Pape et Gd Mufti prient contre les prémices d’une 3ème guerre mondiale !

Les ennemis de la Syrie.

Le 7 septembre 2013, des chefs religieux sunnites, shiites, alaouites, ismaélites, druzes, juifs, chrétiens se sont mis à jeûner et prier ensemble dans la grande mosquée des Omeyyades de Damas. Cette initiative était voulue par le grand mufti de Syrie, Ahmad Badreddine Hassoun en parallèle avec l’appel du pape François du 1er septembre pour la paix au Moyen Orient.

https://www.eglise-pour-notre-temps.net/bouleversements-culturels/expert-bouleversements-007.html

Grand Mufti de Syrie« Nous sommes très triste lorsque l’islam est utilisée comme une idéologie extrémiste. Pour la majorité des musulmans syriens, les chrétiens ont toujours été considérés comme des frères. La Syrie est comme la Terre Sainte, berceau du christianisme. Nous musulman syrien sommes fiers de protéger les chrétiens. Avec eux nous prions Jésus pour la paix (le musulman ne peut prononcer le nom sacré de Jésus s’il ne le fait suivre de la formule Hazrat Issa (Béni soit Jésus), ou Issa alayhi As-Salam (que la paix soit sur lui)). Le pape est un véritable responsable spirituel, libre d’intérêts politiques, individuels ou collectifs. »

Le même soir à Rome, place St Pierre, une veillée de prière multiconfessionnelle (avec des athées, des bouddhistes) rassemblait 70 000 personnes.

https://www.rtl.fr/actu/international/syrie-le-pape-fustige-la-guerre-lors-d-une-veillee-de-priere-pour-la-paix-7764371569

Cet élan de foi, suivi à travers le monde par de nombreux croyants, clôturait plusieurs initiatives locales contre la guerre. Comme celle de Paris le 31 aout :

.Veillée avec musulmans et chrétiens au Vatican le 7 septembre 2013

.

Car l’Otan, à force de jouer au poker menteur, ne risque-t-elle pas d’être à l’origine d’une troisième guerre mondiale ?

Il suffit quelquefois de peu. L’incroyable histoire de ce lieutenant-colonel russe Stanislav Yevgrafovich Petrov le prouve ! Son travail, dans un poste de lancement de missiles nucléaires, était à se préparer à une attaque américaine, et répliquer si besoin. La tension était à l’époque à son maximum (les Russes avaient abattu un avion civil coréen de New York quinze jours Stanislav Yevgrafovich Petrovauparavant). Au soir du 26 septembre 1983, voilà que l’ordinateur signale un missile nucléaire en provenance des États-Unis. Petrov préfère attendre : « car si les Américains attaquaient, ils ne lanceraient pas un seul missile. » pensa-t-il. Mais voilà qu’un autre est signalé, puis deux, trois, quatre et finalement cinq. Alors que son écran géant lui ordonne de frapper, Petrov continue de trouver cela louche. Alors il ne déclenche pas l’attaque. Il avait eu amplement raison. Une position rare et étrange du soleil avait trompé l’ordinateur, qui avait pris des rayons de lumière pour des missiles. Aucune bombe n’allait tomber sur Moscou, aucune sur les États-Unis en retour. Petrov fut congratulé une demi-heure, pour ensuite être condamné pour ne pas avoir suivi le protocole. Il fut bon pour la retraite prématurée et  200$ de pension par mois ! Cet homme avait pourtant sauvé le monde. Il méritait bien plus qu’Obama de recevoir le prix Nobel de la paix.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Stanislav_Petrov

Il décéda le 19 mai 2017 !

Mais son exemple a sans doute  inspiré Poutine, qui avec  la Syrie,  fait figure de président avisé. A en gêner Obama, autrement pourquoi aurait-il  bloqué  son entretien en Amérique ?

https://fr.sputniknews.com/actualite/201308301022660690-les-usa-ont-bloque-la-chaine-russia-today/

Paul Craig RobertsIl faut dire que Paul Craig Roberts, ancien Secrétaire Adjoint au Trésor américain dans l’administration de Ronald Reagan, n’hésite pas à qualifier les dirigeants américain, britannique et français de « criminels de guerre » en enfonçant le clou : « À Nuremberg, les nazis ont été condamnés à mort précisément pour les actions identiques à celles commises par Obama, Cameron et Hollande. »

https://www.paulcraigroberts.org/2013/08/01/double-feature-bradley-manning-verdict-convicts-washington-and-hiding-economic-depression-with-spin-paul-craig-roberts/

.

Bien entendu,  ce qui arrive en Syrie n’est une surprise pour personne :

Le général Wesley Clark savait déjà en 2001, qu’une série de pays allaient être dévastés car ne se pliant pas au monde unipolaire que tient à imposer le camp sioniste : l’Irak, la Syrie, le Liban, la Libye, la Somalie, le Soudan et l’Iran. A la tête de cette campagne mortifère, des gens tels que Wolfowitz, Cheney, Rumsfeld…

Et comme Roland Dumas le souligna plus tard, Israël n’était pas absent de ces décisions :

philipmarshall

Comme elle ne l’était pas non plus des attentats du 11 septembre 2001. L’auteur du livre  « the Big Bamboozle »  (la grande tromperie)  démontre intelligemment leur implication ainsi que  celle des autorités saoudiennes dans l’entraînement des quatre pilotes.  (Le 2 février, il sera retrouvé chez lui avec ses deux enfants criblés de balles…)

https://solidariteetprogres.fr/actualites-001/le-suicide-de-philippe-marshall-l-auteur-du-livre

Malheureusement, les leçons du passé sont souvent oubliées. En Allemagne, le Dr Rath, eut beau prévenir ses compatriotes qu’ils allaient tomber dans le même piège que les deux précédentes guerres mondiales, il ne fut pas écouté :

.

On doit tout de même admettre qu’un plan de longue haleine avait été mis en place pour manipuler l’opinion publique :

Selon le  rabbin Ron Chaya, il y a deux siècles et demi, on savait déjà comment les sionistes allaient s’emparer du pouvoir mondial, pour qu’enfin leur Mashiah arrive. Un messie juif qui est pour les musulmans et les chrétiens le Dajjal ou l’antechrist.

World wide jewish prayer for MashiahLe dimanche 23 septembre 2012 à 19h précises (heure de Paris), les Juifs du monde entier mirent de l’argent  pour la Tsedaka (aumône pour les frères de religion dans le besoin) en récitant simultanément la prière suivante : « Maître de l’univers, nous enfants d’Israël, nous te demandons le Mashiah  afin de nous délivrer maintenant et avec miséricorde de cet exil et de nos souffrances, de révéler ton nom dans le monde et d’y amener la paix. Amen ! ». Adam Gadahn fut l’un de ceux qui s’ employèrent à opposer le monde occidental contre le monde oriental, en devenant l’Américain d’Al Qaida  (mouvement créé par les services secrets US selon Hillary Clinton)

Ayman al-Zawahiri, l’actuel chef d’Al-Qaïda et adjoint d’Oussama ben Laden à l’époque, avait rencontré à plusieurs reprises des militaires et des responsables du renseignement américains à l’ambassade des États-Unis de Bakou, capitale de l’Azerbaïdjan, entre 1997 et 2001, dans le cadre d’une opération connue sous le nom de « Gladio B ».

https://ceasefiremagazine.co.uk/whistleblower-al-qaeda-chief-u-s-asset/

Quand les médias découvrirent que Gadahn s’appelait en fait Adam Perlman et qu’il était juif, les sionistes durent en trouver un autre.  Il fut remplacé par Yusuf Al-Khattab. Il joua au dur pendant un moment, proclamant que l’Amérique leur appartenait, jusqu’au jour où son vrai nom fut connu : Joseph Cohen.

NajdMais les sionistes savent aussi utiliser les musulmans contre d’autres musulmans, en allant jusqu’à leur faire croire qu’ils mènent un Jihad. Mais un Jihad moyennant une forte somme d’argent pour le prix de leur trahison. C’est ainsi que furent fomentées les attaques contre la Serbie, l’Irak, la Libye  ou organisés les printemps arabes. L’Arabie saoudite n’est pas innocente dans cette affaire. D’ailleurs n’a-t-elle pas le Hijaz à l’ouest et le Najd à l’est ? Et Mahomet ne prédisait-il pas que les cornes du diable apparaitraient au Najd  ? Là où justement se trouvent les dirigeants wahhabites ! Les musulmans combattant à leur côté ne peuvent être que des mécréants !  De même que ceux qui suivent le Qatar, pays hébergeant  Al Jazeera, la sœur de CNN, créé par les juifs David et Jean Frydman.

https://www.voltairenet.org/article171460.html

.

Le paradoxe sémite :

Selon la Bible, Abraham croyant ne pouvoir avoir d’héritier, fit un garçon avec sa servante Agar  que l’on appela Ismaël et qui donna le peuple arabe.  Puis quand Dieu le décida, naquit de sa femme Sarah, Isaac , qui donna le peuple juif.  Ces deux peuples parlaient une langue sémite, d’où leur appellation de sémites !  Ils ne peuvent être confondus avec le peuple khazar (errant)  qui au VIIème siècle se convertit au judaïsme, malgré son origine turque. Il n’a rien à voir, du point de vue ethnologique, avec les Juifs d’origine. D’où la question que certains se posent : pourquoi, avec l’aide de leurs alliés occidentaux, voulurent-ils, Abrahamaprès la 2nde guerre mondiale, s’installer en Israël ? Dans le Coran, Allah prévient  les musulmans de ne pas  prendre pour allié les juifs et les chrétiens (sourate al Kahf). Mais pour que ce verset ait un sens encore faut-il qu’il soit accompagné d’un autre. Seul, un verset ne veut jamais rien dire. Selon le Sheikh Imran Hosein, il faut y ajouter cette précision « seulement quand ils sont alliés les uns aux autres. » Ainsi l’alliance de l’Otan avec Israël, l’Arabie saoudite et le  Qatar ne peut apporter que l’injustice (al Maeda 51) en devenant le bras droit du Dajjal. Ainsi ceux qui s’opposent au Dajjal sont donc ceux qui veulent  la paix en Syrie et qui défilent contre le mariage gay. Malheureusement, cela n’ empêchera pas d’avoir des deux côtés, les trois principales religions représentées !  L’esprit trompeur du Dajjal  est tellement puissant ! Même si à la fin,  on sait qu’il sera pétrifié à Damas, en voyant descendre le nabi Issa (Jésus), et quand le Mahdi prononcera « voici le fils de Maryam » (la Vierge Marie).

Musulmans contre le mariage gay en France

.

Le noyautage des sources d’information :

En France, les médias ne prennent leurs nouvelles qu’auprès de fausses officines comme l’Observatoire Syrien des Droits de l’Homme (OSDH), qui est une émanation de l’Association  des Frères musulmans et dirigé de Londres, par son fondateur Ryadh el Maleh, grâce à des fonds saoudiens.

https://fr.sott.net/article/4016-L-Observatoire-syrien-des-droits-de-l-homme-a-Londres-mysterieuse-source-des-medias-pour-leur-propagande-de-guerre-contre-la-Syrie

Conseil-National-SyrienMais il y a aussi le Conseil National Syrien, créé en 2011 à Istanbul, sur le modèle du CNT libyen et par le parti islamiste AKP.  Les informations qui en sortent sont quelquefois cocasses.  Comme avec Khaled Abou  Saleh que l’on voyait apparaître de nombreuses fois sur les chaînes d’Al Jazeera. Quelquefois il était en secouriste, une autre fois en activiste, en tué ou blessé, puis participant à la conférence du 6 juillet des « amis du peuple syrien » avec François Hollande (vidéo depuis censuré).  On eut le droit ensuite à la fausse démission de Quadri Jamil, de Bachar al Assad, l’attentat de Qazzaz mis sur son dos, la fausse rumeur Farouk al Chareh et malheureusement aussi le massacre de Houla.

https://blogs.mediapart.fr/valentin-perez/blog/180612/le-frankfurter-allgemeine-zeitung-confirme-les-rebelles-sont-respons

Le 27 mai 2012, la BBC publiait sur son site une photo montrant des cadavres alignés, censés être tués par les pro-Assad à Houla. En réalité, le cliché avait été pris en mars 2003 en Irak !

https://eteignezvotreordinateur.com/syrie-quelques-fakes-en-vrac/

En Turquie, des députés s’étaient rendu compte que les camps de réfugiés syriens étaient presque vides alors qu’ils continuaient à recevoir des subsides des Nations Unies et du gouvernement. A la place, s’y entrainaient un millier d’hommes contre la Syrie.  De son côté, l’hebdomadaire palestinien Al Manar dévoilait comment l’Arabie saoudite, le Qatar et la Turquie collaboraient avec Israël pour former ces assaillants en territoire turc.

http://french.irib.ir/info/moyen-orient/item/182421-les-officiers-isra%C3%A9liens-forment-les-rebelles-arm%C3%A9s-syriens

Bülent EsinogluComme le précise le vice-président du parti travailliste turc Bülent Esinoglu « la guerre déclarée par la Turquie contre la Syrie est bien dirigée par Washington et Tel-Aviv. »

https://www.bbc.com/news/world-middle-east-18224559

Et comme pour la Libye, les films à la sauce Qatar reprirent de plus belle.

Ce qui fut confirmé par l’agence syrienne SANA : les faux reportages étaient bien réalisés par une entreprise qatarie de la région de Doha, spécialisée dans la production de décors cinématographiques. On pouvait y voir reconstitué des maisons et des rues de Damas, de Lattaquié ou d’Alep. Et l’affirmation comme quoi le président Assad ne se maintenait au pouvoir que par la peur infligée à son peuple, fut vite démentie par un rapport interne de l’OTAN (juin 2013) qui révéla que si 70% des habitants lui restaient fidèles, 10% avaient décidé de se mettre du côté des rebelles. Le problème en occident, des intérêts privés ont pris le pouvoir. Ce que John Perkins explique admirablement bien :

Richard Labévière

Et la liberté de la presse n’existe plus. Autrement pourquoi dans l’hexagone, avoir licencié le rédacteur de Radio-France international, Richard Labévière en 2008 ? L’audiovisuel extérieur de la France  (RFI, Tele5 monde, France2…) a été mis au pas par la sioniste Christine Okrent. Depuis son passage, c’est une pensée unique néoconservatrice et pro-israélienne qui domine.  Et on s’amuse à voir dorénavant, les journalistes être obligés de nommer  Jérusalem comme capitale d’Israël, au lieu de Tel-Aviv, ou de ne parler que d’implantations au lieu de colonies… Le chroniqueur ne suivant pas ces règles est vite renvoyé ! Dans l’ensemble, ils arrivent parfaitement à manipuler les auditeurs :

Tant il est rare de tomber sur des francs-tireurs tels que ce journaliste anglais, Dan Glazebrook, qui balance sur le conflit « Syrie-Iran »

https://fr.sott.net/article/9308-Le-journaliste-d-une-chaine-anglaise-balance-sur-le-conflit-Syrie-Iran

et sur les médias français :

« J’ai appris dernièrement qu’en France le direct n’existait plus, même pour les JT. Un petit décalage d’une minute, voire d’un peu moins, permet de censurer les paroles politiquement incorrectes d’un invité ou de retirer toutes les personnes faisant irruption sur les plateaux pour dire des vérités cachées ou qui viennent lancer un appel d’indignation ou de protestation. »

On comprend pourquoi la communauté du renseignement français, bien au courant de la situation réelle, ait envie de se rebeller.

http://www.afrique-asie.fr/quand-la-communaute-du-renseignement-se-rebelle-contre-la-strategie-suicidaire-de-la-france-en-syrie/

Yves Bonnet

L’ancien patron de la DST, Yves Bonnet, en est même à se demander « pourquoi  le Qatar et l’Arabie saoudite, en finançant les salafistes et wahhabites, se mettent aussi à aider nos banlieues ? »

https://www.les-crises.fr/yves-bonnet-nous-navons-aucune-vocation-a-nous-meler-de-ce-qui-ne-nous-regarde-pas/

Et pourquoi l’Otan fournit-il des armes à ces fous sachant très bien qu’ensuite ils s’en serviront pour se retourner contre l’occident :

.

Charlie armes françaises.jpg.

.

Ce qui est en jeu :

Le mandat de Kofi Annan (1997-2006) reflétait déjà la mise en place d’un monde unipolaire voué à l’hégémonie sioniste au détriment des états-nations et de leurs habitants. Une stratégie qui ne fait qu’emboiter le pas au dispositif mis en place par Washington dans les années 80, avec la National Endowment for Democracy (agence qui poursuit l’action de la CIA en truquant les processus démocratiques).  Outre de faire retourner à l’âge de pierre tous les pays entourant Israël, par son rôle stratégique dans les logiques pétrolières et gazières, du fait de sa position centrale entre les gisements des productions de l’est, le président syrien devait être renversé. Car peu avant que n’éclate la guerre, Assad avait privilégié les Russes pour les laisser ouvrir des oléoducs et gazoducs d’exportation vers la méditerranée orientale.  Ce choix avait fort déplu au camp occidental qui tenait à diminuer la dépendance européenne au gaz russe.

.Carte des passages des pipelines

Mais la question qui tarauda un moment l’esprit  européen lucide fut pourquoi avait-on donné des territoires aux prédicateurs « musulmans » en Bosnie et au Kosovo ? Cette collusion entre islamistes et sionistes ne servirait-elle pas de bombe à retardement, au cas où le vieux continent s’obstinerait  à vouloir garder une certaine indépendance vis-à-vis du plan sioniste de Nouvel Ordre Mondial ? Pourtant, en la faisant accepter, elle  renforce  l’idée que l’Europe est devenue décadente et lâche ! Et quand ses pouvoirs publics laissent une grande liberté aux wahhabites, Frères musulmans et salafistes, elle ne peut qu’être méprisée.  Car dans leurs discours, ces mouvements religieux  désignent comme proie trois pays : la France (dite nation des croisés), l’Espagne (pour la reprendre) et l’Italie (car siège de la chrétienté).  Youssef al Qaradawi est l’un de ceux qui ne cachent pas que l’islam tient à installer de force la charia en  Europe.

Et la voyant au bord de l’asphyxie économique, vautrée dans son matérialisme et sa décadence morale (mariage gay) ils sont persuadés qu’elle  tombera comme un fruit mûr.

https://www.telegraph.co.uk/comment/letters/10065280/Muslim-leaders-stand-against-gay-marriage.html

Les peuples dits chrétiens sont véritablement devenus aveugles. Ils n’ont toujours pas compris que les sionistes cherchaient à les perdre en utilisant ces islamistes radicaux. Pourtant ce n’est pas la première fois qu’une alliance aussi incongrue a lieu.  Il faut se souvenir du rapport adressé par Philippe le Long, comte d’Anjou, au pape Jean XXII, et publié en 1321 dans la lettre pontificale de Leprosis (Louis Rupert, l’Eglise et la Synagogue, Librairie Lethielleux, 1859, pages 172-176) : « …les gens de notre comté ont fait irruption chez les Juifs au sujet des boissons qu’ils avaient composées à l’usage des Chrétiens. Dans un petit coffre de la maison du Juif Bananias, on trouva une peau de mouton couverte d’écritures des deux côtés. Le sceau, qui était d’or, représentait la figure du crucifix, devant lequel un Juif se montrait dans une posture si ignominieuse et si déshonnête, que j’ai honte de la décrire…La lettre était adressée au prince des Sarrasins, maître de l’Orient et de la Palestine, siège de la nation juive, et dont le pouvoir s’étendait jusqu’à Grenade, en Espagne. On y demandait qu’un traité d’amitié fût conclu entre les Juifs et les Sarrasins, et montrant l’espoir de voir les deux peuples réunis un jour dans la même religion, on priait le prince de bien vouloir restituer aux Juifs la terre de leurs ancêtres. La nation chrétienne obéit au fils d’une femme vile et pauvre de notre peuple, qui a injustement usurpé notre héritage et celui de nos pères. Lorsque nous aurons pour toujours réduit cette nation sous le joug de notre domination, vous nous remettrez en possession de notre grande cité de Jérusalem, de Jéricho et d’Ai, où repose l’arche sacrée. Et nous pourrons élever votre trône sur le royaume et la grande cité de Paris, si vous nous aidez à parvenir à ce but. En attendant, et comme vous pourrez vous en assurer par votre noble vice-roi de Grenade, nous avons travaillé à cette œuvre en jetant adroitement dans leurs boissons des substances empoisonnées, en jetant des reptiles venimeux dans les eaux, dans les citernes, dans les fontaines et dans les cours d’eau, afin que les Chrétiens, les uns après les autres et chacun suivant sa constitution, périssent prématurément sous les effets des vapeurs corrompues exhalées par ces poisons…Vous pourrez bientôt, avec l’aide de Dieu, passer la mer, vous rendre à Grenade, et étendre sur le reste des Chrétiens votre magnifique épée avec une main puissante et un bras invincible. Et ensuite vous serez assis sur le trône à Paris, et dans le même temps, redevenus libres, nous posséderons la terre de nos pères que Dieu nous a promise et nous vivrons dans la concorde sous une seule loi et un seul Dieu… »

Les Sarrassins en Provence

Les Sarrassins en Provence

.

Aujourd’hui, l’échange d’un grand Israël contre leur venue en Europe n’est pas à exclure.  D’un côté tout est fait pour les aider  à Grand Israëlimmigrer en masse en Europe. De l’autre, une politique mortifère cherche à  supprimer petit à petit les chrétiens. Cet encouragement à l’avortement,  à la pilule,  à l’euthanasie, aux perversités sexuelles chez les jeunes ne peut pas être dû qu’au hasard ! Et Vincent Peillon, le ministre français de l’éducation, ne s’en cache même pas, il veut « terrasser définitivement l’Eglise ».

.

Mais qui sont-ils vraiment ces rebelles ?

Les Frères musulmans représentent une organisation secrète créée en Egypte en 1920 à l’instigation de Hassan Al Bâna, qui était un instituteur et employé de l’ambassade de Grande Bretagne au Caire. Leur centre d’activité était dirigé par la société du Hassan al BannaCanal de Suez, entreprise régie par le financier Rothschild.  Il ne faut donc pas s’étonner si de nombreux religieux dans ces contrées mais aussi en Iran, font partie de ce « triangle de l’impérialisme ». Triangle, parce que groupement des sionistes, des francs-maçons et des Frères musulmans. Ainsi en Iran, autre pays à déstabiliser, les différentes organisations fanatiques que sont les fédayins de l’Islam, les ismaéliens, les hodjatya, les moudjahidines du Peuple, ainsi qu’ en dehors de l’Iran le Hamas, les fou de Dieu au Liban, les moudjahidines de l’Islam, Al-Qaida (la base) et toutes les autres organisations, sont en fait les diverses branches d’un tronc commun que sont les Frères musulmans. Des Frères liés historiquement avec la CIA et le MI6 :

Décédé en 1995 à Genève, Saïd Ramadan (gendre du fondateur des Frères musulmans) est notamment le père de l’islamologue Tariq Ramadan, et de Hani Ramadan, qui lui a succédé à la tête du Centre islamique de Genève.

