Pape et Gd Mufti prient contre les prémices d’une 3ème guerre mondiale !

Les ennemis de la Syrie.

Le 7 septembre 2013, des chefs religieux sunnites, shiites, alaouites, ismaélites, druzes, juifs, chrétiens se sont mis à jeûner et prier ensemble dans la grande mosquée des Omeyyades de Damas. Cette initiative était voulue par le grand mufti de Syrie, Ahmad Badreddine Hassoun en parallèle avec l’appel du pape François du 1er septembre pour la paix au Moyen Orient.

http://www.courrierinternational.com/depeche/newsmlmmd.urn.newsml.afp.com.20130907.823fe58d.868d.4b50.ad31.a5b50ea8da06.xml

Grand Mufti de Syrie« Nous sommes très triste lorsque l’islam est utilisée comme une idéologie extrémiste. Pour la majorité des musulmans syriens, les chrétiens ont toujours été considérés comme des frères. La Syrie est comme la Terre Sainte, berceau du christianisme. Nous musulman syrien sommes fiers de protéger les chrétiens. Avec eux nous prions Jésus pour la paix (le musulman ne peut prononcer le nom sacré de Jésus s’il ne le fait suivre de la formule Hazrat Issa (Béni soit Jésus), ou Issa alayhi As-Salam (que la paix soit sur lui)). Le pape est un véritable responsable spirituel, libre d’intérêts politiques, individuels ou collectifs. »

Le même soir à Rome, place St Pierre, une veillée de prière multiconfessionnelle (avec des athées, des bouddhistes) rassemblait 70 000 personnes.

http://www.rtl.fr/actualites/info/international/article/syrie-le-pape-fustige-la-guerre-lors-d-une-veillee-de-priere-pour-la-paix-7764371569

Cet élan de foi, suivi à travers le monde par de nombreux croyants, clôturait plusieurs initiatives locales contre la guerre. Comme celle de Paris le 31 aout :

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=0fvQt7-22G0#t=350

Veillée avec musulmans et chrétiens au Vatican le 7 septembre 2013

.

Car l’Otan, à force de jouer au poker menteur, ne risque-t-elle pas d’être à l’origine d’une troisième guerre mondiale ?

Il suffit quelquefois de peu. L’incroyable histoire de ce lieutenant-colonel russe Stanislav Yevgrafovich Petrov le prouve ! Son travail, dans un poste de lancement de missiles nucléaires, était à se préparer à une attaque américaine, et répliquer si besoin. La tension était à l’époque à son maximum (les Russes avaient abattu un avion civil coréen de New York quinze jours Stanislav Yevgrafovich Petrovauparavant). Au soir du 26 septembre 1983, voilà que l’ordinateur signale un missile nucléaire en provenance des États-Unis. Petrov préfère attendre : « car si les Américains attaquaient, ils ne lanceraient pas un seul missile. » pensa-t-il. Mais voilà qu’un autre est signalé, puis deux, trois, quatre et finalement cinq. Alors que son écran géant lui ordonne de frapper, Petrov continue de trouver cela louche. Alors il ne déclenche pas l’attaque. Il avait eu amplement raison. Une position rare et étrange du soleil avait trompé l’ordinateur, qui avait pris des rayons de lumière pour des missiles. Aucune bombe n’allait tomber sur Moscou, aucune sur les États-Unis en retour. Petrov fut congratulé une demi-heure, pour ensuite être condamné pour ne pas avoir suivi le protocole. Il fut bon pour la retraite prématurée et  200$ de pension par mois ! Cet homme avait pourtant sauvé le monde. Il méritait bien plus qu’Obama de recevoir le prix Nobel de la paix.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Stanislav_Petrov

https://www.youtube.com/watch?t=3&v=AiMaPFc3Ykk

Mais son exemple a sans doute  inspiré Poutine, qui avec  la Syrie,  fait figure de président avisé.

http://www.youtube.com/watch?v=dATxJ-RBJ9I&feature=player_embedded

A en gêner Obama, autrement pourquoi aurait-il  bloqué  son entretien en Amérique ?

http://french.ruvr.ru/news/2013_08_30/Les-Etats-Unis-ont-bloque-la-chaine-Russia-Today-4385/

Paul Craig RobertsIl faut dire que Paul Craig Roberts, ancien Secrétaire Adjoint au Trésor américain dans l’administration de Ronald Reagan, n’hésite pas à qualifier les dirigeants américain, britannique et français de « criminels de guerre » en enfonçant le clou : « À Nuremberg, les nazis ont été condamnés à mort précisément pour les actions identiques à celles commises par Obama, Cameron et Hollande. »

http://www.paulcraigroberts.org/2013/08/01/double-feature-bradley-manning-verdict-convicts-washington-and-hiding-economic-depression-with-spin-paul-craig-roberts/

.

Bien entendu,  ce qui arrive en Syrie n’est une surprise pour personne :

Le général Wesley Clark savait déjà en 2001, qu’une série de pays allaient être dévastés car ne se pliant pas au monde unipolaire que tient à imposer le camp sioniste : l’Irak, la Syrie, le Liban, la Libye, la Somalie, le Soudan et l’Iran. A la tête de cette campagne mortifère, des gens tels que Wolfowitz, Cheney, Rumsfeld…

http://www.dailymotion.com/video/xlp2d6_le-plan-us-post-11-9-envahir-7-pays-dont-l-irak-la-lybie-la-syrie-et-l-iran-selon-le-general-us-wesl_news

Et comme Roland Dumas le souligna plus tard, Israël n’était pas absent de ces décisions :

philipmarshall

http://www.youtube.com/watch?v=5vz5EKlI3fQ

Comme elle ne l’était pas non plus des attentats du 11 septembre 2001. L’auteur du livre  « the Big Bamboozle »  (la grande tromperie)  démontre intelligemment leur implication ainsi que  celle des autorités saoudiennes dans l’entraînement des quatre pilotes.  (Le 2 février, il sera retrouvé chez lui avec ses deux enfants criblés de balles…)

http://www.solidariteetprogres.org/actualites-001/article/philip-marshall-un-auteur-qui-en-savait-trop-sur.html

Malheureusement, les leçons du passé sont souvent oubliées. En Allemagne, le Dr Rath, eut beau prévenir ses compatriotes qu’ils allaient tomber dans le même piège que les deux précédentes guerres mondiales, il ne fut pas écouté :

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=zkooBI-HPCU

.

On doit tout de même admettre qu’un plan de longue haleine avait été mis en place pour manipuler l’opinion publique :

Selon le  rabbin Ron Chaya, il y a deux siècles et demi, on savait déjà comment les sionistes allaient s’emparer du pouvoir mondial, pour qu’enfin leur Mashiah arrive. Un messie juif qui est pour les musulmans et les chrétiens le Dajjal ou l’antechrist.

http://www.youtube.com/watch?v=Y7DHbydFfWk

World wide jewish prayer for MashiahLe dimanche 23 septembre 2012 à 19h précises (heure de Paris), les Juifs du monde entier mirent de l’argent  pour la Tsedaka (aumône pour les frères de religion dans le besoin) en récitant simultanément la prière suivante : « Maître de l’univers, nous enfants d’Israël, nous te demandons le Mashiah  afin de nous délivrer maintenant et avec miséricorde de cet exil et de nos souffrances, de révéler ton nom dans le monde et d’y amener la paix. Amen ! ». Adam Gadahn fut l’un de ceux qui s’ employèrent à opposer le monde occidental contre le monde oriental, en devenant l’Américain d’Al Qaida  (mouvement créé par les services secrets US selon Hillary Clinton)

http://www.dailymotion.com/video/xs9j3b_l-aveu-de-hillary-clinton-nous-avons-cree-nos-ennemis-al-qaida_webcam

Ayman al-Zawahiri, l’actuel chef d’Al-Qaïda et adjoint d’Oussama ben Laden à l’époque, avait rencontré à plusieurs reprises des militaires et des responsables du renseignement américains à l’ambassade des États-Unis de Bakou, capitale de l’Azerbaïdjan, entre 1997 et 2001, dans le cadre d’une opération connue sous le nom de « Gladio B ».

http://www.huffingtonpost.co.uk/dr-nafeez-mosaddeq-ahmed/whistleblower-alqaeda-chi_b_3305954.html

Quand les médias découvrirent que Gadahn s’appelait en fait Adam Perlman et qu’il était juif, les sionistes durent en trouver un autre.  Il fut remplacé par Yusuf Al-Khattab. Il joua au dur pendant un moment, proclamant que l’Amérique leur appartenait, jusqu’au jour où son vrai nom fut connu : Joseph Cohen.

http://www.dailymotion.com/video/xj9deo_al-qaida-et-le-mossad_news#from=embediframe

NajdMais les sionistes savent aussi utiliser les musulmans contre d’autres musulmans, en allant jusqu’à leur faire croire qu’ils mènent un Jihad. Mais un Jihad moyennant une forte somme d’argent pour le prix de leur trahison. C’est ainsi que furent fomentées les attaques contre la Serbie, l’Irak, la Libye  ou organisés les printemps arabes. L’Arabie saoudite n’est pas innocente dans cette affaire. D’ailleurs n’a-t-elle pas le Hijaz à l’ouest et le Najd à l’est ? Et Mahomet ne prédisait-il pas que les cornes du diable apparaitraient au Najd  ? Là où justement se trouvent les dirigeants wahhabites ! Les musulmans combattant à leur côté ne peuvent être que des mécréants !  De même que ceux qui suivent le Qatar, pays hébergeant  Al Jazeera, la sœur de CNN, créé par les juifs David et Jean Frydman.

 http://www.planete-islam.com/showthread.php?56567-Al-Jazeera-a-%E9t%E9-con%E7u-%E0-l-origine-par-les-fr%E8res-David-et-Jean-Frydman

.

Le paradoxe sémite :

Selon la Bible, Abraham croyant ne pouvoir avoir d’héritier, fit un garçon avec sa servante Agar  que l’on appela Ismaël et qui donna le peuple arabe.  Puis quand Dieu le décida, naquit de sa femme Sarah, Isaac , qui donna le peuple juif.  Ces deux peuples parlaient une langue sémite, d’où leur appellation de sémites !  Ils ne peuvent être confondus avec le peuple khazar (errant)  qui au VIIème siècle se convertit au judaïsme, malgré son origine turque. Il n’a rien à voir, du point de vue ethnologique, avec les Juifs d’origine. D’où la question que certains se posent : pourquoi, avec l’aide de leurs alliés occidentaux, voulurent-ils, Abrahamaprès la 2nde guerre mondiale, s’installer en Israël ? Dans le Coran, Allah prévient  les musulmans de ne pas  prendre pour allié les juifs et les chrétiens (sourate al Kahf). Mais pour que ce verset ait un sens encore faut-il qu’il soit accompagné d’un autre. Seul, un verset ne veut jamais rien dire. Selon le Sheikh Imran Hosein, il faut y ajouter cette précision « seulement quand ils sont alliés les uns aux autres. » Ainsi l’alliance de l’Otan avec Israël, l’Arabie saoudite et le  Qatar ne peut apporter que l’injustice (al Maeda 51) en devenant le bras droit du Dajjal.

http://www.youtube.com/watch?v=eHWzo_4rj9w

  Ainsi ceux qui s’opposent au Dajjal sont donc ceux qui veulent  la paix en Syrie et qui défilent contre le mariage gay. Malheureusement, cela n’ empêchera pas d’avoir des deux côtés, les trois principales religions représentées !  L’esprit trompeur du Dajjal  est tellement puissant ! Même si à la fin,  on sait qu’il sera pétrifié à Damas, en voyant descendre le nabi Issa (Jésus), et quand le Mahdi prononcera « voici le fils de Maryam » (la Vierge Marie).

http://www.youtube.com/watch?v=WgGMeYBfqMY

Musulmans contre le mariage gay en France

.

Le noyautage des sources d’information :

En France, les médias ne prennent leurs nouvelles qu’auprès de fausses officines comme l’Observatoire Syrien des Droits de l’Homme (OSDH), qui est une émanation de l’Association  des Frères musulmans et dirigé de Londres, par son fondateur Ryadh el Maleh, grâce à des fonds saoudiens.

http://www.planetenonviolence.org/L-Observatoire-Syrien-Des-Droits-De-L-Homme-A-Londres-Mysterieuse-Source-Des-Medias-Pour-Leur-Propagande-De-Guerre_a2440.html

Conseil-National-SyrienMais il y a aussi le Conseil National Syrien, créé en 2011 à Istanbul, sur le modèle du CNT libyen et par le parti islamiste AKP.  Les informations qui en sortent sont quelquefois cocasses.  Comme avec Khaled Abou  Saleh que l’on voyait apparaître de nombreuses fois sur les chaînes d’Al Jazeera. Quelquefois il était en secouriste, une autre fois en activiste, en tué ou blessé, puis participant à la conférence du 6 juillet des « amis du peuple syrien » avec François Hollande (vidéo depuis censuré).  On eut le droit ensuite à la fausse démission de Quadri Jamil, de Bachar al Assad, l’attentat de Qazzaz mis sur son dos, la fausse rumeur Farouk al Chareh et malheureusement aussi le massacre de Houla.

http://blogs.mediapart.fr/blog/valentin-perez/180612/le-frankfurter-allgemeine-zeitung-confirme-les-rebelles-sont-respons

Le 27 mai 2012, la BBC publiait sur son site une photo montrant des cadavres alignés, censés être tués par les pro-Assad à Houla. En réalité, le cliché avait été pris en mars 2003 en Irak !

http://www.eteignezvotreordinateur.com/syrie-quelques-fakes-en-vrac/

En Turquie, des députés s’étaient rendu compte que les camps de réfugiés syriens étaient presque vides alors qu’ils continuaient à recevoir des subsides des Nations Unies et du gouvernement. A la place, s’y entrainaient un millier d’hommes contre la Syrie.  De son côté, l’hebdomadaire palestinien Al Manar dévoilait comment l’Arabie saoudite, le Qatar et la Turquie collaboraient avec Israël pour former ces assaillants en territoire turc.

http://french.irib.ir/info/moyen-orient/item/182421-les-officiers-isra%C3%A9liens-forment-les-rebelles-arm%C3%A9s-syriens

Bülent EsinogluComme le précise le vice-président du parti travailliste turc Bülent Esinoglu « la guerre déclarée par la Turquie contre la Syrie est bien dirigée par Washington et Tel-Aviv. »

http://www.bbc.co.uk/news/world-middle-east-18224559

Et comme pour la Libye, les films à la sauce Qatar reprirent de plus belle.

http://www.dailymotion.com/video/xkpj15_la-chute-de-tripoli-m-abdeljalil-avoue-le-mensonge-tourne-au-qatar-et-retrasmis-a-travers-le-monde_news

Ce qui fut confirmé par l’agence syrienne SANA : les faux reportages étaient bien réalisés par une entreprise qatarie de la région de Doha, spécialisée dans la production de décors cinématographiques. On pouvait y voir reconstitué des maisons et des rues de Damas, de Lattaquié ou d’Alep. Et l’affirmation comme quoi le président Assad ne se maintenait au pouvoir que par la peur infligée à son peuple, fut vite démentie par un rapport interne de l’OTAN (juin 2013) qui révéla que si 70% des habitants lui restaient fidèles, 10% avaient décidé de se mettre du côté des rebelles. Le problème en occident, des intérêts privés ont pris le pouvoir. Ce que John Perkins explique admirablement bien :

Richard Labévière

http://www.dailymotion.com/video/xx3hff_abby-martin-recoit-john-perkins-s-t_news

Et la liberté de la presse n’existe plus. Autrement pourquoi dans l’hexagone, avoir licencié le rédacteur de Radio-France international, Richard Labévière en 2008 ? L’audiovisuel extérieur de la France  (RFI, Tele5 monde, France2…) a été mis au pas par la sioniste Christine Okrent. Depuis son passage, c’est une pensée unique néoconservatrice et pro-israélienne qui domine.  Et on s’amuse à voir dorénavant, les journalistes être obligés de nommer  Jérusalem comme capitale d’Israël, au lieu de Tel-Aviv, ou de ne parler que d’implantations au lieu de colonies… Le chroniqueur ne suivant pas ces règles est vite renvoyé :

https://www.youtube.com/watch?v=H7R1Gdf2emA

Quelquefois il est vrai, la censure a du mal à être maitrisé, comme ici sur France Inter :

https://www.youtube.com/watch?v=sKwOMDP27LE

Mais dans l’ensemble, ils arrivent parfaitement à manipuler les auditeurs :

https://www.youtube.com/watch?v=fJ7phvSsOA8#t=19

Tant il est rare de tomber sur des francs-tireurs tels que ce journaliste anglais qui balance sur le conflit « Syrie-Iran »

https://www.youtube.com/watch?v=blBvelS6-7Y

On comprend pourquoi la communauté du renseignement français, bien au courant de la situation réelle, ait envie de se rebeller.

http://afrique-asie.fr/menu/moyen-orient/4596-quand-la-communaute-du-renseignement-se-rebelle-contre-la-strategie-suicidaire-de-la-france-en-syrie.html

Yves BonnetL’ancien patron de la DST, Yves Bonnet, en est même à se demander « pourquoi  le Qatar et l’Arabie saoudite, en finançant les salafistes et wahhabites, se mettent aussi à aider nos banlieues ? »

https://www.youtube.com/watch?v=_38a3yGrP0w

Et pourquoi l’Otan fournit-il des armes à ces fous sachant très bien qu’ensuite ils s’en serviront pour se retourner contre l’occident :

http://www.youtube.com/watch?v=PLlXFIqazZI&feature=player_embedded

.

Ce qui est en jeu :

Le mandat de Kofi Annan (1997-2006) reflétait déjà la mise en place d’un monde unipolaire voué à l’hégémonie sioniste au détriment des états-nations et de leurs habitants. Une stratégie qui ne fait qu’emboiter le pas au dispositif mis en place par Washington dans les années 80, avec la National Endowment for Democracy (agence qui poursuit l’action de la CIA en truquant les processus démocratiques).  Outre de faire retourner à l’âge de pierre tous les pays entourant Israël, par son rôle stratégique dans les logiques pétrolières et gazières, du fait de sa position centrale entre les gisements des productions de l’est, le président syrien devait être renversé. Car peu avant que n’éclate la guerre, Assad avait privilégié les Russes pour les laisser ouvrir des oléoducs et gazoducs d’exportation vers la méditerranée orientale.  Ce choix avait fort déplu au camp occidental qui tenait à diminuer la dépendance européenne au gaz russe.

.Carte des passages des pipelines

Mais la question qui tarauda un moment l’esprit  européen lucide fut pourquoi avait-on donné des territoires aux prédicateurs « musulmans » en Bosnie et au Kosovo ? Cette collusion entre islamistes et sionistes ne servirait-elle pas de bombe à retardement, au cas où le vieux continent s’obstinerait  à vouloir garder une certaine indépendance vis-à-vis du plan sioniste de Nouvel Ordre Mondial ? Pourtant, en la faisant accepter, elle  renforce  l’idée que l’Europe est devenue décadente et lâche ! Et quand ses pouvoirs publics laissent une grande liberté aux wahhabites, Frères musulmans et salafistes, elle ne peut qu’être méprisée.  Car dans leurs discours, ces mouvements religieux  désignent comme proie trois pays : la France (dite nation des croisés), l’Espagne (pour la reprendre) et l’Italie (car siège de la chrétienté).  Youssef al Qaradawi est l’un de ceux qui ne cachent pas que l’islam tient à installer de force la charia en  Europe.

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=uvllsOJ1GvQ#!

Et la voyant au bord de l’asphyxie économique, vautrée dans son matérialisme et sa décadence morale (mariage gay) ils sont persuadés qu’elle  tombera comme un fruit mûr.

http://www.telegraph.co.uk/comment/letters/10065280/Muslim-leaders-stand-against-gay-marriage.html

Les peuples dits chrétiens sont véritablement devenus aveugles. Ils n’ont toujours pas compris que les sionistes cherchaient à les perdre en utilisant ces islamistes radicaux. Pourtant ce n’est pas la première fois qu’une alliance aussi incongrue a lieu.  Il faut se souvenir du rapport adressé par Philippe le Long, comte d’Anjou, au pape Jean XXII, et publié en 1321 dans la lettre pontificale de Leprosis (Louis Rupert, l’Eglise et la Synagogue, Librairie Lethielleux, 1859, pages 172-176) : « …les gens de notre comté ont fait irruption chez les Juifs au sujet des boissons qu’ils avaient composées à l’usage des Chrétiens. Dans un petit coffre de la maison du Juif Bananias, on trouva une peau de mouton couverte d’écritures des deux côtés. Le sceau, qui était d’or, représentait la figure du crucifix, devant lequel un Juif se montrait dans une posture si ignominieuse et si déshonnête, que j’ai honte de la décrire…La lettre était adressée au prince des Sarrasins, maître de l’Orient et de la Palestine, siège de la nation juive, et dont le pouvoir s’étendait jusqu’à Grenade, en Espagne. On y demandait qu’un traité d’amitié fût conclu entre les Juifs et les Sarrasins, et montrant l’espoir de voir les deux peuples réunis un jour dans la même religion, on priait le prince de bien vouloir restituer aux Juifs la terre de leurs ancêtres. La nation chrétienne obéit au fils d’une femme vile et pauvre de notre peuple, qui a injustement usurpé notre héritage et celui de nos pères. Lorsque nous aurons pour toujours réduit cette nation sous le joug de notre domination, vous nous remettrez en possession de notre grande cité de Jérusalem, de Jéricho et d’Ai, où repose l’arche sacrée. Et nous pourrons élever votre trône sur le royaume et la grande cité de Paris, si vous nous aidez à parvenir à ce but. En attendant, et comme vous pourrez vous en assurer par votre noble vice-roi de Grenade, nous avons travaillé à cette œuvre en jetant adroitement dans leurs boissons des substances empoisonnées, en jetant des reptiles venimeux dans les eaux, dans les citernes, dans les fontaines et dans les cours d’eau, afin que les Chrétiens, les uns après les autres et chacun suivant sa constitution, périssent prématurément sous les effets des vapeurs corrompues exhalées par ces poisons…Vous pourrez bientôt, avec l’aide de Dieu, passer la mer, vous rendre à Grenade, et étendre sur le reste des Chrétiens votre magnifique épée avec une main puissante et un bras invincible. Et ensuite vous serez assis sur le trône à Paris, et dans le même temps, redevenus libres, nous posséderons la terre de nos pères que Dieu nous a promise et nous vivrons dans la concorde sous une seule loi et un seul Dieu… »

Les Sarrassins en Provence

Les Sarrassins en Provence

.

Aujourd’hui, l’échange d’un grand Israël contre leur venue en Europe n’est pas à exclure.  D’un côté tout est fait pour les aider  à Grand Israëlimmigrer en masse en Europe. De l’autre, une politique mortifère cherche à  supprimer petit à petit les chrétiens. Cet encouragement à l’avortement,  à la pilule,  à l’euthanasie, aux perversités sexuelles chez les jeunes ne peut pas être dû qu’au hasard ! Et Vincent Peillon, le ministre français de l’éducation, ne s’en cache même pas, il veut « terrasser définitivement l’Eglise ».

.

Mais qui sont-ils vraiment ces rebelles ?

Les Frères musulmans représentent une organisation secrète créée en Egypte en 1920 à l’instigation de Hassan Al Bâna, qui était un instituteur et employé de l’ambassade de Grande Bretagne au Caire. Leur centre d’activité était dirigé par la société du Hassan al BannaCanal de Suez, entreprise régie par le financier Rothschild.  Il ne faut donc pas s’étonner si de nombreux religieux dans ces contrées mais aussi en Iran, font partie de ce « triangle de l’impérialisme ». Triangle, parce que groupement des sionistes, des francs-maçons et des Frères musulmans. Ainsi en Iran, autre pays à déstabiliser, les différentes organisations fanatiques que sont les fédayins de l’Islam, les ismaéliens, les hodjatya, les moudjahidines du Peuple, ainsi qu’ en dehors de l’Iran le Hamas, les fou de Dieu au Liban, les moudjahidines de l’Islam, Al-Qaida (la base) et toutes les autres organisations, sont en fait les diverses branches d’un tronc commun que sont les Frères musulmans. Des Frères liés historiquement avec la CIA et le MI6 :

http://www.youtube.com/watch?v=K3cLlfmZBWY

Décédé en 1995 à Genève, Saïd Ramadan (gendre du fondateur des Frères musulmans) est notamment le père de l’islamologue Tariq Ramadan, et de Hani Ramadan, qui lui a succédé à la tête du Centre islamique de Genève. Sur ce sujet l’équipe Soral a fait un travail remarquable :

Hani Ramadan

Hani Ramadan

http://www.youtube.com/watch?v=j86M5XouAhs&feature=player_embedded#!

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=DTua5gYdxDk#!

http://www.youtube.com/watch?v=RzNr5J3BMEw&feature=player_embedded#!

http://www.youtube.com/watch?v=YWzC_JQaa4w&feature=player_embedded

http://www.youtube.com/watch?v=48hU4CCHEDc&feature=player_embedded

http://www.youtube.com/watch?v=X-VArkvFoSo&feature=player_embedded#!

L’opposition qui se bat en Syrie est en fait composé de milliers d’étrangers : d’arabes afghans ou turcs recrutés par la CIA mais aussi de 14 pays européens.

Mercenaires d'Academi en Syrie

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2013/04/03/97001-20130403FILWWW00572-syrie-600-europeens-avec-les-rebelles.php

On soupçonne même la présence discrète de l’armée privée Academi  (ex-Blackwater puis Xe).  Le photographe John Cantile et son collègue néerlandais Jeroen Oerlemans, enlevés en Syrie, avaient été surpris de constater que leurs ravisseurs avaient un fort accent du sud londonien.

http://www.presstv.ir/detail/2012/08/06/254692/none-of-insurgents-were-syrian/

Des combattants destinés ensuite à venir installer la charia  en Europe, tel que les sionistes l’ont planifié. Il n’est donc pas surprenant de voir François Hollande soutenir  un chef terroriste qui appelle ouvertement à la nouvelle bataille de Poitiers, comme nous le révéle Bassam Tahhan :

http://www.dailymotion.com/video/xwb8dm_irib-2012-12-29-bassam-tahhan-sur-les-terroristes-islamistes-en-syrie_news?start=765

Et si cette armée libre est particulièrement cruelle c’est qu’elle est en partie composée de prisonniers et cinglés de tous les pays du Proche et Moyen Orient, prêts à se vendre et à trucider pour des monceaux de dollars.

http://www.voltairenet.org/article176862.html

Combattants du Front Al-Nosra

Combattants du Front Al-Nosra

Le patriarche de l’église grecque-catholique melkite syrienne ne mâche pas ses mots : « ils se comportent comme de véritables bandits. » Le mot d’ordre, faire le maximum de dégâts dans les infrastructures et le patrimoine du pays.  Ce que confirme Webster Tarpley, journaliste indépendant : « les civils syriens doivent faire face aux escadrons de la mort et à leurs actes de terrorismes aveugles…Une alliance de la CIA, du MI6 et du Mossad. Et cela financé par l’Arabie saoudite, les Emirats Arabes et le Qatar. » Avec ces combattants du Front Al-Nosra, on a ici la suite du combat amorcé par Bush qui se préparait à la dernière croisade de l’Amérique : « la bataille finale de Gog et Magog. »  Mais pour y arriver, resterait un dernier pays à dévaster, l’Iran. D’où une stratégie des médias alignés  qui reste la même pour manipuler l’opinion publique :

http://www.youtube.com/watch?v=peZcNzfL1sQ

Et qui est d’un degré d’hypocrisie rarement atteint pour les chancelleries occidentales. Ce que constate Robert Fisk, journaliste du « the Independant »:

http://www.reopen911.info/News/2012/08/10/robert-fisk-syrie-la-guerre-des-mensonges-et-de-lhypocrisie/

Jeffrey « Shuki » GouldPourtant, il serait peut-être temps de rappeler qui encouragea le nucléaire iranien ? Jeffrey « Shuki » Gould, ancien espion israélien, dévoila dans ses mémoires  la participation du Mossad en 1974, à la fondation du futur site nucléaire de Bouchehr

http://www.france24.com/fr/20130801-jeffrey-gould-bouchehr-espion-mossad-israel-aide-programme-nucleaire-iran-memoire

Alors, l’Iran veut-elle rayer Israël de la carte, comme un problème de traduction le fit croire au monde ?

http://www.youtube.com/watch?v=3TKfCbYL7_M&feature=player_embedded

Où est-ce seulement son gouvernement, comme Laurent Fabius le désire envers celui d’Assad : « le régime syrien doit être abattu et rapidement.. Bachar al Assad ne mérite pas d’être sur la terre. » ?

http://www.francetvinfo.fr/monde/revolte-en-syrie/video-pour-fabius-assad-ne-meriterait-pas-d-etre-sur-la-terre_130625.html

.

Le massacre de la Ghouta, un false flag sordide :

Le charnier de TimisoaraLa dite « communauté internationale »,  terme indûment utilisé par les journalistes, car composée en fait que des pays de l’Otan et des quelques petits royaumes orientaux, face à la Russie, la Chine, l’Inde, l’Amérique du sud etc, devrait se souvenir de ce qui s’est passé à Timisoara en décembre 1989. Une fausse information de massacre (4600 personnes) avait aidé à faire tomber Nicolae Ceausescu. On avait déterré quelques morts et  entouré de fils de barbelés pour tourner des images horribles visant à faire pleurer les moutons occidentaux devant leur TV.  Ce n’est  que bien après que les médias se sont excusés discrètement de leur  erreur.

.Moutons allant à l'abattoir.

