Le néo-libéralisme ne fait plus recette chez les étudiants canadiens

néolibéralisme canadien

.

Cela va faire  plus de trois mois que  les étudiants du Québec, sont  en grève, contre le projet gouvernemental  d’augmenter de 75%  les droits d’inscription à l’université. Des manifestations considérables ont déstabilisé ce gouvernement libéral, entraînant la démission de la ministre de l’éducation, Line Beauchamp.

http://www.lapresse.ca/actualites/dossiers/conflit-etudiant/201205/14/01-4525176-line-beauchamp-demissionne.php

Le premier ministre Jean Charest ne trouve rien de mieux à faire en ce 17 mai que de faire passer une « loi spéciale » visant à rendre illégale la grève et à criminaliser les étudiants en lutte.  Pourtant cette loi ne contrevient-elle pas à la charte des droits et libertés ?

http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Politique/2012/05/17/004-projet-loi-reaction.shtml

Les organisateurs d’une manifestation de plus de 10 personnes devront communiquer leur parcours 8 heures avant. Et les personnes qui y participeront devront s’assurer que l’événement correspond aux renseignements fournis à la police et ne devront pas être à moins de 50 m des établissements d’enseignement. De très lourdes amendes sont prévues qui vont de 1000 à 5000 $ pour un individu. Pour les organisateurs ou un employé, l’amende est plus importante de 7000$ à 35000 $ par jour. Et pour les associations de 25000$ à 125000 $ par jour.  Et en cas de récidive, on double l’ amende. Pourtant, selon un sondage Harris-Decima, les Québécois seraient à 60% contre la hausse des frais de scolarité !

http://www.cfs-fcee.ca/html/french/media/mediapage.php?release_id=1353

Le néolibéralisme mondial en matière d’enseignement supérieur, entraînant l’augmentation de la part du financement privé des dépenses universitaires n’est donc pas démocratique. Car il n’y a pas qu’au Canada que cette pensée dominante fait des ravages. On l’a vu en hiver 2010 avec la grève des étudiants anglais ! Ou encore avec celle des étudiants chiliens l’année dernière.

Le mouvement des Indignés et d’Occupy Wall Street  s’inscrit aussi explicitement contre ce modèle. Le cas des États-Unis commence à être mieux connu. Dans un article , intitulé « Endettement étudiant : une bombe à retardement aux États-Unis »,   le quotidien Le devoir faisait le point sur la dette des étudiants américains. Elle a quintuplé en douze ans pour atteindre mille milliards de dollars, soit une dette moyenne par étudiants de 25 000 $. Plus du tiers des dettes d’étudiants sont « titrisées », c’est-à-dire regroupées puis cédées à des investisseurs sous forme de produits dérivés.

http://www.ledevoir.com/international/etats-unis/350033/endettement-etudiant-une-bombe-a-retardement-aux-etats-unis

Non seulement les étudiants américains sortent lourdement endettés de leurs études, mais leurs perspectives d’emploi sont à leur plus bas niveau. A l’heure actuelle, pécuniairement parlant,  il leur est donc préférable de ne pas se lancer dans des études.  C’est l’appauvrissement  intellectuel organisé pour toute une classe d’âge !

 

femme au parapluie

Publicités

La vérité sort de la bouche des enfants !

Victoria Gant est une petite fille de 12 ans. Elle donne une leçon à tous les politiciens et médias corrompus, qui ne cherchent pas à dénoncer la collusion qui existe entre les banques et les gouvernements pour appauvrir les peuples. Elle s’adresse aux Canadiens, mais ce qu’elle nous clame, pourrait être adressé au monde entier. Car le gouvernement mondial qui est en gestation, entrainera plus d’asservissement et de pauvreté pour les gens.

« Vous vous êtes déjà demandé pourquoi les banquiers des plus grandes banques privées deviennent de plus en plus riches, pendant que nous pas? », demande la jeune oratrice au début de son discours à Philadelphie le 27 avril 2012 :

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=Bx5Sc3vWefE#!

Son analyse pertinente du système bancaire a de quoi bluffer et rassemble déjà de nombreux commentaires impressionnés sur la toile. « Ne doutez jamais qu’un petit groupe de gens réfléchis et engagés puisse changer le monde. C’est d’ailleurs toujours comme cela que ça s’est passé », termine Victoria !

 

dans le cosmos