23 avril, vote par les socialistes de la marchandisation des corps et de la fin des droits de l’enfant.

C'est quoi une maman

.

C’est un véritable jour de deuil !

Ce mardi là, à la fin du débat à l’Assemblée Nationale, des opposants ont tenté, depuis les tribunes, de perturber le vote sur la loi Taubira. Ils ont déployé une banderole réclamant un référendum avant d’être évacués par des agents de sécurité. Le président Claude Bartolone, très agacé, a lancé à leur adresse : « Sortez-moi ces excités, les ennemis de la démocratie n’ont rien à faire ici ! » Mais quelques jours avant, il avait sorti pire que çà, juste avant de suspendre la séance : « Attention aux mots qui sont utilisés ! En nous blessant les uns les autres, c’est la République que nous sommes en train de blesser. » Que les enfants soient blessés, il n’en avait rien à faire, mais la République si !

.

Mais de quelle démocratie parle-t-il ?

Le bêtisier de MaastrichtCar depuis quelques années, les Français se font régulièrement avoir.  A-t-on respecté leur choix lors du référendum du 29 mai 2005 (traité de Rome). Alors qu’ils avaient été 54,67 % à voter contre ?

https://www.youtube.com/watch?v=u6hP-2Ni80g

Bien sûr que non ! Ce n’est qu’en leur mentant effrontément qu’on les obligea à rentrer dans cette Europe dessinée et financée par  les USA. Les promesses étaient toutes plus belles que les autres. Ce que Chevènement s’est amusé à rassembler dans son fameux « bêtisier  de Maastricht »

https://www.chevenement.fr/Le-Betisier-de-Maastricht_a958.html

Extraits  :

«Maastricht constitue les trois clefs de l’avenir : la monnaie unique, ce sera moins de chômeurs et plus de prospérité ; la politique étrangère commune, ce sera moins d’impuissance et plus de sécurité ; et la citoyenneté, ce sera moins de bureaucratie et plus de démocratie.» (Michel Rocard, Ouest-France, 27.8.92)

«Si le Traité était en application, finalement la Communauté européenne connaîtrait une croissance économique plus forte, donc un emploi amélioré.» (Valéry Giscard d’Estaing, RTL, 30.7.92)

«Le traité d’union européenne se traduira par plus de croissance, plus d’emplois, plus de solidarité.» (Michel Sapin, ministre socialiste des finances, Le Figaro, 20.8.92)

«L’Europe, ce sera plus d’emplois, plus de protection sociale et moins d’exclusion.» (Martine Aubry à Béthune, 12.9.92)

«Avec Maastricht, on rira beaucoup plus.» (Bernard Kouchner, Tours, 8.9.92)

«Si vous voulez que la Bourse se reprenne, votez “oui” à Maastricht !» (Michel Sapin, université d’été du PS à Avignon, 31.8.92)

Doit-on rappeler ici, que l’un des débats ayant précédé la ratification du traité constitutionnel, fut au sujet de la mention historique de l’héritage chrétien du continent ? Un premier projet de préambule mentionnait la philosophie des Lumières, mais pas le christianisme. Parmi les partisans de la mention figuraient Angela Merkel et surtout les représentants de la Pologne. Mais la France fut le principal opposant à l’inclusion de cet héritage religieux. Ce n’est que quelques années après que les gens réaliseront pourquoi !  Le christianisme n’a jamais encouragé les prêts avec intérêts (car cause de la misère actuelle), a toujours été contre les pratiques homosexuelles (sodomites),  la marchandisation du corps humain et le mensonge. Alors que la franc-maçonnique y est favorable. Mais comme elle en a l’habitude, elle tient à rester dans l’ombre. Si les peuples l’avaient su, ils auraient tous refusé de voter. Même Helmut Kohl a reconnu avoir agi comme un « dictateur » !

https://euobserver.com/political/119735

alternative-deutschland-540x304N’existe-t-il pas aujourd’hui en Allemagne, le parti eurosceptique « Alternative für Deutschland » qui n’est « ni de gauche, ni de droite » ? Il prône la primauté de la famille au sein de l’éducation des enfants et est favorable au renforcement de la démocratie directe. Selon un sondage de l’institut de recherche Mafo pour Handelsblatt Online, 19,2% des Allemands seraient prêts à voter pour Alternative für Deutschland…

https://www.handelsblatt.com/politik/deutschland/repraesentative-umfrage-19-prozent-wuerden-die-anti-euro-partei-waehlen/8094336.html?ticket=ST-77567302-ZD0LWRpNDVJTmk5uCrTc-ap5

.

Heureusement en Europe, les gens commencent à se réveiller :

En Moldavie, il s’est réuni à Chisinau le 4 avril, le « congrès des parents » sous le slogan «Sauvez les enfants ».  Il a adressé l’appel suivant au Parlement et au gouvernement de la République de Moldavie : « Aujourd’hui, dans le monde entier, la famille fait l’objet d’une menace sérieuse, la Moldavie ne constituant pas une exception. Un préjudice Moldavieconsidérable est porté à la prospérité et aux droits de la famille, qui donne lieu aujourd’hui à des phénomènes tels que : la destruction des valeurs familiales traditionnelles, la large propagation de l’alcoolisme, de la drogue, de la prostitution, de l’homosexualité et de la pédophilie, l’incitation au viol et au libertinage sexuel, les modes de vie immoraux et antifamiliaux, la propagande du divorce et de l’avortement, l’immixtion manifeste de l’État dans la vie familiale sous le prétexte fallacieux et l’interprétation incorrecte des droits de l’enfant, le manque de respect dans la société envers le rôle et l’autorité des parents, la destruction des liens familiaux et le conflit, l’incompréhension entre les générations. Beaucoup de ces phénomènes destructeurs, portant atteinte aux valeurs culturelles et traditionnelles locales, sont popularisés et propagés par l’intermédiaire des structures interétatiques, à travers l’ONU et le Conseil de l’Europe. C’est ainsi que sont enfreintes l’indépendance de l’État et que sont dénaturées, voire falsifiées, les normes du droit international ; on constate une utilisation abusive des mécanismes du droit international et une pression arbitraire sur notre pays….. »

croatieMargaret Thatcher, la « dame de fer », décédée le 8 avril 2013, avait publiquement reconnu que « L’Europe allait enlever la démocratie aux pays européens. » Et Nigel Farage n’a de cesse de prévenir tous les Européens que l’U.E. était devenue un repaire de criminels et de voleurs, nous conduisant tout droit vers   un état communiste !

https://www.youtube.com/watch?v=RYbk4AFQmPo&feature=player_embedded

Les nouveaux membres de cette entité dictatoriale ne se bousculent plus au portillon pour y entrer. En Croatie, pour élire ses députés européens, que 20,74% de la population s’est déplacée. L’un des plus bas scores de l’histoire de l’UE (le record étant détenu par la Slovaquie, en 2004 : 17% de votants) !

.

Mais au  1er tour, le 22 avril 2012, combien François Hollande a-t-il rassemblé de voix sur les 46 millions de Français inscrits ?

Que 22,32%

https://www.youtube.com/watch?v=XjxsgD_2t9A

Et en avril 2013, le jugement des Français sur son action depuis qu’il est élu, est extrêmement sévère.

http://www.leparisien.fr/week-end/sondage-exclusif-hollande-l-etat-de-disgrace-09-04-2013-2711133.php

Théorie-du-genreSes mesures sociétales qui étaient encore soutenues il y a quelques mois ne le sont plus. Le mariage dit pour tous, la réforme des rythmes scolaires et la taxation à 75% revisitée, sont toutes les trois majoritairement rejetées. D’autre part, la théorie du genre, défendue par son propre fils,  ne convainc que les politiciens déboussolés tels que Bartolone. Pour le président PS de l’Assemblée nationale, « la gestation pour autrui (GPA) c’était exclu et que la procréation médicale assistée (PMA) ne se serait pas dans la loi ».  il a ajouté que, « s’agissant de la théorie du genre, il n’y avait pas le moindre texte qui relève de la moindre ambiguïté ». Il s’est insurgé contre les rumeurs sur l’enseignement de la théorie du genre à l’école ayant conduit certains parents à retirer leur enfant un jour par mois de leur établissement scolaire.

https://www.lefigaro.fr/flash-actu/2014/02/02/97001-20140202FILWWW00179-des-fachos-a-jour-de-colere-bartolone.php

Nombreux sont les gens qui se demandent pourquoi, alors que le chômage explose et que les entreprises disparaissent à l’étranger, les élus socialistes ne cherchent qu’à faire passer cette idéologie mortifère complètement contre-nature. Peut être que là, le sanguinaire Pol Pot avait raison, quand il vida la ville de Phnom Penh de ses habitants et envoya tous les intellectuels travailler dans les champs !