Hani Ramadan

Hani Ramadan

L’opposition qui se bat en Syrie est en fait composé de milliers d’étrangers : d’arabes afghans ou turcs recrutés par la CIA mais aussi de 14 pays européens.

https://www.lefigaro.fr/flash-actu/2013/04/03/97001-20130403FILWWW00572-syrie-600-europeens-avec-les-rebelles.php

Mercenaires d'Academi en Syrie

On soupçonne même la présence discrète de l’armée privée Academi  (ex-Blackwater puis Xe).  Le photographe John Cantile et son collègue néerlandais Jeroen Oerlemans, enlevés en Syrie, avaient été surpris de constater que leurs ravisseurs avaient un fort accent du sud londonien.

https://www.presstv.com/detail/2012/08/06/254692/none-of-insurgents-were-syrian/

Des combattants destinés ensuite à venir installer la charia  en Europe, tel que les sionistes l’ont planifié. Il n’est donc pas surprenant de voir François Hollande soutenir  un chef terroriste qui appelle ouvertement à la nouvelle bataille de Poitiers, comme nous le révéle Bassam Tahhan :

Et si cette armée libre est particulièrement cruelle c’est qu’elle est en partie composée de prisonniers et cinglés de tous les pays du Proche et Moyen Orient, prêts à se vendre et à trucider pour des monceaux de dollars.

https://www.voltairenet.org/article176862.html

Combattants du Front Al-Nosra

Combattants du Front Al-Nosra

Le patriarche de l’église grecque-catholique melkite syrienne ne mâche pas ses mots : « ils se comportent comme de véritables bandits. » Le mot d’ordre, faire le maximum de dégâts dans les infrastructures et le patrimoine du pays.  Ce que confirme Webster Tarpley, journaliste indépendant : « les civils syriens doivent faire face aux escadrons de la mort et à leurs actes de terrorismes aveugles…Une alliance de la CIA, du MI6 et du Mossad. Et cela financé par l’Arabie saoudite, les Emirats Arabes et le Qatar. » Avec ces combattants du Front Al-Nosra, on a ici la suite du combat amorcé par Bush qui se préparait à la dernière croisade de l’Amérique : « la bataille finale de Gog et Magog. »  Mais pour y arriver, resterait un dernier pays à dévaster, l’Iran. D’où une stratégie des médias alignés  qui reste la même pour manipuler l’opinion publique et qui est d’un degré d’hypocrisie rarement atteint pour les chancelleries occidentales. Ce que constate Robert Fisk, journaliste du « the Independant »:

http://www.reopen911.info/News/2012/08/10/robert-fisk-syrie-la-guerre-des-mensonges-et-de-lhypocrisie/

Jeffrey « Shuki » Gould

Pourtant, il serait peut-être temps de rappeler qui encouragea le nucléaire iranien ? Jeffrey « Shuki » Gould, ancien espion israélien, dévoila dans ses mémoires  la participation du Mossad en 1974, à la fondation du futur site nucléaire de Bouchehr

https://www.france24.com/fr/20130801-jeffrey-gould-bouchehr-espion-mossad-israel-aide-programme-nucleaire-iran-memoire

Alors, l’Iran veut-elle rayer Israël de la carte, comme un problème de traduction le fit croire au monde ?

https://www.lepoint.fr/monde/iran-ahmadinejad-n-a-jamais-appele-a-rayer-israel-de-la-carte-26-04-2012-1455392_24.php

Où est-ce seulement son gouvernement, comme Laurent Fabius le désire envers celui d’Assad : « le régime syrien doit être abattu et rapidement.. Bachar al Assad ne mérite pas d’être sur la terre. » ?

https://www.francetvinfo.fr/monde/revolte-en-syrie/video-pour-fabius-assad-ne-meriterait-pas-d-etre-sur-la-terre_130625.html

.

Le massacre de la Ghouta, un false flag sordide :

Le charnier de TimisoaraLa dite « communauté internationale »,  terme indûment utilisé par les journalistes, car composée en fait que des pays de l’Otan et des quelques petits royaumes orientaux, face à la Russie, la Chine, l’Inde, l’Amérique du sud etc, devrait se souvenir de ce qui s’est passé à Timisoara en décembre 1989. Une fausse information de massacre (4600 personnes) avait aidé à faire tomber Nicolae Ceausescu. On avait déterré quelques morts et  entouré de fils de barbelés pour tourner des images horribles visant à faire pleurer les moutons occidentaux devant leur TV.  Ce n’est  que bien après que les médias se sont excusés discrètement de leur  erreur.

.Moutons allant à l'abattoir.

Puis le 6 mai 2013, Carla Del Ponte, dépendante du Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU, dénonçait à la RSI suisse italienne, l’utilisation de l’arme chimique par les opposants syriens.  Cette affirmation, de l’ex-procureure générale du tribunal pénal international pour les crimes commis en ex-Yougoslavie (TPIY),  ne fut pas du goût des puissances occidentales. Les gaz pour elles ne pouvaient être interdits que si c’était Assad qui Carla del Ponteles utilisait. Pas l’inverse.  A Ghouta (bande d’agriculture vivrière entourant la capitale), le 21 aout 2013, l’armée d’Assad bombarda les rebelles étrangers, leur provoquant des pertes considérables. Seule une opération false flag pouvait les sauver en obligeant leurs alliés occidentaux d’intervenir. Malheureusement pour eux, ils furent particulièrement maladroits à la mettre en place. Même les vidéos envoyées dataient de la veille du massacre. Thierry Meyssan eut vite fait d’en dénicher toutes les incohérences :

Ron Paul aux USA s’attendait bien à une opération false flag :

et cela malgré les mensonges de John Kerry qui n’échappèrent pas à Vladimir Poutine :

Pierre Piccinin da Prata en Syrie

http://www.cercledesvolontaires.fr/2013/09/06/al-qaida-pas-en-syrie-john-kerry-ment/

Jusqu’au jour ou l’enseignant belge Pierre Piccinin da Prata, kidnappé en Syrie en avril et libéré le 8 septembre, en même temps que son confrère italien, témoigna de ce qu’il apprit : « le gaz n’avait pas été utilisé par le régime de Bachar Al Assad ».

https://www.rtl.be/info/belgique/faits-divers/piccinin-persiste-et-signe-al-assad-n-est-pas-derriere-l-attaque-au-gaz-380042.aspx

Des documents que publiait le site Britam defence, auraient dû déjà alerter les politiciens : ne parlaient-ils pas de propositions qataries d’envoyer une arme chimique libyenne vers  Homs ?

http://french.irib.ir/info/moyen-orient/item/239468-le-qatar-propose-le-transport-des-armes-chimiques-trafiqu%C3%A9es-de-la-libye-vers-homs

.

La France à travers ces événements, démontre qu’elle n’est devenue qu’un caniche sioniste.

Et les mensonges de son premier ministre Jean Marc Ayrault le 2 septembre,

banderole l’attitude invraisemblable de son président ne sont pas pardonnables.  Qu’il soit classé parmi les 10 plus mauvais politiciens du monde n’est en soit pas une surprise :

http://www.toptensworld.com/2013/07/19/top-10-worst-politicians-in-the-world-of-2013/

Une partie des Français semblent en être conscients. Les applaudissements et sourires  sur les plages cet été, lors du passage du petit avion à banderole de David van Hemelryck portant à sa démission, en témoignent.

Mais cette christianophobie  ambiante actuelle n’est pas nouvelle. Déjà le Père Kolbe avait prévenu nos parents « ce sont les loges maçonniques, habilement manœuvrées par un groupe puissant sioniste qui ont cette obsession criminelle en tête… C’est Père Kolbe, mort en camp de concentrationune œuvre à caractère démoniaque, annonçant l’avènement de l’Antéchrist.  Elle est anti religieuse car elle nie le surnaturel. Elle propose un idéal de vie opposé aux livres saints  (Bible, Coran, Torah). Elle a en sa puissance les principaux organes de l’état, parce que  ses membres sont recrutés parmi les hommes politiques, les hauts-gradés de l’armée, les hauts fonctionnaires de l’administration et les magnats de la finance. Par la ruse et de puissants moyens économiques, elle s’est approprié la presse en prenant la direction des principaux quotidiens.   Si  Manuel Valls assiste par 3 fois à la rupture du ramadan cette année : à Paris, Lyon et Ozoir-la-Ferrière, si le maire de Paris dépense plus de 100 000 € pour organiser la nuit du ramadan le 17 juillet dans les salons de l’Hôtel de Ville, alors que l’on met au placard une employée communale pour avoir offert à ses collègues un calendrier contenant une phrase biblique, ce n’est pas qu’un hasard !

Deborah SenglAilleurs, les blasphèmes continuent. Après la grenouille crucifiée de l’allemand Martin Kippenberg, voici le coq crucifié de l’autrichienne Deborah Sengl qui est exposé au Museum St Peter and der Sperr de Wiener Neustadt (Autriche). Le présage sans doute de ce qui attend la France dans les mois à venir, si les gens ne se ressaisissent pas. En l’espace de quelques années,  ils ont assisté à un renversement complet du jeu mené par les deux pôles mondiaux. Si la langue de bois des médias  était le monopole des états communistes, aujourd’hui il est devenu celui  des pays de l’Otan.  Comment a-t-on pu virer vers un communisme rampant en si peu de temps ? Et pourquoi donc le parti socialiste français s’est-il mis du côté des islamistes, sachant que des liens plus que troublants existent entre eux et le national socialisme nazi ?

https://blogs.mediapart.fr/fxavier/blog/220610/islamisme-et-nazisme-la-verite-les-aventures-du-mufti-de-jerusalem

On retrouve cette alliance en Ukraine :

https://www.les-crises.fr/lukraine-voit-fusionner-nazis-et-islamistes-par-robert-parry/

Il ne reste plus qu’aux hommes de bonne volonté à prier et à attendre non pas l’arrivée du Mashiah mais du véritable Messie. La foi des uns et des autres est une flamme qui s’entretient. Et ce n’est pas à un état de décider quelle religion est meilleure qu’une autre, mais à chacun selon sa conscience. Jésus (nabi Issa) quand il reviendra à Damas saura faire son tri.

.

flamme

372 commentaires sur “Pape et Gd Mufti prient contre les prémices d’une 3ème guerre mondiale !

  1. Béatrice dit :

    Le 5 septembre 17, l’armée syrienne a repris la ville de Deir Ezzor après 3 années de siège avec l’aide de l’aviation russe.
    https://www.tdg.ch/monde/nouvelle-defaite-etat-islamique/story/15063347
    Aperçu des tunnels, armes à feu et tanks abandonnés :

    Les soldats syriens en liesse après avoir vaincu Daesh à Deir-ez-Zor :

    De jeunes français dansèrent et chantèrent pour la Syrie dans la rue à Damas en cette occasion !


    Deux semaines avant le début de l’offensive des troupes syriennes contre Mayadine (au sud-est de Deir ez-Zor), des hélicoptères américains ont évacué plusieurs commandants étrangers de Daech avec leurs familles, affirment plusieurs habitants locaux.
    https://fr.sputniknews.com/international/201711071033770241-syrie-usa-evactuation-daech/

    Les Américains sont étonnants. Ils avouent maintenant leurs mensonges. Le Secrétaire américain à la Défense, James Mattis, a reconnu le 2 février 2018 que les États-Unis d’Amérique n’ont jamais eu la moindre preuve démontrant que le gouvernement syrien avait utilisé du gaz toxique contre sa propre population, qu’il s’agisse de la tragédie de la Ghouta survenue en août 2013 ou de la tragédie de Khan Cheikhoun survenue en avril 2017.
    http://www.newsweek.com/now-mattis-admits-there-was-no-evidence-assad-using-poison-gas-his-people-801542
    Puis le 6 février 2018, l’ancien ambassadeur américain en Syrie, M. Robert Ford, a déclaré devant le comité des Affaires étrangères de la Chambre des représentants, que l’administration américaine a dépensé pas moins de 12 milliards de dollars ces quatre dernières années pour déstabiliser le gouvernement de Damas.

    • Tania dit :

      Raqqa, place forte de puis 2014 de Daesh, a été reprise le 17 octobre 17 par une force arabo-kurde soutenue par la coalition internationale anti-djihadiste.
      http://www.20minutes.fr/monde/syrie/2153947-20171019-video-images-spectaculaires-liberation-raqqa
      Ayssar Midani, réagit aux déclarations de la diplomatie française voulant l’indépendance a Raqqa en faveur des milices kurdes soutenues par les USA, en affirmant que c’est la plus grande urgence de la France en Syrie :

      Témoignage du seul journaliste français, Jean-Pierre Duthion, vivant à Damas de 2007 à 2014 :

      Pierre Le Corf : « je suis fatigué et dégoûté des mensonges sur ce qui se passe en Syrie »

      Régis Le Sommier, grand reporter de guerre et directeur adjoint de la rédaction de Paris Match, a dénoncé les Fake News de l’État Français sur la reprise d’Alep. Il raconte que le 15 décembre 2016, le ministère des Affaires Étrangères français disait que l’aviation russe pilonnait Alep-Est, or il y avait passé la journée et n’avait pas vu un seul avion dans le ciel.
      https://www.ndf.fr/politique/30-03-2018/regis-le-sommier-denonce-les-fake-news-de-letat-francais-sur-la-syrie/
      à Mossoul :

      Le journaliste Richard Labévière confirme la présence russe dès septembre 2015 en Syrie ainsi que la participation de la France à la formation et à la fourniture d’armes à des djihadistes à partir de la Jordanie.

      Les prémices de la victoire, documentaire de Franck Pertegas

      Bachar Jaafari, le représentant syrien à l’ONU s’en prend ouvertement contre l’Arabie saoudite, le Qatar, Israël et les pays de l’Otan et dénonce l’accord secret de laisser filer les islamistes à Raqqa.


      Puis la dernière ville tenue par Daesh en Syrie, Abou Kamal, est délivrée fin novembre-début décembre 17, mettant fin à ce califat, proclamé par le chef de l’Etat islamique Abou Bakr al-Baghdadi, le 29 juin 2014. Ce dernier avait été jusqu’à exiger allégeance des musulmans du monde entier. C’est ainsi que des dizaines de milliers de volontaires sont venus en Syrie accomplir un devoir considéré comme sacré, car prélude à la conquête mondiale du monde par l’islam. Les islamistes syriens se sont pourtant divisés sur cette question. La perspective de vivre sous la loi de l’Etat islamique était peu attrayante pour l’élite sunnite syrienne qui s’était toujours accommodée du régime alaouite. Si la France et les Etats-Unis avaient bombardé la Syrie comme François Hollande et ses conseillers en rêvaient en août 2013, on aurait peut-être été entrainé dans un conflit mondial, obligeant la Russie, la Chine, l’Iran et le Hezbollah libanais à intervenir contre eux.

      Alain Juillet, ex-directeur DGSE, revient sur l’origine de la guerre en Syrie et sur le besoin pour les musulmans de mettre en place ce califat qui devrait voir arriver leur Mahdi ! Il devrait s’appeler Muhammad ibn Abdullah car selon un des hadiths du Prophète : « Le Mahdi portera le même nom que moi, et son père aura le même nom que celui de mon père (Abdullah) ». Mais des Mahdis, il y en a déjà eu une dizaine. Le dernier en date est décédé en 1980 : Juhayman al-Otaybi (il s’était proclamé Mahdi dans l’enceinte sacrée de la Kaaba à La Mecque en Arabie saoudite durant le grand pèlerinage du hadj). Il y a très longtemps, on pensait qu’il allait préparer le terrain pour l’arrivée de Jésus, le véritable Messie qui achèvera l’Antéchrist à Jérusalem.

      Selon les hadiths :

      « Un différend surviendra à la mort d’un calife et un homme de Médine s’enfuira vers la Mecque. Certains habitants de la Mecque viendront vers lui, l’amèneront de force et lui prêteront serment d’allégeance entre le coin de la Ka’abaet le maqam. Alors, de Syrie, une armée sera envoyée contre lui, mais elle sera engloutie dans le désert entre la Mecque et Médine. Lorsque les gens verront cela, les hommes les plus pieux de Syrie et les meilleurs hommes d’Irak iront voir cet homme et lui prêteront serment d’allégeance entre le coin de la Ka’aba et le maqam. »

      D’autre part, le Mahdi n’est censé se dévoiler qu’au moment où apparaîtra une comète et où le même mois, se produirons des éclipses de Lune et de Soleil.

  2. Atlas dit :

    L’outil de déstabilisation que fut Daesh n’ayant pas bien fonctionné, un autre va grandir, celui du Kurdistan. Comme il porte sur plusieurs pays (Syrie, Irak et Turquie), il est un facteur de division essentiel pour continuer à mettre en place le Grand Israël.

    Selon la Grande stratégie états-unienne, définie par l’amiral Cebrowski en 2001 et publicisée en 2004 par son adjoint Thomas Barnett, l’ensemble du Proche-Orient élargi doit être détruit à l’exception d’Israël, de la Jordanie et du Liban. Mais voilà, le président Trump a stoppé le soutien financier et militaire que son pays accordait aux jihadistes en convaincant l’Arabie saoudite et le Pakistan de faire de même. Mais voilà, son représentant spécial contre Daesh, Brett McGurk, est un ancien collaborateur du président Obama qui a organisé le 18 août une réunion avec des chefs de tribus pour « lutter contre Daesh ». Pourtant, les photographies qu’il en a diffusées attestent qu’au contraire plusieurs leaders de Daesh participaient à cette rencontre. Dans la même veine, des hélicoptères des Forces spéciales US ont exfiltré deux chefs européens de Daesh et leurs familles des alentours de Deiz ez-Zor, avant qu’ils ne soient faits prisonniers par l’Armée arabe syrienne, le 26 août. Deux jours plus tard, ils ont à nouveau exfiltré une vingtaine d’autres officiers du Califat.

    Carte publiée par Robin Wright neuf mois avant l’offensive de Daesh en Irak et en Syrie :

    Si le Pentagone replie son dispositif jihadiste, c’est pour en essayer un autre avec des troupes kurdes. De même que la mission du Califat était de créer un Sunnistan à cheval sur l’Irak et la Syrie, de même la nouvelle, celle du « Rojava » sera de créer un Kurdistan à cheval sur les deux États. Le projet de « Rojava » correspond à la stratégie israélienne qui, depuis la fin des années 90 et le développement des missiles, ne vise plus à contrôler les frontières extérieures (le Sinaï, le Golan et le Sud du Liban), mais à prendre par revers ses voisins (d’où la création du Soudan du Sud largement administrés par des Israéliens et éventuellement du Grand Kurdistan. D’où l’annonce par le juif Bernard Kouchner du soutien de la France à la création d’un État qui englobe le Kurdistan irakien et le couloir qui le relie à la Méditerranée à travers la Syrie.
    http://www.voltairenet.org/article197914.html

    Selon le magazine Israel-Kurd basé à Erbil, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et le président auto-désigné du futur Kurdistan indépendant Massoud Barzani ont conclu un accord secret. Tel-Aviv s’est engagé à installer au Kurdistan 200 000 Israéliens d’origine kurde. En mars 1951, l’« Opération Ezra et Néhémie » (du nom des personnages bibliques qui organisèrent la fuite des juifs de Babylone) permit à 11 000 kurdes juifs d’émigrer d’Irak en Israël. Cette opération fut financée par l’American Jewish Joint Distribution Committee de New York. Les avions utilisés pour ce pont aérien furent mis à disposition par le dictateur cubain Fulgencio Batista. La famille Barzani, qui gouverne le Kurdistan irakien d’une main de fer, est historiquement liée à Israël. Le père de l’actuel président Massoud Barzani, Mullah Mustafa Barzani, était un haut officier du Mossad. Malgré l’interdiction prononcée par la Cour constitutionnelle irakienne, un référendum se tiendra le 25 septembre 2017 en vue de proclamer ce nouvel État.
    http://www.voltairenet.org/article197947.html

    Depuis 3 ans déjà, Israël supporte les mercenaires d’al Qaida en leur donnant une assistance médicale mais aussi par des tirs contre Assad. Bien entendu, les médias anglo-sionistes le cachent :
    http://mikenormaneconomics.blogspot.fr/2017/06/moon-of-alabama-israels-fire-support.html
    http://21stcenturywire.com/2015/02/19/un-report-reveals-how-israel-is-coordinating-with-isis-militants-inside-syria/
    http://www.historycommons.org/context.jsp?item=western_support_for_islamic_militancy_2049#western_support_for_islamic_militancy_2049

    D’importants stocks d’armements ont été découverts dans la Ghouta orientale pour la majorité d’entre eux de fabrication israélienne.
    http://www.presstv.com/DetailFr/2018/03/29/556783/syrie-Ghouta-orientale-dcouverte-darmes-de-fabrication-isralienne

    • Tania dit :

      Mais maintenant, il y a aussi la Birmanie à souffrir de la tactique des séparations régionales, chère aux USA.

      Toutes les révolutions oranges ont utilisé ce genre de tactique. Mettre les uns contre les autres, en faisant venir si besoin est, des personnes étrangères.

      A Kiev, les mêmes tireurs touchaient aussi bien des policiers que des manifestants, afin de provoquer une guerre civile.

      En Libye, on a commencé à Benghazi. Des enregistrements explosifs liés au scandale Benghazi sont en phase de divulgation :

      En Syrie, des manifestants venant de l’étranger (Arabie saoudite…) se mirent à attaquer les commissariats. Le but, que la police tire sur la foule. elle ne l’a pas fait, malgré de nombreux morts dans ses rangs. Mais les raisons de cette déstabilisation par les pays de l’Otan, l’ancien directeur de la DGSE nous l’explique :

      Le Qatar avouera plus tard que l’armée d’opposition en Syrie était bien dès le début sous les ordres des pays de l’Otan et à partir de la Jordanie et de la Turquie.
      http://www.zerohedge.com/news/2017-10-28/shocking-viral-interview-qatar-confesses-secrets-behind-syrian-war
      Hamad Bin Jassem Al Thani, ancien Premier ministre du Qatar, confirme que les Etats-Unis, l’Arabie Saoudite, la Turquie et le Qatar ont comploté en vue d’armer des groupes rebelles et de mener ainsi une guerre « par proxy » contre la Syrie, mais surtout une guerre illégale au regard du droit international.

