devise unique s’effondrer et de pouvoir être remboursés en nouveaux marks. Il faut donc s’attendre à ce que les fonds de retraite soient liquidés dans peu de temps.
      http://homme-et-espace.over-blog.com/2015/07/l-oracle-confirmation-de-la-terrible-crise-mondiale-a-venir.html

      A lire, les explications d’Herbert Hoover sur la crise de 1929. Elles seraient les seules réalistes et ayant de nombreux points communs avec la crise actuelle.

      Il y a aussi les analyses et prédictions économiques reliées à l’effondrement Shemita :
      http://static1.squarespace.com/static/54f7316de4b05ca04000f3d6/t/557796aee4b05074f68252dc/1433900718359/shemitah-collapse-web.pdf

      Et celles de Gerald Celente : « Il va y avoir de la panique dans les rues de Wall Street à Shanghai, du Royaume-Uni au Brésil. ». « Vous allez voir les marchés s’effondrer l’un après l’autre »

      L’analyste Larry Edelson prévoit même le début de la catastrophe le 7 octobre 2015 ! « Cela mettra à genoux l’Europe, le Japon et les États-Unis. L’effondrement aura des proportions historiques. »
      http://sputniknews.com/business/20150817/1025818543.html#ixzz3jBBoS9Pl

      François de Siebenthal, économiste et banquier, explique pourquoi cela va exploser :

      Ron Paul, ancien candidat à la présidence américaine et membre du Congrès depuis 22 ans, avertit les Américains qu’un désastre financier est sur le point de se produire, pire que la Grande Dépression ! Il met en garde les Américains, ainsi que tous les autres citoyens, que leurs économies pourraient se volatiliser en quelques instants et qu’il est impératif pour toutes les familles de se préparer à faire face à de graves problèmes d’approvisionnement et à une montée fulgurante du prix des nécessités.
      http://ronpaulmessage.com/

      Un ancien conseiller du premier ministre britannique Gordon Brown, exhorte les gens à stocker des boîtes de conserve et des bouteilles d’eau pour se préparer à ce qu’il croit être une crise boursière pire que 2008 ! Damian McBride suggère que le plongeon du marché boursier pourrait conduire à des troubles civils ou à d’autres situations où il sera déraisonnable pour quelqu’un de quitter sa maison. Il conseille de garder son argent dans un endroit sûr puisqu’il ne faudra plus prendre pour acquis que les banques et les distributeurs d’argent seront accessibles ou disponibles.

      Espérons qu’aucun nuage nucléaire sera déclenché !

  21. nicole dit :

    Des journalistes, politiciens, chefs syndicaux franc-maçons cachent le Nouvel Ordre Mondial en cours ! L’ancien grand maître du Grand Orient Alain Bauer n’a-t-il pas indiqué qu’il y a aujourd’hui en France 135 000 à 140 000 francs-maçons, dont « plein » de journalistes ?
    http://www.lejdd.fr/Societe/Selon-Alain-Bauer-il-y-a-135-000-a-140-000-francs-macons-en-France-dont-plein-de-journalistes-749423

    Ils ont une attitude criminelle en ne divulguant pas la dictature qui se prépare dans le monde entier ! Ils taisent la prise du pouvoir par les banquiers centraux et les hauts fonctionnaires, l’alliance complice – criminelle – des corporations et de bureaucraties planétaires, et les raisons des guerres pour la démocratie que notre système US mène aux quatre coins de la planète.

    En avril, la Grèce annonçait taxer les retraits d’espèces pour décourager les citoyens grecs de vider leurs comptes en banque. Ainsi, maintenant, les Grecs payent dix euros par tranche de 100 euros retirés.

