Cogitations sur la perversité sexuelle des sionistes francs-maçons mondialistes :

.

L’actualité estivale nous prouve encore une fois leur côté perfide:

On connaissait la gaypride de Tel-Aviv :

http://www.dailymotion.com/video/xfb5tr_gay-pride-a-jerusalem-1_fun

Mais celle qui s’est passée  ce 28 juillet à Jérusalem est bien plus intéressante symboliquement pour ces mondialistes. Car elle est la ville sainte des trois principales religions de la terre :

http://www.youtube.com/watch?v=WEEyMdwyIS4

http://tempsreel.nouvelobs.com/galeries-photos/monde/20120803.OBS8869/en-images-gay-pride-dans-les-rues-de-jerusalem.html

Si la sulfureuse LDJ (Ligue de Défense Juive) soutient cette gaypride :

http://www.youtube.com/watch?v=sPNLyAOKdGo&feature=player_embedded

Ce n’est pas le cas du Juif orthodoxe Rav Ron Chaya :

http://www.youtube.com/watch?feature=endscreen&v=E70lSb1ON7Y&NR=1

Du côté catholique ce n’est pas le fait d’être de tendance homo qui est condamnable mais les actes d’homosexualité qui sont intrinsèquement désordonnés et contraires à la loi naturelle. Car ils ferment l’acte sexuel au don de la vie et ils ne procèdent pas d’une complémentarité affective et sexuelle véritable. Les personnes homosexuelles sont appelées à la chasteté comme de nombreux autres individus subissant des tendances sado-masochistes, pédophiles, fétichistes ou autres…

http://www.vatican.va/archive/FRA0013/__P80.HTM

Il faut dire que les déviances humaines sont nombreuses et étonnantes ! Difficile d’affirmer qu’on nait avec l’une d’entre elles,  comme certains aimeraient nous le faire croire.

http://www.topito.com/top-15-des-deviances-sexuelles-les-plus-originales

.

Mais la France, avec un président  pieds et mains liés aux sionistes mondialistes, que peut-elle faire ?

Elle ne peut qu’encourager ces actes.  Sa ministre déléguée à la Famille a d’ailleurs précisé au micro d’Europe1 que le texte de loi sur le mariage homosexuel  » devrait être voté dans le premier semestre 2013 et sans referendum. »

Pourtant le site internet du Figaro organisait dernièrement un sondage portant sur la question suivante : Faut-il autoriser le mariage homosexuel ? Le NON l’a emporté à 70,42 % sur un total de 80.157 votants. Ce sondage confirma celui réalisé à peu près au même moment sur le site de bfmtv qui donnait le NON à 68% sur un peu plus de 8.000 votants.

François Hollande agit donc consciemment contre le peuple. Cela fait partie d’un de ses 60 engagements.  Il va donc très vite mettre en place l’ouverture du mariage aux personnes de même sexe, l’homoparentalité et la lutte contre l’homophobie et la transphobie, au niveau national comme au niveau international.

.

Cette lutte pose toutefois problème au niveau des dons d’organes et de sang :

Pourquoi donc les homosexuels en sont-ils exclus ? La loi ne discrimine personne mais prend tout simplement en compte les données épidémiologiques selon lesquelles, l’homosexualité est un facteur  de risque pour le VIH, donc une contre-indication de don.  Aux collectes de sang par exemple, les femmes homosexuelles  sont acceptées. Le Dr Jean-Pierre Calot, chef de service à Etablissement français du sang (EFS) de la région Midi-Pyrénées, en  précisait la raison le 27 janvier dernier : « Un vagin est fait pour avoir des rapports sexuels alors qu’un anus  non  Il y a un risque important de contamination par la muqueuse anale. Donc dès qu’il y a une érosion, une petite plaie, si un partenaire est séropositif, il y a transmission … » Bien entendu, ces déclarations déclenchèrent une levée de boucliers des « sodomites » criant à la stigmatisation d’une population. Ils n’avaient pas compris qu’il n’y a pas de population à risque, il n’y a que des pratiques  à risque. L’abstinence qui vaut éminemment pour d’autres domaines de la prévention sanitaire (drogue, tabac, alcool pour les femmes enceintes etc…)  où l’état ne se prive pas de cibler des  populations à risques, est curieusement repoussée ici par a priori idéologique et tabou de la non-discrimination sexuelle : révolution des mœurs et dogme du « gender » obligent ! On sait pourtant que c’est cette volonté aveugle de ne pas discriminer  qui est à l’origine du scandale du sang contaminé, avec notamment les collectes dans les prisons.

.

L’affaire du sang contaminé qui fit comparaître l’ancien Premier Ministre socialiste Laurent Fabius en 1999 pour homicide involontaire  n’aura donc pas suffit !

Alors qu’une circulaire de juin 1983 (confirmée dans un arrêté de 2009) excluait de la collecte de sang anonyme et gratuite les hommes déclarant avoir eu des relations sexuelles avec d’autres hommes (comme ayant une « pratique à risques »), le nouveau ministre de la santé d’Hollande, Marisol Touraine, a annoncé le 14 juin vouloir revenir sur cet élémentaire principe de précaution : « On peut et on doit revoir cette politique sans qu’il soit question de prendre le moindre risque en terme de transfusion mais le critère ne peut pas être l’inclination sexuelle », a-t-elle indiqué.

En 1984 et 1985, sous le gouvernement Fabius, soit durant près de dix-huit mois, du sang contaminé par le VIH (virus du sida) a été collecté par le Centre National de Transfusion Sanguine, dirigé par le Dr Michel Garetta. Pourtant, le 20 juin 1983, une circulaire du professeur Jacques Roux, directeur général de la Santé, interdisait la collecte de sang chez les sujets à risque (notamment les prisonniers) alors même que le virus du sida venait pourtant tout juste d’être découvert en France. Malgré cela, Mme Myriam Ezratty, directrice générale de l’administration pénitentiaire demandait, par circulaire du 13 janvier 1984 que la fréquence des collectes auprès de la population carcérale soit accrue (pouvant ainsi passer de deux à six collectes par an). Les conséquences furent un drame national : près de 2 500 hémophiles, dont la maladie nécessite des transfusions sanguines fréquentes mourront donc de sang contaminé par le virus du sida. L’un des principaux arguments des prévenus est que le virus du sida seulement découvert en France en 1983 était encore très mal connu en 1984. Or, le principe de précaution a été indirectement inscrit dans la Constitution française en 2005, puisqu’il figure en l’article 5 de la Charte de l’Environnement de 2004, elle-même intégrée au bloc de constitutionnalité en 2005. Le principe de précaution a donc valeur constitutionnelle depuis SEPT ANS !

.

Un peu de statistiques :

Selon lInstitut de veille sanitaire (InVS) qui se fonde sur des données épidémiologiques :le nombre de personnes contaminées par le VIH est 65 fois plus élevé parmi les gays. Surtout, le taux d’incidence de la maladie, c’est-à-dire le nombre de nouvelles infections enregistrées chaque année, est 200 fois plus élevé dans cette population.

Selon l’étude Prévagay, publiée le 29 juin dans la revue en ligne, PLoS ONE, tous les ans, 4 % des hommes fréquentant les bars et boîtes de nuit homosexuels sont contaminés par le virus du sida. Cette étude a été réalisée dans 14 établissements parisiens par l’Institut de veille sanitaire (InVS) et l’Agence nationale de recherche sur le sida et les hépatites virales (ANRS). L’objectif de cette étude était principalement d’estimer la prévalence biologique de l’infection à VIH et son incidence chez des HSH qui fréquentent les lieux de convivialité gay parisiens . Alors que 60 % des hommes sollicités dans ces bars ont accepté un prélèvement sanguin, 157 échantillons sur 886 se sont révélés séropositifs pour le virus du sida, soit près de 17,7 %. La multiplication du nombre de partenaires augmentant le risque de contamination, ce résultat n’est pas surprenant puisque 50% des hommes testés et interrogés avaient plus de 10 partenaires par an et un tiers en avait même plus de 20. Stéphane Le Vu, épidémiologiste à l’InVS a donné l’explication suivante : «Si l’on considère un groupe de 100 hommes séronégatifs qui fréquentent ces lieux, on estime qu’environ 4 d’entre eux seront infectés au bout d’un an.» En d’autres termes, les personnes qui fréquentent ces établissements sont sujettes, dans de très fortes proportions, à un risque de contamination. »

.

Mais comment attrape-t-on ces déviances multiples ?

Il serait intéressant d’interroger des personnes, qui pour des raisons purement lucratives, appréhendèrent vite comment fonctionne la sexualité humaine.  Il ne leur fut pas difficile de transformer des enfants en homosexuels capables de satisfaire une clientèle perverse occidentale.  La Thaïlande et le Maroc sont des destinations à la mode pour ce genre de tourisme sexuel. Et ce n’est pas les ministres de la Culture de la France décadente qui diront le contraire. Ne dit-on pas que la chute des arts suit la décadence des mœurs ?

http://www.youtube.com/watch?v=AopsJJp-LuE

http://www.youtube.com/watch?v=u3NZIxLUpic&feature=related

En Afghanistan, on forme des Bacha Bazi. Tout jeune (autour de 10 ans), les garçons sont entrainés à danser déguisés en fille et à coucher avec des hommes.

http://www.dailymotion.com/video/xrbuxy_les-garcons-jouets-d-afghanistan-bacha-bazi_news

http://www.dailymotion.com/video/xm73fd_islam-pedophilie-gay-halal-les-enfants-esclaves-sexuels-bacha-bazi-d-afghanistan_news

Leurs cerveaux vierges, après découverte de la jouissance avec des hommes,  ne pourront plus ensuite soutenir des relations satisfaisantes avec le sexe opposé. Ces enfants seront comme emprisonnés à vie par cette déviance. On retrouve un phénomène semblable avec la drogue, l’alcool ou bien d’autres pratiques sexuelles. Le grand malheur, l’alcoolique, le drogué, l’homo, le pédo ou le sado-masochiste, pris dans cet engrenage, ne tient pas à en sortir. Car c’est comme-ci on voulait lui supprimer ce qui le fait jouir. Il ne se rend même plus compte de son cas pathologique.

C’est pour cette raison que l’incitation dans les classes de CM1 et CM2 à des comportements homosexuels dès le plus jeune âge,  avec par exemple le petit film “le baiser de la lune” est criminelle.

http://www.terrafemina.com/vie-privee/famille/articles/12427-homosexualite-l-le-baiser-de-la-lune-r-sera-diffuse-aux-enfants-de-cm1-cm2.html

.

La différence sexuelle  est très tôt reconnue par les bébés :

A partir de 2 mois, ils distinguent les voix des hommes des voix des femmes. Dès 5 mois, les bébés différencient des photos d’hommes de femmes. A partir de 9 mois, ils regardent plus longtemps les photos de femmes lorsqu’elles sont présentées en même temps qu’une voix féminine. A 18 mois, ils seront capables d’associer les voix masculines à des photos d’hommes. Un peu plus tard, au cours de la 2ème année, ils deviendront aptes à identifier les deux sexes. Aux alentours de 26 mois, les enfants savent indiquer leur sexe.

Dès 16 mois, les garçons préfèrent regarder des véhicules, et les filles des poupées. Les garçons ont tendance à porter plus attention aux mouvements d’objets et à leur emplacement, tandis que les filles ont tendance à porter plus attention aux formes et à la couleur. Des enfants âgés de 4 à 5 ans démontrent l’effet de “ la pomme de terre chaude ”, c’est-à-dire que, sans tenir compte de l’attrait du jouet, les enfants ont tendance à moins aimer les jouets stéréotypés de l’autre sexe. Cependant, les filles affichent plus souvent que les garçons leurs choix pour des jouets et des activités masculins. Les enfants utilisent le plus souvent un modèle égocentrique de raisonnement. Les garçons et les filles ont généralisé leurs préférences aux autres enfants du même sexe en déclarant : “ Je suis un(e) fille/garçon et je veux jouer avec ce jouet, donc d’autres filles/garçons le veulent aussi. ” Au sexe biologique, correspond un certain nombre de rôles sociaux attendus et de valeurs connus dans la culture comme étant spécifiques de chaque sexe. Connaître son sexe et adhérer aux rôles et aux valeurs qui y sont attachées fait partie de la construction de l’identité individuelle et sociale. La connaissance par l’enfant de son identité sexuée implique d’abord qu’il soit capable d’identifier et de différencier les deux sexes, et aussi que l’enfant prenne conscience de son appartenance à l’une des deux catégories. L’entourage de l’enfant a un rôle très important sur cette prise de conscience. Si elle est mal faite, on peut aller à la catastrophe. Comme avec ce couple de lesbiennes qui fera changer le sexe de leur fils adoptif de 11 ans ! Sans doute n’a-t-il pas pu reconnaître son propre sexe avec ses deux mères.

http://www.dailymail.co.uk/news/article-2043345/The-California-boy-11-undergoing-hormone-blocking-treatment.html

.

L’entourage peut donc orienter le développement de l’identité sexuée dans le sens masculin ou féminin.

Comme il  peut traiter un petit garçon en fille par exemple. Les adultes adoptent dès la naissance des attitudes différenciées à l’égard des enfants. Les attitudes des parents visant à différencier les enfants interviennent sur deux plans : celui de l’environnement physique offert aux enfants et celui des attitudes adoptées avec les enfants. Avant même l’âge de 1 an, les garçons et les filles grandissent dans un milieu physique différencié qu’il s’agisse des jeux, de l’habillement ou de l’aménagement de la chambre. On observe un comportement différent selon que le parent est le père ou la mère. Les pères auraient plus tendance à solliciter les garçons sur le plan physique et les filles sur le plan des verbalisations. Pour jouer avec leur enfant, les parents choisissent surtout des jouets considérés comme étant appropriés au sexe de leur enfant. Ils aident ainsi leur enfant à se développer correctement.

.

Car le cerveau de l’enfant se caractérise par une très grande plasticité :

A la naissance, la construction du cerveau n’est pas terminée. Les synapses, c’est-à-dire les connexions entre neurones, vont se former après la naissance avec une vitesse variable selon les activités cognitives. Ce qu’on sait maintenant, c’est que l’environnement a un rôle énorme sur ce développement neuronal. L’expression de « plasticité cérébrale » désigne le modelage du cerveau sous l’influence du milieu (extérieur et intérieur). La plasticité cérébrale se manifeste par exemple dans les possibilités de récupération à la suite de lésions cérébrales. Un enfant qui aurait une lésion cérébrale dans les zones du cerveau consacrées au traitement du langage peut très bien n’avoir aucune séquelle très rapidement, ce qui montre que le cerveau est largement capable de s’adapter.

.

Etude récente sur le sujet :

Une étude capitale du Professeur Mark Regnerus, de l’Université de Texas, révèle que les enfants adultes de parents homosexuels et lesbiens subissent les conséquences économiques et émotionnelles de manière bien plus négative que les enfants élevés dans des familles biologiques intactes.

L’étude complète du Prof. Regnerus s’appuie d’une part sur un examen d’approximativement 3000 adultes provenant de huit structures familiales différentes, ainsi que sur l’évaluation de 40 critères sociaux et émotionnels. Elle conclut que les enfants ayant grandit dans des familles biologiques intactes sont en général mieux éduqués, sont en meilleure santé mentale et physique, touchent moins à la drogue, s’engagent moins dans des activités criminelles, et s’affirment plus souvent heureux que les autres.

Les résultats les plus négatifs touchent les enfants issus de familles homoparentales lesbiennes. Elle montre entre autre que ces enfants sont plus souvent victimes d’abus sexuels (23% des enfants de mères lesbiennes étaient victimes d’abus par un parent ou un adulte, contre 2% chez les enfants issus de couples mariés), ont une moins bonne santé physique, sont plus souvent victimes de dépression, font plus fréquemment usage de marijuana, et plus souvent sans emploi ( 69% des enfants issus de familles homoparentales lesbiennes dépendent des prestations sociales, pour 17% de ceux issus de couples mariés). »

On a comme l’impression que des personnes  peu recommandables liment inlassablement les leviers du pouvoir afin de faire passer, de gré ou de force, toute initiative qui pourrait aller dans le sens d’une déliquescence des mœurs. Ramener une personne à un simple objet sexuel. Il y a là un glissement de l’éducation sexuelle vers une déviation sexuelle. N’est-on pas en droit  de se demander pourquoi l’école s’en va expliquer à des jeunes élèves comment forniquer à tour de bras et surtout comment tuer ensuite l’éventuel être humain en devenir ?  La multiplication des initiatives allant dans un sens très sexuel au détriment de celui purement éducatif est inquiétante.  Faire une fixation à transmettre toutes ses tares à des enfants par définition innocents, relève de la pire perversité.

En Suisse romande, des enfants des élèves de 10 et 11 ans ont été avertis de la visite médicale. La visite ne s’est pas passée comme d’habitude. Les enfants ont été priés de se déshabiller complètement. Puis ils ont reçu une brochure expliquant comment caresser son partenaire, des détails de sexologie appliquée et une introduction disant qu’il n’y a pas de mal à se faire du bien. Pour couronner le tout, une pochette avec du lubrifiant pour préservatif.

En Suisse alémanique, il est prévu que l’éducation sexuelle devienne obligatoire dès l’école maternelle. La prise de conscience de l’identité sexuelle, l’égalité, la qualité de vie et l’orientation sexuelle sont prévues en thèmes transversaux et les professeurs qui devraient donner ces cours ne pourraient recourir qu’au document officiel.  Une brochure sur le sida fait en réalité l’apologie de l’homosexualité. 

Dans le canton de Bâle on entend utiliser à la rentrée prochaine des peluches en forme d’organes génitaux masculins et féminins afin d’offrir des cours d’éducation sexuelle aux enfants à l’école primaire

http://www.contre-info.com/des-organes-genitaux-en-peluche-pour-eduquer-des-enfants-de-10-ans

Pas étonnant après cela de voir des tournantes dont les acteurs ont à peine plus de 10 ans. Âge auquel tout enfant normalement éduqué ressent à peine les premiers frémissements d’un amour encore pur et platonique. Ne fait-on pas l’impasse entre l’Amour et l’amour ?

Avec ce projet d’abrutissement général et de marchandisation de l’être humain, on s’attaque aussi à l’autorité parentale puisqu’une dispense de ces cours ne sera plus possible. Autant dire que l’école s’arroge des droits, au détriment de ceux des parents, de plus en plus relégués à un rôle de simples géniteurs. Les taux en progression de suicide chez les jeunes dans les pays industrialisés, allant de paire avec la montée des avortements, ne sont-ils pas là pour prouver qu’ils attendent autre chose de la vie que des plaisirs sans lendemain ?

Notre civilisation judéo-chrétienne était avant basée sur les paroles d’un Jésus-Christ qui disait ceci : «  si quelqu’un scandalisait un de ces petits qui croient, il vaudrait mieux pour lui qu’on lui mît au cou une grosse meule de moulin, et qu’on le jetât dans la mer. » Aujourd’hui la mer ne grouillerait-elle pas de meules de moulin ?

Même Larousse dut se plier à ce lobby anti-famille. Sur son site, il qualifiait l’homosexualité de « déviation du désir pour le même sexe ». Il fut obligé de présenter des excuses et promettre de changer sa définition.

http://www.ndf.fr/nos-breves/06-07-2012/polemique-larousse-veut-changer-la-definition-du-mot-homosexualite

En Suède, après avoir inventé l’école où les garçons jouent à la poupée, supprimé les rayons filles et garçons dans les magasins de jouets, Viggo Hansen, patron du parti de Gauche dans le comté de Södermaland, proposa de légiférer pour obliger une fois pour toutes les hommes à uriner assis, à l’instar des femmes.

.

Heureusement, il existe quelques lueurs d’espoir comme aux USA, où un boycott anti-mariage se retourna contre ses instigateurs :

Une des chaînes de restauration rapide les plus en vogue ces dernières années aux Etats-Unis, Chick-Fil-A (spécialisée dans les sandwiches à base de poulet), a la particularité d’être marquée par la foi chrétienne de ses fondateurs. Ses 1600 franchisés sont par exemple tenus de rester fermés le dimanche.

Il y a quelques jours, la chaîne fut soudain devenue la cible du lobby pro-gay, à la suite de déclarations pourtant très anodines de son dirigeant en faveur du mariage traditionnel. Avec le soutien des grands médias, un boycott de la chaîne a été lancé ; les producteurs des « Muppets », qui fournissaient des jouets pour ses menus enfants, ont rompu sur-le-champ toute relation ; et les maires Démocrates de Chicago, Boston ou San Francisco ont déclaré que les restaurants Chick-Fil-A n’étaient pas les bienvenus dans leur ville – voire se verraient refuser tout nouveau permis de construire.

Ce mouvement d’hystérie oubliait toutefois un fait important : la majorité des Américains est favorable au mariage traditionnel, et certains partisans de la dénaturation du mariage ont été choqués par cette tentative d’intimidation. Le désaveu de cette campagne a donc été cinglant : des dirigeants pro-famille appelèrent les Américains à marquer leur soutien à la chaîne.  Ils ont été suivis au-delà de leurs espérances. D’un bout à l’autre du pays, les restaurants n’ont pas désempli, avec parfois des files d’attente de plusieurs heures, à tel point que l’ensemble des médias ont dû en rendre compte.

http://www.nomblog.com/26242/

.

Le mariage n’est pas une union quelconque entre personnes humaines :

Si l’on revient au mariage, tel qu’il a été institué par Dieu, c’est évidemment l’union d’un homme et d’une femme:
Genèse 2:24, Matthieu 19 :5 et Ephésiens 5 :31 : « C’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère, et s’attachera à sa femme, et ils deviendront une seule chair. »

Il a été institué par le Créateur avec sa propre nature, doté de finalités et de propriétés essentielles. Aucune idéologie ne peut effacer de l’esprit humain cette certitude: le mariage n’existe qu’entre deux personnes de sexe différent qui, par le moyen de la donation personnelle réciproque, propre et exclusive, tendent à la communion de leurs personnes. Ainsi, elles se perfectionnent mutuellement pour collaborer avec Dieu à la génération et à l’éducation de nouvelles vies.

Dans les unions homosexuelles, sont complètement absents les éléments biologiques et anthropologiques du mariage et de la famille qui pourraient fonder raisonnablement leur reconnaissance juridique. Ces unions ne sont pas en mesure d’assurer, de manière adéquate, la procréation et la survivance de l’espèce humaine. L’éventuel recours aux moyens mis à leur disposition par les découvertes récentes dans le champ de la fécondation artificielle impliquerait de graves manquements au respect de la dignité humaine et ne changerait rien à cette inadéquation. Dans les unions homosexuelles, est absente aussi la dimension conjugale, par laquelle les relations sexuelles prennent une forme humaine et ordonnée. En effet, ces relations sont humaines lorsque et en tant qu’elles expriment et promeuvent l’aide mutuelle des sexes dans le mariage et restent ouvertes à la transmission de la vie. Comme le montre de nombreuses expériences, l’absence de la bipolarité sexuelle crée des obstacles à la croissance normale des enfants, éventuellement insérés au sein de ces unions, auxquels manque l’expérience de la maternité ou de la paternité. Insérer des enfants dans les unions homosexuelles au moyen de l’adoption signifie en fait leur faire violence, en ce sens qu’on profite de leur état de faiblesse pour les placer dans des milieux qui ne favorisent pas leur plein développement humain. Certes, une telle pratique serait gravement immorale et serait en contradiction ouverte avec le principe, reconnu également par la Convention internationale de l’ONU sur les droits de l’enfant, selon lequel l’intérêt supérieur, à défendre dans tous les cas, est celui de l’enfant, la partie la plus faible et sans défense. Et non pas le plaisir égoïste d’adultes.

Le droit civil confère aux couples mariés une reconnaissance institutionnelle parce qu’ils remplissent le rôle de garantir la suite des générations et sont donc d’un intérêt public majeur. Par contre,les unions homosexuelles n’exigent pas une attention spéciale de la part du système juridique car elles ne jouent pas ce rôle en faveur du bien commun. L’argumentation selon laquelle la reconnaissance juridique des unions homosexuelles serait nécessaire pour éviter que des homosexuels vivant sous le même toit ne perdent, par le simple fait de leur vie ensemble, la reconnaissance effective des droits communs qu’ils ont en tant que personnes et en tant que citoyens, n’est pas vraie. En réalité, ils peuvent toujours recourir – comme tous les citoyens et sur la base de leur autonomie privée – au droit commun pour régler les questions juridiques d’intérêt réciproque.

.

D’autre part, un enfant ne peut être déclaré né de deux personnes de même sexe : l’homoparentalité, par voie d’adoption internationale, est jugée contraire à un principe essentiel du droit français de la filiation.

Par deux décisions rendues le même jour (Civ. 1ère, 7 juin 2012, n° 11-30262 et n° 11-30261), la Cour de cassation refuse l’exequatur de jugements étrangers prononçant l’adoption d’un enfant par deux personnes de même sexeDeux hommes de nationalités française et canadienne, ayant obtenu un jugement d’adoption de la Cour du Québec d’un petit Brandon, qu’ils avaient accueilli à l’âge de trois ans, se sont vu refuser l’exequatur de la décision en France. Accorder la reconnaissance de cette décision aurait conduit, dit la Cour de cassation française, à porter atteinte à un principe essentiel du droit français de la filiation, en permettant la transcription de la décision sur les registres de l’état civil français, valant acte de naissance, et emportant inscription d’un enfant comme né de deux parents du même sexe. La même solution est reprise à l’identique, dans la seconde affaire, à propos de l’adoption par deux hommes, l’un britannique, l’autre français, d’un garçon âgé de dix ans.

On retiendra ici la première étape du raisonnement dans laquelle il est d’abord affirmé que l’adoption conjointe par des personnes non mariées ne heurte aucun principe essentiel du droit français. L’obstacle réel tient à ce principe essentiel du droit de la filiation, principe d’ordre public, qui veut qu’un enfant ait un lien de filiation maternel et un lien de filiation paternel. Il s’ensuit que même si les couples homosexuels obtenaient en France la possibilité de se marier, la difficulté resterait entière : ils ne pourraient en l’état du droit établir un double lien de filiation paternel ou, selon le cas maternel, à l’égard de l’enfant.

A quoi sert alors de reconnaître le mariage entre personnes de même sexe, puisque la revendication tenait principalement à un pseudo « droit à l’enfant » propre aux couples mariés ?

.

cerveau d'un homme gif

A lire aussi :

https://effondrements.wordpress.com/2012/06/18/letat-francais-encourage-t-il-le-satanisme/

https://effondrements.wordpress.com/2012/08/26/les-francs-macons-sont-ils-des-demeures-des-affairistes-ou-des-satanistes/

https://effondrements.wordpress.com/2012/07/28/comment-francois-hollande-est-soumis-pieds-et-mains-lies-au-lobby-sioniste-franc-maconnique/

Publicités

221 commentaires sur “Cogitations sur la perversité sexuelle des sionistes francs-maçons mondialistes :

  1. Andrée dit :

    La dénaturation du mariage sera aussi imposée aux Vietnamiens début 2013 !

    C’est l’annonce qui a surprit tout le monde : Sur proposition du ministre de la justice Ha Hinh Cuong, un projet de loi visant à légaliser les « mariages » entre personnes homosexuelles a été présenté aux agences gouvernementales et doit passer devant le Parlement d’ici mai 2013.

    http://www.ndf.fr/nos-breves/02-08-2012/le-vietnam-communiste-envisage-dofficialiser-le-mariage-homosexuel

    Refuser le « mariage » homosexuel n’a rien à voir avec l’homophobie. Mais lors du débat sur le Pacs, on disait qu’il s’agissait simplement de défendre la dignité des personnes homosexuelles et qu’en aucun cas on envisageait l’adoption d’enfants par ces mêmes personnes. Aujourd’hui, toujours sous couvert de non-discrimination, le projet de loi sur l’adoption est annoncé. Interdire d’emblée à un enfant d’avoir un papa et une maman n’est pas considéré comme une discrimination…Nous sommes sous la mouvance d’un courant idéologique qui ne compte pas en rester là. L’étape suivante a commencé à se dévoiler au travers de la théorie du genre. Il s’agit de faire passer l’idée selon laquelle la différence sexuelle n’est que de l’ordre du biologique et ne concerne donc pas l’identité profonde de la personne. Chacun peut donc choisir son orientation sexuelle (hétéro, homo, bi, trans, etc.) indépendamment de son sexe. Il sera par conséquent interdit – car considéré comme de l’embrigadement – de donner à un garçon des repères éducatifs masculins et à une petite fille des repères éducatifs féminins.

    Les idéologies des trente dernières années ont fait un travail souterrain qui, pour une bonne part, a conduit à l’éclatement de la famille ; les nouvelles idéologies vont permettre la déstructuration de la personne elle-même. Dans les deux cas, c’est la société tout entière qui se délite.

