Bref aperçu de notre agriculture néo-libérale…

Suicide collectif de 1500 indiens ruinés à cause des OGM

En Inde, les paysans continuent de se suicider.

Le ministère de l’Agriculture l’explique en partie à cause des rendements décroissants du coton Bt, qui constitue 90% des 5,73 millions de tonnes récoltées en 2010-2011 par le second producteur mondial de coton.  Alors même qu’une nouvelle variété vient d’être approuvée, le ministère déplore la grave crise que subissent ces agriculteurs, déçus des résultats déclinants de la semence Monsanto. Le prix payé aux paysans n’a pas progressé aussi vite que celui des insecticides, nécessaires en quantités croissantes, et en définitive, depuis cinq ans, le coton Bt ne rémunère plus suffisamment le producteur. Ce coton génétiquement modifié fut introduit il y a 10 ans dans les États d’Andhra Pradesh, Madhya Pradesh, Karnataka et Maharashtra. Semées sur 12 millions d’hectares, les variétés de Monsanto et de Bayer surent au début répondre aux espoirs d’augmentation des rendements. Mais ensuite, ils suscitèrent  de nombreuses déconvenues. En 2011, selon le gouvernement de l’Andhra Pradesh, la récolte a été divisée par deux par rapport a 2010.  Les variétés génétiquement modifiées ont perdu leur résistance aux prédateurs, qui ont su s’adapter par mutations, et sont incapables de se protéger contre de nouveaux virus. Les OGM se sont enfin révélés plus sensibles aux parasites, que les variétés traditionnelles. Ces semences exigent aussi davantage d’eau et d’engrais. C’est au printemps que c’est le plus dramatique quand les collecteurs de dettes viennent réclamer les intérêts des sommes empruntées pour acheter les graines.  Dans la région productrice de Vidarbha, état de Maharastra, 209 suicides de fermiers ont été recensés en 2011, en lien avec ces problèmes. Doit-on remercier les firmes tels que Monsanto pour avoir fabriqué des graines stériles (pour que personne ne puisse les utiliser), d’avoir menti sur leurs rendements ? Peut-on accepter le brevetable de tout, de même que les graines sélectionnées depuis des générations de paysans ?

https://www.thehindu.com/sci-tech/agriculture/protests-mark-10th-anniversary-of-bt-cotton/article3248530.ece

.

Qui pollue le plus, le mouton ou le véhicule à moteur ?

.

En Nouvelle Zélande, les savants étudient le moyen de purifier le pet du mouton,

Un problème qui semble crucial dans un pays où paît, justement, un troupeau de 35 millions de ces bêtes. Ils cherchent à comprendre pourquoi certains individus de la gent ovine polluent davantage que d’autres  et à établir si certains régimes sont moins polluants. Ils espèrent même pouvoir mettre au point  un vaccin qui empêcherait les ruminants de générer du méthane.  En 2003, le gouvernement avait envisagé de taxer les éleveurs pour financer la recherche anti-méthane, mais les  éleveurs s’étaient élevés  vigoureusement contre  ‟l’impôt du pet” alors que, soutiennent certains, 90% du méthane provient de rots.

.

La politique esquissée actuellement amplifie irrémédiablement la dérégulation des marchés agricoles et les morts qu’elle provoque.

