La haute trahison de l’élite française ou loi du 3 janvier 1973

Révolte des bonnets rouges

Une fois de plus, voilà que l’actualité nous oblige à reconsidérer  le degré de lâcheté de notre classe dirigeante. .

.

goutte d'eauLa goutte de trop :

Cette écotaxe non seulement imposée en pleine crise, mais en plus raflée par un consortium d’entreprises « écomouv »,  mené par le groupe italien Autostrade per l’Italia, est la goutte d’eau qui mit en rogne les Bretons. Ils devinrent ainsi les premiers défenseurs des intérêts français,

http://www.wk-transport-logistique.fr/actualites/detail/65842/ecotaxe-poids-lourds-ecomouv-verifie-la-fiabilite-technique-du-dispositif.html

pont-de-buis carte

http://www.youtube.com/watch?v=7YvpSoE0Cmw

en allant affronter les forces de l’ordre le 26 octobre 2013 à Pont–de-Buis :

http://www.youtube.com/watch?v=hYt_vFIAoCI

Mais pour collecter cet impôt, pourquoi ne pas faire appel au Trésor Public, plutôt qu’à des actionnaires tels que Benetton, Goldman Sachs, Thalès, SFR ou Stéria (lié au désastreux logiciel Louvois, qui permit pendant des mois à l’état, de ne pas payer ses militaires.  Malgré cela, les Français seront obligés d’indemniser la société) ?

http://www.linformaticien.com/actualites/id/31121/louvois-abandonne-qui-va-payer.aspx

N’est-ce pas 20%  des recettes de la taxe qui leur sont octroyés ? Faisant de celle-ci la plus coûteuse jamais mise en place ! A titre de comparaison, ce pourcentage ne dépasse pas 1,2 % pour l’impôt sur le revenu ! Dessin portique

http://www.bastamag.net/article3465.html

La manifestation du 2 novembre à Quimper eut l’immense avantage de mettre en évidence de quel côté étaient ces  syndicats, censés défendre les travailleurs, dont les fonctionnaires du fisc. CFDT Bretagne, Parti Socialiste du Finistère et du Morbihan, Confédération Nationale du Travail, Confédération Paysanne, Bretagne Ecologie, Comité Régional des Pêches Maritimes de Bretagne en n’appelant pas à manifester, entérinaient l’idée qu’un racket à la Goldman Sachs puisse être pérennisé comme il se fait déjà  en amont, avec la spéculation sur la nourriture, l’électricité et le gaz.

http://www.letelegramme.fr/ig/generales/regions/bretagne/manifestations-pour-l-emploi-qui-manifeste-samedi-et-ou-31-10-2013-2288087.php http://www.youtube.com/watch?v=Ply8A8FBu4c

Si les Bretons qui participèrent aux échauffourées, en portant un couvre-chef  rouge, en rappel à la dite révolte des bonnets rouges (1675), ne purent que reporter la taxe, ils réveillèrent en revanche les endormis des autres provinces. 

Hommage aux poilus

http://www.revolte-papier-timbre.com/histoire/index.html

Le 11 novembre, François Hollande put en juger sous les huées des Français. Ils ne comprenaient pas pourquoi leur piètre président allait saluer hypocritement  ceux qui défendirent  la France, alors que par derrière, il la vendait par monceaux entiers à la haute finance ! Les sifflements agressèrent tellement ses oreilles, qu’ordre fut donné d’arrêter tout porteur de coiffe rouge !

http://www.youtube.com/watch?v=GB2FKMrNKsU#t=161

Le père Noël n’a qu’à bien se tenir, autrement il deviendra comme les crèches, persona non grata.

. Père Noël interdit .

.

Une trahison de l’élite corrompue jusqu’aux os qui vient de loin :

Jean_Monnet_1980C’est peu après la 2nde guerre mondiale que commença l’amorce de la mise en esclavage des peuples européens.  La stratégie appliquée grâce à des gens perfides tels que Jean Monnet consistait à provoquer artificiellement des difficultés pour fédéraliser petit à petit les états, les mettant ainsi sous contrôle américain. On créa ainsi le marché commun (avec fin des droits de douane), l’union européenne, l’union monétaire pour en arriver à l’union politique. Cette transformation se faisait dans la plus grande discrétion et d’une manière totalement antidémocratique, avec l’aide d’institutions de l’ombre telles que les loges maçonniques, le groupe Bilderberg ou la Trilatérale. Philippe Seguin, homme d’exception, l’appelait  « la conspiration du silence ».  Pour les marchés financiers, il ne fallait pas que la démocratie devienne un obstacle. Ainsi força-t-on la France à renoncer discrètement à son indépendance, en commençant par supprimer  méthodiquement son programme du Conseil National de la Résistance (que le parti UPR tient aujourd’hui à  rétablir).

http://www.youtube.com/watch?v=kzBRXQwuJpY

Jean Monnet qui émargeait à la CIA en tant qu’agent des services spéciaux américains fit ici merveille.  Mais son curieux patriotisme s’était déjà illustré en juin 40, quand il essaya d’interdire au général de Gaulle, l’accès aux studios de la BBC. Allen DullesLes mouvements européistes étaient financés à l’époque par les fondations Ford et Rockefeller et avaient comme vice-président du Comité Américain pour une Europe Unie, Allen Dulles (directeur de la CIA dans les années 50).  Il ne faut donc pas s’étonner si de nos jours, la Défense européenne reste commandée par un général américain, et que des gens tels que Raymond Aron, pourtant ancien gaulliste, se soit férocement opposé, à la politique d’indépendance nucléaire de la France !  Car pour qu’une nation ne soit plus un état, ne doit-on pas lui supprimer son armée et sa monnaie ? .

.

Retour historique :

La crise de 1929 (comme quoi malheur est bon), avait fait revenir les politiciens à ces idées d’inspiration chrétienne, à l’origine de la civilisation occidentale, dont un des principes était que l’on ne pouvait pas servir en même temps Dieu et l’argent ;  franklin_roosevelt_turkeyl’état et les intérêts financiers. Si Franklin Roosevelt (32e président) eut le courage  de s’en prendre à eux, il mit toutefois fin à l’échange « billet contre or »  au moyen d’un Executive Order, ne permettant pas à sa population d’en détenir,  sous peine de 10 ans de prison et de 10 000 dollars d’amendes. Mais il sépara les banques de dépôts des banques d’affaires par le Glass Steagall Act de 1933 et créa un an plus tard un organe de régulation, le Security Exchange Commission. En Angleterre, en 1950, le ministre des finances Hugh Dalton réussit à nationaliser la banque centrale pour un temps, copiant ainsi grosso modo le système français, jusqu’à ce  que ces successeurs finissent à nouveau par céder, face aux pressions de la City. Hugh_DaltonMais la guerre du Vietnam étant un gouffre financier, les Américains abandonnèrent les accords de Bretton Woods qui les obligeaient à échanger leurs dollars contre de l’or. Ayant déjà imprimé bien plus de billets qu’elle n’avait de lingots, l’Amérique de Nixon dut faire un défaut de paiement sur ses obligations le 15 aout 1971. L’once d’or à 35$ de cette époque, vaut aujourd’hui 1.300$ (valeur  artificiellement basse ; les cours étant comme le reste truqués) !

