Bref aperçu de notre agriculture néo-libérale…

Suicide collectif de 1500 indiens ruinés à cause des OGM

En Inde, les paysans continuent de se suicider.

Le ministère de l’Agriculture l’explique en partie à cause des rendements décroissants du coton Bt, qui constitue 90% des 5,73 millions de tonnes récoltées en 2010-2011 par le second producteur mondial de coton.  Alors même qu’une nouvelle variété vient d’être approuvée, le ministère déplore la grave crise que subissent ces agriculteurs, déçus des résultats déclinants de la semence Monsanto. Le prix payé aux paysans n’a pas progressé aussi vite que celui des insecticides, nécessaires en quantités croissantes, et en définitive, depuis cinq ans, le coton Bt ne rémunère plus suffisamment le producteur. Ce coton génétiquement modifié fut introduit il y a 10 ans dans les États d’Andhra Pradesh, Madhya Pradesh, Karnataka et Maharashtra. Semées sur 12 millions d’hectares, les variétés de Monsanto et de Bayer surent au début répondre aux espoirs d’augmentation des rendements. Mais ensuite, ils suscitèrent  de nombreuses déconvenues. En 2011, selon le gouvernement de l’Andhra Pradesh, la récolte a été divisée par deux par rapport a 2010.  Les variétés génétiquement modifiées ont perdu leur résistance aux prédateurs, qui ont su s’adapter par mutations, et sont incapables de se protéger contre de nouveaux virus. Les OGM se sont enfin révélés plus sensibles aux parasites, que les variétés traditionnelles. Ces semences exigent aussi davantage d’eau et d’engrais. C’est au printemps que c’est le plus dramatique quand les collecteurs de dettes viennent réclamer les intérêts des sommes empruntées pour acheter les graines.  Dans la région productrice de Vidarbha, état de Maharastra, 209 suicides de fermiers ont été recensés en 2011, en lien avec ces problèmes. Doit-on remercier les firmes tels que Monsanto pour avoir fabriqué des graines stériles (pour que personne ne puisse les utiliser), d’avoir menti sur leurs rendements ? Peut-on accepter le brevetable de tout, de même que les graines sélectionnées depuis des générations de paysans ?

http://www.thehindu.com/sci-tech/agriculture/article3248530.ece

Qui pollue le plus, le mouton ou le véhicule à moteur ?

 

En Nouvelle Zélande, les savants étudient le moyen de purifier le pet du mouton,

Un problème qui semble crucial dans un pays où paît, justement, un troupeau de 35 millions de ces bêtes. Ils cherchent à comprendre pourquoi certains individus de la gent ovine polluent davantage que d’autres  et à établir si certains régimes sont moins polluants. Ils espèrent même pouvoir mettre au point  un vaccin qui empêcherait les ruminants de générer du méthane.  En 2003, le gouvernement avait envisagé de taxer les éleveurs pour financer la recherche anti-méthane, mais les  éleveurs s’étaient élevés  vigoureusement contre  ‟l’impôt du pet” alors que, soutiennent certains, 90% du méthane provient de rots.

 

La politique esquissée actuellement amplifie irrémédiablement la dérégulation des marchés agricoles et les morts qu’elle provoque.

