L’énigmatique pape Jean XXIII ou la date du règne de Dieu sur terre :

.

Angelo Giuseppe Roncalli (1881-1963) nait à Sotto il Monte (village de la campagne de Bergame en Lombardie) comme quatrième enfant mais premier fils d’une famille qui en contenait 14. 

Pourtant ses parents étaient métayers de milieu pauvre. Il est ordonné prêtre en 1904. Puis nommé secrétaire de Mgr  Giacomo Radini-Tedeschi, le nouvel évêque de Bergame, connu pour son soutien au monde ouvrier, en particulier lors des grèves de 1909. En 1915, il est comme sergent de l’armée royale italienne, incorporé dans le service de santé des armées. Après la guerre, on lui propose de travailler au Vatican. Sa réponse fut déjà bien caractéristique de sa personnalité « Je suis un homme capable de peu. J’écris très lentement. Paresseux de nature, je me laisse facilement distraire dans mon travail ». Il est néanmoins nommé par Benoit XV dans ce qui deviendra la Congrégation pour l’évangélisation des peuples. Là il reste proche des milieux qui souhaitent une alliance de la démocratie chrétienne avec les antifascistes. Mais en 1925, Pie XI l’envoie évêque en Bulgarie. Puis en 1935, archevêque, on le réaffecte à Istanbul comme délégué apostolique en Turquie et en Grèce jusqu’en 1944.

http://www.youtube.com/watch?v=Jlx4sRHMx-s

http://www.youtube.com/watch?v=Ibqa0SacrCI&feature=endscreen&NR=1

Sur un plan diplomatique, il joue un rôle important pour le sauvetage des réfugiés d’Europe centrale vers la Palestine pendant la guerre, des victimes du nazisme, juifs, surtout mais aussi membres du clergé venus de toute l’Europe et particulièrement de Hongrie et de Bulgarie. Prévenu dès septembre 1940 des persécutions nazies par l’arrivée de réfugiés polonais, il fait distribuer des permis gratuits d’émigration par la délégation apostolique en particulier vers la Palestine sous mandat britannique, des certificats de baptêmes temporaires et des sauf-conduits, ainsi que des vivres et vêtements en s’appuyant sur la Croix Rouge locale. Il envoie une lettre au roi Boris III de Bulgarie pour qu’il désapprouve la déportation de 25 000 Juifs de Sofia.  Il aide le rabbin Yitzhak HaLevi Herzog  à alerter le Vatican pour sauver les juifs de Moldavie. Ces gestes pour ceux qu’il nomme les « cousins et compatriotes de Jésus » auraient sauvé de 24 000 à 80 000 Juifs, ce qui justifie pour la fondation internationale Raoul Wallenberg de demander son inscription comme juste entre les nations.

En 1944, quand le général De Gaulle souhaite voir remplacer, le nonce apostolique en France Mgr Valerio Valeri, car trop marqué par les années Pétain,  Pie XII choisit Roncalli pour cette mission. Schuman et De Gaulle le tiendront en haute estime pour sa francophilie, sa tolérance et sa bonhommie teintée d’humour (attribuant par exemple à la pluie le rétrécissement de la jupe d’une interlocutrice !). En 1953, il revient en Italie, pour être à 72 ans, patriarche de Venise, puis il sera nommé cardinal par Pie XII. Comme ce pape, il condamnera en 1957 « l’impérialisme, le marxisme, la démocratie progressiste, la franc-maçonnerie et la laïcité »

Le 28 octobre 1958, il est élu pape et crée une première surprise en choisissant de s’appeler « Jean XXIII » (en latin Ioannes XXIII), un nom abandonné depuis le XIVè siècle. Il convoquera le 2nd concile œcuménique du Vatican (1962-65) appelé aussi Vatican II, avant de décéder d’un cancer le lundi de la Pentecôte (3 juin 1963).

À l’ouverture en janvier 2001 du triple cercueil en sapin, chêne rouvre et plomb où il reposait, son corps est découvert en excellent état de conservation, sans doute conséquence de l’intervention, quelques heures après sa mort, d’un expert en traitement des cadavres, Gennaro Goglia.  Complété d’un masque de cire, il repose depuis lors, dans un cercueil de cristal sous l’autel de la chapelle Saint-Jérôme de la basilique Saint Pierre.

http://prayerstanthony.wordpress.com/2010/12/29/messenger-of-saint-anthony-pope-john-%E2%80%93-incorrupt/

.

Un des principaux reproches lancés contre lui, est d’avoir été initié à une société secrète.

Est-ce vrai ? Peut être que oui, et y en aurait-il de bonnes ? Ce qui nous laisse toutefois perplexe, ce sont ses prophéties écrites en 1935, alors qu’il n’était que nonce apostolique en Turquie :

http://www.marie-julie-jahenny.fr/propheties-du-pape-jean-xxiii.htm#Introduction

Certaines ont déjà été confirmées par les événements. Mais d’autres restent inexpliquées ou réservées à plus tard. Car que penser de celles-ci ?

« Toujours plus nombreux les signes. Les lumières dans le ciel seront rouges, bleues, vertes, rapides. Elles augmenteront. Quelqu’un vient de loin, veut rencontrer les hommes de la Terre. Il y a déjà eu des rencontres. Mais qui a vu vraiment s’est tu. Si une étoile s’éteint, elle est déjà morte. Mais la lumière qui approche est quelqu’un qui est mort et qui revient. Un seul réussira à parler, juste à temps avant de mourir. Il dira les noms de qui a tué, il révèlera leurs signes secrets. Et le monde entier se lèvera contre le jeu des puissants, la fraternité secrète des puissants qui préparait l’esclavage des peuples. Les rares chefs honnêtes sauront s’unir, les coupables seront renversés. S’affronteront croissant de lune, étoile et croix (musulmans, juifs et chrétiens ?). Derrière eux, les corbeaux de la faim, de la famine, de la peste. Où croyez-vous fuir, maintenant que vous avez détruit les églises et tué le dernier Père? Attendez le signe de Jean. L’agneau est prêt. Avant l’ultime lumière, les pasteurs auront reconnu le signe. Tous parleront la même langue. Le règne de Dieu arrive sur terre, sa cité se dresse même pour qui ne l’a pas voulue. Ouvrez votre cœur au lys. La voix sera puissante, annoncée par les trompettes. Il y a vingt siècles plus l’âge du Sauveur. »

 

Cette dernière précision est souvent interprétée comme désignant l’année 2033, parce que Jésus est mort à 33 ans; mais l’expression « âge du Sauveur » n’implique pas obligatoirement qu’il s’agisse de la date de son décès.

De plus, dans le nouveau livre du pape Benoit XVI, « L’enfance de Jésus », publié le 21 novembre 2012, il est possible d’établir clairement que la naissance de Jésus remonte à 6 ou 7 années avant la date officiellement reconnue.

http://www.la-croix.com/Religion/S-informer/Actualite/Le-pape-publie-un-livre-sur-l-enfance-de-Jesus-_NG_-2012-11-20-878009

Le pape s’appuie même sur les calculs de l’astronome Kepler, mais aussi sur des considérations plus astrologiques : « La grande conjonction de Jupiter et de Saturne dans le signe zodiacal des Poissons en 6-7 avant J.-C. semble être un fait vérifié. Elle pouvait orienter des astronomes du milieu culturel babylonien et perse vers le pays de Juda, vers un « roi des juifs » écrit Benoît XVI, faisant référence aux rois mages et à leur voyage vers Bethléem.  Donc selon le pape, Jésus serait décédé soit en l’an 26 ou 27 et non en l’an 33.  Le règne de Dieu sur terre est donc prévu en 2026 ou 2027. Reste à être sûr que l’on parle là, de la date de son décès !

.

En l’an 2026 ou 2027 viendra donc le Jugement. Celui que tout chrétien attend et demande dans « le Notre Père », la prière donnée par Jésus : « Notre Père, qui êtes aux cieux, que votre nom soit sanctifié, que votre règne arrive, que votre volonté soit faite sur la terre comme au ciel… »

Mais pourquoi donc Vatican II a-t-il demandé à ce que les chrétiens, dans leurs prières, tutoient Dieu et non pas la Vierge Marie : « Je vous salue Marie, pleine de grâce…. » ?

Si le nom de Dieu doit être sanctifié, ne mérite-t-il pas un certain respect ? Le vouvoiement ne serait-il pas de mise ?

D’autre part, Joseph Ratzinger aborde la question difficile de la naissance virginale de Jésus, « s’agit-il là  d’ un mythe ou d’une vérité historique ? ». Bien entendu, il repousse fermement les parallèles qui ont pu être faits par exemple avec la génération divine des pharaons. « La comparaison de ces récits mythiques avec l’Évangile ne tient pas », affirme-t-il. Pourtant n’est-ce pas ce que certains courants franc-maçonniques essayent de nous faire croire ?

Ce qui est sûre, la lutte entre l’église et eux continue. Il suffit d’écouter les nouvelles des médias alignés pour comprendre qu’ils ne sont que langues de vipères, comme ici à 050 :

http://videos.tf1.fr/infos/2012/quand-jesus-est-il-vraiment-ne-7677000.html

.

Reste  à fêter Noël le 25 décembre, même si cette date, fixée au début du VIè siècle par le moine Denys le Petit,  et qui est censée marquer le début de notre ère, n’est peut être que purement symbolique ! (voir à partir de 14 mn)

http://www.youtube.com/watch?v=KK4tCWGCrSg

Les deux récits de l’enfance de Jésus, de Matthieu et Luc indiquent que la naissance de Jésus eut lieu sous le règne du roi Hérode le Grand (roi de Judée). Sans doute, mais certainement, comme de nombreux historiens l’estiment, dans les dernières années de son règne, en -4 !

La date de la mort d’Hérode peut être déterminée en utilisant les informations apportées à la fin du premier siècle par l’historien juif Flavius Josèphe (37 ?-100 ?), les annales romaines, et des données astronomiques. Selon Flavius Josèphe, Hérode est nommé roi par les Romains sous le consulat de Calvinus et Pollio en -40, et élimine son rival Antigone II Mattathiah sous celui d’Agrippa et Gallus en -37. Il règne pendant 37 années après sa nomination par les Romains, et 24 après la mort d’Antigone II Mattathiah. Suivant la façon dont Josèphe compte les années, entières ou pas, cela mène à -4 ou -3. Mais Josèphe mentionne une éclipse de Lune peu avant la mort d’Hérode. Il y en a eu qui étaient visibles depuis la Palestine le 15 septembre -5, et le 13 mars -4, mais aucune en -3 ni en -2. Schürer, théologien protestant, en conclut qu’Hérode est mort un peu après l’éclipse du 13 mars -4.

En fait, toute cette histoire ne nous démontre-t-elle pas que les papes, s’ils gardent les pieds sur terre, leurs têtes restent dans les étoiles ?

.

croix gif

Publicités

65 commentaires sur “L’énigmatique pape Jean XXIII ou la date du règne de Dieu sur terre :

  1. Anne dit :

    On sait que le Telethon se permet d’offrir des salaires mirobolants à son équipe de management ! Et ce n’est pas tout :

    http://www.plumedepresse.net/le-scandale-du-telethon/

    Donc pour des raisons éthiques, et conformes à l’enseignement de l’Eglise, l’abbé Airaud, curé de Parthenay (dans le diocèse de Poitiers), a refusé que deux églises de sa paroisse accueillent des concerts ouvertement au profit du Téléthon.

    Des gens dits « bien intentionnés » ont immédiatement informé le « Courrier de l’Ouest » qui en a fait sa première page samedi :

    http://www.courrierdelouest.fr/actualite/parthenay-le-cure-refuse-des-concerts-du-telethon-dans-ses-eglises-23-11-2012-93489

    A l’affut du sensationnel, TF1 a contacté l’abbé dans la foulée pour annoncer sa présence et demander une interview pour ce 25 novembre avant la messe de 11h00.

    Le Courrier de l’Ouest a ouvert un sondage qui donne une majorité de personnes approuvant la décision du curé Cela ne peut être que grâce à internet ! Les médias officiels ne font que de la propagande !

    http://www.courrierdelouest.fr/sondage/parthenay-le-cure-ne-souhaite-pas-ouvrir-ses-eglises-aux-manifestations-du-telethon-pour-des

  2. Ursule dit :

    « Ce qui est sûr, la lutte entre l’église et eux continue. » dites vous !

    On en a eu encore la preuve avec les Femen et les manifestations pour qu’un enfant puisse avoir un père et une mère :

    Les médias alignés sont véritablement noyautés ! A un point inimaginable ! Il faut arrêter de payer la taxe TV !

    • Tom dit :

      La spécialiste « religion » d’Europe 1 Caroline Pigozzi fait là aussi un commentaire plutôt nauséabond du nouveau livre du pape !

      http://www.europe1.fr/MediaCenter/Emissions/Caroline-Pigozzi/Sons/Polemique-sur-la-naissance-du-Christ-1323935/

      Elle dit que ce changement historique de la naissance du Christ va remettre en question la bible et le catéchisme ! Cela n’a strictement rien à voir ! La seule chose qui change c’est notre calendrier ! Point final. Que par exemple Napoléon soit né en 1770 plutôt qu’en 1769, cela change-t-il le code civil dont il est le père ? Non.

      Ensuite, cette journaliste va jusqu’à dire que le pape se pose la question de l’existence réelle de la Vierge et de St Joseph ! Ce n’est pas à 85 ans que le pape tout à coup va se demander si Marie a existé ! Le commentaire est véritablement tendancieux !

      On prépare en ce moment (si la fin des temps est vraiment arrivé), ce que de nombreux prophètes nous ont déjà dit : le torpillage systématique de l’église catholique. Curieux qu’une des prédictions ne soient pas encore accomplie : la retrouvaille du faux squelette du Christ ! Car en prétextant avoir retrouvé son squelette, ce qui est impossible, ne prouve-t-on pas ainsi qu’il n’a pas pu ressusciter ?

      Sans doute faut-il encore attendre un ou deux ans avant qu’ils nous sortent ce genre de mensonges ! Ils ont bien été capables de mettre en place une fausse place des martyrs de Tripoli au Qatar, alors quelques os au nom de Jésus, cela ne devrait pas être si compliqué !


      Par contre Jésus n’est pas né en l’an 0. Les Évangiles nous disent que Jésus-Christ aurait été crucifié à Jérusalem une veille de sabbat, donc un vendredi, et que ce jour était aussi celui de la « préparation » de la Pâque juive, donc le 14 du mois de Nissan dans le calendrier hébraïque. Ces deux éléments coïncident en l’an 30 de notre ère, le 7 avril. La résurrection du Christ, le troisième jour de sa mort, serait donc datée du 9 avril 30.

      • John dit :


        Oui, la date de naissance du Christ n’a pas une grande importance ! Les calendriers peuvent changer ! L’année 1582 par exemple n’a pas eu de 11 décembre en France. Du fait de l’adoption du calendrier grégorien par ce pays (Il porte le nom de son instigateur, le pape Grégoire XIII), le lendemain du dimanche 9 décembre a été le lundi 20 décembre !

        Le pape Grégoire XIII :

        D’autre part, pour revenir sur la date de naissance du Christ, Saint Jean Chrysostome prouve que le jour où l’on célèbre la naissance de Jésus-Christ est vraiment le jour où il est né. Il le démontre par le temps où Zacharie reçut l’heureuse nouvelle qu’Elizabeth son épouse était enceinte de Jean. Démonstration :  » Il y avait six mois qu’Élisabeth était enceinte de Jean, lorsque Marie conçut le Sauveur du monde ; si donc nous pouvons savoir quel était ce sixième mois, nous saurons dès lors le temps de la conception de Marie. Le temps de la conception nous étant connu, nous saurons quel a été celui de l’accouchement, en comptant neuf mois depuis la conception. Or, comment saurons-nous quel était le sixième mois de la grossesse d’Élisabeth ? nous le saurons si nous pouvons découvrir dans quel mois elle conçut le fils dont elle était enceinte. Et comment connaîtrons-nous ce mois ? si nous savons dans quel temps Zacharie reçut cette heureuse nouvelle. Et par où serons-nous assurés de cette époque ? par les divines Écritures, en consultant le saint Évangile qui dit que Zacharie était dans le Saint des Saints, lorsque l’ange lui annonça l’heureuse nouvelle, et lui prédit la naissance de Jean. Si donc il est montré clairement par les Écritures, que le grand prêtre seul n’entrait qu’une fois dans le Saint des Saints, dans quel temps il y entrait cette seule fois, et dans quel mois de l’année, le temps où l’heureuse nouvelle fut annoncée à Zacharie sera dès lors constaté; et ce temps constaté, celui de la conception, sera parfaitement connu. Le grand prêtre entrait seul une fois l’année dans le Saint des Saints. (Lév. XVI, 29-34.) L’Écriture parle ici de la fête des Tabernacles; car c’était le seul jour de l’année où le souverain pontife entrait dans le Saint des saints. Un ange du Seigneur lui apparut se tenant debout à la droite de l’autel des parfums. (Luc, I, 11.) On ne dit pas de l’autel des sacrifices; mais de l’autel des parfums. (Lév. XVI, 29.) Cette fête des Juifs se célèbre vers la fin de septembre. Ce fut donc alors qu’Élisabeth conçut, et elle se tint cachée durant cinq mois (Luc, I, 25.) L’ange Gabriel étant venu la trouver, lui dit: « c’est ici le sixième mois de la grossesse de celle qui est appelée stérile, parce qu’il n’y a rien d’impossible à Dieu. (Ibid. 35, 37.) Si donc Élisabeth a conçu après le mois de septembre, depuis ce mois il faut en compter six, depuis octobre jusqu’à mars. Car c’est après ce sixième mois que nous avons l’époque de la conception de Marie. En comptant delà neuf mois, nous arriverons au présent mois de décembre. Le premier mois de la conception de Notre-Seigneur est donc avril; après lequel viennent les huit autres mois, depuis mai jusqu’à décembre : Ce dernier mois est celui où nous célébrons la fête de la Nativité ».

        • Andrée dit :

          La date de l’Incarnation du Christ selon les Pères de l’Eglise, aurait eu lieu un 25 mars ! Marie d’Agréda confirme dans son livre « La vie de la Très Sainte Vierge Marie » qu’elle est bien née le 8 septembre comme la Tradition l’évaluait déjà. « Marie avait alors quatorze ans, six mois et 17 jours » Et Marie d’Agréda de continuer « Tout ceci s’accomplit un vendredi, le 25 du mois de mars, à l’aurore. »

          Que nous enseignent les Pères de l’Eglise ? Qu’à l’instant précis où Marie accepte la divine mission, être mère du Sauveur, donc au moment de son « fiat » (« Qu’il me soit fait selon votre parole ») le Saint-Esprit descend sur elle et…
          Incarnatus est (Il est incarné)
          Et Homo factus est (Et il s’est fait homme)
          Et Verbum caro factum est (Et le Verbe s’est fait chair)

          25 mars + 9 mois = 25 décembre

          Il est curieux de voir que selon Mgr Gaume, c’était le vendredi 25 mars, la 34ème année de l’ère chrétienne et la 18ème du règne de Tibère, sous le consulat de Rubellius Geminus et de Rufius Geminus que mourut le Christ (il avait donc 33 ans et 3 mois que l’on peut rapproché du nombre 333 qui est celui de Dieu et de son mystère). Les Justes attendaient depuis 4000 ans cet événement afin de pouvoir enfin entrer au Ciel, c’est pourquoi le Christ ira lui-même les chercher aux Limbes (c’est le sens des mots du Credo « Est descendu aux enfers »).

          A noter que le 25 mars 2016, sera à la fois le jour de l’Incarnation et le jour de la Rédemption !

  3. Carlos dit :

    Angelo Roncalli a du être tenté d’en savoir plus sur ces sociétés secrètes. Le spiritisme restait en vogue depuis les tables tournantes à Jersey de Victor Hugo. Des gens tels que Camille Flammarion ne s’y sont-ils pas aussi intéressés ? Et que penser de Jakob Lorber (1800-1864) ?