Puis le 6 mai 2013, Carla Del Ponte, dépendante du Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU, dénonçait à la RSI suisse italienne, l’utilisation de l’arme chimique par les opposants syriens.  Cette affirmation, de l’ex-procureure générale du tribunal pénal international pour les crimes commis en ex-Yougoslavie (TPIY),  ne fut pas du goût des puissances occidentales. Les gaz pour elles ne pouvaient être interdits que si c’était Assad qui Carla del Ponteles utilisait. Pas l’inverse.  A Ghouta (bande d’agriculture vivrière entourant la capitale), le 21 aout 2013, l’armée d’Assad bombarda les rebelles étrangers, leur provoquant des pertes considérables. Seule une opération false flag pouvait les sauver en obligeant leurs alliés occidentaux d’intervenir. Malheureusement pour eux, ils furent particulièrement maladroits à la mettre en place. Même les vidéos envoyées dataient de la veille du massacre. Thierry Meyssan eut vite fait d’en dénicher toutes les incohérences :

http://www.youtube.com/watch?v=MeCJuGYILMg&list=UU3TR6S1FgdXmtbBPMvAabYg&feature=player_embedded

Ron Paul aux USA s’attendait bien à une opération false flag :

https://www.youtube.com/watch?v=a_QMhF8I9HE&feature=player_embedded

et cela malgré les mensonges de John Kerry qui n’échappèrent pas à Vladimir Poutine :

Pierre Piccinin da Prata en Syrie

https://www.youtube.com/watch?v=SddKL6-OFaM&feature=player_embedded

Jusqu’au jour ou l’enseignant belge Pierre Piccinin da Prata, kidnappé en Syrie en avril et libéré le 8 septembre, en même temps que son confrère italien, témoigna de ce qu’il apprit : « le gaz n’avait pas été utilisé par le régime de Bachar Al Assad ».

http://www.rtl.be/info/belgique/faitsdivers/1031019/le-belge-libere-en-syrie-ce-n-est-pas-le-gouvernement-al-assad-qui-a-utilise-le-gaz-?utm_source=info&utm_medium=HP_Headline&utm_campaign=HP_Headline_0

Des documents que publiait le site Britam defence, auraient dû déjà alerter les politiciens : ne parlaient-ils pas de propositions qataries d’envoyer une arme chimique libyenne vers  Homs ?

http://french.irib.ir/info/moyen-orient/item/239468-le-qatar-propose-le-transport-des-armes-chimiques-trafiqu%C3%A9es-de-la-libye-vers-homs

.

La France à travers ces événements, démontre qu’elle n’est devenue qu’un caniche sioniste.

Et les mensonges de son premier ministre Jean Marc Ayrault le 2 septembre,

http://www.dailymotion.com/video/x143na5_syrie-declaration-du-premier-ministre-a-la-suite-de-la-reunion-des-responsables-parlementaires_news#from=embediframe

banderole l’attitude invraisemblable de son président ne sont pas pardonnables.  Qu’il soit classé parmi les 10 plus mauvais politiciens du monde n’est en soit pas une surprise :

http://www.toptensworld.com/2013/07/19/top-10-worst-politicians-in-the-world-of-2013/

Une partie des Français semblent en être conscients. Les applaudissements et sourires  sur les plages cet été, lors du passage du petit avion à banderole de David van Hemelryck portant à sa démission, en témoignent.

http://hollande-demission.fr/

Mais cette christianophobie  ambiante actuelle n’est pas nouvelle. Déjà le Père Kolbe avait prévenu nos parents « ce sont les loges maçonniques, habilement manœuvrées par un groupe puissant sioniste qui ont cette obsession criminelle en tête… C’est Père Kolbe, mort en camp de concentrationune œuvre à caractère démoniaque, annonçant l’avènement de l’Antéchrist.  Elle est anti religieuse car elle nie le surnaturel. Elle propose un idéal de vie opposé aux livres saints  (Bible, Coran, Torah). Elle a en sa puissance les principaux organes de l’état, parce que  ses membres sont recrutés parmi les hommes politiques, les hauts-gradés de l’armée, les hauts fonctionnaires de l’administration et les magnats de la finance. Par la ruse et de puissants moyens économiques, elle s’est approprié la presse en prenant la direction des principaux quotidiens.   Si  Manuel Valls assiste par 3 fois à la rupture du ramadan cette année : à Paris, Lyon et Ozoir-la-Ferrière, si le maire de Paris dépense plus de 100 000 € pour organiser la nuit du ramadan le 17 juillet dans les salons de l’Hôtel de Ville, alors que l’on met au placard une employée communale pour avoir offert à ses collègues un calendrier contenant une phrase biblique, ce n’est pas qu’un hasard !

http://unionrepublicaine.fr/mise-au-placard/

Deborah SenglAilleurs, les blasphèmes continuent. Après la grenouille crucifiée de l’allemand Martin Kippenberg, voici le coq crucifié de l’autrichienne Deborah Sengl qui est exposé au Museum St Peter and der Sperr de Wiener Neustadt (Autriche). Le présage sans doute de ce qui attend la France dans les mois à venir, si les gens ne se ressaisissent pas. En l’espace de quelques années,  ils ont assisté à un renversement complet du jeu mené par les deux pôles mondiaux. Si la langue de bois des médias  était le monopole des états communistes, aujourd’hui il est devenu celui  des pays de l’Otan.  Comment a-t-on pu virer vers un communisme rampant en si peu de temps ? Et pourquoi donc le parti socialiste français s’est-il mis du côté des islamistes, sachant que des liens plus que troublants existent entre eux et le national socialisme nazi ?

http://www.bing.com/videos/search?q=la+confr%C3%A9rie+enquete+sur+les+freres+musulmans+youtube&view=detail&mid=86F29D9A0113A9A12A2586F29D9A0113A9A12A25&first=0&FORM=NVPFVR&qpvt=la+confr%C3%A9rie+enquete+sur+les+freres+musulmans+youtube

Il ne reste plus qu’aux hommes de bonne volonté à prier et à attendre non pas l’arrivée du Mashiah mais du véritable Messie. La foi des uns et des autres est une flamme qui s’entretient. Et ce n’est pas à un état de décider quelle religion est meilleure qu’une autre, mais à chacun selon sa conscience. Jésus (nabi Issa) quand il reviendra à Damas saura faire son tri.

flamme

Publicités

357 commentaires sur “Pape et Gd Mufti prient contre les prémices d’une 3ème guerre mondiale !

  1. Didier dit :


    Le 1er septembre dernier, le Département d’Etat américain a offert une récompense de 3 millions de dollars à quiconque localiserait Gulmurod Khalimov. Il semble donc se confirmer la rumeur selon laquelle Gulmurod Khalimov serait devenu le commandant en chef de l’Etat islamique en Irak. Ce qui n’a rien de surprenant, puisqu’il était devenu l’adjoint d’Abou Omar al-Chichani (Omar le Tchétchène, en fait géorgien), le commandant en chef qui a été tué le 13 juillet dernier.
    https://francais.rt.com/international/25991-forme-par-etats-unis-tadjik

    Gulmurod Khalimov, colonel de l’armée tadjike, est l’ancien chef des forces spéciales tadjikes. Il est de formation… américaine. Et ce n’est pas une vieille histoire ou un fait ponctuel. Il a été entraîné par les Américains entre 2003 et… 2014, années au cours desquelles il a participé à cinq cours d’entraînement dans le cadre d’un programme d’aide américain au Tadjikistan, et il s’est rendu deux fois, en 2003 et en 2008 aux Etats-Unis pour suivre un cours d’entraînement des forces spéciales dans une base privée de Blackwater.
    https://fr.sputniknews.com/international/201609051027621833-daech-tadjikistan-khalimov/

  2. Ahmed dit :

    Actuellement aux USA, on assiste à un renversement extraordinaire. Le 9 septembre 2016, un accord « secret » fut signé à Genève entre Serguei Lavrov et John Kerry. On le célébra avec de la vodka russe et des pizzas américaines.

    Ce signal d’entente avait pour but de prévenir un ennemi qu’ils avaient en commun. Cet ennemi se trouve à l’intérieur même des USA et est très dangereux. Il fit tout pour que ce sommet ne puisse avoir lieu. Lavrov a décrit cette puissance comme « ceux qui ont obtenu que soient prises de nouvelles sanctions contre la Russie juste avant ce sommet et immédiatement après pour rendre celui-ci impossible.» Ils ne voulaient évidemment pas de cet accord de paix. Si quelque chose tourne mal dans le déchaînement syrien, ce sera le fait de cet ennemi, et non celui des USA ou de la Russie. En résumé, Obama et Kerry ont choisi de faire confiance à Poutine et pas aux leurs, parce qu’ils sont à-la-place-des-leurs. Il a été décidé et déclaré que l’armée de Netanyahou, Al-Nosra, serait détruite. Celle-ci devait durant le cessez le feu, renverser Assad.

    Depuis à peu près un an, Netanyahou a fait tout ce qu’il pouvait pour exprimer explicitement son mépris envers le président des États Unis et son gouvernement. Il ne s’agissait pas d’une simple antipathie, car il a ouvertement fait savoir que c’était lui-même et non Obama, qui obtiendrait ce qu’il voudrait des États-Unis. C’est lui qui, sans aucune invitation officielle, s’était imposé au Congrès, en y faisant un discours pour faire part de ses exigences, et les parlementaires lui ont donné tout ce qu’il exigeait, en court-circuitant Obama. C’est la situation bordélique des États-Unis actuellement. Mais avec cet accord, une coalition avec le gouvernement légitime des États-Unis et Poutine vient de se créer contre Sion, le fléau rongeur du monde, qui a réussi à prendre tant de pouvoir aussi bien aux États-Unis que dans maints autres endroits, comme en Ukraine ou dans l’Union Européenne.

    Dorénavant, seul le « Washington officiel » a le droit constitutionnel de décider de la politique étrangère des États-Unis. Et non plus ceux qui par exemple, lorsqu’Obama a travaillé à un accord de paix avec l’Iran, ont tout fait pour le saboter.

    Le 11 septembre a donc été décidé un répit en Syrie, malgré qu’israël ait attaqué avec des avions l’armée syrienne, en coordination avec les terroristes d’Al Nosra. Obama s’attend donc à des attaques à l’intérieur des USA fomentées par l’équipe Netanyahou.
    http://thesaker.is/the-new-situation-starting-with-september-11th-2016-by-scott-humor/

    A noter qu’un député israélien centriste du parti Kulanu, Akram Hasson, a confirmé que le groupe Fateh al-Cham bombardait le village druze de Khadar, avec le soutien et la protection du ministre de la Défense, Avigdor Lieberman, du parti d’extrême droite.
    https://francais.rt.com/international/26234-syrie–depute-israelien-demande



    Reste que le 17 septembre 2016, dans son attaque sur Deir ez-Zor en Syrie, deux F-16 et deux A-10 américains ont attaqué Assad plutôt que Daesh, faisant près de cent morts et plus de 120 blessés parmi les soldats syriens, permettant ainsi à Daesh de reprendre son offensive. Pourquoi donc ces avions américains survolaient-ils Deir ez-Zor pendant un cessez-le-feu convenu, qui avait vu l’État islamique reculer ? Le Pentagone a officiellement affirmé qu’il s’agissait d’une “erreur”. De leur côté, les Russes furieux ont convoqué le Conseil de Sécurité en demandant de dévoiler publiquement l’accord Lavrov-Kerry.

    Cela aura certainement pour conséquence de démontrer au monde l’incapacité de l’autorité suprême US de se faire obéir par le secrétaire à la défense Ashton Carter.
    http://www.dedefensa.org/article/lerreur-tres-deplorable-de-lusaf

    De plus, le 9 septembre,la Chambre des représentants a adopté à l’unanimité, sous un tonnerre d’applaudissements, une loi permettant aux familles des victimes du 9/11 de poursuivre l’Arabie saoudite devant les tribunaux des États-Unis. Il était passé devant le Sénat en mai avec la même unanimité (quinze des 19 pirates de l’air du 9/11 provenaient d’Arabie saoudite). Mais Obama y est farouchement opposé. De leur côté, les autorités saoudiennes ont menacé de vendre de la dette des États-Unis sous forme de bonds du Trésor et d’autres actifs américains si la loi était votée ( le gouvernement saoudien détiendrait $117 milliards de dette des États-Unis sous forme de bonds du Trésor en mars, selon les chiffres obtenus par Bloomberg). Et début juin, le Prince héritier saoudien avait admis avoir financé 20% de la campagne présidentielle d’Hillary !
    http://lesakerfrancophone.fr/obama-a-ete-humilie

    Bref, l’effort du gouvernement russe afin d’empêcher le chaos en Syrie et son afflux inhérent massif de réfugiés vers l’Europe, tout en évitant le conflit avec Washington et ses vassaux, s’est terminé avec l’attaque intentionnelle des Etats-Unis à Deir ez-Zor de l’Armée Arabe Syrienne. La réponse à ce fait établi par l’ambassadrice du régime Obama à l’ONU, Samantha Power, révèla que Washington était préparé à mentir jusqu’au bout afin de préserver coûte que coûte son agenda de chaos programmé en Syrie, comme ce fut fait en Irak et en Libye. On l’a vu à nouveau avec la destruction d’un convoi humanitaire, composé de 18 camions de l’ONU et du Croissant rouge qui a entrainée une vingtaine de morts :
    http://www.lefigaro.fr/international/2016/09/20/01003-20160920ARTFIG00036-syrie-un-convoi-humanitaire-bombarde-a-alep.php
    La présidente de l’Assemblée du peuple (parlement) Hadiya Abbas a annoncé que le renseignement syrien avait un enregistrement des pourparlers des terroristes de Daech et des militaires américains avant le raid américain à Deir ez-Zor ! Puis après avoir réalisé les frappes, les militaires américains ont pressé les terroristes d’attaquer les positions de l’armée syrienne.
    https://fr.sputniknews.com/international/201609261027922599-frappe-syrie-negociations-daech-usa/

    Si la diplomatie échoue, alors que ce conflit est déjà responsable de plus de 300.000 morts depuis 2011, que reste-t-il comme solution sinon une guerre thermo-nucléaire ? La Russie va-t-elle tout de même chercher à briser l’alliance de l’OTAN ou battre en retraite ? Il ne faut pas négliger que des éléments du gouvernement russe connus sous le vocable “d’intégrationnistes atlantistes” croient que ce qui est le plus important pour la Russie, c’est de s’intégrer dans le système occidental plutôt que de rester un pays souverain. Ils argumentent que si des pays comme la Grande-Bretagne, l’Allemagne et la France ont pu profiter d’être les vassaux des Etats-Unis, alors la Russie peut en faire autant. Le gouvernement russe garde probablement encore l’espoir qu’au moins quelques gouvernements européens vont reconnaître leur responsabilité et éviter la guerre en sortant de l’OTAN. Mais est-ce possible quand on sait que les hommes politiques européens, les médias sont totalement en leur pouvoir ? Udo Ulfkotte, un ancien rédacteur en chef du Frankfurter Allgemeine Zeitung, a publié un livre dans lequel il montre que la plupart des journalistes européens d’importance émargeaient à la CIA.
    http://www.zerohedge.com/news/2016-03-28/top-german-journalist-admits-mainstream-media-completely-fake-we-all-lie-cia
    Les civilisations capitalistes ne sont plus capables d’être humaines, parce qu’elles ont abandonné leurs valeurs chrétiennes pour d’autres exclusivement fondées sur l’argent, ce qui rend la soif du pouvoir, l’amoralité, le sens de la manipulation tous-puissants. Le mondialisme n’est en aucun cas un système de coopération ; c’est un schéma de domination absolue dont les peuples américains en deviendront aussi les victimes.

    Il n’y a donc rien de surprenant de constater que les mails d’Hillary Clinton confirment quel était le véritable objectif de la guerre : bloquer le plan de Kadhafi d’utiliser les fonds souverains libyens pour créer des organismes financiers autonomes de l’Union Africaine et une monnaie africaine alternative au dollar et au franc Cfa. Puis sur l’opération secrète pour démolir l’état syrien, en infiltrant à l’intérieur de celui-ci des forces spéciales et des groupes terroristes qui ont donné naissance à l’EI, la secrétaire d’Etat Hillary Clinton écrit le 31 décembre 2012 : « C’est la relation stratégique entre l’Iran et le régime de Bashar Assad qui permet à l’Iran de miner la sécurité d’Israël, non pas à travers une attaque directe mais à travers ses alliés au Liban, comme le Hezbollah ». Elle souligne alors que « la meilleure façon d’aider Israël est d’aider la rébellion en Syrie qui dure désormais depuis plus d’un an », c’est-à-dire depuis 2011, en soutenant que pour faire plier Bashar al Assad, il faut « l’usage de la force » afin de « mettre en péril sa vie et celle de sa famille ». Clinton conclut : « Le renversement d’Assad constituerait non seulement un immense bénéfice pour la sécurité d’Israël, mais ferait aussi diminuer la crainte israélienne compréhensible de perdre le monopole nucléaire ».
    http://reseauinternational.net/e-mails-explosifs-de-la-clinton/
    Ce soutien de l’administration Obama à Israël, vient d’être à nouveau confirmé par l’accord signé le 14 septembre à Washington, par lequel les Etats-Unis s’engagent à fournir à Israël les armements les plus modernes pour une valeur de 38 milliards de dollars en dix ans.

    Le 21 septembre, 3 missiles Calibre tirés par la flotte Russe sur un centre de commandement des terroristes dans la région d’Aleppo (Syrie) ont tué une trentaine d’officiers: Israéliens, britanniques, turcs, quataris et saoudis, qui dirigeaient les opérations des terroristes dans la région. Pourtant, de tous les pays présents en Syrie, seuls la Russie et l’Iran le sont légalement, à la demande du Président Assad. Les autres ne sont-ils pas en infraction par rapport aux règles internationales ?
    https://arabic.sputniknews.com/arab_world/20160920/1020196314.html
    https://rusreinfo.ru/fr/2016/09/syrie-attaques-de-missiles-russes-30-officiers-israeliens-brits-turcs-saudis-etc-tues/

    Les Russes ont informé les USA que tout avion survolant la Syrie sans autorisation préalable serait abattu.
    https://rusreinfo.ru/fr/2016/09/syrie-attaques-de-missiles-russes-30-officiers-israeliens-brits-turcs-saudis-etc-tues/

    Le 21 septembre 2016, le conseil de sécurité de l’ONU faisait le point de la situation en Syrie. Les différentes interventions des pays permettent de voir quel bord ils défendent. A écouter particulièrement le Venezuela (1h35) et bien entendu la Syrie (2h32) :

    « L’Alliance atlantique va bientôt envoyer en Syrie ses avions de détection et de commandement aéroporté AWACS », a déclaré le secrétaire général de l’Otan Jens Stoltenberg. Mais comment peut-il survoler un pays sans l’autorisation de celui-ci ? Et pourquoi faire puisque les djihadistes de l’Etat islamique n’ont même pas d’aviation ?
    https://fr.sputniknews.com/international/201609271027938816-otan-awacs-syrie/

    Réaction de l’ambassadeur syrien devant les Nations Unies le 25 septembre 2016 :

    Interview du président Assad, le 19 Octobre 2016 :

  3. Benoit dit :

    Dans le conflit syrien comme dans les autres, la guerre est aussi une guerre des mots. Et le sens qu’on leur donne influe sur la perception que nous avons des événements. Si Sputnik et les médias mainstream emploient les mêmes mots, nous n’en avons pas forcément la même interprétation. Décryptage.

    Aviation russe : elle est accusée régulièrement et le plus souvent sans preuve de bombarder des civils… ce qu’elle a certainement fait, comme toute aviation dans un conflit. Ses résultats sur le terrain en six mois d’opération ont en tout cas montré qu’en visant vraiment les terroristes, on arrivait à les faire reculer.

    Bavure : Quand la coalition internationale bombarde les troupes de l’armée régulière syrienne, c’est une bavure. Quand cette même coalition bombarde un hôpital, c’est un coup de la propagande russe. Quand la Russie ou l’aviation syrienne bombarde des groupes de terroristes, c’est un crime et une atteinte aux efforts de paix.

    Coalition : Bien déterminée à instaurer le chaos en Syrie, la coalition se compose de l’armée américaine, qui utilise selon ses besoins des troupes et des moyens appartenant à d’autres nations, comme l’Australie et le Danemark, qui ont bombardé les forces syriennes à Deir Ezzor.. Elle comprend aussi des puissances régionales, comme l’Arabie Saoudite ou le Qatar, qui ont armé et financé des groupes « rebelles » ou « djihadistes » comme Daech ou le Front Al-Nosra (ebaptisé Front Fateh al-Cham…). Mais ce n’est pas tout, il y a aussi la Turquie.

    Kurdes : au sol, les Kurdes représentent une force d’opposition aux terroristes de Daech. Soutenus par le Pentagone, ils ont remporté des victoires significatives contre les islamistes, dont certains groupes soutenus par la CIA. Mais c’est quand la Turquie, alliée des USA, est rentrée en Syrie que leur sort s’est vraiment compliqué et qu’il semblent désormais abandonnés à leur sort.

    Opposition modérée : étymologiquement, il s’agit des manifestants laïcs du printemps arabe de 2011. Militairement absents du conflit, ils ont été remplacés sur le terrain par l’Armée Syrienne Libre, qui réunit les rebelles islamistes alliés à la coalition.

    OSDH : L’Observatoire Syrien des Droits de l’Homme est la seule source à tenir les comptes du nombre de victimes du conflit. Elle est tenue par Rami Abdel Rahman, de son vrai nom Ossoma Suleiman, un sunnite laïc, membre de l’opposition, qui vit en Grande-Bretagne et qui n’a pas mis les pieds en Syrie depuis l’an 2000. Comme personne ne sait vraiment qui opère sur le terrain sous son autorité, la crédibilité de l’organisation repose sur la confiance que l’on peut faire à Rahman, que beaucoup soupçonnent d’être financé par le Qatar. Depuis 2014, l’Onu a cessé de décompte des victimes. L’OSDH a donc le monopole du comptage des morts du conflit syrien, avec un penchant, donc, pour les… rebelles.

    Rebelle : (du latin « rebellis », révolté) terme générique désignant l’ensemble des troupes opposées au président Bachar El Assad. Bien plus médiatiquement sexy que le terroriste, il ne s’en distingue concrètement en rien.

    Régime : terme péjoratif utilisé pour qualifier le gouvernement légal de la Syrie. S’il est difficile de citer ce pays comme exemple de démocratie, force est de constater que le régime de Bachar El Assad est élu et légal. Quant à l’opposition, qu’elle soit qualifiée de modérée ou non, jusqu’à preuve du contraire, elle ne représente qu’elle-même et bien souvent les intérêts de ses sponsors étrangers.

    Siège : opération militaire inacceptable quand ce sont des troupes syriennes qui encerclent une ville tenue par des rebelles. Effort de libération légitime quand c’est l’inverse. À noter qu’au petit jeu de qui assiège qui, la confusion est savamment entretenue. Ainsi, on parle régulièrement du siège d’Alep par les troupes d’Assad, alors que ce sont les djihadistes qui assiègent la ville depuis des années et n’en ont pris que quelques quartiers à l’est de la ville, que l’armée syrienne essaie de prendre ou de libérer, selon son point de vue.

    Terroriste : Utilisé pour désigner les combattants de Daech et du Front al Nosra. Ces derniers ne sont plus considérés comme des rebelles depuis quelques mois. Ils ne distinguent en tout cas des « rebelles » ni par l’idéologie (islamistes fondamentalistes pour la plupart d’entre eux) ni par les méthodes (massacres de civils, tortures, etc.).

    Trêve : Pause dans le conflit utilisée par les terroristes pour se regrouper et se réapprovisionner en armes et en munition. Pour les civils, l’occasion de souffler un peu dans ce terrible conflit. Évoquons à ce sujet la Rupture de la trêve : agacement des forces gouvernementales qui survient après plus de 300 violations de la trêve en une semaine par la partie adverse.

    Turquie : pilier du flan sud de l’OTAN, allié turbulent des USA, la Turquie est présente dans la coalition anti État Islamique. Pourtant, elle a longtemps servi de principal point d’entrée des combattants de Daech et de principal point de sortie du pétrole exploité par le groupe terroriste. Ankara a pénétré fin août en Syrie pour lutter contre Daech, mais en profite surtout pour attaquer les Kurdes, son principal ennemi dans la région.

    https://fr.sputniknews.com/international/201609211027859813-syrie-conflit-medias/

    La guerre :

    L’Académie de Géopolitique de Paris (AGP) organisait le 5 novembre 2016 à la Sorbonne, avec le centre Roland Mousnier, un colloque sur le thème du financement du terrorisme. Y participaient Ali RASTBEEN, président de l’AGP ; Karin GEVORGYAN, politologue ; Jean-Paul GOUREVITCH, consultant international sur l’Afrique ; Riadh SIDAOUI, directeur du CARAPS (Centre Arabe de Recherches et d’Analyses Politiques et Sociales à Genève) ; Dr Mowaffak AL-RUBAIE, membre du Parlement irakien et ancien conseiller à la Sécurité Nationale Irakienne ; Dr Peter PILZ, député autrichien ; Sinan BAYKENT, politologue ; Maître Elie HATEM, avocat à la Cour, enseignant à la Faculté Libre de Droit et d’Économie de Paris ; Sadek ALSAAR, président de Salam For Yemen :
    http://www.cercledesvolontaires.fr/2016/10/26/video-colloque-financement-terrorisme/

  4. Hervé dit :

    Un commandant d’Al-Nosra (Fatah al-Cham) a accordé une interview à un journal allemand, où il révèle que les Etats-Unis ainsi que d’autres pays soutiennent le groupe djihadiste en Syrie, confirmant ainsi ce que Moscou affirme depuis longtemps.

    Extraits de l’interview du commandant d’unité du Front Fatah al-Cham (anciennement Front Al-Nosra) Abou Al Ezz, accordée au journal allemand Koelner Stadt-Anzeiger et réalisé dans une carrière de pierre à Alep, le 17 septembre par le journaliste Jurgen Todenhofer.

    « «Oui, les Etats-Unis soutiennent l’opposition [en Syrie], mais pas directement. Ils soutiennent les pays qui nous soutiennent… Le groupe terroriste a gagné des batailles grâce aux missiles antichars TOW de fabrication américaine qui ont été «donnés directement» à ses troupes… Nos chars et de nombreux lance-roquettes sont venus de Libye via la Turquie… Quand le Front Al-Nosra a été assiégé, il y a eu des officiers de Turquie, du Qatar, d’Arabie saoudite, d’Israël et des Etats-Unis ici… Des experts en satellites, missiles, renseignement et caméras thermiques de sécurité… Les Américains sont de notre côté…

    Mais pourquoi l’Occident ne les soutient-il pas pas directement ? il y a pourtant dans leurs rangs de nombreux combattants d’Allemagne, de France, de Grande-Bretagne, des Etats-Unis et d’autres pays… Si les Etats-Unis assument l’armement du Front Al-Nosra, l’Arabie saoudite s’occupe quant à elle du financement du groupe. Le groupe terroriste est payé pour atteindre des buts militaires lors du conflit syrien. Nous avons reçu 500 millions de livres syriennes (plus de deux millions d’euros) de l’Arabie saoudite. Pour s’emparer de l’Ecole d’infanterie d’Al Muslimiya il y a quelques années, nous avons reçu 1,5 million de dinars koweïtiens (soit environ 450 000 euros) et cinq millions de dollars de l’Arabies saoudite (presque 4,5 millions d’euros)…. Les combattants de ce groupe utilisent le cessez-le-feu conclu par la Russie et les Etats-Unis le 9 septembre pour préparer une nouvelle offensive… Nous ne reconnaissons pas le cessez-le-feu. Nous regroupons nos forces dans toutes les provinces, notamment à Homs, Alep, Idlib et Hama, pour mener une attaque écrasante contre le régime dans les jours à venir… Le Front Al-Nosra est opposé à l’idée d’un gouvernement de transition en Syrie… Nous n’acceptons personne du régime d’Assad ou de l’Armée syrienne libre qualifiée de modérée. Nous avons pour but de renverser le régime et établir un Etat islamique, conformément à la charia… Le Front Al-Nosra fait partie d’Al-Qaïda mais ne regarde pas Daesh d’un très bon œil. Daesh est utilisé dans les intérêts et buts politiques de grandes puissances telles que les Etats-Unis, et ce groupe s’est éloigné de nos principes. La plupart des leaders de Daesh travaillent avec des services de renseignement, c’est clair pour nous. Nous, le Front Al-Nosra, avons notre propre voie… »
    http://www.ksta.de/politik/interview-mit-al-nusra-kommandeur–die-amerikaner-stehen-auf-unserer-seite–24802176-seite2

  5. Ahmed dit :

    Interview de Jacob Cohen sur le rôle de chien de garde d’Israël pour les Américains. d’où les 3,8 milliards donnés annuellement. Ce qui est énorme pour un pays de 7 millions d’habitants. Sans compter les dons privés d’au moins un milliard. Reste que ce petit pays a le pouvoir de déstabiliser n’importe quel état de son entourage. Il possèderait autour de 200 bombes et 6 sous-marins nucléaires. Les plus extrémistes d’entre eux n’hésitent pas à dire qu’ils n’hésiteraient pas à faire sauter l’occident si celui-ci ne la défendait pas en cas d’attaque.

    D’autre part, en Irak, les drapeaux de l’État islamique ont remplacé ceux du régime irakien installé par les États-Unis et celui du Gouvernement régional du Kurdistan. Un indice sur la provenance de ces nouveaux drapeaux est apparu le 7 octobre 2014, dans une dépêche de la Jewish Telegraph Agency de la ville du nord d’Israël, Nazareth Illit [ville israélienne de Galilée, créée en 1956 par des colons israéliens sur des terres appartenant à des paysans palestiniens expropriés, et jumelée en France avec Saint-Etienne]. La dépêche fait état de la trouvaille faite par des cultivateurs de la zone industrielle de Nazareth Illit, d’un sac tombé d’un camion, contenant 25 drapeaux de l’État islamique flambant neufs. On est évidemment là en droit de se demander si Soros et le NED (National Endowment for Democracy) ne délocalisent pas en Israël la production des drapeaux d’État islamique, mais aussi des anciens régimes pro-occidentaux de la région, pour les distribuer en Libye et en Syrie !
    http://lesakerfrancophone.fr/les-usines-a-faux-drapeaux-de-george-soros

  6. Otho dit :

    La britannique Vanessa Beeley, journaliste d’investigation revenant d’Alep, écrit pour le « 21st Century Wire » et « Mint Press ». Son père avait été ambassadeur au Moyen Orient. Selon elle, Alep fut divisée en deux lors de l’invasion terroriste en 2012. 600 000 civils ont fui Alep-est pour Alep-ouest dès l’invasion terroriste. Autour de 200 000 personnes seraient actuellement à l’est. Un quart d’entre eux sont composés des terroristes et de leur famille. Le reste est retenu en otage, servant de bouclier humain. Mais les médias occidentaux les décrivent comme faisant partie du Front al Nosra. Pourtant il est facile de remarquer que les 7 millions de Syriens déplacés ont préféré se réfugier en territoire tenu par le gouvernement. Et que dans celui là, aussi bien à Tartous ou à Lattaquié, on y trouve aussi bien des chrétiens que des sunnites ou des alaouites. Il y a véritablement une énorme propagande orchestrée par les médias occidentaux. Ainsi parle-t-on des 3 hôpitaux d’Alep-est : celui d’Al-Dakar, d’Al-Zahra et d’Abdul Aziz. Ils sont occupés par les terroristes. Les étages supérieurs servent à leurs snipers. Et les soins prodigués sont essentiellement donnés aux terroristes. En avril, les médias occidentaux avaient annoncé la destruction d’un des hôpitaux. Curieusement, celui-ci faisait à nouveau parler de lui. Pour les Syriens, il n’y a pas de différence entre tous les terroristes. Ils sont tous autant des criminels, tortionnaires que violeurs de leurs enfants ou de leurs familles. Et ces casques blancs, dits être une ONG indépendante, ne recevant aucune subvention des participants à ce conflit, reçoivent en fait au minimum une centaine de millions de dollars du camp occidental. Les USA leur auraient donnés 23 millions de dollars. Boris Johnson (de GB) leur a promis 32 millions de livres. Le Japon, Danemark et Hollande y contribuent aussi. L’Allemagne 7 millions… Cette curieuse ONG qui fabrique des preuves est sectaire. De plus elle vole des ambulances et même des camions de pompiers. Elle assassine des membres de la défense civile. Cette attitude avait été de même remarquée à Idlib, Delr Ezzor, Rakka etc… En fait c’est un groupe soutenu par les terroristes et agissant comme eux. Pourquoi donc les gouvernements occidentaux les décrivent-ils comme des acteurs humanitaires de premier plan ? Alors qu’ils ne servent qu’à mentir ? Ce qui est incroyable, on les a même proposé pour le prix Nobel de la paix !