Phnom Penh vidé de ses habitantsPhnom Penh vidé de ses habitants

Car le bon sens paysan semble manifestement leur manquer. Au contact de la nature, on sait qu’un vagin n’est pas un anus. Qu’un troupeau de vaches dans un pré, longtemps éloigné des taureaux, peut se mettre à avoir une posture « homo » !  L’être humain n’est-il pas à la base un mammifère ?  Rien d’étonnant à ce qu’il ait un comportement quelque peu semblable, si sa raison n’y met pas bon ordre. Ce n’est bien sûr pas une question d’éducation comme on aimerait nous le faire croire, mais de déformation. L’homme est né pour l’altérité et non pour se couper de la moitié de la population. François Hollande sera pour l’histoire celui qui aura volontairement supprimé le droit de l’enfant de naître avec un père et une mère. Mais aussi celui qui aura marchandisé le corps humain, en faisant de la femme une « usine à bébés ».

.

Mais les labos pharmaceutiques ne seraient-ils pas complices de ces injustices ? Car à qui peut bien profiter ce crime envers l’humanité toute entière ?

Ces labos n’avaient-ils pas déjà transformée la femme en « poulet aux hormones », en la mettant en moyenne pendant 11 ans sous pilule ? Leur permettant ainsi de réaliser des gains faramineux. L’affaire Cahuzac est venue à point nommé pour nous le rappeler. Les 15 millions d’euros mis de côté, en tant que conseiller technique du ministre de la santé Claude Evin (entre 1988 et 1991), ne pouvaient pas venir que de son salaire !

meres-porteuses en IndeAvec le dit « mariage pour tous », les labos mondialistes ont beaucoup à y gagner. Et ils savent que si le mot «Mariage» plutôt qu’ «Union Libre» passe, l’Europe imposera automatiquement à la France la GPA (gestation pour autrui pour les paires d’hommes) et la PMA (procréation médicalement assistée pour les paires de femmes). Certaines cliniques voient venir avec la loi Taubira, une augmentation de leur business qui est déjà de plus de 2 milliards de dollars en Inde.  Pourquoi en Inde ? Parce que « les usines à bébé »  sont corvéables à merci. La misère des uns fait la fortune des autres.

https://www.dailymotion.com/video/xes5mf

https://www.marianne.net/societe/la-gpa-ou-la-traite-des-meres-0

Et tout cela au dépend du plus faible, l’enfant ! Il ne connaitra ni l’amour d’une mère à sa naissance, ni l’occasion de téter son sein si un homo égoïste de concert avec les élus socialistes le décident.

https://rutube.ru/video/14eda86bd048b5a6410ae2ede0a4c9e3/

L’abstention du Medef sur ce sujet est révélatrice. Dans ses adhérents, n’y aurait-il pas des représentants de ces labos ? Alors que la CGT, la CFTC furent contre ce « mariage gay ». Mais comment des élus peuvent-ils rester insensibles à cette perte de dignité de la femme ?  A ce miracle qu’est la naissance d’un enfant aimé de son père et de sa mère :

https://www.ted.com/talks/alexander_tsiaras_conception_to_birth_visualized?language=fr

N’entendent-ils pas les cris de ceux qui ont souffert d’être orphelin ? De ceux qui sont tombés dans le piège diabolique d’un adulte, qui lui a fait croire  que l’homosexualité était normale, pour mieux profiter de lui ? Pedophilie Comment ne comprennent-ils pas que des environnements difficiles peuvent entrainer l’homosexualité ? Et que grandir dans une soi-disant famille composée de deux pères ou de deux mères, et cela au nom de l’égalité, ne peut être que facteur  de problèmes ? On ne pourra malheureusement le constater que plusieurs années après, puisque ces politiciens sourds ne tiennent pas écouter les éducateurs d’enfants, les pédopsychiatres :

https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=Kk5V9ZGflws

 

Pourtant de nombreux Français ont montré courageusement leur désaccord sur ce sujet.

Des gens de toutes confessions qui ont siens les conseils de Soljenitsyne : « Tenir ferme dans la lutte contre le mal. Ne jamais admettre le compromis. Préférer tout perdre, vie, salaire, conditions d’existence, plutôt que sacrifier sa conscience. »

Non seulement ils n’ont pas été entendu, mais par la tricherie et le mensonge, ce gouvernement a réussi à faire passer cette loi ignoble.

MoutonsDePanurgeAu Sénat, la loi Taubira est adoptée de justesse grâce à la soumission servile des élus, qu’ils soient de gauche ou de droite. Peu nombreux furent ceux qui firent acte d’indépendance d’esprit. Les moutons de Panurge tiennent à sauvegarder leur rente ! Jusqu’à falsifier le vote des récalcitrants absents. Ce fut pour ainsi dire un « miracle des mains » !  L’hémicycle était à moitié vide, et pourtant, on a annoncé en trois secondes chrono la majorité nécessaire : 171 voix pour !

http://www.bvoltaire.fr/catherinerouvier/miracle-au-senat-multiplication-des-mains,19404

Si on enlève des votes « Pour », les 3 sénateurs socialistes ultra-marins qui ont toujours dit et voté « Contre », pour les rajouter aux « Contre », on arrive à 168 CONTRE et 168 POUR  et le texte doit être revoté ! En enlevant le vote du président, qui par principe ne devrait pas y participer, on arrive même à 168 CONTRE et 167 POUR, et le texte est rejeté.

Malgré ces manipulations, ces mensonges (comme parler d’un groupuscule alors qu’ils sont plus d’un million dans la rue), la police politique de Manuel « Gaz » (Valls) avec ses provocateurs en civil et ses photos truquées,

l’empêchement par les CRS de l’accès du Parlement à certains élus :

les nombreuses manifestations du peuple dans toutes les grandes villes de France, ses jeunes qui se sont illustrés avec les Hommen,

 

Hommen à Toulouse

les accueils « aux ministres », les Veilleurs

 

, l’opération « 10 mères veilleuses contre la PMA » qui est en cours en ce moment, arriveront-ils à rendre la raison à ces anciens mai soixante-huitards, tous nés de la « génération des divorcés » ?

https://www.lefigaro.fr/flash-actu/2013/04/22/97001-20130422FILWWW00334-10meres-veilleuses-contre-la-pma.php

 

On aurait du mal à le croire. Puisque l’Assemblée nationale a finalement voté la loi Taubira) par 331 voix contre 225 (566 votants).   

http://www.assemblee-nationale.fr/14/scrutins/jo0511.asp#Groupedel%27unionpourunmouvementpopulaire

Heureusement, des sénateurs de droite (UMP, UDI) ont annoncé avoir saisi le Conseil constitutionnel. Ce recours étant suspensif, la loi ne peut   actuellement être adoptée.