Pour nourrir les milliards d’êtres humains, on ne compte pas sur le retour de politiques publiques, mais sur la généralisation de partenariats publics-privés (PPP) connus pour permettre aux derniers d’en prendre les bénéfices et aux premiers d’endosser les dettes. Un suivi satellitaire de l’agriculture mondiale va être lancé pour améliorer l’observation agricole via une utilisation accrue des outils de télédétection pour les prévisions de récolte et les prévisions météorologiques (outil indispensable pour les spéculateurs). Car on n’interdit pas les paris sur les fluctuations de prix… Mais ce qui est plus ahurissant, point de retour aux stocks d’intervention, outils prouvés pourtant de la régulation et garde manger en cas de crise grave.  Seuls des « réserves alimentaires humanitaires d’urgence ciblées et de taille limitée, conformes à l’annexe II de l’accord de l’OMC sur l’agriculture » seront tolérées, afin de ne pas gêner le marché libre et non faussé quand ce dernier conduit le monde à la famine. En accord donc avec la décision prise par la Commission européenne  dernièrement de réduire l’aide alimentaire de 80% aux plus démunis. Bien entendu, les ministres de l’Agriculture à l’échelle européenne, seraient dessaisis de tout ce qui concerne la spéculation. Seuls les ministres des finances du G20 auront le droit d’en parler. Tout est fait pour satisfaire les spéculateurs et non pas les paysans ou les consommateurs. Si les organisations syndicales agricoles le voulaient, elles décideraient démocratiquement de ce qui doit être fait. N’est-ce pas le propre de la démocratie ?  Car actuellement, le pouvoir des députés européens est nul !  C’est l’Amérique qui décide !

https://effondrements.wordpress.com/2012/05/23/le-coup-detat-europeen-un-pouvoir-executif-qui-ne-se-plie-pas-au-suffrage-universel/

 

Ne l’a-t-on pas vu avec la viande clônée ?  :

http://www.youtube.com/watch?v=ZELMhHGv1t4&feature=player_embedded

L’échec des négociations au sein de l’union européenne sur une éventuelle interdiction de la viande clonée signifie, de fait, qu’elle est autorisée. De même, aucun accord sur l’étiquetage de cette viande n’a pu être trouvé alors qu’elle est déjà commercialisée en Europe. L’étiquetage de produits alimentaires issus du clonage a échoué en grande partie à cause de l’opposition du gouvernement allemand sous la pression des États-Unis, principal exportateur de viande clonée (un embargo immédiat des produits européens par les États-Unis signifierait un préjudice économique évalué à 250 millions d’euros par an sur les exportations agricoles européennes !).  Mais si les consommateurs européens ne mangent pas directement de la viande clonée, ils mangent d’ores et déjà sans le savoir des produits issus d’animaux clonés, aux conséquences mal connues.  Et la mortalité est plus élevée et plus précoce chez les animaux clonés. Mais au-delà des maladies liées au clonage, se profile la dépendance aux laboratoires proposant ces techniques, les conduisant à dominer toute la chaîne de production des produits alimentaires animaliers. Ce qui ne va pas dans le sens de l’intérêt public mais dans celui de certaines poches.

 

Pendant ce temps, aux USA, on préfère criminaliser  celui qui nourrit sa famille avec des œufs de poules de son jardin :

http://www.youtube.com/watch?v=spw6dLuspSU&feature=player_embedded

ou celui qui tient une épicerie biologique :

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=ifvp3Fxi7Uo

 

 Aux USA, l’un des conseillers d’Obama en matière de sciences et de technologies, n’est autre que John P. Holdren qui a été jusqu’à mettre ses idées répugnantes par écrit :

http://www.amazon.com/Ecoscience-Population-Environment-Paul-Ehrlich/dp/0716700298/ref=sr_1_1?ie=UTF8&s=books&qid=1305997093&sr=1-1

Ce sinistre individu pense que la population mondiale optimale devrait être d’un milliard de personnes. Il se propose donc de mettre toute une série de mesures odieuses en application afin de réduire la population mondiale. Holdren dit que l’on pourrait mettre des produits chimiques toxiques dans la nourriture et l’eau, introduire des permis de naissance (les enfants nés sans permis devraient être éliminés), mettre en place des avortements obligatoires, et même pratiquer des infanticides. La stérilisation des êtres humains est, elle aussi, prescrite.

http://www.dailymotion.com/video/xjmmll_le-plan-des-elites-pour-la-depopulation-mondiale_news

 

Ne pas être étonné qu’après çà,  la commission européenne accepte les poulets à l’eau de javel !