    La vraie nature des Casques Blancs : une organisation qui travaille exclusivement pour l’OTAN aux côtés des terroristes :
    https://blogs.mediapart.fr/coriolan1949/blog/271016/casques-blancs-drapeaux-noirs
    Des membres des Casques Blancs ont été reçus le 18 et 19 octobre 2016 à l’Assemblée Nationale par Valls ainsi qu’à l’Elysée par Hollande.
    https://francais.rt.com/france/27816-syrie–malgre-polemique-francois
    Témoignage de Mère Agnès :

    Après Obama, peut-être que le criminel Sarkozy recevra lui aussi le prix Nobel. A Assad, qui avait décidé de ne pas choisir le pipeline Franco-Qatar, Sarkozy lui avait promis 30% des ressources qu’il occasionnait contre 70% pour la France. Assad, étonné de ce partage, lui avait fait remarquer que la Syrie n’était plus une colonie française. Sarkozy alors lui promit que son pays allait être mis à feu et à sang. Elle est belle la France ! Ne mérite-t-elle pas elle aussi de connaître une guerre civile ?

  7. Véronique dit :

    Daech: une fatwa justifie le prélèvement d’organes …

    Ce trafic très lucratif a commencé trois mois après la prise de contrôle de Mossoul et s’est accentué après la reprise par les troupes irakiennes et syriennes des champs pétroliers dont Daech tirait plus de 50% de ses revenus», précise un cadre du Ministère du pétrole. A ce jour, après avoir perdu près de 80% des territoires qu’il avait conquis, Daech ne possède plus en Irak que le champ pétrolier de Najma, situé au sud de Mossoul, dont la production n’excède pas 2000 barils par jour. L’exhumation par les forces irakiennes de fosses communes, dans lesquelles s’entassaient des corps sans cœur, rein, poumons ou encore rotules, a poussé les autorités irakiennes à tirer la sonnette d’alarme. En février 2015, l’ambassadeur d’Irak auprès de l’ONU, Mohammed al Hakim, accusait Daech de se livrer à du trafic d’organes sur les corps de combattants tués et d’avoir exécuté une douzaine de médecins à Mossoul ayant refusé de participer à ces prélèvements illégaux. Depuis, victimes et profits se sont multipliés sans qu’il soit possible de donner des chiffres précis. Les témoignages recueillis en Irak accréditent la thèse d’un trafic de masse orchestré par des terroristes islamistes en lien avec des réseaux mafieux.


    Ce même phénomène de trafics d’organes en lien avec le milieu mafieux avait été observé au Kosovo après l’accession au pouvoir de l’ex-chef de la milice UCK, le musulman Hashim Thaçi.
    https://blogs.mediapart.fr/jean63/blog/250814/trafic-dorganes-les-amis-de-bernard-kouchner-impliques
    De nombreux indices impliquent des anciens chefs de l’UCK, aujourd’hui au pouvoir, dans le trafic d’organes dont ont été victimes des prisonniers de l’Armée de libération du Kosovo (UCK). Des « exécutants » repentis ont avoué qu’en 1999 ils ont kidnappé des Serbes pour le compte de l’UCK. Transportés ensuite en Albanie, notamment dans une maison peinte en jaune, les captifs étaient tués d’une balle dans la tête. On leur prélevait les reins et d’autres organes qui étaient expédiés par avion dans d’autres pays. Curieusement, à chaque fois, Israël se trouve au centre de ce genre de trafic. Un Canadien n’a-t-il pas d’ailleurs témoigné avoir payé 105 000$ US à un citoyen israélien en 2008 pour organiser une transplantation de rein dans une clinique du Kosovo ? L’homme a raconté avoir rencontré à Istanbul, en Turquie, l’Israélien Moshe Harel, qui aurait organisé l’opération. Mais comment cet Israélien savait-il qu’au Kosovo on pouvait obtenir des organes ?
    http://www.lapresse.ca/international/europe/201203/23/01-4508812-trafic-dorganes-au-kosovo-un-canadien-temoigne.php


    Pierre Péan revient sur cet épisode dans son livre « Kosovo une guerre « juste » pour un Etat mafieux. » Il écrit : « Budimir Nicic, patron du Media Center, se souviendra toute sa vie de son face à face avec Bernard Kouchner », le 2 mars 2010 alors qu’il questionnait Kouchner pour Voice of America… En revoyant cette vidéo, Budimir Nicic lui dit se sentir « blessé et insulté » par la réaction de Bernard Kouchner : « Il fait semblant d’entendre parler de la “Maison jaune” pour la première fois…. J’avais mené une enquête auprès des familles de disparus et quelques-unes avaient mentionné Bernard Kouchner, en tant que patron de la Minule, comme l’un des responsables de leurs souffrances, aux côtés de la KFOR et des États-Unis… Naim Miftari, ancien cadre de l’UCK, qui témoigne désormais à visage découvert dans plusieurs procès ultrasensibles, va plus loin que Budimir : “En 1999, aucun crime ne pouvait être commis au Kosovo sans que Kouchner en soit informé”

    • Carlos dit :

      Autre juif bien connu, défendant les états criminels, Bernard Henri Lévy. Il fut partisan de la guerre en Irak en 2003, en Libye en 2011, puis d’une intervention militaire en Syrie. Il était évidemment pour les frappes du 14 avril en Syrie. Et pour plaider sa cause devant les médias, il n’a pas hésité à recourir à une fake news. Invité de C à vous sur France 5, le 10 avril, il répondait au journaliste Patrick Cohen, qui lui demandait : «Que répondre à ces révisionnistes en temps réel qui disent qu’il n’y a pas de preuves d’attaques chimiques à Douma et que Bachar el-Assad n’a pas d’intérêt à gazer les civils puisqu’il a gagné la partie militaire autour de Damas et dans la Ghouta ?» Il répondit en faisant un parallèle avec la guerre de Bosnie-Herzégovine (entre 1992 et 1995) : «Mais ils [les «révisionnistes»] disent toujours ça ! Je me rappelle en Bosnie, à Sarajevo, quand les Serbes envoyaient des armes chimiques sur le marché de Markala ou quand ils envoyaient simplement des obus, on disait…ce sont les Bosniaques qui se les sont tirés eux-mêmes.» (à partir de 7 mn) :

      Problème, aucun des deux massacres évoqués, ceux du marché du Markala du 5 février 1994 et du 28 août 1995, n’a été décrit par les enquêtes internationales comme ayant été d’origine chimique. Interrogé par l’AFP, Rusmir Smajilhodzic, journaliste de l’agence à Sarajevo, atteste également que «jamais une attaque chimique n’a été évoquée : ni à l’époque des faits, ni par la suite par des experts ou devant le Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (TPIY)».

  8. Nicole dit :

    Le témoignage de Julien sur les crimes de Daesh, protégé par les occidentaux dont les USA, la Turquie et l’Arabie saoudite.

    • Luc dit :

      Dans les emails d’Hillary, il est précisé que Daesh a été financé par les gouvernements d’Arabie saoudite et du Qatar, des alliées des pays de l’Otan. La fondation Clinton recevait aussi beaucoup d’argent de ces pays arabes quand elle était secrétaire d’état, poste qui lui permettait d’approuver des ventes d’armes massives particulièrement à l’Arabie saoudite (notamment un contrat de 80 milliards de dollars). Pour résumer, Clinton est soutenue par ceux qui aident l’Etat islamique.

      Mais que penser de François Hollande qui signe avec l’Arabie saoudite un contrat de plus de 10 milliards de dollars ?
      http://www.leparisien.fr/economie/rencontre-franco-saoudienne-paris-espere-des-contrats-juteux-24-06-2015-4889365.php
      On est en droit de croire qu’Hollande et son gouvernement sont avec Daesh et ses crimes de persécution des chrétiens et autres minorités. Hollande ne mérite-t-il pas de passer devant un Tribunal International avec Hillary ?

  9. Atlas dit :

    Attentat à la voiture piégée à Bagdad en Irak le 30 octobre 2016: « Action, on tourne »…
    https://www.liveleak.com/view?i=8d0_1478018838
    Une camera de surveillance a pu démontrer que cet attentat était en fait une opération false flag pour les médias.

    Cela ne les a pas empéché de tomber dans le panneau (voir photo 7 et dernière)
    http://www.dailymail.co.uk/wires/ap/article-3888776/In-dawn-assault-Iraqi-special-forces-near-Mosul-east.html

    Il y a aussi cette petite Syrienne que l’on sauve tout le temps. On l’a vue le 28 août dernier surgir avec un petit garçon des décombres d’un bombardement au bras d’un «casque blanc». Puis, toute seule, au bras d’un autre sauveteur sur un autre tas de gravats. Et d’un troisième, encore ailleurs… Le but, promouvoir les casques blancs :
    http://reseauinternational.net/manipulation-la-petite-syrienne-quon-sauve-tout-le-temps/

    Après la libération d’Alep, personne ne s’attendait vraiment à retrouver un seul membre de ces fameux héros humanitaires « Casques Blancs » parmi les Aleppins libérés. Ils s’étaient littéralement volatilisés. Etait-ce par humilité ou pour une raison sordide ?

    Une chose est sûre, l’un de leurs responsables a été reçu en grande pompe à l’Elysée par François Hollande
    http://www.france24.com/fr/20161019-francois-hollande-syrie-casques-blancs-syriens-visite-france-alep-elysee
    (mais refoulé à l’entrée des Etats-Unis pour ses liens avec des organisations terroristes).

    Ils furent aussi nominés pour le Prix Nobel de la Paix !
    http://rmc.bfmtv.com/emission/les-casques-blancs-syriens-en-lice-pour-le-prix-nobel-de-la-paix-on-veut-l-arret-du-massacre-des-syriens-1045237.html

    Le glamour d’un Oscar (« The White Helmets », d’Orlando von Einsiedel) a remporté l’Oscar du meilleur court-métrage documentaire lors de la 89e cérémonie qui s’est déroulée le 26 février 2017 à Los Angeles. Cela n’a pas suffi à dissimuler les liens des Casques Blancs avec Al-Qaida (le Front de Al-Nusra en Syrie) et divers autres groupes extrémistes, qui commettent des atrocités. Pourtant des rapports de médecins suédois, engagés pour les droits de l’homme, exposent des pratiques macabres, des fautes médicales et le soupçon d’utilisation d’enfants drogués ou morts comme figurants dans une campagne de propagande contre le gouvernement syrien.
    https://fr.scribd.com/document/344707888/06-04-2017-Les-Associations-Medicales-Suedoises-Affirment-Que-Les-Casques-Blancs-Ont-Tue-Des-Enfants-Pour-De-Fausses-Videos-d-Attaques-de-Gaz

    Ce qui est incroyable, Reporters sans frontière a tenté de faire annuler une conférence organisée par le club suisse de la presse le 28 novembre 17, avec la participation de Vanessa Beeley, journaliste anglo-saxonne qui avait révélé les liens entre l’ONG « Casques Blancs », et les djihadistes en Syrie. Heureusement, l’organisateur a tenu bon, et commenté cette tentative de censure :
    https://francais.rt.com/opinions/46060-conference-sur-casques-blancs-geneve-guy-mettan-rsf-politiquement-correct

    Autre action de propagande de l’Ouest mais cette fois dirigée contre la Russie: «Les opposants tués par les cruels Russes» se déplacent sur la vidéo, se frottant le nez (1.28-1.30), se sentant à l’aise. Il semble que la caméra ait été allumée avant de crier «Action !»….

    Interview du 30 avril 2017 à Bab Al Nairab, dans l’est d’Alep. L’ensemble de la rue avait été réquisitionné par les casques blancs et leurs collègues d’Al Nosra, alias Al Qaïda en Syrie. Ce cheikh indique clairement que les Casques blancs travaillaient avec le Front, partageaient le même bâtiment et collaboraient dans l’emprisonnement et la torture de civils :

    Photos de personnes tantôt en membres des Casques blancs, tantôt en soldats rebelles. L’un d’entre eux, Mo’ad Baresh, a été tué en combattant l’armée arabe syrienne dans les batailles pour Khan Touman, en mars 2016…

    Ne pas être étonné si après çà, les terroristes deviennent les défenseurs des droits de l’homme. On en est même à penser que l’EIIL pourrait présider les opérations de maintien de la paix de l’ONU…
    http://reseauinternational.net/bachar-al-jaafari-quand-le-terroriste-devient-le-defenseur-des-droits-de-lhomme-il-devient-possible-que-leiil-preside-les-operations-de-maintien-de-la-paix-de-lonu/

    « Les journalistes ‘grands reporters » ont vendu leur âme au diable! » en conclue Mère Agnès-Mariam de la Croix depuis son monastère de Qara en Syrie.


    Il y a aussi ce photographe égyptien qui avait décidé de se faire connaître sur les réseaux sociaux en publiant des mises en scènes qu’il voulait faire passer pour d’authentiques clichés pris à Alep. En passant devant le bâtiment en ruine qui servait de décor, les policiers avaient remarqué une mineure habillée d’une robe blanche ensanglantée et tenant un ourson en peluche dans les bras. L’ourson était également couvert de taches de sang. En réalité, il s’agissait de peinture rouge bien ordinaire. Ils décidèrent de mettre en garde à vue le photographe.
    https://fr.sputniknews.com/societe/201612201029255640-egypte-photos-alep/

    Selon le chroniqueur britannique du Daily Mail, Peter Hitchens, les reportages prétendument filmés sur le terrain à Alep et diffusés en grande quantité ces derniers jours par les médias britanniques auraient été préparés par des personnes se trouvant dans d’autres pays… Par exemple l’un d’entre eux, qui expliquait que dans Alep on avait assassiné des femmes et des enfants et que des gens ont été brûlés vifs, avait été préparés à Beyrouth (à 280 km d’Alep) et à Londres ! Car sur le terrain, il n’y avait aucun journaliste des organisations occidentales à Alep-Est !
    http://www.dailymail.co.uk/debate/article-4044792/PETER-HITCHENS-Amid-bombs-Aleppo-hear-lies.html

    Exemple de médias menteurs :

    Pourtant dans cette video on voit bien comment l’équipement des White Helmets est utilisé pour construire un « canon de l’enfer » comme ceux qu’utilisent les groupes terroristes !


  10. Tania dit :

    Le « monde libre » et le « reste du monde » (peintures de Mark Henson) :


    Après 4 années et demi de combats acharnés, Damas vient d’annoncer la reprise complète de la ville d’Alep aux rebelles islamistes. Les habitants de la partie ouest d’Alep laissent éclater leur joie…




    Chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la libération d’Alep et Noël :

    La bougie de Noël :

    Et cela malgré l’occident qui tenait tant à faire passer les pipelines du Qatar et de l’Arabie saoudite contre la volonté de l’état syrien. Lors de la libération 14 officiers du renseignement étranger ont été découverts dans un bunker. 8 saoudiens, un qatari, un jordanien, un marocain, un turc mais aussi un américain et un israélien ont été capturés avec des djihadistes de l’EI. Ce qui montre parfaitement le double langage criminel des occidentaux…. Et en dit long sur le mensonge depuis des années des médias dits mainstream.
    Mutaz Kanoğlu — Turquie
    David Scott Winer — États-Unis
    David Shlomo Aram — Israël
    Muhamad Tamimi — Qatar
    Muhamad Ahmad Assabian — Arabie saoudite
    Abd-el-Menham Fahd al Harij — Arabie saoudite
    Islam Salam Ezzahran Al Hajlan — Arabie saoudite
    Ahmed Ben Naoufel Al Darij — Arabie saoudite
    Muhamad Hassan Al Sabihi — Arabie saoudite
    Hamad Fahad Al Dousri — Arabie saoudite
    Amjad Qassem Al Tiraoui — Jordanie
    Qassem Saad Al Shamry — Arabie saoudite
    Ayman Qassem Al Thahalbi — Arabie saoudite
    Mohamed Ech-Chafihi El Idrissi — Maroc
    https://twitter.com/i/web/status/810963327782424576
    En février 2012, une quarantaine d’officiers turcs et une vingtaine d’officiers français avaient été restitués à leur armée d’origine, soit par l’intermédiaire de Mikhaïl Fradkov (directeur des services de Renseignement russe), soit directement à l’amiral Edouard Guillaud (chef d’état-major français) à la frontière libanaise.

    Le 19 décembre 2016, le Conseil de sécurité votait à l’unanimité l’envoi d’observateurs à Alep alors qu’ils sont sur place depuis des années : le Croissant rouge syrien [SARC], le Comité international de la Croix rouge [CICR], l’OCHA [Office for the Coordination of Humanitarian Affairs], l’ONU…

    Au même moment était dévoilé un document par wikileaks de Jake Sullivan (qui était l’assistant adjoint du président Barack Obama et le conseiller à la sécurité nationale du vice-président Joe Biden). Il avait déclaré dans un courriel à Hillary Clinton, en 2012, qu' »Al-Quaïda est de nôtre côté » constatant que les positions de leur leader Ayman Al-Zawahiri allaient dans le sen de la politique étatsunienne visant à un changement de régime en Syrie.
    https://wikileaks.org/clinton-emails/emailid/23225

    A remarquer que les hommes politiques français, de droite comme de gauche, suivaient comme des « toutous » la décision diabolique américaine. Rendant chaque Français complice de ces massacres. Et le chef du gouvernement à l’époque (début de la guerre en 2011) n’était-ce pas Fillon ? Celui pour qui à nouveau, les Français dits « Républicains » ont choisi. Ces derniers de complices ne sont-ils pas devenus des criminels ?

    « Nous sommes les vassaux des américains, de l’Arabie Saoudite et du Qatar » affirme Marc Fromager, directeur de l’Aide à l’Eglise en Détresse. Dans son dernier livre « Guerre, Pétrole et radicalisme. Les Chrétiens d’Orient pris en étau », l’écrivain revient sur la situation dramatique des Chrétiens d’Orient présents en Syrie et en Irak. Il explique comment les chrétiens réussissent à résister à l’emprise de l’Etat Islamique et le rôle qu’ils jouent pour entretenir une entente entre les chiites et les sunnites :

    Selon Le Canard enchaîné, Al-Quaïda en Syrie a bien été protégé par Obama et Hollande. Ne devraient-ils pas être jugés devant la CPI ?
    http://le-blog-sam-la-touch.over-blog.com/2016/11/selon-le-canard-enchaine-al-quaida-en-syrie-a-ete-protege-par-obama-et-hollande.faut-il-les-juger-devant-la-cpi.html
    Les titres de l’Agence France Propagande (AFP) démontre qu’elle aurait visiblement préféré que les habitants restent prisonniers de ces islamistes qui les exécutaient à bout portant lorsqu’ils tentaient de fuir vers les zones qui étaient sous contrôle du gouvernement.


    Christopher Rothenberg, du journal norvégien Aftenposten pose 2 questions à Eva Bartlelt :

    Mais le plus drôle, le maire d’Alep-est, Brita Hagi Hasan, allait être reçu par le Conseil européen. Mais ce maire élu par personne car il n’y a pas de mairie à Alep-Est, ou Ouest, Sud, Nord, Centre… Ce pion occidental avait été qualifié de « président du comité civil d’Alep », organisation financée par cinq gouvernements, dont les Etats-Unis et le Royaume-Uni.
    http://www.lemonde.fr/syrie/article/2016/10/19/a-paris-des-elus-pro-assad-ciblent-les-casques-blancs-syriens_5016241_1618247.html

    En France, d’origine russe, Andreï Makine a dénoncé les actions criminelles de l’Otan dans son discours de réception à l’Académie française le 15 décembre 2016.
    https://www.upr.fr/actualite/france/lecrivain-dorigine-russe-andrei-makine-denonce-actions-criminelles-de-lotan-discours-de-reception-a-lacademie-francaise-15-decembre-2016

    En Irak, les forces spéciales irakiennes luttent toujours contre les jihadistes de l’organisation État islamique (EI) pour reprendre le quartier d’al-Tamim, dans l’est de Mossoul :

    Éric Denécé, directeur du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R), n’hésite pas à dénoncer à son tour le grossier trucage des informations sur la Syrie par les médias mainstream : « Un tiers d’Alep est victime des bombardements, là où se trouve les terroristes. »

    « The Last Refuge » a dévoilé le 1er janvier 2017 l’enregistrement audio complet de 36 minutes d’une conversation entre le secrétaire d’État, John Kerry, et des membres de « l’opposition » syrienne. La conversation a eu lieu le 22 septembre 2016, en marge de l’Assemblée générale des Nations unies. On entend le secrétaire d’État:

    • confirmer que le but stratégique de la guerre menée depuis 2011 par l’administration Obama contre la République arabe syrienne est de renverser le régime.
    • confirmer que l’administration Obama espérait que Daesh serait en mesure de renverser à sa place la République arabe syrienne.
    • confirmer que l’administration Obama a approvisionné Daesh en armes pour qu’il renverse la République arabe syrienne. (Kerry explique avoir entraîné et armé l’opposition syrienne mais ne mentionne pas explicitement daesh. Cela dit, l’opposition syrienne autre que daesh ne veut guerre mieux. Il s’agit d’al nosra et de l’ASL qui a prêté allégeance à daesh et ils commettent tous des atrocités avec des armes US).

    Cet enregistrement met fin au mythe de la prétendue révolution syrienne aussi bien qu’à celui de la lutte de l’Occident contre Daesh. Il permet de mieux comprendre les tensions au sein de l’administration Obama et la démission du général Michael Flynn. En droit international, le soutien à Daesh viole plusieurs résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies et constitue un crime contre l’Humanité.


    Mais le plus absurde n’est-il pas de voir le prince héritier saoudien Mohammed bin Nayef, également vice-premier ministre et ministre saoudien de l’Intérieur recevoir la médaille de George Tenet des mains du directeur de l’Agence centrale de renseignement américaine (CIA), Mike Pompeo ? Pourquoi cette récompense ? Pour les efforts du renseignement saoudien contre le terrorisme et la contribution du Royaume à la paix et à la sécurité mondiale….
    https://fr.sputniknews.com/international/201702121030054241-cia-arabie-absurde/

    • Didier dit :

      Cela explique pourquoi le captagon, utilisé notamment lors du Printemps Arabe, mais aussi durant la guerre contre la Syrie, est fabriqué en Bulgarie. D’après Courrier International, qui rapporte l’information, le captagon serait fabriqué depuis 2011 dans un « laboratoire de l’Alliance atlantique » (Otan), en Bulgarie. La molécule (fénéthylline), issue de la famille des amphétamines, était à l’origine prescrite pour soigner l’hyperactivité, la narcolepsie et la dépression. Classé depuis 1986 dans la catégorie des stupéfiants, le captagon est, dès lors, officiellement interdit.
      http://www.courrierinternational.com/article/vu-de-bulgarie-aux-origines-de-la-potion-magique-de-daech
      Le ministère de la Défense bulgare a officiellement, lui, démenti l’existence d’un « labo » de l’Otan dans le pays : « La production de captagon comme de tout autre produit psychotrope ne fait pas partie des activités ni des objectifs de l’organisation [l’OTAN]. » De son côté, l’ex-ministre de la Défense, Nikolaï Tsonev, loin d’être convaincu par cette déclaration, parle « d’un mensonge éhonté ».

      Cette utilisation de drogue comme de moyens de programmation mentale des gens par la CIA
      http://mk-polis2.eklablog.com/des-enfants-ont-ils-ete-tortures-lors-des-experiences-de-controle-ment-a98670941
      se retrouvent chez Daesh. Quelques extraits du récent documentaire de France 5 « Les enfants de Daesh » qui abordent la question des traumatismes visant la programmation mentale, pour produire des tueurs.

      A noter que les mêmes anglo-sionistes cherchent aussi par tous les moyens à dévier l’orientation sexuelle des enfants, en leur faisant que toutes les déviances sont normales.

  11. Carlos dit :

    Krach d’un avion militaire russe en route pour la Syrie. Sur les 92 passagers qui se trouvaient à bord de l’avion Tupolev-154 qui s’est abîmé le 25 décembre 2016 dans la Mer Noire, se trouvaient 60 membres de l’Ensemble Alexandrov qui faisait partie des chœurs de l’armée rouge. Ceux-ci se rendaient en Syrie pour donner un concert à la base aérienne de Lattaquié, mais également pour participer aux fêtes du Nouvel An sur la base aérienne de Hmeimim
    http://www.la-croix.com/Monde/Europe/Crash-avion-militaire-russe-2016-12-25-1200812790

  12. Ursule dit :

    Apparition à partir du 20 décembre 2016 d’un police militaire russe à Alep alors que les « casques blancs » ont disparu du paysage en même temps que les jihadistes.

    Par contre, les «Casques blancs» ont remporté l’oscar du meilleur court métrage documentaire. L’occident félicite le Front al-Nosra pour son premier Oscar.
    https://fr.sputniknews.com/international/201703141030447808-assad-casques-blancs-oscar-syrie/

    Le 7 janvier 2017, une attaque sur l’aéroport d’Alep en présence de 3 députés français n’était certainement pas due au hasard !

    La journaliste Charlotte d’Ornellas présente put le lendemain interviewer le président Bachar el-Assad :

    La France a trahi ! Son gouvernement qui a soutenu les terroristes mérite de passer devant une haute cour de justice.

    Ce qu’en pense le journaliste italien Giulietto Chiesa :

  13. Sophie dit :


    Le régime israélien combat contre les Syriens mais d’une manière indirecte. Quelquefois, il ne s’en cache pas en aidant plus directement les groupes terroristes qui agissent pour son compte. Israël a envoyé plusieurs fois ses chasseurs contre l’armée d’Assad. Mais le missile antibalistique israélien Hetz, ne parvient pas à bien intercepter le S-200 syrien. Les USA ont fini aussi par bombarder les Syriens à Deir ez-Zor ! De même Palmyre fait partie du plan américain visant à démembrer la Syrie et les pays de la région (le nord, l’est et le sud-est de la Syrie).
    http://www.presstv.ir/DetailFr/2017/03/18/514830/Pourquoi-Isral-a-frapp-Palmyre
    Cette politique criminelle de l’occident (Israël compris), est défendue par les partis européens. En France, même le FN ne la dénonce pas, contrairement à l’UPR.
    https://www.upr.fr/actualite/les-pilotes-americains-et-de-lotan-ont-interdiction-de-bombarder-les-terroristes-de-al-qaida-et-al-nosra-finances-et-armes-par-loccident

    Plan occidental expliqué par Thierry Meyssan :

    Note de lecture sur l’ouvrage de Thierry Meyssan « Sous nos yeux » consacré à la destruction de la Libye et à la guerre de Syrie.

