Comment les profs se donnent de l’assurance…

.

Les enseignants ne possèdent plus cette autorité naturelle qu’avaient leurs aînés.

Les valeurs d’une société ne sont plus inculquées (les droits sont biens connus mais qu’en est-il des devoirs ?) Aujourd’hui, l’heure est aux compromis et aux négociations avec l’élève. Il ne suffit plus de dire « C’est moi le maître ici ! » pour que ce dernier s’exécute. Entre la discipline et la pédagogie, le prof moderne doit choisir, composer, marier… ou souffrir. Ira-t-on jusqu’à cet extrême ?

élève mal élevé en classe

A l’approche de cette rentrée scolaire, la Maif révèle que 55% des enseignants et la moitié du personnel de direction, soit près de 500 000 personnes, ont choisi de souscrire une assurance spéciale qui les couvre des accidents et des agressions, aussi bien moralement que physiquement.

Pour moins de 100 euros par an, les enseignants victimes ou mis en cause dans des accidents ou des agressions bénéficient d’un soutien moral et psychologique, d’une prise en charge des frais d’hospitalisation, des pertes de revenus subies s’ils ne peuvent pas reprendre le travail, ou encore de remboursement des préjudices esthétiques.

https://www.lefigaro.fr/assurance/2012/08/31/05005-20120831ARTFIG00439-les-enseignants-se-protegent-massivement-de-la-violence.php

La destruction de l’Éducation semble être un impératif du Nouvel Ordre Mondial. Ainsi voit-on en Europe, des écoles qui encouragent des petits garçons à caresser leur copain ; à un autre de prendre le prénom d’une fille au nom de la théorie du genre (à partir de 4 mn 50) :

On sait que pour manipuler plus facilement les gens, il faut leur faire perdre leurs repères. L’hypersexualisation et la pédophilie sont de bons moyens pour atteindre ce but !

.Comme dans le film « 1984 » , si le Nouvel Ordre Mondial dit que 2 + 2 font 5, il faut lui obéir !

Ainsi en sera-t-il avec l’Éducation moderne mondialiste :

Mais ne constate-t-on pas déjà l’effet nocif des dérives de ce progressisme dans l’université Evergreen par exemple ?

133 commentaires sur “Comment les profs se donnent de l’assurance…

  1. Otho dit :

    De l’anglais Massive open online course, le MOOC est une formation en ligne ouverte à tous. Le Collège des Bernardins lance son MOOC le lundi 18 janvier 2016. Ce MOOC est destiné à tous ceux qui désirent asseoir leur connaissance du fonctionnement de la Bible. L’itinéraire se veut accessible au plus grand nombre et pas seulement aux initiés. Si l’enseignement reflète la théologie catholique, il n’est pas nécessaire d’être chrétien pour en profiter pleinement.
    http://sinod.fr/courses/course-v1:SINOD+01+2016_T1/about

    Le MOOC s’adresse à tous ceux qui, faute de temps ou de proximité avec un lieu de formation, trouveront dans ce média le moyen de suivre une formation sérieuse. Il concerne notamment les pays francophones, les expatriés, les personnes en province ou ne pouvant tout simplement pas se rendre au Collège. Le MOOC ambitionne de permettre à chacun une lecture biblique plus pertinente. Chaque étudiant est invité à mieux saisir le sens et la cohérence que la Bible revêt pour celui qui la lit. Il pourra ainsi approfondir sa compréhension des Écritures et s’enrichir personnellement du trésor biblique.

    Ce MOOC cherchera à comprendre les rapports qu’entretiennent les 2 Testaments. Il ne s’agira pas d’une simple exposition du contenu biblique que l’on pourrait trouver par ailleurs. La plus-value du cours résidera dans l’étude de l’articulation entre les deux parties de la Bible chrétienne.

    Le cours se déroulera sur 12 semaines, progressant en 3 grands ensembles de réflexion. Après avoir considéré la manière dont l’Ancien et le Nouveau Testament s’appellent l’un l’autre, le cours étudiera la notion d’accomplissement avant de l’appliquer aux Évangiles dans leur façon de se servir des figures de l’Ancien Testament.

    L’enseignement est donné par le Père Jean-Philippe Fabre, prêtre dans le diocèse de Paris depuis 1998 et vicaire à la paroisse Notre Dame d’Auteuil, docteur en théologie.

  2. Ursule dit :

    Né en 1983, catholique, marié, Antoine Martin est diplômé de l’École normale supérieure de Lyon et agrégé de Lettres classiques. Il enseigne actuellement le latin, le grec et le français dans un lycée public. Il est l’auteur d’un véritable manuel de résistance catholique au monde moderne : Le Chant dans la fournaise.

    Pour lui, la tentation de l’homme de se faire dieu à la place de son Créateur, n’est pas nouvelle. Elle constitue même le contenu du péché originel, que relate le livre de la Genèse. Aujourd’hui, elle constitue la mentalité ambiante, l’air qu’on respire du matin au soir. On la retrouve tout aussi bien à l’œuvre dans les libérations sexuelles que dans le courant transhumaniste, ou encore dans l’hyperlibéralisme économique, qui prétend pouvoir tout acheter et vendre.

    Elle vient même se nicher dans les endroits les plus inattendus, tels que les méthodes d’éducation. Les nouvelles pédagogies ne visent plus à transmettre un savoir à l’enfant. Dans les instituts de formation des professeurs, l’adjectif « transmissif » est devenu un gros mot, le stigmate d’une pratique arriérée et fascisante. Selon ces nouvelles utopies éducatives, l’élève n’a pas à acquérir son savoir d’un aîné, mais doit devenir « acteur de ses apprentissages ». L’enfant n’est plus celui qui se construit dans une continuité familiale, culturelle, religieuse… Tout semble devoir se passer comme s’il arrivait dans un monde qui n’avait pas eu d’existence avant lui, et comme s’il lui revenait de droit d’inventer les lois du réel plutôt que d’en faire l’humble apprentissage. Évidemment, cette tentation de se faire dieu repose sur un mensonge fondamental et aboutit immanquablement à la déchéance de l’homme. En l’occurrence, les nouvelles pédagogies ont rendu les enfants tout à la fois ignorants et arrogants.

    D’autre part, pour comprendre sur quel modèle religieux ont été construits les Droits de l’Homme, il suffit d’examiner le tableau officiel qu’en a fait Le Barbier en 1789. Sur cette peinture, on constate que la Déclaration a été représentée sur deux tables de pierre. Il s’agit là d’une référence claire au livre de l’Exode, où Dieu grave le Décalogue sur les deux tables de la loi. La symbolique de ce tableau est limpide : aux commandements de Dieu sont opposés et préférés les Droits de l’Homme, nouvelle divinité prétendument autonome et toute-puissante dans sa propre sphère. Ce tableau nous indique donc malgré lui la direction à prendre pour contrer cette divinisation de l’Homme : la réaffirmation explicite et inlassable des dix commandements divins. Ces derniers, tout en rappelant la créature à la conscience de ses propres limites, lui fixent un cadre clair : « tu ne commettras pas de meurtre », « tu ne commettras pas d’adultère », etc.