http://kingworldnews.com/kingworldnews/KWN_DailyWeb/Entries/2013/11/8_Stunning_90_Tons_Of_Paper_Gold_Used_To_Smash_Gold_Market.html

liasse de dollarscoffre orDe Gaulle fut un des derniers à avoir pu échanger ses dollars contre de l’or en envoyant des bateaux militaires les chercher.

http://www.dailymotion.com/video/xktn4c_1965-de-gaulle-l-or-et-le-dollar_news

Aujourd’hui, l’Allemagne se voit devoir attendre sept ans pour récupérer le sien.

http://www.dailymotion.com/video/x137baw_rt-l-allemagne-reclame-son-or-aupres-de-la-fed-s-t_news?start=182

accords de la JamaïqueLors de la négociation des Accords de la Jamaïque du 8 janvier 1976, la proposition de la France d’avoir des taux stables, permettant ainsi d’éviter l’enrichissement malhonnête des traders sur les fluctuations des taux de change, fut curieusement rejeté par les anglo-saxons et l’Allemagne. Les  taux flottants entrainèrent ainsi les pays européens à rechercher une monnaie commune. Mais n’était-ce pas en fait le but de la manœuvre (problème-réaction-solution) ? .

.

Le modèle français avant l’infidélité de ses élus :

Assignat_de_15_solsSi sous la Monarchie,  le roi  émettait de la monnaie selon ses réserves d’or et d’argent, lors de la Révolution Française, l’esprit antichrétien qui en émanait,  décomplexa les gens de l’usure et du lucre. Le 13 juillet 1789, on sacralisa la dette publique. Puis on mit en circulation les assignats, qui ne reposaient en fait que sur le vol des biens de l’église.

http://www.youtube.com/watch?v=f33Zzo2EOsw

Un détournement qui ne leur porta pas bonheur puisque huit ans après,  l’Etat faisait banqueroute. Il faut attendre Napoléon pour que soit créé le 18 janvier 1800 la Banque de France. Quoique d’entité privée, elle restait soumise à l’état,  puisque seul  à pouvoir la garantir. Celui-ci émettait de la dette en la changeant contre de l’argent de la Banque de France,  qu’il remboursait par la suite sans intérêt. La France d’après guerre (sous de Gaulle), avait su se retrousser les manches et se désendetter de 900 millions de $ en 10 ans, tout en réalisant de grands projets nationaux, aussi bien dans le domaine nucléaire,  spatial que des transports  (Concorde, autoroutes…).  Elle avait pu le faire, grâce à des banques aux ordres de l’État et qui s’obligeaient à avoir un fonds de réserve de 20%.  Ce mode de fonctionnement efficace, n’empêchait pas non plus les prêts auprès des Français, leur permettant  d’arrondir leur fin de mois,  en plaçant leurs économies en Bons du Trésor.

Bon_du_Tresor

.

Le premier piège tendu par les mondialistes : l’immigration :

richard-coudenhove-kalergi_das_pan-europaische-manifestC’est ce dont la France souffrit en premier.  Pour en comprendre les causes, Il faut remonter à un politicien français (naturalisé en 1939), Richard Coudenhove Kalergi , fondateur en 1922 à Vienne, d’un mouvement paneuropéen, favorable à un Nouvel Ordre Mondial dirigé par les USA. Dans son livre « Praktischer Idealismus »  il déclarait que les futurs européens ne seraient plus originaires du Vieux Continent, mais issus de mélanges raciaux. Il préconisait les croisements des peuples européens avec les Noirs et Asiatiques,  créant ainsi un troupeau multiethnique sans qualités spécifiques et facile à dominer.  Il plaidait aussi pour la suppression du droit à l’autodétermination des peuples.

Praktischer-Idealismus-1925

http://sitamnesty.wordpress.com/plan-kalergi/

C’est  selon ce principe que l’on demanda aux grecs d’annuler un référendum sur l’euro ;  et qu’en Italie on vira manu militari Berlusconi (élu),  au profit de l’ancien cadre de Goldman Sachs, Mario Monti,  violant ainsi le choix démocratique du peuple italien. Il était de même pour la disparition des nations, en utilisant les mouvements ethniques  séparatistes ou l’immigration allogène de masse.  Son action nocive  fut grandement aidée par la loge maçonnique B ‘nai B’rith et des médias tels que le New York Times, tous sionistes à 100%.  Ce qu’il y avait de révolutionnaire dans son plan, était de ne pas préconiser un génocide pour atteindre le pouvoir,  mais de tout simplement  bêtifier l’être humain.arnaque-rap-antiracisme Il suffit de voir ce qu’est devenu l’Education Nationale en France, pour comprendre comment il fit école, même si certains immigrés sont loin d’être aussi abrutis qu’il l’aurait imaginé : Farida Belghoul  en est un parfait exemple !  Elle sut brillamment percer les traquenards de SOS racisme et du système Peillon.

http://www.dailymotion.com/video/x16mtgj_farida-belghoul-sur-la-theorie-du-genre_news#from=embediframe

À l’heure où Faouzi Lamdaoui, conseiller à l’égalité et à la diversité auprès de François Hollande,  envisage d’organiser un concert hommage, avec de grandes stars du rap, pour célébrer le 30ème anniversaire de la Marche des Beurs ; à l’heure où toute la classe médiatique et l’Élysée font la promotion du film La Marche de Nabil Ben Yandir, avec en tête d’affiche le collabeur fan de Jacques Delors : Jamel Debbouze , il va être intéressant d’observer si les 86% des musulmans français ayant voté maladroitement socialiste, tomberont à nouveau dans le piège, si bien dénoncé par Belghoul. .

.