      Reste tout de même une réalité : il n’était pas bon de s’opposer avant la guerre à ce régime syrien, qui comme dans les pays voisins, était contaminé par la corruption et une répression féroce contre tout opposant politique. La torture faisait partie des armes utilisées par le pouvoir :

      Les armes des pays de l’OTAN découvertes dans un entrepôt de Daesh :
      https://francais.rt.com/international/44907-armes-pays-otan-decouverts-dans

      Les combattants du groupe la Force du Martyr Ahmed al-Abdo, entraînés par des Américains dans un camp près de la localité d’al-Tanf, possédaient des brouilleurs et des émetteurs d’origine européenne ainsi qu’un grand nombre de munitions et de la littérature djihadiste :
      https://fr.sputniknews.com/international/201801261034890001-armee-syrienne-equipements-europeens/

      Aujourd’hui, l’Arabie saoudite envoie le « Mouvement pour la foi », devenu depuis « Armée du salut des Rohingyas de l’Arakan », pour déstabiliser la Birmanie. Le leader de ce groupe est un Pakistanais qui fit ses armes aux côtés de Ben Laden en Afghanistan contre les Soviétiques. Ces jihadistes birmans armés par les États-Unis et le Royaume-Unis et formés dans des camps d’entrainement en Arabie saoudite et au Bangladesh, sont évalués à au moins 5 000 hommes.

      La Birmanie comporte 135 ethnies, tenues jusqu’à maintenant grâce à un pouvoir militaire fort. Il y a un an et demi, poussée par les occidentaux, l’armée a accepté de partager le pouvoir avec la prix Nobel de la paix Aun Sang Suu Kyi. Ce nouveau gouvernement a créé une commission consultative, présidée par Kofi Annan, pour résoudre les discriminations dont les Rohingyas sont victimes. Et bien, les travaux de cette Commission furent sabotés comme ceux de la Commission de la Ligue arabe en Syrie, en 2011-12. Le jour-même où elle rendait son rapport, le 25 août, l’Armée du salut des Rohingyas de l’Arakan attaquait simultanément 24 commissariats de police et casernes, tuant 71 policiers et soldats.

      En fait, il s’agit de mobiliser pour l’Otan les mêmes États qui se battirent sous ses ordres en Bosnie-Herzégovine contre les Serbes (pro-Russes), mais cette fois contre les Birmans (pro-chinois). Si ce projet se réalise, l’ensemble des forces qui se battent contre la Syrie se déplacerait en Asie du Sud-Est. Car selon l’état-major US, le Myanmar fait partie des zones à détruire. a voir la carte publiée en 2003 par Thomas P. M. Barnett, un stratège et vulgarisateur qui fut l’assistant de l’amiral Cebrowski, le directeur du département de la Transformation des Forces armées au Pentagone : La guerre n’est plus conduite contre des États précis en fonction de leur situation politique, mais contre des régions du monde, parce que ces États ont été programmés pour être détruits. Pratiquement toute l’Afrique, l’Amérique centrale et latine à l’exception du Brésil et de l’Argentine, tombent dans la zone des pays « non-intégrables » condamnés au chaos. Puis, naturellement, tout le Proche-Orient avec la Turquie, le Golfe persique, l’Iran et le Pakistan ; tout l’Asie du Sud-Est et les Balkans, sauf la Grèce. Dans le même temps, la Russie, l’Inde et la Chine sont retirés avec prudence de la « zone du cauchemar ».

      Par un hasard de la géographie, la Birmanie laisse passer sur son territoire le pipe-line reliant le Yunnan chinois au golfe du Bengale, et héberge des stations de surveillance électronique chinoises des voies navales qui passent au large de ses côtes. Faire la guerre en Birmanie est donc plus important pour le Pentagone que de stopper les deux « routes de la soie » au Moyen-Orient et en Ukraine.

      • Louis dit :

        Les Russes utilisent aussi des mercenaires. Wagner est la societé la plus connue intervenant aussi bien en Ukraine qu’en Syrie (entre 2 à 3000 hommes) pour défendre les intérêts commerciaux russes.

  3. Line dit :


    L’Arabie saoudite a affiché le 5 novembre 17, sa détermination à poursuivre sans complaisance les dizaines de princes, ministres et hommes d’affaires arrêtés pour « corruption » en Arabie saoudite, lors d’une purge sans précédent, qui a confirmé l’emprise croissante du prince héritier Mohammed ben Salmane. Cette opération coup de poing intervient en effet au moment où le prince Mohammed ben Salmane al-Saoud âgé de 32 ans, fils de la troisième femme du roi Salmane, ne cesse de consolider son pouvoir au milieu de changements économiques et sociaux inédits dans le royaume ultraconservateur. Il avait été désigné prince héritier (donc vice-Premier ministre) à la surprise générale en juin dernier. Il est aussi président du Conseil des affaires économiques, et ministre de la Défense depuis 2015. A la mort du roi Abdallah, le prince héritier était le prince Moukrine. La famille royale était divisée en trois clans : celui du fils d’Abdallah, le prince Muteb, celui du fils du ministre de l’Intérieur Neyef, et celui du fils du roi Salmane, Mohammed ben Salmane « MBS ». En avril 2015, le prince héritier Moukrine était relevé de ses fonctions. Mohamed Ben Nayef lui succédait et « MBS » entrait en politique en devenant soudainement héritier en second. En juin 2017, « MBS » parvenait à destituer Nayef et à le placer en résidence surveillée. Pour ne pas être simplement l’héritier en premier, mais le seul prétendant, il lui fallait désormais éliminer le clan Abdallah. Pour cela, il devait destituer le prince Muteb, malgré son contrôle de la Garde royale, sans oublier Saad Hariri, qui aurait pu offrir une aide aux membres de son clan.

    Puis, curieusement, le 5 novembre 17, un accident d’hélicoptère tuait l’héritier de Moukrine, le prince Mansour.
    http://www.sudouest.fr/2017/11/05/un-prince-saoudien-tue-dans-le-crash-d-un-helicoptere-pres-de-la-frontiere-du-yemen-3921320-4803.php

    « MBS » est celui qui autorisera en 2018 aux femmes de conduire et d’avoir accès aux tribunes de deux stades de foot. Il a annoncé la création d’une Haute Autorité chargée d’élaborer une « référence scientifique solide et indiscutable qui permettra de vérifier l’authenticité des hadiths », afin de supprimer « tous les textes qui contredisent les enseignements de l’islam et justifient que des crimes, des meurtres et des actes terroristes soient commis en son nom ». Cette annonce va de pair avec la destitution, voire l’arrestation, de nombreux prédicateurs « extrémistes », et avec diverses initiatives du prince héritier Mohammed ben Salmane al Saoud, et son discours choc du 24 octobre : « L’Arabie saoudite n’était pas comme ça avant 1979… Nous voulons juste revenir à ce que nous avions, un islam modéré ouvert au monde, ouvert à toutes les religions. 70% de la population en Arabie saoudite a moins de 30 ans. Et franchement, nous n’allons pas perdre les 30 prochaines années à gérer des idées extrémistes… »


    Parmi les personnalités interpellées samedi figure le célèbre milliardaire Al-Walid ben Talal qui n’aimait pas Trump :


    Son ex-épouse, Amira Bint Aidan Bin Bin Nayef, s’est livrée à une campagne de raillerie contre le régime saoudien au pouvoir dans ses déclarations au journal Le Monde, affirmant que ceux qui accusent les autres de corruption et de blanchiment d’argent sont eux-mêmes fortement corrompus. Ils ont transformé la ville de Djeddah en un marché aux esclaves où les filles mineures sont exploitées pour des réceptions sexuelles bruyantes impliquant l’abus de drogues et d’alcool.

    L’achat et la location d’enfants, en particulier des orphelins de pays comme le Sri Lanka, le Bangladesh, les Philippines, Djibouti, la Somalie, le Nigeria, la Roumanie et la Bulgarie… se fait discrètement et est réservé aux proches de la Maison Saoud.
    https://fr.sott.net/article/31372-La-princesse-saoudienne-devoile-le-cote-sombre-du-royaume-Les-orgies-avec-des-filles-mineures-l-abus-de-drogues-et-d-alcool

    Parallèlement, Metab ben Abdallah, chef de la puissante Garde nationale saoudienne et un temps considéré comme prétendant au trône, ainsi que le chef de la Marine Abdallah Al-Sultan et le ministre de l’Economie Adel Fakih ont été abruptement limogés. Selon la chaîne Al-Arabiya à capitaux saoudiens, 11 princes, 4 ministres et des dizaines d’ex-ministres ont au total été arrêtés, alors que la commission anticorruption a ouvert des enquêtes sur des affaires, pour certaines assez anciennes dont une concerne les inondations meurtrières ayant dévasté en 2009 Jeddah (ouest). Un responsable gouvernemental a donné une liste de 14 personnalités de haut rang limogées ou arrêtées incluant le prince Al-Walid.

    Les spéculations sont allées bon train sur le lieu de détention des suspects, le Ritz Carlton de Ryad étant le plus souvent mentionné. L’hôtel de luxe semblait fermé au public dimanche et son site internet indiquait que l’établissement était complet.
    http://www.lexpress.fr/actualite/monde/proche-moyen-orient/purge-en-arabie-saoudite-mohammed-ben-salmane-un-reformateur-a-la-poigne-de-fer_1957841.html
    Le succès de MBS, qui vient de renverser l’oligarchie pour instaurer son autocratie, ne fait pas oublier ses précédentes décisions qui furent catastrophiques : comme la décapitation du chef de l’opposition, la guerre contre le Yémen ou la désolidarisation de l’Arabie saoudite avec le Qatar. Reste que cette purge ne pouvait se faire qu’en accord avec les USA. Ce qui fait dire à certains, que Trump est entrain de s’en prendre à ceux qui furent complices des attentats du 11 septembre 2001 :
    http://numidia-liberum.blogspot.fr/2017/11/trump-sattaque-aux-veritables.html?m=1

    Un jour avant, le 4 novembre, le Premier ministre libanais, Saad Hariri, qui n’est pas le fils biologique de son père légal, mais un bâtard de la famille des Séoud, issu du clan Abdallah, s’exprimant en direct sur la chaîne de télévision Al-Arabiya, depuis l’hôtel Ritz de Riyad et en présence du prince héritier saoudien « MBS », annonçait sa démission en lisant scrupuleusement un texte anti-Iran et anti-Hezbollah, relançant ainsi un conflit entre Arabes et Perses.

    A peine le discours terminé, son rival, l’ancien directeur central de la police (FSI) puis ministre de la Justice libanais Achraf Rifi, rentrait de son exil italien à Beyrouth.

    • Tomasz dit :

      Dans la nuit du 21 au 22 avril 2018 des échanges nourris de tirs qui semblent se répondre avec quelques gros calibres ont retenti dans le palais princier. Officiellement, les gardes auraient tiré sur un drone qui survolait sans autorisation ledit palais :

      Puis après le 28 avril, jour de de l’inauguration de la citée de divertissement qui sera construite à une quarantaine de kilomètres de Ryad :

      Ben Salmane n’a fait aucune apparition publique. De quoi donc alimenter les rumeurs à un moment où les relations avec l’Iran sont à couteaux tirés, où les Israéliens tirent sur les manifestants, où la Syrie est en pleine guerre, où le royaume saoudien combat au Yémen tout en recevant quelques missiles sur la tête de temps en temps et où le dollar se met à monter comme le prix du pétrole. Ces mouvements financiers, plaident pour un conflit armé de grande ampleur à venir d’ici l’été.

    • Ibrahim dit :

      Le 6 mars 2020, trois princes, dont le frère et deux neveux du roi Salmane, ont été arrêtés par les autorités saoudiennes pour avoir comploté pour renverser le prince héritier Mohammed ben Salmane. L’un des princes arrêtés, Mohammed ben Nayef, occupait le poste de ministre de l’Intérieur jusqu’en 2017 et faisait figure d’héritier potentiel avant d’être évincé lors de l’arrivée au pouvoir de Mohammed ben Salmane (MBS).
      https://www.lesechos.fr/monde/afrique-moyen-orient/purge-princiere-en-arabie-saoudite-1182994

  4. Atlas dit :

    D’où viennent les combattants étrangers de l’Etat islamique ?

    Des anciens combattants de Daesh, se sont livrés à la chaîne de télévision algérienne Al-Chourouk sur leur départ en Syrie, et sur l’implication évidente de l’État tunisien après la révolution, entre 2011 et 2014. Hamza Jari, d’une association proche de l’organisation salafiste djihadiste ‘Ansar Al-Sharia’, affiliée à l’organisation terroriste Al-Qaïda, a déclaré qu’il enseignait la pensée salafiste dans un centre de prédication à Ben Guerdane : « Les autorités étaient au courant de nos activités et savaient que notre association participait à l’envoi des jeunes vers la Syrie. Ces mêmes jeunes décollaient des aéroports tunisiens sans aucune contrainte. Tout le monde était au courant de ça, ce n’était un secret pour personne. »
    https://www.huffpostmaghreb.com/entry/des-terroristes-tunisiens-de-lei-racontent-comment-letat-etait-complice-dans-lenvoi-des-jeunes-vers-les-zones-de-conflit_mg_5af9513de4b0e57cd9fb0649

    En Europe, le Kosovo a la plus forte proportion par habitants :

    Rapport du Centre Soufan sur les étrangers de Daesh et le problème de leur retour :

    Cliquer pour accéder à Beyond-the-Caliphate-Foreign-Fighters-and-the-Threat-of-Returnees-TSC-Report-October-2017-v3.pdf


    Les endroits à éviter dans l’avenir :

    Même si grâce à Attali, il faudra aussi se méfier des campagnes :

    Et les 14 bases militaires des États-Unis en Syrie :
    https://exoportail.com/les-14-bases-militaires-des-etats-unis-en-syrie/
    Bien entendu, elles existent aussi à travers le monde :
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_bases_militaires_des_États-Unis_dans_le_monde

  5. Nathalie dit :


    Le 8e volet des négociations inter-syriennes a pris fin le 14 décembre 17 à Genève. Contre toute attente, il n’a pas donné de résultats tangibles, les délégations de Damas et de l’opposition unifiée syrienne n’ont pas entamé de négociations directes. Le ministère français des Affaires étrangères et l’envoyé spécial de l’Onu pour la Syrie Staffan de Mistura ont estimé que Damas était responsable de l’absence de progrès. Mais pour Assad, il en est tout autrement :

    « Quant à la France, il est de notoriété qu’elle a été en tête des pays qui ont appuyé les terroristes en Syrie. Ses mains sont trempées dans le sang syrien. Elle n’a pas le droit de jouer le rôle de critique lors des conférences prétendument organisées au nom de la paix. Celui qui a soutenu le terrorisme, n’a pas le droit de discuter de la paix. Leurs déclarations n’ont aucune importance pour nous. Elle sont creuses. »

    L’enquête sur le financement de Daesh (l’Etat islamique) par LafargeHolcim souligne bien le caractère frauduleux de la lutte antiterroriste prétendument menée par la France et ses alliés de l’Otan. Elle laisse entrevoir un financement délibéré sur cinq ans par une entreprise du CAC 40 d‘organisations terroristes responsables d‘attentats dans toute l‘Europe, notamment en France. Selon les informations ressorties lors de la mise en examen de six dirigeants du cimentier, dont l’ex-PDG de LafargeHolcim, Bruno Lafont et l’ex-directeur général du groupe, Éric Olsen, Lafarge finançait le milieu des milices terroristes en Syrie à l’époque où celles-ci commettaient les attentats qui ont servi de prétexte à l’état d’urgence. De plus, Lafarge aurait eu recours au mensonge et à la production de faux pour justifier son financement des groupes terroristes. Les informations fournies par Lafarge invalident son alibi précédent, à savoir que le groupe n’avait versé ces sommes aux milices terroristes que parce que le groupe devait se plier à un «racket» de Daesh afin de protéger son usine de ciment située près de Raqqa, dans le nord de la Syrie. Un rapport de la société d’audit londonienne PricewaterhouseCoopers (PWC), commandité par Lafarge, précise que le groupe aurait versé 13 millions de dollars entre 2011 et 2015 aux diverses milices islamistes en Syrie. Selon ce rapport, ce financement a continué jusqu’en 2015, bien après la fermeture de l’usine en septembre 2014. Un autre rapport rédigé par le cabinet d‘expertise américain Baker McKenzie, lui aussi missionné par Lafarge, révèle que la filiale syrienne de Lafarge aurait à elle seule versé de juillet 2012 à septembre 2014 près de 5,6 millions de dollars aux milices, dont plus de 500.000 dollars à Daesh. Le fils de l‘ex-ministre de la Défense syrien, Firas Tlass, aurait servi d’intermédiaire. Ainsi, alors même que la classe politique française débattait en 2014 et 2015 de l‘opportunité ou non de bombarder Daesh en Syrie, Lafarge finançait la milice terroriste. Le gouvernement Hollande a ordonné le premier bombardement des positions de Daesh en Syrie juste après les attentats du 13 novembre 2015 à Paris. Jusqu’alors, la France ne bombardait que les positions irakiennes de Daech et gardait ainsi la possibilité de profiter des actions de Daesh en Syrie. L‘image ressortant de l’enquête est celle du financement délibéré d’organisations terroristes que le PS présentait alors comme des forces légitimes dans sa guerre, menée en alliance avec Washington, pour renverser le gouvernement de Bachar al-Assad. L’affaire Lafarge soulève le rôle non seulement de la France, mais des gouvernements de toutes les grandes puissances de l’Otan. A partir de 2011, ces puissances ont organisé avec les monarchies du Golfe le financement de milices islamistes en Syrie à la hauteur de milliards de dollars. Cette guerre a dévasté la Syrie, fait des centaines de milliers de morts, et forcé plus de 10 millions de Syriens à fuir leurs foyers. Les médias et les responsables politiques des pays de l’Otan ont tenté de cacher autant que possible le caractère politiquement criminel de cette guerre, et notamment le fait que les alliés de l’Otan en Syrie, comme dans la guerre de 2011 en Libye, étaient des milices terroristes liées à Al Qaïda. L’affaire Lafarge montre aussi le rôle réactionnaire et mensonger des groupes de la pseudo gauche petite-bourgeoise, comme le Nouveau parti anticapitaliste en France, qui ont été des partisans et des complices de l’impérialisme dans ces conflits. Ils ont présenté éhontément les groupes djihadistes anti-Assad comme l‘émanation d‘une révolte populaire. Alors que le CAC-40 finançait les différentes milices islamistes sur le terrain en Syrie, ils prétendaient que cette opération était une révolution démocratique syrienne. Les agissements de Lafarge en Syrie soulignent le caractère politiquement illégitime de l‘état d‘urgence, dont la loi antiterroriste d’Emmanuel Macron a inscrit les dispositions dans le droit commun. Alors que l’impérialisme finançait les terroristes de Daech, il utilisait leurs crimes en Europe pour justifier la répression de l’opposition des travailleurs et des jeunes à la suppression des droits sociaux et démocratiques acquis au cours de plusieurs générations de lutte. Toute cette politique est marquée du sceau du mensonge d’Etat dans l’intérêt de l’aristocratie financière.
    http://www.wsws.org/fr/articles/2017/12/18/lafa-d18.html

    Ces dires sont confirmés par Bassam Tahhan qui évoque notamment la fuite d’un rapport diplomatique britannique, décrivant ce que trament cinq pays pour s’assurer à terme d’une recomposition syrienne avantageuse pour l’Occident et ses complices, et pour compromettre définitivement les efforts russes dans la région. Cette stratégie s’articule ainsi :
    1) endiguer l’influence iranienne en militarisant durablement l’Est de la Syrie ;
    2) faire échouer le plan de paix russe ;
    3) enfin, poursuivre une guerre de basse intensité afin de diviser la Syrie pour aboutir à une partition territoriale et politique.

    C’est la multinationales Lafarge qui achète du pétrole, fournit des produits chimiques et de quoi fabriquer des tunnels, verse des millions aux islamistes :

    Le journaliste Richard Labévière fait aussi allusion à cette fuite concernant Benjamin Norman, un diplomate en charge du dossier Proche et Moyen Orient à l’ambassade de Grande Bretagne à Washington. Il rend compte dans un Télégramme diplomatique confidentiel du 12 janvier 2018 de la première réunion du « Petit groupe américain sur la Syrie » (Etats-Unis, Grande Bretagne, France, Arabie saoudite et Jordanie), qui s’est tenue à Washington le 11 janvier 2018. Il dévoile le détail de la « stratégie occidentale » en Syrie : partition du pays, sabotage de Sotchi, cadrage de la Turquie et instructions adressées au représentant spécial de l’ONU Staffan de Mistura qui dirige les négociations de Genève. Assistaient à cette réunion du 11 janvier à Washington Hugh Cleary (chef du Département Proche et Moyen-Orient du Foreign Office) ; Jérôme Bonnafont (directeur ANMO/Afrique du Nord et Moyen-Orient au Quai d’Orsay) ; David Satterfield (Secrétaire d’Etat-adjoint américain chargé du Moyen-Orient) et le Jordanien Nawaf Tell et le saoudien Jamal al-Aqeel. David Satterfield confirma que le président Trump avait décidé de maintenir une importante présence militaire américaine en Syrie, malgré la victoire remportée contre l’« Organisation Etat islamique » (Dae’ch) ; le coût de ce maintien étant fixé à quatre milliards de dollars annuels. Il a précisé que cette présence militaire américaine devait prévenir toute résurgence de Dae’ch, mais surtout empêcher les « Iraniens de s’installer durablement et de s’imposer dans la recherche d’une solution politique ». En troisième lieu, il a insisté sur le fait que la première réunion du « Petit Groupe » devait aussi apporter un « appui matériel et politique important à Staffan de Mistura pour « consolider le processus de Genève ». Les Etats-Unis ont décidé qu’ils ne participeraient plus aux réunions d’Astana, ayant réduit « leur participation à un niveau très bas, pour souligner leur engagement envers Genève ». Il a été aussi convenu que « l’opposition devait faire preuve de plus de flexibilité et arrêter d’agiter l’épouvantail d’un gouvernement de transition », les Américains ajoutant que, sans changer d’objectif final quant à la partition de la Syrie et au départ de Bachar al-Assad, il fallait d’abord « rester en mouvement en procédant à « une manipulation prudente » de l’opposition. Le représentant français, Jérôme Bonnafont, a posé le problème d’une éventuelle participation de Bachar al-Assad à de futures élections. David Satterfield a répondu que « l’objectif était de créer les conditions et des institutions qui permettraient des élections qu’Assad ne pourrait pas gagner ». Satterfield a ajouté « qu’il n’y avait pas de raison ‘flagrante’ pour empêcher Assad d’être candidat ». Dans ces conditions, il s’agissait surtout de tester les intentions de la Russie, notamment pour qu’elle arrive « à ce que le Régime soit amené à discuter d’une nouvelle Constitution, d’élections libres sous le contrôle des Nations unies. Les Saoudiens ont mis en garde contre un « risque de fragmentation des différents groupes de l’opposition. Satterfield a rétorqué que leurs représentants devraient « s’engager davantage dans la recherche d’une solution politique plutôt que de profiter de salaires mirifiques et de longs séjours dans des hôtels agréables ». David Satterfield a, ensuite, expliqué que l’opposition turque aux « Unités de protection du peuple kurde (YPG) » empêchait les Kurdes de participer à Genève. Pourtant « on ne pouvait pas ignorer un groupe qui contrôlait le tiers de la Syrie et qui avait pris la plus grande part à la lutte contre Dae’ch… les Américains cherchaient à établir un leadership multi-ethnique au nord-est de la Syrie afin de diluer l’hégémonie de l’ YPG. » Par contre, il s’agissait d’imposer les FDS (Forces démocratiques syriennes, majoritairement kurdes et sous contrôle américain) dans le processus de Genève. D’où la nomination de William (Bill) Roebuck, leur ex-ambassadeur à Bahreïn, comme représentant spécial des FDS.
    https://prochetmoyen-orient.ch/syrieleaks-un-cable-diplomatique-britannique-devoile-la-strategie-occidentale/#enfootnote1sym

    Une deuxième réunion du « Petit Groupe » s’est tenue à Paris le 23 janvier 2018, essentiellement consacrée à l’usage des armes chimiques et aux « consignes » adressées à Staffan de Mistura. Voilà qui n’augure pas d’une prochaine sortie de crise en Syrie dans un contexte marquée par quatre évolutions majeures des plus préoccupantes.
    1) Les Etats-Unis ont décidé de renforcer et de diversifier leur posture nucléaire. Le Pentagone vient d’annoncer qu’il va développer des armes nucléaires tactiques miniaturisées « pour s’adapter aux nouvelles menaces internationales ». Le président iranien Hassan Rohani a répondu : « comment quelqu’un peut-il parler de paix mondiale et en même temps annoncer qu’il développe de nouvelles armes nucléaires destinées à ses principaux ennemis ? »
    2) Les ministres de la Défense de l’OTAN se sont entendus les 14 et 15 février derniers à Bruxelles sur les grandes lignes d’une nouvelle refonte des structures de commandement de l’Alliance Atlantique.
    3) Aux lendemains de la destruction d’un chasseur israélien dans l’espace aérien syrien et, alors que la police israélienne demande l’inculpation du premier ministre Benyamin Netanyahou pour corruption, Tel-Aviv accuse l’Iran de s’implanter en Syrie et menace de multiplier ses opérations militaires. Une manière bien connue pour rester au pouvoir en faisant peur.
    4) Enfin, le soutien militaire de Washington aux Kurdes de Syrie continue à provoquer l’Ire d’Ankara. La crise de confiance est consommée et l’axe turco-américain est au bord de la rupture. Deuxième contingent de l’OTAN, l’armée turque a dû accompagner le tournant conservateur et anti-occidental après le putsch raté de juillet 2016.