Pour nourrir les milliards d’êtres humains, on ne compte pas sur le retour de politiques publiques, mais sur la généralisation de partenariats publics-privés (PPP) connus pour permettre aux derniers d’en prendre les bénéfices et aux premiers d’endosser les dettes. Un suivi satellitaire de l’agriculture mondiale va être lancé pour améliorer l’observation agricole via une utilisation accrue des outils de télédétection pour les prévisions de récolte et les prévisions météorologiques (outil indispensable pour les spéculateurs). Car on n’interdit pas les paris sur les fluctuations de prix… Mais ce qui est plus ahurissant, point de retour aux stocks d’intervention, outils prouvés pourtant de la régulation et garde manger en cas de crise grave.  Seuls des « réserves alimentaires humanitaires d’urgence ciblées et de taille limitée, conformes à l’annexe II de l’accord de l’OMC sur l’agriculture » seront tolérées, afin de ne pas gêner le marché libre et non faussé quand ce dernier conduit le monde à la famine. En accord donc avec la décision prise par la Commission européenne  dernièrement de réduire l’aide alimentaire de 80% aux plus démunis. Bien entendu, les ministres de l’Agriculture à l’échelle européenne, seraient dessaisis de tout ce qui concerne la spéculation. Seuls les ministres des finances du G20 auront le droit d’en parler. Tout est fait pour satisfaire les spéculateurs et non pas les paysans ou les consommateurs. Si les organisations syndicales agricoles le voulaient, elles décideraient démocratiquement de ce qui doit être fait. N’est-ce pas le propre de la démocratie ?  Car actuellement, le pouvoir des députés européens est nul !  C’est l’Amérique qui décide !

https://effondrements.wordpress.com/2012/05/23/le-coup-detat-europeen-un-pouvoir-executif-qui-ne-se-plie-pas-au-suffrage-universel/

.

Ne l’at-on pas vu avec la viande clônée ?  :

L’échec des négociations au sein de l’union européenne sur une éventuelle interdiction de la viande clonée signifie, de fait, qu’elle est autorisée. De même, aucun accord sur l’étiquetage de cette viande n’a pu être trouvé alors qu’elle est déjà commercialisée en Europe. L’étiquetage de produits alimentaires issus du clonage a échoué en grande partie à cause de l’opposition du gouvernement allemand sous la pression des États-Unis, principal exportateur de viande clonée (un embargo immédiat des produits européens par les États-Unis signifierait un préjudice économique évalué à 250 millions d’euros par an sur les exportations agricoles européennes !).  Mais si les consommateurs européens ne mangent pas directement de la viande clonée, ils mangent d’ores et déjà sans le savoir des produits issus d’animaux clonés, aux conséquences mal connues.  Et la mortalité est plus élevée et plus précoce chez les animaux clonés. Mais au-delà des maladies liées au clonage, se profile la dépendance aux laboratoires proposant ces techniques, les conduisant à dominer toute la chaîne de production des produits alimentaires animaliers. Ce qui ne va pas dans le sens de l’intérêt public mais dans celui de certaines poches.

.

Pendant ce temps, aux USA, on préfère criminaliser  celui qui nourrit sa famille avec des œufs de poules de son jardin :

ou celui qui tient une épicerie biologique :

.En Europe, la liberté de diffuser, et notamment de vendre des variétés traditionnelles de semences, non inscrites au Catalogue officiel, a connu aussi de nombreuses vicissitudes. Car la Commission européenne manifeste à chaque fois son opposition à cette mesure.
https://www.goodplanet.info/2020/07/07/indignation-leurope-soppose-a-la-vente-libre-des-semences-de-varietes-paysannes-aux-jardiniers-amateurs/#.XwXEO1sZ81E.facebook

.

 Aux USA, l’un des conseillers d’Obama en matière de sciences et de technologies, n’est autre que John P. Holdren qui a été jusqu’à mettre ses idées répugnantes par écrit :

https://www.amazon.com/Ecoscience-Population-Environment-Paul-Ehrlich/dp/0716700298/ref=sr_1_1?ie=UTF8&s=books&qid=1305997093&sr=1-1

Ce sinistre individu pense que la population mondiale optimale devrait être d’un milliard de personnes. Il se propose donc de mettre toute une série de mesures odieuses en application afin de réduire la population mondiale. Holdren dit que l’on pourrait mettre des produits chimiques toxiques dans la nourriture et l’eau, introduire des permis de naissance (les enfants nés sans permis devraient être éliminés), mettre en place des avortements obligatoires, et même pratiquer des infanticides. La stérilisation des êtres humains est, elle aussi, prescrite.

.

.

Ne pas être étonné qu’après çà,  la commission européenne accepte les poulets à l’eau de javel !

.

ou que Danone  nous engraisse comme des porcs :

http://rustyjames.canalblog.com/archives/2012/07/06/24633042.html

.