    Ce musicien autrichien chrétien, ne se qualifiait-il pas lui-même de « scribe de Dieu » ? Ses adeptes le considéraient comme un prophète. Pourtant il s’était intéressé aussi bien à l’astronomie qu’ à la littérature mystique et occulte. Il lisait les livres du franc-maçon Johann Baptist Krebs, ceux du médecin Justinus Kerner qui publia plusieurs livres médicaux populaires traitant du magnétisme animal, du théosophe et mystique Johann Heinrich Jung-Stilling, d’ Emanuel Swedenborg etc…

    A lui aussi, une chose incroyable lui était arrivé ! Le 15 mars 1840, à 6 heures du matin, ainsi qu’il le raconta plus tard à ses amis, il avait à peine fini sa prière du matin et était sur le point de quitter son lit, il entendit résonner dans sa poitrine, à l’emplacement du cœur, une voix qui, distinctement, lui parla ainsi : “Lève-toi, prends ta plume et écris!” Il obéit aussitôt à cette mystérieuse injonction, prit en main sa plume et écrivit mot pour mot ce qui lui fut dicté par une voix intérieure. A partir de ce moment, il se consacra à cette activité, presque sans interruption, jusqu’à la fin de sa vie. Selon Jakob Lorber lui-même, la voix qu’il entendait était sans conteste « la voix du Seigneur Christ », parfois celle d’un ange qui parlait sur ordre de Dieu, mais quelquefois il entendait aussi la voix « d’esprits inférieurs ». Il était en fait devenu un Médium d’audition et de vision et aurait pratiqué l’écriture automatique.

    Ses écrits comprennent environ 20 000 pages manuscrites qui représentent 10 000 pages imprimées soit environ 25 tomes. Même si l’ensemble de ses écrits manque de structure, on peut grouper les textes autour de quatre thèmes principaux : la création (histoire de la Terre, l’humanité. etc.), l’au-delà, Jésus Christ et une révision de textes apocryphes.

    Et curieusement, on en retrouve un intitulé « L’enfance de Jésus » (inspiré du Protévangile de Jacques).

    Ses révélations, malheureusement entachées « d’esprits inférieurs », bien connus pour dévoiler des mensonges dans une somme de vérité, annoncent très clairement un jugement de feu : « à partir de maintenant, dans pas tout à fait deux mille ans » (cette expression est prononcée d’après lui par Jésus et se rapporte à sa crucifixion).

    Ne retrouve-t-on pas là, la date de 2026 ou 2027 ? Bienheureux celui qui aura réussi à tenir jusqu’à cette date ! Reste donc de 14 à 15 ans à tenir ! Des années qui verront arriver l’accomplissement des plans de cette « fraternité secrète des puissants qui préparent l’esclavage des peuples. » Que cette date se termine par un 7 fait évidemment penser au 7 de Fatima. Le 7 est synonyme de repos, de méditation, d’études, de spiritualité, de philosophie, de religion, de foi…. Bref, du début du règne de Dieu sur terre.

    Quelques unes de ses révélations :

    • « Aucun homme n’a encore trouvé la clef qui ouvre les livres de la Sainte Parole… La signification profonde de Ma Parole échappera à l’homme aussi longtemps qu’il ne comprendra pas le sens spirituel des mots, c’est-à-dire leur correspondance…Dans la révélation de Jean, vous ne trouvez que des symboles. Vous y trouvez « la colère de Dieu », « les fléaux » et d’autres images utilisées par les prophètes de l’époque, qu’il ne fallait pas prendre à la lettre. Moi, le Dieu d’Amour, ne peux exercer ni colère, ni haine, ni vengeance. C’est absolument impossible, même s’il est en Mon pouvoir, parce que Je suis Dieu, de remettre tout en ordre par un anéantissement subit ou par une contrainte morale ».

    Selon Lorber (révélation de Jésus), des signes d’une fin d’un certain monde provoqueront l’horreur et la misère :

    • « Il y aura de grandes tempêtes sur mer et sur terre, avec de grands tremblements de terre. A de nombreux endroits, la mer débordera de ses rivages. Les hommes seront pris d’angoisse et de panique devant ce qui arrivera… L’humanité devra être purifiée par le grand jugement de feu, à partir de maintenant, dans pas tout à fait deux mille ans…Tout deviendra terrible parce que l’homme libre a fait de son cœur une pierre. »

    Dans sa nouvelle révélation Lorber fait allusion aux extraterrestres :

    • « J’ai encore de nombreux troupeaux qui n’habitent pas l’étable de la terre mais qui vivent à leur manière sur d’innombrables autres mondes et autres terres. Tous ceux-là doivent être conduits dans l’étable de la vie éternelle. Voici le temps venu ou J’attirerai sur vous le regard des habitants des plus grandes planètes et Je leur montrerai clairement le point de vue de ceux qui ont cessé de Me chercher. Alors ils seront violemment irrités et leur colère s’étendra de Vénus à Urka. C’est ainsi que les forces du ciel seront secouées et alors, de toutes parts, retentira un puissant appel aux habitants de cette terre. »

    Dans la Nouvelle Révélation, Dieu met en garde les peuples trop matérialistes :

    • « N’oubliez pas que cette vie terrestre qui passe si vite devant vous est une épreuve, un examen. Songez que vous n’êtes pas de cette terre. Vous étiez esprit auparavant et redeviendrez esprit. Lorsque la terre sera couverte d’épicuriens, Dieu permettra un jugement général qui viendra sur tous les hommes, et cela arrivera dans pas tout à fait deux mille ans à partir de maintenant. »

    Jésus avertit dans la Nouvelle révélation que les prophètes auront peu de succès :

    • « Beaucoup ne se rendront pas à l’évidence et attribueront tout aux forces de la nature, et les voyants seront traités de menteurs. »

    Les erreurs de l’humanité produisent le mal :

    • « Tout le mal qui apparaît actuellement sur la terre n’a pas été créé par Moi, ce n’est que le produit du mauvais usage que les hommes font de leur libre volonté. En tant qu’être libres, ils peuvent faire ce qu’ils veulent mais ils ne doivent attribuer qu’à eux-mêmes la conséquence de leurs actes. »
    • Line dit :

      Jakob Lorber croyait aux extraterrestres :

      • « Voici le temps venu où j’attirerai sur vous les regards des habitants des plus grandes planètes. Je leur montrerai clairement le point de vue de ceux qui ont cessé de ME chercher. Alors ils seront violemment irrités et leur colère s’étendra de Vénus à Urka. C’est ainsi que les forces du ciel seront secouées. Puis de toutes parts, retentira un puissant appel aux habitants de cette terre….. Lucifer et autres entités malfaisantes seront utilisés avec toute leur technique par les forces supérieures afin d’accomplir la purification nécessaire de notre planète. Un ennemi viendra des airs et exterminera tous ceux qui auront fait le mal. Je détruirai tous les étalages et toutes les salles de change par l’intermédiaire de l’ennemi que j’enverrai du fond des airs comme un éclair fulgurant, dans de grands vacarmes et de grands fracas. Toutes les armées de la terre lutteront vainement contre lui mais cet ennemi invincible ne fera aucun mal à Mes véritables enfants. Il les épargnera afin de former avec eux une toute nouvelle pépinière d’où sortiront des hommes meilleurs. Les hommes seront avertis par des voyants et par des signes particuliers dans le firmament que seuls les miens reconnaîtront, Alors que les gens du monde les prendront pour des effets exceptionnels de la nature….. »
      • Engel dit :

        Une vidéo de 2009 semble suggérer que David Cameron n’est pas complètement étranger à la question des aliens.

        Richard Hall, un ingénieur électricien, lui posait cette question : « En juillet de l’année dernière, le scientifique et astronaute respecté, Edgar Mitchell, qui a été le sixième homme sur la lune, a accordé une interview à une radio britannique. Il a dit que le gouvernement américain a eu des contactes avec des extraterrestres à plusieurs reprises. Il a parlé de Roswell et de la récupération d’un vaisseau et de corps d’extraterrestres par les autorités. Il a affirmé que cet événement était réel mais avec été caché par les gouvernements. Êtes vous d’accord avec moi, David, sur le fait que les Britanniques ont le droit de savoir que nous avons été visités ? Et si oui, pouvez vous nous promettre que vous lèverez le voile du secret et direz-vous au public cette vérité qu’il a le droit de connaître ? »
        http://www.parismatch.com/Actu/Insolite/David-Cameron-et-les-ovnis-Nous-devons-etre-ouverts-988243
        Interview d’Edgar Mitchell :

    • Benoit dit :

      Selon le livre « L’église éclipsée » : Jean XXIII fut initié ! Et Paul VI aussi !

      Les dessous du Vatican avec le témoignage inédit du père Malachi Martin.

      -http://www.scribd.com/doc/103730324/3/temoignage-inedit-du-pere-Malachi-Martin

  4. Jean dit :

    « LES prophéties de Jean XXIII » présentées par Pierre Carpi ont eu un grand succès dans les années 70-80 à juste raison , car malgré l’introduction un peu ésotérique, leur réalisation s’est confirmée d’année en année, tant concernant les papes que la politique mondiale. Rien à voir avec la Franc_maçonnerie française ou anglaise, on touche là à une initiation de tradition chrétienne pure. Cagliostro, présenté par Pierre Carpi comme le chef de l’Eglise Invisible, au 18e siècle, n’était pas du tout l’aventurier, le guérisseur ou l’intrigant franc-maçon que bien des auteurs ont voulu imaginer faute de preuves. Le livre du Docteur Lalande écrit à la fin du 19e siècle, « Cagliostro », est l’un des rares à approcher très discrètement l’ identité cachée du Comte de Cagliostro, dont parle Pierre Carpi dans son prologue pour expliquer sa rencontre avec le visiteur, qui lui remit les feuillets du cardinal Roncalli. Jean XXIII a reçu ses révélations prophétiques avant la guerre de 39-45 et ne pouvait pas imaginer lui-même les détails très précis des décennies suivantes. Tous réalisés jusqu’à nos jours. Il n’ y a qu’un verset que nous espérons bien changé par la Providence, c’est celui annonçant un roi « que le roi s’en aille, ce n’est plus le temps d’un roi..etc… » La chute de la Ve république étant imminente, les partis s’entredéchirant, seul la légitimité monarchique est capable d’assurer la stabilité et la continuité de l’État par la Loi Salique, face aux nouvelles féodalités, financières, partisanes ET OCCULTES. Espérons comme l’a annoncé Marie Julie Jahenny, la stigmatisée de Blain, que Jean XXIII a vu le départ du faux roi orléaniste, qui sera mis au pouvoir par les francs-maçons UMP et consorts, quelques semaines avant l’arrivée providentielle du descendant caché mais bien vivant de Louis XVII, … »le roi très droit et très chrétien » qui doit ramener la France au Christ, restaurer la fille ainée de l’Eglise, et…. « mettre à plat les lois républicaines qui bafouent le Christ ». L’année 2013, proclamée par Benoit XVI « année de la Foi » jusqu’au 24 Novembre 2013, verra peut-être la réalisation de la prophétie du Christ: « Pierre , Satan vous a réclamé pour passer votre foi au crible ».. 2013 Année clé??? Année de la Renaissance, oui! Grâce à Dieu.

  5. Hercule dit :

    Bonjour,

    En ce qui me concerne, je ne crois pas du tout en ces prophéties attribuées au Pape Jean XXIII.

    Elle sont l’oeuvre d’un ésotériste sans scrupules et ne tiennent pas la comparaison avec les prophéties chrétiennes.

    Pour ceux qui souhaitent les comparer, on les trouve à cette adresse :

    http://www.histoireebook.com/index.php?post/2012/07/15/Carpi-Pier-Les-propheties-du-Pape-Jean-XXIII

    PIER CARPI les prophéties du pape Jean XXIII

    Meilleures pensées
    Hercule

    • Jean dit :

      « Il y a plusieurs demeures dans le Royaume du Père »
      Comme l’a dit justement un jour le père Marie Dominique Philippe, fondateur de la Communauté Saint Jean, « la juridiction de Pierre s’arrête là où commence celle de Jean  »

      Autrement dit la voie sacerdotale a toujours voulu s’opposer à la voie prophétique , faute de pouvoir la comprendre et surtout la dominer…Encore de nos jours , l’opposition du clergé est quasi systématique face aux révélations et apparitions…
      Qui a compris la parole du Christ à Pierre concernant Jean :
      « Que t’importe si Je veux qu’il demeure jusqu’à ce que Je vienne »?

      Ce qui compte , c’est la réalisation des prophéties, que l’on constate pour le cas de Jean XXIII, dans la mesure où l’on les a lues du temps de Paul VI. Maintenant, on peut toujours douter et s’opposer selon des critères humains que le Ciel laisse faire, chacun est libre de ses jugements personnels…

      • Atlas dit :

        « Il y a plusieurs demeures dans le Royaume du Père »

        Une chose est sûre, les vrais fils du bien sont ceux qui actuellement sont rejetés par le monde, méprisés, haïs, critiqués, abandonnés comme bâtards, considérés comme une honte ! Alors que ceux-là savent surpasser les fils qui ont grandi dans la maison (l’occident) mais qui sont devenus rebelles à ses lois ! Ce n’est pas d’appartenir au monde chrétien qui donne droit au ciel ! Le royaume des cieux appartient à ceux qui savent se renouveler en accueillant tout simplement la vérité et l’Amour. Le monde chrétien détenait la vérité, mais il n’a pas su le transmettre aux autres ni à ses enfants, il ne peut qu’en subir les conséquences.

      • Bravo Jean pour votre référence au Docteur LaLANDE, ce n’est pas à la portée des amateurs de prophéties chrétiennes de base, on touche là au mystère de LA Présence réelle en esprit et en vérité, annoncé dans l’Apocalypse, quand il n’y aura plus de temple ni de mer. Pour l’instant , nous avons droit encore à la juridiction de Pierre qui fera place à celle de Jean DANS LA Nouvelle terre. Inutile de polémiquer avec les gens qui ne croient que ce que leur cerveau a appris des hommes…

    • Carlos dit :

      L’adresse que vous donnez Hercule semble ne rien apporter de plus que celle donnée dans le billet (http://www.marie-julie-jahenny.fr/propheties-du-pape-jean-xxiii.htm#Introduction).

      Pensez-vous invraisemblable la date du règne de Dieu sur terre vers 2027 ? Cela donne largement le temps aux autres événements prophétisés de s’accomplir tels que l’Avertissement, le Grand Miracle etc….

      Peut être que vous Hercule, Jean ou encore Duc, nous ferez-vous un plan d’ensemble de ce qui doit nous arriver avant 2027 ! Vos connaissances en la matière peuvent nous aider !

    • duc dit :

      Effectivement il faut se méfier de ce qui est occulte !

      Est surnaturel ce qui vient de Dieu. Est occulte ce qui vient d’une source extra-terrestre mais qui n’a pas sa racine en Dieu.

      Les esprits peuvent venir à nous. De nombreux témoignages nous le démontrent. Comment ? Par deux façons :
      – sur l’ordre de Dieu, viennent les anges (Gabriel…Michel…) et les bienheureux. bref, tous les esprits qui sont déjà dans la lumière de Dieu.
      – Par la violence de l’homme. Car l’homme peut avoir autorité sur des esprits plongés dans des régions plus basses que celles humaines mais où il y a encore souvenir de la Grâce.

      Les premiers viennent spontanément, envoyés par Dieu. Ils portent avec eux une vérité que Dieu veut nous faire connaître. Les autres viennent par un complexe de forces conjointes : force d’un homme idolâtre avec les forces de Satan-idole. Transmettent-elles la vérité ? Non, jamais.

      Dieu peut quelquefois se rappeler à nous par des manifestations médiumniques, mais l’homme ne doit surtout pas vouloir les provoquer par lui-même. Elles ne seront jamais sincères, jamais utiles, elles n’amènent jamais le bien.

      Il ne faut pas chercher à connaître ce qui est au-delà de la terre, de peur d’être victime du poison satanique. C’est pour cette raison qu’il faut fuir l’occultisme. Ce qui n’est pas Dieu et ne s’explique pas par les forces de la raison et ne peut être créé par les forces humaines, il faut les fuir « que ne s’ouvrent pas pour toi les sources de la malice et que tu ne comprennes pas que tu es nu » (dans le sens de repoussant dans une humanité mêlée au satanisme).

      Il ne faut pas désirer déchirer les voiles qui séparent les vivants des trépassés. Il ne faut pas troubler les défunts, troubler leur seconde vie. Celui qui va vers l’occultisme, la nécromancie, le satanisme sous toutes ses formes, perd Dieu.

      Dans le cas d’Angelo Giuseppe Roncalli, l’homme vu dans ses rêves, qu’il revoit ensuite dans la vie réelle, n’est pas une provocation de sa part. Ce qui peut rendre crédible ses prophéties.

      • Tonio dit :

        « Mais la lumière qui approche est quelqu’un qui est mort et qui revient. » dit le futur Jean XXIII !

        A rapprocher de ce qu’écrivait Véronica Lueken en 1978 :

        • « ce qu’on appelle des soucoupes volantes, ne le sont pas. Ce sont des véhicules de l’enfer, transportant des démons de place en place. Quoiqu’ils soient des esprits, il y a un mystère du mort-vivant, que vous ne savez pas. Ils doivent être transportés; ils ne peuvent y aller par eux-mêmes. »

        Cette histoire semble risible !

        Pourtant arriva l’accident de Varginha en 1996 (Brésil). Plusieurs personnes furent témoins de l’écrasement violent d’un OVNI près de cette ville. On apprit peu après, que des gens avaient rencontré au quatre coins de cette agglomération, des êtres non-terrestres tentant de se cacher malgré leurs blessures.. L’armée, puis des agents en civils se livrèrent à une véritable traque pour les prendre. L’un d’eux fut d’ailleurs autopsié à l’hôpital de la ville, puis emmené en d’autres lieux.

        Les événements font grand bruit et sont rapportés par la télévision Mexicaine, puis font le tour du monde. En mai 1997, un scientifique accusé d’avoir participé à l’autopsie des aliens décédés déclare qu’il ne pourra s’exprimer sur le sujet que dans quelques années. En juin 1997, 15 témoins acceptent de parler et confirment l’implication de l’armée Brésilienne dans la capture des extra-terrestres. Un autre témoin rapporte qu’on lui a offert de l’argent pour se taire.

        Témoignage de jeunes filles : elles sont persuadées d’avoir rencontré le diable en personne; la « créature » portait trois bosses sur le front et ressemblait à un démon. « Ce n’était ni animal, ni humain, c’était une chose horrible dira Katia. » Et une autre « Il était brun, il avait les yeux rouges, sa peau était luisante, comme une huile, et il avait trois cornes ». Le reste était la même description: la peau brune, brillante et huileuse, un visage arrondi, des yeux rouges, et pas de joues, ni barbe, ni moustache ou nez, et à l’emplacement où nous avons nos lèvres il y avait seulement une découpe… La créature émettait un bruit comme le « BZZZZZ… » d’une abeille.

        Un jeune soldat, qui avait touché sans protection une des créatures lors de la capture, décéda un mois plus tard d’une maladie inconnue, style infection généralisée.

        Lors de la première guerre du Golf (pour la libération du Koweït) un civil russe avait raconté que lors du déluge de feu qui s’abattit sur l’Irak, un OVNI avait été abattu, il s’était trouvé à proximité de l’engin et y était entré (avant que les autorité US ne s’en empare). Le vaisseau était vide et cette personne avait remarqué que le poste de pilotage était conçu pour une race de créature plutôt petite, cette information se recoupe avec les témoignages de l’affaire Varginha ou ces « aliens » sont décrit comme étant de petite taille.

  6. Fred dit :

    @ Cher Carlos

    Merci pour vos informations constructives

    Par contre, « A part Dieu le Père (et donc Jésus-Christ Dieu) nul ne sait ni le jour ni l’heure »

    Il est par contre écrit : « Observez les Signes » et je parie ma selle et mes bottes que le 21.12.2012, donc dans quelques semaines, il va se passer des événements exceptionnels

    Certes pas la « Fin du monde », car toutes les Prophéties de Jean (Apocalypse), de Daniel, d’Ezechiel etc. n’auraient alors plus de sens (en tout cas dans mon esprit encore bien « limité »)

    Non, mais des phénomènes astronomiques ayant des conséquences sur le système solaire dont nous faisons partie

    Alors, ma selle pour des changements sur la durée du jour terrestre p. ex. et mes bottes sur l’apparition de phénomènes provoqués par les « tireurs de ficelles », des humains « marionnettistes » qui vont, selon mon hypothèse, nous en mettre « plein la vue » et « plein les tripes », sous formes de :

    -Effets sonores, parlés, modulés extraordinairement puissants et impressionnants, imitant des appels, des signes divins ?

    -Effets visuels dans le ciel, idem ?

    -Krach boursier, financier, monétaire ?

    -Krach Internet ?

    -Déclaration(s) de guerre(s) etc. ?

    Dans quel buts ?