    Le culte de la raison et de la laïcité est bien entendu un héritage de la franc-maçonnerie. L’histoire de la laïcité se présente dans les faits comme un long compagnonnage avec la franc-maçonnerie. Le 9 décembre est devenu la journée nationale de la laïcité parce que les loges y ont activement travaillé pendant des années. Il y a deux ans, le ministre Vincent Peillon a fait afficher une Charte de la laïcité dans tous les établissements scolaires de France. Il a pris cette mesure sur les conseils de Jean-Michel Quillardet, ancien grand-maître du Grand Orient de France et président de l’Observatoire international de la laïcité…

    Ainsi, l’avortement et l’euthanasie se trouvent en contradiction directe avec le cinquième commandement du Décalogue : « Tu ne commettras pas de meurtre. » Leur recrudescence est symptomatique de cette mentalité de l’homme qui prétend se faire dieu ; car à une divinité l’on offre des sacrifices, y compris des sacrifices humains. Ceux qui périssent par l’avortement et l’euthanasie sont les nouvelles victimes que les hommes sacrifient sur l’autel de leurs convenances personnelles. Une longue histoire relie avortement et sorcellerie. Et cette histoire n’est pas finie. Très récemment, un certain Zachary King, ancien prêtre sataniste converti au catholicisme, est revenu sur son passé dans un témoignage : il a admis avoir pratiqué des avortements rituels, y compris dans des cliniques. Ces sacrifices étaient commandés par des grands de ce monde, qui espéraient en tirer des bénéfices : la gloire, le succès… Bien sûr, de telles pratiques restent très marginales. Mais elles constituent la partie émergée de l’iceberg, celle qui révèle ce que demeure en son fond tout avortement, sur le plan spirituel.

    La théorie du genre s’avère représentative de l’état d’esprit de l’homme contemporain, qui ne supporte plus aucune limite, pas même celle de sa propre identité. On veut pouvoir être homme ou femme à volonté, épouser quelqu’un de même sexe, ou même son chien, comme l’a fait un Australien il y a trois ans. Cet état d’esprit est mortifère : toute tentative de transfigurer l’homme en dieu, en prétendant lui ôter ses limites naturelles, contribue bien plutôt à défigurer l’homme. Se souvenir de Michael Jackson et de ses multiples opérations de chirurgie esthétique. Mais aussi du résultat que peut donner une opération transsexuelle. Dans le domaine de la recherche, on commence à créer des êtres mixtes à partir de cellules humaines et animales. À ce rythme-là, l’avenir de l’humanité, ce n’est pas la divinisation, mais la monstruosité.

    La prochaine transgression moderne se trouve être le transhumanisme. C’est un courant idéologique très présent dans le monde des affaires. Le transhumanisme vise à « augmenter l’homme » et ses capacités, en proposant une fusion entre humain et machine. Courir plus vite grâce à des jambes en acier, sauvegarder sa mémoire sur un disque dur ou sur Internet, devenir immortel par le remplacement des pièces usées du corps humain, tels sont les différents objectifs que se proposent les savants transhumanistes. Il s’agit là d’un courant influent, puissant sur le plan économique. Ray Kurzweil, l’un des principaux inspirateurs de ce mouvement, a été recruté par Google il y a quelques mois. Sa théologie tient tout entière dans cette déclaration : « Dieu existe-t-il ? Pas encore. » Avec une telle manière de voir les choses, on ne considère plus l’homme comme une créature de Dieu : il s’agit au contraire de l’amener au statut d’auto-créateur.

    La Doctrine Sociale de l’Église catholique pourrait servir de cadre à la société, dans la mesure où elle se déploie sur des bases anthropologiques saines. À son fondement, on ne trouve pas l’idée que l’homme doive devenir comme Dieu, mais plutôt celle selon laquelle il est créé à l’image de Dieu, et même à l’image d’un Dieu-Trinité. En cultivant à tous ses échelons le respect de cette image, une société peut espérer croître et s’épanouir. Voici un exemple précis : il existe deux façons de nier spécifiquement la Trinité, soit par unité d’indistinction (le Dieu unique des musulmans) soit par éclatement (polythéisme) ; de manière analogue, il existe deux manières de saper le mariage voulu par Dieu, soit par unité d’indistinction (monoparentalité, théorie du gender, mariage gay…), soit par éclatement (adultère, divorce, polygamie…). Pour demeurer l’image du Dieu trine et s’épanouir, le couple humain ne peut que reposer sur une distinction (homme et femme) dans l’unité (fidélité, indissolubilité du mariage). Et cette stabilité de la famille bien comprise profitera à l’ensemble de la société.

    Les mobilisations politiques des catholiques français comme la Manif pour tous, ont contribué à un certain réveil, mais, afin de recruter plus largement, elles se sont effectuées sur une base anthropocentrique. Or, vouloir lutter contre le mariage gay au nom des Droits de l’Homme, c’est essayer d’opposer deux émanations d’une même idéologie, celle de l’homme qui refuse toute limite ! Cela s’est avéré prodigieusement inefficace. Par ailleurs, tant que les catholiques ne descendront pas dans la rue au nom de leur propre foi, ils iront d’échec en échec. Dieu ne bénira pas l’action de celui qui le met de côté, ne serait-ce que dans son discours. Sainte Jeanne d’Arc n’aurait pas pu obtenir la victoire si elle n’avait pas porté sur son étendard les saints noms de Jésus et de Marie. La foi, l’espérance et la charité sont essentielles dans ce combat. Mais pour ne pas tomber dans le surnaturalisme, il faut y ajouter les quatre vertus cardinales : la tempérance, la prudence, la justice et la force.

  3. Chantal dit :

    Un professeur d’histoire et de langue bretonne du collège Sainte-Anne à Sainte Anne d’Auray, en Bretagne, n’en revient toujours pas. Revenant de vacances, Pascal G. a appris avec stupéfaction que ses élèves de troisième année de collège avaient été auditionnés par la gendarmerie. Motif de l’enquête ? La façon dont l’enseignant aurait présenté la Russie contemporaine durant ses cours.