La loi du « 3 janvier 1973 » comme 2nd piège :

Tout commença à changer économiquement quand un ancien directeur de la banque Rothschild, Georges Pompidou, devint président de la République. G. Pompidou mutation_economiqueAvec sa loi du 3 janvier 1973, il se mit à restreindre les avances  « gratuites » faites par la Banque de France en accord avec son gouverneur Olivier Wormser et ses deux vice-gouverneurs André de Lattre et Bernard Clappier (homme de confiance de Monnet et directeur de cabinet de Robert Schuman). D’autres personnages connus les suivirent dans cette trahison : Jean-Yves Haberer, Claude Pierre Brossolette, Raymond Barre, Jacques Delors, Edmond Malinvaud….Sa loi fut curieusement  introduite au Sénat comme une loi de « rationalisation administrative ». Pour les parlementaires ou journalistes naïfs, cela n’avait pour but que d’éclaircir ou simplifier les textes.  Pour d’autres, tels que Michel Rocard ou les communistes, elle s’inscrivait dans une logique de soumission croissante à la finance privée.

http://www.youtube.com/watch?v=PH7W6ddx8V4

Mais les médias vendus au capital, firent semblant de l’ignorer, alors qu’elle allait nous mener directement à l’euro.  Le collet était bien tendu : on commença d’abord par limiter le montant que l’état pouvait emprunter sans intérêt, pour peu à peu le réduire, puis le supprimer. BalladurComme les banques en France étaient publiques beaucoup ne virent pas le piège et n’imaginèrent pas une seconde qu’Edouard Balladur songeait déjà à les privatiser. Giscard d’Estaing ajouta son grain de sel,  en faisant courir le bruit que le système de prêt par la Banque de France, ne pouvait qu’entraîner une inflation permanente.  Une affirmation totalement erronée, puisqu’elle tournait dans les années 60 à 3,5%. D’autre part, les salaires étant indexés à l’inflation, les travailleurs n’en auraient-ils pas été les premiers gagnants, contrairement aux rentiers ?  Mais voilà, les hommes politiques cupides, préfèrent choyer  ces derniers, plutôt  que de s’occuper du bien commun.  C’est un des grands paradoxes de la démocratie.  Elle ne donne le pouvoir qu’à celui qui a de l’argent. .

.

Quand la gauche caviar prit le pouvoir en mai 1981 :

Contrairement à toute attente, elle n’utilisa pas la Banque de France pour nationaliser les banques et les grandes entreprises. Les conseillers de François Mitterrand comme Jacques Attali préférèrent l’endettement, en augmentant l’émission des Bons du Trésor  par 5 entre 1978 et 1986.  Et cela malgré la suppression des droits de douane par le Marché Commun, empêchant l’Etat de toucher des milliards, et nonobstant la déferlante des produits étrangers qui en résulta. Le franc dut dévaluer par 3 fois.La réforme du système monétaire  PUF L’économiste Tovy Grjebine avait pourtant réussi à entraîner des parlementaires de droite à déposer un projet de loi le 22 juillet 1981, pour annuler une partie des effets néfastes de la loi du 3 janvier 73.  Il sut démontrer parfaitement que l’endettement auprès des banques  était en fait source d’inflation.

https://monnaie.wikispaces.com/proposition+de+loi+157

Mais il ne fut pas suivi. En 1984, on vit apparaître une ânerie monumentale,  la « Banque Universelle ».  Elle mettait fin à la séparation des banques de dépôts et d’affaires, et la suppression de l’échelle des salaires le 24 janvier par la loi Delors.  C’est le travailleur qui devait dorénavant payer l’inflation. Puis Pierre Bérégovoy et Jean Charles Naouri autoriseront la vente des produits dérivés et la possibilité, pour l’État ou un privé, d’emprunter directement sur les marchés financiers (sans passer par les banques). Le gouvernement socialiste entrainait désormais la France dans une politique ultralibérale :   la reprivatisation des banques qui suivit peu après, transforma le statut de la dette publique des Français en dette vis-à-vis des banques privées.  Le produit des intérêts de la dette, en allant dans des poches privées, ne constitue-t-il pas là,  l’escroquerie la plus géniale de l’histoire ?  De même qu’ en transformant l’être humain en marchandise, notre époque permet à des paires d’homos d’avoir des enfants,  de même confère-t-elle à l’argent improductif, un talent procréateur. Et cela, d’une manière totalement antidémocratique !  Le 17 avril 1989 naissait la BCE. La loi du 3 janvier 1973 s’y verra gravée dans les Accords de Maastricht aux articles 104 et 105-1, interdisant ainsi à la banque européenne de prêter aux états sans intérêt. Qui a bien pu rédiger cette partie du traité entré en vigueur le 1er novembre 1993 ? Et bien le gouverneur de la Banque de France Jean Claude Trichet, Philippe Lagayette, Xavier Musca (futur conseiller de Sarkozy). Philippe Seguin, le gaullisteLa Banque de France devenant ainsi une simple filiale régionale de la BCE. Du statut de serviteur du peuple, elle passait à celui de serviteur de Bruxelles et des banques privées ! C’est le premier ministre Edouard Balladur qui fit voter la loi à l’Assemblée et au Sénat. Le ministre des Finances était Edmond Alphandery (directeur du think thank Friends of Europe, membre de la Trilatérale et du comité européen de la banque Lehman Brothers). Et comme ministre du budget ? Nicolas Sarkozy ! La droite et la gauche étaient main dans la main pour mettre à genoux la France, malgré les yeux furibonds du gaulliste  Philippe Seguin, de Philippe de Villiers, Jean Marie Le Pen, J.P. Chevènement, Jean Pierre Gérard (président du club des Numéros un mondiaux français à l’exportation) et quelques autres…

http://revolution-monetaire.blogspot.fr/2011/11/quand-phillipe-seguin-disait-non-leuro.html

Le résultat, 1500 milliards dus aux seuls intérêts qu’elle n’aurait pas eu à payer,  si elle avait laissé la Banque de France créer sa monnaie.  Un monumental hold up que la plupart des Français n’ont toujours pas vu. .

.

A qui la dette de la France peut-elle bien appartenir ?

Dans une démocratie,  maitriser sa monnaie et sa dette est aussi vital que le droit de vote. Les prélèvements nouveauxLes Etats possesseurs de dettes ne se gênent pas pour faire pression sur les états débiteurs. Malheureusement, le Code Monétaire et Financier protège étrangement l’identité des créanciers, alors que pour n’importe quelle PME, elle exige  la publication de leurs noms. Par contre, ce qui est certain, sans la loi du 3 janvier 1973, la France n’aurait pas plus de 400 milliards de dettes,  alors qu’elle en est maintenant autour des 2.000, l’équivalent de son PIB.

http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2013/09/27/20002-20130927ARTFIG00287-la-dette-francaise-continue-d-exploser-a-934-du-pib.php http://www.financespubliques.fr/

Chaque enfant qui nait aujourd’hui, au lieu de se retrouver avec les 800 € de dette de 1973, en a 30.000 €, dont 70% qui dépendent de prêteurs étrangers. Cela ne semble pourtant pas faire peur au gouvernement actuel, tant il est soumis à ces lobbies. Il prévoit même un déficit budgétaire pour 2014 de 82 milliards (celui de 2013 devant dépasser les 72).

