Les messages cachés de l’eau

Masaru Emotocristaux gifLe docteur Masaru Emoto (1943-2014), diplômé de l’Université de Yokohama et ayant obtenu son doctorat en Médecine alternative à l’Open International University, révolutionne notre vision que l’on a de l’eau. Utilisant des prises de vue à vitesse ultrarapide, il s’est aperçu que les cristaux d’eau formés par le gel révèlent la transformation subie par l’eau lorsque des pensées spécifiques et convergentes sont dirigées vers elle. Il a découvert que l’eau de source et l’eau exposée à la vibration de mots bienveillants  laissent apparaître des formes brillantes, complexes et colorées, rappelant les motifs  des flocons de neige. Inversement, l’eau polluée et celle qui a été exposée à des pensée  négatives produisent des motifs incomplets, asymétriques, aux couleurs ternes. Les implications de cette recherche entraînent une nouvelle conscience de l’impact positif que  nous pouvons avoir sur la Terre ainsi que sur notre santé.

Il avait sorti  un remarquable film : « Water, le Pouvoir Secret de l’Eau »

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=YY8qhAb3Mxg

.

L’influence de la musique sur l’eau :

eau influence de la musique

eau gelée gif

.

L’influence de la pensée humaine sur les fleurs : 

pensée sur les fleurs

fleurs rouge s'épanouit gif

.

Pots de riz plusieurs mois après avoir subit des pensées négatives ou positives :

pots de riz

.

..Et quand l’eau tombe du ciel elle est vierge de toute influence négative !

muguet gif

Publicités

43 commentaires sur “Les messages cachés de l’eau

  1. Andrée dit :

    Masaru Emoto messages de l eau : « Nos pensées peuvent affecter l’eau » ! De bons sentiments se traduisent par la formation d’une structure hexagonale, signe d’aller dans le sens de la nature. De mauvais sentiments produisent une structure contre-nature.



    La France qui a une forme hexagonale, a dû se créer sous de bons auspices ! Saura-t-elle la garder ?

    Le photographe Alex klyatyh a fait de superbes images de flocons de neige à l’aide d’un objectif macro.
    http://rusvesna.su/future/1418373697
    Le chrisme, symbole chrétien formé des deux lettres grecques Χ (chi) et Ρ (rhô), les deux premières lettres du mot Χριστός (Christ), fait justement penser à un flocon de neige !
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Chrisme

    • Willy dit :

      Des scientifiques en Allemagne, tel que le Professeur Dr. Bernd-Helmut Kröplin, pensent aussi que l’eau a une mémoire. Lors d’une expérience scientifique menée avec un groupe d’étudiants, ils ont constaté que chaque gouttelette d’eau obtenue par un étudiant produisait un modèle microscopique individuel, faisant penser qu’une personne avait une influence sur elle.
      http://www.welt-kymatik-kongress.org/fr/conferenciers-intervenants/einzelansicht/datum////prof-dr-bernd-kroeplin.html

      Une deuxième expérience a ensuite été réalisée où une fleur a été placée dans une étendue d’eau. Une goutte d’échantillon de cette eau fut ensuite examinée. Puis d’autres. Elles parurent toutes semblables. Pour les scientifiques, cela prouve que l’eau possède une mémoire.

  2. Otho dit :

    Comment l’Europe est en train de transformer l’eau du robinet en marchandise en toute discrétion

    Soutenue par des multinationales, la Commission européenne pousse secrètement à la privatisation de l’eau en Europe, affirme le site de la télévision allemande «Monitor». L’accès à l’eau de qualité est reconnu comme un droit fondamental par l’ONU, mais si ces multinationales parviennent à obtenir ce qu’elles souhaitent, elles pourront se partager un pactole constitué de milliards d’euros.

    La Commission a commencé à promouvoir la privatisation de l’eau pour les pays touchés par la crise et qui ont bénéficié de plans d’urgence, comme la Grèce et le Portugal par exemple.

    La troïka a parfois imposé cette privatisation, qui est alors expressément prévue dans les contrats qu’elle leur fait signer. En Grèce, les grands aqueducs d’Athènes et de Thessalonique ont été vendus.

    Pour le consommateur, la privatisation a des conséquences importantes. Au Portugal dans la ville de Pacos de Ferreira où la compagnie des eaux «Aguas de Portugal» a été privatisée, la facture d’eau a augmenté de près de 400% en quelques années, et chaque année, elle continue d’augmenter au rythme de 6%. Mais ce n’est qu’un début, affirme Monitor : la Commission cherche désormais à étendre cette privatisation aux autres pays européens.

    Selon Heide Rühle, une parlementaire allemande européenne qui représente les Verts allemand, l’UE met tout en oeuvre pour imposer discrètement la privatisation de l’eau en Allemagne.

    D’après le commissaire européen Michel Barnier, cependant, la décision de la fourniture de l’eau sera toujours entre les mains des municipalités, et il s’agit simplement de leur donner la possibilité de faire appel à un partenaire privé réglementé pour le bénéfice du consommateur.

    Or, une étude menée par l’Université de Barcelone en 2010 indique que la privatisation de l’eau n’a pas toujours favorisé la baisse des prix, et que dans certains cas, la qualité de l’eau s’est dégradée, parce que les entreprises privées qui ont pour objectif premier de réaliser des bénéfices ont une tendance à moins entretenir et rénover l’infrastructure. Les promesses faites au moment de la privatisation sont rarement tenues.

    Pour les investisseurs, l’eau est devenue une marchandise de premier plan. Le marché de l’eau représente chaque année des centaines de milliards d’euros en Europe, et les grandes multinationales tentent d’obtenir la signature de contrats.

    • Tom dit :


      La France compte près de 38 000 services d’eau et d’assainissement. Rapporté au nombre d’usagers desservis, les entreprises privées desservent en eau potable 80% des Français, mais seulement un peu moins de 50% pour l’assainissement.

      La facture d’eau, pour les usagers titulaires d’un abonnement individuel, se décompose en plusieurs postes :
      – « l’abonnement », ou le coût d’accès au service, dit « part fixe », qui varie dans des proportions considérables d’un service à l’autre, facteur totalement inéquitable, car avant même d’avoir ouvert le robinet on paiera à ce titre quinze euros ou deux cent euros par an…
      – la « surtaxe communale », qui sert à alimenter la collectivité et à lui permettre de réaliser des investissements, elle aussi très variable ;
      – la « part fermière », qui revient à l’entreprise privée quand le service lui a été délégué par la collectivité ;
      – la « consommation », soit le nombre de m3 consommés par l’usager et donc facturés par le service, public ou délégué au privé ;
      – les « redevances et taxes », soit plusieurs redevances perçues par les Agences de l’eau, et une taxe distincte perçue par Voies Navigables de France (VNF).

      Pour l’assainissement, la redevance assainissement collectif, qui représente le coût du traitement des eaux usées rejetées à l’égout par l’usager domestique, est calculée sur la base du volume d’eau potable consommé par le même usager.

      Si les usagers domestiques français consomment environ 150m3 d’eau potable par an pour l’ensemble de leurs besoins, dont à peine 1% pour leurs besoins en eau potable, les prélèvements de l’industrie et de l’agriculture représentent 5 à 7 fois plus que l’ensemble des consommations domestiques. Mais les industriels et les agriculteurs paient l’eau qu’ils prélèvent de 5 à 50 fois moins cher que les usagers domestiques, et déduisent en outre la TVA qu’ils acquittent sur ces factures de leurs frais.

      Depuis le 1er janvier 2012, le poste « Eau potable » de la facture d’eau de l’usager domestique est assujetti à un taux de TVA, dit « réduit », de 5,5%. Le poste « Assainissement » du même usager est, lui, assujetti aux taux, dit « intermédiaire », de 7%. Le troisième grand poste de taxes et redevances enregistre lui aussi une ventilation : les redevances Agence de l’eau sont taxées à 5,5% de TVA pour les redevances pollution, mais à 7% de TVA pour la redevance dite « Réseau de collecte ». Enfin la taxe prélevée au bénéfice de Voies Navigables de France continue, elle, à être assujettie au taux de TVA « réduit » de 5,5%…

      Mais la Loi de Finances 2013 a modifié l’ensemble de ces taux de TVA : 5% pour l’eau potable, 10% pour l’assainissement, 5% pour les redevances pollution reversées aux Agences de l’eau,10% pour la redevance « Réseau de collecte » reversées aux Agences de l’eau, 5% pour la taxe reversée à Voies Navigables de France.

      • Andrée dit :

        Les manœuvres en vue d’un marché global de marchandisation de l’eau doivent être arrêtées. Un tel marché pousserait à la hausse les prix de certains produits alimentaires, bien au-delà des pics enregistrés au cours des cinq dernières années !

        Wall Street se fait de l’argent sur le dos de ceux qui souffrent des affres de la faim. Les prix du maïs, du soja, du riz et du blé ont battu des records à trois reprises au cours des cinq dernières années ! Le système mondial des prix des produits alimentaires qui, jadis, bénéficiait aux agriculteurs, aux boulangers et aux consommateurs a été sapé par les dérivés financiers créés par les banques d’investissement. Ces fonds de matières premières ont effectivement détruit la fonction traditionnelle de « découverte des prix » pour les échanges à terme du blé sur les places de Chicago, de Kansas City et de Minneapolis, et ont fait de ces marchés des machines à générer des profits pour les banques et les fonds d’investissement, tout en orientant à la hausse le prix de notre pain quotidien.

        Bien que l’on ait promis une réglementation globale des dérivés financiers sur les aliments, les années passent et rien de concret n’a encore été réalisé. A Washington D.C., les abus sur les marchés de matières premières et d’autres trafics ont accouché de 30 000 pages de réglementations nouvelles : la loi dite « réforme de Wall Street de Dodd et Frank » et la loi de 2010 sur « la protection du consommateur ». Comme on pouvait s’y attendre, la mise en œuvre de ces lois a été contestée devant les tribunaux et ainsi provisoirement suspendue. Même si ces textes s’appliquent au-delà de la Beltway [Le périphérique de la capitale fédérale], les échappatoires ne manquent pas pour les grosses banques. En conséquence, il est prudent de se dire que la ressource globale sera le prochain produit financier dérivé. Y a-t-il plus alarmant, plus grave que la catastrophe qui permettra de parier sur les aliments des humains ?

        Qu’en est-il de l’eau ?

        Les spéculateurs peuvent déjà parier sur la neige, le vent et la pluie, au moyen de contrats à terme, pouvant être négociés — vendus et achetés — à la Bourse « Chicago Mercantile Exchange ». La valeur du marché de la météorologie a cru de 20 % entre 2010 et 2011. Mais ce secteur demeure chétif : il représente seulement 11,8 milliards de dollars. Il n’en demeure pas moins que ce type de transactions à terme prouve que la fièvre qui s’est emparée de Wall Street transforme mère nature en mère de tous les casinos. La financiarisation de précieuses ressources sous-tend une initiative internationale hébergée par le programme des Nations-Unies pour le développement (PNUD) et soutenue par l’Union Européenne, l’Allemagne, le Royaume-Uni, la Hollande, la Norvège, la Suède et le Japon : il s’agit de « The Economics of Ecosystems and Biodiversity » (TEEB). Le TEEB vise à calculer jusqu’au dernier trillion de dollars, de rials ou de renminbi, la valeur des écosystèmes. Le mouvement PES « paiement pour les services environnementaux » (rendus par les écosystèmes) se réfère quant à lui à des choses comme l’air que nous respirons et l’eau que nous buvons.

