Cogitations sur la perversité sexuelle des sionistes francs-maçons mondialistes :

.

L’actualité estivale nous prouve encore une fois leur côté perfide:

On connaissait la gaypride de Tel-Aviv :

http://www.dailymotion.com/video/xfb5tr_gay-pride-a-jerusalem-1_fun

Mais celle qui s’est passée  ce 28 juillet à Jérusalem est bien plus intéressante symboliquement pour ces mondialistes. Car elle est la ville sainte des trois principales religions de la terre :

http://www.youtube.com/watch?v=WEEyMdwyIS4

http://tempsreel.nouvelobs.com/galeries-photos/monde/20120803.OBS8869/en-images-gay-pride-dans-les-rues-de-jerusalem.html

Si la sulfureuse LDJ (Ligue de Défense Juive) soutient cette gaypride :

http://www.youtube.com/watch?v=sPNLyAOKdGo&feature=player_embedded

Ce n’est pas le cas du Juif orthodoxe Rav Ron Chaya :

http://www.youtube.com/watch?feature=endscreen&v=E70lSb1ON7Y&NR=1

Du côté catholique ce n’est pas le fait d’être de tendance homo qui est condamnable mais les actes d’homosexualité qui sont intrinsèquement désordonnés et contraires à la loi naturelle. Car ils ferment l’acte sexuel au don de la vie et ils ne procèdent pas d’une complémentarité affective et sexuelle véritable. Les personnes homosexuelles sont appelées à la chasteté comme de nombreux autres individus subissant des tendances sado-masochistes, pédophiles, fétichistes ou autres…

http://www.vatican.va/archive/FRA0013/__P80.HTM

Il faut dire que les déviances humaines sont nombreuses et étonnantes ! Difficile d’affirmer qu’on nait avec l’une d’entre elles,  comme certains aimeraient nous le faire croire.

http://www.topito.com/top-15-des-deviances-sexuelles-les-plus-originales

.

Mais la France, avec un président  pieds et mains liés aux sionistes mondialistes, que peut-elle faire ?

Elle ne peut qu’encourager ces actes.  Sa ministre déléguée à la Famille a d’ailleurs précisé au micro d’Europe1 que le texte de loi sur le mariage homosexuel  » devrait être voté dans le premier semestre 2013 et sans referendum. »

Pourtant le site internet du Figaro organisait dernièrement un sondage portant sur la question suivante : Faut-il autoriser le mariage homosexuel ? Le NON l’a emporté à 70,42 % sur un total de 80.157 votants. Ce sondage confirma celui réalisé à peu près au même moment sur le site de bfmtv qui donnait le NON à 68% sur un peu plus de 8.000 votants.

François Hollande agit donc consciemment contre le peuple. Cela fait partie d’un de ses 60 engagements.  Il va donc très vite mettre en place l’ouverture du mariage aux personnes de même sexe, l’homoparentalité et la lutte contre l’homophobie et la transphobie, au niveau national comme au niveau international.

.

Cette lutte pose toutefois problème au niveau des dons d’organes et de sang :

Pourquoi donc les homosexuels en sont-ils exclus ? La loi ne discrimine personne mais prend tout simplement en compte les données épidémiologiques selon lesquelles, l’homosexualité est un facteur  de risque pour le VIH, donc une contre-indication de don.  Aux collectes de sang par exemple, les femmes homosexuelles  sont acceptées. Le Dr Jean-Pierre Calot, chef de service à Etablissement français du sang (EFS) de la région Midi-Pyrénées, en  précisait la raison le 27 janvier dernier : « Un vagin est fait pour avoir des rapports sexuels alors qu’un anus  non  Il y a un risque important de contamination par la muqueuse anale. Donc dès qu’il y a une érosion, une petite plaie, si un partenaire est séropositif, il y a transmission … » Bien entendu, ces déclarations déclenchèrent une levée de boucliers des « sodomites » criant à la stigmatisation d’une population. Ils n’avaient pas compris qu’il n’y a pas de population à risque, il n’y a que des pratiques  à risque. L’abstinence qui vaut éminemment pour d’autres domaines de la prévention sanitaire (drogue, tabac, alcool pour les femmes enceintes etc…)  où l’état ne se prive pas de cibler des  populations à risques, est curieusement repoussée ici par a priori idéologique et tabou de la non-discrimination sexuelle : révolution des mœurs et dogme du « gender » obligent ! On sait pourtant que c’est cette volonté aveugle de ne pas discriminer  qui est à l’origine du scandale du sang contaminé, avec notamment les collectes dans les prisons.