    Le 17 février en effet, six élèves étaient convoqués par la gendarmerie d’Auray pour subir un long interrogatoire au sujet des cours dispensés par leur professeur. Les enquêteurs ont ainsi tenu à savoir ce qu’avait déclaré l’enseignant “au sujet de la Russie et de Vladimir Poutine” durant les cours d’histoire dispensés en langue bretonne par ce dernier. C’est lors de la rentrée des classes que Pascal G. a été informé par ses élèves de leur mésaventure, choqués de leur expérience.

    Le professeur, conformément aux programmes scolaires, doit aborder “l’introduction à la géopolitique contemporaine” et notamment la situation de la Russie actuelle. “J’ai d’abord fait un état des lieux de la Russie après la fin du communisme. J’ai expliqué les grandes lignes de la politique du président russe, Vladimir Poutine. Une politique qui a consisté à constituer une classe moyenne en Russie tout en s’appuyant sur le sentiment patriotique, après les années de crise de la présidence de Boris Eltsine” détaille le professeur dans un email. “Je suis revenu sur les alliances entre la France et la Russie au XXème siècle, en 1914 mais aussi entre 1940 et 1945” poursuit-il. “J’ai traité l’engagement russe en Syrie et en Irak contre Daech aux côtés des forces armées françaises” précise t-il. “J’aborde l’histoire sur la base des faits, j’essaie d’expliquer la complexité des rapports géopolitiques afin de développer l’esprit critique des élèves. Je ne me prononce pas sur le bien-fondé ou non des actions menées par une diplomatie” conclut-il.

    http://breizatao.com/2016/03/02/auray-morbihan-des-eleves-auditionnes-par-la-gendarmerie-au-sujet-des-cours-de-leur-professeur-sur-la-russie-et-vladimir-poutine/

    • Carlos dit :

      L’U.E. est la première à vouloir faire de la propagande politique dans les écoles.

      Le député européen Dominique Bilde a d’ailleurs dénoncé cette complicité du PS et des LR au Parlement de l’UE.
      http://www.frontnational.com/2016/04/au-parlement-europeen-republicains-et-ps-main-dans-la-main-pour-voter-lendoctrinement-de-nos-enfants/

      « Une partie des Républicains aura beau jeu de continuer à nous faire croire qu’ils défendent la France, sa souveraineté et ses valeurs. Ils viennent de voter comme un seul homme ce mardi le rapport d’un député socialiste portant sur « Apprendre l’Union européenne à l’école », qu’on aurait également pu appeler « Obligeons les futurs citoyens à aduler le pouvoir de Bruxelles ».

      S’inquiétant de la montée de l’euroscepticisme, les députés du Parlement n’ont rien trouvé de mieux que d’y répondre en augmentant encore un peu plus l’influence de l’UE dans tous les domaines de l’éducation, de la formation des enseignants en passant par l’apprentissage par les élèves d’une Histoire officielle vantant les bienfaits de notre bonne mère la Commission européenne.

      Pourtant ce texte est en totale contradiction avec les Traités européens qui prévoient que les États membres gardent la compétence pleine et entière en matière d’éducation !

      • Willy dit :

        L’Union Européenne tient certainement à remplacer la France qui vit sortir de ses écoles ou universités les futurs dirigeants Jeunes-Turcs, organisateurs du génocide arménien ; Hô Chi Minh devenant un militant du Parti communiste avant d’être le chef du Komintern en Indochine ; Chou En Laï et Deng Xiaoping.. ; puis trente ans plus tard, en 1949, Saloth Sâr, le futur Pol-Pot ; à la même époque, avec comme lui une bourse française, le futur dictateur albanais staliniste Enver Hoxha.

        Thierry Wolton rapporte que Saloth Sâr retrouva alors à Paris à la section indochinoise du Parti communiste « français », son compatriote Teng Sary, son futur ministre des Affaires Etrangères qui préparait alors Sciences-Po et qui avait notamment comme ami le communiste, militant anticolonialiste, Jacques Vergès, le futur avocat défenseur des plus grands terroristes, mais aussi l’ancien chef de la Gestapo, Klaus Barbie.

        Ils constituèrent le Cercle marxiste-léniniste de Paris dans lequel on trouve encore Khien Sampan, futur « chef de l’Etat », et Son Sen, futur « ministre de la Défense ».


        N’est-on pas en droit de se demander comme le fait Bernard Antony dans son livre « Le Communisme 1917-2017 », pourquoi c’est à Paris que tous ces dirigeants des totalitarismes exterminationnistes ont puisé leur formation idéologique ? C’est aussi pendant sa vie dans la capitale que Lénine étudia le modèle révolutionnaire de Robespierre.

        Il en a résulté plus de cent millions de victimes que l’année 2017 semble avoir oublié.

  4. Gabi dit :

    Dans une rue très chargée en trafic de voitures, bus, motos et scooters du centre de Chang Mai dans le nord de la Thaïlande, juste devant la Metta Suksa School, la circulation automobile sur un passage pour piétons est régulée par les élèves eux-mêmes :

    Les étudiants japonais dessinés pendant 6 heures sur le tableau noir :

  5. Line dit :

    L’école de campagne en 1900 :

    Manuels anciens :
    https://manuelsanciens.blogspot.com/

    On y lisait ‘Le Tour de la France par deux enfants’, un manuel pour l’apprentissage de la lecture, d’Augustine Fouillée (née Tuillerie), publié sous le pseudonyme de G. Bruno en 1877.

    On en fit un film en 1923 puis un feuilleton télévisé en 1957 (extrait) :

    L’auteur avait connu la vie difficile des enfants de cet époque post-révolution française. La chambre avait même du adopter une loi réglementant l’exploitation des enfants dans l’industrie en interdisant le travail des enfants avant huit ans et en limitant à huit heures le travail des enfants de huit à douze ans, à douze heures avant seize ans. Ces bataillons d’ouvriers mineurs venaient de la destruction du système d’enseignement qui existait du temps des rois. Selon Taine, dans Le régime moderne (livre III chap. 1), avant la révolution de 1789, la France comptait 22 000 petites écoles pour 37 000 paroisses ; avec les collèges secondaires et les universités cela faisait 60 000 écoles. De son côté, Declareuil dans son Histoire générale du Droit français (page 580) parle de 32 000 écoles religieuses gratuites et 8 000 laïques gratuites. Ainsi la moitié de la population savait au moins lire et écrire.