        On compte, parmi les partisans de ce concept, la Banque mondiale et l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). Selon le rapport de 2010 du TEEB : « L’accent mis par la société moderne sur le marché des composants du bien-être et notre dépendance quasi totale vis-à-vis des prix du marché pour attribuer la valeur signifient que nous ne mesurons et ne gérons les valeurs économiques échangées qu’à travers les marchés. »
        La faculté de Wall Street à tirer des profits de la bulle alimentaire, l’incapacité de Washington à réglementer les dérivés (financiers) globaux et la forte tendance à faire de la nature une marchandise, au moyen d’instruments du type TEEB et PES, ont convergé cet été vers un seul et unique foyer : la sécheresse qui s’est abattue sur les Etats Unis. Une avalanche de prédictions sociales et environnementales sinistres a accompagné cette sécheresse : en 2035, trois milliards d’êtres humains seront affectés par le stress hydrique, le manque d’eau deviendra chronique, les incendies de forêt se déclareront partout, les moussons deviendront imprévisibles et la fonte des neiges décroîtra de manière drastique, étant donné le nombre d’hivers suffocants. Or, dans le même temps, l’eau est devenue essentielle pour un spectre de plus en plus large d’industries, allant de la houille blanche à la fracturation hydraulique, de la brasserie à la fabrication des semi-conducteurs. La nappe phréatique est en train de s’effondrer en Asie aux dires des hydrologues. Les politologues voient moult querelles pointer à l’horizon au sujet de la propriété et de l’utilisation des cours d’eau de l’Himalaya et quiconque fore un puits dans le Nebraska sait que l’aquifère de l’Ogallala, dans le centre-ouest des Etats-Unis, est en train de baisser de manière inquiétante.

        http://blog.mondediplo.net/2007-04-18-Les-Etats-unis-ont-soif-de-l-eau-du-Canada

        Que se passera-t-il quand l’Ethiopie érigera des barrages sur le Nil ? Ou quand le Yémen deviendra le premier pays dont l’eau aura été épuisée ? Une réponse courte s’impose : rien de bon. D’autre part, il est curieux de voir que la fondation Bill Gates préfère distribuer des vaccins plutôt que de fournir de l’eau potable, alors que l’eau polluée est le premier facteur de maladie.

        Tirer profit

        Les investisseurs de tous horizons adorent les ambiances apocalyptiques. De nos jours, les plus gros profits ne viennent pas de la vente ou de l’achat de choses bien réelles (comme des maisons, du blé ou des voitures), mais bien de la manipulation de concepts éthérés, tels le risque et les dettes collatérales. La richesse coule des instruments financiers qui transcendent la réalité. Investir dans l’indice boursier « eau » est aujourd’hui recherché comme jamais. Il existe plus de cent indices pour suivre et apprécier la valeur des titres et les actions des entreprises engagées dans le business de l’eau comme les services publics, l’assainissement et le dessalement. Nombreux sont ceux qui procurent de confortables dividendes. D’où la pression qu’exercent la Banque mondiale et le FMI, toujours à l’affût pour étendre les marchés boursiers pour leurs milliards de dollars de crédit et pour amener les pays à privatiser leurs ressources. Ces dernières incluent les lacs, les cours d’eau, les retenues et réservoirs d’eau d’Argentine, de Bolivie, du Ghana, du Mexique, de Malaisie, du Nigéria et des Philippines :

        http://academic.evergreen.edu/g/grossmaz/VANOVEDR/

        Quelle meilleure garantie de prospérité qu’une ruée de multinationales décidées à générer des revenus à partir de quelque chose qu’elles sont seules capables de gérer ? : L’eau exploitable et utilisable. Bien qu’amasser les actions et les intérêts dans les entreprises cotées soit une bonne chose, l’eau générera à coup sûr de juteux profits. Mais ne serait-il pas plus efficace de traduire l’eau en espèces sonnantes et trébuchantes ? Peut-être, complotent les arbitragistes et les spéculateurs, un marché de l’eau — comparable à celui de l’or ou des céréales —, un marché à terme qui assurerait la livraison ou la réception de volumes d’eau pour une date prochaine déterminée pourrait être envisagé. On y négocierait l’eau à terme comme du cash. Les prévisionnistes financiers réalisent que, à l’instar des matières premières traditionnellement négociées tels les métaux précieux, l’eau exploitable du futur sera si rare qu’il faudra l’extraire comme un minerai, la traiter, la conditionner, l’embouteiller et, plus important encore, la déplacer et la transporter à travers le monde. Ils savent pertinemment que la demande ne tarira point. L’idée maîtresse d’un marché à terme global de l’eau réside derrière ce concept .

        Jouer gros

        Dans l’histoire de l’eau et de la monnaie, le Rubicon a été franchi en l’an de grâce 1996. L’irrigation par l’eau des Westlands, en Californie, sert à produire un milliard de dollars d’aliments par an. Avec ses deux mille mètres carré, il s’agit du plus grand district d’agriculture irriguée des Etats-Unis. En 1996, le district a créé une messagerie électronique qui permet aux fermiers de vendre ou d’acheter leurs droits sur cette eau à partir de leurs ordinateurs. Négocier des droits sur l’eau à partir de son portable est ainsi une réalité. A l’instar des matières premières qui pouvaient être, par le passé, vendues ou achetées à la Bourse de Chicago ou de Kansas City et qui sont, à l’heure actuelle, couramment manipulées par des docteurs en mathématiques pour des fonds d’investissement au Connecticut. Se faire de l’argent à partir du robinet signifie que l’eau douce peut se voir attribuer un prix, peu importe l’endroit où elle est négociée — un prix global qui peut faire l’objet d’arbitrages à travers les continents. Ceux qui vivent à Mumbaï ou dans le centre-ville de Manhattan et qui constatent une hausse de la valeur de l’eau dans l’économie mondiale spéculeront sur cet « actif » sous-évalué. Leurs investissements orienteront alors partout à la hausse le prix…

      • Monique dit :

        En février 2011, le ministère de la Santé a décidé de multiplier par 5 la concentration maximale autorisée pour les pesticides dans l’eau du robinet.

        Depuis 1998, un avis du Conseil Supérieur d’Hygiène Publique de France (CSHPF) tenait lieu de réglementation. S’appuyant sur la directive européenne 98/83, le CSHPF avait décidé que l’eau ne devait « pas être utilisée, ni pour la boisson, ni pour la préparation des aliments » si un pesticide s’y trouvait à une quantité supérieure à 20% d’une valeur répondant au doux nom de « valeur sanitaire maximale » (VMax, définie par divers organismes: OMS, EFSA, AFSSA…). Mais voilà qu’en février 2011, une instruction de la Direction Générale de la Santé (DGS, dépendant du ministère de la Santé) a tout chamboulé. Le ministère a décidé de porter les « seuils de potabilité » à 100% de la VMax. Soit une multiplication par 5 des seuils en vigueur ! Autrement dit, on tolère maintenant dans de très nombreuses localités, des quantités de pesticides dans l’eau 5 fois plus importantes qu’avant décembre 2010 !

        Il est vrai que maintenant, la quasi-totalité des réserves d’eau françaises sont contaminées par les pesticides.


        « les contaminations des nappes phréatiques par les pesticides sont essentiellement localisées, pour les plus fortes, en région Centre, dans les Charentes, le Vaucluse, les Alpes de Haute-Provence, en Martinique, ainsi qu’au Sud de la Guyane et de Basse Terre en Guadeloupe, avec des concentrations totales de pesticides dépassant 0,5 µg/l (norme de qualité DCE). Au nord de l’Hexagone, en nord Bretagne, dans le couloir rhodanien et le Sud-Ouest, les concentrations totales en pesticides des nappes sont fréquemment supérieures à 0,1 µg/l. Les nappes sous couverture argileuse (en Aquitaine et à l’est du bassin parisien) et les nappes de montagne, est et sud du Massif Central, Pyrénées, Alpes, sont les plus préservées puisqu’aucun pesticide n’y est détecté. »
        http://www.nouvelordremondial.cc/2016/09/09/la-quasi-totalite-des-reserves-deau-francaises-contaminees-par-les-pesticides/

        Le besoin en eau des aliments :

        Découvrez la qualité de l’eau du robinet de votre commune :
        https://www.quechoisir.org/carte-interactive-qualite-eau-n21241/

        • Anatole dit :


          On savait déjà que nos océans, autant que notre sel quotidien, avaient pris le goût du plastique. C’est désormais au tour de l’eau du robinet d’en être contaminé. Une étude conduite par l’Orb Media
          https://orbmedia.org/stories/Invisibles_plastics
          et rapportée par le Guardian
          https://www.theguardian.com/environment/2017/sep/06/plastic-fibres-found-tap-water-around-world-study-reveals
          vient de révéler la présence de microfibres de plastiques dans l’eau du robinet du monde entier. En tête des robinets les plus pollués, on retrouve les États-Unis, avec 94% de fibres plastiques retrouvées dans les eaux prélevées dans les bâtiments du Congrès américain, de l’Agence de protection de l’environnement et même de la Trump Tower. Juste derrière arrivent le Liban et l’Inde avec des taux de plastique quasiment aussi élevés. Si le cas de l’Europe est moins critique, ce sont toujours 72% de particules plastifiées qui ont été retrouvées dans ses robinets. Pour les chercheurs, aucun système de traitement d’eau ne peut jusqu’à présent garantir la filtration totale des particules de plastique. « En terme de fibres, le diamètre est de dix microns et il serait très rare de trouver ce niveau de filtration dans nos systèmes d’eau potable », précise Anne Marie Mahon au Guardian. Si les systèmes et autres carafes filtrantes ne garantissent pas une eau 100% pure, les bouteilles non plus. En effet, des échantillons d’eau embouteillée ont été prélevés aux États-Unis, révélant eux-aussi la présence de microparticules de plastique.

  3. Atlas dit :


    La molécule d’eau a des caractéristiques étonnantes ! On se demande encore pourquoi elle a trois états possibles : liquide, gazeux ou solide ! Pourquoi il se dilate en gelant ? Pourquoi elle a une tension sur sa surface la plus élevée de tous les liquides ? Pourquoi est-elle le dissolvant le plus puissant ? Comment défit-elle la gravité en remontant à travers les troncs des grands arbres, surmontant ainsi des pressions de dizaines de bar ?

    L’eau aurait en fait une mémoire. Toute substance en contact avec l’eau laisse une trace. Aussi boire de l’eau dans un verre en argent est un excellent moyen de défense contre certains microbes.

    La composition chimique de l’eau ne change pas mais sa structure. C’est de cette manière que l’on constate que l’eau se modifie sous l’influence de la lumière, de champs électriques. mais aussi sous l’influence des émotions humaines. Les émotions positives comme l’amour augmentent les niveaux énergétiques de l’eau et la stabilisent. Les émotions négatives comme la haine, les font baisser provoquant des changements radicaux.

    L’eau structurée donne de meilleurs fruits ou plantes que l’eau sortant du robinet. Elle permet même d’économiser 20% d’eau.

    Comme l’homme est composé de 70 à 90% d’eau, il en a besoin de 2,5 l par jour qu’il obtient en en buvant ou en prenant par exemple une douche.

    http://www.dailymotion.com/video/xuoa3h_le-pouvoir-secret-de-l-eau_webcam#.UQetEfJ_6HP

    A observer la naissance d’un flocon de neige :
    http://www.maxisciences.com/flocon-de-neige/observez-la-naissance-d-039-un-flocon-de-neige_art33991.html

  4. Line dit :

    Il y a une chose qui nous est caché et qui se trouve dans l’eau du robinet : l’aluminium !

    http://www.lanutrition.fr/bien-dans-sa-sante/environnement/pollution-de-l-eau/laluminium-dans-leau-du-robinet.html

    Les auteurs concluent que les personnes dont l’eau de boisson contient plus de 0,1 mg d’aluminium par litre ont deux fois plus de risques de développer la maladie d’Alzheimer.