http://www.dailymotion.com/video/xf7idt_poulet-a-la-javel_people#from=embed

 

ou que Danone  nous engraisse comme des porcs :

http://www.dailymotion.com/video/xf4vte_danone-vous-engraisse-tels-des-porc_news#from=embed

http://rustyjames.canalblog.com/archives/2012/07/06/24633042.html

 

Sans parler de Mc Do et de ses nuggets !

http://www.5minutesatuer.com/culture/fabrication-chicken-nuggets.html

 

Oui, on ingurgite des colorants nocifs :

http://www.youtube.com/watch?v=Fs-N0Gjf4C8&feature=player_embedded

 

Même  l’eau du robinet contient de plus en plus de restes de contraceptifs (augmentant sensiblement les problèmes  de stérilité chez les gens  :

http://www.dailymotion.com/video/xbj124_leau-du-robinet-estelle-potabley-po_news

 

Xe ou les hommes en noir !

Que Monsanto se soit payé la plus grande armée du monde :

Blackwater (ou la Xe) avec l’aide de Bill Gates  peut se comprendre vu le nombre de gens souffrant sur cette planète de ses effets néfastes. Mais l’alimentation est devenue pour  les banksters une manière d’augmenter considérablement leurs profits et pouvoir Et cela au dépend des agriculteurs et des consommateurs.

http://www.darkgovernment.com/news/monsanto-now-owns-blackwater-xe/

http://www.dailymotion.com/video/xohhvs_les-armees-privees-black-water-ou-la-xe-societes-militaires-privees-smp_news

 

Le Chef de la Tribu des Kayapo,

Raoni, pendant ce temps,  reçut la pire nouvelle de sa vie : Dilma, la présidente du Brésil, a donné son approbation pour la construction d’une énorme centrale hydroélectrique (la 3ème plus grande au monde). Une véritable sentence de mort pour tous les peuples vivant près du fleuve, car le barrage inondera environ 400 000 hectares de forêt. Plus de 40 000 Indiens devront trouver de nouveaux endroits pour vivre. Et on assistera à la destruction de leur habitat naturel, à de la déforestation, à la disparition de plusieurs espèces…

http://www.dailymotion.com/video/xl6snv_aidons-raoni-ensemble_news

http://raoni.fr/signature-petition-1.php

 

 

Il n’y a plus dans notre monde de place pour ceux qui vivent différemment,  tout doit être aplani, chacun, au nom de la mondialisation, doit perdre son identité, sa façon de vivre. Et cela sous la domination de quelques uns.

About these ads

97 commentaires sur “Bref aperçu de notre agriculture néo-libérale…

  1. John dit :

    Dans cette parodie animée du film « La Guerre des Etoiles » de Georges Lucas, l’agriculture bio organise sa lutte contre l’agriculture intensive… Une rébellion hilarante contre le côté obscur de la ferme.
    -http://www.dailymotion.com/video/x10s7dj_la-guerre-des-etals-fiction_creation#from=embediframe

  2. Line dit :

    Avec l’augmentation des rendements agricoles, nos aliments sont devenus des coquilles vides… de nutriments. Combien de pêches, d’oranges, de brocolis faut-il ingurgiter pour retrouver les bienfaits d’il y a un demi-siècle ?

    Tandis que, dans les pays développés, nos apports en calories augmentent,

    http://www.fao.org/docrep/004/y3557f/y3557f06.htm

    la plupart des aliments non transformés que nous consommons – fruits, légumes et céréales – deviennent des coquilles vides sur le plan nutritionnel. Une dizaine d’études d’universités canadiennes, américaines et britanniques, publiées entre 1997 et aujourd’hui, font état d’une dégringolade de la concentration en nutriments dans nos aliments.