Président le moins bien apprécié selon les sondages, Hollande est aussi celui qui aura osé : rejeter une pétition historique de 700.000 signatures ; faire voter à main levée au Sénat, une loi pourtant essentielle ;  bouleverser l’agenda parlementaire,  supprimer la liberté de conscience des Officiers d’État civil etc…Jeanne d'Arc moderne

Que faire alors, devant un état qui va jusqu’au bout de l’illégitimité, sinon d’entrer en dissidence.  Par pure idéologie, lui et son gouvernement se sont mis contre l’avis des associations familiales, de l’Académie des sciences morales et politiques et de la majorité des Maires de France. Les millions de Français ne peuvent que se mobiliser davantage le 26 mai, jour de la fête des mères !  Celles qui depuis ce triste mardi, sont devenues synonyme d’ « usines à bébés » pour homos ! Mais avant d’en arriver à  les boycotter aux prochaines élections,  ne devrait-on pas s’inspirer de ce parti allemand (Alternative für Deutschland), mais pour défendre les valeurs traditionnelles de la France ?  Allez Frigide Barjot, il faut transformer  ces essais… en un grand parti pour la famille et pour une démocratie participative.Soyez la nouvelle Jeanne des temps modernes !

https://www.corsematin.com/article/france/frigide-barjot-des-candidats-manif-pour-tous-aux-municipales.971025.html

Car aujourd’hui, qui ne rêve pas à l’heure d’internet, d’une démocratie plus directe, à l’instar de gens tels qu’Etienne Chouard ?

https://www.youtube.com/watch?v=RUCzbOop85g

Si les Français se laissent faire, ils perdront leur souveraineté, comme le propose déjà Angela Merkel. Et là, c’est la dictature européenne qui décide de tout, sans plus aucun recours !  L’heure est grave, car peu de monde semble se rendre compte du piège  tendu ! 

.

Les veilleurs.

Les affaires jugées par la Cour européenne des droits de l’homme montrent dans quel délire inhumain nous sommes tombés :

  • Le désir de faire un enfant avec un mort
  • Le désir de la mère d’être le père de l’enfant
  • La demande d’une présomption de maternité pour la « femme de la mère »
  • Le désir d’être « mères » d’un même enfant
  • L’obligation pour les Etats d’instituer « l’homoparentalité »
  • Le désir d’être déclarée mère d’un enfant conçu et porté par d’autres femmes

Et ce n’est sans doute pas terminé. Bienvenue chez les dingues :

.

 

 

gif garçons disparaissent

155 commentaires sur “23 avril, vote par les socialistes de la marchandisation des corps et de la fin des droits de l’enfant.

  1. Otho dit :

    Comme Taubira, celle qui a favorisé à nouveau la marchandisation des humains, François Bayrou veut la reconnaissance des enfants nés de GPA ! Pourtant tout bébé nait d’une mère et a donc une patrie.

    Veut-il revenir à l’époque où les mères vendaient leurs enfants par manque de moyen pour les nourrir ?

    Dieudonné – Mariage gay et vente d’enfants :

    Marché de la procréation, attention danger !

    Caroline Roux, déléguée générale adjointe et directrice de Vita International revient sur le showroom privé organisé par l’association Alliance VITA pour montrer ce que pourrait devenir sous forme d’une boutique, ce commerce de la procréation :

    Blanche Streb, docteur en pharmacie et directrice de la formation et de la recherche à l’Alliance Vita, a écrit un livre ‘Bébés sur Mesure’, sur les véritables implications de la procréation médicalement assistée. Cette marchandisation progressive et ce tri sélectif de la reproduction ne mènent-ils pas à un monde des “meilleurs” au mépris de l’éthique et du bien commun ?

  2. Andrée dit :

    La Manif pour Tous intervient à l’ONU pour l’abolition de la GPA :

    Face à la politique sociétale d’Emmanuel Macron, l’association pro-famille a décidé d’employer les grands moyens. Pour dénoncer la GPA et l’utilisation de mères porteuses, plusieurs membres de la Manif pour Tous sont partis en Thaïlande pour rencontrer des acteurs politiques et associatifs d’un business aussi immoral que lucratif : les mères porteuses :

    Dire que l’on veut aimer son enfant tout en lui supprimant son père, n’est-ce pas étrange ?

    Témoignage d’Anaïs qui souffre de ne pas avoir eu de père, devant le Sénat, le 3 décembre 2019 :

    Le docteur Alexandra Henrion-Caude, épigénéticienne et directeur de recherche à l’Inserm, tire la sonnette d’alarme :

    Combien ça coûte ?

    Le coût d’un traitement de gestation pour autrui dans un pays où la loi l’autorise dépend de nombreux facteurs. Les devis ne peuvent donc qu’être approximatifs.
    Canada
    60 000 € – 100 000 €
    États-Unis
    80 000 € – 240 000 €
    Géorgie
    40 000 € – 80 000 €
    Grèce
    40 000 € – 80 000 €
    Russie
    50 000 € – 80 000 €
    Ukraine
    26 000 € – 60 000 €

    Babygest est la plus grande communauté en ligne de cliniques, de patients et de spécialistes en Gestation pour autrui :
    https://babygest.com/etat-civil-enfants-nes-a-letranger-gpa/

    Schéma synthétique des acteurs engagés dans un processus de GPA :

    En 1995, les Nations unies ont déclaré que les Moso (une minorité ethnique de Chine), une société matriarcale sans père ni mari, étaient un « peuple modèle », une « société parfaite ».
    https://www.cairn.info/revue-essaim-2009-2-page-113.htm

    Pourtant des études sociologiques américaines et norvégiennes (un abstract de nombre de ces études figure dans Le Coût social de la famille déstructurée, de Paul C. Vitz, in Revue éthique, 1996, no 21) ont été faites depuis vingt ans sur le devenir des enfants élevés par la mère seule. Sur des chiffres importants qui garantissent le sérieux des enquêtes, les résultats sont impressionnants. Les jeunes garçons délinquants sont le plus souvent ceux qui ont été privés de père. En France, on renâcle à publier ces enquêtes, et, placés devant ces chiffres, les sociologues ont tendance à récuser la corrélation, qui pourrait « discriminer » les familles monoparentales… Elle existe pourtant, sur le long terme et dans des pays fort divers (États-Unis, Canada, Grande-Bretagne, Norvège…). La mère seule a beaucoup de mal à éduquer à la liberté en même temps qu’elle apporte l’indispensable affection, car l’un et l’autre s’entrechoquent et se contredisent.

    Les Français semblent en être conscients si on en croit un sondage commandité à l’IFOP par Alliance VITA en juin 2018 :

    Killian 12 ans chante pour son papa lors du mariage de ses parents le 2 août 2014 une chanson de Claude Barzotti ‘Papa’ :

    On parle souvent des mammas
    On oublie parfois les papas
    Venus du fond de l’Italie
    De Pescara, de Napoli
    Ils étaient bien souvent maçons
    Devenus des mineurs de fond
    Ils mettaient du cœur à l’ouvrage

    Tout au bout de ce long voyage
    On a grandi avec l’amour
    Y avait jamais de mauvais jours
    Les fins de mois étaient fragiles
    Et c’était parfois difficile
    Mais quand on a au fond du cœur
    Des jardins parfumés de fleurs
    Ils nous apportaient le soleil
    Un nouveau pays des merveilles

    Papa, papa, papa
    Si tu n’avais pas été là
    Dis-moi qu’aurais-je fait sans toi ?

    Papa, papa
    Si tu n’avais pas été là
    Qu’aurais-je fait de mes dix doigts ?

    Les cheveux noirs devenus blancs
    Avec la pluie, avec le temps
    Ils n’ont pas perdu leur accent
    Et leurs mains parlent encore vraiment
    Elle est arrivée enfin l’heure
    De ne plus se fatiguer le coeur
    De se reposer en famille
    Les papas ont les yeux qui brillent
    On n’a pas tous la même histoire
    Non mais ça y ressemble un peu

    Qui n’a pas eu envie un soir
    De dire : «Papa, je suis heureux
    Je suis heureux, je te le dois
    Je suis ici c’est grâce à toi
    Je trouve pas les mots pour dire merci
    A toi et à maman aussi»

    Papa, papa, papa
    Si tu n’avais pas été là
    Dis-moi qu’aurais-je fait sans toi ?

    Papa, papa
    Si tu n’avais pas été là
    Qu’aurais-je fait de mes dix doigts ?

    Toi tu m’as donné la musique
    Le cœur et l’âme romantique
    Avec ces instants si magiques
    De tes souvenirs nostalgiques

    Papa, Papa, papa
    Et si un jour tu n’es plus là
    Comment vais-je vivre sans toi ?