  5. Andrée dit :

    Le chimiste mexicain Sergio Jesús Rico a mis au point un procédé capable de solidifier l’eau sous forme de gel. Biodégradable, l’eau solide offre des résultats d’irrigation sensiblement plus probants que les méthodes traditionnelles.

    Le secret de la formule tient en trois mots : polyacrylate de potassium. Ce polymère super-absorbant a la capacité de stocker 500 fois son poids en eau. En versant 1,5 g de cette poudre blanche dans 1 litre d’eau, les molécules d’eau se solidifient en l’espace de 15 minutes et viennent se coller aux polymères sous forme de granulés. Résultat, un gel biodégradable dont l’efficacité est estimée à 10 ans. Et un brevet déposé à l’international sous la bannière « Silos de Agua », nom de l’entreprise éponyme fondée par le scientifique.

    http://www.silosdeagua.net/

    Placée sous terre, cette recette gélifiée va alors irriguer les racines des plantes et autres arbres fruitiers plusieurs mois d’affilée. Et lorsqu’une pluie viendra arroser le sol, les granulés se reformeront. L’extraordinaire efficacité de l’eau solide a été démontrée par son inventeur. Sergio Jesús Rico a mis en évidence qu’une récolte de maïs par irrigation traditionnelle équivaut à 600 kilos à l’hectare contre 10 tonnes grâce à l’eau solide. Soit 16 fois plus.

    Cette nouvelle arme d’adaptation au changement climatique et de lutte contre la pauvreté a valu à Sergio Jesús Rico d’être nominé au Prix Mondial de l’Eau 2012 décerné par le Stockholm Water Institute.

  6. Carlos dit :

    Autre phénomène étonnant, l’utilisation du Reiki sur une matière vivante ! Comme par exemple le riz cuit :

    Et comment tester son magnétisme avec de l’eau :

  7. John dit :

    L’eau bénite dans la religion catholique par exemple a une grande importance ! Pourquoi ?
    Prêche du père.Michel-Marie Zanotti-Sorkine le dimanche des Rameaux le 24/03/2013

    Il parle aussi de la correspondance qu’il y a entre la vie de Jésus et celle de son Eglise ! Et à chaque messe , Jésus se rend sur l’autel. A chaque communion on reçoit la divinité du Christ. La puissance divine rejoint la faiblesse humaine….
    Pour en savoir plus sur la religion catholique :
    http://www.youtube.com/channel/UC3kPxKLIHktengF2wcJ7jwQ/videos

  8. Otho dit :

    On sait qu’il y a une baisse de la qualité du sperme, ce qui entraîne l’ infertilité. Les perturbateurs endocriniens y sont pour quelque chose !
    http://alternatives.blog.lemonde.fr/2014/03/04/baisse-de-la-qualite-du-sperme-infertilite-perturbateurs-endocriniens-les-jeunes-s-inquietent/
    Notamment la pilule ! Car une femme en prend en moyenne durant 11 ans ! Mais elle se retrouve dans son urine. Et les filtres n’arrivent pas à l’éliminer ! D’où les cas de poissons hermaphrodites ou incapables de se reproduire.
    http://www.durable.com/actualite/article_les-dangers-de-la-pilule-contraceptive-pour-l-environnement_694

  9. Benoit dit :

    Le pouvoir secret de l’eau :
    http://nemesistv.info/video/5BWURUA751HR/water-le-pouvoir-secret-de-leau#
    http://papystreaming.com/fr/p/water-le-pouvoir-secret-de-leau/

    L’eau a des caractéristiques étonnantes. Traditionnellement elle peut avoir 3 états : liquide, gazeux et solide. Mais un quatrième vient d’être découvert. Des scientifiques de l’Oak Ridge National Laboratory dans le Tennessee ont pressé les molécules d’eau entre des cristaux de béryl hexagonales et ont découvert que l’eau agit dans une manière complètement nouvelle. Les molécules d’eau commencent à se déplacer selon les lois de la mécanique quantique, présentant un phénomène appelé effet tunnel quantique.
    http://www.brujitafr.fr/2016/07/les-scientifiques-ont-decouvert-le-4eme-etat-de-l-eau-enfin.html

    Elle semble avoir aussi une mémoire sur tout ce qui l’a touché. C’est la structure de l’eau, c’est à dire l’organisation de ses molécules, qui est bien plus importante que sa composition. Elle est différente si par exemple on allume une lumière où si on lui fait subir un champ électrique. Elle se comporte un peu comme une sorte de disque dur. Même les émotions humaines l’a fait changer ! Une eau bien structurée améliore la pousse des légumes. Ils ont mêmes moins besoin d’eau (20% en moins). L’eau du robinet par contre a une structure difforme. Ce qui n’est pas très bon car toute forme de vie aspire à sa propre perfection. Il est aussi étonnant de voir qu’en utilisant des champs magnétiques plus faibles que ceux de la terre, on arrive à changer l’ extérieur et le comportement d’un poisson. La radioactivité ayant des effets sur l’eau, peut avoir des effets terribles sur les animaux ou l’homme qui la consomme. Car le cerveau par exemple est composé à 85% d’eau. Une eau déstructurée rendra l’homme dépressif, n’ayant comme plus envie de vivre. Ce n’est pas pour rien qu’à Sodome et Gomorrhe nous avons la mer morte. Mais la structure de l’eau d’un être humain est semblable à l’eau où il est né. D’autre part, si l’eau en bouteille est propre, ayant bon goût, elle est malheureusement morte, sans énergie. Un animal sait faire rapidement la différence entre une eau de source et l’eau artificiellement filtrée. Il prendra la première car chargée d’énergie. Ainsi une essence sans eau ne brûle pas !

    La fréquence de la prière est autour de 8 hertz comme la fréquence du champs électromagnétique de la terre. Mais si la prière est vide, notre foi ne l’est pas. Rien n’est impossible à celui qui croit. Une prière dite avec foi et amour influence les malades d’une manière positive. D’où l’aspersion d’eau bénite dans de nombreuses religions sur les animaux ou plantes malades. Car cette eau a une structure stable. L’énergie divine (ou la grâce) se transmet à l’homme au moment du baptême. Ce qui est remarquable, l’aspect stable de l’eau est différent selon les prières dites par des religions différentes. Par contre les mots qui ont le plus d’impact positif sur l’eau sont Amour et Merci.

    Même la musique peut influencer l’eau. La symphonie n°7 de Beethoven par exemple donnera des cristaux ordonnés contrairement à une musique métal ! Et si on met dans 3 bocaux du riz avec un peu d’eau, si pendant un mois on ignore l’un des récipients, on aime un autre et on déteste le 3ème, les effets entre eux se feront sentir. Ainsi la haine ou notre colère a un impact sur nous avant d’en avoir sur quelqu’un d’autre. Et quand l’eau est devenue trop chargée négativement, heureusement qu’elle peut se repositiver en redevenant gazeuse. En retombant sous forme de pluie elle se sera débarrassée de ses mémoires négatives.

  10. Tom dit :

    L’eau aurait comme une mémoire ! Et pour s’en rendre compte il faut mettre une molécule d’ADN dans de l’eau. Se rappeler ici qu’un ADN porte les informations nécessaires au développement et au fonctionnement d’un organisme aussi humain que végétal comme un champignon. Puis on va diluer cette eau au moins une dizaine de fois faisant en sorte que la molécule ait totalement disparue. Le tube d’eau dilué va passer ensuite sur un capteur qui va enregistrer les variations de champs électromagnétiques entre lui et une eau totalement pure. Cette différence que l’on constate entre eux témoigne que la molécule d’ADN a laissé son empreinte. Donc l’eau capte et émet des ondes ! Et si cette variation de champs électromagnétiques est enregistrée sous forme informatique, on pourra en la faisant diffuser pendant une heure, même à des milliers de km de là, la transmettre à une eau pure. Celle-ci aura du coup en mémoire la molécule d’ADN.

    Cela ouvre à la science des possibilités gigantesques. Ainsi pourra-t-on soigner les gens qu’avec des ondes et de l’eau (le corps humain n’est-il pas formé de 70% d’eau ?). On est là dans le domaine du nanomètre, ce qui oblige les scientifiques à utiliser la physique quantique. Celle-ci ne fait aucune distinction entre les ondes et la matière !

    Dans l’avenir, on pourra sans doute se soigner avec son smartphone qui enverra auprès de notre corps les ondes capables de guérir notre maladie. L’autisme par exemple pourrait se soigner ainsi puisque la piste infectieuse semble être établie. Grâce à des traitements antibiotiques on améliore grandement le sujet malade.

    On a retrouvé la mémoire de l’eau ; Jacques Benveniste revu par le prix Nobel de médecine Luc Montagnier :

    Forum sur le sujet :
    http://electra2zeiss.tonempire.net/t12318p30-water-le-pouvoir-secret-de-l-eau?highlight=la+m%C3%A9moire+de+l+eau

    • Ursule dit :

      Les forces électromagnétiques sont partout, ce sont elles qui induisent les champs gravitationnels qui règlent la marche des planètes mais aussi celle des électrons. Aucun objet spatial, du plus grand au plus petit, n’échappe à la loi de l’attraction/répulsion, principe de base de l’électromagnétisme. En outre, l’homme, en découvrant, il y a près de 3000 ans, les aimants naturels, posa, certes de manière empirique et approximative, les lois fondamentales de l’électromagnétisme. Les Grecs connaissaient les aimants naturels. Il s’agissait de minéraux qu’ils trouvaient dans la région de Magnésie et dont le constituant principal était la magnétite, Fe3 O4 (oxyde de fer). On sait aujourd’hui que la magnétite est présente sous forme d’oligo-éléments chez tous les êtres vivants, y compris les plantes. Lucrèce a décrit dans son De Natura rerum les propriétés attractives et répulsives des aimants et Pline l’Ancien attachait à leurs effets une croyance superstitieuse, d’origine divine et il pensait qu’ils pouvaient guérir.

      Vers l’année 1200 de notre ère a été décrite une boussole réalisée au moyen d’aiguilles de fer aimantées. Dans son célèbre De Magnete, William Gilbert, en 1600, décrit la façon d’accroître la force d’attraction des aimants en disposant à leur surface des nez polaires en fer doux. Il fallut attendre 1820 et la fameuse expérience d’Œrsted pour créer un champ magnétique au moyen d’un courant électrique. Les cellules de l’être humain renferment des cristaux de magnétite, ce qui a été mis en évidence par deux biologistes américains, les docteurs Gould et Kirschvink. Ils ont trouvé, dans le cerveau et le cou des pigeons, dans la tête des baleines, des orques, des dauphins mais aussi sur le ventre des abeilles et de la plupart des insectes, des petits cristaux de magnétite et de silicium qui valent chacun un dixième de micro-cube. Quant à l’homme, le biologiste anglais Baker a identifié chez lui, en disséquant des cadavres et en les réduisant en cendres, des petits amas de magnétite. Il a même réussi à les localiser, chez l’homme, dans les arcades sourcilières et les articulations. Mais si nous avons tous de ces cristaux, nous n’en avons pas tous, hélas, en égales quantités. Certains individus possèdent une quantité de ferromagnétite supérieure à la moyenne. Vous pouvez dire que ceux-là sont magnétiseurs, sourciers, radiesthésistes. Ils ont une capacité à capter ou à émettre un champ électromagnétique. Les sourciers, avant de trouver l’eau, détectaient d’abord la différence de potentiel magnétique qui existe entre un sol qui contient de l’eau et celui qui n’en contient pas. Le sourcier est très sensible à ce déséquilibre magnétique qui fera tourner son pendule ou sa baguette de coudrier plus à gauche ou plus à droite. Les sourciers ne se trompent que très rarement et les indications qu’ils donnent sur la nature des sols et sur l’eau qu’ils peuvent contenir sont exactes neuf fois sur dix. Autre singularité, le pouvoir de momification des magnétiseurs sur des fruits ou de la viande crue qui se dessèchent en quelques jours !

