La France boira la lie mais un Roi la sauvera !

Avant la Révolution Française, on apprenait que le Christ est le roi de l’univers et donc légitimement  roi de France. Car de même qu’il délègue ses pouvoirs spirituels au Pape, il délègue ses pouvoirs temporels au roi de son choix. D’où la cérémonie du sacre à Reims. En tuant le roi Louis XVI, on empêchait du même coup ce lien, entre le spirituel et les hommes. L’année 1789, n’aurait-elle pas été la date d’ouverture des portes de l’enfer ? Ne serait-on pas porté à le croire ?

On ne serait donc pas étonné de voir un jour, quand l’homme se sera complètement fourvoyé dans l’idée d’être lui-même dieu, resurgir dans notre histoire, un roi descendant direct de Louis XVI.

.

De nombreuses prophéties d’ailleurs, semblent vouloir nous amener à cette possibilité :

.

Extrait d’un message de la Sainte Vierge lors des apparitions de Kerizinen (France 1948) :

 » Je descends pour relever et sauver la France. Dans quelques temps je lui donnerai un grand chef, un Roi. Elle connaîtra alors un tel redressement que son influence spirituelle sera prépondérante dans l’Univers. Je veux rechristianiser la France qui, revenue au Christ, revêtira un caractère tellement religieux qu’elle redeviendra lumière des peuples païens. »

.

Celui adressé à Agnès-Marie (France) :

 » Je veux que Ma joie règne sur la terre comme au ciel. Ainsi j’établirais Mon règne sur la terre par Mon règne sur la France… Les fondements de Paris seront ébranlés jusque dans les profondeurs de la terre. Un mal étrange se répand comme une lèpre inguérissable. Mon Eglise s’éteint. La France meurt. L’Europe suffoque. L’Asie s’effondre. L’Amérique s’enlise. L’Afrique se déchire et l’Océanie est secouée. Tel est et sera le tableau du monde car il refuse Ma voix. « 

« La France est la nation que j’ai choisie pour mon plan d’Amour sur le monde… La France sera broyée pour en extraire les sucs vitaux… Aujourd’hui, chacune de vos lois n’a de valeur que si elle combat “l’ordre moral”. Votre nation sera passée au crible de ma justice. (13 février 2005). Oui, Je vous l’ai dit : la France sera broyée, mise à genoux… La France boira sa coupe d’amertume jusqu’à la lie. L’ennemi est aux portes et il attend seulement l’heure la plus propice pour s’introduire au cœur du pays. Je vous l’ai dit : En une nuit, il sera partout à la fois (7 novembre 2005). Votre terre va changer de visage… Les nations seront jugées. Il ne restera que cendre sur cendre de cette civilisation fondée par Mon ennemi. Je reprendrai le cours de l’histoire à partir du régicide ignoble (l’assassinat de Louis XVI)… Mon peuple ne fera qu’un avec son roi qui lui me sera uni (27 juin 2006). »
« Le temps de mon roi sera un temps d’inter-règne entre celui de Satan que vous subissez et qui est près de vous broyer et celui de Dieu par ma Personne Trinitaire. La terre sera alors transfigurée par Ma venue corporelle. J’aurai transformé avec vous cette terre conquise par Satan en un cadeau digne de paraître devant la face de Dieu. Chaque créature issue de l’amour du Père, émane de Lui avec sa liberté, et est expulsée du sein de Dieu pour une vie, qui dans sa liberté, choisit ou pas de revenir en Dieu. » Joachim Du Bellay n’a-t-il pas un peu exprimé cette nécessité dans un poème ?

Heureux qui comme Ulysse a fait un long voyage et s’en revient plein d’usage et raison vivre entre ses parents le reste de son âge.

« Le « donné » devient choisi, voilà la justification du chemin de Croix de la vie. Etre Fils du Père m’a été donné, mais j’ai confirmé mon propre choix par la Croix, en affirmant ainsi vouloir faire la volonté de mon Père qui est d’être son Fils. Il en est ainsi de chacun. Malheureusement, la capacité de faire ce choix dans l’histoire humaine est dénaturée par Satan. Je viens donc rétablir l’équilibre au Jour de ma Justice qui vient. J’ôterai le péché de la surface de la terre afin que votre choix puisse se faire sans interférence. Ne craignez pas d’aider ce Roi qui va se lever en mon Nom et que J’établirais sur l’humanité de manière éclatante. Aujourd’hui, dans votre société, c’est folie aux yeux des hommes que de parler de roi de droit divin, mais c’est vraiment sagesse aux yeux de Dieu. «  (30 janvier 2000)

.

Les prophéties de la Fraudais de Marie Julie Jahenny ont été écrites à la fin du XIXe siècle :

Pour elle, l’Eglise doit connaître 3 étapes : L’Église militante, celle qui prêche la foi, comme Jésus l’a fait pendant sa vie publique. L’Église souffrante, celle qui va subir la passion, et mourir comme le Christ sur la Croix. Mais avant la fin du monde, elle ressuscitera, ce sera l’Église triomphante.

Elle voit la France d’une laideur épouvantable. « Cette société secrète qui l’a séduite, l’a souillée, lui a demandé de persécuter Dieu,  va de plus en plus se réjouir mais elle touchera au terme de son espérance. Elle sera ensuite réduite en poussière. Tout ce qu’il y a dedans ne vaut rien. Il n’y faut fonder aucun espoir. C’est le déluge de l’iniquité ! Les familles qui voudront se protéger de cette souillure devront fuir, comme la Vierge dut fuir en Égypte. Et pour la France, l’Égypte sera la Bretagne. Cette province sera comme séparée de la France, alors que celle-ci s’appellera le champ des tombeaux. Elle deviendra un jour puissante. Ce sera une terre de grâce et de privilèges. »

Le dépistage de la drépanocytose donne un idée des lieux potentiellement dangereux selon les avertissements dès 1989 de Mgr Lefebvre (mais des personnes laïques comme l’anglais Enoch Powell étaient depuis bien avant conscients de ce problème) :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Enoch_Powell

Moyenne en France en 2019 : 42% dont 74% en Ile de France.

Depuis, l’état a décidé de mettre fin à ce dénombrement du dépistage de la drépanocytose, en fermant les portes de l’agence qui en était chargée, pour d’obscures raisons administratives. Un autre thermomètre qu’on a préféré casser est celui de l’Indicateur national des violences urbaines (donc centré sur les « quartiers sensibles »), qui, après en avoir dénombré 11 000 en 2005, a vu sa publication aussitôt interrompue. Grâce aux compagnies d’assurance, on peut néanmoins se rabattre sur la plus innocente des « incivilités », à savoir le nombre de voitures brûlées chaque année (45 000), en grande majorité dans les mêmes « quartiers populaires ».

La colonisation de l’Europe par l’islam après la première crise pétrolière : Le 6 novembre 1973, les pays de l’OPEP ont procédé à un chantage avec les 9 pays de l’Union Européenne de l’époque, pétrole contre un basculement dans le camp arabe, avec une reconnaissance du peuple palestinien et la création en 1975 d’un Dialogue Euro-Arabe (DEO). De même, les Européens réclamèrent la venue d’une main d’œuvre maghrébine, en échange de l’acceptation de conditions formulées dans la charte élaborée à Djeddah en mars 1972 par l’Organisation de la coopération islamique (OCI) !  En 1983, l’Organisation islamique pour l’éducation, les sciences et la culture (ISESCO) et l’Organisation de la coopération islamique (OCI) s’accordent sur la mise au point d’un nouveau document intitulé « Stratégie de l’action islamique culturelle à l’extérieur du monde islamique ».

Le document est adopté au Sommet de Doha au Qatar en 2000 par les pays membres de l’ISESCO. (avatar des Frères musulmans). C’est ainsi que la France est obligée d’aider les communautés islamiques à ne pas se fondre dans la culture française, en leur facilitant l’implantation de centres culturels, mosquées et écoles coraniques et l’apprentissage de l’arabe. Et à occuper des postes clefs dans le domaine politique, économique ou éducationnel du pays hôte.

https://ripostelaique.com/la-strategie-de-laction-culturelle-islamique-a-lexterieur-du-monde-islamique.html

La France semble avoir oublié ce que disait déjà Malraux en 1956 : « la nature d’une civilisation, c’est ce qui s’agrège autour d’une religion. »

http://www.gaullisme.fr/2016/07/17/malraux-et-lislam-1956/

La croissance de la population musulmane en Europe d’ici à 2050 :
https://blogs.mediapart.fr/sycophante/blog/291217/la-croissance-de-la-population-musulmane-en-europe-dici-2050

Certains rabbins se délectent de la destruction de l’Europe et du Vatican comme le Rav David Touitou (le frère de l’ancien propriétaire du Bataclan) « vous allez le payer très cher les Européens… Vous serez égorgé sur place. Rome disparaitra, quand Daesh et al Qaida auront compris qu’ils ont été manipulé par les occidentaux. L’islam va devenir le balais d’Israël. En s’entretuant, ils laisseront la place aux juifs. Ce que vous êtes en train de subir en France, en Europe, qui fait tellement peur, ça devrait être pour nous la meilleure nouvelle de notre histoire juive… C’est une excellente nouvelle que l’islam envahisse l’Europe, ça annonce la venue de Mashiah, et enfin la paix règnera dans le monde et les nations serviront le peuple d’Israël… Il faut être un crétin pour adorer la croix… »

R_P__Julio_Meinvielle_S_J_

L’abbé Julio Meinvielle avait pourtant prévenu les Français dans son livre « Les juifs dans le mystère de l’histoire » (écrit en 1959, dernière édition en 1964) : « Tant que les peuples chrétiens adhèrent au Christ, ils n’ont rien à craindre de la synagogue. Mais malheur aux peuples chrétiens s’il arrive un jour où ils oublient que leur salut c’est le Christ ! Parce qu’alors, ils devront tomber sous l’esclavage déshonorant du diable, et de son exécuteur sur la terre, les juifs… »

Il ne faut pas oublier comment les juifs traitent Jésus :

Dans le Talmud :

  • Yebamoth 49b : « Jésus était un bâtard né dans l’adultère. »
    -Sanhédrin 106a & b : « Marie était une prostituée, Jésus était un mauvais homme. »
    -Sota 47a : « Jésus a été excommunié par un rabbin, Jésus adorait une brique, Jésus était un magicien et a conduit Israël à pécher. »
    -Shabbath 104b : « Jésus était un magicien et un imbécile. Marie était une femme adultère. »
    -Sanhédrin 43a : « Jésus était coupable de sorcellerie et d’apostasie, il méritait l’exécution. Les disciples de Jésus méritent d’être tués. »
    -Gittin 56b : « Jésus a été envoyé en enfer, où il est puni dans des excréments bouillants pour s’être moqué des rabbins. »

Les chrétiens ont du ainsi subir en France le scandale du Pisschrist (un crucifix dans de l’urine) et d’une pièce de théâtre « Sur le concept du visage du fils de Dieu » où 14 enfants  au théâtre d’Avignon envoyaient des excréments sur un immense portrait du Christ !

christianophobie

Mais le Rav David Touitou n’a-t-il pas quelque peu raison de nous prévenir quand on lit certains passages du Coran ?

Coran 9:29 : « Faites la guerre à ceux qui ne croient point en Allah ni au jour dernier, qui ne regardent point comme défendu ce que Allah et son apôtre ont défendu, et à ceux d’entre les hommes des Écritures qui ne professent pas la croyance de la vérité. Faites-leur la guerre jusqu’à ce qu’ils paient le tribut, tous sans exception, et qu’ils soient humiliés. »

Coran 47:4 : « Si vous rencontrez des infidèles, combattez-les jusqu’à ce que vous en ayez fait un grand carnage ; chargez de chaînes les captifs. »

https://www.hommenouveau.fr/1157/societe/la-violence-des-islamistes-a-t-elle-un-fondement-dans-le-coran–.htm

A noter que dans la Bible juive (Deutéronome 13.6-17) , changer de religion est, comme dans le Coran, sanctionné par la mort.

attentat

« Dans la salle de l’enfer (le parlement) on travaille à tous les métiers. Il y en a de toutes races, de toutes manières (honteuses). Ils attendent l’heure où le mal sera à son comble,  l’heure où les justes seront chassés de leur emploi ;  l’heure où la foi ne sera apparemment que faiblesse dégénérée ;  l’heure où le peuple ne sera gouverné que par des hommes qui, par leur vie abominable, auront pratiquement renié le Sauveur. Ils ont déjà la corde en main, ceux qui vont conduire des milliers de Français à la mort la plus affreuse. La France devient le repaire d’un grand nombre d’étrangers qui écoutent si l’horloge de la sentence ne va pas bientôt sonner. Et elle va sonner le jour où elle entrera dans son déclin. D’abord en France, puis ailleurs.

En 2019 en Grande Bretagne, plus de 18.700 filles mineures étaient exploitées sexuellement par des gangs pakistanais.
https://www.independent.co.uk/news/uk/crime/grooming-gangs-child-sex-abuse-victims-rotherham-rochdale-latest-a9264656.html
Et les crimes commis à l’aide de couteaux atteignirent un niveau record , avec plus de 44 000 infractions enregistrées par la police.
https://www.independent.co.uk/life-style/knife-crime-statistics-stabbings-latest-cutlery-square-tip-blunt-viners-a9281791.html

En France, début 2020, on battait aussi un record, 1457 voitures furent brûlées malgré la mobilisation de 100 000 forces de l’ordre.

A Strasbourg, plus de 220, des policiers blessés et des abribus brisés.
https://france3-regions.francetvinfo.fr/grand-est/bas-rhin/strasbourg-0/nuit-saint-sylvestre-strasbourg-on-frole-catastrophe-c-est-tres-inquietant-1769807.html
A Besançon 127. A Limoges qu’une quarantaine mais les pompiers sont attaqués. A Metz, la tentative d’attaque de policiers par un homme fiché S, armé d’un couteau, a provoqué un début d’émeutes urbaines…
https://actu.fr/grand-est/metz_57463/attaque-metz-apres-lintervention-la-police-cocktails-molotov-voitures-brulees_30587566.html
A Montpellier on entendait des tirs de kalachnikov :

Les forces de l’ordre durent subir à certains endroits des tirs de mortier. On compte plus de 1500 lieux de non droit en France qui fêtent tous les ans de cette manière le 14 juillet, Halloween et le réveillon.
https://www.fdesouche.com/1318271-les-violences-du-reveillon-du-nouvel-an-videos

12 juin 2020 à Dijon, règlement de compte avec des armes entre des membres de la communauté tchétchène venus de toute la France, et des dealers maghrébins :
https://www.youtube.com/watch?v=Z5a9lh6iIIQ

Pour Pierre Brochand, directeur de la DGSE de 2002 à 2008, 65% des plus de 10 millions d’immigrés en France ne s’intégreront pas. Le problème, selon une loi mise en évidence par Paul Collier, 10 immigrés installés en font venir 7 autres par le jeu du droit (regroupement familial, mariages, études, naturalisations) et ces 17 en appellent 12 autres, et ainsi de suite à l’infini, comme dans une pyramide de Ponzi.
https://www.europe-israel.org/2020/01/lancien-directeur-de-la-dgse-dresse-un-bilan-desastreux-de-limmigration-en-france-il-y-a-10-millions-dimmigres-au-minimum-65-ne-sintegreront-pas-cest-secret-defense/

D’une manière générale, selon la préfecture de police, tous types de crimes et délits confondus, «près de 40 % des mis en cause» dans l’agglomération parisienne sont «de nationalité étrangère», qu’ils soient clandestins ou en situation régulière. Les chiffres ne précisent pas par contre la proportion des issus de l’immigration dans les 60% restants !
https://www.lefigaro.fr/actualite-france/la-police-nationale-veut-relever-le-defi-de-l-elucidation-20200210

Liste des dix plus gros trafiquants de drogues français : Moufide Bouchibi, Reda Abakrim, Nordine D, Ben de Trappes, Bouchaïb El Kacimi, Kevin Doure, Rachid El M., Nasserdine et Abdelrani T., Younès L., Ali et Messaoud Bouchareb.
https://www.nouvelobs.com/justice/20210328.OBS41979/voici-le-classement-des-dix-plus-gros-trafiquants-de-drogues-francais.html

Aujourd’hui, n’attendez rien de celui qui règne comme roi.

« Sa pensée est accordée à la pensée des autres, sa parole à leur parole, sa volonté à leur volonté. Sa puissance et ses pouvoirs ne sont pas plus que ceux de celui qui est le dernier. Dans la tempête, sa voix criera aussi fort que les autres, contre tout ce que Dieu a établi. Il n’y a pas de fermeté en lui. Ils l’ont mené, ils l’ont dirigé. Voilà le portrait de cet homme : C’est un poteau de boue.  Ses hommes en profiteront pour appesantir de fardeaux le peuple. Ce sera la ruine pour beaucoup de famille. Les ouvriers, dont l’emploi fournissait une occupation qui les empêchait d’être oisifs, n’auront plus de travail. Et cela sera volontairement organisé par ceux qui dirigent le pays. Les tribunaux de justice seront changés en tribunaux d’injustice. Les juges chrétiens seront remplacés. En chaque lieu de France, le peuple devra se soumettre à des surveillants ou subir l’emprisonnement et finir sa vie sous les armes tranchantes. En plusieurs endroits, Satan sera publiquement invoqué. Les gardiens de la paix traditionnels ne pourront plus circuler dans les villes. Ce sera le signal du pillage, d’une guerre civile terrible. De nombreuses personnes ne travaillant pas, n’attendent que le signal de la subversion dans les banlieues.  Pendant ce temps, l’Eglise aura été privé de son chef, les cloches ne sonneront plus, mais seront changés en instrument infernal, les croix (même celles des cimetières), les statues de saints seront brisées, les maisons religieuses ne seront plus protégées. Chacun aura permission d’y faire ce qu’il voudra. Une loi périlleuse donnera la liberté de laisser sortir les scélérats  maintenus jusque là en captivité. Et il ne sera plus possible de renvoyer ces étrangers qui mélangeront la poussière de leurs royaumes à la terre de la France. Ils auront l’orgueilleuse ambition d’arracher les restes des trésors, l’honneur et la dignité de la France. »

.

Une religion d’état sera mise en place.

« Les ennemis qui s’assemblent dans les loges sentent le moment approcher. D’autres esprits infâmes, qui veulent à nouveau crucifier Jésus, attendent le règne d’un nouveau Messie pour les rendre heureux. Ils imposeront un livre de paroles de l’abîme. C’est par eux que la jeunesse finira d’oublier son créateur. Plus aucun jeune enfant ne pourra être instruit à la véritable foi chrétienne. On les obligera à accepter des baptêmes sataniques et on leur donnera des prénoms de malheureux  ensevelis dans l’abîme. La jeunesse sera pervertie et détournée de la foi dans des écoles conçues pour les perdre et les rallier à leur infâme victoire. Aucune réclamation ne sera permise aux parents qui devront laisser leurs enfants se faire empoisonner par des doctrines infectes. Leurs cœurs seront flétris avant que leur corolle innocente ait pu s’ouvrir. Ils seront gâtés, et bientôt, tomberont dans une putréfaction dont l’odeur sera insupportable. Des émissaires passeront dans les maisons, faire signer l’abjuration ou ce sera la mort. Ils diront aux chrétiens «  voilà la croix, signez de votre sang que vous êtes de notre parti, reniez votre foi et votre baptême chrétien. » Et les gens signeront leur adhésion au prince de ce monde, Satan. Malheureusement, de nombreux religieux ne désapprouveront pas les lois du gouvernement, pour pouvoir encore exister à la tête de leurs fidèles. Ce sera la grande trahison du clergé français malgré l’appel du pape Il  lui sera demandé de laisser une plus grande liberté aux gens. Le pape devra faire face à leur insoumission et à leur désobéissance. Ils essayeront de briser l’unité qui existait entre lui et les prêtres. De nombreux « dits chrétiens », pour se soustraire aux menaces de mort, entreront avec empressement dans cette religion coupable, semblable à celle de Mahomet. C’est ainsi que de nombreux religieux ne lutteront pas pour le futur Roi. »

.

Les attaques contre les chrétiens :

« Ils viseront les tabernacles, les croix, les statues, l’eucharistie, les cérémonies dans les églises. On ne pourra entendre les voix des fidèles parmi celles très nombreuses des impies et francs-maçons. Ceux-là s’attaqueront à tous les pontifes du passé, ce sera leur joie au milieu de la grande crise. « Nous jurons de toute nos forces de renverser l’Eglise entière, de détrôner tous ceux qui, chaque matin célèbrent la messe » Les églises serviront de refuge aux animaux, de salles de plaisir, de théâtre de danses infernales, de lieux d’immolations d’animaux mais aussi de chrétiens. L’un des pires  ennemis des chrétiens y est décrit : Yeux féroces, longue barbe, mine vilaine, teint pâle et jaune, pas très gros mais grand. Les prêtres seront poursuivis comme on poursuit d’infâmes criminels. Certains trouveront refuge grâce à des âmes charitables. D’autres seront enfermés dans de vastes maisons. On les laissera liés, mourir de faim, de soif, de nudité avant de leur trancher la tête grâce à un instrument qui a déjà existé (la guillotine ?) Et le peuple sera réduit à des lois qui les enchaîneront. L’ouvrier qui gagne sa vie à la sueur de son front, se trouvera soumis et réduit. Il n’aura rien, pas même le nécessaire. S’il mendie un emploi pour rassasier sa faim, l’emploi sera tel que beaucoup préféreront mourir plutôt que s’y soumettre. »

.

La France sera la première renversée dans le mal :

« Vers cette époque, avant même la première crise de la fille aînée de l’Église, le peuple anglais sera trahi. A la descente du trône de sa reine, les choses ne se feront pas comme le Seigneur l’exige. Puis la mort viendra frapper celui qui gouvernera. Et sa terre sera divisée en 4 parties L’Orient verra ses peuples se soulever. A Jérusalem, une lutte sanglante y sera déclarée, un peu du côté du roi de Perse. Mais c’est la France qui sera la première meurtrie et persécutée. Elle aussi, à un moment donné, elle sera divisée en deux. Ceux qui seront nouvellement entrés vont résider à Paris ; l’autre partie sera donnée, comme commencement de conquête, à celui dont le nom sortira bientôt pour être proclamé roi des français. Ce sera lors de cette division que la France entrera dans les coupables desseins de ses ennemis par l’apostasie et la violence complète. Ce seront jusqu’aux lois les plus faibles qui seront dénaturées. La France presqu’entière sera devenue mahomète et sans religion.  Il ne restera debout, aucune maison religieuse. L’Église va souffrir dans le monde entier, des persécutions telles que l’enfer n’en aura jamais inventé de plus cruelles. La terre deviendra un déluge de sang chrétien. En des mois froids, Il y aura de nombreux massacres à Lyon et dans le midi. A Paris, le dernier sang qui y coulera sera celui de l’homme, que le ciel maudit à cause de ses crimes. Le feu du ciel tombera sur cette salle de l’enfer (parlement) qui fabrique les mauvaises lois.  A sa place, sera comme une immense carrière, de laquelle jusqu’à la fin du monde, on ne pourra s’approcher sans un frémissement d’horreur. Envahie par des peuples étrangers sans cœur et sans pitié, dont le peuple de Perse la France aura porté un coup mortel à ses enfants. Elle aura tout donné à ses ennemis.  Ne lui restant plus que la douleur, l’aveuglement et les larmes. Même son nom ne sera plus prononcé. Ses grandes fortunes se seront écroulées. Elle périrait entièrement s’il n’y avait la Bretagne et une partie de la Vendée. Mais même celles-là seront traversées par ses barbares, mêlés à celui de beaucoup d’étrangers qui seront entrés en France pour s’unir à ceux qui dévastent tout, et répandent la ruine la plus complète. »

« Une mortalité innombrable passera sur la France due aussi à des maladies inconnues. Le peuple français ne pourra même plus regretter d’avoir livré son pays à l’emprise barbare, car il aura presque disparu dans les décombres. Le nombre de ceux appelés meurtriers du peuple, sera d’une immensité inconcevable. Les étrangers seront maîtres en France. Il y aura liberté sur tout. Il n’y aura plus de captifs retenus pour crimes.

Heureux ceux qui en ces temps là auront pu garder la foi et assez de fermeté pour plutôt mourir que de perdre leur baptême.  Ah, si le monde pouvait épargner au moins l’innocence des enfants !  Qu’il laisse la vie aux anges de la terre, afin qu’ils puissent attirer sur le monde la miséricorde divine. »

.

On se préparera à assister aux funérailles de l’Eglise :

« L’Italie aussi sera cruellement persécutée. Pour arriver plus tôt à la fin du règne des catholiques, ils voudront s’en prendre au pape. Il devra franchir le chemin de l’exil, poursuivi par la haine et la vengeance de ceux qui ont mis à mort le royaume de France. Car celui a qui est réservé de voir le bouleversement de Rome, sera poussé par ses ennemis à apostasier. Mais sa foi sera inébranlable. Il souffrira des tourments qui seront au-dessus de ses forces. Il verra couler le sang des défenseurs de l’Eglise. On attentera fortement à sa vie et, s’il n’est pas martyr par la main des barbares, c’est que Dieu fera pour lui un éclatant miracle. Jamais tempête n’aura été aussi forte contre aucun autre pontife. Il faudra un homme fort comme une montagne et un esprit point ordinaire pour soutenir cette révolution et ce carnage. La violence y sera trois fois plus redoutable qu’en France. A Naples, c’est un certain Archel de la Torre qui sera responsable d’un massacre avant d’aller s’attaquer au pape. Il viendra du fin fond de la Perse. Autrefois, cette famille noble était catholique. Le père turquiste et sa mère allemande. Ils auront deux fils. Le plus jeune sera désigné pour Rome au moment où la Turquie sera dans la guerre européenne. L’autre prendra la Turquie mais il sera jeté à la mer, la tête à moitié tranchée. Beaucoup de romains chercheront à ce moment asile, sur la terre assurée alors, par la protection du roi zélé et fervent qui fera alors les délices de son pays. Car même l’Espagne se trouvera partagé en deux, par un vol injuste et des trahisons sans nombre. »

.

Apparition du Roi français :

« Mais avant, paraîtra celui que la France prendra pour son sauveur ; mais ce ne sera pas le vrai, celui qui est envoyé par Dieu et qui est des lys. Dieu le cachera longtemps celui qu’il a choisi pour sauver l’Eglise et régner  sur la France, pour soustraire le monde entier à la domination du démon dont le règne bat son plein présentement. Quand ils ne seront plongés que dans l’espoir de trouver d’autres chefs pour gouverner, ce sera l’heure où le Seigneur prendra par la main celui qui est tout l’opposé du plus grand nombre de ces esprits gâtés et perdus. Il sera de la race de Saint Louis. Il vivra en Dieu et pour Dieu. Il sera appelé par ses amis. Depuis le berceau, il n’aura vécu que dans la croix, en exil. Quand il viendra, la France sera bien affaiblie, bien dépeuplée. Mais la paix y règnera pendant que les autres puissances auront aussi leur justice car il s’agit d’un renouvellement de l’Univers entier. L’âme innocente (Marie-Julie Jahenny) du fond de la Bretagne sera, pour le serviteur de la Croix, la messagère des ordres d’En-Haut. La Bretagne sera la seule province à défendre les chrétiens persécutés. Même si elle ne sera pas protégée des sacrilèges et de la perversion de la foi. Elle est marquée par trois secrets. Elle ne se laissera pas souiller par les impies, même si elle sera traversée 5 fois par ceux qui portent partout le désordre.  C’est elle qui montrera son courage, quand l’appel du Roi se fera entendre. Elle marchera comme une armée victorieuse à sa rencontre. Mais avant de monter sur son trône, plusieurs semaines s’écouleront. Car à son arrivée, le trône ne sera pas libre. Celui qui y sera, refusera d’en descendre, son règne ayant été donné par le droit des voix de la majorité. Et avant qu’il soit consacré, on éprouvera de la difficulté à trouver quelqu’un pour le faire.  C’est un religieux d’à peine 45 ans venant d’Aix qui  le sacrera de l’onction des rois depuis Clovis, dans la cathédrale toute dépouillée, mais debout de Reims.  On  l’appellera Henri V de la Croix (le premier, comte de Chambord, n’ayant pas régné, le titre restait libre),  descendant direct de Louis XVI et de Marie Antoinette, les deux martyrs de la révolution Française.. Le Roi ne résidera pas à Paris car inhabitable jusqu’au jour où on commencera à enlever les décombres et les cadavres jonchant les rues. Peu après, il viendra en Bretagne au Sanctuaire de la Croix ! Au lieu des prophéties de la Vierge. Imitant St Louis, il se frappera la poitrine et se placera figure contre terre. Puis ensuite il ira à Ste Anne d’Auray (comme l’a devancé le 20 septembre 1996, le pape Jean Paul II).

Dans l’avenir des siècles, la France redira l’honneur et la gloire des illustres vainqueurs du Roi, choisi et élu par le Sauveur de son peuple. Il viendra consoler l’indigence, renouveler le sacerdoce dévasté, relever les statues et les calvaires insultés et réduits en lambeaux. Il ira défendre le Lien de la Foi (le pape) assiégé avant que la paix ne soit signée tout à fait. Le pape à ce moment, ne verra pas le triomphe de l’Église. Celui qui après son trépas lui succédera, passera 3 ans dans les fers les plus meurtriers et les plus désolants ; laissant le siège de l’Église, vacant de longs mois.  L’affreuse guerre d’Italie sera longue et elle ne laissera comme en France guère de monde en vie. Celui qui succèdera à ce gouverneur italien, mort après avoir été bien défavorable à l’Église, ne viendra pas d’Italie. Il entrera dans ce pays après avoir traversé la Perse et la contrée qui se trouve en-deçà (sans doute venant du Yemen si on s’inspire des prophéties de Pedro Régis).  Il y règnera un an et demi au milieu des plus atroces renversements. Celui qui le remplacera sera chrétien et de la royauté la plus pure. Il sera sacré en mai, sous les décombres de l’Église en ruine. »

.

Ces nombreux fléaux anti-dieu, auront pour autre conséquence de grands bouleversements terrestres.

« A Paris, les demeures seront broyées par la violence du tonnerre de Dieu. Les tremblements de terre se multiplieront sans cesser pendant 43 jours. La mer soulèvera des vagues qui se répandront sur le continent. Puis dans les premiers mois de l’année, il y aura peu de soleil, peu d’étoiles, peu de lumière pour faire un pas hors des demeures, ce sera un jour d’avertissement. Le tonnerre ne cessera de gronder et les éclairs feront beaucoup de dégâts. »

Depuis Fatima, on sait que Dieu interviendra. « Je viendrai sur le monde pécheur, dans un terrible roulement de tonnerre, par une froide nuit d’hiver. Un vent du sud très chaud précédera cette tempête. La chaleur du ciel sera si brûlante qu’elle sera insupportable. Tout le ciel sera en feu.  Puis de lourds grêlons fouilleront la terre. D’une masse de nuages rouge-feu des éclairs dévastateurs zigzagueront, enflammant et réduisant tout en cendre. La terre sera remuée jusque dans ses fondements. L’air se remplira de gaz toxiques et de vapeurs mortelles qui, en cyclones, arracheront les œuvres de l’audace, de la folie et de la volonté de puissance de la « Cité de la Nuit. »

« Les trois quarts des hommes périront. Le genre humain devra reconnaître qu’au dessus de lui se trouve une volonté qui fera tomber les plans audacieux de son ambition. Pour en être protégé, il faudra fermer très vite portes et fenêtres et ne pas essayer de regarder. Il faudra ainsi persévérer 3 jours. Ce sera une grande dévastation. Tout aura été purifié. La terre aura changé de forme après que de nombreux tremblements de terre seront apparus dans le monde. L’est de la France, sur une longueur de 500 lieues (une lieue = 4 km), en connaîtra un qui se manifestera pendant 3 jours. Il est bien curieux de voir que les forces de la nature semblent distinguer les zones de bien de celles du mal. Les sols où le crime triomphe seront particulièrement secoués. Les souterrains s’enfonceront d’un degré, les pavés s’ouvriront laissant des creux stupéfiants. Et un an avant que ces choses terribles ne viennent beaucoup d’arbres fruitiers ne fleuriront pas, les feuilles de vigne ne paraitront point. La nourriture des bestiaux sera rare. Les choux pourriront, les pommes de terre ne lèveront pas. La famine sera grande. La terre étrangère ne récoltera aucune nourriture. Une pluie de feu réduira en poussière la nourriture de ces peuples où sont mêlés chrétiens non catholiques et mahométans. De nombreuses maladies apparaitront aussi, que l’homme ne saura soulager. L’une d’elle attaquera d’abord le cœur, le cerveau et la langue. Ce sera comme un feu dévorant insupportable, rougissant les parties atteintes. Le seul remède consistera en des infusions d’aubépine. Cette maladie sera grande en Bretagne. Elle produira des soulèvements de cœur et des vomissements continuels. Si le remède est pris trop tard, les parties atteintes du corps seront noires, sillonnées de jaune pâle. »

« Jamais aucun œil, vivant ou mort, n’aura vu ce qui est réservé pour ce temps prochain, jamais aucune justice semblable. C’est ainsi que cette période de l’histoire aura connu l’emprise de Satan sur le monde entier. A celui-ci aura été permis de faire des prodiges mais qu’un œil averti saura distinguer. Il aura soulevé tous les rois et conduit à une guerre civile universelle. Il aura établi une nouvelle religion anti-dieu. L’Eglise du Christ aura été comme éteinte, mais pour mieux ressusciter au milieu des épreuves. Les rois de la terre auront cessé d’exister. Et la France qui en premier faillit périr, sera la première à refleurir. »

Et comme les Coptes, particulièrement persécutés par les islamistes, elle se remettra à acclamer « Jésus » comme en ce 11 novembre 2011 en Egypte :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Pers%C3%A9cution_des_coptes

Une religieuse mystique de Tours, vers 1882, annonçait déjà que  « l’Europe serait envahie par les musulmans et particulièrement la France. Quand tous penseront que la paix sera assurée et qu’ ils ne s’y attendront pas, les grands événements surviendront. Une révolte commencera en Italie et a peu près au même moment en France. Pendant un temps l’Église sera sans Pape. L’Angleterre aussi souffrira beaucoup. La révolte se répandra dans toute les villes de France. De terribles massacres auront lieu durant plusieurs mois à cause de la fourberie des méchants. Les victimes seront innombrables. Paris ressemblera à une boucherie. Les persécutions contre l’Église seront grandes, mais ne dureront pas. Toutes les églises seront fermées quelques temps dans les villes où les désordres seront moindres. Les prêtres devront se cacher. Les méchants chercheront a oblitérer tout ce qui est religieux mais ils n’auront pas assez de temps. Beaucoup d’Évêques et de prêtres seront mis a mort. L’Archevêque de Paris sera tué. Plusieurs prêtres de Paris auront la gorge tranchée. Les méchants seront les maîtres pendant un an et quelques mois. Les Français ne recevant aucune aide,  crieront leur désespoir à Dieu et imploreront le Sacré-cœur de Jésus et la Vierge Marie. Ils réclameront le roi choisi par Dieu. Il ira sur le trône, libérera l’Église et donnera au Pape ses droits légitimes. Le conseil se réunira après la victoire et sera obligé d’obéir. Il y aura un troupeau et un seul berger. Tous respecteront le Pape et le roi et tout sera régénéré. »

Voir aussi les prophéties du Père Czeslaw Klimuzsko (1905-1975) : « Je vois la guerre éclater dans le Sud, malgré les traités signés pour une paix durable. La Russie trahira ses voisins. J’ai vu des soldats sur la mer, ils étaient petits, mais dans la tour du navire, on pouvait voir à leurs visages qu’ils n’étaient pas Européens. J’ai vu des maisons en ruine et des enfants italiens qui pleuraient. Cela ressemblait à une attaque des infidèles en Europe. Une partie de la chaussure italienne sera sous l’eau et tous les musées de Rome seront emportés par la mer. Un mur d’eau ira sur Paris, des toits enlevés, des autobus renversés et un lisier de corps humains. L’eau passera par l’Allemagne jusqu’en Pologne. Plusieurs îles disparaîtront. L’Italie souffrira le plus mais il y aura des millions de mort en France et Allemagne. L’Europe doit aussi être touchée par un cataclysme. Le pays le plus sûr sera la Pologne. La pauvreté sera partout présente. »

https://propheties.jimdo.com/pere-czeslaw-klimuszko/

.

Charles de Foucaud à René Bazin le 29 juillet 1916 : « …Des musulmans peuvent-ils être vraiment Français ? Exceptionnellement, oui. D’une manière générale, non. Plusieurs dogmes fondamentaux musulmans s’y opposent ; avec certains il y a des accommodements ; avec l’un, celui du Mehdi, il n’y en a pas ; tout musulman, (je ne parle pas des libre-penseurs qui ont perdu la foi), croit qu’à l’approche du jugement dernier le Mehdi surviendra, déclarera la guerre sainte, et établira l’islam par toute la terre, après avoir exterminé ou subjugué tous les non-musulmans. Dans cette foi, le musulman regarde l’islam comme sa vraie patrie et les peuples non musulmans comme destinés à être tôt ou tard subjugués par lui musulman ou ses descendants ; s’il est soumis à une nation non musulmane, c’est une épreuve passagère ; sa foi l’assure qu’il en sortira et triomphera à son tour de ceux auxquels il est maintenant assujetti ; la sagesse l’engage à subir avec calme son épreuve… »

Lors d’une conférence organisée en mémoire de Jean-Paul II le 22 octobre 2017, Mauro  Longhi se mit à dévoiler une vision prophétique de Karol Wojtyla remontant à mars 1993 :  « Rappelle-le à ceux que tu rencontreras dans l’Église du troisième millénaire. Je vois l’Église affligée d’une plaie mortelle. Plus profonde, plus douloureuse que celles de ce millénaire (se référant à celles du communisme et du totalitarisme nazi). Elle se nomme l’islamisme. Ils envahiront l’Europe. J’ai vu les hordes venir de l’Orient vers l’Occident », et il me fait une par une la description des pays : du Maroc à la Libye en passant par l’Égypte, et ainsi de suite jusqu’à la partie orientale. Le Saint-Père ajoute: « Ils envahiront l’Europe, l’Europe sera une cave, vieilles reliques, pénombre, toiles d’araignée. Souvenirs familiaux. Vous, Église du troisième millénaire, vous devrez contenir l’invasion. Mais pas avec des armes, les armes ne suffiront pas, avec votre foi vécue intégralement. »

http://benoit-et-moi.fr/2017/actualite/lislam-envahira-leurope-suite.html

2 Corinthiens 6:14 : « Ne vous mettez pas avec les infidèles sous un joug étranger. »

immigration

George Soros, selon le Wall Street Journal, milite et finance l’immigration : « L’Europe doit en accepter au moins un million par an, en payant leur logement, les soins de santé et d’éducation pendant au moins deux ans. » Mais les dirigeants européens en évaluant ces coûts les sous estiment. Pour lui ils devraient atteindre les « dix milliards d’euros par an… Comme ils ne savent pas où trouver cet argent ils l’emprunteront ». D’où sa conclusion toute simple : « L’Union européenne est au bord de l’effondrement. Même constat avec les USA. Il y a évidemment là matière à spéculer et gagner une fortune. »
https://www.breitbart.com/europe/2016/06/09/soros-shorts-europe-america/

de Gaulle

Houari Boumediene, président algérien: «Un jour, des millions d’hommes quitteront l’hémisphère Sud pour aller dans l’hémisphère Nord. Et ils n’iront pas là-bas en tant qu’amis. Parce qu’ils iront là-bas pour le conquérir. Et ils le conquerront avec leurs fils. Le ventre de nos femmes nous donnera la victoire.»
Recep Erdogan : 1996, cite le poète Ziya Gökalp lors d’un meeting : «Les minarets seront nos baïonnettes, les coupoles nos casques, les mosquées seront nos casernes et les croyants seront nos soldats.» Lors d’une autre occasion :  «Nous vous conquerrons par vos valeurs démocratiques et nous vous dominerons par nos valeurs musulmanes… On ne peut pas être musulman et laïque à la fois».
Abdullah Gül président turc : «On changera définitivement le système laïc. La république vit ses derniers temps»
Colonel Kadhafi : «Nous devrions arrêter cette immigration illégale. Sinon, l’Europe deviendra noire, elle sera suffoquée par des gens de religions différentes, elle changera … Si on n’aide pas la Libye, l’Europe, demain, avec l’avancée de millions d’immigrés, pourrait devenir l’Afrique».
SAR Hassan II, roi du Maroc :«Les immigrés seront de mauvais français, ils ne seront jamais intégrés».

Gérard Davet et Fabrice Lhomme, dans leur livre d’entretiens ‘Un président ne devrait pas dire ça’, rapportent ces propos de François Hollande « Je pense qu’il y a trop d’arrivées, d’immigration qui ne devrait pas être là… Qu’il y ait un problème avec l’islam, c’est vrai. Nul n’en doute… Comment peut-on éviter la partition ? Car c’est quand même ça qui est en train de se produire : la partition. »
https://www.lefigaro.fr/vox/politique/2016/10/12/31001-20161012ARTFIG00292-immigration-l-incroyable-aveu-de-francois-hollande.php

Selon l’ancien préfet, Michel Aubouin, auteur du livre ’40 ans dans les cités’, « il y a 1500 quartiers représentant 10% de la population qui menacent la stabilité du pays. »
https://www.youtube.com/watch?v=v61QqmpggbY

Le 3 octobre 2018 partait Gérard Collomb de son poste de ministre de l’Intérieur, après quelques phrases apocalyptiques : « Aujourd’hui, les Français vivent côte à côte ; demain, ils pourraient vivre face à face… Le pays est au bord de l’explosion, et le gouvernement ne s’en rend pas compte… Car il n’y a pas que les ghettos où règne la loi du plus fort, narcotrafiquants ou imams salafistes, il y a la gestion des migrants… que l’on a transformé en situation ingérable. »

Pour cet autre ancien préfet, Robert Pommies, la France, malgré qu’elle soit en guerre, continue à laisser passer des demandeurs d’asile islamistes, qui de temps en temps, commettent des attentats ou se mettent à égorger la populace. « Pourquoi ? Parce que depuis 1981, elle ne contrôle plus rien. Elle doit suivre les textes décidés par l’Union Européenne et subir les décisions et la jurisprudence de la Cour de Justice des Droits de l’Homme, formée à Strasbourg de 47 magistrats (trop souvent désignés par des associations financés par George Soros).
https://www.valeursactuelles.com/clubvaleurs/politique/en-couverture-comment-george-soros-infiltre-la-cour-europeenne-des-droits-de-lhomme-partie-1-116191
Pourquoi donc Eric Besson n’a-t-il pas accepté les recherches d’ADN dans les cas litigieux de regroupement familial, alors qu’une dizaine d’états européens le font ?… Une personne sans papier et sans titre de séjour ne risque rien puisque la Cour européenne des Droits de l’Homme empêche son enfermement. Il peut même planter sa tente sans que la police puisse la lui confisquer… Rien qu’en 2017, 362 000 nouveaux étrangers sont venus en France. »
https://www.youtube.com/watch?v=8D9WnkHqheE

Discours d ‘un sénateur sur la situation :
https://tvs24.ru/pub/cc-content/uploads/h264/XX2GgYYhJFxvycuqNjIU.mp4

Un_si_beau_pays_

C’est effectivement l’Union Européenne qui développe une politique commune de l’immigration visant à assurer, à tous les stades, une gestion efficace des flux migratoires (voir article 79). En 2018, près d’un migrant sur 3 venait de Syrie (29%). puis d’Afghanistan (16%) et d’Irak (7%). Trois pays qui ont été détruits par l’Otan, dont font partie les pays de cette U.E., qui a pourtant reçu en 2012, le prix Nobel de la Paix !  Quelle farce ! Malgré cela, fin 2017, les Français votaient à plus de 98% pour un parti restant dans cette U.E. dévastatrice, contrairement aux Anglais, qui ont demandé le Brexit. Ne sont-ils donc pas entièrement complices des crimes commis au Proche et Moyen Orient, mais aussi responsables du « Grand Remplacement » qui est entrain de se produire sur leur sol, malgré les nombreux avertissements de personnalités diverses ? Ce ne serait que justice qu’ils connaissent à leur tour trouble et indigence comme cela leur est prophétisé. Surtout après ces délocalisations exigées par cette U.E., avec sa politique de libre circulation des capitaux, des biens et des personnes.

« De même l’homme occidental blanc est devenu l’ennemi juré des féministes qui encensent cette immigration massive, composée d’hommes célibataires issus de sociétés pourtant très patriarcales ! » constata une Hollandaise, Eva Vlaardingerbroek.
https://www.youtube.com/watch?v=HUF8LsimxbE

Lire aussi :

https://effondrements.wordpress.com/2012/09/17/autres-temoignages-confirmant-la-venue-du-grand-monarque/

https://effondrements.wordpress.com/2012/09/19/les-3-secrets-et-la-descendance-davidique-de-jesus-et-des-rois-de-france/

.

nuage mouvant

312 commentaires sur “La France boira la lie mais un Roi la sauvera !

  1. Tonio dit :


    Vous auriez pu aussi parler de Marie Olive Danzé ! Ou Soeur Marie du Christ-Roi (1906-1968)

    Elle est née à Plogoff, dans le hameau de Kerveur en Bretagne. Elle est la neuvième enfant d’une famille de onze. Son père était pécheur et était l’homme à tout faire du village : maçon, couvreur, charpentier, journalier…

    Son histoire extraordinaire commence avant sa naissance ! Un soir d’hiver, un pauvre se présenta à leur porte sous le nom de « Martin le pouilleux », leur demandant l’hospitalité. La mère hésita un instant : « Mon pauvre homme, il y a beaucoup d’enfants ici, et la maison est si petite…- S’il vous plaît, insista Martin, je viens de loin, je suis si fatigué. Faites-moi une place dans la crèche près de votre brebis. – Non, mon ami, répondit le père, cela n’est pas digne d’un chrétien. Vous dormirez dans l’âtre de la grande cheminée, le feu est éteint mais la pierre est encore chaude ». Martin les remercia de leur hospitalité, il leur annonça : « Un jour, cette maison sera bénie ! », puis il fit sur eux un grand signe de Croix avant de les quitter pour la nuit. Le lendemain matin, en descendant, les parents d’Olive ne trouvèrent plus leur hôte : il avait disparu, et pourtant la porte d’entrée était toujours fermée de l’intérieur. Il fallait être « du Ciel » pour savoir qu’ils avaient une brebis dans la crèche et pour disparaître ainsi. Le pauvre « Martin le pouilleux », qui était venu bénir leur demeure était en fait saint Martin, l’apôtre des Gaules, annonçant la venue de la « jeune âme » qui deviendrait un jour « Sancta Oliva Galliae », sainte Olive des Gaules…

    A l’âge de cinq ans, Jésus jouait avec elle et lui demanda d’accepter plus tard une grande mission : de tout quitter et de devenir religieuse.

    Elle restera très petite toute sa vie et aura les stigmates. Curieusement, son corps aura une température au-dessus de la moyenne.