    ‘Interior’ (2018) évoque la relation tendue entre un garçon sans père et sa mère sans mari :


    Député LREM de la deuxième circonscription de l’Oise, Agnès Thill est opposée à l’extension de la PMA : « il est très dangereux de vouloir priver des enfants de père. Toutes les situations où les pères brillent par leurs absences sont des situations compliquées. Les spécialistes de l’enfance ne sont pas pour la multiplication de ces situations. Je ne veux pas avoir une quelconque responsabilité dans une loi qui restera dans l’histoire comme celle qui aura évincé les pères de la naissance et de l’éducation des enfants. C’est trop grave ! C’est l’ancienne institutrice qui vous le dit. »


    La nuit du dimanche 9 au lundi 10 juin 2019, le groupe « F.R.E.A.Q.S. » a décidé d’attaquer et de redécorer le cabinet du docteur Raphaël Nogier qui est à l’origine du manifeste s’opposant à l’extension de la PMA aux femmes seules et aux couples de femmes, signé par 2000 médecins. « On va créer délibérément des orphelins de père pour les donner à des femmes. Un orphelin, c’est une tristesse déjà grande. Là, on va les fabriquer volontairement ! Le rôle du médecin c’est d’être juste et dans le serment d’Hippocrate, il est marqué qu’il ne faut pas faire d’injustice. Or là, on va faire une injustice criante, il y aura des enfants qui non seulement n’auront pas de père, pas de référent paternel mais pas de généalogie paternelle. La majorité des Français portent le nom de leur père. Eux, ils ne porteront pas le nom de leur père puisqu’ils ne le connaîtront pas… Beaucoup de personnes ont intérêt à étendre la PMA, le marché est considérable, il y a 2 milliards d’euros qui sont prévus dans les années qui viennent, c’est un eldorado. » Agnès Buzyn, ministre de la Santé et normalement solidaire des médecins, n’a pas réagi à cette attaque.

    Selon le Dr Lévy-Soussan et une majorité de pédopsychiatres :
    « Rien ne remplace un père. Ce ne sont pas des référents qui vont remplacer ce qu’il est du quotidien d’un père ».
    « Dans les situations classiques, il y a des risques. A fortiori, dans les situations non-classiques, on sait que les risques augmentent, et non seulement ils augmentent mais ils se démultiplient ».
    « Dans la grille de facteurs de risques parentaux, élaborée pour les procédures d’adoption, très vite on a vu surgir le risque de situation mono-parentale ».
    « Il y a une véritable sur-incidence des pathologies chez les enfants des femmes seules : dans une étude menée sur 65.000 enfants, deux fois plus de risques de tentative de suicide et d’alcoolisme, trois fois plus d’addictions par stupéfiants ».
    « Pour nous, le désir d’enfant et le projet parental ne suffisent pas. On sait, dans le champ de l’adoption, à quel point ils viennent masquer des problématiques personnelles et de couple ».

    Malgré tous ces conseils, les députés français ont voté l’amendement 2123 changeant ce qui existait : Actuellement, seuls les couples hétérosexuels peuvent bénéficier, dans un cadre limité, du remboursement des frais de PMA par la sécurité sociale, si la raison est pathologique ou causée par un problème d’infertilité d’origine inexpliquée dans le couple. En intégrant la notion «de projet parental» dans la procédure PMA, les femmes homosexuelles et célibataires ne pourront ainsi pas se voir opposer «la dimension médicale».

    Cliquer pour accéder à 2123.pdf


    Votes pour (ou le gouvernement est favorable) : 8

    Votes contre: 15

    Mais voilà, le président de séance, Ferrand, n’a pas vraiment compté les votes, au bout de 2 secondes seulement il donna raison à son camp pro-amendement. Un véritable déni de démocratie quand on voit bien sur les photos qui domine en voix. Le 24 octobre 2019, rebelote sur un amendement ou l’avis du gouvernement était défavorable. Ferrand décida alors de le revoter après avoir appelé à la rescousse des députés pro-gouvernement.

    • Virginie dit :


      Ne pas être nés dans une famille traditionnelle les prédisposent à être placés. Depuis l’abaissement de la majorité de 21 ans à 18 ans, en 1974, les jeunes confiés aux services de l’aide sociale à l’enfance (ASE) peuvent, une fois adultes, prétendre à une extension de leur prise en charge jusqu’à 21 ans. Le contrat d’accueil provisoire jeune majeur, dit « contrat jeune majeur », permet de les accompagner vers l’autonomie : financement d’études, logement, soutien administratif… Mais ce dispositif, coûteux, n’est pas automatique. A la fin 2016, seul un tiers des jeunes de 18 ans passés par l’ASE en bénéficiait. Son attribution par les conseils départementaux est souvent conditionnée à un projet professionnel modeste, réaliste, qui doit déboucher sur un emploi rapide. Ils vont être ainsi nombreux à se retrouver à la rue sans ressources. Avant 25 ans, un SDF français sur trois est un ancien enfant placé, selon une étude de l’Insee publiée en 2016.
      https://www.insee.fr/fr/statistiques/2123144?sommaire=2123156
      « Voir ces jeunes finir à la rue est un gâchis social, éducatif, mais aussi économique », déplore Antoine Dulin, membre du Cese et auteur d’un rapport sur le sujet en 2018. « On a calculé que le placement, durant la minorité, coûte environ un million d’euros par jeune en moyenne. Et après, tout s’arrête. » Cela dit, selon une étude de l’Ined présentée en 2017, la fin de prise en charge dès 18 ans est, dans 60% des cas, un choix du jeune lui-même.
      https://www.francetvinfo.fr/societe/enfance-et-adolescence/grand-format-a-peine-18-ans-et-deja-sdf-le-terrible-destin-de-milliers-d-anciens-enfants-places_3477783.html

    • Eric dit :

      Le père peut être aussi un facteur de trouble dans une famille comme dans ‘Jackrabbit’. Le court métrage raconte l’histoire d’un garçon de 13 ans, Jack, qui cherche à se protéger ainsi que sa mère et sa sœur des accès de violence du père :

    • Robert dit :

      Sur l’horreur des Droits de l’enfant avec Marion Sigaut :

      Angeles City aux Philippines est une destination bien connue du tourisme sexuel. Des centaines de jeunes femmes locales travaillent dans les bars et les boîtes de nuit, offrant des services supplémentaires pour l’argent dont elles ont désespérément besoin pour joindre les deux bouts et nourrir leur famille. Les vraies victimes sont cependant les enfants des travailleurs du sexe, conçus par des voyageurs étrangers. Ces enfants abandonnés par ces pères étrangers rêvent de connaître leur père :

      Tim Ballard : « à l’étranger, si vous restez sur la bonne plage, ils finiront par vous offrir des enfants de dix ans… Aux USA, il y a plus de 200 000 enfants qui sont actuellement contraints de se livrer au commerce du sexe… Le département d’État estime qu’environ 8 000 à 10 000 enfants y sont introduits clandestinement chaque année, forcés de se livrer au commerce du sexe.. Ils sont proposés sur des endroits comme backpage.com d’ailleurs son PDG a été arrêté pour son implication dans le proxénétisme d’enfants et de femmes… J’ai eu un cas où un enfant a été vendu sur Craigslist.com »

  3. Line dit :

    A la suite d’un accident du travail mortel pour lequel la faute inexcusable de l’employeur a été reconnue, la veuve du salarié, enceinte au moment des faits, saisit la justice en qualité de représentante légale de son enfant pour faire reconnaître le préjudice moral dont celui-ci a été victime du fait de l’accident survenu à son père.

    Les juges du fond accueillent sa demande, validant le préjudice subi par l’enfant conçu avant l’accident mais né après, qui souffrait selon eux de l’absence définitive de son père, qu’il ne connaîtra jamais autrement que par ce qu’en diront les tiers. L’employeur et son assureur (condamnés à l’indemniser à hauteur de 25 000 €) contestent d’une part la réalité de la souffrance objective invoquée et d’autre part le lien de causalité direct entre l’accident survenu au père et le préjudice causé à l’enfant né après le décès.