      Le silicium est, après l’oxygène, l’élément le plus répandu à la surface de la Terre. Tout le monde minéral contient du silicium. Le silicium a permis l’élaboration des lois fondamentales de la cristallographie, dont les multiples applications ont permis des avancées scientifiques spectaculaires dans des domaines aussi différents que la biochimie moléculaire, la médecine, les télécommunications, les lasers, les ordinateurs, etc. Gould et Kirschvink ont constaté que l’A.D.N. cristallisait toujours en ferromagnétite et en silicium. Cette découverte est capitale car elle s’applique au vivant, au biologique en général. Le lien organique qui relie le minéral au vivant, végétal et humain, est ainsi parfaitement établi. Sans la ferromagnétite et sans le silicium, la Terre serait une planète morte et muette. Pourquoi ? Tout simplement parce que la ferromagnétite et le silicium sont les catalyseurs qui ont, comme l’oxygène et l’hydrogène, présidé à l’apparition de la vie sur la Terre. Les champs électromagnétiques sont générateurs d’énergie et l’énergie est la force vitale qui anime les planètes et les électrons mais aussi les cellules. Louis-Claude Vincent et le prix Nobel Fröhlich ont tous les deux démontré les propriétés diélectriques et électromagnétiques des cellules. Louis-Claude Vincent, par ses travaux sur le pH et le rH, a expliqué comment se crée un champ électromagnétique au sein de la cellule par auto-électrolyse des sérums intra et extra-cellulaires. D’un côté, des cations alcalins, de l’autre des anions acides qui créent une différence de potentiel à la surface des membranes cellulaires générant un excédent d’ions de potassium producteurs d’électrons chargés électromagnétiquement. Fröhlich, de son côté, a montré les propriétés dipolaires des membranes cellulaires qui sont capables d’élaborer une double couche électrique à leur surface, correspondant à une intensité de champ de 100000 volts par cm.

      Les liens structurels et organiques qui unissent la ferromagnétite au silicium trouvent leur explication dans les propriétés et l’activité simultanée de ces deux minéraux. La ferromagnétite émet un champ électromagnétique énergétique, les cristaux de silicium captent ce champ électromagnétique, le canalisent, le transforment et le distribuent, aux bonnes fréquences retenues, aux appareils ou aux systèmes biologiques qui les utilisent ensuite selon leurs besoins. La biologie moderne a démontré que l’être humain est constitué de millions de réseaux cristallins : système hydrolymphatique, système osseux, système cellulaire, etc. Tout le système cellulaire et l’A.D.N. qui le compose, cristallise en silicium et en ferromagnétite. Le silicium cellulaire agit comme un poste récepteur des ondes électromagnétiques émises par la ferromagnétite cellulaire qu’il transforme, adapte et transmet ensuite aux cellules sous forme d’énergie ou d’information, ce qui est la même chose.

      La transmission du don de sourciers et de guérisseurs se fait souvent de parents à enfants. Les rois de France, depuis l’époque mérovingienne, devaient être capables de guérir les écrouelles par la seule imposition des mains et le toucher, comme le font aujourd’hui les magnétiseurs. Aujourd’hui, les guérisseurs continuent bien évidemment de guérir ce qu’ils ont toujours guéri : les zonas, les verrues, les brûlures, certains eczémas, certaines maladies de peau, certaines douleurs et la plupart des troubles fonctionnels et nerveux. Quant aux maladies infectieuses et cancéreuses, elles ne relèvent pas de la thérapeutique du magnétiseur, même si, parfois, celle-ci peut les soulager. Les champs magnétiques qu’il émet ne sont pas assez puissants. Curieusement, à part la fameuse machine Priore (un électrophysicien bordelais), peu d’expériences en France ont été faites sur l’activité thérapeutique des ondes magnétiques. Pourtant Priore a découvert des propriétés intéressantes des ondes électromagnétiques dans le domaine de la thérapeutique. De grands scientifiques comme Alfred Kastler et le biologiste anglais Pantrezel, qui suivirent Priore dans ses expériences, en étaient convaincus. D’ailleurs les ondes électromagnétiques sont capables de produire chez ceux qui les reçoivent ou les subissent trop longtemps des tumeurs malignes, des maladies cardiaques ou nerveuses, voire des crises d’hystéries. Passe encore la télévision et les petits appareils électroménagers mais le problème est d’une autre gravité avec les transformateurs et les lignes à haute tension qui créent un phénomène connu sous le nom d’effet corona. L’effet corona prend naissance à proximité des lignes à haute tension, c’est-à-dire à partir de 400 000 volts. Une telle puissance électrique crée des champs magnétiques qui ionisent l’air ambiant dans un périmètre de plusieurs centaines de mètres au point de créer des troubles, des malaises et, dans certains cas, des maladies mortelles. E.D.F. est au courant de ces effets secondaires des lignes à haute tension mais n’a, jusqu’à présent, jamais pris de mesures pour les neutraliser. Les ondes électromagnétiques sont comme les ondes radio-actives : à petites doses elles stimulent et soignent ; à fortes et hautes doses, elles tuent.

      • Lino dit :

        Nous baignons, explique Nassim Haramein dans une énergie fondamentale qui est à la source de la création du monde physique. Cette énergie c’est le vide, ou l’espace qui nous entoure. Cet espace cependant n’est pas vide dans le sens usuel du terme mais plein d’énergie, une énergie qui connecte absolument tout. Ces nouvelles découvertes en physique vont avoir un impact !

        La compréhension laïc de la nature fondamentale de l’univers et de la création qui comprend des trous noirs, les forces de gravitation, les dimensions , et la structure même de l’espace lui-même – qui font tous parties intégrantes de la Théorie du Champ Unifié :

      • Robert dit :

        Eau et vibrations, l’information de l’eau par la voix avec Marc Henry, de l’université de Strasbourg :

  11. Gabi dit :

    Exemple inquiétant de pollution de l’eau :

    De faire baisser la fertilité humaine a toujours été un des buts du gouvernement privé mondial ! L’utilisation d’œstrogène synthétique féminise les garçons et hyper féminise les filles. Ce qui explique aussi l’augmentation des cancers du sein. De plus, ces produits polluent les rivières perturbant la reproduction sexuelle des rats, des poissons et des tortues. C’est un véritable déchet toxique. On planifiait dès 1979 à faire retarder ou faire éviter les mariages, à modifier la taille de la famille idéale, en diabolisant ceux qui voulaient plus d’un enfant. On tenait à rendre obligatoire l’éducation des enfants pour mieux les former selon leurs principes, en encourageant l’homosexualité. C’est ainsi que même l’eau du robinet fut utilisée pour faire diminuer la fertilité humaine. On utilise le fluorure de sodium dans l’eau, ce qui développe aussi des cancers. John P Holdren est un de ces fous qui veulent détruire l’espèce humaine et visent à supprimer jusqu’à 80% de la population mondiale. Ils préconisent l’avortement obligatoire pour les grossesses hors mariage, de stériliser les couples ayant déjà 2 enfants, L’œstrogène synthétique (dont le bisphénol A) se retrouve sur le papier monnaie, le papier toilette, les conserves, les emballages alimentaires….. Rien n’est le fait du hasard ! Si l’eau aux USA a un haut niveau de prozac (hormone femelle) ce n’est pas involontaire !

    -http://www.dailymotion.com/video/xnv2pt_l-extermination-lente-de-l-espece-humaine_news#.UMx6SuSZSSo

  12. Engel dit :

    Prix de l’eau en France :

    Alors que la moyenne nationale du prix de l’eau avec assainissement s’établit à 4,15 €/m3, il dépasse les 5 euros/m3 dans cinq départements (voir carte ci-dessous) : le Tarn-et-Garonne (5,72 €/m3), l’Ardèche (5,50 €/m3), le Lot-et-Garonne (5,49 €/m3), le Lot (5,18 €/m3) et le Morbihan (5,12 €).

    A l’inverse, neuf autres bénéficient de tarifs au plancher dont les Vosges (2,47 €/m3), les Pyrénées-Orientales (2,85 €/m3), le Var, la Haute-Marne ou la Loire (2,89 €), la Haute-Loire et la Haute-Vienne (2,92 €/m3)… Même constat pour les prix n’incluant pas l’assainissement : alors que la moyenne nationale s’élève à 2,06 €/m3, les prix s’étalent de 1,10 €/m3 dans l’Ariège à 3,50 €/m3 en Ille-et-Vilaine. Soit une variation supérieure à 3 fois le prix le moins élevé.

    http://votreargent.lexpress.fr/consommation/prix-de-l-eau-en-france-ou-paie-t-on-le-plus-cher-quel-prix-dans-votre-departement_354413.html

    • Ursule dit :

      L’eau qui coule des robinets français est souvent contaminée, à l’insu des citoyens. Dans le Centre, en Normandie ou en Charente, elle regorge de pesticides ou de nitrates.
      Les autorités le savent mais délivrent des dérogations permettant de distribuer de l’eau contaminée. En Auvergne, les habitants boivent de l’eau blanchie avec de la poudre d’aluminium. Depuis quelques années, des scientifiques et des citoyens tentent de se faire entendre pour dénoncer ces dangers. Partout en France, l’eau potable charrie des résidus médicamenteux comme des hormones ou des antidépresseurs.

      En 1998, Jean François Dartigues, en travaillant sur la maladie d’Alzheimer, s’est aperçu que cette maladie se multipliait par deux chez les buveurs d’eau contenant de l’aluminium. Pour lui, à partir de 100 microgrammes par litre d’aluminium, il ne fallait plus boire l’eau du robinet. Mais voilà, après une entrevue avec Kouchner, il se mit à dénier ses propos à la TV. Pourtant en 2003 on estimait que 16 millions de Français buvaient de l’eau traitée au sel d’aluminium dont 4 millions dépassant la norme AFSSA (Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments), c’est à dire les 200 microgrammes/l.

    • Line dit :

      La vampirisation des multinationales telles que Véolia et Suez Lyonnaise des eaux dans la gestion de l’eau des municipalités depuis presque une trentaine d’années. En France mais également en Amérique du Sud, Allemagne, etc …

      Comment opèrent-elles concrètement ?
      Tout d’abord, elles appâtent les municipalités avec un droit d’entrée en contrepartie d’un contrat de longue durée, par exemple 223 millions d’euros à la municipalité de Bordeaux, dans les 430 millions d’euros à Toulouse. Mais ce « cadeau » est en réalité un prêt déguisé que les usagers rembourseront sur leurs factures entre 2 et 3 fois ce droit d’entrée, puisque majoré du taux d’intérêt appliqué aux remboursements. Je passe sur les pressions, la corruption, l’opacité dans les marchés publics de l’eau, le lobbying des élus, la consanguinité et le pantouflage entre les politiques et les multinationales, les subventions, les arrosages, les cadeaux, les associations financées, comme France environnement, etc …

      Véolia et Suez Lyonnaise des Eaux sont des investisseurs mais c’est la municipalité qui va voir la banque pour avoir le crédit et tout le système repose sur les épaules des contribuables. Partenariat Public Privé oblige ! Les montages financiers sont très complexes, les élus peuvent consulter les contrats mais n’ont pas le droit d’en faire des photocopies (le cas de Brunswick et Munich en Allemagne). Les municipalités n’ont plus aucune liberté de manœuvre, c’est la démission des politiques dans la gestion de la cité.

