Bref aperçu de notre agriculture néo-libérale…

Suicide collectif de 1500 indiens ruinés à cause des OGM

En Inde, les paysans continuent de se suicider.

Le ministère de l’Agriculture l’explique en partie à cause des rendements décroissants du coton Bt, qui constitue 90% des 5,73 millions de tonnes récoltées en 2010-2011 par le second producteur mondial de coton.  Alors même qu’une nouvelle variété vient d’être approuvée, le ministère déplore la grave crise que subissent ces agriculteurs, déçus des résultats déclinants de la semence Monsanto. Le prix payé aux paysans n’a pas progressé aussi vite que celui des insecticides, nécessaires en quantités croissantes, et en définitive, depuis cinq ans, le coton Bt ne rémunère plus suffisamment le producteur. Ce coton génétiquement modifié fut introduit il y a 10 ans dans les États d’Andhra Pradesh, Madhya Pradesh, Karnataka et Maharashtra. Semées sur 12 millions d’hectares, les variétés de Monsanto et de Bayer surent au début répondre aux espoirs d’augmentation des rendements. Mais ensuite, ils suscitèrent  de nombreuses déconvenues. En 2011, selon le gouvernement de l’Andhra Pradesh, la récolte a été divisée par deux par rapport a 2010.  Les variétés génétiquement modifiées ont perdu leur résistance aux prédateurs, qui ont su s’adapter par mutations, et sont incapables de se protéger contre de nouveaux virus. Les OGM se sont enfin révélés plus sensibles aux parasites, que les variétés traditionnelles. Ces semences exigent aussi davantage d’eau et d’engrais. C’est au printemps que c’est le plus dramatique quand les collecteurs de dettes viennent réclamer les intérêts des sommes empruntées pour acheter les graines.  Dans la région productrice de Vidarbha, état de Maharastra, 209 suicides de fermiers ont été recensés en 2011, en lien avec ces problèmes. Doit-on remercier les firmes tels que Monsanto pour avoir fabriqué des graines stériles (pour que personne ne puisse les utiliser), d’avoir menti sur leurs rendements ? Peut-on accepter le brevetable de tout, de même que les graines sélectionnées depuis des générations de paysans ?

http://www.thehindu.com/sci-tech/agriculture/article3248530.ece

Qui pollue le plus, le mouton ou le véhicule à moteur ?

 

En Nouvelle Zélande, les savants étudient le moyen de purifier le pet du mouton,

Un problème qui semble crucial dans un pays où paît, justement, un troupeau de 35 millions de ces bêtes. Ils cherchent à comprendre pourquoi certains individus de la gent ovine polluent davantage que d’autres  et à établir si certains régimes sont moins polluants. Ils espèrent même pouvoir mettre au point  un vaccin qui empêcherait les ruminants de générer du méthane.  En 2003, le gouvernement avait envisagé de taxer les éleveurs pour financer la recherche anti-méthane, mais les  éleveurs s’étaient élevés  vigoureusement contre  ‟l’impôt du pet” alors que, soutiennent certains, 90% du méthane provient de rots.

 

La politique esquissée actuellement amplifie irrémédiablement la dérégulation des marchés agricoles et les morts qu’elle provoque.

Pour nourrir les milliards d’êtres humains, on ne compte pas sur le retour de politiques publiques, mais sur la généralisation de partenariats publics-privés (PPP) connus pour permettre aux derniers d’en prendre les bénéfices et aux premiers d’endosser les dettes. Un suivi satellitaire de l’agriculture mondiale va être lancé pour améliorer l’observation agricole via une utilisation accrue des outils de télédétection pour les prévisions de récolte et les prévisions météorologiques (outil indispensable pour les spéculateurs). Car on n’interdit pas les paris sur les fluctuations de prix… Mais ce qui est plus ahurissant, point de retour aux stocks d’intervention, outils prouvés pourtant de la régulation et garde manger en cas de crise grave.  Seuls des « réserves alimentaires humanitaires d’urgence ciblées et de taille limitée, conformes à l’annexe II de l’accord de l’OMC sur l’agriculture » seront tolérées, afin de ne pas gêner le marché libre et non faussé quand ce dernier conduit le monde à la famine. En accord donc avec la décision prise par la Commission européenne  dernièrement de réduire l’aide alimentaire de 80% aux plus démunis. Bien entendu, les ministres de l’Agriculture à l’échelle européenne, seraient dessaisis de tout ce qui concerne la spéculation. Seuls les ministres des finances du G20 auront le droit d’en parler. Tout est fait pour satisfaire les spéculateurs et non pas les paysans ou les consommateurs. Si les organisations syndicales agricoles le voulaient, elles décideraient démocratiquement de ce qui doit être fait. N’est-ce pas le propre de la démocratie ?  Car actuellement, le pouvoir des députés européens est nul !  C’est l’Amérique qui décide !