    Mais qu’appelle-t-on Moyen Orient ? Les expressions « Moyen-Orient » et « Proche-Orient » représentent deux entités relevant d’une logique géopolitique, et non pas géographique, assez floues, couramment utilisées aujourd’hui dans les médias et que l’on a tendance à confondre. L’Orient a marqué pendant des siècles les limites de l’influence européenne : il est proche, moyen ou extrême en fonction de la distance qui le sépare du Vieux continent.
    http://www.lesclesdumoyenorient.com/Moyen-Orient-et-Proche-Orient.html

  14. Nicklos dit :


    C’est sans mandat de l’ONU, ni décision du congrès américain, que Trump a attaqué jeudi soir 6 avril l’armée arabe syrienne. 59 missiles Tomahawk ont été tirés de deux bâtiments stationnés en mer Méditerranéenne (USS Porter & USS Ross). Tous les avions stationnés sur cette base seraient détruits.
    http://www.huffingtonpost.fr/2017/04/06/les-tats-unis-ont-declenche-une-frappe-en-syrie-apres-lattaque_a_22029448/
    http://www.huffingtonpost.fr/2017/04/06/la-syrie-denonce-l-agression-americaine-visant-des-cibles-milit_a_22029511/?utm_hp_ref=fr-homepage

    L’analyse de Bassam Tahhan sur les 36 missiles qui n’ont pas touchés leur cible :

    Pourquoi les médias ne parlent-ils pas de ce qu’ont subi le 7 avril 2017 les civils de la ville irakienne de Mossoul ? Abdul Sattar Al Habu, maire de la ville, a affirmé que « Daech a utilisé des obus contenant des gaz et du chlore contre les civils et les militaires de l’armée gouvernementale se trouvant dans les régions déjà libérées de Yarmouk et de Matachin. » Ce n’est évidemment pas la première fois que Daech utilise des armes chimiques en Syrie et en Irak. Les pays occidentaux restent très largement silencieux face à cette réalité, malgré les preuves présentées par les deux États moyen-orientaux et l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC).
    http://www.presstv.ir/DetailFr/2017/04/09/517385/Silence-de-lOccident-face–lusage-de-larme-chimique-par-les-terroristes–Mossoul

    • sirchrisdean dit :

      C’est pire que la contre offensive des Ardennes…! Et cela a un goût de déjà vu :

      Pour Peter Ford, ex-ambassadeur UK en Syrie : « Assad n’est pas l’auteur des attaques chimiques. »

      Et que nous dit Richard Black, sénateur américain: : « Je défie quiconque de prouver que la Syrie a utilisé des armes chimiques »

      Un spécialiste du MIT conteste les preuves américaines accusant Damas d’attaque chimique :

      https://francais.rt.com/international/36847-professeur-mit-conteste-preuves-americaines-attaque-chimique-syrie
      http://www.washingtonsblog.com/wp-content/uploads/2017/04/The-Nerve-Agent-Attack-that-Did-Not-Occur__Analysis-of-the-Alleged-Nerve-Agent-Attack-at-7-AM-on-April-4_2017-in-Khan-Sheikhoun_Syrian_April182017_Optimized_.pdf
      Pour un ex de la CIA, Robert D. Steele, les Casques Blancs ont été payés pour créer une attaque chimique sous fausse bannière pour tromper le président Donald Trump et ses conseillers les plus proches. Sont impliqués dans cette opération false-flag, le général McMaster, l’ex-chef de la CIA John Brennan, et le sénateur John McCain. Les sionistes sont absolument derrière eux et leurs partenaires proches en Arabie Saoudite et au Qatar. . L’influence d’Israël aux États-Unis est basée sur la corruption et le chantage, tels que développés par les agents du Mossad Jeffrey Epstein et Ghislaine Maxwell, avec leurs réseaux de pédophilie et les vidéos de tous ceux qu’ils peuvent attirer à l’île de Lolita dans les Caraïbes et à leur hôtel sans nom à New York City.
      http://phibetaiota.net/2017/04/robert-steele-the-syrian-missile-attack-theatrics-house-cleaning-false-flag-attack-organized-by-mccain-brennan-mcmaster-funded-by-saudi-arabia-and-israel/
      Le journaliste chevronné Seymour Hersh a une fois de plus lâché une bombe médiatique qui pulvérise la version officielle de l’attaque aux armes chimiques de Khan Cheikhoun grâce à une conversation interceptée entre un soldat US et un analyste US de la sécurité :
      http://reseauinternational.net/frappe-aerienne-en-syrie-on-a-un-ptain-de-probleme/

      Ce n’est un secret pour personne, que l’oligarchie américaine a un plan de remodelage du Proche et Moyen Orient :

      La réaction de l’homme politique français le plus droit parmi ceux qui se présentent aux élections :

      Le 25 mars, la journaliste anglaise indépendante Vanessa Beeley, osa dire haut et fort que c’est bien l’Otan qui finance les terroristes en Syrie, d’où la necessité pour la France de la quitter :

      Alors ? Les USA envisageraient-ils l’invasion de la Syrie avec plus de 150.000 hommes ?
      http://breizatao.com/2017/04/10/syrie-les-usa-envisageraient-linvasion-de-la-syrie-avec-plus-de-150000-hommes/
      Ils pourront ainsi participer au développement des marchés aux esclaves, comme il se pratique en ce moment en Libye :
      http://afrique.latribune.fr/politique/2017-04-13/-marches-d-esclaves-quand-la-libye-devient-la-nouvelle-goree.html

      Cette connivence des «néoconservateurs», qu’ils soient US, français, anglais, canadiens, australiens au profit de l’État hébreu, est de plus en plus visible. Grâce à Wikileaks, on sait que le projet de renverser Bachar El Assad était prévu aux USA bien avant le déclenchement des manifestations à l’origine de la guerre civile…. Cela confirme ce que déjà disaient le général Clark, ex commandant en chef de l’OTAN et l’ancien ministre français des affaires étrangères Roland Dumas.
      https://wikileaks.org/plusd/cables/06DAMASCUS5399_a.html
      https://wikileaks.org/clinton-emails/emailid/18328
      Les hauts responsables de l’État Hébreu n’ont jamais caché qu’ils préféraient DAESH en Syrie, moins dangereux pour eux que Bachar, allié de l’Iran.
      http://www.liberation.fr/direct/element/entre-daech-et-liran-il-choisitdaech_29062/
      Ainsi, le 10 septembre 2016 sur le Golan, le 10 Novembre 2016 à Quneitra, le 6 décembre 2016 à Damas, le 13 mars 2017 près de Palmyre, des positions de l’Armée Syrienne ont été bombardées par Israël en soutien des islamistes. Par ailleurs, «pour des raisons humanitaires», des soins aux djihadistes blessés ont été prodigués dans des hôpitaux israéliens. Trois journaux israéliens, Haaretz, le Jerusalem Post, JSS News, se sont réjouis, en octobre 2016, du niveau des donations de la communauté juive américaine aux deux candidats principaux à la présidentielle US. Selon JSS News et le Jérusalem Post, 50% des donateurs de Clinton, qui a dépensé 1,3 milliard de $ pour sa campagne, et 25% des donateurs de Trump, qui n’en a dépensé que 780 millions, étaient juifs. Selon Haaretz qui nous livre leurs noms, les 5 plus gros donateurs de Clinton étaient également juifs. Mais pourquoi diable Israël se réjouit-il d’un tel constat ?…… Le lobby US pro-Israël (AIPAC) avait reçu les deux candidats pour un grand oral en mars 2016 et avait choisi de soutenir Clinton. Par prudence, il avait «investi» dans les deux camps, tout en favorisant largement Hillary. Les donateurs attendent, comme dans toutes les élections US précédentes, les retours sur investissement qui se traduisent, généralement, par l’octroi de postes d’influence dans la nouvelle administration. On comprend mieux les raisons pour lesquelles la politique étrangère des USA est intimement liée aux intérêts de l’État Hébreu et pourquoi Israël a pu violer impunément 71 résolutions de l’ONU, parce que protégé de toute condamnation et de toute sanction par le veto US. C’est ainsi que Benjamin Netanyahou est le seul chef d’État au monde à pouvoir imposer au Président américain sa présence au Congrès US et à pouvoir lui donner des leçons, devant toute la chambre des représentants, comme il l’a fait le 3 mars 2015.
      http://jssnews.com/2015/03/03/le-discours-integral-et-en-francais-de-benjamin-netanyahu-devant-le-congres-americain-3-mars-2015/
      En France, le livre-enquête de Vincent Jauvers, grand reporter au «Nouvel Obs», publié en avril 2016 sur: «La face cachée du quai d’Orsay: un ministère à la dérive», fait apparaître une prise de contrôle de ce ministère par un groupe de diplomates, surnommé «la secte», d’obédience «néoconservatrice». Ces diplomates ont presque tous «servi» aux États Unis et travaillent en liaison étroite avec «leurs frères néoconservateurs US». Dans la doctrine «OBAMA» publiée dans la revue «The Atlantic» d’avril 2016, sont expliqués les conflits qu’Obama dut arbitrer entre les faucons de son administration, sous influence néoconservatrice, conduits par Hillary Clinton, puis Kerry, Samantha Power, les sénateurs Mc Cain et Lindsay Graham qui préconisaient l’intervention en Syrie et ceux, conduits par Mc Donough, son chef d’état major, et Joe Biden son vice président, qui estimaient inappropriées et contre-productives les ingérences militaires US tous azimuts dans le reste du monde. On y apprend qu’Obama a eu un gros doute sur la véracité de l’utilisation des gaz par Bachar el Assad en août 2013, lorsque James Clapper son directeur du renseignement national a interrompu un briefing quotidien pour lui dire clairement que «les renseignements sur l’usage de gaz sarin en Syrie, quoique solides, n’étaient pas « en béton»…… Obama a eu alors le sentiment de se faire mener en bateau par les «faucons de service», utilisant un faux prétexte (comme celui des armes de destruction massive pour la guerre d’Irak), pour le pousser à intervenir en Syrie. Pour rappel, tous les faucons désignés par Obama entretiennent des liens très étroits avec Israël. Si les documentaires télévisés : «Mensonges, guerre et vidéo» diffusé sur la chaîne parlementaire française LCP le 29 mars 2013

      et celui diffusé sur FR3 en mars 2013: «Documentaire Irak : Quand la France dit Non à l’Amérique»

      expliquent très bien le montage, les mensonges des politiques et les manipulations médiatiques qui ont prévalu dans la préparation de la campagne «occidentale» de 2003 contre l’Irak et le triste rôle joué par les néoconservateurs US dans cette affaire ; si des procédés similaires furent utilisés contre la Syrie, par contre les autres médias occidentaux, ré-écrivent l’histoire, occultent ou déforment les faits. Les soi-disant «experts» sont soigneusement sélectionnés pour dire ce que l’ «on» souhaite qu’ils disent. S’ils s’écartaient du «politiquement correct» pour aborder les vérités, ils ne seraient tout simplement jamais réinvités …… A la base donc de tous ces mensonges, les néoconservateurs américains. Ceux qui ont fondé le PNAC ( Project for a New American Century ), et rédigé le texte de référence «Rebuilding America’s Defenses» en 2000, sont d’ascendance juive Krauthammer, Kristol, Podhoretz, Perle, Kagan, Horowitz, Wolfowitz, etc.) et très solidaire de l’état hébreu, par le biais de l’AIPAC (American Israeli Public Affairs Committee), lobby le plus puissant des USA. Le néoconservatisme, qui est généralement perçu comme une droite républicaine extrême, est en réalité un mouvement intellectuel né à la fin des années 1960 au sein de la rédaction de la revue mensuelle Commentary, l’organe de presse de l’American Jewish Committee qui a remplacé le Contemporary Jewish Record en 1945. The Forward, le plus ancien quotidien juif américain, écrit dans un article de 2006: «S’il y a un mouvement intellectuel en Amérique dont les juifs peuvent revendiquer l’invention, c’est bien le néoconservatisme. Cette pensée horrifiera sans doute la plupart des juifs américains, majoritairement libéraux. Et pourtant c’est un fait qu’en tant que philosophie politique, le néoconservatisme est né parmi les enfants des immigrants juifs et qu’il est actuellement le domaine particulier des petits-enfants de ces immigrants». L’apologiste du néoconservatisme Murray Friedman explique cela par la bénéficience inhérente au judaïsme, «l’idée que les juifs ont été placés sur terre pour en faire un monde meilleur, peut-être même plus sacré».
      http://www.voltairenet.org/article177373.html
      Ce sont les néoconservateurs, qui, à la suite du 11 septembre 2001, ont pris la réalité du pouvoir aux États Unis (Affaires étrangères, Défense et Sécurité Nationale surtout) et ce sont eux qui ont prôné les guerres d’Irak et d’Afghanistan (les premiers des sept pays dont ils voulaient changer les gouvernements pour les remplacer par des gens à leurs bottes). Le rôle de l’ashkénaze Paul Wolfowitz fut ici déterminant. Dans le lancement de la « révolution » de Maïdan en Septembre 2013, pour affaiblir une Russie qui venait juste « d’interdire » l’intervention militaire occidentale programmée en Syrie et occupée par la préparation des Jeux Olympiques de Sotchi, on a l’ashkénaze Victoria Nulland. Les néoconservateurs américains font tout pour que les pays, ennemis potentiels d’Israël, s’autodétruisent par des guerres civiles ( Irak, Libye, Syrie). Mais la haine semée par les «croisades» de la «coalition occidentale», perçues par le monde de l’Islam comme injustes, peu respectueuses des droits de l’homme et de la simple humanité (500 000 morts en Irak dont beaucoup de femmes et d’enfants, humiliations d’Abou Ghraib, torture à Guantanamo et ailleurs, bavures à répétition dans les bombardements US), explique, pour une très large part, la montée de l’islamisme intégriste et du terrorisme qui l’accompagne.

      Et la crise migratoire en Europe est aussi la conséquence tragique des ingérences tous azimuts désastreuses de cette coalition occidentale au nom des «droits de l’homme» et de la «démocratie». Pour Israël, outre le chaos organisé chez ses voisins, il y aurait aussi des possibilités d’élargissement de ses frontières. Notamment pour aller dans le sens de ce rêve sioniste d’un grand Israël (Eretz Israël). L’annexion du Golan, château d’eau de la région, et d’une frange de territoire au Sud Liban allant jusqu’au fleuve Litani lui permettrait de résoudre tous les problèmes d’alimentation en eau du pays pour des décennies. Ces espoirs d’annexion ne sont évidemment pas jouables avec Bachar à la tête de la Syrie
      http://www.geolinks.fr/geopolitique/lenjeu-geopolitique-des-ressources-naturelles-pour-israel/
      Par contre, on ne voit pas l’appareil médiatique occidental dont la puissance fait, à elle seule, l’opinion mondiale, s’en offusquer, surtout lorsqu’on connaît les ascendances et l’appartenance communautaire d’une forte majorité des dirigeants, propriétaires et principaux acteurs de ces médias occidentaux. Israël pourra coloniser, pratiquer un nettoyage ethnique et massacrer en toute quiétude les Palestiniens en les assimilant à l’Islam donc à des «terroristes» potentiels.

      La societé reste profondément divisée entre les Séfarades et Ashkénazes. S’il n’existait pas une menace permanente pour préserver une certaine unité, ces deux groupes se taperaient dessus….… L’existence de Daesh et d’un islamisme « terroriste » à ses frontières sert donc les intérêts d’Israël tout en dégradant l’image de l’Islam. Cela peut expliquer le peu d’empressement de «la coalition occidentale» à combattre Daesh. Si la «coalition occidentale» a été capable d’effectuer une moyenne de 800 sorties aériennes/jour pendant 4 mois lors de sa croisade irakienne en 2003; et réaliser une moyenne de 500 sorties/jour pendant 78 jours sur la Serbie en 1999, elle n’a effectuée que moins de 10 sorties / jours pour aider les Kurdes à Kobane, sur un ennemi pourtant concentré et parfaitement localisé. En un an de campagne aérienne en Syrie, cette même coalition a obtenu des résultats infiniment moindres que les Russes en un premier mois de frappe. Avant les événements du 13 Novembre 2015, la France n’avait frappé Daesh en Syrie que 3 fois en 3 mois. Les Russes avec 1600 sorties en un premier mois d’intervention ont fait immédiatement reculer Daesh. Il faut dire que la France est le 3ème pays, après les USA, et Israël, pour l’effectif de sa communauté juive dans le monde. On remarque aussi que les 5 pays ayant les communautés juives les plus nombreuses et donc les lobbies pro-Israël les plus puissants de la diaspora ont tous une politique étrangère strictement alignée sur celle des néoconservateurs américains (USA, FR, Canada, GB et Australie), notamment sur les questions de Syrie et d’Ukraine…… Les départements ministériels des affaires étrangères et de la Défense de ces 5 pays, qui s’autoproclament souvent, à eux seuls, «communauté internationale», sont de plus en plus noyautés par des « sayanims ». En France, Mr Sarkozy, citoyen d’honneur d’Israël,
      http://jcpa-lecape.org/sarkozy-le- monde-juif-et-israel/
      a mis ses pions en place de 2007 à 2012. Il a modifié à presque 180° la position de la France sur le problème palestinien. Il a aidé, par le biais des investitures, à l’élection d’une large part des 60 députés franco-israéliens (double passeport et double nationalité) à l’assemblée nationale française. Il a réalisé le retour de la France dans l’OTAN après s’être rapproché de ses « frères néoconservateurs » américains. Il est à l’origine, avec le sayan notoire BHL, de la désastreuse équipée libyenne. Mr Fabius a repris le flambeau en prenant le ministère des affaires étrangères sous la présidence Hollande, avec son directeur de cabinet Alexandre Ziegler….. Il a muté certains ambassadeurs au Proche et Moyen-Orient, soupçonnés d’être pro-arabes, en Amérique du Sud ou en Europe, pour les remplacer par des gens à lui.
      http://blog.lefigaro.fr/malbrunot/2013/09/quai-dorsay-les-ambassadeurs-a.html
      On trouve à la Défense, le directeur de cabinet Cédric Lewandovski, le premier directeur de la communication Sacha Mandel, le directeur de la stratégie à la DGSE Christophe BIGOT, (ancien ambassadeur en Israël) mis en place par Sarkozy etc…..
      http://www.voltairenet.org/article179963.html
      Il y a aussi Mr Moscovici, Mr Peillon, Mr Valls qui a proclamé lui même son lien indéfectible à Israël, Mme Azoulay qui est en charge de distribuer les subventions gouvernementales. Les mêmes scénarios se sont produits au Canada sous Stephen Harper, en GB sous Tony Blair, en Australie sous Julia Gillard. Le président Mitterrand déclarait déjà à Jean d’Ormesson le 17 mai 1995 «« Vous constatez là l’influence puissante et nocive du lobby juif en France ».
      http://www.juif.org/blogs/65109,mitterrand-denoncait-l-influence-puissante-et-nocive-du-lobby-juif.php
      Pour voir un vrai néoconservateur à l’œuvre sur l’affaire syrienne, visionner l’audition à la Commission de la Défense US au Sénat du secrétaire à la Défense US, Ashton Carter, et du général Dunford Chef d’État major des Armées US (le numéro 1 dans la hiérarchie militaire des USA) par un « fou furieux »: le sénateur néoconservateur républicain Lindsey Graham qui n’hésite pas à faire les questions et les réponses en s’appuyant sur un mensonge éhonté: «Assad tire sur son peuple et a tué 250 000 personnes en Syrie» :

      Le même «fou furieux» prenant ses ordres à Tel Aviv:
      http://www.nytimes.com/politics/first-draft/2015/05/27/lindsey-graham-reiterates-support-for- israel-our-best-friend/

      http://reseauinternational.net/usa-syrie-france-israel-pour-mieux-comprendre-le-conflit-syrien-general-2s-dominique-delawarde/

      • Anne dit :


        L’ancien haut gradé de l’armée, le ministre israélien du Logement, Yoav Galant, a appelé au meurtre du président syrien Bachar al-Assad affirmant qu’il « n’a pas sa place dans ce monde ». Pour lui, al-Assad, le Hezbollah et le groupe terroriste chiite libanais, étaient de plus grandes menaces pour le monde que l’Etat islamique ou d’autres groupes terroristes sunnites. Il a même été jusqu’à comparer l’assassinat du leader syrien, à l’action de « couper la queue d’un serpent », expliquant que, après ça « nous pourrions rester concentrés sur le plus important, l’Iran ».
        https://www.i24news.tv/fr/actu/israel/diplomatie-defense/145390-170516-le-temps-est-venu-de-tuer-bashar-al-assad-ministre-israelien

        Le journal américain « The Wall Street Journal » a rapporté le 18 juin 17 qu’Israël avait offert à des groupes « rebelles », considérés comme terroristes par Damas, des fournitures médicales, de la nourriture et des fonds. Jusqu’à 5.000 € de salaire à des terroristes.
        https://www.wsj.com/articles/israel-gives-secret-aid-to-syrian-rebels-1497813430
        Et Tel-Aviv a publié la liste des aides apportées en 2017 aux terroristes :
        http://www.presstv.com/DetailFr/2018/04/05/557475/Tout-ce-qua-fait-Isral-pour-Daech

        Le 7 septembre 17, les avions de guerre israéliens ont visé une position militaire syrienne près de Masyaf, dans la province de Hama, depuis l’espace aérien libanais.
        https://fr.sputniknews.com/international/201709071032945428-israel-bombarde-armee-syrienne/

        Les rumeurs entre les liens étroits qui existeraient entre le groupe terroriste Daesh et l’Etat sioniste tendent de plus en plus à se confirmer. Les terroristes n’ont étrangement jamais causé de torts à Israël. De plus il n’est pas rare de découvrir que certains imams sont en fait des agents du Mossad :
        http://www.alnas.fr/actualite/politique/libye-un-agent-du-mossad-deguise-en-imam

        Israël a toujours en tête son Grand Israël avec comme capitale Jérusalem. On se souvient que les Egyptiens avaient été plus de 10 millions dans la rue quand leur gouvernement avait voulu lui donner des terres , ce qui fit capoter le projet. Mais il a pris une autre forme. celle d’une ville high tech construite avec des capitaux venant de l’Arabie saoudite : Neom. La zone d’implantation choisie est située au bord de la mer Rouge, à Tabuk, à la frontière jordanienne et face à l’Égypte. Elle représente une surface de 26 000 km2, soit celle d’une région européenne. Le président al-Sissi a décidé de fondre une partie du Sud du Sinaï, incluant la ville de Charm el-Cheikh, et une partie du continent, incluant la ville d’Hurghada, dans ce projet. Ce qui implique l’extra-territorialité de cette zone, face à Tabrouk. Le budget prévisionnel de ce projet est d’environ 500 milliards de dollars. Il est dirigé par Klaus Kleinfeld, l’ancien patron d’Alcoa-Arconic et administrateur du groupe de Bilderberg. Déjà en 2016, le président al-Sissi avait remis à Riyad les îles de Tiran et de Sanafir, qui ferment le golfe d’Aqaba entre le Sinaï et l’Arabie saoudite. Il avait présenté son geste comme une « restitution » territoriale, alors que le seul document valide, la Convention de Londres de 1840, faisait de ces îles des territoires égyptiens. Cette cession permet à l’Arabie saoudite de les inclure dans le projet Neom. Par ailleurs, ce transfert de souveraineté impliquait une reconnaissance de facto par les Saoudiens des accords égypto-israéliens de Camp David qui stipulent la liberté de circulation de la marine israélienne dans le golfe d’Aqaba et la mer Rouge. Il y a donc fort à parier qu’Israël est partie prenante du projet Neom, puisqu’elle contrôlera les communications maritimes.
        http://www.voltairenet.org/article199990.html
        Pour Yahia Gouasmi, ce projet va souiller cette terre prophétique sur laquelle Moise reçu la révélation, pour recréer un veau d’or devant qui se prosternera l’Humanité.
        http://www.partiantisioniste.com/multimedia/2018-islam-projet-neom-revelation-choc-yahia-gouasmi.html
        Le film Gattaca sorti en 1997 semble décrire cette ville :
        https://wikimonde.com/article/Bienvenue_%C3%A0_Gattaca

    • Anne dit :


      L’ancien ambassadeur Michel Raimbaud fait le point après la réédition actualisée de son livre « Tempête sur le Grand Moyen-Orient » qui dénonce les funestes « policides » orchestrés par les néoconservateurs américains et occidentaux ayant débouché sur le démantèlement du Soudan, de la Somalie, de l’Afghanistan, de l’Irak, de la Libye et, aujourd’hui, de la Syrie.

      Sur l’affaire des « bombardements chimiques » d’Idlib en Syrie (4 avril 17), il entrevoit que deux explications possibles :

      • ou bien ce sont les rebelles qui ont utilisé les armes chimiques en appliquant la technique familière du false flag, maquillant par la suite les photos des enfants. Ces enfants n’auraient-ils pas été tués puis « soignés » par ces escrocs de l’humanitaire que l’on nomme les « casques blancs », autrement dit des associés du Front Al-Nosra, la franchise syrienne d’Al-Qaïda ? Sinon, comment expliquer que les injections, à en croire certaines vidéos, semblent factices, le niveau du liquide demeurant inchangé du début à la fin de la piqûre de « réanimation » ? Si ces cadavres d’enfants morts, soigneusement alignés comme à une parade pour les besoins de la propagande, avaient été gazés, il eût été bien imprudent de s’exposer avec eux sans précaution.
      • ou bien, s’il s’agit d’un bombardement de l’armée syrienne sur ce dépôt, cela veut dire que le gaz appartenait aux rebelles. Car on sait qu’en Syrie le démantèlement de l’arsenal des armes chimiques et bactériologiques a eu lieu sous contrôle de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC), après les inspections onusiennes.

      Les mensonges sont légion dans le cas syrien, tellement nombreux qu’il s’avère difficile de les « traiter » tous. Mais les stratégies mises en œuvre par Washington : le chaos innovateur, la théorie du fou et le false flag, sont autant d’intox dont les mécanismes ont déjà été démontés, notamment par Michel Collon. Mais dans tout çà, y a-t-il une forme de connivence entre Moscou et Washington ? Non, si les Russes jouent la carte de la diplomatie, c’est pour trouver une solution politique. Mais elle est occultée par les médias. Le communiqué tripartite par exemple, publié par Damas, Moscou et Téhéran, au lendemain de l’attaque américaine du 4 avril sur la base aérienne de Shayrat en Syrie, n’a pas été divulgué dans les médias mainstream. Pourtant il était un sérieux avertissement adressé à l’administration Trump, rappelant les fondamentaux : respect de la souveraineté, de l’indépendance, de l’intégrité de la Syrie, et son droit de reprendre le contrôle de l’ensemble de son territoire.

      « l’État profond néoconservateur » existe bien et crée une symbiose idéologique entre les décideurs, les acteurs, les faiseurs d’opinions dans tous les secteurs de la vie publique et tous les cercles de pouvoir (politiques, diplomates, hiérarchie judiciaire, élites intellectuelles, journalistes, milieux d’affaires, communautés diverses, lobbies, etc.). Né dans le camp républicain qui est son berceau et ancré sur le double messianisme religieux du judaïsme et des Églises protestantes dites « Églises d’éveil », l’État profond néoconservateur s’est solidement implanté dans les rangs démocrates, avant de trouver des terreaux favorables dans toutes les terres d’Occident. La France est loin d’échapper à la règle, tant est grande l’idolâtrie des élites vis-à-vis de tout ce qui vient d’Amérique et le lien de vassalité que celles-ci ont intériorisé durant les décennies passées. À Paris, les bastions de cet « État profond » sont divers et variés : non seulement au Quai d’Orsay où sévit la « meute » néocon, mais aussi à Matignon, à l’Élysée et dans les rouages de la société et les arcanes du pouvoir. Les élites parisiennes sont depuis des années cooptées dans le fameux programme des « Young Leaders » de la fondation franco-américaine.

      Historiquement, les origines du néoconservatisme remontent à la création des États-Unis, à l’arrivée des « Pilgrim Fathers », ces Pères fondateurs, pour l’essentiel des protestants fuyant l’Europe pour des raisons religieuses et se référant à la Bible plutôt qu’au Nouveau Testament. En vertu du messianisme qui les inspirait, ils pensaient que Dieu les avait guidés vers l’Amérique afin qu’ils deviennent le nouveau peuple élu. Un peu comme avec le sionisme. D’ailleurs les lobbies chrétiens sionistes s’inscrivent dans cette tradition. Mais il faut attendre l’arrivée au pouvoir de Ronald Reagan dans les années 1980 pour que cette mystique trouve sa traduction politique dans le néoconservatisme, une traduction associée à la promotion du néolibéralisme et à la fin de la détente. C’est sous le mandat de Reagan que l’on assiste au retour de la confrontation contre l’URSS, encouragé par la Britannique Margareth Thatcher et le pape Jean-Paul II. Si l’équilibre de la terreur les empêche alors d’agir en transgressant les règles du jeu, les neocons ont les coudées franches à partir des années 1990-1991, après l’implosion de l’URSS et la disparition du « bloc communiste ».

      Actuellement, si Trump a été élu par le « petit peuple » et par l’Amérique traditionnelle contre l’establishment, il ne pourra pas résister longtemps à cet État profond. Très isolé face aux élites, il en a bien eu besoin sitôt élu. Le fait qu’il bombarde la Syrie dès son début de mandat, prouve que la théorie du chaos suivie par Obama va continuer. Elle correspond à dire tout et son contraire. Elle est familière aux ONG, dans les discours du FMI… C’est aussi une illustration de la « théorie du fou » inventée par Kissinger au temps de Nixon. Elle veut donner l’impression que l’Amérique est gouvernée par des dirigeants cinglés ou imprévisibles. La ligne Trump continue dans la lignée de la « théorie du chaos innovateur ». Le président « flexible » est un pur produit de l’école néoconservatrice, fondée sur le double messianisme protestant et juif. L’alliance avec les islamistes djihadistes n’est donc pas que circonstancielle, mais naturelle, les islamistes radicaux se réclamant également d’une mission divine, afin d’éradiquer tout ce qui s’écarte de leur conception de l’islam et recréer in fine un califat, un État islamique fondé sur la charia.

      En France, si François Mitterrand n’était pas néoconservateur, son entourage l’était en bonne partie. Leur influence fut grande lors de la signature du traité de Maastricht en 1992. Puis lors de la crise affectant les relations franco-africaines en 1994, marquée par la dévaluation inopinée du franc CFA de 50 % sous la pression conjointe de la Banque Mondiale et du FMI. Ainsi la France va petit à petit renoncer à sa souveraineté tout en le niant. Il y aura toutefois le baroud d’honneur du duo Chirac-Villepin en 2003, concernant l’opposition de la France à la guerre en Irak. Mais qui sera vite contrecarré par son retour au commandement intégré de l’Otan. Paris appuiera ainsi les sanctions contre la Syrie promulguées par le Congrès américain par le biais du Syrian Accountability and Lebanese Sovereignty Restoration Act en décembre 2003. La France sera en quelque sorte chargée de « gérer » pour le compte de Washington le dossier de la détérioration programmée des relations avec Damas. Le levier libanais (à la suite à l’assassinat du premier ministre Rafiq Hariri, ami de Chirac) sera utilisé pour convaincre Paris d’assurer cette mission. Cette pénétration du courant néocon va s’accompagner d’une opération de casse, menée contre les diplomates du Quai d’Orsay, tenu pour pro-arabe. Comment ? En dispersant les experts de la région dans des zones géographiques éloignées du monde arabe, et on recrutant pour les postes clés des énarques et technocrates formatés.

      Le dossier du nucléaire iranien, dont le programme remonte à l’époque du chah, a été fabriqué par les ancêtres des neocons américains dans le cadre du projet « Atome pour la paix ». Il avait toujours fait l’objet de l’unanimité nationale en Iran ; tout le monde trouve ça très bien et personne en Occident n’y a trouvé à redire jusqu’à la révolution islamique. Après la guerre irano-irakienne (politique du double endiguement), puis la première et la seconde guerre d’Irak qui ont mis ce pays à terre, les États-Unis ont délégué à la France, au Royaume-Uni et à l’Allemagne, la gestion du dossier. En cela, l’ancien président Khatami s’est engouffré dans un piège, d’où la rupture actée par son successeur Ahmadjinehad. En 2006, le dossier est transféré de l’Agence internationale de l’énergie atomique au Conseil de sécurité des Nations unies, dont les cinq membres permanents sont des « puissances nucléaires légales ». Ce qui va accentuer la pression sur Téhéran et dévoiler les objectifs cachés de la « négociation nucléaire ». La signature de l’accord « historique » en juillet 2014 n’a pas réglé le différend de fond entre l’Iran et ses quatre interlocuteurs occidentaux (États-Unis, France, Grande-Bretagne, Allemagne).