Impôt sur le revenu

http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2013/09/25/97002-20130925FILWWW00010-deficit-de-l-etat-de-82-milliards-en-2014.php

On ne peut que rester abasourdi devant l’incompétence ou trahison de ceux qui gouvernent.  La France n’aurait jamais dû se débarrasser de son pouvoir d’émettre la monnaie !  En ne pouvant plus dévaluer, elle ne peut plus gagner en compétitivité, ni fixer sa politique industrielle ! Elle en est réduite à accepter les délocalisations et à se mettre en concurrence avec les pays en voie de développement, tout en sachant qu’au Bengladesh, un salarié n’est payé que quelques malheureux euros par jour. Ne voit-elle pas que cela a pour elle des conséquences sociales désastreuses (en 20 ans, elle a perdu 3 millions d’emplois industriels) ?  Enchainée  par ses débiteurs, son patrimoine disparaît de jours en jours.  On vend les bijoux de famille. Début 2007, plus de 50% du patrimoine productif de l’État était déjà cédé. 500 milliards d’actifs vendus à 60% de leur valeur ! Mais les autoroutes déjà payées par les Français, ne servaient-elles pas, grâce à leurs péages, à entretenir les routes ? L'impôt sur les sociétésPourquoi donc  Dominique de Villepin les brada-t-il, sachant que cela l’obligerait par la suite, à trouver une autre source de financement pour les voiries ? Savait-il déjà  que l’écotaxe allait être mise en place, et qu’elle enclencherait le début de la privatisation de la collecte des impôts ? Quand on voit que les nouveaux propriétaires de ces autoroutes, rentrèrent dans leurs investissements en 3 ans, pour générer ensuite de beaux bénéfices sur le dos des Français, on comprend pourquoi les Bretons ne veulent pas chez eux de routes payantes !   Malheureusement, ce racket continuera, tant que le peuple français ne se révoltera pas et n’enverra  pas en jugement pour haute trahison, ces hommes politiques véreux, pratiquement tous membres aujourd’hui de l’UMPS (UMP+PS).  Encore faudrait-il qu’il rétablisse dans la constitution ce motif, enlevé discrètement  par eux (voir l’article 68).

http://article-50.eu/le-crime-de-haute-trahison-supprime-de-la-constitution/

En attendant, les défaillances d’entreprises s’accélèrent.  En France, 64,7% du profit des entreprises est prélevé en impôts, taxes et cotisations (moyenne européenne 43,1%)

http://www.pwc.com/gx/en/paying-taxes/assets/pwc-paying-taxes-2014.pdf

On table sur 60.000 faillites en 2013. C’est-à-dire 10.000 de plus que la normale.  Et pour couronner le tout, le Français est devenu après le Danois, le plus imposé au monde, avec 46,5% de prélèvement obligatoire.

http://www.lesechos.fr/economie-politique/france/actu/0203066486971-avec-12-790-defaillances-l-ete-a-ete-meurtrier-pour-les-entreprises-617341.php

Taux d'imposition des sociétés en Europe .

.

Une Europe 4ème Reich ? 

Cette prise de contrôle de l’Europe voulue par les Américains, s’est faite sans arme mais par la confiscation de la monnaie. Merkel donne la fesséeElle permit toutefois à l’Allemagne de reconquérir une place prédominante sur le continent.  A un point tel, que la presse se mit à parler dès les années 2000, de 4ème Reich.  Giscard d’Estaing, en rédigeant le traité de Lisbonne, savait certainement que l’euro, qui selon les politiciens devait apporter un nouvel âge d’or,  ne pouvait être qu’un énorme piège.  D’autre part, les Français et les Hollandais en 2005 le rejetèrent. Ce que Nigel Farage aime à rappeler ironiquement au président du conseil européen,  Herman Van Rompuy :

http://www.youtube.com/watch?v=wy8tIXmj1rQ

Pourquoi donc leurs députés l’ont-ils validé ?  L’euro ne serait-il pas une création allemande d’essence américaine (et plus particulièrement de la Goldman Sachs) ?  La social-démocratie allemande est  un des instruments privilégiés des USA en Europe, pour prolonger sa stratégie définie par la Commission Trilatérale ! Et le MES permet à l’Allemagne de taper légalement dans les caisses de tous les pays d’Europe. CollaborateursEn fait, la BCE est en même temps une doublure de la Bundesbank (créée en 1948 par les Américains) et une extension de la Fed.  Il n’y a donc rien d’étonnant à ce que les équipes qui l’ont mise en place, viennent de la Goldman Sachs.  Les Américains n’ont donc aucun intérêt à la détruire, tant que cela leur permet de la maintenir sous leur coupe. Mario Draghi, président de la BCE et ancien de Goldman Sachs, n’appartient-il pas comme Jean Claude Trichet au G-30 (groupe fondé en 1978 à l’initiative de la fondation Rockefeller qui finance également le Council on Foreign Relations) ?  Ce groupe est certainement piloté en sous main par la JP Morgan, la banque spécialisée des Crédits Default  Swaps. Parmi ses donateurs,  la Goldman Sachs, Morgan Stanley, l’Open Society Institute de Georges Soros (le spécialiste du renversement de régime), Peter Roth (Pdg de la Warner Brothers Television). .

.

Comment la France peut-elle s’en sortir ?

Elle doit tout simplement reprendre les rênes. Malheureusement, François Hollande est un spécialiste de l’inversion, pas du réalisme économique. Il vient de donner son pouvoir budgétaire à Bruxelles (via le vote majoritaire de fin 2012). sortir_du_piege de l'EuropeL’Union européenne pourra donc se saisir des comptes de la France ou l’envoyer devant la Cour de Justice de l’Union, en la faisant condamner pécuniairement. Bref, sans ce retour en arrière, les Français perdront les 1800 milliards, qu’ils ont thésaurisés  imprudemment en banque (en produit d’assurance pour les 2/3). Les manœuvres pour les en spolier, sont déjà programmées, comme elles le furent avec Chypre.  N’a-t-on pas été jusqu’à exiger des autorités chypriotes, de faire mains basses sur les comptes bancaires des gens, au mépris le plus total du principe de propriété privée ? Et pour être certain qu’ils obéissent,  organisé le blocus économique et monétaire du pays ? Comme toujours,  le pot aux roses se cache derrière un terme jargonneux. Ici celui d’instrument de « renflouement interne » (ou bail-in). Et les systèmes de garantie des dépôts sont intégrés dans la hiérarchie des créances et sont considérées comme étant de même rang que les créances non privilégiées et non garanties (point 4.4.15 de la directive européenne RRD). En clair, cela veut dire que le peu d’argent dont disposent ces fonds nationaux, en comparaison des dépôts à assurer, ne servira plus à indemniser les déposants en cas de faillite bancaire. Mais il sera versé à la banque défectueuse.

http://www.bvoltaire.fr/adrienabauzit/face-a-la-dette-vive-la-banqueroute-partielle,21378