    En 1926, elle se présentera rue Tournefort, chez les Bénédictines du Saint–Sacrement à Paris, pour devenir sœur Marie du Christ-Roi. Une partie de sa mission sera de faire construire une basilique, sur la deuxième colline de Paris, la montagne Sainte Geneviève. Jésus lui réclame l’élévation d’un sanctuaire consacré à sa Royauté, en plein Paris. Elle réussira à le faire construire face à Montmartre. Pour cela, elle sera aidée par le peuple irlandais qui financera une grande partie des travaux.

    Ce sera la Basilique du Christ–Roi, élevée au 16, rue Tournefort. Le 29 juin 1939 : Le Cardinal Verdier en pose la première pierre et en bénit les cloches. Le Cardinal Suhard en consacre l’autel. Le 16 juin 1956, eut lieu la consécration du sanctuaire du Christ–Roi, Prince de la Paix, Maître des Nations par le Cardinal Feltin. Tout cela s’accomplit de 1932 à 1956. Le 27 octobre 1940, la première messe fut célébrée en la Basilique du Christ-Roi.

    Pourtant, une chose incroyable va arriver. Le 2 février 1977, sous le septennat de Giscard d’Estaing, l’église du Christ-Roi est livrée aux démolisseurs. Bizarrement, les autorités ecclésiastiques n’interviendront même pas pour sauver l’édifice.
    http://www.lhomond.fr/benedictines/basilique.html
    Mais le Seigneur dit à Sœur Olive : « La destruction de mon sanctuaire entraînera celle de Paris. Cet endroit m’appartient jusqu’à la fin du monde et mon sanctuaire sera rebâti quand la Paix sera redonnée au monde. Ce sera le premier ouvrage d’Henri de la Croix après la restauration de son Palais ».

    Puis quand elle fut reçue à Rome par le Pape Pie XII, à son retour, elle ne pourra réintégrer son monastère. Elle sera alors accueillie dans divers couvents à travers la France avant de retourner mourir dans son village de Plogoff, le 2 mai 1968, dans cette Bretagne qui aura été à la fois son berceau et son tombeau. Mais selon la promesse de Jésus, « c’est de là que tout partira comme un phare lumineux ».

    Notre Seigneur lui avait confié de dire qu’il faudrait la prier après son départ pour le ciel, afin que la Sainte Église reconnaisse vite ce que Jésus a fait : « Je te donnerai le don de faire des miracles pour ceux qui le demandent par ton intercession, pour que tu sois plus vite connue. Quand le temps sera venu pour la consommation de ton corps, on l’exhumera et on te trouvera aussi fraîche qu’au moment de ta mort ».

    Elle laissa des écrits concernant le Grand Monarque : « Le Règne du Christ-Roi doit prendre toute son importance en ce siècle. Or, les esprits juifs semblent encore attendre la venue du Messie. Les dirigeants de la Sainte Église ne doivent point craindre les Juifs et les Rabbins. Ils ne doivent pas se trouver sur le même plan que le Vicaire du Christ, ni les ministres de la Sainte Église Catholique. Bien sûr, il faut l’union et l’entente entre les différentes religions ; mais sans jamais cesser de leur faire comprendre qu’ils marchent dans une voie secondaire et continuellement tortueuse ! Il faut l’unité des Églises ; mais il faut que la route nationale qui est sainte et certaine et qui conduit à la principale capitale et mène au Grand Palais du Roi soit respectée. Il faut déjà que cette route à grande circulation soit avant tout indiquée et conseillée et que même les guides ont le strict devoir de dire doucement aux Rabbins et aux chefs protestants que la route nationale à grande circulation est celle qui conduit au vrai Royaume ; les routes secondaires sont mineures et sont soumises à la force majeure de la route des catholiques. Il ne faut pas tolérer, côte à côte, l’ennemi de son Père, sans lui faire connaître qu’il a tort et qu’il ne doit pas continuer à persister dans son idée fixe ou dans son erreur… »

    Au mois de mai 1927, Sœur Olive part trois jours pour Plogoff, envoyée par Jésus auprès de ses parents avec mission de les convaincre de signer un document dans lequel ils autorisent le Sanctuaire du Christ-Roi à prendre possession du corps et des affaires personnelles de leur fille, après sa mort, initialement prévue pour 1928. Les parents refusent tout d’abord. . Le jour de son départ pour Paris, Sœur Olive reçoit de Jésus l’inspiration de demander à son père de l’accompagner une dernière fois jusqu’à la plage de la Baie des Trépassés (où la tradition bretonne situe la ville d’Ys engloutie.).

    Tandis qu’ils marchent tous deux sur la plage, par beau temps et mer calme, Sœur Olive disparaît soudain et son père, affolé, la croit noyée. Elle réapparaîtra trois heures plus tard, trempée, expliquant à sa famille qui s’apprêtait à annoncer son décès, qu’elle venait de marcher sur les eaux en compagnie de Jésus : « Pendant que nous étions sur la plage, le Seigneur est venu et m’a emmenée sur les eaux. Et pour confirmer ce que je vous dis, Il m’a remis trois marques qu’Il a retirées du fond de la Baie des Trépassés : les armoiries de Bretagne, le cachet du Roi de Bretagne, une fleur de lys » Confrontés à un tel miracle, les parents de Sœur Olive comprennent qu’ils doivent exécuter la Volonté du Seigneur. Ils acceptent de léguer par écrit le corps et les affaires personnelles de leur fille au Sanctuaire du Christ-Roi. Selon ses proches, ces trois marques étaient d’un métal très ancien.

    • Ursule dit :

      « A force de murmurer le nom du Roy, naîtront l’espoir du Roy, puis la nécessité du Roy, enfin la royauté renaîtra ».

      Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord, homme d’État et diplomate français (1754-1838).
      


      A signaler le roman d’Henri de Montalban « Deux mille…douze. Un roi pour la France. »

      En 2012, la France a célébré le 600e anniversaire de la naissance de Jeanne d’Arc qui fit sacrer le Roi de France Charles VII à Reims. La même année, le Portail Royal de la cathédrale Saint André de Bordeaux a été restauré ainsi que son contrefort de Gramont. Mais en 2012 la Restauration Monarchique semble avoir échoué. Cent ans plus tard la situation de la France n’est ni pire, ni meilleure qu’en …2012. C’est alors qu’un terrible tremblement de terre, à l’autre bout du monde, va changer le cours de l’Histoire de France…

      • Line dit :

        Il faudrait tout de même admettre que l’esprit des lumières est la cause de ce qui nous arrive ! Et à cette époque, le roi Louis XV l’a favorisé !

        Selon Marion Sigaut, la période cruciale est celle du traité de Paris de 1763, qui consacra la défaite extérieure de la France à l’issue de la guerre de Sept Ans contre la coalition conduite par les Anglais. Cela se traduisit par la perte du premier empire français dont le Canada – « quelques arpents de neige » selon Voltaire, la coqueluche des salons et des rois – la Louisiane, les Iles du sucre, les Indes. Le royaume était lourdement endetté et, donc, sous la coupe des prêteurs – les banquiers de l’époque. Mais, dans le même temps, La France était en train de subir une défaite intérieure du fait du monopole des idées pour les philosophes des Lumières qui, en 1762, ont obtenu l’expulsion du royaume des Jésuites, leurs principaux opposants intellectuels.

        Prenant l’exemple du commerce des grains, elle démontre comment le docteur Quesnay, fondateur de la doctrine physiocrate, soutenu par Mme de Pompadour, va obtenir l’inversion totale des règles régissant leur distribution. Le docteur Quesnay est l’auteur des articles « fermier » et « grain » de l’Encyclopédie qui, sous la direction de Diderot, prétend faire l’état exhaustif des connaissances de cette époque. Cet ouvrage est au cœur du mouvement des Lumières. Il prétend remplacer la superstition par la science et préconise, pour régler tous les problèmes du royaume, de libéraliser le commerce et la société.

        C’est ainsi que l’esprit qui commandait la distribution des grains dans toute la France va être détruit. En effet, conformément aux divers règlements traditionnels en vigueur dont le ” traité de police” de 1709, les grains sont considérés non comme un produit ordinaire mais comme une subsistance indispensable au peuple. Le roi doit en assurer la distribution dans toute la France au « juste prix » fixé par la « taxation ». Il s’agit d’un véritable service public, très contrôlé par la police dont c’est la mission première. Les intervenants du fermier producteur en passant par le meunier et le commerçant en grains doivent en respecter les dispositions. Or les physiocrates et les philosophes des Lumières considèrent que cette réglementation est la source des problèmes. Ils préconisent donc la libéralisation intégrale en confiant la distribution à des négociants, dont Voltaire fait l’éloge. Cette thèse est développée par un certain Herbert en 1753 dans son ‘Essai sur la police des grains’ qui dénonce le monopole comme un préjugé.
        https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k80066j.texteImage

        Louis XV finira par céder et, par son décret de mai 1763, il instituera le marché national du grain qui supprime les péages et contrôles ainsi que la fixation du juste prix. Cette liberté du commerce des grains est étendue à toute l’Europe par un décret de juillet 1764. A partir de là, la spéculation sur le grain va exploser. En cinq ans, le prix du grain à Paris va doubler. En 1768, il faut 24 sous à une famille pour acheter ce qui lui est nécessaire pour se nourrir mais son revenu n’est que de 15 sous. Alors, dans tout le royaume, les émeutes vont se multiplier. Le peuple, souvent soutenu par la police, va se révolter contre ces hausses. Mais il faudra attendre 1770 pour que le roi revienne à la police des grains contre l’avis des tenants des Lumières, en particulier Turgot et Condorcet. Ceux-ci considèrent que le peuple, gorgé de préjugés, doit être converti au « progrès », qu’il doit savoir que ces lois de libéralisation sont perpétuelles et irrévocables.

        Mais pour le roi, le mal est fait. Dans l’ancien système, le peuple l’accusait d’avoir été imprévoyant lors des disettes nées des mauvaises récoltes. Maintenant, il est considéré comme un spéculateur malveillant « qui s’enrichit sur le dos du peuple pour payer les frasques de ses maîtresses et de la cour ». Après les scandales du trafic des enfants abandonnés, avant la suppression de la protection des travailleurs par les corporations, c’est une étape décisive vers la Révolution.

        http://breizh.novopress.info/21078/quand-leurope-des-lumieres-annoncait-leurope-de-bruxelles/

        • Atlas dit :

          D’autant plus favorisé qu’il n’a pas été assez sévère avec les jansénistes ! Ceux-là même qui aujourd’hui, pourraient se comparer aux francs-maçons sionistes avec leurs manies du secret, leur haine des jésuites, leur idée de faire partie d’un soi-disant peuple élu et leurs curieux penchants sadomasochistes ! Marion Sigaut nous raconte très bien qui ils étaient ! Souvent des juges qui cherchaient à s’accaparer tous les pouvoirs.

          Jansénistes et jésuites de Marion Sigaut :

          Conférence de Marion Sigaut sur le Jansénisme et la révolution -:




        • Didier dit :


          Il faut dire que Louis XV a eu un début bien difficile :

          Troisième fils du duc Louis de Bourgogne et de Marie-Adélaïde de Savoie, Louis de France, voit le jour à Versailles, le 15 février 1710. Arrière-petit-fils de Louis XIV, il monte sur le trône de France à l’âge de 5 ans. La régence est alors assurée jusqu’en 1723 par Philippe d’Orléans. Conformément à la coutume, il est élevé jusqu’à ses sept ans par une femme, la gouvernante des Enfants de France, qui est, depuis 1704, la duchesse de Ventadour. Le 14 avril 1711, il perd son grand-père, le Grand Dauphin, puis en février 1712, ses deux parents, sa mère et le Petit Dauphin son père. En mars 1712, son frère, le duc de Bretagne, maintenant Dauphin en titre, et lui contractent la même maladie, une forme de rougeole. Les médecins s’acharnent sur le frère aîné, il meurt le 8 mars. Le duc d’Anjou est sauvé par sa gouvernante. À deux ans, le duc d’Anjou devient le nouveau Dauphin. A la mort du Duc de Berry, l’oncle de Louis XV victime d’un accident de cheval, le 5 mai 1714, le vieux Roi Louis XIV, encore patriarche d’une nombreuse lignée prometteuse, peu de temps avant, soupire : « Voilà tout ce qu’il me reste de ma famille ». C’est-à-dire son arrière-petit fils ! Le 1er septembre 1715 meurt Louis XIV ; 6 mois après la majorité de Louis XV, le cardinal Dubois, premier ministre meurt, suivi par le Régent, le duc d’Orléans et neveu de Louis XIV peu de temps après. Louis XV est sacré le 25 octobre 1722.

      • Lino dit :

        Louis XX, Duc d’Anjou lors de son apparition dans le JT de 13h sur France 2, le 31 mars 2011 à l’occasion des 800 ans de la Cathédrale de Reims.

  2. Benoit dit :

    Effectivement la France a un rôle à jouer dans le monde ! Mais vu le chemin qu’elle prend, on comprend que c’est la Bretagne qui prendra le relais pour la forcer à être digne de ce rôle !

    Ce n’est qu’ainsi que les Français commenceront à comprendre ! Une autre stigmatisée ne nous l’a-t-elle pas confirmé ? Marthe Robin (1902-1981)

    « La France tombera très bas. Plus bas que les autres nations, à cause de son orgueil et des mauvais chefs qu’elle se sera choisie. Elle aura le nez dans la poussière. Il n’y aura plus rien. Mais dans sa détresse, elle se souviendra de Dieu et criera vers Lui, et c’est la Sainte Vierge qui viendra la sauver. La France retrouvera alors sa vocation de Fille aînée de l’Eglise, elle sera le lieu de la plus grande effusion de l’Esprit Saint, et elle enverra à nouveau des missionnaires dans le monde entier ». (1936, cité in France réveille-toi p.178 – éd. L’Icône de Marie).

    • Engel dit :

      La France boira la lie ! Mais en 1940 le manque de nourriture avait fait disparaître un tas de maladies telles que le diabète ou l’obésité !

      Un peu de jeûne nous ferait du bien, si on en croit certains médecins et même nos religieux chrétiens et musulmans ! Car le taux de sérotonine augmente ce qui donne une sensation de bien être…. Et les douleurs sont moindres…

      Les visons que l’on élevait pour fabriquer des manteaux en fourrure jeûnaient un jour par semaine. Pourquoi ? Parce que cela leur donnait un pelage bien plus beau. L’être humain serait parait-il programmé pour avoir lui aussi des périodes sans manger ! Il est vrai qu’avant, il n’avait pas à manger tous les jours, ne serait-ce que pour des raisons agricoles ! Les récoltes ne sont jamais régulières ! Une année vous avez des fruits l’autre pas !

      • Otho dit :

        Oui, la France boira la lie car il est bien trop tard pour réagir ! Il a été scandaleux de la part de nos politiques d’avoir laissé l’Europe aux mains des financiers ! Aux mains de ceux qui trichèrent avec la Grèce et qui délocalisèrent nos entreprises pour leur bénéfice et non celui des peuples !

        On devrait aussi passer devant un tribunal tous les présidents qui ont laissé filer les déficits dans chaque pays européen pendant de nombreuses années ! Qu’ils soient de gauche ou de droite ils furent tous des incapables, ne s’abaissant que devant ces financiers !

        • Line dit :

          Oui, c’est actuellement la France qui devient la zone européenne la plus inquiétante pour cette fin d’année et surtout ce premier trimestre 2013 !

          ou ce qu’en dit Philippe Dessertine, directeur de l’Institut de Haute Finance de Paris !

          Bref, il ne faut pas se le cacher la France boira la lie la première en Europe !

          • Engel dit :

            « La France en état d’urgence » livre de Christian Saint-Etienne :

            Une désindustrialisation due à notre service fiscal et social avec un nivellement vers le bas….Plus personne n’est responsable de rien alors que nous avons de nombreux atouts….

            2013 va être une révolution mentale pour les gens qui vont s’apercevoir que s’ils continuent dans cette voie ils vont dans le gouffre !

            Son constat est bon mais sa solution ne l’est pas vraiment ! Il faut dire que son CV ne prêche pas pour lui :

            http://fr.wikipedia.org/wiki/Christian_Saint-%C3%89tienne

  3. Luc dit :

    Duc, vous écrivez « La Bretagne sera la seule province à défendre les chrétiens persécutés. Même si elle ne sera pas protégée des sacrilèges et de la perversion de la foi, ELLE EST MARQUÉE PAR TROIS SECRETS »

    Vous connaissez ces 3 secrets ?

  4. Patrick dit :

    Message donné à Julia Kim à Naju qui se trouve en Corée, le 30 juin 2007, par la Vierge Marie (à cette époque le pape était Benoit XVI, du 19 avril 2005 à son renoncement le 28 février 2013).

    « Prie beaucoup pour le Pape. Pour que l’Église, extrêmement corrompue, puisse être redressée par le Pape qui est pour moi un fils très cher, fils aîné de l’Église que j’aime tant, je l’ai gardé sous mon manteau pour le protéger des dangers et l’éclairer. En ce temps extrêmement dangereux, il a reconnu ma voix et a prié et travaillé jour et nuit pour défendre l’Évangile de mon Fils Jésus, et la véritable doctrine catholique de l’Église, transmise par les Apôtres, laquelle a été sévèrement déformée par ceux qui sont corrompus par les erreurs. Cependant, le travail des francs-maçons qui ont pénétré profondément jusqu’au cœur de l’Église, a été si acharné que le Pape mène un dur et solitaire combat, difficile et dangereux avec très peu d’aide. Alors, offre tes souffrances spirituelles et physiques pour le Saint Père, ce qui consolera Dieu lui-même. Parce que l’Église, menacée d’hérésies et infectée d’erreurs, a atteint le point extrême où elle risque de disparaître, il faut que les messages d’amour de mon Fils Jésus et de moi qui ont dit et redit les mêmes mots, ainsi que les signes exceptionnels donnés avec le plus pur et sublime amour, soient reconnus et approuvés immédiatement. »

    (On a effectivement vraiment l’impression que des francs-maçons religieux torpillent l’Église et le pape ! Et ils ne sont pas les seuls ! Ceux du dehors en font de même. Comment arrive-t-il à leur résister ? Mystère).



    http://www.najumary.or.kr/English/testimonies/testimonies_julia.htm
    Miracle eucharistique : La messe concélébrée par l’Archevèque Bulaitis et le père Aloysius Chang débuta à 10 heures le 28 février 2010 dans la chapelle de la résidence de son Excellence. « Alors que je méditais après avoir reçu la sainte communion, j’ai senti dans ma bouche l’Hostie devenir plus grosse et j’ai demandé à Peter Kim assis près de moi de regarder. » Peter a été étonné et a avisé Son Excellence de ce qu’il a vu. Son Excellence, le père Chang, quatre sœurs et les visiteurs de Corée et d’Allemagne ont tous vu le miracle de l’Amour au cours duquel l’Eucharistie s’est changée en chair et en sang.

    QUI EST JULIA KIM ?

    Son nom d’origine est Hong-Sun Youn. Julia est son nom de baptême et Kim est le nom de famille de son mari. Elle est née à Naju en 1947. Son père était professeur d’école et universitaire en littérature chinoise. En 1950, lorsque la guerre de Corée a éclaté, son grand-père et son père ont été tués par les soldats communistes. Sa sœur cadette est également décédée d’une maladie. Julia, avec sa mère, a commencé à vivre une extrême pauvreté et a dû travailler dur pour survivre. Elle n’a pas pu terminer ses études secondaires en raison de la pauvreté. En 1972, Julia a épousé Julio Kim. Julio a travaillé pour la ville de Naju, dans son département agricole. Ils ont quatre enfants, deux fils et deux filles. Plus tard, la santé de Julia s’est détériorée à cause du cancer et d’autres maladies qui l’accompagnent. Après plusieurs interventions chirurgicales, ses médecins ont déclaré qu’il n’y avait aucun espoir. Pendant que Julia attendait la mort, son mari l’a emmenée chez un prêtre catholique. Après avoir entendu l’histoire de Julia, le prêtre l’a consolée en disant que ses souffrances étaient des bénédictions de Dieu. Julia sentit son corps devenir chaud et transpirer et fut bientôt complètement guérie. Elle a commencé une vie de prière fervente. Elle a ouvert un salon de beauté et a eu beaucoup de succès (quelques années plus tard, elle a fermé le salon). Une nuit, à 3 heures du matin, Julia a vu une vision de Notre-Seigneur qui saignait misérablement, en particulier de son cœur, déchiré par les péchés humains. Julia était profondément émue et a promis une vie de réparation pour les péchés du monde. Miraculeusement, elle a recommencé à souffrir. Julia a également reçu plusieurs fois les Stigmates. Ces stigmates durent généralement plusieurs jours et disparaissent. Le 30 juin 1985, Julia a vu la statue de Notre-Dame dans sa chambre pleurer pour la première fois. Deux semaines et demie plus tard, le 18 juillet, elle a reçu le premier message de Notre-Dame. Le 19 octobre 1986, des larmes claires se sont transformées en larmes de sang. Julia a continué à recevoir des messages et à souffrir. D’autres miracles se sont également poursuivis : l’huile parfumée de la statue de Notre-Dame, le parfum des roses, la guérison des maladies incurables, les miracles eucharistiques et la descente du Précieux Sang de Notre-Seigneur.

    Elle offre ses souffrances au Seigneur et prie pour qu’elle participe aux douleurs de Jésus ; « Peu importe à quel point je suis indigne et gémissante des souffrances causées par les maladies, combien je reçois gracieusement et heureusement les souffrances afin que ma petite offrande, comme des particules de poussière, puisse contribuer à l’œuvre du salut par le Seigneur. » Amen!

  5. Tonio dit :

    Oui, nous aimerions bien connaître les 3 secrets !

    On peut lire par ailleurs :  » La France presqu’entière sera devenue mahomète et sans religion.  »

    Que se passe-t-il aujourd’hui ? Systématiquement, l’église est dénigrée ou ignorée ! Alors que tout est fait pour l’implantation de la religion musulmane !

    Quand on a découvert par exemple des excréments devant la mosquée de Limoges, le ministre de l’Intérieur Manuels Valls a tout de suite réagi indiquant que « s’attaquer à une religion, c’est s’attaquer à la République ».

    http://www.franceinfo.fr/faits-divers/la-mosquee-de-limoges-profanee-avec-des-excrements-736195-2012-09-12

    Par contre, il n’a rien déclaré suite à la profanation d’une église d’Indre-et-Loire : « La porte de la sacristie était ouverte. La porte du tabernacle avait été arrachée, tout était saccagé à l’intérieur. Dans la sacristie, tout était sens dessus dessous. Dans le tabernacle, le ciboire et les hosties qu’il contenait ont été emportés. »

    Qui ne sait pas que les hosties servent aux messes noires ? Pour un chrétien, c’est très grave ! C’est un sacrilège ! A noter que cette région de France a vu de nombreux vols d’hosties ces derniers temps !

    http://www.lanouvellerepublique.fr/Indre-et-Loire/Actualite/Faits-divers-justice/n/Contenus/Articles/2012/09/12/Qui-a-vole-le-ciboire-de-l-eglise-de-Cormery

  6. […] En tant que français je refuse que mon pays soit chamboulé et perde son fil avec son histoire. Nous sommes un peuple très catholique élevé dans la foi de Jésus. Notre peuple, notre histoire est entièrement lié à ce destin de roi. D’ailleurs les prophéties disent que nous vivons des temps de souffrance, que la France en subira pleinement le châtiment de son cosmopolitisme avant d’en être libéré par un roi, un roi très catholique: Lire ICI […]

    • duc dit :

      On ne peut empêcher quelqu’un d’aimer sa patrie ! C’est à dire le pays de ses pères ! Mais nous arrivons maintenant à une période qui renie la famille ! On nous prépare à un monde où un enfant ne saura peut être plus ce que c’est d’avoir un père et une mère ; il n’aura plus de frère ni de sœur (enfant unique) ; il sera éduqué par l’état dès le plus jeune âge pour justement qu’il ne soit pas influencé par sa famille. Voir l’incroyable interview d’Aaron Russo :

      https://effondrements.wordpress.com/2012/05/15/aaron-russo-et-nicholas-rockefeller/

      L’Europe nous fait retourner à l’ère communiste en douceur ! La commission européenne n’est pas élue par le peuple ! Le président de Grèce, d’Italie non plus ! Les Français, les Hollandais, les Irlandais disent non au traité de Maastricht mais on ne tient pas compte de leurs votes…. Par contre on va envoyer des bombes en Libye, faire une guerre « humanitaire » soi-disant pour la démocratie ! On va aider les rebelles en Syrie avec l’Arabie saoudite alors que dans ce pays, une femme ne peut même pas conduire une voiture !

      Avant la Révolution Française, les rois avaient leurs défauts mais au moins ils défendaient la France ! Après on s’est mis à naviguer vers l’internationalisme communiste ou le capitalisme mondialiste. L’argent devenait le seul critère. D’où les effroyables guerres mondiales !

      https://effondrements.wordpress.com/2012/06/06/lintelligentsia-sioniste-responsable-de-la-seconde-et-troisieme-guerre-mondiale/

      J’ai grand plaisir à lire votre blog « Citoyen Engagé » ! En espérant qu’il puisse continuer longtemps à nous éclairer.

      http://litinerantcitoyen.wordpress.com/

  7. elisabetta dit :

    A l’heure actuelle en Europe, il y a des rois corrompus ce qui fait que je ne croyais pas à la royauté mais le jour ou j’entendrais dire qu’il y a un vrai descendant royale vraiment chretien alors je me joindrai aux royalistes. Mais pour ce qui me concerne, je n’ai plus confiance aux institutions chretiennes alors je célèbre moi-même l’eucharistie avec le saint-Esprit pour la sanctification du pain et du vin en mémoire de jésus-christ.

    • duc dit :

      Certaines personnes sont dans l’impossibilité actuelle de communier et ne peuvent se confesser: comme les divorcés remariés vivant maritalement par exemple ou ceux qui ne peuvent encore résoudre des situations de péché (concubinage, adultère, etc…). Mais, s’ils sont de bonne volonté et souffrent de cet état de fait, ils peuvent recourir à la Communion spirituelle.

      Selon saint Thomas d’Aquin (Somme théologique, III, q.80, a.1) il y a deux manières de recevoir l’Eucharistie : l’une sacramentelle par laquelle on reçoit le sacrement et ses effets (si on est en état de les recevoir: en état de grâce), et l’autre spirituelle par laquelle on reçoit l’effet du sacrement qui consiste à être spirituellement uni au Christ. Dans ce dernier cas, c’est le désir de recevoir les fruits de ce sacrement par une foi vive, un esprit d’humilité (la conscience de ses fautes qui nous ont mis dans cette nécessité) et d’Espérance, qui nous unit spirituellement au Christ présent dans la sainte Eucharistie.

      http://eucharistiemisericor.free.fr/index.php?page=1305082_communion

      N’importe quel roi ou pape est avant tout un être humain ! Ils doivent eux aussi porter leur croix. ! Tout aussi difficile que pour n’importe qui !

      L’important c’est sa conscience ! Ëtre de bonne volonté, c’est déjà pas si mal !

  8. Luc dit :

    Vu le nombre de Français qui se sont révoltés de la participation de l’armée française en Libye (c’est à dire très peu), il serait normal que la France en souffre après et qu’on leur rende la monnaie de la pièce !

    Et ce n’est pas Michel Collon qui dirait le contraire !

    Les manipulations sont partout, et on vient encore de le voir avec cette histoire de film ‘L’innocence des musulmans » :

    http://edition.cnn.com/2012/09/12/world/anti-islam-film/index.html?hpt=hp_t2&usg=ALkJrhjr-WPKmoeKpeQjH4iIAGejm5vX9Q

    Qui a dupé les acteurs ? Y a t-il des groupes occultes aux Etats-Unis qui poussent à une confrontation généralisée entre musulmans d’un côté et juifs et chrétiens de l’autre ? Car le film réalisé par l’israélo-américain Sam Basile a fait mouche.

    http://www.algeriepatriotique.com/article/la-cia-t-elle-ordonne-jones-de-provoquer-les-musulmans

    Ce film est un navet exécrable :

    • Anne dit :

      C’est un remake de l’anti-cléricalisme de nos francs-maçons sionistes !

      C’est une vaste offensive pour qu’il y ait un clash des civilisations. entrainer l’opinion américaine à être contre les Musulmans pour Israël !

      Qui ne sait pas encore que le sionisme est un facteur de guerre ? Les sionistes sont tellement forts qu’ils arrivent à entrainer les occidentaux à aller au casse pipe à leur place !

      Pierre Dortiguier semble être aussi de cet avis !

      http://french.irib.ir/analyses/interview/item/212688-pierre-dortiguier,-sp%C3%A9cialiste-des-questions-internationales

      • Bohémond dit :

        Il faut arrêter d’écrire n’importe quoi et de diffuser des conneries hallucinantes sur le Net !
        Le film satirique « l’innoncence des musulmans » aurait été réalisé par Alan Roberts, 65 ans, réalisateur de films pornographiques et d’action à petit budget… et aurait été commandité par des évangéliques antimusulmans (?). Dans un entretien avec l’AFP, Steve Klein (qui serait un militant opposé à l’islam), aurait reconnu avoir collaboré à la réalisation de ce film es qualité de consultant. En revanche mercredi, il avait nié l’implication d’Israël dans la production et assuré que l’auteur du film se cache derrirèe un pseudonyme «Sam Bacile». Un copte (Egyptien chrétien) Nakoula Basseley aurait lui aussi reconnu sa collaboration en tant que producteur du film, tout en déclarant vendredi à la radio américaine en arabe Radio Sawa ne pas regretter ce tournage. Source AFP et 20 minutes : http://www.20min.ch/ro/news/monde/story/Le-film-anti-islam-realise-par-un-cineaste-porno-24052163
        Merci de prendre ces information avec prudence car cette affaire pue la manipulation grotesque. EN revanche la colère démesurée des islamistes montre le degré de soumission fanatique et leur capacité à souffrir et faire souffrir. Il faut arrêter toute cette souffrance inutile.

        • duc dit :

          Ce n’est pas l’habitude des « faux juifs » d’agir directement ! (voir Apocalypse de St Jean, chapitre III, verset 9) Bohémon ! Ce sont des menteurs nés !

          Vous parlez des Évangéliques ! Mais qui sont ils ? Ils sont anti-pape, connus pour être manipulés par la CIA et être sionistes à mort !

          Les médias parlent de plus en plus des Évangéliques, mais quelles sont leurs croyances, pratiques et opinions ? Quelques réponses…

          Le mal, qui sera reproché aux évangéliques, s’ils ne se repentent pas d’ici-là, est le même que celui que St Paul faisait avant sa conversion : il croyait plaire à Dieu en persécutant l’Église (Ac 9.4) ! Ainsi les évangéliques haïssent-ils aujourd’hui l’Église catholique jusqu’à la traiter d’anti-Christ… Mais comment prétendre faire la volonté de Dieu, qui est le salut des hommes (1 Tm 2.4), et haïr la seule Église que Jésus a fondée pour cela (Mt 16.18), laquelle se reconnait à son unité dont le pape est le signe et l’instrument, unité qui est la condition du salut du monde (Jn 10.16, 13.35, 21.15-18) ?

          De plus, ayant rejeté le Corps mystique du Christ qui subsiste dans l’Église catholique romaine, ils se seront privés de la communion à sa Chair et à son Sang… Or, dit Jésus : « Si vous ne mangez pas ma Chair et si vous ne buvez pas mon Sang, vous n’aurez pas la Vie en vous. » (Jn 6.53) ! Jésus n’a pris chair de la Vierge Marie que pour nous la donner en communion, et que nous devenions ainsi nous-mêmes le Corps du Christ (1 Co 12.27) ! Voilà jusqu’où va le mystère de l’Incarnation, et pourquoi il n’y a qu’une Église, comme il n’y a qu’un Corps et qu’un Esprit, un seul Seigneur, une seule foi et un seul baptême (Ep 4.3-6, 11-16) !

          Il est notoire que la Maison-Blanche, le Congrès et la CIA suivent et gèrent avec un grand intérêt l’expansion des Eglises évangéliques :

          https://www.voltairenet.org/article130687.html
          http://www.etudes-geopolitiques.com/article7.asp

          • Bohémond dit :

            « Ne regardez pas la paille qui est dans l’oeil des évangéliques, mais plutôt la poutre qui est dans le vôtre ! » Ne vous ai-je pas déjà écrit « Duc » que vous vroyez détenir vous aussi la « Vérité » alors que vous n’êtes que dans la souffrance ? Ne vous ai-je pas déjà écrit que le message du prêtre saduccéen médecin Yéshua de Nazareth a été travesti autant que l’esprit de son message ? Votre pensée est formatée par les mensonges de l’église catholique au point que, tenter de vous prouver que vous êtes dans l’erreur, est, comme pour les musulmans, provoquer en vous une déstructuration mentale. Comme vous avez un problème d’affect, vous ne pouvez que refuser et rester aveugle car vous voulez exister… en réalité vous chercher votre raison d’être incarné, votre mission… Vous critiquez les evangéliques que je connais pour les avoir bien observés , église à laquelle je n’adhère pas plus que la vôtre. Ils ont au moins une qualité, celle de faire revivre les communauté chrétienne des premiers siècles qui combattaient la souffrance. Car ils refusent de sacraliser la souffrance et ne conçoivent pas l’amour dans le sacrifice ultime. Ils ne redoutent pas non plus la mort et considèrent Yéshua comme un ami qui chemine à leur côté dans leur vie. Grâce à leur approche, ils arrivent plus facilement que d’autres à découvrir leur mission et à l’accomplir. Cependant je ne fais pas leur apologie et ne vous engagerais pas à vous « convertir ». Je vous ai déjà écrit que dieu est une pure création humaine et que pour autant ni vous, ni moi, ni personne ne pouvons nous prendre pour dieu, puisque dieu n’existe pas. Nous appartenons à la communion des âmes qui fait exister ce monde. Vous êtes incarnés pour un mission bien précise que vous ignorez manifestement encore avec souffrance mais que vous devez trouver par vous même. Evitez de stigmatiser et de juger ceux qui vous semblent dans l’erreur et qui sont en réalité dans la souffrance. La souffrance ne se combat pas par la souffrance… Vos parents vous aiment Duc et ils sont prés de vous.

        • Aaron dit :

          J’ai personnellement vu la vidéo de 14 minutes. Seule la vérité blesse. Comme je l’ai récemment lu dans un commentaire, Mahomet était le chef d’une bande de pillards et de voleurs; il a même, à un moment donné de sa « brillante » carrière trouvé refuge auprès des Juifs de Médine qu’il massacra par la suite afin de leur exprimer sa gratitude.
          Voilà donc l’infâme individu que des millions d’individus glorifient!!!
          En définitive il est rendu aux islamistes la monnaie de leur pièce.

  9. Otho dit :

    Les persécution des chrétiens semblent être vrais !

    A l’instar de leurs frères au Moyen-Orient, de nombreux chrétiens sont contraints de tout quitter pour survivre, au Nigéria. Les attentats à la bombe et les meurtres privés de signification de nigérians innocents se poursuivent dans le nord du pays alors que, dans le sud, on continue les enlèvements, les assassinats et les vols à main armée !

    La mouvance islamiste Boko Haram ne cache pas son objectif final : l’élimination totale des chrétiens dans le Nord.

    Des dizaines de milliers de chrétiens sont obligés de fuir dans le Sud. Fuir non seulement les massacres, mais aussi les actes d’intolérance et de discrimination, parmi lesquels :

    De fausses accusations de blasphème contre l’islam, à la suite desquelles des chrétiens sont contraints d’abandonner travail ou promesse d’avenir,
    La démolition d’églises considérées comme illégales,
    Des enlèvements et conversions forcées d’adolescents, qui se concluent par des mariages avec des musulmans,
    Des intimidations et menaces de mort contre les musulmans qui se convertissent au christianisme, etc.

    430 églises détruites depuis les élections du 16 avril 2011
    14 000 victimes depuis dix ans
    250 000 personnes déplacées
    1400 tués par Boko Haram depuis 2010
    12 États sur 36 appliquent déjà la charia (loi coranique)

    http://www.aed-france.org/projets/nigeria-chretiens/

    Où sont les vrais religieux Musulmans ? Pourquoi ne condamnent-ils pas ces actes de barbarie ?

    • Andrée dit :

       » La France devient le repaire d’un grand nombre d’étrangers qui écoutent si l’horloge de la sentence ne va pas bientôt sonner. »

      Déjà, pourquoi a-t-on accepté le droit du sol ? Anecdote amusante, celle de jean Marie Le Pen :

      Il expliqué à l’université du FN que, si le droit du sol était appliqué aux animaux, « une chèvre née dans une écurie serait un cheval ». Rumeurs offusquées dans les rangs de la presse… Et pourtant… Comme l’a relevé Laurent de Boissieu, journaliste politique à « La Croix », la formule n’est pas de Le Pen mais de Montesquieu, esprit supposé « éclairé » s’il en est, qui, dans son oeuvre majeure, L’Esprit des lois (1748), avait écrit : « Le droit du sol est l’absurdité qui consiste à dire qu’un cheval est une vache parce qu’il est né dans une étable.»

    • Anne dit :

      Selon Marc Fromager, directeur France de l’Aide à l’Église en détresse (AED), «Les chrétiens restent le groupe religieux le plus discriminé dans le monde: 75 % des cas d’atteintes à la liberté religieuse les concernent. Sur 131 pays de culture chrétienne, il n’y en a pas un seul où la législation sur la liberté religieuse laisse à désirer. Sur 49 pays de culture musulmane, 17 ne tolèrent aucune autre religion et contrôlent étroitement les croyants non musulmans, 19 reconnaissent théoriquement la liberté religieuse mais ne l’appliquent pas en pratique.»

      http://www.lefigaro.fr/international/2012/10/17/01003-20121017ARTFIG00726-dans-le-monde-les-chretiens-sont-les-plus-discrimines.php

    • Andrée dit :

      Selon un journaliste russe, la France commence à craindre au niveau des tensions inter-ethniques :

  10. Bohémond dit :

    Voilà un homme qui se prend pour Yéshoua !!! Regardez c’est l’antichrist, ça y est, il est à Londres et vient à pieds jusuqu’à nous… http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=2DbaeaFCAbU
    Vous voyez qu’on peut faire n’importe quoi pour impressionner des êtres faibles en trompant les perceptions !
    Arrêtez donc de prophétiser n’importe quoi pour exploiter les peurs et les souffrances des naïfs ! Vous êtes entrain d’alimenter la chaudière au lieu de freiner le Titanic et vous allez droit sur l’Iceberg. Pourtant si vous évitez l’Iceberg, la suite ne sera pas une catastrophe ! Il y a toujours une meilleure voie à suivre et aussi une meilleure petite voix intérieure… A vous de trouver votre missionici bas !

  11. Luc dit :

    Espérons que ce Roi arrivera avant que la dictature en France supprime la constitution et la protection des droits des Français !

    Ron Paul, la défend en s’attaquant à la loi NDAA signée par Obama !


    NDAA + EEA = Pleins pouvoirs aux militaires – James Corbett (Global Research Tv) :

    • Tonio dit :

      Quand on voit Obama ici piégé par Fox News sur son soutien à Al-Qaïda en Syrie, on voit que les médias ne nous disent pas toute la vérité !

      Pourquoi les États-Unis, ou plus exactement pourquoi l’Occident qui dit combattre Al-Qaïda en Afghanistan, au Yémen, au Pakistan et ailleurs, soutient ce dernier en …Syrie ?

    • Benoit dit :

      22 états d’Amérique du nord voudraient faire sécession ! Pas étonnant. En ce moment, la Maison Blanche devra étudier une pétition en ligne, sur la sortie des États du Texas et de la Louisiane des États-Unis.

      Dans le cadre du programme «We The People», l’administration présidentielle s’est engagée à répondre à toutes les initiatives de la communauté recueillant 25.000 signatures, en 30 jours, et les deux pétitions séparatistes ont respecté cette condition. La pétition sur l’indépendance du Texas a recueilli plus de 60.000 signatures, depuis le 9 novembre. Les auteurs de la pétition expriment leur mécontentement de la politique du gouvernement fédéral et lui demandent d’accéder, pacifiquement, à leur indépendance. l’indépendance est désormais réclamée par une vingtaien d’Etat dont New Jersey, Arkansas, Ocklahama , New York…..

  12. Gabi dit :

    Lisandru reçoit Philippe Murer (Forum Démocratique) et Pierre-Yves Rougeyron (Cercle Aristote) au sujet du TSCG et de l’Union Européenne.

    http://rim951.fr/?p=2143

  13. Carlos dit :

    La recherche islamique permet au Sheikh Imran Hosein d’y voir plus clair sur la géopolitique actuelle. Mais il oublie que chez les Chrétiens, ce même genre d’analyse existe grâce à l’aide continuelle de Jésus ou de la Vierge auprès de messagers humains. Mais laissons Hosein donner son avis sur les événements :

    Sur ce qui vient d’arriver à Benghazi avec la mort d’un ambassadeur américain était planifié. Il a été tué par des guerriers du Dajjal. Ces mercenaires islamiques extrémistes ne mènent pas le djihad ou alors c’est un djihad sioniste. Tout part du constat que les sionistes font faire les guerres par les autres pour leurs propres profits. C’est de cette manière qu’il faut comprendre les guerres en Libye, en Syrie ou au Pakistan et en Iran plus tard. Bien entendu, la Chine et la Russie ne se laisseront pas faire.

    Le film sur la vie de Mahomet n’avait comme but que de faire gagner des points à Romney contre Obama. Si les médias commencent à faire circuler que l’Islam est une menace pour le monde, c’est pour insinuer que l’Amérique a besoin d’un président qui saura tenir tête aux Musulmans. Et là ils veulent dire par là qu’Obama en est moins capable.

    Il n’y aura aucune guerre avant le 6 novembre pour cette raison. Car Obama n’y tient pas. Ce qui met en rage les sionistes. Pour cette raison, Israël pourrait très bien préparer quelque chose en décembre comme il y a 4 ans avec la bande de Gaza.

    La manipulation sioniste est remarquable. Il suffit de voir comment elle a réussi à embobiner les soufistes turcs pour qu’ils aident à mettre en place le gouvernement actuel en Turquie et qui est à fond pour l’Otan. Mais si ce gouvernement attaquait la Syrie, il ne pourra pas éviter une guerre civile dans son pays. Oui, la Malhahma ou Armageddon se profile à l’horizon. Aussi cette guerre civile libèrerait la Turquie du joug de l’Otan. Ce qui ouvrirait le Bosphore à la marine russe, lui permettant d’entrer en Méditerranée et menacer Israël.

    Si les Américains sont encore en Afghanistan c’est tout simplement pour cibler le Pakistan qui a des armes nucléaires. Et le nucléaire est la seule menace faisant peur aux sionistes. Car cela les empêcherait de prendre le leadership du monde à la place des USA. Tout l’intérêt du 11 septembre vient de là. Il ne faut oublier que ces sionistes ont des liens occultes. Les dates sont choisies par rapport aux étoiles. L’attaque de la Libye était un 11 septembre, l’ambassadeur est mort la même date etc…

    Si Romney devient président, il devra faire ce que les sionistes veulent et ce qu’Obama refusait jusqu’à maintenant de faire. Si les sionistes ont fabriqué des kilomètres de souterrains ce n’est pas pour rien. Ils tiennent à cette guerre nucléaire détruisant l’Amérique et l’Europe. Moins il y aura de monde ensuite, plus facilement pourront-ils prendre la tête du gouvernement mondial. L’un des leurs deviendra le Dajjal. Ce n’est qu’après que le Messie viendra : Jésus.

    • Otho dit :

      Florilège d’autres prophéties :

      http://www.greatdreams.com/prophen.htm

      Qui oublie que Dieu peut faire retarder les malheurs sinon les supprimer, oublie que si la Vierge Marie prévient les hommes, c’est justement pour que ces malheurs prophétisés s’éloignent de nous !

      • John dit :

        Brother Adam, Wuerzburg 1949:

        « La guerre va éclater dans le sud-est, mais ce n’est qu’une ruse. Ainsi l’opposition doit être induite en erreur ; la Russie a longtemps préparé son plan d’attaque. Chaque officier russe a déjà l’ordre de mouvement dans le sac et n’attend que le signal de départ. Premièrement, la poussée principale est effectuée contre la Suède et est dirigée ensuite contre la Norvège et le Danemark. En même temps, des sections de l’armée russe avanceront par la Prusse occidentale, la Saxe et la Thuringe jusqu’au Rhin, afin de prendre le contrôle de Calais et de la Côtes de la Manche. Au sud, l’armée soviétique rejoindra l’armée yougoslave. Leurs armées vont se confédérer pour pénétrer en Grèce et en Italie. Le Saint-Père doit fuir rapidement pour échapper au bain de sang. Cardinaux et évêques tombent. ils essaieront également d’avancer par l’Espagne et la France sur la côte atlantique afin de s’unir à l’armée combattant dans le nord et d’achever l’encerclement militaire du continent européen. La troisième armée russe, qui a pour tâche de s’occuper des zones délaissées, doit renforcer le communisme continental. Mais le siège du gouvernement mondial communiste ne devrait pas être Moscou. Bamberg en Bavière sera laissé de côté, car l’armée est perturbée dans son avance en raison des révolutions dans le sud et va être en dissolution rapide quand un grand monarque déterminé par Dieu attaquera l’armée du nord en Basse-Rhénanie et la maîtrisera avec les armes les plus modernes. En Saxe, l’armée, qui à contre courant se sera remis au combat, sera frappée et détruite. Ainsi prendra fin la guerre en Allemagne. Le reste des armées russes sera poursuivi profondément dans les terres de la Russie et anéanti. »


        Sister Elena Aiello Italy, (1959 – 1961)

        « une autre guerre terrible viendra de l’Est à l’Ouest. La Russie avec ses armes secrètes combattra l’Amérique et envahira l’Europe. Le Rhin sera débordant de cadavres et de sang. L’Italie sera également harcelée par une grande révolution, et le pape souffrira terriblement. »


        A Sister of Queen Brigite Order, Rome (published in 1970)

        « La troisième guerre mondiale commencera quelques jours après le meurtre d’un dirigeant du secteur de la Yougoslavie-Hongrie. »


        Anton Johansson, Sweden (1858-1909)

        1) L’Inde sera occupée par la Chine.
        2) De nouvelles maladies utilisées comme armes feront 25 millions de morts.
        3) La Perse et la Turquie seront conquises par ce qui semble être des troupes russes.
        4) Les révolutionnaires déclencheront des troubles et la guerre en Inde et en Égypte pour faciliter l’occupation de l’Inde et de l’Europe.
        5) Les Russes vont conquérir les Balkans.
        6) Il y aura une grande destruction en Italie.
        7) La « tempête rouge » approchera la France à travers la Hongrie, l’Autriche, le nord de l’Italie et la Suisse. La France sera conquise de l’intérieur comme de l’extérieur.
        8) Les dépôts d’approvisionnement américains tomberont entre les mains des Russes.
        9) L’Allemagne sera attaquée par l’est.
        10) Il y aura une guerre civile, les Allemands se battront contre les Allemands.
        11) Le bloc de l’Est provoquera une guerre civile en Angleterre.
        12) La Russie mènera une attaque de masse contre les États-Unis, de sorte que les forces américaines ne pourront pas renforcer l’Europe.
        13) De nouvelles armes vont provoquer d’énormes ouragans et tempêtes de feu aux USA où les plus grandes villes seront détruites.