    Amusant de voir Najat Vallaud-Belkacem, dire avec assurance « La ministre de l’Education que je suis connais PARFAITEMENT la première phrase de ce livre qui s’appelait « Tour de France par deux enfants » d’Ernest Lavisse ». en fait la première phrase est celle-ci « Par un épais brouillard du mois de septembre, deux enfants, deux frères, sortaient de la ville de Phalsbourg en Lorraine ».
    https://archive.org/stream/letourdelafrance00brunuoft#page/n5/mode/2up

    Après 1950 :

    1965, les cancres à l’école :

    Au XXIe siècle avec le « Common Core » : « La fabrique de crétins » comme le décrit si bien Jean Paul Brighelli, continue avec le « Common Core » développé par la fondation Bill et Mélinda Gates (Bill de Microsoft), pour un coût de 2,3 milliards de dollars, incluant le financement de bracelets biométriques pour mesurer à distance l’attention des élèves, et des caméras faciales…
    Curieusement, les enfants de ces oligarques fréquentent des écoles qui ne suivent pas le « Common Core » ! Pourquoi ?
    http://www.agenceinfolibre.fr/le-determinisme-elites-pour-pietaille/
    Quelques critiques :
    http://uk.businessinsider.com/common-core-multiplication-quiz-2015-10?op=1?r=US&IR=T
    http://reinformation.tv/common-core-americains-contre-socle-commun-ecole/

    Le Cartable de Big Brother :
    http://ecolereferences.blogspot.fr/2011/07/le-cartable-de-big-brother.html

    Pour tester son QI :
    http://www.mon-qi.com/tests-de-qi.php
    http://test.psychologies.com/tests-qi/tests-de-qi/mesurez-votre-quotient-intellectuel
    Ou quel serait votre résultat au test PISA ?
    http://fr.what-character-are-you.com/d/fr/1001/0.html

    De nombreuses études montrent un recul général du quotient intellectuel moyen. En France, la population a perdu près de quatre points de QI entre 1999 et 2009. Un phénomène inquiétant qui à pour cause de nombreux facteurs, notamment les perturbateurs endocriniens présents dans les pesticides. Ils ont un effet négatif sur l’action de l’iode, substance très importante dans le développement du cerveau.
    http://www.atlantico.fr/decryptage/en-10-ans-qi-moyen-france-chute-pres-4-points-et-voici-qui-est-en-cause-barbara-demeneix-2952250.html#T9AGXBRytmdUeC2Q.99
    La revue Intelligence l’a aussi confirmé, les européens sont de moins en moins intelligents. Quatorze points de QI en moins pour les anglais. Comment expliquer cette chute de l’intelligence chez nos contemporains ? Il y a évidemment les addictions aux médias populaires comme la télévision ou aux smartphones et tablettes qui laissent les cerveaux dans un état de passivité qui ne leur est pas favorable. Mais aussi les longs trajets quotidiens en voiture qui auraient un effet néfaste sur la cervelle : fatigue et stress défavorisent la lucidité. Il y a quelques années, on estimait que 115 points de QI étaient indispensables pour accéder au deuxième cycle universitaire… Comme le QI baisse, l’accession se fait avec moins de points. Le bac est dévalorisé d’autant.
    http://www.lepoint.fr/societe/le-qi-des-francais-en-chute-libre-25-07-2017-2145715_23.php
    D’autres facteurs que les perturbateurs endocriniens (dont la pilule qui se retrouve dans notre eau) et la baisse de qualité de l’éducation et du goût pour la lecture sont à prendre en compte : il y a aussi la baisse de qualité de la nourriture, l’impact de l’immigration dans une classe et la fertilité dysgénique (plus le QI est haut, moins on est fertile).

    Cliquer pour accéder à dutton2015.pdf

    L’enquête Pirls (Progress in International Reading Literacy Study), réalisée en 2016 dans 50 pays, a montré les très faibles performances en lecture des élèves français scolarisés en CM1, les mettant très loin derrière le peloton de tête emmené par les élèves de Russie, Singapour et Hong-Kong.
    https://www.francetvinfo.fr/sante/enfant-ado/enseignement-de-la-lecture-en-france-il-faut-etre-patient-encourageant-bienveillant-assure-un-professeur_2498921.html
    12 textes courts, soit des histoires, soit des articles, au vocabulaire adapté à leur âge, leurs ont été donnés. Les écoliers français se sont classés 34e sur 50 en compréhension en lecture, avec 511 points, sauvant tout juste l’honneur, en dépassant de peu le dernier pays européen, la Belgique francophone (497 points). L’étude Pirls existe depuis 2001, et en quinze ans, avec les Pays-Bas, la France est le seul pays qui a régressé dans ce classement. Et il y a un an tout juste, l’étude TIMSS classait les écoliers français en dessous de la moyenne européenne en mathématiques et en sciences.
    https://www.francetvinfo.fr/societe/education/le-zero-pointe-des-francais-la-bonne-note-des-pays-asiatiques-ce-qu-il-faut-savoir-sur-le-niveau-des-eleves-en-sciences_1944513.html

    « D.Asian » (2015) : Lors d’un test, un jeune garçon blanc doit cocher sa race. Etant juif, il s’est mis dans la catégorie des asiatiques puisqu’Israël est un pays d’Asie, plus précisément du Proche Orient, dans la région du Levant ;
    https://www.bilibili.com/video/BV1QW411R7Ew/?spm_id_from=333.788.videocard.0
    Ici c’est l’histoire d’un jeune garçon qui est nul en Math (il a F note la pire en Angleterre ). Un jour, après certainement quelques efforts de sa part , l’ado ramène un honnête C sur son bulletin, lui permettant ainsi de passer en classe supérieure. Celui-ci à la bonne idée de filmer la réaction de son père en caméra cachée :

    Les enfants continuent à se raconter des histoires de Toto :

    Et à chanter avant les vacances « Adieu Monsieur le Professeur » d’Hugues Auffret :

    ou chantent pour leur enseignante atteinte d’un cancer :


    Surprise à la cantine :

    L’enfant grandit….

    • Alice dit :



      L’orthographe, problèmes liés aux voyelles :
      http://bdl.oqlf.gouv.qc.ca/bdl/gabarit_bdl.asp?id=3715
      http://bdl.oqlf.gouv.qc.ca/bdl/gabarit_bdl.asp?id=3716


      Qu’est-ce que l’orthographe sinon un code graphique qui permet de retranscrire la langue orale ! En somme un outil ! Mais pourquoi donc le français a-t-il par exemple 12 manières possibles d’écrire le « s » et 3 façons de le prononcer alors que dans d’autres langues, l’orthographe est parfaitement phonétique. Et cette histoire d’accord du complément objet direct avec le verbe avoir. Ne vient-elle pas de l’époque d’avant le XVIIe siècle, c’est à dire d’avant la création de l’Académie Française, quand on écrivait un peu comme on voulait ? Les moines qui rédigeaient sur du vélin cherchaient à ne pas laisser d’espaces vides. Aussi ne pouvaient-ils pas savoir à l’avance comment accorder un participe passé si le complément d’objet était placé bien après. D’où le non accord institué. Chose tout de même étonnante, de nos jours, l’Académie française ne cherche pas à nommer des linguistes. Mais elle a gardé ce que déjà en 1694 on avait mis en place, l’utilisation de l’orthographe pour distinguer les ignorants des gens de lettres.