    De plus, le gouvernement français a décidé de faire venir ces enfants des djihadistes si bien entrainés à haïr les chrétiens et à les tuer dans des camps d’entrainement.

    Il faut dire que d’après Abu Firas, un des daechistes capturés par les militaires turcs de l’opération Rameau d’olivier, en Syrie, et qui avait avoué qu’ils recevaient des ordres de leurs maîtres occidentaux, les ressortissants français représentaient la majorité des daechistes de nationalité étrangère :
    https://reseauinternational.net/les-francais-surrepresentes-au-sein-de-daech/
    Ses dires sur les ordres occidentaux et les longues années de soutien des djihadistes en Syrie par la Maison Blanche sont notamment confirmés par Ben Rhodes qui a servi longtemps comme adjoint au conseiller national à la sécurité à la Maison Blanche sous la présidence de Barack Obama. Ce soutien militaire aux djihadistes a tout de même coûté annuellement au contribuable américain autour d’un milliard de dollars. L’EIIL et l’Armée Syrienne Libre (ASL) ont combattu sous un commandement unifié géré par les Américains pendant les premières années de la guerre en Syrie et ce jusqu’à la fin 2013, chose qui a été confirmée par le professeur Joshua Landis, de l’université de l’Oklahoma, l’expert mondial sur la Syrie.
    http://www.informationclearinghouse.info/49714.htm

  6. Théo dit :

    La liste des pays à déstabiliser donnée par le général Wesley Clark reprend. Il ne reste plus que l’Iran pour qu’Israël n’ait plus de concurrents voisins assez forts. Les émeutes et les manifestations en Iran s’enchaînent depuis une semaine.
    https://www.kla.tv/files/video.klagemauer.tv/franzoesisch_vid/franzoesisch_2018-01-17-lesmanifesta1516218696139/01_franzoesisch_2018-01-17-lesmanifesta1516218696139_480p.webm
    Amad News, une chaîne sur Telegram, semble y jouer un rôle central dans la vague des protestations. Elle est gérée par le journaliste exilé Rohollah Zam, fils d’un haut ecclésiastique réformiste qui aurait fui le pays après avoir été accusé d’entretenir des liens avec des services de renseignement étrangers… Les contre-manifestations, exprimant la loyauté de la République (non notées dans les médias « occidentaux »), sont pourtant plus importantes que les manifestations antigouvernementales. Depuis décembre, 28 manifestations et émeutes ont eu lieu dans un total de 66 villes à ce jour, mais seulement une trentaine d’entre elles ont eu lieu chaque nuit. Cela pourrait indiquer une certaine planification derrière les événements. Un changement de lieu quotidien pourrait être envisagé pour empêcher les préparatifs de la police. Les groupes d’émeutiers sont entre 30 et 80 personnes, avec quelques passants qui se fraient un chemin. Ils semblent suivre une stratégie de foule éclair apparaissant ici et là et disparaissant à nouveau lorsque la police apparaît en force. Dans certaines villes, des émeutiers ont attaqué des postes de police, des postes militaires et ont même volé des camions de pompiers. Certains émeutiers essaient évidemment de mettre la main sur des armes. Le même simulacre d’images de grandes manifestations et de « preuves » de brutalité gouvernementale vu en Syrie a lieu avec l’Iran. Des vidéos de manifestations de l’Argentine
    https://twitter.com/Ranj_Talabany
    /status/946791297536417793
    et du Bahreïn sont utilisées pour réclamer de grandes manifestations en Iran. Une vidéo du Bahrein réalisée par un « journaliste » prétendait se passer en Iran. Le gouvernement est dit craindre le chef de la MEK, Marjam Radjavi. Selon un rapport de Seymour Hersh de 2012, l’armée étatsunienne a formé des combattants du MEK aux techniques de sabotage et d’insurrection. De leur côté, les néoconservateurs habituels des médias étatsuniens plaident pour aggraver la situation économique de l’Iran. Le but des instigateurs de ces émeutes n’est pas destiné à créer un violent conflit visant à un « changement de régime », mais à provoquer une réaction du gouvernement iranien qui peut ensuite être utilisé pour faire pression sur les Européens pour qu’ils isolent à nouveau l’Iran. Ce plan est confirmé par un article paru dans le Washington Post. de Michael Singh, du lobby sioniste à Washington : « Si le régime recourt de toute façon à la violence, la réponse internationale devrait se concentrer sur l’isolement diplomatique. Les États européens et asiatiques devraient réduire leurs relations diplomatiques avec l’Iran et diminuer la participation de l’Iran aux forums internationaux. Les sanctions peuvent aussi jouer un rôle… »
    https://www.washingtonpost.com/opinions/the-protesters-in-iran-need-real-help-from-washington/2018/01/01/b64d8416-ef24-11e7-b390-a36dc3fa2842_story.html?utm_term=.dcb393ef33c3


    Le 4 juin 2018, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou, en visite officielle en Allemagne, a mis en garde Angela Merkel contre un nouvel afflux de réfugiés syriens outre-Rhin si Berlin ne se montrait pas plus ferme face à l’Iran. Selon lui, si Téhéran avait pu renforcer sa présence militaire au Moyen-Orient, notamment au Yémen ou en Syrie, c’était grâce à la manne financière libérée par la levée des sanctions économiques après la signature en 2015 de l’accord sur le nucléaire.
    https://francais.rt.com/international/51299-netanyahou-presse-merkel-sevir-contre-iran-menace-afflux-refugies

  7. Robert dit :

    Durant la première quinzaine de février 18, la coalition dirigée par les États-Unis a déclaré avoir mené plusieurs frappes aériennes « défensives » contre les forces syriennes dans la province de Deir Ez-Zor, tuant des centaines de soldats syriens et des civils russes.
    https://www.rt.com/news/418281-illegal-us-presence-syria-crime/
    https://strategika51.wordpress.com/2018/04/20/laffaire-wagner-un-accrochage-de-fin-du-monde-en-syrie-passe-sous-silence-ou-par-pertes-et-profits/
    Le véritable objectif de Washington semble bien de s’en prendre aux «biens économiques» en Syrie.
    http://numidia-liberum.blogspot.fr/2018/02/poutine-les-frappes-aeriennes.html?m=1
    Reste que la fausse attaque chimique n’a pu avoir lieu :
    https://numidia-liberum.blogspot.fr/2018/03/ghouta-orientale-pourquoi-lattaque.html?m=1

    Présence française en Syrie avec les forces démocratiques syriennes :


    Les 5 bases françaises dans le nord de la Syrie pour défendre les Kurdes contre les Turques :
    https://aa.com.tr/en/europe/french-military-cooperating-with-ypg-pkk-terrorists/1104265

    Voir aussi la carte ci-dessous montrant la situation actuelle dans la Méditerranée orientale, avec les flottes de la Russie et de l’OTAN qui ont pris des positions de combat en raison des menaces lancées par Washington, selon lesquelles les Etats-Unis seraient prêts à frapper Damas et le palais présidentiel, sans tenir compte de la présence du personnel russe.

    Va-t-on vers la prophétie d’Esaïe 17.1 ?

    « Oracle sur Damas. Voici, Damas ne sera plus une ville, Elle ne sera qu’un monceau de ruines. 2Les villes d’Aroër sont abandonnées, Elles sont livrées aux troupeaux; Ils s’y couchent, et personne ne les effraie. 3C’en est fait de la forteresse d’Ephraïm, Et du royaume de Damas, et du reste de la Syrie: Il en sera comme de la gloire des enfants d’Israël, Dit l’Eternel des armées. 4En ce jour, la gloire de Jacob sera affaiblie, Et la graisse de sa chair s’évanouira. 5Il en sera comme quand le moissonneur récolte les blés, Et que son bras coupe les épis; Comme quand on ramasse les épis, Dans la vallée de Rephaïm. 6Il en restera un grappillage, comme quand on secoue l’olivier, Deux, trois olives, au haut de la cime, Quatre, cinq, dans ses branches à fruits, Dit l’Eternel, le Dieu d’Israël. 7En ce jour, l’homme regardera vers son créateur, Et ses yeux se tourneront vers le Saint d’Israël; 8Il ne regardera plus vers les autels, Ouvrage de ses mains, Et il ne contemplera plus ce que ses doigts ont fabriqué, Les idoles d’Astarté et les statues du soleil. 9En ce jour, ses villes fortes seront Comme des débris dans la forêt et sur la cime des montagnes, Abandonnés devant les enfants d’Israël: Et ce sera un désert…. »

    • Luc dit :

      On sent bien que les pays de l’Otan cherchent à provoquer une guerre contre la Russie. Le grotesque document anglais censé présenter les preuves contre la Russie sur la tentative d’empoisonnement le 4 mars 2018 de Sergueï Skripal et de sa fille en est la preuve :
      https://www.les-crises.fr/affaire-skripal-le-grotesque-document-anglais-sense-presenter-les-preuves-contre-la-russie/

      Le général Delawarde décortique bien l’affaire et voit plutôt comme responsable : Israël, les USA et la Grande Bretagne :
      https://sansapriori.net/2018/03/25/2645/
      http://www.moonofalabama.org/2018/03/russian-scientists-explain-novichok-high-time-for-britain-to-come-clean.html

      Léonide Rink, l’un des créateurs de l’agent Novitchok, classifié par les Britanniques sous le nom A-234, rejoint l’avis de l’OIAC. Ce n’est pas du Novitchok qui a été utilisé afin d’empoisonner les Skripal. Les symptômes des Skripal ont été semblables à ceux causés par une intoxication au fentanyl. De plus, le fait que les Britanniques aient caché les Skripal compromettait la version selon laquelle la Russie était impliquée dans cette affaire. Ils disent que les Skripal s’étaient remis très vite, pourquoi donc personne n’est autorisé à les voir, les interviewer, leur analyser leur sang ?
      https://fr.sputniknews.com/international/201804151035954956-rapport-oiac-novitchok/
      Pour l’Institut suisse pour la protection des armes nucléaires, biologiques et chimiques (Schweizerisches Institut für ABC-Schutz), le poison prélevé à Salisbury par les enquêteurs de l’OIAC, dans l’« affaire Skripal », serait du « BZ », un innervant de l’Otan, agissant dans les 30 à 60 minutes et pour une durée de 2 à 4 jours. L’URSS, puis la Russie, n’ont jamais travaillé sur ce type de substance.
      http://www.voltairenet.org/article200678.html

      Selon les médias allemands, leurs services secrets s’étaient déjà procurés dans les années 90 via un transfuge russe un échantillon de l’agent neurotoxique Novitchok qui fut analysé dans un laboratoire suédois. De petites quantités de l’agent neurotoxique furent ensuite produites dans certains pays de l’OTAN à des fins de test.
      https://www.romandie.com/news/ZOOM-L-espionnage-allemand-a-obtenu-du-Novitchok-dans-les-annees-1990-selon-les-medias_RP/918848.rom

      La journaliste bulgare Dilyana Gaitandzhieva, connue par son enquête sur des livraisons d’armes occidentales aux terroristes en Syrie, a publié une autre révélation majeure, cette fois-ci concernant des laboratoires secrets américains opérant sous le couvert des centres médicaux dans 25 pays du monde. Curieusement, la plus forte concentration de ces “institutions médicales” est localisée aux frontières avec la Chine et la Russie. Outre des virus mortels, les spécialistes américains élaborent des méthodes de propagation. Ainsi, au printemps 2017, les habitants de la Tchétchénie ont vu un drone disperser de la poudre blanche à la frontière avec la Géorgie. Les chercheurs libèrent aussi des insectes infectés qui provoquent ensuite des maladies contagieuses voire mortelles parmi la population locale. Comme en Georgie, où plusieurs cas de fièvre hémorragique de Crimée-Congo ont été signalés.
      https://reseauinternational.net/enquete-journalistique-les-etats-unis-developpent-des-armes-biologiques-dans-les-laboratoires-a-travers-le-monde/

      Dans la série de propagande d’espionnage américano-britannique Strike Back, est mis en scène les activités de la « section 20 » du MI-6, une cellule chargée de lutter contre le terrorisme. Dans l’épisode 4 de la sixième saison diffusé en Grande-Bretagne le 14 novembre 2017, la section est à la recherche d’un homme et le responsable se rend compte qu’il s’agit d’un scientifique russe « qui aurait tué ses collègues avec du Novitchok, un agent neurotoxique qu’ils ont inventé ». Curieusement, 3 mois et demi plus tard, on accuse la Russie d’avoir empoisonné l’un des siens avec ce même agent Novitchok dans une opération de propagande rondement menée qui conduit actuellement de nombreux pays à sanctionner la Russie sur la base de simples présomptions et à des déclarations explosives du premier ministre qui n’écarte pas des «ripostes militaires» contre Moscou !

      Victoria Skripal, la nièce de Sergei Skripal, a transmis à des journalistes russes, un enregistrement téléphonique avec sa fille, Julia Skripal : « Tu sais quelle est la situation maintenant », dit Julia « Ne t’inquiète pas, tout va bien, je suis déjà sortie, papa va aussi bien, il se repose maintenant. »
      http://www.dailymail.co.uk/news/article-5581507/Yulia-Skripal-calls-Moscow-says-leave-hospital-days.html

      Reste que l’affaire Skripal arrive alors que plus de onze officiers anglais qui opéraient en liaison avec les terroristes de la Ghouta se sont faits prendre alors qu’ils ne portaient pas leur uniforme. Ils pourraient être exécutés comme espions, en vertu des lois internationales.
      https://www.syrianperspective.com/2018/04/alloosh-orders-execution-of-officers-5-hostages-freed-saudi-arabia-trying-to-hold-on-to-ghouta-how-zahraan-alloosh-was-killed-by-saf.html

      Bref, les guerres sont aussi des parties de poker menteur. Chacun cherche à manipuler l’autre en mettant l’opinion publique avec lui. Les russes sont aussi très bons à ce jeu :
      http://www.russialies.com/russias-top-260-lies-international-edition/

      On a eu une affaire d’empoisonnement semblable avec aussi du Novitchok sur un opposant politique russe, Alexeï Navalny. Les services secrets russes auraient versé le 20 août 2020 du poison dans une tasse de thé que Navalny prenait dans la cafétéria de l’aéroport de Tomsk (Sibérie), dans l’attente de l’avion qui devait le ramener à Moscou. Mais pourquoi s’en prendrait-on à lui, alors qu’à l’élection présidentielle de 2018, les sondages lui octroyaient entre 2 et 3% des suffrages ?

      6 « questions bêtes » sur l’affaire Navalny par Asselineau :

      https://www.upr.fr/actualite/laffaire-navalny-va-t-elle-reveler-ses-secrets-loukachenko-detient-il-vraiment-la-preuve-que-merkel-aurait-menti-sciemment/

  8. Zoé dit :


    Fake News amusant de la journaliste franco-israélienne Laurence Haïm, ancienne porte-parole de Macron. Elle veut témoigner d’un petit garçon de 4 ans allant en mars 2018 de la Syrie à la Jordanie avec dans son sac les vêtements de sa mère et sœurs tuées… En fait, la photo venait du Guardian du 18 juillet 2014.

    Évidemment, cette sioniste n’allait pas parler de l’avancement du Grand Israël. Reuven Rivlin, président du régime israélien, a pourtant appelé à l’examen d’une mainmise totale d’Israël sur toute la Cisjordanie en précisant qu’il ne veut pas se contenter de petites parcelles de cette région.
    http://parstoday.com/fr/news/middle_east-i59013-isra%C3%ABl_veut_annexer_la_cisjordanie


    Témoignage d’une Syrienne chrétienne devenue depuis une vingtaine d’années américaine :

    « La Syrie est un état laïc. On ne comprend pas pourquoi les pays de l’Otan veulent remplacer dans les pays arabes les chefs d’état laïcs par des Islamistes. Cela dit, Bachar n’était pas censé devenir président. Son frère était en train d’être préparé pour ce poste. Bashar était formé pour devenir ophtalmologue. Mais à la mort de son frère, son père lui a demandé de se préparer à prendre la relève. Sa famille a apporté à la Syrie une grande prospérité malgré les sanctions imposées par les USA il y a quelques années. Avant cette guerre, le pays n’était pas endetté contrairement à tous ceux de l’Otan. Parmi les rebelles qui luttent contre Assad (EI, Daech, Al-Qaïda, Al-Nosra, les Casques blancs), plus de 80% viennent de l’étranger. Ils sont Afghans, Saoudiens, Libyens, Tchétchènes, Canadiens, Européens. Ils sont formés en Turquie et en Jordanie. Ils sont soutenus par l’Otan, l’Arabie saoudite, le Qatar et Israël. Lors de la première victoire des rebelles à Homs, le premier drapeau qui fut déployé en signe de victoire fut l’israélien. Pas étonnant que l’Etat islamique ne cherche pas à l’attaquer, d’autant plus que certains de leurs blessés sont soignés dans leurs hôpitaux. N’a-t-on pas pris un colonel israélien, Yusi Oulen Shahak, qui faisait partie des islamistes ? Et Israël ne se gène pas pour utiliser des bombes illégales comme dernièrement dans la région de Damas. A noter le lien très étroit qu’il y a entre Hollywood et les partisans de ce Nouvel Ordre Mondial. D’où l’oscar du «Meilleur documentaire» reçu pour le film sur les Casques blancs (appelés Casques du diable en Syrie). Cela rappelle le film « Des hommes d’influence » [avec Robert De Niro et Dustin Hoffman] où le gouvernement embauche un réalisateur hollywoodien pour filmer une fausse guerre, qui est ensuite diffusé aux nouvelles comme si cela se passait vraiment. »

    Sur la Syrie on est en plein délire. N’a-t-on pas vu par exemple les USA lancer 59 missiles de croisière contre la base aérienne de Shayrat sous prétexte que des armes chimiques s’y trouvaient ? Car ce bombardement ne pouvait que les libérer dans l’atmosphère. En réalité cet attaque avait comme but d’épauler l’Etat islamique dans son offensive près de Homs. A remarquer que les médias ne se mettent à parler d’armes chimiques qu’après un succès majeur de l’armée syrienne, le dernier exemple étant celui de la Ghouta. L’affaire Skripal en Grande Bretagne sert aussi à manipuler l’opinion publique contre les Russes afin de pouvoir faire accepter une offensive otanesque dans cette région. Heureusement la Syrie est aidée par la Russie mais aussi par l’Iran. Car Téhéran sait pertinemment que si la Syrie tombe, elle sera la prochaine sur la liste.  »
    https://jamesperloff.com/2018/03/30/a-syrian-christian-reveals-what-is-really-happening-in-syria/

    Bien entendu, les anglo-sionistes n’arrêteront pas leurs opérations fake news, comme ici en 2013, où des enfants syriens qui vivent dans des zones occupées par les « rebelles » ont été formés par ces derniers pour agir comme s ils avaient été frappés avec du gaz Sarin. Ils simulent des convulsions, ils clignent des yeux et ils font mine de déglutir une fausse mousse blanche appliquée sur leurs visages par les « instructeurs ». A la fin de l’exercice, les enfants applaudissent et un homme en costume de Mickey vient les féliciter :

    Les intox sur un recours au chlore et à d’autres substances toxiques par l’armée syrienne se poursuivent. Le 20 février, trois camions turcs transportant du chlore sont entrés dans le Gouvernorat d’Idlib par le passage de Bab al-Hawa. Deux de ces camions se sont arrêtés au village Al-Lozé, dans la campagne d’Idlib, et sont actuellement stationnés dans son école, accompagnés de plusieurs voitures et d’un certain nombre de terroristes. Le troisième camion a continué jusqu’au village Al-Habet, situé dans la campagne nord de Idlib, et se trouve actuellement au siège de ladite Ha’yat Tahrir al-Cham [Organisation de libération du Levant] -des agents de la Turquie- où il est en train d’être déchargé, côté nord-est, en présence d’un grand nombre de terroristes. Les informations en possession du gouvernement syrien indiquent que les terroristes préparent une action terroriste avec usage de chlore à grande échelle, pour ensuite en accuser l’Armée arabe syrienne. Lesquels terroristes ont reçu des instructions fermes de la part de services secrets occidentaux et turcs pour mener une attaque chimique avant le 13 mars. Pourquoi le 13 mars ? Parce que c’est la date de la tenue de la 87ème session du Conseil exécutif de l’OIAC.
    https://reseauinternational.net/onu-vous-finirez-par-avoir-votre-ligne-rouge-3-camions-turcs-charges-de-chlore-viennent-dentrer-en-syrie/

    Effectivement, le groupe de l’opposition radicale Jaych al Islam a accusé les forces gouvernementales d’avoir eu recours le 7 avril 2018 à des armes chimiques contre un hôpital de Douma, dans la Ghouta orientale. Les casques blancs les premiers sur le site ont pris ces vidéos : à un jour d’intervalle, des différences s’observent comme la couleur du plafond qui est différente…
    https://www.fort-russ.com/2018/04/something-is-very-wrong-and-not-adding-up-with-the-chemical-attack-site-in-syrias-duma/
    Qu’une des sources d’information soit des Casques Blancs n’est pas du au hasard !
    https://fr.sputniknews.com/international/201804081035847982-douma-attaque-chimique-intox/
    Et que Sky News s’amuse à couper Jonathan David Shaw, l’ancien chef des forces armées britanniques, au moment où il faisait part de ses doutes concernant les allégations d’attaque au gaz syrien, n’est-il pas troublant ?