    La Cour de cassation valide l’arrêt rendu au fond et confirme que la cour d’appel a bien caractérisé l’existence du préjudice moral et son lien de causalité avec l’accident. Elle confirme également que, « dès sa naissance, l’enfant (ou, en son nom, une personne plus en âge de le faire !) peut demander réparation du préjudice résultant du décès accidentel de son père survenu alors qu’il était conçu ».

    https://www.courdecassation.fr/jurisprudence_2/deuxieme_chambre_civile_570/1605_14_38239.html

  4. Andrej dit :

    Le référendum roumain d’octobre 2018 pour inscrire dans la Constitution que le mariage est entre un homme et une femme a échoué, à cause de l’abstention. Le oui a obtenu plus de 90% des voix, mais n’a pas eu le pourcentage de participation requis pour que loi soit adoptée.Toutes les gazettes mainstream se sont mis alors à annoncer que c’était un échec… La palme de la désinformation revient sans doute à Ouest France qui osa titrer ainsi : ‘En Roumanie, l’abstention fait échouer un référendum contre le mariage gay.’ Or il ne s’agissait pas du « mariage gay », dont personne en Roumanie ne demande la légalisation… et surtout pas par référendum… Mais de constater qu’un mariage unit un homme et une femme. Si ce référendum fut matériellement organisé par le gouvernement, ce n’est toutefois pas lui qui en a eu l’initiative. Il était tout simplement obligé de l’organiser, suite à l’initiative populaire qui avait réuni 3 millions de signatures.

  5. Grégoire dit :

    Comment détruire la vitalité occidentale par les médias sur internet Brut (investissement de ses cofondateurs Guillaume Lacroix et de Renaud Le Van Kim, ainsi que du producteur Luc Besson), Konbini (de l’infodivertissement fondé à Paris en 2008 par David Creuzot et Lucie Beudet et AJ+ (lancé en 2014, faisant partie du groupe d’Al Jazeera Media Network).

    Parent A, parent B : Une intox de « droite » et des « réseaux catholiques » selon le journal Libération dans un article de 2012. A les croire, écrivait le journal, le texte de loi entraînerait la disparition des termes «père» et «mère» du code civil et des documents administratifs.

    Six ans plus tard, le 12 février 2019, l’Assemblée adoptait en première lecture un amendement qui consacre l’homoparentalité dans les formulaires scolaires qui devront porter les mentions « parent 1 et parent 2 » et non plus « père et mère », dans le cadre du projet de loi « sur l’école de la confiance ».

    « Cet amendement vise à ancrer dans la législation la diversité familiale des enfants dans les formulaires administratifs soumis à l’école », a expliqué la députée Valérie Petit (LREM), à l’origine du texte. Sa collègue Jennifer de Temmerman (LREM) a défendu l’amendement dans l’hémicycle : « On a des familles qui se retrouvent face à des cases figées dans des modèles sociaux et familiaux un peu dépassés. Aujourd’hui, personne ne devrait se sentir exclus par des schémas de pensée un peu arriérés. Pour nous, cet article est une mesure d’égalité sociale. »

    Le député LR Xavier Breton a dénoncé un amendement relevant « d’une pensée unique et politiquement correcte qui ne correspond pas à la réalité. Quand j’entends dire que c’est un modèle dépassé, je rappelle qu’aujourd’hui, dans les unions célébrés, mariages ou PACS, plus de 95% sont des couples homme-femme. »

    Faire un enfant selon les lois naturelles (écologiques) est à la portée de nombreuses personnes et gratuit. En cas de trompes de Fallope abîmées ou de problèmes d’érection… la médecine a inventé la PMA qui est une technologie de procréation assistée ayant un coût de l’ordre des 5.000 €. Comme un couple sur sept a des difficultés pour procréer, cela représente une dépense importante pour la Sécurité Sociale. En France, en 2015, 145 255 essais de PMA ont été recensés (plus de 726 millions d’euros), donnant naissance à 24 839 enfants (1 nouveau-né sur 32 était ainsi issu d’une PMA).

    Pour la ministre de la Justice Nicole Belloubet, « il s’agit de prendre en compte d’une réalité sociale » (à mn 40) :

    Selon ce principe, puisque la pédophilie est une réalité sociale, l’état doit la permettre. On ne tient absolument pas compte des intérêts de l’enfant.

    Plusieurs techniques existent :

    La fécondation in vivo est la moins chère. L’homme se masturbe, le docteur recueille le sperme avec un pipette et l’injecte directement dans l’utérus de la dame le jour de son ovulation. Un inconvénient, les spermatos n’ont pas l’opportunité de se gaver de nutriments dans le fond du vagin avant d’entreprendre l’ascension du col de l’utérus comme ils le font dans un rapport sexuel naturel. Ils sont moins costauds pour entreprendre le siège de l’ovule.

    Avec la fécondation In Vitro ou FIV, la femme subit un traitement hormonal pour favoriser la maturation de plusieurs ovules en même temps, ce qui produit environ la production d’ovules d’une année. Mais cela n’est pas toujours sans conséquence sur la santé de la femme. Une infirmière va alors ajouter le sperme de l’homme dans une petite boite en plastique contenant ce paquet d’ovules qui a été préalablement prélevé sous anesthésie au fin fond de l’utérus de la femme. Le mélange va se faire d’une manière peu naturelle ce qui pourrait expliquer certaines répercussions sur la santé de l’enfant à venir. Dès que le docteur repère plusieurs ovules fécondés, il les ramasse avec une épuisette et les garde trois jours pour qu’ils commencent le processus du fœtus, avant de les réinjecter sous forme d’embryons minuscules dans l’utérus de la femme. Au besoin il peut les congeler si l’opération ne peut être immédiate. Si l’embryon est transplanté frais, le bébé naîtra avec un petit poids et restera chétif un bon moment. S’il est transféré après avoir été congelé, la mère et le bébé auront une forte probabilité de devenir gros, voir boursouflés.

    Dans la FIV sélective (FIVs), le docteur trie les spermatos et sélectionne celui qu’il pense être le plus costaud. En pratique, il choisit le plus rond, mais il n’est pas forcément celui qui a le meilleur ADN ou les meilleurs chromosomes. Il fait la même chose avec les ovules. Il aspire le spermato dans une seringue à aiguille très fine et l’injecte directement dans l’ovule sélectionné. L’aiguille a beau être fine, pour l’ovule, vu sa taille, c’est un véritable traumatisme. On fait fi des gardiens de la porte (les cellules folliculaires et la membrane pellucide) et de la brigade d’intervention (les granules corticaux) qui ne fait passer que le meilleur des spermatos avant de refouler les suivants.

    Pas étonnant que la plupart des garçons issus de PMA ont plus tard 50 % de spermatos en moins. Par contre on sera de plus en plus capable de sélectionner, à l’intérieur du spermato et de l’ovule, des caractéristiques physiques demandées pour le bébé par les géniteurs : sexe, cheveux, taille, couleur de peau…. Cette technique aurait plu aux médecins nazis travaillant à l’amélioration de la race. Mais elle fait encore peur à de nombreux pays qui ne veulent pas non plus l’étendre à ceux qui ne supportent pas le sexe opposé. Notamment par ce que 90 % des enfants de couples homosexuels ont des problèmes psychologiques, parfois psychiatriques. Il faut dire que ces couples ont souvent une durée de vie qui ne dépasse pas les 5 ans et que l’enfant nait volontairement orphelin d’un père ou d’une mère. Chose étonnante, les petites filles vivant avec deux pères, ont leur premières règles à douze ans au lieu de treize en moyenne.

    • Brigitte dit :

      Témoignage de Kelly, mère porteuse à trois reprises, dans le Dakota, un État américain où la GPA est autorisée : « À ma troisième GPA, le couple commanditaire n’était plus du tout sûr de vouloir des enfants que je portais car j’étais enceinte de deux garçons alors qu’ils avaient payé un supplément pour avoir un garçon et une fille. J’avais donc été implantée avec un garçon et une fille, mais ce sont des choses qui arrivent: la petite fille a été expulsée et l’embryon garçon s’est dédoublé, formant des jumeaux. Bref, en tout cas je devais chercher un plan B car je ne savais pas du tout, et ce jusqu’au dernier moment, si les commanditaires prendraient les bébés, et à la naissance j’ai finalement passé pas mal de temps avec eux… Je me suis rendu compte à quel point ils reconnaissaient ma voix, mais aussi celle de mon mari car lorsqu’il était présent dans la pièce, ils réagissaient, alors qu’ils ne bougeaient pas du tout lorsque le père «adoptif» était là. J’ai donc compris que même si moi je me refuse à considérer ces enfants comme les miens, eux, bien sûr, ne peuvent pas comprendre que je ne suis pas leur vraie mère. »

      Ces célébrités qui recourent aux mères porteuses : Sharon STONE, Nicole KIDMAN, Sarah JESSICA PARKER….