      Billet d’humour de Jean D’ORMESSON !
      Que vous soyez fier comme un coq
      Fort comme un bœuf
      Têtu comme un âne
      Malin comme un singe
      Ou simplement un chaud lapin
      Vous êtes tous, un jour ou l’autre
      Devenu chèvre pour une caille aux yeux de biche
      Vous arrivez à votre premier rendez-vous
      Fier comme un paon
      Et frais comme un gardon
      Et là … Pas un chat !
      Vous faites le pied de grue
      Vous demandant si cette bécasse vous a réellement posé un lapin
      Il y a anguille sous roche
      Et pourtant le bouc émissaire qui vous a obtenu ce rancard
      La tête de linotte avec qui vous êtes copain comme cochon
      Vous l’a certifié
      Cette poule a du chien
      Une vraie panthère !
      C’est sûr, vous serez un crapaud mort d’amour
      Mais tout de même, elle vous traite comme un chien
      Vous êtes prêt à gueuler comme un putois
      Quand finalement la fine mouche arrive
      Bon, vous vous dites que dix minutes de retard
      Il n’y a pas de quoi casser trois pattes à un canard
      Sauf que la fameuse souris
      Malgré son cou de cygne et sa crinière de lion
      Est en fait aussi plate qu’une limande
      Myope comme une taupe
      Elle souffle comme un phoque
      Et rit comme une baleine
      Une vraie peau de vache, quoi !
      Et vous, vous êtes fait comme un rat
      Vous roulez des yeux de merlan frit
      Vous êtes rouge comme une écrevisse
      Mais vous restez muet comme une carpe
      Elle essaie bien de vous tirer les vers du nez
      Mais vous sautez du coq à l’âne
      Et finissez par noyer le poisson
      Vous avez le cafard
      L’envie vous prend de pleurer comme un veau
      (ou de verser des larmes de crocodile, c’est selon)
      Vous finissez par prendre le taureau par les cornes
      Et vous inventer une fièvre de cheval
      Qui vous permet de filer comme un lièvre
      C’est pas que vous êtes une poule mouillée
      Vous ne voulez pas être le dindon de la farce
      Vous avez beau être doux comme un agneau
      Sous vos airs d’ours mal léché
      Faut pas vous prendre pour un pigeon
      Car vous pourriez devenir le loup dans la bergerie
      Et puis, ç’aurait servi à quoi
      De se regarder comme des chiens de faïence
      Après tout, revenons à nos moutons
      Vous avez maintenant une faim de loup
      L’envie de dormir comme un loir
      Et surtout vous avez d’autres chats à fouetter.

  6. Yann dit :


    6 règles d’or pour que votre cerveau continue à produire de nouveaux neurones :

    1/ Fuir la routine : le cerveau se nourrit du changement. En effet, la stimulation provoquée par le changement entraîne les cellules souches à produire de nouveaux neurones. Il faut, selon Pierre-Marie Lledo, fuir la routine, « respecter la libido sciendi, c’est-à-dire la soif de comprendre et d’apprendre » .
    2/ Lutter contre l’infobésité : le cerveau est malléable et l’information invite directement les circuits à se régénérer. En revanche, la question à se poser est : quelle information ? L’écosystème numérique dans lequel nous vivons entraîne une avalanche d’informations certes… Trop selon le médecin. « L’information qui nous fait juste savoir est absolument délétère, et n’incite pas le cerveau à produire de nouveaux neurones. Bien au contraire, ce dernier, bombardé d’informations, est alors condamné à l’anxiété  » . Concrètement, il est indispensable de trier cette information : choisir l’utile, celle qui nous fait comprendre, et se débarrasser de la futile, celle qui nous fait juste savoir. »
    3/ Bannir anxiolytiques et somnifères : l’objectif des anxiolytiques et des somnifères est d’empêcher le cerveau, celui qui cherche à comprendre, de fonctionner. Leur consommation permet de mettre le cerveau en « marche automatique ». Leur utilisation chronique est donc une entrave à la production de nouveaux neurones.
    4/ Bouger ! : « Il nous faut lutter contre la sédentarité car la science nous dit que, en cas d’activité physique, les muscles produisent des susbtances chimiques (nommés facteurs trophiques) qui, par voie sanguine, viendront agir sur le cerveau et particulièrement sur la niche de cellules souches », explique le Pr Lledo. Il existe donc une corrélation directe entre activité musculaire et production de nouveaux neurones.
    5/ Cultiver l’altérité : certaines parties de notre cerveau, que nous ne pouvons pas contrôler, ne sont engagées que lorsque ne nous sommes exposé à autrui. « C’est ce qu’on appelle globalement le cerveau social, ajoute le médecin. Plus vous allez cultiver votre altérité, et plus vous allez soigner votre cerveau car il sera enclin à produire plus de nouveaux neurones. »
    6/ Soigner le microbiote : très récemment, les neurosciences, associées avec la microbiologie, ont montré qu’il y a une flore intestinale qui communique en permanence avec notre cerveau. Notre régime alimentaire a donc un rôle important : la consommation de fibres, un régime varié, incitent à la prolifération de certaines espèces bactériennes concourant justement à la prolifération de neurones. A l’inverse, une nourriture peu variée, riche en sucres, en graisses, favorise la prolifération d’espèces bactériennes qui ne permettront plus aux cellules de produire de nouveaux neurones, quel que soit l’âge.

    Technique de mémorisation à long terme :

    1/ Comprendre : la pratique et l’aspect concret sont un atout.
    2/ Baliser : lui donner des repères.
    3/ Visualiser : en créant une histoire plus ou moins animée en 3D.
    4/ Réexpliquer : en se mettant à la place d’un enseignant et en faisant un lien avec les anciennes et nouvelles connaissances. Cela oblige à structurer, ordonner un savoir, tout en réduisant les zones d’ombre.

    Bien évidemment, l’état psychologique d’une personne compte. Elle doit être positive en se suggérant avoir une bonne mémoire (voir méthode Coué). Elle doit aussi savoir utiliser ses capteurs sensoriels (5 sens). Car les neurones accumulent des informations passées par nos sens. Ainsi un bon éclairage sur une leçon à apprendre, des lettres plus lisibles…. améliorent la mémorisation. Savoir se concentrer en supprimant toutes les sollicitations extérieures (TV, musique, brouhaha…) est aussi un facteur de réussite.