    Sur la BBC, Stephen Sackur s’est entretenu avec le député syrien Fares Shehabi, membre du Parlement syrien d’Alep qui osa lui dire qu’ « Il y a 280 Britanniques en route de Douma vers l’Europe, ils retournent à présent en Angleterre… » Il lui a déclaré avoir les preuves du soutien du Foreign Office aux rebelles djihadistes d’Al Qaida à Alep. Il confirma que l’armée syrienne n’a jamais utilisé de gaz sarin ou de chlore et que l’OIAC qui a inspecté récemment les centres de recherche fabriquant soi disant des armes chimiques a constaté qu’ils n’en contenaient pas. Par contre pour lui, il y a bien eu gazage des troupes syriennes en 2013 par les rebelles avec l’aide de l’OTAN. A la question de l’intervieweur de savoir s’ il soutiendra un éventuel procès pour crimes de guerre de Bachar Al Assad, il répondit que la Grande Bretagne, en tant que soutien des djihadistes, ne pouvait être crédible. « Mais est-ce qu’elle va mettre en prison Tony Blair pour avoir détruit l’Irak et la vie d’un million de personnes par « erreur » (Fausse information sur les armes de destruction massive ayant servi de prétexte au bombardement de l’Irak en 2003 et à sa destruction) ? » L’intervieweur lui demanda ensuite si un jour la Syrie pourra devenir démocratique en changeant de président . Il indiqua que la démocratie pourrait revenir que lorsque les pays de l’OTAN et particulièrement la France, la Grande-Bretagne et les Etats-Unis cesseront d’occuper son pays. Puis c’est au peuple de décider si Assad doit rester ou partir.

    Très curieusement, le pape François joue leur jeu, en se mettant du côté de l’Otan :
    https://www.lnc.nc/breve/syrie-le-pape-francois-denonce-l-usage-d-armes-chimiques
    Pourtant les pays de l’Otan ont rejeté la résolution russe sur l’enquête concernant les événements dans la ville syrienne de Douma :
    https://fr.sputniknews.com/international/201804111035892572-menaces-us-consequences-nebenzia/
    Carte pour suivre la réaction de l’Otan sur cette nouvelle manipulation :
    https://militarymaps.info/

    Pour rappel, c’est sur la base de la prétendue détention d’armes de destruction massive par le régime de Saddam Hussein que George W. Bush et Anthony Blair ont déclenché une guerre extrêmement meurtrière en Irak en 2003. Plus de 1,2 million de civils irakiens, dont des centaines de milliers de femmes et d’enfants, ont été tués depuis lors, alors qu’il s’agissait d’une pure « fake news » – reconnue comme telle, quelques mois après, par le secrétaire d’État américain Colin Powell. Et jusqu’à maintenant l’occident n’a jamais eu de preuve démontrant que le gouvernement syrien avait utilisé du gaz toxique contre sa propre population, qu’il s’agisse de la tragédie survenue en août 2013, déjà à la Ghouta, ou de la tragédie de Khan Cheikhoun survenue en avril 2017. De plus, personne n’a reçu l’autorisation du Conseil de sécurité de l’ONU pour procéder à une opération militaire contre le gouvernement syrien !

    Mais si Trump semble maintenant être sur deux chaises, c’est tout simplement parce que son envie de se retirer de la Syrie est freinée par les néo-cons américains, toujours dans les rouages du « shadow government ». Ces anciens juifs trotskistes défendent la politique globaliste d’Israël. D’où la première frappe israélienne du 9 avril. Ce pays n’est pas avare de bombardement ! Se souvenir de celui de la nuit du 5 au 6 septembre 2007 ! À 0h42,les appareils israéliens lâchaient 17 tonnes de bombes sur le site syrien d’Al-Kibar, car susceptible de devenir un centre nucléaire.
    http://www.jeuneafrique.com/mag/547376/politique/secret-dhistoire-comment-israel-a-prive-bachar-de-la-bombe-nucleaire

  9. Monique dit :

    Ayssar Midani, présidente de la Fondation « Descendants d’Ashtar » et présidente de NOSSTIA (réseau des scientifiques syriens expatriés) explique le 6 avril 2018 ce qui se passe exactement en Syrie.

    On y apprend la capture (durant la période de Pâques) d’officiers anglais, américains, turcs, saoudiens… Au même moment Theresa May mettait en route l’affaire Skripal. L’armée arabe syrienne adécouvert lors du ratissage des fermes périphériques de la ville de Douma dans la Ghouta orientale, un réseau de tranchées et de tunnels s’étendant de Messraba et Chifonya jusqu’à Douma. L’un des tunnels avait 4 mètres de largeur, 6 de hauteur et 15 de profondeur. Un autre 500 mètres de longueur.
    La menace de frappe militaire occidentale contre la Syrie par Madame Ayssar Midani !

    Pour suivre l’actualité du côté du gouvernement syrien :
    https://sana.sy/fr/
    Les systèmes explosifs utilisés par la CIA :
    https://archive.org/search.php?query=explosives%20for%20sabotage%20cia
    L’attaque chimique vue selon les informations du gouvernement :

    Cliquer pour accéder à 180414%20-%20Syrie%20-%20Synthe%CC%80se%20-%20Les%20faits.pdf

    Les rescapés de Douma racontent leur supplice dans les prisons de Jaïsh al-Islam :
    http://www.jacques-tourtaux.com/blog/syrie/ghouta-orientale-les-rescapes-de-douma-racontent-leur-supplice-dans-les-prisons-des-terroristes-de-jaish-al-islam.html

    Durant la nuit du 13 au 14 avril 2018, de 2h42 jusqu’à 4h10 (heure de Paris), les USA, la France et la Grande Bretagne ont envoyé leurs missiles sur la Syrie sans attendre les résultats de l’enquête de l’OIAC qui devait commencer le 14 au matin et sans le feu vert de l’ONU. La défense antiaérienne syrienne aurait toutefois réussi à en intercepter les deux tiers.

    Le ministère de la Défense russe dit avoir détecté 103 missiles air-sol ou de croisière dont 71 auraient été interceptés par la défense anti aérienne-syrienne. La défense anti aérienne russe n’est pas intervenue (ce que confirment les trois pays agresseurs). L’état-major russe donne la liste des cibles suivantes avec le nombre de missiles tirés et interceptés :
    – 4 missiles auraient visé la zone de l’aéroport international de Damas : tous interceptés
    – 12 missiles auraient visé l’aéroport militaire de Al-Dumayr: tous interceptés
    – 18 missiles auraient visé l’aéroport militaire de Baly: tous interceptés
    – 12 missiles auraient visé l’aéroport militaire de Shayarat : tous interceptés
    – 9 missiles auraient visé l’aéroport militaire de Mezzeh : 5 interceptés
    – 16 missiles auraient visé l’aéroport militaire de Homs : 13 interceptés
    – 30 missiles auraient visé diverses cibles dans les zones de Barzah et de Jaramani : 7 interceptés
    – 2 missiles détectés au départ se seraient perdus en route…

    Mais selon les USA, 105 missiles auraient été tirés sur des installations syriennes par la France, les États-Unis et le Royaume-Uni, 12 l’ont été par les forces tricolores :

    Le USS Monterey CG61 a tiré 30 missiles Tomahawk à partir de la mer rouge.
    Le USS Laboon DDG58 a lancé 7 missiles Tomahawk à partir de la mer rouge.
    Le USS Higgins DDG76 a lancé 23 missiles Tomahawk à partir du Golfe Persique.
    Le USS John Warner SSN785 a lancé 6 missiles Tomahawk à partir de la Méditerranée.
    La frégate française LANGUEDOC a lancé 3 missiles navals mer-sol SCALP EG à partir de la Méditerranée.
    Les bombardiers stratégiques B-1B ont lancé 19 missiles de croisière air-sol AGM-158 JASSM.
    Les chasseurs britanniques Typhoon and Tornado ont lancé 8 missiles de croisière air-sol Storm Shadow/SCALP EG .
    Les 5 Rafales et 4 Mirages français ont lancé 9 missiles de croisière air-sol StormShadow/SCALP EG.

    Les 9 missiles Scalp ont un coût unitaire de 850.000 euros, selon plusieurs médias, et les missiles MdCN coûtent 2,86 millions par unité, selon le projet de loi de finances 2015. Soit un total de 16,23 millions d’euros.

    Selon le Pentagone, l’attaque n’aurait visé que trois cibles :

    76 missiles – sur le Centre de recherche et de développement de Barzah
    22 missiles – sur le site de stockage de Him Shinshar
    7 missiles – “sur le bunker de stockage d’armes chimiques de Him Shinshar

    Bien sûr, selon le Pentagone et les états-majors français et britanniques, tous les missiles auraient atteints leur cible… Mais cette coalition à trois a trop menti au cours des années précédentes pour pouvoir être crédible aujourd’hui (Timisoara, couveuse du Koweït, armes de destruction massives de Saddam, Goutha 2013, affaire Skripal, Goutha avril 2018). Le site de la dite attaque chimique fut détruit lors du bombardement, empêchant l’OIAC de commencer son travail.
    https://reseauinternational.net/confirme-une-attaque-americaine-etaient-principalement-destinee-a-supprimer-les-preuves-de-false-flag/

    Selon l’AFP, la Marine nationale avait prévu de tirer un nombre supérieur de missiles de croisière navals (MdCN) aux trois finalement lancés. Mais un gros bug est alors survenu, empêchant le départ des missiles de croisière sur le premier bâtiment désigné pour ouvrir le feu, avant que le second navire ne connaisse la même défaillance. Cela dit, c’était la première fois que la France employait ce type de missile, d’une portée de 1.000 km. Un avion Rafale s’est aussi trouvé dans l’incapacité de larguer l’un de ses deux missiles.
    https://francais.rt.com/france/50057-syrie-multiples-couacs-au-sein-de-l-armee-francaise-des-missiles-auraient-connu-des-rates
    Du côté des analystes militaires chinois, les bâtiments de surface de la marine française n’auraient en fait lancé aucun projectile. Et les tirs de BGM-109 Tomahawk US à partir de navires de guerre en Méditerranée orientale ou en mer rouge auraient connu quelques anomalies et pas des moindres: certains missiles se sont abattus avant d’atteindre l’espace aérien syrien et d’autres, ayant pénétré cet espace, semblaient suivre des trajectoires aléatoires avant de disparaître. Le nombre de missiles devant être lancés devait certainement dépasser les 200 unités.
    https://strategika51.wordpress.com/2018/04/25/les-donnees-chinoises-revelent-detranges-incoherences-dans-le-deroulement-de-lagression-tripartite-contre-la-syrie-des-missiles-nauraient-jamais-ete-tires/

    L’attaque eut lieu alors que le 9 avril, Israël avait bombardé un aéroport militaire en Syrie :

    Extrait de la déclaration commune censurée de la presse occidentale, du 25 mars 2018 : « L’armée arabe syrienne , avec l’aide de la Russie, a capturé une cargaison d’armes chimiques destinées à la Ghouta orientale. Il s’agissait d’armes britanniques produites à Porton Down à Salisbury. La Russie soupçonne que l’incident de Skripal est lié à leurs dossiers. Skripal travaillait à Porton Down en tant que trafiquant d’armes chimiques en partenariat avec une entreprise ukrainienne. La Russie nie avoir attaqué Skripal, mais admet qu’il était sous surveillance pour ses activités de soutien au terrorisme en Syrie et au trafic d’armes. La Russie confirme également qu’il y a des officiers de renseignement britanniques, américains, israéliens et saoudiens qui ont été pris par l’armée syrienne dans l’une des salles d’opérations fortement fortifiées lors de l’invasion de l’armée syrienne et de ses alliés du Ghouta oriental ». Il y a donc bien un lien entre Skripal, Porton Down à Salisbury et la Ghouta… Les militaires américains, britanniques et israéliens capturés en Syrie ont confirmé qu’ils ont reçu l’ordre de lancer des attaques chimiques à East Ghouta par leurs gouvernements.

    D’autres armes chimiques sont de confection allemande (voir à partir de 2 mn) :


    Pour Thomas Binder, un cardiologue à Wettingen en Suisse, cette photo montrant des soins prodigués après l’attaque chimique à Douma est une mise en scène, car le placement des électrodes pour l’électrocardiogramme pratiqué sur cet enfant est faux. Dans ces conditions, il n’est pas possible de recevoir un signal. Si on le fait dans les règles de l’art voilà ce que l’on aurait dû faire :

    Mais si les attaques chimiques peuvent être mortelles, elles agissent à court terme. Ce qui n’est pas le cas des missiles de croisière qui disposent tous d’uranium appauvri (isotope U238), une matière radioactive particulièrement persistante dans l’environnement, avec une demi-vie de 4,47 milliards d’années. Des centaines de kilos d’uranium appauvri ont pourtant été sciemment pulvérisées en Syrie. Son avantage, étant un métal lourd, il est d’une efficacité redoutable pour transpercer les parois des chars blindés et des tanks. Au contact de sa cible, l’uranium s’enflamme, relâchant en grande quantité de minuscules particules radioactives. Transportées par le vent, ces particules peuvent se retrouver dans l’eau, le sol, les nappes phréatiques… contaminant tout l’environnement. Il y a trois voies majeures de contamination, par inhalation, ingestion ou lésion cutanée. Étant à la fois chimiotoxique et radiotoxique, l’uranium appauvri atteint les reins, les poumons, le squelette, les organes reproducteurs, la thyroïde, les muscles, les ganglions lymphatiques ainsi que le système neurologique. Les types de pathologies observées sont principalement les cancers (dont leucémies) et les malformations congénitales. On observe ces pathologies chez les populations victimes de bombardements à l’uranium appauvri, mais aussi chez les vétérans des conflits irakiens, des Balkans ou encore d’Afghanistan :

    Autre question préoccupante, que va faire Macron de cette centaine de Français djihadistes emprisonnés par les Kurdes ?
    http://www.europe1.fr/international/syrie-les-kurdes-menacent-de-relacher-les-djihadistes-francais-de-daech-3625727

    Le parti UPR a demandé la destitution du président français :
    https://www.upr.fr/actualite/france/suite-a-la-decision-solitaire-et-illegale-demmanuel-macron-dintervenir-militairement-en-syrie-francois-asselineau-demande-aux-parlementaires-dengager-la-destitution-du-president-d

    Intervention de la Syrie à l’ONU après l’attaque du 14/04/18 :

    Ce qu’en pense Lord West, ancien commandant général de la Royal Navy et ministre de la Sécurité de Gordon Brown :

    Le mensonge le plus terrible fut celui fait avec Fabius sur ces enfants qui avaient été kidnappés par les rebelles pour les gazer :

    • Monique dit :

      Ayant visité Douma pour retrouver des signes d’usage d’armes chimiques, des journalistes américains de la chaîne de télévision One America News Network n’ont pas réussi à recueillir de preuves confirmant que l’attaque chimique avait réellement eu lieu :

      « J’ai parlé avec une dizaine d’habitants de la région qui se trouve dans le quartier où l’attaque présumée aurait eu lieu. Personne parmi ces gens-là, avec lesquels j’ai parlé, ne m’a dit qu’il avait entendu parler ou qu’il avait vu quelque chose concernant l’attaque chimique. » témoigne le journaliste Pearson Sharp.

      Puis il s’est rendu dans un hôpital. « Un médecin m’a répondu que le 7 avril était une journée ordinaire mais qu’il y avait beaucoup de poussière. Beaucoup de gens sont venus se plaindre de toux et d’irritations des voies respiratoires. Mais aucun autre symptôme n’a été signalé. Soudain, un groupe d’inconnus est arrivé en criant qu’une attaque chimique s’était produite. Ils ont apporté des personnes qui, comme ils l’affirmaient, étaient affectées et se sont mis à les asperger d’eau. Les médecins ont commencé à s’en occuper tandis que des inconnus filmaient la scène. En fait aucun n’avait le symptôme d’une attaque chimique. »
      https://fr.sputniknews.com/international/201804171035978225-syrie-douma-attaque-chimique/
      http://www.oann.com/oan-investigation-finds-no-evidence-of-chemical-weapon-attack-in-syria/


      Hassan Diab, âgé de 11 ans, a du jouer le rôle de figurant pour les Casques Blancs, d’un malade touché par la soi-disant attaque chimique du 7 avril à Douma. « Nous étions dans un sous-sol. Nous avons entendu des cris dans la rue, on criait « Allez à l’hôpital ». Nous y avons accouru et dès que j’y suis entré, on m’a attrapé et on a commencé à m’asperger d’eau. Ensuite, on nous a mis sur des lits à côté d’autres personnes », a indiqué le garçon à la chaîne de télévision Rossiya 24.


      Un autre petit de 10 ans de Douma, Moustapha, raconte aussi comment des hommes de Jaych al-Islam ont promis aux enfants des dattes s’ils exécutaient leurs ordres. « On a commencé à nous asperger d’eau avec des tuyaux. Puis les adultes nous ont pris par la main et nous ont entraînés à l’intérieur de l’hôpital où nous avons été pris en photo. Enfin, on nous a distribué les aliments promis et on nous a dit qu’on pouvait jouer parce qu’on avait été sage. »


      Le correspondant de guerre britannique Robert Fisk confirme la même chose « le chef de la clinique de Douma nie la réalité d’une attaque au gaz. » Riam Dalati, producteur bien connu de la BBC en Syrie, a déclaré qu’après six mois d’enquête il avait conclu : “Je peux prouver sans l’ombre d’un doute que la vidéo à l’hôpital de Douma était une mise en scène. Il n’y a pas eu de morts à l’hôpital.” Son rapport brosse un tableau complexe de la propagande et des sources rebelles profondément compromises, telles que Jaish al Islam, soutenu par les Saoudiens, qui contrôlait Douma au milieu de l’assaut du gouvernement syrien pour reprendre la ville.
      https://www.zerohedge.com/news/2019-02-14/bbc-shocks-douma-gas-attack-scene-staged-producer-says-after-6-month-syria

      Petit résumé sur le gazage en Syrie :

      Et comme toujours, les Casques blancs de Douma financés par le Foreign Office, ont tous choisi de partir avec les islamistes en prenant les bus affrétés par le gouvernement et protégés par la Russie.
      https://www.independent.co.uk/voices/syria-chemical-attack-gas-douma-robert-fisk-ghouta-damascus-a8307726.html
      Sans doute que l’organisation « Syria Charity » avec la « Ligue pour la Syrie Libre » firent de même, car elles sont du côté des djihadistes :

      Pourtant, des experts russes ont découvert à Douma, un laboratoire de fabrication d’armes chimiques appartenant aux radicaux et recelant des éléments de production de gaz moutarde ainsi qu’une bouteille de chlore :

      Pourquoi ne les auraient-ils pas utilisées ? Ou bien attendaient-ils que les bidons de chlore explosent à cause des bombardements syriens, comme le suggère ce journaliste de la chaîne publique allemande ZDF :

      De son côté, un des fondateurs du groupe Pink Floyd, Roger Waters, a osé s’affirmer contre les frappes de l’Otan et contre les Casques blancs. Ces derniers avaient essayé de lui proposer une collaboration avec eux comme ils l’avaient déjà fait avec George Clooney, Aziz Ansari, Ben Affleck, Justin Timberlake et le groupe Coldplay. Un reporter photographe français, qui s’était présenté comme un «militant» des «Casques blancs», lui avait demandé de l’inviter sur scène lors de son concert le 13 avril à Barcelone pour qu’il puisse adresser un message aux enfants syriens.