      L’Europe est la prison de la France. Mais on s’indigne que les décisions nous concernant soient prises à Bruxelles, alors qu’en réalité c’est en Amérique que tout se décide.
      http://www.afrique-asie.fr/michel-raimbaud-en-france-latlantisme-et-le-sionisme-sont-les-deux-mamelles-des-neocons/

      • Tania dit :

        Le journaliste Seymour Hersh, lauréat du prix Pulitzer, réfute aussi le 25 juin, dans le quotidien allemand Die Welt, les mensonges sur l’attaque chimique d’Idlib, par le gouvernement syrien. Ils servirent en fait à justifier la frappe de 59 missiles Tomahawk des États-Unis le 6 avril sur la base aérienne d’al-Shayat.

        • « Les renseignements disponibles ont précisé que les Syriens avaient ciblé un site où des jihadistes se rencontraient le 4 avril à l’aide d’une bombe guidée russe avec des explosifs classiques (a déclaré Hersh). Les détails de l’attaque, y compris des informations sur ses objectifs dits de grande valeur, avaient été fournis par les Russes à l’avance à Doha aux militaires américains et alliés, dont la mission est de coordonner toutes les opérations des forces aériennes des États-Unis, de leurs alliés, des Syriens et des Russes dans la région. »

        Hersh établit qu’un avion du gouvernement syrien a largué une bombe conventionnelle de 227 kg, et non une arme chimique, sur le site de la réunion, qui comprenait « des représentants d’Ahrar al-Sham et du groupe affilié à Al-Qaïda, anciennement connu sous le nom de Jabhat al-Nusra. La cible était un bâtiment en parpaings qui servait de « centre de commandement et de contrôle » pour les prétendus « rebelles », qui utilisaient son sous-sol pour stocker des fusées, des armes et des munitions, ainsi que du chlore, des engrais et des insecticides. La chaleur et la force de la bombe syrienne ont déclenché une série d’explosions secondaires générant l’énorme nuage toxique qui a commencé à se répandre sur la ville, formé par la diffusion des engrais, des désinfectants et d’autres matériaux stockés dans le sous-sol.

        On voit bien que l’allégation d’une attaque aux armes chimiques reste un des moyens principaux des pays de l’Otan pour essayer de justifier leurs interventions. Ce qui est malheureux, les médias occidentaux ne le dénoncent pas, se faisant ainsi complices d’une possible conflagration nucléaire contre la Russie et l’Iran. C’est à maintes reprises, que ces médias ont répété les faux prétextes des « droits de l’homme » pour les guerres en Yougoslavie, Irak, Libye et Syrie, toutes menées dans la poursuite des intérêts géostratégiques impérialistes américains. Le cas du New York Times, en prévision de l’invasion criminelle des États-Unis en Irak en 2003, est flagrant.

        Trump en campagne, préconisait de faire la paix avec Assad. Elu, le voilà onze semaines après entrain de bombarder la Syrie, salué par aussi bien les républicains que les démocrates et les médias. Un éminent animateur de télévision, Brian Williams de MSNBC, a utilisé le mot “beau” pour décrire les images des Tomahawks lancés depuis la mer. Sur CNN, Fareed Zakaria a déclaré : “Je pense que là Donald Trump est devenu président des États-Unis.” Une revue des 100 principaux journaux américains a montré que 39 d’entre eux ont publié des éditoriaux soutenant une réponse, y compris le New York Times, le Washington Post et le Wall Street Journal.

        Hersh est un vrai journaliste. C’est lui qui en 1969, a révélé l’histoire du massacre de My Lai où les troupes américaines avaient massacré plus de 100 hommes, femmes et enfants vietnamiens. Il a également été parmi les premiers à révéler la torture et les abus sexuels de prisonniers irakiens par des soldats américains à la prison d’Abu Ghraib en 2004. Il a démenti les mensonges de l’administration Obama au sujet du raid de 2011 qui a tué Oussama ben Laden, ainsi que les allégations fabriquées d’une attaque chimique syrienne en 2013 qui a amené les États-Unis au bord d’une autre guerre. Mais voilà, un des résultats de la subordination servile des médias au gouvernement et à Wall Street a été de le mettre sur la liste noire. Même le London Review of Books du Royaume-Uni, dont les éditeurs ont d’abord accepté et payé son article sur l’incident de Khan Sheikhoun, a finalement refusé de le publier, en déclarant au journaliste qu’ils craignaient d’être accusés d’accepter « la vision des gouvernements syrien et russe ». Le fait que son article ait été publié dans Die Welt, qui appartient à la maison d’édition de droite Springer, reflète sans doute les tensions croissantes entre les États-Unis et l’Allemagne, qui poursuit une politique étrangère et militaire impérialiste s’opposant de plus en plus à celle de Washington.

  15. Hervé dit :

    Bilan de la guerre en Syrie : Plus de six ans de guerre avec plus de 300 000 morts. Des millions de réfugiés et de déplacés. Des infrastructures détruites. Un patrimoine historique et culturel dévasté. Frédéric Pichon, spécialiste du Moyen-Orient, en particulier de la Syrie, enseignant en géopolitique et chercheur associé à l’université François-Rabelais de Tours, il révèle dans son nouvel ouvrage, « Syrie, une guerre pour rien », les dessous d’un affrontement à l’importance devenue globale :

    « Au départ, les États-Unis s’étaient aventurés à financer un certain nombre d’extrémismes pour lutter contre l’Union soviétique en Afghanistan. Ce jeu dangereux s’est retourné contre la Syrie. Jusqu’en septembre 2015, la France s’est interdit de frapper l’État islamique dans ce pays pour ne pas aider Bachar al-Assad, ce qui était une manière de ne pas s’attaquer au problème tout en le dénonçant. L’histoire jugera très sévèrement la légèreté et le dogmatisme des hommes politiques français. L’État islamique aurait pu et dû être éradiqué depuis bien longtemps. Il ne l’a pas été car certaines puissances régionales et mondiales se sont servies de celui-ci pour faire avancer leurs propres agendas régionaux. Pour les Saoudiens par exemple, cela a été une manière de freiner les ambitions iraniennes en Irak puis en Syrie. La Turquie, elle a profité de l’État islamique pour freiner les ambitions kurdes. La politique de Barack Obama, en empêchant une chute rapide de Bachar al-Assad, notamment par son refus de frapper l’armée syrienne en septembre 2013, après l’attaque chimique d’août, n’a pas été si mauvaise. Car les monarchies du Golfe, n’étant ni fiables ni loyales, n’utilisaient-elles pas les États-Unis pour leurs guerres confessionnelles ? La frappe d’une base aérienne du régime par Donald Trump, dans la nuit du 6 au 7 avril 2017, conséquence de l’attaque chimique survenue à Khan Cheikhoun, le 4 avril, semble être une opération de politique intérieure. Une manière de prouver à ses électeurs que l’Amérique est de retour et qu’elle n’est pas la vassale de la Russie.

    Depuis l’accord sur le nucléaire avec les membres permanents du Conseil de sécurité et l’Allemagne, le 14 juillet 2015, l’Iran redevient incontournable au Proche-Orient… Derrière la question du nucléaire iranien se trouve l’enjeu de reconnaissance de la puissance d’un pays de 85 millions d’habitants. Celui-ci a, en effet, accepté de mettre sous le boisseau son programme nucléaire pour, en contrepartie, être réintégré dans le concert mondial. Le calcul d’Obama a été d’opérer comme Nixon avec la Chine, dans les années 1970 : en tendant la main à l’adversaire, on escompte qu’il va s’adoucir et se responsabiliser. C’est un énorme défi , car ce retour sur la scène régionale suscite de fortes réticences, notamment de la part des pays du Golfe, de l’Arabie saoudite en particulier. Cette dernière ne pèse, en effet, pas lourd face à l’Iran, ni militairement ni démographiquement. Israël refuse aussi cette réintégration de l’Iran par peur d’un “arc chiite” un peu mythifié. Ses frappes en Syrie ont ainsi uniquement ciblé le Hezbollah et les Pasdaran, les troupes des gardiens de la révolution iranienne. Mais, il ne faut toutefois pas exagérer le poids diplomatique des pays du Golfe, malgré l’état de vassalisation de la classe politique française vis-à-vis de ces pays. Car il ne faut pas négliger les appétits purement économiques des entreprises françaises ou américaines, qui voient dans l’Iran un grand marché dans lequel faire des affaires. Le conflit en Syrie a permis à l’Iran de renforcer ses positions en Syrie. Avec la guerre, des troupes iraniennes se trouvent désormais sur le territoire syrien, accentuant ainsi la présence militaire perse. De plus, il ne faut pas oublier la dimension religieuse : si la Syrie pèse peu du point de vue démographique, avec seulement 400 000 chiites, elle importe du point de vue symbolique avec deux sanctuaires chiites très importants à Damas : Sayyidat Zaynab et Sayyidat Ruqayya. Les Iraniens ont d’ailleurs tendance à surinvestir ce champ religieux afin de renforcer leur légitimité et jouent sur les référents religieux pour drainer des combattants en Syrie, y compris des chiites afghans comme les Hazara. Sur le plan économique, l’Iran a ouvert des lignes de crédit très importantes à l’État syrien dès le début du conflit — l’équivalent de 4 milliards de dollars annuels, surtout en nature. C’est essentiellement grâce à cela que le régime ne s’est pas effondré, car, très vite, il avait été mis sous embargo. Téhéran veut donc désormais un retour sur investissement. En janvier dernier, un accord a été conclu avec le gouvernement syrien sur l’ouverture d’un certain nombre de secteurs aux entreprises iraniennes et également au sujet de facilités portuaires. Il faut noter qu’avant la guerre, la Syrie était un bon élève du Fonds monétaire international. Mais en s’insérant dans la mondialisation, l’État a renforcé la polarisation du territoire sur les grandes villes au détriment des campagnes alors que, dans le même temps, une sécheresse sévissait. Les gens qui ont pris les armes furent essentiellement des ruraux. Toutes choses égales par ailleurs, l’analyse de Christophe Guilluy sur la fracture entre la France périphérique et la France des métropoles fait aussi sens en Syrie pour la plupart de ses territoires, même si elle n’explique pas le loyalisme des Druzes ou les calculs politiques des Kurdes. Le gouvernement syrien représente une forme de la bourgeoisie qui se défend, et ce, au-delà de la communauté alaouite. C’est d’autant plus paradoxal qu’à l’origine, le socle du régime reposait sur les périphéries et que le parti Baas avait joué le peuple contre la bourgeoisie pour arriver puis se maintenir au pouvoir. La situation s’est désormais renversée.

    Le parti Baas est le grand perdant du conflit et la paix va être aussi difficile à gagner que la guerre. Pour l’instant, il n’est toujours pas question d’un départ de Bachar al-Assad avant la fin de son mandat, en 2021. Personne n’a vraiment d’idée sur ce que devrait être ensuite la forme politique de la Syrie. La Russie envisage un projet fédéral avec des zones où d’anciens chefs rebelles détiendraient des parcelles de pouvoir sur le modèle de ce qui a été fait en Tchétchénie. L’Iran, lui, souhaite un système politique plus parlementaire, ce qui obligerait à un découpage de circonscriptions très complexe étant donné la mosaïque communautaire qui compose la Syrie, un peu comme le modèle libanais. Les responsables syriens, eux, restent fondamentalement des nationalistes et ne conçoivent pas leur pays autrement que sous une forme unitaire et très centralisée. »

    Actualités du Grand Moyen-Orient avec Gabriel Galice, directeur au GIPRI (Institut international de recherches pour la paix à Genève).

  16. Louis dit :


    Le 21 mai 2017, le dernier groupe armé a quitté Homs, marquant ainsi un nouveau départ pour cette ville syrienne. Depuis fin 2011, les habitants de Homs ont été contraints de vivre un des épisodes les plus cruels de la guerre civile syrienne. Se cachant derrière des slogans révolutionnaires, des salafistes ont fait irruption dans les villages des alentours de Homs et ont commis des carnages : des familles entières de membres des minorités religieuses ont été massacrées. Les points de contrôle mis en place par des hommes armés, les enlèvements et les exécutions sur la place centrale de la ville faisaient désormais partie du quotidien des habitants de la troisième ville de Syrie. Mais c’est ici qu’en 2014 a été conclue la première trêve. Couronnée de succès, elle a débouché sur le retrait de 1 500 combattants du centre-ville. Le compte à rebours a alors commencé. Un après l’autre les quartiers repassaient sous le contrôle des autorités locales.
    https://fr.sputniknews.com/international/201705241031518501-homs-evacuation-combattants/

  17. Zoe dit :


    Selon le général Khalifa Haftar, commandant en chef de l’Armée nationale libyenne, le Qatar financerait le plus les mouvements jihadistes dans le monde. Syrie, Somalie, Libye, Irak, Yémen, Liban, Iran, Afghanistan, Pakistan, les pétrodollars qataris se retrouvent dans toutes zones ou se révoltent des jihadistes sunnites. Même Hillary Clinton avait dénoncé en 2009 dans un télégramme diplomatique la « très mauvaise coopération » du Qatar dans la lutte contre le financement du terrorisme.

    • « l’armée libyenne enregistre le séjour de citoyens du Tchad, du Soudan et d’autres pays africains et arabes, qui ont pénétré dans le territoire de la Libye, du fait de la perte de contrôle des frontières » soulignait Khalifa Haftar.

    Franck Pucciarelli représentant Europe du Mouvement Révolutionnaire International de la Jamahiriya libyenne apporte des nouvelles de la situation chaotique qui règne dans le pays :

    Depuis l’intervention française sous Sarkozy/Fillon en Libye, des marchés d’esclaves sont apparus :
    http://www.infomigrants.net/fr/post/6102/libye-une-journaliste-americaine-reussit-a-filmer-une-vente-aux-encheres-de-migrants

    Mais ce que cache Hillary Clinton, c’est que le sionisme et le wahhabisme sont ici au service d’un gouvernement mondial !
    https://resistance71.wordpress.com/2017/06/02/succursales-de-lempire-sionisme-et-wahabisme-comme-larrons-en-foire-au-service-de-lempire-anglo-americain-gere-depuis-la-city-de-londres/

    Reste que l’Arabie saoudite, l’Egypte, le Bahreïn et les Emirats arabes unis viennent de rompre leurs liens diplomatiques avec le Qatar (l’Arabie saoudite et le Bahreïn annoncent même la suspension de toutes les liaisons terrestres, aériennes et maritimes avec l’émirat).
    http://www.brujitafr.fr/2017/06/alerte-l-arabie-saoudite-l-egypte-le-bahrein-rompent-leur-liens-diplomatiques-avec-le-qatar.html
    Ce pays est connu pour financer d’une manière dite « privée » les terroristes (Al Qaida, Daesh, frères musulmans, rebelles pro-iraniens Houthis). Mais l’Arabie saoudite ne le fait-elle pas aussi ? Et cela n’a pas empéché de nombreux hommes politiques français venir leur quémander de l’argent ou accepter des enveloppes. Le problème du Qatar, il partage avec l’Iran un immense champ gazier. Il ne peut donc se fâcher avec lui sans d’importantes conséquences économiques. A noter que le gouvernement de transition en Libye et le gouvernement du président Abd Rabbo Mansour Hadi au Yémen, ont aussi annoncé la rupture de leurs relations avec le Qatar.

    On assiste donc là à un renversement d’alliances, initié par un Trump qui semble vouloir mettre fin à l’utilisation de terroristes pour suivre une politique du chaos, mise en place dès le 11 septembre 2001, par l’Etat profond américain, jusqu’à Obama. Mais qui maîtrise ces terroristes sinon le MI6 anglais. On l’a bien vu avec l’attentat de Manchester. Le but visé par cet Etat profond est de casser les états pour aller vers l’émergence d’une gouvernance mondiale dictatoriale. C’est ainsi que l’Afghanistan, l’Irak, la Libye, la Syrie, prochainement les Philippines, le Maroc, l’Indonésie, le Venezuela et l’Iran, sont ou vont se retrouver dévastés grâce à des opérations révolutionnaires false-flag. On comprend pourquoi les 2/3 de la population libyenne ne se sont mis à fuir qu’après la soi-disant « libération » du pays par l’Otan. Des changements de camps vont donc avoir lieu. Avec les USA de Trump, on aura l’Arabie saoudite et les autres pays qui ont rompu avec le Qatar. Avec les Anglais et leurs terroristes (Frères musulmans etc…) il y aura le Qatar, l’Iran, la Turquie, mais aussi l’Union Européenne. Si Macron a fait venir Poutine à Versailles, c’était certainement pour lui proposer un marché selon ces nouvelles donnes.

    Tout cela est bien entendu hypothétique et est un jeu savamment organisé. …. La preuve, tout à coup on apprenait le 14 juin 2017 que le ministre américain de la Défense James Mattis et son homologue qatari Khalid Al-Attiyah avaient conclu un accord de 12 milliards de dollars pour la vente d’avions de combat F-15 !
    https://www.lorientlejour.com/article/1057285/etats-unis-et-qatar-signent-une-vente-de-12-milliards-pour-des-f-15.html

    Quand un vrai musulman ne tue pas, car Allah le lui a interdit :

    • Atlas dit :


      La déstabilisation de l’Iran par le biais d’attentats semble avoir commencé le 7 juin 2017. Quatre hommes armés se sont introduits à 10h30, heure locale, et ont ouvert le feu dans le Parlement. L’un d’eux y a fait exploser sa ceinture d’explosifs. D’autres ont attaqué le mausolée de l’imam Khomeini. Là aussi, deux terroristes se sont fait exploser. Selon les agences de presse, treize personnes auraient été tuées et une quarantaine blessées. Dans le bâtiment, les forces de sécurité ont par ailleurs désamorcé une autre bombe. C’est la première fois que l’EI (qui les revendique) commet des attentats dans la capitale iranienne, où les dernières attaques remontent au début des années 2000 pour la plupart commises par l’organisation d’opposition armée des moudjahidin du peuple.

      Dans les années à venir, Poutine ne serait pas étonné de voir l’Iran recevoir une bombe nucléaire d’Israël !

  18. Eloïse dit :

    Ghina Bu Hamdan, petite fille de Syrie de 9 ans, chante dans sa langue, « Give Us Childhood Give Us Peace ». C’est la honte de cet occident qui continue à détruire des pays qui n’acceptent pas d’être soumis à eux.

    Témoignage d’un chef de Daesh, fidèle disciple d’Allah et du Califat qui a tué autour de 900 personnes, violé une cinquantaine de filles mineures et plus de 200 adultes.
    [video src="https://cdn.islam-et-verite.com/Non-classe/16820-001.mp4" /]
    Peut-on lui reprocher d’avoir été fidèle au Coran ?
    – « Quand vous rencontrerez les Infidèles, frappez les… » (Coran 47.4)
    – « Allah donne des esclaves en récompense à ses serviteurs, et légitime leur viol. » (Coran 4, 3-24 ; 23,1-6 ; 70,29-30)
    https://www.bismirabbika.com/lire-le-coran/sourate/61.php

  19. Benoit dit :

    Vue aérienne de Mossoul fournie par l’armée irakienne, montrant la mosquée détruite par Daesh, le 21 juin 2017 :
    https://img.20mn.fr/lbQl2za1Qnacsh1Ny728EA/648×415
    Daesh a fait exploser la mosquée de Mossoul où son chef Abou Bakr al-Baghdadi avait en juillet 2014 proclamé à la face du monde le « califat » sur les zones conquises par ses combattants en Irak et en Syrie. Après avoir pris le contrôle de Mossoul il y a trois ans, l’organisation djihadiste y avait imposé sa version fondamentaliste de la loi islamique (charia) et détruit plusieurs monuments historiques, dont le principal musée et plusieurs mausolées. Le minaret penché, qu’il considérait comme une perversion de l’islam, était également dans son collimateur, mais la population locale l’avait jusque-là empêché de le détruire.

    Actuellement, une quarantaine de forces spéciales françaises auraient été déployées dans les environs de Mossoul pour localiser des terroristes français à l’aide de drones de surveillance et de dispositifs d’interception radio. Une nouvelle confirmée par Le Wall Street Journal « ces forces françaises aident leurs homologues irakiennes à localiser et supprimer des ressortissants français de l’organisation de l’État islamique. »
    https://www.wsj.com/articles/frances-special-forces-hunt-french-militants-fighting-for-islamic-state-1496090116

    Heureusement, la societé franco-suisse LafargeHolcim ayant une cimenterie à Jalabiya (nord de la Syrie), ne devrait plus à avoir à payer plus de 80 000 $ par mois à différents groupes armés dont 20 000 à l’Etat islamique. L’ancien directeur général adjoint opérationnel de Lafarge a reconnu que le groupe s’était plié à une « économie de racket » menée par différentes milices armées dès la fin de l’été 2012 pour assurer le transit de ses marchandises dans le pays. Bien entendu, cela se faisait avec l’accord du gouvernement français.
    http://www.francetvinfo.fr/monde/proche-orient/offensive-jihadiste-en-irak/un-ancien-responsable-du-groupe-lafarge-a-reconnu-le-versement-de-20-000-euros-par-mois-a-l-organisation-etat-islamique_2381261.html#

    Les USA de leur côté créent de fausses vidéos de propagande islamiste pour mieux les piéger en collectant à chaque vue leurs IP :


    Cette situation burlesque on la doit à la politique de Bush qui déjà voulait forcer Assad à accepter le passage sur son territoire du pipeline du Qatar !
    http://www.zerohedge.com/news/2017-04-10/1983-cia-document-reveals-plan-destroy-syria-foreshadows-current-crisis

    Bien entendu, c’est l’Etat profond américain et non le président seul qui tient à ce que dans le monde il n’y ait que des marionnettes au pouvoir. Ceux qui leur résistent le payent très cher :

    Ainsi, le 18 juin 17, un F/A-18 Super Hornet (1999) américain a utilisé un AIM-120 AMRAAM (1991) pour abattre un avion SU-22 (1970) syrien. Le 20 juin, un F-15E Strike Eagle de l’US Air Force abattait un drone Shahed-129 (fabrication iranienne). Toutes ces actions n’ont pas de valeur militaire, mais cherchent à provoquer les Russes.

    Le gigantesque trafic d’armes de la CIA contre l’Afghanistan, l’Irak, la Libye, la Syrie et l’Inde :
    http://reseauinternational.net/des-milliards-de-dollars-darmes-contre-la-syrie/
    Dilyana Gaytandzhiev, journaliste pour le site d’information bulgare Trud, a été licenciée après avoir été interrogée par les services de renseignement bulgares concernant son enquête sur des livraisons d’armes occidentales à des terroristes du Front Fateh al-Cham (ex-Front Al-Nosra, ancienne branche armée d’Al-Qaïda en Syrie).

    Au moins 350 vols diplomatiques de Silk Way Airlines (une compagnie d’État azerbaïdjanaise) ont transporté des armes pour alimenter des conflits de guerre à travers le monde au cours des trois dernières années. Les avions de l’État azerbaïdjanais transportaient à bord des dizaines de tonnes d’armes lourdes et de munitions destinées à des terroristes sous couvert de vols diplomatiques. Les dossiers divulgués comprennent de la correspondance entre le ministère bulgare des Affaires étrangères et l’ambassade de l’Azerbaïdjan en Bulgarie pour les accords d’armement et l’autorisation diplomatique de survol et/ou d’atterrissage en Bulgarie et de nombreux autres pays européens, notamment les États-Unis, l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et la Turquie. Silk Way Airlines offrait des vols diplomatiques à des compagnies privées et des fabricants d’armes des États-Unis, des Balkans et d’Israël, ainsi qu’aux militaires de l’Arabie saoudite, des Émirats arabes unis et du Commandement des opérations spéciales des États-Unis (USSOCOM), et aux forces militaires de l’Allemagne et du Danemark en Afghanistan et de la Suède en Irak. Les vols diplomatiques sont exemptés de contrôles, de factures aériennes et de taxes, ce qui signifie que les avions de Silk Way transportent librement des centaines de tonnes d’armes à différents endroits dans le monde sans aucune réglementation. Par exemple, le 12 mai 2015, un avion des forces aériennes azerbaïdjanaises a transporté 7,9 tonnes de PG-7V et 10 tonnes de PG-9V vers la destination supposée via la route Bde urgas (Bulgarie)-Incirlik (Turquie)-Burgas-Nasosny (Azerbaïdjan). L’expéditeur était la compagnie américaine Purple Shovel, et le destinataire, le ministère de la Défense de l’Azerbaïdjan. Selon les documents, cependant, la cargaison militaire a été déchargée à la base militaire d’Incirlik et n’a jamais atteint le destinataire. Les armes ont été vendues à Purple Shovel par Alguns, en Bulgarie, et fabriquées par l’usine militaire bulgare VMZ.

    Selon le registre fédéral des contrats, l’USSOCOM a signé en décembre 2014 un contrat de 26,7 millions de dollars avec Purple Shovel. La Bulgarie a été désignée comme pays d’origine des armes.

    https://trud.bg/350-diplomatic-flights-carry-weapons-for-terrorists/

  20. Lucie dit :

    Le 26 mars 2015, l’Arabie saoudite suivie de dix pays lance une opération militaire aérienne au Yémen contre les houthistes. Les partisans d’Abdel Malek Al-Houthi avaient poussé à la démission le président de la transition Abd Rabbo Mansour Hadi en s’alliant avec leur ancien opposant, Ali Abdallah Saleh. Au début de l’offensive, les houthistes occupent militairement la capitale Sanaa et la principale ville du sud, Aden. Sollicités par Hadi, les Saoudiens et leurs soutiens prétendent vouloir le rétablir et contrer l’influence iranienne. Le Conseil de sécurité de l’ONU donne son aval et la France, le Royaume-Uni et les États-Unis fournissent les armements. En 2016, environ 50 % des prises de commande enregistrées par la France concernaient les pays du Proche-Orient. La monarchie saoudienne est son premier client : elle lui a acheté près de 9 milliards d’armes entre 2010 et 2016, ce qui représente environ 15 à 20 % des exportations d’armes françaises chaque année. Cet armement s’adapte facilement aux conditions du Yémen. D’après des informations inédites de l’Observatoire des armements, la France et l’Arabie saoudite auraient détourné un contrat destiné au Liban pour préparer la guerre au Yémen. Ici des chars Leclerc vendus pour la guerre au Yemen aux Emirats arabes unis :

    Les bombardements de la coalition ont tué au moins 10 000 civils. L’ONU et plusieurs ONG parlent d’épidémie de famine, de choléra, et de milliers de blessés et déplacés. Une « catastrophe entièrement causée par l’homme », rappelle le dernier rapport du Haut-Commissariat aux droits de l’homme de l’ONU. À cela s’ajoutent la destruction partielle de la vieille ville de Sanaa, patrimoine mondial de l’humanité, et l’expansion d’Al-Qaida dans la péninsule Arabique (AQPA). Le Traité sur le commerce des armes (TCA) ratifié par la France le 2 avril 2014 interdit pourtant les exportations d’armes pouvant servir à des violations du droit international humanitaire. Or, non seulement la France n’a pas stoppé ses ventes d’armes aux belligérants en mars 2015 mais elle les a accentuées : Rafale au Qatar et à l’Égypte, porte-hélicoptères Mistral et frégate Fremm à l’Égypte, blindés légers Renault Sherpa light et hélicoptères Caracal à Koweït. Créancière de certains de ces pays, l’Arabie saoudite a la capacité de les entraîner dans une guerre, et l’armement vendu à ses alliés peut lui être prêté ou servir ses objectifs militaires. « La France a octroyé pour un peu plus de 16 milliards d’euros de licences pour la seule Arabie saoudite en 2015 et livré à ce pays pour 900 millions d’euros d’équipements militaires la même année. À aucun moment, le gouvernement n’a indiqué ces deux dernières années qu’il avait refusé, révoqué ou suspendu des autorisations d’exportation », commente Amnesty International. Dès le déclenchement de la guerre au Yémen, l’armée française « a effectué des vols de reconnaissance au-dessus des positions houthies pour le compte du client saoudien et continue à former ses pilotes de chasse », selon MS&T Magazine
    https://www.mstmagazine.com/air/saudi-cadets-french-military/
    La France a également transféré des nacelles Thalès Damocles XF de désignation de cible et de guidage de bombes, que les forces saoudiennes placent sous leurs avions de chasse, ce qui n’empêche pas les bavures. Trois mois après le début du conflit, un avion ravitailleur Airbus 330-200 MRTT a été livré à l’Arabie saoudite. C’est le dernier d’une flotte de six ; en avril 2017, deux de ces avions étaient déployés au Yémen. Indispensables à la guerre en cours, ils ravitaillent en vol les F-15 saoudiens en carburant. Des canons Caesar 155 mm de l’entreprise française Nexter, des hélicoptères de transport Cougar du groupe européen EADS et des drones de renseignement militaire SDTI de l’entreprise française Sagem ont été transférés durant le conflit. En 2016, la France a livré 276 blindés légers indique son propre rapport rendu en juillet 2017 au secrétariat du TCA. Ce lot serait composé en grande partie de blindés légers Renault Sherpa light et Vab Mark 3 du groupe Renault Trucks Defense originellement destinés au Liban. Dès février 2016, face à l’échec des campagnes de bombardements, la coalition s’appuie sur des milices locales équipées de véhicules légers émiratis Nimr pour tenter de déloger les forces houthies3. L’arrivée des blindés légers français, qui se faufilent sans difficulté dans les rues étroites des villes arabes, s’inscrit pleinement dans cette stratégie de contre-insurrection déployée au sol. Et les Sherpa light sont équipés de capteurs de dernière génération offrant une protection contre les engins explosifs improvisés posés par les forces houthies.
    http://orientxxi.info/magazine/comment-la-france-participe-a-la-guerre-contre-le-yemen,1990
    Bien entendu, la France est opposée à une enquête indépendante :
    http://reseauinternational.net/yemen-paris-oppose-a-une-enquete-independante/
    Ravages de la guerre saoudo-américaine contre le Yémen :

    La France est complice aussi d’une catastrophe humanitaire sans précédent dans ce pays. Comme tous les Français qui ont voté pour des Sarkozy, Hollande, Macron…. En ce moment même, le gouvernement se réjouit de ses ventes d’armes « record » et de leurs performances en matière de destruction. « Pour ce qui est des chars Leclerc, je vous confirme que leur implication au Yémen a fortement impressionné les militaires de la région », se réjouissait, il y a un an, Stéphane Mayer, PDG du groupe Nexter qui fabrique ces blindés, devant la commission de la Défense de l’Assemblée nationale. Depuis le printemps 2015, 70 à 80 chars Leclerc ont été déployés par l’armée émiratie, alliée de l’Arabie Saoudite, sur le champ de bataille yéménite afin de combattre la rébellion des Houthis. Même satisfaction chez Dassault, qui fournit des Mirages 2000-9 à cette même armée des Émirats Arabes Unis, et vient de signer un contrat de modernisation de leur flotte : « L’excellence de l’avion et le succès du programme ont été démontrés avec brio par la grande disponibilité du Mirage 2000-9 et la qualité de sa participation à des opérations menées en coalition internationale », annonce fièrement un communiqué du groupe français. Les opérations en question ? Les frappes aériennes de la coalition arabe au Yémen dont certaines, selon l’ONU et des organisations non-gouvernementales, pourraient constituer des crimes de guerre.