    Pour tester son Q.I. :
    https://www.mon-qi.com/tests-de-qi.php

    Les 10 astuces de Jim Kwik pour améliorer son cerveau :
    1/ Une bonne alimentation.
    2/ Se débarrasser des pensées négatives car elles nous influencent. Eviter de se plaindre.
    3/ L’exercice physique.
    4/ Les nutriments du cerveau. On peut privilégier les myrtilles, les avocats, le chocolat noir…
    5/ Avoir un entourage positif. Ne dit-on pas que nous sommes la somme des 5 personnes que l’on côtoie le plus ?
    6/ Un environnement sain.
    7/ Le sommeil permet de consolider notre mémoire aussi bien courte que longue. On a besoin de rêver, source de solution le lendemain.
    8/ Protéger son cerveau des ondes électromagnétiques (téléphones portables, wifi etc…)
    9/ Apprendre de nouvelles choses.
    10/ Savoir gérer son stress.

    • Véronique dit :


      Pédagogie : Comment le schéma favorise-t-il l’apprentissage ?

      On est souvent jugé toute sa vie sur des examens passés avant l’âge de 25 ans. Aussi est-il primordial de les réussir en utilisant une méthode de travail adaptée :
      – Il faut toujours essayer d’être un chapitre en avance sur le prof de façon à ce que les premières incompréhensions apparaissent, émoustillant ainsi l’attention quand l’enseignant l’aborde.
      – Lors d’examens, toujours s’entrainer sur les partiels des 5 dernières années, en comparant ses propres réponses aux leurs.
      – Se mettre dans la peau du correcteur lors de cette comparaison, pour mieux comprendre ce qui peut faire perdre des points.

  7. Haï dit :

    SOS Éducation a rencontré Jean-Frédéric Poisson, président du parti chrétien-démocrate et candidat à la primaire de la droite et du centre. Jean-Frédéric Poisson s’attaque à tous les tabous du système : autonomie pour les établissements scolaires, statut des enseignants, finalités de l’instruction publique…

    Claire Colombi dresse pour MPI-TV un état peu flatteur de l’éducation nationale. Si le niveau des questions écrites en histoire-géographie à des examens tels que le brevet des collèges ou le bac laisse songeur, que penser des sujets du CAPES et même de l’agrégation :

    Le site webometrics publie un classement mondial des universités. La France y fait malheureusement figure de très mauvais élève. Ce classement considère avant tout autre critère l’impact international des Universités en termes de publications scientifiques.
    http://www.webometrics.info/en/world

    Autre préoccupation, une enseignante de l’université du Kent, le Dr Joanna Williams, a publié les résultats de son dernier palmarès de la liberté de parole dans les universités britanniques. Résultat: sur les 115 établissements étudiés, 63,5% – dont Cardiff Met mais aussi Oxford, la LSE et King’s College – ont été classés dans la catégorie «censure active» et 30,5% dans la catégorie des universités qui «étouffent la parole en raison d’une régulation excessive». »
    http://spiked-online.com/free-speech-university-rankings/results#.WL58NBAXjcu
    La Cardiff Metropolitan University par exemple, a édicté un «code de bonnes pratiques» suggérant de remplacer certains mots courants par d’autres plus «neutres» : CMET_Front of campus
    « Ne dites plus «fireman» («pompier»), «housewife» («femme au foyer») ou «gentleman’s agreement» («accord entre hommes d’honneur»)… Ces trois expressions courantes, comme 31 autres, n’ont désormais plus droit de cité à la Cardiff Metropolitan University, rapporte la BBC. Préférez plutôt «firefighter», «homemaker» et «unwritten agreement». L’objectif global? Encourager l’utilisation de termes de genre neutre.
    http://www.bbc.com/news/uk-wales-south-east-wales-39153731


    Les Éditions du Rocher ont publié un livre de Virginie Subias Konofal, intitulé « Histoire incorrecte de l’école, de l’ancien régime à nos jours ». L’auteur énumère les différentes pédagogies qui ont été appliquées en France depuis des siècles afin d’essayer de déceler à quel moment notre système éducatif a commencé à vraiment déraper. Elle souligne comment le recrutement et la formation des enseignants ont été accaparés par l’État alors que durant des siècles, ils se faisaient de façon libre. Pour elle, les lois Ferry ne marquaient pas la naissance de l’école « publique, gratuite, obligatoire et laïque ». En réalité, elle était gratuite depuis fort longtemps pour les plus pauvres. L’Eglise, qui avait été la première éducatrice de France et qui avait structuré progressivement les énergies éducatives libres et éparses, était soucieuse d’enseignement populaire. Aujourd’hui tout le monde paie l’école « gratuite » par le biais des impôts indirects auxquels personne n’échappe, comme la TVA. L’école publique existait aussi depuis bien longtemps, et ce qualificatif était lié simplement à son mode de financement. Etaient publiques les écoles financées par l’Etat ou l’une de ses ramifications (qu’elles fussent religieuses ou non-confessionnelles) et étaient privées les écoles financées sur deniers privés (qu’elles fussent elles aussi religieuses ou non). Enfin elle était obligatoire jusqu’à 14 ans depuis une ordonnance royale promulguée par Louis XIV en décembre 1698. Cela dit Ferry a introduit deux nouveautés : la laïcité, qui détache le processus scolaire de toute spiritualité et remet en débat la question de sa finalité, et l’accélération du processus d’uniformisation. La question centrale est bien la finalité de l’école, en tant que structure, et la finalité de l’enseignement, en tant que formation. Les hommes du début du XXème siècle ont prétendu chasser Dieu de l’école. Mais la formation des enfants était vue comme une activité transcendante, liée au dépassement de soi et à l’élévation par la culture. Le processus était compréhensible tant que l’objectif de cette élévation était le salut de l’âme. En chassant Dieu, il a fallu le remplacer par quelque chose. Ce fut la Nation. Mais après la Seconde Guerre Mondiale, le patriotisme devint petit à petit inaudible, la notion de nation devient illégitime. On ne sait plus vraiment pourquoi on met les enfants à l’école, si ce n’est pour qu’ils trouvent une place dans la société. On s’est alors focalisé sur des problèmes de méthode, d’organisation et de pédagogie parce qu’on n’avait plus de réponse à apporter à la vraie question centrale qui est celle des finalités et qui est d’ordre anthropologique. L’enseignement, c’est d’abord une relation humaine, une rencontre entre un adulte, avec sa personnalité, sa culture, son expérience et ses savoirs, et un jeune. Si la rencontre n’a pas lieu, l’apprentissage ne se fait pas. Si elle a lieu, même dans une classe de 35 élèves, quelque chose passe. Le premier pas vers « l’école idéale » serait de mettre en place les conditions de cette rencontre, le second serait de respecter la liberté de chacun et de faire confiance aux hommes plus qu’aux structures, la troisième serait de définir clairement vers quoi le professeur et ses élèves marchent, ensemble.