      Début février 2020, les Casques blancs tournaient à nouveau à Idlib une vidéo avec des «victimes d’intoxication» dans une «attaque chimique» de l’armée syrienne :
      https://fr.sputniknews.com/international/202002041043001783-les-casques-blancs-tournent-une-video-avec-des-victimes-dintoxication-dans-une-attaque-chimique-de/

      John Bolton, l’ancien fonctionnaire néo-con de l’administration Bush, devenu expert de Fox News, que Trump a récemment choisi comme conseiller en matière de sécurité nationale, fait partie de ces hommes adeptes du chantage. « C’est un tyran », pour José Bustani, diplomate brésilien à la retraite et ancien chef de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC). Au début de 2002, un an avant l’invasion de l’Irak, l’administration Bush par le biais de Bolton, exerça une pression intense sur Bustani pour qu’il démissionne de son poste de directeur général de l’OIAC, en dépit du fait qu’il avait été réélu à l’unanimité à la tête de l’organe des 145 nations deux ans plus tôt. Sa transgression ? Vouloir négocier avec l’Irak de Saddam Hussein pour permettre aux inspecteurs en désarmement de l’OIAC d’effectuer des visites inopinées dans ce pays. « Cheney veut que vous partiez. Vous avez 24 heures pour quitter l’organisation, et si vous ne vous conformez pas à cette décision de Washington, nous avons des moyens de riposter contre vous. Nous savons où vivent vos enfants. Vous avez deux fils à New York. » lui dit Boston. Quelques semaines plus tard, Bustani se faisait virer :

      Christian Westermann, l’ancien analyste en chef des armes biologiques au Département d’État qui avait refusé de signer un discours accusant Cuba de posséder un programme secret d’armes biologiques , avait été de même « réprimandé » par Bolton, qui « a alors essayé de le faire partir ». Melody Townsel, ex-entrepreneur de l’Agence des États-Unis pour le développement international, a déclaré avoir été elle aussi harcelée par Bolton, lors d’une visite au Kirghizistan en 1994 : « M. Bolton m’a poursuivi dans les couloirs d’un hôtel russe, en me jetant des objets, en poussant des lettres de menaces sous ma porte, en se comportant comme un fou. »

      Maintenant qu’il est devenu conseiller à la sécurité nationale de Trump, cela lui donne des moyens d’influence importants, c’est à dire de continuer les guerres actuelles au bénéfice d’Israël. On comprend pourquoi pour Bustani, sa nomination est un désastre pour le monde :

      Le soir du 16 avril 2018, l’armée syrienne interceptait encore neuf missiles lancés sur l’aéroport de Shayrat. Par qui ? Sans doute Israël. Mais Israël ce mois-ci préfère rester discret. Les réseaux sociaux montrent des snipers israéliens entrain de faire des cartons sur les manifestants non-armés palestiniens (28 morts), pendant que des spectateurs colons juifs en rigolent. Sur les frontières de Gaza, des gaz étranges et inconnus furent aussi utilisés contre eux, au moyen de drones sans pilote. Ces gaz provoquèrent sur nombre d’entre eux des suffocations et des évanouissements.
      https://french.palinfo.com/news/2018/4/17/Les-colons-isra-liens-clatent-de-rire-alors-que-les-snipers-tirent-sur-les-manifestants-de-Gaza

      Puis dans la foulée d’Hollande qui avait félicité les Casques Blancs, Macron a invité plusieurs ONG à l’Elysée dont celle islamiste proche des Frères Musulmans Syria Charity, qui participa activement à la propagande des attaques chimiques. Il leur a promis 50 millions d’euros. Curieusement, SOS Chrétiens d’Orient n’y était pas convié. Mais Macron, ce menteur né, s’est fait doubler par le secrétaire américain à la Défense James Mattis. «Les Français nous ont apporté un soutien en Syrie avec l’envoi de leurs forces spéciales ces deux dernières semaines», a-t-il fait savoir lors d’une audition devant la commission des forces armées au Sénat. comme quoi il y avait bien l’armée française en Syrie.
      https://fr.sputniknews.com/international/201804261036115625-syrie-militaires-francais/
      Un véhicule ARAVIS de l’armée française pris en photo en aout 2018 dans la province de Deir Ezzor en Syrie, l’un des derniers bastions de l’Organisation État islamique (EI) :

      https://m.france24.com/fr/20180913-syrie-armee-francaise-presente-province-deir-ezzor-organisation-etat-islamique
      De son côté, le Tagesspiegel a révèlé que le gouvernement allemand avait directement financé des rebelles syriens à hauteur de 37,5 millions d’euros. Et l’Union Européenne aurait versé 17 millions d’euros. Mais les noms des groupes destinataires de ces discrets versements sont restés inconnus.
      https://www.tagesspiegel.de/politik/49-millionen-euro-fuer-assad-gegner-bundesregierung-hilft-idlib-rebellen-in-syrien/23247768.html


      Mais maintenant que le sénateur John McCain est mort, qui va le remplacer en tant que « guide suprême des Frères musulmans » ?
      https://www.middleeastmonitor.com/20180903-egyptian-media-john-mccain-is-real-supreme-guide-of-the-muslim-brotherhood/
      https://numidia-liberum.blogspot.com/2018/09/john-mccain-etait-le-guide-supreme-des.html

      Le 27 décembre 2019, WikiLeaks a rendu public un quatrième lot de documents sur la mission d’enquête de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimique (OIAC) à Douma, en Syrie.

      On y apprend qu’un haut fonctionnaire français de l’OIAC, Sébastien Braha, a ordonné de retirer des archives le document attribué à Ian Henderson, un inspecteur de l’organisation internationale, et présentant des observations non-reprises dans le rapport final de l’OIAC sur l’attaque chimique présumée du 7 avril 2018. Henderson concluait que les deux cylindres retrouvés sur le site de l’attaque présumée auraient été plutôt placés manuellement que largués d’un avion ou d’un hélicoptère.
      https://www.voltairenet.org/article208707.html
      Révélations en cascade sur l’imposture des attaques chimiques en Syrie :
      https://lecridespeuples.fr/2020/01/24/revelations-en-cascade-sur-limposture-des-attaques-chimiques-en-syrie-et-silence-complice-des-medias/
      Une journaliste à suivre , Vanessa Beeley :
      https://www.mondialisation.ca/author/vanessa-beeley
      Depuis, un nouveau rapport de l’OIAC laisse entendre que le gouvernement syrien aurait eu recours au gaz sarin à Ltamenah en 2017. Mais dans une note publiée par le site Grayzone des membres de l’OIAC, retirés ou toujours actifs, fustigent ce rapport: témoignages de seconde main, affirmations « scientifiquement erronées », influence d’experts anonymes liés à l’opposition soutenue par l’Occident…
      https://www.investigaction.net/fr/des-membres-de-loiac-demontent-le-nouveau-rapport-compromis-sur-les-attaques-chimiques-en-syrie/

  10. Scott dit :

    Le 8 mai 2018, le président américain Trump a unilatéralement mis fin à l’accord nucléaire conclu avec l’Iran en 2016. L’Iran s’y engageait à ne pas produire ou mettre au point d’armes nucléaires. En échange, les Etats-Unis et leurs alliés avaient levé les sanctions précédemment imposées à l’Iran. Pendant la campagne électorale, Trump avait déjà décrit l’accord négocié sous la direction de l’UE comme une « terrible erreur ». Avec le ministre des Affaires étrangères Mike Pompeo et son nouveau conseiller en matière de sécurité John Bolton, il s’est entouré ces dernières semaines de deux hommes qui réclament depuis des années une politique plus dure envers l’Iran.

    Pour l’expert financier allemand et auteur à succès Ernst Wolff, les signes d’une guerre imminente avec l’Iran se multiplient. Surtout après que le « message subliminal » du Premier ministre israélien Netanyahu lors de la conférence de presse du 30 avril 2018 a été la demande d’une attaque préventive contre l’Iran.

    Les Etats-Unis se trouvent dans une situation extrêmement difficile. Le chômage est beaucoup plus élevé que dans les statistiques officielles. La dette de la population, de l’Etat et des entreprises est plus élevée que jamais et d’énormes bulles se sont formées sur les marchés financiers, qui menacent d’éclater à tout moment. Les allègements fiscaux accordés par Trump aux grandes fortunes ont été largement inefficaces. C’est là où, même si elle entraînera une nouvelle hausse de la dette américaine à long terme, une guerre permettrait de continuer à développer l’industrie de l’armement et donc les marchés boursiers et obligataires. Cela retarderait un krak financier, créerait des emplois et fournirait aux électeurs de Trump un bouc émissaire étranger responsable de la misère causée par le gouvernement et Wall Street. Si les institutions financières ont investi dans la fracturation plus d’un quart de billion de dollars au cours des dernières années, d’abord sans faire de profits importants et en acceptant des pertes financières substantielles, c’est qu’ils pensent que quelque chose va provoquer la montée du prix du pétrole. Une guerre contre l’Iran aura cet effet. D’où ces tentatives d’exportation vers l’Europe de ce pétrole, sachant que la Russie alliée à l’Iran, se trouvera de facto dépossédée du marché de l’Europe occidentale, provoquant à son économie un désastre financier. Reste la Chine qui se mettra certainement du côté de la Russie. Si elle a largement cofinancé les guerres américaines dans le passé en achetant des obligations, pas sûr qu’elle continue de le faire, ce qui mettrait le dollar dans une situation critique. Mais le plan sioniste n’est-il pas de le laisser s’effondrer ?

    Une chose est sûre, il n’y a pas de lobby plus puissant aux USA que celui israélien. Il est composé d’une partie de la communauté juive américaine et des fondamentalistes chrétiens (les Evangéliques). Les deux partis (Républicains et Démocrates) sont donc pro-israéliens même si le second cherche à s’en distancer un peu plus poussé par la jeune génération, même si celle-ci subit un fort chantage à cause du service espionnage Israélien. Dans un article paru dans Le Monde Diplomatique, le journaliste Alain Gresh relate le contenu d’un documentaire sur le lobby pro-israélien aux Etats-Unis. La chaîne al-Jazeera, du Qatar qui l’avait réalisé, a finalement décidé de l’interdire, pour ne pas s’aliéner le soutien des Etats-Unis dans le conflit qui l’oppose à l’Arabie Saoudite.

    Comme le dit Oliver Stone, « c’est tout un système, à la fois républicain et démocrate, qui est responsable des 13 guerres déclenchées ces 30 dernières années coûtant 14 billions de dollars. »

  11. Lea dit :

    Le rapport adressé par Philippe le Long, comte d’Anjou, au pape Jean XXII, et publié en 1321 semble avoir influencé notre époque.

    La Résolution de Strasbourg de 1975 va ouvrir l’ère de l’islamisation de l’Europe à la demande des pays-membres de l’OPEP qui exercent un chantage sur l’Europe mettant en balance le prix du pétrole. La première application de ce traité sera exécuté en France par le président Giscard d’Estaing avec le décret sur le regroupement familial qu’il signe dés 1976 et qui verra aussitôt affluer les masses maghrébines en France. En contre-partie de cet afflux de main d’œuvre musulmane bon marché, réclamée par les affairistes apatrides pour tirer vers le bas les salaires et les lois sociales européennes, les dirigeants européens s’engageaient auprès des dirigeants musulmans à islamiser l’Europe selon les règles édictées par les pays du Maghreb et du Moyen-Orient en marge des négociations avec l’OPEP (Organisation des pays exportateurs de pétrole) sur le prix du pétrole. Les frères musulmans étaient à la manœuvre qui voyaient ainsi les projets ancestraux de l’Islam sur l’Europe en voie de se réaliser. L’abaissement des frontières de l’UE, les lois favorables aux clandestins, le droit des réfugiés politiques, – lui aussi à l’initiative du président Giscard d’Estaing, comme l’avortement, le regroupement familial, la loi Giscard-Rothschild-Pompidou du temps où il était ministre des Finances, la France hérissée de mosquées, l’islamisation de l’Histoire de France et des pays de l’UE, toutes les lois ou tolérances en faveur de la religion musulmane,, tout cela découle de ce pacte de Strasbourg et de ses suites inscrites officiellement dans les textes de l’OCI ( Organisation de la Coopération arabe ). C’est ce qu’explique dans le détail Alain Wagner, président de l’ICLA ( alliance internationale contre la charia ) et de l’UDCC ( Union de Défense des Citoyens et des Contribuables ) dans la vidéo ci-dessous, extraite d’une interview donnée sur Radio Courtoisie le 11 Octobre 2016 : « Une date fondamentale 1973. Que s’est-il passé en 1973 ? La guerre syro-égyptienne contre Israël, les syro-égyptiens prennent une raclée et de manière quasiment immédiate l’OPEP multiplie le prix du pétrole par 4 et classe les pays par catégories : soit amie, soit neutre, soit ennemie… Le 6 novembre 1973, les 9 pays de la communauté européenne de l’époque basculent dans le camp pro-arabe avec les corolaires qui suivent : reconnaissance du peuple palestinien ; la dimension narrative arabe concernant Israël ; la création de l’ancêtre du Protocole de Barcelone qui se développera en 1995, c’est-à-dire le DEA, ( Dialogue Euro-Arabe ) qui vise à mettre en œuvre des éléments qui ont été définis de manière très précise en 1975 par la Résolution de Strasbourg et qui ont été adoptées communément par les pays arabes et par l’Assemblée générale de l’Association parlementaire de la Coopération euro-arabe… »

    La conférence de Barcelone s’est tenue du 27 au 28 novembre 1995 et réunissait les 15 ministres des Affaires étrangères des États membres de l’UE et des douze pays tiers méditerranéens suivants : Algérie, Chypre, Égypte, Israël, Jordanie, Liban, Malte, Maroc, Syrie, Tunisie, Turquie et Autorité palestinienne. Cette conférence est la mise en application d’une fusion entre les pays des deux rives de la Méditerranée, débarrassés de frontières.

    Tandis que la Résolution de Strasbourg se focalise principalement sur le retrait d’Israël des territoires occupés et marque son désir de régler le conflit en faisant bon accueil aux demandes arabes sous la pression du chantage de l’OPEP. L’Association parlementaire pour la Coopération euro-arabe demande aux gouvernements européens de prendre des mesures spéciales pour assurer la libre circulation des travailleurs arabes qui émigrent en Europe, leur droits doivent être équivalents à ceux des citoyens nationaux. D’autre part, les pays d’accueil doivent reconnaître la contribution historique de la culture arabe au développement européen et aider financièrement l’enseignement de l’arabe, ainsi que le développement de leur religion en Europe. D’où la volonté de Jean-Michel Blanquer de vouloir généraliser l’enseignement de la langue arabe dans les écoles primaires (revendication officielle de l’Organisation de la coopération islamique).

    http://www.medias-presse.info/du-lourd-le-pacte-euro-arabe-dislamisation-de-la-france/76696/

    Pour Pierre Jovanovic aussi, les Etats-Unis ont échangé le pétrole du Moyen-Orient contre une Europe musulmane. Ce qui explique par exemple l’attaque brutale à l’aide de pierres des musulmans kosovars contre des Serbes qui se rendaient à l’église le 29 mai 2018. L’ambassadeur américain à Belgrade, Scott Kyle, défend un principe clair  » If You Want Peace, Give Kosovo to Islamists, Their Own State »
    http://media.unmikonline.org/?p=85933
    Il arrivera la même chose en France. D’ailleurs François Hollande envisageait déjà sa partition. Même le secrétaire général des Nations Unis, en janvier 2018, a déclaré que « les migrations massives (de l’Afrique vers l’Europe) devront être acceptées par tous les Etats occidentaux. Israël est bien entendu partie prenante dans ce plan machiavélique. Il a d’ailleurs renvoyé non pas en Afrique mais en Europe 16 000 de ses migrants.
    https://www.nst.com.my/world/2018/04/352290/israel-says-it-will-send-16000-african-migrants-western-countries
    Et pour règler le problème palestinien, l’équipe de négociateurs de paix du président américain Donald Trump propose que les Palestiniens rejoignent une confédération avec la Jordanie.
    https://french.palinfo.com/news/2018/9/2/L-administration-Trump-propose-aux-Palestiniens-une-f-d-ration-avec-la-Jordanie

    Lors du G20 en Argentine fin 2018, en réponse aux critiques de Macron, Mohammed ben Salmane ne s’était pas gêné pour dire en off « Moi je tiens un certain nombre de pays occidentaux dans les mains par les investissements, par le pétrole et par la possibilité, en Amérique ou ailleurs, de retirer de l’argent, des bons du trésor ou en ne prêtant plus à tel ou à tel pays. »

    Bien entendu, il ne faut pas s’attendre à ce que les pays qui influencent le plus l’ONU se mettent à participer à la reconstruction de la Syrie. D’ailleurs Moscou pointe du doigt une « directive secrète » qui l’interdirait :

  12. béatrice dit :

    On sait que des troupes françaises se trouvent aussi au Yemen comme Le Figaro du 16 juin 18 l’évoquait, avec des troupes américaines et israéliennes pour établir le Grand Israël :

    https://reseauinternational.net/israel-perdu-en-syrie-mais-il-sapprete-a-commettre-un-autre-crime-de-guerre-au-yemen/
    Mais dernièrement, les garde-côtes yéménites ont arrêté des militaires français espionnant au large de la côte ouest du Yémen.
    http://parstoday.com/fr/news/middle_east-i67142-hudaydah_qui_sont_les_fran%C3%A7ais_captur%C3%A9s
    De plus, la France a claironné partout avoir ratifié le traité sur le commerce des armes en 2014, qui oblige un pays signataire à suspendre ses ventes d’armes s’il peut supposer que l’acheteur s’en sert contre des civils. Or des rapports d’experts ont certifié que l’Arabie saoudite se sert des armes contre la population civile au Yemen ! Comment se fait-il que la France continue à vendre des armes à l’Arabie saoudite ? Et cela sans que cela soit débattu au Parlement ? Elle a a livré en 2015, 2016, 2017 : 859 véhicules blindés de combat, 121 missiles 1765 fusils de précision, 19 pistolets semi-auto, 5 fusils à pompes, 8 carabines semi-automatiques….
    https://thearmstradetreaty.org/annual-reports.html?templateId=209826

    Là encore, la guerre supposée contre Al-Qaïda menée par la coalition soutenue par les États-Unis s’avère être une farce. Dans les faits, l’organisation terroriste est un allié dans la lutte contre la rébellion Houthi soutenue par l’Iran. Doit-on rappeler que les frères Kouachi, responsables de la tuerie commise à Charlie Hebdo, avaient été entraînés par Al-Qaïda au Yémen ?


    On a appris que les services de renseignement anglais connaissaient le projet d’enlèvement du journaliste américain et chroniqueur du Washington Post qui critiquait le gouvernement saoudien (et de son assassinat s’il était « trop gênant ») Jamal Khashoggi par les Saoudiens, et que l’ordre émanait d’un proche du prince héritier Mohammed ben Salmane al Saoud. Au moment de son assassinat, Jamal Khashoggi faisait des recherches sur l’usage de phosphore blanc (fourni par les USA) par l’armée saoudienne au Yémen. A noter que des cas d’utilisation de cette arme chimique par la coalition internationale ont déjà été documentés au cours des batailles de Mossoul et Raqqa.
    https://www.express.co.uk/news/world/1037378/Khashoggi-murder-news-saudi-arabia-chemical-weapons-use


    Mashal Saad al-Bostani aurait fait partie d’une équipe de 15 hommes envoyée au consulat saoudien d’Istanbul, en Turquie, le 2 octobre 18, pendant la visite de Khashoggi, avant que l’équipe ne quitte rapidement le pays, selon le quotidien Yeni Safak. Khashoggi aurait été coupé en morceaux avant d’être trempé dans un bain d’acide.
    https://www.zerohedge.com/news/2018-10-18/khashoggi-murder-suspect-dies-suspicious-car-accident


    Non seulement Kashoggi est à la base du récit légendaire d’Oussama ben Laden par le biais de son “journalisme” remontant à la guerre entre l’Afghanistan et la Russie, mais c’était un ardent wahhabite. Alors que Mohamed bin Salman cherche actuellement à amoindrir le wahhabisme du Royaume saoudien (pourtant très proche de la CIA de l’époque Bush/Obama)

    Un député français de la France Insoumise, Bastien Lachaud, a tout de même dénoncé la lâcheté de Macron et de son gouvernement soulignant que l’Arabie saoudite avait acheté le silence de la France face à ses crimes humanitaires : « Torturer, démembrer, assassiner, le tout en musique. C’est le sort réservé au journaliste Jamal Khashoggi par une bande de tueurs envoyée par le régime saoudien. Certains feignent de découvrir qu’il y a un problème. Quelle hypocrisie ! Qui donc pouvait ignorer que l’Arabie saoudite est un État criminel ?… Un régime qui mène une guerre contre le Yémen, qui a commis des centaines de crimes de guerre et des crimes contre l’humanité. Et pendant ce temps-là Emmanuel Macron, tout sourire, fait des selfies avec Mohammed ben Salmane. Il l’invite même à Paris, le 11 novembre. Quelle lâcheté ! »

    Selon le dernier rapport parlementaire sur les exportations françaises d’armes, Riyad est le second client de la France en termes de prises de commandes. Sur la période 2008-2017, plus de 11 milliards d’euros de contrats d’armements ont été négociés entre les deux pays. C’est presque deux fois plus que l’ensemble des contrats négociés par Paris avec l’ensemble des pays de l’Union Européenne.

    Une enquête réalisée par trois grands journalistes turcs du Daily Sabah révèle les secrets les plus terribles de l’assassinat de Jamal khashoggi, éditorialiste du Washington Post, au sein même du consulat de l’Arabie Saoudite d’Istanbul. Ce que les Saoudiens ne savaient pas, c’est que les services spéciaux turcs dirigés par hakan Fidan, avaient criblé les murs du consulat de micros, grâce auxquels le crime et surtout le rôle de Mohammed Ben Salmane, prince dirigeant l’Arabie Saoudite, a pu être prouvé. On apprend ainsi ce qui s’est passé pendant les 7 dernières minutes de la vie de khashoggi entre le moment où il est entré dans le consulat et sa mort, grâce aux enregistrements que Ferhat Ünlû, Abdourrahman Simsek et nazif Karaman se sont procurés : – ce qui s’est précisement dit entre Khassoggi et ses tortionnaires. – comment son meurtre a été conduit, étape par étape… et nié par le consulat. Comment son corps a été démembré et dispatché dans des valises. – ce que les 15 assassins se sont dit pendant l’opération, leur identité et leur spécialité…

  13. Béatrice dit :

    L’Iran prend le contrôle du détroit d’Ormuz avec le soutien de la marine chinoise stationnée à Oman !

    Près de 30% du pétrole transporté par voie maritime passe par ce détroit qui est aussi vital pour le transport de gaz naturel liquéfié (GNL) produit notamment par le Qatar. Le détroit fera désormais partie d’une zone de coprospérité stratégique pour les pays de l’Axe de la Résistance, ainsi que pour les États de plus en plus neutres, y compris d’autres monarchies du Golfe, comme le Qatar, le Koweït, Bahreïn, Oman et les Émirats Arabes Unis, qui sont maintenant en train de se soustraire à l’ingérence et au contrôle israélo-saoudien. L’orientation de ces États avait commencé à changer radicalement au cours de la période 2016-17, lorsque le succès de l’Iran et de la Russie dans la guerre de Syrie est devenu évident. Début juillet, le Corps des gardiens de la révolution islamique (GRI) tenait des exercices militaires à grande échelle dans le golfe Persique. Maintenant il est prêt à perturber les expéditions de pétrole d’autres pays par le détroit si les exportations de l’Iran étaient entravées, comme déjà le principal conseiller du Guide suprême iranien pour les affaires internationales, Ali Akbar Velayati, l’avait déclaré au club de discussion de Valdai à Moscou : « Si l’Iran n’était pas autorisé à exporter son pétrole par le détroit, aucun autre État du Moyen-Orient ne pourrait le faire ».

    En juin 2018, le département d’État américain avait exhorté les compagnies pétrolières à cesser d’exporter du pétrole iranien à partir de novembre pour éviter les sanctions américaines, mais le plus grand marché occidental de l’Iran, l’UE, a déjà clairement indiqué qu’elle ne se retirera pas du JCPOA (Joint Comprehensive Comprehensive Action Plan of Action).) L’accord nucléaire iranien représente un accord sur le programme nucléaire de l’Iran conclu à Vienne le 14 juillet 2015 entre l’Iran, le P5+1 (les cinq membres permanents du Conseil de sécurité des Nations Unies – Chine, France, Russie, Royaume-Uni, États-Unis et Allemagne) et l’Union Européenne. Parmi ces pays, seuls les États-Unis ont fait marche arrière (le Royaume-Uni ne pourrait le faire que s’il finalise le Brexit). Ce maintien de la JCPOA, moins les Etats-Unis sous pression israélienne et néoconservatrice, a été un énorme succès pour le gouvernement iranien dirigé par Rouhani.