    En cassant la famille traditionnelle, les gens vont-ils être plus heureux ? Les déviations sexuelles ne sont-ils pas le fait de l’homme et non de la nature ?

    • Aaron dit :

      La perversion socialo n’a pas fini de nous contaminer…je partage votre opinion.Le mariage est sacré aux yeux de l’Eternel (Genèse 2/24).
      Voir une gay pride sur la Terre sainte d’Israël est intolérable; pour ma part, Tel-Aviv c’est Sodome et Gomorrhe.
      Il y a fort heureusement des Hommes courageux, lucides, ayant surtout la crainte de Dieu comme Ron Chaya.
      Je ne vous parle pas de son érudition dont beaucoup auraient à pâlir.

      • Ahmed dit :

        Pour de nombreux juifs, l’homosexualité est faite pour les goyim comme nous le confirme Frère Nathanaël (video à voir sur Tor) :

  2. Merci pour cet excellent billet. On se rend bien compte que cette proposition de mariage gay est présenté partout dans le monde au même moment, comme la taxe carbone ou la privatisation de l’éducation, et fait donc partie intégrante de l’agenda judéo-maçonnique chargé de détruire la morale religieuse traditionnelle:
    http://litinerantcitoyen.wordpress.com/2012/07/01/le-mariage-gay-est-une-offensive-judeo-maconnique/

  3. En Occident, la tendance est de faire semblant d’accepter les obscénités de ces individus ANORMAUX que sont les gays. L’homosexualité est banalisée grâce à l’action criminelle de l’école et des médias.
    Je crois qu’on est en train de chavirer… Sous prétexte de tolérance, on reconnaît le « droit » aux homosexuels de manifester leur existence et de se déployer dans toutes les sphères de la société. Ensuite, on accepte que des « couples » du même sexe adoptent un enfant. Après, en bonne logique, c’est au tour des travestis de parader au grand jour… Ces déviances sont très dangereuses. S’il faut vraiment s’adonner à des actes contre nature, il convient de le faire en cachette. Ce sont surtout LES ENFANTS qu’il faut protéger.
    On a même cherché à achever culturellement les sociétés africaines par l’imposition de cette pratique répugnante. Il faut vraiment faire beaucoup d’efforts pour ne pas avoir un haut-le-cœur. Si ce dévergondage débridé devait atteindre le monde extra-occidental (Asie, Afrique)… ce serait la décadence généralisée. Que deviendrait l’humanité ?
    L’homosexualité a beau dater de l’empire romain (une fourberie souvent avancée), c’est une ANOMALIE, une déviance sociale, une débauche contre nature, contraire aux règles de la création, non conforme à la nature humaine…

  4. Anne dit :

    Le mariage homosexuel va transformer les femmes en mères porteuses tarifées ! Ou comment transformer l’amour en monnaie sonnante et trébuchante !

    http://www.mercatornet.com/articles/view/the_link_between_rented_wombs_and_gay_marriage

    http://leblogdejeannesmits.blogspot.fr/2012/08/si-le-mariage-conduit-aux-enfants-le.html

    • Line dit :

      Vous savez Anne, si le mariage ne reposait que sur l’amour, pourquoi interdire le mariage entre un père et une fille, entre un frère et une sœur, des mariages à trois, quatre personnes qui s’aiment… Pourquoi refuser la polygamie alors qu’il y a beaucoup plus de pays qui la pratiquent que ceux qui ont, à ce jour, légalisé le mariage de personnes de même sexe !


      Après les affiches géantes pour Gleeden, le « site de rencontres extraconjugales » dans Paris, voici celles pour un site invitant à « s’aimer à plusieurs », dans la banlieue de Toulouse. Reste que ces sites ne sont pas inviolables et risquent de provoquer de nombreux divorces :
      http://www.lefigaro.fr/secteur/high-tech/2015/08/19/32001-20150819ARTFIG00096-des-pirates-revelent-les-noms-des-adeptes-d-un-site-de-rencontre-extra-conjugale.php
      Ashley Madison préparait son entrée en Bourse et aurait réalisé près de 115 millions de dollars de ventes en 2014, d’après l’agence Bloomberg. Il s’est lancé en France en 2012 mais est toujours devancé par le site Gleeden, leader du marché. La liste des prestataires « fr » les plus utilisés :

      Cela change des maisons closes tarifées de l’époque :

  5. Line dit :

    Roger Holeindre dit tout haut ce que de nombreuses personnes pensent tout bas :

    Jacques Lang et le Coral :

    En 1977, Jack Lang signait une pétition publiée dans Le Monde appelant à libérer trois hommes ayant eu des relations sexuelles avec des mineurs.

    En 1982, il est mis en cause dans l’affaire du Coral, affaire d’abus sexuels sur des mineurs de la DDASS.

    En 1988, Jack Lang aurait participé à une affaire de pédophilie qui s’est déroulée dans le sud-est de la France. Un rapport des RG présenterait de telles conclusions suite à des écoutes téléphoniques.

    En 1991, il déclarait à Gai Pied : « La sexualité puérile est encore un continent interdit, aux découvreurs du XXIe siècle d’en aborder les rivages. »

    En 1995 pendant des primaires socialistes pour la présidentielle, des soutiens de Lionel Jospin répandent les rumeurs sur ses prétendus penchants pédophiles.

    En 2002, des rumeurs auraient été véhiculées par des partisans de Jacques Chirac. Ceux-ci lieraient Jack Lang à une affaire de tourisme sexuel avec des mineurs au Maroc.

    En 2010, il prend la défense de Roman Polanski, poursuivi pour crime sexuel sur une mineure de 13 ans.

    Et encore maintenant, il est accusé par un père de famille : Emmanuel Verdin

    Les juifs et la pédophilie :
    http://www.youtube.com/watch?v=R8AyKU-cTzQ&feature=related (censuré)

    Le cas du Rabbin Michael Ozair : reconnu coupable d’abus sexuels sur des enfants …
    -http://www.dailymotion.com/video/x9ea45_pedophilie-inceste-le-cas-du-rabbin_news

    Que penser de Maurice Gutman du CRIF et conseiller municipal de Mesnil Saint Denis condamné pour proposition sexuelle à une mineure de 12 ans ?

    de Polansky, de Cohn Bendit, de Pierre Berger et d’ Yves Saint Laurent avec sa bande dessinée éditée en 1967, dans laquelle il évoquait les aventures tordues de sa “vilaine Lulu”. Tout dans le quotidien de cette enfant, n’est prétexte pour l’auteur qu’à la destruction, qu’à l’avilissement et qu’à la corruption des esprits. Yves Saint Laurent y décrit une petite fille qui lit Play Girl, une revue pour adultes : « Le journal que je préfère » ; qui pratique les sacrifices humains à Vénus pour obtenir les faveurs de son prince charmant. Lulu saoule les nouveau-nés de vin rouge, électrocute les vieillards, euthanasie des malades incurables qui supplient : « Rien qu’un petit jour de plus. »

    Pâques offre l’occasion au papa dessinateur d’imaginer des enfants empoisonnés par les oeufs pourris offerts par sa vilaine petite fille : « C’est moi qui suis la cause de tout ce bonheur. » Et de conclure : « À leur enterrement, elle sautait de joie. »

    Lulu Saint Laurent ne connaît pas de limite : elle entre au service du pape, l’empoisonne et devient “papesse”. Elle enferme ses camarades dans une cabane qu’elle incendie, « comme c’est amusant ! » Avec son ami « monsieur Totor », ils « rôdent autour des écoles » pour organiser la traite des Blanches à destination du harem de l’émir Abdullah : « Voilà votre futur papa. » Et puis le papa de Lulu aime bien la représenter dénudée, ici en odalisque, là au Café de Flore, debout sur les tables, jupe relevée, là encore alanguie sur un coussin… Le couturier n’hésite pas à exhiber les frasques et « le tralulu » de sa “fille” à la télévision pour exciter des foules libidineuses et provoquer le suicide d’épouses abandonnées. C’est encouragé par Françoise Sagan qu’Yves Saint Laurent décidera de faire publier cette BD “hors normes”, mais que l’on trouvera parfois dans les rayons jeunesse de grandes enseignes. Un préambule, signé de la main de l’auteur, affirme que : « Toute ressemblance avec des personnes qui existent ou qui ont existé est parfaitement voulue. Toutes ces aventures ont été tirées de faits réels. »

    Le nombre de prédateurs sur les sites fréquentés par les jeunes est particulièrement préoccupant. En 2009, un enfant sur deux s’est vu proposer un RDV par un inconnu sur internet :

    • Aaron dit :

      Et les prêtres pédophiles, vous semblez les oublier volontairement ?

      • duc dit :

        Le sujet n’est plus d’actualité. Mais notre naïveté doit-elle continuer à croire qu’il n’y a que chez les religieux chrétiens que ce genre de déviations destructrices existent ? Jetez un coup d’œil sur certaines pratiques dans les hammams en Égypte, les madrasas du Pakistan…Et les histoires de rabbins pédophiles sont très nombreuses. mais nettement moins dévoilées dans les médias. Dans ces cas, « casher » semble rimer avec « cacher » !

        Rabbins pédophiles :

        D’autre part, les enfants palestiniens sont souvent abusés sexuellement par les soldats israéliens !

  6. Benoit dit :

    « Actuellement en campagne estivale pour la présidence de l’UMP, Nathalie Kosciusko-Morizet s’est déclarée lundi sur Europe 1 contre l’adoption par des couples homosexuels. « Je n’y suis pas prête, je trouve que ce n’est pas une bonne idée », a affirmé l’ex-ministre de l’Ecologie. L’ex-directrice de campagne de Nicolas Sarkozy a également laissé entendre que pour cette raison, elle n’était plus si favorable au mariage gay. « Je ne suis pas pour une démarche qui peut conduire à l’adoption par des couples homosexuels », a-t-elle affirmé ».

    http://www.europe1.fr/Politique/NKM-pas-favorable-a-l-adoption-par-des-couples-homosexuels-E1-1195845/

    En tant qu’ex ministre de l’écologie, le contre-nature ne pouvait pas lui plaire !

    De son côté, Christiane Taubira est pour le mariage gay et la marchandisation des enfants par les mères porteuses. Il est vrai qu’elle en connait un rayon sur l’esclavage !

  7. Engel dit :

    Il y a un autre Juif qui a dû être déguisé en petite fille dans sa prime jeunesse : l’artiste Steven Cohen. Il représente à lui tout seul la décadence de l’art et des mœurs. Il va jusqu’à faire faire un strip-tease à sa nounou noire âgée de 84 ans sous couvert de dénoncer l’esclavage :

    Il semble avoir oublié cette prière quotidienne juive « Merci Mon Dieu de ne pas m’avoir fait goy, esclave ou femme. » (Talmud Menahoth 43b 44b) :

    Il ferait mieux aussi de se souvenir que cet odieux trafic était dominé par les juifs et permis par leur dieu :


    • Lévitique « 25.44 C’est des nations qui vous entourent que tu prendras ton esclave et ta servante qui t’appartiendront, c’est d’elles que vous achèterez l’esclave et la servante. 45Vous pourrez aussi en acheter des enfants des étrangers qui demeureront chez toi, et de leurs familles qu’ils engendreront dans votre pays; et ils seront votre propriété.… »

    Cette mise en scène de la traite négrière, faite en France au cinéma, avec « Case Départ », est en se sens plutôt anti-historique. Car qui vient sauver les deux esclaves des méchants blancs chrétiens ? Un juif car lui aussi est un persécuté, selon le réalisateur.

    L’esclavage des noirs par Dieudonné :

    • Otho dit :

      Le Juifs dans le commerce des esclaves par le Rabbin Marc Lee Raphael :

      http://www.nationalemancipe.info/2012/08/le-juifs-dans-le-commerce-des-esclaves.html?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed%3A+nationalemancipe%2FkzKf+%28Le+National+%C3%89mancip%C3%A9%29

      Hugh Revor-Roper, dans son livre « The rise of christian Europe » paru en 1965, démontre que les juifs furent longtemps les principaux trafiquants d’esclaves entre l’Europe médiévale et le monde musulman. Pour encourager ce commerce, le grand théologien Maïmonide ne voyait pas d’inconvénient à ce que les enfants des Gentils (non juifs) soient enlevés dans le but de les vendre. Mais en cela, ne suivait-il pas le talmud, qu’il a d’ailleurs amplement commenté ? Israël Shahak nous le confirme aussi et explique pourquoi Maïmonide ne pouvait se livrer qu’à de violentes attaques contre ceux qui avaient une autre conception de l’être humain, les chrétiens. L’historien allemand Heribert Illig, dans son livre « Le Moyen Age inventé » de 1996, souligne (en s’appuyant sur une étude de Friedrich Lotter de 1993) que les juifs pratiquèrent ce trafic d’esclaves jusqu’au XI° siècle. Avant qu’Henri II de Plantagenet ait conquis l’Irlande en 1172, Bristol était devenu le centre principal de ce commerce. Les papes essayèrent au moins de défendre les chrétiens. Ainsi en 492, le pape Gélase, laissèrent les juifs en faire passer de la Gaule vers l’Italie s’ils n’étaient pas chrétiens. Au troisième Concile d’Orléans en 538, puis en 541, un décret était émis empêchant les juifs d’en détenir comme serviteurs ou esclaves. Même chose à Paris et à Tolède en 633. A Szabolcs en 1092, à Gand en 1112, Narbonne en 1227, Béziers en 1246. Après, la nécessité d’une telle interdiction semble avoir disparu. en Ibn Khordadhbeh au IX° siècle décrivit les deux principales routes que ces marchands utilisaient. L’apparition de l’Islam ouvrit de vastes possibilités aux juifs qui se mirent à vendre des musulmans aux chrétiens et des chrétiens aux musulmans. Selon Abraham ibn Yakub, les juifs byzantins achetaient des esclaves slaves à Prague pour les revendre. Louis Le Pieux accorda des chartes aux juifs qui s’adonnaient à ce trafic à la condition que les esclaves n’étaient pas baptisés. Mais Agobard de Lyon s’en indigna, prétextant que cette condition n’était pas respectée et que des chrétiens étaient bien vendus à des Maures. Le chroniqueur Gallus dit qu’en 1085, Judith, la femme du prince Ladislas Herman de Pologne, s’efforçait de racheter les chrétiens attrapés. Ainsi des juifs espagnols durent leur fortune de la vente d’esclaves slaves achetés en Andalousie. Vers 949, on a trace de juifs de Verdun se fournissant sur place pour les négocier en Espagne. Ceux de Pologne et de Russie, en vendaient à l’ouest en même temps que des fourrures et du sel. Au XIII° siècle, il n’y avait plus que 2 commerçants juifs à Marseille contre 7 chrétiens. Car ces derniers, n’hésitèrent pas eux aussi à se lancer dans ce commerce lucratif. Abraham Leon, un trotskiste mort à Auschwitz, écrit dans son ouvrage « La conception matérialiste de la question juive. » : que durant de longs siècles, les juifs seront les uniques intermédiaires commerciaux entre l’Orient et l’Occident. Ibn Khordadhbeh au IX° siècle précise qu’ils faisaient venir d’Occident des eunuques, des femmes et garçons esclaves, de la soie, des pelleteries et des épées. Ces échanges étaient taxés. Ainsi sait-on que le tarif douanier de Wallenstadt et de Coblence pour chaque esclave était de 4 dinars. Plus tard, la compagnie des Indes occidentales détint le monopole du commerce d’esclaves africains. Elle les vendait aux enchères contre de l’argent. Mais les importantes sommes d’argent nécessaires à ce trafic étaient aux mains des juifs. Ils pouvaient donc en acheter à bas prix par manque de concurrence et les revendre plus chers aux planteurs. Des bénéfices de l’ordre de 300 % n’étaient pas rare. Ils prêtaient aussi aux acheteurs à des taux exorbitants. On comprend mieux pourquoi si la vente avait lieu lors d’un jour férié juif, elle était reportée. Aux USA, Lee Soltow et Ira Rosenwaike remarquèrent que dans le sud, 75% des familles juives avaient des esclaves contre 36% pour les autres. A Charlestone (Caroline du sud), remarqua Stephen Isaacs, ville comptant la plus grande communauté juive des USA, personne ne voulait l’abolition de l’esclavage. Cette région était, de plus, grandement partisane d’une suprématie blanche. Pour le rabbin Isaac Mayer, un noir n’est qu’une bête de somme. Et Lincoln un imbécile. Selon un autre rabbin, Morris Jacob Raphall, l’esclavage était amplement justifié dans le Talmud. Un éditorial du Jewish South de Richmond (Virginie) osait même affirmer que les noirs étaient d’une race inférieure. Ne constate-t-on pas que là aussi, les juifs se trouvent surreprésentés dans les domaines où il y a beaucoup d’argent à gagner ? Car plus tard, qui participe activement à la traite des noirs au Brésil, dans les colonies hollandaises (Curaçao), anglaises (Barbade, Jamaïque) et françaises (Martinique) ? bien souvent ceux sont des juifs.

      • Andrée dit :


        L’étude du Coran, de la sunnah et des 1400 ans de l’Histoire islamique depuis les sources les plus reconnues et respectées chez les musulmans montre que l’esclavage fait partie intégrante de l’islam.


        En particulier, sont autorisées les guerres d’agressions (djihad) pour « répandre la religion de la miséricorde » et mettre en esclavage tous ceux qui refusent de se convertir. Les femmes en particulier ont de tout temps été partagées parmi les vainqueurs et violées immédiatement.

        D’autres peuples ou doctrines ont permis la pratique de l’esclavage mais l’islam a la particularité de le nier alors que ses livres officiels disent le contraire.


        QUI A ABOLI L’ESCLAVAGE ? LE GOUVERNEMENT PROVISOIRE DE LA IIe REPUBLIQUE EN 1848 :
        http://cafephilodedroite.blogspot.fr/2013/05/qui-aboli-lesclavage-le-gouvernement.html

        Extrait d’un reportage hallucinant de 1964 sur l’esclavage des Africains par les arabo-musulmans dont le centre névralgique est la Mecque. Les images sont crues et sans détour. On y voit un marché d’êtres humains situé au Qatar où de jeunes Africains à vendre sont examinés sous toutes les coutures par des arabes. Une autre scène montre un endroit situé dans une ville africaine près de la Mer Rouge. Des enfants y sont regroupés et préparés pour être vendus. Puis, le reportage filme en cachette un dignitaire musulman venu du Golfe Persique faire son marché de très jeunes filles destinées à finir dans un harem ou un bordel (terme du commentateur).



        Jeunes Filles du Harem:

        Puisque la France est sommée de s’excuser sur son passé qu’attendent les associations antiracistes pour également dénoncer ces horreurs ?

        Les enfants des riches arabes reçoivent en cadeau un esclave qui portera leur livres de classe :

        Jeune puni par son maître arabe à porter une charge de 15 kg au marché à esclaves de Zanzibar :

        Marché d’esclaves à Zanzibar en 1864 :

        • Antoine dit :

          La France est sommée de s’excuser sur son passé ?

          L’esclavage en France métropolitaine n’a jamais existé ! Un édit du 3 juillet 1315, de Louis X le Hutin, ne stipule pas que :

          • « le sol de France affranchit l’homme qui le touche » ?

          De plus, la papauté a toujours été très ferme sur ce sujet ! Après la dite découverte de l’Amérique, le pape Paul III publiait le 9 juin 1537, la bulle « Sublimus Dei » qui voyait l’esclavage comme une pratique directement inspirée par l’Ennemi du genre humain (Satan). Il interdisait non seulement l’esclavage des Indiens d’Amérique mais tous les autres peuples susceptibles d’ être découverts postérieurement.

          Et quand il y eut des abus, les rois n’hésitèrent pas à rappeler l’édit de Louis X. Ce n’est pas la Convention, qui en 1792 abolit l’esclavage en décidant d’accorder la citoyenneté aux hommes libres de couleur, le Roi Louis XVI promulgua lui aussi, dès 1776, un édit condamnant fermement à nouveau la possession d’esclaves sur le territoire français. Trois ans plus tard, le Roi va même plus loin, puisque le 8 Mai 1779, Louis XVI abolit par ordonnance, le servage, le droit de suite et affranchit tous les « mains mortables » [les serfs] des domaines royaux, ainsi que les hommes de corps, les « mortaillables » et les « taillables ».

          Où sont la liberté, l’égalité et la fraternité quand on justifie l’esclavage, a-t-on pu se demander, quand l’Assemblée Nationale en 1790 réaffirma par deux décrets, celui du 8 Mars et du 12 Octobre 1790, que l’esclavage était légal ? Pourtant en 1789, à Champagney par exemple, les habitants ont émis un vœu au nom du christianisme : « la libération des esclaves noirs ».

          Ce n’est que devant son impuissance face aux révoltes des esclaves des colonies qu’elle finira par abolir l’esclavage en 1794.

          Au temps des rois, il y a bien le serf qui dépend du seigneur, qui en échange de son travail, lui doit protection ; il est attaché à sa terre, mais on ne peut la lui retirer. Avec le temps, le servage disparaît, ne subsistant que sous des aspects secondaires, variant selon les endroits. Quant aux corvées, elles sont un impôt en nature et n’ont rien à voir avec l’esclavage. L’esclave est une « chose », un « bien meuble » (conception du droit romain reprise à la Renaissance), tandis que le serf n’a jamais cessé d’être une « personne », possédant la personnalité juridique. Tempéré par le Code noir de 1685, qui est un progrès pour l’époque, l’esclavage demeure toutefois dans les colonies. Il existe aussi tout au long du XVIIe siècle l’esclavage des Blancs aux Antilles, par d’autres Blancs, sous la forme de « l’engagement ».


          En 1645, dans un courrier adressé au gouverneur du Massachusetts, John Winthrop, un certain George Downing conseille aux propriétaires qui veulent faire fortune dans les Antilles d’acheter des esclaves provenant d’Angleterre. En 1640, dans les plantations de canne à sucre des Iles de La Barbade (actuellement haut lieu de la Jet Society), 21 700 blancs sont recensés sur 25 000 esclaves. De 1609 à 1800, près des deux tiers des blancs arrivent en Amérique comme esclaves. Ils constituent la grande majorité de cette main-d’œuvre : il est moins difficile d’obtenir des esclaves blancs que des Nègres. Les chefs des tribus africaines doivent être saoulés par les marchands de « bois d’ébène ». Les Noirs ne sont capturés qu’après des traques qui durent de longues semaines dans des conditions excessivement périlleuses à travers les forêts et les savanes africaines. Le « rendement » est très mauvais. La plupart des captifs meurent, à bout de force, avant d’atteindre les bateaux. Les pistes sont jonchées d’ossements. Une bonne partie des survivants succombera pendant la traversée. En revanche dans les villes et la campagne irlandaise ou écossaises, les kidnappers – que l’édition 1796 du Dictionary of vulgar longue définit comme : « Personne volant des enfants pour les envoyer dans les colonies ou les plantations des Antilles » – fournissent à moindre frais des esclaves moins coûteux à livrer. Selon History of the United States, d’Edward Channing, dix mille enfants kidnappésont été déportés aux Etats-Unis en 1670. Michael A. Hoffman évoque le négoce du capitaine Henry Brayne : « En novembre 1670, son bateau quitte la Caroline. Il est alors chargé de charpentes qui doivent être livrées aux Antilles anglaises en échange d’une cargaison de sucre pour Londres. Ici, le Capitaine prend à bord deux cents à cinq cents esclaves blancs à destination de la Caroline ». Toutes ces raisons conjuguées au fait qu’un esclave blanc a moins de valeur qu’un noir habitué au climat tropical de la Virginie ou de la Floride, expliquent le prix très bas des esclaves blancs.

          Par conséquent, les esclavagistes ne les ménagent pas : il les affectent aux tâches les plus dures et les plus répugnantes, les soumettent à des actes de maltraitance et de sadisme. Des enfants seront pendus par les mains à une corde, amputés et tués. Le trésorier de l’Etat de Virginie, George Sandys, atteste du peu de valeur d’un esclave blanc : il en échange 7 contre 150 livres de tabac. Dans A True and Exact History, Richard Ligon mentionne en 1657 le troc d’une esclave blanche contre un cochon. Dans les Antilles anglaises, les quatre cinquièmes des esclaves blancs meurent l’année de leur arrivée. Dans Sugar and Slaves : The Rise of the Planter Class in the English West Indies, l’historien Richard Dunn démontre que les plantations de canne à sucre des Antilles anglaises étaient le tombeau des esclaves blancs. Ecœuré par ces pratiques, le colonel William Brayne écrit en 1656 aux autorités anglaises pour demander l’importation d’esclaves noirs. Mais l’esclavage des blancs est encouragé par les hautes instances politiques et la Couronne. En 1615, le parlement anglais, soutenu par Charles Ier, donne tout pouvoir aux magistrats pour permettre la déportation des Anglais les plus pauvres. Sous le règne de Charles II (1630-1685), même le petit Pays de Galles n’est pas épargné.

          Aux XVIIe et XVIIIe siècles, des économistes insistent sur le « bien-fondé » de l’esclavage des blancs, main-d’œuvre qui permet le développement des colonies anglaises et favorise l’expansion de l’Empire britannique. En 1618, des aristocrates adressent une pétition au Conseil de Londres exigeant que les enfants qui errent dans les rues soient déportés en Virginie. En janvier 1620, des enfants tentent de s’enfuir de la prison de Briedewell. Une mutinerie éclate. On craint que le mouvement se généralise. Un courrier est envoyé au secrétaire du Roi, Sir Robert Naunton. Le 31 janvier, le Privy Council autorise à titre d’exemple le recours aux sentences capitales. Cela durera jusqu’au XIXe siècle, époque à laquelle les propriétaires d’usines de Nouvelle-Angleterre militent pour l’abolition de l’esclavage noir tout en exploitant sans vergogne les enfants blancs. Ce n’est pas une attitude nouvelle. Dès février 1652, les propriétaires des plantations ont obtenu la légalisation et l’extension du kidnapping des blancs. Les villes du Commonwealth voient les plus pauvres, accusés de mendicité partir chaînes aux pieds pour l’Amérique. Les juges perçoivent les pots-de-vin liés à ce trafic. La part de Sa Majesté n’est pas la moindre.

          Aujourd’hui, l’enseignement de l’esclavage est totalement détourné de sa réalité. Le responsable communiste anglais Israël Cohen semble en donner la raison. Dans un fascicule intitulé Un programme racial pour le XXe siècle, il déclare :

          • « Nous devons réaliser que l’arme la plus dévastatrice que possède notre Parti (communiste) est la tension raciale. En matraquant l’inconscient collectif des races de couleur avec l’affirmation que pendant des siècles elles ont été opprimées par les Blancs… Les termes colonialisme et impérialisme doivent figurer en bonne place dans notre propagande… Tandis que nous enflammerons la minorité noire en la dressant contre les Blancs, nous nous efforçons d’opposer les races entre elles. Nous voulons instiller dans chaque Blanc un complexe de culpabilité lié à cette exploitation des Noirs… Ce qui mettra en marche un processus par lequel l’Amérique sera gagnée à notre cause ».

          http://www.contre-info.com/ils-etaient-blancs-et-esclaves-ils-etaient-juifs-et-negriers-12
          http://www.contre-info.com/ils-etaient-blancs-et-esclaves-ils-etaient-juifs-et-negriers-22

    • Atlas dit :


      Un jeune homosexuel de 27 ans a été condamné à quatre mois de prison ferme devant la 12e chambre du tribunal correctionnel de Paris pour utilisation frauduleuse de la carte bleue de l’humoriste Pierre Palmade (44 ans). Lequel avait perdu tout sens de l’humour quand il avait constaté que son ancien amant, musicien intermittent du spectacle, avait effectué 448 opérations bancaires sur son compte pour un montant de 39 000 euros. Les deux hommes s’étaient rencontrés dans un bar gay parisien.

  8. Aaron dit :

    Vous semblez ignorer délibérément la traite négrière organisée par les Africains eux-mêmes.
    Cela vous permet de déverser votre anti-judaïsme.

    Vendeurs d’esclaves africains arrêtés avec leurs instruments de torture d’enfants :

    • duc dit :

      Il n’y a pas d’anti-judaïsme ici. Car le judaïsme est une tradition définissant à la fois la culture religieuse et le mode de vie des Juifs, constitués des descendants des Israélites provenant de l’antique terre d’Israël. Et les valeurs et l’histoire du peuple juif sont à la source des deux autres religions abrahamiques, le christianisme et l’islam.

      Si la traite négrière pratiquée par les arabes est moins connue alors qu’elle fut aussi importante, c’est tout simplement parce qu’ils émasculaient les mâles. Ne pouvant avoir d’enfants , il est impossible aujourd’hui d’en rencontrer des descendants. Il ne faut pas non plus oublier que les esclaves étaient d’abord chassés par des Africains avant d’être vendus à des étrangers. Si l’esclave acheté par les blancs servait essentiellement à l’agriculture, celui acheté par les arabes était pour des besoins sexuels ou faire partie de l’armée. Le premier préférait donc les hommes alors que l’autre les femmes. Les esclaves des blancs pouvaient se marier et faire des enfants alors que ceux des arabes, étant castrés, non.