Même  l’eau du robinet contient de plus en plus de restes de contraceptifs (augmentant sensiblement les problèmes  de stérilité chez les gens  :

Xe ou les hommes en noir !

.

Que Monsanto se soit payé la plus grande armée du monde :

Blackwater (ou la Xe) avec l’aide de Bill Gates  peut se comprendre vu le nombre de gens souffrant sur cette planète de ses effets néfastes. Mais l’alimentation est devenue pour  les banksters une manière d’augmenter considérablement leurs profits et pouvoir Et cela au dépend des agriculteurs et des consommateurs.

https://worldtruth.tv/monsanto-now-owns-blackwater/

..

Le Chef de la Tribu des Kayapo,

Raoni, pendant ce temps,  reçut la pire nouvelle de sa vie : Dilma, la présidente du Brésil, a donné son approbation pour la construction d’une énorme centrale hydroélectrique (la 3ème plus grande au monde). Une véritable sentence de mort pour tous les peuples vivant près du fleuve, car le barrage inondera environ 400 000 hectares de forêt. Plus de 40 000 Indiens devront trouver de nouveaux endroits pour vivre. Et on assistera à la destruction de leur habitat naturel, à de la déforestation, à la disparition de plusieurs espèces…

http://raoni.fr/signature-petition-1.php

.

Il n’y a plus dans notre monde de place pour ceux qui vivent différemment,  tout doit être aplani, chacun, au nom de la mondialisation, doit perdre son identité, sa façon de vivre. Et cela sous la domination de quelques uns.

.

128 commentaires sur “Bref aperçu de notre agriculture néo-libérale…

  1. Isabelle dit :

    L’agriculture a besoin de phosphate venant principalement de Tunisie, Maroc , Afrique du Sud et Chine. Mais les stocks naturels s’épuisent. D’autres sources de phosphates existent : l’urine et les boues des égouts. D’autre part, on a des plantes aux racines moins voraces en phosphate, d’où la nécessaire biodiversité : « vers une famine planétaire… »

    Et pour stocker l’eau, activer la croissance des plantes et bonifier les sols, il existe un copolymère (chaine carbonée), le Polyter, qui bloque les molécules d’eau dans ses mailles sans réaction chimique. Chaque granule va ainsi capter l’eau et se transformer en « nodule » de gelée jusqu’à 300 fois son volume initial.

  2. Ken dit :

    Nicolas Pezeril : Guide du Néo Rural et de la Permaculture…

    Quelque part dans l’ouest de la France vit Yves Gillen qui a fait le choix, il y a presque cinq décennies, de vivre en autarcie avec sa compagne Annick. La roulotte qui a accompagné leurs années de nomadisme est maintenant une véritable maison où il fait bon vivre, sur un terrain qui est devenu un lieu de visites et d’inspiration : Les jardins du Marais. Le couple a été l’un des pionniers français de l’auto-production énergétique, s’affranchissant du monopole EDF, grâce à un aérogénérateur dans un premier temps puis grâce à des panneaux solaires depuis 1980. Pour leurs besoins en eau, Yves a créé tout un système de récupération et de pompage, qui leur permet tout de même d’avoir une douche efficace. Il traite son sol (13 000m²) en s’inspirant de la permaculture, en le nourrissant de matières organiques, et le couvrant pour l’isoler du soleil, du froid ou du vent.

    Gérard Augé, agro-pédologue est un adepte de la biodynamie adaptée au jardin potager.

    Certains arrivent même à se débarrasser d’un virus dévastateur… grâce à la musique !
    http://www.lefigaro.fr/conso/2017/11/13/20010-20171113ARTFIG00015-un-paysan-sauve-ses-cultures-d-un-virus-devastateur-8230-grace-a-la-musique.php

    Il y aussi l’agroforesterie qui rétablit des arbres dans les champs :