    Quelle est aujourd’hui la situation du Yémen, vitrine de ce savoir-faire français ? Après plus de 30 000 bombardements et un blocus qui entrave l’accès humanitaire, le bilan de cette guerre lointaine est d’au moins 10 000 morts et près de 3 millions de déplacés. L’Unicef estime qu’un enfant y meurt toutes les dix minutes, qu’1,8 million d’entre-eux souffrent de malnutrition aigüe, et que près de 400 000 enfants yéménites sont atteints de malnutrition sévère et luttent pour survivre. Sans parler de l’épidémie de choléra, un désastre dans un pays dont le système de santé est exsangue et où les organisations humanitaires sont elles aussi victimes des bombardements. Plusieurs responsables de l’ONU qualifient la guerre d’« absurde et futile », tandis que le haut-commissaire aux droits de l’homme de l’Onu, Zeid Ra’ad Zeid Al-Hussein, parle d’« horreur permanente ». Dès mars 2016, le parlement hollandais vote une résolution interdisant l’exportation d’armes vers l’Arabie Saoudite, en lien avec son intervention au Yémen. Mi janvier, c’est l’Allemagne, qui a été ces dernières années l’un des gros exportateurs d’armes vers les pays de la coalition qui fait la guerre au Yémen, qui annonce l’arrêt immédiat des ventes d’armes à toutes les parties du conflit. Face au risque que les armes soient utilisées contre des civils, la Norvège, la Belgique et le Canada gèlent également des exportations vers les Émirats Arabes Unis ou vers l’Arabie saoudite. En Finlande, tous les candidats à la présidentielle de février 2018 se sont engagés à arrêter les ventes d’armes aux émiratis, après que des images aient prouvé leur utilisation dans la guerre au Yémen. Mais la France continue !
    https://www.bastamag.net/Mirages-2000-chars-Leclerc-canons-Caesar-la-France-fournisseuse-officielle-du

  21. Béatrice dit :


    En 2016, le neveu du maire de Faraya, Michel Salamé, 13 ans, a été atteint d’une méningite. L’enfant était dans le coma. Le maire fit le vœu que s’il guérissait il érigerait une statue de saint Charbel. Après avoir subi deux opérations, les 17 et 20 juillet, fêtes de saint Charbel et de saint Elie, il s’est entièrement rétabli. La statue monumentale de saint Charbel a donc été érigée à Faraya. Elle est prête pour sa bénédiction par le patriarche maronite le 14 septembre prochain. Un fragment d’os du saint ermite d’Annaya sera inséré dans la statue au cours de la cérémonie.

  22. Béatrice dit :

    Le 5 septembre 17, l’armée syrienne a repris la ville de Deir Ezzor après 3 années de siège avec l’aide de l’aviation russe.
    https://www.tdg.ch/monde/nouvelle-defaite-etat-islamique/story/15063347
    Aperçu des tunnels, armes à feu et tanks abandonnés :

    Les soldats syriens en liesse après avoir vaincu Daesh à Deir-ez-Zor :

    De jeunes français dansèrent et chantèrent pour la Syrie dans la rue à Damas en cette occasion :


    Deux semaines avant le début de l’offensive des troupes syriennes contre Mayadine (au sud-est de Deir ez-Zor), des hélicoptères américains ont évacué plusieurs commandants étrangers de Daech avec leurs familles, affirment plusieurs habitants locaux.
    https://fr.sputniknews.com/international/201711071033770241-syrie-usa-evactuation-daech/

    Les Américains sont étonnants. Ils avouent maintenant leurs mensonges. Le Secrétaire américain à la Défense, James Mattis, a reconnu le 2 février 2018 que les États-Unis d’Amérique n’ont jamais eu la moindre preuve démontrant que le gouvernement syrien avait utilisé du gaz toxique contre sa propre population, qu’il s’agisse de la tragédie de la Ghouta survenue en août 2013 ou de la tragédie de Khan Cheikhoun survenue en avril 2017.
    http://www.newsweek.com/now-mattis-admits-there-was-no-evidence-assad-using-poison-gas-his-people-801542
    Puis le 6 février 2018, l’ancien ambassadeur américain en Syrie, M. Robert Ford, a déclaré devant le comité des Affaires étrangères de la Chambre des représentants, que l’administration américaine a dépensé pas moins de 12 milliards de dollars ces quatre dernières années pour déstabiliser le gouvernement de Damas.

    • Tania dit :

      Raqqa, place forte de puis 2014 de Daesh, a été reprise le 17 octobre 17 par une force arabo-kurde soutenue par la coalition internationale anti-djihadiste.
      http://www.20minutes.fr/monde/syrie/2153947-20171019-video-images-spectaculaires-liberation-raqqa
      Ayssar Midani, réagit aux déclarations de la diplomatie française voulant l’indépendance a Raqqa en faveur des milices kurdes soutenues par les USA, en affirmant que c’est la plus grande urgence de la France en Syrie :

      Témoignage du seul journaliste français, Jean-Pierre Duthion, vivant à Damas de 2007 à 2014 :

      Pierre Le Corf : « je suis fatigué et dégoûté des mensonges sur ce qui se passe en Syrie »

      Régis Le Sommier, grand reporter de guerre et directeur adjoint de la rédaction de Paris Match, dénonce les Fake News de l’Etat Français sur la reprise d’Alep :

      et de Mossoul :

      Le journaliste Richard Labévière confirme la présence russe dès septembre 2015 en Syrie

      ainsi que la participation de la France à la formation et à la fourniture d’armes à des djihadistes à partir de la Jordanie.

      Les prémices de la victoire, documentaire de Franck Pertegas

      Bachar Jaafari, le représentant syrien à l’ONU s’en prend ouvertement contre l’Arabie saoudite, le Qatar, Israël et les pays de l’Otan et dénonce l’accord secret de laisser filer les islamistes à Raqqa.


      Puis la dernière ville tenue par Daesh en Syrie, Abou Kamal, est délivrée fin novembre-début décembre 17, mettant fin à ce califat, proclamé par le chef de l’Etat islamique Abou Bakr al-Baghdadi, le 29 juin 2014. Ce dernier avait été jusqu’à exiger allégeance des musulmans du monde entier. C’est ainsi que des dizaines de milliers de volontaires sont venus en Syrie accomplir un devoir considéré comme sacré, car prélude à la conquête mondiale du monde par l’islam. Les islamistes syriens se sont pourtant divisés sur cette question. La perspective de vivre sous la loi de l’Etat islamique était peu attrayante pour l’élite sunnite syrienne qui s’était toujours accommodée du régime alaouite. Si la France et les Etats-Unis avaient bombardé la Syrie comme François Hollande et ses conseillers en rêvaient en août 2013, on aurait peut-être été entrainé dans un conflit mondial, obligeant la Russie, la Chine, l’Iran et le Hezbollah libanais à intervenir contre eux.

      Alain Juillet, ex-directeur DGSE, revient sur l’origine de la guerre en Syrie et sur le besoin pour les musulmans de mettre en place ce califat qui devrait voir arriver leur Mahdi ! Il devrait s’appeler Muhammad ibn Abdullah car selon un des hadiths du Prophète : « Le Mahdi portera le même nom que moi, et son père aura le même nom que celui de mon père (Abdullah) ». Mais des Mahdis, il y en a déjà eu une dizaine. Le dernier en date est décédé en 1980 : Juhayman al-Otaybi (il s’était proclamé Mahdi dans l’enceinte sacrée de la Kaaba à La Mecque en Arabie saoudite durant le grand pèlerinage du hadj). Il y a très longtemps, on pensait qu’il allait préparer le terrain pour l’arrivée de Jésus, le véritable Messie qui achèvera l’Antéchrist à Jérusalem.

      Selon les hadiths : « Un différend surviendra à la mort d’un calife et un homme de Médine s’enfuira vers la Mecque. Certains habitants de la Mecque viendront vers lui, l’amèneront de force et lui prêteront serment d’allégeance entre le coin de la Ka’abaet le maqam. Alors, de Syrie, une armée sera envoyée contre lui, mais elle sera engloutie dans le désert entre la Mecque et Médine. Lorsque les gens verront cela, les hommes les plus pieux de Syrie et les meilleurs hommes d’Irak iront voir cet homme et lui prêteront serment d’allégeance entre le coin de la Ka’aba et le maqam. » D’autre part, le Mahdi n’est censé se dévoiler qu’au moment où apparaîtra une comète et où le même mois, se produirons des éclipses de Lune et de Soleil.

  23. Atlas dit :


    L’outil de déstabilisation que fut Daesh n’ayant pas bien fonctionné, un autre va grandir, celui du Kurdistan. Comme il porte sur plusieurs pays (Syrie, Irak et Turquie), il est un facteur de division essentiel pour continuer à mettre en place le Grand Israël.

    Selon la Grande stratégie états-unienne, définie par l’amiral Cebrowski en 2001 et publicisée en 2004 par son adjoint Thomas Barnett, l’ensemble du Proche-Orient élargi doit être détruit à l’exception d’Israël, de la Jordanie et du Liban. Mais voilà, le président Trump a stoppé le soutien financier et militaire que son pays accordait aux jihadistes en convaincant l’Arabie saoudite et le Pakistan de faire de même. Mais voilà, son représentant spécial contre Daesh, Brett McGurk, est un ancien collaborateur du président Obama qui a organisé le 18 août une réunion avec des chefs de tribus pour « lutter contre Daesh ». Pourtant, les photographies qu’il en a diffusées attestent qu’au contraire plusieurs leaders de Daesh participaient à cette rencontre. Dans la même veine, des hélicoptères des Forces spéciales US ont exfiltré deux chefs européens de Daesh et leurs familles des alentours de Deiz ez-Zor, avant qu’ils ne soient faits prisonniers par l’Armée arabe syrienne, le 26 août. Deux jours plus tard, ils ont à nouveau exfiltré une vingtaine d’autres officiers du Califat.

    Carte publiée par Robin Wright neuf mois avant l’offensive de Daesh en Irak et en Syrie :

    Si le Pentagone replie son dispositif jihadiste, c’est pour en essayer un autre avec des troupes kurdes. De même que la mission du Califat était de créer un Sunnistan à cheval sur l’Irak et la Syrie, de même la nouvelle, celle du « Rojava » sera de créer un Kurdistan à cheval sur les deux États. Le projet de « Rojava » correspond à la stratégie israélienne qui, depuis la fin des années 90 et le développement des missiles, ne vise plus à contrôler les frontières extérieures (le Sinaï, le Golan et le Sud du Liban), mais à prendre par revers ses voisins (d’où la création du Soudan du Sud largement administrés par des Israéliens et éventuellement du Grand Kurdistan. D’où l’annonce par le juif Bernard Kouchner du soutien de la France à la création d’un État qui englobe le Kurdistan irakien et le couloir qui le relie à la Méditerranée à travers la Syrie.
    http://www.voltairenet.org/article197914.html

    Selon le magazine Israel-Kurd basé à Erbil, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et le président auto-désigné du futur Kurdistan indépendant Massoud Barzani ont conclu un accord secret. Tel-Aviv s’est engagé à installer au Kurdistan 200 000 Israéliens d’origine kurde. En mars 1951, l’« Opération Ezra et Néhémie » (du nom des personnages bibliques qui organisèrent la fuite des juifs de Babylone) permit à 11 000 kurdes juifs d’émigrer d’Irak en Israël. Cette opération fut financée par l’American Jewish Joint Distribution Committee de New York. Les avions utilisés pour ce pont aérien furent mis à disposition par le dictateur cubain Fulgencio Batista. La famille Barzani, qui gouverne le Kurdistan irakien d’une main de fer, est historiquement liée à Israël. Le père de l’actuel président Massoud Barzani, Mullah Mustafa Barzani, était un haut officier du Mossad. Malgré l’interdiction prononcée par la Cour constitutionnelle irakienne, un référendum se tiendra le 25 septembre 2017 en vue de proclamer ce nouvel État.
    http://www.voltairenet.org/article197947.html

    Depuis 3 ans déjà, Israël supporte les mercenaires d’al Qaida en leur donnant une assistance médicale mais aussi par des tirs contre Assad. Bien entendu, les médias anglo-sionistes le cachent :
    http://mikenormaneconomics.blogspot.fr/2017/06/moon-of-alabama-israels-fire-support.html
    http://21stcenturywire.com/2015/02/19/un-report-reveals-how-israel-is-coordinating-with-isis-militants-inside-syria/
    http://www.historycommons.org/context.jsp?item=western_support_for_islamic_militancy_2049#western_support_for_islamic_militancy_2049

    D’importants stocks d’armements ont été découverts dans la Ghouta orientale pour la majorité d’entre eux de fabrication israélienne.
    http://www.presstv.com/DetailFr/2018/03/29/556783/syrie-Ghouta-orientale-dcouverte-darmes-de-fabrication-isralienne

    • Tania dit :

      Mais maintenant, il y a aussi la Birmanie à souffrir de la tactique des séparations régionales, chère aux USA.

      Toutes les révolutions oranges ont utilisé ce genre de tactique. Mettre les uns contre les autres, en faisant venir si besoin est, des personnes étrangères.

      A Kiev, les mêmes tireurs touchaient aussi bien des policiers que des manifestants, afin de provoquer une guerre civile.

      En Libye, on a commencé à Benghazi. En Syrie, des manifestants venant de l’étranger (Arabie saoudite…) se mirent à attaquer les commissariats. Le but, que la police tire sur la foule. elle ne l’a pas fait, malgré de nombreux morts dans ses rangs. Mais les raisons de cette déstabilisation par les pays de l’Otan, l’ancien directeur de la DGSE nous l’explique :

      Le Qatar avouera plus tard que l’armée d’opposition en Syrie était bien dès le début sous les ordres des pays de l’Otan et à partir de la Jordanie et de la Turquie.
      http://www.zerohedge.com/news/2017-10-28/shocking-viral-interview-qatar-confesses-secrets-behind-syrian-war
      Hamad Bin Jassem Al Thani, ancien Premier ministre du Qatar, confirme que les Etats-Unis, l’Arabie Saoudite, la Turquie et le Qatar ont comploté en vue d’armer des groupes rebelles et de mener ainsi une guerre « par proxy » contre la Syrie, mais surtout une guerre illégale au regard du droit international.

      Reste tout de même une réalité : il n’était pas bon de s’opposer avant la guerre à ce régime syrien, qui comme dans les pays voisins, était contaminé par la corruption et une répression féroce contre tout opposant politique. La torture faisait partie des armes utilisées par le pouvoir :

      Les armes des pays de l’OTAN découvertes dans un entrepôt de Daesh :
      https://francais.rt.com/international/44907-armes-pays-otan-decouverts-dans

      Les combattants du groupe la Force du Martyr Ahmed al-Abdo, entraînés par des Américains dans un camp près de la localité d’al-Tanf, possédaient des brouilleurs et des émetteurs d’origine européenne ainsi qu’un grand nombre de munitions et de la littérature djihadiste :
      https://fr.sputniknews.com/international/201801261034890001-armee-syrienne-equipements-europeens/

      Aujourd’hui, l’Arabie saoudite envoie le « Mouvement pour la foi », devenu depuis « Armée du salut des Rohingyas de l’Arakan », pour déstabiliser la Birmanie. Le leader de ce groupe est un Pakistanais qui fit ses armes aux côtés de Ben Laden en Afghanistan contre les Soviétiques. Ces jihadistes birmans armés par les États-Unis et le Royaume-Unis et formés dans des camps d’entrainement en Arabie saoudite et au Bangladesh, sont évalués à au moins 5 000 hommes.

      La Birmanie comporte 135 ethnies, tenues jusqu’à maintenant grâce à un pouvoir militaire fort. Il y a un an et demi, poussée par les occidentaux, l’armée a accepté de partager le pouvoir avec la prix Nobel de la paix Aun Sang Suu Kyi. Ce nouveau gouvernement a créé une commission consultative, présidée par Kofi Annan, pour résoudre les discriminations dont les Rohingyas sont victimes. Et bien, les travaux de cette Commission furent sabotés comme ceux de la Commission de la Ligue arabe en Syrie, en 2011-12. Le jour-même où elle rendait son rapport, le 25 août, l’Armée du salut des Rohingyas de l’Arakan attaquait simultanément 24 commissariats de police et casernes, tuant 71 policiers et soldats.

      En fait, il s’agit de mobiliser pour l’Otan les mêmes États qui se battirent sous ses ordres en Bosnie-Herzégovine contre les Serbes (pro-Russes), mais cette fois contre les Birmans (pro-chinois). Si ce projet se réalise, l’ensemble des forces qui se battent contre la Syrie se déplacerait en Asie du Sud-Est. Car selon l’état-major US, le Myanmar fait partie des zones à détruire. a voir la carte publiée en 2003 par Thomas P. M. Barnett, un stratège et vulgarisateur qui fut l’assistant de l’amiral Cebrowski, le directeur du département de la Transformation des Forces armées au Pentagone : La guerre n’est plus conduite contre des États précis en fonction de leur situation politique, mais contre des régions du monde, parce que ces États ont été programmés pour être détruits. Pratiquement toute l’Afrique, l’Amérique centrale et latine à l’exception du Brésil et de l’Argentine, tombent dans la zone des pays « non-intégrables » condamnés au chaos. Puis, naturellement, tout le Proche-Orient avec la Turquie, le Golfe persique, l’Iran et le Pakistan ; tout l’Asie du Sud-Est et les Balkans, sauf la Grèce. Dans le même temps, la Russie, l’Inde et la Chine sont retirés avec prudence de la « zone du cauchemar ».

      Par un hasard de la géographie, la Birmanie laisse passer sur son territoire le pipe-line reliant le Yunnan chinois au golfe du Bengale, et héberge des stations de surveillance électronique chinoises des voies navales qui passent au large de ses côtes. Faire la guerre en Birmanie est donc plus important pour le Pentagone que de stopper les deux « routes de la soie » au Moyen-Orient et en Ukraine.

      • Louis dit :

        Les Russes utilisent aussi des mercenaires. Wagner est la societé la plus connue intervenant aussi bien en Ukraine qu’en Syrie (entre 2 à 3000 hommes) pour défendre les intérêts commerciaux russes.

  24. Line dit :


    L’Arabie saoudite a affiché le 5 novembre 17, sa détermination à poursuivre sans complaisance les dizaines de princes, ministres et hommes d’affaires arrêtés pour « corruption » en Arabie saoudite, lors d’une purge sans précédent, qui a confirmé l’emprise croissante du prince héritier Mohammed ben Salmane. Cette opération coup de poing intervient en effet au moment où le prince Mohammed ben Salmane al-Saoud âgé de 32 ans, fils de la troisième femme du roi Salmane, ne cesse de consolider son pouvoir au milieu de changements économiques et sociaux inédits dans le royaume ultraconservateur. Il avait été désigné prince héritier (donc vice-Premier ministre) à la surprise générale en juin dernier. Il est aussi président du Conseil des affaires économiques, et ministre de la Défense depuis 2015. A la mort du roi Abdallah, le prince héritier était le prince Moukrine. La famille royale était divisée en trois clans : celui du fils d’Abdallah, le prince Muteb, celui du fils du ministre de l’Intérieur Neyef, et celui du fils du roi Salmane, Mohammed ben Salmane « MBS ». En avril 2015, le prince héritier Moukrine était relevé de ses fonctions. Mohamed Ben Nayef lui succédait et « MBS » entrait en politique en devenant soudainement héritier en second. En juin 2017, « MBS » parvenait à destituer Nayef et à le placer en résidence surveillée. Pour ne pas être simplement l’héritier en premier, mais le seul prétendant, il lui fallait désormais éliminer le clan Abdallah. Pour cela, il devait destituer le prince Muteb, malgré son contrôle de la Garde royale, sans oublier Saad Hariri, qui aurait pu offrir une aide aux membres de son clan.

    Puis, curieusement, le 5 novembre 17, un accident d’hélicoptère tuait l’héritier de Moukrine, le prince Mansour.
    http://www.sudouest.fr/2017/11/05/un-prince-saoudien-tue-dans-le-crash-d-un-helicoptere-pres-de-la-frontiere-du-yemen-3921320-4803.php

    « MBS » est celui qui autorisera en 2018 aux femmes de conduire et d’avoir accès aux tribunes de deux stades de foot. Il a annoncé la création d’une Haute Autorité chargée d’élaborer une « référence scientifique solide et indiscutable qui permettra de vérifier l’authenticité des hadiths », afin de supprimer « tous les textes qui contredisent les enseignements de l’islam et justifient que des crimes, des meurtres et des actes terroristes soient commis en son nom ». Cette annonce va de pair avec la destitution, voire l’arrestation, de nombreux prédicateurs « extrémistes », et avec diverses initiatives du prince héritier Mohammed ben Salmane al Saoud, et son discours choc du 24 octobre : « L’Arabie saoudite n’était pas comme ça avant 1979… Nous voulons juste revenir à ce que nous avions, un islam modéré ouvert au monde, ouvert à toutes les religions. 70% de la population en Arabie saoudite a moins de 30 ans. Et franchement, nous n’allons pas perdre les 30 prochaines années à gérer des idées extrémistes… »


    Parmi les personnalités interpellées samedi figure le célèbre milliardaire Al-Walid ben Talal qui n’aimait pas Trump :


    Son ex-épouse, Amira Bint Aidan Bin Bin Nayef, s’est livrée à une campagne de raillerie contre le régime saoudien au pouvoir dans ses déclarations au journal Le Monde, affirmant que ceux qui accusent les autres de corruption et de blanchiment d’argent sont eux-mêmes fortement corrompus. Ils ont transformé la ville de Djeddah en un marché aux esclaves où les filles mineures sont exploitées pour des réceptions sexuelles bruyantes impliquant l’abus de drogues et d’alcool.

    L’achat et la location d’enfants, en particulier des orphelins de pays comme le Sri Lanka, le Bangladesh, les Philippines, Djibouti, la Somalie, le Nigeria, la Roumanie et la Bulgarie… se fait discrètement et est réservé aux proches de la Maison Saoud.
    https://fr.sott.net/article/31372-La-princesse-saoudienne-devoile-le-cote-sombre-du-royaume-Les-orgies-avec-des-filles-mineures-l-abus-de-drogues-et-d-alcool

    Parallèlement, Metab ben Abdallah, chef de la puissante Garde nationale saoudienne et un temps considéré comme prétendant au trône, ainsi que le chef de la Marine Abdallah Al-Sultan et le ministre de l’Economie Adel Fakih ont été abruptement limogés. Selon la chaîne Al-Arabiya à capitaux saoudiens, 11 princes, 4 ministres et des dizaines d’ex-ministres ont au total été arrêtés, alors que la commission anticorruption a ouvert des enquêtes sur des affaires, pour certaines assez anciennes dont une concerne les inondations meurtrières ayant dévasté en 2009 Jeddah (ouest). Un responsable gouvernemental a donné une liste de 14 personnalités de haut rang limogées ou arrêtées incluant le prince Al-Walid.

    Les spéculations sont allées bon train sur le lieu de détention des suspects, le Ritz Carlton de Ryad étant le plus souvent mentionné. L’hôtel de luxe semblait fermé au public dimanche et son site internet indiquait que l’établissement était complet.
    http://www.lexpress.fr/actualite/monde/proche-moyen-orient/purge-en-arabie-saoudite-mohammed-ben-salmane-un-reformateur-a-la-poigne-de-fer_1957841.html
    Le succès de MBS, qui vient de renverser l’oligarchie pour instaurer son autocratie, ne fait pas oublier ses précédentes décisions qui furent catastrophiques : comme la décapitation du chef de l’opposition, la guerre contre le Yémen ou la désolidarisation de l’Arabie saoudite avec le Qatar. Reste que cette purge ne pouvait se faire qu’en accord avec les USA. Ce qui fait dire à certains, que Trump est entrain de s’en prendre à ceux qui furent complices des attentats du 11 septembre 2001 :
    http://numidia-liberum.blogspot.fr/2017/11/trump-sattaque-aux-veritables.html?m=1

    Un jour avant, le 4 novembre, le Premier ministre libanais, Saad Hariri, qui n’est pas le fils biologique de son père légal, mais un bâtard de la famille des Séoud, issu du clan Abdallah, s’exprimant en direct sur la chaîne de télévision Al-Arabiya, depuis l’hôtel Ritz de Riyad et en présence du prince héritier saoudien « MBS », annonçait sa démission en lisant scrupuleusement un texte anti-Iran et anti-Hezbollah, relançant ainsi un conflit entre Arabes et Perses.

    A peine le discours terminé, son rival, l’ancien directeur central de la police (FSI) puis ministre de la Justice libanais Achraf Rifi, rentrait de son exil italien à Beyrouth.

    • Tomasz dit :

      Dans la nuit du 21 au 22 avril 2018 des échanges nourris de tirs qui semblent se répondre avec quelques gros calibres ont retenti dans le palais princier. Officiellement, les gardes auraient tiré sur un drone qui survolait sans autorisation ledit palais :

      Puis après le 28 avril, jour de de l’inauguration de la citée de divertissement qui sera construite à une quarantaine de kilomètres de Ryad :

      Ben Salmane n’a fait aucune apparition publique. De quoi donc alimenter les rumeurs à un moment où les relations avec l’Iran sont à couteaux tirés, où les Israéliens tirent sur les manifestants, où la Syrie est en pleine guerre, où le royaume saoudien combat au Yémen tout en recevant quelques missiles sur la tête de temps en temps et où le dollar se met à monter comme le prix du pétrole. Ces mouvements financiers, plaident pour un conflit armé de grande ampleur à venir d’ici l’été.

  25. Atlas dit :

    D’où viennent les combattants étrangers de l’Etat islamique ?

    Des anciens combattants de Daesh, se sont livrés à la chaîne de télévision algérienne Al-Chourouk sur leur départ en Syrie, et sur l’implication évidente de l’État tunisien après la révolution, entre 2011 et 2014. Hamza Jari, d’une association proche de l’organisation salafiste djihadiste ‘Ansar Al-Sharia’, affiliée à l’organisation terroriste Al-Qaïda, a déclaré qu’il enseignait la pensée salafiste dans un centre de prédication à Ben Guerdane : « Les autorités étaient au courant de nos activités et savaient que notre association participait à l’envoi des jeunes vers la Syrie. Ces mêmes jeunes décollaient des aéroports tunisiens sans aucune contrainte. Tout le monde était au courant de ça, ce n’était un secret pour personne. »
    https://www.huffpostmaghreb.com/entry/des-terroristes-tunisiens-de-lei-racontent-comment-letat-etait-complice-dans-lenvoi-des-jeunes-vers-les-zones-de-conflit_mg_5af9513de4b0e57cd9fb0649

    En Europe, le Kosovo a la plus forte proportion par habitants :

    Rapport du Centre Soufan sur les étrangers de Daesh et le problème de leur retour :
    http://thesoufancenter.org/wp-content/uploads/2017/11/Beyond-the-Caliphate-Foreign-Fighters-and-the-Threat-of-Returnees-TSC-Report-October-2017-v3.pdf
    Les endroits à éviter dans l’avenir :

    Même si grâce à Attali, il faudra aussi se méfier des campagnes :

    Et les 14 bases militaires des États-Unis en Syrie :
    https://exoportail.com/les-14-bases-militaires-des-etats-unis-en-syrie/
    Bien entendu, elles existent aussi à travers le monde :
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_bases_militaires_des_États-Unis_dans_le_monde

  26. Nathalie dit :


    Le 8e volet des négociations inter-syriennes a pris fin le 14 décembre 17 à Genève. Contre toute attente, il n’a pas donné de résultats tangibles, les délégations de Damas et de l’opposition unifiée syrienne n’ont pas entamé de négociations directes. Le ministère français des Affaires étrangères et l’envoyé spécial de l’Onu pour la Syrie Staffan de Mistura ont estimé que Damas était responsable de l’absence de progrès. Mais pour Assad, il en est tout autrement :

    « Quant à la France, il est de notoriété qu’elle a été en tête des pays qui ont appuyé les terroristes en Syrie. Ses mains sont trempées dans le sang syrien. Elle n’a pas le droit de jouer le rôle de critique lors des conférences prétendument organisées au nom de la paix. Celui qui a soutenu le terrorisme, n’a pas le droit de discuter de la paix. Leurs déclarations n’ont aucune importance pour nous. Elle sont creuses. »

    L’enquête sur le financement de Daesh (l’Etat islamique) par LafargeHolcim souligne bien le caractère frauduleux de la lutte antiterroriste prétendument menée par la France et ses alliés de l’Otan. Elle laisse entrevoir un financement délibéré sur cinq ans par une entreprise du CAC 40 d‘organisations terroristes responsables d‘attentats dans toute l‘Europe, notamment en France. Selon les informations ressorties lors de la mise en examen de six dirigeants du cimentier, dont l’ex-PDG de LafargeHolcim, Bruno Lafont et l’ex-directeur général du groupe, Éric Olsen, Lafarge finançait le milieu des milices terroristes en Syrie à l’époque où celles-ci commettaient les attentats qui ont servi de prétexte à l’état d’urgence. De plus, Lafarge aurait eu recours au mensonge et à la production de faux pour justifier son financement des groupes terroristes. Les informations fournies par Lafarge invalident son alibi précédent, à savoir que le groupe n’avait versé ces sommes aux milices terroristes que parce que le groupe devait se plier à un «racket» de Daesh afin de protéger son usine de ciment située près de Raqqa, dans le nord de la Syrie. Un rapport de la société d’audit londonienne PricewaterhouseCoopers (PWC), commandité par Lafarge, précise que le groupe aurait versé 13 millions de dollars entre 2011 et 2015 aux diverses milices islamistes en Syrie. Selon ce rapport, ce financement a continué jusqu’en 2015, bien après la fermeture de l’usine en septembre 2014. Un autre rapport rédigé par le cabinet d‘expertise américain Baker McKenzie, lui aussi missionné par Lafarge, révèle que la filiale syrienne de Lafarge aurait à elle seule versé de juillet 2012 à septembre 2014 près de 5,6 millions de dollars aux milices, dont plus de 500.000 dollars à Daesh. Le fils de l‘ex-ministre de la Défense syrien, Firas Tlass, aurait servi d’intermédiaire. Ainsi, alors même que la classe politique française débattait en 2014 et 2015 de l‘opportunité ou non de bombarder Daesh en Syrie, Lafarge finançait la milice terroriste. Le gouvernement Hollande a ordonné le premier bombardement des positions de Daesh en Syrie juste après les attentats du 13 novembre 2015 à Paris. Jusqu’alors, la France ne bombardait que les positions irakiennes de Daech et gardait ainsi la possibilité de profiter des actions de Daesh en Syrie. L‘image ressortant de l’enquête est celle du financement délibéré d’organisations terroristes que le PS présentait alors comme des forces légitimes dans sa guerre, menée en alliance avec Washington, pour renverser le gouvernement de Bachar al-Assad. L’affaire Lafarge soulève le rôle non seulement de la France, mais des gouvernements de toutes les grandes puissances de l’Otan. A partir de 2011, ces puissances ont organisé avec les monarchies du Golfe le financement de milices islamistes en Syrie à la hauteur de milliards de dollars. Cette guerre a dévasté la Syrie, fait des centaines de milliers de morts, et forcé plus de 10 millions de Syriens à fuir leurs foyers. Les médias et les responsables politiques des pays de l’Otan ont tenté de cacher autant que possible le caractère politiquement criminel de cette guerre, et notamment le fait que les alliés de l’Otan en Syrie, comme dans la guerre de 2011 en Libye, étaient des milices terroristes liées à Al Qaïda. L’affaire Lafarge montre aussi le rôle réactionnaire et mensonger des groupes de la pseudo gauche petite-bourgeoise, comme le Nouveau parti anticapitaliste en France, qui ont été des partisans et des complices de l’impérialisme dans ces conflits. Ils ont présenté éhontément les groupes djihadistes anti-Assad comme l‘émanation d‘une révolte populaire. Alors que le CAC-40 finançait les différentes milices islamistes sur le terrain en Syrie, ils prétendaient que cette opération était une révolution démocratique syrienne. Les agissements de Lafarge en Syrie soulignent le caractère politiquement illégitime de l‘état d‘urgence, dont la loi antiterroriste d’Emmanuel Macron a inscrit les dispositions dans le droit commun. Alors que l’impérialisme finançait les terroristes de Daech, il utilisait leurs crimes en Europe pour justifier la répression de l’opposition des travailleurs et des jeunes à la suppression des droits sociaux et démocratiques acquis au cours de plusieurs générations de lutte. Toute cette politique est marquée du sceau du mensonge d’Etat dans l’intérêt de l’aristocratie financière.
    http://www.wsws.org/fr/articles/2017/12/18/lafa-d18.html

    Ces dires sont confirmés par Bassam Tahhan qui évoque notamment la fuite d’un rapport diplomatique britannique, décrivant ce que trament cinq pays pour s’assurer à terme d’une recomposition syrienne avantageuse pour l’Occident et ses complices, et pour compromettre définitivement les efforts russes dans la région. Cette stratégie s’articule ainsi :
    1) endiguer l’influence iranienne en militarisant durablement l’Est de la Syrie ;
    2) faire échouer le plan de paix russe ;
    3) enfin, poursuivre une guerre de basse intensité afin de diviser la Syrie pour aboutir à une partition territoriale et politique.