    1. Nous « enfiler » des lois, méthodes et artifices nouveaux et liberticides (mais qui paraîtront « super » à quantité de gens), genre monnaie virtuelle unique mondiale, patch « carte de crédit(de santé (tiens! justement à appliquer au poignet + un « confetti » transparent entre les deux yeux -« la marque sur la main et au front, sans laquelle nul ne pourra ni acheter, ni vendre »-) gouvernement mondial (Org Mond. pour la Paix , « évolution d’une ONU dopée pour mieux nous asservir?) Cette nouvelle ONU/OMP sera dopée aussi de la BM, FMI, WWF etc. pour mieux régner sur nos vies Tiens « ils » viennent juste de donner une compétence nouvelle à l’ONU, future OMP (ou autre nom, je ne suis pas devin non plus !), voir: http://www.wikistrike.com/article-l-avenir-de-l-internet-se-decidera-au-mois-de-decembre-112874260.html (site à prendre avec des pincettes, il véhiculent autant du New Age que du « Biblique »)

    2. Préparer le terrain à la nouvelle venue du Christ, annoncée par les Ecritures… sauf que si tu lis les Ecritures, le retour du Christ, la Parousie, est précédée du (bref) règne de l’ante/anti… (je ne met pas le nom en entier : il me fait déjà ger…)

    OK ! Maintenant, de deux choses l’une :

    Ou bien je me « plante » complètement et je retourne à mes chères études (que je n’ai pas arrêtées d’ailleurs)

    Ou bien j’ai visé juste et, Oh gloire et magnificence ! On pourra toujours voir sur ce site que j’avais vu juste AVANT que tout cela n’arrive

    Bon, à ce stade, l’élu aura compris que je me moque de… moi-même car aucune gloire, aucun honneur ne peut échoir à un humain

    Si j’ai « tout juste » ou en grande partie, les élus auront compris que les mérites n’en reviennent qu’au Grand Inspirateur, Maître de toutes choses (à part de notre Libre choix/ Libre arbitre, bien sûr)

    Alors, sonnez trompettes pour le retour en gloire de Jésus-Christ, notre Créateur, notre Père, notre Sauveur, notre Promis, notre Fiancé, après la réalisations de toutes les prophéties, dont celles nous annonçant l’arrivée du fantoche anti… (roi W? qui aura le 21.12 l’âge du Christ au moment du début de Son ministère de… 3 ans et demi, 420 jours ou deux temps, un temps et un demi-temps +c’est là que se reconnaîtront celles et ceux qui lisent de temps en temps les Ecritures !+), de son ascension (deux temps, un temps et un demi-temps, dus au changement de la duré du jour terrestre le 21.12 ?) et de sa chute (aussi deux temps, un temps et un demi-temps) deux fois 3 ans et demi pour simplifier

    Aussi, cher Carlos, sans donner le dates (la Bible nous le défend), je peux dire qu’il est possible que vos prévisions se réalisent BEAUCOUP plus vite que vous ne le pensez
    Mais je ne suis qu’un homme et je peux me tromper : Rendez-vous dès après le 21.12… si Internet et nos bécanes fonctionnent toujours (risques de pannes ?)

    Que Dieu bénisse tous les frères et soeurs humains et que Sa grâce touche tous les humains et qu’ils l’acceptent

    Amitiés

    Fred

    PS: Merci à Duc pour son travail, mais surtout à Dieu/Jésus-Christ pour Son Inspiration

    PPS: Les Adventistes, Eglise protestante/réformée axée sur le retour de Jésus-Christ, étudie depuis plus d’un siècle tous les signes

    Mais comme ils avaient à l’époque prédit Son retour pour…1844 et qu’Il n’est pas revenu à cette date-là, les Adventistes sont devenus d’une prudence… de Sioux

    Aujourd’hui, les plus prudents, les plus « savants » (ils n’aiment pas ce terme, ils sont en général très humbles) avancent à tâtons dans la « jungle » des Ecritures pour ne progresser que millimètre par millimètre, au point que, le nez dans la Bible (ce n’est pas un reproche, mais un constat lénifiant !), ils ne voient pas les signes de « portes de grange » qui s’agitent devant eux ou même les « frappent en plein visage »

    Mais c’est bien autour du 21.12 que nous verront s’ils ont « raison » ou s’ils sont quelque peu « myopes » (je les aime bien, donc ne vous attendez pas à la moindre critique de ma part à leur endroit, beaucoup sont certainement saints, seul Dieu le sait. Je suis Juif de coeur, circoncis de coeur et Adventiste/Laodicéen de coeur et surtout membre de l’Eglise invisible du Christ, avec pour devise le verset 10 du chapitre 2 du Livre « Lettre de Saint Paul aux Ephésiens », mais en tenant compte évidemment de tout le chapitre 2, particulièrement les versets 8 et 9)

    • Jean dit :

      Dozulé 5 Octobre 1973 :

      • « Soyez toujours dans la Joie, ne vous lamentez pas sur le cataclysme de cette génération , car tout ceci doit arriver.Mais voici qu’apparait dans le Ciel le Signe du Fils de l’Homme, et maintenant doit s’accomplir le temps des nations.Tous se frapperont la poitrine.Après l’Evangélisation du monde entier, alors Je reviendrai dans la Gloire ».

      5 Décembre 1975 :

      • « Je promets à tous ceux qui viendront se repentir au pied de la Croix Glorieuse, et qui diront tous les jours la prière que Je leur ai enseignée, qu’en cette vie , Satan n’aura plus de pouvoir sur eux, et que, pour tout un temps de souillure, EN UN INSTANT, ils deviendront purs et seront fils de Dieu pour la vie éternelle.
        Mon Père , dont la Bonté est infinie, veut sauver l’humanité qui est au bord de l’abime. Par cet ultime message, il faut vous préparer. Sachez que c’est au moment où vous n’y croirez plus que s’accomplira Mon Message, car vous ne savez ni le jour ni l’heure où Je reviendrai dans la Gloire »

      Lire les apparitions du Christ à Dozulé Ed Résiac

      • Tonio dit :

        « tout ceci doit arriver » écrivez-vous Jean !

        « Le démon s’agite, sort de son trou, brûle frénétiquement ses cartouches, se hâte de commettre un maximum de dégâts en un minimum de temps. Percevez-vous comme moi cette accélération, cette ébullition ? Cette nervosité croissante du monde des ténèbres ne laisserait-elle pas à entendre qu’une riposte divine de plus en plus imminente se prépare ? »

        en soi c’est une bonne nouvelle ! Mais reste tout de même 14 ans d’ attente !

        • Ann Bonny dit :

          @Tonio: je suis ravie que ma réflexion écrite en commentaire sur le Salon Beige en date du 7 novembre, sous l’article « Le coup de compas du jour », vous ait plu au point de la recopier telle quelle 🙂

          • Tonio dit :

            C’est une si belle réplique qu’il n’était pas possible de la laisser tomber ! Restait à en connaître l’auteur, mais elle n’était que d’un pseudonyme. Point d’un auteur connu ! Encore que là, un petit passage sur google m’oblige à avouer qu’Ann Bonny a véritablement existé ! Ouah !

            Comme le comte Alexandre de Cagliostro et l’immortel comte de Saint-Germain, la pirate des Caraïbes Ann Bonny (née entre 1697 et 1702) est revenue ! Cela dut être un choc pour vous de vous retrouver au XXIème siècle, non ? Devant une pirate, on ne peut que s’aplatir en excuses ! Je ne tiens pas à servir de repas aux requins, que diable ! Et oui, le démon s’agite, sort de son trou….(mais vous connaissez la suite)

        • Jean dit :

          bonjour Tonio , je ne dis rien , je vous transmets la parole du Christ dictée à Madeleine Aumont à Dozulé le VENDREDI 1ER NOVEMBRE 1974 à 20 HEURES/

          A l’instant même où Monsieur le Curé lève l’ostensoir pour la bénédiction, le halo de lumière se forme comme d’habitude, à l’endroit du Saint-Sacrement.
          Comme la fois précédente, je n’ai vu personne,je n’ai pas vu le Christ, mais l’Hostie était étincelante de rayons.
          J’entendis:
          « Dîtes ceci à haute voix: (j’ai répété tout haut)
          « Dicite in nationibus:
          Dites aux nations que Dieu a parlé par la bouche de Sa servante.
          Il lui a révélé que la Grande Tribulation était proche, car elle a vu le Signe du Fils de l’Homme qui part de l’Orient , est aussitôt à l’Occident.
          Ce Signe du Fils de l’Homme, c’est la Croix du Seigneur.

          Je vous le dis , en vérité le temps est venu au monde de se repentir, car un changement universel est proche, tel qu’il n’y en a pas eu depuis le commencement du monde jusqu’à ce jour, et qu’il n’y en aura jamais plus. Quand la calamité de sécheresse prédite s’abattra sur le monde entier, seul le bassin que Dieu a fait creuser contiendra de l’eau, non pour la consommation, mais pour vous y laver en signe de purification. Et vous viendrez tous vous repentir au pied de la Croix Glorieuse que Dieu demande à l’Église de faire élever. Alors à ce moment-là, toutes les nations de la terre se lamenteront et c’est à cette Croix qu’elles trouveront la paix et la joie. Après ces jours de détresse, alors apparaitra dans le ciel le Fils de l’Homme Lui-même, avec une grande majesté et une grande puissance, pour rassembler les élus des quatre coins de la terre. Heureux les repentants car ils auront la vie éternelle. En vérité Je vous le dis , le ciel et la terre passeront , mais Mes Paroles ne passeront point ».

          Texte extrait du livre « Le Retour du Messie dans la Gloire  » Ed Résiac tel:0243010126
          Dans ce livre se trouvent 70 questions réponses sur l’ensemble du Message que l’Eglise est chargée de faire connaitre par les prêtres et les religieuses…

      • Luc dit :

        « Mais voici qu’apparait dans le Ciel le Signe du Fils de l’Homme, » Ne serait-ce pas la croix dans le ciel tant prophétisée ?

        Il serait temps qu’elle arrive ! Car même des partis dits conservateurs tels que l’UMP implosent ! L’UMP vacille au bord du gouffre qu’elle même a creusé à force de se vider de toute idée et de toute valeur pour ne laisser place qu’à des appétits insatiables et des ambitions dépourvues de légitimité. Le concours de sottises de ceux que le marasme actuel a propulsés sur le devant de la scène a le mérite d’être instructif. Ils parlent de « valeurs », mais le mot cachant souvent l’absence de la chose, seraient bien incapables d’en citer une à laquelle ils soient vraiment attachés. Les plus bêtes vont jusqu’à dénoncer l’énormité des fraudes chez le concurrent et sous-entendent ainsi que la pratique a été générale, dans le plus grand respect des militants, bien sûr.

        Le pompon a été arraché de haute lutte par celui qui a avoué que la division ne se ferait pas, car les députés la jugeraient contraire à leur intérêt électoral. Eh oui ! La motivation première d’un élu, c’est d’être réélu. Vous n’imaginiez quand même pas que c’était le Bien Commun ?

        Pendant ce temps, certains s’offusquent de ce que les religions s’expriment ! Par contre les loges maçonniques en auraient le droit !

        Au nom de la Laïcité, le Grand Orient de France rappelle que les Églises doivent se restreindre à la seule sphère spirituelle, et ne pas interférer, par des imprécations stigmatisantes et des amalgames violents et haineux, avec les légitimes débats publics et démocratiques qui président à l’évolution et au progrès des droits civils.

        Et quand est-ce que le Grand Orient se restreindra à sa seule sphère obscurantiste ?

        Du côté de la GLMU (Grande loge mixte universelle), on s’indigne par ce qu’un représentant de l’ église a osé affirmer le premier novembre 2012 sur BFMTV … ».la loi de l’Eglise prime sur la loi… ». Aussi la Grande Loge Mixte Universelle condamne les interventions intempestives d’une autre époque des Eglises contre le mariage pour tous et toutes, ces religions sortant du cadre qui leur est défini par la loi de 1905. « Refuser les principes d’égalité pour tous les citoyens et citoyennes, refuser ce qu’une majorité du peuple français accepte, serait à nos yeux un retour à l’ordre moral. »

        http://www.glmu.fr/

        On avait bien compris que les « Grands » étaient contre la morale ! Mieux vaut je pense rester « petit » mais sain d’esprit ! De nombreuses institutions le comprennent ainsi : les évêques orthodoxes de France, le grand Rabbin de France (tiens, celui là est aussi un grand), le conseil de la Fédération Protestante de France, les Pentecôtistes, les Evangeliques, le Judaïsme, le CFCM (conseil français du culte musulman)….

    • Carlos dit :

      J’espère que vous ne montez pas à cheval Fred ! Car j’ai bien peur que vous allez vous retrouver sans votre selle et vos bottes fin de cette année.

      Si j’en crois pourtant la liste située à droite de ce blog « Pages et Articles phares », celui qui semble avoir le plus de succès s’intitule « Que doit-on craindre le 21 décembre 2012 ». Comme quoi la fin de cette année en inquiète plus d’un. Le second sujet porte sur les « Autres témoignages confirmant la venue du Grand Monarque ». En fait, s’il est placé en seconde position, ne serait-ce pas à cause de ses cartes ?

      Oui, je suis persuadé que nombreux sont ceux qui atterrissent sur ce blog à cause du 21 décembre 2012.
      -http://www.dailymotion.com/video/xvpmd8_1-4-la-ve-rite-sur-les-phe-nome-nes-qui-vont-se-produire-vide-o-titres-dialogue_tech
      -http://www.dailymotion.com/video/xvpnho_2-4-la-verite-sur-les-phenomenes-qui-vont-se-produire-video-titres-dialogue_tech
      -http://www.dailymotion.com/video/xvpon0_3-4-la-ve-rite-sur-les-phe-nome-nes-qui-vont-se-produire-vide-o-titres-dialogue_tech
      -http://www.dailymotion.com/video/xvpp4s_4-4-la-ve-rite-sur-les-phe-nome-nes-qui-vont-se-produire-vide-o-titres-dialogue_tech

      Pourtant en quoi un alignement galactique du soleil avec le centre de la galaxie peut-il être facteur de catastrophes ? Il faudra me l’expliquer. Dans les commentaires de son article sur 2012, Duc explique très bien que cette année n’est pas forcément la fin d’un calendrier maya : « la date du solstice d’hiver 2012 pourrait être repoussée au solstice d’hiver 2014 si l’on admet que les Mayas ont tenu compte des années bissextiles ! » Et cela tombe parfaitement avec la plupart des astrologues, qui voient en 2014, des positions de planètes annonciatrices de grandes catastrophes et changements.

      Les Mayas parlaient aussi de la venue d’une divinité et d’une croix cosmique. Chez les Chrétiens il est annoncé la venue d’une grande croix blanche dans le ciel pendant 7 jours ! Selon Enoc, cette croix serait le résultat d’une collision entre deux astéroïdes. L’impact ira jusqu’à secouer la terre et déplacer son axe, de sorte que le temps sera de plus en plus raccourci. Après les 7 jours, les hommes expérimenteront l’Avertissement (où chaque être humain reverra sa vie) avec la venue et l’explosion d’une comète qui couvrira la terre de sa nuée blanche toxique. Celle-ci provoquera d’abord une grande sécheresse de par sa température élevée et ses débris tombant sur terre. Puis un grand froid avec des températures qui descendront de moins 15 à moins 30 degrés suivra.

      Ce n’est qu’après ces événements qu’apparaitra l’antéchrist, la micro-puce et une persécution physique et non plus verbale des catholiques.

      Aussi contrairement à vous je suppose, j’ai prévu pour Noël sapin et crèche, avec les cadeaux d’usage.

    • Andrée dit :

      Avec les prophéties, mieux vaut être d’une « prudence de sioux » ! pensez-vous Fred !

      Dans la 23ème prophétie de Jean XXIII, on fait peut être allusion au célèbre Raspoutine !

      Celui-ci avait fait une prédiction à la tsarine quelques temps avant sa mort :

      « Je mourrai dans des souffrances atroces. Après ma mort, mon corps n’aura point de repos. Puis tu perdras ta couronne. Toi et ton fils vous serez massacrés ainsi que toute la famille. Après, le déluge terrible passera sur la Russie. Et elle tombera entre les mains du Diable. » (Raspoutine, dossier du Spectacle du Monde, 1989)

      Tout cela est malheureusement bien arrivé !

      • Jean dit :

        D’après ceux qui ont connu Raspoutine, ce moudjik commandait directement à certaines forces ténébreuses, il représentait le vase de Pandore dont l’effroyable contenu s’est répandu sur la Russie; mais il a été promis à la Russie de retrouver sa splendeur chrétienne par les Romanov, après un siècle de martyre, 1917 -2017. L’assassinat de la famille impériale, jamais prouvé , puisque l’on s’est dépéché de faire bruler les corps, est aussi mystifiée que la pseudo- mort de Louis XVII au Temple. Nicolas II, que son cousin le roi d’Angleterre, avait refusé élégamment d’accueillir, a bien eu la vie sauve, et sa descendance, comme celle de Louis XVII, sera l’étonnement du monde bientôt…La Sainte Russie , comme la fille ainée de l’Église, ressuscitera dans peu de temps.

        • Andrée dit :

          Déjà aujourd’hui il y a un rapprochement très net entre les Chrétiens de France et le Patriarcat de Moscou.

          Le métropolite Hilarion de Volokolamsk, président du département des relations ecclésiastiques extérieures du Patriarcat de Moscou a adressé une lettre au cardinal André Vingt-Trois, dans laquelle il exprime le soutien et la volonté du Patriarcat de Moscou de travailler ensembler au nom de la défense des valeurs chrétiennes.

          http://www.orthodoxie.com/actualites/le-metropolite-hilarion-de-volokolamsk-a-fait-part-de-son-soutien-aux-chretiens-francais-face-aux-nouvelles-attaques-contre-les-valeurs-ethiques-traditionnelles/

          « Ma lettre fait écho à l’inquiétude que suscitent les renseignements arrivant de France sur le projet de loi prévoyant la légalisation des mariages homosexuels élaboré par le Parti socialiste au pouvoir. J’aimerais exprimer par la présente ma solidarité et mon soutien à votre position conséquente et sans compromis qui met en évidence le point de vue vraiment chrétien sur ce problème.

          Nous observons avec regret l’érosion des principes moraux dans la vie privée et publique qui se produit dans un pays ayant de profondes racines chrétiennes. J’aimerais assurer votre Éminence de ce que le Patriarcat de Moscou est prêt à agir en commun avec la Conférence des évêques de France pour la défense des valeurs éthiques de l’Évangile.

          Il est heureux que les Français demeurés fidèles à la morale traditionnelle ne soient pas restés indifférents à une initiative des autorités françaises inacceptable pour les chrétiens. Les nombreuses manifestations qui se sont déroulées récemment dans plusieurs villes de la République contre la légalisation des unions de personnes du même sexe. J’espère que les forces saines de la société française continueront à défendre activement la morale traditionnelle. »

        • sonnie dit :

          totalement à part des autres comentaires.
          j’ tique en bien sur le nom du pape : IOANNES XXIII ,
          pourquoi me direz vous ,eh bien parce que oannès était un poissonqui parlait qui a enseigné aux hommes terrestres les mathématiques cela c’est l’histoire egyptienne qui le rapporte,donc 3000 an avant notre ère donc 5000 ans; et d’autre part c’est que moi un jour j’ai eu des bulles de l’espace temps devant un poisson d’or…quelque chose me disait que j’avais vécu et connu des églises ou le dieu était un poisson d’or,comme jésus actuelement dans les églises actuelles…j’en suis sure il fut un temps où cela est arrivé,il reste à delphes « delphinum le dauphin;;des mythes grecs;;; les tribus noires anciennes parlent des extra-terrestres d’une autre planète qui étaient venu sur terre,c’était des etres aquatiques évolués…ils ont disparus depuis des milliers d’années,c’est les DOGONS le nom de cette tribu,leur histoire raconte tout….cherchez c’est sur le net..
          voilà je suis certaine que Ioannès a fondé la religion sur terre et qu’elle continue avec la chrétienté et les papes….

          • Otho dit :

            Effectivement Sonnie, Robert KG Temple en parle dans son livre « The Sirius Mystery ». Il soutient la thèse selon laquelle le peuple dogon a eu un contact du troisième type avec une civilisation d’extraterrestres amphibiens venus d’une planète proche de Sirius.
            http://www.dogon-lobi.ch/dogonalbum.htm
            Il s’est fondé pour cela sur les travaux des ethnographes français Germaine Dieterlen et Marcel Griaule (« Dieu d’eau » chez Fayard),
            http://classiques.uqac.ca/classiques/griaule_marcel/ogotemmeli_dieudeau/ogotemmeli_dieudeau.html
            et de leurs propres interprétations de la cosmogonie dogon.