      En contrepartie de ce pseudo-cadeau, Véolia et Suez Lyonnaise des eaux récupèrent le droit d’usage des infrastructures gratuitement et s’approprient toutes les connaissances. Les installations ne sont plus entretenues mais les prix de l’eau augmentent, par exemple de 30 % à Bordeaux. Les compteurs d’eau ne sont changés que tous les 24 ans en moyenne alors qu’ils sont facturés tous les 12 ans aux consommateurs. La privatisation est présentée comme le modèle de l’avenir mais les multinationales licencient la moitié du personnel et le prix de l’eau double.

      Les installations ne sont pas entretenues, les sociétés privées n’investissent pas dans les canalisations car elles ne seront rentables que dans une trentaine d’années. Véolia et Suez Lyonnaise des eaux ne s’intéressent pas à l’avenir de l’eau sur plusieurs dizaines d’années, uniquement au profit court-terme, au taux de rendement, aux actionnaires et aux agences de notation.

      Résultat, l’eau potable est chorée partout en France. Sans chlore, il faut de l’entretien, du nettoyage, des investissements et des dispositifs tout au long de la production de l’eau. C’est pour cela que Véolia veut du chlore partout, mais l’eau que nous buvons est stérilisée et les conséquences sur la santé sont bien connues : risques de cancer. Les fuites d’eau représentent jusqu’à un tiers de la production d’eau mais c’est le cadet des soucis de Véolia et SLDE puisque de toute façon, l’eau perdue est facturée aux clients.

      Des entreprises privées exploitent gratuitement ou presque les infrastructures payées par les contribuables pour faire un maximum de profits privés. Ça a le goût de la privatisation, la couleur de la privatisation, mais c’est de la vampirisation du bien commun. Ces multinationales transforment l’eau en or pour le bénéfice d’une minorité.

      Heureusement, les partenariats public-privé ont de l’eau dans le gaz sur toute la planète. Il existe une forte vague de re-municipalisation de la gestion de l’eau : Paris, Berlin, Bolivie, Uruguay, Argentine, Italie où il y a eu un référendum d’initiative populaire, etc …

  13. Tonio dit :

    Aux États-Unis, un fermier du nom de Derek Klingenberg, joue de bon matin dans son champ à perte de vue, le tube de la chanteuse Lorde, « Royals ». Un moyen efficace et peu fatiguant, – il faut un peu de souffle et de doigter tout de même – pour rassembler ses vaches qui pointent leur museau en entendant ces quelques notes de musique.
    -http://www.dailymotion.com/video/x22rp0a_un-homme-joue-lorde-au-trombone-pour-appeler-ses-vaches_animals


    A la maison, d’autres se mettent à chanter en prenant leur douche :

  14. Line dit :

    Les émotions ont une influence sur l’eau. Mais aussi sur le coeur. Celles positives telles que l’amour, le pardon ou la gratitude amènent toutes à un type de rythme cardiaque moins désordonné ou incohérent que les émotions négatives telles que la colère, l’irritation ou l’anxiété.

    Curieusement, le coeur peut recevoir des informations avant le cerveau. Il répond à des stimulations extérieures plus rapidement que le cerveau. De plus, il peut réagir avant qu’un événement ait lieu. On a véritablement l’impression que le coeur, puis le cerveau, ont accès à des informations ou à une intelligence non limitées par le temps et l’espace. Les neurones du coeur ont une mémoire à court et long terme qui traite l’information. Dans son intérieur le coeur emmagasine une énorme quantité de charges. Les ondes de pression en présence de ces charges à l’intérieur de la cavité du coeur sont suffisantes pour imprimer de l’information. Mais si le coeur imprime (ou transmet) de l’information, il doit exister un moyen pour les cellules et le corps de recevoir cette information. Justement il existe à l’extérieur de la cellule des protéines réceptrices qui ne sont là que pour recevoir cette information.

    Le cerveau du coeur :

    On a découvert que le cœur contenait un système nerveux indépendant et bien développé, avec plus de 40.000 neurones ! Grâce à ces circuits tellement élaborés, il semble que le cœur puisse prendre des décisions et passer à l’action indépendamment du cerveau et qu’il puisse apprendre, se souvenir et même percevoir. Il existe quatre types de connexions qui partent du cœur et vont vers le cerveau de la tête.
    http://www.vopus.org/fr/gnose/connaissance-gnostique/le-coeur-a-un-cerveau.html

    Tout cela ne permet-il pas de mieux comprendre pourquoi la gratitude par exemple, peut inverser le vieillissement, le stress et la mauvaise santé ?
    http://www.sante-nutrition.org/une-recherche-indique-que-la-gratitude-peut-inverser-le-vieillissement-le-stress-et-la-mauvaise-sante/

    La puissance des émotions (l’influence des émotions humaines sur la Terre et le Soleil… une intuition mondiale collective d’un évènement due au cœur, il génère le plus fort champ magnétique du corps humain, 5.000 fois plus intense que celui émis par le cerveau…)
    http://www.le-veilleur.com/article/la-puissance-des-emotions-ou-comment-inverser-la-vapeur
    Les révélations de la cosmonaute Marina Popovitch sur les réactions terrestres par rapport aux émotions humaines :
    http://www.urantia-gaia.info/2011/07/08/les-revelations-de-la-cosmonaute-marina-popovitch/

    A noter que les émotions laissent aussi une trace chimique. L’étude de l’air dans une salle de cinéma montre par exemple la présence des divers gaz expirés par les personnes qui regardent un film. Gaz carbonique, acétone, isoprène et une trentaine d’autres. Ces gaz changent en fonction des scènes et des émotions. Particulièrement la joie et l’angoisse. Nous émettons donc des gaz qui traduisent notre ressenti.
    http://www.nature.com/articles/srep25464
    http://www.sciencesetavenir.fr/sante/20160516.OBS0595/les-films-laissent-une-signature-chimique-dans-les-salles-de-cinema.html

    • Tom dit :

      2012 : Un biophysicien prédit pour l’humanité un saut quantique de la conscience !

      Depuis trois décennies Dieter Broers s’occupe particulièrement des ondes électromagnétiques. il explique le rapport entre le rayonnement du soleil et notre avenir.

      « Deux choses vont arriver concernant notre cœur et notre esprit. Une extension du niveau mental va se produire par l’ouverture du cœur. Friedrich Schiller disait : « Le changement n’arrivera que lorsque nous explorerons notre mental avec le cœur. » Nous nous trouvons exactement dans cette phase. Par cette connaissance intériorisée, nous influencerons nos comportements qui nous offriront de nouveaux niveaux d’indépendance pour faire de nous des hommes libres. »
      http://maxinevoyance.com/2012/01/13/2012-un-biophysicien-predit-pour-lhumanite-un-saut-quantique-de-la-conscience/

      Peut être que dans les années à venir on arrivera à mieux comprendre ce que, nous disait Bossuet «  »Mais Dieu se rit des prières qu’on lui fait pour détourner les malheurs publics quand on ne s’oppose pas à ce qui se fait pour les attirer. Que dis-je? Quand on l’approuve et qu’on y souscrit. »
      voir dans le livre IV de l’Histoire des variations des églises protestantes (oeuvres complètes, éd. Vivès, p. 145). »

    • Luc dit :

      Un autre complexe, riche au grand minimum de 100 millions de neurones, fait office au creux de nos intestins. Nous avons donc aussi un cerveau dans le ventre, et pas des moindres. C’est étonnant. A quoi sert-il ?
      http://preuves-par-images.fr/#/le-ventre-notre-deuxieme-cerveau

      C’est relativement tard, au 19ème siècle, qu’une présence neuronale à été détectée dans nos intestins par Léopold Auerbach, un anatomiste allemand. Depuis, de nombreux scientifiques se sont penchés sur ce complexe nerveux surprenant. Non seulement un énorme réseau possédant seulement mille fois moins de neurones que le cerveau central serait logé au cœur de notre ventre, mais la connexion entre ces deux cerveaux serait étonnamment sommaire. « En comparaison avec le nombre de cellules nerveuses dans le ventre, le nombre de neurones moteurs qui connectent les deux cerveaux est incroyablement petit », explique le Dr Gershon, un grand spécialiste de la neuro-gastroentérologie, dans son livre The Second Brain (Le deuxième cerveau).

      Autonomie d’action, voilà ce que cela veut dire. Les deux cerveaux seraient capables de poursuivre leur train-train chacun de leur coté sans se mélanger les pinceaux, car justement, ils ont trop peu de pinceaux en commun. Si, sans avoir besoin de l’aval du cerveau crânien, le cerveau ventral pourrait alors procéder à des actions de son propre chef, il pourrait aussi faire carrément de la rétention d’information. « Contrairement au reste du système nerveux, le système entérique ne suit pas nécessairement les commandes qu’il reçoit du cerveau ou de la moelle épinière. Et il ne leur envoie pas forcément non plus les informations qu’il collecte. Le système nerveux entérique peut, quand il le choisit, gérer des données que ces récepteurs ont relevées par eux-mêmes, et agir sur la base de ces données pour activer un ensemble d’effecteurs qu’il est le seul à contrôler. Le système entérique n’est donc pas un esclave du système nerveux central, mais un opposant doté d’un esprit libre », poursuit Michael Gershon.

      La délocalisation ne serait pas juste une nouvelle idée politique, mais une réalité de terrain. Plus économique, plus écologique et plus efficace, tout simplement. « Au delà de la digestion et de l’absorption des nutriments, les intestins doivent aussi nous défendre contre l’invasion de bactéries hostiles. Il faut tellement de cellules nerveuses pour accomplir toutes ces tâches, que si elles étaient contrôlées depuis la tête, l’épaisseur des câbles neuronaux pour toutes ces connexions serait intolérable. Il est plus sûr et plus effectif de laisser les intestins s’occuper de ces affaires », poursuit le Dr Gershon.

      Le système nerveux entérique gère donc des fonctions physiologiques vitales. Mais quand nous parlons de cerveau, ne parlons-nous pas généralement de capacités intelligentes ? Si nous trouvons dans le cerveau ventral les mêmes neurones et les mêmes neurotransmetteurs nécessaires à la communication nerveuse, que dans le cerveau crânien, est-ce que cela veut dire que notre ventre est capable de penser ? « Le système nerveux entérique est une véritable usine chimique dans laquelle on retrouve toutes les sortes de neurotransmetteurs trouvées dans le système nerveux central », souligne le Dr Gershon. Il serait notamment un grand fournisseur de dopamine, une hormone du bien-être, et de 95% de la sérotonine du corps, dont la variabilité joue un grand rôle dans l’apparition d’états dépressifs.