    En France, les ennemis du cash ont essayé d’adopter une loi en 2012 visant à limiter l’utilisation de cash, passant d’un montant maximum de 3 000 euros à 1 000 euros. La loi fut refusée. Puis il y a eu les attentats contre Charlie Hebdo, et l’État a immédiatement utilisé ces évènements pour obtenir l’adoption de cette limite maximale de 1 000 euros. Cette fois, la loi est passée. Pourquoi ? Eh bien parce que les avocats d’une société sans cash ont affirmé que les attaques avaient été partiellement financés en utilisant de l’argent liquide.

    http://www.bvoltaire.fr/nicolasbonnal/controle-cash-grande-confiscation-a-venir,202785

    Quand est-ce qu’on vote pour quitter cette U.E. qui nous étrangle ?

  22. Ken dit :

    Le rêve américain :


    80 % de la population des Etats-Unis est pauvre ou en passe de le devenir
    http://countercurrentnews.com/2013/11/in-the-u-s-49-7-million-are-now-poor-and-80-of-the-total-population-is-near-poverty/

    72 % des travailleurs américains gagnent moins de 5000 $ par an, soit moins de 416$ par mois (soit 373 euros)
    http://richesinresources.com/update-071415/

    La dette du pays est de 60 000 milliards de dollars (la France 2 000 milliards)
    http://www.businessbourse.com/2015/08/09/les-nations-unies-de-la-dette/

    La valeur du dollar s’est effondrée et il ne vaut plus grand chose
    https://research.stlouisfed.org/fred2/graph/fredgraph.png?g=GHo

    Les États-Unis ont été en guerre 222 des 239 années de leur existence
    http://reseauinternational.net/les-etats-unis-ont-ete-en-guerre-222-des-239-annees-de-son-existence/

    Et la présidente de la Fed, Janet Yellen, en conférence dans une université américaine, a perdu la tête pendant au moins 5 bonnes minutes. Elle s’est mise à relire plusieurs fois le même passage de son discours sans s’en rendre compte, avant de défaillir une fois sortie du champ des cameras. Peu avant, elle avait pris la décision de ne pas remonter le taux directeur. Bref, elle et la Fed ont complètement perdu la maîtrise de la situation.

  23. Patrick dit :

    Pourquoi la fin de l’année 2015 devrait aboutir à une grave crise économique aux USA :

    • 1/ Les exportations américaines sont en chute de 11 % sur l’année en cours.
    • 2/ Depuis Mars 2015, la quantité de produits ayant été expédiée que ce soit par camion, train, ou par avion à l’intérieur des États-Unis a baissé chaque mois par rapport à l’année précédente.
    • 3/ Les ventes au détail aux États-Unis ont chuté à leur plus bas niveau depuis la dernière récession.
    • 4/ Le ratio des stocks par rapport aux ventes a augmenté à son plus haut niveau depuis la dernière récession. Cela signifie qu’il y a beaucoup de stocks d’invendus.
    • 5/ La production industrielle a baissé pendant cinq mois d’affilée au cours de la première moitié de l’année 2015.
    • 6/ De son côté, Wal-Mart a annoncé un bénéfice par action attendu en baisse de 6 à 12 % pour l’exercice 2017 !
      http://www.businessbourse.com/2015/10/16/le-pire-krach-boursier-de-walmart-en-27-ans-est-un-autre-signe-de-leffondrement-economique/
    • 7/ Selon les derniers chiffres de l’administration américaine en charge de la sécurité sociale (The Social Security Administration), 51 % de l’ensemble des travailleurs américains gagnent moins de 30.000 dollars par an.
    • 8/ 102,6 millions d’Américains en âge de travailler sont sans emploi !.
    • 9/ On assiste en ce moment à des licenciements dans les grandes entreprises à un niveau non atteint depuis 2009.
    • 10/ Le nombre d’offres d’emploi aux États-Unis a baissé de 5,3 % au cours du mois d’Août.
    • 11/ Selon le géant bancaire britannique HSBC, le monde est déjà en récession. Le commerce mondial a jusqu’à maintenant chuté de 8,4 % et le PIB mondial exprimé en dollars américains, est en baisse de 3,4 %.
    • 12/ En Septembre, les exportations chinoises ont baissé de 3,7 % et ses importations ont subi une chute dantesque de 20,4 % par rapport à l’année précédente.
    • 13/ Au cours du mois d’Août, on a assisté à la fois au 8ème crash le plus important sur une seule journée dans l’histoire des États-Unis en nombre de points, qu’au 10ème crash le plus important sur une seule journée dans l’histoire des États-Unis en nombre de points. C’était la première fois que le Dow Jones Industrial Average reculait de plus de 500 points sur deux jours de bourse consécutifs.
    • 14/ Le 24 Août 2015 assistait à la plus grande volatilité intrajournalières du marché boursier de tous les temps. Du point le plus haut de cette journée à celui le plus bas, le Dow Jones Industrial Average chuta de 1.089 points avant de se stabiliser.
    • 15/ En Septembre, du fait de la chute des marchés, environ 11.000 milliards de dollars de richesse financière ont disparu dans le monde.
    • 16/ En Septembre, à un moment donné, les actions chinoises ont chuté d’environ 40 % par rapport au sommet du marché.
    • 17/ A un moment donné en Septembre, les actions allemandes étaient en baisse d’environ 25 % par rapport au sommet du marché.
    • 18/ Depuis la dernière crise financière, l’économie mondiale a ajouté 50.000 milliards de dollars d’endettement supplémentaire.
    • 19/ Parmi les géants financiers mondiaux qui seraient en très grave difficulté, il y aurait la Deutsche Bank, UBS et trois des plus grandes sociétés de négoce de matières premières sur l’ensemble de la planète: Glencore, Trafigura et le Groupe Noble. L’effondrement total de l’un d’eux, pourrait facilement être un autre ” Lehman Brothers” pour le système financier mondial.
    • 20/ Les actions aux Etats-Unis vont devoir baisser de plus de 30 % par rapport à leurs niveaux actuels pour revenir à ce qui est considéré comme ” normal ” ou ” standard ”