https://effondrements.wordpress.com/2012/05/23/le-coup-detat-europeen-un-pouvoir-executif-qui-ne-se-plie-pas-au-suffrage-universel/

 

Ne l’a-t-on pas vu avec la viande clônée ?  :

http://www.youtube.com/watch?v=ZELMhHGv1t4&feature=player_embedded

L’échec des négociations au sein de l’union européenne sur une éventuelle interdiction de la viande clonée signifie, de fait, qu’elle est autorisée. De même, aucun accord sur l’étiquetage de cette viande n’a pu être trouvé alors qu’elle est déjà commercialisée en Europe. L’étiquetage de produits alimentaires issus du clonage a échoué en grande partie à cause de l’opposition du gouvernement allemand sous la pression des États-Unis, principal exportateur de viande clonée (un embargo immédiat des produits européens par les États-Unis signifierait un préjudice économique évalué à 250 millions d’euros par an sur les exportations agricoles européennes !).  Mais si les consommateurs européens ne mangent pas directement de la viande clonée, ils mangent d’ores et déjà sans le savoir des produits issus d’animaux clonés, aux conséquences mal connues.  Et la mortalité est plus élevée et plus précoce chez les animaux clonés. Mais au-delà des maladies liées au clonage, se profile la dépendance aux laboratoires proposant ces techniques, les conduisant à dominer toute la chaîne de production des produits alimentaires animaliers. Ce qui ne va pas dans le sens de l’intérêt public mais dans celui de certaines poches.

 

Pendant ce temps, aux USA, on préfère criminaliser  celui qui nourrit sa famille avec des œufs de poules de son jardin :

http://www.youtube.com/watch?v=spw6dLuspSU&feature=player_embedded

ou celui qui tient une épicerie biologique :

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=ifvp3Fxi7Uo

 

 Aux USA, l’un des conseillers d’Obama en matière de sciences et de technologies, n’est autre que John P. Holdren qui a été jusqu’à mettre ses idées répugnantes par écrit :

http://www.amazon.com/Ecoscience-Population-Environment-Paul-Ehrlich/dp/0716700298/ref=sr_1_1?ie=UTF8&s=books&qid=1305997093&sr=1-1

Ce sinistre individu pense que la population mondiale optimale devrait être d’un milliard de personnes. Il se propose donc de mettre toute une série de mesures odieuses en application afin de réduire la population mondiale. Holdren dit que l’on pourrait mettre des produits chimiques toxiques dans la nourriture et l’eau, introduire des permis de naissance (les enfants nés sans permis devraient être éliminés), mettre en place des avortements obligatoires, et même pratiquer des infanticides. La stérilisation des êtres humains est, elle aussi, prescrite.

http://www.dailymotion.com/video/xjmmll_le-plan-des-elites-pour-la-depopulation-mondiale_news

 

Ne pas être étonné qu’après çà,  la commission européenne accepte les poulets à l’eau de javel !

http://www.dailymotion.com/video/xf7idt_poulet-a-la-javel_people#from=embed

 

ou que Danone  nous engraisse comme des porcs :

http://www.dailymotion.com/video/xf4vte_danone-vous-engraisse-tels-des-porc_news#from=embed

http://rustyjames.canalblog.com/archives/2012/07/06/24633042.html

 

Sans parler de Mc Do et de ses nuggets !

http://www.5minutesatuer.com/culture/fabrication-chicken-nuggets.html

 

Oui, on ingurgite des colorants nocifs :

http://www.youtube.com/watch?v=Fs-N0Gjf4C8&feature=player_embedded

 

Même  l’eau du robinet contient de plus en plus de restes de contraceptifs (augmentant sensiblement les problèmes  de stérilité chez les gens  :

http://www.dailymotion.com/video/xbj124_leau-du-robinet-estelle-potabley-po_news

 

Xe ou les hommes en noir !