            Un autre de ses ouvrages fit sensation « Sphinx Mystery » ! Il affirme que la statue du Grand Sphinx de Gizeh fut à l’origine une gigantesque représentation du dieu Anubis figuré sous la forme d’un canidé couché.

            Autre personne intéressante sur le même sujet : Immanuel Velikovsky

            Il est l’auteur de « Mondes en collision » :

            qui suggère que la terre a souffert de contacts trop rapprochés de différentes planètes dont celles de Mars et de Vénus !

  7. Engel dit :

    La 30è prophétie de Jean XXIII est bien curieuse :

    • « Voici le livre maudit, écrit par celui qui se haïssait et haïssait sa race. Voici le livre du mensonge, de la haine, des égouts. A cause de ses mots ils mourront nombreux, sans comprendre, sans connaître le véritable auteur. Parce que lui est mort depuis longtemps, et celui qui l’a trouvé se cache. Voici le livre qui invoque la haine, qui divise les hommes. Combien de mal il fera, combien de douleurs il fera naître, combien de guerres. Pour ce livre, on fabriquera de nouvelles armes et beaucoup d’hommes se fermeront sur eux-mêmes. Voici la vérité, on criera dans les jardins, sur les places. Celle-ci est la seule vérité. La terre et ses amours se retourneront. Soixante-dix ans le livre triomphera dans un quart du monde, il formera des meneurs, asservira des peuples. Et les hommes sèmeront haine et famine. L’orgueil, le rêve de l’orgueil, le nouveau paradis. Enfer sur la terre. Entre les guerres, quelqu’un parlera d’amour. Mais même vaincu, faux, démasqué, le livre aura toujours quelques adeptes, jusqu’à la fin des temps »

    De quel livre parle-t-il ? Un livre qui triomphera dans un quart du monde dit-il !

    • F dit :

      @Engel

      Certain prétend que j’ai déjà perdu ma selle et mes bottes !

      Là, c’est mes « deux » que je mets en jeu : je me les coupe, je me les émince et je me les poêle avec ail et épices pour les déguster avec raffinement… s’il ne s’agit pas de ce livre dicté par (hypothèse tenue pour vrai par moi-même pour l’instant) un rabbin satanique, jaloux du succès du christianisme (nous sommes en 600 après Jésus-Christ) ?

      Quel livre ?

      En l’an 600 ?

      Dieu vous bénisse (et me pardonne mon langage châtré…euh pardon châtié !)

      Amitiés

      Fred

        • Fred dit :

          @ Engel

          J’ai un truc radical (maintenant qu’on a confirmé ma sagacité quand au livre maudit -qui a dit « satanique »?-) mes « deux » sont soulagées, façon de parler, et respirent et le truc c’est: quand je vois arriver la faucille, non je ne sort pas mon marteau, mais je les rentre toutes les « deux » bien à l’abri là d’où elles viennent

          C’est un exercice de survie qui s’apprend, comme l’escargot qui rentre dans sa coquille: il suffit d’inspirer un bon coup en rentrant le ventre et hop, ça rentre d’un coup au « garage », bien au chaud

          Non mais!

          @ Patrick

          Merci d’avoir amené la preuve que j’avais visé juste

          Je compléterai en disant que l’hypothèse que je retiens actuellement est celle de la conspiration rabbinique, vers l’an 600 (quel est l’ignare qui a demandé si c’était avant ou après Jésus-Christ?) conduisant, à cette époque (env. 600 après J.-C., pour les ignares qui n’iront même pas se renseigner sur Wiki) un ou plusieurs rabbins à souffler, à dicter à Mohamed, le pieux païen, des versets d’une espèce de mélange de vrai (Abraham, Jésus-Christ etc.) et de faux (Jésus n’est pas le Messie, juste un prophète comme les autres) afin de bien embobiner les futurs Musulmans

          OK, les actuels Musulmans qui me liront vont « sauter au plafond »

          Et je les comprends

          Comment ? J’attaque leur religion, leur Prophète, leur Dieu Allah?

          Non, j’attaque celui ou plus vraisemblablement ceux qui ont monté « le coup » il y a 1’300-1’400 ans (je ne sais pas combien de temps ça a pris aux fourbes pour monter la machination)
          Ceux qui, constatant le succès, la montée du christianisme au détriment du judaïsme, sur toute la planète de l’époque, ont réagi avec duplicité contre Jésus-Christ, sa Parole, son Message, sa Réalité et sa Vérité, le crucifiant une seconde fois, 600 ans après l’avoir livré à Ponce Pilate afin de le mettre à mort honteusement et atrocement

          Quand je dis que « j’attaque », l’humilité veut que je modère mon propos: me référant à l’image de « la paille et la poutre », il faut d’abord « faire le ménage chez soi avant de critiquer le voisin », dont acte

          De plus, Jésus-Christ Dieu est « assez grand » pour se défendre tout seul (d’ailleurs, la question de l’élimination du mal est déjà réglée par LUI. Lisez les derniers chapitres de la Bible: le mal, la souffrance, le mensonge, le péché, la mort ont disparu, à jamais, pour laisser place à l’Amour infini qu’Il nous voue et qui, désormais, donc après le Jugement Dernier, est réciproque, l’Amour venant des Ressuscités à son égard étant devenu, lui aussi parfait, éternellement (réjouissons-nous!)

          Il n’a donc pas besoin des humains pour se « défendre ».
          Même si l’intention est bonne, elle peut « conduire en enfer »
          Mea culpa

          Quid alors des Musulmans, égarés par un livre « satanique »?
          C’est très simple!

          Ceux-ci seront (sont ou ont déjà été jugés) selon leur coeur
          Comme tous les humains, chrétiens ou non

          Depuis la mort puis la résurrection de Jésus-Christ, tous les humains peuvent être sauvés
          C’est notamment (ou exclusivement?) à leurs dispositions à aimer (et à aider) son prochain, sans distinction de race, de religion, de couleur de peau, d’âge, de sexe etc. que le jugement se fait (le 11ème Commandement de Jésus-Christ Dieu)

          Et réjouissons-nous de retrouver les Musulmans, comme d’autres, avec nous au Royaume des Cieux, car les quelques uns que je connais sont bien plus accueillants, plus aimables et plus respectueux que la plupart des « soi-disant » chrétiens que je côtoie tous les jours dans nos rues, dans les bureaux et dans les établissements publiques (et moi-même suis souvent ce « pisse-froid » hautain et suffisant que je fustige)

          Salam alikoum!
          Shalom!
          Maranatha!

          Fred

      • Patrick dit :

        Une vidéo pour votre sagacité intellectuelle : La vérité sur l’Islam !

  8. Crochet dit :

    @Fred

    Bonjour,

    Je vous donne rendez-vous le 22 Décembre 2012, ici, sur ce fil de discussion.
    J’ai vu, à la lecture de votre longue litanie, que vous passez beaucoup trop de temps sur des sites dit  » conspirationniste  ». Vous parlez de NOM, de monnaie unique, d’internet bloqué, de sons etc.. Mais comment peut-on être à ce point aveuglé par tant de croyance, être à ce point manipulé mon ami. Rien ne se passera le 21/12, ni le 22/12..ni après. Arrêtez d’attendre un évênement qui n’arrivera pas..Votre vie est à ce point si monotone que vous attendez un cataclysme pour en donner un sens ? Désole de vous heurter mais vous allez devoir retourner à vos chères études, et lever un peu la tête au lieu d’avoir le nez plongé dans votre bible ! vous verrez la vie peut être belle.. @ bon entendeur

  9. Andrée dit :

    L’Antechrist doit être à la tête de l’Europe ! Mais avant, il faudrait que celle-ci soit fédérale ! Pour que les citoyens n’aient plus mots à dire !

    Et bien, la fédération de la zone euro verrait le jour en 2018 :

    Sortis des cartons de la Commission, présenté en catimini lors du précédent sommet européen, le projet de fédération de la zone prend forme au travers d’un document de 55 pages

    http://bruxelles.blogs.liberation.fr/blueprint_fr.pdf

    Décortiqué par l’européiste Jean Quatremer, qui fait mine de croire à l’incompétence de Barroso pour avoir sorti cette bombe au plus mauvais moment, alors que c’est la vieille technique de la Commission, en sorte que ledit document ne fasse pas la une des journaux.

    http://bruxelles.blogs.liberation.fr/coulisses/2012/12/2018-la-f%C3%A9d%C3%A9ration-de-la-zone-euro-voit-le-jour.html#more

  10. dominique dit :

    L’Antéchrist sera issu d’une union d’un (faux prêtre et d’une fausse religieuse) il ne pourra s’agir donc d’un Juif ou sioniste ,ni d’un musulman je regrette que dans certain doc fournis on a tendance à pointer du doigt le sionisme comme vecteur du mal on a connus ça il y a 70 ans ,je suis catholique mais je n’apprécie pas certains coms ,et aussi le terme « effrayant »
    d’événements qui vont se dérouler …Et si la vérité était bien plus simple …N’ayez pas peur !

  11. 'Anne dit :


    Depuis plusieurs jours, est médiatisée l’information selon laquelle la prière du Notre Père changerait ! Le 22 novembre 2013 prochain, « Et ne nous laisse pas entrer en tentation » remplace « Ne nous soumets pas à la tentation ».

    Comme l’écrivait Saint Jacques : « Que nul, quand il est tenté, ne dise que sa tentation vient de Dieu ».

    On se demande encore pourquoi on n’est pas resté sur la formule précédente qui était : « Mais ne nous laisse pas succomber à la tentation ».

    D’autre part, au sujet de l’Eucharistie, il y reste un non sens dans le « Prenez et buvez » ! Chez les Luthériens d’Oslo, on trempe l’hostie dans le vin, ce qui permet d’avoir les deux espèces. Pourquoi donc ne suit-on pas ce que Jésus nous a demandé de faire ?

    Alors que Paul raconte

    • « 1 Corinthiens 11…23Car j’ai reçu du Seigneur ce que je vous ai enseigné; c’est que le Seigneur Jésus, dans la nuit où il fut livré, prit du pain, 24et, après avoir rendu grâces, le rompit, et dit: Ceci est mon corps, qui est rompu pour vous; faites ceci en mémoire de moi. 25De même, après avoir soupé, il prit la coupe, et dit: Cette coupe est la nouvelle alliance en mon sang; faites ceci en mémoire de moi toutes les fois que vous en boirez.… »

    curieusement, les récits de Matthieu et Marc ne mentionnent que le partage du pain et du vin (Jean n’en dit pas un mot) ! Et si elle se trouve chez Luc (Luc 22:19), elle manque, dans plusieurs manuscrits anciens de cet évangile. Aurait-elle été rajoutée sous l’influence de Paul ?

    • « Luc 22…18car, je vous le dis, je ne boirai plus désormais du fruit de la vigne, jusqu’à ce que le royaume de Dieu soit venu. 19Ensuite il prit du pain; et, après avoir rendu grâces, il le rompit, et le leur donna, en disant: Ceci est mon corps, qui est donné pour vous; faites ceci en mémoire de moi. 20Il prit de même la coupe, après le souper, et la leur donna, en disant: Cette coupe est la nouvelle alliance en mon sang, qui est répandu pour vous.… »

    Nous connaissons donc cette parole par Paul. D’où l’apôtre la tenait-il lui-même? Il ne faisait pas partie des disciples de Jésus, et n’a pas assisté à son dernier repas. Une phrase énigmatique introduit son récit : « J’ai reçu du Seigneur ce que je vous ai transmis ». Faut-il comprendre que le Seigneur a informé directement Paul dans une vision de ce qui s’est passé ce soir-là ?

    Dans le monde juif, le repas pascal rappelait, chaque année, la sortie d’Égypte. Matthieu et Marc y font allusion en précisant que le dernier repas de Jésus est pascal, ce que ne fait pas Paul (les corinthiens ne devaient guère connaître la Pâque juive). Dans le monde grec, on célébrait des repas d’anniversaires « en mémoire » d’un mort, et la formule « faites ceci en mémoire de moi », employée dans une lettre dont les destinataires vivent à Corinthe, en Grèce, les évoque, alors qu’elle manque dans les textes de Matthieu et de Marc écrits pour des palestiniens qui ne pratiquent pas ce type de banquets funéraires.

    Mais le mot grec utilisé pour désigner le pain rompu par le Seigneur lors de Son dernier repas est le mot « artos », qui est celui que l’on emploie pour une miche de pain levé,alors qu’il existe un mot grec spécifique pour désigner le pain azyme, « azumos » (non levé car il est seulement constitué d’eau et de farine pétries ensemble). La Sainte Cène chrétienne n’a donc rien à voir avec le repas de la Pâque Juive ! Il s’agit d’un repas nouveau, destiné à inaugurer une alliance nouvelle dans le sang de l’Agneau de Dieu !

    • FredvB dit :

      Chère Anne,

      Merci pour cette info.

      La formule « ne nous soumet pas » ou « ne nous induit pas » m’avait été expliquée par un savant et m’avait donc paru justifiée (mais je ne retrouve pas le raisonnement qui m’avait alors convaincu).

      Pour moi, c’est Satan qui avait soumis Jésus-Christ à la tentation, ce qui induit que c’est toujours lui qui est le tentateur ; je n’ai jamais conçu Dieu dans ce rôle.

      Je serai donc soulagé quand la nouvelle formule sera adoptée.

      Salam alikoum!
      Shalom!
      Maranatha!

      Fred

      Note : Bien que je ne sois pas catholique, au sens institutionnel du terme, je le suis dans le sens premier de ce terme (= Eglise universelle). Je me suis rallié à une Eglise du Réveil qui attend les grands Evénements et s’y prépare spirituellement, dans ses paroles et dans ses actes, sereinement.

      Pour moi, Benoît XVI et François ont fait des choses magnifiques lorsqu’ils ont proclamé au monde ce printemps 2013, à quelques jours d’intervalle : « Mettez Jésus-Christ au centre de votre vie » respectivement « Soyez Chrétien dans tous les actes de votre vie quotidienne » (J’y ai vu un signe, une Révélation).

      Gloire à Dieu (« Soyez toujours joyeux, priez sans cesse et soyez reconnaissants de toutes choses »).

      • Anne dit :

        Oui FredvB et dernièrement, le pape François a insisté sur ce que ne devait pas être l’Eglise : ni un commerce, ni une organisation humanitaire ou ONG. Mais elle avait mandat de diffuser le Christ et l’Evangile. Si par malheur il advenait que l’Eglise n’apporte plus Jésus, elle serait morte. Et, comme modèle de l’Eglise il y a Marie !
        http://visnews-fr.blogspot.fr/2013/10/marie-modele-de-la-foi-de-leglise.html

        • FredvB dit :

          Chère Anne,

          Ce n’est pas parce que je suis « Sola Scriptura » que je suis insensible à des messages d’Amour comme le vôtre au sujet de Marie.,

          Parler de Marie, la Maman de Jésus-Christ est chose délicate, si l’on ne veut pas transgresser l’ordre qui nous a été donné par Dieu de ne pas se faire d’interprétation personnelle de la Bible.

          Et je trouve que le pape François a usé de la plus fine délicatesse dans sa « présentation (de) Marie comme modèle de l’Eglise » tel que son message de ce jour nous est rapporté au travers du lien que vous avez donné.

          Cette fine délicatesse, en cette occasion comme dans d’autres, me semble être la marque de ce personnage, en tout cas jusqu’ici (Jésuite présume une intelligence capable de faire preuve de telles qualités !)

          Vous savez, si l’Eglise catholique a été et continue d’être diabolisée, au point d’être honnie même par des Chrétiens, des réformés comme par certains catholiques ou ex-catholiques, je n’en prie pas moins tous les jours pour elle, son pape et bien sûr tous les fidèles (et infidèles !) à celle-ci.

          Que serait le Salut si c’est pour se retrouver « seul » devant Dieu ?

          Le Projet de Dieu n’est pas d’éliminer (bien que nous le méritions tous), mais bien de Sauver. Et c’est ce qu’IL a fait en donnant Son Fils Unique afin qu’IL soit sacrifié ignoblement pour nous racheter de nos péchés.

          Prions tous ensemble, « sans cesse », dans la joie du Don de la Vie, du Don du Salut et du Don de la Promesse du Royaume des Cieux dont l’avènement se produira au retour de Notre Seigneur.

          Est-ce parce que je suis Adventiste (depuis peu et par choix personnel, je précise), mais avec Marie, je tiens à associer Joseph, son digne mari qui a lui accepté d’être le père « adoptif » de Jésus-Christ, chose qui n’allait absolument pas de soi à l’époque… ni même de nos jours et encore moins pour un descendant du Roi David !

          Parmi les contemporains de Jésus-Christ, j’aimerais aussi que Lazare (et sa Maison) soit associé à ceux qui ont donné sans compter pour Jésus-Christ : il fait tout-de-même partie de Sa « Famille d’adoption », alors qu’avec Ses propres frères « utérins » Jésus-Christ vivait des difficultés vraiment pénibles.

          Lazare ressuscité ? Oui, pour ses soeurs, ses amis,npour vous, et pour moi (ô combien ! C’est la lecture du texte de sa résurrection qui a conduit à ma conversion au christianisme il y a un peu plus d’un an sur un site web… catholique, moi l’ancien protestant devenu mécréant depuis l’adolescence: Dieu ne fait rien « à moitié » et encore moins quand on sait que « jurant » ne plus jamais me « compromettre » avec une Eglise ou une religion, Dieu me « donne » pour 10 jours un savant fils de pasteur adventiste afin que je l’éprouve dans son savoir et ses convictions. Au final, j’avais compris que ces gens-là ont bien le « nez dans la Bible », mais la Parole et le geste pour leur prochain, catholiques compris. J’abrège).

          Lazare ressuscité ? Ce n’était donc point un « cadeau » pour lui (saint, il entrait dans le Royaume des Cieux en un « instant » après sa mort (j’abrège). Non, le riche Lazare qui utilisait sa fortune « chrétiennement » (oui, ça existe) a formidablement contribué à l’essor du christianisme après la mort de son Ami et Maître.

          Je ne parle pas des disciples, car avant la Pentecôte et leur « onction » par le Saint-Esprit, Le Messie a eu bien du « fil à retordre » avec eux. Mais ne leur jetons pas la pierre (sans jeu de mots), car nous ne savons pas comment nous nous serions comportés à leur place. Quant à moi, je n’en sais rien et je préfère ne pas savoir.

          En résumé, « oui » à Marie, accompagnées des autres contemporains très fidèles et aimants de Notre Sauveur.

          Frappant : A la relecture du communiqué papal, je ne vois trace de « Vierge », « Sainte » ou autres attributs. Quelle religion magnifique ! Merci Seigneur ! Alleluia !

          Que Dieu vous bénisse, vous et tous les humains qui ont Jésus-Christ en eux.

          Votre Frère Fred

          • Anne dit :

            Ellen White était une adventiste ! Mais il faut tout de même avouer qu’elle s’est trompée plusieurs fois dans ses prophéties ! Ne disait-elle pas qu’elle serait vivante au moment de l’Enlèvement ?

            Il y a quelques phrases dans le Nouveau Testament qui pourraient vous gêner FredvB ! Notamment celle qui dit « Pierre sur cette pierre je bâtirais mon Eglise ! » Jésus met en place là la papauté ! Par contre que vous préfériez le samedi plutôt que le dimanche comme jour de repos pourquoi pas ! Cela dit, le dimanche est le jour ou Jésus ressuscita ! Ce qui le prédispose à la messe avec son Eucharistie ! Et les Adventistes ont-ils le sacrement de la confession ? Comme celui qui est indiqué dans le Nouveau Testament ? Jésus à ses apôtres : « Tout ce que vous lierez sur la terre sera lié dans les cieux, et ce que vous délierez sur la terre sera délié dans les cieux »

            • Fred vB dit :

              Chère Anne,

              Oui, Hellen G. White était une adventiste qui a beaucoup évolué au cours de sa vie. Comme d’autres, elle a bien cru au retour de Jésus-Christ pour 1844 (date à laquelle son Eglise ne s’appelait pas encore « Adventiste »).

              Erreur ! 1844 n’était pas cela.

              Qu’était-ce donc ?

              Bien difficile à comprendre : il semble que ce serait la date de l’ouverture de l’instruction du Jugement, son exécution ayant lieu au Jour du Jugement dernier, c’est-à-dire au moment de la sentence (Apocalypse 20.12-13 et 22.12 notamment).

              Cette nouvelle Eglise a-t’elle péché par aveuglement ? A-t’elle ensuite été punie pour avoir fait fausse route ? Dans l’immédiat après-1844 on pourrait le penser car beaucoup de membres l’ont quittée, mais par la suite on voit une floraison d’Eglises du Réveil éclore et le nombre de fidèles se compter rapidement en millions… toujours ça de pris sur Satan !