    http://theeconomiccollapseblog.com/archives/20-reasons-why-all-the-people-that-quit-prepping-after-september-are-dead-wrong

  24. Tonio dit :

    Depuis le 1er janvier 2016, le compte bancaire des européens peut être ponctionné pour aider les banques à payer leurs dettes ! Ces dernières sont pourtant aussi exposées que celles américaines ! La Deutsche Bank par exemple a une exposition 15 fois supérieure au PIB de l’Allemagne (54 000 milliards de dollars) !
    http://leblogalupus.com/2015/06/10/lexposition-de-la-deutsche-bank-aux-produits-derives-est-totalement-inconsciente-et-irresponsable/
    Pourquoi la BNP Paribas cherche-t-elle à à obtenir des informations relatives à l’activité des clients, à leurs revenus et à leur patrimoine, si ce n’est pour se couvrir avec leurs biens ! Ce n’est évidemment pas à cause du terrorisme !
    http://www.businessbourse.com/2016/01/02/bnp-branle-bas-de-combat-a-la-bnp/

    Les plus grandes banques américaines ont collectivement plus de 247.000 milliards de dollars d’exposition sur les produits dérivés.Ce montant est 13 fois supérieur à la taille de la dette publique des Etats-Unis (19.000 milliards de dollars).
    http://www.occ.gov/topics/capital-markets/financial-markets/trading/derivatives/dq414.pdf
    Globalement, selon la Banque des règlements internationaux(BRI), la valeur théorique de l’ensemble des contrats de produits dérivés en circulation équivaut au montant inimaginable de 552.900 milliards de dollars.
    http://www.bis.org/statistics/d5_1.pdf
    Lorsque cette bulle de dérivés implosera, il n’y aura pas assez d’argent sur ​​toute la planète pour régler le problème.