    Depuis 2013, Maxime de Rostolan est à l’origine de « Fermes d’avenir » qui a pour objet la promotion des méthodes alternatives de culture, soutenables écologiquement et socialement. L’agro-écologie peut-elle être plus rentable que l’agriculture conventionnelle ? « Ferme d’avenir » le pense et veut non seulement le prouver, mais également revaloriser le métier de paysans ! Cette association fait le pari de lancer des fermes expérimentales, notamment celle de La Bourdaisière,
    https://fermesdavenir.org/ferme-de-bourdaisiere/le-projet-la-boudaisiere
    pour montrer qu’il est possible de se passer de pesticides et d’intrants chimiques pour toute notre alimentation. Un film résume leur projet « On a 20 ans pour changer le monde » (extrait) :

    Echange entre l’équipe du film et le public :

    • Arnaud dit :

      Oui, mais les agriculteurs qui se sont mis dans le bio, ne reçoivent pas les subventions promises. Et d’exploitations agricoles, il n’y en a plus que 305 000 en France avec selon la MSA en 2016, la moitié des agriculteurs ne gagnant pas plus de 350 € par mois. Pourtant ils travaillent les 7 jours de la semaine et avec l’aide de leurs enfants quand ils rentrent de l’école ou lors de leurs vacances. La femme est partie chercher un salaire à l’extérieur. Pas étonnant que tous les deux jours plus d’un se suicide. Et encore il faut que le médecin souligne bien que le mort était sous traitement ou dépressif pour que l’assurance décès marche. Autrement il n’est pas comptabilisé parmi les suicidés. Les gains de production ne bénéficient pas aux exploitants mais aux différents intermédiaires : vétos, comptables, marchands, banquiers, car ces derniers ne subissent pas la concurrence mondiale. Les syndicats (le communiste Modef, Confédération paysanne, Fédération française de l’Agriculture…. n’obtiennent que 45% de votes. Mais ils délivrent les permis d’exploitation des terres. Et non seulement ils ont la mainmise sur le foncier mais en plus ils sont en cogestion avec des coopératives qui ne payent pas d’impôts sur les societés . Pour le lait, si le coût de production est selon Coordination rurale de 45 centimes le litre, les coopératives cherchent à l’obtenir à moins de 34 centimes. Elles sont en position de force comme l’est par exemple dans la viande, Bigard qui transforme 70% des viandes (porc, agneau, veau, vache…). Le libre échange condamne donc l’agriculture française. Monter en gamme pourrait sauver certains secteurs. Les AOC en vin qui appartiennent aux viticulteurs et non aux transformateurs sauvent la filière. Alors que la marque telle que Président (camembert) est à Lactalis, Charal à Bigard. Le développement des marques s’est substitué aux AOC, AOP. Heureusement dans le Jura, le lait pour la fabrication du comté est payé 45 centimes le litre et même 60 pour le bio car toute la filière est contrôlée par les exploitants. Le problème aussi, l’agriculture est devenue une monnaie d’échange au profit de ce qui est de plus haute technologie dans les échanges internationaux. On oublie qu’un pays doit se préoccuper de sa souveraineté alimentaire.

      En Russie, on exporte du bio en Europe :

  3. Robert dit :

    Comment l’Union Européenne a imposé les maïs OGM à la France ou le fonctionnement de l’Union Européenne.

    Tout commence à la commission européenne. Celle-ci, pour des raisons qu’on ignore mais derrière lesquelles de mauvaises langues ont vu un soupçon de lobbying, décide d’autoriser la commercialisation du maïs OGM (Organisme Génétiquement Modifié) Monsanto.

    Pour cela, elle doit obtenir l’aval du conseil des ministres de l’agriculture des 28 pays membres. Elle réunit donc ce conseil et présente son projet. Rendons hommage à la France qui s’est bien battue pour rejeter cette proposition. S’en suivit un vote des ministres qui a dégagée une majorité de votes contre.

    Oui mais, le vote de ce conseil se fait à la majorité qualifiée, c’est à dire que chaque état a un nombre de voix qui correspond à son poids démographique. Plus précisément, pour qu’une décision soit adoptée, elle doit l’être par 72% des états-membres représentant au moins 65% de la population, avec une minorité de blocage d’au moins quatre états représentant 35% de la population. Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?