Que Monsanto se soit payé la plus grande armée du monde :

Blackwater (ou la Xe) avec l’aide de Bill Gates  peut se comprendre vu le nombre de gens souffrant sur cette planète de ses effets néfastes. Mais l’alimentation est devenue pour  les banksters une manière d’augmenter considérablement leurs profits et pouvoir Et cela au dépend des agriculteurs et des consommateurs.

http://www.darkgovernment.com/news/monsanto-now-owns-blackwater-xe/

http://www.dailymotion.com/video/xohhvs_les-armees-privees-black-water-ou-la-xe-societes-militaires-privees-smp_news

 

Le Chef de la Tribu des Kayapo,

Raoni, pendant ce temps,  reçut la pire nouvelle de sa vie : Dilma, la présidente du Brésil, a donné son approbation pour la construction d’une énorme centrale hydroélectrique (la 3ème plus grande au monde). Une véritable sentence de mort pour tous les peuples vivant près du fleuve, car le barrage inondera environ 400 000 hectares de forêt. Plus de 40 000 Indiens devront trouver de nouveaux endroits pour vivre. Et on assistera à la destruction de leur habitat naturel, à de la déforestation, à la disparition de plusieurs espèces…

http://www.dailymotion.com/video/xl6snv_aidons-raoni-ensemble_news

http://raoni.fr/signature-petition-1.php

 

 

Il n’y a plus dans notre monde de place pour ceux qui vivent différemment,  tout doit être aplani, chacun, au nom de la mondialisation, doit perdre son identité, sa façon de vivre. Et cela sous la domination de quelques uns.

Publicités

Un monde meilleur est possible !

campagne et rizière.

Imaginons un monde meilleur : Où une banque permet aux trois quarts de ses clients de se sortir de l’extrême pauvreté tout en étant parfaitement rentable… Où un hôpital soigne gratuitement deux patients sur trois et fait des bénéfices… Où les agriculteurs se passent de produits chimiques tout en augmentant leurs rendements… Où les emballages sont biodégradables et nourrissent la terre au lieu de la polluer… Où un entrepreneur de textile qui refuse les délocalisations parvient à doubler son chiffre d’affaires tout en payant ses employés deux fois le salaire minimum… Ce monde existe, il n’est plus imaginaire !

Sylvain Darnil et Mathieu Le Roux l’ont exploré. Pendant quinze mois, ils ont parcouru la Planète à la recherche de ces entrepreneurs exceptionnels. Loin du fatalisme ambiant, ces hommes et ces femmes ont réussi à construire le monde dont ils rêvaient au lieu de subir celui qui existe et qui ne fait que remplir les poches d’une petite oligarchie. Ils relatent dans leur livre « 80 hommes pour changer le Monde » (livre de poche) 80 histoires dont une japonaise, celle de Takao Furuno, fondateur de Duck Rice, pionnier japonais du riz biologique.

http://www.80hommes.com/

La hausse exponentielle de la population mondiale  a constitué un  défi pour l’agriculture moderne. La révolution verte, qui a généralisé l’emploi massif d’engrais et de pesticides et la mécanisation, a permis dans certains pays, de nourrir des populations en croissance. Mais rien ne garantit que les mêmes techniques permettront de nourrir neuf, voire dix milliards d’habitants à l’horizon 2020. Car cette industrialisation de l’agriculture a eu un coût écologique massif. L’utilisation croissante de produits chimiques en monoculture intensive a entraîné l’épuisement des sols. A la hausse initiale des rendements, a succédé un lent appauvrissement des terrains que les produits chimiques ne parviennent en rien à combler. Cette pratique agricole ultra-mécanisée est surtout intimement dépendante d’une ressource: le pétrole, dont la raréfaction est programmée à moyen terme.

