La fragilité de l’euro

Si les financiers anglo-saxons (La City et Wall Street) n’ont pas pu faire tomber l’euro, on est obligé d’admettre que c’est grâce aux pays émergeants ! Sans les BRICS, la Chine et même la Russie, il n’y aurait plus d’euro !

 

C’est du moins ce que nous explique Myret Zaki :

Ces pays ont compris que les agences de notations américaines étaient frauduleuses. Et ils ont maintenant les leurs ! L’Europe devrait avoir la sienne d’ici la fin de l’année.

Reste aux Américains à essayer d’avoir totalement la mainmise sur le Proche et Moyen Orient, lieu stratégique et sources d’énergie vitale. Mais là encore, la Chine et la Russie ne les laisseront pas faire !

Publicités