        The monk of Werl, Cologne (1801):

        « Il y aura une guerre terrible ; d’un côté seront les gens qui vivent là où le soleil se lève, de l’autre tous ceux qui vivent là où le soleil se couche. La Russie enverra d’énormes masses de soldats et de cavalerie cosaque. On combattra longtemps sans résultat décisif, jusqu’à ce qu’on arrive enfin au pays du Rhin, où pendant trois jours les combats seront si intensifs que l’eau du Rhin sera rouge. Cette guerre arrivera quand la religion sera majoritairement méprisée. Quand personne ne voudra plus obéir, quand on ne pourra plus distinguer le riche du pauvre, quand les peuples se livreront entièrement aux plaisirs sensuels, quand l’iniquité atteindra son paroxysme… Puis la paix reviendra en Allemagne ; la France retrouvera son roi et le berger ramènera son troupeau. »

        Lucia, the last living seer from Fatima, 7 April 1990 (Fatima was 1917):

        « Les événements qui se déroulent en Europe sont une tromperie. La Russie sera le fléau de toutes les nations, car elle n’a pas été convertie. La Russie attaquera l’Occident et la Chine envahira l’Asie. »

        Erna Stiglitz, Augsburg (1894-1975) :

        « Fin juillet, les premières lignes soviétiques progresseront rapidement en Europe occidentale. »

  14. Anne dit :

    Pourquoi la France boira la lie :

    Parce qu’elle n’a pas su écouter le président Théodore Roosevelt qui disait déjà en 1912 :

    « Derrière le gouvernement visible siège un gouvernement invisible qui ne doit pas fidélité au peuple et ne se reconnaît aucune responsabilité. Anéantir ce gouvernement invisible, détruire le lien impie qui relie les affaires corrompues avec la politique, elle-même corrompue, tel est le devoir de l’homme d’Etat ».

    Mathilde Lemoine, directrice des études économiques chez HSBC France en est consciente quand elle dit :

    « L’activité des prochains mois en Europe dépend de la capacité des Européens à enfin accepter l’existence d’autorités bancaire et budgétaire supranationales. »

    Cela veut tout simplement dire la fin de la démocratie et le pouvoir donné à la Haute Finance qui est apatride.

    Se souvenir de Sarkozy qui était prêt à vendre la France pour un plat de lentilles :

    Mais tant que l’État français ne se remettra pas à utiliser son droit régalien de créer lui même sa monnaie, se prêtant ainsi à 0%, elle s’enfoncera, jusqu’au jour où elle sera à genoux et aux mains de ces banquiers sionistes.

    • Andrée dit :

      Tombée dans le piège de la haute finance internationale sioniste, la France est obligée de réduire son armée, outil de sa souveraineté. Les temps vont pourtant être très durs, une armée forte va être nécessaire dans les mois à venir. Que fait le gouvernement ? Il la sacrifie. Il ne la paye même plus :

      http://www.midilibre.fr/2012/10/03/ces-militaires-que-l-armee-ne-paie-pas-pour-cause-de-bug,572333.php

      Nos politiques sont des criminels car ils laissent les Français sans défense. Les sionistes qui veulent prendre le pouvoir mondial avec Jérusalem comme capitale n’auront pas de mal pour appliquer leur razzia.

    • Tonio dit :

      Pour 2013 elle s’enfonce encore et d’une manière volontaire !

      Ce tableau nous apprend que l’Etat dépensera en 2013 374,5Mds d’Euro alors qu’il n’en aura dépensé que 368,6Mds en 2012! L’Etat dépensera donc 5,9Mds d’euros DE PLUS en 2013 qu’en 2012 !

      La jolie histoire des 3 fois 10Mds (10Mds d’économie de l’Etat, 10 Mds d’augmentation de la fiscalité sur les particuliers et 10Mds d’augmentation de la fiscalité sur les entreprises) n’est qu’une fable.

      Et comme on le prévoyait, le traité budgétaire a été adopté au final par 477 voix pour, et 70 contre.

      http://www.lemonde.fr/politique/article/2012/10/09/feu-vert-des-deputes-a-la-ratification-du-traite-europeen_1772594_823448.html

      N’est-il pas inquiétant de voir des parlementaires voter pour la fin de la souveraineté de la France ?

      Bien entendu, malgré la crise et les restrictions budgétaires, la ministre des Affaires sociales et de la Santé, Marie-Sol Touraine, vient d’annoncer une nouvelle mesure qui devrait entrer dans le projet de loi de financement pour 2013 de la Sécurité Sociale. Il s’agit de la prise en charge à 100 % des interruptions volontaires de grossesse (IVG) par l’assurance maladie.

      Actuellement, un avortement coûte, selon la méthode utilisée (médicament ou intervention chirurgicale) et selon le lieu (hôpital ou cabinet médical), entre 200 et 450 euros, remboursés à 70 ou 80 % par l’assurance maladie. Selon un rapport de l’Inspection Générale des Affaires Sociales (IGAS) d’octobre 2009, le coût des IVG représente 70 millions d’euros dont 55 millions « sont pris en charge par l’assurance maladie », le reste constituant le ticket modérateur, à la charge des patientes.

      N’est-il pas totalement malvenu de faire peser sur ces mêmes contribuables français, le coût d’un choix personnel de certains d’entre eux. Qui plus est lorsqu’il s’agit du choix d’éliminer son propre enfant ! Cette mesure injustifiable économiquement ne fera également qu’augmenter le nombre d’avortements, pourtant reconnu comme trop élevé.

    • Benoit dit :

      Pourquoi donc les états européens n’écoutent pas leurs propres populations ? Parce que leurs politiques se trouvent avec un pistolet sur la tempe ! Ils doivent obéir à ceux qui ont le pouvoir aux USA. Car l’Europe est une création des USA. En faisant entrer dans cette organisation le maximum de pays, les Américains peuvent ainsi tirer les ficelles.Les Français n’ont plus que 29 voix sur 345 pour décider. C’est à dire 8,4%.

      Le 19 septembre 2000, le Daily Telegraph de Londres, par la voix d’Ambrose Evans-Pritchard, annonçait que les archives déclassifiées de l’administration américaine montraient que l’ancien premier ministre belge Paul Henri Spaak, Robert Schuman et bien d’autres étaient employés par les services américains. Les fonds étaient transités pour camoufler leur action, par le biais des fondations Rockefeller et Ford.

      https://effondrements.wordpress.com/2012/06/20/leurope-des-tricheurs/

      Mitterrand ne disait-il pas que « la France est en guerre contre les USA. Ils veulent le pouvoir sans partage sur le monde. »

    • Tonio dit :

      Pourtant, lors de la remise du prix Nobel de la paix à l’Europe à Oslo, François Hollande a réitéré son propos tenu au Monde le 17 octobre dernier : « la crise de la zone euro est derrière nous…La Grèce, nous avons enfin apporté les fonds qu’elle attendait. L’Espagne, nous avons permis au secteur bancaire d’être renfloué. L’Italie, même s’il y a une incertitude politique, je suis sûr que les Italiens vont y répondre, comme il convient….Et donc, tout ce que nous avons à faire ce n’est plus simplement de sortir de la crise de la zone euro: c’est fait. »

      Doit-on le croire ? Bien sûr que non ! Les États de l’UE sont endettés pour une seule et unique raison : l’article 123 du traité de Lisbonne, ex-article 104 du traité de Maastricht, dont l’objet est la privatisation totale de la création monétaire des États. Au titre de cet article, il est interdit aux États d’emprunter des capitaux à taux zéro auprès d’une banque centrale. Conséquence : pour financer leur déficit, les États sont contraints d’emprunter auprès des marchés financiers. Petit problème, contrairement aux prêts contractés auprès d’une banque centrale, les prêts contractés auprès des marchés financiers comportent des intérêts.

      En France, chaque année, les intérêts de la dette sont équivalents aux recettes de l’impôt sur le revenu, soit près de 50 milliards d’euros. Cette dette comme celles des pays de l’UE, ne sont rien d’autre que le résultat de l’accumulation, durant des décennies, d’intérêts gigantesques dont le paiement a rendu impossible le remboursement du capital de la dette.

      Moralité ? Les dettes des États membres de l’UE ne seront pas remboursables tant que de nouveaux intérêts viendront s’empiler toujours plus lourdement d’année en année sur des finances publiques déjà sur les rotules. Autrement dit, tant que les États de l’UE resteront liés à la politique de dette dictée par les traités européens, leur dette ne pourra structurellement qu’augmenter. Sauf cas de banqueroute partielle, tout remboursement de la dette est absolument inenvisageable.

      Tous les efforts budgétaires prévus par la TSCG n’y pourront rien, tous les « quantitative easing » de la BCE ainsi que tous les prêts du MES resteront coups d’épée dans l’eau. Les jeux sont déjà faits. L’euro a été condamné à mort par la privatisation de la création monétaire.

  15. Otho dit :

    Bild se demande si la France va devenir « la nouvelle Grèce » ?

    http://www.bild.de/politik/ausland/euro-krise/wird-frankreich-das-neue-griechenland-26957242.bild.html

    Dans cet article, le constat est clair: « Sans le tandem Allemagne-France, rien n’est possible en Europe », écrit Nicholas Blome, « mais la France est sur le déclin avec de mauvais chiffres, une confiance en baisse et un François Hollande qui ne répond plus. »

    La France peut encore emprunter de l’argent à des taux raisonnables, souligne Bild, « mais ses chiffres structurels ne sont pas sans rappeler certains pays du sud de l’Europe. » La Grèce pour ne pas la nommer.

    Le journal énumère les chiffres: plus de 25% de chômage chez les jeunes, déficit budgétaire de 5%, croissance nulle, secteur automobile en pleine crise. « Bientôt, le financement de la dette deviendra difficile et la France aura de vrais problèmes », prévient l’ancien chancelier Gerhard Schröder…

    http://www.huffingtonpost.fr/2012/10/31/bild-grece-france-presse-allemagne_n_2048450.html?utm_hp_ref=france

    • Line dit :

      La France n’est-elle pas le quatrième pays le plus préoccupant ?

      http://www.economist.com/blogs/graphicdetail/2012/09/daily-chart-10

      • Otho dit :

        La France n’est plus un état puisqu’elle ne peut plus rien faire. De plus, elle sait qu’il n’y a aucune chance que les engagements qu’elle a pris puissent être tenus. Marie-France Garaud le dénonce très bien et ose parler à juste titre de forfaiture de Sarkozy et Fillon avec leur passage du traité au parlement alors que les Français y étaient contre un an auparavant !

        Grosse raclée pour l’UMP ! La France n’est plus un État par Marie-France Garaud

        • Carlos dit :

          « Il semble que la phase d’autodestruction de notre défense soit désormais irrémédiablement engagée. » C’est par cette phrase lapidaire que Georges-Henri Bricet des Vallons conclut son article que Polémia a relevé dans Le Nouvel Economiste du 1 au 7/11/2012, et publié ci-après :

          http://www.polemia.com/article.php?id=5203

          La France n’a plus les moyens de payer ses militaires ! Cela dit, si c’est pour aller tuer en Libye ou en Afghanistan, ils ne méritent pas leurs soldes ! Encore une fois, leur devoir est de défendre le pays en cas d’attaque pas d’être offensif.

      • Engel dit :

        Le ministre allemand des Finances Wolfgang Schäuble aurait demandé au Conseil des experts économiques de son pays de réfléchir à des propositions de réformes économiques pour la France, craignant une chute de la deuxième économie de la zone euro et de ses conséquences sur le devenir de l’Europe dans son ensemble…

        « Le principal problème en ce moment, ce n’est plus la Grèce, l’Espagne ou la l’Italie, c’est devenu la France parce qu’elle n’a rien entrepris de nature à rétablir sa compétitivité, au contraire, elle va dans l’autre direction ! », a poursuivi Lars Feld.

        http://lejournaldusiecle.com/2012/11/10/lallemagne-craint-leffondrement-economique-de-la-france/

  16. Hercule dit :
    SIGNES AVANT-COUREURS ET AVERTISSEMENTS (Extraits d’extases de Marie-Julie Jahenny) (Mise-à-jour du 29-12-2011) /////////////////////////////////////////////////////// 1874-01-01 : « Quand vous entendez un blasphème, dites un Gloria Patri. C’est une consolation pour le Ciel ! » /////////////////////////////////////////////////////// 1874-07-29 : Sainte-Anne, patronne de la Bretagne : « C’est Moi qui vous protégerai des dangers dans la Bretagne et qui étendrai ma main pour renverser tous les ingrats. Non, la Bretagne ne périra pas. Je l’ai toujours protégée. Je la protégerai encore. Mais priez et venez à mon béni sanctuaire ! » /////////////////////////////////////////////////////// 1874-11-26 : Le Sacré-Cœur annonce à Marie-Julie : « J’ai voulu prévenir mon peuple, pour qu’il ne soit pas surpris. Attendez dans la confiance et l’espérance… Douter, ce serait M’offenser… Sois sûre, France, les jours et les heures sont marquées dans Mon Cœur ; encore un peu de temps et J’accomplirai Mes promesses ! » /////////////////////////////////////////////////////// 1877-05-25 : Saint Michel annonce : « La France est à la veille de son malheur et de son bonheur : le malheur pour les pêcheurs, le bonheur pour les justes ». « Avant que la Paix refleurisse sur la terre, il faut qu’une grande pénitence fléchisse la colère divine. C’est le Seigneur Lui-même qui exerce Sa Justice. Il n’appartient qu’à Lui de châtier, mais en châtiant, Il purifiera la terre et son peuple. Il n’épargnera rien. Il cultivera la terre pour y semer une nouvelle semence ». /////////////////////////////////////////////////////// 1877-10-24 : Notre Seigneur annonce : « Ma victime, tu vois que l’heure fatale va gronder sur la France et au-delà. Le bien et le mal vont se combattre. Le mal, pendant un moment, sera vainqueur mais, bientôt, cédera devant le bien. L’Univers sera presque renversé, car mon peuple est coupable. J’ai promis que les châtiments du ciel éteindraient la race corrompue. Le moment va venir. Je fermerai la bouche des impies. Je les surprendrai par ma Justice. Je ne puis plus supporter le mal. Je suis comme dans une piscine où l’eau me gagne ; je suis submergé. – C’est vrai, Seigneur. Si, depuis Pontmain et l’apparition de Notre-Dame d’Espérance, nos cris n’étaient arrivés à vous, vous nous auriez déjà foudroyés. – Je me laisserai encore toucher, mais seulement après la destruction que j’ai promise. Ceux qu’au milieu des cendres j’aurai épargnés seront la gloire de la France. – Oh ! Seigneur, je vois votre Justice sur la France. – Ce sera un moment terrible pour les ingrats et les méchants. Ce moment sera sans frayeur pour les justes. Je vais être foulé aux pieds : ma prison d’amour sera violée, mais je n’y serai plus. Mes ministres m’auront soustrait et emporté, caché sur leur cœur. Mon temple sera souillé et plein d’horreur, mais ce moment sera court. Mon sanctuaire vous sera fermé; mais je serai avec vous, et ces jours seront rapides. La France coupable verra le sang couler ; ma douleur sera amère, mais je resterai insensible. La terre sera abreuvée du sang des martyrs et de celui des impies : le premier criera miséricorde, le second vengeance ». /////////////////////////////////////////////////////// 1877-11-29 : La Sainte Vierge annonce : « J’ai prié ; j’ai pleuré ; j’ai souffert… Je suis descendue sur la terre pour les avertir. J’ai promis le salut si l’on faisait pénitence… J’ai annoncé au clergé de fatales perditions ; j’ai fait entendre pour lui mes menaces, s’il faiblissait dans l’orage et la tempête. J’ai pleuré sur la France. J’y ai tracé le chemin de la Croix. J’ai ouvert des fontaines pour laver les malades. J’ai consolé mon peuple, lui promettant de le sauvegarder. Tout cela n’a pas touché le coupable. Il est resté dans le crime ; son châtiment est proche… » /////////////////////////////////////////////////////// 1878-08-19 : Saint Grégoire le Grand, Pape, vient donner ses consignes à ceux qui doivent combattre en notre époque si terrible : « Qu’aurez-vous à faire ? Attendre, prier et faire ce que Dieu veut. Aimons Dieu de tout notre cœur, servons Dieu fidèlement, servons-Le à travers les obscurités qui se trouvent en nous, servons-Le malgré les ténèbres où Dieu nous laisse et où il nous faut marcher, servons-Le quand même. Quand même la lumière de vos âmes serait complètement éteinte, servons-Le quand même ; servons-Le toujours. Ne perdez pas courage, traversez tous les périls, affrontez les dangers et Dieu vous comblera de Ses grâces et de Ses consolations. Qui peut nous rendre heureux sur la terre, si ce n’est la paix de Dieu qui vit en nous, qui travaille en nous, qui prie en nous ? Sans cette paix, l’homme devient comme un damné, il court et se précipite dans le premier gouffre qu’il rencontre, parce que c’est l’affreux ravage que font en lui tous ses amours déréglés… » Après sa mort en 1878, le Pape Pie IX apparaît à Marie-Julie, lui aussi appelle au bon combat : « Prenez vos armes, et si elles sont rouillées, il faut les frotter… Préparez vos armes ; les meilleures sont la prière, la Foi et la confiance ». /////////////////////////////////////////////////////// 1878-09-08 : « J’aimerais mieux aller en prison que de dire tout ce que je sais sur le prêtre ; j’aimerais mieux être traînée par le cou que de le révéler : il y a de quoi faire trembler le ciel, non pas la terre, mais le ciel, avec ses puissances et ses prodiges. Notre-Seigneur dit que la faiblesse du prêtre est grande et, qu’à peine l’heure fatale aurait-elle sonné, qu’un grand nombre serait à la tête des impies pour déformer son nom et le profaner. Mes enfants, dit la Sainte Vierge, je veux vous dire que vous marchez dans la lumière… Quand, dans ce lieu où je me plais, vous commencez votre travail pour mon divin fils, la lumière descend sur vous, vous éclaire, vous guide et vous dirige. La lumière luit sur ce papier où vous recueillez si bien les paroles de mon Fils. Mes enfants, que j’aime ce lieu où vous habitez ! Que j’aime ce petit coin de France où Dieu vous a fait naître! Voilà un moment bien redoutable qui se prépare. Ne vous effrayez pas si je vous parle aussi ouvertement. Ce sera une heure bien amère pour les hommes de cette terre sans foi, sans amour et sans religion. Ils vont subir le coup terrible qui leur est depuis longtemps réservé. Ce coup est suspendu encore. Si vous entendez courir des bruits, des bruits de scandales affreux par leur laideur, si vous voyez venir jusqu’à vous des espèces de doctrines empoissonnées, ne soyez ni surpris ni troublés. Ce sera une grande perdition pour les âmes peu solides. Laissons-les travailler à leur gré : une autre loi saura bien les arrêter. Mes enfants, si vous saviez combien est petit le nombre de ceux qui soutiennent la foi ! Si vous saviez combien ce petit nombre sera contredit, raillé, insulté, tourné en dérision ! J’ai, depuis longtemps, le dessein de m’adresser à une âme. Le moment approche où je serai forcée de parler à nouveau. Ce sera la dernière fois que je ferai passer mes grands avertissements. Je n’ai pas encore choisi cette âme. Cela se fera sans bruit, sans agitation, avec simplicité, comme toutes les œuvres de mon Fils et les miennes ». /////////////////////////////////////////////////////// 1880-06-28 : « Mes enfants, dit la Ste Vierge, faites attention à mes paroles… (…) A partir des années 80, Satan fera beaucoup de révélations (…). Il sera impossible de démarquer son langage, car il imitera trop bien les paroles du Christ et ses révélations. En chargeant ces âmes, il veut perdre beaucoup de prêtres pieux, les égarer profondément dans toutes ces choses. Il veut en perdre aussi beaucoup qui ne sont pas prêtres… » /////////////////////////////////////////////////////// 1880-08-30 : L’extase qui suit nous donne une vue d’ensemble du plan divin de purification : « Je vois qu’au moment où le Seigneur monté au Ciel, prit possession de son Royaume Éternel, à ce moment, l’enfer devint le Royaume de l’Ennemi. Le Seigneur s’empara de son royaume terrestre et dit :  » Je suis établi Roi Éternel.  » Satan, furieux, cherche quelque détour pour étendre malicieusement sa puissance… Il demande un partage… Le Seigneur lui dit :  » Tu Me seras soumis, tu ne feras que ce que te permettra la Loi Éternelle… Je te laisse le pouvoir de tenter tous les hommes, de les faire souffrir jusqu’à une certaine mesure, mais Je serai présent… Au commencement, tu ne feras pas beaucoup de prodiges ; ils te serviront à faire le mal. Je te laisse permission de tenter Mon peuple, mais Je ne te permettrai jamais de prendre la forme divine, ni celle de figures véritables…  » Satan dit :  » Je transformerai tout en outil de travail contre Vous, je mettrai la révolte, la guerre, la division partout. Je renverserai le temple de Vos prières ; j’y établirai des idoles qu’on adorera. J’y briserai tout.  » Jésus dit :  » J’écraserai sous la foudre du Ciel, tous ceux qui te seront donnés pour l’enfer. Je rétablirai Mon peuple ; Je le préserverai des fléaux ; Je relèverai les ruines. Je te précipiterai dans l’abîme, mais seulement après que tu auras usé des pouvoirs que Je te laisse pour le moment… Pendant les ténèbres, il y aura beaucoup de conversions ; beaucoup d’égarés reviendront à Moi par le repentir ». /////////////////////////////////////////////////////// 1880-09-20 : Marie-Julie demanda à quelle époque Satan devait régner en maître. La flamme du Saint Esprit lui répondit : « C’est celle où vous êtes maintenant, enfants de Dieu ». « Si les justes n’avaient pas redoublé de prières, surtout en égard des justices annoncées depuis des siècles, la Main du Seigneur se serait appesantie sur tout son peuple, et les plus grandes épreuves auraient depuis longtemps visité Ses enfants ». /////////////////////////////////////////////////////// 1880-11-30 : Les Châtiments : « Les foudres du ciel se succéderont avec une violence rapide. Le feu du ciel parcourra la terre sur une largeur effroyable : cette foudre vengeresse brûlera toute pointe qui produit du fruit. Les terres cultivées seront ravagées par la puissance de ce feu ; les prairies seront brûlées et réduites à une terre complètement dépouillée. Les fruits ne paraîtront point ; toutes les branches d’arbres seront sèches jusqu’au tronc. Enfants de la Bretagne, vous userez, pour conserver vos récoltes, de ce que la bonté de mon Fils vous a révélé : c’est le seul moyen de sauver votre nourriture. Mes enfants, pendant trois jours le ciel sera en feu, sillonné de frayeur par la colère divine. Ce qui m’attriste, c’est que cette colère n’arrêtera pas la force de l’enfer. On ne craint ni mon Fils ni l’enfer. Il faut que ce temps passe. Le péril de la France est inscrit au ciel par la puissance éternelle. Je ne peux plus intercéder ; je ne suis plus qu’une mère sans puissance. Pendant plusieurs années, la terre ne produira rien. La France sera malheureuse, même après son triomphe. Pendant deux ou trois ans, elle se ressentira de ces ruines et de ces misères profondes. La misère sera grande, bien que mon peuple soit éclairci. La prière ramènera la bénédiction. Mon Fils et moi, nous aurons pitié de cette longue pénitence. Mes enfants, priez pour l’Église ; priez pour tous ses ministres priez pour le Pape, car on attentera à ses jours. Ce lieu aussi sera criblé de vengeance, et le mal y fera des sans mesure, malgré la foi d’une grande partie de mon peuple. Le mal, que j’entrevois si proche, laisse à mon cœur une blessure qui durera toujours : une perte d’âmes considérable, la foi ruinée, le baptême souillé. Toutes ces lâchetés, que je vois, changeront en mauvais chrétiens beaucoup de mes enfants. La France périra – pas toute, mais beaucoup périront – Elle sera sauvée avec un nombre bien petit… O France, on apportera, jusque dans tes lieux, la poussière de l’étranger. Tu ne pourras renvoyer ces étrangers. Tu fus si noble, ta noblesse sera perdue. J’ai vu tout passer sur terre. Jamais – je vous le dis avec un cœur de mère – jamais je n’ai eu sous les yeux l’attente de pareils crimes, de pareils malheurs : violations, sacrilèges, attentats. C’est dès aujourd’hui que je vois toutes ces peines. Oh ! Priez, mes enfants ! Je m’arrête sur ces douleurs. Reposez-vous, mes enfants ». /////////////////////////////////////////////////////// 1881-02-08 : « Quand vous le pourrez, mes enfants, dites, soir et matin, le Miserere tout entier. Si vous êtes empêchés, dites-le au moins une fois. Si vous ne le pouvez pas, récitez un Pater et un Ave, ou l’acte de contrition au pied de la Croix ou en vous tournant vers l’Église ». « Priez beaucoup pour l’Église, pour les prêtres et pour les pêcheurs, pour ceux qui vont faire lever le désordre et recrucifier mon Fils… Mes enfants, faites le Chemin de Croix qui, en peu de temps, mènera au Ciel bien des âmes… Faites beaucoup de communions, récitez le chapelet ». /////////////////////////////////////////////////////// 1881-03-08 : « Les serviteurs du Seigneur font bien la divine volonté. Ils attendent, avec confiance, l’arrivée de toutes choses ». /////////////////////////////////////////////////////// 1881-06-09 : « Ma douleur la plus profonde, c’est de voir cette sorte de joie de cœurs chrétiens – qui ont été chrétiens, mais qui ont perdu la grâce – c’est de voir cette joie quand la puissance des hommes mortels va ordonner dans tout ce royaume, une religion affreuse, opposée à celle qui existe aujourd’hui et qui fait le bonheur de Mon peuple. Je suis inconsolable. J’y vois courir, pour se soustraire à la mort et s’arracher aux supplices imposés, des multitudes de chrétiens. Je les vois embrasser cette religion d’un cœur joyeux, sans réflexion sur Moi, sur l’Église, sur leur Baptême et sur tout ce qui fait du bien à l’âme chrétienne… En manifestant ces signes à Mon peuple (les avertissements), je veux reprendre Mon peuple, avant de le punir, car Je l’aime… Du haut de Ma gloire, je vois entrer avec empressement dans cette religion coupable, sacrilège, infâme, en un mot semblable à celle de Mahomet… (Parce qu’elle nie la divinité de Jésus-Christ) j’y vois entrer des Évêques. En voyant ces Évêques, beaucoup, beaucoup, et à leur suite tout le troupeau, et sans hésitation se précipiter dans la damnation et l’enfer, Mon Cœur est blessé à mort, comme au temps de Ma Passion… Je vais devenir un objet d’horreur pour la plus grande partie de Mon peuple. Toute la jeunesse sera gâtée et bientôt tombera dans une putréfaction dont l’odeur sera insupportable… » /////////////////////////////////////////////////////// 1881-08-04 : La Flamme du Saint-Esprit : « L’amour du Seigneur ne se lassera jamais de répandre au-dedans de nous-même ses plus douces faveurs. Ce qui met obstacle à Son Amour, ce sont les nombreux péchés de tant et tant de malheureux qui rejettent l’Amour de leur Créateur pour se livrer à toutes sortes d’abominations. Notre Seigneur s’approche de son peuple et lui fais passer ses douleurs et la vue d’un avenir malheureux. Il demande à Son peuple : « Veux-tu faire passer mes avertissements ?  » L’âme accepte et Jésus fait de cette âme le facteur des bonnes et tristes nouvelles. Le Seigneur se choisit des âmes apôtres pour la France et au-delà. Plusieurs de ces âmes seront des flambeaux lumineux pour le temps de la terreur. Il y aura un mal sans remède que rien ne pourra arrêter sans un ordre divin. Il va falloir ces âmes apôtres et leurs dons visibles de Dieu pour modérer toute l’ardeur du mal de ces hommes qui ne respirent que la rage révolutionnaire. Les bons et les justes seront repoussés comme des brebis galeuses, du milieu de ces hommes qui ont déjà la puissance et la liberté de tout livrer à feu et à sang. Les desseins du Seigneur sont impénétrables mais le Seigneur en laisse sortir une pointe rayonnante sur laquelle ses proches desseins se laissent sonder facilement. Le Seigneur ne cache rien à Son peuple. Il est prêt de susciter des flambeaux au cœur de ce royaume et dans la Bretagne catholique où la foi cependant diminue en beaucoup de cœurs. Dans le Cœur du diocèse où demeure le Pasteur des brebis, les desseins du Seigneur sont d’élever là une âme et de lui faire rapporter toute la gravité des malheurs et toute la grandeur des peines qu’il aura à souffrir, toutes les luttes surtout lorsqu’il verra sous ses yeux l’affreux désordre de ses temples en lambeaux devenus la caverne et le refuge des scélérats. Tout le cœur du diocèse (Nantes ?) ne sera pas en cet état, mais un côté où se trouve le soleil quand on chante l’angélus. Le Seigneur chargera cette âme pour peu de temps de cette grande mission. Les choses lui feront voir tous les jours les spectacles bien terribles de ses prêtres auxquels la vie sera enlevée et un grand nombre de son troupeau, sur ce côté, gisant dans la poussière et le sang. Le cœur du Pasteur ne renferme guère de sensibilité pour les plantes chrétiennes rachetées par le sang éternel. Il fuira, ou bien des ordres sévères de Dieu l’arrêteront auparavant. Il y en aura bien d’autres à abandonner pour aller se réfugier sous la tente qui sauve. Cette tente, c’est l’abomination du reniement de l’Eglise ! Un peu plus tard, le Seigneur lui-même saura arranger toutes choses car le Pasteur du troupeau d’aujourd’hui ne voudra plus reconnaître la voix foudroyante du Dieu Eternel. Malheureux les hommes qui persévèreront dans le refus de ces derniers avertissements, car, après ces paroles nouvelles, il n’y aura plus qu’une heure avant que la France entière ne soit livrée au désordre, avant que ne soient levés tous les crimes de l’horrible terreur. Déjà, tout sera commencé. Le commencement sera modéré par endroits, en d’autres, il sera dans toute sa fureur. La protection ne sera pas égale pour tous, ce sera dans ces villes, où la source s’accroit tous les jours en mal et en horreur ». La flamme du Saint-Esprit dit encore : « Le Seigneur a dévoilé celle qui protégerait la terre des vrais bretons ; et la bonté du Seigneur l’appellera, au temps nécessaire, pour découvrit tous les pièges infernaux et le renversement du temple de la Mère de la Mère de Dieu sur la terre de Sainte Anne. C’est elle qui, par Dieu, recevra la connaissance des desseins des hommes qui amèneront enchaînés et liées, les époux, les épouses, les enfants de la terre où il fut fait tant de martyrs sur ce sol arrosé de sang. C’est cette âme qui en sera chargée, si elle a encore à qui faire passer ces choses-là, car les hommes du pouvoir auront prononcé le mot de vivre ou mourir. Pour échapper, il faudra tout quitter, abjurer la foi catholique. Le Pasteur de là restera t-il jusqu’à cette heure, entre la lutte et le combat ? Combattra t-il pour garder son honneur encore, ou bien aura t-il cédé sous l’empire frémissant qui attire la colère de Dieu ? La foi est faible ; pour se sauver, on vend son âme et l’on va s’asseoir parmi ceux qui ont en mains la victoire pour aujourd’hui encore et demain jusqu’à l’heure de l’éclat ». Dans la suite de cette extase, Marie-Julie annonce des âmes privilégiées qui annonceront à plusieurs provinces de France des lieux de refuge. Marie-Julie termine : « Merci, Flamme vive, merci Pères et Frères, si vous entendez mes plaintes, ne m’en voulez pas. On crie de toutes parts, (le clergé de Blain) à mon défaut d’humilité, à l’orgueil, au manque de charité, à l’invention. On crie de tous côtés, mais je ne m’en inquiète pas ; car le ciel ne me fait aucun reproche. On dit encore que j’ai pu interpréter telle ou telle parole, quand cela ne me plait pas. Mais devant Dieu, mon âme sera bien innocente car, si Lui ne me menait pas, je n’aurais jamais eu la connaissance de tout cela. Je ne m’en serai jamais fait une idée avec ma pauvre ignorance et dans mon pauvre village. La Flamme du Saint-Esprit : « Courage, persévérance ! Tu seras le Vainqueur ». Marie-Julie : « Je ne désire que la volonté de Dieu, qui est là et qui parle à mon âme. J’ai des amis, je n’en désire pas d’autres ». /////////////////////////////////////////////////////// 1882-01-24 : « Il n’y a que la prière qui peut sauver la terre qui peut donner la victoire… Je ne peux vous donner cette victoire tant désirée. Il n’y a pas assez de prières, de sacrifices, de calvaires… ». /////////////////////////////////////////////////////// 1882-03-15 : « Dans le soleil, la flamme dit : – Jusque dans les lieux les plus retirés, les suppôts de l’enfer travaillent, maintenant, à des écritures abominables. Mon peuple les trouvera partout sur son chemin. Beaucoup de coureurs appellent les ouvriers à la révolte, à cause du manque de travail qui est leur pain de chaque jour… – Les petites villes, comme les grandes, seront bientôt perdues par des groupes d’ouvriers qui n’ont ni asile ni refuge. Ils s’étendront partout, surtout que l’heure où ils pourront se rassasier ne tardera pas à sonner. La flamme dit : – Partout, la France presqu’entière sera soulevée contre l’église. On répandra sans repos, sur la Foi et l’Eglise, des articles abominables que le monde, sans l’enfer, n’aurait jamais su inventer. – Les indignes ennemis du Dieu-Sauveur, qui s’assemblent dans les loges et les remplissent, sentent le moment approcher. Ils vont se lever, pleins d’espoir, pour jeter boue et scandale sur les apôtres de Dieu et sur son église. C’est par eux que la jeunesse finira d’oublier son Créateur et Rédempteur. Ce temps fait frémir, au sujet de ceux des chrétiens dont la foi se trouvera inébranlable. La Mère de Dieu, poussée par l’amour de son cœur, va redescendre sur la terre, apparaissant à son peuple d’une façon qui sera sans mesure. Elle va renouveler sa descente du ciel sur terre, dans les environs des montagnes de la Salette. Elle apparaîtra, suspendue sur une nuée blanche, environnée d’une guirlande de roses, pour dire : « La terre ne sera qu’un tombeau, depuis l’Alsace-Lorraine, qui n’est pas comptée, jusqu’au bord de la Bretagne. » La mère de Dieu manifestera une autre gloire à son peuple, comme dernier trait de son amour, au sujet de la douleur des chrétiens. Dans le nord de le France… Elle viendra, avec des signes de deuil, et n’adressera que trois paroles qui seront entendues par une dizaine d’âmes. 1° toute la terre, excepté la Bretagne, ne sera qu’un tombeau sans vie. 2° L’église va souffrir des persécutions telles que l’enfer n’en aura jamais inventé de plus cruelles. 3° le Centre deviendra une terre imbibée de sang. Le dernier qui y coulera sera celui de l’homme que le ciel maudit à cause de ses crimes. La flamme dit encore : – Mon peuple, ne crains rien. Nos victimes seront alors revenues à l’abri de l’orage de feu et de flammes. Leur grande œuvre ne s’arrêtera pas pour cela l’espace d’une minute. Le ciel baissera sur terre les signes de sa justice. La terre étrangère ne récoltera aucune nourriture. Une pluie de feu réduira en poussière la nourriture de ces peuples où sont mêlés chrétiens, non-catholiques et mahométans. La flamme dit encore : – La Terre de France va subir aussi la Justice de Dieu. Pendant trois années, les pommes de terre pourriront à l’heure de la semence ; le blé ne poussera pas ou s’arrêtera à mi-hauteur. Les fruits noirciront un ver en rongera l’intérieur, avant qu’ils aient atteint la grosseur du doigt. La flamme dit : – Le Centre et ses demeures seront broyés par la violence du tonnerre de Dieu. Les frémissements et tremblements de terre se multiplieront, jours et nuits, sans cesser, pendant quarante-trois jours. La mer s’agitera et jamais de tous les siècles, ses vagues et ses flots n’auront pris une forme semblable. Tout le monde de cette époque périra à jamais. Mon peuple, si Dieu te parle ainsi, c’est qu’il ne peut plus soutenir sa justice inexorable. Il te dit : n’aie pas peur, j’ai tous les pouvoirs. Maintenant, mon peuple, que rien ne t’épouvante. Si, demain, tes oreilles entendent des bruits nouveaux ; si tes yeux parcourent des lignes qui font frémir, que rien ne t’étonne ! C’est l’enfer qui se met à l’œuvre. Il faut que la terre périsse : pas toute, mais plus de la moitié de la moitié. La terre deviendra le désert, mais Dieu la repeuplera dans la paix et la tranquillité. /////////////////////////////////////////////////////// 1882-03-29 : « J’ai renouvelé bien des fois, dit le Seigneur, le secret de l’humble fille de la montagne. Ma sainte Mère portait l’instrument de ma Passion. Elle répétait : – Les plantes chrétiennes seront si clairsemées que la terre ressemblera plutôt à un désert qu’à une terre habitée par des chrétiens, qui sont si nombreux pourtant… Il y aura si peu de monde resté dans ces contrées qu’un grand nombre d’églises ne seront plus occupées, même par une seule âme. Ce sera selon les contrées et selon les progrès de l’iniquité ». /////////////////////////////////////////////////////// 1982-08-25 : « Mes enfants, avant même, peut-être que la première crise de la Fille aînée de l’Église ne soit commencée, il y aura des nouvelles douloureuses de ces peuples : Angleterre, Perse, Jérusalem. Tous auront subi de grands maux. Mes enfants, je prévois qu’à la sortie de ce trouble, il y aura un nouveau règne pour la terre anglaise et un choix se fera, quand, soudain, la mort viendra frapper ceux qui ont en main le gouvernail de ce Royaume. Pour cette terre… il se fera bien du mal et elle sera divisée en quatre parties, car leurs volontés ne s’accorderont nullement… Le choix des Catholiques sera rejeté ». /////////////////////////////////////////////////////// 1882-10-05 : Avertissement : « Mon peuple, mon peuple, mon peuple, tes yeux vont voir le commencement de l’heure épouvantable, quand le froment en herbe ne sera pas au troisième nœud de sa croissance (le froment est semé en février, le nœud 1 est situé en mars et le 3ème nœud en mai). Au moment où mon peuple n’aura plus qu’à s’armer de foi et d’espérance, encore en la saison dure, pendant quatre heures – de midi à quatre heures en France – en des jours durs encore. Le soleil aura comme un voilement de deuil. Il sera obscurci, sans lumière. Jamais personne sur la terre ne pourrait croire aux noirceurs de ces ténèbres. La terre n’aura plus rien. L’œil sera voilé, sans qu’il puisse apercevoir le moindre objet. Mon peuple, ce sera le commencement des châtiments de Ma justice. C’est le soleil qui annoncera ces douleurs ; le ciel qui pleurera, sans pouvoir se consoler, parce que ce sera l’entrée du temps où les âmes se perdront, l’entrée, en un mot, de l’épouvantable malheur. Mon peuple, cette obscurité, couvrira la Bretagne l’espace de quatre heures, mais il n’y aura pas de mal… Petite frayeur simplement. Vous n’aurez pas peur ! » /////////////////////////////////////////////////////// 1882-10-10 : « Ma fille, dit la Sainte Vierge, j’ai besoin de faire passer mes paroles à mon peuple, peuple plus nombreux, il est vrai, mais fidèle et juste. Mes enfants écoutez ma parole. Dans le centre, à descendre sur la terre de Périgueux… – Dame ! Je ne sais pas ce que c’est que ce mot là ! – Sois tranquille, mes serviteurs le connaissent. Là, en cette terre de Périgueux, un mortel outrage attend mon Fils. Des groupes d’hommes, du côté de ceux qui mènent la France à l’abîme, vont en quatre immenses rassemblements, pour déclarer vouloir la même chose qu’au temps passé de 93. Il n’y aura q’un cri : « Nous voulons le sang des victimes et la mort de ceux qui ne pensent pas comme nous, et qui nous combattent ». Mes enfants, sur la terre de Périgueux, un tremblement soudain va tomber sur les enfants, entre dix et seize ans. Leur corps sera tremblant et agité. La malédiction du ciel les fera marcher d’une manière toute opposée à la marche du chrétien sur ses pieds. Aucun homme mortel ne pourra alléger le châtiment. Je déclare l’art humain impossible ». « La Sainte Vierge dit : « Mes enfants, en descendant sur le midi où la colère de mon Fils parle déjà… au moment ou des rassemblements d’humains, semblables à des lions, marcheront triomphalement sous l’empire des gouvernants, pour piller la France… au moment où se compléteront les discours d’ouvriers, prisonniers de tous les mauvais, et qui n’attendent qu’un cri pour marcher sur la route de la révolution… A ce moment, deux petits enfants français seront soudain enveloppés d’une éblouissante lumière. Ils seront encore à l’âge où le langage est à peine compréhensible. Voici le refrain qu’ils répéteront : « Arrêtez vos desseins, arrêtez vos complots et, surtout, arrêtez toutes les ambitions qui vous pressent de ramasser les trésors du pauvre peuple que vous allez immoler ». Mes enfants, l’un de ces anges de la terre mourra immédiatement, né d’une famille pauvre, d’un père portant le nom d’Henri et d’une mère portant celui de Marthe. Le récit de cette histoire ne passera pas inconnu. L’autre enfant survivra quelques jours de plus, jusqu’à l’heure où la révolution régnera dans son éclat. La fin de son langage sera ceci: « Un ange du ciel vous offre le drapeau de celui qui doit régner noblement et qui descend de l’illustre famille blanche ». Les paroles dernières du faible enfant provoqueront l’éclat dernier de la fureur. Les éclairs du ciel réduiront en cendre les plus riches de ces villes, dont l’une est bien connue par son nom qui indique la force » ». /////////////////////////////////////////////////////// 1882-10-26 : « Je lis cette parole : Préférez, chers fils, la palme du martyre, plutôt que d’accepter les offres de ceux qui vous auront réduit à de si pitoyables douleurs, et qui vont envahir votre chère France entière par leur puissance et leurs massacres impies et pervers. Chers fils, groupez autour de vous vos fils et vos frères-prêtres afin de les protéger contre l’offre des hommes mortels, contre lesquels ils sont avertis. Cette douleur vous contristera l’âme et vous brûlera le cœur, comme si la mort venait vous frapper. Vous allez voir circuler des paroles dans la France si chère à tous les Papes, surtout à celui qui règne maintenant, et qui pleure chaque jour à la vue des abîmes où se perdent ses enfants ». /////////////////////////////////////////////////////// 1882-11-16 : La seconde Flamme dit : « Le Seigneur, las des offenses de la terre, va, par un châtiment terrible, rendre plus des trois quarts de la France stériles des fruits de sa Providence. Une ruine, voulue par son inévitable Justice, va retomber sur la France catholique et impie. Tout ce qui, en France, fournit à presque tout le peuple ses trésors et ses aises, tous ces riches palais où sont produits les bénéfices de la nation, tout cela, le Seigneur va le détruire par un châtiment terrible, sous la forme d’un écroulement de terre. Tous ces hauts édifices, qui sont une partie du pain de la France, s’écrouleront. Dieu va surprendre ceux qui travaillent sans penser à lui, ni à sa puissance qui donne tout sur la terre ». La troisième Flamme dit à son tour : « Le Seigneur va renouveler la terre, comme au temps d’autrefois quand les signes de sa gloire étaient si manifestes. En la terre d’Amiens, la Mère de Dieu est sur le point de se fixer un nouveau séjour, pour y venir avec l’Enfant Jésus dans ses bras maternels, et prévenir ce peuple, mélangé comme partout. Jésus a, dans sa main droite, un trait et, dans l’autre, une forme de coquille largement ouverte qui indique à tous les justes, la barque du salut au milieu des luttes promises. A trois reprises différentes, en l’intervalle de douze à seize jours, au-dehors de cette ville immense, près d’un petit coteau très étroit que le feu a plusieurs fois ébranlé, paraîtra la forme d’un petit soleil deux fois large comme le cœur de la main. Ce petit soleil fera le tour de cette montagne bien étroite et très basse. Hors de la ville, à une distance assez longue, il y a un petit hameau retiré et bas, bien simple au regard des passants. Le petit soleil passera par le toit, après en avoir fait trois fois le tour, par temps sombre, Hors de la ville, à une distance assez longue, il y a un petit hameau retiré et bas, bien simple au regard des passants. Le petit soleil passera par le toit, après en avoir fait trois fois le tour, par temps sombre, vers quatre heures et dix minutes du soir. Il laissera la forme d’un jet de sa flamme très mince et très étroit. Il passera sur le toit ; puis ce jet disparaîtra comme s’il n’eût jamais été. Et la Flamme dit : « Couché dans un berceau, un enfant de douze mois, d’une beauté semblable à celle d’un ange… A lui est réservé, dans sa petitesse innocente, un acte grand et sublime. L’enfant, attiré par l’éclat d’un petit soleil, sera porté au lieu indiqué, sur les bras de sa mère. Une voix d’homme, la plus forte, la plus éloquente et la plus instruite de la terre, ne pourrait jamais arriver au développement frappant de la voix de cet enfant. La voix retentissante de cet ange mortel annoncera, d’une voix qui se répandra à des lieux de distance, annoncera, par permission divine, les terribles malheurs qui attendent la patrie. Il l’annoncera très peu de temps avant que ces projets ne s’éveillent ». Comme bien d’autres en France, le clergé de ce lieu refusera de croire aux ordres du ciel. L’autorité sera punie : des coupables tremperont leurs mains dans le sang de ces hommes qui auront refusé de se rendre à la voix du ciel. La voix dit qu’Amiens sera terriblement punie : des rassemblements de mauvais chrétiens y feront de grands désordres par le feu et les armes mortelles. La Flamme dit : « Cet enfant parlera environ vingt-sept minutes avec, dans la voix, des sanglots qui feront s’émouvoir jusqu’aux brins d’herbe. Cette annonce, terrible pour la France, sera universelle ». La Flamme ajoute : « Les dernières minutes seront terribles pour la terre de la Ville Eternelle. Le fléau qui s’y découvrira sur les Russes, après deux jours seulement, semblera proche de terribles épreuves pour ce peuple » ». /////////////////////////////////////////////////////// 1882-11-21 : Avertissement et Découvertes de Prophéties : « En entrant en vision, je me trouve transportée sur un sommet d’où je contemple l’étoile lumineuse qui fait le guide de mon âme. Je la suis, et je vois qu’elle me dirige vers une sorte de temple rayonnant de céleste beauté. Je pénètre dans cette vaste demeure à la clarté sublime ; et je vois la Sainte Vierge à genoux, au milieu d’une lumière resplendissante. Elle me dit : « C’est ici, qu’en la pureté de mon âme et de mon corps, je fus présentée au Seigneur, aujourd’hui, jour de la Présentation ». Elle dit : Père infiniment saint, je vous supplie, de mon cœur d’épouse et de mère, de bien vouloir mettre fin, sur terre, aux épreuves des chrétiens justes et fidèles qui croient aux promesses de votre divin Fils, qui est aussi le mien. – Très digne Mère de mon Fils, répond le Père Eternel, Celui que j’ai envoyé sauver le monde est entré enfin dans la grande décision, pour l’accomplissement des promesses qu’il avait révélées aux saints et aux saintes dont l’Eglise chante ou chantera la gloire… Très sainte Mère de Jésus, prévenez votre peuple que l’approche du Seigneur n’est plus éloignée. Mais, d’abord, il va prendre en main, rapidement, le rétablissement de ses œuvres glorieuses. J’assure, et je déclare à mon peuple de la terre, que mon Fils a commencé… à manifester la conquête des coupables. – Oui, Père divin, des hommes saints, serviteurs choisis par votre Fils Eternel pour l’accomplissement des triomphes de l’Eglise, ont déjà vu, de leurs yeux mortels, le règne bien annoncé des méchants et des coupables, en cette lutte où le sang sera doublement versé. Elle dit : Mes enfants, voici le signe qui vous indiquera que le combat est proche pour sauver l’Eglise et sa fille aînée. D’abord tous les méchants vont régner victorieusement. Leur volonté ne sera point renversée, avant les époques indiquées dans les extases passées, avant que tous ces hommes… – Pas fort, bonne Mère, je souffre d’atroces douleurs au-dedans de mon cœur qui souffre déjà de la douleur annoncée. S’il vous plaît, bonne Mère, pas fort. – Non, mes enfants, mais je dois vous avertir gravement que le mal va empirer, et que ceux qui le font vont triompher comme c’est annoncé. Après leur règne de courte victoire sur les blancs – et sur ceux qui ne le sont pas – tout mon peuple aura plus ou moins à souffrir ; après que la victoire des impies aura couvert presque toute la France de sang et de morts, la blanche armée de la victoire fendra rapidement ces milliers et ces milliers de triomphateurs coupables qui seront punis. Mes enfants, elle traversera la rougeur de leurs âmes ; mais ils ne changeront ni de pensée ni d’opinion. Ce sera visible jusque sous les yeux du Sauveur mortel et des « royals » soldats. Le châtiment les aura atteints ; mais ils ne seront pas changés. Mes enfants, dès que le signe de Dieu sera commencé, ne vous étonnez pas ; disposez-vous à en voir fuir dans les abris, en toutes les parties de la France et non d’un seul côté… Mes enfants, ne soyez pas surpris si le rouge de ce signe reste le dernier. L’armée des justes, des soldats de la Croix, mêlée à d’autres braves, traversera presque toute le France, sous le feu des signes de Dieu. Elle sortira de Bretagne pour se rendre jusqu’au fleuve où le Sauveur de la terre doit arriver avec sa propre armée. Ils se rejoindront tous ensemble, sous l’étoile de la victoire. Ma fille, remarque bien cette parole : ce sera sous des signes du ciel semblables au sang des chrétiens. Au milieu de ces signes sanglants et effrayants, il y aura une blanche lumière qui surpassera la beauté de l’aurore quand le jour paraît. Cette blancheur fendra les sillons de sang et ira au-devant de vous, sur le bord du fleuve. Cette blancheur aura traversé ce sang le jour des souvenirs de la Passion de mon Fils. – Oui, bonne Mère, un vendredi. – Mes enfants, dit la Sainte Vierge, pour que vous ne doutiez pas, je vous décris ce signe que mon Fils vous manifestera à la chute du jour, une preuve véritable… Un signe blanc, à l’ouest de la France, environné d’un rideau de franges diamantées, énorme, l’espace de trois quarts d’heure. Vos demeures en seront éclairées comme par le soleil. Les rues seront aussi claires que dans le jour ordinaire. Au bout d’une demi-heure, une barre rouge se formera, vers l’ouest, en forme de branches ; et des gouttes de sang s’en échapperont. Cette barre rouge cernera la blancheur du signe et en envahira l’éclat de sa lumière. Mes enfants, de l’ouest, ce signe remontera un peu ; puis la barre rouge se dissipera, comme par la victoire de la blancheur. Un samedi, entre cinq et six heures… Je parlerai encore pour prévenir mon peuple des signes du Seigneur. Après ces paroles, la Sainte Vierge tombe à genoux aux pieds du Père Eternel et voici les paroles du Père Céleste : – Très digne Mère de Dieu, mon Fils Eternel veut manifester le signe du Sauveur mortel et tourner sa puissance du côté de l’étranger. Tous les yeux, en France, pourront contempler cette faveur à son égard. – Il sera, reprend la Sainte Vierge, comme un ornement au firmament, sous la forme d’une étoile carrée, portant en son milieu un sceptre et une couronne que pourront bien distinguer tous les yeux des peuples de la terre. Et elle ajoute : Puisque mon divin Fils ne peut convaincre son peuple du jour fortuné qui le surprendra au milieu de ses idées mauvaises et coupables, il commencera par placer sous le firmament l’annonce des prédilections faites aux siècles passés et au siècle présent. Je cite, dit-elle, l’épouse de mon Fils, cette religieuse de Saint Vincent de Paul, qui en cette pauvre Ninive, fut favorisée de mes apparitions glorieuses (Catherine Labouré). – Oui, reprend Marie-Julie, je l’ai connue… Frère, c’était ma sœur de Pau, vue en une vision, il y aura cinq ans le 10 du mois prochain, portant les stigmates du Sauveur. Je le vis, en cette vision, lui mettre la lance au cœur, les clous qui l’ont crucifiée et, de plus, l’éponge et le roseau. Le Seigneur m’avait dit de garder, pendant cinq années, quelques graves paroles de cette vision. J’ai obéi. Il me dit : tu remettras un jour mes trois secrets. Le Père Céleste dit : Il n’y a plus que peu de temps avant le terme. Je cite encore, continue la Sainte Vierge, cette sainte et belle âme, la sœur de la Sainte Face, sœur Saint-Pierre qui avait demandé de rester inconnue jusqu’à la veille des malheurs dont le Seigneur lui avait fait voir l’étrange lutte mortelle. Sous peu, mes enfants, la Touraine va refleurir en mettant à jour ce qui sera le départ de la gloire qui l’attend. Je citerai cette autre servante qui a si noblement prié et souffert, Marie Estelle que les chrétiens ont laissée dans l’oubli, ainsi que les secrets saints que le ciel avait déposés en son âme ». /////////////////////////////////////////////////////// 1882-11-23 : « Un des signes précurseurs de la grande tribulation sera le manque de travail et la montée du chômage : – Tous les ouvriers, dont l’emploi fournissait chaque jour une occupation qui les empêchait de se livrer au mal. Les desseins de ceux qui dirigent la France ont résolu d’enlever à l’ouvrier tout travail, tout emploi… – Mes enfants, il ne va plus y avoir de repos. Nuit et jour, les coureurs (Les factieux) se livrent au mal : l’incendie, l’affreux assassinat. Ils vont user de la poudre violente qui réduit en lambeaux les murs les plus solides bâtis sur la terre ». /////////////////////////////////////////////////////// 1883-10-17 : « Il faudra rester où le Bon Dieu nous aura placés et beaucoup prier. La France n’ayant pas mérité celui qui devait la sauver, Dieu l’a enlevé de la terre (Henri V, le Comte de Chambord) ; C’est le premier châtiment ». /////////////////////////////////////////////////////// 1884-01-01 : « J’ai envoyé Ma Mère, on n’a pas cru à Sa parole. J’ai fait entendre Ma voix, Me choisissant des victimes sur lesquelles J’ai opéré des merveilles. On les a méprisées et persécutées. Je vais Me livrer è Ma colère. Je vais rappeler à Moi Mes paratonnerres ». /////////////////////////////////////////////////////// 1884-01-04 : « La désolation sera si grande et les châtiments si terribles que plusieurs sécheront de frayeur et se croiront à la fin du monde. Il y aura des ténèbres physiques pendant trois jours, et de jour, il y aura une nuit continuelle. Des cierges en cire bénits pourront seuls donner de la lumière pendant cette terrible obscurité. Un seul cierge suffira pour les trois jours, mais dans les maisons des impies ils ne donneront aucune lumière ; pendant ces trois jours de ténèbres, les démons apparaîtrons sous les formes les plus hideuses et les plus épouvantables. Vous entendrez dans l’air les blasphèmes les plus horribles. Les éclairs pénétreront dans vos demeures mais ils n’éteindront pas la lumière des cierges bénits ; ni le vent, ni la tempête, ni les tremblements de terre ne pourront les éteindre. Des nuages rouges comme du sang parcourront le ciel, les fracas du tonnerre ébranleront la terre, des éclairs sinistres sillonneront les nues dans une saison où ils ne se produisent jamais. La terre sera remuée jusque dans ses fondements. La mer soulèvera les vagues mugissantes qui se répandront sur tout le continent. Le sang coulera avec tant d’abondance que les hommes en auront jusqu’à la ceinture. La terre deviendra comme un vaste cimetière. Les cadavres des impies et des justes joncheront le sol. La famine sera grande ; enfin tout sera bouleversé. Les trois quarts des hommes périront. La crise éclatera presque subitement. Les châtiments seront communs à tout le monde et se succéderont sans interruption. Lorsque mon peuple est tombé dans l’indifférence, J’ai commencé à le menacer. Aujourd’hui, il mérite Ma justice. Je suis venu sur la terre ; ils veulent Me chasser, M’enlever Mon Saint Tabernacle, renverser Ma Croix et méconnaître Ma Puissance. – Ô Seigneur, dit Marie-Julie, ayez pitié ! – Oui, J’aurai pitié du bon peuple, mais l’autre, Je l’engloutirai. La terre s’entrouvrira et il disparaîtra pour toujours ». « Quelques-uns peut être riront de notre crédulité. C’est qu’ils n’ont vu ni la guerre ni la Commune en 1870-1871 avec ses horreurs, et qu’ils croient que la guerre actuelle (1914), depuis si longtemps prévue et annoncée, n’est qu’une conflagration résultant de conflits entre nations et non un avertissement du ciel. Plaignons-les et prions pour eux. Les hommes ont voulu faire leurs affaires eux-mêmes ; aujourd’hui le ciel est fermé. Rouvrons-le par la prière et la pénitence et tenons-nous prêts ». /////////////////////////////////////////////////////// 1895-07-02 : Saint Michel dit : «Mes bien-aimés fidèles, courage ! Encore un peu de temps et vous verrez tout l’enfer se déchaîner pour tout renverser. Vous verrez des choses abominables, des violations épouvantables. La malice des hommes va encore grandir en fureur et en méchanceté. La fille aînée de l’Eglise sera divisée, partagée, déshonorée, souillée de crimes… C’est mon dernier mot… » Et la voix vibrante de l’extatique saisi les assistants : « Mes bien-aimés enfants, consolez-vous à l’heure du désespoir terrible, sous le coup de la Justice, la fille aînée de l’Église verra se lever pour elle ceux qui ont été ses sincères amis. Elle sera sauvée et chantera le Te Deum d’actions de grâce ». /////////////////////////////////////////////////////// 1896-09-19 : « Rappelez-vous mes graves paroles sur la montagne de la Salette. Le prêtre n’est plus humble et n’est plus respectueux… ». /////////////////////////////////////////////////////// 1896-12-01 : « Quant je verrai en souffrance la vie des victimes, ma main qui bénit et qui frappe, fendra le firmament et apparaîtra aux regards de mes justes pour les diriger, comme une étoile mystérieuse, vers la terre du repos. Ensuite cette main armée de traits de vengeance, après tant de patience et de bonté, touchera la terre ; et le coup sera le grand coup de ma justice. Un peu plus tard, sous une belle aurore d’un matin plein d’espérance, sortira un Sauveur qui sera choisi par moi pour rendre la paix à mes enfants exilés. Il bénira mes œuvres ; il favorisera mes desseins ; il sera l’ami de Dieu. Si les hommes ne font pas ce qu’ils doivent, je prendrai leur place et je ferai mon œuvre sans les hommes et malgré les hommes ». /////////////////////////////////////////////////////// 1898-05-19 : « Le grand Coup de la main de Dieu ne sera pas de longue durée, mais il sera si terrible que beaucoup en mourront de peur. C’est après ce grand Coup qu’arrivera le triomphe de l’Église et de la France. D’abord paraîtra celui que la France prendra pour son sauveur : mais ce ne sera pas le vrai Sauveur : celui qui est choisi et envoyé par Dieu et qui sera des lys » /////////////////////////////////////////////////////// 1900-04-15 : La Sainte Vierge nous annonce : « Mes petits enfants, c’est la Foi, c’est la confiance, la plus belle prière qui obtient le plus et davantage ». /////////////////////////////////////////////////////// 1901-07-16 : La Sainte Vierge nous annonce : « Mes enfants, quelle puissance que le Saint Sacrifice de la Messe. Ce n’est qu’au Ciel que vous pénétrerez l’immense efficacité de ce prodige de puissance, de bonheur, de merveille et de délivrance ». /////////////////////////////////////////////////////// 1901-09-19 : Notre Seigneur annonce : « Les âmes sont mises en demeure de choisir leur camp. C’est pourquoi un des buts que nous devons poursuivre est de faire connaître le pourquoi des événements ; les dates et les lieux sont du domaine de la Providence :  » il ne vous appartient pas de connaître ni le jour, ni l’heure « , et cette divine Providence n’a jamais abandonné personne ». /////////////////////////////////////////////////////// 1901-09-29 : La Sainte Vierge annonce : « J’ai encore à mes yeux, la trace des larmes que j’ai répandues à pareil jour, en voulant apporter à mes enfants la bonne nouvelle, s’ils se convertissaient, mais la triste nouvelle s’ils persistaient dans leur iniquité. On a fait peu de cas de ce que j’ai révélé… Mes enfants, quand je me rappelle, depuis le jour où, sur la sainte montagne, j’ai apporté mes avertissements à la terre menacée… quand je me rappelle la dureté avec laquelle on a reçu mes paroles… pas tous, mais beaucoup Et ceux qui auraient dû les faire passer dans le cœur de mes enfants, avec une confiance immense et une pénétration profonde, ils n’en ont pas fait cas. Ils les ont méprisées et, pour la plus grande part, ont refusé leur confiance. Eh bien ! je vous assure que toutes ces promesses, mes secrets intimes, vont se réaliser. Il faut qu’ils passent visiblement… Quand je vois ce qui attend la terre, mes larmes coulent encore… Quand la terre aura été purifiée, par les châtiments, de ses crimes et de tous les vices dont elle est revêtue, de beaux jours reviendront avec le Sauveur choisi par nous, inconnu de nos enfants jusqu’ici ». /////////////////////////////////////////////////////// 1904-08-04 : « Dernièrement j’ai bien souffert. Quand de saints Pasteurs prêtres ont voulu que les dernières lignes de mes secrets, sur la montagne des douleurs, soient connues de tout mon peuple, d’autres pasteurs se sont révoltés. J’ai eu la douleur de voir remisées, sous scellés, ces dernières pages qui auraient dû être livrées au monde… C’est parce qu’il y est grandement question des pasteurs et du sacerdoce qu’on s’est révolté, et qu’on a replié les dernières pages de ce secret divin. Comment voulez-vous que les châtiments ne tombent pas sur la terre ? On va jusqu’à envelopper mes dernières paroles sur la sainte montagne, et à les faire disparaître… jusqu’à faire souffrir ceux qui se sont dévoués pour cette sainte cause, avec la joie de me glorifier dans cette solennelle prédiction. C’est parce que ces dernières lignes sont toutes au sujet du sacerdoce – et c’est moi-même qui les ai prononcées et révélées – et que je montre comment on sert mon Fils dans les saints ordres et comment on vit son sacerdoce… » /////////////////////////////////////////////////////// 1914-06-16 : L’Ave Maria est un acte d’humilité qui plaît beaucoup à la Sainte Vierge : « Mes petites âmes aimantes, J’ai un temps mesuré dans cette terrible épreuve où Mes justes souffrent et où Mes ennemis se réjouissent, mais la tâche sera bientôt abrégée. En abrégeant, Je bouleverserai la terre, Je ferai retentir du fond des montagnes, une voix de lamentation et de menace qui aura tous les accents de ce grand « Libera » réservé à la grande mortalité de la terre sous les foudres de Ma Justice et sous les rigueurs de Ma juste Colère. Mes petites âmes aimantes, vous trouverez votre asile dans Ma Croix et dans Mon Sacré-Cœur, car Mon Sacré-Cœur est surmonté de la Croix et la Croix est le paratonnerre et l’abri de Mes justes ». /////////////////////////////////////////////////////// 1921-04-21 : Notre Seigneur nous confie le 21 avril 1921 : « Âmes bien aimées, il y a trois abris : Mon Divin Cœur, Ma Divine Croix, Ma Bien-Aimée Mère Immaculée ». /////////////////////////////////////////////////////// 1923-03-01 : Notre Seigneur annonce : « Ne vous découragez pas, je laisse faire l’ennemi de vos âmes, car il est à la dernière limite de son effort. Il sent qu’approche l’heure de la grande Justice. Je suis las de tant de péchés, de tant d’offenses. Je n’ai plus qu’à laisser sortir de ma bouche un souffle pour que la terre entière soit remuée jusque dans ses fondements. Je m’effraie cependant de ce grand Coup annoncé depuis tant et tant d’années et qui n’est plus éloigné. J’aime tant la France. Je me la suis choisie pour l’accomplissement de mes grands desseins ». /////////////////////////////////////////////////////// 1922-10-19 : « Notre Dame annonce : – Je vois le Divin Cœur de mon Fils qui obscurcit les rayons si clairs et si puissants de Son Divin Cœur. Mes enfants, ceci est le grand signe précurseur des maux ; c’est le grand signe avant-coureur de la juste colère de mon Divin Fils contre la terre. Les rayons du Divin Cœur obscurcis, la lumière du jour en aura un grand contrecoup. Il sera sombre le jour comme une demi-nuit sous un firmament, très épais et très noir, de sorte que ce sera un degré de plus que la demi-nuit sombre. Les ténèbres, voilà le signe prochain qui vous annoncera la grande marche de la justice divine. Il y aura en même temps un grand soulèvement dans les pays de puissances étrangères et même dans mon pauvre royaume qui a perdu son honneur, sa grandeur, sa beauté et son grand titre de noblesse. Il reviendra, ce grand titre, avec beaucoup de luttes différentes, tantôt plus terribles, tantôt moins dures. C’est là qu’un sauveur inconnu à la terre, peut-être supposé mais pas réellement connu, surgira par un don du Ciel, par un don du Sacré-Cœur, par le don immaculé de votre Mère ». /////////////////////////////////////////////////////// 1925-07-23 : « Après ce sera un Royaume purifié. En des contrées, il restera très peu de monde. La Justice fauchera une multitude, mais les justes seront préservés… Ma France plongée dans le crime ressuscitera glorieuse. Le règne de la paix sera prolongé de 25 ou 30 années, sous la direction d’une âme que le Divin Cœur réserve à Son peuple. A la montée de ce Prince qui deviendra roi, ma France nouvelle sera purifiée, ennoblie, ravissante à mes yeux ». /////////////////////////////////////////////////////// 1925-07-30 : Notre Dame annonce : « Ne vous effrayez pas encore. Vous recevrez l’avertissement précis par l’apparition de taches dans le soleil… Je l’ai déjà dit (à La Salette)… Vous verrez le firmament sillonné de bandes. Il y aura une bande blanche qui contiendra la protection de nos justes. Il y en aura une rouge qui enveloppera le châtiment des misérables qui insultent leur Créateur. Il y en aura une noire où l’on verra se débattre Satan et toute son armée. Celle-ci sera plus large, parce que Satan a plus d’âmes pour le servir que mon Divin Fils n’en a pour Le consoler et sécher Ses larmes ». /////////////////////////////////////////////////////// 1929-10-04 : « Je veux qu’ils s’attendent à tout, Je veux que rien ne les étonne ». /////////////////////////////////////////////////////// 1938-01-01 : Le texte qui suit est formellement attribué à Marie-Julie ; mais la copie que détenait le Père Pierre Roberdel ne porte ni date, ni signature. Il est garanti en parfaite authenticité et il doit dater des années qui ont précédé 1938 : « Les hommes n’ont pas écouté les paroles prononcées par ma très Sainte Mère à Fatima. Malheur à ceux qui n’écoutent pas maintenant Mes paroles. Les hommes n’ont pas compris le langage de la guerre. Beaucoup d’hommes vivent dans le péché d’impureté. Malheurs à ceux qui séduisent les innocents. Vous ne devez pas en vouloir à ceux qui ne veulent pas croire, car ils ne savent pas ce qu’ils font. Mais malheur à ceux qui se permettent de juger avant de s’être informé. Les apparitions fréquentes de ma bonne Mère sont l’œuvre de ma Miséricorde. Je l’envoie, par la force du Saint-Esprit, pour prévenir les hommes, et pour sauver ce qui est à sauver… Je dois laisser arriver cela, sur le monde entier, afin que soient sauvées beaucoup d’âmes qui, sans cela, seraient perdues. Pour toutes les croix, pour toutes les souffrances et pour tout ce qui surviendra encore de plus terrible, vous ne devez pas maudire mais remercier mon Père du ciel. C’est l’œuvre de mon amour. Vous ne le connaîtrez que plus tard… Je dois venir dans ma Justice, parce que les hommes n’ont pas reconnu le temps de ma grâce. La mesure du péché est comble, mais, à mes fidèles il n’arrivera aucun mal. Je viendrai sur le monde pécheur, dans un terrible roulement de tonnerre, par une froide nuit d’hiver. Un vent du sud très chaud précédera cette tempête, et de lourds grêlons fouilleront la terre. D’une masse de nuages rouge-feu des éclairs dévastateurs zigzagueront, enflammant et réduisant tout en cendre. L’air se remplira de gaz toxiques et de vapeurs mortelles qui, en cyclones, arracheront les œuvres de l’audace, de la folie et de la volonté de puissance de la « Cité de la Nuit ». Le genre humain devra reconnaître qu’au-dessus de lui se trouve une volonté qui fera tomber, comme une maison de cartes, les plans audacieux de son ambition. L’Ange destructeur anéantira pour toujours la vie de ceux qui auront dévasté mon royaume. Vous, âmes qui profanez le nom du Seigneur, gardez-vous de vous moquer de moi ; gardez-vous du péché contre l’Esprit ! Lorsque l’Ange de la mort fauchera la mauvaise herbe, avec le glaive tranchant de ma Justice, alors l’enfer se jettera avec colère et tumulte sur les justes et, avant tout, sur les âmes consacrées, pour essayer de les anéantir par une terreur effroyable. Je veux vous protéger, mes fidèles, et vous donner les signes qui vous indiqueront le commencement du Jugement : Quand, par une froide nuit d’hiver, le tonnerre grondera à faire trembler les montagnes, alors fermez très vite portes et fenêtres… Vos yeux ne doivent pas profaner le terrible événement par des regards curieux… Réunissez-vous en prières devant le Crucifix. Placez-vous sous la protection de ma très Sainte Mère… Ne laissez aucun doute s’installer en vous, au sujet de votre salut : plus vous serez confiants, plus sera inviolable le rempart dont je veux vous entourer. Brûlez des cierges bénits, récitez le chapelet. Persévérez trois jours et deux nuits. La nuit suivante, la terreur se calmera. Après l’horreur de cette longue obscurité, avec le jour naissant, le soleil paraîtra dans toute sa lumière et sa chaleur. Ce sera une grande dévastation. Moi, votre Dieu, j’aurai Fout purifié. Les survivants devront remercier la Sainte Trinité de leur protection. Magnifique sera mon royaume de paix et mon nom sera invoqué et loué, du lever au coucher du soleil. Priez, priez, priez, convertissez-vous et faites pénitence. Ne dormez pas comme mes disciples au Jardin des Oliviers, car je suis très proche. La colère du Père envers le genre humain est très grande. Si la prière du Rosaire et l’offrande du Précieux Sang n’étaient si agréables au Père, il y aurait déjà sur terre, une misère sans nom. Mais ma Mère intercède auprès du Père, de Moi-même et du Saint-Esprit. C’est pour cela que Dieu se laisse attendrir. Remerciez donc ma Mère de ce que le genre humain vive encore. Honorez-la avec un respect d’enfant – je vous en ai donné l’exemple – car elle est Mère de Miséricorde. N’oubliez jamais de renouveler continuellement l’offrande du Précieux Sang. Ma Mère me supplie inlassablement et, avec elle, beaucoup d’âmes pénitentes et expiatrices. Je ne peux rien lui refuser. C’est donc grâce à ma Mère, et à cause de mes élus, que ces jours seront raccourcis. Soyez consolés, vous tous qui honorez mon Précieux Sang, il ne vous arrivera rien. J’inspirerai à mon Représentant de mettre continuellement en honneur le sacrifice de mon Précieux Sang et la vénération de ma Mère… Quelques-uns de mes prêtres voudraient-ils être plus pape que le Pape ? Ils me crucifieront, car ils retarderont l’œuvre de ma Mère. Priez beaucoup pour les préférés de mon Cœur, les prêtres. Un temps viendra où mes prêtres aussi comprendront tout cela… Quand vous verrez l’Aurore Boréale apparaître, sachez que ce sera le signe d’une guerre prochaine. Quand la lumière sera de nouveau visible, alors ma Mère se tiendra debout, devant le soleil couchant, pour prévenir les bons que le temps est là. Les méchants verront un animal effrayant, et crieront, épouvantés et désespérés ; mais il sera trop tard. Je sauverai beaucoup, beaucoup d’âmes (pour l’autre vie). On est déçu parce que beaucoup de ce que j’avais ordonné d’annoncer pour inviter les hommes à se convertir n’est pas encore arrivé. On croira pouvoir outrager des âmes élues parce que, à cause d’elles, j’aurai retardé un peu le terrible événement. Si, dans ma bonté et à cause des expiations qui me sont offertes, je retarde le désastre, je ne le supprime pas. Cela ne dépend pas du jugement des hommes ignorants. Dois-je encore, moi-même, rendre des comptes à ceux qui ne veulent rien savoir ? Alors que le monde se croira en sûreté, je viendrai comme un voleur dans la nuit. Comme l’éclair, je suis là. C’est encore le temps de mon immense Miséricorde, pour donner le temps de se repentir. Soyez prêts, en état de grâce, alors vous serez en sécurité sous ma protection et celle de ma Mère ». ///////////////////////////////////////////////////////
  17. Hercule dit :