L’idée que les rendements élevés impliquent obligatoirement des solutions contre-nature et l’utilisation de produits chimiques est caduque ! On peut transformer les pratiques agricoles pour préserver l’environnement, tout en garantissant des rendements élevés. Comment ? en exploitant sans s’en priver les forces vives de la nature, à commencer par les canards !

Takao Furuno est né en 1950 dans une région rurale du Japon et ses premiers souvenirs sont ceux d’une campagne environnante peuplée de toutes sortes d’oiseaux. Adolescent, il constate que l’agriculture intensive les a fait disparaitre  (voir dans le même esprit le livre de l’Américaine Rachel Carson « Le Printemps silencieux », Plon, 1963). Mais en 1988, au hasard de ses lectures, il découvre dans un vieux livre d’histoire qu’il était auparavant courant de faire patauger des canards dans les rizières. Si la tradition populaire avait décidé de placer des canards dans les rizières, ce n’est pas sans raison. Il tente donc de comprendre pourquoi en essayant, sur ses propres terres, de combiner la culture du riz et l’élevage de canards. Et les résultats le surprennent. Non seulement les canards se nourrissent de mauvaises herbes et des insectes parasites, laissant intacts les plants de riz qu’ils n’apprécient pas. Mais en remuant les fonds, ils oxygènent l’eau et leurs déjections sont évidemment d’excellents engrais qui nourrissent les sols. Takao Furuno décide alors de se passer de produits chimiques. Les rendements vont s’améliorer considérablement. Les bonnes années, ils peuvent atteindre, chez Takao, 6470 kg de riz à l’hectare contre 3830 kg pour les fermes avoisinantes. L’absence des coûts d’achat de produits chimiques lui permet ainsi d’augmenter ses revenus, d’autant que la vente de canards peut, elle aussi, rapporter. Alors qu’en moyenne, il faut pour produire un kg de riz l’équivalent d’une canette de 33 centilitres de pétrole en engrais, pesticide et combustible, cette méthode permet de s’en passer totalement. Son livre « Le Pouvoir du Canard » (The power of Duck – édition Tagari – 2000), est un best-seller en Asie, et il a eu l’occasion d’exposer les conclusions de ses expériences au forum de Davos. Maintenant, au Vietnam, au Cambodge ou au Laos, les fermiers adoptant cette méthode combinée ont doublé leurs revenus. En France, on commence à s’y mettre aussi :

http://videos.tf1.fr/jt-20h/des-canards-pour-desherber-les-rizieres-camarguaises-6638562.html

Il existe aussi un réseau international d’entrepreneurs sociaux bon à connaître :

https://www.ashoka.org/fellows

.

printemps chat animé gif

Le coffre-fort de l’Apocalypse

Au dessus de l’océan arctique, à 1500 km du pôle nord, se trouve plusieurs îles appelées Svalbard et administrées par la Norvège.

Survol en aout de la zone :

http://www.youtube.com/watch?v=mze0jDYtYtQ

Aucun arbre n’y pousse et la température est ordinairement de moins 30°. Sur l’ une d’elle, fut construit un abri géant de 9 millions de dollars et inauguré en 2008, juste pour conserver autour d’un milliard et demi de graines !  Sa construction fut payée par la Norvège et Bill Gates finança leur transport.  Si un astéroïde frappait la terre, on pourrait relancer notre agriculture.

Les plantes que nous consommons depuis plus de 10 000 ans, sont en voie d’extinction. Car la culture intensive actuelle n’est pas propice, pour des raisons de profits, à la diversification des espèces.  Avant, les graines étaient passées de père en fils dans les fermes. Aujourd’hui, les agriculteurs utilisent des semences industrielles. Les variétés familiales s’éteignent donc peu à peu, laissant la place à la marchandisation de la nature par le biais des brevets. Et avec les OGM, ne va-t-on pas jusqu’à vendre des semences stériles ?

Contrôle

Le monde n’est pas à l’abri d’un fou, voulant utiliser l’alimentation pour dominer ses semblables !

Pour en savoir plus sur notre agriculture libérale :

https://effondrements.wordpress.com/2012/06/04/bref-apercu-de-notre-agriculture-neo-liberale/