    Autres livres critiques sur l’école actuelle : ceux de Philippe Nemo (Pourquoi ont-ils tué Jules Ferry ?) et de François-Xavier Bellamy (Les Deshérités). L’ouvrage de Ghislaine Wettstein-Badour (Lettre aux parents de futurs illettrés, 2000) qui est très éclairant pour l’école primaire. A noter le blog de Jean-Paul Brighelli « Bonnet d’âne » :
    http://blog.causeur.fr/bonnetdane/

  8. Didier dit :

    Dans toutes les civilisations, l’aspect spirituel est mis en valeur car faisant intrinsèquement partie de tout être humain. Puis est arrivé le communisme, remplacé peu après par l’occident actuel. Tous les deux nient cet aspect et le remplacent par le matérialisme. Comment s’y prennent-ils pour l’occulter ? En utilisant l’éducation des enfants : et là, cette éducation n’est dirigée que dans un but : former une catégorie de gens prêts à servir les besoins d’une élite. Car l’éducation est une action forcée et obligatoire d’une personne sur une autre… Alors que la culture est une relation libre entre les gens. Léon Tolstoï disait la même chose « L’éducation, c’est la culture sous contrainte, alors que la culture c’est la liberté. »

    Il y a environ 7 000 langues parlées dans le monde – et elles ont toutes des sons, des vocabulaires et des structures différents. Mais façonnent-ils notre façon de penser? La scientifique cognitive Lera Boroditsky partage des exemples de langage – d’une communauté aborigène d’Australie qui utilise les directions cardinales au lieu de gauche et de droite aux multiples mots pour le bleu en russe – qui suggèrent que la réponse est un oui retentissant. « La beauté de la diversité linguistique est qu’elle nous révèle à quel point l’esprit humain est ingénieux et flexible », explique Boroditsky. « Les esprits humains ont inventé non pas un univers cognitif, mais 7 000. »

    Baptiste Rappin, Maître de conférences à l’Institut d’administration des entreprises de Metz, est l’auteur du livre ‘Au régal du management’ (Editions Ovadia). Il y dénonce l’avènement d’une nouvelle religion à l’école, celle de l’employabilité avec pour finalité le formatage. Ainsi, les élèves viennent au contact de maîtres idéologues pour acquérir des compétences, renonçant de fait à l’établissement d’une réelle pensée authentique et indépendante. Face au règne de la quantité, Baptiste Rappin constate une prolétarisation de la société où le consommateur devient aussi consommateur de lui même.

    Ancien inspecteur d’académie et spécialiste de l’Education nationale, Laurent Wetzel démontre quand à lui, les failles, textes à l’appui, du ministre Jean-Michel Blanquer :

    Selon Claude Meunier-Berthelot qui a écrit ‘Blanquer n’est pas celui que vous croyez’, il y a maintenant deux systèmes d’éducation parallèles, l’un qu’on laisse végéter et l’autre réservé à 1 million et demi d’élèves issus de l’immigration pour renouveler les élites en France, et ainsi accompagner le Grand Remplacement de la population française. C’est le ministère de la Ville qui permet de financer ces écoles très favorisées et qui coûtent chères aux contribuables.

    Une chose est sûre, la France n’aide absolument pas l’œuvre d’Orient dans son travail sur la francophonie : l’anglais devient maître de la situation partout dans le monde.

    • Ursule dit :

      Un jeune n’est pas qu’un corps. Pourtant cela semble être le message que l’Éducation Nationale veut faire passer à ses élèves ! Les écoles dites catholiques suivent le mouvement sans se poser de questions ! Ce qu’en pense Marion Sigaut :

      Ariane Bilheran, normalienne, docteur en psychologie et psychopathologie clinique, évoque la vidéo de Marion Sigaut et le livre qu’elle a écrit suite à ses découvertes « L’imposture des droits sexuels » :

      Les droits sexuels imposés à l’école à notre insu par l’ONU, par le biais de l’Union Européenne :

  9. Tom dit :



    Le lycée public au Danemark Langkaer à Aarhus, s’est mis à regrouper certains élèves de seconde selon leur origine, avec le soutien de la ministre de l’Éducation. Si trois classes sont divisées à parts égales entre Danois et enfants d’origine étrangère, quatre autres par contre sont composées exclusivement d’élèves nés à l’étranger, ou au Danemark, mais de parents étrangers. En 2007, juste avant la suppression de la carte scolaire, les Danois représentaient encore 75 % des effectifs du lycée. Cette année, ils ne sont plus que 20 %. Alors que selon le proviseur, Yago Bundgaard, « pour qu’une vraie intégration ait lieu dans une classe, il faut des effectifs suffisants de chaque groupe ».
    http://www.thomasjoly.fr/2017/11/danemark-un-lycee-pratique-la-segregation-raciale-pour-proteger-les-eleves-danois.html

    Mais ne retrouve-t-on pas le même problème dans de nombreuses écoles dans les banlieues françaises des grandes villes ?

  10. Isabelle dit :

    Pratique musicale et plasticité cérébrale :

    Cours de musique et d’écriture musicale conçu et présenté par Jean-Louis Fabre :

    3 Astuces pour améliorer votre lecture de la partition : clef de sol et de fa

    Comment harmoniser une mélodie (ou le souvenir persistant de la dernière note qu’on a joué) :

  11. Hervé dit :

    Le fichage des élèves :
    https://retraitbaseeleves.files.wordpress.com/2008/12/enfant-prison_800.png?w=530&h=408

    Les écoles et les enseignants doivent instruire un livret d’évaluation des compétences, le LSUN (livret scolaire unique numérique), pour chaque élève en complète violation des droits de l’enfant.
    http://eduscol.education.fr/cid104511/le-livret-scolaire.html

    Une traçabilité numérique obligatoire des élèves et apprentis et ce, jusqu’à… leur mort à l’insu même des enfants et de leurs parents ! Et donc au mépris de leur droit de les modifier et de les supprimer. Même la CNIL à ce jour, n’informe pas sur leurs droits à ce sujet et cache ainsi aux parents ce fichage national de ces données extrêmement sensibles.

    Traçabilité à vie, en effet, car le livret scolaire LSUN disposerait d’une passerelle « orientation » permettant la communication entre le LSUN et le CPA (compte personnel d’activité) dont chaque citoyen est également doté à son insu depuis 2016 (2018 pour les professions libérales); y sont consignées par les organismes concernés (sécu, employeurs, Pole Emploi, organisme de formation ou de bilan,…) toutes les activités (salaires numérisés, formation, arrêt maladie,..) y compris bénévoles donc même après la retraite.