    Mais les USA n’abandonneront ni leur lutte en Syrie ni leur projet de déstabiliser le dernier pays de la liste de Wesley Clark : l’Iran. On va droit vers un affrontement mondial qui selon les Russes devraient avoir lieu après 2020. Cela ne les empêchent pas de s’y préparer déjà, avec du 11 au 17 septembre 2018, le plus grand exercice militaire de son histoire : l’opération « Vostok 2018 », qui rassemblera 300 000 soldats, 36 000 blindés, un millier d’aéronefs, 80 navires de guerre et la participation de 3500 militaires chinois.


    Le dernier exercice de grande ampleur, « Zapad 2017 », avait officiellement impliqué 12 700 militaires. Un chiffre juste en dessous de la limite de 13 000 hommes au-delà de laquelle la Russie aurait dû inviter des observateurs étrangers. Les pays frontaliers avaient toutefois estimé que 40 000 à 70 000 militaires étaient déployés, et l’Otan avait jugé que cet exercice officiellement antiterroriste était en réalité une «  préparation pour une guerre majeure.

    Pour l’instant donc, les Russes ont décidé de remettre à plus tard l’offensive syrienne sur Idlib, l’OTAN menaçant d’une escalade.

    • alexeï dit :


      A noter qu’au dernier jour des exercices, durant la nuit du 17 septembre 18, un avion de surveillance russe, un Illiouchine 20, survolant la Méditerranée pour rentrer à sa base aérienne de Hmeimim, fut abattu par erreur par la DCA syrienne, causant la mort d’une quinzaine d’occupants. En fait, quatre F16 de l’Etat hébreu attaquait au même moment des dépôts de munition près de Lattaquié. Si de nombreux missiles israéliens ont été interceptés par les batteries S200 fournies par la Russie, par contre l’un des missiles sol-air toucha l’avion russe. La colère des militaires russes contre Israël est grande mais Poutine a préféré calmer le jeu en évoquant des « circonstances accidentelles tragiques ». La dernière province tenue par les islamistes, Idleb, fait également l’objet de discussions serrées avec la Turquie qui demande à ce qu’accord se dessine pour démilitariser une partie de la région, ce qui éviterait aux islamistes soutenus par Ankara de subir les bombardements russes.

      Les détails du crash de l’Il-20 en Syrie selon la Défense russe :

      Pour Thierry Meyssan, l’agression britannico-franco-israélienne est la réponse de ces trois pays à l’accord russo-turc signé à Sotchi quelques heures plus tôt. Elle intervient après le refus états-unien début septembre de bombarder la Syrie sous un faux prétexte et l’envoi d’une délégation US dans le monde arabe pour se désolidariser des initiatives britannico-françaises, qui continuent à soutenir avec Israël, l’État profond US.. Reste que la lâcheté des dirigeants britanniques et français les a conduits à censurer toute information sur leur responsabilité dans cette opération. Londres n’a livré aucun commentaire et Paris a nié les faits. Ni la BBC, ni France-Télévision n’ont osé évoquer le sujet. Pourtant la frégate française, L’Auvergne, a bien tiré des missiles dans le gouvernorat de Lattaquié le 17 septembre 18.
      http://www.voltairenet.org/article203057.html
      David Icke s’était lui aussi étonné du pouvoir exorbitant d’Israël au niveau mondial alors qu’il n’a que 8 millions d’habitants (dont 1/4 arabes) ! L’état profond ne serait-il pas lié à ce pays, avec l’ambition de s’accaparer de toutes les richesses du monde ? D’où l’endettement de tous les états ?

      La situation le 21 septembre 2018 par Ayssar Midani :

      Conséquence de cette affaire, la Russie a décidé de livrer à la Syrie des systèmes de défense antiaérienne S-300, alors qu’en 2013, répondant à la demande d’Israël, elle s’était abstenue.
      https://fr.sputniknews.com/international/201809251038223770-livraison-s-300-syrie-reaction-israel/

    • Haïm dit :

      Le régime des Mollahs en Iran écrase tout de même le peuple avec sa religion démoniaque. Le 6 août 1991, Chapour Bakhtiar, le dernier Premier ministre du shah, est assassiné dans sa villa de la banlieue parisienne.

      Aujourd’hui, son petit-fils, Djahanshah, raconte comment l’exil et le désir de vengeance ont fait de lui un espion, à la solde de la CIA puis du Mossad. Mais aussi des épisodes de la vie de son grand-père : comment il est sorti d’Iran en 1979, comment il a échappé à un premier attentat, en 1980.
      https://www.rtl.fr/actu/international/espion-de-la-cia-et-du-mossad-l-iranien-djahanshah-bakhtiar-racontre-etre-pret-a-sacrifier-sa-vie-7772304259
      Le livre qu’il a écrit :

      Quelques extraits :
      https://www.lexpress.fr/actualite/monde/proche-moyen-orient/barbouzes-contre-barbus-un-iranien-a-la-cia_1547070.html

      L’Iran reste le dernier pays de la liste citée par le général Wesley Clark après le 11/9.

      Les sionistes feront donc tout pour qu’un jour cet état connaisse le même sort que l’Irak ou la Syrie. Dans le livre ‘The Room Where It Happened : A White House Memoir’ du néo-conservateur John Bolton, on apprend que le président Trump était prêt à approuver une frappe préventive israélienne sur des sites nucléaires iraniens.

      Pour le Père Zahlaoui : « Israël veut la destruction du monde arabe » :

  14. Alexeï dit :

    Détroit de Kertch : l’incident avait été préparé et planifié bien avant par les Etats-Unis :
    https://reseauinternational.net/detroit-de-kertch-lincident-avait-ete-prepare-et-planifie-bien-avant-par-les-etats-unis/

  15. Louis dit :

    Ésaïe a prophétisé la destruction et l’abandon de Damas, en Syrie, il y a plus de 2 700 ans. Pourtant, la ville est toujours là de nos jours !

    Ésaïe 17 : « Oracle sur Damas. Voici, Damas ne sera plus une ville, Elle ne sera qu’un monceau de ruines. 2Les villes d’Aroër sont abandonnées, Elles sont livrées aux troupeaux ; Ils s’y couchent, et personne ne les effraie. 3C’en est fait de la forteresse d’Ephraïm, Et du royaume de Damas, et du reste de la Syrie : Il en sera comme de la gloire des enfants d’Israël, Dit l’Eternel des armées. 4En ce jour, la gloire de Jacob sera affaiblie, Et la graisse de sa chair s’évanouira.… »

    Aroër est une ville située dans l’actuelle Jordanie alors qu’ Ephraïm se trouve au nord d’Israël.

    Situation actuelle :

    Depuis début 2020, la situation à Idleb tourne à l’avantage de la Syrie qui est parvenue à reprendre l’autoroute M4 reliant Alep à Lattaquié, en libérant Maarat al-Nouman et Nayrab. Des postes d’observation de l’armée turque sont actuellement encerclés par l’armée syrienne : Morek (depuis août 2019), Surman (depuis le 23 décembre), et maintenant Hich/Maar Heitat. Ces événements interviennent alors que les services secrets turcs avaient commencé à déplacer 2 500 jihadiste d’Idleb (Syrie) vers Tripoli (Libye), via Djerba (Tunisie). 30 000 autres jihadistes sont sur le départ, mais cette migration a été stoppée suite à la conférence de Berlin sur la Libye.
    https://www.voltairenet.org/article209115.html?cf_chl_jschl_tk=43024510f7e47bc71fd09d530cd53d4131a19d06-1580897738-0-AbZg3YKHTx5NCY47vEj50Vv8Kz0qgc68-ZOUVLpG_Mii06Io9ujy1p2uWEIaL4C9k9yvRdDDP3hX7MqbHKC-lDjko0Lir-btjTZe1fD31FMgCAQs8nwK79l2zC2hgOQY8nr8HRZQXxuaL6SFUUbigtcBAC76vGwbn-Crpc9VCk5owqhTe-F6ZHQln-X2c1XPhRuZhOX_PkDhvyREzfItnXOQQ3cEhAN6Z2g23iHCXSfoK7c9xhQ4Ai4NLkUpODls2pUyk3ucJvGWNKD44YvR-Fv0JePQqShrTbmW705dPzkl

    Des fuites de documents exposent une opération massive de propagande en Syrie menée par des entrepreneurs des gouvernements occidentaux et les médias :
    https://www.nouvelordremondial.cc/2020/09/29/des-fuites-de-documents-exposent-une-operation-massive-de-propagande-en-syrie-menee-par-des-entrepreneurs-des-gouvernements-occidentaux-et-les-medias/

  16. Alain dit :

    Se félicitant d’avoir vaincu Daesh, Donald Trump annonçait le 19 décembre 2018 le retrait des troupes américaines de Syrie. Il avait, dès sa campagne présidentielle de 2016, prôné un désengagement de Washington du conflit syrien. Le 24 décembre 2018, le décret était signé et Trump désignait son allié de l’OTAN, Recep Erdogan, comme celui qui devait désormais éradiquer Daesh. La décision américaine n’a pas tardé à faire réagir, tant sur le plan interne, avec la démission du secrétaire à la Défense Jim Mattis (alias « Mad dog »), que sur la scène internationale. Les alliés occidentaux des Etats-Unis n’ont ainsi pas tardé à faire entendre leur déception, comme la France, qui a exprimé le 20 décembre son intention de maintenir sa présence en Syrie. Les sionistes français tels que Kouchner et BH Lévy ont évidemment désapprouvé la décision américaine. En revanche ils encouragent les frappes israéliennes en Syrie, comme celles qui eurent lieu le Le 21 janvier 2019 entre 02:11 et 02:56. L’armée de l’air israélienne a porté trois frappes aériennes contre le territoire syrien de l’ouest, du sud-ouest et du sud. La DCA syrienne réussit toutefois à détruire plus de 30 missiles de croisière et de bombes aériennes guidées.
    https://fr.sputniknews.com/international/201901211039712517-dca-syrienne-attaque-israel/

    Le 27 octobre 2019, Trump annonçait la mort du chef de Daesh, Abu Bakr al-Baghdadi. Il se serait suicidé à l’aide d’une ceinture d’explosifs, lors d’un raid américain (une énième annonce de sa mort). Pour le ministre iranien des Communications et de la Technologie de l’information, Mohammed Jawad Azéri Jahrami, « vous avez tué un homme que vous avez créé et formé. » Selon le Major Général Igor Konashenkov du Ministère de la Défense russe, qui a initialement rapporté que le prétendu raid n’a pas été vu par les radars russes S-400, « toute l’histoire est absurde » .
    La question que se pose Bachar al Assad, alors que le corps de Saddam Hussein avait été montré, pourquoi donc celui de Ben Laden et de Baghdadi ne l’ont-ils pas été ? Est-ce parce que Baghdadi se trouvait dans les prisons américaines en Irak et qu’il fut relâché par leurs geôliers pour jouer un rôle ? Ou parce qu’il est un citoyen britannique d’origine juive nommé Shimon Elliott, formé en Israël pour passer pour un Arabe, comme des milliers d’agents de renseignement israéliens l’ont été au fil des ans, et servir de « faux commandant » pour un groupe terroriste également faux, ISIS ?
    http://archive.almanar.com.lb/french/article.php?id=185337
    Le 11 novembre 2019, l’ancien officier de l’armée britannique, James Le Mesurier qui dirigeait l’organisation à but non-lucratif « Mayday Rescue » chargée de coordonner les dons destinés aux Casques blancs syriens. a été retrouvé tôt le matin, mort au pied de l’immeuble où il habitait avec son épouse (au troisième étage) sur la rive européenne d’Istanbul. Pour Bachar al Assad, ce n’est pas dû à un suicide mais au travail de la CIA. « Nous avons dîné ensemble hier. On a ensuite pris des somnifères et on est allés se coucher » précisa sa femme.
    Comme le dit si bien Assad, l’Amérique c’est Hollywood, et à Trump n’en fait-il pas un peu trop ?
    https://francais.rt.com/international/67889-bachar-el-assad-mort-james-mesurier-releve-travail-services-secrets

    On est tout de même en droit de penser que sur la Syrie, la diplomatie française s’est bien plantée comme l’explique Richard Labévière :

    Bases militaires françaises illégales au regard du droit international dans la Syrie sous occupation de l’organisation terroriste Yekîneyên Parastina Gel / Partiya Karkerên Kurdistan (YPG/PKK) ! Le ministre de la Défense ne devrait-il pas être jugé devant un tribunal international ?

    et Roland Hureaux, membre du Comité scientifique de l’Institut Charles De Gaulle :


    Le colonel Alain Corvez, ancien chef du renseignement de la FINUL (Force de l’ONU au Sud Liban), a prononcé une allocution lors du Forum Syndical International de Damas des 8 et 9 septembre 2019 : « Les observateurs objectifs des événements tragiques de Syrie savent tous qu’il ne s’agit pas d’une crise sociale interne à cette vieille nation du monde arabe, connue pour sa tradition ancienne de cohabitation harmonieuse entre ses multiples communautés, juives, musulmanes et chrétiennes, mais du déploiement de l’impérialisme occidental, dirigé par l’alliance américano-sioniste, à laquelle s’agrègent ses vassaux européens et arabes, pour renverser un gouvernement qui n’a pas accepté de se soumettre à ses exigences…. Les drames de notre époque proviennent en grande partie de ce fait : la première puissance mondiale n’est pas dirigée par son gouvernement mais par des groupes de pression plus ou moins officiels, notamment celui des sionistes associés aux évangélistes, et propage ses désordres internes à l’ensemble du monde…. »
    https://reseauinternational.net/allocution-du-colonel-francais-cr-alain-corvez-au-forum-syndical-international-de-damas/

    Il n’y a plus qu’à accepter les conséquences : le retour des islamistes français qui continueront leur sape idéologique dans l’hexagone :

    Et parmi eux, une trentaine d’anciens militaires français partis rejoindre les filières du djihad !
    https://www.lefigaro.fr/actualite-france/legionnaires-commandos-parachutistes-ces-militaires-francais-devenus-djihadistes-20191217

    Malheureusement, la France continue son fourvoiement en fournissant des armes à l’Arabie saoudite qui servent à détruire le Yemen. Et les journalistes qui le dénoncent sont systématiquement menacés par la DGSI ! Trois journalistes du média d’investigation Disclose, un de Radio France et trois de l’émission Quotidien ont été convoqués pour une « audition libre » par les services de renseignement après avoir rendu public un document classé « confidentiel défense ». Mathias Destal et Geoffrey Livolsi créateurs de Disclose, risquent, selon leurs dires, jusqu’à 5 ans de prison et 75 000 € d’amende.

    Ici Geoffrey Livolsi raconte sa convocation à la DGSI à Antoine Marette de France Culture : « Un interrogatoire demandé par le parquet de Paris aux ordres du nouveau procureur nommé par Macron sans suivre l’avis du ministère de la Justice. »

    Il y a aussi Benoît Muracciole qui a été convoqué le 2 octobre 2019 par la DGSI pour «compromission du secret de défense nationale». En cause, des documents que son ONG, ASER, a utilisés dans le cadre d’une plainte contre la France pour ses ventes d’armes aux belligérants du conflit yéménite.

    https://fr.sputniknews.com/interviews/201910031042202334-ventes-darmes-francaises-au-yemen-un-lanceur-dalerte-convoque-a-la-dgsi-/

    Yémen : les images rares d’une guerre qui embarrasse le gouvernement français :

    Mais les USA arment aussi l’Etat Islamique au Yemen par le biais d’un réseau international complexe associant la Serbie, la Croatie et l’Afghanistan :
    https://reseauinternational.net/le-complot-de-letat-islamique-des-documents-prouvent-que-letat-islamique-est-arme-par-les-etats-unis/

    Disclose est le premier média d’investigation non lucratif à financement participatif :
    https://www.nouvelobs.com/teleobs/20181106.OBS10086/disclose-le-premier-media-d-investigation-non-lucratif-a-financement-participatif-debarque-en-france.html

  17. Abdallah dit :

    Ce qu’il faut penser des événements survenus en Algérie depuis le début de l’année 2019 selon le général DELAWARDE, ancien chef «situation-renseignement-guerre électronique» à l’état major interarmées de planification opérationnelle.
    https://www.breizh-info.com/2019/03/22/114808/algerie-revolte-spontanee-ou-destabilisation-premeditee-et-organisee-lagora

    Les prémisses d’une troisième guerre mondiale selon Yahia Gouasmi, président du Parti Anti Sioniste de France, fin 2012 : L’implication de l’Europe dans cette guerre potentielle, l’Algérie, la visite en Algérie de François Hollande, accompagné par des étudiants juifs sionistes de France, le rôle joué par l’Arabie Saoudite dans le futur embrasement au Moyen-Orient, qu’est-ce qui fait que ces pays aient choisi de se prosterner devant l’Occident et Israël ? Subvention du Qatar, sous couvert de l’Occident et de l’USraël, des banlieues, la famille menacée en France,

    Quelle est l’importance du mouvement de protestation de Hong Kong et comment doit-on comprendre le rôle de la Chine dans l’ordre mondial en émergence ? Quels intérêts géopolitiques sont en jeu à Hong Kong ?
    https://reseauinternational.net/le-probleme-chinois/

    Le 2 janvier 2020, le principe d’une intervention militaire turque en Libye a été adopté par la Grande Assemblée nationale, à Ankara. Ainsi la Turquie soutient la Confrérie des Frères musulmans au pouvoir à Tripoli, aidé d’Al-Qaëda et Daesh. Ce qui explique le soutien du Qatar (favorable à la Confrérie) au même gouvernement et l’opposition de l’Égypte, des Émirats et de l’Arabie saoudite. La Turquie utilise les jihadistes qu’elle ne peut plus protéger à Idleb (Syrie). C’est pourquoi elle les transfère en Tripolitaine pour partir à l’assaut de Benghazi où s’y trouvent des soldats égyptiens, émiratis, français et russes. L’intervention turque est légale en droit international et s’appuie sur la demande du gouvernement de Tripoli légalisé par l’accord de Skhirat (Maroc), le 17 décembre 2015, et la résolution 2259 du 23 décembre 2015. En s’installant à Tripoli, la Turquie contrôle désormais le second flux de migrants vers l’Union européenne. Elle pourra donc renforcer le chantage qu’elle exerce sur Bruxelles avec son propre flux depuis la Turquie. En l’absence de frontières physiques, les armées jihadistes ne manqueront pas de déborder sur l’ensemble du Sahel. Elles rendront les pays du G5-Sahel (Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger et Tchad) encore plus dépendants des forces anti-terroristes françaises et de l’Africom. Elles menaceront l’Algérie, mais pas la Tunisie, déjà aux mains des Frères musulmans et gérant le transit des jihadistes à Djerba. Les population sunnites du Sahel seront alors épurées et les chrétiens sahéliens seront expulsés comme l’ont été les chrétiens d’Orient. Viendra un moment où les armées jihadistes traverseront la Méditerranée ; les îles italiennes (notamment Lampedusa) et Malte étant à environ 500 milles nautiques. La VIème Flotte US interviendra immédiatement pour les repousser en vertu des Traités de l’Atlantique-Nord et de Maastricht, mais le chaos gagnera inévitablement l’Europe occidentale. Il ne restera alors aux Européens qui ont renversé la Jamahiriya arabe libyenne que leurs yeux pour pleurer.

  18. Migda dit :




    Les récentes attaques de deux pétroliers en Mer d’Oman (un norvégien et un japonais) le 13 juin 2019 dans le détroit d’Ormuz, suggèrent que le prochain pays dans le collimateur, de la liste donnée par le général Wesley Clark, est l’Iran. Il est actuellement vital pour Israël de se débarrasser du régime des Mollah en Iran dans le cadre de l’extension de son influence aux Proche et Moyen-Orients, comme il l’a fait en Syrie, en Irak et actuellement au Yémen. Lorsqu’il s’agit de sa survie, Israël ne recule devant rien. Il se sait soutenu par la « bande des trois » (USA, UK, FR) par les médias de ces pays qu’il contrôle et par les dirigeants de ces trois pays dont il a financé les élections par le biais des lobbies qui agissent à son profit.
    https://reseauinternational.net/analyse-dun-general-francais-des-recentes-attaques-de-petroliers-en-mer-doman/
    Curieusement le ministère de la Défense américain a publié jeudi 13 juin 2019 une vidéo montrant, selon elle, une patrouille des Gardiens de la Révolution islamique (GRI), le corps d’élite de l’armée iranienne, retirant une mine-ventouse qui n’avait pas explosé sur une paroi de l’un des pétroliers attaqués la même journée dans le golfe d’Oman.