    Ces travaux résumés dans l’étude « Still no free lunch » de Brian Halweil, chercheur au Worldwatch Institute confirment l’essor de la « calorie vide » : grasse, sucrée, mais inutile pour la santé. Même dans les aliments réputés sains, vitamines A et C, protéines, phosphore, calcium, fer et autres minéraux ou oligo-éléments ont été divisés par deux, par vingt-cinq, voire par cent, en un demi-siècle. Pour retrouver les qualités nutritionnelles d’un fruit ou d’un légume des années 1950, il faudrait aujourd’hui en manger une demi-cagette !

    http://organic-center.org/reportfiles/YieldsReport.pdf

    Hier, quand nos grand-parents croquaient dans une transparente de Croncel, ils avalaient 400 mg de vitamine C, indispensable à la fabrication et à la réparation de la peau et des os. Aujourd’hui, les supermarchés nous proposent des bacs de Golden standardisées, qui ne nous apportent que 4 mg de vitamine C chacune. Soit cent fois moins. Après des décennies de croisements, l’industrie agroalimentaire a sélectionné les légumes les plus beaux et les plus résistants, mais rarement les plus riches sur le plan nutritif », déplore Philippe Desbrosses, docteur en sciences de l’environnement à l’université Paris-VII et militant pour la préservation des semences anciennes.

    Précieuse pour notre vue et nos défenses immunitaires, la vitamine A est en chute libre dans 17 des 25 fruits et légumes scrutés par des chercheurs canadiens dans une étude synthétisée pour CTV News.

    http://www.food-supplements-and-aloe-vera.com/support-files/nutrient_changes_in_vegetables_and_fruits_1951-1999.pdf

    Le déclin est total pour la pomme de terre et l’oignon qui, aujourd’hui, n’en contiennent plus le moindre gramme. Il y a un demi-siècle, une seule orange couvrait la quasi-totalité de nos besoins quotidiens – les fameux AJR (apports journaliers recommandés) – en vitamine A. Aujourd’hui, il faudrait en manger 21 pour ingurgiter la même quantité de la précieuse vitamine. De même, une pêche des années 1950 équivaut à 26 pêches aujourd’hui.

    Au début de la chaîne, il y a la céréale. Blé, maïs et soja sont aujourd’hui plus pauvres en zinc, en cuivre et en fer qu’il y a cinquante ans.

    http://cat.inist.fr/?aModele=afficheN&cpsidt=18139766

    Appauvries par des décennies d’agriculture intensive et de sélections variétales, ces céréales réapparaissent dans l’auge de nos bêtes, qui, par répercussion, se trouvent moins bien nourries que leurs ancêtres. En bout de chaîne, l’animal devenu steak apportera moins de micronutriments dans nos assiettes. Tel est l’effet domino identifié par le chercheur américain David Thomas. Dans son étude publiée dans la revue Nutrition et Health, il constate qu’à poids égal un même morceau de viande apporte deux fois moins de fer qu’un demi-siècle auparavant. Autre dommage collatéral : le lait « a perdu ces acides gras essentiels », déplore Philippe Desbrosses. Des acides essentiels à nos membranes cellulaires, notre système nerveux et notre cerveau. Naturellement présents dans l’organisme en très petite quantité, ils doivent nous être apportés par l’alimentation.

    Et si le brocoli figure sur la liste de ces légumes que vous ne consentez à avaler qu’en pensant à votre santé, vous n’avez pas fini de grimacer. Alors que ce chou venu du sud de l’Italie contenait 12,9 mg de calcium – allié de la construction osseuse et de la coagulation du sang – par gramme en 1950, ils n’en renfermait plus que 4,4 en 2003, selon une étude de l’université du Texas, soit quatre fois moins. Sur les 25 légumes étudiés par l’équipe de recherche canadienne, 80% ont vu leur teneur en calcium et en fer décliner.

    http://www.cncahealth.com/explore/learn/nutrition-food/declining-nutrition-of-fruits-and-vegetables#.VMKErcmIxQ6