              Quant à la Bible, Ancien ou Nouveau Testament, rien ne peut me gêner si ce n’est de savoir que je suis pécheur. Par bonheur, Jésus-Christ a racheté le péché pour qui confesse cette Vérité et se repend sincèrement.

              Comme j’ai encore énormément à apprendre de la Bible (et qui, à part Notre seigneur peut se targuer de la connaître et de la comprendre parfaitement ?), je reconnais qu’il y a infiniment de choses qui m’échappent encore : le chemin est long.

              Comme Dieu lit dans nos coeurs (et dans nos reins), IL connaît chacun de nos actes et surtout chacune de nos pensées, de nos intentions, de nos motivations, si elles sont pures ou non. Et quand je prie ou agit, même maladroitement, Dieu sait et « juge » en fonction de ces réalités qui sont transparentes pour Lui.

              Comme IL est à la fois Vérité, Justice et Fidélité, nous avons tout lieu à la fois de le craindre et de l’Aimer. C’est ma confiance en Lui qui est mon « moteur ». Même si le doute m’assaille souvent, c’est toujours la foi qui reprend le dessus… Grâce à Dieu.

              S’il fallait résumer, je dirais que l’Eglise catholique EST, dès le début la seule vraie Eglise universelle (d’où son nom). Fait-elle tout juste ? Elle le prétend (infaillibilité). Ce qui est sûr, c’est qu’un jour, elle fera tout juste : l’action du Saint-Esprit est toute puissante et apportera ce que nous attendons : recevoir, la plénitude du Saint-Esprit. Ce jour-là, tous les humains ayant Christ dans leur coeur seront réunis dans la Sainte Eglise universelle, l’Epouse du Christ.

              Amitiés

              Fred

              • Anne dit :

                L’Eglise catholique (universelle) est composée de pécheurs ! Il faut donc s’attendre à ce qu’elle ne se conduise pas d’une manière irréprochable ! D’autre part, si elle est véritablement la vraie Eglise, elle doit être la principale cible des anges rebelles ! Celle la plus attaquée !

                Les prophéties vont jusqu’à dire qu’il y aura un faux pape non élu ! Cette période de Fin des Temps où nous sommes, devrait s’accélérer quand un pape très âgé devra fuir Rome. Sans doute est-ce lors de l’invasion de l’Europe par la Russie et de ses alliés musulmans (Iran…), soit à cause de la Syrie soit à cause de l’Iran attaqué par Israël. Les pays d’Europe sont devenus des pays satellites des USA. Ne pouvant plus créer de monnaie contrairement à la Fed, ils sont condamnés à s’appauvrir au profit de la haute finance anglo-saxonne. Celle-ci veut un Nouvel ordre Mondial dictatorial avec une Nouvelle Religion fabriquée de toute pièce qui ne serait plus verticale (terre/ciel) mais horizontale (l’homme-dieu). L’anti-christ connaitra alors son apogée avant d’être fourvoyé 3 ans et demi après. Le mensonge étant son maître-mot, pour le contrecarrer Dieu a prévu la Croix dans le ciel (provoquée par le choc de deux astéroïdes) une semaine avant l’Avertissement. Ce dernier nous permettra de revoir notre vie comme dans une NDE (near death experience) et nous alerter sur le danger d’une puce injectée dans le corps (car elle pourra influencer notre esprit par le biais de basses ondes, nous transformant ainsi en zombie).

                Notre génération va donc être témoin de bouleversements sans précédents. Celui qui aura la foi discernera bien plus facilement les pièges démoniaques des responsables du chaos qui arrive.

  12. Ursule dit :

    Quelques pages du livre sur les prophéties de Jean XXIII : « Paix dans le triangle dans la pyramide, dans les trois points que nous avons connus, reconnus, révélés… les enfants de la descendance de l’aigle et du serpent, de la flèche et du serpent sauront se reconnaître hors des prisons. Aujourd’hui ils sortent et se retrouvent sur la route avec la chair vive des Maîtres du passé. Et unis, ils sont la lumière….. »

    http://books.google.fr/books?id=lmmvqfC02fgC&pg=PT63&lpg=PT63&dq=Patricia+morte+au+mur+de+Berlin&source=bl&ots=avF_lCzWWx&sig=a3TZ9c5RwmKP7BNRwOduJQLscRU&hl=fr&sa=X&ei=bcBgU4vjO-qh0QXR8oHACg&ved=0CDcQ6AEwAQ#v=onepage&q=Patricia%20morte%20au%20mur%20de%20Berlin&f=false

    Que dit l’auteur de ce livre au sujet de Jean XXIII et de son initiation : « Elle n’a rien de satanique, d’interdit, de noir. Elle est une force émanant de Dieu, un chemin différent pour certains choisis d’une manière non élitiste. Cette tradition est soeur du christianisme, elle n’a aucun lien avec des cercles ou des institutions pseudo-ésotériques ou pseudo-initiatiques qui ont oublié leurs tables fondamentales pour se jeter dans de grotesques batailles temporelles. »

  13. Luc dit :

    « Qualifier Jean XXIII de pape « progressiste » relève de la simplification à outrance. Né en 1881 dans une famille pauvre de la région de Bergame, dans le nord de l’Italie, Angelo Roncalli est héritier d’une vision hypertraditionnelle de la foi qu’il conservera jusqu’à la fin de sa vie. Son modèle était même Pie X, connu pour sa virulence antimoderniste. Dans son journal intime, Roncalli s’épanche selon les valeurs du concile de Trente, exaltant les mortifications et les sacrifices. À la veille de mourir, il s’offre à Dieu selon une conception expiatoire très courante à l’époque. « L’autel veut une victime, me voici prêt ! » On peut s’amuser à imaginer ses réactions s’il avait connu les remises en cause de l’autorité au sein de l’Église après 1968, ou certaines expérimentations avant-gardistes des années 1970 en matière de catéchèse ou de liturgie… » écrit Jean Mercier
    http://www.lavie.fr/religion/catholicisme/jean-xxiii-un-conservateur-revolutionnaire-22-04-2014-52206_16.php

    Andrea Morigi rapporte un épisode de la vie de Jean XXIII, extrait de son journal lorsqu’il était nonce à Paris : « J’ai assisté à la Messe à Saint-Séverin. J’y ai pris froid. La musique s’est bien améliorée mais la Messe face au peuple est une grave entorse aux lois liturgiques. Le Canon est lu à voix haute et non en secret comme le prescrit le missel.… J’ai averti le curé de la gravité de cet abus et je crois qu’il cessera. Oh, que de difficultés j’ai avec ces têtes chaudes et un peu farfelues ! » Si l’on songe que cette anecdote date de 1951, il y a là matière à réflexion sur la qualité de la formation liturgique avant le Concile et sur l’état d’esprit du futur pape quant à un éventuel aggiornamento liturgique.
    http://blog.messainlatino.it/2014/04/dopo-san-pio-v-il-messale-in-latino-ha.html

    Andrea Morigi rappelle aussi qu’en 1959 Jean XXIII tint à célébrer la Semaine Sainte selon les livres liturgiques d’avant la réforme permise par son prédécesseur, Pie XII. Quand on sait que cette réforme était déjà due au futur auteur de la réforme de Paul VI, Annibale Bugnini, on peut en effet s’interroger, comme le fait Jean Mercier, sur ce que Jean XXIII aurait pensé de la liturgie des années 70 !

    Jean XXIII était en outre très attaché à l’habit ecclésiastique (même si c’est sous son règne que se répandit l’usage, en France, de l’habit de clergyman). L’effacement du sacerdoce qui résultait de l’expérience des prêtres-ouvriers lui paraissait incompréhensible : c’est lui, et non Pie XII, qui décida de l’arrêt complet de l’expérience des prêtres ouvriers, en juillet 1959. De même, c’est lui, et non Pie XII, qui condamna les fumeuses rêveries du Père Teilhard de Chardin par son monitum du 30 juin 1962. C’est aussi lui qui prit prétexte des 70 ans de Rerum Novarum pour rappeler les fondements de la doctrine sociale de l’Église dans l’encyclique Mater et Magistra.

    Avec les excellents latinistes de son entourage, Mgr Felici ou son ami le cardinal Antonio Bacci, il s’employa à une restauration du latin propre à l’Église, notamment de ce magnifique latin forgé dans l’Antiquité tardive pour devenir la langue liturgique de l’Église de Rome, distinct du latin cicéronien. Il signa ainsi avec beaucoup d’éclat la constitution Veterum Sapientia, du 22 février 1962, jour de la Chaire de Saint-Pierre, non pas comme on signe d’habitude les encycliques dans le bureau du Pape, mais sur le tombeau de saint Pierre, en présence de tous les cardinaux, archevêques et évêques présents à Rome, tout comme une cérémonie de promulgation d’un dogme. Cette constitution rappelait la place du latin, sa dignité, son caractère devenu sacré dans l’usage de l’Église de Rome. Jean XXIII allait jusqu’à décider qu’on devait user à nouveau du latin comme langue d’enseignement ecclésiastique, non seulement dans les universités romaines, mais dans les cours donnés dans les séminaires du monde. Une mesure hélas destinée à être emportée par la tempête conciliaire et dont le manque se fait dramatiquement sentir aujourd’hui.

    De plus, il est revenu à Jean XXIII de publier une nouvelle « édition typique » (édition étalon) du Missel tridentin de saint Pie V (1570), et du Bréviaire tridentin du même saint Pie V (1569).

    • inspiré dit :

      C’est pourtant lui l’auteur du concile Vatican II, rompant avec les traditions. Si bien qu’Aujourd’hui les autels ressemblent à des tables Francs-maçonnes, que la messe n’est plus prononcé en Latin, entre-autres atteintes faites à la religion chrétienne…..

  14. Benoit dit :


    Le Notre Père en grec

    (Conférence donnée à l’université d’été du Centre Henri et André Charlier et de Chrétienté-Solidarité, à Salérans, le 6 août 2008)

    « Pour briser cette routine qu’est la récitation du chapelet, j’ai récemment décidé d’apprendre le Notre Père en grec. Or je ne connais pas le grec. Apprendre le Notre Père dans cette langue m’a donc obligé à faire attention à chaque mot. Il semble évident pour tout le monde, aujourd’hui, que Jésus a enseigné le Notre Père en araméen. La seule discussion est entre ceux qui disent que c’était en araméen, et ceux, plus rares, qui affirment que c’était en hébreu.

    C’est la mode aujourd’hui de dire, après Tresmontant et Carmignac, que les évangiles ont d’abord été écrits en araméen. Mais rien ne permet d’étayer cette hypothèse. Et la grande preuve que l’on avance n’en est pas une. La preuve que c’était d’abord écrit en araméen, nous dit-on, ce sont les hébraïsmes qui parsèment le texte. Ce n’est évidemment pas une preuve. Le grec que l’on parlait en Palestine était forcément nourri d’hébraïsmes, comme le français qu’on parle dans les campagnes bretonnes est parsemé de tournures venues du breton, comme le français qu’on parle au Liban recèle des tournures arabes. On constate a contrario que lorsque l’évangéliste cite un texte de l’ancien testament, il le cite dans la version des Septante. Donc en grec, originellement en grec. On ne peut imaginer l’évangéliste rechercher dans un manuscrit des Septante la citation exacte de ce qu’il avait d’abord cité en araméen. D’ailleurs on ne voit pas pourquoi il prendrait cette peine. Jésus parlait manifestement araméen dans la vie de tous les jours, comme les évangiles en conservent le témoignage (lorsqu’il dit « Talitah qumi », jeune fille lève-toi, ou « Ephpheta », ouvre-toi, ou quand il appelle saint Pierre Kephas). Mais quand il cite l’Ancien Testament, c’est toujours dans le texte grec des Septante (sauf une fois, sur la croix, ce qui mériterait d’être étudié). Et j’en viens à me demander s’il n’aurait pas enseigné le Notre Père en grec à cause des sonorités du Notre Père dans cette langue, sonorités qui le découpent de façon très précise, et dont les allitérations et les assonances n’existent dans aucune autre langue :
    Pater imone o en dis ouranis,
    hayiasthito to onoma sou,
    eltheto i vassilia sou,
    yenithito to thélima sou,
    os èn ourano kai epi tis yis;
    tone artone imone tone epioussione dhos imin simerone ;
    kai aphès imine ta ophilimata imone,
    os kai imis aphiémène tis ophilétais imone ;
    kai mi issénènguis imas is pirasmone,
    alla rhissai imas apo tou ponirou.

    Ceux qui connaissent le grec doivent trouver que je prononce n’importe comment. En fait je prononce comme les Grecs le prononcent, comme on le prononce dans la liturgie grecque, et non pas comme les professeurs français voudraient qu’on le prononce depuis qu’Erasme a inventé une prononciation du grec au lieu d’aller voir à Athènes comment on le prononçait. En outre, comme l’attestent les spécialistes, cette prononciation est à peu de choses près celle qui avait cours dans le bassin méditerranéen au temps du Christ. Au temps de la kini, que les hellénisants appellent aujourd’hui koïné mais qui ne s’est jamais prononcé ainsi. Je ne suis pas le premier, évidemment, à parler de cette musique. Voici ce que dit Simone Weil, dans Attente de Dieu, après avoir découvert le Pater en grec : « La douceur infinie de ce texte grec m’a alors tellement prise que pendant quelques jours je ne pouvais m’empêcher de me le réciter continuellement. Depuis lors je me suis imposé pour unique pratique de le réciter une fois chaque matin avec une attention absolue. Si pendant la récitation mon attention s’égare ou s’endort, fût-ce d’une manière infinitésimale, je recommence jusqu’à ce que j’aie obtenu une fois une attention absolument pure. »

    Au ciel comme sur la terre

    Vous constatez qu’il y a d’abord une première péricope, qui est l’adresse à Dieu :
    Pater imone o èn dis ouranis,
    Notre Père qui est dans les cieux, le verbe être étant sous-entendu.
    Ensuite on a trois propositions parallèles, fortement marquées par la terminaison identique du verbe et leur fin identique :
    hayiasthito to onoma sou,
    eltheto i vasilia sou,
    yenithito to thélima sou,
    que soit sanctifié ton nom, que vienne ton règne, que soit faite ta volonté.
    C’est la seule langue où l’on a à la fois une rime interne, to, et une rime finale, sou.
    Après ces trois propositions qui forment à l’évidence un tout, vient la suite :
    os en ourano kai epi tis yis
    au ciel comme sur la terre, littéralement : comme au ciel, de même sur la terre.
    Il en résulte que « au ciel comme sur la terre » s’applique aux trois propositions précédentes. En latin, et plus encore en français, on est conduit à rapporter « au ciel comme sur la terre » à la troisième proposition, en disant « fiat voluntas tua sicut in cælo et in terra » : que votre volonté soit faite sur la terre comme au ciel. En grec, le mouvement de la phrase ne le permet pas, et il y a une virgule après « thélima sou ». Ainsi donc le Pater en grec souligne que ce qui doit se faire sur la terre comme au ciel, c’est en même temps la sanctification du nom de Dieu, la venue du royaume, et la volonté de Dieu. Cela ne change pas beaucoup la signification de ces paroles, mais leur apporte un éclairage qui n’est pas sans intérêt. On constate aussi que « épi tis yis » conclut cette partie du Notre Père par sa rime avec l’adresse du début : « èn dis ouranis… epi tis yis ». En dis ouranis, dans le ciel, epi tis yis, sur la terre.

    Le pain supersubstantiel

    Après « os èn ourano kai épi tis yis », qui sonne donc comme une finale, on change totalement de sonorités, avec une phrase qui se tient seule et qui contient six fois le son one :
    Tone artone imone tone epioussione dhos imine simérone.
    Notre pain donne-nous aujourd’hui. Les sonorités insistent sur cette demande, qui est pressante.
    Mais ce pain que nous demandons est caractérisé par un adjectif : « épioussione ».
    En latin on dit :
    Panem nostrum quotidianum da nobis hodie.
    Et en français :
    Donnez-nous aujourd’hui notre pain quotidien (ou : de chaque jour).
    C’est très curieux. Comme on l’a déjà vu, et comme on va le voir plus encore par la suite, le Notre Père a été traduit du grec en latin de façon très littérale. Mais épioussione ne peut pas vouloir dire quotidianum, quotidien. Un mot qui du reste fait un peu double emploi avec aujourd’hui, ou de ce jour. Il est curieux de constater que le mot épioussione a été traduit par quotidianum dans l’évangile de saint Luc, et par supersubstantialem dans l’évangile de saint Matthieu. Et que saint Jérôme, qui a revu les traductions, a laissé cette double traduction, qui a permis d’avoir le Pater tel que nous le connaissons en latin (et en français), tout en conservant le mystère du mot originel pour celui qui veut aller voir plus loin. Il se trouve que le mot épioussione n’existe pas dans la langue grecque. Il ne se trouve que dans le Pater. Les exégètes ont tenté de le tordre dans tous les sens pour essayer de lui donner une signification qui ressemble plus ou moins à quotidien. La plus courante est de dire : en fait, c’est « épi tine oussane », sous-tendu « simerane », ce qui veut dire : pour le présent jour (jour étant sous-entendu). Non seulement c’est bancal, mais aucun manuscrit ne l’atteste. Au contraire, tous les manuscrits, les centaines de manuscrits de Matthieu et de Luc, portent tous épioussione. Alors qu’il suffit de prendre le mot tel qu’il est. Et si Jésus a inventé ce mot, c’est parce qu’il désignait une réalité radicalement nouvelle.
    Epioussione se traduit en effet par supersubstantialem, c’est-à-dire sur-substantiel, super-substantiel.
    Voilà qui nous rappelle ce que je vous disais à propos du psaume 108, où l’on trouve quatre fois un mot qui n’existe pas en latin : supersperavi. J’ai super-espéré. Eh bien, en grec, le préfixe est également épi : épilpissa. Si on traduit épi-lpissa par super-speravi, il est encore plus évident que épi-oussione se traduit par super-substantialem. Je viens de dire : si Jésus a inventé ce mot. Mais oui. Je ne peux m’empêcher de voir là un fort indice que le Pater a été dit en grec, et que tant Matthieu que Luc ont fidèlement et pieusement retranscrit le mot inconnu, sans comprendre ce qu’il signifiait. Qu’est-ce qui est le plus plausible, que ce soit l’agent juif des douanes et le médecin syrien qui l’aient inventé pour traduire un mot araméen, ce qui serait une très mauvaise traduction, ou que ce soit le Verbe de Dieu qui nous l’ait révélé ? Jésus attire ainsi l’attention sur oussia, la substance. Et sur sa substance. Vous savez comme ce mot fera l’objet de terribles controverses, jusqu’au concile de Nicée. Lequel imposera la formule que le Fils est consubstantiel au Père : homo-oussia. Et cela nous parle aussi de l’eucharistie, cette manifestation du Verbe fait chair sur les autels, par la transsubstantiation. Ecoutez l’explication de cette phrase du Pater par saint Ambroise, qui d’emblée, sans même se poser la question, ne conçoit ce pain que comme le pain eucharistique : « Donne-nous aujourd’hui notre pain quotidien. Je me souviens de ce que je vous ai dit quand j’expliquais les sacrements. Je vous ai dit qu’avant les paroles du Christ, ce qu’on offre s’appelle pain ; dès que les paroles du Christ ont été prononcées, on ne l’appelle plus du pain, mais on l’appelle corps. Pourquoi alors, dans l’oraison dominicale qui suit immédiatement, dit-il “notre pain”? Il dit pain, certes, mais il l’appelle épioussione, c’est-à-dire supersubstantiel. Ce n’est pas ce pain qui entre dans le corps, mais ce pain de vie éternelle qui soutient la substance de notre âme. C’est pour cela qu’en grec il est dit épioussione. » Et il poursuit : « S’il est quotidien, ce pain, pourquoi attendrais-tu une année pour le recevoir, comme les Grecs ont coutume de faire en Orient ? Reçois chaque jour ce qui doit te profiter chaque jour. Vis de telle manière que tu mérites de le recevoir chaque jour. Celui qui ne mérite pas de le recevoir chaque jour ne mérite pas de le recevoir après une année. Ainsi le saint Job offrait chaque jour un sacrifice pour ses fils, de peur qu’ils n’eussent commis quelque péché dans leur cœur ou en paroles. Toi donc, tu entends dire que chaque fois qu’on offre le sacrifice, on représente la mort du Seigneur, la résurrection du Seigneur, l’ascension du Seigneur, ainsi que la rémission des péchés, et tu ne reçois pas chaque jour le pain de vie ? Celui qui a une blessure cherche un remède. C’est une blessure pour nous d’être soumis au péché ; le remède céleste, c’est le vénérable sacrement.
    « Donne-nous aujourd’hui notre pain quotidien. Si tu le reçois chaque jour, chaque jour pour toi c’est aujourd’hui. Si le Christ est à toi aujourd’hui, il ressuscite pour toi aujourd’hui. Comment ? “Tu es mon Fils, aujourd’hui je t’ai engendré.” Aujourd’hui, c’est quand le Christ ressuscite. “Il était hier et il est aujourd’hui”, dit l’apôtre Paul. Mais il dit ailleurs : “La nuit est passée, le jour est arrivé.” La nuit d’hier est passée, aujourd’hui le jour est arrivé. »
    Tone artone imone tone épioussione. Vous voyez que pour saint Ambroise il ne peut s’agir que du pain eucharistique. Ce pain supersubstantiel, c’est le pain du ciel. Qui était annoncé dans la Bible : les psaumes 77 et 104 disent que Dieu a rassasié les Hébreux du pain du ciel dans le désert. Pane cæli saturavit eos. C’était la manne, et elle était en quelque sorte supersubstantielle parce qu’elle venait d’en haut et ne ressemblait à rien sur la terre, et elle était quotidienne car elle pourrissait si l’on en faisait provision pour le lendemain, sauf quand c’était pour le sabbat.
    Vous connaissez le dialogue entre Jésus et ses disciples après la multiplication des pains, dans l’évangile de saint Jean : « En vérité, en vérité, Je vous le dis, Vous Me cherchez, non parce que vous avez vu des miracles, mais parce que vous avez mangé du pain, et que vous avez été rassasiés. Travaillez en vue d’obtenir, non la nourriture qui périt, mais celle qui demeure pour la vie éternelle, et que le Fils de l’homme vous donnera ; car c’est Lui que Dieu le Père a marqué de Son sceau. Ils Lui dirent donc : Que ferons-nous pour faire les œuvres de Dieu ? Jésus leur répondit : L’œuvre de Dieu est que vous croyiez en Celui qu’Il a envoyé. Ils lui dirent : Quel miracle fais-tu donc, afin que nous voyions et que nous croyions en toi ? que fais-tu ? Nos pères ont mangé la manne dans le désert, ainsi qu’il est écrit : Il leur a donné à manger le pain du Ciel. Jésus leur dit : En vérité, en vérité, Je vous le dis, ce n’est pas Moïse qui vous a donné le pain du Ciel, mais c’est Mon Père qui vous donne le vrai Pain du Ciel. Car le pain de Dieu est Celui qui descend du Ciel, et qui donne la vie au monde. Ils Lui dirent donc : Seigneur, donne-nous toujours ce pain. Jésus leur dit : Je suis le Pain de vie ; celui qui vient à Moi n’aura pas faim, et celui qui croit en Moi n’aura jamais soif. » Et un peu plus loin dans ce même dialogue, il ajoute : « En vérité, en vérité, Je vous le dis, celui qui croit en Moi a la vie éternelle. Je suis le pain de vie. Vos pères ont mangé la manne dans le désert, et ils sont morts. Voici le pain qui descend du Ciel, afin que celui qui en mange ne meure point. Je suis le Pain vivant, qui suis descendu du Ciel. Si quelqu’un mange de ce pain, il vivra éternellement ; et le pain que Je donnerai, c’est Ma chair, pour la vie du monde. »
    Ce simple mot, ce mot étrange d’épioussione, indique clairement, au cœur du Pater, la foi en l’eucharistie, en la transsubstantiation. Et c’est pourquoi on dit le Pater après la consécration : Dieu nous donne le pain supersubstantiel de ce jour. Et c’est pourquoi saint Grégoire le Grand considérait que le Pater était la conclusion du Canon, et devait donc être dit par le prêtre seul (disposition qui se retrouve jusque dans le missel de 1962).
    Bien sûr, comme dans tous les textes sacrés, la signification n’est pas univoque. Ce pain supersubstantiel est d’abord, principalement, le pain eucharistique. Mais ce pain qui donne la vie éternelle, désigne aussi par analogie, sur le plan humain, toute nourriture qui nous conserve dans la vie biologique. Donc notre pain quotidien, au sens le plus terre à terre. Mais la mention de épioussione nous incite à considérer toute nourriture comme un symbole de la nourriture céleste. Ce qui est bien, aussi, l’enseignement de l’épisode de la multiplication des pains.
    Tone artone tone épioussione dhos imine simérone.
    On voit que ce n’est pas pour rien que cette phrase est isolée, et mise en pleine lumière par sa sonorité, au milieu de la prière.