  9. Atlas dit :

    Si en Afghanistan ils savent conditionner des jeunes garçons à devenir homos, et cela sans que l’armée américaine intervienne : Deux marines, qui ont violemment battu un commandant afghan local pour avoir enchaîné un jeune garçon de 14 ans à son lit en tant qu’esclave sexuel, ont été traduits en conseil disciplinaire :
    http://www.rfi.fr/asie-pacifique/20150921-afghanistan-viols-enfants-etats-unis-soldats-americains-abus-sexuels-taliban

    En Angleterre, les Pakistanais conditionnent les très jeunes filles à servir d’esclaves sexuels. Dès l’âge de 12 ans, elles doivent faire des pipes à des hommes. Et si elles rechignent, on leur explique qu’elles sont coincées, immatures.

    Le dressage ne peut se faire qu’avec des filles vierges car particulièrement sans expérience donc vulnérables. Une fois qu’elles ont commencé, elles ne savent plus comment s’en sortir. C’est un peu comme pour la drogue. Ces hommes pakistanais ne les aiment pas. Ils essayent de se faire bien voir pour qu’elles les aiment, pour qu’elles acceptent ensuite n’importe quoi. On les vend après à ceux qui aiment les déflorer, puis elles participent à des tournantes tarifées. La passe coute entre 10 et 50 livres.

    Il faut dire que ces très jeunes filles portent souvent des mini-jupes, des vêtements moulants…. Elles sortent tard le soir. Les parents sont véritablement inconscients !

    http://www.gloria.tv/?media=215339

    • Lino dit :

      Cette recherche de très jeunes enfants pour en abuser n’est malheureusement pas le fait d’une minorité éthnique. Karl Zero fit un excellent reportage sur le sujet :

      Un CD Rom, 8000 photos. Des enfants torturés, violés… Découvert en 1998 à Zandvoort aux Pays-Bas, son propriétaire a été assassiné en Italie. Qui sont ces enfants ? Que fait-on pour les retrouver ? Malgré la reconnaissance de 80 d’entre eux, dont certains victimes dans de célèbres procès comme celui des Disparues de l’Yonne, les actions d’associations comme Innocence en Danger, ou les interrogations préoccupantes d’un rapporteur de l’ONU, la justice conclut à un non lieu et le fichier ne sera plus jamais évoqué.
      Pourquoi un tel silence autour des réseaux pédophiles ?

      C’est un documentaire qui présente et prouve la complicité de la justice et des politiques qui mentent clairement à la télé (voir le passage d’E Guigou à la TV). Ils avaient les CDroms et disaient qu’ils ne les avaient pas !!! Mensonges et couverture des pédophiles satanistes.

      Il y a aussi le reportage d’Elise Lucet sur FR3 « Sacrifices et charniers d’enfants » :

      Et les dénonciations des enfants de Pierre Roche qui porte sur la région de Toulouse :

      Quand est-ce qu’on fera en sorte d’éviter les déviations dès le plus jeune âge ? Quand est-ce qu’on dira aux jeunes que certaines expériences ne sont pas anodines ? Ne pas le faire mène à des drames :

      http://www.laprovence.com/article/faits-divers-justice/le-cri-dune-famille-apres-le-suicide-dun-ado-de-17-ans-cedric-sest-pend

      La pédophilie organisée par les manipulateurs :

      Le réseau pédophile d’Angers en 2002 :

      Celui de l’affaire Dutroux ; les Anonymous publièrent une liste de personnalités impliquées dans le réseau :
      http://leschroniquesderorschach.blogspot.fr/2012/04/enorme-scandale-en-belgique-les.html

  10. Tonio dit :

    L’avis d’Alain Jacquard :

    « La nature n’a pas de morale. Les questions de morales et d’éthiques ne sont réservées qu’à l’espèce humaine. Elle est la seul à pouvoir distinguer le bien du mal. »

  11. Luc dit :

    Rav Ron Chaya a très bien compris comment l’ordinateur peut nous influencer moralement :

    et les Africains commencent à se réveiller et comprendre que l’occident n’est plus le phare qu’il devrait être. Ils en veulent à Obama :

    Mais n’ont-ils pas raison ?

  12. Gabi dit :

    Rétrospective de l’affaire du sang contaminé : trois anciens ministres socialistes ont du comparaître devant la Cour de Justice de la République, Laurent FABIUS, ancien Premier ministre, Georgina DUFOIX, ancienne secrétaire d’Etat aux affaires sociales et Edmond HERVE, ancien secrétaire d’état à la santé,

    • Haï dit :

      Même problème en 2015 !

      Vendredi 3 avril, l’Assemblée nationale, à l’occasion de l’examen du projet de loi de santé, a adopté l’amendement suivant : « Nul ne peut être exclu du don du sang en raison de son orientation sexuelle », venant ainsi compléter l’article L. 1211-6-1 du code de la santé publique.

      Tout risque et toute augmentation du risque reposent exclusivement sur les receveurs des produits sanguins. Or, sans leur demander leur avis, l’Assemblée nationale a décidé, pour des raisons d’équité sociale, d’augmenter ce risque.

      En effet, les études épidémiologiques concluent que les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes (HSH) représentent un risque 200 fois supérieur d’être contaminés par le VIH et de transmettre la maladie durant la fenêtre de contamination silencieuse, comme l’a rappelé le Comité consultatif national d’éthique, le mercredi 31 mars dernier, citant une étude publiée en 2010 (Le Vu S. et al. Incidence de l’infection par le VIH en France, 2003-2008. BEH 30 novembre 2010, 45-46:473-6). En matière de santé publique toute mesure portant sur l’évaluation d’un risque doit être examinée avec une grande rigueur scientifique.

      Evidemment, l’Association française des hémophiles (AFH) refuse toute mesure qui ne s’appuierait pas sur ce principe et qui pourrait augmenter les risques de contamination pour les malades bénéficiaires du don du sang. Ce principe s’applique notamment au VIH, aux hépatites B et C, aux agents infectieux récemment découverts et à ceux jusqu’ici inconnus et donc indétectables. En effet, l’apparition de nouveaux agents pouvant se transmettre par transfusion sanguine n’est pas rare. Au cours des années récentes, sont apparus, en autre, des virus comme le virus du Nil occidental, l’hépatite E ou la maladie de Chagas. L’AFH rappelle que le don du sang n’est pas un droit, seule la sécurité des bénéficiaires des traitements issus du don du sang en est un.

      Jusqu’à présent, plusieurs groupes de personnes étaient exclus en raison d’observations statistiques et épidémiologiques d’un risque accru d’infection. Les HSH en faisaient partie. Ils n’étaient pas les seuls. Ainsi, sont exclus du don du sang notamment, les personnes qui ont séjourné dans les pays où la malaria est endémique, les personnes hémophiles et leurs partenaires et les individus ayant séjourné au Royaume-Uni entre 1980 et 1996 en raison du risque de transmission du nouveau variant de la maladie de Creutzfeldt-Jakob.

      En aucun cas ces exclusions ne doivent être regardées comme des mesures discriminatoires.Il s’agit tout simplement de mesures de santé publique nécessaires à la réduction des risques de contamination des receveurs du don du sang. La sécurité des malades recevant des produits sanguins doit être la seule préoccupation des pouvoirs publics. Lorsqu’un changement, quel qu’il soit, concernant la politique d’exclusion est envisagé, il est indispensable d’effectuer une évaluation du risque fondée sur les preuves scientifiques disponibles. Ce qui n’a pas été le cas lors du vote de l’Assemblée nationale. Il est pourtant de la responsabilité de l’État de fournir des produits sanguins sûrs. À ce jour, l’abandon de l’exclusion du don du sang des donneurs à risque remet en cause ce principe.

      L’AFH rappelle que le système actuel de sélection des donneurs a montré son efficacité puisqu’aucune contamination de receveur par le VIH n’a été constatée depuis 10 ans.

      • Louis dit :

        La FDA (Food and drug administration, agence américaine de la santé) a publié en décembre 2015 ses recommandations sur le don du sang.

        Pour les mêmes raisons qu’en France, à savoir la plainte de discrimination d’un certain groupe ultra-minoritaire mais très militant, la position sécuritaire a été revue, mais il semble malgré tout qu’aux Etats-Unis, le fait d’avoir une relation sexuelle avec un autre homme soit toujours un caractère d’exclusion pour 12 mois, cf les points 9 et 10 en pages 14-15 de ces recommandations : http://www.fda.gov/downloads/BiologicsBloodVaccines/GuidanceComplianceRegulatoryInformation/Guidances/Blood/UCM446580.pdf

        • Différer pendant 12 mois à partir du dernier rapport sexuel, un homme qui a eu des relations sexuelles avec un autre homme au cours des 12 derniers mois.
        • Différer pendant 12 mois à partir du dernier rapport sexuel, une femme qui a eu des rapports sexuels au cours des 12 derniers mois avec un homme qui a eu des relations sexuelles avec un autre homme au cours des 12 derniers mois.
  13. Otho dit :

    Dans l’interview entre la journaliste Daniela Lumbroso et Michel Polac sur la pédophilie, on apprend qu’il regretta d’être passé à l’acte avec un petit garçon. Toutes les personnes médiatiques tombées dans cette déviation, n’ont pas toujours voulu faire mea culpa publiquement. Ils n’ont eu aucun sentiment envers les gamins qui allaient être perturbés peut être à vie par leurs actes !

    Son attitude est tout de même plus supportable que celle de Thierry Lévy, qui lui semble être un pro-déviant :

  14. Patrick dit :

    Il y a aussi la pratique de l’eugénisme en fonction du sexe qui est scandaleux !

    Témoignage d’une personne :

    « le gynécologue de ma femme, nous a annoncé que le matin de notre visite il y a 2 jours, un futur papa avait donné un coup de poing dans le mur de son cabinet, quand il a appris qu’il allait avoir une fille ; il a aussi insulté sa femme.

    Le gynécologue obstétricien était encore sous le coup, et nous a avoué que depuis le début de l’année 2012, c’était son 6ème couple qui allait faire avorter la maman, à Barcelone notamment, à cause du sexe de l’enfant.

    Un des papas, cadre dans une grande banque, lui a dit qu’il avait un business plan, et qu’une fille ne rentrait pas dans ses plans.

    Lui ne peut malheureusement rien faire, il m’a dit que certains gynécologues ne donnaient plus le sexe de l’enfant, pour des raisons religieuses, de peur que les parents avortent ensuite, et d’avoir cela sur la conscience. »

    L’enfant est devenu un jouet !

  15. Gabi dit :

    « Le modèle de famille prévu par les nouvelles lois mondialistes présente une tendance individualiste et s’oppose aux critères chrétiens ainsi qu’aux valeurs sociales fondamentales comme la stabilité, l’engagement envers l’autre, le don sincère de soi, la fidélité, le respect pour sa vie et celle d’autrui, les devoirs des parents et les droits des enfants.

    Cela aura pour conséquence des gens isolés (déjà à Paris, la moitié des gens vivent seuls), des enfants sans un père et une mère, et qui n’auront même plus de frères ou de soeurs….Si les suicides n’augmentent pas avec çà !

    On devrait plutôt encourager une société qui privilégie les liens stables et où l’on donne la priorité à la protection des enfants et des plus vulnérables… Il est nécessaire de reconnaître et d’offrir une protection juridique à chaque vie humaine dès sa conception, et rappeler que tout ce qui est scientifiquement possible n’est pas acceptable au niveau éthique !

    • Atlas dit :

      Cette manière de tuer la famille on la retrouve avec Freud ! Et il est étonnant de voir qu’un matérialiste tel que Michel Onfray l’ait dénoncé avec raison !

      Sigmund Freud (1856-1939) ne serait-il pas un sabbatéen qui aurait vendu ses croyances satanistes perverties, au monde, sous le couvert de la science et de la médecine ?

      (Le sabbatéens étaient un culte sexuel qui se livrait à toutes les perversions sexuelles imaginables, dans le but de cracher à la face de Dieu. C’est ce que les satanistes pratiquent: l’inceste, la pédophilie, les orgies, l’homosexualité, tout ce qui n’est pas naturel et sain.)

      Freud et ses soutiens du B’nai Brith (il en est membre en 1897) ont convaincu le monde que le désir sexuel (libido) est la principale motivation de la vie humaine, et que le sexe est une panacée universelle. Il ont enseigné que la répression des pulsions sexuelles est nuisible et se traduit par des névroses. Il ont enseigné que les hommes souffrent de l’ « angoisse de castration » , et les femmes de l’ « envie du pénis » .

      Comme initiation à l’inceste et à la pédophilie, il a enseigné que les enfants ont des désirs sexuels pour leur parent du sexe opposé, et ressentent de l’hostilité pour leur parent du même sexe. À l’extrême, son « complexe d’Œdipe » , dit qu’un garçon veut inconsciemment tuer son père et violer sa mère.

      Le complexe d’Œdipe Freudien n’a absolument aucun fondement scientifique. Car combien sont-ils ceux dans notre entourage qui se souviennent avoir voulu tuer leur père ou violer leur mère ?

      Ce qui dérange chez Freud, c’est qu’il nie la dimension spirituelle de l’homme, sa soif que l’on retrouve dans toutes les civilisations de Dieu et de ses attributs tels que l’harmonie, l’amour, la vérité et la beauté. Influencé par la Kabbale, Freud a enseigné que Dieu n’est que la projection d’une figure paternelle imaginaire conçue dans le but de nous amener à refouler nos pulsions sexuelles. Comment peut-on être d’accord avec çà ?

      Il est intéressant de lire ses lettres qui prouvent qu’il prenait ses clients pour des idiots !
      « Mon humeur dépend en grande partie de mes gains. L’argent c’est du gaz hilarant pour moi »

      La psychanalyse vue de cette façon est une escroquerie. Moyennant paiement, des gens riches recevaient l’absolution pour leur plaisirs coupables et la permission de continuer. Le véritable objectif de ces « médecins de l’âme » ne semble-t-il pas de rendre les gens malades pour leur soutirer leur argent. ? Cela expliquerait pourquoi les psychiatres mettent des millions de personnes, y compris les enfants, sous calmants. Les satanistes qui promeuvent les excès sexuels et la perversion dans le but d’asservir l’humanité, ont eu carte blanche grâce à Freud.

      Le sexe libre foule aux pieds le mariage et la famille, institutions indispensables à la stabilité sociale et à la santé. Elle avilit toute relation humaine au plus bas dénominateur commun, le sexe. Elle présente le sexe et la « promiscuité » comme des passerelles uniques vers le développement personnel et le bonheur. Ce qui n’est pas le cas ! Malheur à celui qui ne l’a pas compris !

      http://www.henrymakow.com/freud_sabbatean.html

    • Patrick dit :

      La conspiration sexuelle de l’ONU

      Cameron et Obama sont d’accord pour arrêter de donner des aides aux pays n’acceptant pas les droits des LGBT (lesbiennes, gays, bisexuels et transsexuels). Pour eux cela doit faire partie des droits de l’homme !

      Pourtant si le sida augmente aux USA, il baisse maintenant au Kenya, en Ethiopie et massivement en Ouganda. Pourquoi ? Grâce à une approche en 3 points : l’encouragement à l’abstinence, la fidélité et en dernier ressort le préservatif.

      Actuellement, les pays dits développés forcent les pays d’Afrique à faire accepter une éducation sexuelle non-naturelle dès le plus jeune âge à leur peuple. C’est véritablement les pousser au vice et à la mort. Car on propage les infections sexuelles de cette manière plutôt que d’essayer de les réduire. On détruit ainsi les familles. C’est un affront aux principes de la charte de l’ONU !

      Le président de la Banque mondiale Jim Yong Kim a indiqué, début mars 2016, lors de la conférence Pride and Prejudice organisée par The Economist, que l’institution ne prêterait plus aux pays qui ne respectent pas « les droits LGBT ». Par contre, les pays qui continuent à exploiter les enfants, pas de problème.

      • Anne dit :

        Il y a un pays qui résiste à cette conspiration de l’ONU : la Russie !

        Le 19 décembre, la Douma va examiner un projet de loi prévoyant jusqu’à 500 000 roubles (12 500 euros) d’amende pour tout « acte public faisant la promotion de l’homosexualité et de la pédophilie auprès des mineurs ». Récemment, des décisions semblables ont été prises dans plusieurs régions de la Fédération (Saint-Pétersbourg, Riazan, Arkhangelsk, Novossibirsk, Kostroma). Ce projet de loi vise d’abord à empêcher l’organisation de la Gay Pride. Celle-ci ne peut qu’encourager la dépravation de la jeunesse ! Pour couler un pays c’est très efficace, mais pourquoi le couler ?

        http://www.lemonde.fr/europe/article/2012/12/14/moscou-veut-bannir-la-gay-pride_1805541_3214.html

        Par ailleurs, un comité d’experts juridiques de l’Onu s’en est pris la semaine dernière à la Fédération de Russie pour avoir toléré la mise en œuvre par sa province du Ryazan d’une loi prohibant la promotion de l’homosexualité auprès des mineurs. En 2009, une militante lesbienne a porté plainte contre la Russie auprès du Comité de l’Onu pour les droits de l’Homme. Elle a été emprisonnée et condamnée à payer une amende pour un piquet devant une école secondaire, ou elle se tenait équipée de pancartes à slogan de type : « l’homosexualité, c’est normal. » La Russie a rétorqué que son but n’était que la protection des mineurs contre des « troubles à leur développement spirituel, mental, physique et social ».

        http://www.c-fam.org/fridayfax/french/9316/la-russie-rejette-la-d%C3%A9cision-du-comit%C3%A9-de-l%E2%80%99onu-sur-la-propagande-gay.html

        Il est intéressant de noter que sur le sujet du mariage homo, le patriarche Cyrille de Moscou soutient le cardinal Vingt-Trois. Le patriarche Cyrille a rappelé que « la question de la famille est un des principaux sujets dans les rapports entre l’Église et le monde. Si l’on l’aborde dans le contexte des relations entre l’Église orthodoxe et l’Église catholique, la famille, c’est le domaine où nous pouvons collaborer de manière active dès aujourd’hui, parce que nous sommes unanimes sur pratiquement tous les points ».

        http://www.egliserusse.eu/Rencontre-entre-le-patriarche-Cyrille-et-Mgr-Vincenzo-Paglia-le-patriarche-Cyrille-exprime-son-soutien-a-l-Eglise-en_a1238.html

  16. Engel dit :

    Certains sionistes-maçons du gouvernement Hollande, voulaient mettre en vente libre le cannabis ! On sait pourtant qu’il circule beaucoup chez les ados alors qu’il diminue leurs capacités cognitives.

    Une étude réalisée sur 1 037 habitants de la ville de Dunedin (Nouvelle-Zélande) nés en 1972-1973 et testés régulièrement à 5, 7, 9, 11, 13, 15, 18, 21, 26, 32 et 38 ans, montre que, durant ces années, les fumeurs réguliers ont vu leur quotient intellectuel baisser (jusqu’à 8 points de moins) tandis que le QI des non-fumeurs était stable (et même en hausse de quelques dixièmes). Les fumeurs qui ont freiné leur consommation peu avant la fin de l’étude ne sont pas mieux lotis que ceux qui persistent tandis que ceux qui ont commencé la fumette après l’adolescence ne souffrent pas d’un tel écart de QI avec les « abstinents ».

    Madeleine Meier, psychologue à la Duke University (Caroline du Nord), rappelle que « l’adolescence est une période très sensible du développement du cerveau » et que « quelqu’un qui perd huit points de QI durant son adolescence et à la vingtaine peut se retrouver désavantagé par rapport à ses pairs du même âge pour de nombreux aspects majeurs de la vie ». Car, « l’arrêt ne restaure pas complètement les fonctions neuropsychologiques de ceux qui ont commencé à l’adolescence ». Dans un souci d’égalité des chances, la gauche devrait donc combattre la légalisation du cannabis (ou, au choix, forcer tout le monde à en consommer régulièrement).

    http://www.ndf.fr/nos-breves/28-08-2012/le-chichon-ca-rend-c-et-cest-desormais-prouve

  17. Ursule dit :

    La pression terrible sur les élus :

    C’est un proche de François Hollande, Bernard Poignant, qui se confie : « Sur mon blog, j’ai fait part de mes réserves à propos de l’homoparentalité », explique le maire PS de Quimper, qui poursuit : « Je crois que l’enfant a besoin de l’altérité. Comme orphelin, je me suis construit dans l’altérité du père absent… Tout enfant doit savoir qu’il a un père et une mère ». Voix dissonante ou voix de la prudence au sein de la majorité ? Depuis juin, Bernard Poignant fait partie des conseillers qui disposent d’un bureau à ­l’Élysée. Sa prise de position dérange certains, à en croire le principal intéressé : « Après lecture de mon blog, la revue Têtu m’a sommé de lui répondre. Et moi, j’ai refusé ! Je suis libre de ma pensée. Je n’ai tué personne, je ne passe pas devant un tribunal. Au nom de quoi, d’ailleurs ? » Au nom d’une pensée à sens unique qui voudrait que le débat sur l’ouverture du mariage et de l’adoption aux homosexuels passe à la trappe avant même d’arriver devant les parlementaires…

    La nuance est-elle possible quand le débat devient combat ? Christophe Barbier, directeur de la rédaction à L’Express, en doute. Il confie à FC : «  Il y a le souvenir cuisant du pacs en 1998. Jospin voulait faire la loi et ça n’a pas marché à cause de l’absentéisme des parlementaires de gauche. Il a fallu reprendre les choses à zéro ! François Hollande ne veut pas se faire piéger à nouveau ». Conséquence logique, pas de débat en interne et surtout pas de défections. « Le jour J, il ne faudra pas que les ­députés PS des campagnes – ils ne sont pas toujours fans du mariage gay – se fassent porter pâles. Bertinotti, la ministre déléguée à la Famille, en a parlé dès la Gay Pride, histoire de donner un tour de verrou supplémentaire. Celui qui décidera d’être en rupture, il faudra qu’il assume… »

    En attendant, certains se préparent dans l’ombre. « Je ne répondrai pas aux oukases de mon parti sur une question qui touche la conscience », explique sous couvert d’anonymat un parlementaire PS.

    Bref, les élus sont devenus des moutons.

    http://www.famillechretienne.fr/societe/politique/-mariage-homosexuel-et-adoption-le-debat-interdit_t7_s37_d66643.html

    • Atlas dit :

      Les pressions existent aussi à l’échelon international !

      Le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon a provoqué des polémiques en demandant aux Etats membres du Conseil des droits de l’homme de faire des droits lesbiens, gay, bisexuels et transsexuels une de leur priorités dans l’agenda des droits de l’homme des Nations Unies.

      Heureusement, Saeed Sarwar, parlant au nom de l’Organisation de la Coopération islamique qui représente 57 pays d’Afrique, d’Asie et du Moyen Orient, a demandé au Conseil des droits de l’homme de mettre fin à toute discussion sur ce sujet.

      Mais cela n’arrête toujours pas la pression exercée sur les pays qui considèrent le comportement homosexuel et les autres pratiques sexuelles comme anormales. La plaidoirie du Secrétaire général en faveur des droits LGBT se fait de plus en plus fréquente et insistante depuis que son second mandat a débuté l’année dernière. Le secrétaire d’Etat américain, le Foreign Office britannique, ainsi que d’autres pays européens intensifient les pressions en faisant la promotion des droits LGBT parmi la communauté internationale.

      http://www.c-fam.org/fridayfax/french/9316/le-secr%C3%A9taire-g%C3%A9n%C3%A9ral-de-l%E2%80%99onu-d%C3%A9fie-les-etats-membres-sur-la-question-des-droits-lgbt-et-des.html

      • Benoit dit :

        Une pression identique avait été faite sur le Premier Ministre anglais de 1970 à 1974 Edward Heath. Il aimait les petits garçons qu’il emmenait sur son yacht le « Morning Cloud ».
        http://21stcenturywire.com/tag/pedophile/

        Il leur demandait d’abord de se masturber devant lui….

        Pour faire entrer la Grande Bretagne dans l’Europe, on l’avait menacé de tout dévoiler dans les médias !

        Jeremy Thorpe, leader du parti libéral anglais de 1967 à 1976, aimait aussi les jeunes garçons des rues, les vagabonds. Il fut un jour accusé du meurtre d’un jeune prostitué Norman Scott. Au Tribunal, il menaça de dénoncer tous les membres politiques qui s’adonnaient aux mêmes manies, s’il n’était pas blanchi. Il fut donc relâché.

        Sur cette vidéo on le voit avec une star de la TV Jimmy Savile qui lui aussi était un grand pédophile :

        http://dondevamos.canalblog.com/archives/2012/10/13/25325908.html

        http://aangirfan.blogspot.fr/2012/02/bbcs-jimmy-savile-and-child-abuse-cover.html

        Les hommes politiques sont sous influence. Et le sexe est une manière comme une autre de les diriger. Aussi est-il par exemple intéressant de noter que Maurice Oldfield aimait partager des garçons avec Anthony Blunt. et qu’il fut un jour arrêté avec le Duc de Kent (prince George) qui était le petit ami de Blunt. Heureusement pour eux, ces deux derniers connaissaient Victor Rothschild. Car Rothschild était le mentor de Churchill ! C’est Rothschild qui lui soufflait les décisions à prendre. Et il y avait à l’époque le gang juif des Kray :

        http://aangirfan.blogspot.fr/2012/06/kray-twins-jersey-pedophile-rings.html

        • Tom dit :

          Au sujet de Jimmy Savile, Mark Thompson, ancien patron de la BBC, a été fin 2011 choisi pour être le nouveau président du groupe de presse du New York Times ! Problème, c’est lui qui déprogramma une enquête sur les agressions sexuelles imputées à Jimmy Savile !

          http://www.arretsurimages.net/vite-dit.php#14616

          • Patrick dit :

            Pratiquement tous ceux qui sont répertoriés dans le réseau pédophile anglais sont des francs maçons ! « Nearly everyone on UK paedophile ring list is a Freemason says abuse victim »

          • Tonio dit :

            Une journaliste américaine qui enquêtait sur les crimes sexuels à Jersey (orphelinat) a été bannie du sol anglais dès son arrivée à Heathrow airport

            Ou comment une même île attire les financiers et les pédophiles.

        • Tom dit :

          Utilisant les mêmes tactiques que les défenseurs des droits des »gay », des pédophiles commencent à vouloir un statut similaire en alléguant que le désir d’enfants est une orientation sexuelle peu différente de celle des hétérosexuels et des homosexuels.
          http://www.pedopolis.com/blog/les-pedophiles-veulent-les-memes-droits-que-les-homosexuels.html
          Ils oublient qu’on ne nait pas ainsi, on le devient. Notamment à cause d’expériences initiées par des adultes du même sexe :

          Quand les deux sexes sont présents jusqu’à l’adolescence, les jeux sexuels peuvent exister entre jeunes de même âge mais sans entraîner par la suite des déviances graves :

      • Lino dit :

        Les citoyens devraient réagir et demander un débat national sur le mariage ! Pourquoi ne pas laisser le terme mariage au couple traditionnel : homme, femme et inventer un autre nom pour ceux qui veulent se mettre en couple mais du même sexe ?

        Une pétition pour un débat a déjà récolté autour de 80 000 signatures :

        http://www.tous-pour-le-mariage.fr/

        Répartition des demandeurs :

        http://www.tous-pour-le-mariage.fr/carte.html

        On va assister dans les années à venir à une hausse des « mariages blancs » puisque n’importe quel Français pourra se marier avec quelqu’un du même sexe. A l’heure qu’il est, cela se monnaye entre 10 000 et 20 000 € ! En guise d’industrie, la France va peut être ainsi se renflouer ? Sauf si le nouvel arrivé se met ensuite au chômage ou au RMI !

        • Gabi dit :

          Intéressant témoignage que celui d’un homosexuel, Philippe Ariño, né dans une famille pourtant très catholique :

          Pour lui : « on n’a pas à singer le mariage hétéro… Ce n’est pas la même chose. »

    • Carlos dit :

      Une des méthodes incroyables du PS pour faire taire les opposants :

      Jean-Marc Morandini a informé qu’un incident s’était produit ce matin, alors que Benoit Duquesne tournait les plateaux de son émission « Complément d’Enquête » qui sera diffusée ce soir sur France 2 sur la dénaturation du mariage.

      Le journaliste avait reçu l’autorisation du sénateur-maire du 19e Roger Madec pour tourner une des séquences dans la salle des mariages, mais quand le maire a découvert que l’invitée était celle qui mène la fronde contre le mariage gay Frigide Barjot, il s’est opposé au tournage. Des employés de la mairie sont alors intervenus pour interdire le tournage, mais Benoit Duquesne a décidé de poursuivre l’interview. Du coup, le maire a fait couper l’électricité petit à petit dans la salle, au point que le tournage s’est terminé dans le noir.