    Quelles données personnelles dans le livret scolaire numérique ?
    Adresse, profession des parents, téléphone, mail, absences, retards, activités périscolaires,… sont déjà renseignées depuis la mise en place du fichier Base Élève qui avait motivé le premier avertissement du comité de l’enfant de l’ONU en 2009 et qui est, il faut le souligner, à disposition également des maires de la commune pour le suivi des effectifs et des activités périscolaires. Malgré ces recommandations d’anonymisation des données personnelles, depuis 2016, la violation de la vie privée des enfants a été renforcée par la mise en place du LSUN (livret scolaire unique numérique) qui effectue un fichage numérique généralisé de l’évaluation de leurs compétences de nature confidentielle et ce depuis le primaire.

    Il est étonnant de voir que la plupart des données hautement sensibles personnelles qui avaient été retirées du fichier Base élèves suite aux mobilisations de 2007 et 2008, réapparaissent en catimini dans le LSUN (acquis du socle commun, appréciations, difficultés, comportement, suivis particuliers, problèmes médicaux..). Il devient la seule source prise en compte (contrôle continu) pour l’obtention de brevet des collèges (Diplôme National du Brevet en fin de 3°) et pour l’affectation totalement automatisée(logiciel Affelnet post 3ème) afin de décider de son orientation.

    L’argument pédagogique de ce livret numérique est de plus, un leurre complet car c’est la négation même du droit à l’oubli et il permet la dépossession de son propre parcours qui appartient dorénavant à l’Etat.
    https://lilianeheldkhawam.com/2018/02/09/vos-enfants-sont-fiches-des-la-maternelle-valerie-chenard/

    La face cachée du « livret scolaire unique numérique » :
    https://retraitbaseeleves.wordpress.com/2016/10/09/face-cachee-livret-scolaire-unique-numerique/

    Après le fichage, n’aura-t-on pas la machine pour l’éducation des enfants ? L’affection parentale n’aura plus sa place :

    Dans un futur proche où l’humanité du monde a été privée de la proximité les unes des autres grâce aux progrès de la communication technologique, un petit garçon, Timmy, plein de curiosité, décide d’un écart pour apprendre la valeur de la communication interpersonnelle, des émotions humaines et pour les exprimer à travers la découverte de l’art underground du théâtre. A la fin, une proposition est faite pour recevoir l’implant sous-cutané :

    Caleb, 9 ans, décide de s’imprimer lui-même en D puisque ses parents sont toujours envahis par les nouvelles technologies. Le père va se demander si le gouvernement acceptera ce nouvel arrivé.

  12. Annie dit :

    Parmi les ilots rayonnants en dehors du modèle libéral figure une expérience de pédagogie originale : l’école Iakob Gogebashvili située à une vingtaine de kilomètres de la capitale géorgienne, dans la commune de Kiketi.

    Cette école a été fondée et financée par l’homme d’affaires et philanthrope géorgien Levan Vasadze. Elle présente l’originalité de déployer son enseignement sous quatre aspects :
    – les enseignements strictement scolaires, sous la supervision du Ministère géorgien de l’éducation et des sciences
    – les activités sportives
    – les « talents de vie », qui comprennent des travaux manuels (notamment des activités de cuisine concrètes, puisque les écoliers cuisinent eux-mêmes la nourriture qu’ils mangent à la cantine)
    – l’enseignement religieux, dans la tradition chrétienne orthodoxe géorgienne

    L’école Iakob Gogebashvili figure parmi les meilleures du pays, et constitue un modèle de pédagogie alternative qui a fait des émules en Géorgie.

  13. Josiah dit :

    Conférence du Dr Catherine Gueguen, pédiatre, au sujet de son livre « pour une enfance heureuse » qui explique l’apport des neurosciences affectives dans la compréhension du développement de l’enfant :

    L’avis d’Idriss Aberkane sur l’éducation : « Le cerveau n’a pas à se plier au système éducatif du moment. Malheureusement, l’éducation a toujours été un enjeu politique. Pour apprendre il faut de l’attention et du temps et si possible aimer ce que l’on fait. Il faut aussi des modèles pour un élève pour lui transmettre des valeurs et des compétences. La spiritualité n’est pas à négliger car il n’existe pas de civilisation sans spiritualité. Le Q.I. est une pseudo science. Le seul but de ce monde est d’apprendre à bien maîtriser son esprit. Et pour trouver sa voie dans la vie, il suffit d’écouter son cœur, faire ce qu’on aime. »

    Sur la Communication Non Violente (CNV) :
    http://nvc-europe.org/SPIP/
    http://www.ecolechangerdecap.net/spip.php?article236&lang=fr

    Le modèle éducatif suédois – Reportage Soir 3 le 18/04/2012 :

  14. Jonathan dit :

    L’université Evergreen et les dérives du progressisme (extrême gauche) :

    « Dans les facs, le virus gauchiste tue les libertés » explique Xavier Nicolas, le lanceur d’un média en ligne qui répertorie les atteintes à la liberté d’expression et à la liberté d’étudier au sein du système universitaire et post bac Français. « ll a pour but d’exposer dans les universités tous les abus : pensée unique, pression idéologique. Notre équipe de journalistes travaille avec des étudiants et professeurs et tient à produire un contenu… »
    https://campus-vox.com/

  15. Béatrice dit :

    Durant le confinement à cause du coronavirus entre le 17 mars et le 11 mai 2020, les enfants restaient étudier à la maison. Ceux de cette famille se sont mis à chanter « Sacré Charlemagne » :


    Mais Charlemagne a-t-il inventé l’école ?

    Malheureusement, le confinement va les empêcher de saisir la merveilleuse présence des mathématiques dans la nature !
    https://theconversation.com/la-merveilleuse-presence-des-mathematiques-dans-la-nature-134413

  16. Bernard dit :

    ‘Entrez rêveurs, sortez manageurs’ : C’était le slogan d’une publicité pour une école de commerce placardée sur tous les murs des métros. Cette phrase très révélatrice des attentes, des objectifs et du processus de formation en école de commerce, c’est aussi le titre du livre de Maurice Midena journaliste indépendant. Il y constate l’indigence des enseignements. Certains étudiants semblent même sortir de ces écoles moins intelligents qu’avant. Le dogme néolibéral y est infusé mais d’une manière peu apparente. L’important reste l’appartenance au réseau de l’école ne serait-ce que pour obtenir facilement des stages auprès d’anciens élèves. Pour réussir, les espaces associatifs sont importants. Reste que les écoles de commerce continuent à pratiquer des bizutages incongrus et humiliants pour les nouveaux arrivants, allant même vers un glissement moral inquietant. Il est vrai que les coucheries et beuveries sont monnaies courantes. Quand un étudiant parle d’avoir validé une autre personne cea veut tout simplement dire qu’il l’a consommée.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s