    Remettre les dettes

    Poursuivons.
    kai aphès imine ta ophilimata imone,
    os kai imis aphiémène tis ophilétais imone.
    On change une nouvelle fois de sonorités. Et dans cette proposition, on a une forte allitération en ph (aphes, ophilimata, aphiémène, ophilétais), qui n’existe pas, une fois de plus, en araméen. Elle a été sauvegardée en latin, et a disparu en français, par une traduction qui en outre s’éloigne du texte. Cela vient de ce qu’en grec les mots aphiimi et ophilo ont tous deux le même son ph.
    Aphiimi, cela veut dire laisser aller, abandonner, acquitter, absoudre
    Ophilo, c’est avoir une dette, être débiteur, être redevable, et ophilimata, ce sont les dettes.
    Aphès imine ta ophilimata imone, os kai imis aphiémène tis ophilétais imone, cela veut donc dire : remets-nous nos dettes comme nous aussi avons remis à nos débiteurs.
    Le latin a fidèlement traduit : Dimitte nobis debita nostra sicut et nos dimittimus debitoribus nostris. L’allitération demeure, puisque les deux mots ont un d et un t comme première et troisième consonne. En français, c’est devenu : Pardonnez-nous nos offenses, comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés. Ce qui est une interprétation moralisante : le pardon des offenses, alors que le texte grec reste concret comme tout l’enseignement évangélique. Ophilimata, debita, ce sont d’abord des dettes d’argent. Et là nous comprenons ce que c’est. Nous savons ce que c’est, de devoir de l’argent, et nous savons ce que cela représente, si cette dette est effacée par notre généreux prêteur. Et nous l’apprécions d’autant plus que la somme est importante. En l’occurrence, notre dette envers Dieu est tout simplement infinie. Et nous ne pouvons vivre, de la vraie vie, que si Dieu nous remet notre dette. Mais il ne nous la remettra que si nous faisons de même avec nos congénères, ce qui ne doit pas nous poser de difficultés puisque quelle que soit cette dette elle est infiniment plus petite que celle que nous avons envers Dieu. Vous connaissez tous la parabole à ce sujet, je n’y reviens pas.

    La tentation

    Et voici la fin du Pater :
    kai mi issénènguis imas is pirasmone,
    alla rhissai imas apo tou ponirou.
    Les sonorités de la première proposition, kai mi issénènguis imas is pirasmone, renvoient à toutes les parties précédentes de la prière. Sa signification est devenue l’objet de grandes controverses avec la nouvelle traduction française : Ne nous soumets pas à la tentation. La traduction latine est une traduction littérale du grec : Et ne nos inducas in tentationem. Inducas, comme issénènguis, cela veut dire incontestablement conduire dans, faire entrer : Ne nous fais pas entrer dans la tentation. De ce point de vue, Ne nous soumets pas à la tentation est donc une traduction correcte.
    Et pourtant cette traduction est théologiquement mauvaise, car Dieu n’est pas tentateur, seul le démon peut nous faire entrer dans la tentation. En fait, on avait eu raison de traduire par une périphrase : Ne nous laissez pas succomber à la tentation. Pour le coup on a ici un hébraïsme, et un vrai. Et les hébraïsants sont ici précieux. Ils nous expliquent que le verbe grec traduit un verbe araméen à la forme causative. Or le causatif peut avoir un sens factitif fort, faire, faire faire, et un sens permissif, laisser faire, permettre de faire. Ce qui est le cas ici, comme en plusieurs endroits de la Septante. Par exemple dans le psaume 140 qui dit littéralement, de façon très proche de la demande du Pater : N’incline pas mon cœur vers les paroles mauvaises. Le sens est : Ne laisse pas mon cœur s’incliner vers les paroles mauvaises. Du moins si l’on tient à traduire pirasmone par tentation. En fait ce mot veut dire d’abord épreuve. Le psaume 25 dit à Dieu : Tenta me, ce qui ne se traduit pas par « Tente-moi », bien sûr, mais par « Mets-moi à l’épreuve ». Sans m’y laisser succomber…

    Le Mauvais

    Et puis voici la dernière proposition :
    alla rhissai imas apo tou ponirou.
    Mais libère-nous, sauve-nous, préserve-nous du mauvais. Ponirou, cela veut dire : mauvais, méchant, pervers. Une fois encore, il s’agit d’un mot très concret, il ne s’agit pas de l’idée du mal. Il s’agit d’un adjectif, qui est pris comme nom : libère-nous, préserve-nous du méchant, du mauvais, c’est-à-dire du Malin, de Satan. Ce qui me frappe ici est que ce mot ponirou a une sonorité totalement différente de tout le reste de la prière. Il détonne. Il est étranger à la musique du Notre Père. Il est l’intrus. Et cela n’existe pas non plus en araméen. Ce ponirou, qui dérange l’oreille, arrive tout à fait à la fin du Pater, et il déstabilise la prière. On aimerait que cela se termine par une belle rime, une belle assonance. Et ça se termine mal, c’est le cas de le dire. Pourquoi ? Parce que nous ne sommes pas au ciel pour dire le Notre Père, mais sur la terre. Dans notre vie sans cesse déstabilisée par l’ennemi. Il faut attendre le paradis pour que ce très laid ponirou disparaisse, et que notre prière soit alors pleinement consonante.
    Voilà, c’était le dernier argument qui me donne à penser que le Pater a pu être enseigné en grec aux apôtres. »

  15. Tonio dit :

    La vision du Pape Léon XIII le le 13 octobre 1884 n’annonçait-elle pas le début du démantèlement de l’église ? 33 ans après, le 13 octobre 1917, on avait le miracle de Fatima ! Et le 13 octobre 1992, était lancée l’Action œcuménique du Rosaire pour la conversion de l’Occident matérialiste, pour le triomphe du Christ en Russie et pour la réconciliation des Eglises catholiques et orthodoxes. Le père Werenfried, fondateur de l’Aide à l’Eglise en détresse (AED), lance à Moscou cette « Action ». Le livret du Rosaire, Sous ta protection, édité par l’AED, correspond à l’esprit du message de Fatima et a déjà été imprimé, à cette date, en 9 langues.

    Après avoir célébré la Messe dans la chapelle du Vatican, entouré par quelques cardinaux et membres du personnel, le pape Léon XIII s’arrête soudain au pied de l’autel, environ dix minutes, comme en extase, le visage pâle comme la mort. Puis, partant immédiatement de la chapelle à son bureau, il compose la prière à Saint Michel Archange, donnant l’ordre de la réciter partout après les Messes-basses. Cette demande papale sera fidèlement exécutée jusqu’ au Concile Vatican II, puis sacrifié sur l’autel du modernisme !

    • « Saint Michel Archange, défendez-nous dans le combat; soyez notre secours contre la malice et les embûches du démon. Que Dieu exerce sur lui son empire, nous le demandons en suppliant; et vous, Prince de la milice céleste, repoussez en enfer, par la vertu divine, Satan et les autres esprits malins qui errent dans le monde pour la perte des âmes. Ainsi soit-il. »

    Lorsque son entourage lui demande ce qui s’est passé, le Saint Père explique qu’au moment où il s’apprêtait à quitter le pied de l’autel, il entendit soudainement deux voix : l’une douce et bienveillante, l’autre gutturale et rauque. Les voix semblaient venir d’auprès du tabernacle.

    La voix rauque, celle de Satan dans son orgueil, se vantait à Notre-Seigneur en disant :
    « Je peux détruire ton Eglise ! »
    La voix douce du Seigneur répondit : « Tu le peux ? Alors, fait-le donc »
    Satan : « Pour cela, j’ai besoin de plus de temps et de puissance »
    Notre-Seigneur : « De combien de temps ? »
    Satan : « De 75 à 100 ans, et il me faut aussi un pouvoir plus grand sur ceux qui se livreront à mon service »
    Notre-Seigneur : « Tu as le temps, tu auras le pouvoir. Fais-en ce que tu voudras »

    Il eut aussi une vision de l’enfer : « J’ai vu la terre comme enveloppée de ténèbres et d’un abîme, j’ai vu sortir légion de démons qui se répandaient sur le monde pour détruire les œuvres de l’Eglise et s’attaquer à l’Eglise elle-même que je vis réduite à l’extrémité. Alors, saint Michel apparut et refoula les mauvais esprits dans l’abîme. Puis, j’ai vu saint Michel Archange intervenir non à ce moment, mais bien plus tard, quand les personnes multiplieront leurs prières ferventes envers l’Archange. »

    Tout cela cadre avec ce qui est appelé la prophétie des papes :

    • Andrée dit :

      Il y a aussi la prophétie de Jean Bosco sur l’Église !

      http://img.over-blog-kiwi.com/0/58/51/99/20160131/ob_464803_don-bosco-jpg

      Jean Bosco (1815-1888), est le fondateur en 1859 de l’ordre des Salésiens. Il consacre sa vie à l’instruction et à l’éducation des jeunes garçons non fortunés. L’Église catholique l’a déclaré saint en 1934, sous le nom de saint Jean Bosco.

      Il a eu ce songe prophétique dit des « Trois Blancheurs » le 30 mai 1862 : « J’ai vu une grande bataille sur la mer : le navire de Pierre, piloté par le Pape et escorté de bateaux de moindre importance, devait soutenir l’assaut de beaucoup d’autres bâtiments qui lui livraient bataille. Le vent contraire et la mer agitée semblaient favoriser les ennemis. Mais au milieu de la mer, j’ai vu émerger deux colonnes très hautes : sur la première, une grande Hostie -l’Eucharistie- et sur l’autre (plus basse) une statue de la Vierge Immaculée avec un écriteau : « Auxilium christianorum. »

      Le navire du Pape n’avait aucun moyen humain de défense. C’était une sorte de souffle qui provenait de ces deux colonnes, qui défendait le navire et réparait aussitôt tous les dégâts.

      La bataille se faisait toujours plus furieuse; le Pape cherche à se diriger entre les deux colonnes, au milieu d’une tempête de coups. Tandis que les armes des agresseurs sont en grande partie détruites, s’engage une lutte corps à corps. Une première fois, le pape est gravement blessé, mais ensuite il se relève; puis une seconde fois… et cette fois il meurt tandis que les ennemis exultent. Le nouveau pape, élu immédiatement après, reprend la barre et réussit à atteindre les deux colonnes, y accrochant avec deux chaînes le navire, qui est sauvé, tandis que les bateaux ennemis fuient, se détruisent réciproquement, et coulent. »

      Ce rêve laisse troublés plus de 500 jeunes qui étaient réunis, comme tous les soirs, pour écouter don Bosco, au mois de mai 1862. C’est seulement le matin suivant qu’il leur expliqua le sens de ce songe. De graves persécutions et tourments attendent l’Eglise; il reste deux seuls moyens pour la sauver : Marie (Aide des chrétiens) et l’Eucharistie. »

      • Lino dit :

        Cette seconde partie du XIXè siècle a été à l’origine de nombreuses personnalités originales. Comme celle du Chouan du Tanganyika. Léopold Joubert s’est engagé très jeune parmi les volontaires qui se battirent pour défendre les États pontificaux contre les troupes de Garibaldi, il rejoignit, après la chute de Rome, les troupes de Charette qui combattirent les Prussiens (1870). À peine démobilisé, il repartit en Afrique protéger militairement les missions catholiques… et lutter contre les tribus esclavagistes.
        http://www.tvnc.tv/Des-auteurs-et-des-livres-Abbe-Herve-Benoit-et-Le-Chouan-du-Tanganyika_v818.html

  16. Line dit :

    Il est étonnant de constater que le Golgotha, une des collines du mont Moria où mourut Jésus, est le lieu où Abraham sacrifia Isaac. Cet endroit s’appelait Calvaire ou « lieu du crâne » parce que le premier homme, Adam, a été enterré à cet endroit, et que s’y trouvait son crâne.

  17. Luc dit :

    Les 32 prophéties de Jean XXIII :

    1/ Père hésitant après le Saint qui marche déjà vers les autels élevés, le Père de la Mère avance le bras et s’ouvrira au monde. La Mère pour lui deviendra grande quand elle sera petite, elle sortira de l’étang en acceptant une courte chaîne. Elle aura des fleurs devant sa croix, une ombre rouge sur ses épaules courbées. Ses enfants pleureront, mais à sa droite elle aura deux mains. Immobiles et riches du courage de dire, de commander, d’obéir. Sanctifiée sera sa main droite, elle lui donnera de l’encre pour condamner les idées en marche, les fleurs de lis à piétiner. Mais la chaîne sera plus grande et la lutte plus grande mais d’un côté. Les fils du Père et de la Mère seront protégés mais souffriront. Et des lumières seront allumées dans la nuit, dans l’étreinte de la place. Les chevaux arrivent, de boue. Immobiles aux fontaines.

    2/ Au milieu des nuages, les plus sombres, se lèvera la colombe choisie, le douzième Pie au profil de métal. Seule paix dans la guerre, seule prière au milieu des cris, par les loups de la croix usurpée. Sept fois il rencontrera le visiteur et il en verra le visage avant de mourir. Et sept fois il en portera la couronne rosée. Dans le sang aussi les pauvres seront Christ et les stigmates saigneront dans la douleur, sang pour le sang. La Mère recueillera les troupeaux et ne saura pas défendre les autres bergeries, enfermées dans les enclos, dévorés par les loups de la croix usurpée. Se méfier et combattre toujours celui qui se sert de la croix et n’est pas fils de la Mère ou du Père. Combattre et attendre, car sur la fausse croix, l’usurpateur se crucifiera seul. Alors seulement viendra la paix. La Mère aura du mal à rester vive mais elle vaincra les tentations, l’orgueil de la victoire sur terre. Le Père se battra, et rouge sera sa veste blanche, frère parmi les frères. La Vierge Marie apparaîtra humble aux simples et ils n’y croiront pas. A la place des temples alors il y aura des tombes. Lumière de Neva de l’Orient, mais la lumière est toujours d’Occident. Au milieu de la statue.

    3/ Le vicaire sera injustement accusé pour son silence, pour son encouragement à la prudence qui sauva le monde. Mais le monde voulut des fleurs de chair, des fleurs aux couleurs éclatantes, il ne regarda pas les fleurs des champs, discrètes et pures. Il ne les regardera même pas, dans leur splendeur, sinon à la fin de la fin. Le mal avait trois têtes, la première tomba. Vint la seconde et le Père la frappa avec le mot, plus fort que l’épée. La troisième était dans le sein de la Mère depuis toujours, ennemie de la Mère et du Père. Les lettres de Barcelone parleront un jour d’un silence chargé d’action et le douzième sera saint et plus saint que lui jamais on ne verra. Ce jour sera celui de la mort du comte qui fut roi à Barcelone. Les lis tomberont, rouges de sang. Mais les oeillets ne seront pas immaculés. Tristes jours quand le fou sera saint. Erreur dans les siècles, secret. Le Père de la Mère sera seul et aura des épines. Le fils de la troisième tête s’en ira de Rome dans les brumes. Mais il reviendra diviser. Les vrais saints sont jeunes, ils naissent à Milan.

    4/ La colombe n’appellera pas de nouveaux fils et l’Église en perdra, et des filles aussi. Les fils de Saint Joseph le besogneux ne pourront pas parler et ne seront pas compris. Il est trop tôt d’autres viendront et ils devront se taire. Celui qui croit devra s’en aller et le Père de la Mère ne saura pas tout. Sur des croix feintes et dans des prétendues Églises, beaucoup parleront au nom d’un pouvoir mesquin. Les chiens courront à Rome et la Mère sera liée aux branches de la croix. Celui qui ne prendra pas les armes devra se cacher. Et les soi-disant fils s’empareront du troupeau. Pas toujours peur de la guerre. Le mal rouge à nouveau frappé par la parole du Père. Le mot sera plus fort que les armes et celui qui se croit immortel mourra. Mais le mal rouge étourdira ceux qui ont soif et croient puis sont les esclaves du maître du désert fils du mal. Mais Rome éternelle n’aura jamais de couleurs.