      En réalité, il ne suffit pas d’avoir des neurones et des neurotransmetteurs pour élaborer des pensées conscientes. Ces dernières se produiraient grâce à la partie la plus récente du système nerveux central, le néocortex. Impliqué dans les fonctions cognitives considérées comme supérieures, le néocortex permettrait notamment : la prise de conscience, le raisonnement spatial, le langage, et les commandes volontaires. En revanche, par définition, tout cerveau serait capable d’élaborer des activités psychiques non conscientes. En effet, ces complexes neuronaux sont chargés de recevoir des signaux sensoriels, d’élaborer des sensations distinctes, de les comparer à des mémoires déjà acquises, et de produire des réponses cohérentes et dites intelligentes, sous forme de messages parfois subtils et/ou complexes.

      « Puisque le système nerveux entérique peut fonctionner tout seul, nous devons considérer qu’il est probable qu’il ait aussi ses propres névroses », nous dit Michael Gershon. Est-ce pour cela que nos intestins réagissent parfois si fortement au moment de grands stress ? Crampes, ballonnements, diarrhée, constipation… « Les réactions entériques face aux grandes émotions ne sont pas un concept théorique ou ésotérique pour la plupart des gens, ils peuvent voir que le lien est bien réel » Est-ce pour cela que nos intestins réagissent parfois si fortement au moment de grands stress ? Crampes, ballonnements, diarrhée, constipation… « Les réactions entériques face aux grandes émotions ne sont pas un concept théorique ou ésotérique pour la plupart des gens, ils peuvent voir que le lien est bien réel », souligne le Dr Gershon. Nos réactions instinctives – d’ailleurs souvent appelées viscérales – pourraient selon les circonstances nous tordre le ventre. Le cerveau ventral serait alors le gestionnaire d’une base de données instinctives et fondamentales, composée de milliards de mini-réactions à notre environnement et d’autant de variations dans nos ressentis, sans laquelle nous ne serions tout simplement pas vivants. Traduisant en signaux neuronaux cette source d’informations incommensurable sur le monde, le cerveau entérique serait aussi l’un des fournisseurs de données majeurs pour notre inconscient. Et quand nous voyons, avec les recherches du neurologue Benjamin Libet, que ce sont surtout des processus inconscients qui sont aux commandes de notre vie – parce que la conscience a toujours une demie seconde de retard sur notre réalité – nous pouvons entrevoir l’importance que prend cet instinct dans notre quotidien.

      Alors, si le système entérique peut produire des pathologies, aurait-il aussi des aptitudes à les résoudre ? « Nous pensons que le système digestif a la fonction de dissoudre les tensions émotionnelles, en déchargeant à travers la paroi intestinale les résidus et la pression liés au stress. Ainsi, nos intestins et le système nerveux entérique ont une capacité d’auto-régulation des émotions par la digestion des impacts du stress. Car si nous pensons aux intestins plutôt en termes d’absorption d’aliments, nous oublions souvent qu’il est aussi un organe d’élimination très important.

      Gestionnaire de notre instinct, fournisseur d’informations inconscientes, et régulateur d’états d’âme ? Notre cerveau ventral semble avoir des activités surprenantes. Et nous ne sommes pas au bout de nos surprises. Deux chercheurs, Dean Radin et Marylin Schlitz, se sont penchés sur les capacités de perception du cerveau entérique. Utilisant un électrogastrogramme (EGG) – un appareil capable de détecter les activités électriques des neurones dans le ventre, ainsi qu’un appareil mesurant la résistance galvanique de la peau, qui s’apparente habituellement aux contractions de l’estomac – ils ont mesuré les réactions du cerveau ventral dans une situation pour le moins… originale. Ayant réuni 26 volontaires, ils les ont regroupés par paires en décidant que l’un des deux serait l’émetteur et l’autre le receveur. L’émetteur est alors parti dans une pièce et le receveur dans une autre. Il a alors été demandé à l’émetteur de visionner sur un écran des images sélectionnées pour leur capacité à provoquer des réactions fortes – tristesse, dégoût, révolte, désir, tendresse… tout en visionnant de temps en temps le receveur sur un autre écran. Après un total de 206 tests les chercheurs ont pu constater que « les lectures de l’EGG du sujet récepteur étaient notamment plus élevées et correspondaient à celles du sujet émetteur lorsque celui-ci éprouvait d’intenses émotions, positives ou négatives », rapporte Lynne McTaggart dans son livre La science de l’intention. C’est incroyable. Le cerveau que nous avons dans le ventre serait capable de capter, à distance, l’état psychique d’une personne avec qui nous sommes en lien.

      http://www.inrees.com/articles/intelligence-du-ventre/

    • Yann dit :

      Dans la religion catholique la fête du Sacré Cœur est célébrée le 3e vendredi après la solennité de la Pentecôte. Le Sacré Cœur est apparu un certain nombre de fois à Sainte Marguerite Marie Alacoque. Les deux plus célèbres sont celles de juin 1675 et du 17 juin 1689.

      Lors de la première Jésus demande, en lui montrant son Cœur: « Voici ce Cœur qui a tant aimé les hommes,… jusqu’à s’épuiser et se consommer pour leur témoigner son amour. Et pour reconnaissance, je ne reçois de la plupart qu’ingratitude. Je te demande que le premier vendredi après l’octave du saint sacrement soit dédié à une fête particulière pour honorer mon cœur… ». La famille royale et l’Eglise de France ont effectué de nombreuses démarches auprès des papes pour que se répandent cette dévotion, que Clément XIII approuve officiellement et institue le 6 février 1675.

      Le 17 juin 1689, 100 ans jour pour jour avant que la révolution française soit réalisée sur le plan législatif, le Christ lui donne un message pour le Grand Roi, afin de sauver sa famille et la France de leurs ennemis. Il l’a charge de 4 messages pour le monarque français :

      • le premier message s’adresse au Roi ; le Christ « désire entrer avec pompe et magnificence dans la maison des princes et du Roi, pour y être honoré, autant qu’il y a été outragé, méprisé et humilié en sa passion. » Il ajoute : « Fais savoir au fils aîné de mon Sacré-Cœur que, comme sa naissance a été obtenue par la dévotion aux mérites de ma sainte enfance, de même il obtiendra sa naissance de grâce et de gloire éternelle par la consécration qu’ il fera de lui-même à mon cœur adorable qui veut triompher du sien et, par son entremise, de celui des grands de la terre… pour le rendre triomphant de tous les ennemis de la Sainte Église. »
      • le second message concerne encore Louis XIV, Jésus Christ voulant : « établir son empire dans le cœur de notre Grand monarque, duquel il veut se servir pour l’exécution de ses desseins. »
      • Le troisième message demande au Roi : « d’être peint sur ses étendards et gravé sur ses armes pour le rendre victorieux de tous ses ennemis, en abattant à ses pieds les têtes orgueilleuses et superbes, afin de le rendre triomphant de tous les ennemis de la Sainte-Eglise « .
      • Le quatrième message est : de  » faire construire un édifice où sera le tableau de ce divin Cœur, pour y recevoir la consécration et les hommages du Roi et de toute la cour. Dans cet édifice le chef de la nation française reconnaîtra l’empire du divin Cœur sur lui-même et la nation, il proclamera sa royauté, se dira lieutenant du Christ « .

      Sainte Marguerite-Marie résume les conséquences du culte public au Sacré-Cœur :  » Je prépare à la France un déluge de grâces lorsqu’elle sera consacrée à mon divin cœur.  » Des 4 demandes du Christ seule la dernière a été réalisée. Il reste à trouver « le chef de la nation française qui reconnaîtra l’empire du divin Cœur sur lui-même et la nation, et qui proclamera sa royauté, se disant lieutenant du Christ. »

      Le 27 décembre 1673, le Sacré Cœur apparaît à Marguerite Marie Alacoque et lui demande d’avoir une dévotion à son Sacré Cœur. Il fixe les deux principales dévotions, l’heure sainte et la communion du 1er vendredi du mois. A tous ceux qui se consacreront à son Sacré Cœur il promet :

      1- Je leur donnerai toutes les grâces dans leur état.

      2- Je mettrai la paix dans leur famille.

      3- je les consolerai dans toutes leurs peines.

      4- Je serai leur refuge assuré pendant la vie et surtout à la mort.

      5- Je répandrai d’abondantes bénédictions sur toutes leurs entreprises.

      6- Les pécheurs trouveront dans mon cœur la source et l’océan infini de la miséricorde.

      7- Les âmes tièdes deviendront ferventes.

      8- Les âmes ferventes s’élèveront à une grande perfection.

      9- Je bénirai les maisons où l’image de mon Sacré Cœur sera exposée.

      10-. Je donnerai aux prêtres le talent de toucher les cœurs les plus endurcis.

      11- Les personnes qui propageront cette dévotion auront leur nom écrit dans mon cœur, où il n’en sera jamais effacé.

      12- Je te promets, dans l’excès de la miséricorde de mon cœur, que mon amour tout-puissant accordera à tous ceux qui communieront les premiers vendredi, neufs fois de suite, la grâce de la pénitence finale, qu’ils ne mourront point dans ma disgrâce ni sans recevoir les sacrements, et qu’il se rendra leur asile assuré à cette heure dernière. »

    • Antoine dit :

      Sainte Gertrude d’Eisleben (ou d’Heldelfs, d’Hefta) est née en 1256 et elle est morte le 17 novembre 1301 en Allemagne.

      Lorsque Gertrude priait Saint Jean l’évangéliste, auquel elle vouait une dévotion particulière, il lui apparut en vision : « Venez, venez avec moi, car vous êtes l’élue de mon Dieu, et reposons nous tous les deux sur le doux et aimable cœur de Jésus où sont refermés tous les trésors de la béatitude ».

      Il la conduisit auprès de Jésus Christ. Saint Jean lui désigna le Cœur de Jésus : « Voilà le Saint des Saints qui absorbe qui absorbe en lui-même toute bonté au ciel et sur la terre… Ce cœur sacré abonde en effet de délices en telle mesure que toutes les âmes avides de s’y désaltérer y trouvent à profusion, et en tout temps de quoi combler leurs désirs. »

      Gertrude lui demanda s’il avait éprouvé cela lors de la dernière cène. « Oui, répond-t-il,… mon intérieur en fut si enflammé que l’eau sur le feu le plus intense ne pourrait bouillir avec plus d’ardeur. »

      Gertrude lui demanda pourquoi il n’avait pas publié ces merveilles de son vivant. « Parce que répondit le Saint, j’avais pour mission de faire connaître le Verbe éternel à l’église naissante, afin qu’elle transmit cet enseignement aux siècles futurs, dans la mesure que comporte l’intelligence humaine. Personne en effet n’est capable de la comprendre dans toute sa profondeur. Je réservais pour les derniers temps la manifestation des douceurs inexprimables qui inondèrent mon âme, lorsque je reposais sur la poitrine de mon divin sauveur, afin que la langueur de l’église qui vieillit soit excitée et réveillée par le récit tout nouveau de ces incomparables délices. »

      Saint Jean fit ensuite entrevoir l’émotion qu’il ressentait d’appartenir au cœur de Jésus.

    • Quentin dit :

      Il faut toujours positiver dans ses pensées , car les pensées influencent l’esprit qui influence le corps, donc sa santé.