      Cette séquence devrait être diffusée en intégralité ce soir, y compris la partie réalisée dans le noir !

      http://www.jeanmarcmorandini.com/article-296579-exclu-incident-ce-matin-lors-du-tournage-de-l-emission-de-benoit-duquesne-sur-le-mariage-gay-regardez.html

      • Atlas dit :

        Il y a des élus homosexuels qui font exceptions ! Comme 80 de ses homologues en Saône-et-Loire, le maire de Chasselas a signé l’appel contre le mariage et l’adoption par les homosexuels.

        « …j’ai informé mes adjoints du fait que je refuserais de célébrer des unions homosexuelles si la loi était votée. Ils ont eu l’air surpris ! Sans doute parce que je vis moi-même en couple avec un homme…. En tant que citoyen homosexuel, je ne me sens pas du tout représenté par les associations LGBT. Ce n’est pas une charge contre ces associations dont certaines ont fait un travail formidable pour la dépénalisation de l’homosexualité ou la lutte contre le sida. Simplement, je pense qu’on ment aux Français en leur disant que le mariage et l’adoption sont une revendication des homosexuels dans leur ensemble…Je pense que l’on ne peut pas mettre sur le même plan l’homosexualité et l’hétérosexualité….J’ai acquis la conviction que l’idéal, pour un enfant, est d’être élevé dans une famille composée d’un père et d’une mère….On va me dire que les hétéros divorcent, se remarient, recomposent des familles. C’est une réalité qu’on ne peut pas nier. Mais la loi doit reconnaître ce qu’il y a de beau et de souhaitable, pas encourager les pratiques minoritaires. La loi doit protéger le plus faible, donc l’enfant…Je participerai à la manifestation du 13 janvier. Le gouvernement va trop vite. Il doit prendre le temps de faire exister le débat. »

        http://www.lejsl.com/edition-de-macon/2012/12/10/le-maire-gay-anti-mariage-gay

      • Chantal dit :


        Historienne, Marie-Josèphe Bonnet est une figure du mouvement féministe et homosexuel. Elle a milité dans le Mouvement de libération des femmes (MLF), dans les années 1970, a participé à la création du Front homosexuel d’action révolutionnaire (FHAH) et des Gouines rouges. Pas vraiment réactionnaire donc… Et pourtant : elle est hostile à la loi Taubira et estime que lobby LGBT fait le jeu du capitalisme : « Je suis contre le commerce des bébés, contre la marchandisation du corps des femmes. Ces pratiques supposent que certaines d’entre elles seraient un ventre à disponibilité pour faire un enfant et ensuite l’abandonner à un couple, qui lui achète. Je trouve ça très choquant. C’est une manière de nier la mère, de nier les mères. Et c’est le patriarcat dans toute sa splendeur. Et même pire. Maintenant, vous avez une filiation qui est masculine, ce que l’on appelle la filiation spermatique. La branche maternelle n’apparaît plus. Je trouve ça très grave. Un enfant a deux branches, deux lignes, c’est ça qui fait la diversité humaine, c’est cela qu’il faut respecter.

        Certains parlent cependant de « GPA éthique ». Est-ce une notion crédible, selon vous ?

        Il n’y a pas d’éthique, dans ce domaine-là. D’une manière ou d’une autre, il y a de l’argent. Ce qu’ils appellent une « compensation financière ». Cela peut être une compensation symbolique, mais ce sont des cas très rares. On nous cite toujours l’exemple d’une femme qui veut faire un enfant pour sa sœur, mais même dans ces cas-là, je trouve que ce n’est pas une situation très très saine. Après, la sœur sera débitrice. C’est une illusion de croire qu’il peut y avoir de l’éthique dans un échange commercial. D’ailleurs, on s’aperçoit bien que les pays qui, comme la Belgique, essayent d’introduire un peu de règles, pratiquent très peu de maternité de substitution. Les gens vont acheter des bébés ailleurs. Quand on parle de GPA éthique, c’est une confusion volontaire. Le principe de l’éthique, c’est que la vie ne s’achète pas.

        • Vous allez plus loin et vous vous opposez aussi à la Procréation médicalement assistée (PMA). Pour quelles raisons ?

        Le don anonyme de sperme me choque, car, ainsi, on fabrique des enfants qui n’auront pas accès à la connaissance de leur origine. On n’a vraiment pas le droit de mettre un enfant au monde de la sorte, sachant que c’est important de savoir d’où l’on vient, pour se construire. Tous les enfants nés sont X deviennent, à un certain moment, obsédés par leur origine. Depuis l’aube des temps, ce n’est pas un problème de faire des enfants ! Et ça n’a jamais été non plus le choix des médecins. En réalité, dans la PMA, c’est le médecin qui, d’une certaine manière, va choisir le père. Donc les femmes acceptent que ce moment très important qu’est celui de faire un enfant leur échappe. C’est le pouvoir médical qui prend complètement la main sur la procréation et la maternité. Je trouve ça inquiétant, dans l’évolution de notre monde.

        • Par le recours à la GPA par certains couples, vous écrivez que le mouvement homosexuel s’est en quelque sorte vendu au libéralisme…

        Tout à fait. Il faut, cela dit, faire la différence : ce n’est qu’une certaine partie du mouvement gay. Il y a une autre partie qui est encore prolétaire. Vous avez beaucoup, chez les gays, de garçons qui ne peuvent pas s’offrir un bébé aux Etats-Unis, ou bien en Chine, ou je ne sais où. Dans le mouvement homosexuel, il y a aussi des lesbiennes. Et les lesbiennes ne sont pas d’accord avec la GPA. C’est vraiment la frange riche des gays qui est en question, ceux qui sont très bien intégrés dans la société, qui gagnent beaucoup d’argent, et qui n’ont qu’une envie, celle de se normaliser, pour mieux se faire accepter. La seule chose qui leur manque, c’est de pouvoir faire un enfant. Autrement, ils ont tout. Et comme il ne peuvent pas faire un enfant, ils achètent les services d’une femme. L’enfant n’est pas un droit, l’enfant n’est pas une chose que l’on acquiert. C’est une personne. Ils veulent tout, le beurre, l’argent du beurre… Avec, par dessus le marché, la bénédiction de la loi. C’est une normalisation à outrance, oui, un embourgeoisement. Mais aujourd’hui l’embourgeoisement, on ne sait plus très bien ce que cela veut dire. Ils rentrent dans le moule hétérosexuel, dans le moule de la famille. On pourrait même dire de la famille napoléonienne. En faisant croire que c’est un droit. Et ça, pour moi, c’est de l’usurpation complète.

        • Le mouvement homosexuel et le féminisme sont liés, à l’origine. Dans ces conditions, peuvent-ils toujours faire combat commun ?

        On peut dire qu’une partie du mouvement gay a trahi la cause féministe. Ils ont émergé grâce au femmes. Ce sont les lesbiennes qui ont créé le Front d’action révolutionnaire. C’est grâce à notre engagement que, justement, ils ont fait leur coming out et qu’ils ont pu sortir de la clandestinité. Ce sont les femmes qui leur ont ouvert la porte de la liberté. Et je trouve qu’ils ont abandonné le combat pour l’égalité entre les sexes au profit de l’égalité entre les sexualités. C’est ça que je critique dans l’évolution d’un certaine homocratie. L’égalité entre les sexes, ça ne les intéresse plus. Ils n’en ont plus besoin pour leur propre liberté. Mais c’est une erreur car leur liberté dépend de celle des femmes. »

        http://www.leberry.fr/vierzon/opinion/2016/10/04/historienne-feministe-elle-est-contre-le-mariage-pour-tous-et-la-pma-gpa_12098898.html

    • Anne dit :

      L’intervention du député Marc Le Fur le 28 novembre fut remarquable !

      « Le pays connait une crise sans précédent. Est-ce bien le moment d’imposer par la force une loi dite du mariage pour tous ou encore du mariage homosexuel dont les Français ne veulent pas ? Le 13 janvier on sera dans la rue pour protester….Pourquoi donc la commission spéciale demandée à-t-elle été refusée alors que vous acceptez la commission des lois où vous détenez tous les dispositifs ?…On doit avoir un débat sérieux mais déterminé sur la famille, pour décider si un enfant est ou pas un produit de consommation ! »

      Cela rejoint tout à fait les prophéties de St Jean de Jérusalem :

      https://effondrements.wordpress.com/2012/10/19/notre-avenir-ou-les-propheties-de-st-jean-de-jerusalem/

  18. Otho dit :

    Selon une enquête réalisé sur 600 couples mariés ou non par des chercheurs de la Cornell University de New York, ceux qui ont eu des rapports sexuels dans le mois qui a suivi la rencontre étaient moins épanouis et duraient moins longtemps que ceux qui ont attendu six mois ou plus !

    Mine de rien, c’est le discours millénaire des principales religions sur l’attente avant le mariage que la science est en train de valider… L’Église que certains sexologues continuent d’accuser de ne pas penser à la femme alors qu’il est désormais prouvé qu’elle est la plus grande bénéficiaire de l’attente avant le mariage.

    http://www.ndf.fr/nos-breves/03-09-2012/sexo-lattente-est-bonne-pour-lepanouissement?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed%3A+ndf-fr+%28Nouvelles+de+France%29

  19. DD dit :

     » c’est la collecte de sang dans les prisons qui est à l’origine du sang contaminé… » Comment peut-on écrire une telle bétise ! Mais renseignez-vous bordel, le sang contaminé c’est surtout du facteur de croissance et des facteurs de coagulation avec mélange de tous les donneurs et procédure de sécurisation inéficace ! Aucun rapport avec les prisons. Dans un article qui se tient une telle erreur c’est nul. Ecrire pour écrire : non !

    • duc dit :

       » 2 500 hémophiles, dont la maladie nécessite des transfusions sanguines fréquentes mourront donc de sang contaminé par le virus du sida. »

      C’est bien la collecte de sang dans les prisons qui en est à l’origine. Mais dans les années 80, on n’avait pas les mêmes connaissances qu’aujourd’hui ! Les procédures de sécurisation n’était pas si efficaces ! Et il n’y a pas que le sida en cause mais bien d’autres maladies !

       » Il n’est pas rare que d’autres maladies transmises en prison ne soient pas soignées correctement, notamment des infections qui peuvent être contractées lors de rite de fraternité par le sang. Outre l’infection au VIH et à la syphilis, il s’agit de l’hépatite B et C. La présence chez un individu d’autres maladies sexuellement transmissibles (MST), comme la syphilis et la blennorragie si elles ne sont pas traitées, peut nettement accroître sa vulnérabilité à l’infection au VIH lors de contacts sexuels. La tuberculose dans les environnements carcéraux constitue un problème sanitaire grave ; elle peut facilement se propager dans les prisons surpeuplées. Les personnes infectées par le VIH sont particulièrement vulnérables à la tuberculose, et les séropositifs tuberculeux peuvent transmettre cette maladie à des individus qui ne sont pas infecté s par le VIH. »

      http://data.unaids.org/Publications/IRC-pub05/prisons-pov_fr.pdf

      On a découvert que fin 1984 que le chauffage d’extraits du plasma permettait d’inactiver le virus (le plasma total, lui, ne supporte pas d’être chauffé, et encore moins le sang). il s’agissait alors d’éliminer le virus de l’hépatite B, qui s’est révélé résistant au traitement, et c’est par hasard que l’on a découvert l’inactivation du V.I.H. Mais le surchauffage provoque une dénaturation du facteur VIII et donc une diminution d’activité du produit, et le risque d’apparition d’anticorps anti-facteur VIII (anticoagulant circulant) chez le receveur.

      L’utilisation par les hémophiles de produits sanguins chauffés, donc débarrassés du virus du sida, paraissait indispensable dès le printemps 1985. Mais les stocks de produits non chauffés, d’une valeur de trente-quatre millions de francs, ont été laissés en circulation et remboursés jusqu’au 1er octobre 1985. Pourquoi d’après vous si ce n’est pour des raisons d’argent !

      Par ailleurs, à partir du 1er octobre, les produits non chauffés ont cessé d’être remboursés, mais il n’y a pas eu d’interdiction de leur utilisation, et surtout pas de rappel des produits déjà en stock.

      Puis les produits chauffés ont été à leur tour abandonnés en 1987 au profit des produits « solvants-détergents », car le procédé de chauffage ne permettait pas d’éliminer les virus des hépatites B et C.

    • Ursule dit :

      A DD

      Les conditions ne sont pas réunies pour lever l’interdiction de don de sang par les homosexuels ! Et c’est le ministre de la Santé Marisol Touraine qui le pense. En juin, elle avait dit que le don de sang par les hommes homosexuels ne serait bientôt plus interdit en France. Mais le danger est grand, alors elle avoue :

      « Je ne trouve pas normal qu’il y ait un élément de discrimination, pour autant je ne peux lever l’interdiction qui existe que si on me donne une garantie absolue que cela n’apportera pas plus de risques pour les transfusés ». « Aujourd’hui, je ne peux pas lever cette interdiction ».

      Quel est ce risque ? La plus grande prévalence du virus du sida dans la communauté homosexuelle. Et pourquoi y a-t-il cette plus grande prévalence ?

      http://fr.news.yahoo.com/pas-douverture-du-don-du-sang-aux-homosexuels-175720022.html

      • Gabi dit :

        Le nombre de nouvelles infections baisse en France, sauf dans la communauté homosexuelle masculine. Près de 50% des nouveaux cas de contamination au virus les concernent.

        On comptait 8930 personnes récemment contaminées en 2003, contre 6940 en 2008, soit une baisse de 3,7% par an en moyenne. Mais la sous-population homosexuelle masculine résiste à cette tendance, en maintenant un taux de contamination élevé. Un pourcent des homosexuels masculins a contracté le VIH en 2008, contre 0,009% des hétérosexuels (hommes et femmes confondus).

        http://sante.lefigaro.fr/actualite/2010/09/09/10403-sida-contamination-homosexuels-incontrolee

        A noter que l’opération « Sidaction » sert beaucoup à couvrir les frais de justice de l’association ! Le Sidaction paye avec l’argent des donateurs des avocats pour contrer les multiples procédures que certains salariés intentent à la direction – se plaignant de leurs conditions de travail. En 2010, près de 416 000 euros ont été provisionnés pour «les risques sociaux».

        http://www.liberation.fr/societe/01012387283-le-sidaction-malade-de-ses-tensions-internes?utm_source=twitterfeed&utm_medium=twitter

        Le pape avait déjà expliqué que le « tout-préservatif » n’est pas la bonne solution pour lutter contre la pandémie du sida. Le livre de Matthew Hanley et Jokin de Irala, dans L’Amour face au Sida (Editions de L’Oeuvre), montre, preuves à l’appui, qu’on ne peut pas lutter contre ce fléau en promouvant seulement une solution technique. Seuls les États africains ayant fait le choix de rappeler l’importance de l’abstinence et de la fidélité dans le couple ont réellement vu régresser la pandémie du sida. Ce sont les fameux programmes « ABC » appliqués dans un certain nombre de pays africains. A pour abstinence, B pour Be faithul (être fidèle) et C pour condom (préservatif). Pourquoi nous focalisons-nous en Europe uniquement sur le préservatif pour lutter contre le sida ? Pourquoi le Sidaction ne fait-il pas la promotion d’une sexualité responsable ? Car, en la matière, ce n’est pas la diminution des risques qu’il faut viser, mais l’absence de risques. Depuis quand traite-t-on une maladie en luttant seulement contre ses effets, et non contre ses causes ?

        Au Togo, chaque année, une centaine de jeunes Togolaises acceptent de se prêter à un test de virginité pour prendre part au concours de la « Reine vierge », organisé par l’Association des volontaires pour la promotion des jeunes (AV-Jeunes). La gagnante du « Trophée vierges » et ses dauphines, trois « princesses vierges » représentant les universités, lycées et collèges du pays, ont pour mission de faire le tour des établissements scolaires pour prôner l’abstinence sexuelle. Pascaline, 21 ans, étudiante en troisième année de Sciences Techniques et Animation socio-éducative, explique aux élèves : « Les études d’abord et le sexe après, car on ne court pas deux lièvres à la fois ». Rodrigue Akolly, le président de l’AV-jeunes, indique : « Notre action vise surtout à réduire les grossesses précoces et les nouvelles infections en matière de VIH/Sida ». Pascaline Boukari Kombaté dit s’être prêtée au test de virginité « à coeur joie » parce qu’elle voulait prouver à ses amies « qu’on peut bien garder sa virginité jusqu’à un certain âge ». Zita Totu, « princesse vierge 2014 », est en troisième année de droit à l’Université de Lomé. « Sur le campus, mes amies me regardent avec admiration car plusieurs ONG me sollicitent pour des campagnes de sensibilisation dans des villages ». Le nombre de nouvelles infections et de décès dus au virus du sida a considérablement baissé dans le pays depuis le début des années 2000.

  20. Atlas dit :

    L’homosexualité : innée ou acquise ?

    Homosexuel, bisexuel ou hétérosexuel… De nombreux chercheurs ont essayé et essaient encore de trouver les origines de nos orientations sexuelles. Du déterminisme génétique aux explications psychanalytiques, petite revue des certitudes …

    Diverses études sociologiques permettent d’affirmer que l’homosexualité existe dans toutes les sociétés. Le pourcentage de personnes à orientation homosexuelle est à peu près le même dans toutes les sociétés et à travers toutes les époques. En clair, le comportement homosexuel est universel et a toujours existé. Selon les statistiques, l’homosexualité exclusive touche environ 3 % de la population. Proportion à laquelle il faut ajouter les personnes ayant des orientations bisexuelles ou homosexuelles occasionnelles.

    En 1991, le docteur Le Vay, neurologue à l’Institut Salk aux Etats-Unis publiait une étude anatomique sur une partie du cerveau (l’hypothalamus) de 41 sujets décédés de diverses affections parmi lesquels 16 étaient homosexuels. Il releva alors qu’une minuscule structure appelée INH3, connue pour être active dans le comportement sexuel des mammifères, était deux fois moins volumineuse dans les cerveaux des personnes homosexuelles étudiées.

    En 1993, une autre équipe médicale, dirigée par Dean Hamer, tentait de démontrer le caractère génétique de l’homosexualité, suggérant une particularité sur le bras long du chromosome X, transmise uniquement par la mère, et qui serait plus fréquente chez les personnes homosexuelles.

    Une autre équipe américaine a tenté de mettre en évidence une association entre le schéma de la main masculine et le comportement sexuel. Sous l’action des hormones mâles, les hommes ont un index plus court que l’annulaire. Or, selon les auteurs, les femmes homosexuelles auraient une main possédant ces caractéristiques masculines !

    Malheureusement, réalisées sur un nombre faible de patients, ces études n’ont pas apporté la moindre preuve du caractère constitutionnel de l’homosexualité. A chaque fois que des chercheurs ont tenté de les refaire, ils n’ont jamais réussi à obtenir les mêmes résultats.
    De son côté, la psychanalyse a largement interprété l’homosexualité et le processus de constitution de l’identité sexuelle, avec des analyses différentes selon les écoles (freudienne ou lacanienne).

    Ghislaine Trabacchi – Juin 2000

    http://www.doctissimo.fr/html/sexualite/mag_2000/mag0623/se_1853_homosexualite_origines_02.htm

    Une équipe de chercheurs dirigée par le Docteur Kenneth Kendler du Medical College of Virginia vient de publier les résultats d’une recherche* qui montrerait une possible transmission génétique de l’homosexualité. Mais les données de l’étude restent pour le moins discutables, car là encore quantitativement faible. Sur les 50 000 familles dont les données étaient rendues disponibles par la Foundation Midlife Development, l’équipe de Kenneth Kendler a examiné les comportements sexuels de 794 paires de jumeaux et 2 907 couples de frères et soeurs. Sur cet échantillon, 2,8 % des personnes interrogées étaient homosexuelles ou bisexuelles. Parmi les 324 couples de vrais jumeaux (même patrimoine génétique), 6 reconnaissaient être tous les deux homosexuels ou bisexuels et 19 que l’un des deux était homosexuel alors que son binôme ne l’était pas. A partir de ces données, les conclusions des chercheurs dans l’American Journal of Psychiatry furent les suivantes : un vrai jumeau sur trois serait homosexuel quand son frère l’est, soit 31,6 % des jumeaux homozygotes, alors que dans le cas des faux jumeaux du même sexe le chiffre serait de 13,3 % ; et de 8,3 % si l’on considère tous les faux jumeaux. Et de conclure que : « les facteurs génétiques peuvent avoir une grande influence sur l’orientation sexuelle ». Enfin, si Kenneth Kendler reconnaît que le rôle des gènes joue « en interaction avec des facteurs environnementaux », on ne voit pas bien en quoi l’étude démontre la part des deux phénomènes… Surtout quand on sait à quel point les relations entre jumeaux, vrais ou faux sont différentes, ne serait-ce que pour des raisons symboliques ou de représentations parentales et sociales…

    Joseph Berger, professeur de psychiatrie à l’université de Toronto écrit :  » Je n’ai jamais rencontré personne possédant une ‘homosexualité innée’. Cette notion a été la position politique des activistes gais proclamés depuis longtemps, dans le but de promouvoir l’acceptation de l’homosexualité comme une expression alternative de la sexualité humaine saine et de valeur égale. Ce point de vue à une base scientifique qui vaut zéro même si ses promoteurs s’accrochent à la plus petite miette d’atroce recherche dans leurs tentatives de justifier cette notion. »(Letter, Globe and Mail, February 26, 1992.)

    S’il était vrai que l’homosexualité soit innée, alors, un calcul basé sur la reproduction génétique ou sur la sélection naturelle suggère que leur nombre diminuerait rapidement ou n’augmenterait simplement pas puisqu’ils ne se reproduisent pas !

    L’argument « l’homosexualité est naturelle » ne fonctionne pas non plus, simplement parce que de nombreuses choses qui sont mauvaises pour nous ou mauvaises pour la société sont naturelles. Plusieurs cancers sont naturels. Les maladies de cœur sont naturelles, la tuberculose est naturelle ainsi que les maladies transmises sexuellement. La société n’a pas à encourager ou à protéger des choses pour la simple raison qu’elles sont  » naturelles « .Au contraire, elle doit démêler ce qui est naturellement bien de ce qui est naturellement mauvais et ainsi organiser son auto protection, que ce soit contre des menaces physiques, sociales ou morales.

    Irving Bieber soutient que dans aucun des cas qu’il a traité ou étudié, il n’a vu une relation père-fils normal. Un psychiatre de Toronto a déclaré que les homosexuels qu’il a traités ont eu des  » relations non satisfaisantes  » avec leurs parents. Près de 40% des lesbiennes ont une mère morte ou divorcée.

    La psychologue britannique Elizabeth Moberly prétend de façon fort convaincante que  » le besoin d’amour homosexuel est essentiellement une recherche d’affection parentale « . Elle écrit que  » le facteur général dans tous les cas est le besoin qui aurait du être comblé par un attachement parent-enfant, et qui reste encore à combler. Les homosexuels recherchent l’accomplissement de ce besoin normal d’attachement, qui a été anormalement négligé au cour du procédé de croissance  » Si Moberly a raison, à partir de la pression féministe/égalitaire pour les garderies universelles nous pouvons nous attendre à des conséquences extraordinaires inattendus….

    En 1985, l’Institute for the Scientific Investigation of Sexuality (ISIS, renommé Family Research Institute en 1989) a trouvé que 97% des hétérosexuels mâles et femelles ont déclaré que leur première expérience sexuelles fut hétérosexuel, alors que 85% des homosexuels mâles et 29% des lesbiennes ont dit que leur première expérience fut homosexuel ou bissexuel.

    Une population humaine peut devenir homosexuelle sous certaines conditions extrêmes. Par exemple, un groupe de jeunes enfants sans connaissance sexuelle, élevés sur une île déserte par un homosexuel finiront probablement par préférer le comportement homosexuel. En d’autres termes, il est très possible d’entraîner une jeune population à aimer le comportement homosexuel. Ce qui empêche cela d’arriver sur une grande échelle sont les sanctions sociales contre cela. Les sociétés font disparaître intentionnellement le comportement homosexuel pour que de telles situations extrêmes ne puissent se produire.

    Il est possible que dans toutes les sociétés, des gens aient des prédispositions de toute sorte et des appétits bizarres ou des comportements homosexuels, suicidaires, alcooliques, tueurs, voleurs, colériques, ou à mauvais caractère. Ça a toujours été comme ça, et ça le restera.

    • Andrée dit :

      L’homosexualité n’est pas innée ! Mais on peut aider des enfants à l’acquérir !

      « La Ligue de l’Enseignement, association réputée pour sa gourmandise en subventions et sa proximité avec le PS, est l’initiateur du projet national « Ecole et cinéma », qui draine 645 000 enfants par an pour un cycle de trois films. Après la charge pluriethnique, multiculturelle, et occidento-repentante du 1er Trimestre I, les élèves de l’enseignement primaire à Metz se verront infliger au 2° trimestre : Tomboy, de Céline SCIAMMA (2011).

      Voici le résumé qu’en fait la fiche pédagogique : « Laure a 10 ans. Laure est un garçon manqué. Arrivée dans un nouveau quartier, elle fait croire à Lisa et sa bande qu’elle est un garçon. Action ou vérité ? Action. L’été devient un grand terrain de jeu et Laure devient Michael, un garçon comme les autres… suffisamment différent pour attirer l’attention de Lisa qui en tombe amoureuse. Laure profite de sa nouvelle identité comme si la fin de l’été n’allait jamais révéler son troublant secret ».

      On l’aura compris : ce film propage clairement l’idéologie du Genre, qui essaie de substituer, à une humanité composée d’hommes et de femmes, des individus dotés d’une « orientation sexuelle » interchangeable. L’auteur, Céline Sciamma se revendique comme militante de la cause lesbienne, et a reçu à la Biennale de Berlin 2011 le « Teddy Awards » dédié aux films évoquant l’homosexualité.

      Cette séance de cinéma à l’école heurte gravement le droit des parents, premiers éducateurs. Les jeunes acteurs ont dix ans, l’âge des enfants spectateurs. De quoi jeter le trouble avec un questionnement d’autant plus insidieux qu’il devance même les bouleversements de l’adolescence.

      A force de vouloir détruire tout repère, toute identité, on crée une société qui déstabilise totalement un enfant ; on le projette dans un monde effrayant, où il doutera de tout, de l’autre comme de lui-même. Les initiateurs de ce lavage des cerveaux enfantins prennent la lourde responsabilité de les « déconstruire », comme l’avoue la critique enthousiaste de Télérama : « qu’est ce qu’une fille, qu’est ce qu’un garçon ? Il y a peu d’images dans le film qui ne ramènent à cette question, mais pour mieux la déconstruire »

    • Didier dit :


      La plus grande étude sur la théorie du genre depuis Regnerus vient de paraître :

      Cette enquête historique a été effectuée par deux éminents chercheurs travaillant aux États-Unis. Ils allèguent que les affirmations selon lesquelles certains naitraient homosexuels, voire qu’il y aurait un gêne de l’homosexualité n’ont rien de scientifique. Le rapport a été publié par The New Atlantis, un journal bien connu des scientifiques, basé à Washington DC. Les éditeurs ont publié ce qui est probablement le meilleur résumé des preuves scientifiques sur les questions LGBT publiées à ce jour.
      http://www.thenewatlantis.com/docLib/20160819_TNA50SexualityandGender.pdf
      Les deux auteurs, le psychiatre Paul R. McHugh et l’épidémiologiste Lawrence S. Mayer ont des références impressionnantes. Mayer est professeur de statistiques et de biostatistique à l’Arizona State University et a occupé des postes de professeurs dans huit universités, y compris Princeton, l’Université de Pennsylvanie, et Stanford. McHugh était psychiatre en chef à l’hôpital Johns Hopkins 1975-2001 et a siégé à une commission de bioéthique nationale au cours de l’administration Bush.

  21. Ursule dit :

    Puisqu’on parle de drogue !

    Depuis que le ministre de la Santé, Marisol Touraine, s’est déclaré prête à tester les salles d’injection de drogue sous contrôle médical, les policiers se plaignent !

    Patrice Ribeiro, secrétaire général du syndicat Synergie Officiers : «Ces lieux, qui sont peut-être bons d’un point de vue sanitaire et pour les drogués eux-mêmes, entraîneront inéluctablement une situation apocalyptique dans les quartiers. L’afflux programmé de toxicomanes provoquera au bout de quelques semaines le cauchemar des riverains. Ils seront en proie à des comportements asociaux de toute une faune que l’on connaît, hélas, trop bien et qui n’hésite pas à se livrer à des vols, des agressions ou à se prostituer pour se fournir leur produit.»

    Un chef de brigade anticriminalité ajoute : «Et que feront ces gens à la nuit tombée si ces centres n’ouvrent pas 24 heures sur 24?» «les shooting rooms serviront aussi de “sniff house” ou encore de “smoke galerie” pour les drogués de tous acabits».