    EPREUVES ET PURIFICATION
    LES GRANDES CRISES

    (Extraits d’extases de Marie-Julie Jahenny)

    (Mise-à-jour du 27-11-2011)

    ///////////////////////////////////////////////////////

    1877-10-27 :

    Une promesse ancienne.

    « La bienheureuse Marguerite-Marie est à genoux, au pied de la bannière du Sacré-Cœur, tenue par Saint-Michel. Le Seigneur montre la plaie de son Cœur et dit :

    Mes enfants, mon divin Cœur a le privilège de toutes les grâces. Là est le triomphe. Mais, avant de vous donner ce triomphe, je veux vous éprouver. Je vous enverrai bien des maux : vous verrez ma justice tomber sur la terre ; vous verrez aussi paraître, au firmament, d’éclatants signes précurseurs.
    J’avais promis à la bienheureuse victime de mon Sacré-Cœur, de donner le triomphe à la France, par mon Cœur-Sacré, mais à la condition que tous les enfants de la France se seraient soumis. S’ils demeuraient lents et ingrats, les châtiments seraient plus terribles.
    J’avais promis que, peut-être, j’aurais attendu deux cents ans, peut-être plus. Si mon peuple avait été docile : j’ai attendu. Mais… Le triomphe aura lieu. Ma victime, retiens bien cela.

    Il dit encore :
    La victime de mon Sacré-Cœur n’a pu transmettre toutes mes révélations. Voilà pourquoi je veux aujourd’hui prévenir mon peuple, afin qu’il soit bien préparé quand l’heure de ma justice arrivera.
    J’avais promis que le triomphe de la France viendrait après de grands châtiments : cette révélation n’a pas été transmise.
    J’avais annoncé, à plusieurs âmes saintes, qu’avant le triomphe de la France, il y aurait une grande révolte entre tous mes enfants. On tentera de profaner tout ce qu’il y a de respectable sur la terre : ce sera en vain.
    France coupable, ne vois-tu pas le tombeau qui s’ouvre pour entasser les victimes du crime? … Tu ne vois pas l’heure fatale qui grandit ? Ce sera l’heure du démon. Il va me jeter à la face le souffle empoisonné de sa colère.
    Mes enfants, je vous préviens : Satan va satisfaire sa rage qui est d’autant plus grande que les siens seront vaincus. Je veux humilier mon peuple, il n’a pas écouté mes paroles. Ensuite je donnerai la victoire complète.
    Voici le moment où le lys blanc et la bannière blanche vont être foulés aux pieds. Ce ne sera que pour un temps. Cette bannière blanche sera plantée sur la France, et ses ennemis seront forcés de vivre sous sa dépendance ».

    ///////////////////////////////////////////////////////

    1878-03-09 :

    « Mes enfants, il sortira de ce nuage une pluie bien extraordinaire, que le monde n’a jamais vue encore et qu’il ne verra jamais ensuite, jusqu’à la consommation des siècles.

    Ce sera une pluie rouge qui restera coagulée sur la terre pendant 7 semaines. La terre elle-même sera coagulée par cette pluie qui donnera un souffle empoisonné, une odeur que personne ne pourra supporter.

    Mon peuple restera enfermé pendant sept semaines. Il sera difficile de sortir, tant la terre fera peur. Voilà le premier orage qui s’annonce et se réalisera bientôt.

    A la suite de cet orage, Je ferai sortir de terre une  » brûlaison  » horrible. Les chrétiens ne pourront supporter cette odeur et cette chaleur. Mes enfants, vous n’ouvrirez ni vos portes, ni vos fenêtres.

    Il faut que le règne du péché finisse. Jamais la terre et le monde n’auront été en semblable état. Il faut en finir, ou bien toute âme se perdra ! »

    ///////////////////////////////////////////////////////

    1879-01-23 :

    « Notre Dame :
    – Ce n’est que par la douce offrande de toutes les prières, les larmes, les douleurs, les croix de Mes pauvres enfants que je prolonge encore le répit, que je retiens le coup fatal contre les pécheurs. J’offre à mon Fils les sacrifices de Ses Ministres, leurs prières et leurs croix. Je serai avec vous ».

    ///////////////////////////////////////////////////////

    1880-04-08 :

    « Je vois, dans mon soleil, un arc-en-ciel noir et bleu… Il pleut de cet arc-en-ciel au moment où les attentats et les crimes se commettent, il pleut une pluie rouge. Sur les couvertures des demeures, elle reste collée comme une peinture ; à terre, elle ne peut être bue. Elle tombe avec une rapidité effrayante.

    Dans cette pluie, il se produit un signe d’effroi : une croix qui se forme dans cette pluie et qui porte l’empreinte d’un Christ.

    II se produit des signes de terreur qui ne s’effacent plus. Les cris des justes sont effroyables.

    Dans cette pluie périssent tous ceux qui ont ouvert l’impiété, foudroyés de terreur. Après trois jours, la pluie de l’arc-en-ciel s’étend visible en tout l’univers ».

    ///////////////////////////////////////////////////////

    1880-09-20 :

    « Marie-Julie demanda à quelle époque Satan devait régner en maître. La flamme du Saint Esprit lui répondit :
    – C’est celle où vous êtes maintenant, enfants de Dieu.
    – Si les justes n’avaient pas redoublé de prières, surtout en égard des justices annoncées depuis des siècles, la Main du Seigneur se serait appesantie sur tout son peuple, et les plus grandes épreuves auraient depuis longtemps visité Ses enfants ».

    ///////////////////////////////////////////////////////

    1880-11-30 :

    Les Châtiments :

    « Les foudres du ciel se succéderont avec une violence rapide. Le feu du ciel parcourra la terre sur une largeur effroyable : cette foudre vengeresse brûlera toute pointe qui produit du fruit. Les terres cultivées seront ravagées par la puissance de ce feu ; les prairies seront brûlées et réduites à une terre complètement dépouillée. Les fruits ne paraîtront point ; toutes les branches d’arbres seront sèches jusqu’au tronc.

    Enfants de la Bretagne, vous userez, pour conserver vos récoltes, de ce que la bonté de mon Fils vous a révélé : c’est le seul moyen de sauver votre nourriture.

    Mes enfants, pendant trois jours le ciel sera en feu, sillonné de frayeur par la colère divine. Ce qui m’attriste, c’est que cette colère n’arrêtera pas la force de l’enfer. On ne craint ni mon Fils ni l’enfer. Il faut que ce temps passe. Le péril de la France est inscrit au ciel par la puissance éternelle. Je ne peux plus intercéder ; je ne suis plus qu’une mère sans puissance.

    Pendant plusieurs années, la terre ne produira rien. La France sera malheureuse, même après son triomphe. Pendant deux ou trois ans, elle se ressentira de ces ruines et de ces misères profondes. La misère sera grande, bien que mon peuple soit éclairci. La prière ramènera la bénédiction. Mon Fils et moi, nous aurons pitié de cette longue pénitence.

    Mes enfants, priez pour l’Église ; priez pour tous ses ministres priez pour le Pape, car on attentera à ses jours. Ce lieu aussi sera criblé de vengeance, et le mal y fera des sans mesure, malgré la foi d’une grande partie de mon peuple.

    Le mal, que j’entrevois si proche, laisse à mon cœur une blessure qui durera toujours : une perte d’âmes considérable, la foi ruinée, le baptême souillé. Toutes ces lâchetés, que je vois, changeront en mauvais chrétiens beaucoup de mes enfants.

    La France périra – pas toute, mais beaucoup périront – Elle sera sauvée avec un nombre bien petit… O France, on apportera, jusque dans tes lieux, la poussière de l’étranger. Tu ne pourras renvoyer ces étrangers.

    Tu fus si noble, ta noblesse sera perdue.

    J’ai vu tout passer sur terre. Jamais – je vous le dis avec un cœur de mère – jamais je n’ai eu sous les yeux l’attente de pareils crimes, de pareils malheurs : violations, sacrilèges, attentats. C’est dès aujourd’hui que je vois toutes ces peines. Oh ! Priez, mes enfants !

    Je m’arrête sur ces douleurs.
    Reposez-vous, mes enfants ».

    ///////////////////////////////////////////////////////

    1881-03-08 :

    « La terre tremblera depuis ce lieu jusqu’au lever du soleil, l’espace de six jours. Un jour de repos et le huitième jour, le tremblement recommencera. La France et l’Angleterre se répondront par leurs cris de désespoir. La terre tremblera si fort que le peuple en sera jeté à 300 pas. Le tonnerre retentira avec plus d’éclat que dans les mois qui précéderont la fin du monde, avec un bruit étrange ».

    ///////////////////////////////////////////////////////

    1881-09-20 :

    « Ce sera la  » Troisième époque « , celle du grand Coup, celle du retour à l’ordre qui ne sera pas sans souffrances. L’ensemble de ces phases devrait s’étaler sur deux à trois années. Les pertes humaines seront très importantes. Il y aura divers avertissements du Ciel pendant ces épreuves, pour ouvrir les yeux des moins endurcis. (Signes dans le Ciel, ténèbres de quelques heures, miracles…) Mais ce n’est qu’après ces semonces que le Grand Châtiment universel des trois jours de ténèbres mettra un terme aux hostilités.., faute de combattants !

    Mon peuple, demande pour le Centre (Paris), grâce et miséricorde. L’enveloppe de la mort est préparée ; il n’y a point de cercueil pour enfermer les restes du peuple malheureux.

    En bien peu de temps, il ne restera guère de peuple. Les hommes seront si clairs qu’il faudra des lieues pour rencontrer une seule âme, surtout dans le midi, dans les grandes villes, dans le Centre. Il n’y aura plus guère que quelques âmes cachées sous terre qui auront pu échapper. La terre sera désolée, empoisonnée de cadavres, toute remplie du sang des chrétiens.

    Un Miserere, Mon peuple, pour le Centre, pour le Midi, pour Lyon, Toulouse. Un Miserere pour les soldats, les enfants restés sur la terre d’exil entre la vie et la mort. Pour Mes prêtres, Mes serviteurs et Mes servantes ; un De profundis pour les pauvres âmes qui expirent là, sans prêtres, sans Sacrements. Voilà ce que Dieu vous demande pour ses chères âmes qu’Il a rachetées de Son Sang !… ».

    ///////////////////////////////////////////////////////

    1882-03-15 :

    « Dans le soleil, la flamme dit :
    – Jusque dans les lieux les plus retirés, les suppôts de l’enfer travaillent, maintenant, à des écritures abominables. Mon peuple les trouvera partout sur son chemin. Beaucoup de coureurs appellent les ouvriers à la révolte, à cause du manque de travail qui est leur pain de chaque jour…
    – Les petites villes, comme les grandes, seront bientôt perdues par des groupes d’ouvriers qui n’ont ni asile ni refuge. Ils s’étendront partout, surtout que l’heure où ils pourront se rassasier ne tardera pas à sonner.

    La flamme dit :
    – Partout, la France presqu’entière sera soulevée contre l’église. On répandra sans repos, sur la Foi et l’Eglise, des articles abominables que le monde, sans l’enfer, n’aurait jamais su inventer.
    – Les indignes ennemis du Dieu-Sauveur, qui s’assemblent dans les loges et les remplissent, sentent le moment approcher. Ils vont se lever, pleins d’espoir, pour jeter boue et scandale sur les apôtres de Dieu et sur son église. C’est par eux que la jeunesse finira d’oublier son Créateur et Rédempteur. Ce temps fait frémir, au sujet de ceux des chrétiens dont la foi se trouvera inébranlable.

    La Mère de Dieu, poussée par l’amour de son cœur, va redescendre sur la terre, apparaissant à son peuple d’une façon qui sera sans mesure.
    Elle va renouveler sa descente du ciel sur terre, dans les environs des montagnes de la Salette. Elle apparaîtra, suspendue sur une nuée blanche, environnée d’une guirlande de roses, pour dire :
    « La terre ne sera qu’un tombeau, depuis l’Alsace-Lorraine, qui n’est pas comptée, jusqu’au bord de la Bretagne. »
    La mère de Dieu manifestera une autre gloire à son peuple, comme dernier trait de son amour, au sujet de la douleur des chrétiens. Dans le nord de le France… Elle viendra, avec des signes de deuil, et n’adressera que trois paroles qui seront entendues par une dizaine d’âmes.
    1° toute la terre, excepté la Bretagne, ne sera qu’un tombeau sans vie.
    2° L’église va souffrir des persécutions telles que l’enfer n’en aura jamais inventé de plus cruelles.
    3° le Centre deviendra une terre imbibée de sang. Le dernier qui y coulera sera celui de l’homme que le ciel maudit à cause de ses crimes.

    La flamme dit encore :
    – Mon peuple, ne crains rien. Nos victimes seront alors revenues à l’abri de l’orage de feu et de flammes. Leur grande œuvre ne s’arrêtera pas pour cela l’espace d’une minute.
    Le ciel baissera sur terre les signes de sa justice. La terre étrangère ne récoltera aucune nourriture. Une pluie de feu réduira en poussière la nourriture de ces peuples où sont mêlés chrétiens, non-catholiques et mahométans.

    La flamme dit encore :
    – La Terre de France va subir aussi la Justice de Dieu. Pendant trois années, les pommes de terre pourriront à l’heure de la semence ; le blé ne poussera pas ou s’arrêtera à mi-hauteur. Les fruits noirciront un ver en rongera l’intérieur, avant qu’ils aient atteint la grosseur du doigt.

    La flamme dit :
    – Le Centre et ses demeures seront broyés par la violence du tonnerre de Dieu. Les frémissements et tremblements de terre se multiplieront, jours et nuits, sans cesser, pendant quarante-trois jours. La mer s’agitera et jamais de tous les siècles, ses vagues et ses flots n’auront pris une forme semblable. Tout le monde de cette époque périra à jamais.
    Mon peuple, si Dieu te parle ainsi, c’est qu’il ne peut plus soutenir sa justice inexorable. Il te dit : n’aie pas peur, j’ai tous les pouvoirs.
    Maintenant, mon peuple, que rien ne t’épouvante. Si, demain, tes oreilles entendent des bruits nouveaux ; si tes yeux parcourent des lignes qui font frémir, que rien ne t’étonne ! C’est l’enfer qui se met à l’œuvre.
    Il faut que la terre périsse : pas toute, mais plus de la moitié de la moitié. La terre deviendra le désert, mais Dieu la repeuplera dans la paix et la tranquillité.

    ///////////////////////////////////////////////////////

    1882-07-20 :

    L’heure d’annoncer :

    « Au jour décidé pour que mes écritures soient envoyées à tous mes serviteurs et à mes victimes, pour leur indiquer mon heure et l’heure du miracle, à cet appel, rien ne les retiendra.

    Je protégerai et garderai ceux qui seront obligés d’attendre un peu de temps avant de trouver refuge sous l’arbre divin de la Croix (les croix d’amour).

    L’heure sera envoyée à toute la famille de la Croix dont le destin est d’être protégée. Cette heure viendra avant que les voies de la terre soient fermées (nous ne pourrons plus circuler), avant que l’ennemi ne soit embarqué sur l’étendue de la France entière pour la conquérir et la faire périr.

    Je vais donner à mes chers serviteurs et victimes la réelle description de la croix qu’ils devront porter. Ils vivront comme les missionnaires de ma parole divine, les Pères de la Croix…

    Je désire que mes serviteurs, servantes et jusqu’aux petits enfants puissent aussi se revêtir d’une croix. Cette croix sera plus petite et portera en son milieu comme l’apparence d’une petite flamme blanche. Cette flamme indiquera qu’ils sont fils et filles de la lumière.

    Le mal inévitable s’avance. Bientôt la terre entière ne sera plus que sous la pluie des châtiments terribles de ma Justice. Le bien sera au tombeau et le mal élevé sur le sommet des montagnes pour attester son triomphe ».

    ///////////////////////////////////////////////////////

    1882-10-16 :

    « II y aura de grands écroulements, surtout au Centre. Tous ces riches palais où sont produits les bénéfices de la nation, tout cela, le Seigneur va le détruire par un châtiment terrible, sous la forme d’un écroulement de terre. Tous ces hauts édifices, (Banques) qui sont une partie du pain de la France, s’écrouleront. Dieu va surprendre ceux qui travaillent sans penser à Lui, ni à Sa Puissance qui donne tout sur la terre ».

    ///////////////////////////////////////////////////////

    1883-09-06 :

    À la mort du Comte de Chambord, en 1883, il est dit :
    « Il faudra rester où le Bon Dieu nous aura placé et beaucoup prier. La France n’ayant pas mérité celui qui devait la sauver, Dieu l’a enlevé de la terre ; C’est le premier châtiment ».

    ///////////////////////////////////////////////////////

    1922-11-26 :

    La flamme du Saint Esprit lui annonce :
    « Mes petites âmes aimantes, Je l’avais fait belle cette terre que vous foulez. Je l’avais créée avec une grande ferveur et de nobles sentiments. Le règne du crime s’avance. J’ai tout permis, malheurs, tribulations, méchanceté des hommes… J’ai tout laissé au gré des consciences et à Mon tour… Je me lèverai terrible pour finir le règne qui éteint Mes lois saintes, le règne qui comble d’amertume Mes âmes justes, le règne qui Me fait tant de mal, en perdant tant d’âmes qui se précipitent dans l’éternel malheur. Je vous sauverai à travers le grand déluge de Ma Justice divine… J’ai tout laissé faire avant de Me lever, mais voilà que la mesure est pleine et que Mon heure approche…
    II viendra le règne de Mon Sacré-Cœur. On ne Me demande pas assez cette grande merveille, surtout au pied du Saint Autel. Je voudrais que ce fût un cri retentissant, un cri de désir, un appel de Foi, pour finir le mal affreux qui perd tant d’âmes ».

    ///////////////////////////////////////////////////////

    Sans date :

    Notre Seigneur annonce :
    « Il fera noir pendant ces frais jours de pluie, de deuil, d’agonie et de mort. Il y aura une tempête affreuse ; les arbres les plus profondément enracinés seront ébranlés.

    Mes enfants, Je suis la Voie, la Vérité et la Vie.

    Au sortir de ces trois jours, vous ne trouverez que cadavres.

    C’est là une prophétie que Je vous fais Moi-même, Moi qui suis la Voie de la Vérité et de la Vie. Écoutez Mes paroles ».

    ///////////////////////////////////////////////////////

  18. Hercule dit :

    EVENEMENTS ANNONCES POUR LA BRETAGNE

    (Extraits d’extases de Marie-Julie Jahenny)

    (Mise-à-jour du 29-12-2011)

    ///////////////////////////////////////////////////////

    1874-07-17 :

    « Sainte-Anne, patronne de la Bretagne annonce :
    – C’est Moi qui vous protégerai des dangers dans la Bretagne et qui étendrai ma main pour renverser tous les ingrats. Non, la Bretagne ne périra pas. Je l’ai toujours protégée, je la protégerai encore, mais priez et venez à mon béni sanctuaire ! »

    ///////////////////////////////////////////////////////

    1875-10-02 :

    « Au Nord, ils iront jusqu’aux limites de la Vendée et en Normandie.
    La Bretagne ne sera pas envahie, mais ne sera pas exempte de tout châtiment, surtout au Nord déchristianisé, ils se livreront au pillage et à la vengeance ».

    ///////////////////////////////////////////////////////

    1878-01-22 :

    « Mes enfants, dit la Vierge Marie, je ne crains point pour la Bretagne, car ma main bénie est étendue sur elle.

    En bien peu de temps, vous en entendrez vous-mêmes le récit – je ne m’adresse pas à toi – vous pourrez le lire.
    – Mais, bonne Mère, ce sera donc un livre ?
    – Vous verrez, mes enfants. Il vous sera facile de reconnaître ces monstres (les impies-coureurs).
    O Croix adorable, faut-il que tu sois portée par des mains profanes ! Faut-il que tu sois foulée aux pieds par des chrétiens !
    – Mais, ma bonne Mère, il n’y en aura guère à la profaner ?
    – Mes enfants, ici vous ne connaissez pas toute la profondeur du mal.
    Allez, parcourez toutes ces grandes villes, et vous verrez combien le mal est horrible.
    – Oh ! Très sainte Mère, nous le croyons bien !

    En continuant à marcher, la Sainte Vierge dit :
    « Tout est calme et silencieux sur cette terre-ci.
    – Où sommes-nous, ma sainte Mère ?
    – Sur la terre de Bretagne…
    Mes enfants, je serai votre protectrice, votre soutien et votre espérance…
    Mes enfants, je viens vous dire que mon Fils adorable ne peut plus supporter les crimes et les iniquités.
    – Oh ! Sainte Mère, je tremble à ces mots !
    – Mon divin Fils est dans sa troisième Passion et cette troisième Passion qui va faire éclater sa Miséricorde et sa Justice. France, tu es divisée…
    Si mes enfants me demandent où il faudra qu’ils s’abritent, je répondrai : faites votre asile dans la Bretagne.
    – Mais elle ne sera pas assez grande pour nous abriter tous !
    – Je ferai une tente et mon manteau en sera la couverture.
    – Ah ! Faites que tous les amis de Dieu y viennent et que nous soyons tous ensemble ! ».

    ///////////////////////////////////////////////////////

    1878-03-09 :

    « Nous aussi, disent les impies, nous viendrons nous abriter en Bretagne.
    – Il n’y aura, réplique le Seigneur, que mon peuple qui aura cette protection, et la Bretagne sera choisie comme un royaume spécialement cher. Son nom sera cher à la France et au-dehors ».