      Des pensées négatives, le stress peuvent déclencher une maladie. Un mode de pensée positif favorise par contre un corps sain. La connexion esprit-corps est bien plus dense qu’on ne le pensait jusqu’à présent. En cas de situation d’urgence, le cerveau envoie un signal vers les glandes surrénales, petites structures coiffant les reins, qui sécrètent alors du cortisol. Celui-ci va provoquer des réactions physiques, accélération du rythme cardiaque, dilatation des pupilles, sudation, comportement d’attaque ou de fuite, etc. jusqu’à ce que le cerveau le freine, une fois le danger passé. On soupçonnait jusqu’à présent qu’une seule, voire deux régions du cortex cérébral, à la localisation incertaine, contrôlaient la glande surrénale. Aujourd’hui, grâce à une nouvelle méthode de traçage qui révèle les longues chaines de neurones interconnectés, une équipe de l’université de Pittsburgh (Etats-Unis) affirme,dans une étude publiée dans les PNAS, qu’elle a découvert de multiples zones corticales liées anatomiquement aux glandes surrénales.
      http://www.pnas.org/content/early/2016/08/11/1605044113.abstract?sid=017ff55f-0def-44ec-997b-1682742e7536

      On découvre ainsi que les plus grandes zones de connexions « esprit-corps » sont celles impliquées dans la cognition et l’affect. Ce qui expliquerait notre mode de fonctionnement : grâce à ces connexions multiples, le cortex nous donnerait la possibilité de répondre au stress de façon un peu plus subtile (combattre ou fuir) qu’une créature primaire. « Comme nous avons un cortex, nous avons des options, résume Dr Peter Strick, co-auteur de l’étude. Si quelqu’un vous insulte, vous n’avez pas à attaquer ou à fuir. Vous pouvez avoir des réponses plus nuancées et ignorer l’insulte ou trouver une répartie spirituelle. Ces options sont une partie de ce que le cortex nous donne. »

      Autre surprise : certaines zones du cortex moteur (bande de cortex qui contrôle nos mouvements) sont aussi connectées aux glandes surrénales. Entre autres, une portion du cortex moteur primaire impliquée dans le contrôle de l’axe du corps et de la posture. Ce qui pourrait expliquer, selon les auteurs, pourquoi les exercices de recentrage du corps (Pilates, yoga, Taï-chi…) sont si efficaces dans la gestion du stress.

      Enfin, lorsque nous ressentons un conflit, ou lorsque nous avons commis une erreur, certaines zones cérébrales s’activent. Et bien, l’étude des PNAS démontre que ces zones influencent également la glande surrénale. Il serait donc possible que se remémorer une erreur, ou se culpabiliser, réactivent ces zones qui, via un signal descendant, génère de nouveau un stress, comme l’événement initial. Cela pourrait ouvrir de nouvelles pistes pour les thérapies du stress post traumatique. La méditation, notamment, est un bon remède anti stress. « Peut-être parce que la connexion anatomique avec la glande surrénale et cortex apparaît active . »
      http://www.sciencesetavenir.fr/sante/cerveau-et-psy/20160813.OBS6269/le-connexion-esprit-corps-bien-plus-dense-qu-on-ne-le-pensait.html

  15. tonio dit :

    Que nous disait Edgar Cayce ? Que la négativité des humains aggravaient les catastrophes. Ce sont nos pensées et nos projections mentales et émotionnelles qui en sont les principales causes !
    http://etredelumiere.ordi-netfr.com/EdgarCayceprophete.php

    Fatima nous a montré un soleil qui tournoyait. Quand cela arrivera réellement, les scientifiques ne seront l’expliquer. Pourtant le soleil apporte la lumière et la chaleur. Sans lui, la terre serait plongé dans le noir glacial. Mais voilà, à mesure qu’augmentent les péchés de l’homme, et que le péché est considéré comme faisant simplement partie de la nature humaine, la terre s’obscurcira. À mesure que le péché enveloppera le monde, le soleil perdra lentement son lustre et deviendra terne. Le soleil se dissipera jusqu’à ce que finalement aucune lumière ne couvre la terre pendant trois jours. Mais le quatrième jour, les cieux s’ouvriront tout grands et la lumière, telle que jamais on l’aurait cru possible, descendra du Ciel. C’est à ce moment que le monde entier verra le retour du Christ et que le mal n’existera plus.

  16. Luc dit :

    Le problème de la France, elle consomme bien trop de médicaments ! Ainsi, en 2012, quelque 175.500 tonnes de médicaments ont été vendues dans notre pays, dont environ 5.500 tonnes dédiées aux animaux d’élevages. Ces médicaments se retrouvent malheureusement dans l’eau potable.

    Plus de la moitié des 48 boîtes de médicaments que chaque Français ingurgite en moyenne chaque année, n’est pas retenue par nos organismes et se retrouve finalement dans les eaux de surface via des stations d’épuration non conçues pour les traiter.

    Trois grandes familles de molécules dans les eaux de surface :
    – des œstroprogestatifs (pilules contraceptives),
    – des tranquillisants (les Français sont les premiers consommateurs d’antidépresseurs au monde),
    – des anticancéreux.

    Curieusement, cette contamination n’est quasiment pas étudiée, et encore moins combattue. Certes ces médicaments sont actifs à très faible dose et certains peuvent s’accumuler dans l’environnement (la biodégradabilité médicamenteuse oscille entre 10 et 90%), Mais on constate tout de même la féminisation d’espèces animales. L’année dernière, un rapport dédié de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) a estimé le risque négligeable, tout en reconnaissant un manque de données sur l’exposition et l’évaluation de la toxicité ad hoc (seules deux molécules d’origine médicamenteuse ont été analysées, alors que l’on en trouve plus de 160 dans l’eau).

    On relève habituellement trois grands risques :
    – féminisation des caractères sexuels,
    – résistance aux antibiotiques,
    – dérèglement du système endocrinien.

    http://www.alternativesante.fr/eau/l-eau-potable-est-bourree-de-medicaments

  17. Carlos dit :

    Si l’eau réagit, certaines plantes entendent !

    La plante Arabidopsis thaliana par exemple, cette célèbre plante de laboratoire qui est en quelque sorte pour les scientifiques l’équivalent végétal du rat, est capable de détecter les bruits de mastication des chenilles qui grignotent ses feuilles, et de libérer en retour des substances chimiques permettant d’éloigner ces prédateurs.
    http://link.springer.com/article/10.1007/s00442-014-2995-6/fulltext.html

    Est-elle aussi capable de distinguer les vibrations produites par les chenilles, de celles produites par d’autres sources ? Oui, répondent les chercheurs : en exposant Arabidopsis thaliana à des vibrations causées par d’autres insectes non nuisibles pour ces plantes, ainsi que des vibrations causées par le vent, les auteurs de l’étude ont constaté une absence totale de réaction chimique, contrairement à ce qui se passait lorsque ces vibrations étaient produites par des chenilles.

    Une autre étude suggère que les plantes sont capables de répondre à des vibrations de faible amplitude produites par les plantes voisines, même lorsqu’il n’existe aucun contact chimique ou visuel entre les différentes plantes
    http://www.biomedcentral.com/1472-6785/13/19
    http://www.plosone.org/article/info%3Adoi%2F10.1371%2Fjournal.pone.0037382

    • Xavier dit :

      Le phénomène découvert en 1968, dénommé « effet Backster » par une scientifique du nom de Cleve Backster, démontre que les plantes ont une conscience.

      Les plantes n’ont bien sûr pas de sens comme les nôtres, mais elles ont des capacités qui s’en approchent. La vision est un bon exemple. Nous sommes capables de voir grâce à des pigments de nos yeux qui sont sensibles à la lumière. Les plantes ont, elles aussi, des pigments de ce type, qui sont répartis sur l’ensemble de leur surface. Elles parviennent ainsi à très bien distinguer la couleur bleu, ce qui revient à pouvoir « détecter » les sources de lumière autour d’elles. Et elles parviennent ensuite à faire un mouvement réflexe pour se tourner vers la lumière.

      Elles ont aussi une autre capacité très originale que nous n’avons pas, c’est un pigment qui leur permet de savoir si elles reçoivent plus de rouge sombre que de rouge clair ou inversement. Et c’est très important ! Les végétaux réfléchissent beaucoup le rouge sombre et absorbent presque totalement le rouge clair. Donc une plante qui reçoit une lumière avec beaucoup de rouge sombre et très peu de rouge clair peut savoir qu’une autre plante se trouve près d’elle. Si c’est l’inverse, c’est que leur voisin n’est pas un végétal. On a montré qu’elles peuvent le faire jusqu’à cinq mètres de distance. Et qu’elles peuvent, par exemple, augmenter leur croissance vers le haut avec anticipation pour capter plus de lumière que leurs voisines.

      Il existe aussi une forme de communication entre les plantes. Pour le montrer, on raconte souvent l’histoire des antilopes koudous d’Afrique du Sud. Ces animaux se nourrissent de feuilles d’acacias et les humains les ont toujours chassés pour se nourrir. Dans les années 1980, les zootechniciens ont tenté de créer un élevage d’antilopes et les ont donc placées dans un enclos avec une quantité d’acacia suffisante pour les nourrir. Mais, très vite, les antilopes sont mortes de faim alors qu’elles avaient le ventre bourré de feuilles ! Les techniciens ont fait appel à des botanistes et ont fini par comprendre. Quand il est secoué, l’acacia produit du tanin qui rend ses feuilles indigestes. Mais il produit aussi du gaz éthylène qui fonctionne comme une alerte, c’est-à-dire que tous les arbres qui le détectent fabriquent eux aussi du tanin. En liberté, les koudous contournent cette astuce en se dirigeant dans le sens inverse du vent pour brouter. Dans cet enclos, ce n’était plus possible. Cette histoire montre que les plantes sentent quand elles sont touchées, et qu’elles peuvent aussi détecter certaines odeurs et même s’envoyer des messages d’alerte. On a cru que cette histoire était une exception exotique mais en fait toutes les plantes le font.

      Les plantes savent aussi très bien percevoir le vent et son intensité. C’est très important puisque le vent est un énorme danger pour elles. Si elles sont exposées au vent, elles vont s’adapter et limiter leur croissance en hauteur, augmenter leur croissance en diamètre et donc être plus trapues.

      L’esprit des plantes :

      L’éclosion d’une plante en accéléré :

      « L’intelligence animale et végétale » avec Boris Cyrulnik et Jean-Marie Pelt :

  18. Tonio dit :

    Matthew Silverstone a récemment publié « Blinded by Science » (Aveuglé par la science), qui prouve que les arbres améliorent de nombreux problèmes de santé tels que les maladies mentales, Le Trouble Déficit de l’Attention Hyperactivité (TDAH), le niveau de concentration, le temps de réaction, la dépression, et ils peuvent également soulager les maux de tête.

    Selon de nombreuses études citées dans ce livre, les enfants montrent une amélioration psychologique et physiologique significative en termes de santé et de bien-être lorsqu’ils interagissent avec des plantes et des arbres. Plus précisément, ces études indiquent que les enfants fonctionnent mieux sur le plan cognitif et émotionnel dans des environnements verts et sont plus créatifs lorsqu’ils jouent dans des espaces verts. Étreindre des arbres est bon pour la santé: un grand rapport de santé publique qui a étudié le lien entre les espaces verts et la santé mentale a également noté que « l’accès à la nature peut contribuer de manière significative à nos capacités mentales et à notre bien-être. »

    Alors, qu’est-ce qui peut réduire ces symptômes de manière significative dans la nature ? Silverstone prouve scientifiquement que ce sont les propriétés vibratoires des arbres et des plantes qui nous donnent les bienfaits pour la santé et non les espaces verts. Comme tout vibre, les différentes vibrations affectent sans aucun doute les comportements biologiques. Selon Natural News, il a été prouvé que si on buvait un verre d’eau traité avec une vibration de 10Hz, notre taux de coagulation sanguine changerait immédiatement après avoir bu l’eau.