  6. Novak dit :


    Auditionnés le 29 août 2019 sur le projet de loi bioéthique, plusieurs représentants religieux ont apporté une réflexion de fond au débat aux députés. Notamment au franc-maçon du Grand Orient de France, Jean-Louis Touraine, qui s’est mis à évoquer des histoires de GPA dans la Bible ou des bricolages de filiation entre Joseph et le Christ totalement erronés. Jean-Louis Touraine : « Il y plusieurs exemples de GPA dans la Bible, avec Sarah et Abraham avec l’aide de Agar, avec Jacob et Rachel. Nous, nous ne proposons que, modestement, non pas la GPA mais bien l’extension de la PMA aux couples de femmes et aux femmes seules. » Réponse de l’archevêque de Rennes, Mgr d’Ornellas : « Dans ce cas, comme dans les autres, les mères porteuses bibliques sont des esclaves »


    En fait, comme le dit Jean-Marie Le Méné, président de la Fondation Jérôme Lejeune : « Il ne s’agit pas d’une loi de bioéthique mais d’une loi de financement de la technoscience et de ses lucratives applications. On ne voit pas ce qu’il y a d’éthique ni de scientifique dans le détournement des lois de l’engendrement. En revanche, on voit très bien ce qu’il y a d’économiquement intéressant dans l’appropriation de gamètes et d’embryons destinés à devenir des matières premières exploitables ».

    Le 29 janvier 2020, un petit fascicule écrit par 2000 médecins a été distribué à tous les parlementaires pour rappeler le rôle de la médecine et dénoncer la «‘fabrication» d’enfants en dehors de la complémentarité homme-femme : « …Le médecin ne doit pas être au service d’une idéologie quelle qu’elle soit. La sélection des races, l’eugénisme, le dopage, les expériences sur l’homme, la « fabrication » d’enfants en dehors de la complémentarité homme-femme sont étrangers aux buts de la médecine… « 

    Pour Jean-Louis Touraine, « il n’y a pas de droit de l’enfant à avoir un père. » Pourtant il y a l’article 327 du Code civil : « La paternité hors mariage peut être judiciairement déclarée. L’action en recherche de paternité est réservée à l’enfant. » Et l’article 7.1 de la Convention internationale des droits de l’enfant : « L’enfant est enregistré aussitôt sa naissance et a dès celle-ci le droit à un nom, le droit d’acquérir une nationalité et, dans la mesure du possible, le droit de connaître ses parents et d’être élevé par eux. »

    Difficile de ne pas admettre que la ministre n’est pas sataniste ! Agnes Thill nous le démontre parfaitement !

    L’émotion du député LREM Vincent Thiébaut « papa de deux enfants sourds » lors des débats sur la PMA :


    Ce qu’en pense Mgr Michel Aupetit : « Un évêque de l’Église catholique se doit d’annoncer l’Évangile, de permettre à chacun de rencontrer Dieu et de proposer à tous d’entrer dans la Vie éternelle que le Christ a ouverte par sa résurrection… Le projet de loi bioéthique en discussion touche aux fondements les plus essentiels sur lesquels sont bâties nos sociétés humaines : la filiation, la non-marchandisation du corps humain, le respect de toute vie de sa conception jusqu’à sa mort naturelle, l’intérêt supérieur de l’enfant, une médecine philanthropique et non marchande, une écologie humaine où le corps n’est pas un instrument mais le lieu de l’édification de la personnalité… Il y eut des états généraux, de nombreuses consultations par le Conseil d’État, l’avis du Comité consultatif national d’éthique, de nombreuses interventions d’experts. Qu’est-il sorti de tout cela ?… Les participants aux états généraux se sont clairement déterminés contre l’extension de la PMA hors du champ proprement médical sans que cela n’ait eu le moindre effet sur les rédacteurs du projet de loi… Les seules réponses que nous avons obtenues de Mme la ministre de la Santé aux arguments présentés et fondés en raison sont des arguments d’autorité. Le Comité d’éthique avait pourtant révélé les faiblesses méthodologiques des études portant sur les enfants élevés par les mères célibataires ou des couples de femmes. Beaucoup d’experts pédopsychiatres confirment que ces études, la plupart anglo-saxonnes, commettent toutes des fautes quant à la rigueur scientifique de la méthode… Les questions graves soulevées par des philosophes non suspects d’idéologie et se rapportant à la filiation, en particulier la privation pour l’enfant d’une filiation bilatérale sans recours possible, ont aussi reçu une fin de non-recevoir. L’Académie de médecine qui vient de se prononcer avec des arguments scientifiques très sérieux a été balayée d’un revers de main par la ministre de la Santé qui, sans honte, les a qualifiés de « datés » et de « peut-être idéologiques » sans apporter le moindre argument rationnel. De même pour la Convention internationale des droits de l’enfant signée par notre pays dont Mme Buzyn a dit pourtant qu’elle n’obligeait pas la France… Pourtant, personne n’est maître de la vie, même pas de ses propres enfants. On transmet la vie, elle ne nous appartient pas. Mon enfant vient de moi, mais il n’est pas « mon bien ». Je ne peux pas revendiquer un droit à l’enfant comme un droit au logement. Un enfant est toujours un don qu’il faut accueillir sans en faire un produit manufacturé dû à la technologie de l’homme et soumis au pouvoir de l’argent. Il faut apprendre à être fils, c’est-à-dire à comprendre que notre vie ne vient pas de nous-mêmes, que nous la recevons, que nous devons apprendre à l’habiter. À cette condition nous pouvons être de vrais parents assez humbles pour transmettre la vie et faire advenir une personne qui se saisisse de sa propre liberté. Il n’est pas possible d’instrumentaliser un enfant au prétexte de combler un désir individuel. Si la frustration entraîne une souffrance qu’il faut savoir accompagner, elle ne peut justifier en aucun cas une revendication parentale. Les autres points du projet de loi sont aussi dramatiquement ordonnés au mépris de toute vie humaine. Les embryons humains sont une fois encore et de plus en plus traités comme un matériau utilisable. Les cellules embryonnaires posent la question éthique de la destruction de l’embryon humain. La possibilité de fabriquer des embryons OGM par modification génétique est une dangereuse dérive. En outre, les expérimentations qui permettraient la création d’embryons animaux dans lesquels seraient intégrées des cellules embryonnaires humaines sont une véritable monstruosité qui n’effraie plus personne et qui montre une anesthésie abyssale de la conscience. Je salue le courage de ceux qui résistent aux fausses évidences d’un apparent progressisme qui constitue une profonde régression de notre humanité. »

    Ce droit de l’enfant à avoir un père et une mère fut ignoré du 30e anniversaire de la Convention internationale des droits de l’enfant en ce 20 novembre 2019 au Parlement européen à Bruxelles. Les interventions ont largement évoqué les questions de pauvreté, guerre, éducation, migrations, écologie, homophobie… En revanche, pas un mot sur l’un des droits de l’enfant, pourtant largement bafoués aujourd’hui : celui de connaître son père et sa mère et d’être élevé par eux (dans la mesure du possible évidemment), lequel suppose, de fait, de lutter contre la PMA sans père et la GPA. Ludovine de La Rochère du coup a dénoncé cette omission complète de l’article 7, qui va évidemment avec les actions européennes en faveur des “droits reproductifs”, lesquels consistent en particulier à pousser la mise en œuvre dans toute l’Europe d’un droit à l’enfant.

    Ludovine de La Rochère le 25 septembre 2020 à l’ONU à Genève : « On n’encadre pas l’esclavage. »

  7. Jeanne dit :

    Le projet de loi relative à la bioéthique introduit une série de ruptures :

    — il sépare totalement la procréation de la sexualité par l’introduction de la PMA non-thérapeutique ;
    — il rend indépendant de l’âge la faculté de procréer par la légalisation de l’autoconservation des gamètes ;
    — il encourage l’eugénisme par l’extension du diagnostic prénatal et préimplantatoire ;
    — il libéralise l’exploitation et la modification génétique des embryons humains ;
    — il favorise l’avortement par la suppression du délai de réflexion et de l’autorisation parentale pour les mineurs ;
    — il supprime la frontière entre l’homme et l’animal par l’autorisation de la greffe de cellules humaines sur des embryons animaux — il substitue la volonté à la biologie comme fondement de la filiation.