    Pour rappel, un produit dérivé est une sécurité dont la valeur fluctue en fonction de l’évolution du taux ou du prix d’un autre produit appelé sous-jacent. Ce produit consiste en un contrat entre deux parties, un acheteur et un vendeur, qui fixe des flux financiers futurs fondés sur ceux d’un actif sous-jacent, réel ou théorique, généralement financier. Les actifs sous-jacents les plus courants comprennent les actions, obligations, matières premières, devises, taux d’intérêt et des indices boursiers. Le marché des produits dérivés est une forme de “jeu légalisé”(Casino). Ceux qui sont engagés dans la négociation de produits dérivés font simplement le pari que quelque chose se produira ou non dans l’avenir. Les produits dérivés ont joué un rôle déterminant lors de la crise financière de 2008, ils le feront aussi lors de la prochaine crise !

    Et cette dernière touchera tout le monde ! Car les quatre plus grandes banques aux États-Unis sont environ 40 % plus importantes qu’elles ne l’étaient en 2008.
    http://theeconomiccollapseblog.com/archives/most-people-cannot-even-imagine-that-an-economic-collapse-is-coming
    Les cinq plus grandes banques représentent environ 42 % de l’ensemble des prêts de ce pays,
    et les six plus grandes banques représentent environ 67 % de l’ensemble des actifs du système financier.
    http://fortune.com/2013/09/13/by-every-measure-the-big-banks-are-bigger/

    • Citigroup Actifs totaux: 1.808.356.000.000 $ (plus de 1.800 milliards de dollars). Exposition totale aux produits dérivés: 53.042.993.000,000 $ (plus de 53.000 milliards de dollars)
    • JPMorgan Chase: Actifs totaux: 2.417.121.000.000 $ (environ 2.400 milliards de dollars). Exposition totale aux produits dérivés: 51.352.846.000.000 $ (plus de 51.000 milliards de dollars)
    • Goldman Sachs: Actifs totaux: 880.607.000.000 $: (moins de mille milliards de dollars). Exposition totale aux produits dérivés: 51.148.095.000.000 $ (plus de 51.000 milliards de dollars)
    • Bank of America: Actifs totaux: 2.154.342.000.000 $ (un peu plus de 2.100 milliards de dollars). Exposition totale aux produits dérivés: 45.243.755.000.000 $ (plus de 45.240 milliards de dollars)
    • Morgan Stanley: Actifs totaux: 834.113.000.000 $: (moins de mille milliards de dollars). Exposition totale aux produits dérivés: 31.054.323.000.000 $ (plus de 31.000 milliards de dollars)
    • Wells Fargo: Actifs totaux: 1.751.265.000.000 $ (plus de 1.750 milliards de dollars). Exposition totale aux produits dérivés: 6.074.262.000.000 $ (plus de 6.000 milliards de dollars)
  25. Luc dit :

    Les licenciements se multiplient , les grands détaillants ferment des centaines de sites, les marges bénéficiaires des entreprises plongent, le commerce mondial ralentit considérablement, et plusieurs grandes banques européennes sont en train d’imploser complètement… 22 signes montrant que la crise économique mondiale va en empirant :

    1 – Le nombre de suppressions d’emplois aux États-Unis a grimpé en flèche de 218 % au cours du mois de Janvier :

    http://money.cnn.com/2016/02/04/news/economy/january-job-cuts-soar/index.html?iid=hp-stack-dom

    2 – L’indice Baltic Dry vient d’atteinre un nouveau plus bas historique. L’indice se situe à 297 points.

    http://www.businessbourse.com/2016/01/31/une-legende-du-monde-financier-partage-le-graphique-le-plus-effrayant-au-monde/

    3 – Les commandes à l’industrie américaine sont en forte chute depuis 14 mois d’affilée.

    http://www.zerohedge.com/news/2016-02-04/us-factory-orders-plunge-most-2-years-14th-consecutive-drop

    4 – Aux États-Unis, l’indice de performance de la restauration vient de tomber à son plus bas niveau depuis 2008.

    http://www.restaurant.org/News-Research/Research/RPI
    http://wolfstreet.com/2016/02/03/restaurant-industry-suddenly-tanks-worst-plunge-since-the-beginning-of-the-financial-crisis/

    5 – En Janvier, les commandes de camions de classe 8 (les gros camions qui expédient des marchandises à travers le pays ) a chuté de 48 % par rapport à l’année précédente.