Cela dit, en attendant, le FMI préconise de prélever une taxe de 10% sur les comptes des épargnants européens (voir le tableau page 49) :

http://www.imf.org/external/pubs/ft/fm/2013/02/pdf/fm1302.pdf

A ce vol des populations, s’ajoute les rapines incorporées dans l’inflation, dans l’augmentation des charges.  terrain à vendreLe montant des intérêts se trouvera dans le prix des biens de consommation : l’eau, le gaz, l’électricité. Jusqu’au jour  où on sera amené à repayer  son logement, comme-ci on en était locataire. Le but manifeste est de réduire petit à petit le droit à la propriété, comme on le voit avec le nouveau calcul sur les terres constructibles : à titre d’exemple, sur la commune de Toufflers (59), pour un hectare de terres à usage agricole classées en zone constructible, la taxe foncière s’élèvera à 13 510 € en 2014, et 26 990 € en 2016, au lieu de 24 € actuellement :

http://www.contrepoints.org/2013/11/09/145597-taxe-fonciere-sur-les-terrains-constructibles-spoliation-ou-lutte-contre-la-speculation

meteo-guerre-civileLe gouvernement n’affiche-t-il pas là sa détermination à détruire la filière agro-alimentaire française, à terminer la désertification des campagnes et à provoquer la guerre civile en France ? Il reste l’espoir de voir les Bretons être rejoints par les autres provinces.  Puis, soit l’euro est démonté d’une manière collégiale, soit d’une manière unilatérale, avant d’exploser, après avoir ruiné tous les Européens. Le pays qui en sortira le premier, s’en remettra avant les autres. Il faut donc que la France sorte impérativement de l’euro et rétablisse sa monnaie, sa Banque de France, et efface sa dette inique en la refusant. Après tout, les Français lors du referendum de 2005, dirent non à cette Europe ! Ils en voulaient une autre, qui ne soit pas un moyen d’appropriation par les banques, de ses richesses. .

.

Après un retour à sa monnaie, la France devra faire le grand ménage :

Elle ne devrait plus admettre  qu’un homme politique soit membre de loges non transparentes, ou  de think tank étrangers…. Young-Leaders-au-gouvernementComment a-t-on pu accepter jusqu’à maintenant, de voter pour des politiciens « young leader », d’une fondation franco-américaine soutenue par la banque Lazard ?  Une fondation créée par les présidents Ford et Giscard d’Estaing en 1976 et dont un de ses présidents, John Negroponte, était coordinateur de tous les services secrets américain avec le US Intelligence Community (qui comprend le FBI, la CIA, la NSA….). Hollande, Moscovici, Marisol Touraine, Aquillino Morelle, Arnaud Montebourg, Nadjat Valleau-Belkacen etc…n’en ont-ils pas été membres ?  Il n’est pas difficile de comprendre pourquoi, ils ont fait semblant de s’offusquer de l’espionnage américain en Europe !   Et que Bruxelles n’ait pris aucune mesure de rétorsion envers les États-Unis !

http://www.liberation.fr/monde/2013/10/26/espionnage-americain-le-scandale-enfle-les-europeens-s-indignent_942545

Et que penser d’Olivier Ferrand, président du think tank Terra Nova ?  Et des curieuses promesses « de fidélité éternelle à un état étranger » ?  Ces hommes politiques ne devraient-ils pas passer devant une cour martiale ? carte-israel

http://www.youtube.com/watch?v=ZUhnDpY0qbM

Pourquoi donc François Hollande se sent-il obligé de changer la géographie, en nommant Jérusalem capitale d’Israël, à la place de Tel Aviv ? Quelle pression subit-il ? Et par qui ?

http://www.20minutes.fr/societe/1251397-20131118-francois-hollande-veut-jerusalem-capitale-disrael-palestine

Bien entendu, ce noyautage des politiciens  se retrouve dans les médias.  Les  « young leader » en sont connus : Laurent Joffrin, Christine Ockrent, Emmanuel Chain, Pascal Richet de rue 89 (d’où ses subventions), Denis Olivennes d’Europe 1, Bernard Guetta de France Inter, Matthieu Pigasse du Monde et des Inrockuptibles, les éditorialistes du Monde Louis Dreyfus et Eric Izraelewicz (voir le livre de Benjamin ils-ont-achete-la-presseDormann « Ils ont acheté la presse »).

http://www.dailymotion.com/video/xtw0bd_claude-chollet-benjamin-dormann-ils-ont-achete-la-presse_news

Quand on sait que Libération appartient à la banque Rothschild, que la JP Morgan détient 10% de TF1… on devine pourquoi les Français sont si mal informés et pourquoi on a réussi à les faire tomber dans cette arnaque innommable.  Aujourd’hui, l’économie mondiale n’est-elle pas dominée par des groupes de la finance ou de l’assurance ? 80% de l’ensemble des 43 000 multinationales, sont contrôlées par 730 entités. Parmi elles, 147 possèdent à elles seules 40% de l’ensemble, tout en se contrôlant mutuellement. Les principales sont bien entendu la Barclays Bank, JP Morgan, Merrill Lynch, Goldman Sachs, Morgan Stanley etc…

http://www.forbes.com/sites/bruceupbin/2011/10/22/the-147-companies-that-control-everything/ .

.

La situation dans les autres pays n’est pas plus enviable 

cartoon-quantitative-easing-1Cette accumulation de richesses par les banques actionnaires de la Fed et les multinationales se fait au dépend de tous les pays. Même des États-Unis.  De décembre 2008 à mars 2010, les USA commencèrent leur premier Quantitative Easing (facilité quantitative ou fabrication de fausse monnaie) de 89 milliards de $ par mois.  Puis de novembre à juin 2011, le 2nd Q.E. fut de 75 milliards. A partir d’août de 40 milliards pendant 4 mois puis de 85 milliards au-delà.  Les conséquences sont connues, plus on prête des dollars non remboursés, plus on en baisse la valeur.  Cette entourloupe, copiée par la Grande Bretagne et le Japon est quelque peu effrayante.  Les nations du G-7 (USA,GB, France, Italie, Canada, Allemagne et Japon) en sont à avoir besoin de 7 $ de dette pour produire 1 $ de PIB.  Mais chaque augmentation de 1% du taux d’intérêt, signifie un coût supplémentaire pour le G-7, équivalent au PIB du Canada. Cela n’a bien entendu pas empêché depuis 2009, les 7% des gens les plus riches, de voir leur fortune augmenter de 28%. Alors que celle des 93% restant, baissait de 4%. Autrement dit, les 300 plus riches du monde ont autant de richesse que les 3 milliards les plus pauvres.  Mangas pedosEt pour qu’ils soient encore plus fortunés, ils utilisent une autre arme : le taux de natalité. Si on prend l’exemple du Japon, endetté à plus de 200% de son PIB, comme sa dette appartient à des créanciers japonais, pour le mettre à genoux, il faut que son taux de natalité n’atteigne pas 2,1%. Comment faire sinon l’obliger à promouvoir l’homosexualité, les mangas pédos, le dénigrement de la famille et l’avortement ?

http://www.youtube.com/watch?v=MEu–1q8ZcE

alain-delon« Sommes nous arrivé à 1788, 1958 ou 1968 ? » se demandait dernièrement Alain Delon. « Si un du style du général de Gaulle, tarde à venir,  on risque de se retrouver en 1788… » Cela craint, en effet !

http://www.bvoltaire.fr/alaindelon/faute-dun-de-gaulle-risque-de-se-retrouver-en-1788,41875