.

L’affaire du sang contaminé qui fit comparaître l’ancien Premier Ministre socialiste Laurent Fabius en 1999 pour homicide involontaire  n’aura donc pas suffit !

Alors qu’une circulaire de juin 1983 (confirmée dans un arrêté de 2009) excluait de la collecte de sang anonyme et gratuite les hommes déclarant avoir eu des relations sexuelles avec d’autres hommes (comme ayant une « pratique à risques »), le nouveau ministre de la santé d’Hollande, Marisol Touraine, a annoncé le 14 juin vouloir revenir sur cet élémentaire principe de précaution : « On peut et on doit revoir cette politique sans qu’il soit question de prendre le moindre risque en terme de transfusion mais le critère ne peut pas être l’inclination sexuelle », a-t-elle indiqué.

En 1984 et 1985, sous le gouvernement Fabius, soit durant près de dix-huit mois, du sang contaminé par le VIH (virus du sida) a été collecté par le Centre National de Transfusion Sanguine, dirigé par le Dr Michel Garetta. Pourtant, le 20 juin 1983, une circulaire du professeur Jacques Roux, directeur général de la Santé, interdisait la collecte de sang chez les sujets à risque (notamment les prisonniers) alors même que le virus du sida venait pourtant tout juste d’être découvert en France. Malgré cela, Mme Myriam Ezratty, directrice générale de l’administration pénitentiaire demandait, par circulaire du 13 janvier 1984 que la fréquence des collectes auprès de la population carcérale soit accrue (pouvant ainsi passer de deux à six collectes par an). Les conséquences furent un drame national : près de 2 500 hémophiles, dont la maladie nécessite des transfusions sanguines fréquentes mourront donc de sang contaminé par le virus du sida. L’un des principaux arguments des prévenus est que le virus du sida seulement découvert en France en 1983 était encore très mal connu en 1984. Or, le principe de précaution a été indirectement inscrit dans la Constitution française en 2005, puisqu’il figure en l’article 5 de la Charte de l’Environnement de 2004, elle-même intégrée au bloc de constitutionnalité en 2005. Le principe de précaution a donc valeur constitutionnelle depuis SEPT ANS !

.

Un peu de statistiques :

Selon lInstitut de veille sanitaire (InVS) qui se fonde sur des données épidémiologiques :le nombre de personnes contaminées par le VIH est 65 fois plus élevé parmi les gays. Surtout, le taux d’incidence de la maladie, c’est-à-dire le nombre de nouvelles infections enregistrées chaque année, est 200 fois plus élevé dans cette population.

Selon l’étude Prévagay, publiée le 29 juin dans la revue en ligne, PLoS ONE, tous les ans, 4 % des hommes fréquentant les bars et boîtes de nuit homosexuels sont contaminés par le virus du sida. Cette étude a été réalisée dans 14 établissements parisiens par l’Institut de veille sanitaire (InVS) et l’Agence nationale de recherche sur le sida et les hépatites virales (ANRS). L’objectif de cette étude était principalement d’estimer la prévalence biologique de l’infection à VIH et son incidence chez des HSH qui fréquentent les lieux de convivialité gay parisiens . Alors que 60 % des hommes sollicités dans ces bars ont accepté un prélèvement sanguin, 157 échantillons sur 886 se sont révélés séropositifs pour le virus du sida, soit près de 17,7 %. La multiplication du nombre de partenaires augmentant le risque de contamination, ce résultat n’est pas surprenant puisque 50% des hommes testés et interrogés avaient plus de 10 partenaires par an et un tiers en avait même plus de 20. Stéphane Le Vu, épidémiologiste à l’InVS a donné l’explication suivante : «Si l’on considère un groupe de 100 hommes séronégatifs qui fréquentent ces lieux, on estime qu’environ 4 d’entre eux seront infectés au bout d’un an.» En d’autres termes, les personnes qui fréquentent ces établissements sont sujettes, dans de très fortes proportions, à un risque de contamination. »

.

Mais comment attrape-t-on ces déviances multiples ?