    Ce vaste projet de transformation de l’homme a des racines profondes dans la pensée des Lumières, en particulier chez Condorcet qui croyait « qu’il n’a été marqué aucun terme au perfectionnement des facultés humaines » et que « la perfectibilité de l’homme est réellement indéfinie » (1795). Ce progressisme a trouvé, dans l’extrapolation philosophique de la théorie de Darwin, les bases scientifiques de sa vision du destin de l’humanité, et ce faisant une nouvelle morale. Selon cette vision, l’homme est un être spirituel (c’est-à-dire doté d’intelligence et de volonté) dont la conscience serait issue de la vie, et la vie de la matière. Avant la découverte de l’ADN (1953), l’eugénisme portait sur l’espèce humaine et les races. Ses promoteurs les plus radicaux étaient tous issus du milieu de la libre-pensée et de la franc-maçonnerie.


    En Angleterre, le philosophe Herbert Spencer (1820-1903) ajoute à la loi générale de l’évolution celle de la « survie du plus apte » (1864). Il estime que la concurrence entre personnes, sociétés et races est le moyen par lequel la sélection naturelle s’opère au sein de l’espèce humaine en assurant l’élimination des plus faibles et le triomphe des plus aptes, et ce faisant, le progrès.

    Son œuvre est complétée par celle de Thomas Huxley (le grand père de Julian et de Aldous) qui développe toute une philosophie moniste autour de l’évolutionnisme. A noter que de nombreux membres de sa famille, notamment son père, ses frères et sa fille, étaient atteints de maladie mentale. Il a lui-même souffert de dépression.


    Il est accompagné dans cet effort par le biologiste allemand Ernst Haeckel, eugéniste radical, favorable au suicide et à l’euthanasie. Haeckel fut l’un des membres les plus éminents de la Fédération Internationale de la Libre Pensée, ainsi que de la Ligue pangermaniste et de la Société allemande d’hygiène raciale qui contribuèrent toutes deux significativement à la doctrine nazie. Il inventa en 1866 le terme écologie qui avait pour objet selon lui, l’étude des relations entre les êtres vivants et leur environnement.


    En France, l’eugénisme radical a été introduit en 1862 par Clémence Royer (1830-1902), fondatrice de l’obédience maçonnique Droit humain.

    Elle fait précéder sa traduction de L’origine des espèces de Darwin par une diatribe progressiste dénonçant les « représentants déchus ou dégénérés de l’espèce ».

    Elle est suivie notamment par Paul Robin (1837-1912), proche de Bakounine et de Ferdinand Buisson, qui fonde en 1896 une Ligue pour la Régénération humaine dont l’objet est de promouvoir la contraception, l’avortement et la liberté sexuelle. Eugéniste, il souhaite ainsi œuvrer à l’émergence d’une « nouvelle race, scientifiquement tant améliorée » que disparaîtraient devant elle tous les « résidus d’une fausse civilisation ». Pour lui, le respect « de la chasteté, de la pureté, est le dernier lambeau le plus résistant à la destruction des doctrines métaphysiques qui ont toujours opprimé les humains ».

    Charles Richet, prix Nobel de médecine en 1913 et vice-président de la Société française d’eugénisme, préconise « l’élimination des races inférieures et des anormaux ». Les exemples pourraient être multipliés. Tous sont convaincus d’avoir découvert la vérité du progrès humain et détestent le christianisme, dont ils dénoncent (avec Nietzsche) le caractère antinaturel de la charité envers les faibles.

    Les mouvements néomalthusiens et eugénistes ont rapidement compris que leur programme ne pourrait être mis efficacement en œuvre qu’à la condition de séparer la sexualité et la procréation, si possible avec le consentement des personnes concernées.

    Margaret Sanger (1879-1966), la fondatrice du Planning familial, le dit très clairement en 1922 : « aucun espoir de progrès n’est possible tant que l’on n’atteint pas une nouvelle conception du sexe, qui ne soit pas simplement un acte procréatif, une nécessité biologique pour la perpétuation de la race, mais un mode d’expression psychique et spirituelle. » Le contrôle de la procréation a donc bien une double finalité. Elle vise d’une part à « prévenir la naissance de ceux qui transmettrait leur imbécillité à leur descendance » (finalité eugénique) ; mais elle est aussi, et même « d’abord un instrument de libération et de développement humain » (finalité spirituelle). Pour elle, « par le sexe, l’humanité peut atteindre la plus grande illumination spirituelle qui va transformer le monde, qui va illuminer l’unique chemin vers un paradis terrestre ».

    Julian Huxley (1887-1975), frère d’Aldous et premier directeur de l’Unesco, milite également pour la diffusion de la contraception et de l’avortement comme moyens de limitation des naissances des êtres « inférieurs ». Mais il va plus loin, en recommandant d’agir non plus seulement sur la sexualité (en la stérilisant), mais aussi sur la procréation (en la sélectionnant). Pour lui, « toutes sortes de possibilités pourraient émerger » si la société adoptait le système recommandé par Hermann Müller consistant à « séparer les deux fonctions de la sexualité et de la reproduction » et d’ « utiliser pour la procréation les gamètes de quelques mâles hautement doués ». Cette séparation améliorerait non seulement la race humaine, mais rendrait les relations sociales plus altruistes, car moins marquées par la concurrence sexuelle, à l’instar des sociétés de fourmis ou d’abeilles.

    Hermann Muller (1890-1967), prix Nobel en 1946, fut le premier à proposer la création d’une banque de sperme dans le but de collecter et de diffuser les semences d’hommes supérieurs. Il proposa à Staline en 1936 d’y contribuer et de l’employer pour régénérer la population de l’URSS. Le lien explicite entre eugénisme et révolution sexuelle apparaît encore clairement dans la fondation en 1928 de « La Ligue mondiale pour la réforme sexuelle » qui milite à la fois pour la contraception, l’eugénisme, et l’acceptation des personnes sexuellement anormales. Margaret Sanger, les héritiers de Paul Robin, ou encore Julian Huxley figurent parmi ses membres et soutiens. En 1934, la première fécondation in vitro de lapines est réalisée.

    Mais déjà en 1923, le généticien britannique John Burdon Sanderso Haldane (1892-1964) envisage la gestation par utérus artificiel, et la nomme « ectogénèse ».

    Julian Huxley, J.B.S. Haldane et Hermann Muller se connaissaient bien et avaient cosigné en 1939, un « manifeste des généticiens » recommandant aux gouvernements d’adopter une sorte d’encadrement conscient de la sélection pour rendre possible une amélioration génétique des générations futures. Julian Huxley a donné un nom à cette vision prométhéenne de l’humanité, il l’a appelée « transhumanisme » et l’a déclarée « religion de l’avenir », à l’époque même où il présidait à la fondation de l’Union internationale humaniste et éthique.


    Aldous Huxley (1894-1963), le frère de Julian et le petit fils de Thomas, était donc bien placé pour comprendre cette vision, et l’exposer dans le Meilleur des mondes. Ces grandes figures ont eu, depuis lors, des héritiers, que l’on retrouve en France principalement au sein de la tradition maçonnique. Ils ont notamment pour nom Pierre Simon, Henri Caillavet ou Jean-Louis Touraine et ne font, pour l’essentiel, que répéter et tenter d’appliquer un projet déjà ancien. Ils ont milité pour la légalisation de la contraception, de l’avortement, de l’euthanasie, de la GPA. Quant à l’eugénisme, il a gagné en efficacité en devenant libéral et sophistiqué ; mais sa forme primaire transparaît encore parfois, comme lorsque Henri Caillavet déclara en 2001 que « permettre à un enfant handicapé de venir au monde est une faute parentale et peut-être même le témoignage d’un égoïsme démesuré ». Pour Pierre Simon, comme pour Jean-Louis Touraine, le point de basculement anthropologique a été l’acceptation de la première séparation entre la sexualité et la procréation, c’est-à-dire de la contraception, « Tout le reste n’est que conséquence ».