Quand on sait que le travailleur français moyen, sous l’Ancien Régime, ne payait que l’équivalent de 18 jours de travail en impôts (gabelle, taille etc.),  alors qu’aujourd’hui, il n’en est quitte qu’après … 208 jours !

http://www.institutcoppet.org/2013/11/14/larbitraire-fiscal-limpot-sous-lancien-regime-et-en-2013/

bapteme de Clovis XIVeil est en droit de penser que son pays est tombé bien bas. De plus, avant la Révolution Française,  le roi avait prééminence sur tous les autres souverains d’occident. A la base de cette loi, se trouve l’idée que tout pouvoir vient de Dieu (Sant Paul « Epitre aux Romains  XIII-1). Il n’y a pas de souveraineté qui ne procède de Dieu. Ce n’est pas la royauté qui est d’institution divine, mais le pouvoir. La royauté franque, par le baptême de Clovis (le 25 décembre 496-8), avait officiellement reconnue qu’elle recevait ce pouvoir de Dieu. Ce principe qui empêchait le roi de dicter une loi contre nature, fut supprimé à la Révolution. L’homme devenait maître de tout. Rien n’était au-dessus de lui.  Le nombre de la Bête 666, contenu dans l’Apocalypse de Jean (écrit vers 95 AD) au chapitre 13, verset 18, quand on l’écrit en chiffre romain, révèle une curieuse réponse : DCLXVI  (Décès Louis XVI). L’ère antéchristique ne commencerait-elle pas à sa mort, justifiant ainsi son profil,  sur la tâche de sang du linceul de Turin ?  La fin de ces temps de malheurs (ou Fin des Temps) devrait donc avoir lieu après l’arrivée de ce Grand Monarque, si souvent  cité dans les prophéties.  C’est lui qui restaurera la dignité de cette France, Fille aînée de l’Église,en lui redonnant son rôle de lumière auprès des autres nations. .

.

Le dernier empire descendant de Nimrod vu par une « insider »

Karen Hudes a travaillé dans le département juridique de la Banque mondiale pendant plus de 20 ans, jusqu’au jour où elle fut congédiée, pour avoir dénoncé la corruption qui y régnait.

http://kahudes.net/

Ce qu’elle en dit maintenant : « L’élite utilise un noyau très serré d’institutions financières, centrées autour de la Fed, et de méga-sociétés pour dominer le monde. Comment ? En utilisant la dette comme moyen d’asservissement,  en ayant la mainmise sur toutes les ressources de la planète, Whistleblower Karen Hudesgrâce notamment à la « photocopieuse américaine » (Q.E.) et en s’appropriant les médias pour que cet accaparement ne s’ébruite pas et pour mieux manipuler les démocraties.  Mais cette oligarchie contrôle également les organisations non élues telles que la Banque mondiale,  le FMI ou les banques centrales.  Au sommet de ce système, la banque des règlements internationaux ou  banque centrale des banques centrales. Elle est littéralement à l’abri des lois de tous les gouvernements. Elle vérifie confidentiellement la masse monétaire du monde entier. Elle est située à Bâle en Suisse avec des succursales à Hong Kong, Mexico. »

http://www.youtube.com/watch?v=5a3KFVLB8AM Baal

Cette institution est quelquefois comparée à Baal, dieu phénicien sous la dynastie de Ramsès, appelé aussi Moloch dans la Bible !  Moloch est le nom du dieu auquel les Ammonites, une ethnie cananéenne, offraient leurs premiers-nés, en les jetant dans un brasier.  L’époque actuelle, avec ses 50 millions d’avortements annuels, doit amplement satisfaire  à ses désidératas. Pour en saisir les similitudes, encore faut-il remonter à Noé et à ses 3 fils : Japhet, Cham et Sem.  Un jour, Noé était ivre et nu. Cham s’en étant aperçu, par moquerie, appela ses frères. Quand Noé le sut, il maudit les fils de Cham:  Koush, Misraïm, Pout et Canaan (à l’origine des Cananéens).  Koush (le noir)  en se mariant à Sémiramis, eut un fils, Nimrod, bien connu des francs-maçons  (voir le Parlement européen en forme de tour de Babel). Nimrod, Semiramis et Tammuz Il fut le premier dictateur de l’histoire à se qualifier de divin. Et de tout ce que Dieu demandait, il faisait l’inverse: comme mettre en place un seul gouvernement avec une seule langue, ou  épouser sa mère, Sémiramis. Elle s’était dite que si son mari et fils était un dieu, elle deviendrait déesse. Et comme elle était mère et épouse du soleil (Nimrod) elle prendrait pour référence la lune.  Mais voilà, Nimrod mourut, ce qui semble inconcevable pour un dieu. Sémiramis étant enceinte,  en conclut que son nouveau-né ne pouvait être que Nimrod réincarné.  On l’appela Tammuz et il naquit le 25ème jour du douzième mois !  Mais un jour, le jeune Tammuz parti à la chasse, fut retrouvé mort sur un tronc d’arbre.  C’est ainsi que tous les 25 décembre, au pied d’un arbre, on se mit à déposer des présents.  Une tradition reprise aujourd’hui avec Noël, même si Jésus n’est pas né ce jour là. Mais les parents, sans doute en mémoire de lui, continuent à poser la même question « Ce jouet t’amuse ? ». Tous les descendants de Nimrod furent des bâtisseurs d’Empires, qui à chaque fois furent détruits. l'antéchristDans l’Apocalypse, les 7 montagnes sont 7 empires (Egypte, Assyrie, Babylone, Medo-perse, Grèce, Rome, Empire sioniste anglo-saxon). Les 10 cornes sont les 10  régions du monde :

http://ec.europa.eu/world/where/index_en.htm

Le faux prophète représentera deux royaumes (Grande Bretagne et USA) qui auront l’apparence de l’agneau (peuple chrétien) mais qui en fait parleront comme un dragon (en utilisant le mensonge et l’inversion). Après avoir endetté tous les pays avec leur système bancaire frauduleux, ils laisseront le dollar s’effondrer pour mettre en place la monnaie électronique, liée à une puce sous-cutanée. Grâce à elle, tout individu se l’étant injectée, sera sous l’influence de basses fréquences qui lui feront perdre son libre arbitre. L’ère de l’antéchrist, symbolisée par la Bête armée de dix cornes, les dix serviteurs de Satan, qui se croiront rois, et dont trois seront arrachés et jetés dans le néant, passera jusqu’à avoir une onzième corne, raison de la chute des trois précurseurs, et siège du véritable antéchrist ;  celui-ci blasphémera Dieu  et torturera l’Eglise du Christ, qui sera comme crucifiée ; il croira, puisqu’il est fils de l’union de l’orgueil démoniaque avec la luxure humaine, pouvoir faire de grandes choses, changer les temps et les lois, et pendant trois années et demie, ce sera l’Horreur régnant sur le monde. Puis il sera à son tour anéanti,  pour laisser la place au millénaire de Dieu sur terre, après le retour du Messie.

http://www.youtube.com/watch?v=7ITZstw4BjE&list=PLwiNtKUdfWwXuKdFoXpKkfdX7cCtoLcxs .