    http://wolfstreet.com/2016/02/04/the-transportation-recession-spreads/

    6 – Le trafic ferroviaire a également ralentit sensiblement. Dans le Colorado, il y a des centaines de locomotives qui restent immobilisées sur les pistes à ne rien faire.

    http://www.businessbourse.com/2016/01/30/alerte-lactivite-economique-ralentit-beaucoup-plus-vite-que-lavaient-prevu-les-experts/

    7 – Les marges bénéficiaires des entreprises avaient atteint un sommet au cours du troisième trimestre de l’année 2014 et sont en baisse constante depuis. Cela se produit généralement lorsque nous nous dirigeons vers une récession.

    http://uk.businessinsider.com/profit-margins-call-for-recession-2016-2?r=US&IR=T

    8 – Une série de rapports trimestriels extrêmement décevants ont fait chuter les actions sur les marchés. Voici, ci-dessous une synthèse publiée par le site zerohedge qui donne quelques exemples de ce que nous venons d’assister…

    http://www.zerohedge.com/news/2016-02-04/if-earnings-were-ok-and-we-are-bull-market-would-not-happen

        Les actions de Lions Gate Entertainment ont baissé de 5 % après les résultats trimestriels.
        Les actions de Tableau Software ont plongé de 40 % après quelques heures de cotation.
        les actions de l’entreprise YRC Worldwide ont chuté de 16,4 % après l’annonce des résultats.
        les actions de Splunk INC ont baissée de 7,6 % après quelques heures de cotation.
        Les actions de LinkedIn ont chuté de 24 % après l’annonce des résultats.
        Les actions de Hanesbrands ont creusé leurs pertes lors des échanges pour finir avec une baisse de 14,9 % à la clôture.
        Les actions de Outerwall ont baissé de 11 % après l’annonce des résultats trimestriels.
        Les actions de Genworth ont baissé de 16,5 % à la suite de la publication des résultats et de l’annonce du plan de restructuration.
    

    9 – Les obligations à haut rendement continuent de s’effondrer à Wall Street. Le lundi 1er Février, L’obligation connue sous le sigle JNK était en baisse à 32,60

    http://finance.yahoo.com/echarts?s=JNK+Interactive#%22allowChartStacking%22:true
    et l’autre sous le sigle HYG avait baissé à 77,99.
    http://finance.yahoo.com/echarts?s=HYG%20Interactive#%22allowChartStacking%22:true

    10 – Le jeudi 04 Février 2016, une importante source d’information Britannique a désigné publiquement cinq grandes banques européennes comme étant considérées en grand danger

    http://www.express.co.uk/finance/city/641080/European-banks-heading-for-collapse-warns-expert
    Selon Raoul Pal, l’ancien gestionnaire de fonds et ancien employé de la Goldman Sachs, Deutsche Bank, Credit Suisse, Santander, Barclays et RBS sont parmi les actions dont les fortes baisses transmettent des ondes de choc à travers tout le système financier.

    11 – La Deutsche Bank est la plus grande banque en Allemagne et c’est la banque au monde qui a la plus forte exposition sur les produits dérivés. Malheureusement, les CDS (credit default swaps) de la Deutsche nous montrent maintenant que la banque est dans une crise profonde et qu’une implosion totale peut être imminente .

    http://www.businessbourse.com/2015/06/14/54-000-milliards-de-dollars-cest-lexposition-de-la-deutsche-bank-sur-les-derives/

    12 – La semaine dernière, on a appris que la Deutsche Bank avait perdu 6,8 milliards d’euros en 2015. La banque la plus importante en Allemagne est en difficulté extrême, et elle pourrait finir par devenir pour l’Union Européenne ce qu’avait été la Lehman Brothers pour les Etats-Unis.

    http://www.businessbourse.com/2016/01/21/deutsche-bank-annonce-une-perte-nette-de-67-milliards-pour-2015/

    13 – Credit Suisse vient d’annoncer la suppression de 4000 emplois.