    Les facteurs de ce déclin sont multiples. Des sols plus pauvres, des végétaux cueillis trop tôt, des traitements de conservation plus fréquents, des croissances plus rapides dopées par les engrais et une réduction du nombre de variétés, sélectionnées pour leur résistance aux parasites et leur rapidité de croissance… Autant d’éléments imputables à une quête de meilleurs rendements. Résultat, « pour le maïs, le blé et le soja, plus le rendement est important, plus le contenu en protéines est faible », note Brian Halweil, dans son étude. Même schéma pour les concentrations de vitamine C, d’antioxydants et de bêtacarotène dans la tomate : plus les rendements augmentent, plus la concentration de nutriments diminue.

    http://www.organic-center.org/reportfiles/Trade-offs%20in%20agriculture%20and%20nutrition,%20Davis,%20Food%20Technology%20March%202005.pdf

    A contrario, « l’agriculture biologique peut contribuer à inverser la tendance », indique Brian Halweil dans son étude. De fait, à conditions climatiques équivalentes « les aliments bios contiennent significativement plus de vitamine C, de fer, de magnésium et de phosphore que les autres ». Le chercheur met pourtant en garde : « Si les agriculteurs bios développent un système riche en intrants avec des rendements comparables aux exploitations conventionnelles, le bio verra son avantage nutritionnel s’éroder. » De même, si les produits bios sont cueillis avant maturité, ils sont finalement moins riches en nutriments que des produits mûrs de l’agriculture traditionnelle. Seule stratégie pour remettre de la vie dans son assiette : choisir des aliments mûrs, produits de manière non intensive et partir à la chasse aux variétés oubliées.

    http://www.terraeco.net/A-financer-le-sauvetage-de-notre,57845.html

  3. Otho dit :

    Et ce qui est terrible, cette oligarchie financière s’en prend de plus en plus à la nature. Elle achete de la nature sauvage, de la vie animale ou végétale à préserver, pour la revendre sous forme d’actions à des entreprises comme un simple permis de polluer ou de détruire. Les habituels vautours tels que Bank of America-Merrill Lynch, JP Morgan, Citigroup… si on ne les arrête pas, s’en prendront à l’être humain ! Tout est à vendre : un enfant, un poumon, des cellules….

    http://www.arte.tv/guide/fr/050583-000/nature-le-nouvel-eldorado-de-la-finance?autoplay=1

    Quand la nature devient la proie des banques :

    http://www.humanite.fr/quand-la-nature-devient-la-proie-des-banques-564396

    La nature a un prix… Et les financiers comptent bien en profiter :

    http://www.challenges.fr/economie/20150203.CHA2759/la-nature-a-un-prix-et-les-financiers-comptent-bien-en-profiter.html

    Quand les banques achètent des forêts… :

    http://www.leparisien.fr/espace-premium/culture-loisirs/quand-les-banques-achetent-des-forets-03-02-2015-4501097.php