    « Oui, mes enfants, dit la sainte Vierge, je suis venue faire un refuge sur cette terre de Bretagne, parce que j’y trouve des cœurs généreux. Ce sera un abri très fort pour les oiseaux qui fuiront la tempête et s’y refugieront.
    Voilà, dit Saint Michel, la chaîne, le grillage qui sépare la Bretagne de la France.
    – Mais, Saint Archange, est-ce que la Bretagne ne restera pas toujours française.
    – Si, elle sera toujours française, mais elle aura un don de plus et portera un nom que le Seigneur lui a choisi et qui sera révélé ».

    ///////////////////////////////////////////////////////

    1878-03-25 :

    « « Oui, mes enfants, dit Marie, ma protection la plus spéciale vous est réservée. Voyez sans crainte tout venir et approcher. Je suis venue sur cette terre de Bretagne parce que j’y trouve des cœurs généreux.

    – C’est vrai, ma Mère.

    – Mon refuge sera aussi celui de mes enfants que j’aime et qui, tous, n’habitent pas cette terre. Ce sera un refuge de paix au milieu des fléaux, un abri très fort et très puissant que rien ne pourra détruire. Les oiseaux qui fuiront la tempête se réfugierons en Bretagne. La terre de Bretagne est en mon pouvoir ».

    Mon Fils m’a dit :

    « Ma Mère, je vous donne tout pouvoir sur cette Bretagne ».

    Il m’a donné le pouvoir de séparer des orages cette Bretagne chère à mon cœur. Il m’a donné le pouvoir d’y descendre, le pouvoir de préserver les pécheurs, de les bénir et aussi de les frapper… Mais, mon enfant, tu connais ma bonté.

    – Oh ! Oui, ma Bonne Mère, vous ne frapperez pas.

    – ce refuge m’appartient et, aussi, à ma bonne mère Sainte Anne. Quel privilège pour mes enfants bretons !

    – Pourquoi ce si grand privilège, bonne Mère ?

    – La Bretagne, mes enfants, deviendra un jour puissante. Le moyen, je vous le ferai connaître plus tard. Ce sera une terre de grâce et de privilèges. Mon pouvoir, ici, est plus grand que sur toutes les autres parties de la France et de l’Univers ».

    ///////////////////////////////////////////////////////

    1878-09-08 :

    « J’aimerais mieux aller en prison que de dire tout ce que je sais sur le prêtre ; j’aimerais mieux être traînée par le cou que de le révéler : il y a de quoi faire trembler le ciel, non pas la terre, mais le ciel, avec ses puissances et ses prodiges.

    Notre-Seigneur dit que la faiblesse du prêtre est grande et, qu’à peine l’heure fatale aurait-elle sonné, qu’un grand nombre serait à la tête des impies pour déformer son nom et le profaner.

    Mes enfants, dit la Sainte Vierge, je veux vous dire que vous marchez dans la lumière…

    Quand, dans ce lieu où je me plais, vous commencez votre travail pour mon divin fils, la lumière descend sur vous, vous éclaire, vous guide et vous dirige. La lumière luit sur ce papier où vous recueillez si bien les paroles de mon Fils. Mes enfants, que j’aime ce lieu où vous habitez ! Que j’aime ce petit coin de France où Dieu vous a fait naître!

    Voilà un moment bien redoutable qui se prépare. Ne vous effrayez pas si je vous parle aussi ouvertement. Ce sera une heure bien amère pour les hommes de cette terre sans foi, sans amour et sans religion. Ils vont subir le coup terrible qui leur est depuis longtemps réservé. Ce coup est suspendu encore.

    Si vous entendez courir des bruits, des bruits de scandales affreux par leur laideur, si vous voyez venir jusqu’à vous des espèces de doctrines empoissonnées, ne soyez ni surpris ni troublés. Ce sera une grande perdition pour les âmes peu solides. Laissons-les travailler à leur gré : une autre loi saura bien les arrêter.

    Mes enfants, si vous saviez combien est petit le nombre de ceux qui soutiennent la foi ! Si vous saviez combien ce petit nombre sera contredit, raillé, insulté, tourné en dérision !

    J’ai, depuis longtemps, le dessein de m’adresser à une âme. Le moment approche où je serai forcée de parler à nouveau. Ce sera la dernière fois que je ferai passer mes grands avertissements. Je n’ai pas encore choisi cette âme. Cela se fera sans bruit, sans agitation, avec simplicité, comme toutes les œuvres de mon Fils et les miennes ».

    ///////////////////////////////////////////////////////

    1878-09-29 :

    « Notre Dame annonce : Mes enfants, c’est moi qui viens finir avec vous cette journée…

    Je crains que vous ne soyez effrayés. Ne soyez pas tristes, ni chancelants dans votre foi, durant ces jours si proches qui me font verser des torrents de larmes sur la perte de tant d’âmes. Je vous garderai dans ce coin de Bretagne où mon nom est si bien redit.

    – C’est vrai, Mère chérie, souvent nous redisons votre nom.

    – C’est surtout quand ce sont des bouches innocentes de petits enfants qui le redisent que mon cœur est tendre.

    – Nous avons perdu, nous, cette parole d’innocence, car nous avons péché.

    – Non… Vous m’aimez et je vous aime. Soyez prudents parce que les efforts de l’ennemi vont être terribles. Soyez bien fermes et résolus à vivre votre foi.

    – Oui, Mère chérie, nous le promettons, comme si nous faisions un testament…

    – C’est en dehors de toi… Vous aurez des pièges tendus et combats à soutenir. Soyez réservés. Les souffrances se changeront en joie, parce que vous aurez tout attendu avec une patience admirable.

    Je ne viens pas, mes enfants, autant que je le voudrais, mais je reviendrai ».

    ///////////////////////////////////////////////////////

    1881-03-24 :

    « La Bretagne sera protégée par la Sainte Vierge, mais selon la mesure de la Foi.

    Notre-Seigneur la fit gardienne de notre Bretagne et elle obtint de Son Fils une large protection en tout temps ; mais le Seigneur poursuit ceux qui ont mis de côté la Foi, pour suivre les mouvements du temps présent…

    Cinq fois, la Bretagne sera traversée et retraversée par ceux qui portent partout le désordre…

    Dans le Nord de la Bretagne, il y aura un peu plus à souffrir. Là le mal sera proportionné : il y restera une lisière où chacun aura permission de marcher sur ses terres…

    Sainte Anne protégera la région d’Auray, il y aura des punitions pour les rebelles, mais les justes ont la destination d’être protégés…

    La région du Mont Saint Michel sera relativement protégée.

    La Vendée sera protégée, sauf sur les frontières, au midi…
    Mais nombre de Vendéens verseront leur sang, car ils ont conservé leur Foi.

    Nantes aura moins à souffrir. Le diocèse sera comparativement protégé, mais nulle grâce pour les impies et les mauvaises familles !…

    D’autres malheurs à partir de Nantes vers le Sud.
    Pontchâteau sera épargné à cause du Père de Montfort…
    La Fraudais, le jardin de Marie sera protégé… ».

    ///////////////////////////////////////////////////////

    1881-06-09 :

    La Vierge Marie, apparue à Pontmain le 17 janvier 1881, manifestation reconnue par l’Eglise, révéla dix ans plus tard à Marie-Julie Jahenny, qu’elle s’y manifesterait de nouveau pour annoncer les guerres de la France :

    « Je reviendrai à Pontmain comme la première fois pour annoncer les guerres de la France. L’invasion de armées Russo-Arabes viendra jusque là pour fondre sur la Bretagne. Je les arrêterai encore par un signe qui se manifestera dans les airs. Ce signe jettera à terre miraculeusement ces armées internationales à la Croix des 3 provinces, face à une petite armée d’une soixantaine d’hommes ».

    ///////////////////////////////////////////////////////

    1881-08-04 :

    Les épreuves de la ville de Nantes.

    La Flamme du Saint-Esprit :
    « L’amour du Seigneur ne se lassera jamais de répandre au-dedans de nous-même ses plus douces faveurs. Ce qui met obstacle à Son Amour, ce sont les nombreux péchés de tant et tant de malheureux qui rejettent l’Amour de leur Créateur pour se livrer à toutes sortes d’abominations.
    Notre Seigneur s’approche de son peuple et lui fais passer ses douleurs et la vue d’un avenir malheureux. Il demande à Son peuple : « Veux-tu faire passer mes avertissements ?  » L’âme accepte et Jésus fait de cette âme le facteur des bonnes et tristes nouvelles. Le Seigneur se choisit des âmes apôtres pour la France et au-delà.
    Plusieurs de ces âmes seront des flambeaux lumineux pour le temps de la terreur. Il y aura un mal sans remède que rien ne pourra arrêter sans un ordre divin. Il va falloir ces âmes apôtres et leurs dons visibles de Dieu pour modérer toute l’ardeur du mal de ces hommes qui ne respirent que la rage révolutionnaire. Les bons et les justes seront repoussés comme des brebis galeuses, du milieu de ces hommes qui ont déjà la puissance et la liberté de tout livrer à feu et à sang. Les desseins du Seigneur sont impénétrables mais le Seigneur en laisse sortir une pointe rayonnante sur laquelle ses proches desseins se laissent sonder facilement. Le Seigneur ne cache rien à Son peuple. Il est prêt de susciter des flambeaux au cœur de ce royaume et dans la Bretagne catholique où la foi cependant diminue en beaucoup de cœurs.
    Dans le Cœur du diocèse où demeure le Pasteur des brebis, les desseins du Seigneur sont d’élever là une âme et de lui faire rapporter toute la gravité des malheurs et toute la grandeur des peines qu’il aura à souffrir, toutes les luttes surtout lorsqu’il verra sous ses yeux l’affreux désordre de ses temples en lambeaux devenus la caverne et le refuge des scélérats. Tout le cœur du diocèse (Nantes ?) ne sera pas en cet état, mais un côté où se trouve le soleil quand on chante l’angélus.
    Le Seigneur chargera cette âme pour peu de temps de cette grande mission. Les choses lui feront voir tous les jours les spectacles bien terribles de ses prêtres auxquels la vie sera enlevée et un grand nombre de son troupeau, sur ce côté, gisant dans la poussière et le sang.
    Le cœur du Pasteur ne renferme guère de sensibilité pour les plantes chrétiennes rachetées par le sang éternel. Il fuira, ou bien des ordres sévères de Dieu l’arrêteront auparavant. Il y en aura bien d’autres à abandonner pour aller se réfugier sous la tente qui sauve. Cette tente, c’est l’abomination du reniement de l’Eglise ! Un peu plus tard, le Seigneur lui-même saura arranger toutes choses car le Pasteur du troupeau d’aujourd’hui ne voudra plus reconnaître la voix foudroyante du Dieu Eternel.
    Malheureux les hommes qui persévèreront dans le refus de ces derniers avertissements, car, après ces paroles nouvelles, il n’y aura plus qu’une heure avant que la France entière ne soit livrée au désordre, avant que ne soient levés tous les crimes de l’horrible terreur. Déjà, tout sera commencé. Le commencement sera modéré par endroits, en d’autres, il sera dans toute sa fureur. La protection ne sera pas égale pour tous, ce sera dans ces villes, où la source s’accroit tous les jours en mal et en horreur ».

    La flamme du Saint-Esprit dit encore :
    « Le Seigneur a dévoilé celle qui protégerait la terre des vrais bretons ; et la bonté du Seigneur l’appellera, au temps nécessaire, pour découvrit tous les pièges infernaux et le renversement du temple de la Mère de la Mère de Dieu sur la terre de Sainte Anne. C’est elle qui, par Dieu, recevra la connaissance des desseins des hommes qui amèneront enchaînés et liées, les époux, les épouses, les enfants de la terre où il fut fait tant de martyrs sur ce sol arrosé de sang.
    C’est cette âme qui en sera chargée, si elle a encore à qui faire passer ces choses-là, car les hommes du pouvoir auront prononcé le mot de vivre ou mourir. Pour échapper, il faudra tout quitter, abjurer la foi catholique.
    Le Pasteur de là restera t-il jusqu’à cette heure, entre la lutte et le combat ? Combattra t-il pour garder son honneur encore, ou bien aura t-il cédé sous l’empire frémissant qui attire la colère de Dieu ? La foi est faible ; pour se sauver, on vend son âme et l’on va s’asseoir parmi ceux qui ont en mains la victoire pour aujourd’hui encore et demain jusqu’à l’heure de l’éclat ».

    Dans la suite de cette extase, Marie-Julie annonce des âmes privilégiées qui annonceront à plusieurs provinces de France des lieux de refuge.

    Marie-Julie termine :
    « Merci, Flamme vive, merci Pères et Frères, si vous entendez mes plaintes, ne m’en voulez pas. On crie de toutes parts, (le clergé de Blain) à mon défaut d’humilité, à l’orgueil, au manque de charité, à l’invention. On crie de tous côtés, mais je ne m’en inquiète pas ; car le ciel ne me fait aucun reproche. On dit encore que j’ai pu interpréter telle ou telle parole, quand cela ne me plait pas. Mais devant Dieu, mon âme sera bien innocente car, si Lui ne me menait pas, je n’aurais jamais eu la connaissance de tout cela. Je ne m’en serai jamais fait une idée avec ma pauvre ignorance et dans mon pauvre village.
    La Flamme du Saint-Esprit :
    « Courage, persévérance ! Tu seras le Vainqueur ».
    Marie-Julie :
    « Je ne désire que la volonté de Dieu, qui est là et qui parle à mon âme. J’ai des amis, je n’en désire pas d’autres ».

    ///////////////////////////////////////////////////////

    1882-02-07 :

    « Mes enfants, dit Monseigneur Fournier, je ne vois que le ciel pour vous défendre de ces ennemis étrangers, ambitieux et avares des trésors de cette terre qui est votre patrie.

    Mes enfants, je ne vois pas le cœur d’un père pour repousser ces cœurs cruels qui fonceront, de différents côtés, pour puiser, si c’est possible, jusque dans mon diocèse qui est de Bretagne. Je supplierai le ciel d’épargner bien des maux, bien des victimes ; mais le cœur de ces hommes sera insensible, dur et inflexible en leurs idées ».

    ///////////////////////////////////////////////////////

    1882-09-28 :

    « La seconde et violente crise commencera et ira jusqu’à 45 jours. La France sera envahie jusqu’au diocèse qui commence la Bretagne. La plus forte armée va tomber sur Orléans et envahir des espaces de terre que je ne peux limiter, dit Saint Michel. D’un seul élan, ils parviendront jusqu’aux alentours de la Grande Ville. (Paris) Ils n’y pénétreront qu’à la moitié de la crise ».

    ///////////////////////////////////////////////////////

    1882-10-05 :

    « Je lis : Pendant que mon royaume sera en liberté, j’entendrai des cris entre Nantes et la Rochelle. Les pauvres troupes françaises, soldats du temps présent, y seront amenées pour achever l’épuisement de cette garde pour la France… Environ au milieu de ces deux terres, l’autorité si coupable, gouvernante d’aujourd’hui, fera massacrer les troupes, et la France sera sans soutien. Pieds et mains liés pendant vingt-quatre heures, puis une torture leur est réservée qui aura vite terminé leur vie.

    Mon peuple, ils jetteront ces chrétiens au fond des torrents ; leur sang inondera les pavés. Le crime horrible descendra jusque sur le milieu de la Bretagne. A deux reprises, le châtiment est réservé à cette terre nantaise.

    Je lis encore :

    Je laisse Satan couronner son règne. Sa bannière viendra jusque sur le bord de la paroisse, du côté du midi. Elle entrera dans la paroisse qui sera peu de temps exposée, mais dans un deuil d’appréhension douloureuse. Mon peuple ne sera pas atteint de la mortalité.

    Un autre fléau tombera sur le cœur de la Bretagne. Mes amis n’en souffriront aucune douleur ».

    ///////////////////////////////////////////////////////

    1882-11-16 :

    « En entrant dans la vision, je contemple et j’adore le divin Crucifix, entouré de ses flammes.

    La première Flamme dit :

    « L’âme du chrétien est une graine que je sème dans le champ de l’Eglise, pour qu’elle fructifie en grâces et en vertus… Si le Seigneur augmente les tribulations sur les âmes, c’est que son heure divine est proche d’éclater sur la terre ; c’est la preuve de sa bonté divine…

    La même Flamme dit encore :

    Je déclare qu’une cruelle désolation fera gémir tout le peuple du centre du diocèse.
    – Pas fort, Flamme.
    – Amis de Dieu, il s’agit d’une multitude de coupables, capables de toutes sortes de mal, pervertis et dans de si mauvais sentiments que Dieu ne pourra jamais les ramener.

    Voici :

    A Nantes, près de la place de la Maison de la Justice, se lèvera une assemblée de cinq cents hommes, tout ce qu’on peut compter d’affamés de sang et de victimes.

    Il y aura des scènes terribles : contre le clergé d’abord, contre les lois de la religion catholique, contre le Sauveur mortel de cette terre. Ils seront appuyés par l’autorité humaine, si mauvaise, de ce temps.

    Dans leur rage inassouvie et indomptable, ils marcheront, d’une façon remarquable, dans la voie des douleurs grandissantes. Dans cette rue, près du Palais de Justice, aux heures profondes de la nuit, il y aura beaucoup de victimes dans ce cœur du diocèse.

    Le plus frémissant, c’est qu’il sortira des feuilles du milieu de ce groupe : elles n’auront pour but que de couvrir de honte et d’iniquités ceux qui attendent, avec persévérance, la réalisation des promesses de Dieu. Aux environs de cette époque, on aura, de jour en jour plus pénible, le sentiment d’avoir à ressentir cette coupable injustice.

    La Flamme dit que ce sera vers le temps où une loi périlleuse donnera la liberté de laisser sortir les scélérats maintenus jusque là en captivité. Rien ne s’y opposera au Parlement, car l’homme seul sera déjà dans l’étendue de son triomphe immense qui couronnera son désert, en renversant la terre et le monde ».

    ///////////////////////////////////////////////////////

    Sans date :

    La Bretagne devrait moins souffrir de cette pluie et de cette tempête.

    Notre Seigneur nous annonce :
    « Je laisserai la moitié de la moisson. Mais sachez que Je saurais bien trouver, dans cette Bretagne, ceux qui M’outragent et blasphèment Mon Nom… Heureux ceux qui ne seront pas éloignés de la Croix !

    Mes enfants, dans ce déluge de frayeur, vous porterez Ma Croix, fût-elle toute petite ou grande ! Vous direz la prière suivante « ».

    ///////////////////////////////////////////////////////

  19. Hercule dit :

    EVENEMENTS ANNONCES POUR L’EUROPE ET LE MONDE

    (Extraits d’extases de Marie-Julie Jahenny)

    (Mise-à-jour du 27-11-2011)

    ///////////////////////////////////////////////////////

    1874-01-01 :

    « La France devra toujours se méfier de l’Angleterre ! »

    ///////////////////////////////////////////////////////

    1875-01-19 :

    « Jésus annonce :
    – Les puissances étrangères auront elles aussi de terribles châtiments ».

    ///////////////////////////////////////////////////////

    1881-03-08 :

    « La terre tremblera depuis ce lieu jusqu’au lever du soleil, l’espace de six jours. Un jour de repos et le huitième jour, le tremblement recommencera. La France et l’Angleterre se répondront par leurs cris de désespoir. La terre tremblera si fort que le peuple en sera jeté à 300 pas. Le tonnerre retentira avec plus d’éclat que dans les mois qui précéderont la fin du monde, avec un bruit étrange ».

    ///////////////////////////////////////////////////////

    1882-04-13 :

    Tout l’univers menacé :

    « J’ai vaincu l’enfer par la croix. Je vaincrai tous ceux qui s’opposent à la résurrection de la terre. Je les vaincrai après leur avoir laissé la victoire, après les avoir laissé fouler triomphalement tous les biens que j’ai créés pour le salut de mon peuple.

    Il n’y aura plus, désormais, un seul jour de repos. Le déluge des maux s’étendra sur l’étendue du sol de mon peuple. L’Univers se soulèvera entier, avant que ne soit rendue la paix sur une terre qui tremble. Il n’y a plus qu’un léger assaut avant que tout ne soit livré à une liberté qui ne s’arrêtera plus qu’à sa fin : là où j’arrêterai les impies.

    Un vent léger s’est dirigé jusqu’au bout du monde et a soufflé sur tous les royaumes. Tout à coup, par ordre divin, la voix des hommes s’est élevée, des bons et des mauvais. Ils se sont divisés en deux parties : la partie digne et respectable n’est composée que d’une poignée de vrais et solides combattants, tandis que l’autre est composée d’une multitude si profonde qu’il serait impossible de la compter…

    Toi, mon peuple, attends la résurrection prochaine, selon toutes les paroles que j’ai laissé tomber sous la main de mes ouvriers.

    Mon peuple, les lois vont prendre leur détermination et la France, avant deux ans je te donnerai le jour fixé avant deux ans, la France presqu’entière sera devenue « mahomète » et sans religion. Mon peuple, je t’ai dit tant de fois que le temps était proche ; mais c’est maintenant que je puis te le dire.

    Au nom des puissances de mon Père, qui sont aussi les miennes, sache que le temps est proche où la terre ne va plus avoir de paix, où mon peuple se verra sans abri : le temps où la malédiction va montrer l’entrée dans ce terrible événement universel.

    Mon peuple, sois en sûr et confirmé par ma parole divine : déjà la profondeur des maux, une légion de maux, s’est étendue sur bien des personnes, sur celle, en particulier, de l’homme ambitieux qui attend impatiemment d’avoir voix au gouvernement et qui crie après l’étendue de la liberté.

    Mon peuple, tu sais d’avance qu’avant d’entrer dans la gloire, il fallait que la France souffrît ces maux et que tu les souffres avec elle, puisque tu auras part à sa glorieuse résurrection dans la grâce. Personne ne peut entrer dans cette gloire visible, que j’annonce sans cesse, sans avoir souffert les maux et les tribulations.

    Mon peuple, dit Jésus ressuscité, maintenant je prépare ta résurrection et d’abord la résurrection de ce lieu qui ne sera plus tien, puisque tu (Marie-Julie) ne seras plus. Mais, lors de la résurrection, je t’enverrai, par mon ordre, apporter, jour par jour, à mes victimes et serviteurs les armes de la vraie foi, pour le vrai combat et le couronnement de celle qui redeviendra la France. Jamais son nom n’aura été aussi beau ».

    ///////////////////////////////////////////////////////

    1881-05-18 :

    L’Angleterre :
    « À cette époque, l’Angleterre aura trahi son peuple sous l’empire d’une reine ; à sa descente du trône, les choses ne se feront pas comme le Seigneur l’exige ».

    ///////////////////////////////////////////////////////

    1882-05-16 :

    En Espagne :
    « Sur l’Espagne aussi le Ciel a ses desseins. C’est le roi de ce Royaume, qui, avant deux années écoulées, ne craindra pas d’appeler hautement le frère de la vraie couronne royale, dont les deux drapeaux et les espoirs sont semblables (Henri V). Vers le début de cette époque, ce roi catholique se verra forcé d’abandonner son royaume pour quelques mois, et de se retirer à l’abri des poursuites ; mais le temps ne sera pas long avant qu’il puisse rentrer…
    Cette rentrée sera un vrai triomphe qui ranimera sa Foi et son Espérance ».

    ///////////////////////////////////////////////////////

    1882-08-25 :

    L’Allemagne :
    « Elle aura aussi des mois sanglants.

    Mes enfants, priez pour l’Allemagne qui se rend, de jour en jour, plus coupable et pour le peuple qui borde ces contrées : ce peuple se creuse et se prépare dans l’abîme un avenir épouvantable à la suite de ces deux terres dont j’ai parlé déjà. Bientôt ce sera terrible et le sang y coulera pendant six mois et dix jours ».

    ///////////////////////////////////////////////////////

    1970-01-01 :

    En Italie :
    L’anarchie intérieure aura raison des gouvernements. Les invasions extérieures, qui en sont l’accompagnement presque obligé, amèneront au pouvoir pendant trois années des forces antichrétiennes qui feront beaucoup de mal à l’Église et au Pape d’alors qui sera martyrisé.
    À la tyrannie d’un  » gouverneur  » italien, succédera la tyrannie d’un personnage appelé Archel de la Torre.
    « Il ne viendra d’aucune région d’Italie. Il traversera la Perse et la contrée qui se trouve en deçà (Iran-Irak). Il entrera en Italie vers la moitié de la seconde année, de celle qui touche à l’année terrible, mais qui ramènera la paix.
    Il régnera pendant un an et demi, au milieu des plus atroces renversements de tout. Ensuite, une lutte, sans roi ni chef, se soulèvera en un petit nombre qui s’en voudront les uns aux autres jusqu’à la mort. Ce n’est que l’année suivante, qu’un roi chrétien sera placé sur la terre d’Italie ».