    C’est la multinationales Lafarge qui achète du pétrole, fournit des produits chimiques et de quoi fabriquer des tunnels, verse des millions aux islamistes :

    Le journaliste Richard Labévière fait aussi allusion à cette fuite concernant Benjamin Norman, un diplomate en charge du dossier Proche et Moyen Orient à l’ambassade de Grande Bretagne à Washington. Il rend compte dans un Télégramme diplomatique confidentiel du 12 janvier 2018 de la première réunion du « Petit groupe américain sur la Syrie » (Etats-Unis, Grande Bretagne, France, Arabie saoudite et Jordanie), qui s’est tenue à Washington le 11 janvier 2018. Il dévoile le détail de la « stratégie occidentale » en Syrie : partition du pays, sabotage de Sotchi, cadrage de la Turquie et instructions adressées au représentant spécial de l’ONU Staffan de Mistura qui dirige les négociations de Genève. Assistaient à cette réunion du 11 janvier à Washington Hugh Cleary (chef du Département Proche et Moyen-Orient du Foreign Office) ; Jérôme Bonnafont (directeur ANMO/Afrique du Nord et Moyen-Orient au Quai d’Orsay) ; David Satterfield (Secrétaire d’Etat-adjoint américain chargé du Moyen-Orient) et le Jordanien Nawaf Tell et le saoudien Jamal al-Aqeel. David Satterfield confirma que le président Trump avait décidé de maintenir une importante présence militaire américaine en Syrie, malgré la victoire remportée contre l’« Organisation Etat islamique » (Dae’ch) ; le coût de ce maintien étant fixé à quatre milliards de dollars annuels. Il a précisé que cette présence militaire américaine devait prévenir toute résurgence de Dae’ch, mais surtout empêcher les « Iraniens de s’installer durablement et de s’imposer dans la recherche d’une solution politique ». En troisième lieu, il a insisté sur le fait que la première réunion du « Petit Groupe » devait aussi apporter un « appui matériel et politique important à Staffan de Mistura pour « consolider le processus de Genève ». Les Etats-Unis ont décidé qu’ils ne participeraient plus aux réunions d’Astana, ayant réduit « leur participation à un niveau très bas, pour souligner leur engagement envers Genève ». Il a été aussi convenu que « l’opposition devait faire preuve de plus de flexibilité et arrêter d’agiter l’épouvantail d’un gouvernement de transition », les Américains ajoutant que, sans changer d’objectif final quant à la partition de la Syrie et au départ de Bachar al-Assad, il fallait d’abord « rester en mouvement en procédant à « une manipulation prudente » de l’opposition. Le représentant français, Jérôme Bonnafont, a posé le problème d’une éventuelle participation de Bachar al-Assad à de futures élections. David Satterfield a répondu que « l’objectif était de créer les conditions et des institutions qui permettraient des élections qu’Assad ne pourrait pas gagner ». Satterfield a ajouté « qu’il n’y avait pas de raison ‘flagrante’ pour empêcher Assad d’être candidat ». Dans ces conditions, il s’agissait surtout de tester les intentions de la Russie, notamment pour qu’elle arrive « à ce que le Régime soit amené à discuter d’une nouvelle Constitution, d’élections libres sous le contrôle des Nations unies. Les Saoudiens ont mis en garde contre un « risque de fragmentation des différents groupes de l’opposition. Satterfield a rétorqué que leurs représentants devraient « s’engager davantage dans la recherche d’une solution politique plutôt que de profiter de salaires mirifiques et de longs séjours dans des hôtels agréables ». David Satterfield a, ensuite, expliqué que l’opposition turque aux « Unités de protection du peuple kurde (YPG) » empêchait les Kurdes de participer à Genève. Pourtant « on ne pouvait pas ignorer un groupe qui contrôlait le tiers de la Syrie et qui avait pris la plus grande part à la lutte contre Dae’ch… les Américains cherchaient à établir un leadership multi-ethnique au nord-est de la Syrie afin de diluer l’hégémonie de l’ YPG. » Par contre, il s’agissait d’imposer les FDS (Forces démocratiques syriennes, majoritairement kurdes et sous contrôle américain) dans le processus de Genève. D’où la nomination de William (Bill) Roebuck, leur ex-ambassadeur à Bahreïn, comme représentant spécial des FDS.
    https://prochetmoyen-orient.ch/syrieleaks-un-cable-diplomatique-britannique-devoile-la-strategie-occidentale/#enfootnote1sym

    Une deuxième réunion du « Petit Groupe » s’est tenue à Paris le 23 janvier 2018, essentiellement consacrée à l’usage des armes chimiques et aux « consignes » adressées à Staffan de Mistura. Voilà qui n’augure pas d’une prochaine sortie de crise en Syrie dans un contexte marquée par quatre évolutions majeures des plus préoccupantes.
    1) Les Etats-Unis ont décidé de renforcer et de diversifier leur posture nucléaire. Le Pentagone vient d’annoncer qu’il va développer des armes nucléaires tactiques miniaturisées « pour s’adapter aux nouvelles menaces internationales ». Le président iranien Hassan Rohani a répondu : « comment quelqu’un peut-il parler de paix mondiale et en même temps annoncer qu’il développe de nouvelles armes nucléaires destinées à ses principaux ennemis ? »
    2) Les ministres de la Défense de l’OTAN se sont entendus les 14 et 15 février derniers à Bruxelles sur les grandes lignes d’une nouvelle refonte des structures de commandement de l’Alliance Atlantique.
    3) Aux lendemains de la destruction d’un chasseur israélien dans l’espace aérien syrien et, alors que la police israélienne demande l’inculpation du premier ministre Benyamin Netanyahou pour corruption, Tel-Aviv accuse l’Iran de s’implanter en Syrie et menace de multiplier ses opérations militaires. Une manière bien connue pour rester au pouvoir en faisant peur.
    4) Enfin, le soutien militaire de Washington aux Kurdes de Syrie continue à provoquer l’Ire d’Ankara. La crise de confiance est consommée et l’axe turco-américain est au bord de la rupture. Deuxième contingent de l’OTAN, l’armée turque a dû accompagner le tournant conservateur et anti-occidental après le putsch raté de juillet 2016.

    De plus, le gouvernement français a décidé de faire venir ces enfants des djihadistes si bien entrainés à haïr les chrétiens et à les tuer dans des camps d’entrainement.

    Il faut dire que d’après Abu Firas, un des daechistes capturés par les militaires turcs de l’opération Rameau d’olivier, en Syrie, et qui avait avoué qu’ils recevaient des ordres de leurs maîtres occidentaux, les ressortissants français représentaient la majorité des daechistes de nationalité étrangère :
    https://reseauinternational.net/les-francais-surrepresentes-au-sein-de-daech/
    Ses dires sur les ordres occidentaux et les longues années de soutien des djihadistes en Syrie par la Maison Blanche sont notamment confirmés par Ben Rhodes qui a servi longtemps comme adjoint au conseiller national à la sécurité à la Maison Blanche sous la présidence de Barack Obama. Ce soutien militaire aux djihadistes a tout de même coûté annuellement au contribuable américain autour d’un milliard de dollars. L’EIIL et l’Armée Syrienne Libre (ASL) ont combattu sous un commandement unifié géré par les Américains pendant les premières années de la guerre en Syrie et ce jusqu’à la fin 2013, chose qui a été confirmée par le professeur Joshua Landis, de l’université de l’Oklahoma, l’expert mondial sur la Syrie.
    http://www.informationclearinghouse.info/49714.htm

  27. Théo dit :

    La liste des pays à déstabiliser donnée par le général Wesley Clark reprend. Il ne reste plus que l’Iran pour qu’Israël n’ait plus de concurrents voisins assez forts. Les émeutes et les manifestations en Iran s’enchaînent depuis une semaine.
    https://www.kla.tv/files/video.klagemauer.tv/franzoesisch_vid/franzoesisch_2018-01-17-lesmanifesta1516218696139/01_franzoesisch_2018-01-17-lesmanifesta1516218696139_480p.webm
    Amad News, une chaîne sur Telegram, semble y jouer un rôle central dans la vague des protestations. Elle est gérée par le journaliste exilé Rohollah Zam, fils d’un haut ecclésiastique réformiste qui aurait fui le pays après avoir été accusé d’entretenir des liens avec des services de renseignement étrangers… Les contre-manifestations, exprimant la loyauté de la République (non notées dans les médias « occidentaux »), sont pourtant plus importantes que les manifestations antigouvernementales. Depuis décembre, 28 manifestations et émeutes ont eu lieu dans un total de 66 villes à ce jour, mais seulement une trentaine d’entre elles ont eu lieu chaque nuit. Cela pourrait indiquer une certaine planification derrière les événements. Un changement de lieu quotidien pourrait être envisagé pour empêcher les préparatifs de la police. Les groupes d’émeutiers sont entre 30 et 80 personnes, avec quelques passants qui se fraient un chemin. Ils semblent suivre une stratégie de foule éclair apparaissant ici et là et disparaissant à nouveau lorsque la police apparaît en force. Dans certaines villes, des émeutiers ont attaqué des postes de police, des postes militaires et ont même volé des camions de pompiers. Certains émeutiers essaient évidemment de mettre la main sur des armes. Le même simulacre d’images de grandes manifestations et de « preuves » de brutalité gouvernementale vu en Syrie a lieu avec l’Iran. Des vidéos de manifestations de l’Argentine
    https://twitter.com/Ranj_Talabany
    /status/946791297536417793
    et du Bahreïn sont utilisées pour réclamer de grandes manifestations en Iran. Une vidéo du Bahrein réalisée par un « journaliste » prétendait se passer en Iran. Le gouvernement est dit craindre le chef de la MEK, Marjam Radjavi. Selon un rapport de Seymour Hersh de 2012, l’armée étatsunienne a formé des combattants du MEK aux techniques de sabotage et d’insurrection. De leur côté, les néoconservateurs habituels des médias étatsuniens plaident pour aggraver la situation économique de l’Iran. Le but des instigateurs de ces émeutes n’est pas destiné à créer un violent conflit visant à un « changement de régime », mais à provoquer une réaction du gouvernement iranien qui peut ensuite être utilisé pour faire pression sur les Européens pour qu’ils isolent à nouveau l’Iran. Ce plan est confirmé par un article paru dans le Washington Post. de Michael Singh, du lobby sioniste à Washington : « Si le régime recourt de toute façon à la violence, la réponse internationale devrait se concentrer sur l’isolement diplomatique. Les États européens et asiatiques devraient réduire leurs relations diplomatiques avec l’Iran et diminuer la participation de l’Iran aux forums internationaux. Les sanctions peuvent aussi jouer un rôle… »
    https://www.washingtonpost.com/opinions/the-protesters-in-iran-need-real-help-from-washington/2018/01/01/b64d8416-ef24-11e7-b390-a36dc3fa2842_story.html?utm_term=.dcb393ef33c3


    Le 4 juin 2018, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou, en visite officielle en Allemagne, a mis en garde Angela Merkel contre un nouvel afflux de réfugiés syriens outre-Rhin si Berlin ne se montrait pas plus ferme face à l’Iran. Selon lui, si Téhéran avait pu renforcer sa présence militaire au Moyen-Orient, notamment au Yémen ou en Syrie, c’était grâce à la manne financière libérée par la levée des sanctions économiques après la signature en 2015 de l’accord sur le nucléaire.
    https://francais.rt.com/international/51299-netanyahou-presse-merkel-sevir-contre-iran-menace-afflux-refugies

  28. Robert dit :

    Durant la première quinzaine de février 18, la coalition dirigée par les États-Unis a déclaré avoir mené plusieurs frappes aériennes « défensives » contre les forces syriennes dans la province de Deir Ez-Zor, tuant des centaines de soldats syriens et des civils russes.
    https://www.rt.com/news/418281-illegal-us-presence-syria-crime/
    https://strategika51.wordpress.com/2018/04/20/laffaire-wagner-un-accrochage-de-fin-du-monde-en-syrie-passe-sous-silence-ou-par-pertes-et-profits/
    Le véritable objectif de Washington semble bien de s’en prendre aux «biens économiques» en Syrie.
    http://numidia-liberum.blogspot.fr/2018/02/poutine-les-frappes-aeriennes.html?m=1
    Reste que la fausse attaque chimique n’a pu avoir lieu :
    https://numidia-liberum.blogspot.fr/2018/03/ghouta-orientale-pourquoi-lattaque.html?m=1

    Présence française en Syrie avec les forces démocratiques syriennes :


    Les 5 bases françaises dans le nord de la Syrie pour défendre les Kurdes contre les Turques :
    https://aa.com.tr/en/europe/french-military-cooperating-with-ypg-pkk-terrorists/1104265

    Voir aussi la carte ci-dessous montrant la situation actuelle dans la Méditerranée orientale, avec les flottes de la Russie et de l’OTAN qui ont pris des positions de combat en raison des menaces lancées par Washington, selon lesquelles les Etats-Unis seraient prêts à frapper Damas et le palais présidentiel, sans tenir compte de la présence du personnel russe.

    Va-t-on vers la prophétie d’Esaïe 17.1 ?

    « Oracle sur Damas. Voici, Damas ne sera plus une ville, Elle ne sera qu’un monceau de ruines. 2Les villes d’Aroër sont abandonnées, Elles sont livrées aux troupeaux; Ils s’y couchent, et personne ne les effraie. 3C’en est fait de la forteresse d’Ephraïm, Et du royaume de Damas, et du reste de la Syrie: Il en sera comme de la gloire des enfants d’Israël, Dit l’Eternel des armées. 4En ce jour, la gloire de Jacob sera affaiblie, Et la graisse de sa chair s’évanouira. 5Il en sera comme quand le moissonneur récolte les blés, Et que son bras coupe les épis; Comme quand on ramasse les épis, Dans la vallée de Rephaïm. 6Il en restera un grappillage, comme quand on secoue l’olivier, Deux, trois olives, au haut de la cime, Quatre, cinq, dans ses branches à fruits, Dit l’Eternel, le Dieu d’Israël. 7En ce jour, l’homme regardera vers son créateur, Et ses yeux se tourneront vers le Saint d’Israël; 8Il ne regardera plus vers les autels, Ouvrage de ses mains, Et il ne contemplera plus ce que ses doigts ont fabriqué, Les idoles d’Astarté et les statues du soleil. 9En ce jour, ses villes fortes seront Comme des débris dans la forêt et sur la cime des montagnes, Abandonnés devant les enfants d’Israël: Et ce sera un désert…. »

    • Luc dit :

      On sent bien que les pays de l’Otan cherchent à provoquer une guerre contre la Russie. Le grotesque document anglais censé présenter les preuves contre la Russie sur la tentative d’empoisonnement le 4 mars 2018 de Sergueï Skripal et de sa fille en est la preuve :
      https://www.les-crises.fr/affaire-skripal-le-grotesque-document-anglais-sense-presenter-les-preuves-contre-la-russie/

      Le général Delawarde décortique bien l’affaire et voit plutôt comme responsable : Israël, les USA et la Grande Bretagne :
      https://sansapriori.net/2018/03/25/2645/
      http://www.moonofalabama.org/2018/03/russian-scientists-explain-novichok-high-time-for-britain-to-come-clean.html

      Léonide Rink, l’un des créateurs de l’agent Novitchok, classifié par les Britanniques sous le nom A-234, rejoint l’avis de l’OIAC. Ce n’est pas du Novitchok qui a été utilisé afin d’empoisonner les Skripal. Les symptômes des Skripal ont été semblables à ceux causés par une intoxication au fentanyl. De plus, le fait que les Britanniques aient caché les Skripal compromettait la version selon laquelle la Russie était impliquée dans cette affaire. Ils disent que les Skripal s’étaient remis très vite, pourquoi donc personne n’est autorisé à les voir, les interviewer, leur analyser leur sang ?
      https://fr.sputniknews.com/international/201804151035954956-rapport-oiac-novitchok/
      Pour l’Institut suisse pour la protection des armes nucléaires, biologiques et chimiques (Schweizerisches Institut für ABC-Schutz), le poison prélevé à Salisbury par les enquêteurs de l’OIAC, dans l’« affaire Skripal », serait du « BZ », un innervant de l’Otan, agissant dans les 30 à 60 minutes et pour une durée de 2 à 4 jours. L’URSS, puis la Russie, n’ont jamais travaillé sur ce type de substance.
      http://www.voltairenet.org/article200678.html

      Selon les médias allemands, leurs services secrets s’étaient déjà procurés dans les années 90 via un transfuge russe un échantillon de l’agent neurotoxique Novitchok qui fut analysé dans un laboratoire suédois. De petites quantités de l’agent neurotoxique furent ensuite produites dans certains pays de l’OTAN à des fins de test.
      https://www.romandie.com/news/ZOOM-L-espionnage-allemand-a-obtenu-du-Novitchok-dans-les-annees-1990-selon-les-medias_RP/918848.rom

      La journaliste bulgare Dilyana Gaitandzhieva, connue par son enquête sur des livraisons d’armes occidentales aux terroristes en Syrie, a publié une autre révélation majeure, cette fois-ci concernant des laboratoires secrets américains opérant sous le couvert des centres médicaux dans 25 pays du monde. Curieusement, la plus forte concentration de ces “institutions médicales” est localisée aux frontières avec la Chine et la Russie. Outre des virus mortels, les spécialistes américains élaborent des méthodes de propagation. Ainsi, au printemps 2017, les habitants de la Tchétchénie ont vu un drone disperser de la poudre blanche à la frontière avec la Géorgie. Les chercheurs libèrent aussi des insectes infectés qui provoquent ensuite des maladies contagieuses voire mortelles parmi la population locale. Comme en Georgie, où plusieurs cas de fièvre hémorragique de Crimée-Congo ont été signalés.
      https://reseauinternational.net/enquete-journalistique-les-etats-unis-developpent-des-armes-biologiques-dans-les-laboratoires-a-travers-le-monde/

      Dans la série de propagande d’espionnage américano-britannique Strike Back, est mis en scène les activités de la « section 20 » du MI-6, une cellule chargée de lutter contre le terrorisme. Dans l’épisode 4 de la sixième saison diffusé en Grande-Bretagne le 14 novembre 2017, la section est à la recherche d’un homme et le responsable se rend compte qu’il s’agit d’un scientifique russe « qui aurait tué ses collègues avec du Novitchok, un agent neurotoxique qu’ils ont inventé ». Curieusement, 3 mois et demi plus tard, on accuse la Russie d’avoir empoisonné l’un des siens avec ce même agent Novitchok dans une opération de propagande rondement menée qui conduit actuellement de nombreux pays à sanctionner la Russie sur la base de simples présomptions et à des déclarations explosives du premier ministre qui n’écarte pas des «ripostes militaires» contre Moscou !

      Victoria Skripal, la nièce de Sergei Skripal, a transmis à des journalistes russes, un enregistrement téléphonique avec sa fille, Julia Skripal : « Tu sais quelle est la situation maintenant », dit Julia « Ne t’inquiète pas, tout va bien, je suis déjà sortie, papa va aussi bien, il se repose maintenant. »
      http://www.dailymail.co.uk/news/article-5581507/Yulia-Skripal-calls-Moscow-says-leave-hospital-days.html

      Reste que l’affaire Skripal arrive alors que plus de onze officiers anglais qui opéraient en liaison avec les terroristes de la Ghouta se sont faits prendre alors qu’ils ne portaient pas leur uniforme. Ils pourraient être exécutés comme espions, en vertu des lois internationales.
      https://www.syrianperspective.com/2018/04/alloosh-orders-execution-of-officers-5-hostages-freed-saudi-arabia-trying-to-hold-on-to-ghouta-how-zahraan-alloosh-was-killed-by-saf.html

      Bref, les guerres sont aussi des parties de poker menteur. Chacun cherche à manipuler l’autre en mettant l’opinion publique avec lui. Les russes sont aussi très bons à ce jeu :
      http://www.russialies.com/russias-top-260-lies-international-edition/

  29. Zoé dit :


    Fake News amusant de la journaliste franco-israélienne Laurence Haïm, ancienne porte-parole de Macron. Elle veut témoigner d’un petit garçon de 4 ans allant en mars 2018 de la Syrie à la Jordanie avec dans son sac les vêtements de sa mère et sœurs tuées… En fait, la photo venait du Guardian du 18 juillet 2014.

    Évidemment, cette sioniste n’allait pas parler de l’avancement du Grand Israël. Reuven Rivlin, président du régime israélien, a pourtant appelé à l’examen d’une mainmise totale d’Israël sur toute la Cisjordanie en précisant qu’il ne veut pas se contenter de petites parcelles de cette région.
    http://parstoday.com/fr/news/middle_east-i59013-isra%C3%ABl_veut_annexer_la_cisjordanie


    Témoignage d’une Syrienne chrétienne devenue depuis une vingtaine d’années américaine : « La Syrie est un état laïc. On ne comprend pas pourquoi les pays de l’Otan veulent remplacer dans les pays arabes les chefs d’état laïcs par des Islamistes. Cela dit, Bachar n’était pas censé devenir président. Son frère était en train d’être préparé pour ce poste. Bashar était formé pour devenir ophtalmologue. Mais à la mort de son frère, son père lui a demandé de se préparer à prendre la relève. Sa famille a apporté à la Syrie une grande prospérité malgré les sanctions imposées par les USA il y a quelques années. Avant cette guerre, le pays n’était pas endetté contrairement à tous ceux de l’Otan. Parmi les rebelles qui luttent contre Assad (EI, Daech, Al-Qaïda, Al-Nosra, les Casques blancs), plus de 80% viennent de l’étranger. Ils sont Afghans, Saoudiens, Libyens, Tchétchènes, Canadiens, Européens. Ils sont formés en Turquie et en Jordanie. Ils sont soutenus par l’Otan, l’Arabie saoudite, le Qatar et Israël. Lors de la première victoire des rebelles à Homs, le premier drapeau qui fut déployé en signe de victoire fut l’israélien. Pas étonnant que l’Etat islamique ne cherche pas à l’attaquer, d’autant plus que certains de leurs blessés sont soignés dans leurs hôpitaux. N’a-t-on pas pris un colonel israélien, Yusi Oulen Shahak, qui faisait partie des islamistes ? Et Israël ne se gène pas pour utiliser des bombes illégales comme dernièrement dans la région de Damas. A noter le lien très étroit qu’il y a entre Hollywood et les partisans de ce Nouvel Ordre Mondial. D’où l’oscar du «Meilleur documentaire» reçu pour le film sur les Casques blancs (appelés Casques du diable en Syrie). Cela rappelle le film « Des hommes d’influence » [avec Robert De Niro et Dustin Hoffman] où le gouvernement embauche un réalisateur hollywoodien pour filmer une fausse guerre, qui est ensuite diffusé aux nouvelles comme si cela se passait vraiment.

    Sur la Syrie on est en plein délire. N’a-t-on pas vu par exemple les USA lancer 59 missiles de croisière contre la base aérienne de Shayrat sous prétexte que des armes chimiques s’y trouvaient ? Car ce bombardement ne pouvait que les libérer dans l’atmosphère. En réalité cet attaque avait comme but d’épauler l’Etat islamique dans son offensive près de Homs. A remarquer que les médias ne se mettent à parler d’armes chimiques qu’après un succès majeur de l’armée syrienne, le dernier exemple étant celui de la Ghouta. L’affaire Skripal en Grande Bretagne sert aussi à manipuler l’opinion publique contre les Russes afin de pouvoir faire accepter une offensive otanesque dans cette région. Heureusement la Syrie est aidée par la Russie mais aussi par l’Iran. Car Téhéran sait pertinemment que si la Syrie tombe, elle sera la prochaine sur la liste.  »
    https://jamesperloff.com/2018/03/30/a-syrian-christian-reveals-what-is-really-happening-in-syria/

    Bien entendu, les anglo-sionistes n’arrêteront pas leurs opérations fake news, comme ici en 2013, où des enfants syriens qui vivent dans des zones occupées par les « rebelles » ont été formés par ces derniers pour agir comme s ils avaient été frappés avec du gaz Sarin. Ils simulent des convulsions, ils clignent des yeux et ils font mine de déglutir une fausse mousse blanche appliquée sur leurs visages par les « instructeurs ». A la fin de l’exercice, les enfants applaudissent et un homme en costume de Mickey vient les féliciter :

    Les intox sur un recours au chlore et à d’autres substances toxiques par l’armée syrienne se poursuivent. Le 20 février, trois camions turcs transportant du chlore sont entrés dans le Gouvernorat d’Idlib par le passage de Bab al-Hawa. Deux de ces camions se sont arrêtés au village Al-Lozé, dans la campagne d’Idlib, et sont actuellement stationnés dans son école, accompagnés de plusieurs voitures et d’un certain nombre de terroristes. Le troisième camion a continué jusqu’au village Al-Habet, situé dans la campagne nord de Idlib, et se trouve actuellement au siège de ladite Ha’yat Tahrir al-Cham [Organisation de libération du Levant] -des agents de la Turquie- où il est en train d’être déchargé, côté nord-est, en présence d’un grand nombre de terroristes. Les informations en possession du gouvernement syrien indiquent que les terroristes préparent une action terroriste avec usage de chlore à grande échelle, pour ensuite en accuser l’Armée arabe syrienne. Lesquels terroristes ont reçu des instructions fermes de la part de services secrets occidentaux et turcs pour mener une attaque chimique avant le 13 mars. Pourquoi le 13 mars ? Parce que c’est la date de la tenue de la 87ème session du Conseil exécutif de l’OIAC.
    https://reseauinternational.net/onu-vous-finirez-par-avoir-votre-ligne-rouge-3-camions-turcs-charges-de-chlore-viennent-dentrer-en-syrie/

    Effectivement, le groupe de l’opposition radicale Jaych al Islam a accusé les forces gouvernementales d’avoir eu recours le 7 avril 2018 à des armes chimiques contre un hôpital de Douma, dans la Ghouta orientale. Les casques blancs les premiers sur le site ont pris ces vidéos : à un jour d’intervalle, des différences s’observent comme la couleur du plafond qui est différente…
    https://www.fort-russ.com/2018/04/something-is-very-wrong-and-not-adding-up-with-the-chemical-attack-site-in-syrias-duma/
    Qu’une des sources d’information soit des Casques Blancs n’est pas du au hasard !
    https://fr.sputniknews.com/international/201804081035847982-douma-attaque-chimique-intox/
    Et que Sky News s’amuse à couper Jonathan David Shaw, l’ancien chef des forces armées britanniques, au moment où il faisait part de ses doutes concernant les allégations d’attaque au gaz syrien, n’est-il pas troublant ?