Persécution des chrétiens dans le monde en 2013 .

La commémoration du cinquantième anniversaire de la mort de Kennedy, remet opportunément en lumière, l’une des étapes de l’ère antéchristique, dans l’empire anglo-saxon sioniste :

Dwight D. EisenhowerOn en avait déjà un avant goût avec le discours d’adieu de Dwight David Eisenhower,  34e président des États-Unis (1953-1961) : « Dans les services du gouvernement nous devons nous méfier d’une influence non justifiée du complexe militaro-industriel. Le risque d’un accroissement funeste des abus de pouvoir existe et persistera. Ne le laissons jamais mettre en danger nos libertés ou notre démocratie. »

http://www.dailymotion.com/video/x3yfxc_discours-dadieu-einsenhower-complex_politics

Mais celui de John Fitzgerald Kennedy, 35e président des Etats-Unis (1961-1963), fut bien plus explicite : « Le mot secret est en lui-même répugnant dans une société libre et ouverte. Et en tant que peuple…nous nous opposons aux sociétés secrètes, aux serments secrets et aux procédures secrètes…Il y a peu d’intérêt d’assurer la survie de notre nation si nos traditions n’y survivent pas… Nous devons faire face dans le monde à une conspiration monolithique et impitoyable qui s’appuie sur des moyens déguisés permettant le déploiement de sa sphère d’influence basé sur l’infiltration plutôt que l’invasion…C’est un système qui nécessite énormément de ressources humaines et matérielles ….Where Were You?Ses plans sont occultes, ses erreurs ,passées sous silence par les médias…Ses détracteurs sont réduits au silence…. »

Le 22 novembre 1963, Kennedy se faisait assassiner à Dallas !

http://www.francetvinfo.fr/monde/usa/assassinat-de-kennedy/video-assassinat-de-jfk-50-ans-de-mystere_464434.html

A-t-il été tué à cause de son opposition à la Fed, cette institution privée qui prête de l’argent à l’état, moyennant intérêts ?  Ses banques actionnaires ne gagnent-ils pas  une véritable fortune sur le dos des Américains ? Kennedy, par l’ordre exécutif 11 110, en redonnant au Congrès des États-Unis le droit de créer sa propre monnaie, se confrontait aux intérêts d’un lobby extrêmement puissant.

http://finalscape.com/?p=5182

Gerald Ford et Giscard d'Estaing à la MartiniqueValéry Giscard d’Estaing dévoila, que lors d’une conversation avec le président Gérald Ford (38e), qui fit partie de la commission Warren (chargée d’enquêter sur l’assassinat de Kennedy), il lui avait assuré que « cela n’était pas un crime isolé mais organisé… Mais que nous ne savions pas par qui. »

http://www.20minutes.fr/article/1253343/ynews1253343?xtor=RSS-176

Les allusions de Nicolas Sarkozy sur une organisation secrète, terriblement puissante : « On ira ensemble vers ce Nouvel Ordre Mondial, personne ne pourra s’y opposer… », ne sont-elles pas des indices supplémentaires pour comprendre qui avait intérêt à le supprimer ?

http://www.dailymotion.com/video/x8cbv8_sarkozy-et-le-nouvel-ordre-mondial_news .

.sarkosy-nouvel-ordre-mondial

L’Europe des tricheurs

.

Les dernières élections viennent de démontrer encore une fois que les Français ne savent plus à quel saint se vouer tant le manque de choix est manifeste.

Les partis actuels ne semblent-ils pas tous représenter les lobbies financiers ?  François Hollande qui aimait pourtant clamer « que son adversaire était le monde de la finance » :

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=W3Y9VNJwJMM#!

Nomme néanmoins comme secrétaires généraux adjoints de la présidence de la République : Emmanuel Macron pour s’occuper des questions économiques. Il a pour parrain Jacques Attali (il fut membre de sa commission sur la croissance) . Membre du PS il a milité dans le Pas-de-Calais dans les années 2000. Mais depuis des mois, M. Macron partageait son temps entre la Banque Rothschild, dont il a été nommé associé-gérant en 2011, et la préparation de l’alternance ! Et Nicolas Revel, fils de la journaliste Claude Sarraute, qui était jusqu’ici directeur de cabinet de Bertrand Delanoë. Il est plus particulièrement chargé des questions régaliennes. Arnaud Montebourg, ministre du redressement,  a fait le choix, pour diriger son cabinet, de la plume de Laurent Fabius, un ancien de la banque Rothschild, Stéphane Israël. Et son « conseiller spécial » est Christophe Bejach, membre du directoire de la compagnie financière Saint Honoré.

.

Ces étroits liens avec les financiers expliquent en partie les 44 % d’abstention lors du second tour d’élections législatives : 

Et puis, n’est-il pas démotivant et injuste de voir par exemple qu’un député FN (Le Pen) représente 421 342 Français alors qu’un député Front de gauche (Mélenchon) seulement 24 952 ? Cela dit, un député aujourd’hui ne fait qu’entériner les décisions européennes. Des décisions qui ne sont plus prises indirectement par les peuples. Même la toute puissance présidentielle relève en grande partie de l’illusion. Lui non plus ne peut pas faire grand-chose car l’essentiel des compétences ont été transférées à Bruxelles. Il faut lire Verbatim de Jacques Attali, un précieux témoignage sur la vie politique française de 1981 à 1991. Les grands débats de  politique monétaire, sur la question de la dévaluation du franc, sortir ou rester dans le SME, étaient toujours, in fine arbitrés par le chef de l’Etat. Avec l’euro, la politique monétaire échappe désormais entièrement au niveau national donc au Président.  Il n’est plus question non plus d’appliquer une politique interventionniste pour aider l’industrie,  Bruxelles l’interdirait. Compte tenu des règles européennes et du poids des dépenses publiques, les marges de manœuvre budgétaires du gouvernement sont désormais infimes.  Les autorités nationales gardent, en gros,  la possibilité d’augmenter et de baisser les impôts, mais cela ne suffit pas pour piloter une nation dans la tempête…

.

Comment en est-on arrivé là ?

Robert Schuman est considéré comme l’un des pères fondateurs de la construction européenne. Pourtant le 19 septembre 2000, le Daily Telegraph de Londres, par la voix d’Ambrose Evans-Pritchard, annonçait que les archives déclassifiées de l’administration américaine montraient que l’ancien premier ministre belge Paul Henri Spaak, Robert Schuman et bien d’autres étaient employés par les services américains. Les fonds étaient transités pour camoufler leur action, par le biais des fondations Rockefeller et Ford.

http://www.dailymotion.com/video/xeggd5_le-complot-europeen-ou-la-fin-de-la_news?start=430#from=embed

http://www.dailymotion.com/video/xeggk4_le-complot-europeen-ou-la-fin-de-la_news#from=embed

http://www.dailymotion.com/video/xehv39_le-complot-europeen-ou-la-fin-de-la_news#from=embed

.