  4. Tonio dit :

    Le traité transatlantique va devenir une réalité que nous allons bientôt subir ! Avec celui-ci, les États-Unis vont pouvoir proposer tous les produits jusqu’ici interdits en Europe. Par exemple :
    – L’olestra: une huile chimique dérivée d’une huile végétale et du sucre. Sans calories, sans cholestérol, sans matière grasse sic… Cette substance fut interdite au Royaume-Uni et au Canada à cause de ses nombreux effets secondaires.
    – L’huile végétale bromée: L’huile végétale bromée (E443) est un émulsifiant alimentaire fait à partir d’huile végétale dans laquelle du brome est rajouté. Le brome est un liquide toxique par inhalation, ingestion ou même contact. L’huile végétale bromée peut laisser des résidus dans le corps humain et ses effets sont nombreux sic… Cet émulsifiant a été interdit dans au moins 100 pays, dont l’Union Européenne.
    – Le bromate de potassium ou E924a est une substance cancérigène et toxique. Elle est ajoutée à la farine pour mieux la lever et rendre la cuisson plus rapide. Dans certains cas, si elle n’est pas trop dosée et si la pâte est bien cuite, l’additif devient moins dangereux. Dans le cas contraire, il est extrêmement nuisible ! Il provoque des lésions rénales, des cancers et des dommages dans le système nerveux.
    – BHA et BHT: Le BHA (Butylhydroxyanisol) et le BHT (Butylhydroxytoluène) sont des dérivés du pétrole. Ils sont présents dans les huiles et graisses alimentaires, la viande, les céréales, les chewing-gums, les produits cosmétiques et pharmaceutiques et les biscuits salés. Ils sont utilisés afin d’empêcher les aliments de rancir. On les accuse de perturber la fonction endocrine, d’être la cause d’allergies et d’hyperactivité chez l’enfant. Le BHT a, de plus, des effets mutagènes et augmente le cholestérol. Curieusement ce sont des produits interdits au Japon, en Australie, en Roumanie et en Suède, mais autorisés en France (en dessous d’une certaine dose). Même la Californie a classifié ces substances comme cancérigènes.
    – Les hormones de croissance: Utilisées dans les élevages laitiers, les hormones rBGH (hormone bovine de croissance recombinée) et rBST (somatotropine bovine recombinée), fabriquées synthétiquement, permettent que les vaches laitières aient un rendement de lait plus conséquent que la normale. Fabriquées d’abord par Monsanto, puis ensuite par Elanco, les effets de ces substances seraient néfastes pour l’être humain et l’animal. Ces hormones causent l’infertilité, perturbent la croissance musculaire et provoquent le cancer.
    – L’arsenic: L’arsenic est bien connu pour être un poison, mais il est aussi un oligo-élément présent dans l’organisme à TRÈS faible dose. Aux États-Unis, il est utilisé comme additif dans les volailles pour rendre la viande plus rose et plus belle. A doses non-mortelles et régulières, l’arsenic peut favoriser le cancer.

    8 produits consommés aux Etats-Unis et interdits ailleurs :

    http://www.consoglobe.com/additifs-alimentaire-interdit-cg

    Ces produits, comme d’autres, sont interdits car dangereux ou suspectés de l’être. Le problème vient des accords de libre-échange, un méga-accord commercial unilatéral qui profitera aux Etats-Unis sans réellement profiter à l’Europe, et qui devrait rendre caduque l’ensemble des protections si celles-ci empêche le profit, quel qu’il soit. On devra commencer à oublier les normes, appellations, labels, si ceux-ci représentent une entrave pour les financiers américains. Et si un pays ou un état interdit un produit américain sur son sol, même si les motifs sont tout à fait légitimes, le fabricant pourra alors trainer le pays devant un tribunal « privé », pour obliger le-dit pays à accepter le produit interdit, quelles qu’en soient les conséquences.

  5. Line dit :

    Glutamate, aspartame : ces poisons qui nous nourrissent : « Une bonne alimentation ralentit les cancers ! Mais la nourriture industrielle rend malade » constate Gilles Lartigot ! Les 3 millions d’animaux abattus en France chaque jour, sont nourris avec des produits toxiques. Au lieu du fourrage traditionnel on leur donne des produits tels que le maïs OGM ou du tourteau de soja à forte teneur en omega 6 (acide gras inflammatoire). Sans compter des antibiotiques qui les aident à grossir plus vite mais qui fontt perdre à l’être humain sa résistance contre par exemple le staphylocoque doré ! Le problème, les agences de santé souffrent de conflits d’intérêt avec les industriels. Autrement ils dénonceraient un peu plus les perturbateurs endocriniens que l’on retrouve dans les pesticides (ces dérivés des gaz de combat). Ceux-ci se stockent dans les cellules graisseuses. Et que penser des pilules contraceptives que l’on retrouve après dans la nature ? L’eau en en contenant, rend stérile les buveurs ! Le problème, il n’existe pas de filtre pour les éliminer.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s