    Et là il y a un hic : le non n’obtient pas la majorité qualifiée, ni le oui d’ailleurs. C’est comme si le conseil s’était abstenu : ni pour, ni contre.

    Pendant ce temps, le parlement européen, qui a eu vent de l’affaire, décide de s’en saisir. Effectivement, la commission n’est obligée de saisir le parlement européen (codécision) que dans certains domaines comme la culture ou l’environnement, mais pas pour l’agriculture qui, comme chacun sait, n’a rien à voir avec l’environnement.

    S’ensuit un débat puis un vote qui dégage une majorité de non. La commission en prend acte, mais rappelle que dans ce domaine, le vote du parlement n’est que consultatif.

    A la même époque, des sondages sont réalisés dans la plupart des pays de l’union, qui montre clairement que la majorité des européens sont opposés aux OGM.

    Résumons-nous :

    une majorité de pays est contre mais ce n’est pas suffisant pour constituer une décision
    une majorité de députés européens est contre mais leur avis n’est que consultatif
    Les peuples européens sont en majorité contre mais qui les écoute ?

    Dans un système démocratique, cela aurait dû suffire pour que la commission retire sa proposition. Mais que croyez-vous qu’il arriva ? La commission l’a maintenue en vertu des traités européens qui lui en donnent le droit. Cette proposition s’applique alors à tous les états sans discussions. Dans les institutions européennes on a une curieuse conception de la démocratie…

    La France s’est donc vue dans l’obligation d’accepter d’importer du bon maïs Monsanto, tant pour l’alimentation animale qu’humaine, maïs que vous retrouverez dans votre assiette que cela vous plaise ou non, directement ou indirectement.

    Pour l’instant la France fait de la résistance sur la culture de ce maïs sur son sol mais elle en paye le prix lourd. En effet, tout retard dans la transposition d’une directive européenne entraîne des pénalités financières très lourdes. Combien de temps pourra-t-elle tenir, et le prochain gouvernement en aura-t-il la volonté ?
    http://www.agoravox.fr/actualites/europe/article/comment-l-union-europeenne-a-191959

    Bref, rien que pour l’agriculture, un Français raisonnable devrait voter pour le frexit. C’est à dire Asselineau.

  4. Pierrot dit :


    L’extermination lente de l’espèce humaine :
    Vidéo ou il y a Alex Jones qui parle du sujet, il parle du Bisphénol A qui rend stérile et qui est mis dans le papier WC et les tickets de caisse, alors que c’est un produit utilisé seulement pour le plastique.

  5. fanny dit :


    Le glutamate ou E621 est un exhausteur de goût qui est très largement utilisé dans l’industrie agro-alimentaire. Pourtant, il présente de vrais inconvénients qu’il faut connaître.

    L’E621 est l’un des additifs alimentaires les plus utilisés dans le monde, avec une production atteignant chaque année les 2 millions de tonnes, dont 80 % sont consommés en Asie et tout de même près de 100 000 tonnes en Europe. Des études menées dès les années 1950 ont démontré que le glutamate détruisait les neurones dans la couche interne de la rétine des rats. Vers 1969, J. Olney a découvert que ce phénomène n’était pas limité à la rétine, mais concernait tout le cerveau, et il parla alors d’excitotoxicité. Dans son livre Excitotoxins, The Taste that Kills (Excitotoxines, le goût qui tue), le Docteur Russel Blaylock explique que « le glutamate détruit certains neurones en autorisant l’invasion excessive de calcium dans les cellules. Cette invasion déclenche des taux excessifs de radicaux libres qui tuent les cellules. La perte en cellules nerveuses qui peut être causée par le glutamate [et l’aspartame] en excès est la raison pour laquelle on les appelle ‘excitotoxines’. D’autres risques liés à la consommation excessive de glutamate seraient obésité, hypertension, hyperactivité, diabète, migraines, etc. Certains asthmatiques y seraient également allergiques.