    ///////////////////////////////////////////////////////

  20. Hercule dit :
    EVENEMENTS ANNONCES POUR LA FRANCE – Extases de 1880 à 1941 – (Extraits d’extases de Marie-Julie Jahenny) (Mise-à-jour du 29-12-2011) /////////////////////////////////////////////////////// 1880-01-01 : « L’étranger entrera en France avec toute son armée. Il y fera une longueur d’espace mesurée par moi. Je les arrêterai et, dans cet arrêt, je susciterai le Sauveur du reste de mes enfants. Il traversera l’Est et semblera sortir du fond du Nord. Je le conduirai jusqu’au Midi et, de là, je le ramènerai… non pas sur le trône d’aujourd’hui, car il n’y aura plus de trône, même pas de base pour en fonder un autre. Ce sera dans cette troisième crise que viendra le salut. Là sortira, de mon Sacré-Cœur… celui qui est destiné à apporter la paix. Avec son couronnement tous les maux finiront. Il descend de la branche de Saint Louis mais cette Sodome coupable ne le possède pas ». /////////////////////////////////////////////////////// 1880-01-01 : « Les châtiments commenceront par Paris. Châtiments pour les villes du midi. Quelle boucherie! Dans la France il sera versé plus de sang qu’à Rome. Ce ne sera pas long ». /////////////////////////////////////////////////////// 1880-06-08 : Concernant l’Isle-Bouchard : « Je vois une église de France, un sanctuaire de la protection de Marie, en tirant sur la Bretagne. Il est petit, mais riche intérieurement. Il porte dans son intérieur la Mère des Douleurs et un Ange qui présente un lys. Sur l’emplacement de la vision d’amour fleurira un lys, dans une saison où son temps de floraison est à peu près passé ». /////////////////////////////////////////////////////// 1880-08-05 : « Il y aura de graves maladies que l’art humain ne pourra soulager. Ce mal attaquera d’abord le cœur, puis l’esprit et, en même temps, la langue. Ce sera horrible. La chaleur qui l’accompagnera sera un feu dévorant, si fort que les parties atteintes du corps en seront d’une rougeur insupportable. Au bout de sept jours, ce mal, semé comme le grain dans un champ, lèvera partout rapidement et fera d’immenses progrès. Mes enfants, voici le seul remède qui pourra vous sauver : Vous connaissez les feuilles des épines qui poussent dans presque toutes les haies (l’aubépine) Les feuilles de cette épine pourront arrêter les progrès de cette maladie. Vous ramasserez les feuilles, non pas le bois. Même sèches, elles garderont leur efficacité. Vous les mettrez dans l’eau bouillante et les y laisserez pendant 14 minutes, couvrant le récipient afin que la vapeur y reste. Dès l’attaque du mal, il faudra se servir de ce remède trois fois par jour. Mes enfants, cette maladie sera très grave en Bretagne. La pensée de Dieu y sera moins grande… Le mal produira un soulèvement continuel du cœur, des vomissements. Si le remède est pris trop tard, les parties atteintes deviendront noires, et dans le noir, il y aura des sillons tirant sur le jaune pâle ». /////////////////////////////////////////////////////// 1880-08-30 : «  » Je vois qu’au moment où le Seigneur monté au Ciel, prit possession de son Royaume Éternel, à ce moment, l’enfer devint le Royaume de l’Ennemi. Le Seigneur s’empara de son royaume terrestre et dit :  » Je suis établi Roi Éternel.  » Satan, furieux, cherche quelque détour pour étendre malicieusement sa puissance. Il demande un partage. Le Seigneur lui dit :  » Tu Me seras soumis, tu ne feras que ce que te permettra la Loi Éternelle… Je te laisse le pouvoir de tenter tous les hommes, de les faire souffrir jusqu’à une certaine mesure, mais Je serai présent… Au commencement, tu ne feras pas beaucoup de prodiges ; ils te serviront à faire le mal. Je te laisse permission de tenter Mon peuple, mais Je ne te permettrai jamais de prendre la forme divine, ni celle de figures véritables.  » Satan dit :  » Je transformerai tout en outil de travail contre Vous, je mettrai la révolte, la guerre, la division partout. Je renverserai le temple de Vos prières ; j’y établirai des idoles qu’on adorera. J’y briserai tout.  » Jésus dit :  » J’écraserai sous la foudre du Ciel, tous ceux qui te seront donnés pour l’enfer. Je rétablirai Mon peuple ; Je le préserverai des fléaux ; Je relèverai les ruines. Je te précipiterai dans l’abîme, mais seulement après que tu auras usé des pouvoirs que Je te laisse pour le moment… Pendant les ténèbres, il y aura beaucoup de conversions ; beaucoup d’égarés reviendront à Moi par le repentir ». /////////////////////////////////////////////////////// 1880-09-20 : « Au moment où la rage des impies s’arrêtera pour un court répit, il arrivera une grande maladie, presque subitement. Ce châtiment laissera les victimes comme étant sans vie ; ils respireront encore sans pouvoir parler, la chair à vif comme après une profonde brûlure. Ce mal sera très contagieux et on ne pourra l’arrêter. C’est une punition du Seigneur afin d’en ramener plusieurs ». /////////////////////////////////////////////////////// 1880-09-29 : « Pillage et Carnage – Cruelles Péripéties Saint Michel dit : « L’heure du combat va sonner. Je serai du côté des justes. Je marcherai avec eux, sous l’étendard du Sacré-Cœur. Nous nous rencontrerons avec l’étendard de l’enfer. Lequel des deux triomphera ? Le nôtre tombera à terre. Nous le tiendrons tout de même. Celui de l’enfer ne bronchera pas. Il restera levé quand le nôtre sera prosterné. Après que l’étendard de l’enfer aura triomphé quelques mois, l’étendard du Seigneur se relèvera à son tour pour triompher aussi, mais… Il retombera encore. Dans cette seconde chute, l’effet sera si grand que la plus grande partie du peuple vivra, comme autrefois, sans prêtre, sans messe, sans réception du Corps adorable. – Oh ! Saint Archange c’est tout de même terrible ! – J’affirme qu’il n’y aura jamais eu d’époque pareille. Jamais n’aura existé un temps si cruel… Il faut s’y attendre et se préparer pour ne pas être surpris. Tous les démons vont se rassembler : il y en a beaucoup sous la forme de l’homme… Il leur faut, pour se rassasier, la chair des ministres du Seigneur, la chair des chrétiens et le sang des veines où la foi est florissante. – Saint Michel, vous ne laisserez pas faire cela ? – C’est le Seigneur qui m’envoie et me charge de tous ces avertissements. Je suis obligé d’obéir. – Moi aussi, j’aimerais mieux ne pas ouïr cela mais, comme vous, je veux obéir » ». /////////////////////////////////////////////////////// 1880-11-30 : « Les foudres du ciel se succéderont avec une violence rapide. Le feu du ciel parcourra la terre sur une largeur effroyable : cette foudre vengeresse brûlera toute pointe qui produit du fruit. Les terres cultivées seront ravagées par la puissance de ce feu ; les prairies seront brûlées et réduites à une terre complètement dépouillée. Les fruits ne paraîtront point ; toutes les branches d’arbres seront sèches jusqu’au tronc. Enfants de la Bretagne, vous userez, pour conserver vos récoltes, de ce que la bonté de mon Fils vous a révélé : c’est le seul moyen de sauver votre nourriture. Mes enfants, pendant trois jours le ciel sera en feu, sillonné de frayeur par la colère divine. Ce qui m’attriste, c’est que cette colère n’arrêtera pas la force de l’enfer. On ne craint ni mon Fils ni l’enfer. Il faut que ce temps passe. Le péril de la France est inscrit au ciel par la puissance éternelle. Je ne peux plus intercéder ; je ne suis plus qu’une mère sans puissance. Pendant plusieurs années, la terre ne produira rien. La France sera malheureuse, même après son triomphe. Pendant deux ou trois ans, elle se ressentira de ces ruines et de ces misères profondes. La misère sera grande, bien que mon peuple soit éclairci. La prière ramènera la bénédiction. Mon Fils et moi, nous aurons pitié de cette longue pénitence. Mes enfants, priez pour l’Église ; priez pour tous ses ministres priez pour le Pape, car on attentera à ses jours. Ce lieu aussi sera criblé de vengeance, et le mal y fera des sans mesure, malgré la foi d’une grande partie de mon peuple. Le mal, que j’entrevois si proche, laisse à mon cœur une blessure qui durera toujours: une perte d’âmes considérable, la foi ruinée, le baptême souillé. Toutes ces lâchetés, que je vois, changeront en mauvais chrétiens beaucoup de mes enfants. La France périra – pas toute, mais beaucoup périront – Elle sera sauvée avec un nombre bien petit… O France, on apportera, jusque dans tes lieux, la poussière de l’étranger. Tu ne pourras renvoyer ces étrangers… Tu fus si noble, ta *noblesse sera perdue. J’ai vu tout passer sur terre. Jamais – je vous le dis avec un cœur de mère – jamais je n’ai eu sous les yeux l’attente de pareils crimes, de pareils malheurs : violations, sacrilèges, attentats. C’est dès aujourd’hui que je vois toutes ces peines. Oh ! priez, mes enfants ! Je m’arrête sur ces douleurs. Reposez-vous, mes enfants ». /////////////////////////////////////////////////////// 1881-03-04 : Jésus annonce : « Marie-Julie du Crucifix, Ma victime, tu vois que tout est proche : l’heure fatale va gronder sur toute la France et au-delà. Le bien et le mal vont se combattre. Le mal un moment vaincra mais il cèdera au bien. L’univers sera renversé car mon peuple est coupable. Préparez-vous à combattre. J’ai promis que les châtiments éteindraient la race impie et corrompue. Le moment va venir. Je fermerai la bouche des impies. Je les surprendrai dans Ma Justice. Je ne puis plus supporter le mal. Je suis comme dans une piscine où l’eau me gagne ; Je suis submergé. Je me laisserai encore toucher mais après la destruction et le châtiment que j’ai promis. Ceux que j’aurai épargnés au milieu des cendres me toucheront. Ils feront la gloire de la France. La France coupable verra couler le sang ; sa douleur sera amère, mais j’y serai insensible. Le sang des martyrs et celui des impies abreuvera la terre. Le premier criera miséricorde et le second, vengeance ». /////////////////////////////////////////////////////// 1881-03-08 : « La terre tremblera depuis ce lieu jusqu’au lever du soleil, l’espace de six jours. Un jour de repos et le huitième jour, le tremblement recommencera. La France et l’Angleterre se répondront par leurs cris de désespoir. La terre tremblera si fort que le peuple en sera jeté à 300 pas. Le tonnerre retentira avec plus d’éclat que dans les mois qui précéderont la fin du monde, avec un bruit étrange ». /////////////////////////////////////////////////////// 1881-03-24 : « La Bretagne sera protégée par la Sainte Vierge, mais selon la mesure de la Foi. Notre-Seigneur la fit gardienne de notre Bretagne et elle obtint de Son Fils une large protection en tout temps ; mais le Seigneur poursuit ceux qui ont mis de côté la Foi, pour suivre les mouvements du temps présent… Cinq fois, la Bretagne sera traversée et retraversée par ceux qui portent partout le désordre… Dans le Nord de la Bretagne, il y aura un peu plus à souffrir. Là le mal sera proportionné : il y restera une lisière où chacun aura permission de marcher sur ses terres… Sainte Anne protégera la région d’Auray, il y aura des punitions pour les rebelles, mais les justes ont la destination d’être protégés… La région du Mont Saint Michel sera relativement protégée. La Vendée sera protégée, sauf sur les frontières, au midi… Mais nombre de Vendéens verseront leur sang, car ils ont conservé leur Foi. Nantes aura moins à souffrir. Le diocèse sera comparativement protégé, mais nulle grâce pour les impies et les mauvaises familles !… D’autres malheurs à partir de Nantes vers le Sud. Pontchâteau sera épargné à cause du Père de Montfort… La Fraudais, le jardin de Marie sera protégé… Le couchant, (l’Ouest), depuis la chapelle de Lourdes jusqu’au Nord sera épargné, sauf Bordeaux (conflit armé). Toulouse sera épargnée à cause de Sainte Germaine de Pibrac, mais elle n’est pas au bout de ses peines. Mende et Rodez seront épargnées. Saint Martin de Tours protégera surtout ceux qui le prieront. À Lourdes, il y aura une protection pour les justes, mais je punirai le peuple ingrat qui donnera à boire aux animaux l’eau de la source que j’ai fait jaillir. Là, le peuple sera bien malheureux. On le fera souffrir, parce que je suis apparue en ce lieu. Les animaux des profanateurs perdront la vie. Il y a du mauvais monde partout, et Dieu connaît le fond de tous les cœurs.  »  » Chaque endroit est désigné par le Doigt de Mon Fils, sur la page d’un livre caché sous Sa tunique divine. Sa Miséricorde serait prête à se laisser toucher, mais si peu d’âmes prient, un si grand nombre l’outrage ». /////////////////////////////////////////////////////// 1881-06-09 : La Vierge Marie, apparue à Pontmain le 17 janvier 1881, manifestation reconnue par l’Eglise, révéla dix ans plus tard à Marie-Julie Jahenny, qu’elle s’y manifesterait de nouveau pour annoncer les guerres de la France : « Je reviendrai à Pontmain comme la première fois pour annoncer les guerres de la France. L’invasion de armées Russo-Arabes viendra jusque là pour fondre sur la Bretagne. Je les arrêterai encore par un signe qui se manifestera dans les airs. Ce signe jettera à terre miraculeusement ces armées internationales à la Croix des 3 provinces, face à une petite armée d’une soixantaine d’hommes. Je reviendrai à La Salette au moment où un roi mauvais placé, mais pour peu de temps, sur le trône de France. Ce roi est un descendant de la branche d’Orléans. Je retournerai à Lourdes. Je punirai le peuple ingrat qui donne à boire aux animaux l’eau de la source que j’ai fait jaillir. Là, le peuple sera bien malheureux. On le fera souffrir parce que je suis apparue en ce lieu. Les animaux perdront la vie, et tous ceux qui seront au service des impies profanateurs ». /////////////////////////////////////////////////////// 1881-09-20 : « Ce sera la  » Troisième époque « , celle du grand Coup, celle du retour à l’ordre qui ne sera pas sans souffrances. L’ensemble de ces phases devrait s’étaler sur deux à trois années. Les pertes humaines seront très importantes. Il y aura divers avertissements du Ciel pendant ces épreuves, pour ouvrir les yeux des moins endurcis. (Signes dans le Ciel, ténèbres de quelques heures, miracles…) Mais ce n’est qu’après ces semonces que le Grand Châtiment universel des trois jours de ténèbres mettra un terme aux hostilités.., faute de combattants ! Mon peuple, demande pour le Centre (Paris), grâce et miséricorde. L’enveloppe de la mort est préparée ; il n’y a point de cercueil pour enfermer les restes du peuple malheureux. En bien peu de temps, il ne restera guère de peuple. Les hommes seront si clairs qu’il faudra des lieues pour rencontrer une seule âme, surtout dans le midi, dans les grandes villes, dans le Centre. Il n’y aura plus guère que quelques âmes cachées sous terre qui auront pu échapper. La terre sera désolée, empoisonnée de cadavres, toute remplie du sang des chrétiens. Un Miserere, Mon peuple, pour le Centre, pour le Midi, pour Lyon, Toulouse. Un Miserere pour les soldats, les enfants restés sur la terre d’exil entre la vie et la mort. Pour Mes prêtres, Mes serviteurs et Mes servantes ; un De profundis pour les pauvres âmes qui expirent là, sans prêtres, sans Sacrements. Voilà ce que Dieu vous demande pour ses chères âmes qu’Il a rachetées de Son Sang !… ». /////////////////////////////////////////////////////// 1881-10-05 : « Il y aura des épidémies sur le Midi, Valence, Lyon, Bordeaux, tout ce qui suit cette terre en venant vers le Centre (Paris). Très peu de monde pourra en réchapper. Les cadavres auront répandu une odeur infecte qui donne la mort. Je saurai protéger tous les miens. J’ai fait placer l’échelle qui conduit de la terre à Mon Cœur, route préparée pour les temps malheureux. Le temps ne sera pas bien long, mais il sera terrible dans les trois reprises différentes ». /////////////////////////////////////////////////////// 1882-01-24 : « La France, dit la Flamme, a crié d’une voix perçante : « Je ne veux pas de Sauveur, je ne veux pas de remède ». Quel remède reste-t-il pour celle qui s’accorde à livrer son peuple, et à fouler sous ses pieds la couronne et le sceptre réservés depuis la mort du martyr Louis XVI ? Depuis cette trahison, son honneur n’a fait que se dégrader en faiblesse. J’assure que désormais il n’y a plus de remède. Une seconde Flamme ajoute : Le Sacré-Cœur de Jésus laissera la victoire aux tyrans du royaume, jusqu’à ce que mon peuple reconnaisse l’erreur où il s’est enfoncé, en se livrant lui-même et en livrant sa patrie. Son peuple a été d’erreurs en erreurs. Je peux dire hautement que le dernier acte est accompli. Il lui sera difficile d’échapper au péril imminent, puisque tous ses projets éclosent sous la chaleur de l’iniquité. Cette première éclosion n’est qu’un appel à une seconde. Si le peuple ne prie pas, il est perdu à jamais et sans espoir. Le Seigneur avait promis de sauver son peuple par son divin Cœur. Il lui a fait des appels violents et multipliés. Ceux que j’appelle sauvés par son Cœur, c’est la Bretagne et une partie de la Vendée, mais la part de celle-ci est fort petite en vérité. Elle va devenir le fort de nombreuses iniquités et l’échafaud d’un grand nombre de victimes. Les coups qui annoncent qu’il n’y aura plus de repos vont retentir sans tarder dans les murs du Centre (Paris). Il suffira d’un désaccord. Cette seule chose suffit désormais. La conquête de ces faux rois a été placée sur des chars de triomphe. Combien l’heure de la décision sera proche, après un débat moins fort que ceux d’autrefois : la décision n’aura pas besoin d’être forte. Ils se seront trompés dans leur espérance ; ils seront surpris à l’heure inattendue. Tout va tomber envahi et sous l’autorité d’hommes cruels et féroces. Les lieux où l’on prie en silence n’ont pas de repos pour longtemps, et ne seront plus un asile contre le courroux de la puissance des humains. La Flamme dit de nouveau : Le Seigneur attend qu’une voix s’élève pour lui consacrer le peuple de ce diocèse et le recommander à son immense protection. D’horribles attentats sont sur le point de se commettre, non loin du cœur de ce diocèse, au moment du grand déluge de la partie française, quand la justice de ce siècle va tout laisser en liberté. Ceux qui, dans quelque temps d’ici, devraient lever la voix seront dans la ligne tracée d’une autre manière. Heureux ceux qui refuseront ces traces, quand des appels à s’engager seront discutés à l’assemblée. Le parti fort sera celui de la victoire du mal. Le petit nombre tombera sous les foudres de ces voix qui font appel au sang et à la chair des corps, pour dérouiller leurs instruments, comme ils disent ». /////////////////////////////////////////////////////// 1882-02-07 : « Mes enfants, dit Monseigneur Fournier, je ne vois que le ciel pour vous défendre de ces ennemis étrangers, ambitieux et avares des trésors de cette terre qui est votre patrie. Mes enfants, je ne vois pas le cœur d’un père pour repousser ces cœurs cruels qui fonceront, de différents côtés, pour puiser, si c’est possible, jusque dans mon diocèse qui est de Bretagne. Je supplierai le ciel d’épargner bien des maux, bien des victimes ; mais le cœur de ces hommes sera insensible, dur et inflexible en leurs idées ». /////////////////////////////////////////////////////// 1882-04-20 : « Les militaires seront éloignés de France, (dans l’Est et les terres arabes) et les forces de l’ordre seront réduites. C’est pendant cette période troublée, que seront promulguées des lois infâmes, visant entre autres à établir une mainmise du pouvoir sur la religion, asservissant le clergé au pouvoir révolutionnaire, persécutant toute opposition, coupant tout lien hiérarchique avec Rome. Des révolutionnaires instaureront la mise en place d’un pouvoir totalitaire avec son régime de justice expéditive des opposants, de surveillance, de dénonciations, etc. ceci sur fond de disette du fait des récoltes insuffisantes et des calamités. (Tremblements de terre, épidémies sur les hommes et les animaux). Des pluies torrentielles entraînant de grands retards dans les cultures seront un des signes précurseurs de cette révolution.  »  » J’avertirai Mes amis par des signes de la nature. Je les préviendrai.  »  » La guerre civile et les épidémies feront beaucoup de victimes surtout dans les grandes villes.  »  » Les ennemis se battront entre eux !  »  » Cette loi infâme sortira avec un grand nombre d’autres. Personne ne pourra s’y soustraire… ou bien la mort au fond des prisons… Cette loi marchera sur tout ce qui est le plus sacré ». /////////////////////////////////////////////////////// 1882-05-04 : Sur un fond général de confusion et de désordre, se détachent des « époques », qui sont comme les degrés d’une progression. C’est d’abord comme un orage qui gronde, puis éclate pour se terminer sur un  » grand coup  » qui ramène la paix. Le Seigneur annonce : – La première époque, c’est l’étendue des maux sur la Fille aînée de l’Église, la France. – La seconde, c’est l’Eglise envahie, et le commencement de la lutte terrible dans la Ville Eternelle. Cette lutte, dans la Ville Eternelle, languira cinq mois sans que les conséquences, tristes jusqu’à la mort, ne s’aggravent… Seigneur, dit la voix plaintive, ne tardez pas à avertir votre peuple, car la nuit sombre et triste vient rapidement à son époque : – Je n’ai tardé en rien, répond le Seigneur… ». /////////////////////////////////////////////////////// 1882-05-09 : « Dans les années qui suivent la révélation de Notre-Dame à Marie-Julie Jahenny sur l’invasion russo-arabe, la Vierge Marie va lui apporter de nouvelles précisions concernant tout particulièrement la situation de la France à cet égard : – Le commencement (de la grande révolution universelle) sortira d’abord de la France : c’est elle qui, la première, marchera à l’abîme et à la résurrection. Le peuple français n’aura même plus son regret d’avoir livré son pays à l’emprise barbare”. – À mesure qu’elle s’étendra en France, la persécution recevra beaucoup d’aide de la part des puissances qui l’environnent, de tous ceux qui ressemblent à ceux qui, en France, livrent tout, sans pitié, au feu et au sang ». « Le grand réveil de l’époque assoupie ne va pas tarder à lancer son premier éclat, le commencement d’une marche victorieuse qui mettra à mort le peuple de celle qui n’a plus d’espoir de se relever, sinon le jour où celui qui est appelé son Sauveur, mettra le pied sur le Trône assigné par le Ciel. La grande révolution universelle, le commencement en sortira d’abord en France ; c’est elle qui, la première, marchera à l’abîme et aussi à la résurrection ». « Première crise en France. Il y a quelque temps, le Seigneur a marqué trois mois de fatals et terribles châtiments. Il abrégera beaucoup. Le prochain commencement de la mortelle crise révolutionnaire durera quatre semaines, mais l’étendue en sera immense. Le nombre de ceux appelés « meurtriers du peuple » sera d’une immensité inconcevable. Lors de cette heure terrible, les étrangers, dont le désir est rempli d’une violence qui ne se possède pas, seront maîtres en France. Dès la nouvelle du fatal événement, leurs oreilles ne seront pas sourdes ! Pendant cette lutte première, en toute l’étendue de la France, il y aura liberté pour tout. Il n’y aura plus de captifs retenus pour crimes ». « Un repos fort court suivra cette grande entrée dans le mal qui sera complet, surtout au Centre (Paris) et dans les environs… Le 24 mai, il se passera entre les hommes qui se disent vainqueurs et élevés en science, un éclat qui ébranlera cette Grande Ville où le sang a tant de fois rougi le pavé et ce branle ne s’apaisera pas… Tu sais que le nombre 14 a été choisi par Moi… » /////////////////////////////////////////////////////// 1882-05-16 : « Le Saint-Siège suivra de près le renversement de la France ». /////////////////////////////////////////////////////// 1882-06-15 : « Le Cœur Sacré de Jésus laisse échapper des rayons si multipliés que leur nombre dépasse celui des étoiles du firmament. Le Seigneur dit :  » Mes enfants, il y a autant de rayons que d’âmes inscrites dans mon Cœur divin et appelées à y trouver un refuge, à l’heure où vont retentir sur terre les coups des grands maux. L’heure n’est pas éloignée où mon peuple va pousser un nouveau cri de détresse. Ce sera l’ouverture première de profonds engloutissements du bien, et qui doit ensuite marcher vers une ruine épouvantable que le ciel et la terre n’auront jamais vue passer. L’orage va éclater sur la France où j’ai voulu manifester les prodiges de mon divin Cœur et dévoiler ses secrets. Mes enfants, c’est la France qui, la première, sera meurtrie, déchirée, persécutée. Quand je manifestais ce divin soleil à la bienheureuse Marguerite-Marie, je laissais tomber de mes lèvres cette parole. La terre qui t’a vue naître, et qui te verra expirer, sera terriblement menacée, depuis l’époque de 80 à 83 surtout. Je laissais entendre à mon humble servante, que la troisième serait bien douloureuse. Il n’y aurait que des glaives, que des apostasies et des violations dans cidres des personnes qui me sont consacrées, les unes par le sacerdoce, les autres par la vie religieuse… Les mauvais Chrétiens ne se contenteront pas de se perdre. Ils chercheront à surprendre les âmes ; ils tendront, par tous les moyens, à les faire pécher contre tout ce qui est du devoir du Chrétien… Mes enfants, l’Église n’a pas bien des années à rester sans la douleur d’aujourd’hui augmente, mais bien des fois plus terrible. En cette douleur, il n’y aura ni borne, ni arrêt. Je garde l’Église à l’abri, jusqu’au jour où la terre devenue un désert et le monde une poussière, sur la terre désolée. Le Seigneur :  » La France fait entrer parmi le sang et l’eau de sa blessure. Mes enfants, dit-il, elle est sortie avec joie de mon divin Cœur, elle n’y rentrera que parmi le sang et les pleurs ». « Le divin Cœur dit encore. Sous peu, à l’époque marquée, il ne restera debout, en France, aucune maison religieuse ; pas un cloître n’échappera aux tyrans de l’époque. Il y aura une attitude de massacres, depuis le Centre (Paris) à Lyon, de Lyon sur le midi et jusqu‘aux bords de la Bretagne qui est encore catholique, mais plus comme autrefois. La génération de la foi se fait partout… En ces massacres, aux mois froids, la terre deviendra un déluge de sang, comme au temps de Noé elle devint un déluge d’eau. Tous ceux qui ne seront pas dans l’arche de mon Cœur périront, comme au temps du déluge ». « Je lui disais encore : Moi-même, je choisirai ; je ferai nommer le véritable consolateur de mon peuple et de l’Église : celui qui reconstruira mes temples incendiés sous la violence d’une grande guerre civile, bien qu’elle ne sera pas longue. Je ne peux, dit-il, nommer autrement que guerre civile cette guerre à laquelle la France sera livrée. Mes enfants, combien l’âme de ma servante fut attristée de mes paroles si désolées ! Elle ne me répondit que par un soupir :  » Seigneur, je prierai pour cette France, en la demeure où vous m’aurez introduite avec vous.  » Mes enfants, aujourd’hui si peu d’âmes me demandent mon amour, si peu de cœurs me servent fidèlement. Jusque dans les cloîtres, je trouve indifférence, oubli et faiblesse. Je me plains amèrement. Si les bons chrétiens sont si lâches, que seront donc les coupables qui veulent tout détruire et renverser jusqu’à mon Règne Eternel ». « Le Sacré-Cœur de Jésus dit encore : Il se lèvera soudain sur la France de grands fléaux et des calamités que rien ne pourra ni arrêter ni amoindrir. Passeront, sur la France, une mortalité innombrable que jamais le monde n’aura jamais vue et des maladies qui seront inconnues. C’est surtout au Centre que cette mortalité lancera son fléau. Elle viendra frapper jusque sur la paroisse qui est la vôtre, mes enfants ; mais ne craignez rien, mon Cœur sera une demeure pour vous protéger. – Je me rappelle cela, divin Cœur de Jésus. – Mes enfants, ceux qui me font la guerre depuis plus de 60 ans, guerre qui a redoublé depuis 11 ans, ne seront pas attaqués par le fléau de la mortalité. Je les attends d’une autre manière aussi courroucée… Je préviens mon peuple qu’à la suite de ces nombreux fléaux en France, dont les premiers ne sont pas loin, et qui seront suivis de beaucoup d’autres, je vous préviens qu’un jour se trouvera – et il est marqué – où il y aura peu de soleil, peu d’étoiles ni de lumière pour faire un pas hors des demeures, refuges de mon peuple. Le jour commencera à croître ; ce ne sera pas au fort de l’été, ni dans les jours les plus longs, courts encore. Ce ne sera pas à la fin d’une année, mais dans les premiers mois que je donnerai clairement mes avertissements… Ce jour de ténèbres et d’éclairs, ce sera le premier que j’enverrai pour convertir les impies, et voir si un grand nombre reviendra à moi, avant le grand orage qui suivra de prés. Ce jour, mes enfants, n’atteindra pas toute la France, mais une partie de la Bretagne en sera éprouvée. Le côté où trouve la terre de la Mère de ma Mère Immaculée ne sera obscurci par les ténèbres à venir, jusqu’à vous et, au-delà, sur le lever du soleil. Tout le reste sera dans l’effroi le plus terrible. Depuis la nuit jusqu’à la nuit, un jour entier, le tonnerre ne cessera de gronder ; le feu des éclairs fera beaucoup de mal, même dans les demeures fermées où l’on sera dans le péché… Mes enfants, ce premier jour n’ôtera rien des trois autres marqués et décrits. Ce jour particulier fut révélé à ma servante Catherine dans les apparitions de ma sainte Mère, sous le nom de Marie conçue sans péché. Ce jour se trouve noté dans cinq petits rouleaux bien fermés de la sœur Saint Pierre de Tours. Ce rouleau restera dans le secret, jusqu’au jour où une personne de Dieu portera sa main prédestinée sur ce que le monde aura ignoré, jusqu’aux habitants de ce cloître… » /////////////////////////////////////////////////////// 1882-06-27 : « Tout à l’entour du Centre, en particulier, la lutte sera violente… Cette lutte bouillonnera terriblement, en descendant vers la Bretagne. La déclaration de cette victoire sanglante sera partout affichée. Ces instruments, qui mitraillent sans pitié la chair du soldat, seront tendus partout, et déjà la marche des ennemis du royaume aura plusieurs lieues de faites en la terre de France. Tous les soldats (Français) seront dispersés, en moins de neuf jours, et renvoyés de la France dans les contrées étrangères et la liberté sera entière ». /////////////////////////////////////////////////////// 1882-07-20 : L’heure d’annoncer : « Au jour décidé pour que mes écritures soient envoyées à tous mes serviteurs et à mes victimes, pour leur indiquer mon heure et l’heure du miracle, à cet appel, rien ne les retiendra. Je protégerai et garderai ceux qui seront obligés d’attendre un peu de temps avant de trouver refuge sous l’arbre divin de la Croix (les croix d’amour). L’heure sera envoyée à toute la famille de la Croix dont le destin est d’être protégée. Cette heure viendra avant que les voies de la terre soient fermées (nous ne pourrons plus circuler), avant que l’ennemi ne soit embarqué sur l’étendue de la France entière pour la conquérir et la faire périr. Je vais donner à mes chers serviteurs et victimes la réelle description de la croix qu’ils devront porter. Ils vivront comme les missionnaires de ma parole divine, les Pères de la Croix… Je désire que mes serviteurs, servantes et jusqu’aux petits enfants puissent aussi se revêtir d’une croix. Cette croix sera plus petite et portera en son milieu comme l’apparence d’une petite flamme blanche. Cette flamme indiquera qu’ils sont fils et filles de la lumière. Le mal inévitable s’avance. Bientôt la terre entière ne sera plus que sous la pluie des châtiments terribles de ma Justice. Le bien sera au tombeau et le mal élevé sur le sommet des montagnes pour attester son triomphe ». /////////////////////////////////////////////////////// 1882-08-22 : « Paroles de Marie : « Avant que le châtiment de mon Fils adorable ne tombe sur la terre de France, qui aura la première son châtiment terrible, très peu de temps avant, il y aura beaucoup d’âmes qui perdront la foi… Cette terre sera comme couverte de masses d’hommes coupables qui, du fond des loges, vont travailler à glorifier Satan, à lui élever des lieux de culte dans la plus grande partie de la France » ». /////////////////////////////////////////////////////// 1882-08-25 : « La Sainte Vierge dit : « Je m’arrête, mais je reviendrai avant peu ». Elle s’assied sur son trône, et Saint Louis, vêtu en roi de gloire, un flambeau en main, dit : « Amis du Seigneur, demain je prierai beaucoup pour celui qui doit rendre cette terre heureuse, et lui redonner cette même fleur que je portais lorsque je la gouvernais. Ce flambeau, que je porte en ma main, c’est le symbole du Sauveur qui, plein de vie et de jeunesse, fendra les troupes. La pauvre France, très prochainement sera mise au tombeau. Le coup fatal, qu’elle a mérité, va l’écraser, sans qu’elle puisse se défendre. Mais un défenseur lui est choisi par le vrai Roi Eternel. … Ces pauvres malheureux ! En une nuit la plus obscure, le Centre se trouvera bombardé et les victimes n’en survivront pas. Mes amis ne seront plus là, eux ; tous, ils l’auront quitté. Je vais prier, dit Saint Louis, pour ce royaume si misérable, où le Roi de Gloire subira tant d’outrages… » ». /////////////////////////////////////////////////////// 1882-09-12 : Le Seigneur se dispose à lever la nuée lumineuse au moment où se fera l’arrêt des barbares, épuisés de force. La Flamme dit : Mes enfants, jusqu’ici le Seigneur ne vous a pas fait connaître cette parole que je vous apporte au nom de sa puissance. Mes enfants, les troupes étrangères qui ont été tant de fois mentionnées, ces troupes nombreuses, après avoir pris une partie de la Vendée et y avoir emmené beaucoup de Français sous leur garde, pour les faire mourir, elles passeront vers le milieu de la terre du diocèse de Nantes, depuis le bord de la Vendée jusqu’au milieu de l’autre bord qui touche le cœur de la ville. Mes enfants, les ennemis ne pénétreront pas au cœur du diocèse, ils seront arrêtés par l’armée des soldats de la Croix et de la foi… Ils viendront par la croix qui se trouve sur le bord de la terre de Bretagne : ils ne passeront pas. C’est là que le Seigneur les attend… C’est un peu au-dessous de cette croix qu’ils passeront, mais peu nombreux, pour essayer, s’il leur est possible, des tentatives. Ils n’iront qu’à la moitié de la moitié de la terre qui se rend au cœur du diocèse. Ils seront repoussés par les Bretons qui ne laisseront, en leurs membres, que quelques os non brisés. Jamais la terre étrangère ne reverra ses soldats. Ils ne feront pas de mal. L’armée bretonne sera rangée en garde, car les ordres de Dieu auront été signalés. La petite voyette par où elle passera sera étroite, pas par les grandes routes, et sans rien qui indique une marche nombreuse. Les Bretons seront au nombre d’une SOIXANTAINE, un groupe dans toute sa force. Ils passeront au-dessous du cœur du diocèse, les autres passeront par la grande route où marchent les vapeurs (sans doute les futures automobiles, inconnues à cette époque) formées par l’esprit du monde. Ils seront arrêtés par la croix qui se trouve sur le bord des contrées. Cette parole de Dieu n’avait pas été transmise mais, sous peu, toutes les paroles seront dévoilées, et les voies, par où ils viendront en Bretagne, seront désignées par leur nom propre. Il n’en passera pas, en Bretagne, d’autres que ce petit groupe d’éclaireurs, afin de voir s’il est possible d’y entrer en plus grand nombre. Les amis de la Croix ne seront plus au cœur du diocèse. Il leur sera donné une place de sûreté et de paix ». /////////////////////////////////////////////////////// 1882-09-28 : La Sainte Vierge dit : « Je laisserai mes pleurs apparents, tous les jours où je viendrai au milieu des Amis de la Croix. Mon front sera voilé jusqu’aux yeux ; mes vêtements seront noirs comme ceux d’une mère qui porte le deuil d’un royaume et, plus encore, comme ceux d’une mère qui porte le deuil de son pauvre peuple… Je pleure sur la France qui va entrer dans le renversement et l’apostasie le plus affreuse… Je vois l’abomination sacrilège se placer sur l’autel ». L’Archange saint Michel dit : « Seigneur, jusqu’à quand me laissez-vous gémir au ciel, avant de me laisser descendre sur la terre ? – Saint Archange, répond le Seigneur, toi, le prince des Amis de la Croix, attends que les autres aient signé la grande condamnation de la France, la signature qui va les conduire au péril et au règne de l’impiété dernière. – Seigneur, vous ne devez pas aller loin avant d’agir car, en l’état du temps présent, la terre n’a plus que peu de pas à faire. – Archange, dit le Seigneur, ils vont diviser le royaume en deux parties. Ceux qui sont nouvellement entrés vont résider au Centre ; l’autre partie sera donnée, comme commencement de la conquête, à celui dont le nom sortira bientôt pour être proclamé roi des Français ». L’Archange dit : « Amis de la Croix, ce sera après le retour de ces grands coupables dans le lieu où le ciel ne veut pas les punir : il les attend ailleurs pour mieux laisser voir l’affreux châtiment. Lors de ce retour, ce sera encore pire en mal et en mauvaises paroles que dans tous les retours du passé. Ce sera lors de cette division que la France entrera dans les coupables desseins de ses ennemis par l’apostasie et de la violence complète. Ce seront jusqu’aux lois les plus faibles (les moins importantes ?) qui seront dénaturées. Les ennemis de la France ne périront pas par le glaive de la terre, mais par l’épée que le ciel met aux mains des victorieux de la terre. L’armée que le Seigneur a choisie pour l’entrée glorieuse de la paix et de Henri V, cette armée sera invincible, quand toute la terre se rangerait à l’encontre de sa marche : elle l’affrontera et passera sans effort, fendant ces foules comme de la poussière. Cette armée invincible n’est pas voulue par les hommes mortels, elle est écrite de la main du ciel, établie et voulue par l’empire éternel dans l’étendue de sa glorieuse puissance ». L’Archange dit : « Frères et sœurs, nous sommes décidés… Nous aurons la tête des superbes ; nous leur réduirons la langue en poussière ; nous les renverserons sur cette terre de malédiction, où ils campent pour commettre des forfaits contre l’exilé de la France et contre les soldats français ». Il dit encore : « C’est moi qui ai choisi les quelques victimes qui, au combat de gloire, seront mêlées à nous, au ciel, à nous qui partirons avec vous, avec des anges, des rois, des docteurs, des apôtres et des reines. Vous serez bien peu au-dessous de nous, avant d’arriver au Centre. C’est là que nous nous rejoindrons pour marcher du côté du levant. Nous serons mélangés. La force divine nous fera jouir ensemble d’une vie de jeunesse leste et vigoureuse, comme à la fleur de l’âge. Ce sera la jeunesse dans la joie ! » « La seconde et violente crise commencera et ira jusqu’à 45 jours. La France sera envahie jusqu’au diocèse qui commence la Bretagne. La plus forte armée va tomber sur Orléans et envahir des espaces de terre que je ne peux limiter, dit Saint Michel. D’un seul élan, ils parviendront jusqu’aux alentours de la Grande Ville. (Paris) Ils n’y pénétreront qu’à la moitié de la crise ». « « …Les armées étrangères, (?) veut les envoyer et les faire entrer par la porte de la terre volée, l’Alsace et la Lorraine. La plus forte armée va tomber sur Orléans et envahir des espaces de terre que je ne peux limiter. D’un seul élan, ils parviendront jusqu’aux alentours de la Grande ville. Ils n’y pénètreront pas, jusqu’à la moitié de la crise. Amis de la Croix, lorsque cette armée pénètrera par la porte de la terre volée, elle aura un renfort qui secondera ce roi semblable à un tigre contre les Français. Les éléments les plus remarquables de son armée feront partie de cette bande qui vient de la porte d’Alsace. Ils fonceront sur le centre, dans un horrible ravage. Ils camperont en ce lieu, achevant la ruine complète de la pauvre France ». L’Archange dit encore : « Ils entreront en Vendée, avec d’abominables vengeances, et les Vendéens uniront leurs forces à celles des autres. Beaucoup périront, mais pas tous ». « Ils fonceront sur la Normandie et pourtant, dit Saint Michel, j’habite cette terre que j’ai bénie, et où j’ai consolé bien des âmes. Seul mon temple sera interdit et échappera aux flammes. Le feu ne pourra s’y allumer, malgré mille essais de la part des étrangers et de ceux, mélangés, qui habitent le royaume de marie. Avec autorité, ils feront venir tout le pauvre monde des alentours dans le camp de leur vengeance assouvie, et ils brûleront entièrement ce lieu » ». /////////////////////////////////////////////////////// 1882-10-05 : Avertissement : « Mon peuple, mon peuple, mon peuple, tes yeux vont voir le commencement de l’heure épouvantable, quand le froment en herbe ne sera pas au troisième nœud de sa croissance (le froment est semé en février, le nœud 1 est situé en mars et le 3ème nœud en mai). Au moment où mon peuple n’aura plus qu’à s’armer de foi et d’espérance, encore en la saison dure, pendant quatre heures – de midi à quatre heures en France – en des jours durs encore. Le soleil aura comme un voilement de deuil. Il sera obscurci, sans lumière. Jamais personne sur la terre ne pourrait croire aux noirceurs de ces ténèbres. La terre n’aura plus rien. L’œil sera voilé, sans qu’il puisse apercevoir le moindre objet. Mon peuple, ce sera le commencement des châtiments de Ma justice. C’est le soleil qui annoncera ces douleurs ; le ciel qui pleurera, sans pouvoir se consoler, parce que ce sera l’entrée du temps où les âmes se perdront, l’entrée, en un mot, de l’épouvantable malheur. Mon peuple, cette obscurité, couvrira la Bretagne l’espace de quatre heures, mais il n’y aura pas de mal… Petite frayeur simplement. Vous n’aurez pas peur !» « Je lis : Pendant que mon royaume sera en liberté, j’entendrai des cris entre Nantes et la Rochelle. Les pauvres troupes françaises, soldats du temps présent, y seront amenées pour achever l’épuisement de cette garde pour la France… Environ au milieu de ces deux terres, l’autorité si coupable, gouvernante d’aujourd’hui, fera massacrer les troupes, et la France sera sans soutien. Pieds et mains liés pendant vingt-quatre heures, puis une torture leur est réservée qui aura vite terminé leur vie. Mon peuple, ils jetteront ces chrétiens au fond des torrents ; leur sang inondera les pavés. Le crime horrible descendra jusque sur le milieu de la Bretagne. A deux reprises, le châtiment est réservé à cette terre nantaise. Je lis encore : Je laisse Satan couronner son règne. Sa bannière viendra jusque sur le bord de la paroisse, du côté du midi. Elle entrera dans la paroisse qui sera peu de temps exposée, mais dans un deuil d’appréhension douloureuse. Mon peuple ne sera pas atteint de la mortalité. Un autre fléau tombera sur le cœur de la Bretagne. Mes amis n’en souffriront aucune douleur ». /////////////////////////////////////////////////////// 1882-10-08 : « Mes enfants, tous ceux qui ont refusé de croire et qui pensent qu’il serait impossible que cela puisse jamais arriver sur la terre, le châtiment les attend. Sous peu, leurs fils seront ravis et emmenés sur les terres étrangères. Pour la plupart, ils seront si malheureux et si misérables que la souffrance les forcera d’expirer sans revoir leur beau pays, sans pouvoir se réjouir avec le petit nombre à qui la victoire est réservée ». /////////////////////////////////////////////////////// 1882-10-10 : « Ma fille, dit la Sainte Vierge, j’ai besoin de faire passer mes paroles à mon peuple, peuple plus nombreux, il est vrai, mais fidèle et juste. Mes enfants écoutez ma parole. Dans le centre, à descendre sur la terre de Périgueux… – Dame ! Je ne sais pas ce que c’est que ce mot là ! – Sois tranquille, mes serviteurs le connaissent. Là, en cette terre de Périgueux, un mortel outrage attend mon Fils. Des groupes d’hommes, du côté de ceux qui mènent la France à l’abîme, vont en quatre immenses rassemblements, pour déclarer vouloir la même chose qu’au temps passé de 93. Il n’y aura q’un cri : « Nous voulons le sang des victimes et la mort de ceux qui ne pensent pas comme nous, et qui nous combattent ». Mes enfants, sur la terre de Périgueux, un tremblement soudain va tomber sur les enfants, entre dix et seize ans. Leur corps sera tremblant et agité. La malédiction du ciel les fera marcher d’une manière toute opposée à la marche du chrétien sur ses pieds. Aucun homme mortel ne pourra alléger le châtiment. Je déclare l’art humain impossible ». « La Sainte Vierge dit : « Mes enfants, en descendant sur le midi où la colère de mon Fils parle déjà… au moment ou des rassemblements d’humains, semblables à des lions, marcheront triomphalement sous l’empire des gouvernants, pour piller la France… au moment où se compléteront les discours d’ouvriers, prisonniers de tous les mauvais, et qui n’attendent qu’un cri pour marcher sur la route de la révolution… A ce moment, deux petits enfants français seront soudain enveloppés d’une éblouissante lumière. Ils seront encore à l’âge où le langage est à peine compréhensible. Voici le refrain qu’ils répéteront : « Arrêtez vos desseins, arrêtez vos complots et, surtout, arrêtez toutes les ambitions qui vous pressent de ramasser les trésors du pauvre peuple que vous allez immoler ». Mes enfants, l’un de ces anges de la terre mourra immédiatement, né d’une famille pauvre, d’un père portant le nom d’Henri et d’une mère portant celui de Marthe. Le récit de cette histoire ne passera pas inconnu. L’autre enfant survivra quelques jours de plus, jusqu’à l’heure où la révolution régnera dans son éclat. La fin de son langage sera ceci: « Un ange du ciel vous offre le drapeau de celui qui doit régner noblement et qui descend de l’illustre famille blanche ». Les paroles dernières du faible enfant provoqueront l’éclat dernier de la fureur. Les éclairs du ciel réduiront en cendre les plus riches de ces villes, dont l’une est bien connue par son nom qui indique la force » ». /////////////////////////////////////////////////////// 1882-10-12 : « Mes enfants, de la part de la Puissance Infinie, je vous révèle à haute voix que, sous peu, en Savoie, un vieillard, fils mortel d’Adam, se lèvera comme un flambeau de salut pour ces contrées. Ce vieillard sera pauvre, vivant au milieu d’une campagne retirée du travail de chaque jour, saint et vénérable par sa foi et sa piété. Il fera du bien à l’Exilé et à beaucoup d’hommes très haut placés. Du coté opposé, ce sera des cris épouvantables contre l’Exilé. Le dernier mot sera : Il ne passera pas sur la terre de France, sans que les balles ne sifflent autour de ses armées et surtout à ses oreilles. Mes enfants, ce sera au commencement de la grande crise. Le bien se fera par ce vieillard, appelé de dieu pour une mission peu longue, mais belle. Le peuple aura encore le temps de parcourir les lignes dictées par le Ciel sous la plume de ce vieillard ». /////////////////////////////////////////////////////// 1882-10-19 : «  » Le genre humain devra reconnaître qu’au-dessus de lui se trouve une Volonté qui fera tomber comme un château de cartes, les plans audacieux de son ambition.  »  » Les apparitions fréquentes de Ma Bonne Mère sont l’œuvre de Ma Miséricorde.  »  » Ma fille, maintenant Je vais faire passer à Mon vrai peuple, avant les grands jours sans repos, les principaux faits pour être publiés en France, dans ces lieux où se trouvent bons et mauvais. Je ne veux pas mêler ces annonces aux grands jours : il serait trop tard pour en prévenir Mon peuple  » ». /////////////////////////////////////////////////////// 1882-11-16 : « En la terre d’Amiens, la Mère de Dieu est sur le point de se fixer un nouveau séjour, pour y venir avec l’Enfant Jésus dans ses bras maternels, et prévenir le peuple, mélangé comme partout. Il y aura un signe dans le Ciel… La voix d’un petit enfant annoncera, par permission divine, les terribles malheurs qui attendent la Patrie ; Il l’annoncera très peu de temps avant que ces projets ne s’éveillent… Cet enfant parlera environ 27 minutes avec, dans la voix, des sanglots qui feront s’émouvoir jusqu’aux brins d’herbe. Cette annonce, terrible pour la France, sera universelle  » ». « II y aura de grands écroulements, surtout au Centre. Tous ces riches palais où sont produits les bénéfices de la nation, tout cela, le Seigneur va le détruire par un châtiment terrible, sous la forme d’un écroulement de terre. Tous ces hauts édifices, (Banques) qui sont une partie du pain de la France, s’écrouleront. Dieu va surprendre ceux qui travaillent sans penser à Lui, ni à Sa Puissance qui donne tout sur la terre ». /////////////////////////////////////////////////////// 1882-11-21 : « L’armée des justes, des soldats de la Croix, mêlée à d’autres braves, traversera presque toute la France, sous le feu des signes de Dieu. Elle sortira de Bretagne pour se rendre jusqu’au fleuve où le Sauveur de la terre doit arriver avec sa propre armée (le Rhin). Ils se rejoindront tous ensemble, sous l’étoile de la victoire. Ma fille, remarque bien cette parole : ce sera sous les signes du ciel semblables au sang des chrétiens. Au milieu de ces signes sanglants et effrayants, il y aura une blanche lumière qui surpassera la beauté de l’aurore. Cette blancheur fendra les sillons de sang et ira au-devant de vous, sur le bord du fleuve. Cette blancheur aura traversé ce sang le jour des souvenirs de la Passion de mon Fils. – Oui, bonne Mère, un Vendredi. – Mes enfants, dit la Sainte Vierge, pour que vous ne doutiez pas, je vous décris ce signe que Mon Fils vous manifestera à la chute du jour, une preuve véritable.., un signe blanc à l’Ouest de la France, environné d’un rideau de franges diamantées, énorme, l’espace de trois quarts d’heure. Vos demeures en seront éclairées comme par le soleil. Les rues seront aussi claires que dans le jour ordinaire.  » Au bout d’une demi-heure, une barre rouge se formera, vers l’ouest, en forme de branches ; et des gouttes de sang s’en échapperont.  » Cette barre rouge cernera la blancheur du signe et en envahira l’éclat de sa lumière (assaut du mal).  » Mes enfants, de l’ouest, ce signe remontera un peu ; puis, la barre rouge se dissipera, comme par la victoire de la blancheur (triomphe du Roi). Ce sera un samedi, entre 5 et 6 heures… Après ces paroles, la Sainte Vierge tombe à genoux aux pieds du Père Éternel et voici les paroles du Père Céleste :  » Très digne Mère de Dieu, Mon Fils Éternel veut manifester le signe du Sauveur mortel (Le Roi) et tourner Sa Puissance du côté de l’étranger. Tous les yeux, en France pourront contempler cette faveur à son égard.  » Il sera, reprend la Sainte Vierge, comme un ornement au firmament, sous la forme d’une étoile carrée, portant en son milieu un sceptre et une couronne, que pourront bien distinguer tous les peuples de la terre.  » Et elle ajoute : Puisque mon Fils ne peut convaincre Son peuple du jour fortuné qui le surprendra au milieu de ses idées mauvaises et coupables, Il commencera par placer sous le firmament l’annonce des prédictions faites aux siècles passé et au siècle présent. Elle cite les secrets confiés à Sainte Marguerite-Marie, à Sœur Marie de Jésus-Crucifié, à Sœur Saint Pierre, à Marie Estelle et qui n’ont jamais été publiés  » ». /////////////////////////////////////////////////////// 1882-11-23 : « Voici ce que je lis : Mes enfants, depuis plusieurs années, les mines établies dans le centre (Paris)… Sous peu la terre va trembler et toute la France va gémir d’épouvante. Dans le centre (Paris), beaucoup de monde va périr – annonce du déluge de sang et de mort – va périr, mes enfants, par les mines qui sans cesse rongent, de leurs flammes dures et ardentes, le sol de cette terre où l’on bâtit pour se servir de refuge. Sur une barre, en travers de la page : Hors du centre, mais en France, 689 enfants, sans compter celles et ceux qui instruisent de la religion ces anges d’innocence, vont périr par cette poudre lancée dans les sombres… – Pas fort, ange. – Lancée dans les ténèbres et l’obscurité des nuits. Les jours sont proches où ce triste évènement va parcourir avec alarme la France si coupable. En grandes lettres, je lis : Tous les ouvriers, dont l’emploi fournissait chaque jour une occupation qui les empêchait de se livrer au mal… Les desseins de ceux qui dirigent la France ont résolu d’enlever à l’ouvrier tout travail, tout emploi. Mes enfants, il ne va plus y avoir de repos. Nuit et jour, les coureurs se livrent au mal : l’incendie, l’affreux assassinat. Ils vont user de la poudre violente qui réduit en lambeaux les murs les plus solides bâtis sur la terre ». /////////////////////////////////////////////////////// 1883-09-06 : « À la mort du Comte de Chambord, en 1883, il est dit : – Il faudra rester où le Bon Dieu nous aura placé et beaucoup prier. La France n’ayant pas mérité celui qui devait la sauver, Dieu l’a enlevé de la terre ; C’est le premier châtiment ». /////////////////////////////////////////////////////// 1883-10-23 : « Oh ! C’est Quéquet qui élève le son de sa voix. Il dit : « C’est au Centre que je porterai les armes de mort contre tous ceux qui vont refuser de se soumettre à leurs lois nouvelles ». Il dit avec une rage épouvantable : « Je vais faire sortir du Centre entier tous les militaires, toutes les armées qui campent sur cette terre. Une fois hors de France, on les embarquera immédiatement sur la terre étrangère, et le chef présent de la loi essaiera de s’enfuir hors des murs, hors des menaces… ». /////////////////////////////////////////////////////// 1883-11-13 : En extase, Marie-Julie avait eu la vision de la jeune arabe Mariam Baouardy (1846-1878), en religion Sœur Marie de Jésus crucifié, carmélite proclamée bienheureuse par Jean-Paul II le 13 novembre 1983, qui rapporta elle-même ces paroles du Christ : « Oui ! Je ferai Mes délices dans le sein de la France ; elle sera encore la reine de tous les royaumes. Mais avant, il faut que la passoire passe !… » Ainsi voyait-elle le 16 juillet 1878, fête de Notre-Dame du Mont Carmel, le renouveau de la France affectueusement appelée “Rosier”, le Rosaire ayant été précisément donné en France par Marie… « O cher rosier, tu fais la joie de mon cœur ! Oh, qu’il sera beau le rosier !” /////////////////////////////////////////////////////// 1895-03-25 : La Sainte Vierge dit : « Mes chers enfants, mon cœur maternel est brisé de plus en plus ; mon royaume de France devient le centre de tous les abîmes du mal et, pour le sauver, que de victimes, que de sang répandu !… Mon royaume, sous peu, sera divisé. Les enfants de la France vont devenir les enfants d’un autre royaume, malgré leur prétention de rester français ». /////////////////////////////////////////////////////// 1898-05-19 : « Le grand Coup de la main de Dieu ne sera pas de longue durée, mais il sera si terrible que beaucoup en mourront de peur. C’est après ce grand Coup qu’arrivera le triomphe de l’Église et de la France. D’abord paraîtra celui que la France prendra pour son sauveur : mais ce ne sera pas le vrai Sauveur : celui qui est choisi et envoyé par Dieu et qui sera des lys » /////////////////////////////////////////////////////// 1900-01-03 : « La Sainte Vierge tendait les bras à la France en lui disant : « Souviens-toi des bienfaits de Mon Cœur et des prodiges de Mon Divin Fils. Tu t’es endormie dans l’iniquité sous le frein des lois où l’on veut chasser Mon Divin Fils et les belles vertus de Sa Sainte Mère.., O France, Ma Fille ! Je la réveillerai de son pénible sommeil et doucement Je la ressusciterai avec les prières, les souffrances, la foi et la confiance de Mes chers enfants. Avant le grand événement, elle semblera à jamais morte à tout sentiment Ce sera là, la lutte du ciel et de la terre. Elle sera courte, mais terrible et lugubre, et après, Mon bon peuple se réveillera et le Sauveur caché jus qu’ici sortira du Sacré Cœur, avec Sa fleur de lis et Son noble Cœur de Saint-Louis. En même temps, Je relèverai tous mes chers enfants élus pour le salut et le triomphe de la France. Priez, priez, priez Mes enfants, ne vous découragez pas. Parmi la colère, il y aura de belles merveilles » ». /////////////////////////////////////////////////////// 1922-11-26 : « Le Sacré-Cœur annonce à Marie-Julie :  » Mes petites âmes aimantes, Je l’avais fait belle cette terre que vous foulez… Je l’avais créée avec une grande ferveur et de nobles sentiments. Le règne du crime s’avance. J’ai tout permis, malheurs, tribulations, méchanceté des hommes… J’ai tout laissé au gré des consciences et à Mon tour… Je me lèverai terrible pour finir le règne qui éteint Mes lois saintes, le règne qui comble d’amertume Mes âmes justes, le règne qui Me fait tant de mal, en perdant tant d’âmes qui se précipitent dans l’éternel malheur… Je vous sauverai à travers le grand déluge de Ma Justice divine… J’ai tout laissé faire avant de Me lever, mais voilà que la mesure est pleine et que Mon heure approche… II viendra le règne de Mon Sacré-Cœur… On ne Me demande pas assez cette grande merveille, surtout au pied du Saint Autel. Je voudrais que ce fût un cri retentissant, un cri de désir, un appel de Foi, pour finir le mal affreux qui perd tant d’âmes  » ». /////////////////////////////////////////////////////// 1923-03-01 : Notre Seigneur annonce : « Ne vous découragez pas, je laisse faire l’ennemi de vos âmes, car il est à la dernière limite de son effort. Il sent qu’approche l’heure de la grande Justice. Je suis las de tant de péchés, de tant d’offenses. Je n’ai plus qu’à laisser sortir de ma bouche un souffle pour que la terre entière soit remuée jusque dans ses fondements. Je m’effraie cependant de ce grand Coup annoncé depuis tant et tant d’années et qui n’est plus éloigné… J’aime tant la France. Je me la suis choisie pour l’accomplissement de mes grands desseins ». /////////////////////////////////////////////////////// 1925-01-01 : En 1880, Marie-Julie Jahenny entendit Notre-Dame dire au sujet de l’avortement : « O France, Je ne te demande qu’un seul acte de charité : épargne l’innocence au berceau. Laisse la vie aux anges de la terre, afin qu’il puissent attirer sur toi le commencement de la Miséricorde !» /////////////////////////////////////////////////////// 1941-03-04 : Parole de Notre Dame des Douleurs : « Je vous salue, mes enfants, de mon cœur de Mère et de toute ma tendresse. Je viens établir mon trône au milieu de vous. – Merci, bonne Mère ! Nous aussi, nous vous saluons, du fond de nos cœurs. – Mes enfants, ne soyez pas attristés, si vous me voyez descendre ainsi revêtue d’un deuil complet. Pas une parcelle de son vêtement ne porte de la blancheur, ni aucune couleur réjouissante. Son front est voilé jusqu’aux sourcils. Elle est toute triste et dit : Ce n’est pas à cause de vous, mes enfants, que je porte ce vêtement noir, c’est à cause… – son cœur bat de douleur, je le vois bien – c’est à cause de cette heure malheureuse qui, pour de longs jours, va vous envelopper et achever de perdre ce malheureux royaume qui me fut si cher et qui l’est encore. Si je dis longs, c’est à cause de la profondeur de douleurs que ces jours renferment… » Persécutions religieuses et fermeture des couvents : « Je prends le deuil pour le reste des dernières maisons de vierges qui vivent dans la prière. Une heure est décidée qui va briser leur repos intime et faire couler des larmes de regret. Toutes ces maisons seront brisées, plus tôt qu’aucun de vous qui avez la foi ne peut le concevoir. Tout à coup l’enfer va rugir. Ce cri ne cessera plus… Les ministres de mon Fils seront renvoyés de leurs demeures et dispersés au milieu du peuple. Quand la main de l’homme perfide va se poser pour la troisième fois sur le reste de ces maisons de grâces qui, par leurs prières, ont retenu la colère de mon divin Fils, quand cette main se posera pour la troisième fois… elle ira jusqu’au bout, sans excepter personne, pas même les familles de foi qui resteront chez elles, dans la prière. Leurs demeures seront souillées par l’entrée d’hommes redoutables… Il n’y a que mon Fils et moi qui connaissions la suite de leurs desseins. Ces desseins conduiront jusqu’au renversement coupable, complet et parfait de toutes choses ». La Vierge lève un peu sa robe noire qui cache ses pieds, et fait voir à Marie-Julie une large couronne noire qui n’a plus que quelques points blancs. Elle la tire de ses pieds et la prend dans ses mains virginales : « La voilà, dit-elle, cette couronne malheureuse, autrefois si blanche, si admirée de tous les rois étrangers, et renommée jusqu’aux extrémités du monde. Aujourd’hui, sous cette forme douloureuse, c’est la couronne de la France. Elle conservera cette couleur déchirante jusqu’au jour où l’Homme de Dieu, mon fils, viendra relever la France de ses ruines. Il prendra, dans les larmes, ce triste diadème et se le posera autour du front, relevant, avec un cœur brisé, ce royaume tombé dans les décombres les plus ignobles et les plus coupables. Dans cette couronne, mes enfants, toute la France est enfermée, excepté toi, ô Bretagne ! J’aurais voulu ne pas la poser, cette noire couronne, pas même sur la pointe de tes terres, ô Bretagne que j’aime ; mais mon Fils en a réservé un coin pour l’épreuve la plus douloureuse. J’interviendrai le plus que je pourrai. La Sainte Vierge lève, à deux mains, la couronne vers le ciel et dit :  » Mon Fils, puisque tout mon peuple est menacé, hors la Bretagne gardée par ma mère et protégée par ma bonté, oh ! du moins conservez le reste de vos maisons qui se sont sacrées à vous ; gardez, dans la paix, vos apôtres, fidèles ; laissez-leur le repos.  » La très Sainte Vierge se tait. On entend cette parole, la voix de Dieu qui parle comme juge et pénètre dans les profondeurs :  » Ma Mère, dans peu de temps, il n’y aura plus de paix ni de repos ; dans peu de temps, il n’y aura plus que la liberté pour le mal, pour l’incendie, le sang et la mort.  » Voilà les paroles que j’ai entendues, fortement et avec vérité. La Sainte Vierge dépose la couronne à ses pieds et dit :  » O France si chère, je te regarde d’un œil mouillé de pleurs. Je vois cette couronne se lever de tes pieds. Tu la poseras sur ta tête. Tu viendras enfoncer sans pitié l’arme de la mort dans le cœur de tes généreux combattants, l’épée du trépas.  » Sa voix se pâme comme celle d’une mère à qui la mort vient d