    http://www.businessbourse.com/2016/02/04/le-credit-suisse-va-supprimer-4000-postes/

    14 – Le géant pétrolier Royal Dutch Shell vient d’annoncer qu’elle va supprimer 10.000 emplois.

    http://www.businessbourse.com/2016/01/21/shell-annonce-10-000-suppressions-demplois/

    15 – Caterpillar a annoncé qu’il va fermer 5 usines et de se débarrasser de 670 salariés.

    http://www.cnbc.com/2016/01/29/caterpillar-closing-5-plants-cutting-670-jobs.html

    16 – Yahoo a annoncé mardi 02 Février 2016 son intention de supprimer environ 1700 emplois dans le cadre d’une réorganisation soit environ 15 % de son effectif total.

    http://www.businessbourse.com/2016/02/03/yahoo-supprimera-1700-emplois/

    17 – Johnson & Johnson a annoncé qu’il supprimerait 3.000 emplois dans la division matériel médical.

    http://www.businessbourse.com/2016/01/20/johnson-johnson-supprime-3-000-emplois-dans-la-division-materiel-medical/

    18 – La société Sprint vient de licencier 8 % de ses effectifs

    http://www.zerohedge.com/news/2016-01-25/sprint-fires-2500-8-its-entire-workforce
    et quand à la société GoPro, elle vient de licencier 7% de ses salariés.
    http://www.businessbourse.com/2016/01/15/dans-la-tourmente-gopro-va-supprimer-des-postes-pour-pallier-la-baisse-des-ventes/

    19 – Partout aux Etats-Unis, les magasins de détail ferment à un rythme effrayant.

    Wal-Mart ferme 269 magasins , dont 154 aux États-Unis.
    

    http://www.businessbourse.com/2016/01/16/wal-mart-ferme-269-magasins/

    K-Mart va fermer plus de deux douzaines de magasins au cours des prochains mois.
    

    http://www.bizjournals.com/milwaukee/news/2016/01/15/wal-mart-kmart-jcpenney-closing-stores.html

    JC Penney va fermer définitivement 47 autres magasins après avoir déjà fermé un total de 40 magasins en 2015.
    

    http://newsok.com/article/5474616

    Macy’s  a décidé qu’il devait fermer 36 magasins et licencier environ 2.500 employés.
    

    http://www.southbendtribune.com/news/business/marketbasket/closing-stores-not-always-sign-of-failing-retailers-but-move/article_42525c24-79b8-5ef4-8852-00b8f6c5376c.html

    Gap est en train de fermer 175 magasins en Amérique du Nord.
    

    http://www.southbendtribune.com/news/business/marketbasket/closing-stores-not-always-sign-of-failing-retailers-but-move/article_42525c24-79b8-5ef4-8852-00b8f6c5376c.html

    Aeropostale est en train de fermer 84 magasins partout en Amérique.
    

    http://www.cnbc.com/2016/01/12/why-closing-stores-isnt-an-easy-fix-for-retailers.html

    L’entreprise Finish Line vient d’annoncer que 150 magasins vont fermer au cours des prochaines années.
    

    http://www.southbendtribune.com/news/business/marketbasket/closing-stores-not-always-sign-of-failing-retailers-but-move/article_42525c24-79b8-5ef4-8852-00b8f6c5376c.html

    Sears a fermé environ 600 magasins depuis un an, mais malheureusement, les ventes dans les magasins qui restent ouverts continuent de chuter fortement.
    

    http://www.cnbc.com/2016/01/12/why-closing-stores-isnt-an-easy-fix-for-retailers.html

    20 – Selon le New York Times, l’économie chinoise fait face à une montagne de créances douteuses qui “pourrait dépasser les 5000 milliards de dollars”.

    http://www.nytimes.com/2016/02/04/business/dealbook/toxic-loans-in-china-weigh-on-global-growth.html?emc=edit_th_20160204&nl=todaysheadlines&nlid=57057937&_r=0

    21 – Dans une tentative désespérée, le Japon a mis en place les taux d’intérêt négatif pour permettre aux banques d’octroyer plus de prêts.