Le passage en force du traité de Lisbonne alors que par référendum le peuple hollandais et français s’y opposait n’est pas surprenant. Car ce traité soulignait dorénavant la primauté du droit européen sur le droit national et donnait une personnalité juridique à l’Europe, au détriment des pays.  La seconde mouture de ce texte entraîna de la même façon  le « non » du peuple irlandais le 12 juin 2008. Il ne fut pas non plus respecté mais on lui demanda de revoter. Pour qu’il change d’avis, les stratèges de la propagande  dépensèrent 10 fois plus que ceux qui défendaient le non. Ils ne bénéficièrent pas non plus du même temps d’antenne. Pendant ce temps, les 499 parlementaires européens ignoraient complètement le non irlandais et continuèrent la ratification du traité de Lisbonne. Ils balayèrent ainsi trois référendums d’un revers de manche. Difficile aujourd’hui de nous faire croire que nous sommes en démocratie !  C’est plutôt un pas en arrière pour l’humanité mais un pas en avant pour la dictature.

.

C’est ce que symboliquement représente le rétablissement de la peine de mort dans le traité :

Mais d’une manière discrète, car les conditions sont floues : seulement quand il faut assurer la défense de toute personne contre la violence illégale ; quand il faut effectuer une arrestation régulière ou pour empêcher l’évasion d’une personne régulièrement détenue ; quand il faut réprimer, conformément à la loi, une émeute ou une insurrection. Et pour devenir le bras armé de cette dictature, on créa l’Eurogendfor (European Gendarmerie Force) qui a un droit d’occupation dans n’importe quel pays européen. C’est un conseil de guerre, composé des différents ministères de la Défense des pays européens, qui gère leurs interventions (accord de Velsen), réduisant ainsi le droit et la souveraineté nationale des pays.  Tous les bâtiments ou lieux de l’Eurogendfor jouissent de l’immunité les rendant inaccessibles aux autorités des pays concernés. Mais l’Eurogendfor ne dispose pas que de compétences policières mais aussi de celles des services secrets. Elle peut de même avoir pour mission de faire respecter l’ordre et le calme dans une zone en collaboration avec l’armée.

.

Le dernier ouvrage de C. Ferguson a été publié aux Etats-Unis le 21mai : « Predator Nation » (« Une nation de prédateurs », Crown Business Publishing).

Il explique parfaitement l’invraisemblable impunité des coupables de cette récession qui ravage aujourd’hui l’Europe. Depuis les années 80, l’essentiel du secteur financier s’est criminalisé. Une culture industrielle qui tolère, voire encourage la fraude systématique s’y est développée. Ce comportement se trouve à l’origine de la bulle des crédits immobiliers “subprimes” et de la crise financière de 2008. Cette dernière en est même le résultat direct. Elle n’est pas une sorte d’accident économique. Les occidentaux ont encouragé la dérégulation des marchés, ce qui a rendu le système financier encore bien plus puissant. Moins d’obstacles, moins de comptes à rendre, moins de règles à respecter : on se rapproche du pouvoir absolu. Et il devient de plus en plus acceptable de se comporter de façon malhonnête. D’énormes dissimulations volontaires de transactions financières ont certainement favorisé le terrorisme sous opération false flag, le blanchiment, la prolifération nucléaire et l’évasion fiscale à l’échelle du globe. Sans cette motivation criminelle, la crise n’aurait pas eu ce retentissement mondial. En Europe, que penser par exemple des conseils prodigués par la banque Goldman Sachs à la Grèce, pour aider le pays à maquiller ses comptes ? Cette crise économique est particulièrement grave. Même le PIB de la Chine ne progresse pas. Sa consommation d’électricité n’a augmenté que de 0,7%. Ce qui donne une idée de sa réelle croissance. Tous les autres chiffres donnés sont faux et ne servent qu’à encenser ceux qui ont le pouvoir en Chine. Même ses ventes de logements ont baissé de 25% !

.

Cependant, si on voulait éviter la récession, il existe des solutions rapides :

Pourquoi donc ne les prend-on pas ? Bien entendu à cause, encore une fois, du poids des lobbies financiers sur le politique. Déjà Sarkozy n’était-il pas conseillé principalement par Michel Pébereau, le patron de BNP Paribas ?  Ce qui ne l’a pas empêché de faire des erreurs incompréhensibles :

http://cee.e-toile.fr/index.cfm/2011/12/13/Les-erreurs-incroyables-de-M-Michel-Pbereau

C’est ainsi que l’on a assisté sans pouvoir faire quoique ce soit, à ce scandale que fut de prêter 1 000 milliards d’euros aux banques privées au taux de 1% alors qu’à l’Espagne et à l’Italie on leur demandait de payer 10 fois plus cher d’intérêt ? Pourtant, sans changer les traités européens, la banque centrale européenne, si elle n’a pas le droit d’aider directement ces pays, peut par contre prêter à 1%, à la banque européenne d’investissement. Et celle-ci prêter ensuite à 1,1% à l’Espagne et à l’Italie. Ces pays se retrouveraient alors avec un petit excédent budgétaire. La récession serait évitée. N’est-ce pas  l’augmentation de ces frais financiers exorbitants qui leur sont nocifs ?

http://www.dailymotion.com/video/xrg5hb_la-crise-va-vraiment-commencer-juin-2012_news?start=173

.

Il y a donc volonté manifeste d’endetter les pays.

On retrouve ce piège avec la fameuse loi du 3 janvier 1973. Cette loi n’interdit pourtant pas à la Banque de France de faire ce que la loi appelle des « avances » à taux nuls à l’état, avances qui sont parfaitement encadrées. Cette loi interdit juste au Trésor d’être présentateur de ses propres effets à l’escompte de la Banque de France, ce qui peut être contourné par le fait que la Banque de France peut agir sur le marché secondaire.  Le fait de ne plus financer l’état français au travers de sa banque centrale n’est donc qu’une décision purement politique qu’on ne peut réduire à cette loi. En d’autre terme, cette loi est une bonne excuse pour exonérer les politiques depuis quarante ans de leurs responsabilités !

Pourquoi donc cet endettement volontaire des pays, si ce n’est pour donner le pouvoir à la haute finance ? En 1789, les banques avaient supprimé le roi pour mettre en place en France ce système des intérêts si lucratif mais interdit par l’église catholique. Aujourd’hui, c’est à l’échelle mondiale qu’ils rêvent d’avoir le pouvoir.

Lire aussi :  le coup d’état européen, un pouvoir exécutif qui ne se plie pas au suffrage universel.

En attendant, l’oligarchie bancaire engrange des fortunes au dépend des peuples . Et il n’est pas rare de la voir s’amuser sur de magnifiques yachts pendant que coulent les pays qu’elle exploite frauduleusement.

gif en bateau