    Le syndrome du restaurant chinois regroupe un ensemble de symptômes qui surviendraient dans les quelques minutes qui suivent un repas :
    « Flush » c’est-à-dire des rougeurs cutanées sur le cou, le visage et la partie supérieure du tronc.
    Les yeux injectés de sang.
    Des céphalées.
    Des sensations de brûlure dans tout le corps.
    Des sensations d’oppression thoracique.
    Des nausées et des vomissements.
    Des démangeaisons…

  6. Isabelle dit :

    Il y a aussi les nanoparticules que les multinationales de l’alimentaire ne veulent surtout pas faire connaître :

    Grâce à leurs lobbies auprès de l’U.E., ils ont réussi à éviter leur mention sur les étiquettes. L’association UFC-Que Choisir a testé 16 produits de grandes marques pour les détecter. Résultat : 100% des produits analysés contiennent des nanoparticules et trois seulement en font mention… Alors ces particules microscopiques (d’un milliardième de mètre)sont-elles vraiment dangereuses pour la santé ?

    Ce qui est incroyable c’est de voir qu’une très grande majorité d’agriculteurs ont voté pour un parti qui ne demandait pas le frexit. Résultat, avec le traité Mercosur, les éleveurs de bovins risquent de disparaître. Car ils sont 4 fois moins chers au Brésil et en Argentine ou deux fois au Canada.
    https://www.ouest-france.fr/economie/agriculture/en-images-les-agriculteurs-manifestent-contre-le-traite-de-libre-echange-5579979
    Reste que si nous commençons une période plus ou moins longue de minimum solaire (minimum de Maunder), les prix monteront. Les pénuries alimentaires lorsqu’il y a un minimum de Maunder sont très importantes. Celui qui avait commencé en 1645 et s’est poursuivi jusqu’en 1715, a vu les températures chuter de 1,3 degré Celsius à l’échelle mondiale. Cela a engendré un froid si intense en Europe et des phénomènes météorologiques extrêmes dans le reste du monde que l’on a assisté à une série de sécheresses, d’inondations, de mauvaises récoltes, qui à leur tour furent la cause d’immigrations massives, et de troubles.
    https://fr.sott.net/article/34085-Des-pertes-de-recoltes-catastrophiques-signalees-dans-le-monde-entier

  7. Dino dit :

    Peintures de l’Allemande Agnes Clausen XIXe siècle :



    Comment effrayer les corbeaux avec une crécelle :

    Scènes agricoles de l’Anglais George Clausen (1852-1944) :


    Jeune paysanne de Quimperlé :

    Ramassage des betteraves à sucre en hiver :

    Plantation d’arbre :

  8. Michalis dit :

    La commercialisation de la viande synthétique :

    La plus grande chaîne de supermarchés suisses a investi dans la société israélienne Aleph Farms, pionnière du steak de bœuf synthétique. Quant à sa grande concurrente Coop, l’une de ses filiales (Bell Food) a pris des participations dans la société néerlandaise Mosa Meat, qui avait confectionné le premier hamburger synthétique en 2013 ! Le fait de vendre de la viande synthétique en supermarché est un objectif affiché du fondateur de Mosa Meat (ici au Forum de Davos, en octobre 2015). Le Prof. Mark Post est d’ailleurs convaincu qu’à terme, sa viande de laboratoire se vendra « quatre fois moins cher » que la viande d’élevage…

    Les deux principaux fournisseurs de McDonalds misent sur la viande synthétique !

    En 2018, le géant agroalimentaire Tyson Foods a racheté la société Keystone, qui fournit à McDonald’s l’intégralité de ses chicken nuggets. La même année, Tyson Foods a également investi dans Memphis Meat, la grande pionnière des chicken nuggets synthétiques ! Tyson Foods fournit 150 millions de livres de bœuf à McDonald’s chaque année. Or, l’année dernière, Tyson Foods a investi dans une ‘start-up’ israélienne qui promettait de produire du hamburger synthétique à 5$ le kilo « en 2019 »… La multinationale agroalimentaire Cargill, qui fournit également McDonald’s en viande à hamburger, a pour sa part investi dans Aleph Farms – la première société au monde à avoir réussi à créer du bifteck de laboratoire ! Une prouesse bien plus exigeante que la production de simples hamburgers…

    Et n’oublions pas le poisson !

Répondre à Line Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s