  21. Hercule dit :
    LES TROIS CRISES SCHISME, ANTIPAPE ET ANTICHRIST. ULTIME PASSION ET TRIOMPHE DE L’EGLISE (Extraits d’extases de Marie-Julie Jahenny) (Mise-à-jour du 07-06-2012) /////////////////////////////////////////////////////// 1874-08-11 : « Notre Dame annonce : – Oh ! sans le Sacré-Cœur, nous périrons tous. Tous les prêtres douteux seront châtiés ». /////////////////////////////////////////////////////// 1874-09-29 : « Notre Dame annonce : – Au ciel, Saint Michel va célébrer avec le Sacré-Cœur le triomphe du Saint-Père et celui de l’Eglise. Il va terrasser les ennemis de la France ». « Notre Dame : – Vous ne serez sauvés que par la prière et par les pénitences. Priez le Sacré-Cœur de mon Fils ». /////////////////////////////////////////////////////// 1874-12-18 : « Tous les prêtres qui ne seront pas bons, seront châtiés ». /////////////////////////////////////////////////////// 1875-01-10 : « Saint Michel dit : Mes bien-aimés fidèles, courage ! Encore un peu de temps, et vous verrez tout l’enfer se déchaîner pour tout renverser. Vous verrez des choses abominables, des violations épouvantables. La malice des hommes va encore grandir en fureur et en méchanceté. La fille aînée de l’Église sera divisée, partagée, déshonorée, souillée de crimes… C’est mon dernier mot… » /////////////////////////////////////////////////////// 1877-04-16 : « Toute la peine de Jésus, c’est que des Pères de l’Église trahiront le divin Sauveur au milieu des châtiments ». /////////////////////////////////////////////////////// 1877-05-25 : Saint Michel annonce : « La France est à la veille de son malheur et de son bonheur : le malheur pour les pêcheurs, le bonheur pour les justes ». « Avant que la Paix refleurisse sur la terre, il faut qu’une grande pénitence fléchisse la colère divine. C’est le Seigneur Lui-même qui exerce Sa Justice. Il n’appartient qu’à Lui de châtier, mais en châtiant, Il purifiera la terre et son peuple. Il n’épargnera rien. Il cultivera la terre pour y semer une nouvelle semence ». /////////////////////////////////////////////////////// 1877-09-18 : « Au pied de la montagne, sur un rocher, je vois comme une prison solitaire et, là, est enfermé un vieillard à cheveux blancs dont les traits sont resplendissants. Il porte une croix sur la poitrine. Le Bon Maître s’avance, le vieillard se prosterne et Jésus l’embrasse. Mon fils bien-aimé, dit-il, martyr de la Sainte Eglise, prisonnier du Sacré-Cœur, repose-toi sur Moi et J’adoucirai ta peine. L’auguste vieillard verse des larmes de bonheur. Mon fils bien-aimé, reprend le Sauveur, sèche tes larmes. Depuis longtemps tu portes la croix, mais bientôt, je te rendrai tous tes droits ravis et ta liberté ! Rien ne rompra le lien qui nous unit. L’enfer a voulu te faire plier mais, je t’ai soutenu et tu ne te courberas pas. La Sainte Vierge passe au cou de l’auguste vieillard une belle petite croix. Toute ma peine, dit-elle, c’est de voir l’Eglise submergée sous l’iniquité dans tous les pays. Elle souffre de plus en plus. Quand viendra la délivrance, entre toutes les nations, je distingue la France. Je l’aime et c’est de la France que sa vie dépend ». /////////////////////////////////////////////////////// 1877-11-29 : La Sainte Vierge annonce : « J’ai prié ; j’ai pleuré ; j’ai souffert… Je suis descendue sur la terre pour les avertir. J’ai promis le salut si l’on faisait pénitence… J’ai annoncé au clergé de fatales perditions ; j’ai fait entendre pour lui mes menaces, s’il faiblissait dans l’orage et la tempête. J’ai pleuré sur la France. J’y ai tracé le chemin de la Croix. J’ai ouvert des fontaines pour laver les malades. J’ai consolé mon peuple, lui promettant de le sauvegarder. Tout cela n’a pas touché le coupable. Il est resté dans le crime ; son châtiment est proche… » /////////////////////////////////////////////////////// 1877-12-08 : « À Rome la tempête sera la plus noire. L’orage de Rome sera encore pire que l’orage de France. Toute la colère de l’impie est à Rome. Toute la colère de l’impie est concentrée sur le Saint Siège. Les châtiments commenceront par Paris ». /////////////////////////////////////////////////////// 1878-01-21 : « Mes enfants, ce qu’il y aura de plus douloureux dans le triste passage de la justice de mon Fils, ce sera de voir l’apostasie des chrétiens en présence des impies-coureurs ; mais cette apostasie ne sera pas le fait de tous les chrétiens. – Je ne comprends pas ce mot. Mon Serviteur le comprendra. Les impies-coureurs sont déjà en pleine liberté. Ils feront régner leur pouvoir d’une manière qui fera frémir. Ces faux christs ne tarderont pas à parcourir les villes, les bourgades et les campagnes, toutes les contrées enfin… – Parlez, ma très sainte Mère, votre Serviteur écoute. Mais n’allez pas trop vite afin que je saisisse bien vos paroles. – Mes enfants, voilà donc ces faux Christs. Laissez-moi vous en faire la peinture, mon divin Fils le veut. Les impies-coureurs, enfants de Satan, porteront des croix véritables qui auront à souffrir de la méchanceté de ces cœurs impies. Et, avec ces Croix, un instrument barbare, instrument de mort. Ils diront aux chrétiens : Voilà la croix. Signez de votre sang que vous êtes de notre parti, reniez votre foi et votre baptême. Les Croix seront déposées à terre et celui qui refusera d’obéir sera presque sûr de périr. Voilà le plus grand des crimes. Ceci sera comploté en secret. Je le dévoile pour que vous ne soyez pas surpris. Si mes enfants sont fermes sur leur foi, dans leur réponse, cette parole sera capable de rendre doux le cœur de l’impie-coureur ». /////////////////////////////////////////////////////// 1878-01-29 : Celui qui n’est pas nommé affirme : « Le chef de l’Eglise périra dans sa barque et sa mort ne fera pas de bruit à Rome. Il sera chassé de cette ville. – Pie IX mourra à Rome, réplique le Seigneur, dans la ville éternelle. Beaucoup ont été exilés et sont morts dans des prisons, hors de cette ville. Pour lui, son dernier soupir sera rendu à Rome, sur cette terre de bénédictions et aussi d’ingratitude. Il mourra dans sa liberté et, ensuite, ses biens seront vendus ». /////////////////////////////////////////////////////// 1878-09-08 : « J’aimerais mieux aller en prison que de dire tout ce que je sais sur le prêtre ; j’aimerais mieux être traînée par le cou que de le révéler : il y a de quoi faire trembler le ciel, non pas la terre, mais le ciel, avec ses puissances et ses prodiges. Notre-Seigneur dit que la faiblesse du prêtre est grande et, qu’à peine l’heure fatale aurait-elle sonné, qu’un grand nombre serait à la tête des impies pour déformer son nom et le profaner. Mes enfants, dit la Sainte Vierge, je veux vous dire que vous marchez dans la lumière… Quand, dans ce lieu où je me plais, vous commencez votre travail pour mon divin fils, la lumière descend sur vous, vous éclaire, vous guide et vous dirige. La lumière luit sur ce papier où vous recueillez si bien les paroles de mon Fils. Mes enfants, que j’aime ce lieu où vous habitez ! Que j’aime ce petit coin de France où Dieu vous a fait naître! Voilà un moment bien redoutable qui se prépare. Ne vous effrayez pas si je vous parle aussi ouvertement. Ce sera une heure bien amère pour les hommes de cette terre sans foi, sans amour et sans religion. Ils vont subir le coup terrible qui leur est depuis longtemps réservé. Ce coup est suspendu encore. Si vous entendez courir des bruits, des bruits de scandales affreux par leur laideur, si vous voyez venir jusqu’à vous des espèces de doctrines empoissonnées, ne soyez ni surpris ni troublés. Ce sera une grande perdition pour les âmes peu solides. Laissons-les travailler à leur gré : une autre loi saura bien les arrêter. Mes enfants, si vous saviez combien est petit le nombre de ceux qui soutiennent la foi ! Si vous saviez combien ce petit nombre sera contredit, raillé, insulté, tourné en dérision ! J’ai, depuis longtemps, le dessein de m’adresser à une âme. Le moment approche où je serai forcée de parler à nouveau. Ce sera la dernière fois que je ferai passer mes grands avertissements. Je n’ai pas encore choisi cette âme. Cela se fera sans bruit, sans agitation, avec simplicité, comme toutes les œuvres de mon Fils et les miennes ». /////////////////////////////////////////////////////// 1878-09-29 : « Notre Dame annonce : Mes enfants, c’est moi qui viens finir avec vous cette journée… Je crains que vous ne soyez effrayés. Ne soyez pas tristes, ni chancelants dans votre foi, durant ces jours si proches qui me font verser des torrents de larmes sur la perte de tant d’âmes. Je vous garderai dans ce coin de Bretagne où mon nom est si bien redit. – C’est vrai, Mère chérie, souvent nous redisons votre nom. – C’est surtout quand ce sont des bouches innocentes de petits enfants qui le redisent que mon cœur est tendre. – Nous avons perdu, nous, cette parole d’innocence, car nous avons péché. – Non… Vous m’aimez et je vous aime. Soyez prudents parce que les efforts de l’ennemi vont être terribles. Soyez bien fermes et résolus à vivre votre foi. – Oui, Mère chérie, nous le promettons, comme si nous faisions un testament… – C’est en dehors de toi… Vous aurez des pièges tendus et combats à soutenir. Soyez réservés. Les souffrances se changeront en joie, parce que vous aurez tout attendu avec une patience admirable. Je ne viens pas, mes enfants, autant que je le voudrais, mais je reviendrai ». /////////////////////////////////////////////////////// 1879-01-23 : « Notre Dame : – Ce n’est que par la douce offrande de toutes les prières, les larmes, les douleurs, les croix de Mes pauvres enfants que je prolonge encore le répit, que je retiens le coup fatal contre les pécheurs. J’offre à mon Fils les sacrifices de Ses Ministres, leurs prières et leurs croix. Je serai avec vous ». /////////////////////////////////////////////////////// 1879-07-10 : « Notre-Seigneur dit : Mes enfants, quand je regarde sur terre vos demeures mortelles, mes yeux se mouillent de larmes. Désormais mon heure n’est plus loin. Ma miséricorde est si large, pour mes amis véritables, que je ne peux vous en exprimer la grandeur ; mais aussi ma Justice est si effrayante que, si je vous en développais une étincelle, je vous causerais une douleur inguérissable. Mes enfants, ne vous effrayez pas. Désormais je ne puis plus attendre. Plus je fais pour mon peuple, plus il m’offense et me fait souffrir. Jamais il n’y aura de paix, d’union, de charité et de bonheur, tant que ma Justice ne sera pas venue sur la terre. Tout est méprisé partout : mon amour, ma bonté, ma Croix, mon Tabernacle. Mon peuple semble rentrer dans l’incrédulité… Ce qui déchire mon divin Cœur, c’est la guerre que l’on déclare au saint temple dans lequel je fais ma résidence pour consoler et fortifier les âmes. Mes enfants, ce n’est pas seulement une guerre, c’est un acharnement épouvantable. L’esprit de la plupart des hommes est gâté, corrompu jusqu’à la dernière fibre. – C’est bien vrai, mon Jésus. – La religion, chaque jour, s’affaiblit. Bientôt elle sera désertée presque par toute la terre ; mais elle régnera dans des âmes isolées, poursuivies, frappées cruellement et sans pitié. Bientôt, dans de grands endroits de cette terre des morts, il n’y aura plus de Sanctuaires. Les apôtres auront pris la fuite. Les âmes saintes pleureront sur les ruines et les abandons. La route qui s’ouvre va conduire là, en peu de temps… Voyez combien on m’insulte et combien on m’offense. – C’est bien vrai, mon Jésus. – Oh ! bientôt, terre de ma création, oh ! bientôt combien contiendras-tu de victimes sans vie ! Bientôt, terre de ma création, tu auras une parure frémissante : le sang des apôtres et des Chrétiens restés dans la foi ! Je vois la main de Notre-Seigneur levée et entourée d’un large éclair foudroyant. Cet éclair est si ardent qu’il faut, chaque jour, nous y attendre et nous y préparer. Notre-Seigneur continue :  » J’ai assez attendu ; j’ai assez invité ; j’ai assez supplié. Les ingrats ont eu leur triomphe ; il est temps que le juste entre dans la joie. Je n’ai plus qu’une parole, pour vous dire de n’être point surpris, jusqu’au jour où je viendrai vous proclamer : entrez maintenant dans la paix de la terre qui est venue pour vous du ciel… N’attendez rien des hommes ici-bas – je dis rien de bien – mais attendez tout en mal. Ils n’ont plus que cette force, que ce pouvoir. Les pécheurs de la terre n’ont plus qu’un désir: se repaître du mal, se nourrir de tous les sacrilèges. L’odeur de leur haleine est infecte… ». /////////////////////////////////////////////////////// 1879-09-29 : « Il y a une loi à laquelle on veut en venir… Les ministres de Dieu seront poursuivis. Ils seront dévalisés, dépourvus de tout ce qui leur est absolument nécessaire… Viendra le temps où on les forcera de se vêtir comme l’homme ordinaire pour échapper à l’infernale cruauté de leurs ennemis. Ces ennemis veulent que l’église soit le théâtre de danses infernales. Voilà ce à quoi ils visent, et cela sera, trop malheureusement, surtout dans ces villes où la Foi est dégénérée. Il y aura même des prêtres qui n’auront pas le courage de défendre la religion. C’est pour Dieu, la peine la plus déchirante… C’est la célébration des Mystères de la Sainte Religion qui fait enrager le plus ces ennemis… Ils offriront de l’argent à ceux qui quitteront l’Église… » /////////////////////////////////////////////////////// 1880-01-07 : « Le projet des ennemis de l’Église serait de faire s’élever un grand bruit de ces voix qui sortent des instruments qui parlent (Médias et Internet), maniés par les hommes qui seront au pouvoir de l’Enfer ! » Chose étonnante lorsque l’on sait que la première fréquence-radio fut précisément 666 !… /////////////////////////////////////////////////////// 1880-01-12 : « Mes enfants, dit la sainte Vierge, je ne retirai point mon amour de la terre. Je l’y laisserai avec vous ; j’y serai continuellement… Je viendrai vous apporter des marques éclatantes de mon extrême amour, surtout aux petits enfants dont l’innocence et la beauté me charment. Ces bouches, dont il sortira un parfum de candeur, vous les entendrez, ces innocentes, redire la beauté de mon visage… Oui, mes enfants, en ces derniers temps – encore qu’ils soient éloignés de la fin qu’on nomme Fin des Fins de la terre, c’est-à-dire Fin de toute Existence mortelle – comprenez-moi bien, en ces derniers temps, la terre sera témoin de grands et éclatants prodiges, surtout dans le ciel ». /////////////////////////////////////////////////////// 1880-04-26 : Les prodiges de la Croix : « Je vois, dans le soleil, qu’un prodige éclatant est réservé pour notre France, au plus fort du déluge infernal, pendant que la terreur déchirera ce qui fait le bonheur du chrétien (La Sainte Eucharistie). Ce prodige se fera par la puissance de la Croix. Au moment où l’enfer se déchaînera, en ce moment et au milieu de notre patrie, il s’élèvera en face des ennemis, devant l’armée de Satan, une Croix de bois très simple, portant attaché le Fils de Dieu. Je vois que la première part de cette Croix miraculeuse prendra une forme ronde avec les bras égaux. Au-dessus, un calice d’où s’échapperont quelques gouttes de sang qui la rendront vermeille. A ce moment, les justes, noyés dans l’amertume, entendront les paroles qui se chantent avant l’élévation de l’Hostie entre les mains du prêtre : Saint, Saint, Saint est le Dieu des armées. Ces paroles seront entendues d’une multitude de justes. Ce touchant spectacle aura pour but de ramener les âmes au Seigneur. La seconde part formera la Croix telle que nous la connaissons dans sa forme entière. Elle portera le Divin Crucifié tourné vers la terre. La troisième partie miraculeuse est réservée pour le temps où le Saint Sacrifice de l’autel sera suspendu. Alors le Saint Tabernacle sera désert. Si les ministres du Seigneur, dans la détresse et les angoisses, demandent à cette troisième parcelle un lieu de protection pour célébrer les augustes mystères, une lumière sera dans l’âme des prêtres pour les conduire à un lieu de protection. Je vois que cet effet merveilleux gagnera quelques âmes au Seigneur, mais en nombre bien faible. Les âmes, dans leur plus grande partie, s’irriteront devant ce fait de grâce, qui montre que le Seigneur les poursuit. […] Je vois que la charité et la délicatesse ne sont pas complètes. L’ennemi jette son grain maudit : la jalousie. Cela déplaît grandement au Seigneur, et retarde de grandes choses. La vertu vraie s’enferme dans l’étui de l’humilité. La vertu parfaite doit toujours conserver sa douceur et toujours s’excuser ce qui paraît faute du côté de nos frères ». /////////////////////////////////////////////////////// 1880-06-28 : « En ces années, dit Satan, je ferai beaucoup de révélations. Il sera impossible de démasquer mon langage. J’imiterai trop bien toutes les paroles du Christ et Ses révélations. En chargeant ces âmes, je veux perdre beaucoup de prêtres pieux, les égarer profondément dans toutes ces choses. Je veux en perdre aussi beaucoup qui ne sont pas prêtres. Si je ne parviens pas à perdre ces âmes, je perdrai au moins leur réputation ; je les ferai charger de lourdes calomnies ; je les ferai dénoncer jusque devant les conseils des lois humaines ». /////////////////////////////////////////////////////// 1880-11-04 : « L’Église, dans un soupir voilé, vient faire retentir aux portes de mon âme brisée l’écho de sa voix mourante. Le pontife suprême lance une parole agonisante vers son peuple, vers les enfants dont il est le père. C’est un glaive pour mon âme. (…) Je vois tout cela dans mon Soleil mystique. Oh ! Que je souffre ! » /////////////////////////////////////////////////////// 1881-01-11 : « L’Église n’aura plus sa voix, qui, aujourd’hui encore, parle bien haut. Le lien de la Foi boira bientôt dans l’exil l’amertume d’un long et douloureux martyre. Son cœur saisi d’angoisse ne vivra, pour ainsi dire, plus dans sa personne; il offrira tout pour ses enfants, pour son troupeau et pour son Église infaillible ». /////////////////////////////////////////////////////// 1881-01-11 : « Le Lien de la Foi boira bientôt dans l’exil, l’amertume d’un long et douloureux martyre. Son cœur, saisi d’angoisse, ne vivra pour ainsi dire plus dans sa personne ; mais il offrira tout pour ses enfants, pour son troupeau et pour l’Église infaillible ». /////////////////////////////////////////////////////// 1881-01-18 : « Dans Ma sagesse éternelle, J’ai le dessein de réserver la vie à un nombre immense de Juifs, car, au jour de Ma réjouissance, Je veux les confondre. L’œil impie de toutes ces âmes restera ouvert car Je veux qu’il voie Ma puissance… Je leur réserve de voir de leurs yeux l’astre radieux que Je ferai sortir du fond de l’exil (le Grand Monarque) sous un épouvantable orage de feu et sous les signes de Ma colère ». /////////////////////////////////////////////////////// 1881-01-18 : « Le Roi aidera le Pape à vaincre les hérésies et les fausses religions. Le triomphe de l’Église et de son Chef, le triomphe du Roi convertiront un grand nombre d’infidèles.  » Dans Ma Sagesse Éternelle, J’ai le dessein de réserver un nombre immense de Juifs, car, au jour de Ma réjouissance Je veux les confondre… Je veux que ce peuple voit Ma Puissance ». /////////////////////////////////////////////////////// 1881-01-25 : « La pauvre Ville Éternelle sera livrée, pendant trois ans et demi, à une terreur continuelle ». /////////////////////////////////////////////////////// 1881-05-04 : Dans l’extase du 4 mai 1880, nous trouvons un exemple de la Présence constante de Jésus auprès de Ses Justes, de ceux qui souffrent persécution pour Son Royaume de justice, et le rappel de la valeur fondamentale pour l’Église du Saint Sacrifice de la Messe, du Crucifix, du Précieux Sang comme Bouclier et comme Arme contre les forces du Mal, des cinq Plaies comme  » mémoire de l’infinité de la faute, lavée dans l’infinité de la douleur, par l’infinité de l’amour.  » On y voit aussi la vigilance des Saints Anges et leur amour du Saint Sacrement. « Pendant la douleur qui fera fuir les habitants de la Ville éternelle, plusieurs ministres du Seigneur, désirant mourir pour la Foi, se réfugieront dans un Temple qui ne touche pas le sanctuaire du Vatican, mais qui en est le plus rapproché et à sa droite. (Église du Transtevere ?) Sous leurs yeux demeurera un Crucifix de moyenne grandeur. Des cinq Plaies du Crucifix jailliront, à la fois, cinq flots de sang. Ce Sang jaillira si fort que deux Anges, dont la forme ne sera pas vue, le recueilleront dans deux calices qui seront vus, entourés d’une auréole. Je vois aussi que les chaînes de Saint Pierre seront portées invisiblement et miraculeusement, au Christ qui laissera jaillir Son Sang. Ce miracle se fera pour toucher les cœurs impies, et desserrer un moment les liens du Père Commun des fidèles, qui sera sous les coups de ces cœurs sans pitié. Les deux calices, où le Sang du Sauveur aura été recueilli, seront déposés, par les Anges, sur le grand Autel où le Saint-Père célèbre chaque jour le Saint Sacrifice. Personne ne pourra gravir les marches de cet Autel. À une heure de la nuit, heure de l’Agonie au jardin des Olives, le Père des fidèles, pieds nus et accompagnés d’apôtres qui l’aiment et qui sont aimés de lui, par privilège, montera à l’Autel où se trouvent les deux calices. Il ne pourra gravir ces marches, sans verser un torrent de larmes et sans être saisi d’un infini respect. Cet Autel sera le sien, comme Il fut celui de Pie IX… Il verra, écrit dans le Sang du calice de gauche : « Courage, très Auguste Pontife, le sang des Français, qui sont aussi tes enfants, vient s’offrir jusqu’à la mort pour ta défense ». Je vois le saint Pontife boire une goutte de Sang, de l’autre calice, de celui où il n’y a rien d’écrit. Ce Sang le rendra conforme à son Sauveur mourant en Croix ». /////////////////////////////////////////////////////// 1881-06-09 : « J’ai choisi ce royaume de France pour y jeter les fondements indissolubles de la dévotion à mon Sacré-Cœur. Les impies et les SECTES refusent de croire aux promesses de mon Divin Cœur. En refusant de croire, ils le méconnaissent ; ils l’outragent ; ils l’offensent d’une manière irréparable. Ma douleur la plus profonde – et je ne puis me consoler – c’est de voir cette sorte de joie au fond d’une multitude de cœurs chrétiens qui l’ont été chrétiens, mais qui ont perdu la grâce – c’est de voir cette joie quand la puissance des hommes mortels, hommes souillés, corrompus, menacés de mort terrible, quand cette puissance va ordonner, dans tout ce royaume, une religion affreuse, opposée à celle qui existe aujourd’hui et qui fait le bonheur de mon peuple. Je suis inconsolable. J’y vois courir, pour se soustraire à la mort et s’arracher aux supplices imposés, j’y vois courir des multitudes de chrétiens. Je les vois embrasser cette religion d’un cœur joyeux, sans réflexion sur moi, sur l’Eglise, sur leur baptême, et sur tout ce qui fait du bien à l’âme chrétienne. Ma douleur va jusqu’aux dernières profondeurs qui se puissent concevoir dans les puissances de l’Homme-Dieu, car je ne vois pas que le petit nombre entrer dans cette religion qui va faire trembler toute la terre. Elle va faire obscurcir les étoiles au firmament et couvrir le soleil d’un voile sans clarté. Je reprendrai par là mon peuple, avant de le punir, car je l’aime. Il m’a tant couté, tant couté… Il m’a tant coûté que je ne peux me résoudre à le faire périr. Oh cela me coûte plus que s’il me fallait revenir sur la terre et y souffrir, comme au temps de ma première Passion. En manifestant ces signes sous le firmament, oh ! Je veux par là montrer à mon peuple que ma douleur est inguérissable. Par ces signes j’en gagnerai si peu que ma bouche sacrée n’en profère pas le nombre… J’ai créé tous les cœurs pour m’aimer. J’ai donné sur terre de grands pouvoirs ; j’y ai envoyé des représentants de ma dignité ; j’ai confié le sacerdoce à tous mes prêtres, mes plus intimes amis. Aujourd’hui, écoute ma plainte, ô mon peuple. Si je me plains de la sorte, c’est que je connais des âmes qui compatiront à ma douleur. En haut de ma gloire, je vois entrer avec empressement dans cette religion coupable, sacrilège, infâme, en un mot semblable à celle de Mahomet… J’y vois entrer des Evêques. Je les y vois marcher, la tête levée, le cœur sans aucune réflexion pour moi et pour les autres âmes qui pleurent dans la désolation. En voyant ces Evêques, beaucoup, beaucoup… Ah ! Mon Cœur est blessé à mort ! Et à leur suite tout le troupeau, le troupeau tout entier, et sans hésitation se précipiter dans la damnation et l’enfer, mon Cœur est blessé à mort comme au temps de ma Passion. Ma douleur est plus grande car, alors, je mourais pour le salut de tous et, aujourd’hui, je vois plus, plus de la moitié se perdre. Il en reste si peu que, si je vous en disais le chiffre, vos cœurs resteraient inconsolables. – Ils le sont tout de même, Divin Cœur. – D’autres marcheront à la suite de ces Evêques de France. O France ! Toi qui es devenue l’héritière de cette dévotion à mon Divin Cœur, toi qui as été prédestinée à cette faveur, aujourd’hui tu me trahis ; tu me chasses de ton cœur. Tu bannis mon Ciel à jamais ; tu acclames l’emprise d’un règne qu’il sera difficile de flétrir, car ses racines, avant de ressortir, auront poussé profondément. Oh ! Mes prêtres ! Beaucoup ne seront pas les derniers à suivre les traces de leurs Evêques de France. Les prêtres jeunes entreront dans cet affreux établissement, en majeure partie et sans douleur. Vous êtes à la veille, ô mon peuple ! Cette religion s’étendra partout. Je vais devenir objet d’horreur pour la plus grande partie de mon peuple. Aucun jeune enfant n’aura plus le bonheur de savourer les délices de la foi de l’Eglise. Toute la jeunesse sera gâtée et, bientôt, tombera dans une putréfaction dont l’odeur sera insupportable. Je perdrai, pour la terre, beaucoup de mes prêtres : les plus fidèles mourront dans la foi, plutôt que d’entrer dans cette infâme religion. Voilà ma dernière plainte, mes enfants. C’est moi qui connais toue les cœurs ; c’est moi qui les sonde jusqu’à leur dernière profondeur. Si je vous disais que pour fonder cette infâme et maudite religion, j’ai des Evêques, j’ai des prêtres qui ne partiront pas au second appel, mais dès le premier ! Savez-vous bien, mes enfants, que les Evêques et mes prêtres ne seront pas pour celui que je destine à ressusciter votre patrie : il y en aura très peu, très peu pour lui. Ceux qui, pour l’avenir, donnaient de l’espoir, je les aurai introduits ici, près de moi, pour leur éviter de terribles tourments… Oh ! Si on leur disait cette parole : Voulez-vous rester unis et suivre nos appels ? Nous ne diminuerons rien de ce qui vous revient ; nous vous laisserons la vie ; nous aurons égard à vous. Mais, si vous préférez l’autre parti, soyez sûrs que le dénuement, soyez sûrs que la mort pleuvra sur vos têtes de prêtres. Oh ! Si on leur disait cette parole, la première voie serait comble, l’autre comme celle du calvaire : il n’y aurait que quelques chrétiens fidèles et patients à marcher sur mes traces ! Voilà pourtant, mon peuple, ce qu’il en est ! N’ai-je pas lieu de me plaindre ? N’ai-je pas lieu de vous faire partager ma douleur ? Je souffre. L’heure approche. Les châtiments sont sous le rempart des cieux. Les clochettes du ciel retentissent une dernière fois, pour dire à mon peuple : Assez, mes enfants, compatissez à mes douleurs. Après mes plaintes, dit le Sacré-Cœur de Jésus, je me console en pensant à toutes mes victimes et aux vrais amis de la Croix. Ils me seront des sujets de consolation, au milieu des plus infâmes trahisons… Il y aura, sur la terre, un grand déchirement. Ce coup violent ne sera que la préparation aux plus beaux mérites et aux divines récompenses ; puisqu’il n’y aura que mes amis une triste fin. Vous tous, mes victimes, serviteurs et servantes, consacrez-vous à mon Cœur d’une manière solennelle. Les choses accumulées les unes sur les autres se suivront de près : éclairs, signes de terreur, terre ouverte et firmament sous des phénomènes incompréhensibles à l’esprit mortel. Je prendrai pitié de mon bon peuple. Je laisserai marcher au malheur ceux qui devaient l’assister et lui dire : Mourez plutôt que de trahir ! Mes enfants, persévérance ! Je vous bénis maintenant » » /////////////////////////////////////////////////////// 1881-07-12 : La Sainte Vierge Marie nous annonce : « Mes enfants, la terre est à la veille de grands malheurs qui menacent mon peuple et l’Eglise entière… Après la fête dont l’Enfer aura répandu les jouissances et toutes les infâmes iniquités, il viendra le récit de terribles punitions. Celles-ci seront pour beaucoup de ceux qui, publiquement, auront fait retentir des chants obscènes, des appels aux malheurs et aux crimes de la révolution, des infamies contre l’Eglise, contre les prêtres et le clergé tout entier, contre les amis qui espèrent, avec tant de confiance, celui que le temps amène malgré ses prolongations. Désormais, le temps est étendu en mal, en crimes et en toutes sortes d’abominations. Jamais mon royaume ne sortira de là, sans plusieurs crises terribles, les deux dernières surtout où les armes retentiront partout, de leurs coups mortels. La première de ces crises sera l’ouverture du désordre, la clôture de l’Eglise, la suspension de toute sainte messe en France. Cette crise sera longue… Elle attirera un enchaînement infernal de maux, surtout en plusieurs villes de France, comme le Centre (Paris), Marseille, le Midi, Lyon et bien d’autres… Oh ! Quelle peine, mes enfants. Il y a quelques semaines, lors des belles Fête-Dieu, on a fermé les portes au Roi du ciel. Après demain, on ouvrira toutes les portes aux révolutionnaires. Toutes les rues seront remplies d’abominables cris. L’esprit change ; la foi s’affaiblit. Aujourd’hui, on ne veut pas reconnaître les puissances du Ciel ; on ne veut plus admettre l’autorité de mon Fils. …Mes enfants, mon Fils réclame sa demeure au milieu des mortels. Il veut que, jusqu’à la fin du monde, la terre atteste des merveilles de grâce (de la Fraudais) jusqu’au bout de l’Univers, avant que le monde soit consommé par le jugement dernier ». /////////////////////////////////////////////////////// 1881-07-21 : « L’Église va souffrir des persécutions telles que l’enfer n’en aura jamais inventé de plus cruelles. Bientôt, dans de grands endroits de cette terre des morts, il n’y aura plus de sanctuaires. Les apôtres auront pris la fuite. Les âmes saintes pleureront sur les ruines et les abandons ; Voyez combien on M’insulte et combien on M’offense… Il y aura un acharnement d’enfer contre la dévotion au Sacré-Cœur. Il y aura un livre de la « seconde célébration » écrit par ces esprits infâmes qui M’ont de nouveau crucifié et qui attendent le règne d’un nouveau Messie pour les rendre heureux. Beaucoup de saints prêtres refuseront ce livre scellé des paroles de l’abîme ; malheureusement, il y en aura qui l’accepteront, et il en sera fait usage. Des Évêques trahiront. Ils donneront leur force et leur vie au gouvernement fatal. Aujourd’hui, Moi, Dieu Créateur, Je perds toute l’autorité de Mes Puissances. Aujourd’hui, Je suis le plus méprisé et considéré comme le plus incapable des hommes. En peu de temps, sur la terre menacée et qui n’est plus solide, car les blasphèmes l’ont ébranlée, les iniquités et les crimes l’ont comme séparée lambeau par lambeau ; en peu de temps sur la terre française, Je ne serai plus reconnu ; Ma dignité adorable sera profanée. On Me fera plus qu’on ne M’a fait au jour de la Passion ; on ne M’avait donné qu’un manteau écarlate. Avant que le siècle soit fini, longtemps avant, on M’aura couvert de toutes sortes d’injures. La religion que J’ai établie, l’Évangile que J’ai prêché, tout cela, on le déchirera sous une forme épouvantable, à faire frémir, et l’on jettera toutes ces choses infâmes sur Mes épaules et sur tout Mon Corps Adorable. On changera Mes souffrances et Mes plaintes de Ma Passion, en des écrits qui feront trembler le cœur des justes et leurs cimes se fendront de douleur, comme la montagne, le jour de Mon Crucifiement. Avant que l’année qui porte un chiffre de consolation à Mon Peuple français, avant que cette époque soit sonnée, les saints sacrifices des autels auront pris une forme infernale. Dans les rues, dans les villes, dans les campagnes et dans toutes les bourgades, le poison infect de ces maudits ouvrages va se répandre avec une immensité et une rapidité plus ardente que la marche du soleil, du lever au coucher ». /////////////////////////////////////////////////////// 1881-10-25 : « La religion sera contrefaite, déformée, attaquée, et, à la place de cette belle religion, ce sera des écrits infâmes. C’est le schisme entré en France. Avant longtemps, trois brochures de scandale se distribueront au Centre (Paris) et à Bourges. Trois apôtres répandront un ouvrage puant et abominable. Cela n’empêchera pas de respecter le prêtre à cause de son caractère et de son ministère ». « Le démon criait à Saint Michel : – J’attaquerai l’Église, je renverserai l’Église, je dominerai le peuple, je déposerai dans le cœur un grand affaiblissement de la Foi. Il y aura un grand reniement. Je deviendrai, pour un temps, le maître de toutes choses, j’aurais tout sous mon empire ! Ce même jour, Saint Michel nous prévenait du danger et nous assurait de son secours : – Il n’y a jamais eu d’époque pareille. Il faut s’attendre et se préparer pour n’être pas surpris… Tous les démons vont se rassembler. Beaucoup sous la forme de l’homme ». /////////////////////////////////////////////////////// 1882-01-01 : « Notre-Seigneur me dit encore que le martyre du deuxième Lien de la Foi serait encore plus pénible que celui du premier ; qu’il aurait les pieds et les mains fixés à la large pierre du mur du Vatican et qu’il resterait pendant cinq jours fixé à ce mur, rassasié d’insultes, les deux jambes coupées par les deux genoux, les deux bras coupés, non par la jointure du coude, mais par le milieu du bras près du poignet ;que sa poitrine serait ouverte avec une férocité que les animaux n’ont pas dans leur rage la plus envenimée ; que la tête du troisième Lien de la Foi serait placée au bout d’une barrière de fer et plantée à la porte de la grande Basilique de Saint Pierre et insultée, comme jamais temple n’a vu insulte pareille ; que son corps sera jeté à la rivière qui passe un peu au dessus du Vatican et qu’il sera retrouvé sain et sauf au pied d’une pierre du fleuve qui se trouve à droite en marchant vers le midi de cette terre au dessus du Vatican ». /////////////////////////////////////////////////////// 1882-02-02 : « Mes enfants, je vous demande de ne jamais fouler aux pieds la Croix, de ne pas suivre l’exemple d’une foule immense qui va préférer damner son âme pour sauver son corps… Votre refus adoucira vos bourreaux ». /////////////////////////////////////////////////////// 1882-02-14 : Notre Seigneur Jésus annonce : « Du Ciel, tu verras le triomphe de l’Église planer sur le front de Mon vrai serviteur Henri de la Croix ; Il viendra consoler l’indigence, renouveler le sacerdoce dévasté, affaibli et tombé comme une branche sous la scie de l’ouvrier. Sa charité renouvellera le sacerdoce, relèvera les statues de Ma Mère, fera remonter les calvaires insultés et réduits en morceaux ». /////////////////////////////////////////////////////// 1882-03-23 : « La Flamme du Saint-Esprit dit : – La religion d’aujourd’hui sera changée en ses études et ses institutions. Vont lui succéder d’abominables lois et des paroles si mortelles que les cœurs en seront corrompus, la vertu étreinte et le bon peuple effacé. Toute la population va souffrir et le bon peuple chrétien anéanti, comme s’il n’écoutait plus. Les ennemis vont triompher et tout leur sera accordé. On va les préférer au meilleur peuple, c’est-à-dire à ceux qui sont du côté de Dieu qui, lui pourtant, est le côté de la victoire ». La Flamme dit encore : – En plusieurs terres, Satan sera publiquement invoqué, le vrai Dieu insulté. On évoquera, en plein public, Satan, le Maître des Puissances, le grand chef qui détournera les lois de leur bonne route, en une marche effroyable. L’heure vient où tous les clergés seront atteints et serrés de manière terrible. Les ennemis ne vont rien écouter, mais continuer, de jour en jour, à produire leurs ignobles lois et ces travaux qui conduisent au jour qui vient… Lentement, à cause des prières qui ont été faites et qui sont encore faites par les bons chrétiens. Les hommes de bien, défenseurs de Dieu, vont, cette fois, être écrasés dans leurs combats, comme le grain de poussière sous le pied du passant. Désormais, il ne faut plus s’attendre à gagner quoi que ce soit pour la défense du bien. En beaucoup d’endroits de France, les ennemis, quoique unis dans le même parti et après ces accords terribles qui nous conduiront à l’abîme, les ennemis se battront entre eux. Amis de Dieu, dit la Flamme, n’attendez aucune consolation… Chaque jour ne fera progresser que le mal, à un point où sa victoire couvrira la terre dans toute son étendue. Retrempez votre foi dans le souvenir de la Passion du Sauveur. Les puissances ennemies auront le courage de proférer d’horribles discours contre le Seigneur. Ils pousseront « l’audace » jusqu’à dire ouvertement : « Si l’Eglise triomphe et échappe des fureurs de l’époque, nous sommes prêts à jurer qu’il y a un Dieu et des puissances au-dessous de nous ». D’autres discours au sujet de Satan vont circuler sur les papiers que le monde parcourt de ses yeux mortels. La réalité de ces paroles arrivera vite au cœur du peuple de Dieu. Pleurons et gémissons, ajoute la Flamme, le temps où tout annonce les pleurs est venu. Leurs lois ouvrent le corridor qui conduit au grand théâtre de la Révolution. Les ennemis vont trouver le moyen -tous les moyens- pour exiler les troupes qu’on appelle gardiens de la paix. Ceux-ci seront réduits en plusieurs lieux, avec défense de circuler et d’entrer dans les villes où ils sont encore aujourd’hui, et où ils se sont dépensés longtemps. Ce sera le dernier moyen de laisser tout livrer, en liberté, au terrible pillage. Ce mot liberté va se crier dans toute la France, comme il l’a été, mais plus puissamment. Priez ! Encore un effort ! Cet effort n’arrêtera pas la grande décision. Si celle-ci n’est pas arrivée déjà, c’est le Seigneur qu’il faut remercier et non ces malheureux. Cet effort de prière apaisera la justice de Dieu, l’empêchera de peser sur les justes qui s’échapperont au travers des combats de la guerre civile. Cette guerre civile sera terrible, surtout au centre, dans le midi, et dans ce grand lieu, duquel Dieu se tient près, aujourd’hui, et dont le nom représente la force. Les puissants de la terre auront entre eux des disputes infernales : leur voix réclamera d’un coté, réclamera de l’autre. Ils ne s’entendront plus et Satan sera au milieu, avec ses signes visibles ». /////////////////////////////////////////////////////// 1882-03-29 : « J’ai renouvelé bien des fois, dit le Seigneur, le secret de l’humble fille de la montagne. Ma sainte Mère portait l’instrument de ma Passion… Elle répétait : Les plantes chrétiennes seront si clairsemées que la terre ressemblera plutôt à un désert qu’à une terre habitée par des Chrétiens, qui sont si nombreux pourtant… » « Il y aura si peu de monde resté dans ces contrées qu’un grand nombre d’églises ne seront plus occupées, même par une seule âme. Ce sera selon les contrées et selon les progrès de l’iniquité ». /////////////////////////////////////////////////////// 1882-04-20 : « Cette loi infâme sortira avec un grand nombre d’autres. Personne ne pourra s’y soustraire, ou bien la mort au fond des prisons. Cette loi marchera sur tout ce qui est le plus sacré ». /////////////////////////////////////////////////////// 1882-05-04 : « Dans toutes les maisons religieuses qui n’auront pas encore été livrées à la cruauté des hommes de la loi, avant qu’elles ne soient entièrement dévastées et vidées, on viendra les visiter et se rendre compte de tout, jusque dans les coins les plus reculés. Il n’y aura plus, dans toutes ces pauvres maisons, aucune sécurité chez soi. Après six ou neuf semaines, à peine, de ce régime de fouilles apparentes, le crime s’accomplira sur les petites maisons comme sur les grandes. Il n’y aura plus de maisons religieuses en France : chacune sera sous le toit du firmament… » /////////////////////////////////////////////////////// 1882-05-04 : Sur un fond général de confusion et de désordre, se détachent des « époques », qui sont comme les degrés d’une progression. C’est d’abord comme un orage qui gronde, puis éclate pour se terminer sur un  » grand coup  » qui ramène la paix. Le Seigneur annonce deux époques : – La première époque, c’est l’étendue des maux sur la Fille aînée de l’Église, la France. – La seconde, c’est l’Eglise envahie, et le commencement de la lutte terrible dans la Ville Eternelle. Cette lutte, dans la Ville Eternelle, languira cinq mois sans que les conséquences, tristes jusqu’à la mort, ne s’aggravent… Seigneur, dit la voix plaintive, ne tardez pas à avertir votre peuple, car la nuit sombre et triste vient rapidement à son époque : – Je n’ai tardé en rien, répond le Seigneur… ». /////////////////////////////////////////////////////// 1882-05-09 : « Les trois crises. Première crise : Dans le soleil la voix dit : – Il y a quelque temps, le seigneur a marqué trois mois de fatals et terribles châtiments. Il abrégera beaucoup… Le prochain commencement de la mortelle crise révolutionnaire – elle parle comme cela, la voix – ce commencement durera quatre semaines, ni un jour de plus, ni un jour de moins ; mais l’étendue en sera immense. Le nombre de ceux appelés meurtriers du peuple, sera d’une immensité inconcevable… Lors de cette heure terrible, les étrangers, dont le désir est rempli d’une violence qui ne se possède pas, les étrangers seront maîtres en France. Dès la nouvelle du fatal évènement, leurs oreilles ne seront pas sourdes. Pendant cette lutte première, en toute l’étendue de la France, il y aura liberté pour tout. Il n’y aura plus de captifs retenus pour crimes. La liberté sera en toute son étendue. Un repos fort court suivra cette grande entrée dans le mal qui sera complet, surtout au Centre et dans les environs. Deuxième crise : La voix dit : – La seconde et violente crise commencera. La France sera envahie jusqu’au diocèse qui commence la Bretagne. La voix ajoute : Le vôtre. La Deuxième crise mettra le comble à toute chose et, du peuple, n’échappera que celui qui trouvera un refuge obscur. A cette époque seconde, les hommes du pouvoir, après avoir livré le royaume au sang, s’assembleront dans un lieu de paix et formeront des projets définitifs et décisifs. Ils chercheront un sauveur pour le placer sur le trône de France. Beaucoup de ces grands commandants du royaume se retireront dans un coin de la terre de France volée…. La voix dit : L’Alsace et la Lorraine. Retirés là, dans le secret, ils disposeront leur roi, celui qui est contre les desseins de la Providence. Ils décideront réellement, et rien ne pourra les en détourner de faire monter le coupable sur un trône qui ne lui appartiendra jamais. Dans le soleil, la voix dit : – La seconde époque dépassera un mois. Elle ira, sans repos ni arrêt de respiration, jusqu’au 37e ou 45e jour. Cette époque deuxième achèvera tout. Il n’y aura de sauvé que ce que Dieu a promis de protéger les endroits décrits par sa parole et gardés par sa gratuite bonté. A mesure qu’elle s’étendra en France, la persécution recevra beaucoup d’aide de la part des puissances qui l’environnent, de tous ceux qui ressemblent à ceux qui, en France, livrent tout, sans pitié, au feu et au sang. Troisième crise : Pour la longueur de la Troisième époque, la voix dit qu’elle n’est pas dans ce passage-ci du soleil… ». /////////////////////////////////////////////////////// 1882-05-16 : « Le Saint Siège suivra de près le renversement de la France ». « L’ennemi de Dieu traversera la Perse et les autres royaumes et montera pour un an, sur le malheureux siège de celui qui fera trancher la tête des apôtres et qui fera un martyr de celui qui soutient l’Église et la Foi. La voix dit que l’Église restera vacante de longs mois. Elle ajoute : le troisième Pape sera plus saint, mais ne régnera que trois ans avant que Dieu ne l’appelle pour la récompense ». /////////////////////////////////////////////////////// 1882-05-26 : « Ce n’est pas un pasteur du Centre qui aura l’insigne honneur de couronner de gloire le Roi, l’héritier qui aura mérité de gouverner sa patrie. Ce pasteur sera jeune ; ses 45 ans ne seront pas sonnés. Il viendra du diocèse d’Aix. Les pasteurs qui gouvernent aujourd’hui les diocèses ne seront plus sur leur siège épiscopal. Le glorieux et digne enfant de Dieu qui sacrera le vrai Roi, sur les ruines du Centre, quand la terre sera bien désertée, viendra d’assez loin». /////////////////////////////////////////////////////// 1882-06-06 : « (Au cours de la première moitié de la troisième année) Les serviteurs les plus proches du Pape oseront souiller leur dignité par des articles honteux et se faire, pour la sauvegarde de leur vie, meurtriers et bourreaux du Pauvre Martyr, dont la vue des maux soulevés sur Rome éteint les forces et abrègent d’avantage le martyre. Depuis trois semaines ses souffrances redoublent : maintenant il entrevoit et il ressent le coup définitivement porté à l’Église, à sa personne et à la terre qu’il habite. Il ne verra pas la fin de la persécution ; celui qui le remplacera ne la verra pas non plus ; le troisième vivra longtemps, mais il sera difficile à trouver au milieu de tant de décombres ». /////////////////////////////////////////////////////// 1882-06-22 : « Ce sont ces Saintes Communions d’aujourd’hui qui, dans un avenir prochain, quand il n’y aura plus de Pain Sacré, plus de Corps adorable pour soutenir les forces défaillantes, ce sont ces très Saintes Communions d’aujourd’hui qui donneront à Mes chères âmes la force et le courage d’affronter, dans la charité, le péril et le danger ; mais elles ne périront pas. Cette Manne Sacrée les élèvera au-dessus du péril, et les tiendra suspendues au-dessus du danger. Elles accompliront, ces chères âmes, des actes de dévouement, même pour ceux qui ont été leurs épines. Ces épines auront été Mes épines, celles qui perceront Mon Cœur et Le percent déjà. Il n’y a, âmes fidèles et bénies, que vos approches qui puissent en guérir les piqûres, par la Sainte Communion, et en soulager les douleurs ». /////////////////////////////////////////////////////// 1882-07-20 : L’heure d’annoncer : « Au jour décidé pour que mes écritures soient envoyées à tous mes serviteurs et à mes victimes, pour leur indiquer mon heure et l’heure du miracle, à cet appel, rien ne les retiendra. Je protégerai et garderai ceux qui seront obligés d’attendre un peu de temps avant de trouver refuge sous l’arbre divin de la Croix (les croix d’amour). L’heure sera envoyée à toute la famille de la Croix dont le destin est d’être protégée. Cette heure viendra avant que les voies de la terre soient fermées (nous ne pourrons plus circuler), avant que l’ennemi ne soit embarqué sur l’étendue de la France entière pour la conquérir et la faire périr. Je vais donner à mes chers serviteurs et victimes la réelle description de la croix qu’ils devront porter. Ils vivront comme les missionnaires de ma parole divine, les Pères de la Croix… Je désire que mes serviteurs, servantes et jusqu’aux petits enfants puissent aussi se revêtir d’une croix. Cette croix sera plus petite et portera en son milieu comme l’apparence d’une petite flamme blanche. Cette flamme indiquera qu’ils sont fils et filles de la lumière. Le mal inévitable s’avance. Bientôt la terre entière ne sera plus que sous la pluie des châtiments terribles de ma Justice. Le bien sera au tombeau et le mal élevé sur le sommet des montagnes pour attester son triomphe ». /////////////////////////////////////////////////////// 1882-08-22 : « Mes enfants, avant même, peut-être que la première crise de la Fille aînée de l’Église ne soit commencée, il y aura des nouvelles douloureuses de ces peuples : Angleterre, Perse, Jérusalem. Tous auront subi de grands maux. Mes enfants, je prévois qu’à la sortie de ce trouble, il y aura un nouveau règne pour la terre anglaise et un choix se fera, quand, soudain, la mort viendra frapper ceux qui ont en main le gouvernail de ce Royaume. Pour cette terre… il se fera bien du mal et elle sera divisée en quatre parties, car leurs volontés ne s’accorderont nullement… Le choix des Catholiques sera rejeté ». /////////////////////////////////////////////////////// 1882-08-25 : « Avant que le châtiment de Mon Fils Adorable ne tombe sur la terre de France, il y aura beaucoup d’âmes qui perdront la Foi… Cette terre sera comme couverte de masses d’hommes coupables qui, du fond des loges, vont travailler à glorifier Satan, à lui élever des lieux de culte dans la plus grande partie de la France ». /////////////////////////////////////////////////////// 1882-09-05 : « Le moment le plus éclatant sera celui où les ministres chrétiens, qui s’étaient tous dispersés sous la dent des tigres, reviendront par d’affreux chemins, pour le jour solennel. Parmi les ministres du Seigneur, amis du Roi, je n’ai vu que 4 évêques». /////////////////////////////////////////////////////// 1882-09-12 : « Un violent combat se lèvera contre la Religion, et la combattra jusqu’au dernier point. Je vous dis à haute voix que les cœurs qui, par leur caractère sacré, sont les plus près de Mon amour et de ma présence divine, plusieurs de ceux-là seront mal disposés, quand la voix des hommes coupables, en cette terre de France, jettera la boue sur la Religion Catholique. En plusieurs villes de France se tiendront des réunions de pasteurs très nombreux, au sujet d’un appel fait par une loi impie et coupable. Mes enfants , parmi ces nombreux apôtres de France, Je n’en compte que trois qui seront absolument dignes et qui se déclareront hautement, en public et avec volonté formelle, pour le côté que je préfère, pour le côté que je veux, malgré la grande opposition des hommes ». /////////////////////////////////////////////////////// 1882-09-29 : « L’Église aura son siège vacant de longs mois… (…) Il y aura deux antipapes successifs qui régneront tout ce temps-là sur le Saint-Siège… » /////////////////////////////////////////////////////// 1882-10-10 : « Le Seigneur dit : Mes enfants, ne soyez pas effrayés si la lutte terrible doit commencer par ceux qui siègent au milieu d’une place de dignité et d’honneur qu’ils ont reçue au Cénacle, la veille de ma mort. C’est par la faute de ceux qui dirigent et gouvernent le troupeau que, dans le midi, va sortir une crise violente. Ce sera à cause de la loi infâme. Ces pasteurs vont persuader le peuple qu’on sera épargné si l’on marche sous cette loi dominante qui va étendre son empire de plus en plus abominable. Leurs mains ne vont pas hésiter un instant ; aucune honte ne régnera sur leur visage quand ils écriront ces paroles : « Autorité d’aujourd’hui, Gouvernants de la France, nous nous soumettons à vos ordonnances et à vos lois, puisque c’est le moyen qui nous reste d’exister encore à la tête de nos sujets et de régner sur nos troupeaux. » C’est ce qui va jeter l’affreux scandale au milieu du peuple ; et la France va, sans tarder, fouler aux pieds le reste de sa foi. Mes enfants, c’est en public que l’Eglise va entendre prononcer la trahison de sa gloire. Ils vont livrer le Christ et l’Eglise à l’affreuse terreur ». /////////////////////////////////////////////////////// 1882-10-12 : « La flamme du Saint-Esprit dit : Mes enfants… Vous lirez beaucoup de lettres, écrites par des prêtres de France, comme ne désapprouvant nullement les lois du gouvernement. Le lien de la foi, (le Pape) à la vue empirante des mauvaises lumières, fera un appel de foi au clergé français, comme s’il leur disait : Prenez la foi comme arme et bouclier ; avec elle, vous vaincrez tout ce qui s’oppose à la loi ecclésiastique. Il y en a qui répondront à son appel, mais pas tous. Beaucoup resteront sous la mauvaise emprise, et les vrais prêtres seront en nombre très petit. Mes enfants, le Seigneur, qui voit une perte innombrable d’âmes chrétiennes, fait, en ce moment, tous ses efforts pour monter le péril et la gravité de temps qui s’appuieront sur la pierre révolutionnaire. Et la flamme ajoute : Révolution rouge ». « Les ennemis ont dessein de décréter le 29 juin une loi pour les prêtres et de les appeler en réunion pour leur imposer cette loi et les y soumettre. Ils devront jurer, main levée, foi et confiance aux lois de « leur divinité ». En plusieurs villes de France, se tiendront des réunions de pasteurs très nombreux, au sujet d’un appel fait par une loi impie et coupable. Parmi ces nombreux apôtres de la France, je n’en compte que trois qui seront absolument dignes et qui se déclareront pour le côté que je préfère, pour le côté que je veux, malgré la grande opposition des hommes ». « Dans le Midi, à Lyon, il y aura des représentations infâmes de la Messe, des profanations… À Lyon et dans d’autres endroits il y aura des apparitions sataniques ; il y aura des cultes de déesses infâmes, de faux miracles qui tromperont beaucoup de monde… Les évêchés, les monastères seront pillés… Les croix seront brisées… Des tabernacles profanés… Les enterrements religieux seront interdits… Les sacrements seront parodiés… Des baptêmes sacrilèges seront institués… Il y aura beaucoup d’âmes possédées qui feront grand bruit et feront des prophéties de bonheur… Les ennemis feront fouler au pied la croix… Profanations à Lourdes… On s’acharnera contre la dévotion au Sacré-Cœur… La flamme du Saint-Esprit dit :  » Mes enfants, vous lirez beaucoup de lettres, écrites par des prêtres de France, comme ne désapprouvant pas les lois du gouvernement. Le Lien de la Foi, à la vue empirante des mauvaises lumières, fera un appel de Foi au clergé français, comme s’il leur disait :  » Prenez la Foi comme arme et bouclier ; avec elle, vous vaincrez tout ce qui s’oppose à la loi ecclésiastique. Il y en a qui répondront à son appel, mais pas tous. Beaucoup resteront sous la mauvaise emprise, et les vrais prêtres seront en nombre très petit. Mes enfants, le Seigneur qui voit une perte innombrable d’âmes chrétiennes, fait en ce moment, tous ses efforts pour montrer le péril et la gravité des temps qui s’appuieront sur la pierre révolutionnaire. Et la Flamme ajoute : « Révolution rouge » ». /////////////////////////////////////////////////////// 1882-10-17 : « Si au milieu des maux, dit Monseigneur Fournier, le pasteur de ce diocèse (Nantes) renouvelait le vœu, ou s’il en était fait un autre, les maux seraient bien plus petits : ce vœu arrêterait la rage des ennemis ». /////////////////////////////////////////////////////// 1882-10-26 : « Je lis cette parole : Préférez, chers fils, la palme du martyre, plutôt que d’accepter les offres de ceux qui vous auront réduit à de si pitoyables douleurs, et qui vont envahir votre chère France entière par leur puissance et leurs massacres impies et pervers. Chers fils, groupez autour de vous vos fils et vos frères-prêtres afin de les protéger contre l’offre des hommes mortels, contre lesquels ils sont avertis. Cette douleur vous contristera l’âme et vous brûlera le cœur, comme si la mort venait vous frapper. Vous allez voir circuler des paroles dans la France si chère à tous les Papes, surtout à celui qui règne maintenant, et qui pleure chaque jour à la vue des abîmes où se perdent ses enfants ». /////////////////////////////////////////////////////// 1882-11-07 : « La foudre gronde autour du Vicaire de Jésus-Christ. Une assemblée de pères de l’Eglise formera ses conseils contre le Père de l’Univers. Il sera remis, aux mains du gouverneur dont dépend le Saint-Père, une pièce écrite et travaillée par des mains qui, bien des fois, auront touché le corps du Christ. Cette pièce écrite comprendra trois choses : La première sera celle-ci : Que le Pape laisse une liberté plus grande à ceux sur qui il règne avec son autorité de Pontife. Et voici la seconde : Nous nous sommes réunis, diront-ils, et nous avons été d’avis que si le chef mortel de l’Eglise fait appel à son clergé romain pour reformer la foi plus forte ; si l’on veut nous obliger à répondre, si l’on déclare, à la face des puissances de la terre, qu’il doit y avoir obéissance et soumission, nous déclarons vouloir garder notre liberté. Nous nous considérons comme libres de ne rien faire de plus aux yeux du peuple, que ce que nous faisons actuellement et que c’est nous qui ferons tout. Une douleur amère et déchirante attend le Pape, devant l’insoumission et la désobéissance qui répondront à l’appel de son cœur. Ce ne sera pas de vive voix qu’il aura fait cet appel, mais par écrit. La voix de la Flamme déclare que la troisième chose écrite fera frémir le petit peuple de la terre. Elle proviendra du clergé qui aspire à la large liberté : du clergé de France, de ceux d’Italie, de Belgique et de bien d’autres nations que Dieu fera Connaitre. Ceci ira s’aggravant devant le peuple qui pourra s’assurer du signe de sa colère. Un appel prochain va jeter la consternation dans les cœurs où règne encore la foi. On veut briser l’Unité entre le Saint-Père et les prêtres de l’Univers, les séparer du Chef de l’Eglise, afin que chacun demeure libre de soi, et sans aucune surveillance. En plusieurs coins du Centre, une feuille de papier sera fixée sur les murs des rues et au bord des grandes routes sur lesquelles le peuple circule. Cette affiche ne portera mention que de cette désunion et de cette séparation des apôtres de Dieu d’avec l’unité avec le Pape. Ensuite, le peuple sera invité à prêter concours et accord à l’autorité si coupable de ce temps ». /////////////////////////////////////////////////////// 1882-11-16 : « En entrant dans la vision, je contemple et j’adore le divin Crucifix, entouré de ses flammes. La première Flamme dit : « L’âme du chrétien est une graine que je sème dans le champ de l’Eglise, pour qu’elle fructifie en grâces et en vertus… Si le Seigneur augmente les tribulations sur les âmes, c’est que son heure divine est proche d’éclater sur la terre ; c’est la preuve de sa bonté divine… La même Flamme dit encore : Je déclare qu’une cruelle désolation fera gémir tout le peuple du centre du diocèse. – Pas fort, Flamme. – Amis de Dieu, il s’agit d’une multitude de coupables, capables de toutes sortes de mal, pervertis et dans de si mauvais sentiments que Dieu ne pourra jamais les ramener. Voici : A Nantes, près de la place de la Maison de la Justice, se lèvera une assemblée de cinq cents hommes, tout ce qu’on peut compter d’affamés de sang et de victimes. Il y aura des scènes terribles : contre le clergé d’abord, contre les lois de la religion catholique, contre le Sauveur mortel de cette terre. Ils seront appuyés par l’autorité humaine, si mauvaise, de ce temps. Dans leur rage inassouvie et indomptable, ils marcheront, d’une façon remarquable, dans la voie des douleurs grandissantes. Dans cette rue, près du Palais de Justice, aux heures profondes de la nuit, il y aura beaucoup de victimes dans ce cœur du diocèse. Le plus frémissant, c’est qu’il sortira des feuilles du milieu de ce groupe : elles n’auront pour but que de couvrir de honte et d’iniquités ceux qui attendent, avec persévérance, la réalisation des promesses de Dieu. Aux environs de cette époque, on aura, de jour en jour plus pénible, le sentiment d’avoir à ressentir cette coupable injustice. La Flamme dit que ce sera vers le temps où une loi périlleuse donnera la liberté de laisser sortir les scélérats maintenus jusque là en captivité. Rien ne s’y opposera au Parlement, car l’homme seul sera déjà dans l’étendue de son triomphe immense qui couronnera son désert, en renversant la terre et le monde ». /////////////////////////////////////////////////////// 1883-09-21 : La mission de souffrance de Marie-Julie : « Pour toi, ma fille, il y a encore trois croix différentes sur lesquelles il va falloir t’étendre et souffrir douloureusement, mais peu de temps sur chacune. La première, c’est celle de la sainte Eglise Catholique : c’est sur celle-là d’abord qu’il va falloir s’étendre. Il va te falloir souffrir douloureusement pour elle, avant que tu ne fermes les yeux sur la terre. La seconde croix est celle de la fermeture du royaume de la Sainte Vierge, en conséquence des grands maux qui vont, prochainement, monter leur éclat. Il va falloir souffrir, en vue de cette heure chère au crime et au péché ; souffrir pour compenser la faiblesse de la foi ; souffrir un peu, aussi, pour les soldats du Seigneur qui iront, sous ses yeux divins, conquérir la couronne du royaume. La troisième croix, c’est celle qui porte en elle le riche et magnifique bouquet qui sera présenté au Sauveur de ce royaume, quand il entrera sur cette terre du Centre (Paris) si souillé et si coupable. Sur cette même croix je vais te donner le chemin marqué, par où tu reviendras remercier tes amis fidèles, après les courses et les combats… Ma fille, voilà la place où, du haut des frontières célestes, tu verras les départs des nobles soldats de la croix ; d’où tu verras entrer, sur le sol de France, celui qui vient apporter paix et joie à mon peuple ; d’où tu verras le Sanctuaire du Seigneur et ses fidèles ouvriers, en place, pour noter et contempler les œuvres du Seigneur et celles de sa sainte Mère et de ses anges ». /////////////////////////////////////////////////////// 1884-01-01 : « J’ai envoyé Ma Mère, on n’a pas cru à Sa parole. J’ai fait entendre Ma voix, Me choisissant des victimes sur lesquelles J’ai opéré des merveilles. On les a méprisées et persécutées. Je vais Me livrer è Ma colère. Je vais rappeler à Moi Mes paratonnerres ». /////////////////////////////////////////////////////// 1884-01-04 : « Lorsque mon peuple est tombé dans l’indifférence, J’ai commencé à le menacer. Aujourd’hui, il mérite Ma justice. Je suis venu sur la terre ; ils veulent Me chas
  22. Hercule dit :