    D’un point de vue opérationnel, les policiers n’en tireront aucun avantage : «D’abord parce qu’il nous sera demandé de croiser au large pour ne pas insécuriser l’usager, ensuite parce que nous connaissons déjà parfaitement les lieux de deals sans qu’il soit nécessaire d’en créer d’autres».

    Un haut fonctionnaire explique : «Au nom d’une certaine bien-pensance, les pouvoirs publics pourraient débloquer entre 300 000 et un million d’euros pour sécuriser la consommation de produits prohibés alors que nos effectifs manquent cruellement de crédits pour traquer les filières. Bien loin de vouloir sevrer les narcos-dépendants dans l’espoir de faire chuter la demande, ce type de dispositif ne fera que légaliser des comportements à risques et lever des tabous.»

    Jean-Claude Delage, patron du syndicat Alliance considère qu’il est «contradictoire d’admettre officiellement que les gens se shootent dans les meilleures conditions possibles en France au moment même où le ministre de l’Intérieur multiplie les messages de fermeté pour démanteler les réseaux internationaux.»

    http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2012/09/04/01016-20120904ARTFIG00558-salles-de-shoot-la-bronca-policiere.php

    Reste à admirer la cohérence gouvernementale : pendant que le ministre de la santé propose de créer des salles de shoot, le même ministre de la santé compte lutter contre la consommation de tabac.

    http://www.leparisien.fr/economie/nouveau-plan-antitabac-ce-que-prepare-le-gouvernement-05-09-2012-2151462.php

  22. steph, un sale dégénéré de pédé.qui rôtira certainement dans votre Enfer minable. dit :

    cet article est d’une débilité rare. J’espère que vous avez honte d’être aussi con, ça prouverait au moins que vous êtes humain.

    • duc dit :

      Ce n’est pas avec cette attitude stérile que vous ferez évoluer le débat. Si vous avez une autre expérience à faire partager, n’hésitez pas à le faire ! Votre vision sur le sujet, si elle est argumentée, a autant de valeur que celles des autres. N’ayez donc pas peur de vous exprimer ! Merci d’avance pour votre témoignage qui ne peut être qu’enrichissant !

      • Benoit dit :

        Peut-on encore aujourd’hui poser un jugement moral sur l’homosexualité ? Il est fort difficile de trouver les mots justes, le bon ton pour aborder ces questions si sensibles ; de réussir à blesser les consciences sans blesser les personnes.

        Il semble bien qu’une partie de la difficulté vienne du fait qu’on choisisse souvent aujourd’hui de se placer au-delà du bien et du mal, de refuser toute réflexion ou tout jugement de valeur sur le sujet. S’il n’y a que des opinions et que la valeur suprême est la tolérance, si la liberté est conçue comme un absolu totalement déconnecté de la vérité, s’il n’existe que des individus juxtaposés, alors à quoi bon discuter ? Mais s’il existe un ordre dans la nature, si le bien de l’homme est ce qui l’aide à atteindre sa fin ultime, s’il y a une communauté de destin dans l’humanité, s’il y a un projet de Dieu sur elle, alors le mystère de l’homosexualité s’éclaire un peu.

        Le côté provocateur et bling-bling des gaypride ou autres marches des fiertés a bien du mal à masquer les malaises liés à l’homosexualité. Certains qui se disent homos, n’arrivent même plus à regarder le sexe opposé dans les yeux, sans sentir une véritable gène ! D’autres, sont si maniérés dans leur mouvement que même les enfants les dénomment des « tantes ». Sont-ils nés maniérés ? Non ! Ils le sont devenus ! Et les enfants qui ont été violés par des adultes du même sexe, se disent souvent devenus infirmes envers l’autre sexe. C’est une réalité attestée par le milieu médical. Pourtant on ne peut plus utiliser la définition qui prévalait jusqu’à ce qu’on ne veuille plus l’entendre : « Trouble psychologique de l’identité sexuelle. » Trouble, malaise, blessure, angoisse… autant de manifestations de la souffrance, qui demande que l’on s’approche avec délicatesse de celui qui y est plongé.

        Le malaise gagne aussi l’entourage, qui sait rarement s’approcher de celui qui souffre. On le constate dans les réactions mal ajustées : silences, mots maladroits, attitudes d’incompréhension voire de rejet. Or il semblerait que le monde ait choisi aujourd’hui d’accuser la société tout entière d’être la cause de ce mal-être. Ainsi, l’incitation à l’out-coming ou encore la dénonciation incessante de l’homophobie, comme étant la source de tous les maux, empêche en fait souvent de se pencher sur les blessures du cœur de l’homme pour pouvoir les panser.

        A l’heure où les hétéros ne se marient plus, il est très étonnant de voir que les seuls à vouloir aujourd’hui se marier sont les homos et certains prêtres.

        Les tentatives de différents groupes de pression, pour banaliser les comportements homosexuels, entretiennent la confusion et relèvent de la manipulation. Une des tactiques consiste à assimiler toute critique ou réserve sur le style de vie des personnes homosexuelles à une forme de discrimination.

        Il est amusant de voir que certains, recherchant dans la Bible l’approbation tacite de l’homosexualité, voient en Abel le premier homosexuel de l’histoire… Mais est-il nécessaire de rentrer dans ce débat, tant il est impossible d’avoir de doute sur le jugement moral exprimé à propos des relations homosexuelles Gn 19, 1-29 ; Rm 1, 24-27 ; 1 Co 6, 10 ; 1 Tm 1, 10) ?

        Cela dit, il faut faire la distinction entre les tendances et les actes homosexuels. On ne peut pas enfermer une personne dans ses tendances, encore moins la définir à partir de celles-ci. Elle ne se réduit jamais à ses désirs ou inclinations, même les plus profondes : l’homosexualité ne constitue en aucune manière une identité.

        Et l’homosexuel n’est pas le seul à avoir ce genre de trouble de la sexualité ! Certains vont flasher sur un enfant, d’autres sur un animal, sur une personne handicapée, sur un vêtement……Les psychiatres connaissent parfaitement ces cas. Ni l’un ni l’autre n’est inné ! Et tout médecin sait que l’anus n’a pas une paroi adaptée aux rapports homos, contrairement au vagin. C’est une réalité ! On n’y peut rien.

        • Tarci dit :

          De toute façon, il y a plus de couples hétérosexuels à vouloir adopter un enfant que d’enfants adoptables. Autoriser l’adoption d’enfants par les duos homosexuels ne ferait que compliquer l’adoption d’orphelins. De plus, le choix sera certainement de privilégier un couple homme femme pour le développement de l’orphelin.

          Quand on parle d’adoption, il faut en effet savoir :
          . qu’un taux important des enfants français placés en institution n’est pas adoptable ;
          . qu’un nombre important de pays (la Russie par exemple) proposant des enfants à l’adoption internationale refuse d’accorder le transfert de l’enfant vers un pays ayant légalisé l’adoption par des duos homosexuels.

          Selon une étude des Pays-Bas, la durée moyenne d’un « mariage » homosexuel est d’un an et demi. On aura donc très rapidement des enfants ayant 3 ou 4 pères mais pas de mère (ou l’inverse).

          On vit véritablement une fin de civilisation !

          Pétition à signer !

          http://www.nonaumariagehomosexuel.com/

          • Andrée dit :

            Effectivement, en Belgique, l’adoption par 2 personnes du même sexe est autorisée depuis 2006. Mais aucune adoption internationale n’a été réalisée car les pays d’origine refusent que les enfants soient confiés à ces personnes. La Chine a inscrit dans ses critères de sélection qu’il fallait être un couple composé d’un homme et d’une femme. Les pays d’origine des enfants privilégient l’adoption nationale. En 2011, moins de 2000 enfants ont été adoptés en France contre 4000 au début des années 2000. Les candidats à l’adoption, eux, sont 30 000 à détenir un agrément.

            Autrement dit, non seulement la dénaturation du mariage privera des enfants du droit d’ avoir un père et une mère, mais cela privera aussi des couples de la capacité d’ adopter puisque les pays d’origine ferment leurs portes aux pays qui ont dénaturé le mariage.

            http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2012/09/11/01016-20120911ARTFIG00448-les-adoptions-internationales-fermees-aux-homosexuels.php

          • Ursule dit :

            A Andree

            En France, seuls 700 enfants par an sont candidats à l’adoption ! Alors que les couples « homme-femme » à désirer un enfant sont bien plus nombreux ! Quel est le fonctionnaire d’état qui préférera dans ce cas donner un enfant à un couple homo ? L’enfant plus grand, ne pourra-t-il pas lui demander des dommages et intérêts ?

            D’autre part, même au Parlement, on demande à ce qu’il y ait autant d’hommes que de femmes ! Pourquoi donc veut-on faire le contraire dans les familles ?

            De plus, le corps médical (médecins, psychiatres, psychologues) commencent à tirer la sonnette d’alarme ! : « Le désir de famille exprimé au travers de l’adoption par des couples d’homosexuels mariés est-il compatible avec l’intérêt supérieur de l’enfant que protège la Convention internationale des droits de l’enfant ? »

            Ce qu’en pense par exemple le pédopsychiatre Christian Flavigny, responsable du département de psychanalyse de l’enfant et de l’adolescent à l’hôpital de la Salpêtrière à Paris :
            « Il ne faut pas occulter les sentiments profonds de l’enfant et cette blessure narcissique originaire : pourquoi n’ai-je pas mérité d’avoir mon père et ma mère ?…Le mécanisme de pensée d’un enfant abandonné est de croire qu’il l’a été parce qu’il était un mauvais enfant. Il est spontanément en mésestime de lui-même. L’adoption par des couples d’hétérosexuels absorbe cette problématique au travers le message : nous t’attendions comme notre enfant…Dans la mesure où l’enfant sait qu’il est né d’un père et d’une mère, cette complétude entre les sexes va le restaurer dans sa blessure narcissique et donner un socle à sa construction psychologique. Or, s’il est adopté par exemple par deux femmes, il se demandera inévitablement : pourquoi n’ai-je pas mérité d’avoir mon père ?, et le fait qu’il n’ait pas mérité la voie royale va remonter à la surface….En créant une indifférenciation généralisée des « parents » au nom de l’égalité, on risque de brouiller non seulement les repères de l’enfant sur ses origines, mais aussi les mécanismes régulateurs de la famille, la différence des sexes jouant un rôle fondamental dans les interdits familiaux (l’inceste notamment). »

            La convention de la Haye sur l’adoption internationale n’évoque-t-elle pas le fait de « grandir dans un milieu familial et dans un climat de bonheur, d’amour et de compréhension pour l’épanouissement harmonieux de sa personnalité » ?

            • Otho dit :

              La directrice de l’Agence française de l’adoption n’a identifié que trois pays susceptibles de répondre favorablement aux couples homosexuels : certains États du Brésil et des États-Unis qui proposent des enfants de plus de sept ans souffrant de diverses pathologies ainsi que l’Afrique du Sud dont les coûts de procédures s’élèvent à plus de 20 000 euros, sans compter les frais d’avocat et de déplacement. Le « droit aux procréations artificielles » est donc la condition sine qua non pour rendre effectif le « droit à l’enfant pour tous ». Quant aux « couples » masculins, il leur reviendra toujours moins cher de faire appel à une mère porteuse indienne. La location d’utérus risque d’ailleurs d’être une démarche fort attrayante pour les gays car là encore les députés PS ont confirmé leur intention d’approuver rapidement la transcription sur les registres français de l’état civil des enfants conçus par gestation pour autrui (GPA) à l’étranger, créant un formidable appel d’air pour l’instrumentalisation des femmes des pays pauvres. Les délocalisations procréatives et la marchandisation du corps humain ont de beaux jours devant elles.

          • Carlos dit :

            A Andrée

            Une cour d’appel britannique vient de rejeter la demande d’une mère déchue de ses droits parentaux qui tentait désespérément d’éviter que ses deux garçons soient adoptés par un couple d’hommes homosexuels. (L’adoption homosexuelle est autorisée au Royaume-Uni depuis 2002.)

            Elle avait, en septembre dernier, fait l’objet d’un jugement décidant qu’elle était incapable de s’occuper de ses enfants en raison d’un grave problème d’alcoolisme. C’était alors que les deux garçons, âgés de 4 et 6 ans, avaient été proposés à l’adoption. Elle n’avait pas fait appel de cette décision. Ce n’est qu’en apprenant, en avril de cette année, le placement de ses enfants auprès d’un couple « gay » qu’elle a cherché à en récupérer la garde, s’astreignant à une cure intensive de désintoxication d’un mois et fréquentant désormais régulièrement les Alcooliques Anonymes. Arguant que les enfants avaient besoin de stabilité, le plus vite possible, la Cour a décidé que le couple, homosexuel, dont la candidature avait été étudiée avec soin par le conseil municipal de Camden et qui avait passé toutes les étapes de la sélection avec succès, était à même de fournir aux deux garçons le « foyer sûr et aimant » que leur mère et leur père étaient incapables de leur offrir.

            http://www.camdennewjournal.com/news/2012/oct/mother-fails-court-appeal-bid-stop-town-hall-placing-adopted-children-gay-couple

          • Andrée dit :

            A Carlos

            Avec l’autorisation des mariages homos et leurs adoptions d’enfants, vont commencer les vrais problèmes !
            Pour donner le sein on peut s’arranger :

            Mais quand les familles homos se séparent, c’est la catastrophe pour ces enfants ! Les psychiatres vont avoir du travail ! Car des gens déboussolés on va en fabriquer !
            http://tempsreel.nouvelobs.com/mariage-gay-lesbienne/20121025.OBS7127/quand-les-familles-homos-se-separent.html

            • Ursule dit :

              A Tonio
              Moi c’est avec le film Cria Cuervos de Carlos Saura que je crois que j’ai le plus entendu pleurer dans une salle :

            • Tonio dit :


              Un enfant voudra toujours connaître sa mère ! Un peu comme dans le film « l’incompris » de Luigi Comencini. Quand je l’ai vu au cinéma, toute la salle était en larme ! Incroyable !

              • Tonio dit :

                Témoignage d’Emma, jeune adoptée de 14 ans, née sous X, adresse un message personnel au Président François Hollande au sujet du projet de loi sur l’adoption pour les couples de même sexe. :

                Les enfants en attente d’adoption ne rêvent que d’avoir un père et une mère !

              • Andrée dit :

                Il y a aussi le témoignage de Kharla dans le journal Le Monde ! Elle avait été achetée au Brésil par ses parents français.

                Elle se bat en ce moment pour retrouver sa mère biologique et faire connaître la douleur des enfants adoptés frauduleusement. La jeune femme considère qu’elle ne s’en est jamais remise : « J’ai été volée et adoptée, ce vide qui m’écrase est terrifiant. » Depuis qu’elle connaît son histoire, Kharla n’a qu’un but : « Je veux retrouver ma mère biologique et je me bats pour la reconnaissance de la douleur des enfants issus de l’adoption. »

                Au-delà du besoin de connaître ses origines, elle se dit opposée au principe même de l’adoption, « excepté pour des cas particuliers, dans la même culture et la même région de naissance de l’enfant ».

                Qu’est-ce que cela va être quand les enfants adoptés par des homos vont crier leur souffrance de ne pas avoir eu un père et une mère !

  23. Engel dit :

    « Connaître son sexe et adhérer aux rôles et aux valeurs qui y sont attachées fait partie de la construction de l’identité individuelle et sociale »

    Si on prend pour une fille un petit garçon, il a des chances plus tard d’en souffrir.

    C’est sans doute pour cette raison que la crèche Bourdarias de Saint-Ouen en Seine-Saint-Denis ne fait pas la différence entre filles et garçons.

    Depuis avril 2009, les équipes de la crèche Bourdarias, formées avec un spécialiste suédois, pratiquent une pédagogie «active égalitaire». Dans la bibliothèque, un certain nombre d’ouvrages ont été censurés. Comme Petit Ours brun, jugé inopportun avec ses représentations de papa fumant le pipe en lisant le journal et de maman aux fourneaux. Quand les petites filles se rêvent en princesse, le personnel confisque diadèmes et robes roses et justifie :

    «Nous essayons d’ouvrir l’horizon de la princesse en lui proposant du bricolage mais sans l’empêcher de jouer à la princesse».

    En Suède, certains établissements vont jusqu’à prôner l’emploi d’un prénom neutre pour remplacer les traditionnels «il» et «elle». Cette pratique qui n’a pas (encore) cours à Bourdarias. Le pédopsychiatre Stéphane Clerget explique :

    « Il faut proposer à chaque enfant d’être garçon ou fille à sa manière, sans nier la différence des sexes comme le font des partisans de la théorie du gender. »

    On a envie de lui répondre, qu’il laisse faire les enfants par eux-mêmes ! Pas besoin de les diriger ou de les contrecarrer socialement !

    http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2012/09/07/01016-20120907ARTFIG00665-a-saint-ouen-on-lutte-contre-le-sexisme-des-la-creche.php

    • Patrick dit :

      On oublie dans tous çà la construction psychique de l’enfant !

      D’abord, un couple homosexuel n’est pas  » la même chose  » qu’un couple hétérosexuel. Et un homme ou une femme homosexuels sont  » capables  » d’élever un enfant. Ils le sont à l’évidence ni plus ni moins que n’importe qui.

      Mais il serait grave de faire vivre un enfant (et, avec lui, tous les autres) dans un monde où la différence des sexes serait conçue comme accessoire. Et on ne peut le comprendre que si l’on se situe du point de vue de l’enfant. Or, il faut le constater, l’une des caractéristiques de ce débat est que l’enfant en tant que personne, en tant que  » sujet  » en est absent. On parle d’un enfant-objet. L’idée qu’il y aurait une construction psychique de l’enfant – donc des conditions nécessaires à cette construction – semble ne venir à personne.

      Faisant fi d’un siècle de recherches, d’interrogations et de découvertes, les tenants de l’adoption s’appuient sur un discours lénifiant sur  » l’amour « , conçu comme l’alfa et l’oméga de ce dont un enfant aurait besoin. (Alors même que l’on sait que l’on peut détruire un enfant en  » l’aimant « , simplement parce qu’à l’instar, par exemple, des mères que l’on dit  » abusives  » on l’aime d’un amour qui l’emprisonne.)

      • Carlos dit :


        Gilles Bernheim, Grand Rabbin de France, donc la plus haute autorité religieuse du judaïsme français, a envoyé à François Hollande et Jean-Marc Ayrault un document de 25 pages pour expliquer son hostilité au projet de loi sur la dénaturation du mariage.

        « Ce que l’on entend : “ Le plus important, c’est l’amour. Un couple homosexuel peut donner beaucoup d’amour à un enfant, parfois même plus qu’un couple hétérosexuel.

        Ce que l’on oublie souvent de dire : L’amour ne suffit pas, même si la capacité des homosexuels à aimer n’est évidemment pas en cause. Aimer un enfant est une chose, aimer un enfant d’un amour structurant en est une autre. Il ne fait pas de doute que des personnes homosexuelles ont les mêmes capacités à aimer un enfant et à lui témoigner cet amour que des personnes hétérosexuelles, mais le rôle des parents ne consiste pasuniquement dans l’amour qu’ils portent à leurs enfants. Résumer le lien parental aux facettes affectiveset éducatives, c’est méconnaître que le lien de filiation est un vecteur psychique et qu’il est fondateur pour le sentiment d’identité de l’enfant. Toute l’affection du monde ne suffit pas, en effet, à produire les structures psychiques de base qui répondent au besoin de l’enfant de savoir d’où il vient. Car l’enfant ne se construit qu’en se différenciant, ce qui suppose d’abord qu’il sache à qui il ressemble. Il a besoin, de ce fait, de savoir qu’il est issu de l’amour et de l’union entre un homme, son père, et une femme, sa mère, grâce à la différence sexuelle de ses parents. Les enfants adoptés, eux aussi, se savent issus de l’amour et du désir de leurs parents, bien que ceux-ci ne soient pas leurs géniteurs. Le père et la mère indiquent à l’enfant sa généalogie. L’enfant a besoin d’une généalogie claire et cohérente pour se positionner en tant qu’individu.

        Ce qui pose problème dans la loi envisagée, c’est le préjudice qu’elle causerait à l’ensemble de notre société au seul profit d’une infime minorité, une fois que l’on aurait brouillé de façon irréversible trois choses:

        1/ les généalogies en substituant la parentalité à la paternité et à la maternité,
        2/ le statut de l’enfant, passant de sujet à celui d’un objet auquel chacun aurait droit,
        3/ les identités où la sexuation comme donnée naturelle serait dans l’obligation de s’effacer devant l’orientation exprimée par chacun, au nom d’une lutte contre les inégalités, pervertie en éradication des différences.

        • Engel dit :

          Le Conseil français du culte musulman (CFCM) vient de publier, sous la responsabilité de son président, Mohammed Moussaoui, un document officiel qui explique les raisons de son opposition à la dénaturation du mariage. Les musulmans français soulignent «l’unanimité de toutes les écoles juri­diques musulmanes» pour statuer sur la «non-conformité» du mariage entre 2 personnes de même sexe avec «les principes de la jurisprudence musulmane».

          http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2012/11/06/01016-20121106ARTFIG00611-mariage-gay-l-opposition-des-musulmans.php

          Les musulmans appellent le gouvernement à organiser un «débat serein et respectueux» sur le sujet, car ils veulent «contribuer» à «l’évaluation des choix pour notre modèle sociétal». Il y va en effet de la «transformation profonde d’une institution millénaire qui a permis à l’humanité de continuer à exister». «la mission du mariage ne peut pas être réduite à la reconnaissance d’un lien amoureux».

          Hors de question aussi de justifier l’adoption par des paires homosexuelles sous prétexte qu’ils donneront «de l’amour et de l’affection» à l’enfant, car cet enfant a «besoin» d’une «filiation réelle issue d’une mère et d’un père». Sans compter que l’adoption est conçue pour «alléger la souffrance d’un enfant abandonné tout en préservant sa filiation réelle» et non pas pour «satisfaire un projet ou un désir parental de personnes adultes en créant entre eux et l’enfant une filiation fictive».

          Le texte du CFCM insiste également sur les conséquences et dénonce «l’amorce d’un engrenage», car rien ne pourra juridiquement arrêter la demande de procréation médicalement assistée par ces homosexuels en vertu du simple «principe d’égalité» face à ce droit. L’autre conséquence : «Pourquoi imposer aux couples hétérosexuels et à leurs enfants la suppression des mentions (père et mère) dans leur état civil ?»

          Le CFCM s’interroge sur l’opportunité de légiférer sur un sujet qui «divise», alors que le nombre de personnes concernés est très faible.

      • Ursule dit :

        Ce qu’a enregistré notre cerveau durant sa plus tendre enfance :

        a une importance capitale dans la sexualité ! Petit exemple qui nous oblige quelquefois après à mentir :

        A l’extrême cela provoque des publicités de « mauvais goût », ce qui est embêtant pour une confiserie :

      • Otho dit :

        De nombreux pédiatres tirent à ce sujet la sonnette d’alarme !

        Jean-Paul Gallet, Jean Lalau Keraly, Jérôme Valleteau de Moulliac, François Condroyer écrivent : « Nous pédiatres, chargés de veiller au bon développement somatique et psychoaffectif des enfants de leur naissance jusqu’à la fin de l’adolescence, sommes extrêmement soucieux des bouleversements que cela risque d’occasionner dans leur construction. Nous savons déjà, en effet, les difficultés multiples vécues par les enfants adoptés par les familles hétérosexuelles, qui doivent assumer des traumatismes nombreux, liés à l’abandon et à la double identité familiale. Qu’en sera-t-il demain ?

        Il est évident pour nous que «le droit de l’enfant» doit primer sur «le droit à l’enfant». L’adoption est faite avant tout pour donner une famille à un enfant et non l’inverse. De plus elle doit être «crédible». Il n’y a pas pour nous de droit à l’enfant à n’importe quel prix, celui-ci ne devant pas être un objet mais un sujet au centre de toutes nos préoccupations. En aucun cas, l’intérêt général de ceux-ci ne peut se faire au profit d’une petite minorité parmi la minorité.

        Aucune étude, sérieuse à ce jour et non partisane, n’a prouvé l’absence de danger à venir d’une telle modification de la cellule familiale. En tout cas, il nous paraît essentiel que le principe de précaution, si souvent mis en avant dans beaucoup de domaines de la biologie, de la médecine ou de la science en général, soit avancé quand il s’agit d’un tel bouleversement dans l’éducation d’un enfant. À une époque où beaucoup de jeunes manquent de repères, ce projet risque de brouiller davantage la construction de leur personnalité.

        N’y aurait-il pas demain une nouvelle discrimination majeure si un enfant n’avait pas le droit dès la naissance d’avoir un père et une mère, comme la majorité des autres enfants. Que se passerait-il en cas de séparation de ces couples? La lutte contre les inégalités et la défense des minorités, tout à fait légitime en soi, ne peuvent en aucun cas être un prétexte pour nier les différences et la complémentarité entre un père et une mère. Ceux-ci, même séparés, restent indispensables à un enfant pour se construire et devenir adulte.

        Notre devoir de pédiatres nous impose de réagir car il est devenu évident pour nous que ce projet de loi se désintéresse complètement de l’avenir de l’enfant, qui a droit à une famille où il aura le maximum de chances de s’épanouir. »

        http://www.lefigaro.fr/mon-figaro/2013/01/06/10001-20130106ARTFIG00174-pas-de-droit-a-l-enfant-a-n-importe-quel-prix.php

    • Anne dit :

      Un petit garçon de 4 ans vient d’être autorisé à changer de prénom par un tribunal en Espagne au motif de sa « dysphorie de genre » constatée par un médecin. Luken est devenu « Lucia ». C’est la première fois que le tribunal de Tolosa dans province de Guipuzcoa, au Pays Basque accède à une telle demande. L’enfant, qui demeure dans la petite ville d’Asteasu, se sent fille : la justice en a pris acte, gravant dans le marbre le prénom féminin par lequel il est habituellement désigné.

      Il va sans dire que la démarche judiciaire est du fait des parents : ce sont eux qui ont saisi le juge en affirmant qu’il existe une « juste cause » pour passer outre au sexe biologique de leur fils. Ils fondaient leur demande sur la loi 3/2007 qui autorise le changement de prénom dans les registres d’état civil dès lors que la personne qui le sollicite peut justifier d’un diagnostic de dysphorie de genre à la suite d’un examen médical ou psychologique.
      http://infocatolica.com/?t=noticia&cod=25888&utm_medium=email&utm_source=boletin&utm_campaign=bltn160202&icid=384e8832450d7c0bb01666fb2ffbca0d

      Cette dysphorie est légalement définie en Espagne comme une « dissonance entre le sexe morphologique ou le genre physiologique initialement inscrit et l’identité de genre ressentie par le demandeur », pourvu qu’elle soit durable et qu’elle ne soit pas associée à un trouble de la personnalité.

      Parce que ce n’est pas un trouble de la personnalité ? Non, depuis que l’idéologie du genre a été intégrée dans la loi sous l’impulsion de Zapatero en Espagne. Voilà donc un enfant qui se voit finalement imposer une identité civile contraire à sa réalité alors qu’il est encore en maternelle : le jugement prend acte d’« une identité féminine extériorisée » par le petit garçon, « non seulement sur le plan physique mais également par son comportement, et ce malgré son jeune âge ». Il convient donc de le « traiter comme une femme ».

      Le tribunal a pris en compte le témoignage d’une compagne de classe – en maternelle, elle aussi… – qui a attesté du fait que Luken est appelée « Lucia » aussi bien à l’école qu’au village. Luken obtient l’autorisation de changer de prénom. La maman du petit garçon, Abigail Labayen, assure pour sa part que l’enfant a demandé dès l’âge de trois ans : « Même si j’ai un pénis, je peux être une fille ? » Depuis « toujours », il aimait les jouets, les déguisements, les vêtements féminins. « Cela a commencé comme un jeu auquel nous ne nous sommes pas opposés, mais à trois ans il a commencé à parler castillan à la maison pour pouvoir parler de lui au féminin, car en basque, que nous parlons, nous, les adjectifs sont neutres. Il disait : “Je suis jolie, je suis une fille.” »

      La famille a trois autres enfants de 3 à 7 ans, tous garçons. Ce sont eux qui ont trouvé le nouveau prénom de leur frère, qui en a été enchanté.
      http://www.elmundo.es/sociedad/2016/02/03/56b11272ca4741e1508b4619.html

      • Zoe dit :

        Au Pays basque espagnol. une fillette de 11 ans reçoit des injections pour bloquer la poussée des seins et l’apparition des règles. Malgré ses deux chromosomes X, l’enfant n’en démord pas depuis son plus jeune âge, elle pense être un garçon. À tel point qu’elle se fait appeler Leo, dans sa famille et à l’école.