    Nouvelles images publiées par les « cinéastes » du Pentagone accusant l’Iran :
    https://www.presstv.com/DetailFr/2019/06/18/598781/Mer-dOman–Pkin-demande-une-enqute-approfondie
    Cela fait plusieurs mois que Téhéran accuse les États-Unis, l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et Israël de chercher une confrontation militaire avec l’Iran. Pourquoi le jour même de la visite amicale du premier ministre japonais en Iran, les Iraniens auraient-ils cherché à couler deux pétroliers dont l’un japonais ? Et cela sous les yeux de caméras extérieures aux deux bateaux, qui se trouvaient là « par hasard » pour filmer « l’attentat iranien du siècle » ! On sait aussi que les USA ne craignent pas de pénurie de pétrole (ou de flambée du prix) puisqu’ils en ont chez eux, contrairement à la Chine et à de nombreux pays européens.
    Trafic actuel de pétroliers chargés au Moyen-Orient :

    Il y a 11 ans, la CIA avait réfléchi à un attentat sous faux pavillon commis par l’US Navy contre des pétroliers dans le détroit d’Ormuz sous la forme d’embarcations maquillées en vedettes torpilleurs iraniennes :
    https://www.upr.fr/actualite/il-y-a-11-ans-la-cia-avait-reflechi-a-un-attentat-sous-faux-drapeau-commis-par-lus-navy-contre-des-petroliers-dans-le-detroit-dormuz-sous-la-forme-dembarcations-maquillees-en-vedettes-torpilleu/

    « À la Maison Blanche, c’est la guerre entre juifs et non-juifs » rapportait le juif Henri Kissinger. Au début du règne de Trump, le représentant de l’aile juive sioniste à la Maison Blanche n’était autre que le gendre de Donald Trump, Jared Kushner ; quant à l’aile non-juive, elle était représentée par Steve Bannon. Quelques mois plus tard, en août 2017, Bannon a été poussé à la démission de son poste de conseiller en chef du président, au profit de Jared Kushner. Jared est le fils de Charles Kushner, fils de juifs de Biélorussie immigrés aux Etats-Unis en 1949, né en 1954. Charles Kushner est un promoteur immobilier véreux qui sévit dans le New Jersey, reconnu coupable à plusieurs reprises de fraude fiscale et de manipulation de témoins ; ce qui l’a mené en prison. Parmi ses faits d’arme figure cette affaire où il engagea une prostituée pour séduire son beau-frère et fit filmer leurs ébats avant d’envoyer la cassette à sa sœur. Charles Kushner est le fondateur de « Kushner Companies », groupe immobilier dont Jared est actionnaire. Le père Kushner est en outre un multimillionnaire et un des plus importants donateurs au Parti Démocrate aux Etats-Unis. Mais durant le premier trimestre 2018, Jared Kushner a perdu ses accréditations pour accéder aux informations confidentielles de la Maison Blanche, et n’est plus autorisé à assister aux réunions les plus sensibles. Mais ce nettoyage a été équilibré par la nomination, le 22 mars 2018, de John Bolton, l’un des faucons au sein de l’Administration de George W. Bush et son ambassadeur aux Nations unies, au poste de conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche. Bolton, l’homme des Israéliens, pousse aujourd’hui à la guerre contre l’Iran.
    https://youssefhindi.fr/2019/06/19/les-etats-unis-israel-et-la-russie-sur-lechiquier-geopolitique-partie-i-guerre-a-la-maison-blanche-et-crise-iranienne/
    https://youssefhindi.fr/2019/06/26/les-etats-unis-israel-et-la-russie-sur-lechiquier-geopolitique-partie-ii-decryptage-des-relations-russo-israeliennes/
    https://youssefhindi.fr/2019/07/02/les-etats-unis-israel-et-la-russie-sur-lechiquier-geopolitique-partie-iii-fracture-dans-le-systeme-imperial-judeo-americain/

    Les Etats-Unis n’hésitent pas à offrir plusieurs millions de dollars aux capitaines de navires iraniens transportant du pétrole vers la Syrie pour tenter de les saisir :
    https://francais.rt.com/international/65498-washington-a-tente-acheter-capitaine-du-navire-iranien-arraisonne-par-gibraltar

    On peut ne pas être surpris des manifestations qui se sont déroulés du 15 au 22 novembre 2019, où le régime a coupé internet, tiré à balles réelles (plus d’une centaine de morts), violemment tabasser les dizaines de milliers d’Iraniens dans la rue qui ont pris tous les risques pour dire non au pouvoir et à son guide suprême, Ali Khamenei. Des commandos masqués et parfois armés ont, à plusieurs reprises, attaqué des banques ou des stations-service. C’est la hausse du prix de l’essence qui a mis le feu aux poudres : 50 % de hausse pour les 60 premiers litres mensuels, 300 % au-delà. On constate que des événements semblables eurent lieu au Liban et en Irak. Là aussi, des manifestants ont remis en cause le régime : pacifiquement au Liban, plus violemment en Irak, où la répression est très dure : plus de 350 morts en quelques semaines. . Le point commun avec l’Iran, c’est le rejet, par les chiites eux-mêmes, de la mainmise des milices chiites pro-Téhéran sur l’Irak et des milices chiites (Hezbollah et Amal) au Liban.

    Dans la nuit du 2 au 3 janvier 2020, Qassem Soleimani, à la tête des « Brigades Al-Qods », a été tué dans un raid américain à l’aéroport de Bagdad. Le portail d’information iranien ParsToday s’est entretenu avec Christoph Hörstel, président fédéral du parti Neue Mitte, sur le contexte, les conséquences et de nombreux détails du crime américain. Soleimani était le militaire le plus détesté par les faucons de Washington et de Tel-Aviv.
    https://www.kla.tv/index.php?a=showlanguage&lang=fr&id=15501&date=2020-01-08
    Le nouveau commandant de la force Al-Qods iranienne Esmaïl Ghaani, qui lui a succédé, a promis de s’en prendre aux Américains au Moyen-Orient.

    Le 8 janvier 2020, treize missiles ont visé la base américaine Aïn al-Assad. Alors que les Américains nient toujours les pertes humaines, Hossein Salem, membre du Parlement irakien, a déclaré que ce qui s’était produit à Aïn al-Assad ressemblait à un tremblement de terre détruisant des hélicoptères US et laissant un certain nombre de militaires tués. Des avions américains avaient transféré les militaires tués et blessés à des hôpitaux en Israël, en Jordanie et à un hôpital près de l’ambassade US à Bagdad.
    http://french.presstv.com/Detail/2020/01/09/615746/Irak-les-raisons-de-linefficacit-de-la-DCA-US

    Au moins 384.000 personnes sont mortes depuis le déclenchement du conflit, le 15 mars 2011. 129.476 soldats de l’armée syrienne ou alliée (1.697 combattants du Hezbollah libanais). Près de 57.000 combattants des factions rebelles. 13.624 combattants des Forces démocratiques syriennes, alliance militaire dominée par les Kurdes, fer de lance de la lutte contre le groupe Etat islamique. Au moins 67.296 membres de Daesh, de Hayat Tahrir al-Cham (HTS), ex-branche syrienne d’Al-Qaïda.
    https://www.20minutes.fr/monde/2739935-20200314-conflit-syrie-tue-384000-personnes-neuf-ans

  19. Nourhane dit :

    Depuis quelques années, les Libanais sont devenus la vache à lait servant à combler le déficit budgétaire chronique des différents gouvernements. Maya Khadra, journaliste libanaise et professeur à l’IPAG à Paris, analyse la situation :

    « Bank run » à Beyrouth qui a commencé fin décembre ! Que 200 dollars par personne par semaine. Le défaut de paiement du pays est de plus en plus évident.


    Liban, la révolution contre le Système :

    7 mars 2020 : le Liban a annoncé officiellement son défaut de paiement sur 1,2 milliard de dollars de Bons du Trésor devant être payé le 9 mars (faussement appelés Eurobonds alors qu’ils sont en… dollars américains). Le pays pourrait ne pas honorer les 4,6 milliards de dollars qu’il doit à ses créanciers en 2020. Le Premier ministre libanais Hassan Diab a expliqué que 50% des recettes de l’État vont au paiement du service de la dette, qui s’élève à 90 milliards de dollars, plus de 170% du PIB.
    http://www.rfi.fr/fr/moyen-orient/20200307-le-liban-annonce-le-premier-d%C3%A9faut-paiement-son-histoire
    Le procureur financier, le juge Ali Ibrahim, a décidé du gel des actifs et des biens de 20 banques libanaises ainsi que de leurs dirigeants, membres du conseil d’administration et propriétaires. Et la ministre de la Justice Marie-Claude Najm a annoncé la levée du secret bancaire. Bien entendu, dès le mois d’octobre 2019, les riches libanais commencèrent à transférer leur argent ( autour de 2.3 milliards de dollars) dans des banques étrangères.
    https://libnanews.com/liban-scandale-des-transferts-de-fonds-le-procureur-financier-gele-les-biens-de-20-banques-ainsi-que-ceux-de-leurs-dirigeants/

    À la crise financière, économique et politique qui détruit le pays à petit feu, voilà que s’est ajoutée le 4 août 2020, à 18h07 heures, une explosion d’une violence folle qui a anéanti les quartiers est de Beyrouth, celui des chrétiens de la classe moyenne, son port et toutes ses réserves de céréales. Ils représentaient l’âme de Beyrouth.



    Le bilan humain est terrible : autour de 200 morts et 7.000 blessés, dont beaucoup gravement atteints. 300 000 personnes se sont retrouvés sans toit. Les hôpitaux sont débordés alors que plusieurs ont eux-mêmes subi des dégâts importants. L’enquête ne fait que commencer mais, en l’état actuel des informations diffusées par les médias libanais, il semblerait que la cause soit accidentelle. Ce seraient 2.700 tonnes de nitrate d’ammonium stockées dans des entrepôts qui ont explosé en deux temps : une première explosion, suivie d’une seconde qui semble encore plus terrible. Les nombreuses vidéos amateurs visibles sur le Net montrent cela très explicitement. Selon le Premier ministre Hassan Diab, qui a pris la parole à la télévision libanaise, cette matière hautement explosive est stockée depuis… 2014. Selon le général Ibrahim, directeur de la sûreté générale au Liban, ces tonnes de matières explosives avaient été saisies sur un cargo, plusieurs années auparavant. La capitale, déjà ravagée par quinze ans de guerre civile (1975-1990) et reconstruite par des groupes saoudiens au mépris de la préservation du patrimoine, va encore devoir se relever, si cela est possible. L’armée israélienne, dont l’aviation passe son temps à violer l’espace aérien libanais, a fait savoir qu’elle n’était pour rien dans cette explosion. Netanyahu l’a peut-être autorisée au moyen d’une arme nouvelle déjà testée en Syrie en janvier 2020 et qui serait composée d’un missile dont la tête comporte une composante nucléaire tactique provoquant un champignon de fumée caractéristique des armes nucléaires. Car qui était en charge du port sinon un dirigeant Hezbollah.
    https://www.voltairenet.org/article210672.html
    L’ancien ministre Nihad Al Machnouk (ex-conseiller de Hariri, opposant au régime syrien et ancien ministre de l’intérieur du Liban ) a officiellement déclaré que l’explosion de Beyrouth était une opération israélienne.
    https://www.aljadeed.tv/arabic/news/local/1208202094
    Dans les années 1979-1982, le gouvernement israélien avait déjà créé au Liban une organisation qui a commis de très nombreux attentats terroristes. Dans son livre ‘Rise and Kill First : The Secret History of Israel’s Targeted Assassinations’, traduit en français sous le titre ‘Lève-toi et tue le premier’ (Grasset, février 2020), le chroniqueur militaire israélien Ronen Bergman revient, entre autres, sur cet épisode qui reste largement occulté.
    https://reseauinternational.net/quand-israel-creait-un-groupe-terroriste-pour-semer-le-chaos-au-liban/

    Il ne faut pas oublier que le Liban fait partie des 7 pays à détruire cités par le général Wesley Clark :

    Reste plus que l’Iran…. Déjà, on a constaté une série d’explosions et d’incendies « mystérieux » sur divers sites militaires et industriels. Le 2 juillet avait lieu une explosion à la centrale nucléaire de Natanz, due à une bombe puissante visant à retarder le développement de centrifugeuses d’enrichissement d’uranium avancées !
    https://www.aubedigitale.com/pour-la-premiere-fois-lagence-nucleaire-iranienne-confirme-que-lexplosion-de-la-centrale-de-natanz-etait-une-operation-de-sabotage/r

    Quand Emmanuel Macron s’en est pris au journaliste Georges Malbrunot :

    A cause d’un article publié le 31 août 2020 par Le Figaro et intitulé « Macron revient au Liban, face aux chefs de clan ». Malbrunot y raconte, et c’est autrement savoureux, comment le Premier ministre sunnite Saad Hariri, le ministre des Affaires étrangères chrétien Gebran Bassil et le président du Parlement chiite Nabih Berri, réunis à Paris lors de la conférence CEDRE de soutien économique pour un Liban déjà agonisant en avril 2018, avaient tranquillement exigé pour eux-mêmes et leurs partis une commission de 20 % sur les 11 milliards d’aide promis en échange de reformes structurelles, soit la bagatelle de 700 millions de dollars chacun… Le journaliste avait aussi évoqué la question des sanctions économiques dont les Libanais attendent la mise en œuvre depuis des semaines pour enfin étrangler financièrement cette mafia.

    Farid Aractingi, secrétaire général de la Chambre de Commerce Franco-libanaise et ancien président de Renault-Nissan Consulting, analyse le millefeuille politique libanais et nous éclaire sur les enjeux locaux et sur le rôle de la France dans cette région : selon la loi, le président de la République doit être un chrétien. Le 1er ministre un musulman sunnite et le président de la Chambre des députés un musulman chiite. Le problème, l’un de ces 3 partis, celui chiite donc pro-Iran, a une armée qui sait faire pression. Au début du XXe siècle, les chrétiens étaient à plus de 80%. Puis il y eut la famine orchestrée par les Ottomans en 1916-18. Avant la 2nde guerre mondiale, ils n’étaient plus que 55%. Aujourd’hui ils seraient 33%. Le modèle culturel français a été prédominant de 1920 à 1980. Ensuite cela s’est tourné vers l’anglais et on a vu se développer une énorme corruption.

  20. Ayman dit :

    Et que font les islamistes syriens en cette fin d’année 2020 ?

    4.000 d’entre eux étaient partis se battre contre les Arméniens du Nagorny-Karabakh. Avec un contrat de trois mois. Payés 1.800 dollars par mois par la Turquie. Le chiffre fut confirmé par le président de la « République du Karabakh », Arayik Arutyunian. 1.000 Syriens supplémentaires vont ensuite être transférés en Azerbaïdjan. Dans une émission de la radio de l’opposition syrienne émettant depuis les Emirats, un intervenant explique que ces hommes vont faire la guerre contre les « croisés chrétiens ». Ils se battent aux côtés de chiites contre le Karabakh parce que cela fait partie du jihad, c’est la guerre sainte des musulmans contre les chrétiens. 35.000 mercenaires syriens pro-turcs sont aussi en Libye. Selon les sources d’AsiaNews, le terroriste syrien Abou Amsha, commandant de la brigade Souleimane Shah, devenue célèbre en Libye, est arrivé lui aussi en Azerbaïdjan. Ses hommes sont définis comme les « pires tueurs mercenaires », et sont caractérisés par leur haine extrême des « infidèles ».

  21. Isidore dit :

    21 avril 2021, pour la première fois dans l’histoire militaire récente au Moyen-Orient, trois faits majeurs et extraordinaires se sont produits.
    – En Irak, un drone d’attaque non identifié a ciblé une base militaire où se trouvaient des militaires US.
    – En Syrie, des batteries de missiles Sol-Air ont ouvert le feu de manière préventive sur des aéronefs israéliens n’ayant pas encore pénétré dans l’espace aérien syrien après une attaque de missiles en réponse à l’explosion d’un site ultra sensible du complexe militaro-industriel israélien. Un missile balistique Sol-Sol syrien a été tiré, a survolé la moitié d’Israël et s’est abattu près de la centrale nucléaire de Dimona.
    – Le ciblage du Quartier général du Mossad par une attaque à l’explosif. Cet incident est lourdement censuré et n’a officiellement jamais existé.
    https://reseauinternational.net/dimona-un-point-de-non-retour/

    Fin mai 2021, le président syrien Bachar Assad a remporté une victoire écrasante, après avoir obtenu 95 % des voix, entamant un quatrième mandat de sept ans après son arrivée au pouvoir en 2000, à la mort de son père Hafez, qui avait été le premier homme fort de la République arabe syrienne à diriger le parti Baath depuis 1971. Sur les 18 millions d’électeurs éligibles (dans les zones gouvernementales), un peu plus de 14 millions ont participé (78% de participation selon les chiffres du gouvernement syrien). Alors que l’État syrien a encouragé la participation de plus de cinq millions de réfugiés se trouvant actuellement hors du pays, il semble que cela ne se soit produit à une échelle significative qu’au Liban voisin. Les régions kurdes du nord-est du pays, riches en pétrole et soutenues par les États-Unis, qui sont toujours occupées par les troupes américaines, ont également interdit les élections. Pas étonnant qu’Anthony Blinken, secrétaire d’Etat américain, dénonce l’arrestation de quelque 10 000 terroristes du groupe Etat Islamique :
    https://lecourrier-du-soir.com/incroyable-mais-vrai-les-etats-unis-denoncent-larrestation-des-membres-du-groupe-etat-islamique/
    Mais l’utilisation des Islamistes n’est pas que par les Américains selon JR Nyquist :
    https://rumble.com/vj9t8d-interview-de-jr-nyquist-traduite-en-franais.html

    Arabie saoudite : images impressionnantes de la foudre qui s’est abattue à plusieurs reprises sur la tour de l’Horloge à La Mecque le 28 août 2021 !

    Ici au Washington Monument comme cela arrive souvent :

    Le 15 septembre 2021, Emmanuel Macron a déjeuné à Fontainebleau avec Mohammed ben Zayed, le prince héritier des Emirats Arabes Unis. Sébastien Boussois, chercheur en sciences politiques, qui publie ‘Emirats arabes unis à la conquête du monde’, révèle les enjeux de cette rencontre, ce qu’elle dévoile de la diplomatie macroniste et fait le portrait de ben Zayed en décrivant les contours de sa politique nationale : une fiscalité attractive, un écologisme tous azimuts et des investissements stratégiques pour faire face à la future pénurie de pétrole… ainsi que son action à l’étranger comme en Libye, au Yémen ou vis à vis de son élève, le prince héritier d’Arabie saoudite, Mohammed ben Salmane :

    Puis on apprenait l’abandon d’un contrat de 90 milliards de dollars entre la France et l’Australie sur des sous-marins (qui seront en fait fournis par les USA), sans doute lié au nouveau pacte de sécurité trilatéral anglo-saxon AUKUS (Australie- UK– USA) annoncé le 15 septembre 2021. Trois jours après, au 21ème sommet de l’Organisation de Coopération de Shangaï (OCS) qui se tenait à Douchanbé (Tadjikistan), on apprenait que l’Iran, qui attendait ce jour depuis 13 ans, devenait membre à part entière de l’OCS. L’Iran est tout sauf un partenaire négligeable, tant au plan économique qu’au plan géopolitique et militaire. Avec une population de 83 millions d’habitants, d’immenses ressources naturelles, le 21ème PIB du monde et de grande potentialité d’amélioration, l’Iran dispose d’un budget de défense proche de celui de la France en Parité de Pouvoir d’Achat (seule comparaison pertinente). Cette adhésion comme membre à part entière de l’OCS rend beaucoup plus difficile une agression contre l’Iran venant des USA ou d’Israël, parce que l’Iran pourra compter sur des alliés puissants et sur ses nombreux missiles de toutes portées. Cela lui permettra d’être inclus dans les circuits économiques et commerciaux de l’organisation de Shanghai, circuits qui sont capables de s’affranchir du dollar dans les transactions bilatérales et qui n’auront désormais aucun scrupule à le faire. Les actuelles sanctions US seront donc contournées. L’Arabie Saoudite, le Qatar et l’Égypte ont aussi demandé et obtenu un statut d’observateur à l’OCS montrant par là tout l’intérêt qu’il porte désormais à cette organisation.
    https://reseauinternational.net/otan-ocs-aukus-un-monde-en-recomposition-mais-surtout-en-cours-de-bascule/
    Le Pacte AUKUS semble être conçu pour venir en aide à Taïwan si la Chine tentait de la récupérer par la force.Jusqu’ici, le déploiement occidental visant à contenir politiquement et militairement la Chine impliquait les États-Unis et le Royaume-Uni ainsi que la France et l’Allemagne. Aujourd’hui, les Européens sont laissés de côté. Et demain la zone sera contrôlée par les Quad+ (États-Unis et Royaume-Uni, ainsi que l’Australie, l’Inde et le Japon).

  22. Saad dit :

    Petit historique de 40 ans de conflit :

    Prise de Kaboul par les Talibans, le 15 août 2021 ! Et les 7 mensonges à propos de l’Afghanistan :
    https://www.voltairenet.org/article213760.html
    Depuis 2001, environ 40.000 soldats américains et environ 130.000 soldats de dix pays de l’Otan ont été déployés dans le pays. De plus, les Américains ont recruté environ 300.000 Afghans, en créant de «nouvelles forces de sécurité». Le montant total estimé de tout ce qui a été laissé aux Talibans en équipements militaire est de 62 milliards de dollars !

    Leçons tirés de 20 ans d’essais de reconstruction en Afghanistan :
    https://www.sigar.mil/interactive-reports/what-we-need-to-learn/index.html
    Après le FMI, Swift, la Fed et Bâle, c’est la Banque Mondiale qui a bloqué toute transaction avec les Talibans !

    Le Qatar a repris la gestion de l’aéroport de Kaboul avec à la tête du gouvernement de transition d’Afghanistan Mohammad Hassan Akhund. L’ancien président Karzaï était celui qui avait développé le trafic d’opium (6200 tonnes par an pour un chiffre d’affaire d’un milliard et demi de dollars) partant par avion turc. Mais si dans les années 2001 les Talibans étaient soutenus par l’Arabie saoudite et le Koweit, aujourd’hui ce sont le Pakistan et le Qatar. Le Qatar riche de son gaz, aide et héberge à Doha le terrorisme international, qu’il soit chiite ou sunnite, du Hezbollah au Boko Haram. C’est aussi le Qatar qui a financé l’armée française et anglaise (pour 300 millions chacun) pour déstabiliser la Libye ainsi qu’Al Qaida. Le patron de la société de sécurité Secopex a été tué en Libye après avoir prévenu l’Elysée que la France était en fait entrain de soutenir des islamistes. Ce sont les forces spéciales françaises, anglaises et qatariennes qui entrainèrent les islamistes. Les armes provenaient des USA (Turi Defense Group) pour aller au Qatar puis la Libye. Pour la déstabilisation de la Syrie, les armes venaient beaucoup de courtiers de l’est (Excalibur). Bien entendu, Daesh avait besoin tous les mois de beaucoup d’argent. Il venait du pétrole syrien et irakien qui était mélangé à celui du Kurdistan pour aller ensuite jusqu’au terminal pétrolier de Dörtyol (Turquie) pour être exporté sur des tankers avec une fausse documentation. En haute mer, une partie du pétrole était distribuée, notamment pour aller à Ashkelon (Israël). Le reste arrivait en Sardaigne. Deux procureurs italiens ont d’ailleurs fait une perquisition dans la raffinerie de Saras où des flux très importants d’argent allaient à Daesh. En France, une commissaire s’occupe d’une société française côté en bourse, Rubis, qui est spécialisée dans les infrastructures pétrolières et le stockage en Turquie Dörtyol). De plus, selon un parlementaire anglais, une partie des fonds pour la coupe du monde de foot au Qatar a servi aussi à Daesh. Le cimentier Lafarge qui acheta en 2010 la holding égyptienne Orascom à un prix exorbitant, dut de même payer Daesh pour être tranquille. Cela ne l’a pas empêché d’être plus tard racheté par le suisse Holcim. Lynda Chalker, (baronne Chalker de Wallasey), du parti conservateur britannique, ministre d’État chargée du développement outre-mer et de l’Afrique au ministère des Affaires étrangères de 1989 à 1997, est très au courant de toutes ces manipulations honteuses qui sont à l’origine des actes terroristes comme au Bataclan. Mais pour revenir à l’Afghanistan, même forte de 80 000 hommes, l’armée des Talibans se voit confronter en interne à des clans. De plus, le dernier président, Ashraf Ghani, a fui le 15 août 2021 avec 169 millions de dollars pour aller se réfugier au Koweit. Pourtant pour faire tourner le pays, il faut 19 milliards par an. Le lithium qu’il pourrait exploiter ne semble pas assez concentré pour être rentable. Sans doute la vente d’opium continuera…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s