    http://www.businessbourse.com/2016/02/01/desesperee-par-la-deflation-la-banque-du-japon-tente-les-taux-dinteret-negatifs/

    22 – L’économie mondiale a désespérément besoin de voir le cours du pétrole remonter, mais Morgan Stanley averti que nous ne reverrons pas le cours du baril à 80 dollars avant 2018.

    http://www.cnbc.com/2016/02/04/you-wont-see-70-oil-until-2018-morgan-stanley.html

  26. Ken dit :

    Ron Paul avertit : « La loi martiale financière arrive »
    http://ronpaulmessage.com/?cid=MKT261537&eid=MKT277486
    Les états en faillite en sont à vouloir voler les économies des peuples (assurance-vie, retraite, bourse etc….). Et comme ils savent que certains se retrouveront sans rien, ils s’attendent à une guerre civile. D’où l’état d’urgence….. Et les camps Fema…

  27. Eric dit :

    Selon John Leary, on est actuellement entrain de mettre en place l’abandon du dollar pour le remplacer par une devise appelée DTS ou droits de tirage spéciaux, garantie or. Mais voilà, dès que le dollar s’effondrera, il va en résulter la loi martiale. Et on aura ainsi vite fait de lier cette monnaie électronique à une puce dans le corps de chacun, permettant de la sorte, la validation des transactions. Mais cette puce associée aux compteurs « intelligents » qu’ils cherchent à installer partout, permettra de contrôler les gens.

    John Leary est étonnant car ce qu’il dit est censé. Derrière le Nouvel Ordre Mondial il n’y a qu’une élite d’à peu près 200 personnes dont une douzaine qui structure l’ensemble. On les connait. Il y a Christine Lagarde (FMI), Janet Yellen (Fed), Mark Carney (ancien directeur de la banque du Canada, actuellement directeur de celle d’Angleterre. Il fait aussi partie du Conseil de la BRI, la Banque des Règlements Internationaux à Bâle), Jack Lew (Secrétaire du Trésor américain), Larry Summers (prof à Harvard) etc…. Ils se voient à Davos, lors du G20… Mais dans ce G20 il y a un G4 (Chine, USA, Europe, Japon). Ces 4 ensembles contrôlent les 2/3 du PIB mondial, ce qui leur donne du poids pour dicter leur loi sur toute l’économie mondiale. Pour l’instant, ils doivent trouver une solution pour résorber le million de milliards de dollars de dette qu’ils ont eux-mêmes favorisé. Une croissance sauverait la partie, mais il n’y en a pas. On pourrait tout simplement refuser de payer les dettes mais ils font croire que cela risquerait de provoquer une catastrophe financière. Reste l’inflation (ou dévaluation de la monnaie). Il y a 4 moyens d’apporter de l’inflation :
    – Par les taux d’intérêts négatifs et une guerre contre le cash (en le supprimant).
    – En demandant au FMI d’imprimer des SDR (Special Drawings Rights), appelés en France des DTS (Droits de Tirages Spéciaux). C’est une monnaie mondiale tirée de nulle part.
    – En distribuant de l’argent à tout le monde (l’hélicoptère monétaire).
    – En augmentant le cours de l’or, ce qui provoquerait en parallèle, l’augmentation du prix des matières premières et de l’énergie.

    Que remarque-t-on ? Qu’un piège a été mis en place par cette élite pour obliger le monde à avoir une monnaie (DTS), une fiscalité et une banque centrale (FMI) mondiales. Bien entendu, cela va se traduire par la suppression du cash, le siphonnage de l’épargne des gens et sans doute à brève échéance, leur puçage. Autant dire que l’on est sur le point de connaître une dictature à l’échelle planétaire. Car toutes ces décisions n’ont rien de démocratiques. On ne demande pas l’avis de la population. Pour Jim Rickards, les DTS vont remplacer le dollar incessamment sous peu.