        Dans la communauté autonome d’Euskadi, il est le premier mineur transgenre [« transsexuel » étant le terme psychiatrique désignant une personne atteinte d’un trouble mental, la dysphorie de genre] à recevoir un traitement pour stopper le développement de sa puberté. Les injections de Decapeptyl tous les 28 jours ont démarré au mois d’octobre dernier. Elles doivent freiner l’apparition des caractères sexuels secondaires. En l’occurrence, dans le cas de Leo, la poussée des seins et l’apparition des règles. Le traitement peut paraître lourd. À juste dose, les spécialistes assurent qu’il est réversible. L’enfant peut en effet décider de l’arrêter à tout moment.

        « Le but de ces injections est de lui donner du temps », commente la maman, Monika Zamora. « Du temps pour être convaincu de son choix : devenir un garçon. Mais aussi pour comprendre quelles seront les prochaines étapes s’il souhaite changer de sexe. » Celles-ci vont de la transition dite légale (changement d’état civil) à la transition médicale (injections de testostérone, voire une éventuelle phalloplastie). Si Leo souhaite amorcer cette phase médicale, le préadolescent pourra le faire à partir de 16 ans, âge de la « majorité sanitaire » en Espagne.

  24. Lino dit :

    C’est tout de même drôle cette histoire de mariage !

    Son sens est pourtant clair ! Le mariage est une forme particulière de vie commune. C’est le nom et l’institution juridique correspondant à l’engagement durable d’un homme et d’une femme qui souhaitent fonder une famille. Mais le mariage n’est pas un modèle universel. Il y a des célibataires, des concubins. Respecter vraiment les personnes homosexuelles, c’est les respecter aussi dans le fait de ne pas se plier au seul modèle du mariage, présenté ou perçu comme universel ou dominant.

    C’est se tromper sur la nature et la définition du mariage que de le considérer comme la reconnaissance sociale de l’amour, à laquelle pourraient aspirer tous ceux qui s’aiment sincèrement. On ne voit pas bien d’ailleurs l’utilité et la légitimité de la reconnaissance par les pouvoirs publics d’une relation amoureuse, la réalité la plus intime qui soit. Le mariage est en fait l’inscription de la filiation dans une institution stable, notamment pour protéger la mère (matri-monium) : il est en effet présumé que l’enfant d’une femme mariée a son mari pour père, avec les droits et les devoirs qui en découlent.

    Si le mariage est perçu comme un modèle attractif, c’est en particulier en raison des facilités économiques qui y sont liées. Mais celles-ci ne sont justifiées que par le soutien que la société estime devoir apporter à ceux qui contribuent à son renouvellement par la transmission de la vie et le travail éducatif. Il ne s’agit pas d’une « niche » fiscale et sociale, mais d’une prise en compte de l’apport spécifique de ce mode de vie à l’effort collectif. Détachées de cette justification, les contours économiques du mariage n’ont plus de raison d’être. Les célibataires devraient alors avoir exactement les mêmes droits que les « mariés ».

    L’orientation sexuelle n’a pas l’objectivité de l’identité sexuelle. L’expérience prouve qu’elle peut changer au cours de la vie et elle n’apparaît pas sur les cartes d’identité. Compte tenu de l’extrême souplesse de fait des obligations juridiques liées au mariage, rien n’empêcherait le cas échéant que deux hommes ou deux femmes totalement hétérosexuels se « marient » pour des raisons fiscales ou en vue d’un « regroupement » professionnel… Le mariage ne serait plus en réalité qu’une association contractuelle d’intérêts privés. On ne serait donc pas passé du PACS au mariage mais on aurait résorbé le mariage, institution sociale, dans le PACS, contrat privé. L’ouverture du mariage aux partenaires de même sexe reviendrait finalement à supprimer le mariage civil.

    Pourquoi le mariage unit-il deux personnes ? Parce qu’il s’agit d’un homme et d’une femme, en vue notamment de la procréation. Si l’on sort de ce modèle, pourquoi limiter à deux le nombre de partenaires ? C’est ainsi qu’un mariage à trois a été célébré au Danemark récemment. Dans le contexte français, la polygamie est devenue une question sociale sensible. Elle fait partie de l’expérience culturelle de certaines populations immigrées. Mais elle est aussi paradoxalement, certes sous une forme non juridique, le mode de vie assumé d’une frange de la population qui revendique ce droit aux partenaires multiples et simultanés. Le cas échéant, quels seraient donc les arguments probants qui permettraient de restreindre les ouvertures d’un « mariage » désormais détaché de son lien objectif avec la procréation ? Se posent d’ailleurs non seulement la question des partenaires multiples mais aussi celle des relations intrafamiliales ou intergénérationnelles.

    Le tout nouveau « code de la laïcité et de la liberté religieuse » justifie l’obligation de se marier religieusement que ceux qui se sont mariés civilement par un souci d’ « intégration dans l’espace public ». Si le mariage civil devenait totalement équivoque par rapport à ce que l’ensemble des religions entendent par mariage, cette lourde obligation du code pénal leur deviendrait inacceptable et elles demanderaient vraisemblablement sa suppression. Dans le contexte sensible de la montée des communautarismes en France, il y aurait là un facteur de désintégration sociale.

    L’adoption consiste fondamentalement à donner des parents à des enfants qui en sont dépourvus et non l’inverse. Ce qui est premier dans ce processus n’est donc pas le désir des parents mais le besoin des enfants. Faire en sorte que leurs parents adoptifs remplacent au plus près leurs parents biologiques est donc une priorité.

    La possibilité de l’adoption par des célibataires remonte aux lendemains de la guerre et s’explique au départ par un déficit de partenaires masculins pour les femmes et par une recrudescence du nombre des orphelins. On dira aujourd’hui que permettre l’adoption par le partenaire de même sexe d’un parent adoptif, c’est « sortir de l’hypocrisie ». En réalité, même si un parent adoptif a un partenaire de même sexe, le désigner comme un deuxième père ou une deuxième mère ne correspond pas à la réalité et constitue donc un mensonge. Il peut être légitime et opératoire en revanche d’établir un dispositif circonscrit de « délégation de l’autorité parentale pour les actes de la vie courante ».

    On dira souvent qu’il vaut mieux qu’un enfant soit adopté par des partenaires de même sexe plutôt que de ne pas être adopté de tout. Chacun sait qu’en réalité cette question ne se pose pas puisque le nombre d’enfants adoptables est moins important que les demandes de parents adoptifs. En revanche, comme l’évoque un film récent, un certain nombre de pays refusent que leurs ressortissants soient adoptés par des parents provenant de pays où l’adoption par des partenaires de même sexe est autorisée. S’il y avait une légalisation en France, un grand nombre de pays interrompraient l’adoption internationale vers notre pays, ce qui diminuerait considérablement les possibilités d’adoption pour les familles françaises.

    L’aide médicale à la procréation peut sembler changer les règles de la parenté. Mais qu’on le veuille ou non, tout enfant, même s’il est né grâce à une insémination artificielle ou une fécondation in vitro, n’a pas deux pères ou deux mères : il a un père et une mère biologiques. Certains hommes vivant avec un partenaire de même sexe souhaiteraient, pour adopter des enfants, recourir à la gestation pour autrui. Celle-ci est actuellement rejetée et par la majorité (position du Gouvernement pendant la révision de la loi de bioéthique) et par l’opposition (vote du Conseil National du PS en décembre 2010) comme gravement attentatoire à la dignité des femmes. La coïncidence des revendications n’appelle-t-elle pas en retour à une cohérence du discernement ?

    • Patrick dit :

      Cela ne sera pas si drôle que çà pour l’enfant !

      C’est lui qui est le grand absent dans les débats ! Prétendre le priver délibérément d’un père ou d’une mère, dans le cadre d’un processus adoptif, est en réalité une grave injustice et une discrimination vis-à-vis des autres enfants. Et c’est donc un comble qu’une telle perspective soit revendiquée par un ministre de la Justice, au nom d’une prétendue « exigence d’égalité ». « Ce n’est pas parce que les accidents de la vie conduisent un certain nombre d’enfants à souffrir de l’absence d’un père ou d’une mère, ou de ruptures toujours douloureuses entre leurs parents, que l’on peut se permettre de programmer de pareilles souffrances.

      Tout enfant nait d’un père et d’une mère biologiques, quelles que soient les fictions qu’on lui impose avec les termes mensongers d’ « homoparentalité » et d’ « homofiliation », non ?

      A quand l’ouverture d’Etats Généraux pour ouvrir un débat autour de l’enfant et de la filiation ? Curieusement, la ministre semble pour le moment décidée à éviter ce débat, alors qu’elle affirme dans le même temps que « l’intérêt de l’enfant est une préoccupation majeure du gouvernement. »

      Elle doit elle aussi faire partie de ce groupe de menteurs affilié au Nouvel Ordre Mondial !

      • Luc dit :

        D’un point de vue juridique, le mariage civil n’a pas à relever ni du domaine sentimental ni d’un désir de reconnaissance, visant à satisfaire des revendications particulières. Mais il doit être exclusivement un cadre juridique offrant les garanties d’un environnement le plus stable possible pour la croissance d’un enfant ! C’est l’intérêt général de la société.

        N’est-ce pas pour cette même raison que le mariage interdit par exemple la polygamie, l’union entre personnes de la même famille, ou encore pose une condition d’âge pour les époux ?

        Au regard de cette définition inscrite au cœur de notre code civil, il apparaît clairement que le mariage n’a pas vocation à favoriser le droit  » à  » l’enfant, qui relève d’un désir d’adulte, mais bien les droits  » de  » l’enfant, en lui reconnaissant sa dignité de personne.

        C’est ainsi que l’examen fondé uniquement sur la raison permet de comprendre que l’amour entre deux personnes du même sexe et leur désir de fonder une famille, bien que sincères, ne suffisent pas à autoriser leur union et le droit à l’adoption. La conception d’un enfant est toujours issue de la différence sexuelle de ses géniteurs auprès desquels il a vocation à s’épanouir. Le priver par anticipation du bénéfice de l’altérité sexuelle de ses parents n’est conforme ni à sa nature ni à son intérêt. Cela revient à l’exposer volontairement à des difficultés d’identification et de structuration de sa personnalité. Si le mariage civil prévoit la complémentarité homme-femme, c’est essentiellement parce que l’enfant a besoin d’un père et d’une mère.

        Comment cela se fait-il que nos psychologues et psychiatres patentés n’interviennent que si peu dans le débat ? Ils connaissent pourtant bien les conséquences de l’absence d’un père ou d’une mère sur la formation du futur adulte !

        • Tonio dit :

          C’est une idée à 100% franc-maçonne cette histoire de mariage homo et d’adoption.

          Chez les Catholiques c’est vu comme un péché. Le cardinal Philippe Barbarin, archevêque de Lyon (centre-est), déclara que le mariage homosexuel ouvrirait la voie à la polygamie et à l’inceste….

          Et bien qu’écrit le journal du lobby gai Têtu ? « On les appelle les «pluri» (pour pluriamoureux), les «triades» ou encore les «trouples», mot-valise composé de «trois» et de «couples», autant d’expressions pour définir une même aventure, celle de s’aimer à plus de deux. On pourrait croire ces configurations amoureuses exceptionnelles? Pas si sûr… Il s’agit toujours d’une histoire d’amour préexistante à laquelle vient s’ajouter un troisième partenaire. En couple pendant plus de cinq ans, Sylvain, 32 ans, et Yoann, 41 ans, forment désormais un trio amoureux avec Jérémy, 29 ans. Depuis plus de trois ans, ils vivent ensemble dans le 20e arrondissement de Paris. »

          Dans l’islam, le mariage est « un pacte fondé sur le consentement mutuel en vue d’établir une union légale et durable, entre un homme et une femme, et ayant pour but de fonder une famille stable ».

          http://www.lemonde.fr/societe/article/2012/09/18/pour-les-musulmans-le-mariage-unit-un-homme-et-une-femme_1761699_3224.html

          Dans le judaïsme, idem, le mariage homo n’est pas reconnu :

          http://www.lexpress.fr/actualites/1/styles/la-controverse-enfle-autour-du-mariage-homosexuel-en-france_1162598.html

          • Andrée dit :

            Les homos ont souvent de multiples partenaires sexuels. Ils ont tout intérêt à vivre dans le concubinage. Pourquoi ?

            Un concubin, à la différence d’un époux, n’est jamais solidaire du remboursement de la dette contractée par l’autre, même s’il s’agit d’une dette pour l’entretien du ménage ou à l’entretien des enfants…. Les juges refusent donc qu’un organisme de crédit demande un remboursement au concubin qui n’a rien signé. Et ceci, même s’il a procédé à des remboursements à la place de l’autre ou a toléré pendant des années le prélèvement mensuel sur son compte bancaire personnel.

            D’autre part, les concubins ne sont pas chargés d’une obligation alimentaire à l’égard des parents de leurs partenaires. contrairement aux époux légitimes.

          • Patrick dit :

            Franc-maçonne et sioniste ! On y retrouve les mêmes !

            « Une réforme légitime, nécessaire et progressiste », annonce l’éditorial du Monde, en une du numéro du dimanche 18 et lundi 19 novembre 2012. Pas étonnant ! Ce journal est devenu une poubelle à propagande de ces gens.

            On ne trouve pas, dans l’histoire, d’union homosexuelle et homoparentale institutionnalisée.

            TF1, France 2, M6, BFM TV, i>télé, KTO, Yagg… Nouvelles de France propose de (re)visionner tous les reportages qui ont traité des manifs pour tous de ce samedi :

            http://www.ndf.fr/poing-de-vue/18-11-2012/manifs-pour-tous-ce-quen-a-dit-la-television

            Dans la « Petite histoire du couple et de la sexualité » (CLD, 2008) de Michel Rouche, professeur émérite à la Sorbonne : il y est question de tous les avatars du mariage, depuis le matriarcat païen jusqu’au mariage chrétien, en passant par le mariage du Code civil, mais jamais de l’homosexualité, qui n’a nulle part suscité des unions publiquement reconnues par la société.

            Dans « l’Histoire du mariage » (Bouquins, 2009), un ouvrage collectif signé par une quinzaine de chercheurs. Le volume aborde le mariage en Égypte, en Mésopotamie, dans le monde juif antique, en Grèce, à Rome, en Occident, en Islam, en Inde, en Chine et au Japon : nulle part, en aucun temps, il n’y a trace de mariage homosexuel.

            Il est donc avéré que la proposition 31 du programme présidentiel de François Hollande veut imposer à la société française un bouleversement anthropologique qui n’a pas de précédent dans l’histoire de l’humanité. Il n’est pas étonnant, alors, que plusieurs centaines de milliers de personnes aient dit non, dans la rue, ce week-end.

            http://www.tradi.free.fr/lamanifpourtous2012/index.php?show_heading=list&dir=lamanifpourtous2012
            Ni que cette foule immense et pacifique, mais heurtée au tréfonds d’elle-même, grossisse encore le 13 janvier prochain.

            http://www.bvoltaire.fr/jeansevillia/mariage-homo-pas-de-precedent-dans-lhistoire,3938

      • Lino dit :

        Oui, c’est l’enfant qui va en souffrir !

        Et déjà n’en souffre-t-il pas avec les couples non mariés ? Ceux-là se séparent avec une fréquence 300-400% fois supérieure à celle des couples mariés ! De plus le niveau de violences domestiques est nettement plus haut chez les couples non mariés que chez les couples mariés. Les familles monoparentales sont également associées à la dépression chez les femmes, 15% des mères célibataires ont souffert d’un épisode dépressif majeur dans les 12 derniers mois, comparativement à 7% pour les autres femmes.

        Pour les couples ayant des relations homosexuelles, ils durent en moyenne un an et demi. De plus, les hommes homosexuels ont en moyenne 8 partenaires par an, en dehors de leur relation principale.

        Les chiffres de l’infidélité dans le courant d’une année pour les gens mariés hétérosexuels ne dépassent pas le taux de 5% pour les hommes et 3% pour les femmes. Avec ceux de l’infidélité gay on arrive à 54,8% et ceux des lesbiennes à 14%.

        Pauvres enfants adoptés dans ces conditions !

    • Anne dit :

      Jean-Baptiste Jusot dans son article sur le mariage a une idée pas si farfelue que çà :

      Mettre en place le régime du concordat sur l’ensemble du territoire de la République. Ainsi, les ministres du culte deviendraient officiers d’état civil. Les couples hétéros qui le désirent et qui souhaitent donner une autre dimension à leur union convoleraient uniquement devant le curé, l’imam, le pasteur ou le rabbin sans avoir à passer préalablement devant monsieur le Maire. Le mariage civil serait réduit à sa plus simple expression : un contrat signé entre deux personnes qui souhaitent vivre ensemble et protéger leur patrimoine.

      http://www.bvoltaire.fr/jeanbaptistejusot/vive-le-mariage-religieux-vive-la-republique,705

    • Andrée dit :

      La loi projetée risque fort d’être entachée d’inconstitutionnalité pour plusieurs raisons :

      1- Elle prétend conférer un même droit de la famille à tous les couples qu’ils soient du même sexe ou de sexes différents. Le mariage étant à la fois un contrat entre adultes et un cadre juridique pour l’accueil et l’épanouissement du ou des enfants qui peuvent s’en suivre, ouvrir ce cadre à des couples homosexuels, c’est le dénaturer et légaliser que des enfants puissent être élevés dans un environnement déséquilibré. Une telle situation serait inconstitutionnelle en regard de l’article 1er de la Charte de l’Environnement annexée à la Constitution par lequel : “Chacun a le droit de vivre dans un environnement équilibré et respectueux de la santé.”

      2- Substituant le terme de parent ou de conjoint à celui de mère, la loi projetée fait fi d’une autre pièce annexée à l’actuelle Constitution, en l’occurrence le Préambule de la Constitution de 1946 qui en ses articles 10 et 11 stipule d’une part : La Nation assure à l’individu et à la famille les conditions nécessaires à leur développement, d’autre part Elle garantit à tous, notamment à l’enfant, à la mère et aux vieux travailleurs, la protection de la santé, la sécurité matérielle, le repos et les loisirs. Le terme de mère étant constitutionnel, il ne peut être question d’en substituer un autre sans modification de la Constitution.

      3- Enfin sont opposables au projet de loi les articles 3-1 et 18-1 de la Convention Internationale du 20 novembre 1989 sur les Droits de l’Enfant, ratifiée en 1990 par la France : Article 3-1 : Dans toutes les décisions qui concernent les enfants, qu’elles soient le fait des institutions publiques ou privées de protection sociale, des tribunaux, des autorités administratives ou des organes législatifs, l’intérêt supérieur de l’enfant doit être une considération primordiale. Article 18-1: Les États parties s’emploient de leur mieux à assurer la reconnaissance du principe selon lequel les deux parents ont une responsabilité commune pour ce qui est d’élever l’enfant et d’assurer son développement. La responsabilité d’élever l’enfant et d’assurer son développement incombe au premier chef aux parents ou, le cas échéant, à ses représentants légaux. Ceux-ci doivent être guidés avant tout par l’intérêt supérieur de l’enfant. Dans cet article 18-1 il est patent que les deux parents sont les parents naturels, donc un homme et une femme. De par la combinaison des deux articles, un État se met en infraction s’il accorde à des homosexuels des prérogatives de parents.

      Bref, la loi projetée, même votée ne sera probablement pas applicable ! Et tant mieux pour les enfants !

    • Tom dit :

      Le sens du mariage selon le dictionnaire :

      – Mariage : union légale d’un homme et d’une femme (Dictionnaire de la langue française, Editions de la Connaissance, 1995).
      – Mariage : union légale de l’homme et de la femme (Nouveau Petit Larousse illustré, Librairie Larousse, 1924).
      – Mariage : acte solennel par lequel un homme et une femme établissent entre eux une union dont les conditions, les effets et la dissolution sont régis par les dispositions juridiques en vigueur dans leur pays (en France, par le Code civil), par les lois religieuses ou par la coutume (Le Petit Larousse illustré, Larousse, 2011).
      – Mariage : union légitime d’un homme et d’une femme (Dictionnaire Hachette de la langue française, Hachette, 1980).
      – Mariage : union d’un homme et d’une femme consacrée soit par l’autorité ecclésiastique, soit par l’autorité civile, soit par l’un et par l’autre (Petit Littré, Gallimard Hachette, 1959, et LGE, 1980).
      – Mariage : union légale d’un homme et d’une femme (DFC, Larousse, 1971).
      – Mariage : union légitime d’un homme et d’une femme (Dictionnaire Hachette encyclopédique, 1996).
      – Mariage : union d’un homme et d’une femme par le lien conjugal (Dictionnaire des dictionnaires français, Paris, 1835).

  25. Ursule dit :

    L’université franciscaine (donc catholique) de Steubenville, dans l’Ohio, fait l’objet d’une enquête de la part de l’agence nationale de l’Administration américaine chargée d’agréer les cursus universitaires de « travail social » au motif que l’un des cours dispensés dans cette université présente l’homosexualité au nombre des comportements déviants.

    Il est difficile de ne pas voir dans cette attaque visant un établissement catholique un nouvel épisode de la guerre qui est faite à l’Eglise pour qu’elle cesse de dire ce qu’elle a toujours dit sur le comportement homosexuel ! Pour elle, l’adultère, la fornication, la pornographie, la prostitution, le viol, les actes homosexuels ou pédophiles sont des péchés !

    Le jour où elle dira le contraire, l’Eglise ne pourra plus se dire catholique ! On ne voit pas non plus un rabbin ou un Imam accepter l’homosexualité ! On a donc là un état dictatorial !

    http://www.lifesitenews.com/news/breaking-franciscan-u-of-steubenville-faces-sanction-for-teaching-homosexua

    En encourageant ainsi les perversions sexuelles, les USA vont devenir comme le Japon ! la vente de couches pour adultes dépasse désormais celle pour bébés :

    http://lci.tf1.fr/monde/asie/japon-les-ventes-de-couches-pour-adultes-prouvent-le-vieillissement-7239464.html

  26. Anne dit :

    « Connaître son sexe et adhérer aux rôles et aux valeurs qui y sont attachées fait partie de la construction de l’identité individuelle et sociale. »

    Oui, mais on peut faire l’inverse ! ne pas aider l’enfant à reconnaitre son sexe, en encourageant par exemple une fille à avoir un comportement de garçon.

    ou la théorie du genre en application dans les crèches

    Bienvenue à la crèche Bourdarias, à Saint-Ouen : depuis 2009, l’équipe se mobilise pour lutter contre les stéréotypes de genre qui assignent les enfants à des rôles différents en fonction de leur sexe.

    « On encourage les filles à manier le marteau à l’atelier bricolage, et les garçons à s’exprimer à l’atelier émotions », explique David, un des éducateurs.

    Cette expérience pilote intéresse le gouvernement : le 7 septembre, la crèche a reçu la visite de Najat Vallaud-Belkacem, ministre des Droits des femmes, et de Dominique Bertinotti, ministre déléguée à la Famille. Elles ont affirmé clairement leur désir de multiplier ce type de dispositif. « C’était mon premier projet en arrivant à ce ministère », a expliqué Najat Vallaud-Belkacem.

    http://madame.lefigaro.fr/societe/exit-baby-machos-110912-279062

    Ils sont tous devenus timbrés ces politiciens ! Pauvres enfants !

  27. Ursule dit :

    Les vrais Juifs sont contre le mariage homo !

    Le Grand Rabbin de France a été reçu jeudi 27 septembre 2012 par le ministre de la Justice, Christiane Taubira.

    « On peut se demander quelle urgence a fait que le gouvernement ait, au cœur d’une profonde crise économique, lancé le projet d’une loi qui inscrit le mariage homosexuel dans la normalité de l’état civil… L’enjeu n’a rien à voir avec « l’égalité des droits » comme il est avancé. Le PACS suffisait déjà comme disposition juridique destinée à apporter une solution pratique aux couples homosexuels. La famille est fondée sur un couple composé des deux sexes, de sorte que l’un est père, l’autre, mère. Tout le psychisme humain et pas seulement la société est fondé sur cette double dimension…Avec cette loi, tous les dérapages deviennent possibles. Il existe déjà aux États Unis ce que l’on appelle la multi-parentalité, des couples composés de plusieurs adultes, hommes et femmes, vivant dans la promiscuité sexuelle et élevant ensemble leurs enfants qui ont ainsi plusieurs pères et mères. Et combien d’autres dévoiements sont possibles… »

    http://www.jforum.fr/forum/france/article/le-mariage-homosexuel-un-combat

    Comme quoi il y a bien une différence entre les sionistes francs-maçons et les vrais Juifs !

    • Anne dit :

      Sur le plan sociétal, fiscal, juridique… le mariage homo n’apporte rien de plus !

      Depuis longtemps déjà, le droit pour deux personnes homosexuelles de vivre ensemble a été reconnu. C’était déjà l’objet de la loi de 1999 créant le PACS qui permettait de donner un cadre contractuel à une union. Et depuis 2001, un couple homosexuel vivant dans une relation conjugale depuis plus de 12 mois, bénéficie en outre des mêmes avantages fiscaux qu’un couple « marié ». Sans oublier que la loi n° 85-772 du 25 juillet 1985 portant diverses dispositions d’ordre social, a complété le code pénal en introduisant des dispositions protégeant les personnes contre les discriminations liées à leurs mœurs, et a déjà profondément institutionnalisé l’égalité entre hétéro et homosexuels et plusieurs décisions de justice ont conduit les tribunaux à montre l’efficacité de cette loi.

      • Engel dit :

        Ils vont avoir beaucoup de mal à obliger certains maires à pratiquer ces mariages ridicules !

        Particulièrement dans les pays où les gens sont proche de la nature ! En Corse par exemple !

        http://www.corsematin.com/article/ajaccio/certains-maires-corses-ne-celebreront-pas-les-mariages-gays.763559.html

        La désobéissance civile est ici nécessaire. Elle exprime le devoir qu’a l’être humain de désobéir aux lois contraires à ce que lui dicte sa conscience morale. Car en quoi ce régime qui nie la loi naturelle est-il légitime ? Pourtant il admet-il l’objection de conscience ! Alors ?

        • Luc dit :

          Ils mentiront comme ils savent si bien le faire ! Et tout le monde ou presque acceptera leurs mensonges !

          Les médias ne font que çà !

          Exemple :

          Dans le journal télévisé de 13 h présenté par Claire Chazal, on voit s’incruster sur l’écran un insert où l’on reconnaît le visage du pape et où l’on peut lire : « Combattre le mariage homosexuel n’est en rien rétrograde. Le Pape Benoît XVI »

          Or, dans son allocution, le pape n’a pas parlé de « combattre le mariage homosexuel », mais il a déclaré : « défendre la vie et la famille dans la société n’est en rien rétrograde ».

    • Luc dit :

      Les partisans de la dénaturation du mariage vont devoir censurer le livre le plus vendu dans le monde : la Bible ! Car depuis que l’homme existe, on n’a jamais accepté de marier deux hommes ou deux femmes ! Même la nature ne le prévoit pas !

      • Lévitique 20, 13 : « Si un homme couche avec un homme comme on couche avec une femme, ils ont fait tous deux une chose abominable ; ils seront punis de mort : leur sang retombera sur eux. »
      • 1 Corinthiens 6, 9-10 : « Ne vous y trompez pas: ni les débauchés, ni les idolâtres, ni les adultères, ni les efféminés, ni les invertis, ni les voleurs, ni les cupides, ni les ivrognes, ni les insulteurs, ni les accapareurs n’hériteront le royaume de Dieu. » etc…

      L’église est bien entendu contre :

      • Saint Thomas d’Aquin : Le péché contre-nature entraîne la perte de la charité et la privation de la grâce sanctifiante, c’est-à-dire de l’état de grâce. S’il n’est pas racheté par le repentir et le pardon de Dieu, il cause l’exclusion du Royaume du Christ et la mort éternelle de l’enfer, (…). C’est le plus grave des péchés dans le genre de la luxure qui concerne, par définition, ce qui viole l’ordre et la mesure de la raison dans le domaine sexuel. Offensant la nature, il constitue une grave injure contre Dieu, son ordonnateur. (…) Un péché plus grave que le péché de bestialité.
      • Gabi dit :

        Il y a la censure ou la calomnie !

        Le 12 octobre en Grèce, une pièce américaine décrivant Jésus Christ comme un homosexuel a provoqué des tensions. La police a interpellé une trentaine de personnes qui tentaient d’empêcher l’entrée au public dans un théâtre d’Athènes.

        Montée à New York en 1998, Corpus Christi, écrite par Terrence McNally, met en scène Jésus et les apôtres tous décrits comme des homosexuels vivant dans le Texas d’aujourd’hui.