    5/ Aujourd’hui le saint est mort. Il ne connaîtra pas les honneurs, car saint parmi les saints est celui qui agit dans l’humilité, prie en silence. O Chère Assise, qui en as vu le passé, et toi, Émilie, qui l’as bercé, et toi Israël, qui lui as donné asile. Sept chapelets cette nuit. Le couvent sera détruit et des fleurs rouges sur les tombes découvertes. Sur lui le monde se taira toujours. La Mère oublie son coeur latin, son coeur d’Orient. Et sang dans les prisons pour celui qui croit. Mère pourquoi gardes-tu le silence ?

    6/ Puis arrivera Père l’inattendu, fils des champs et des eaux. Je ne le vois pas. Je crains pour lui. Pour son époque. Pour la Mère. Il marchera au milieu de gens divisés, prêts à mettre et à arracher la tunique du Rédempteur. Il criera beaucoup dans son coeur, il parlera doucement. Ils le croiront. Dure sera la lutte. Et dans les papiers du Père mort il trouvera le projet pour rassembler les bergers et parler au troupeau. Il osera l’ironisé. Il se trompera, mais ce sera un bien.Il voudra connaître le monde et le faire connaître avec ses yeux aux simples. Le scandale arrivera mais tous comprendront. Ses lettres resteront. Il mourra loin des bergers avant de les rappeler. Ses papiers seront cachés. Ses papiers seront volés. On dira peu de chose de lui. Mais le jour où le Père qui viendra après lui des brumes sera frappé, même sa voix sera entendue dans la tombe. Le Père mort ouvrira le septième sceau. Pour lui je demande pardon.

    7/ O tourmenté élu dans les tourments, Père veuf dont Marie sait le secret. Elle le taira par foi. Tu payes encore le solde de Paris. N’accepte pas la tentation du Panthéon, de ses morts et de ses vivants. En voyageant tu te laisseras toi-même sur le trône. Tu ne pourras plus te lever, tu affronteras les gens. Ils ne te comprendront pas, ils t’affronteront. Et tu te tairas. Des pâturages entiers seront brûlés, tais-toi s’ils tuent tes bergers. Babylone a trop de langues. Tu as brisé la chaîne, tu le sais, tu le sauras jusqu’à la mort. Langues diverses pour le sacrement, langues diverses pour les mots. Aujourd’hui elle a disparu. Tu as enlevé l’exorcisme au sacrement et de Satan tu as vu le visage. Parler ne suffit pas. Toi qui viens des brumes tu seras frappé. Tu n’as pas su avertir, oser, choisir, prier. Tu as vu trop de choses, tu n’as pas voulu les raconter. L’Église tremble et tes lettres la secouent inutilement. Les meilleurs fils s’en vont, ils vont servir le mal qu’ils appellent bien. Et ceux qui se pressent autour de toi sont oubliés. Tu auras un jour de paix, un seul. Puis tu devras t’en remettre au pacte. Les brumes.

    8/ Béni, béni, béni. Ce seront les jeunes qui t’acclameront, nouveau Pape d’une Église qui sourit. Les fils des saints de Milan. Seize te compteront. Ils te tiendront bien haut les mains. Vierge Marie proche. Vierge Marie qui fus sacrifiée. Dans ses paroles tu trouveras le chemin, béni, béni, béni. Tu seras père de tous. Le début du chemin sera difficile, marcher pour Rome en des jours de sang. Éclaircir les brumes et leurs sépulcres. Donner un nom sacré aux choses sacrées, donner un nom profane aux choses profanes. Dans ta maison tu recevras un saint aux pieds nus. Et tu feras attendre les puissants, les mains désarmées, à te prier. Le saint parlera aussi pour toi dans chaque contrée et du monde des blanches fleurs t’envelopperont. Le tien sera le voyage du courage, le grand défi au monde et à l’immonde prince du monde. A celui qui t’enverra des soldats, tu opposeras des légions. Et jamais tu ne reviendras sur la parole. Et tu te feras va-nu-pieds, et tu marcheras avec le saint va-nu-pieds. Quand tu divulgueras la parole de Marie la Très Sainte, ton unique blessure se fermera. La Mère de l’Église sera Mère du monde. Ange tu seras dit, béni.

    9/ Deux frères et personne ne sera le vrai Père. La Mère sera veuve. Les frères d’Orient et d’Occident se tueront et dans l’assaut tueront leurs enfants. Alors le saint aux pieds nus descendra du mont et, devant la tombe du va-nu-pieds, éclatera le règne béni de la Très Sainte Vierge. Écoutez ses paroles. Marie Très Sainte, fille et mère de Dieu, maîtresse du temps futur, bats le rappel de tes fils dans les campagnes, pour qu’ils abattent les deux Babylone. Et que la Mère soit Une, comme toi tu es unique. La terre détruira le ciment et de terre sera, Reine, ta nouvelle Église. Et sur la terre de blé, pour la faim de tes peuples, fleur sur son nouvel autel. Amen.

    10/ Ton règne sera grand et bref. Père, il sera bref mais il te mènera loin, dans la lointaine terre où tu es né et où tu seras enseveli. A Rome ils ne voudront pas te donner. Et il y aura un autre Père, avant que tu sois enseveli, pour prier loin pour toi, pour les blessures de la Mère. Mikail et Jean descendront sur terre. Les urnes ouvertes dans les lieux secrets sous le trésor et seront découverts les pas du premier homme. Le grand frère d’Orient fera trembler le monde par la croix renversée sans les lis. Le nouveau Père ira vers lui mais laissera la Mère orpheline. Mais auparavant par ses paroles de vraie science le secret de l’arme qui détruit les armes. Temps de paix, alors, et sur la haute pierre sera le nom d’Albert.

    11/ La longue paix fera oublier les erreurs passées. Elle fera oublier le grand frère crucifié renversé. Il y aura la guerre dans la Mère, et les troupeaux se disperseront. Alors quelqu’un criera sang et sera écouté. Malheur à celui qui aura crié, le premier sang à couler sera le sien. S’affronteront croissant de lune, étoile et croix. Quelqu’un brandira la croix noire. Des vallées du Prince viendront les chevaliers aveugles. Derrière eux, les corbeaux de la faim, de la famine, de la peste. Où croyez-vous fuir, maintenant que vous avez détruit les Églises et tué le dernier Père ? Attendez le signe de Jean. L’agneau est prêt. Signez-vous sept fois avec une main fatiguée et attendez. La lumière vient encore de l’Occident.

    12/ Avant l’ultime lumière, les pasteurs auront reconnu le signe. Et l’Église aura beaucoup de Pères, tous frères. De la terre et des eaux sortiront des cathédrales et des temples pour les saints anciens et les saints nouveaux, au nom éternel. Mais il est déjà l’heure des saints. Tous parleront la même langue. Et la parleront pour prier la Vierge et le Sauveur. Le règne de Dieu arrive sur terre, sa cité se dresse même pour qui ne l’a pas voulu. Le premier soleil illumine la balance de l’univers. Ouvrez votre coeur au lis. La voix sera puissante, annoncée par les trompettes. Lumière de l’Occident, dernière lumière avant l’éternelle, inconnue. La vérité sera plus simple que tous l’ont dit, que tous l’ont écrit. Ce sera un bon jugement. Notre Père, qui es aux cieux, que ton règne arrive. Ta volonté est faite, au ciel et sur la terre. Il y a vingt siècles plus l’âge du Sauveur.

    13/ O Italie qui as cru dans la fausse liberté de soixante-dix et n’as jamais connu la liberté. Oui as élevé dans ton sein les maux du temps, nés dans la ville du premier édit. Tu as eu de faux rois, fils de non-rois, tu n’as pas su les tuer tandis qu’ils te tuaient. Aujourd’hui ton roi fils de non-roi est ombre du masque qui crie. A Monaco il simulera la paix, mais il aura versé le sang en Espagne. Et le fils de la Bête lui est frère, père, patron. Les dieux païens noirs sont exhumés et les aigles et les chants de la mort. Jamais il n’y eut de liberté, il n’y a pas de liberté. Celui qui croit opposer le faux savoir à la foi, l’orgueil prématuré au divin n’est pas libre.

    14/ Unis dans l’orgueil de la victoire, de la vengeance, dans le filet de l’expansion, vous vous séparerez, et vous vous écroulerez, dans votre société nations. Ce n ‘est pas le privilège qui peut apporter la paix au monde, ce n’est pas l’invasion, ce n’est pas la séparation du sang. Fils du démon de Luther. Les états du futur étaient hors de vous, vous les avez ignorés, vous les avez piétines. Aujourd’hui esclaves, demain maîtres éclairés. Dantzig, blessure d’Europe, fléau du monde. Diviser le monde signifie diviser et blesser, tuer. Marche le fils de la Bête, enfanté en un an dans le secret. Souffrent les dociles esclaves éternels fils de Dieu et de la Grande Mère très Sainte au delà des monts Oural. Par millions ils meurent en silence, peu sera révélé. Les morts ne parlent pas. Le nouveau Tsar tue les vrais fils du petit père. Il a les yeux du loup. Mais les loups sont à la frontière. Pourquoi le voyageur aux yeux d’acier ne parle-t-il pas, qui sait, peut-être le lui a-t-on demandé ? Pourquoi fuit-il en silence ? Sur la terre des anges il y a trop d’orgueil. Le monde est sûr de sourire. Et les riches jouent avec les chiots en feignant d’ignorer qu’ils sont les trois loups des trois erreurs du monde.

    15/ Grandes les races. On porte des couronnes fausses sur des terres grandes, on donne des rois et des chefs esclaves à des peuples civils, au nom du néant engendré par le mal. Celui qui peut agir reste immobile, en espérant se sauver, ou prendre sa part du butin. Dans les laboratoires on prépare des armes inconnues de tous. L’Italie en est la forge. L’Italie qui met dans le faux marbre ce qu’elle n’a pas dans le coeur. Ses hommes sont des statues sans pensée. La guerre voulue. La guerre de tous, sans frontières. Le fils de la Bête lâche les fauves. Et l’Europe s’écroule, comme une statue de boue. La mer tue sous les eaux. Et le ciel crache le feu. Des innocents tués dans les maisons. Et où arrivent bottes et clous, les enfants d’Israël connaissent le tourment. Bergeries pour leur douleur et mort subtile. Les bourreaux savent, ils mentiront à Nuremberg. Cherchez-les toujours les bourreaux, même quand vous les croirez morts. Cherchez-les partout où vit le pouvoir avec la terreur. Cherchez-les dans les maisons de celui qui s’est enrichi avec la guerre. Pas pour la vengeance, mais pour empêcher qu’eux et leurs enfants envahissent encore le monde en camouflant le mot et le chef. On ne dira rien de l’Italie, mais ses hommes sont complices. Le fils de la Bête a dans le coeur la grande arme.

    16/ Celui qui tomba dans le ciel d’Afrique et dont l’aile fut frappée savait et pouvait agir. C’est pour cela qu’il a été tué. Sa femme secrète sait et détient les lettres de la trahison. Elles apparaîtront à sa mort et alors celui qui semble mouton apparaîtra loup. Celui qui a allumé trois cierges dans la nuit sainte s’est sauvé. Qui savait ? Le nouveau Tsar a trahi, il a cru avoir perdu. Il a tué ses hommes avant que les clous ne les aient piétines. Et par sa lâcheté des millions tomberont. Mais son corps honoré sera enlevé du sanctuaire. La terre des anges pleure et son chef va trahir. Autres lettres qu’un jour on connaîtra. Quand sera découvert le secret de l’ami du fils de la Bête, envolé la nuit sur la terre des anges. La terre céleste est divisée, envahie. Mais là agit le plus grand de tous, il sera un jour appelé père et donnera de l’amour à son grand peuple. Il a trois ennemis, il les abattra un à un. Le premier ennemi jaune a frappé les fils de Luther, nus dans l’eau. Le second est sur sa terre et a de puissants amis. Le troisième est le nouveau Tsar qui a ordonné de le tuer.

    17/ L’Europe est en fleur. La France a deux chefs, mais grand est celui du désert. Il doit une secrète reconnaissance au général de l’Espagne. On se bat mais des montagnes, rouges et blanches, descendent les fleurs. Europe, ceux-ci sont tes meilleurs fils, qui un jour seront trahis. Parce que les chefs qu’ils croiront abattre commanderont encore, toujours les mêmes. Ils abattront les marionnettes de l’argent, pas les patrons de l’argent. Et ils se laisseront séduire par le nouveau Tsar, qui a vaincu malgré la trahison, grâce à l’ardeur de sa flamme rouge. Les fils de Luther en Europe. La guerre des armes, les guerres des passions. Les jeunes des montagnes ont de nouveaux drapeaux, que les puissants arracheront avec le mensonge. Attention aux fils de Luther et aux fils du nouveau Tsar. Ils veulent un monde exsangue pour le dernier repas. France, dresse la croix de Lorraine. Europe,-brandis tes chants, plus forts que le son des canons. Le fils de la Bête a échappé à trois attentats. Pas au quatrième. Ils lui servent à tuer celui qu’il hait. Mais pour lui c’est la fin. Enfermé dans la tanière, serré à la femme de l’autre. Sur sa mort, le mystère. Mais attention à celui qui est sorti de la tanière à la fin. Il sera long à mourir et prépare au monde d’autres plaies. Lui connaît le vrai visage de la Bête.

    18/ Toi fils de Luther, tu ne verras pas la fin de la destruction. Et ton successeur commettra plus de crimes que toi, si c’est possible. La grande arme explosera en Orient, laissant des plaies éternelles. Cette marque lâche sur la chair du monde ne sera plus effacée. La grande arme inutile à la guerre, utilisée pour le pouvoir. Pour épouvanter celui qui ne se soumet pas à l’esclavage. Mais aucune arme n’arrête celui qui a la foi. Et sur la terre céleste on se bat pour la liberté. Le petit Tsar tremble à l’explosion. Il veut arrêter un peuple en révolte, sur la terre céleste. Il n’y réussira pas. Le traître de la terre des anges a perdu les cartes. Elles réapparaîtront un jour. Lui a tué pour les ravoir. Sur la terre de Brahma une voix désarmée. C’est la conscience du monde, qui ne mourra jamais, même quand sa chair sera morte. Le masque sera pendu par les pieds dans la cité de l’Édit. Mais personne ne saura jamais comment il fut tué. L’ordre est venu de loin. Le roi qui ne fut pas fils de roi ne reviendra pas en Italie. Et même l’homme qui se disait son fils sera chassé. La nuit de la revanche sera dure. O Israël qui retourne à ta terre.

    19/ Aujourd’hui la Vierge apparaît. Personne n’écoute ses paroles parce que, comme toujours, la douce n’apparaît qu’aux humbles. Les humbles peuvent écouter et les humbles savent comprendre. Seuls les humbles savent trouver les paroles simples parmi les fleurs pour témoigner avec sincérité. Très Sainte Mère immaculée qui descends sur la terre parmi les rosés et parles à celui qui ne veut pas t’entendre. Très Sainte Mère au coeur ouvert tu n’es ni une statue de chair ni un rêve ni une peur comme on le dit. Tu es vive pour qui est vivant et tu parles au monde en choisissant les plus simples. Mais tu sais aussi pardonner. Dans ce texte, il est question d’une importante apparition de la Madone, qui aurait fait de grandes révélations à des gens simples mais que personne n’aurait entendue. Hélas ! il n’est pas possible de situer cet événement dans le temps ou dans l’espace, et rien ne nous permet de lui donner une définition exacte. Ce texte n’a pas une simple valeur prophétique : il est aussi poétique et utilise parfaitement, surtout à la fin, le ton soumis et humble de la prière à la Vierge. Les peuples jeunes et piétines explosent, on lutte et on gagne. Sur l’extrême terre d’Orient, on luttera longtemps, lointaine sera la paix. Et aux fils de Jeanne se substitueront les fils de Luther. Mais tous seront vaincus. Sur la terre céleste un seul vainqueur, avec la pensée, avec l’action, avec la parole. Par lui, un nouvel ordre des choses viendra au monde. Les fils de Luther se battent dans le monde. Israël resurgit et triomphe. Mais l’Islam n’est pas moins grand et le croissant est divisé. La colère des esclavagistes se déchaîne plus près maintenant que la guerre lointaine est perdue. Les grandes armes sont partout dans le monde et sont les clefs de la peur. L’Europe est divisée. Un petit mur, une grande honte. Le petit Tsar meurt tué dans l’ombre, dans sa tanière. Mais ses assassins étaient déjà en partie morts, les autres se tueront entre eux. Cherchez dans les eaux de la Neva. Occident civilisé, piétiné, têtes en rang, peuples esclaves, Vous êtes des chrétiens persécutés, la Mère du Silence ne meurt pas. Celui qui a perdu la guerre la gagne aujourd’hui. Sur la terre de Jeanne, on tire sur la croix de Lorraine. Non loin la seconde Elisabeth assiste à l’écroulement de ce que construisit la première. Aujourd’hui la mer est courte et la force est plus lointaine. La guerre est dans l’homme, désormais. Nuremberg l’injuste. Les assassins sont absents. Quelques-uns d’entre eux sur les sièges des juges. Cette ombre se répand loin.

    20/ Hommes et coups de feu. En Europe chefs d’État et adversaires. Quelqu’un tombera. Sept veuves sont prêtes à l’autel, elles attendent les époux. Au sud de Luther agitations et armes et peuples en cris. Le fils du soleil s’en ira plusieurs fois. Mais ici Mammon commande et Dieu n’est que dans les mots. L’homme sans cheveux, le paysan, sourit à l’Orient. Mais son sourire est un rictus, parce que beaucoup souffrent et meurent à cause de lui. Il abattra le géant, mais il restera petit. Une famille de dictateurs prendra le pouvoir sur la terre des fils de Luther. Elle versera le sang. C’est alors que Noé commencera à construire l’ultime Arche. Mais elle ne connaîtra pas les eaux, grâce à la parole de celui qu’on ne connaît pas mais qui fait trembler les puissants quand il descend de la montagne. Le président tombera, tombera son frère. Entre eux le cadavre de l’étoile innocente. Il y en a qui savent. Demandez à la première veuve noire et à l’homme qui la conduira sur l’île à l’autel. Leurs secrets sont dans les armes, dans le crime. Et ce sont les secrets de celui qui n’était pas à Nuremberg. A trois ils tireront sur le président. Le troisième sera parmi les trois qui frapperont le second. Luther mourra et ce sera bien. Derrière lui, l’ombre de qui a déjà tué. Sa voix mentait. Le monde ne connaît pas de fleurs.

    21/ Les deux chefs rouges se rencontrent, au nom de l’humanité. Sur la terre céleste il y a la voix de celui qui aime le monde et parle pour les faibles. Le petit homme utilise la force, il tue le printemps. Et ceux qui le suivront le feront toujours. On parlera de fausse paix, mais les armes seront toujours cachées. Dans le ciel voleront des hommes, et les hommes s’enthousiasmeront. Ils devraient trembler, parce que c’est le mal qui a conquis le ciel, pour frapper la terre. Dieu a fui, disent-ils. Dieu est mort. Il s’est caché dans le coeur des jeunes. Et il reviendra pour vaincre, quand les villes et les terres se seront elles-mêmes consumées, pour redonner valeur à la vie. Il viendra de la terre pour détruire le ciment. Israël qui souffres et luttes, pas moins que qui te donne l’assaut et ne sait partager ta souffrance. Vous êtes frères, quelqu’un vous pousse à la lutte en se tenant caché. Ici se décide le destin du monde. Et dans le palais où s’embrassent les États, le fugitif de la tanière est bien vivant. Du palais, la haine pour Israël. Et ce sera un signe de ruine. Homme qui es monté sur la lune, regarde-toi : maintenant tu la possèdes, mais reflétée dans une boue apparente. Heurt entre deux jeunesses. La silencieuse vaincra et le temps travaille pour la foi. Sur le monde qui frémit, vents chauds et froids, tempêtes sociales. Sang sous Luther, sang sur la terre catholique usurpée, dans les pays voisins.

    22/ Grand éclair à l’Orient. Vous n’entendrez pas le tonnerre, lui aussi sera imprévu. Ceci arrivera quand en Orient sera mort un chef et en Occident, sera tué un chef. Au sud de Luther. Refusez les assassins qui se présenteront, refusez ceux qui seront présentés. Les assassins sont en Europe. Ils veulent la Méditerranée. Puis il y aura le meurtre sans assassin. Le temps a nourri un esprit trouble, à l’ombre de la croix rouge et noir, inconnue de tous, fille des fugitifs de Nuremberg. Elle a ourdi le crime contre elle-même. Il y en a qui renoncent à la vie, par amour du mal. La terre frisera le massacre. Un seul mourra pour tous et il était le meilleur. Ce n’est pas le temps d’un roi, ce ne l’a jamais été. Depuis la mort de Frédéric, chaque roi est usurpateur. Que le roi s’en aille, reste le peuple. L’Europe a soif, elle aura du sang dans les rues. Mais aussi de grandes processions et la Vierge Heureuse descendra sur terre. Vous ne la verrez pas dans la grotte, mais dans un coeur qui revivra. Depuis les ténèbres, elle apportera la parole que tous comprendront. C’est le temps des lettres.