    Il est vraiment fascinant de voir cette élite créer des problèmes pour nous obliger à accepter leur solution et avancer dans leur traquenard. Cela en est diabolique. Car après les « Subprimes » dans l’immobilier, voici les « Subprimes » dans l’automobile. La dette publique a presque doublé depuis que Barrack Obama est arrivé à la Maison Blanche. La dette des entreprises a doublé, la dette sur les prêts étudiants a franchi le seuil des 1000 milliards de dollars, la dette sur les prêts automobiles a elle aussi franchi la barre des 1000 milliards de dollars, et la dette totale des ménages américains a franchi la barre des 12.000 milliards de dollars.
    http://www.businessbourse.com/2016/09/07/etats-unis-la-bulle-de-plus-de-1000-milliards-de-dollars-sur-les-prets-automobiles-commence-a-eclater/

    Normalement, le 30 septembre 2016, une « monnaie mondiale » va faire son apparition… Mais elle risque de provoquer un Krach sans précédent du dollar… Une implosion spontanée du marché boursier américain et un raz-de-marée sur les places boursières européennes… Les multinationales, qui utilisent principalement des dollars pour leurs activités, seront les premières touchées… et c’est par elles que la crise va prendre de l’ampleur… Plus le dollar va chuter et plus les entreprises américaines à l’étranger vont fermer… Les exportations vers les Etats-Unis vont se réduire – car les devises se renforceront tellement que tout deviendra hors de prix pour les entreprises américaines… Wall Street ne tardera pas à lancer une attaque contre le dollar et à se positionner sur des actifs de refuge – c’est là que les choses pourraient bien se gâter en France… Si les marchés américains chutent, nous serons dans un scenario de crise comme en 87 où les marchés avaient perdu jusqu’à 22,6% en ce fameux jour du 19 octobre :
    -45,8 % à Hong Kong
    -41,8 % en Australie
    -26,4 % au Royaume-Uni
    -22,5 % au Canada
    Et -9,64% en France (sur la seule journée du 19 octobre 1987)

    En marge du sommet du G20 en Chine, l’élite financière s’est entendue pour dévaluer le yuan via le dollar, afin de redonner de l’air à la Chine. Certains appellent cela « l’Accord de Shanghai ». En fait c’est la « mafia financière » qui a décidé de dévaluer le dollar pour rendre service aux traders de Wall Street. Mais ce dopage des entreprises ne peut durer longtemps. Il faut donc que le dollar chute de plus en plus, sans arrêt. Ce qui risque d’amener à un krach pire que celui de 1987. Sur le site Internet du Fonds Monétaire International (FMI), « l’institution la plus puissante de la planète » selon The Economist…(revue de l’élite) car elle représente 189 états, un Rapport de 42 pages détaille son plan. Il s’intitule « Renforcer la stabilité monétaire internationale » et détaille comment le dollar va être remplacé par la « monnaie mondiale ». Une fois que le dollar va décrocher pour de bon, un effet boule de neige va commencer à impacter toutes les économies ayant des intérêts commerciaux et financiers avec les Etats-Unis. Les marchés américains ne sombreront pas seuls. Ils vont emporter avec eux toutes les places financières du monde, comme cela a été le cas en 2008. Certaines banques vont certainement faire faillite… Les épargnants pourraient bien être mis à contribution (le fameux « bail-in », désormais entériné par la loi). Aussi était-il prudent d’acheter de l’or véritable. Ainsi Soros s’est débarrassé d’un tiers de ses actions américaines et a acheté pour 264 millions de dollars d’or. Stanley Druckenmiller, qui pèse 4,4 milliards de dollars, s’est aussi débarrassé de ses actions en dollars pour acheter de l’or. Actuellement, les réserves d’or enregistrées par le Comex déclinent et se rapprochent inexorablement de zéro. Les Chinois sont à l’origine de 40% des achats de tout l’or qui sort des mines. Les gens fuient aussi vite que possible
    le marché action sur le point de s’effondrer…
    http://algarath.com/2016/09/13/algarath-on-ne-donne-sensationnalisme-dautres-ont-compris/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s