        A noter que Mc Nally, inverti notoire, a reçu de nombreuses récompenses : Quatre Tony Awards, un Emmy, Deux Guggenheim Fellowships, un Rockefeller Grant, un Lucille Lortel Award et un Hull-Warriner Award. Traduction : les sionistes sont très contents de lui et de ses mensonges !

        http://www.20min.ch/ro/news/monde/story/Un-J-sus-homosexuel-f-che-les-n-o-nazis-17109580

    • Andrée dit :

      Azzedine Gaci, ex-président du Conseil régional du culte musulman rhônalpin et recteur de la mosquée Othmane à Villeurbanne, a défilé ce samedi 17 novembre à Lyon aux côtés de Mgr Barbarin pour défendre le mariage.

      Son témoignage : « A Lyon, nous étions six imams à défiler aux côtés du cardinal Barbarin et nous avons appelés à manifester lors du prêche de la prière du vendredi. Moi-même, je suis revenu sur l’importance de ce débat de société deux vendredis de suite. Néanmoins, je pressentais que cela ne suffirait pas à mobiliser les gens. La plupart des musulmans ne se sentent pas concernés et ne voient pas quelles conséquences cela aura dans leur vie quotidienne….Il faut reconnaître qu’il y a une certaine paresse intellectuelle chez les musulmans pour débattre d’autres sujets que les deux qui préoccupent essentiellement mes coreligionnaires : la Palestine et l’islamophobie ».

      • Benoit dit :

        Il y a une autre raison ! Si de nombreux mouvements islamiques s’empressent de défier les autorités quand il s’agit de viande halal ou de foulard, ils semblent tout à coup très faiblards quand on se met à parler d’homosexualité ! Pourquoi ? Tout simplement parce que ces mouvements sont en sous-main, dirigés par les sionistes. Les mêmes qui prêchent pour la pilule, l’euthanasie, l’avortement, les déviances sexuelles ! Le but des sionistes est de gouverner le monde. Mais comme ils sont peu nombreux, ils doivent tout essayer pour que la terre supporte le moins de gens possibles.

        Ce qui n’est pas le but actuel des Russes ! Le président Poutine a enjoint les Russes à concevoir plus d’enfants, au moins trois par famille, sous peine de voir le pays s’appauvrir.

        « Il faut mettre en place des conditions favorables, tout d’abord pour les femmes, afin qu’elles n’aient pas peur que la naissance d’un deuxième et d’un troisième enfant ne mette un frein à leur carrière ».

        Afin d’atteindre cet objectif, il a précisé que les autorités russes examinaient actuellement les moyens d’encourager financièrement les familles.

        « Si la nation n’est pas capable de se préserver et de se reproduire…. alors on n’a même pas besoin d’un ennemi extérieur, car tout s’écroulera tout seul…pour que la Russie soit souveraine et forte, nous devons être plus nombreux ».

        La Russie a perdu plus de cinq millions d’habitants depuis la chute de l’URSS en 1991

        http://lci.tf1.fr/monde/le-commandement-de-poutine-au-peuple-russe-trois-enfants-par-7724276.html

  28. Tom dit :

    On ne peut pas s’empêcher de penser que l’enfant d’un couple homo souffrira toujours de manquer d’un papa ou d’une maman. Les orphelins ne sentent-ils pas eux aussi cette absence toute leur vie ?

    Élever un enfant en le sachant n’est purement que de l’égoïsme !

    Ce François Hollande est un pauvre type !

    • Anne dit :

      Que voulez-vous Tom, le diable a évolué ! Avant il ne s’attaquait qu’aux couples !

      • Ursule dit :

        Maintenant il s’attaque aux plus jeunes : Ici Maurice Gutman du CRIF s’attaquant à une petite fille d’une douzaine d’années sur le net :

        Et la première expérience va les influencer toute la vie ! Pourquoi personne ne leur dit ?

        • Benoit dit :

          Jean Pierre Mocky le dénonçait depuis longtemps !

          Mais il parlait de notables ! Il en a même fait un film qui fut censuré :

          • Tom dit :

            Ce qui est très drôle, on se rappelle que la BBC diffusait des intox sur la complicité de Benoît XVI à propos des prêtres coupables d’abus !

            La BBC est maintenant accusée d’avoir fermé les yeux sur les abus sexuels sur mineures, commis entre 1959 et 2006 par Sir Jimmy Savile, un ancien animateur star de la chaîne de télévision publique, mort en 2011. Une enquête interne doit se pencher sur les solides complicités dont bénéficiait Jimmy Savile, en particulier parmi le personnel technique et de réalisation.

            http://www.lemonde.fr/europe/article/2012/10/15/la-bbc-eclaboussee-par-un-scandale-de-pedophilie_1775648_3214.html?xtmc=la_bbc_eclaboussee_par_un_scandale_de_pedophilie&xtcr=1

          • Engel dit :

            Encore plus drôle !

            La Cour d’Appel d’Aix-en-Provence a jugé (CA Aix en Provence 1er octobre 2008) que le refus d’entretenir des relations sexuelles dans le cadre du mariage est « injurieux » pour le conjoint et constitue une violation grave des devoirs et obligations maritales rendant intolérable le maintien de la vie commune !

            Que pourrait prévoir le Législateur pour éventuellement permettre à un homosexuel masculin officiellement marié et demandant le divorce pour non consommation du mariage, de prouver valablement ses dires quand son conjoint affirmerait au contraire que l’union a bien été consommée ?

            De plus, tout médecin dira que l’anus n’est pas prévu par la nature pour recevoir le sexe d’un autre ! Alors ? La consommation du mariage se fait comment ? Par fellation ?

          • Ursule dit :

            Satanisme et trafic d’enfants par Ted Gunderson, ancien chef du FBI à Los Angeles jusqu’en 1979.

            Dans la communauté juive aux USA, les cas de pédophilie ne sont pas rares mais souvent cachés. Curieusement, les médias, s’ils parlent amplement de ceux mettant en cause des chrétiens, étouffent les cas juifs :

            Il en est de même pour une autre spécialité juive, les trafics d’organes, particulièrement aux endroits où la guerre sévit comme cela fut le cas au Kosovo, l’Irak etc….

          • Gabi dit :

            Les femmes ont un avantage ! Pas de besoin de sexe ni de ses doigts pour connaître l’orgasme :

            http://www.lepoint.fr/actu-science/femmes-pas-besoin-de-sexe-pour-connaitre-l-orgasme-20-03-2012-1443070_59.php

          • Andrée dit :

            Tout le système politique est corrompu. De plus ils profitent de leur immunité. Cette collusion politique et financière que l’on remarque va jusqu’à être criminelle. Pour faire partie du sommet il faut accepter de se dégrader moralement et aller jusqu’à pratiquer des actes pédophiles !

      • Atlas dit :

        Le mariage et l’adoption d’enfants par les homos ne sont qu’une étape pour ces gens qui ne rêvent que de chair fraîche et innocente !

        La commission de l’ONU sur la population et le développement est en train d’étudier un document visant à faire bénéficier de droits sexuels et procréatifs pour les enfants à partir de 10 ans. Même le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-Moon y est favorable. comme quoi, l’élite est bien malade ! L’année dernière déjà, le rapporteur général de l’ONU pour la santé, Anand Grover, a provoqué une grande controverse : non seulement il affirmait l’existence de droits sexuels et procréatifs, mais il tentait d’y inclure l’accès à l’appartement, la contraception, et l’éducation sexuelle.

        Des organisations internationales comme International Planned Parenthood (IPPF) ou IPAS, grands lobbys favorables aux droit sexuels et procréatifs pour les mineurs internationalement et aux Nations unies, ont déjà publié plusieurs rapports officiels auprès du bureau de la conférence, qui soutiennent un langage favorable au droit à la contraception et à l’avortement. Ils utilisent aussi la conférence comme une tribune permettant d’attaquer l’engagement des parents dans la santé sexuelle de leurs enfants. Selon les organisations comme IPPF, les parents sont le plus grand obstacle dans l’accès des mineurs à des services comme l’avortement ou la contraception, c’est pourquoi elles travaillent à faire admettre un langage officiel qui marginaliserait leur rôle.

        Dans sa déclaration officielle,IPPF affirme, « les législations qui restreignent l’accès des jeunes aux services de santé sexuelle et procréative, et même celles qui prévoient un consentement obligatoire des parents ou du conjoint » doivent être soit abrogées, ou rester inappliquées. IPAS va encore plus loin et affirme que les jeunes doivent être considérés comme des acteurs indépendants et libres de tout obstacle qui ignorerait leurs propres « capacités à prendre des décisions informées ». Leur but principal à cette conférence consiste à marginaliser l’engagement parental et à encourager les Etats qui soutiennent leur position à augmenter la pression favorable à ce type de langage.

        • Anne dit :

          On prêche l’austérité dans tous les services ! Par contre pour l’avortement on décide d’un remboursement à 100% grâce à une rallonge de 15 millions d’euros. ! Et voilà maintenant que Bertrand Delanoë accorde 40 000 euros de subvention à Paris Foot Gay, pour « conduire des actions de sensibilisation, en partenariat privilégié avec le PSG et la Licra […] contre l’homophobie dans le football ».

          Lors du même conseil municipal, 3 000 euros ont été accordés à la Coordination Lesbiennes en France, qui a « montré l’originalité, la force, la pertinence des positions et actions politiques des lesbiennes au cours de ces 40 dernières années ». 18 000 euros ont également été octroyés au Festival de films gays et lesbiens de Paris, qui a pour but « de promouvoir des festivals ayant pour thème l’homosexualité féminine, masculine, la transsexualité et la bisexualité ».

        • Otho dit :

          Ceux qui ont souffert de ne pas avoir eu une famille normale et qui se revendiquent homos ne sont pas pour le mariage gay et l’adoption d’enfants par des parents de même sexe !

          René Villard, dit « Hervé Vilard », auteur-compositeur-interprète français (célèbre auteur de « Capri c’est fini » en 1965), avait révélé son homosexualité en 1967.

          Dans l’émission Les Grandes Gueules sur RMC, il s’indigne du projet de loi dénaturant le mariage :
          http://www.fecit-forum.org/forum.php?id=22615

          • « Je trouve ça épouvantable. Je vous le dis très sincèrement. je pense qu’un enfant doit avoir un père et une mère. Je trouve ça insupportable. On est mal barré…. Je trouve ça sordide ».
          • Atlas dit :

            Il y a aussi la musicienne Catherine Lara, homosexuelle revendiquée, qui s’est prononcée contre le mariage homosexuel et l’adoption sur RTL (vers 7 mn 30) :

            http://www.rtl.fr/emission/rtl-soir/ecouter/l-invitee-de-18h35-vendredi-2-novembre-la-musicienne-catherine-lara-7754217375

          • Haï dit :

            Pour Hugues Aufray :

            • « Mon monde et celui de mes parents est mort. On ne cesse de prédire la fin du monde qui serait provoquée par un tsunami ou un tremblement de terre… alors qu’elle est déjà arrivée ! On doit être conscient que le bateau coule, on en est à faire de la reproduction humaine dans un bocal en verre. On vit depuis 40 ans l’évolution technologique et il est vrai que, aujourd’hui, tout le monde a une machine à laver. Mais, pour moi, ce n’est pas ça le progrès. Trouvez-vous normal qu’un enfant de 8 ans se prostitue à Bali ? Le seul progrès viable, c’est celui de la morale sociale. »

            http://www.ledauphine.com/hautes-alpes/2016/09/03/hugues-aufray-le-monde-de-mes-parents-est-mort

          • Isabelle dit :

            Jean-Philippe Smet, le nom de Johnny Hallyday, a été élevé par sa tante paternelle belge, qui vivait alors à Paris avec son mari et ses deux filles. Il est mort le 6 décembre 2017. Il disait :

            • « Toute ma vie, j’ai été obsédé par l’absence de mon père, jusqu’à sa mort. Je ne l’ai pas connu, sinon dans des moments désagréables. Il était alcoolique, séducteur, ingérable et un grand artiste, comme me l’avait un jour confié Serge Reggiani, qui l’avait eu comme professeur de comédie à Bruxelles. Ça ne m’a pas empêché de pleurer à ses funérailles. Ce jour-là, j’étais le seul à avoir fait le déplacement. Pas une femme, pas un ami. La solitude absolue devant la mort. Je n’aimerais pas finir comme ça ! »
        • Patrick dit :

          Les études scientifiques n’indiquent pas qu’il n’y a aucun motif de refuser l’adoption aux couples de même sexe.

          Par exemple l’étude effectuée par l’association espagnole ‘Hazte Oir’ en collaboration avec l’Institut de Politique Familiale qui présente une vue synthétique de l’état de la recherche scientifique sur la question, diffère de manière substantielle des opinions que certains ont répandu avec beaucoup de légèreté.

          http://www.ipfe.org/francaise.htm

          En effet, d’après les études les plus fiables, les enfants élevés par des couples homosexuels se développent très différemment, et selon des aspects préjudiciables pour eux, des enfants qui grandissent dans des familles naturelles.

          On oublie fréquemment que ce sont les adoptés et non les adoptants qui ont le droit d’adoption. L’adoption doit aller en faveur de l’adopté et en étant spécialement soucieux de son bien-être, indépendamment des aspirations des adoptants.

          La Convention des Droits de l’Enfant dit que « les États Parties qui reconnaissent ou permettent le système d’adoption veilleront à ce que l’intérêt supérieur de l’enfant soit la considération primordiale » et la Déclaration des Droits de l’Enfant elle-même dit que « l’intérêt supérieur de l’enfant doit être le principe directeur de ceux qui ont la responsabilité de son éducation ».

          Que nous dit le Président de l’Association Mondiale de Psychiatrie : « un noyau familial avec deux pères ou deux mères est clairement préjudiciable pour le développement harmonieux de la personnalité et l’adaptation sociale de l’enfant ».

          Même l’American College of Pediatricians dans son rapport « Parenting Issue : Homosexual Parenting : Is It Time For Change ? » se montre clairement contre.

          Une étude démontre qu’un contact peau à peau avec la mère, dans les jours qui suivent la naissance, a des effets positifs à très long terme sur le développement global de l’enfant :
          http://www.oummi-materne.com/etude-les-effets-du-peau-a-peau-dix-ans-apres/

    • Tonio dit :

      A essayer de faire disparaître la famille, cela rendra-t-il les gens heureux ?

      Près d’une mère célibataire sur deux (45%) déclare terminer le mois à découvert !

      http://www.huffingtonpost.fr/2012/10/15/meres-celibataires-terminent-mois-a-decouvert_n_1967491.html?utm_source=twitterfeed&utm_medium=twitter

      En 2009, l’Insee estimait à 1,4 million le nombre de femmes élevant seules leur enfant, contre 240.000 hommes.

      Et leurs enfants, sont-ils content de se retrouver sans les deux parents ? C’est toujours l’enfant qui trinque dans ces histoires ! A quand un droit de l’enfant ?

      • Atlas dit :

        Quand on demande aux Américains quel pourcentage de la population est, selon eux, LGBT (lesbiennes, gays, bisexuels, transsexuels), ils répondent 25% (Gallup, 2011).

        Mais selon un sondage réalisé par téléphone sur un énorme panel de 121 000 personnes et publié par le même institut, seulement 3,4% de la population outre-Atlantique se définit comme homosexuelle, bisexuelle ou transsexuel.

        On peut en déduire que s’il y a une chose que la communauté homosexuelle démontre encore et toujours, c’est qu’une minorité bruyante est plus puissante qu’une majorité timide !

        Le mariage des homosexuels nous est présenté comme un progrès allant dans le sens de l’Histoire et de la modernité. Mais la roue de l’histoire nous a déjà fait passer par là ! Dans le monde grec Socrate lui-même délaissait sa famille pour s’occuper des adolescents. Dans le monde romain l’empereur Néron entre deux assassinats de ses femmes légitimes s’était marié par deux fois avec des jeunes hommes. Les pratiques de ces sociétés d’il y a près de 2000 ans ont mené droit à la décadence.

        Le premier mariage homosexuel en Angleterre a été celui d’Elton Jones avec David Furnish en 2005. Le chanteur déclarera « avoir le cœur brisé » du fait que son enfant adopté n’ait pas eu de mère pour l’élever.

        N’est-il pas invraisemblable qu’un groupe politique ayant tous les pouvoirs dans toutes les assemblées puisse céder aux revendications d’une minorité de 2 ou 3 % de la population, sans aucun soucis des conséquences tant pour l’avenir des enfants que pour la société elle-même ? Et ce gouvernement n’a-t-il rien de plus urgent à faire compte tenu de la crise ?

        • Luc dit :


          L’enfant né d’une mère porteuse d’Elton John, s’appelle Zacharie !

          http://www.parismatch.com/People-Match/Musique/Actu/Elton-John-et-son-mari-adoptent-un-bebe-le-jour-de-Noel-235065/

          S’il n’a pas de maman, il a par contre beaucoup d’argent ! Elton John vient de lui acheter un appartement à Los Angeles d’1,5 million d’euros, plus 45 000 euros de cadeaux.

          L’appartement a été décoré par un décorateur de luxe et sera « équipé » de deux nounous à domicile.

          http://www.staragora.com/news/elton-john-offre-un-appart-a-bebe/412055

          Comme quoi, l’argent pourrait peut être remplacer une maman ! C’est fou son pouvoir !

          • Patrick dit :

            L’exemple Elton John démontre bien que développer le système des « mères porteuses » est absurde !

            La GPA va donner la possibilité aux hommes de disposer du corps des femmes pour satisfaire un droit à l’enfant ( qui s’oppose bien entendu au droit de l’enfant)

            La demande fait l’offre ! La GPA va être aussi une question économique, au centre de toutes les inégalités : domination des hommes sur les femmes, des riches sur les pauvres, des pays du Nord sur les pays du Sud. Comment un gouvernement progressiste pourrait-il cautionner la création d’un marché des ventres au nom d’un « droit à l’enfant » qui n’existe pas et qui ne doit pas exister ?

            Dans ce conteste, n’est-il pas curieux de voir l’ex-footballeur Lilian Thuram, connu pour sa lutte contre le racisme (tarif de ses interventions 20.000 € l’ heure et demie).oser comparer les homosexuels aux noirs ?

            « Il faudrait que ceux qui refusent le mariage pour tous se rendent compte qu’ils sont dans la même démarche que ceux qui refusaient l’égalité à des hommes et des femmes parce qu’ils étaient noirs »

            • Otho dit :

              Elton John, 65 ans, et son « compagnon civil » David Furnish, 50 ans, viennent d’accueillir dans leur foyer un deuxième enfant, Elijah Joseph Daniel Furnish-John, né le 11 janvier d’une mère porteuse californienne. C’est la même jeune femme qui avait donné naissance, il y a deux ans, au premier enfant « du couple », Zachary. Elton John !

              Tout au long de la grossesse, qui a rapporté 23.000 euros à la Californienne, selon les tabloïdes britanniques, la mère porteuse a fait partager l’expérience en restant en contact étroit avec les adoptants.

              La mère porteuse n’est pas pour autant la mère biologique. Les deux enfants sont nés grâce aux gamètes d’une même donneuse d’ovules, ils sont donc au moins demi-frères. Mais l’identité de leur père (deux fois le même ? une fois l’un, une fois l’autre ?) n’a pas été rendue publique.

              Sur le certificat de naissance de Zachary, Elton John est identifié comme « le père » et David Furnish comme « la mère ».

              http://www.riposte-catholique.fr/riposte-catholique-blog/breves/un-deuxieme-bebe-pour-elton-john-et-son-compagnon?#.UQo0bfJ_6HM

              • Luc dit :


                Les deux homosexuels déclarés Domenico Dolce et Stefano Gabbana (fondateurs de l’entreprise italienne spécialisée dans le luxe) ont annoncé leur opposition à la GPA et aux faux modèles de famille:

                • « Ce n’est pas nous qui avons inventé la famille. Bien que la Sainte famille en soit devenue l’icône ce n’est pas une affaire religieuse ou de statut social : quand on naît on a un père et une mère. Ou du moins cela devrait être comme ça. C’est pour ça que je ne suis pas convaincu par ceux que j’appelle les enfants de la chimie, les bébés synthétiques…. Utérus à louer, semences choisies sur catalogue. Et après on va expliquer à ces enfants qui est leur mère. Procréer doit être un acte d’amour et aujourd’hui même les psychiatres ne sont pas prêts à appréhender les effets de ces expérimentations. »

                http://www.aleteia.org/fr/societe/article/dolcegabbana-les-enfants-ont-besoin-dun-pere-et-dune-mere-5854381475889152

                Elton John n’a évidemment pas aimé cette réponse ! « Comment osez-vous traiter mes magnifiques bébés de ‘synthétiques’ ? Honte à vous qui pointez vos petits doigts moralisateurs sur la fécondation in vitro, qui a permis à des légions de personnes pleines d’amour, aussi bien hétéro qu’homosexuelles, de réaliser leur rêve d’avoir des enfants. Votre pensée archaïque est complètement dépassée, comme vos collections. Je ne porterai plus jamais du Dolce & Gabbana. »
                http://www.7sur7.be/7s7/fr/1527/People/article/detail/2252890/2015/03/15/Elton-John-appelle-au-boycott-de-Dolce-Gabbana.dhtml

                Par contre des enfants élevés par des homosexuels remercient Dolce et Gabbana ! Dans une lettre ouverte ils écrivent :

                • « Nous aimerions vous remercier d’avoir donné de la voix sur quelque chose que nous avons appris par expérience : chaque être humain a un papa et une maman et, éliminer l’un des deux de la vie d’un enfant, signifie le priver de dignité, d’humanité et d’égalité… Nous savons que vous serez soumis à une pression terrible, surtout maintenant, qu’en Italie et aux Etats Unis le fait de vouloir défendre nos droits, à savoir le droit d’avoir un père et une mère, commence à être censuré pour satisfaire le puissant lobby gay…. Nous vous implorons de ne pas abandonner quand les réactions contre vos positions vont croître. Si vous faites marche arrière et que vous vous excusez pour ce que vous avez déclaré, les enfants qui vivent dans les maisons gays deviendront encore plus vulnérables et déconsidérés… Continuez d’affirmer que tous les enfants ont besoin de grandir auprès de leur propre mère et de leur propre père. C’est un droit humain. »

                http://askthebigot.com/2015/03/16/dear-dolce-gabbana-a-letter-of-support-from-children-of-gays-and-lesbians/

        • Lino dit :

          Le mariage n’a pas été inventé par l’Eglise. Il vient du Droit romain, qui est parfaitement païen. Étymologiquement, le mariage vient de « matrimonium », qui vient lui même de « mater », c’est à dire « mère ». Ainsi le mariage c’est littéralement un homme qui passe contrat avec une femme pour qu’elle devienne la mère de ses enfants.

          A l’origine, cela n’a jamais été une question d’amour. Le mariage n’a pas été inventé pour institutionnaliser des formes d’amour particulières, mais pour assurer la structuration sociale qui repose sur la filiation. C’est essentiel. C’est la base même de la stabilité de nos sociétés.

          Remplacer la notion de «père» et de «mère» dans l’état-civil par les notions de «parent 1» et «parent 2». est discriminatoire vis-à-vis des couples hétérosexuels qui sont beaucoup plus nombreux ! Et si l’adoption est ensuite autorisée pour les couples homosexuels, n’est-ce pas discriminatoire pour l’enfant qui n’aura pas eu à choisir entre parents de même sexe ou un père et une mère ? N’est-ce pas pour le moins paradoxal de brouiller les repères fondamentaux des enfants, alors qu’on insiste par ailleurs sur la nécessité d’une meilleure stabilité et structuration des jeunes ?…

      • Line dit :

        Autres statistiques :

        • Sur 4380 enfants adoptés en 2010, 3504 sont issus de l’adoption internationale, soit 80 %.
        • En 2010, environ 6000 agréments ont été délivrés pour l’adoption (sur 9000 demandes dont 90 % sont déposées par des couples) et il y avait 24 700 candidats agréés dans l’attente d’un enfant
          http://adoption.gouv.fr/
        • Les couples composés de personnes de même sexe représentent, selon l’INED, moins de 1% des couples.
        • Sur les 205 558 PACS signés en 2010, 9 143 concernaient des personnes de même sexe (4,5 %)
          http://www.insee.fr/fr/themes/tableau.asp?reg_id=0&ref_id=NATTEF02327.
        • Il y aurait entre 24 et 40 000 enfants élevés par deux personnes de même sexe selon l’INED.

        • Atlas dit :

          La plus haute juridiction administrative du Royaume-Uni, l’« Upper Tribunal », vient de rejeter l’appel de la dernière organisation d’adoption catholique contre l’obligation de fournir ses services aux couples homosexuels. L’association caritative « Catholic Care » demandait simplement la possibilité d’inscrire dans ses statuts son refus de proposer des enfants à l’adoption pour des couples homosexuels, demande définitivement refusée au terme d’une procédure de cinq ans qui du même coup, met fin à cette activité de l’organisation.

          « Catholic Care » aidait des enfants à trouver un foyer depuis 1865, date de sa fondation. L’un de ses principes moraux était justement de défendre les intérêts des enfants…..Quel malheur !

  29. Thierry dit :

    Je passe un temps très divertissant à lire les inepties de ce site. Il est évident que Nikolaas van Resburg était aux antipodes de votre sectarisme et de votre ignorance crasse et indélébile matinée de haine gratuite envers vos semblables. Je suis en couple avec un garçon et nous nous aimons, et il est encore heureux que la Loi nous permette bientôt de convoler en justes noces. Nous nous moquons comme d’une guigne de votre flot d’immondices à notre endroit; associer homosexualité et pédophilie est affligeant pour vous et vraiment divertissant pour nous. Pour des gens qui professent l’Amour du Prochain ( tel est censé être le message de votre dieu ) vous êtes bien haineux… Mais c’est toujours la même chose: Des frustrés de la Vie, hypocrites de surcroît prétendent réglementer la vie des autres; nous ne vous avons jamais rien demandé. Si vous avez besoin d’une transfusion sanguine ou d’aides sociales ( n’est-ce pas Thami Bouhmouch? ), et bien vous ne vous demanderez pas en les obtenant si cela vient d’un homo, d’une lesbienne, d’un hétéro, d’un Juif ou autre !!! Le mal-être se soigne très bien avec une bonne psychanalyse. Chaque être humain est propriétaire de son corps et de son âme, et aucun autre être humain n’a le droit de disposer du corps d’autrui; quant aux photos-montages avec le bébé qui demande avec sa petite moue un Père et une Mère: Minable !!! Au moins, respectez-vous et réfléchissez avant d’étaler votre abjection et vos délires sur la Toile !!! Vive le Nouvel Ordre mondial; vive l’Avenir radieux de l’Humanité renaissante débarrassée de vos religions sectaristes et attentoires à la dignité humaine inaliénable !!!! Je suis de Droite; tout ce que vous abhorrez, je l’adore et fais tout pour mettre fin à votre règne; vous disparaissez lentement et sûrement et l’Humanité renaît sûrement; c’est cela qui compte… Je suis Païen polythéiste et moi je respecte les autres humains qui adorent d’autres dieux que les miens; en quoi cela me gêne-t-il…!!!??? A part les fanatiques ( dont vous êtes ), je tolère tout. Un esprit aussi élevé que celui de Nikolaas van Resburg est au-delà de vos mesquineries, et il n’était certainement pas comme vous souhaiteriez qu’il fût; sinon, il n’aurait jamais reçu ce qu’il reçut. Pour être très versé dans l’Esotérisme, je peux vous dire que cela est tout bonnement impossible. Rendez-vous dans votre enfer ( l’Humanité libre de ses choix débarrassée des ses tyrans -vous- ) et dans mon paradis ( vous écrasés, humiliés et anéantis ).

    • Anne dit :




      Votre amour pour votre copain est certainement très fort. Mais méfiez-vous, « la frustration de la vie » que vous évoquez est très commune chez les homos. Est-ce dû au fait que leur partenaire manque souvent de fidélité ? Statistiquement, un couple ne dure pas plus de deux ans. Faites attention aussi à ne pas attraper une infection. La nature n’a pas prévu la pénétration anale. Vous risquez aussi avec le temps l’incontinence !

      Vous parlez de Nikolaas van Rensburg. C’était un chrétien. Et comme pour toutes les religions , les déviances sexuelles ne doivent pas se pratiquer car contre-nature.. Cela dit, pouvez-vous être un païen polythéiste ? Cela semble se contredire. Et vous ajoutez « Vous disparaitrez lentement mais sûrement ». Là aussi, il y a un contresens. Car celui qui justement disparait c’est celui qui ne fait pas d’héritiers. Autre preuve que l’homosexualité n’est pas héréditaire !

      Le bébé de la photo, une des premières choses qu’il a essayé de faire en arrivant sur cette terre, c’est bien de trouver le sein maternel ! Que voulez-vous c’est çà la nature ! L’homme est un mammifère ! Alors convenez-en, un enfant a besoin d’une mère et d’un père pour son équilibre. C’est exactement ce que pensa après coup Elton John !