    23/ Alexandrie est la terre du Concile du monde et ici se rassemblent ceux qui croient en l’homme. Christ est homme parce que Dieu. On se prépare à la grande lutte de l’esprit contre celui qui le nie. Toi Marcus, tu ne pourras rien de loin et tu ne sauras pas diviser, ton couteau est léger mais trop effilé. La lumière de la rencontre de paix se réfléchit, le reconnaît, le met en pièces. Israël qui trouve en ces jours une nouvelle terre autour de la cité aux toits d’or. Il est temps de laver le sang de tes enfants. Israël accourt dans la cité et la sauve. Finalement, l’étoile a six pointes. L’homme seul sur les rives de la Neva parle au monde et se tue. Dieu aura pitié de lui, qui le créa pour cet instant. Ces paroles seront recueillies, elles seront rosaire. Et d’autres près de la Neva tueront. Aujourd’hui, du fleuve finalement intact, sort le corps jamais retrouvé du moine saint. Et ses fils secrets, priant dans le sépulcre, se compteront. Ils regarderont vers la cité aux toits d’or et leur prophète mort dans la Neva, l’ultime parole aux lèvres, sera écouté partout où le drapeau est rouge.

    24/ A l’Orient azur, un nouveau soleil, sur la terre azur et antique sera découverte la tombe du premier empereur choisi parmi les humbles. Des chants s’élèveront et des gens en fête, fête de pauvreté et de joie, marcheront vers les terres esclaves pour les libérer avec amour. Sur le fleuve, beaucoup mourront mais les sentinelles d’un jour proche seront éternelles. Homme de Boston, neveu du poète, grâce à toi et à ton rêve de dérision, l’arme terrible sera inoffensive. Et l’énergie soignera les maux. De nuit, le grand enlèvement. Les deux hommes qui se croient les maîtres du monde, portés devant le tribunal sur la plus grande place du monde, devant les hommes de la terre et poursuivis par ceux qui se sont révoltés. Les hommes de science condamnés par eux à l’esclavage du pouvoir, à mettre leurs talents au service de la mort, seront les accusateurs. Puis ce sera le tour des persécutés. Terrible sera la condamnation et l’homme se retrouvera lui-même, dans l’accolade entre la science et la foi. Les actes du procès seront le poème des gens, et les paroles seront douces pour les humbles, terribles pour les puissants orgueilleux. Les armées envoyées se sont arrêtées aux limites de la place et les hommes-soldats ont retourné leurs armes. Les armes sont vaincues ce jour-là. Celles de la terre, celles du ciel.

    25/ Du Sud contre Luther et les héritiers de Nuremberg, ceux qui manquaient, ceux qui s’asseyaient sur le siège des juges. Celle qui fut colonie esclave du cuivre et du sel impose son commandement populaire. Et un saint arrivera dans la cité blanche pour dire haut, pour dire vrai. Derrière lui, la poitrine nue, les humbles qui porteront la justice sur la terre de Luther, hier déchirée. Les terres de l’ouest qui s’étaient rebellées, leurs hommes enfermés dans le ciment parmi les palmiers, avaient combattu. Luther avait deux chefs ennemis et divisés. De l’autre côté du petit fleuve, le commandement du peuple et l’ordre de céder au peuple qui aujourd’hui a le pouvoir de la parole, aujourd’hui que les armes sont mortes. Luther connaîtra des luttes, des réconciliations, puis une seule parole, la plus haute, celle déjà prononcée. Et sous la statue de la première sainte, la charte de l’amour sera signée. Sur les lacs, celui qui hait attend, veut tuer et n’ose pas. Aujourd’hui seulement finit Nuremberg. Mais attention au visage qui sourit, et vient du Sud, plus au Sud que tous. Son coeur était toujours au Nord, il est revenu le reprendre, avec les frères noirs. Il y a encore la peur, mais dans la paix tous les hommes du haut et du bas Luther chercheront quelqu’un. Et le jour où une femme jurera sur la Bible rénovée sera jour de paix.

    26/ Lumière de la lumière et antique flamme chaque espérance arrive à sa rive. Amie rotonde défais tes cheveux, quelqu’un tombe, ne le ramasse pas. Le visage de la femme est homme et l’unité n’existe pas sinon là où la glace se lève et descend. Prométhée a rendu le feu et l’homme n’ose plus le défier, entouré par les glaces toujours plus hautes. Et il regarde le froid, tandis que le chaud est en haut, ce n’est pas le soleil, c’est l’espoir. Quelqu’un comprendra, mais il faudra du temps. Madone des neiges et des steppes, enfuie dans la nuit avec le nouveau fils, tu as vu le noir et tu as attendu, en te réchauffant avec la boue. Petits vers de la terre du soleil, plomb coulé sur les ponts de satan. Il n’y a pas de plomb dans la roche, ni de fer, ni de main capable. La révolte est celle des fous, troupeau en folie qui se révolte contre lui-même et cherche dans le soleil le cimetière des pères. Là il y a des os, et un seul visage intact blanc dans le sourire. La tête de l’île Égée aujourd’hui parle.

    27/ L’homme à la tunique jaune, au crâne chauve, à la peau noire, fils du Léopard, sèmera la terreur, entrainant dans le voyage du massacre les peuples de la faim. Il montera où se termine l’Afrique, puis la marée montera et il n’y aura plus de Blancs sur ces terres à part les renégats. Une idole haute sept fois l’homme à la tunique jaune sera élevée. Les honneurs du monde qui a peur arriveront jusqu’à elle. Mais de l’Orient la foudre en plein jour, quand l’idole sera abattue et les mangeurs de coeurs se seront dispersés. Quand l’Islam sera divisé, et les fils de Mahomet lutteront contre les fils de Fatima, les plus secrets, de l’Asie en flammes, parmi ces derniers, avec un nouveau visage, l’homme à la tunique jaune sera reconnu. Les fils de Mahomet vaincront, le nom de Fatima sera reconsacré, et le sang du cruel baignera le désert. De la petite île de la Méditerranée partira le cri du nouveau chevalier. Et les bateaux aux fausses bannières seront coulés. Le premier jour d’Europe.

    28/ Abraham tu es revenu de la montagne et tu as ramené ton fils vivant. La montagne d’Italie ne veut plus du sang de ses bien-aimés. C’est la troisième Italie. Les cartes sont hors du temps, la femme est morte, les prénoms ont été donnés. Deux Italie ont dû mourir pour nettoyer le passé. Et les cendres ne sont jamais assez importantes. Tous ont avoué, sauf celui qui s’est tué et celui qui a été tué. Mais les assassins ont été pris un à un. Abraham est sur cette terre où depuis longtemps le soleil s’est obscurci, où le Père de la Mère a marché dans le sang des rues de Rome, le premier jour. Aujourd’hui Rome n’a plus ce nom. C’est un souvenir et ses palais sont au Nord. Ici les ruines, ruines des hommes et des choses. Abraham est fils et père de l’Europe et ses frères sont ici. Sept chefs tués sur sept collines, avant la troisième Italie. Rebelle, ultime rebelle à l’Europe, liée par Sévère aux drapeaux rouges. Le serment secret sur le Janicule, le complot, puis le vent de la liberté. Frères parmi les frères. Quelqu’un pleure et prie dans la petite maison de Lorette. Le monde l’entend chaque nuit.

    29/ La femme de Luther sera trouvée dans l’aube livide, au pied du mur qui divise Berlin. Personne ne saura comment elle est arrivée, personne ne saura comment elle a été tuée. Il y aura des signes sur son corps et celui qui essaiera de parler sera tué à son tour, avec les mêmes signes. Quand le monde reconnaîtra ce visage, on dira que sa vie était consacrée au vice. Elle avait quitté le pouvoir par amour du Christ, des humbles. Et au contraire elle avait été tuée par le vice. Beaucoup de pays seront secoués, des gens se révolteront. Et un seul réussira à parler, juste à temps avant de mourir. Il dira les noms de qui a tué, il révélera leurs signes secrets. Et le monde entier se lèvera contre le jeu des puissants, la fraternité secrète des puissants, qui préparait l’esclavage des peuples. Les rares chefs honnêtes sauront s’unir, les coupables seront renversés. Cette femme qui laissa le pouvoir pour le Christ sera sanctifiée. Et pour lui construire un monument, le mur sera abattu, l’Europe unie à l’Europe. Combien de sang pour rendre la justice. Mais seul le sang peut abreuver les nouvelles fleurs. Paix à toi, Patricia, fille de Dieu.

    30/ Voici le livre maudit, écrit par celui qui se haïssait et haïssait sa race. Voici le livre du mensonge, de la haine, des égouts. A cause de ses mots ils mourront nombreux, sans comprendre, sans connaître le véritable auteur. Parce que lui est mort depuis longtemps, et celui qui l’a trouvé se cache. Voici le livre qui invoque la haine, qui divise les hommes. Combien de mal il fera, combien de douleurs il fera naître, combien de guerres. Pour ce livre, on fabriquera de nouvelles armes et beaucoup d’hommes se fermeront sur eux-mêmes. Voici la vérité, on criera dans les jardins, sur les places. Celle-ci est la seule vérité. La terre et ses amours se retourneront. Soixante-dix ans le livre triomphera dans un quart du monde, il formera des meneurs, asservira des peuples. Et les hommes sèmeront haine et famine. L’orgueil, le rêve de l’orgueil, le nouveau paradis. Enfer sur la terre. Entre les guerres, quelqu’un parlera d’amour. Mais même vaincu, faux, démasqué, le livre aura toujours quelques adeptes, jusqu’à la fin des temps.

    31/ A sept, de la Grèce à travers le monde, après la vision. Et les nouvelles paroles conquerront la terre. Répétées par le Christ. Répétées par ses nouveaux enfants. Ce sera le moment du réveil et des grands chants. Les rouleaux de parchemin seront trouvés dans les Açores et parleront de civilisations antiques qui enseigneront aux hommes des choses antiques inconnues d’eux. La mort sera éloignée et petite sera la douleur. Les choses de la terre, par les rouleaux, parleront aux hommes des choses du ciel. Toujours plus nombreux les signes. Les lumières dans le ciel seront rouges, bleues, vertes, rapides. Elles augmenteront. Quelqu’un vient de loin, veut rencontrer les hommes de la terre. Il y a déjà eu des rencontres. Mais qui a vu vraiment s’est tu. Si une étoile s’éteint, elle est déjà morte. Mais la lumière qui s’approche est quelqu’un qui est mort et qui revient. Dans les cartes du souterrain de fer de Wherner, toujours secrètes, la réponse, à découvert. Le temps n’est pas celui que nous connaissons. Nous avons des frères vivants des frères morts. Nous sommes nous-mêmes. Le temps nous trouble. Bienvenue Arthur, enfant du passé Tu seras la preuve. Et tu rencontreras le Père de la Mère.

    32/ C’est le temps des deux empereurs. Et la Mère n’a pas de père, parce que beaucoup veulent être son père. Et deux seront soutenus par les adversaires. Les cris et les barrières de la contestation se lèvent, mais déjà la Bête sort de l’eau. Et la famine arrête les armées. Les hommes se comptent mourir. Et après la famine; la peste. Dieu a déchaîné la guerre de la nature pour empêcher la guerre des hommes. Le premier empereur meurt de faim, enfermé dans la tour de son rêve. Le second empereur dans le désert, attaqué par les animaux de la peste, inconnus. La fille de Caïn est montée au Nord, pour prêcher. Luxure dans la nouvelle Babylone, pour sept ans. La septième année tombe le septième voile de Salomé, mais il n’existe pas d’empereur, il n’existe pas qui saura lever l’épée et couper le cou de Jean. Le temps est proche.

    Quelques essais d’explication :
    http://cyberquebec.ca/_layout/?uri=http://cyberquebec.ca/propheties-pape-jeanxxiii/propheties/politiques/no23concile_alexandrie.html

    Messages du ciel (?) donnés à Patricia Mundorf, de Phoenix en Arizona, décédée le 30 septembre 2001 :
    http://vincent.detarle.perso.sfr.fr/catho/Mundorf.htm

  18. Carlos dit :

    En ce 30 juin au soir, Vénus et Jupiter apparaîtront dans le ciel séparées que par le tiers d’un degré dans le ciel. « Ce qui est plus petit que le diamètre de la pleine Lune. Vous serez capable de cacher la paire non seulement avec la paume de votre main tendue, mais aussi derrière votre petit doigt, » s’enthousiasme la NASA.

    Sky and Telescope va jusqu’à penser qu’une conjonction aussi rarissime de Vénus et Jupiter peut avoir eu le nom d’étoile de Bethléem en l’an 3-2 avant JC. Une conjonction a lieu quand deux ou plusieurs objets apparaissent être très proches l’un de l’autre dans le ciel.
    http://www.skyandtelescope.com/astronomy-news/observing-news/venus-and-jupiter-a-dazzling-duo-062520154/

    Pat Hartigan, un astronome à l’Université Rice, précise que la conjonction du 30 juin est la meilleure que nous puissions observer avant plusieurs décennies. Un autre événement du même genre aura lieu le 1er mars 2023, mais les deux planètes ne seront pas aussi proches qu’en ce moment.
    http://beforeitsnews.com/paranormal/2015/06/something-is-going-to-happen-on-june-30th-that-hasnt-happened-in-over-2000-years-2492032.html

  19. Louis Cherlime. dit :

    Jean XXIII prévoit la fin des temps pour 2033, un site démontre que c’est bien au cours de cette année que le christ reviendra sur Terre, parmi nous. Voir : http://clepsydredivine.unblog.fr
    Amicalement.

    • Eloïse dit :

      Oui mais comme le pape Benoit XVI le précise dans son livre « L’enfance de Jésus », publié le 21 novembre 2012, il est possible d’établir clairement que la naissance de Jésus remonte à 6 ou 7 années avant la date officiellement reconnue. Cela ne serait plus 2033 mais 2026 ou 2027 ! D’autre part, la Fin des Temps n’est pas la Fin du Monde, mais le dérèglement de notre système du calcul du temps. Si par exemple la terre tourne autour de l’étoile solaire d’une manière elliptique en 365 jours 6 heures et 9 mn, elle pourrait alors le faire plus rapidement ou plus lentement. Ce qui aura un effet certain sur la durée du jour ou de la nuit…. Sans parler des saisons qui sont particulièrement sensibles au degré d’inclinaison de notre planète.

      Seul gros problème, il faut une cause à ce changement. On parle de la présence d’une planète bien plus grosse que la terre, qui en s’y approchant, la déstabilisera. Ce qui ne peut être que facteur de gigantesques tsunamis et tremblements de terre. Combien d’êtres humains seront encore en vie après ces cataclysmes ? Mystère ! Une chose est sûre, ils feraient mieux de mourir après une bonne confession. Et non pas comme ceux du bataclan, qui après avoir chanté en chérissant Satan, se sont éteints.

  20. Line dit :

    Si le corps de Jean XXIII est dans un excellent état de conservation grâce à un traitement spécial, celui du Padre Pio, qui n’a pourtant pas bénéficié du moindre traitement, reste très bien conservé alors qu’il est mort il y a une cinquantaine d’années ( ce capucin aux stigmates est décédé en 1968 et canonisé par Jean-Paul II en 2002). Voir la photo prise le 5 février 2016 dans la basilique St Pierre de Rome :


    Arvo Pärt – « Vater unser » Andreas Scholl & soloist of Morphing Chamber Orchestra :


    Jorian zingt Bach – SUPERKIDS :

  21. Andree dit :

    Ora et labora :

    Lorsque nos corps fatigués se sont endormis,
    Quand nos esprits agités enfin se reposent,
    Certains se lèvent pour prier dans la nuit
    Pour les intentions que les hommes déposent.

    Du jour apparaissent les premières lueurs
    Et de pieux chants s’élèvent du monastère,
    Puis les religieux s’attellent au labeur,
    Louant le Seigneur par leur travail de la terre.

    De chasteté, de pauvreté, ils ont fait vœu
    Pour vivre de recueillement et de silence,
    Menant une existence consacrée à Dieu,
    A contre-courant d’un monde de décadence.

    Ils sont l’avant-garde de la Chrétienté
    Dans un monde où le christianisme est en déroute.
    Îlot de sainteté dans notre société,
    Leurs prières renforcent nos âmes qui doutent.

  22. inspiré dit :

    Post concile Vatican II (prétendre un successeur de Pierre infaillible, car prétendument inspiré par l’esprit saint permet à un usurpateur, un anti-pape de ne pouvoir voir contester ses décisions!).

    après avoir promulgué un nouveau Notre Père (1966), un nouveau Credo (où l’on a remplacé l’expression « consubstantiel au Père » par « de même nature que le Père »), un nouveau rite d’ordination épiscopale et presbytérale (1968), un nouveau calendrier liturgique (1969), une nouvelle messe (1969), un catéchisme nouveau (Pierres Vivantes, 1968, puis Le Catéchisme de l’Eglise catholique 1992), un nouveau baptême (1969), un nouveau mariage (1969), un nouveau bréviaire (1970), une nouvelle confirmation (1971), une nouvelle extrême-onction (1972), une nouvelle confession (1973), un nouveau chemin de Croix (1991), un nouveau Rosaire avec l’introduction des « mystères lumineux» (2002), et enfin un nouveau Code de droit canon (1983), elle inscrit au sanctoral, par décision magistérielle, deux nouveaux « saints » qui incarnent, à eux seuls, toutes les erreurs issues de « l’esprit » de Vatican II.

    Source :http://www.la-question.net/papaute/

    Sur l’élection contestée de l’antipape JeanXXIII

    http://www.societe-perillos.com/jeanxxiii_3.html

  23. Anne dit :

    Fin octobre 2016, une équipe de scientifiques a ouvert pour la première fois depuis au moins deux siècles le lieu considéré par les chrétiens comme étant la tombe de Jésus dans l’église du Saint Sépulcre à Jérusalem. La plaque de marbre protégeant le tombeau a été déplacée durant trois jours dans le cadre de travaux de restauration.

    Les chercheurs ont découvert le marbre sur lequel le corps de Jésus aurait été déposé. Ils ont aussi découvert une seconde dalle en marbre totalement inconnue des experts. Elle est gravée d’une croix qui a dû être réalisée au 12e siècle par des Croisés. Cette récente découverte prouve que ce haut-lieu de pèlerinage abrite bien la tombe du Christ dont la construction fut initiée par l’Empereur Constantin au 4e siècle de notre ère, et qu’il s’agit d’un endroit vénéré par les Croisés.

    Mais en 1980, on a aussi mis à jour, en voulant construire des immeubles, le tombeau de Talpiot. Certains pensent qu’il aurait renfermé les restes de Marie (la mère de Jésus), de Matthieu (puisque de la lignée familiale), de José et Jacques (frères de Jésus), de Marie Madeleine (prise ici comme l’épouse de Jésus) et de leur soi-disant fils Juda.

    Mais voilà, en novembre 1890, les Pères Lazaristes de la résidence de Smyrne eurent l’idée de faire des recherches dans les environs d’Ephèse en s’aidant des indices topographiques donnés dans les visions de la mystique Catherine Emmerich. Ils finirent par découvrir cette Maison de la Sainte Vierge dont les détails concordaient avec ses descriptions.

    Que dit-elle, alors que Marie est souffrante et qu’on lui prépare un tombeau près de Jérusalem ?  » Le bruit de sa mort et de sa sépulture à Jérusalem se répandit alors en d’autres lieus. Mais, quand le tombeau fut achevé, elle guérit et se trouva assez forte pour revenir à sa demeure d’Ephèse, où elle mourut réellement au bout d’un an et demi…. On honora toujours le tombeau préparé pour elle sur la montagne des Oliviers ; on y bâtit plus tard une église, et Jean Damascène (c’est le nom que j’ai entendu en esprit, mais je ne sais qui est ce personnage) écrivit, d’après des traditions orales, qu’elle était morte et qu’elle avait été ensevelie à Jérusalem…. Dieu a laissé tout ce qui concerne sa mort, son tombeau, son assomption dans le ciel, devenir seulement l’objet d’une tradition incertaine, afin de ne pas donner entrée dans le christianisme au sentiment païen encore si puissant à cette époque ; car on se serait facilement laissé aller à adorer Marie comme une déesse. »
    http://livres-mystiques.com/partieTEXTES/CatherineEm/Viedemarie/mortde.html

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s