    LES DEUX PAPES MARTYRS ET LEUR SUCCESSEUR – LE SAINT PONTIFE

    (Extraits d’extases de Marie-Julie Jahenny)

    (Mise-à-jour du 07-06-2012)

    ///////////////////////////////////////////////////////

    1874-01-01 :

    La survie miraculeuse du Pape :
    Marie-Julie portait sur la poitrine une inscription stigmatique écrite par la Sainte Vierge « Délivrance du Saint-Père, triomphe de la Sainte Église ».

    ///////////////////////////////////////////////////////

    1874-01-09 :

    « Priez pour le souverain Pontife ! Malgré la rage des mécréants, malgré tout, il triomphera. Ils n’auront jamais sa vie… »

    « Mon fils, sache bien que dans les jours de mon Rosaire, Je déciderai le jour de ton triomphe, sache que Je te préviendrai et que tu sauras l’heure de ton triomphe. Je le ferai aussi connaître aux âmes que J’ai choisies pour faire le bien et faire connaître mes révélations ».»

    ///////////////////////////////////////////////////////

    1874-08-25 :

    « L’Abbé David note :
    – Le Saint-Père aura de faux amis aux jours de son triomphe. Ce triomphe aura lieu de suite après celui de la France ».

    ///////////////////////////////////////////////////////

    1874-09-06 :

    ///////////////////////////////////////////////////////

    1874-09-29 :

    « Notre Dame annonce :
    – Au ciel, Saint Michel va célébrer avec le Sacré-Cœur le triomphe du Saint-Père et celui de l’Eglise. Il va terrasser les ennemis de la France ».

    « Notre Dame :
    – Vous ne serez sauvés que par la prière et par les pénitences. Priez le Sacré-Cœur de mon Fils ».

    ///////////////////////////////////////////////////////

    1874-12-06 :

    L’Abbé David relate cette importante révélation :
    « Notre Seigneur, une main placée sur son Cœur et l’autre tendue vers le Saint Pontife, lui dit :
    – Mon fils, souffre avec patience. Bientôt Je vais bénir tes chaînes et te faire sortir de ces grandes épreuves et des épines qui t’envahissent car tu seras enveloppé de lys (le Roi et les princes des lys). Mon fils, c’est assez longtemps vivre dans les chaînes au milieu des calomnies et des persécutions, il est temps que Je brise ces chaînes et que Je détruise le temple des impies qui t’entourent. Mon fils, voilà mon Cœur qui vient te sauver de la main des barbares et les confondre tous. Je viens te donner un trône plus glorieux où tu règneras jusqu’à ta mort.

    Le Saint-Père a parlé et a dit au Sacré-Cœur :
    – Je vous supplie, dites quelles prières faut-il faire pour la France ?
    Notre Seigneur a répondu :
    – Prie, seulement après le triomphe, le Sacré-Cœur et Marie Immaculée révèleront les prières d’action de grâces qu’il faudra dire ! ».

    Marie-Julie décrit le triomphe du Saint Père :
    « Elle dit au Saint Père : Mon Divin Fils te délivrera mais Il le fera par moi. Je le solliciterai chaque jour pour toi. Oui, mon fils (faisant voir les lauriers du Saint Père), voilà le drapeau du triomphe. Il n’est pas encore tout fleuri, mais il ne s’en manque guère. Mon fils, console-toi, l’heure de ta délivrance est proche Et la Sainte Vierge ajouta :
    – Mon Divin Fils te délivrera, mais par Moi. Mon fils, console-toi, l’heure de ta délivrance est proche. Sache que Je donnerai le triomphe à la France avant le tien.

    Le Saint-Père souriait. La Sainte Vierge reprit :
    – Console-toi, mon fils, bientôt la France va sortir de son cercueil ; toi aussi, tu es enseveli dans un tombeau, mais la France va ressusciter et après ce sera ta résurrection. Prie pour les Français, les Français seuls te délivreront et quelques groupes d’étrangers choisis avec eux ».

    ///////////////////////////////////////////////////////

    1874-12-08 :

    « À Rome la tempête sera la plus noire. L’orage de Rome sera encore pire que l’orage de France. Toute la colère de l’impie est à Rome. Toute la colère de l’impie est concentrée sur le Saint Siège. Les châtiments commenceront par Paris ».

    ///////////////////////////////////////////////////////

    1877-04-16 :

    « Toute la peine de Jésus, c’est que des Pères de l’Église trahiront le divin Sauveur au milieu des châtiments ».

    ///////////////////////////////////////////////////////

    1877-09-18 :

    « Au pied de la montagne, dans un rocher, je vois comme une prison solitaire et, là, est enfermé un vieillard à cheveux blancs dont les traits sont resplendissants. Il porte une croix sur la poitrine. Le Bon Maître s’avance, le vieillard se prosterne et Jésus l’embrasse.

    Mon fils bien-aimé, dit-il, martyr de la Sainte Eglise, prisonnier du Sacré-Cœur, repose-toi sur Moi et J’adoucirai ta peine. L’auguste vieillard verse des larmes de bonheur.
    Mon fils bien-aimé, reprend le Sauveur, sèche tes larmes. Depuis longtemps tu portes la croix, mais bientôt, Je te rendrai tous tes droits ravis et ta liberté ! Rien ne rompra le lien qui nous unit. L’enfer a voulu te faire plier mais, je t’ai soutenu et tu ne te courberas pas.

    La Sainte Vierge passe au cou de l’auguste vieillard une belle petite croix.

    Toute ma peine, dit-elle, c’est de voir l’Eglise submergée sous l’iniquité dans tous les pays. Elle souffre de plus en plus. Quand viendra la délivrance, entre toutes les nations, je distingue la France. Je l’aime et c’est de la France que sa vie dépend ».

    « La Mère Immaculée vient près de la France coupable et lui dit par trois fois : « France, donne-moi ton cœur ». Celle-ci demeure sourde.
    « Te rappelles-tu, France ingrate et couverte de plaies hideuses, te rappelles-tu que tu avais promis à mon divin Fils de lui donner ton cœur ? » »

    ///////////////////////////////////////////////////////

    1878-03-09 :

    Jésus décrit le portrait de son vicaire : « Ce cher et digne représentant sera entré dans une nouvelle alliance pour soutenir ma sainte Eglise au fort de l’orage. Les peines, les tortures, le mépris, il recevra tout. On ira jusqu’à le conduire à la pierre du premier Pontife. On lui dira Renie ta foi ! Laisse-nous la liberté ! Mais sa Foi sera ferme et constante. C’est moi qui vous donnerai ce pontife. Priez pour lui qui doit voir sous ses yeux une révolution acharnée ! Jusqu’à la mort, sa main tiendra la Croix et ne la lâchera pas. Priez, je vous en supplie, priez ! Car la Foi et la Religion vont être foulées sous les pieds de ces malfaiteurs ».

    « Sa charge sera bien lourde. II faudra un homme fort comme une montagne, et un esprit point ordinaire pour soutenir cette révolution et ce carnage ».

    ///////////////////////////////////////////////////////

    1878-05-13 :

    Le 13 mai 1878 Pie IX dit à Marie-Julie : « Réparez vos armes, les meilleures sont la prière et la confiance. Les ennemis de mon successeur pousseront la haine jusqu’à le forcer d’apostasier, mais sa foi sera inébranlable. Il verra couler le sang des défenseurs de l’Eglise comme des ruisseaux ».

    ///////////////////////////////////////////////////////

    1878-09-29 :

    Jésus dit à Marie-Julie : « L’Eglise sera privée de son chef suprême qui maintenant la gouverne. Les vestiges du Saint Pontife présent doivent disparaître. L’empreinte de ses pieds au saint autel sera réduite en cendres par les flammes de l’enfer. Le chef de l’Eglise sera outrageusement outragé ».

    « On attentera fortement à sa vie et, s’il n’est pas martyr par la main des barbares, c’est que Dieu fera pour lui un éclatant miracle. (…) Jamais, jamais tempête n’aura été aussi forte contre aucun autre pontife. Il est déjà martyr avant de subir le martyre ; il souffre avant que l’heure n’ait sonné. Mais il offre sa personne et le sang de ses veines pour tous ses bourreaux et pour ceux qui attentent terriblement à sa vie. Que d’exils à souffrir ! »

    « L’auguste Pontife doit lui aussi souffrir toutes sortes de tourments. Vos voix ne seront-elles pas suppliantes pour celui qui sera dans les fers, entouré d’ennemis ? Ses fers seront bien plus pesants que ceux de l’auguste victime qui vient d’être moissonnée. Ils désireront sa mort puisqu’ils veulent la ruine de l’Église Catholique ».

    « L’Auguste Vicaire n’attend plus qu’un miracle, ainsi que tous ses enfants de la Foi. Sans ce Miracle, rien ne peut se faire, rien ne peut rentrer dans le jour de la paix profonde.  »

    Saint Michel annonce :
    « Jamais, jamais tempête n’aura été aussi si forte contre un autre Pontife. II est déjà martyr avant de subir le martyre ; il souffre avant que l’heure n’ait paru. Mais il offre sa Personne et le sang de ses veines pour tous ses bourreaux, et pour ceux qui attentent terriblement à sa vie. Que d’exils à souffrir ! ».

    « Le Seigneur voit tout le mal qui veut triompher, il voit Satan faire ses tentes sur la terre et rassembler ses amis pour achever le dernier effort de renversement. Jamais une époque ne fut si terrible, mais n’en soyez pas effrayés ! Je marcherai sur la ligne droite avec vous. Je marcherai de cette ligne de la France sur Rome avec mon épée flamboyante…
    Je viens exterminer les impies par ordre du Seigneur…
    Guerre au Christ et mort à l’Église ! voilà ce qu’ils chantent, les impies !
    Ce sont les justes qui prolongent l’existence des malheureux. Sans leurs prières, l’heure de Dieu ne serait plus suspendue.
    C’est le Saint Sacrifice de la Messe qui apaise la colère irritée du Seigneur ».

    « En marchant sur la France, dit saint Michel, nous accomplirons notre devoir. Quand la paix y sera rétablie (en France par l’arrivée du Roi) et le règne de Dieu commencé, nous marcherons sur Rome, puisque la France doit se dévouer à la défense du Saint-Siège »

    ///////////////////////////////////////////////////////

    1879-07-10 :

    « Mon peuple semble rentrer dans l’incrédulité… La religion, chaque jour, s’affaiblit. Bientôt elle sera désertée presque par toute la terre, mais elle régnera dans des âmes isolées… ».

    ///////////////////////////////////////////////////////

    1879-09-29 :

    Marie-Julie, stigmatisée portait sur la poitrine une inscription stigmatique en croix de Saint André :  » Délivrance du Saint Père. Triomphe de la Sainte Église.  »

    « Celui que l’exil réserve (Henri de la Croix) c’est lui qui marchera sur la Ville Eternelle, avec les braves combattants qui l’auront assisté. L’Auguste victime (le Pape, le lien de la foi) serait encore en prison avant que l’année ne soit à la moitié ».

    « L’auguste Pontife doit lui aussi souffrir toutes sortes de tourments. Vos voix ne seront-elles pas suppliantes pour celui qui sera dans les fers, entouré d’ennemis ? Ses fers seront bien plus pesants que ceux de l’auguste victime qui vient d’être moissonnée. Ils désireront sa mort puisqu’ils veulent la ruine de l’Église Catholique ».

    « Attendez-vous à tout… sans frayeur, ni abattement, ni dégradation de la Foi ».

    « L’Auguste Vicaire n’attend plus qu’un miracle, ainsi que tous ses enfants de la Foi. Sans ce Miracle, rien ne peut se faire, rien ne peut rentrer dans le jour de la paix profonde.  »

    Saint Michel :
     » Le Seigneur voit tout le mal qui veut triompher, il voit Satan faire ses tentes sur la terre et rassembler ses amis pour achever le dernier effort de renversement. Jamais une époque ne fut si terrible, mais n’en soyez pas effrayés ! Je marcherai sur la ligne droite avec vous. Je marcherai de cette ligne de la France sur Rome avec mon épée flamboyante…

    Je viens exterminer les impies par ordre du Seigneur…

    Guerre au Christ et mort à l’Église ! voilà ce qu’ils chantent, les impies !

    Ce sont les justes qui prolongent l’existence des malheureux. Sans leurs prières, l’heure de Dieu ne serait plus suspendue.

    C’est le Saint Sacrifice de la Messe qui apaise la colère irritée du Seigneur ».

    //////////////////////////////////////////////////////

    1880-05-04 :

    « Pendant la douleur qui fera fuir les habitants de la Ville éternelle, plusieurs ministres du Seigneur, désirant mourir pour la Foi, se réfugieront dans un Temple qui ne touche pas le sanctuaire du Vatican, mais qui en est le plus rapproché et à sa droite. Sous leurs yeux demeurera un Crucifix de moyenne grandeur.

    Des cinq Plaies du Crucifix jailliront, à la fois, cinq flots de sang. Ce Sang jaillira si fort que deux Anges, dont la forme ne sera pas vue, le recueilleront dans deux calices qui seront vus, entourés d’une auréole.

    Je vois aussi que les chaînes de Saint Pierre seront portées invisiblement et miraculeusement, au Christ qui laissera jaillir Son Sang. Ce miracle se fera pour toucher les cœurs impies, et desserrer un moment les liens du Père Commun des fidèles, qui sera sous les coups de ces cœurs sans pitié.

    Les deux calices, où le Sang du Sauveur aura été recueilli, seront déposés, par les Anges, sur le grand Autel où le Saint-Père célèbre chaque jour le Saint Sacrifice. Personne ne pourra gravir les marches de cet Autel.

    À une heure de la nuit, heure de l’Agonie au jardin des Olives, le Père des fidèles, pieds nus et accompagnés d’apôtres qui l’aiment et qui sont aimés de lui, par privilège, montera à l’Autel où se trouvent les deux calices.

    Il ne pourra gravir ces marches, sans verser un torrent de larmes et sans être saisi d’un infini respect. Cet Autel sera le sien, comme Il fut celui de Pie IX… Il verra, écrit dans le Sang du calice de gauche : « Courage, très Auguste Pontife, le sang des Français, qui sont aussi tes enfants, vient s’offrir jusqu’à la mort pour ta défense ».
    Je vois le saint Pontife boire une goutte de Sang, de l’autre calice, de celui où il n’y a rien d’écrit.
    Ce Sang le rendra conforme à son Sauveur mourant en Croix ».

    ///////////////////////////////////////////////////////

    1880-06-28 :

    « En ces années, dit Satan, je ferai beaucoup de révélations. Il sera impossible de démasquer mon langage. J’imiterai trop bien toutes les paroles du Christ et Ses révélations. En chargeant ces âmes, je veux perdre beaucoup de prêtres pieux, les égarer profondément dans toutes ces choses. Je veux en perdre aussi beaucoup qui ne sont pas prêtres. Si je ne parviens pas à perdre ces âmes, je perdrai au moins leur réputation ; je les ferai charger de lourdes calomnies ; je les ferai dénoncer jusque devant les conseils des lois humaines ».

    ///////////////////////////////////////////////////////

    1880-07-07 :

    « L’Église sera privée de son Chef qui la gouverne maintenant. Les vestiges du saint Pontife présent doivent disparaître. L’empreinte de ses pieds au saint autel sera réduite en cendres par les flammes de l’enfer. Le chef de l’Église sera outrageusement outragé ! »

    ///////////////////////////////////////////////////////

    1880-08-10 :

    « Le nouveau et saint Pontife sera encore bien plus menacé que celui que Dieu aura cueilli. On attentera fortement à sa vie et s’il n’est pas martyr de la main des barbares, c’est que Dieu fera pour lui un éclatant miracle.

    Jamais, jamais tempête n’aura été aussi forte contre aucun autre Pontife ! Il est déjà martyr avant de subir le martyre ; il souffre avant que l’heure n’ait paru. Mais il offre sa personne et le sang de ses veines pour tous ses bourreaux et pour ceux qui attentent terriblement à sa vie. Que d’exils à souffrir !

    Si le Martyr prisonnier fait appel par la voix de ses amis et défenseurs, il sera défendu, sous peine de mort, qu’aucun de ce royaume ne vole à son appel… Le Seigneur va souffrir Lui-même une seconde Passion… Mais cette seconde Passion – il n’y en a qu’une seule pour Lui – ce sera une Passion pour ceux qui Le remplacent et Le représentent. Pour les âmes Il laisse faire ce qui a été, autrefois, fait pour Lui ; ce sera une Passion pour ceux qui commandent d’une digne autorité.., pour tous ceux qui viennent après la Victime enchaînée dans les chaînes de Pierre, martyr pour la cause du Seigneur.

    Toutes les autorités devront subir cette Passion sur leur siège paternel… Ils devront prendre la fuite pour se dérober aux poursuites acharnées, poursuites féroces. L’Église doit voir son Chef sous la haine vengeresse… Le temple de Dieu doit être désert. Au commencement les ministres du Seigneur pourront, malgré les menaces, obéir aux lois de leur saint ministère. Ce sera de force qu’ils seront traînés hors du Temple. Puis l’ordre viendra de s ‘enfuir rapidement.

    La vengeance de l’enfer fera monter aux autels les plus infâmes de tous les hommes. Ils prendront la place des vrais serviteurs du Seigneur. Tout sera contre la Foi et contre les lois saintes dans leurs cérémonies. La loi obligera les parents à laisser pervertir leurs enfants… Ces sacrilèges dureront 44 jours… Beaucoup de chrétiens subiront le martyre. Ces forfaits seront suivis, de près, de la vengeance du Seigneur ».

    ///////////////////////////////////////////////////////

    1880-11-04 :

    « Marie-Julie nous décrit le martyre du Pape :
    – La voix de l’Eglise, dans un soupir voilé, vient faire retentir aux portes de mon âme brisée l’écho de sa voix mourante. Le Pontife suprême lance une parole agonisante vers son peuple, vers les enfants dont il est le Père. C’est un glaive pour mon âme… – Je vois de blancs oiseaux emporter dans leur bec son sang et des lambeaux de sa chair.
    – Je vois la main de Pierre percée par le clou comme celle de Dieu.
    – Je vois ses vêtements de cérémonie arrachés en lambeaux.
    – Je vois tout cela dans mon Soleil mystique. Oh ! Que je souffre ! »

    ///////////////////////////////////////////////////////

    1880-01-11 :

    « Bientôt il n’y aura plus d’étables, plus de berceaux, plus d’églises vivantes : l’Eglise n’aura plus sa voix, qui, aujourd’hui encore, parle bien haut. Le lien de la Foi (le Pape) boira bientôt dans l’exil l’amertume d’un long et douloureux martyre. Son cœur saisi d’angoisse ne vivra, pour ainsi dire, plus dans sa personne ; il offrira tout pour ses enfants, pour son troupeau et pour son Eglise infaillible ».

    ///////////////////////////////////////////////////////

    1881-01-18 :

    « Le Roi aidera le Pape à vaincre les hérésies et les fausses religions. Le triomphe de l’Église et de son Chef, le triomphe du Roi convertiront un grand nombre d’infidèles.  » Dans Ma Sagesse Éternelle, J’ai le dessein de réserver un nombre immense de Juifs, car, au jour de Ma réjouissance Je veux les confondre…

    Je veux que ce peuple voit Ma Puissance ».

    ///////////////////////////////////////////////////////

    1881-01-25 :

    « La pauvre Ville Éternelle sera livrée, pendant trois ans et demi, à une terreur continuelle ».

    ///////////////////////////////////////////////////////

    1881-02-03 :

    « Le vrai Pontife délèguera ses envoyés à La Fraudais ».

    ///////////////////////////////////////////////////////

    1881-05-04 :

    Dans l’extase du 4 mai 1880, nous trouvons un exemple de la Présence constante de Jésus auprès de Ses Justes, de ceux qui souffrent persécution pour Son Royaume de justice, et le rappel de la valeur fondamentale pour l’Église du Saint Sacrifice de la Messe, du Crucifix, du Précieux Sang comme Bouclier et comme Arme contre les forces du Mal, des cinq Plaies comme  » mémoire de l’infinité de la faute, lavée dans l’infinité de la douleur, par l’infinité de l’amour.  » On y voit aussi la vigilance des Saints Anges et leur amour du Saint Sacrement.

    « Pendant la douleur qui fera fuir les habitants de la Ville éternelle, plusieurs ministres du Seigneur, désirant mourir pour la Foi, se réfugieront dans un Temple qui ne touche pas le sanctuaire du Vatican, mais qui en est le plus rapproché et à sa droite. (Église du Transtevere ?) Sous leurs yeux demeurera un Crucifix de moyenne grandeur.

    Des cinq Plaies du Crucifix jailliront, à la fois, cinq flots de sang. Ce Sang jaillira si fort que deux Anges, dont la forme ne sera pas vue, le recueilleront dans deux calices qui seront vus, entourés d’une auréole.

    Je vois aussi que les chaînes de Saint Pierre seront portées invisiblement et miraculeusement, au Christ qui laissera jaillir Son Sang. Ce miracle se fera pour toucher les cœurs impies, et desserrer un moment les liens du Père Commun des fidèles, qui sera sous les coups de ces cœurs sans pitié.

    Les deux calices, où le Sang du Sauveur aura été recueilli, seront déposés, par les Anges, sur le grand Autel où le Saint-Père célèbre chaque jour le Saint Sacrifice. Personne ne pourra gravir les marches de cet Autel.

    À une heure de la nuit, heure de l’Agonie au jardin des Olives, le Père des fidèles, pieds nus et accompagnés d’apôtres qui l’aiment et qui sont aimés de lui, par privilège, montera à l’Autel où se trouvent les deux calices.

    Il ne pourra gravir ces marches, sans verser un torrent de larmes et sans être saisi d’un infini respect. Cet Autel sera le sien, comme Il fut celui de Pie IX…

    Il verra, écrit dans le Sang du calice de gauche :

    « Courage, très Auguste Pontife, le sang des Français, qui sont aussi tes enfants, vient s’offrir jusqu’à la mort pour ta défense ».

    Je vois le saint Pontife boire une goutte de Sang, de l’autre calice, de celui où il n’y a rien d’écrit.

    Ce Sang le rendra conforme à son Sauveur mourant en Croix ».

    ///////////////////////////////////////////////////////

    1882-01-01 :

    « Notre-Seigneur me dit encore que le martyre du deuxième Lien de la Foi serait encore plus pénible que celui du premier ; qu’il aurait les pieds et les mains fixés à la large pierre du mur du Vatican et qu’il resterait pendant cinq jours fixé à ce mur, rassasié d’insultes, les deux jambes coupées par les deux genoux, les deux bras coupés, non par la jointure du coude, mais par le milieu du bras près du poignet ; que sa poitrine serait ouverte avec une férocité que les animaux n’ont pas dans leur rage la plus envenimée ; que la tête du troisième Lien de la Foi serait placée au bout d’une barrière de fer et plantée à la porte de la grande Basilique de Saint Pierre et insultée, comme jamais temple n’a vu insulte pareille ; que son corps sera jeté à la rivière qui passe un peu au dessus du Vatican et qu’il sera retrouvé sain et sauf au pied d’une pierre du fleuve qui se trouve à droite en marchant vers le midi de cette terre au dessus du Vatican ».

    ///////////////////////////////////////////////////////

    1882-05-15 :

    « La Mère de Dieu, poussée par l’amour de son cœur, va redescendre sur la terre, apparaissant à son peuple d’une façon qui sera sans mesure».

    ///////////////////////////////////////////////////////

    1882-05-16 :

    « L’ennemi de Dieu (Archel de la Torre ?) traversera la Perse et les autres royaumes et montera pour un an, sur le malheureux siège de celui qui fera trancher la tête des apôtres et qui fera un martyr de celui qui soutient l’Église et la Foi.

    La voix dit que l’Église restera vacante de longs mois. Elle ajoute : le troisième Pape sera plus saint, mais ne régnera que trois ans avant que Dieu ne l’appelle pour la récompense ».

    ///////////////////////////////////////////////////////

    1882-05-26 :

    « Ce n’est pas un pasteur du Centre qui aura l’insigne honneur de couronner de gloire le Roi, l’héritier qui aura mérité de gouverner sa patrie. Ce pasteur sera jeune ; ses 45 ans ne seront pas sonnés. Il viendra du diocèse d’Aix. Les pasteurs qui gouvernent aujourd’hui les diocèses ne seront plus sur leur siège épiscopal… Le glorieux et digne enfant de Dieu qui sacrera le vrai Roi, sur les ruines du Centre, quand la terre sera bien désertée, viendra d’assez loin ».

    ///////////////////////////////////////////////////////

    1882-06-06 :

    « (Au cours de la première moitié de la troisième année) Les serviteurs les plus proches du Pape oseront souiller leur dignité par des articles honteux et se faire, pour la sauvegarde de leur vie, meurtriers et bourreaux du Pauvre Martyr, dont la vue des maux soulevés sur Rome éteint les forces et abrègent d’avantage le martyre.

    Depuis trois semaines ses souffrances redoublent : maintenant il entrevoit et il ressent le coup définitivement porté à l’Église, à sa personne et à la terre qu’il habite. Il ne verra pas la fin de la persécution ; celui qui le remplacera ne la verra pas non plus ; le troisième vivra longtemps, mais il sera difficile à trouver au milieu de tant de décombres ».

    ///////////////////////////////////////////////////////

    1882-07-20 :

    L’heure d’annoncer :

    « Au jour décidé pour que mes écritures soient envoyées à tous mes serviteurs et à mes victimes, pour leur indiquer mon heure et l’heure du miracle, à cet appel, rien ne les retiendra.

    Je protégerai et garderai ceux qui seront obligés d’attendre un peu de temps avant de trouver refuge sous l’arbre divin de la Croix (les croix d’amour).

    L’heure sera envoyée à toute la famille de la Croix dont le destin est d’être protégée. Cette heure viendra avant que les voies de la terre soient fermées (nous ne pourrons plus circuler), avant que l’ennemi ne soit embarqué sur l’étendue de la France entière pour la conquérir et la faire périr.

    Je vais donner à mes chers serviteurs et victimes la réelle description de la croix qu’ils devront porter. Ils vivront comme les missionnaires de ma parole divine, les Pères de la Croix…

    Je désire que mes serviteurs, servantes et jusqu’aux petits enfants puissent aussi se revêtir d’une croix. Cette croix sera plus petite et portera en son milieu comme l’apparence d’une petite flamme blanche. Cette flamme indiquera qu’ils sont fils et filles de la lumière.

    Le mal inévitable s’avance. Bientôt la terre entière ne sera plus que sous la pluie des châtiments terribles de ma Justice. Le bien sera au tombeau et le mal élevé sur le sommet des montagnes pour attester son triomphe ».

    ///////////////////////////////////////////////////////

    1882-09-05 :

    « Le moment le plus éclatant sera celui où les ministres chrétiens, qui s’étaient tous dispersés sous la dent des tigres, reviendront par d’affreux chemins, pour le jour solennel. Parmi les ministres du Seigneur, amis du Roi, je n’ai vu que 4 évêques… »

    ///////////////////////////////////////////////////////

    1882-09-29 :

    « Dès que la France sera délivrée, l’épreuve de Rome commencera 5 mois après la paix rétablie en France par le Roi Henri de la Croix, une révolution sans précédent éclatera à Rome… L’affreuse guerre d’Italie sera longue, elle durera plus de deux ans… L’Église aura son siège vacant de longs mois… (…) Il y aura deux antipapes successifs qui régneront tout ce temps-là sur le Saint-Siège… »

    ///////////////////////////////////////////////////////

    1882-10-12 :

    « En plusieurs villes de France, se tiendront des réunions de pasteurs très nombreux, au sujet d’un appel fait par une loi impie et coupable.

    Parmi ces nombreux apôtres de la France, je n’en compte que trois qui seront absolument dignes et qui se déclareront pour le côté que je préfère, pour le côté que je veux, malgré la grande opposition des hommes.».

    ///////////////////////////////////////////////////////

    1882-11-07 :

    « La foudre gronde autour du Vicaire de Jésus-Christ.

    Une assemblée de pères de l’Eglise formera ses conseils contre le Père de l’Univers. Il sera remis, aux mains du gouverneur dont dépend le Saint-Père, une pièce écrite et travaillée par des mains qui, bien des fois, auront touché le corps du Christ.

    Cette pièce écrite comprendra trois choses :

    La première sera celle-ci :

    Que le Pape laisse une liberté plus grande à ceux sur qui il règne avec son autorité de Pontife.

    Et voici la seconde :

    Nous nous sommes réunis, diront-ils, et nous avons été d’avis que si le chef mortel de l’Eglise fait appel à son clergé romain pour reformer la foi plus forte ; si l’on veut nous obliger à répondre, si l’on déclare, à la face des puissances de la terre, qu’il doit y avoir obéissance et soumission, nous déclarons vouloir garder notre liberté.

    Nous nous considérons comme libres de ne rien faire de plus aux yeux du peuple, que ce que nous faisons actuellement et que c’est nous qui ferons tout.

    Une douleur amère et déchirante attend le Pape, devant l’insoumission et la désobéissance qui répondront à l’appel de son cœur. Ce ne sera pas de vive voix qu’il aura fait cet appel, mais par écrit.

    La voix de la Flamme déclare que la troisième chose écrite fera frémir le petit peuple de la terre. Elle proviendra du clergé qui aspire à la large liberté : du clergé de France, de ceux d’Italie, de Belgique et de bien d’autres nations que Dieu fera Connaitre. Ceci ira s’aggravant devant le peuple qui pourra s’assurer du signe de sa colère.

    Un appel prochain va jeter la consternation dans les cœurs où règne encore la foi. On veut briser l’Unité entre le Saint-Père et les prêtres de l’Univers, les séparer du Chef de l’Eglise, afin que chacun demeure libre de soi, et sans aucune surveillance.

    En plusieurs coins du Centre, une feuille de papier sera fixée sur les murs des rues et au bord des grandes routes sur lesquelles le peuple circule. Cette affiche ne portera mention que de cette désunion et de cette séparation des apôtres de Dieu d’avec l’unité avec le Pape.

    Ensuite, le peuple sera invité à prêter concours et accord à l’autorité si coupable de ce temps ».

    ///////////////////////////////////////////////////////

    1896-09-19 :

    « Rappelez-vous mes graves paroles sur la montagne de la Salette. Le prêtre n’est plus humble et n’est plus respectueux… ».

    ///////////////////////////////////////////////////////

    1922-01-27 :

    Marie-Julie Jahenny prononce cette prière à la Croix :
    « Je te salue, je t’adore, je t’embrasse, ô Croix adorable de mon sauveur. Protège-nous, sauve-nous. Jésus t’a tant aimée, à son exemple, je t’aime. Par ta sainte image, calme nos frayeurs. Que je ne ressente que paix et confiance ».

    ///////////////////////////////////////////////////////

    1922-11-24 :

    Notre Dame Annonce :
    « Je ne quitterai mon voile de deuil qu’au beau matin de l’aurore de la paix, où mon sol sera purifié, où mes justes chanteront le  » Te Deum  » d’action de grâces pour la période du temps de paix, marqué par la divine Volonté. Il peut monter ce temps encore, jusqu’à 40, mais pas beaucoup plus ».

    ///////////////////////////////////////////////////////

    1937-01-01 :

    « Les hommes n’ont pas écouté les paroles prononcées par ma très Sainte Mère à Fatima. Malheur à ceux qui n’écoutent pas maintenant mes paroles.

    Les hommes n’ont pas compris le langage de la guerre. Beaucoup d’hommes vivent dans le péché, le plus souvent dans le péché d’impureté.
    Malheur à ceux qui séduisent les innocents.

    Vous ne devez pas en vouloir à ceux qui ne veulent pas croire, car ils ne savent pas ce qu’ils font. Mais malheur à ceux qui se permettent de juger avant de s’être informer.

    Les apparitions fréquentes de ma bonne Mère sont l’œuvre de Ma Miséricorde. Je l’envoie, par la force du Saint-Esprit, pour prévenir les hommes, et pour sauver ce qui est à sauver… Je dois laisser arriver cela, sur le monde entier, afin que soient sauvées beaucoup d’âmes qui, sans cela, seraient perdues. Pour toutes les croix, pour toutes les souffrances et pour tout ce qui surviendra encore de plus terrible, vous ne devez pas maudire, mais remercier mon Père du ciel.

    C’est l’œuvre de Mon Amour. Vous ne le connaîtrez que plus tard… je dois venir dans Ma Justice, parce que les hommes n’ont pas reconnu le temps de Ma Grâce. La mesure du péché est comble, mais à Mes fidèles il n’arrivera aucun mal.

    Je viendrai sur le monde pécheur, dans un terrible roulement de tonnerre, par une froide nuit d’hiver. Un vent du sud très chaud précédera cette tempête, et de lourds grêlons fouilleront la terre.
    D’une masse de nuages rouge-feu, des éclairs dévastateurs zigzagueront, enflammant et réduisant tout en cendre. L’air se remplira de gaz toxiques et de vapeurs mortelles qui, en cyclones, arracheront les œuvres de l’audace, de la folie et de la volonté de puissance de la « Cité de la Nuit ».

    Le genre humain devra reconnaître qu’au-dessus de lui se trouve une volonté qui fera tomber, comme une maison de cartes, les plans audacieux de son ambition. L’ange destructeur anéantira pour toujours la vie de ceux qui auront dévasté Mon Royaume.

    Vous, âmes qui profanez le Nom du Seigneur, gardez-vous de vous moquer de Moi ; gardez-vous du péché contre l’Esprit !

    Lorsque l’Ange de la Mort fauchera la mauvaise herbe, avec le glaive tranchant de Ma Justice, alors l’enfer se jettera avec colère et tumulte sur les justes et, avant tout, sur les âmes consacrées, pour essayer de les anéantir par une terreur effroyable.

    Je veux vous protéger, mes fidèles, et vous donner les signes qui vous indiqueront le commencement du Jugement :

    QUAND, PAR UNE FROIDE NUIT D’HIVER, LE TONNERRE GRONDERA A FAIRE TREMBLER LES MONTAGNES, ALORS FERMEZ TRES VITE PORTES ET FENETRES… VOS YEUX NE DOIVENT PAS PROFANER LE TERRIBLE EVENEMENT PAR DES REGARDS CURIEUX… REUNISSEZ-VOUS EN PRIERES DEVANT LE CRUCIFIX. PLACEZ-VOUS SOUS LA PROTECTION DE MA TRES SAINTE MERE… NE LAISSEZ AUCUN DOUTE S’INSTALLER EN VOUS, AU SUJET DE VOTRE SALUT : PLUS VOUS SEREZ CONFIANTS, PLUS SERA INVIOLABLE LE REMPART DONT JE VEUX VOUS ENTOURER. BRULEZ DES CIERGES BENITS, RECITEZ LE CHAPELET.

    PERSEVEREZ TROIS JOURS ET DEUX NUITS. LA NUIT SUIVANTE, LA TERREUR SE CALMERA. APRES L’HORREUR DE CETTE LONGUE OBSCURITE, AVEC LE JOUR NAISSANT, LE SOLEIL PARAITRA DANS SA LUMIERE ET SA CHALEUR.

    Ce sera une grande dévastation. Moi, votre Dieu, J’aurais tout Purifié. Les survivants devront remercier la Sainte Trinité de leur protection. Magnifique sera Mon Royaume de Paix et Mon Nom sera invoqué et loué, du lever au coucher du soleil.

    Priez, priez, priez, convertissez-vous et faites pénitence. Ne dormez pas comme mes disciples au jardin des oliviers, car je suis très proche. La colère du Père envers le genre humain et très grande. Si la prière du Rosaire et l’offrande du Précieux Sang n’étaient si agréables au Père, il y aurait déjà sur terre, une misère sans nom. Mais ma Mère intercède auprès du Père, de Moi-Même et du Saint-Esprit. C’est pour cela que Dieu se laisse attendrir. Remerciez donc ma Mère de ce que le genre humain vive encore. Honorez-la avec un respect d’enfant -je vous en ai donné l’exemple- car elle est Mère de Miséricorde.

    N’oubliez jamais de renouveler continuellement l’offrande du Précieux Sang. Ma Mère me supplie inlassablement et, avec elle, beaucoup d’âmes pénitentes et expiatrices. Je ne peux rien lui refuser. C’est donc grâce à ma Mère, et à cause de mes élus, que ces jours seront raccourcis.

    Soyez consolés, vous tous qui honorez mon Précieux Sang, il ne vous arrivera rien.

    J’inspirerai à mon Représentant de mettre continuellement en honneur le sacrifice de mon Précieux sang et la vénération de ma Mère…

    Quelques-uns de mes prêtres voudraient-ils être plus pape que le pape ? Ils me crucifieront, car ils retarderont l’œuvre de ma Mère. Priez beaucoup pour les préférés de mon Cœur, les prêtres. Un temps viendra où mes prêtres aussi comprendront tout cela…

    Quand vous verrez l’aurore apparaître, sachez que ce sera le signe d’une guerre prochaine.
    Quand la lumière sera de nouveau visible, alors ma Mère se tiendra debout, devant le soleil couchant, pour prévenir les bons que le temps est là. Les méchants verront un animal effrayant, et crieront, épouvantés et désespérés ; mais il sera trop tard. Je sauverai beaucoup d’âmes (pour l’autre vie).

    On est déçu parce que beaucoup de ce que j’avais ordonné d’annoncer pour inviter les hommes à se convertir n’est pas encore arrivé. On croira pouvoir outrager des âmes élues parce que, À cause d’elles, j’aurai retardé un peu le terrible évènement. Si, dans ma bonté et à cause des expiations qui me sont offertes, Je retarde le désastre, Je ne le supprime pas. Cela ne dépend pas du jugement des hommes ignorants. Dois-je encore, moi-même, rendre des comptes à ceux qui ne veulent rien savoir ?

    Alors que le monde se croira en sûreté, je viendrai comme un voleur dans la nuit. Comme l’éclair, je suis là.

    C’est encore le temps de mon immense miséricorde, pour donner le temps de se repentir. Soyez prêts, en état de grâce, alors vous serez en sécurité sous ma protection et celle de ma Mère » ».

    ///////////////////////////////////////////////////////

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s