      Si vous êtes homo, cela ne fait pas de vous une personne à fuir. En grande majorité, les homos ne sont pas responsables de leur état. Cela vient d’un environnement et d’expériences propices d’avant l’âge adulte. Aucun scientifique n’a prouvé que l’on pouvait naître homo, pédo ou sado. L’exemple de ce garçon orphelin, tombant chez un couple de lesbiennes et qui désire maintenant devenir une fille, devrait vous faire mieux comprendre comment on peut être dévié sexuellement. Bien entendu, il n’est pas fautif. Mais son entourage l’est grandement. Cela dit, il peut sublimer sa sexualité dans autre chose, même s’ il portera toute sa vie cette croix, comme d’autres souffrent d’autres handicapes. Est-il aisé d’être aveugle ou atteint d’une maladie incurable ?

      Alors bon courage dans l’adversité et n’hésitez pas à nous faire part de votre expérience personnelle. Car tout le monde n’a pas cet obstacle précis à passer. Il en existe tant d’autres ! En tant que femme, j’espère que vous n’éprouverez pas de haine envers moi. Nombreux sont les homos qui n’arrivent même pas à fixer dans les yeux une femme ! Ils sont comme terriblement gênés. Comme quoi il y a un dérèglement quelque part !

      • Thierry dit :

        C’est bien ce que disais: Vous êtes incurables; mais bon j’aurai au moins essayé de désiller vos yeux. Vous mélangez tout et le pire est que vous êtes convaincue de dire quelque chose alors que vous babillez…!!! En ce qui concerne ce garçon né dans une famille lesboparentale, il est possible qu’il veuille devenir une femme, mais beaucoup d’enfants nés dans des familles homo et lesboparentales sont hétéros, après avoir eu une enfance épanouie et heureuse. Pour info: Mes parents sont hétéros, ainsi que ma soeur et mes neveux qui depuis qu’ils sont au berceau voient des homos défiler dans la maison et n’en sont absolument pas traumatisés. Bien au contraire… Et vous: Etes-vous honteuse d’être hétéro? Car si ce n’est le cas, il n’y a aucune raison que nous ayons honte de notre NATURE; car il s’agit bien de la Nature… Mais je parle dans une grotte avec Echo. Je réitère mon RDV dans votre enfer: Le Monde et l’Humanité libres de votre obscurantisme et éclairé de la Lumière de la Raison et de la Con-naissance. Une dernière chose: Il existe des Païens monothéistes comme les Orphéens, les Disciples de Mithra, les Jaïnes, etc… Vous voyez: Vous ne connaissez ni ne connaîtrez rien du vrai Monde… Tant pis pour vous; votre vie m’indiffère en tant que fanatique ( et non en tant que femme, car comme la majorité des homos j’ai nombre d’amies ), tant que vous restez dans votre coin et me laissez vivre en paix… L’amour de mon Mari et de mes proches me suffisent; je n’ai que faire ni même aucune espèce d’intérêt pour votre haine. D’ailleurs vous devriez vous poser la question de savoir comment il se fait que des hommes aiment profondément et sincèrement des hommes et des femmes aiment profondément et sincèrement des femmes si ce n’est pas naturel comme vous dîtes…. Mais je suis sûr que vous avez une réponse toute formatée par votre secte; même pas capable de penser par vous-même. Il vous faut un mentor; minable…!!!

        • Anne dit :

          Étant de la campagne, comment voulez-vous que je sois honteuse de mes tendances « heteros » ? Les plantes et les animaux autour de moi fonctionnent suivant le même processus. Il a fallu que je vienne en ville pour découvrir que certains êtres humains éprouvaient bien d’autres plaisirs. L’un dans son appartement entretenait un rapport très curieux avec son chien. L’autre aimait les très jeunes. Il y avait aussi les adeptes « esclaves », ils prenaient leur pied que dans une relation sado-maso. Puis les homos ou lesbiennes.

          Pendant un moment, j’ai dû m’occuper de jeunes délinquants. Pourquoi donc l’étaient-ils devenus ? L’un c’était parce qu’il avait été entrainé par un ainé à la drogue. Il ne pouvait plus s’en passer. Pour s’en procurer il volait. L’autre avait été accosté par un pédophile qui l’avait initié sexuellement. Depuis, il n’a plus de relation normale avec ses copines. Il a du mal à bander. Le cas le plus terrible rencontré, a été un jeune, qu’on obligeait à être sadique avec d’autres en réunion. Depuis, il n’atteint le 7ème ciel que dans ce genre de situation. L’article de Duc rejoint parfaitement mon expérience. Je ne suis allé ni en Afghanistan ni en Thaïlande où on transforme ces enfants en homos. Pourtant je suis persuadé que c’est vrai. Alors Thierry, cherchez dans votre vie ce qui a pu vous faire basculer. Car c’est inscrit dans votre cerveau.

          Bien entendu, Vous pouvez vous dire : « avec mon mari, que faisons-nous de mal ? On est tous les deux consentant et on n’aspire pas à violer un enfant ou à être sadique ! » C’est effectivement déjà çà. Mais si l’homosexualité n’est pas naturelle, elle ne peut vous entrainer que dans une impasse. Vous verrez, la nature se venge par elle-même. Que faire alors, puisque si on sait effacer un cerveau on ne peut toujours pas le reprogrammer. ? Et l’éveil à la sexualité n’est-il pas un long processus qui s’arrête à l’âge adulte ? Et bien vous n’avez plus le choix. Vous êtes aussi handicapé à vie qu’un paraplégique qui ne sent plus rien en dessous de la ceinture. Il faut s’en faire une raison et trouver d’autres centres d’intérêts. La vie d’un homme ne se résume pas à sa sexualité. Ne peut-on pas aimer les gens sans pour autant qu’il y ait rapport sexuel ? C’est la conclusion que j’ai pu tirer de mes expériences professionnelles.

          En espérant vous avoir été utile !

        • Carlos dit :

          L’homosexualité, c’est un peu comme la lèpre ! On n’en guérit pas ! On la stoppe ! Et pourtant comme le lépreux, l’homosexuel a besoin d’amour !

          L’Ordre est un essai cinématographique de Jean-Daniel Pollet réalisé en 1974.

          Le sociologue Maurice Born, après deux ans d’étude des lépreux, souhaite tourner à Spinalonga (Grèce, Crète, Département du Lassithi, au nord de Agios Nikolaos). Cet îlot, relié à la terre par une digue, face à Elounda, abrite depuis 1575 une forteresse de la République de Venise, devenue turque en 1718. Le gouvernement grec en fait en 1904 le lieu de relégation de ses lépreux.

          Cette dernière léproserie d’Europe abrite de 300 à 400 lépreux, en relative autonomie, jusqu’en 1956, date où les survivants reviennent en structure hospitalière près d’Athènes, parce qu’on sait alors les soigner. Ils ont appris à résister au rejet, à l’abandon, mais restent incapables de revenir au monde.

          Le film est commandité par les Laboratoires Sandoz.

          Raimondakis, fils d’avocat, devenu lépreux, enfermé pendant 36 ans, et survivant, se fait le porte-parole des lépreux.

        • Farid dit :

          « En ce qui concerne ce garçon né dans une famille lesboparentale, il est possible qu’il veuille devenir une femme » dites vous Thierry !

          Mais devenir une femme, cela demande ce genre de chirurgie peu agréable :
          https://www.canal-u.tv/video/canal_u_medecine/transformation_d_un_homme_en_femme.2474

  30. Thierry dit :

    @Anne et Carlos: Arrêtez la lobotomie; c’est irréversible… Dommage: Trop tard pour vous. VIVE LA LIBERTE ET LE NOUVEL ORDRE MONDIAL; VOUS NE POURREZ PAS NOUS ARRETER ET VOUS MOURREZ DANS VOTRE FANGE. DOMMAGE QUE JE NE SOIS PAS LA POUR ASSISTER A VOTRE TRES LENTE AGONIE !!! Fin de tout commentaire en ce qui me concerne; j’ai autre chose à faire dans la Vie que de perdre mon temps précieux avec des ploucs de votre espèce; l’Energie est sacrée; elle ne se gaspille pas… Allez en Enfer ( mon Paradis ) !!!

    • Patrick dit :

      Thierry, écoute les uns et les autres raconter leurs expériences… Remercie Anne et Carlos pour leurs avis. Mais après, laisse ta conscience te guider ! C’est elle qui est importante, à partir du moment ou tu n’es pas négatif à quelqu’un ! Alors fais ton chemin et si tu te trompes, fais en profiter les autres pour qu’ils ne tombent pas dans le même piège.

      Et toutes mes amitiés à vous deux !

      • Thierry dit :

        @Patrick. Je suis entièrement d’accord avec toi; c’est exactement ce que j’applique et les conseils que je donne aux gens choqués par tant de haine et d’obscurantisme. Salutations à toi et bénédictions sans fin sur ton Chemin de Vie. Lorsque l’on aime sincèrement, l’on ne peut se tromper… Mon Mari se joint à moi pour te transmettre nos amitiés.

  31. Tom dit :

    Le père Jean-Philippe Chauveau, de la communauté St Jean, vient de publier un livre racontant son témoignage :

    http://www.amazon.fr/Que-celui-qui-jamais-p%C3%AAch%C3%A9/dp/2356311165

    Enfant battu par des parents alcooliques, abusé sexuellement à l’âge de 12 ans, le père Jean-Philippe a connu une adolescence troublée, de la délinquance en pension puis en maison de correction. Embauché chez Peugeot, il y rencontre un chrétien qui lui donnera des conseils et une affection qui lui a tant fait défaut. Devenu chrétien, il fréquentera les foyers de charité et l’oeuvre de Jean Vanier, avant de découvrir sa vocation. Il est ordonné prêtre à 32 ans.

    Sa première mission est de s’occuper de toxicomanes. Puis, après un bref séjour en Afrique, il arpente en habit le bois de Boulogne à la rencontre des prostituées. Aujourd’hui, l’association Magdalena souhaite accueillir et accompagner celles qui veulent s’en sortir.

    http://www.magdalena92.com/index.php

    « Dans certains Etats des Etats-Unis, la prostitution est interdite. Les clients qui se font arrêter avec une fille ont le choix : ou ils ont un procès qui sera annoncé dans la presse, avec une lourde amende ; ou ils participent à un stage de rééducation durant lequel témoignent une ancienne prostituée, un juge, un policier et un avocat. Tout est tourné de manière positive : « Vous avez des problèmes de sexualité, on peut vous aider sans vous juger. Si vous acceptez, on va faire un parcours ensemble. » Ils obtiennent 85% de réussite – c’est-à-dire de non-récidive. »

    En Allemagne, lorsque ont éclaté de nombreuses révélations de pédophilie au sein même des familles, des cellules d’écoutes anonymes ont été ouvertes pour les personnes qui se sentaient attirées par les enfants et tentées de passer à l’acte. Avec succès. Il y a donc un réel besoin, mais quels moyens, chez nous, sont mis en oeuvre pour la prévention comme pour la rééducation ?

    Refuser d’avoir des relations sexuelles, ce n’est pas se condamner à être malheureux. Si la sexualité assurait seule le bonheur, cela se saurait. Combien de couples la pratiquent en tout sens, en tout genres, et finissent par divorcer ! Il y a une idéologie de l’homosexualité, de la chasteté, de la capote, etc. Ce sont d’invisibles prisons. La vraie question, c’est : « Qu’est-ce que le bonheur ? » C’est la question prioritaires aux jeunes qu’on enferme dans des discours sanitaires, avec un seul mot d’ordre : « Fric, sexe, capote. » Il appartient aux aînés de leur dire que le bonheur se construit, et que les exigences et les difficultés n’empêchent pas d’être heureux, bien au contraire.

    • Line dit :

      « Enfant battu par des parents alcooliques, abusé sexuellement à l’âge de 12 ans, le père Jean-Philippe a connu une adolescence troublée »

      Et que pensez-vous de la vie de Jandre Botha, un petit garçon de 4 ans qui a été battu à mort après avoir refusé d’appeler la compagne de sa mère « Papa ».

      Les deux femmes, Engeline de Nysschen (33 ans) et Hanelie Botha (31 ans, la mère) ont été reconnues coupables en 2006 par le tribunal : la première du meurtre de l’enfant, la seconde pour n’avoir pas réagi alors que l’enfant était régulièrement battu et pour avoir menti afin de protéger sa compagne. Elles ont été condamnées à 25 ans de réclusion criminelle.
      http://www.iol.co.za/news/south-africa/mom-lesbian-lover-imprisoned-for-boy-s-death-1.305130#.UJphvMVmK3E

  32. Benoit dit :

    Les conséquences des faits proposés par les lobbys :

    -savez-vous que la médecine moderne a découpé la procréation comme Taylor a décomposé le travail ? Et que, de la même manière que l’on fabrique des parties d’un aspirateur aux quatre coins du monde, on peut fabriquer un enfant avec un père donneur, une mère donneuse, une mère porteuse, un médecin et divers laborantins pour assurer l’assemblage sur cette dernière, et enfin des «co-parents » adoptifs qui pourraient d’ailleurs changer dans le temps ? C’est ça, techniquement parlant, l’homoparentalité.

    -savez-vous que des mères porteuses mettent aux enchères la location de leur corps pour une grossesse ? Après la taylorisation, le boursicotage est la suite logique.

    -savez-vous que des homosexuels sont prêts à payer 150 000 dollars pour fabriquer des bébés à l’aide de mères donneuses et de mères porteuses ? C’est la dure loi du marché.

    -savez-vous que des associations de militants de la cause (!) homosexuelle, grassement subventionnées via vos impôts, vont dans les écoles, y compris primaires, pour « lutter contre l’homophobie » ? C’est la redistribution des richesses en subventions.

    -savez-vous que des lesbiennes françaises vont se faire inséminer en Belgique, privant leur enfant de la possibilité de connaître leur père ? C’est le marché commun !

    -savez-vous que les enfants de couples homosexuels sont plus victimes d’abus et ont moins de facilité d’emploi que les autres ? Précarité familiale, précarité sociale !

    -savez-vous que les formulaires administratifs ne demanderont plus à vos enfants les noms et prénoms de leur père et de leur mère parce que l’on veut les remplacer par les concepts abscons de « parent1 » et « parent2 » ? Eh oui, le « mariage pour tous », c’est un changement pour tous ! »

    • Anne dit :

      Et vous oubliez qu’ils font du chantage avec les pays africains ! On leur donne de l’argent que s’ils encouragent les gays, transsexuels et cie….

      http://litinerantcitoyen.wordpress.com/2012/11/06/obamaromney-comme-sarkozyhollande-le-changement-en-pire/

      • Carlos dit :

        Les prophéties en parlaient, voilà que cela arrive !

        Depuis lundi circule en nombre, sur internet, dans toute la France, via les réseaux sociaux, une lettre type de déclaration d’apostasie à renvoyer à l’évêque du diocèse de son lieu de baptême.

        http://www.estrepublicain.fr/societe/2012/11/06/campagne-d-apostasie

        « L’apostasie consiste à refuser un baptême qu’on vous a imposé quand vous étiez bébé. » disent-ils !

        Iront-ils jusqu’à refuser la langue, leurs parents, leurs éducations, leur pays, leurs frères et soeurs, imposés à leur naissance ? En voudront-ils à leur père et leur mère d’être hétéros ?

        • Andrée dit :

          Dans l’éditorial du The Guardian du 23 juin 2012, le Parti communiste australien entend peser sur le débat concernant le mariage des homosexuels.

          Il rappelle cette phrase de Marx dans le manifeste du parti communiste (1847). « Il faut abolir la famille…Et remplacer l’éducation à la maison par celle de la société… Les marxistes doivent partir à l’assaut de cette institution..Il faut légaliser ouvertement les communautés de femmes ».

          Le Dr Paul Kengor écrit aussi dans ce journal communiste « La priorité des communistes n’est pas le mariage des gays en lui-même, mais l’utilité qu’il a pour détruire la famille ». Il ajoute que cette institution est un pilier de l’Eglise et du capitalisme qu’il faut détruire.

        • Tom dit :

          Très comique cette histoire ! Ceux qui disent que le baptême leur a été imposé, sont les premiers à vouloir imposer à des enfants de ne pas avoir un père et une mère mais deux pères et deux mères !

      • Lino dit :

        Le même genre de chantage qu’en Pologne ou ailleurs avec l’avortement ! Les familles sans enfant sont pourtant nombreuses à vouloir en adopter !

        La CEDH a estimé que la Pologne avait bafoué les droits d’une jeune fille de 14 ans, devenue enceinte à la suite d’un viol. Les autorités polonaises doivent à présent prendre sans délai des mesures visant à garantir que les femmes aient pleinement accès à l’avortement !

        Dans son arrêt, susceptible de faire l’objet d’un appel, la CEDH a conclu qu’en ne permettant pas à la jeune fille d’accéder légalement à un avortement et en divulguant des données personnelles la concernant, la Pologne avait violé l’article 8 de la Convention européenne des droits de l’homme.

        La Pologne doit verser 30 000 euros à la victime et 15 000 euros à sa mère pour dommage moral, ainsi que 16 000 euros aux deux requérantes pour frais et dépens.

        http://www.amnesty.ch/fr/pays/europe-asie-centrale/pologne/docs/2012/arret-historique-de-la-cedh-sur-lavortement

        L’enfant est véritablement devenu une marchandise !

  33. Atlas dit :

    La faillite du monde moderne et sa déchéance racontée par Salim Laïbi « Le Libre Penseur » :

  34. mdr dit :

    J’ai lu l’article et je n’ai qu’une chose à dire : merci pour le four rire !
    ça fait longtemps que je me suis pas autant poilé !!
    Rien que le titre est énorme !

    • Carlos dit :

      Liste des situations juridiques ubuesques suite à la dénaturation du mariage dans certains pays (ceux qui sont, paraît-il, « en avance »). Cela va encore vous faire attraper un fou rire mdr !

      En Belgique, «six parents» condamnés

      Après sept ans de rebondissements dans l’invraisemblable histoire de la petite Donna, née d’une mère porteuse belge qui l’avait revendue 15.000 euros à un couple de Néerlandais, après l’avoir «promise» (pour 8000 euros) à son père biologique et à sa compagne stérile, puis à un couple de gays, le tribunal d’Audenaerde vient de statuer: les six «parents» ont été condamnés. La justice belge avait finalement décidé de poursuivre les trois couples (la mère porteuse et son mari, les Néerlandais et le père biologique et sa compagne) devant le tribunal correctionnel pour avoir infligé des «traitements inhumains et dégradants» à Donna. Quant à la fillette, elle demeurera aux Pays-Bas, auprès de ses parents adoptifs, sans jamais connaître son père naturel.

      Au Texas, «les premiers jumeaux sans mère»

      Tous deux quadragénaires, célibataires, amis de longue date… pourquoi ne pas faire un enfant, et l’élever ensemble? Sauf que quelques heures après l’accouchement, en juillet dernier, Marvin révèle son homosexualité et réclame la garde exclusive des jumeaux: Cindy, a-t-il expliqué devant la justice, n’est qu’une mère porteuse. Elle n’a aucun lien génétique avec les bébés, puisqu’à 47 ans, elle a eu recours à un don d’ovules… En attendant que la justice tranche, les jumeaux ont été confiés à Marvin et son partenaire. «S’ils gagnent, lance l’avocat de Cindy, les quatre seules personnes au monde à ne pas avoir de mère seront Adam, Eve, ainsi que ces jumeaux.»

      En Australie, le père rayé de l’acte de naissance

      En 2001, un couple de lesbiennes avait eu une petite fille avec un donneur gay. Celui-ci avait répondu à une annonce recherchant «une figure d’oncle». Mais le couple se sépare. Toutes deux veulent les mêmes droits sur l’enfant. Comme il n’est pas possible d’inscrire trois noms de parents sur un acte de naissance, le juge décide de rayer celui du père, pour inscrire celui de l’ex-compagne de la mère. Dévasté, le quinquagénaire a appris que sa fille de dix ans n’était plus «juridiquement» la sienne.

      En Grande-Bretagne, le donneur qui voulait juste rendre service…

      Son nom n’est pas sur les actes de naissance, souligne-t-il. «Mandy voulait des enfants, j’ai fourni les ingrédients, raconte prosaïquement Mark, un gay de 47 ans. Je n’ai jamais eu le désir d’être père.» Mais cet «acte de bonté» envers une lesbienne «non conventionnelle», qui pense qu’«il doit y avoir un père et une mère», a donné naissance à deux filles. Et puis la compagne de Mandy l’a quittée, et la quadragénaire, en difficulté financière, a retrouvé les coordonnées de Mark. Aujourd’hui, elle lui réclame une pension alimentaire! «Pourquoi ne poursuit-on pas la deuxième mère, qui les a élevées, et qui, elle, a les moyens?», s’énerve-t-il. Quant aux filles de 12 et 14 ans, elles sont très perturbées psychologiquement. «Jamais je ne pourrai me marier ni avoir des enfants», assène l’aînée.

      … et celui qui avait «beaucoup à offrir»

      L’annonce, dans le Gay Times, le présentait comme un «trentenaire solvable», qui avait «tout, sauf des enfants» et qui avait «beaucoup à offrir». Le couple de lesbiennes, bien plus modeste, en a profité par deux fois: un garçon puis une fille sont nés. Mais la mère a bientôt trouvé le père trop envahissant, l’accusant de «marginaliser» sa compagne. Quant au père, aujourd’hui quinquagénaire en couple depuis vingt-cinq ans, il estimait que le fait de payer les factures lui donnait le droit de voir davantage ses enfants… Qualifiant cette bataille juridique de «grande honte», le juge a finalement accordé la garde partagée aux deux couples. «Ce qui est particulièrement injuste, a-t-il conclu, c’est qu’une enfance gâchée de la sorte marquera sans doute ces enfants à jamais.»

  35. Line dit :

    Appel des médecins de l’enfance et de l’adolescence :

    http://www.appelpediatre-adoptionpm.fr/

    « A l’heure où va être discutée la possibilité d’adoption ou de procréation médicalement assistée (PMA) aux couples homosexuels, nous, Médecins des enfants et des adolescents, impliqués dans notre pratique quotidienne dans le cadre de leur santé physique et psychologique, voulons apporter notre expérience pour dire que ce projet ne respecte pas l’enfant.

    Ce projet conduirait à priver délibérément des enfants d’un père ou d’une mère. Ces enfants souffriraient alors précocement et définitivement de l’absence d’un repère élémentaire pour la construction de leur identité…L’adoption est faite pour donner une famille à un enfant et non le contraire. »

    • Lino dit :

      L’origine de la pulsion sexuelle est inconsciente et s’exprime progressivement dans la vie psychique à travers un système de représentations que le sujet se donne à lui-même lors de ses premières expériences affectives.

      L’objet de la pulsion n’est pas biologiquement déterminé. Le choix d’objet dépend de la façon dont l’enfant vit les stades de développement et de la maturité de sa sexualité. Si l’identité sexuelle de la personne est une donnée objective, l’orientation sexuelle va se déterminer selon la façon dont le sujet traitera la diversité des pulsions partielles (voyeurisme, exhibitionnisme, sadomasochisme, homosexualité, travestisme, transsexualisme, pédérastie, etc.). Dans le meilleur des cas, il y a une continuité psychique entre l’identité sexuelle et l’orientation sexuelle.

      La pulsion sexuelle s’harmonise progressivement, au cours de l’enfance et de l’adolescence, avec le fonctionnement global de la personnalité. L’enfant apprend à être en relation avec les personnes de l’autre sexe en découvrant le sens de l’amour. Sinon, il risque d’en rester à une vision narcissique, impulsive, agressive et possessive de la sexualité. Une tension, voire une incohérence, peut se présenter entre le sexué, le fait d’être homme ou femme, d’appartenir à un genre sexué masculin ou féminin, et la sexualité dont dépendent la vie affective, émotionnelle, la représentation de soi, et sa relation au x autres.

      L’organisation sociale, elle-même, repose sur l’association entre l’homme et la femme qui sont les seuls à former un couple et à constituer une famille. La théorie du « gender », qui veut remplacer la différence des sexes par la différence des sexualités, induit en erreur la pensée actuelle en affirmant que le lien social peut se développer à partir d’une tendance sexuelle. Il s’agit là d’une vision pour le moins éclatée de la relation sociale si dépendante aujourd’hui de l’imaginaire et du ludique.

      Dans certaines sociétés on favorise des ruptures, des dissociations et des déliaisons dans le domaine de la sexualité : on a voulu séparer la procréation de la sexualité, puis la parenté du couple et maintenant l’identité sexuelle de la sexualité afin de privilégier l’orientation sexuelle.

      Une perspective qui pose de nombreux problèmes

    • Andrée dit :

      C’est un peu ce qu’a répondu Mgr Aillet aux questions des internautes, Invité par la rédaction de Sud Ouest :

      « …la majeure partie des psychologues, psychanalystes, pédopsychiatres affirme que la référence de l’enfant à l’altérité des sexes est nécessaire à la structuration de son identité personnelle. De plus, l’histoire et la société d’aujourd’hui montrent que le modèle familial père-mère-enfant demeure le plus partagé, y compris dans les enquêtes d’opinion auprès des jeunes…Et si le mariage consiste à reconnaître le sentiment amoureux entre les personnes, qu’est-ce-qui empêchera de légitimer l’amour à deux, trois ou quatre ?…Que je sois contre l’avortement n’est un secret pour personne. Le remboursement par la Sécurité sociale de ce que vous appelez un « simple acte médical » et qui consiste à supprimer une vie humaine me semble très discutable….Le droit de la femme à disposer de son corps entre en concurrence implacable avec le droit d’un enfant à naitre. Aucun traumatisme psychologique, aucune souffrance sociale, qui méritent en effet un accompagnement adapté des personnes, ne peut être mis en balance avec le droit à la vie…Le grand oublié de ce débat est l’enfant. Un enfant, qui né nécessairement d’un homme et d’une femme, a le droit d’ être accueilli et élevé par un père et une mère. Tous les enfants n’ont pas cette chance mais il ne saurait être question d’en priver légalement certains enfants. Le droit de l’enfant prime toujours sur le droit à l’enfant… »

    • Otho dit :

      Ces médecins ont bien raison ! Car les pupilles de la nation sont bien entendu contre le mariage pour tous :

      http://www.republicain-lorrain.fr/moselle/2012/12/29/les-pupilles-de-l-etat-contre-le-mariage-pour-tous

    • Carlos dit :

      Jérôme Brunet, membre de l’association des professionnels de l’enfance et porte-parole de la Manif pour Tous, est interrogé par TV Tours : il explique son opposition au projet de loi « Mariage Pour Tous »

    • Benoit dit :

      Appel du Cercle des Avocats Libres à manifester le 13 janvier !

      Son président, Maître Frédéric Pichon, explique pourquoi ils sont contre le mariage pour tous :

      1. Parce que les avocats sont par essence de la défense des plus faibles et des plus vulnérables et que le projet de loi consacre le droit « à » l’enfant au détriment des droits de l’enfant
      2. Parce qu’on ne peut pas comparer ce qui n’est pas comparable, et que le projet de loi introduit à terme l’effacement de l’altérité sexuelle, par la suppression de la référence au père et à la mère et la consécration de la théorie du genre
      3. Parce que la recherche du bien commun ne peut se faire sous la pression de minorités communautaristes et bouleverser ainsi des pans entiers de notre dispositif juridique et de notre héritage. Que ce projet est d’autant moins légitime et nécessaire que seuls 5% des couples pacsés sont homosexuels ce qui signifie que cette revendication émane d’une toute petite minorité au sein même des personnes homosexuelles .
      4. Parce qu’il vise à dissocier la notion de filiation et celle de parenté en faisant disparaître le père.
      5. Parce que cette loi ouvre la boite de pandore et aboutira à la gestation pour autrui, c’est-à-dire au commerce d’être humain.
      6. Parce que cette loi, en détruisant la famille naturelle fondée autour d’un père et d’une mère ouvre également la porte à la polygamie (comme c’est déjà le cas au Canada où une cour d’appel de l’Ontario a reconnu la possibilité d’union à trois).
      7. Parce que les nouvelles formes de parenté de substitution vont être une source de conflit et de confusion supplémentaire dont l’enfant va être otage entre 4, voire 5 parents potentiels susceptibles de « revendiquer » l’enfant (le père donneur de sperme, la mère porteuse, la mère dite sociale éconduite par la mère biologique au profit d’une nouvelle mère « sociale »).
      8. Parce qu’elle vise à détruire ou à tout le moins de brouiller les liens de généalogie pourtant si nécessaires en cette époque désorientée en perte de repères.
      9. Parce que la famille est une valeur fondatrice de la cité et que les pénalistes que nous sommes ne voyons que trop les ravages causés, dans la population délinquante, par la destruction de la cellule familiale et notamment l’absence de père.
      10. Parce que le principe du contradictoire est un principe essentiel qui permet de cheminer ensemble vers la vérité et que le gouvernement cherche à éluder tout débat afin d’imposer par la force ce texte destructeur et nihiliste des pans entiers de notre code civil et plus généralement de notre civilisation.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s