    Sur la BBC, Stephen Sackur s’est entretenu avec le député syrien Fares Shehabi, membre du Parlement syrien d’Alep qui osa lui dire qu’ « Il y a 280 Britanniques en route de Douma vers l’Europe, ils retournent à présent en Angleterre… » Il lui a déclaré avoir les preuves du soutien du Foreign Office aux rebelles djihadistes d’Al Qaida à Alep. Il confirma que l’armée syrienne n’a jamais utilisé de gaz sarin ou de chlore et que l’OIAC qui a inspecté récemment les centres de recherche fabriquant soi disant des armes chimiques a constaté qu’ils n’en contenaient pas. Par contre pour lui, il y a bien eu gazage des troupes syriennes en 2013 par les rebelles avec l’aide de l’OTAN. A la question de l’intervieweur de savoir s’ il soutiendra un éventuel procès pour crimes de guerre de Bachar Al Assad, il répondit que la Grande Bretagne, en tant que soutien des djihadistes, ne pouvait être crédible. « Mais est-ce qu’elle va mettre en prison Tony Blair pour avoir détruit l’Irak et la vie d’un million de personnes par « erreur » (Fausse information sur les armes de destruction massive ayant servi de prétexte au bombardement de l’Irak en 2003 et à sa destruction) ? » L’intervieweur lui demanda ensuite si un jour la Syrie pourra devenir démocratique en changeant de président . Il indiqua que la démocratie pourrait revenir que lorsque les pays de l’OTAN et particulièrement la France, la Grande-Bretagne et les Etats-Unis cesseront d’occuper son pays. Puis c’est au peuple de décider si Assad doit rester ou partir.

    Très curieusement, le pape François joue leur jeu, en se mettant du côté de l’Otan :
    https://www.lnc.nc/breve/syrie-le-pape-francois-denonce-l-usage-d-armes-chimiques
    Pourtant les pays de l’Otan ont rejeté la résolution russe sur l’enquête concernant les événements dans la ville syrienne de Douma :
    https://fr.sputniknews.com/international/201804111035892572-menaces-us-consequences-nebenzia/
    Carte pour suivre la réaction de l’Otan sur cette nouvelle manipulation :
    https://militarymaps.info/

    Pour rappel, c’est sur la base de la prétendue détention d’armes de destruction massive par le régime de Saddam Hussein que George W. Bush et Anthony Blair ont déclenché une guerre extrêmement meurtrière en Irak en 2003. Plus de 1,2 million de civils irakiens, dont des centaines de milliers de femmes et d’enfants, ont été tués depuis lors, alors qu’il s’agissait d’une pure « fake news » – reconnue comme telle, quelques mois après, par le secrétaire d’État américain Colin Powell. Et jusqu’à maintenant l’occident n’a jamais eu de preuve démontrant que le gouvernement syrien avait utilisé du gaz toxique contre sa propre population, qu’il s’agisse de la tragédie survenue en août 2013, déjà à la Ghouta, ou de la tragédie de Khan Cheikhoun survenue en avril 2017. De plus, personne n’a reçu l’autorisation du Conseil de sécurité de l’ONU pour procéder à une opération militaire contre le gouvernement syrien !

    Mais si Trump semble maintenant être sur deux chaises, c’est tout simplement parce que son envie de se retirer de la Syrie est freinée par les néo-cons américains, toujours dans les rouages du « shadow government ». Ces anciens juifs trotskistes défendent la politique globaliste d’Israël. D’où la première frappe israélienne du 9 avril. Ce pays n’est pas avare de bombardement ! Se souvenir de celui de la nuit du 5 au 6 septembre 2007 ! À 0h42,les appareils israéliens lâchaient 17 tonnes de bombes sur le site syrien d’Al-Kibar, car susceptible de devenir un centre nucléaire.
    http://www.jeuneafrique.com/mag/547376/politique/secret-dhistoire-comment-israel-a-prive-bachar-de-la-bombe-nucleaire

  30. Monique dit :

    Ayssar Midani, présidente de la Fondation « Descendants d’Ashtar » et présidente de NOSSTIA (réseau des scientifiques syriens expatriés) explique le 6 avril 2018 ce qui se passe exactement en Syrie.

    On y apprend la capture (durant la période de Pâques) d’officiers anglais, américains, turcs, saoudiens… Au même moment Theresa May mettait en route l’affaire Skripal. L’armée arabe syrienne adécouvert lors du ratissage des fermes périphériques de la ville de Douma dans la Ghouta orientale, un réseau de tranchées et de tunnels s’étendant de Messraba et Chifonya jusqu’à Douma. L’un des tunnels avait 4 mètres de largeur, 6 de hauteur et 15 de profondeur. Un autre 500 mètres de longueur.
    La menace de frappe militaire occidentale contre la Syrie par Madame Ayssar Midani !

    Pour suivre l’actualité du côté du gouvernement syrien :
    https://sana.sy/fr/
    Les systèmes explosifs utilisés par la CIA :
    https://archive.org/search.php?query=explosives%20for%20sabotage%20cia
    L’attaque chimique vue selon les informations du gouvernement :
    https://www.defense.gouv.fr/content/download/528742/9123389/file/180414%20-%20Syrie%20-%20Synthe%CC%80se%20-%20Les%20faits.pdf

    Les rescapés de Douma racontent leur supplice dans les prisons de Jaïsh al-Islam :
    http://www.jacques-tourtaux.com/blog/syrie/ghouta-orientale-les-rescapes-de-douma-racontent-leur-supplice-dans-les-prisons-des-terroristes-de-jaish-al-islam.html

    Durant la nuit du 13 au 14 avril 2018, de 2h42 jusqu’à 4h10 (heure de Paris), les USA, la France et la Grande Bretagne ont envoyé leurs missiles sur la Syrie sans attendre les résultats de l’enquête de l’OIAC qui devait commencer le 14 au matin et sans le feu vert de l’ONU. La défense antiaérienne syrienne aurait toutefois réussi à en intercepter les deux tiers.

    Le ministère de la Défense russe dit avoir détecté 103 missiles air-sol ou de croisière dont 71 auraient été interceptés par la défense anti aérienne-syrienne. La défense anti aérienne russe n’est pas intervenue (ce que confirment les trois pays agresseurs). L’état-major russe donne la liste des cibles suivantes avec le nombre de missiles tirés et interceptés :
    – 4 missiles auraient visé la zone de l’aéroport international de Damas : tous interceptés
    – 12 missiles auraient visé l’aéroport militaire de Al-Dumayr: tous interceptés
    – 18 missiles auraient visé l’aéroport militaire de Baly: tous interceptés
    – 12 missiles auraient visé l’aéroport militaire de Shayarat : tous interceptés
    – 9 missiles auraient visé l’aéroport militaire de Mezzeh : 5 interceptés
    – 16 missiles auraient visé l’aéroport militaire de Homs : 13 interceptés
    – 30 missiles auraient visé diverses cibles dans les zones de Barzah et de Jaramani : 7 interceptés
    – 2 missiles détectés au départ se seraient perdus en route…

    Mais selon les USA, 105 missiles auraient été tirés sur des installations syriennes par la France, les États-Unis et le Royaume-Uni, 12 l’ont été par les forces tricolores :

    Le USS Monterey CG61 a tiré 30 missiles Tomahawk à partir de la mer rouge.
    Le USS Laboon DDG58 a lancé 7 missiles Tomahawk à partir de la mer rouge.
    Le USS Higgins DDG76 a lancé 23 missiles Tomahawk à partir du Golfe Persique.
    Le USS John Warner SSN785 a lancé 6 missiles Tomahawk à partir de la Méditerranée.
    La frégate française LANGUEDOC a lancé 3 missiles navals mer-sol SCALP EG à partir de la Méditerranée.
    Les bombardiers stratégiques B-1B ont lancé 19 missiles de croisière air-sol AGM-158 JASSM.
    Les chasseurs britanniques Typhoon and Tornado ont lancé 8 missiles de croisière air-sol Storm Shadow/SCALP EG .
    Les 5 Rafales et 4 Mirages français ont lancé 9 missiles de croisière air-sol StormShadow/SCALP EG.

    Les 9 missiles Scalp ont un coût unitaire de 850.000 euros, selon plusieurs médias, et les missiles MdCN coûtent 2,86 millions par unité, selon le projet de loi de finances 2015. Soit un total de 16,23 millions d’euros.

    Selon le Pentagone, l’attaque n’aurait visé que trois cibles :

    76 missiles – sur le Centre de recherche et de développement de Barzah
    22 missiles – sur le site de stockage de Him Shinshar
    7 missiles – “sur le bunker de stockage d’armes chimiques de Him Shinshar

    Bien sûr, selon le Pentagone et les états-majors français et britanniques, tous les missiles auraient atteints leur cible… Mais cette coalition à trois a trop menti au cours des années précédentes pour pouvoir être crédible aujourd’hui (Timisoara, couveuse du Koweït, armes de destruction massives de Saddam, Goutha 2013, affaire Skripal, Goutha avril 2018). Le site de la dite attaque chimique fut détruit lors du bombardement, empêchant l’OIAC de commencer son travail.
    https://reseauinternational.net/confirme-une-attaque-americaine-etaient-principalement-destinee-a-supprimer-les-preuves-de-false-flag/

    Selon l’AFP, la Marine nationale avait prévu de tirer un nombre supérieur de missiles de croisière navals (MdCN) aux trois finalement lancés. Mais un gros bug est alors survenu, empêchant le départ des missiles de croisière sur le premier bâtiment désigné pour ouvrir le feu, avant que le second navire ne connaisse la même défaillance. Cela dit, c’était la première fois que la France employait ce type de missile, d’une portée de 1.000 km. Un avion Rafale s’est aussi trouvé dans l’incapacité de larguer l’un de ses deux missiles.
    https://francais.rt.com/france/50057-syrie-multiples-couacs-au-sein-de-l-armee-francaise-des-missiles-auraient-connu-des-rates
    Du côté des analystes militaires chinois, les bâtiments de surface de la marine française n’auraient en fait lancé aucun projectile. Et les tirs de BGM-109 Tomahawk US à partir de navires de guerre en Méditerranée orientale ou en mer rouge auraient connu quelques anomalies et pas des moindres: certains missiles se sont abattus avant d’atteindre l’espace aérien syrien et d’autres, ayant pénétré cet espace, semblaient suivre des trajectoires aléatoires avant de disparaître. Le nombre de missiles devant être lancés devait certainement dépasser les 200 unités.
    https://strategika51.wordpress.com/2018/04/25/les-donnees-chinoises-revelent-detranges-incoherences-dans-le-deroulement-de-lagression-tripartite-contre-la-syrie-des-missiles-nauraient-jamais-ete-tires/

    L’attaque eut lieu alors que le 9 avril, Israël avait bombardé un aéroport militaire en Syrie :

    Extrait de la déclaration commune censurée de la presse occidentale, du 25 mars 2018 : « L’armée arabe syrienne , avec l’aide de la Russie, a capturé une cargaison d’armes chimiques destinées à la Ghouta orientale. Il s’agissait d’armes britanniques produites à Porton Down à Salisbury. La Russie soupçonne que l’incident de Skripal est lié à leurs dossiers. Skripal travaillait à Porton Down en tant que trafiquant d’armes chimiques en partenariat avec une entreprise ukrainienne. La Russie nie avoir attaqué Skripal, mais admet qu’il était sous surveillance pour ses activités de soutien au terrorisme en Syrie et au trafic d’armes. La Russie confirme également qu’il y a des officiers de renseignement britanniques, américains, israéliens et saoudiens qui ont été pris par l’armée syrienne dans l’une des salles d’opérations fortement fortifiées lors de l’invasion de l’armée syrienne et de ses alliés du Ghouta oriental ». Il y a donc bien un lien entre Skripal, Porton Down à Salisbury et la Ghouta… Les militaires américains, britanniques et israéliens capturés en Syrie ont confirmé qu’ils ont reçu l’ordre de lancer des attaques chimiques à East Ghouta par leurs gouvernements.

    D’autres armes chimiques sont de confection allemande (voir à partir de 2 mn) :


    Pour Thomas Binder, un cardiologue à Wettingen en Suisse, cette photo montrant des soins prodigués après l’attaque chimique à Douma est une mise en scène, car le placement des électrodes pour l’électrocardiogramme pratiqué sur cet enfant est faux. Dans ces conditions, il n’est pas possible de recevoir un signal. Si on le fait dans les règles de l’art voilà ce que l’on aurait dû faire :

    Mais si les attaques chimiques peuvent être mortelles, elles agissent à court terme. Ce qui n’est pas le cas des missiles de croisière qui disposent tous d’uranium appauvri (isotope U238), une matière radioactive particulièrement persistante dans l’environnement, avec une demi-vie de 4,47 milliards d’années. Des centaines de kilos d’uranium appauvri ont pourtant été sciemment pulvérisées en Syrie. Son avantage, étant un métal lourd, il est d’une efficacité redoutable pour transpercer les parois des chars blindés et des tanks. Au contact de sa cible, l’uranium s’enflamme, relâchant en grande quantité de minuscules particules radioactives. Transportées par le vent, ces particules peuvent se retrouver dans l’eau, le sol, les nappes phréatiques… contaminant tout l’environnement. Il y a trois voies majeures de contamination, par inhalation, ingestion ou lésion cutanée. Étant à la fois chimiotoxique et radiotoxique, l’uranium appauvri atteint les reins, les poumons, le squelette, les organes reproducteurs, la thyroïde, les muscles, les ganglions lymphatiques ainsi que le système neurologique. Les types de pathologies observées sont principalement les cancers (dont leucémies) et les malformations congénitales. On observe ces pathologies chez les populations victimes de bombardements à l’uranium appauvri, mais aussi chez les vétérans des conflits irakiens, des Balkans ou encore d’Afghanistan :

    Autre question préoccupante, que va faire Macron de cette centaine de Français djihadistes emprisonnés par les Kurdes ?
    http://www.europe1.fr/international/syrie-les-kurdes-menacent-de-relacher-les-djihadistes-francais-de-daech-3625727

    Le parti UPR a demandé la destitution du président français :
    https://www.upr.fr/actualite/france/suite-a-la-decision-solitaire-et-illegale-demmanuel-macron-dintervenir-militairement-en-syrie-francois-asselineau-demande-aux-parlementaires-dengager-la-destitution-du-president-d

    Intervention de la Syrie à l’ONU après l’attaque du 14/04/18 :

    Ce qu’en pense Lord West, ancien commandant général de la Royal Navy et ministre de la Sécurité de Gordon Brown :

    Le mensonge le plus terrible fut celui fait avec Fabius sur ces enfants qui avaient été kidnappés par les rebelles pour les gazer :

    • Monique dit :

      Ayant visité Douma pour retrouver des signes d’usage d’armes chimiques, des journalistes américains de la chaîne de télévision One America News Network n’ont pas réussi à recueillir de preuves confirmant que l’attaque chimique avait réellement eu lieu :

      « J’ai parlé avec une dizaine d’habitants de la région qui se trouve dans le quartier où l’attaque présumée aurait eu lieu. Personne parmi ces gens-là, avec lesquels j’ai parlé, ne m’a dit qu’il avait entendu parler ou qu’il avait vu quelque chose concernant l’attaque chimique. » témoigne le journaliste Pearson Sharp.

      Puis il s’est rendu dans un hôpital. « Un médecin m’a répondu que le 7 avril était une journée ordinaire mais qu’il y avait beaucoup de poussière. Beaucoup de gens sont venus se plaindre de toux et d’irritations des voies respiratoires. Mais aucun autre symptôme n’a été signalé. Soudain, un groupe d’inconnus est arrivé en criant qu’une attaque chimique s’était produite. Ils ont apporté des personnes qui, comme ils l’affirmaient, étaient affectées et se sont mis à les asperger d’eau. Les médecins ont commencé à s’en occuper tandis que des inconnus filmaient la scène. En fait aucun n’avait le symptôme d’une attaque chimique. »
      https://fr.sputniknews.com/international/201804171035978225-syrie-douma-attaque-chimique/
      http://www.oann.com/oan-investigation-finds-no-evidence-of-chemical-weapon-attack-in-syria/


      Hassan Diab, âgé de 11 ans, a du jouer le rôle de figurant pour les Casques Blancs, d’un malade touché par la soi-disant attaque chimique du 7 avril à Douma. « Nous étions dans un sous-sol. Nous avons entendu des cris dans la rue, on criait « Allez à l’hôpital ». Nous y avons accouru et dès que j’y suis entré, on m’a attrapé et on a commencé à m’asperger d’eau. Ensuite, on nous a mis sur des lits à côté d’autres personnes», a indiqué le garçon à la chaîne de télévision Rossiya 24.


      Un autre petit de 10 ans de Douma, Moustapha, raconte aussi comment des hommes de Jaych al-Islam ont promis aux enfants des dattes s’ils exécutaient leurs ordres. « On a commencé à nous asperger d’eau avec des tuyaux. Puis les adultes nous ont pris par la main et nous ont entraînés à l’intérieur de l’hôpital où nous avons été pris en photo. Enfin, on nous a distribué les aliments promis et on nous a dit qu’on pouvait jouer parce qu’on avait été sage. »


      Le correspondant de guerre britannique Robert Fisk confirme la même chose « le chef de la clinique de Douma nie la réalité d’une attaque au gaz. » Et comme toujours, les Casques blancs de Douma financés par le Foreign Office, ont tous choisi de partir avec les islamistes en prenant les bus affrétés par le gouvernement et protégés par la Russie.
      https://www.independent.co.uk/voices/syria-chemical-attack-gas-douma-robert-fisk-ghouta-damascus-a8307726.html
      Sans doute que l’organisation « Syria Charity » avec la « Ligue pour la Syrie Libre » firent de même, car elles sont du côté des djihadistes :

      Pourtant, des experts russes ont découvert à Douma, un laboratoire de fabrication d’armes chimiques appartenant aux radicaux et recelant des éléments de production de gaz moutarde ainsi qu’une bouteille de chlore :

      Pourquoi ne les auraient-ils pas utilisées ? Ou bien attendaient-ils que les bidons de chlore explosent à cause des bombardements syriens, comme le suggère ce journaliste de la chaîne publique allemande ZDF :

      De son côté, un des fondateurs du groupe Pink Floyd, Roger Waters, a osé s’affirmer contre les frappes de l’Otan et contre les Casques blancs. Ces derniers avaient essayé de lui proposer une collaboration avec eux comme ils l’avaient déjà fait avec George Clooney, Aziz Ansari, Ben Affleck, Justin Timberlake et le groupe Coldplay. Un reporter photographe français, qui s’était présenté comme un «militant» des «Casques blancs», lui avait demandé de l’inviter sur scène lors de son concert le 13 avril à Barcelone pour qu’il puisse adresser un message aux enfants syriens.

      John Bolton, l’ancien fonctionnaire néo-con de l’administration Bush, devenu expert de Fox News, que Trump a récemment choisi comme conseiller en matière de sécurité nationale, fait partie de ces hommes adeptes du chantage. « C’est un tyran », pour José Bustani, diplomate brésilien à la retraite et ancien chef de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC). Au début de 2002, un an avant l’invasion de l’Irak, l’administration Bush par le biais de Bolton, exerça une pression intense sur Bustani pour qu’il démissionne de son poste de directeur général de l’OIAC, en dépit du fait qu’il avait été réélu à l’unanimité à la tête de l’organe des 145 nations deux ans plus tôt. Sa transgression ? Vouloir négocier avec l’Irak de Saddam Hussein pour permettre aux inspecteurs en désarmement de l’OIAC d’effectuer des visites inopinées dans ce pays. « Cheney veut que vous partiez. Vous avez 24 heures pour quitter l’organisation, et si vous ne vous conformez pas à cette décision de Washington, nous avons des moyens de riposter contre vous. Nous savons où vivent vos enfants. Vous avez deux fils à New York. » lui dit Boston. Quelques semaines plus tard, Bustani se faisait virer :

      Christian Westermann, l’ancien analyste en chef des armes biologiques au Département d’État qui avait refusé de signer un discours accusant Cuba de posséder un programme secret d’armes biologiques , avait été de même « réprimandé » par Bolton, qui « a alors essayé de le faire partir ». Melody Townsel, ex-entrepreneur de l’Agence des États-Unis pour le développement international, a déclaré avoir été elle aussi harcelée par Bolton, lors d’une visite au Kirghizistan en 1994 : « M. Bolton m’a poursuivi dans les couloirs d’un hôtel russe, en me jetant des objets, en poussant des lettres de menaces sous ma porte, en se comportant comme un fou. »

      Maintenant qu’il est devenu conseiller à la sécurité nationale de Trump, cela lui donne des moyens d’influence importants, c’est à dire de continuer les guerres actuelles au bénéfice d’Israël. On comprend pourquoi pour Bustani, sa nomination est un désastre pour le monde :

      Le soir du 16 avril 2018, l’armée syrienne interceptait encore neuf missiles lancés sur l’aéroport de Shayrat. Par qui ? Sans doute Israël. Mais Israël ce mois-ci préfère rester discret. Les réseaux sociaux montrent des snipers israéliens entrain de faire des cartons sur les manifestants non-armés palestiniens (28 morts), pendant que des spectateurs colons juifs en rigolent. Sur les frontières de Gaza, des gaz étranges et inconnus furent aussi utilisés contre eux, au moyen de drones sans pilote. Ces gaz provoquèrent sur nombre d’entre eux des suffocations et des évanouissements.
      https://french.palinfo.com/news/2018/4/17/Les-colons-isra-liens-clatent-de-rire-alors-que-les-snipers-tirent-sur-les-manifestants-de-Gaza

      Puis dans la foulée d’Hollande qui avait félicité les Casques Blancs, Macron a invité plusieurs ONG à l’Elysée dont celle islamiste proche des Frères Musulmans Syria Charity, qui participa activement à la propagande des attaques chimiques. Il leur a promis 50 millions d’euros. Curieusement, SOS Chrétiens d’Orient n’y était pas convié. Mais Macron, ce menteur né, s’est fait doubler par le secrétaire américain à la Défense James Mattis. «Les Français nous ont apporté un soutien en Syrie avec l’envoi de leurs forces spéciales ces deux dernières semaines», a-t-il fait savoir lors d’une audition devant la commission des forces armées au Sénat. comme quoi il y avait bien l’armée française en Syrie.
      https://fr.sputniknews.com/international/201804261036115625-syrie-militaires-francais/

  31. Scott dit :

    Le 8 mai 2018, le président américain Trump a unilatéralement mis fin à l’accord nucléaire conclu avec l’Iran en 2016. L’Iran s’y engageait à ne pas produire ou mettre au point d’armes nucléaires. En échange, les Etats-Unis et leurs alliés avaient levé les sanctions précédemment imposées à l’Iran. Pendant la campagne électorale, Trump avait déjà décrit l’accord négocié sous la direction de l’UE comme une « terrible erreur ». Avec le ministre des Affaires étrangères Mike Pompeo et son nouveau conseiller en matière de sécurité John Bolton, il s’est entouré ces dernières semaines de deux hommes qui réclament depuis des années une politique plus dure envers l’Iran.

    Pour l’expert financier allemand et auteur à succès Ernst Wolff, les signes d’une guerre imminente avec l’Iran se multiplient. Surtout après que le « message subliminal » du Premier ministre israélien Netanyahu lors de la conférence de presse du 30 avril 2018 a été la demande d’une attaque préventive contre l’Iran.

    Les Etats-Unis se trouvent dans une situation extrêmement difficile. Le chômage est beaucoup plus élevé que dans les statistiques officielles. La dette de la population, de l’Etat et des entreprises est plus élevée que jamais et d’énormes bulles se sont formées sur les marchés financiers, qui menacent d’éclater à tout moment. Les allègements fiscaux accordés par Trump aux grandes fortunes ont été largement inefficaces. C’est là où, même si elle entraînera une nouvelle hausse de la dette américaine à long terme, une guerre permettrait de continuer à développer l’industrie de l’armement et donc les marchés boursiers et obligataires. Cela retarderait un krak financier, créerait des emplois et fournirait aux électeurs de Trump un bouc émissaire étranger responsable de la misère causée par le gouvernement et Wall Street. Si les institutions financières ont investi dans la fracturation plus d’un quart de billion de dollars au cours des dernières années, d’abord sans faire de profits importants et en acceptant des pertes financières substantielles, c’est qu’ils pensent que quelque chose va provoquer la montée du prix du pétrole. Une guerre contre l’Iran aura cet effet. D’où ces tentatives d’exportation vers l’Europe de ce pétrole, sachant que la Russie alliée à l’Iran, se trouvera de facto dépossédée du marché de l’Europe occidentale, provoquant à son économie un désastre financier. Reste la Chine qui se mettra certainement du côté de la Russie. Si elle a largement cofinancé les guerres américaines dans le passé en achetant des obligations, pas sûr qu’elle continue de le faire, ce qui mettrait le dollar dans une situation critique. Mais le plan sioniste n’est-il pas de le laisser s’effondrer ?

  32. Lea dit :

    Le rapport adressé par Philippe le Long, comte d’Anjou, au pape Jean XXII, et publié en 1321 semble avoir influencé notre époque.

    La Résolution de Strasbourg de 1975 va ouvrir l’ère de l’islamisation de l’Europe à la demande des pays-membres de l’OPEP qui exercent un chantage sur l’Europe mettant en balance le prix du pétrole. La première application de ce traité sera exécuté en France par le président Giscard d’Estaing avec le décret sur le regroupement familial qu’il signe dés 1976 et qui verra aussitôt affluer les masses maghrébines en France. En contre-partie de cet afflux de main d’œuvre musulmane bon marché, réclamée par les affairistes apatrides pour tirer vers le bas les salaires et les lois sociales européennes, les dirigeants européens s’engageaient auprès des dirigeants musulmans à islamiser l’Europe selon les règles édictées par les pays du Maghreb et du Moyen-Orient en marge des négociations avec l’OPEP (Organisation des pays exportateurs de pétrole) sur le prix du pétrole. Les frères musulmans étaient à la manœuvre qui voyaient ainsi les projets ancestraux de l’Islam sur l’Europe en voie de se réaliser. L’abaissement des frontières de l’UE, les lois favorables aux clandestins, le droit des réfugiés politiques, – lui aussi à l’initiative du président Giscard d’Estaing, comme l’avortement, le regroupement familial, la loi Giscard-Rothschild-Pompidou du temps où il était ministre des Finances, la France hérissée de mosquées, l’islamisation de l’Histoire de France et des pays de l’UE, toutes les lois ou tolérances en faveur de la religion musulmane,, tout cela découle de ce pacte de Strasbourg et de ses suites inscrites officiellement dans les textes de l’OCI ( Organisation de la Coopération arabe ). C’est ce qu’explique dans le détail Alain Wagner, président de l’ICLA ( alliance internationale contre la charia ) et de l’UDCC ( Union de Défense des Citoyens et des Contribuables ) dans la vidéo ci-dessous, extraite d’une interview donnée sur Radio Courtoisie le 11 Octobre 2016 : « Une date fondamentale 1973. Que s’est-il passé en 1973 ? La guerre syro-égyptienne contre Israël, les syro-égyptiens prennent une raclée et de manière quasiment immédiate l’OPEP multiplie le prix du pétrole par 4 et classe les pays par catégories : soit amie, soit neutre, soit ennemie… Le 6 novembre 1973, les 9 pays de la communauté européenne de l’époque basculent dans le camp pro-arabe avec les corolaires qui suivent : reconnaissance du peuple palestinien ; la dimension narrative arabe concernant Israël ; la création de l’ancêtre du Protocole de Barcelone qui se développera en 1995, c’est-à-dire le DEA, ( Dialogue Euro-Arabe ) qui vise à mettre en œuvre des éléments qui ont été définis de manière très précise en 1975 par la Résolution de Strasbourg et qui ont été adoptées communément par les pays arabes et par l’Assemblée générale de l’Association parlementaire de la Coopération euro-arabe… »

    La conférence de Barcelone s’est tenue du 27 au 28 novembre 1995 et réunissait les 15 ministres des Affaires étrangères des États membres de l’UE et des douze pays tiers méditerranéens suivants : Algérie, Chypre, Égypte, Israël, Jordanie, Liban, Malte, Maroc, Syrie, Tunisie, Turquie et Autorité palestinienne. Cette conférence est la mise en application d’une fusion entre les pays des deux rives de la Méditerranée, débarrassés de frontières.

    Tandis que la Résolution de Strasbourg se focalise principalement sur le retrait d’Israël des territoires occupés et marque son désir de régler le conflit en faisant bon accueil aux demandes arabes sous la pression du chantage de l’OPEP. L’Association parlementaire pour la Coopération euro-arabe demande aux gouvernements européens de prendre des mesures spéciales pour assurer la libre circulation des travailleurs arabes qui émigrent en Europe, leur droits doivent être équivalents à ceux des citoyens nationaux. D’autre part, les pays d’accueil doivent reconnaître la contribution historique de la culture arabe au développement européen et aider financièrement l’enseignement de l’arabe, ainsi que le développement de leur religion en Europe.

    http://www.medias-presse.info/du-lourd-le-pacte-euro-arabe-dislamisation-de-la-france/76696/

    Pour Pierre Jovanovic aussi, les Etats-Unis ont échangé le pétrole du Moyen-Orient contre une Europe musulmane. Ce qui explique par exemple l’attaque brutale à l’aide de pierres des musulmans kosovars contre des Serbes qui se rendaient à l’église le 29 mai 2018. L’ambassadeur américain à Belgrade, Scott Kyle, défend un principe clair  » If You Want Peace, Give Kosovo to Islamists, Their Own State »
    http://media.unmikonline.org/?p=85933
    Il arrivera la même chose en France. D’ailleurs François Hollande envisageait déjà sa partition. Même le secrétaire général des Nations Unis, en janvier 2018, a déclaré que « les migrations massives (de l’Afrique vers l’Europe) devront être acceptées par tous les Etats occidentaux. Israël est bien entendu partie prenante dans ce plan machiavélique. Il a d’ailleurs renvoyé non pas en Afrique mais en Europe 16 000 de ses migrants.
    https://www.nst.com.my/world/2018/04/352290/israel-says-it-will-send-16000-african-migrants-western-countries

  33. béatrice dit :

    On sait que des troupes françaises se trouvent aussi au Yemen comme Le Figaro du 16 juin l’évoquait, avec des troupes américaines et israéliennes pour établir le Grand Israël :

    https://reseauinternational.net/israel-perdu-en-syrie-mais-il-sapprete-a-commettre-un-autre-crime-de-guerre-au-yemen/
    Mais dernièrement, les garde-côtes yéménites ont arrêté des militaires français espionnant au large de la côte ouest du Yémen.
    http://parstoday.com/fr/news/middle_east-i67142-hudaydah_qui_sont_les_fran%C3%A7ais_captur%C3%A9s

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s