    • Pascale dit :

      Bienvenue chez les dingues… de la PMA pour tous :

      A l’ombre de la PMA et de l’ingénierie génétique, il y a effectivement le contrôle de la reproduction par l’Etat !

      D’abord la PMA a une histoire qui commence avec l’amélioration du cheptel dans les usines à viande et naît donc de demandes économiques et techniques d’élevage, de rendement laitier ou de production de steak, de résistance aux maladies pour des animaux confinés dans des espaces très réduits. La PMA est donc avant tout une aventure industrielle. Plus les gens vont pouvoir utiliser la PMA, moins elle va être chère et plus elle sera techniquement confortable (son principal défaut actuel étant d’être une procédure très lourde et encore fort souvent inefficace), ce qui entraînera plus de gens à l’utiliser et donc plus d’offres de services dans une véritable gamme de produits dérivés, souvent bien plus intéressantes que le produit de base, et déjà très avancées techniquement, telles que le dépistage pré-préimplantatoire et les thérapies géniques germinales (impossibles in utero), ou encore la possibilité, encore à l’étude, du développement de l’embryon hors de l’utérus.

      En amont, son infrastructure nécessite des laboratoire, des techniciens et des institutions hospitalières spécialisées, répondant pour partie à des besoins-prétextes bien réels (la pollution chimique amenant de plus en plus de cas de stérilité ou de déficiences spermatiques), ainsi que du sperme (bientôt peut-être des ovules, puisque l’on est en passe d’utiliser un seul ovule pour créer plusieurs gamètes) et tout le travail de classification et de rentabilité autour de sa récolte et de sa distribution.

      En aval, ce dispositif conduira à l’utilisation de larges produits dérivés (thérapies géniques, DPI, voire utérus artificiel, etc.), à des techniques de conservation des spermatozoïdes ou des gamètes, ou encore à l’utilisation des embryons surnuméraires à des fins de recherches (qui concernent souvent les techniques dérivées) ou pour la production de cellules souches.

      De plus, on fait du désir d’enfant un droit à assouvir (comme, par exemple, on en a fait un de l’accès à l’Internet) et un enjeu d’égalité ou de non-discrimination : on légitime, on adoube la technologie, pendant que tout le reste de la structure technique (la pollution qui rend stérile) et économique (les exigences de production et de consommation qui tendent à faire de la naissance de l’enfant un obstacle imprévisible et difficile à gérer s’il n’est pas planifié) la rendent « utile ». Les alternatives disparaissent aussi. En effet, le nombre d’enfants disponibles à l’adoption s’effondre, puisque la contraception est devenue très efficace et que l’avortement, de moins en moins inconfortable, tend à être considéré (dans la loi et dans les usages) comme un moyen de régler de nombreux problèmes sociaux (de la poursuite d’une carrière à la prise en charge de la pauvreté et des inégalités de genre), ainsi que comme un moyen de contraception de dernier recours, alors qu’il relève d’une logique et a des implications morales tout à fait différentes.

      Bien entendu, peu importe que les institutions qui pratiquent les biotechnologies soient privées ou publiques, c’est l’Etat qui garde la main sur ce qu’elles peuvent ou ne peuvent pas faire, même en termes de financement des programmes de recherche. Il garde ainsi le contrôle de la reproduction et pourrait abuser de ce pouvoir comme réserver la possibilité d’avoir un enfant qu’aux personnes bien notées par le régime.

      Autre sujet d’inquiétude, le gouvernement macroniste n’ouvre pas la porte qu’à l’eugénisme et à la commercialisation d’ovules, de spermatozoïdes et d’embryons, mais aussi à l’implantation d’embryons humains dans un animal à des fins de gestation. La loi dite de «bioéthique», en débat en ce début 2020 entre l’Assemblée nationale et le Sénat, est bien loin de se limiter à cette question (de la PMA) : sur les 34 articles qu’elle comporte, 30 portent sur d’autres questions sur lesquelles le débat public a été largement escamoté. Qui sait que cette loi, dans son article 14 (25-26), autorise l’implantation d’embryons humains dans un animal à des fins de gestation ? Qui a compris toutes les conséquences de la suppression de l’actuel article 17 du code de la santé publique («la création d’embryons transgéniques ou chimériques est interdite») et de son remplacement par un nouvel article qui autorise, de fait, la création d’embryons humains génétiquement modifiés avec la technique dite des «ciseaux ADN» ? Qui a vu l’impact de la possibilité (ouverte par l’amendement posé par le Sénat sur l’article 2) donnée à des structures à but lucratif de conserver et de commercialiser des gamètes, des ovocytes et des embryons ?

      D’autre part, il n’est plus seulement question de permettre aux femmes de choisir le moment de leur grossesse, il sera possible, dès maintenant et grâce à la congélation d’ovocytes (autorisée à l’article 2), d’améliorer la «performance» des femmes au travail et d’ouvrir la porte à leurs employeurs pour qu’ils décident à leur place de leur maternité.

      Comment ne pas voir qu’il s’agit là, tout simplement, de la marchandisation du vivant ?
      https://www.liberation.fr/debats/2020/01/19/pma-un-bel-arbre-qui-cache-la-foret_1773950

      Autre dingue typiquement franc-maçon le médecin et député Jean Louis Touraine, rapporteur à l’Assemblée nationale du projet de loi de révision de la loi de bioéthique : créer des enfants orphelins de naissance n’est pas un problème !

      Il n’a toujours pas compris à qui profitait la PMA :

      Et qu’il devenait « has been’ avec sa notion de « faire famille » au lieu d’être tout simplement une famille. Même en Russie, Poutine tient à réformer la constitution en y introduisant notamment deux amendements qui ont été adoptés à l’unanimité par les députés en première lecture.
      — l’un fixant le principe qu‘un mariage n’est possible qu’entre un homme et une femme,
      — l’autre introduisant la mention de Dieu dans le texte.

  8. Martine dit :


    Les affiches d’Alliance Vita sur le respect de la vie et le soutien de la paternité et de la maternité furent le 2 janvier 2020 d’abord censurées par la régie Mediatransports. Mais le tribunal judiciaire de Paris, saisi en référé, a reconnu l’arbitraire de cette censure et a demandé à la régie Mediatransports de les replacer. Du coup, Alliance VITA a aussi demandé au second réseau d’affichage, Exterion Media qui, lui, a cru devoir céder aux injonctions de Madame Hidalgo, maire de Paris, en retirant le 3 janvier des rues de la capitale la totalité des trois visuels de la même campagne, de les réinstaller immédiatement.


    Dans le journal sud-africain The Star, le journaliste Baldwin Ndaba rendait compte en 2006 de l’issue d’une affaire judiciaire concernant la mort de Jandre Botha, un jeune garçon de quatre ans qui, selon les témoignages présentés au tribunal, a été battu à mort après avoir refusé d’appeler la compagne lesbienne de la mère «Papa». Les experts médicaux constatèrent sur le corps de l’enfant, une fracture du crâne et des lésions cérébrales, ainsi que des fractures des jambes, de la clavicule, des mains et du bassin, maintenues au fil du temps.
    https://www.lifesitenews.com/news/4-year-old-killed-for-refusing-to-call-moms-lesbian-lover-daddy
    En France, l’abbé Guy Pagès qui relata l’information sur twitter vit son compte supprimé !

    Même Michel Onfray, plutôt connu pour être rationaliste, commence à s’inquieter de cet état profond « Pour cette gauche, si vous n’êtes plus productif, on vous détruit » :

  9. Martine dit :

    L’action flash du 8 mars 2020 devant l’Assemblée nationale :

  10. Françoise dit :

    Mi-juillet 2020, malgré la pandémie du coronavirus et les vacances, est examinée en urgence à l’Assemblée Nationale la loi dite de « bioéthique » pour permettre la PMA pour toutes ainsi que la GPA et légaliser la création de chimères homme-animal. La généticienne Alexandra Caude-Henrion a dénoncé cette précipitation :


Répondre à Line Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s