    Les arbres affectent les êtres humains de la même façon (et toutes les autres créatures). Lorsqu’on touche un arbre, ses différentes fréquences vibratoires auront une incidence sur divers comportements biologiques dans le corps. Les êtres humains peuvent vivre longtemps en dehors des lois de nature avant que des symptômes de déconnexion se manifestent. Avec la prévalence croissante des maladies liées au mode de vie, il est clair qu’il faut accorder plus d’importance à des pratiques holistiques comme celle-ci, pour soulager la cause du déséquilibre et dissiper les maladies liées au mode de vie.

    Le maître taoïste Mantak Chia apprend aux élèves à méditer avec des arbres, comme moyen de libérer les « énergies négatives ». Dans sa technique de guérison par les énergies cosmiques, le Maître Chia apprend à aligner son corps avec l’aura d’un arbre. Il explique que les arbres sont des processeurs naturels qui peuvent vous aider à transformer l’énergie malade ou négative de votre corps en énergie positive. En connectant votre énergie avec l’arbre, vous facilitez votre propre guérison physique et émotionnelle. Selon la théorie taoïste, c’est parce que les arbres ne bougent pas qu’ils absorbent l’énergie de la terre. Les arbres et les plantes ont la capacité d’absorber les fréquences de la lumière et de les transformer en nourriture physique, et ils font la même chose avec l’énergie.

    Certains pensent même que les pierres auraient une influence sur notre aura. Les minéraux à l’instar du règne végétal et animal vibrent à leur fréquences et ont des capacités émettrices et réceptrices. Petit aperçu sur la lithothérapie :

  19. Jérémie dit :

    Certains saints tels que Nicolas de Flue n’ont besoin ni de manger ni de boire. Ce fut le cas de Thérèse Neumann (1898-1962), de Marthe Robin (1902-1981). Jésus n’est-il pas parti dans le désert pour y jeûner 40 jours ? Mahomet disait que le jeûne nous amenait à la porte du paradis. Et en Inde la communauté des Jaïns pratiquent cette discipline. En Chine, dans la tradition taoïste, cet art a un nom Bigu ! L’énergie circule dans les méridiens qui ne correspondent pas au système nerveux mais au système utilisé en acupuncture. En fait, nous ne sommes pas qu’un corps physique, autour de nous se trouve des corps énergétiques. Une expérience a été tenté avec du chocolat. A un groupe on en donna à manger venant du commerce. A un autre, le chocolat avait été apporté à des bouddhistes tibétains pratiquant la méditation depuis longtemps, pour qu’ils puissent faire ressortir à ceux qui le dégusteront, plus d’énergie, de vitalité et une amélioration de leur humeur. Et bien le 2nd groupe, contrairement au premier, en sentit les effets.

    Mais aussi de personnes ordinaires (extrait du film Lumière)

  20. Carlos dit :

    Il y a aussi le subconscient qui est intemporel, sans âge et infini. Ne fait-il pas partie de l’esprit divin universel qui n’est jamais né et ne mourra jamais ?

    Par contre la peur du temps nuit à notre esprit et à notre corps. Sans elle, on constate que de nombreuses personnes n’atteignirent leur apogée que dans la vieillesse. La vieillesse n’est pas l’envol des années, mais l’aurore de la sagesse. La sagesse, c’est la prise de conscience des immenses pouvoirs spirituels de notre subconscient et la connaissance qui permet d’appliquer ces pouvoirs de manière à vivre une vie pleine et heureuse. Ce que nous appelons « processus de vieillissement » est en réalité un changement. Il doit être accueilli joyeusement, avec empressement, parce que chaque phase de la vie humaine est un pas en avant sur une route qui n’a pas de fin. L’homme possède des pouvoirs qui transcendent ses pouvoirs physiques. La vie de l’homme est en finale spirituelle et éternelle. Ce que les hommes appellent la mort n’est qu’un voyage vers une cité nouvelle, dans une autre dimension de la Vie. Si chaque âge a sa splendeur propre, la beauté, la sagesse, la paix, l’amour, la joie, le bonheur, la bonne volonté et la compréhension sont des qualités qui ne vieillissent ni ne meurent. Pourtant certains hommes sont vieux à trente ans, tandis que d’autres sont jeunes à quatre-vingts ans. Les premiers n’ont pas bien saisi qu’ils vieillissent ou restent jeunes selon le processus de leur pensée. Et le subconscient n’est-il pas conditionné par leurs pensées ? Et si leurs pensées se concentrent constamment sur ce qui est beau, noble et bon, ils resteront jeune en dépit du calendrier. La vieillesse permet de mieux conseiller, guider la nouvelle génération. Certes, le corps humain devient plus lent à mesure qu’il avance en âge, mais l’esprit conscient peut devenir beaucoup plus actif, alerte, vivant grâce à l’inspiration qu’il est à même de recevoir de son esprit subconscient.

    « La puissance de votre subconscient » par le Dr. Joseph Murphy :

    Mais notre subconscient ne serait-il pas formé comme d’un ensemble de graines que nous aurions planté dans notre jardin intime ?

    7 manières de reprogrammer son subconscient avec Bruce Lipton :

    Nos émotions ont aussi un impact sur la terre !
    http://www.urantia-gaia.info/2011/07/11/la-puissance-des-emotions-ou-comment-inverser-la-vapeur/
    Lire les révélations de la cosmonaute Marina Popovitch :
    http://www.urantia-gaia.info/2011/07/08/les-revelations-de-la-cosmonaute-marina-popovitch/

  21. Antoine dit :

    Selon une étude menée par des chercheurs australiens et américains publiée le 23 octobre dernier dans le Physical Review X, d’autres mondes parallèles au nôtre existent. Cette théorie permettrait d’expliquer bon nombre de phénomènes mystérieux.
    https://journals.aps.org/prx/abstract/10.1103/PhysRevX.4.041013

    Les scientifiques assurent que ces autres mondes exercent en fait une force sur notre propre univers qui provoquerait des phénomènes a priori inexplicables, comme certains mouvements de particules au niveau microscopique. Selon cette théorie, notre univers ne serait donc qu’une gigantesque série de mondes, certains semblables au nôtre, d’autres très différents. Tous ces mondes existeraient simultanément et s’influenceraient les uns les autres par une force de répulsion.Pourquoi une telle théorie? La mécanique quantique est une branche de la physique qui tente d’expliquer et de décrire les phénomènes fondamentaux comme le mouvement des particules par exemple.

    Elle a entre autres permis d’expliquer la structure de l’atome et forme le socle de la physique moderne. Elle est particulièrement difficile à comprendre et peu instinctive, car elle défie les lois physiques que l’on connaît depuis Newton (de cause à effet).

    Comme le rappelle le blog spécialisé, « Chroniques de l’espace temps », imaginer qu’il existe des mondes parallèles n’est pas une théorie nouvelle. Dès 1957, » Hugh Everett expliquait que l’univers comportait tous les états définis par la mécanique quantique, et que c’était l’observateur qui n’en percevait qu’une possibilité.
    http://espace-temps.blogs.nouvelobs.com/archive/2014/10/31/les-phenomenes-quantiques-sont-ils-dus-a-des-mondes-parallel-545947.html
    Pour simplifier, le fait d’interagir avec la réalité lui faisait « choisir » une voie, sans que les autres ne cessent d’exister simultanément. » Ou encore, notre univers n’est qu’une infime possibilité parmi d’autres, infinies.

    L’équipe australienne et américaine qui a publié ses travaux en octobre dernier est en fait allée plus loin en affirmant que ces mondes parallèles interagissaient et ne se contentaient pas d’exister indépendamment les uns des autres.
    http://www.huffingtonpost.fr/2014/11/05/mondes-paralleles-mecanique-quantique-chercheurs_n_6100662.html

    les univers parallèles :

    3 Témoignages d’Univers Parallèles/ Bugs dans l’Espace Temps :

    Y aurait-il des vortex ou portes nous ouvrant à d’autres univers parallèles ?

    • Victor dit :

      Il existerait un lieu où commencent toutes choses, un endroit de pure énergie qui simplement est. Dans cet incubateur quantique de la réalité, tout est possible. En 1944, Max Planck, le père de la physique quantique, a étonné le monde en disant que cette  » matrice  » était le lieu d’origine des étoiles, de l’ADN et tout ce qui existe.

      Des découvertes récentes fournissent la preuve indéniable que la matrice évoquée par Planck – la Divine Matrice – existe réellement. Serait-ce là le chaînon manquant à notre connaissance, celui qui forme le contenant de l’univers, le pont entre notre imagination et notre réalité, et le miroir, dans notre monde, de ce que nous créons par nos croyances ?

      Pour introduire dans notre vie le pouvoir de la matrice, nous devons comprendre comment elle fonctionne et parler le langage qu’elle comprend. Pendant plus de vingt ans, Gregg Braden, un ancien concepteur de systèmes informatiques aérospatiaux, a effectué une recherche en ce sens.

      Des lointains monastères de l’Egypte, du Pérou et du Tibet, aux textes oubliés qui furent remaniés par l’Eglise chrétienne primitive, le secret de la Divine Matrice nous a été transmis en langage codé par nos plus précieuses traditions et la science le confirme aujourd’hui.

      Il fait éclater les paradigmes, Gregg Braden partage avec nous ses découvertes. Au moyen de vingt clés de création consciente, il nous montre comment transposer dans notre réalité les miracles de notre imagination. Par des histoires authentiques ou scientifiques faciles à saisir, il nous montre que nous sommes limités uniquement par nos croyances et que celles-ci sont sur le point de changer !

      Documentaire : La Matrice Vivante (biologie quantique) : il est le premier à rassembler des chercheurs académiques et indépendants, des praticiens, des journalistes scientifiques – tels que le biologiste anglais le Dr. Rupert Sheldrake, le Dr. Bruce Lipton, et l’astronaute le Dr. Edgar Mitchell – dont les travaux scientifiques mettent en évidence le rôle significatif de la bioénergétique et la physiologie humaines. Dans le documentaire, ils explorent les principes de la bioénergétique du champ corporel humain. Au travers d’entretiens avec ces spécialistes mondiaux les plus respectés et des animations 3D, nous entrons dans les profondeurs des structures du corps humain illustrant parfaitement comment la biologie quantique a une influence sur notre santé.

  22. Lino dit :

    Le niveau de l’eau à travers le globe, préoccupe nos dirigeants bien plus que le génocide des chrétiens !

  23. Sophie dit :

    Qu’est ce que le son ? Comment peut-il influencer la matière (l’eau), le corps et l’esprit ? En quoi la musique en 432Hz (plus relaxante) nous aide-t-elle à nous reconnecter à notre nature profonde ? Alors que la musique actuelle est en 440 Hz ? (6 mn 10). La hauteur d’un son se mesure (entre autres choses) par le nombre de vibrations par seconde. Le la de référence en musique s’obtient par le diapason qui oscille à 440 Hz.

    Quelle que soit la façon dont le diapason est excité, la fréquence de la vibration est toujours la même. Le son pur correspond à une unique fréquence et est représenté par un mouvement vibratoire simple, la sinusoïde.
    http://tpeinfluancemusique.webnode.fr/le-son2/les-sons-purs/
    Ce choix de standardisation est historique et a été adopté par l’Organisation internationale de normalisation en 1939. En effet, le La 440 n’est pas forcément utilisé par tous les musiciens et tous les styles de musique. Le domaine de perception des sons de l’oreille humaine se situe dans une plage de fréquence entre 20 Hz et 20 000 Hz.

    La puissance cachée de la musique et ses pouvoirs

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s