Il serait intéressant d’interroger des personnes, qui pour des raisons purement lucratives, appréhendèrent vite comment fonctionne la sexualité humaine.  Il ne leur fut pas difficile de transformer des enfants en homosexuels capables de satisfaire une clientèle perverse occidentale.  La Thaïlande et le Maroc sont des destinations à la mode pour ce genre de tourisme sexuel. Et ce n’est pas les ministres de la Culture de la France décadente qui diront le contraire. Ne dit-on pas que la chute des arts suit la décadence des mœurs ?

http://www.youtube.com/watch?v=AopsJJp-LuE

http://www.youtube.com/watch?v=u3NZIxLUpic&feature=related

En Afghanistan, on forme des Bacha Bazi. Tout jeune (autour de 10 ans), les garçons sont entrainés à danser déguisés en fille et à coucher avec des hommes.

http://www.dailymotion.com/video/xrbuxy_les-garcons-jouets-d-afghanistan-bacha-bazi_news

http://www.dailymotion.com/video/xm73fd_islam-pedophilie-gay-halal-les-enfants-esclaves-sexuels-bacha-bazi-d-afghanistan_news

Leurs cerveaux vierges, après découverte de la jouissance avec des hommes,  ne pourront plus ensuite soutenir des relations satisfaisantes avec le sexe opposé. Ces enfants seront comme emprisonnés à vie par cette déviance. On retrouve un phénomène semblable avec la drogue, l’alcool ou bien d’autres pratiques sexuelles. Le grand malheur, l’alcoolique, le drogué, l’homo, le pédo ou le sado-masochiste, pris dans cet engrenage, ne tient pas à en sortir. Car c’est comme-ci on voulait lui supprimer ce qui le fait jouir. Il ne se rend même plus compte de son cas pathologique.

C’est pour cette raison que l’incitation dans les classes de CM1 et CM2 à des comportements homosexuels dès le plus jeune âge,  avec par exemple le petit film “le baiser de la lune” est criminelle.

http://www.terrafemina.com/vie-privee/famille/articles/12427-homosexualite-l-le-baiser-de-la-lune-r-sera-diffuse-aux-enfants-de-cm1-cm2.html

.

La différence sexuelle  est très tôt reconnue par les bébés :

A partir de 2 mois, ils distinguent les voix des hommes des voix des femmes. Dès 5 mois, les bébés différencient des photos d’hommes de femmes. A partir de 9 mois, ils regardent plus longtemps les photos de femmes lorsqu’elles sont présentées en même temps qu’une voix féminine. A 18 mois, ils seront capables d’associer les voix masculines à des photos d’hommes. Un peu plus tard, au cours de la 2ème année, ils deviendront aptes à identifier les deux sexes. Aux alentours de 26 mois, les enfants savent indiquer leur sexe.

Dès 16 mois, les garçons préfèrent regarder des véhicules, et les filles des poupées. Les garçons ont tendance à porter plus attention aux mouvements d’objets et à leur emplacement, tandis que les filles ont tendance à porter plus attention aux formes et à la couleur. Des enfants âgés de 4 à 5 ans démontrent l’effet de “ la pomme de terre chaude ”, c’est-à-dire que, sans tenir compte de l’attrait du jouet, les enfants ont tendance à moins aimer les jouets stéréotypés de l’autre sexe. Cependant, les filles affichent plus souvent que les garçons leurs choix pour des jouets et des activités masculins. Les enfants utilisent le plus souvent un modèle égocentrique de raisonnement. Les garçons et les filles ont généralisé leurs préférences aux autres enfants du même sexe en déclarant : “ Je suis un(e) fille/garçon et je veux jouer avec ce jouet, donc d’autres filles/garçons le veulent aussi. ” Au sexe biologique, correspond un certain nombre de rôles sociaux attendus et de valeurs connus dans la culture comme étant spécifiques de chaque sexe. Connaître son sexe et adhérer aux rôles et aux valeurs qui y sont attachées fait partie de la construction de l’identité individuelle et sociale. La connaissance par l’enfant de son identité sexuée implique d’abord qu’il soit capable d’identifier et de différencier les deux sexes, et aussi que l’enfant prenne conscience de son appartenance à l’une des deux catégories. L’entourage de l’enfant a un rôle très important sur cette prise de conscience. Si elle est mal faite, on peut aller à la catastrophe. Comme avec ce couple de lesbiennes qui fera changer le sexe de leur fils adoptif de 11 ans ! Sans doute n’a-t-il pas pu reconnaître son propre sexe avec ses deux mères.

http://www.dailymail.co.uk/news/article-2043345/The-California-boy-11-undergoing-hormone-blocking-treatment.html

.

L’entourage peut donc orienter le développement de l’identité sexuée dans le sens masculin ou féminin.

Comme il  peut traiter un petit garçon en fille par exemple. Les adultes adoptent dès la naissance des attitudes différenciées à l’égard des enfants. Les attitudes des parents visant à différencier les enfants interviennent sur deux plans : celui de l’environnement physique offert aux enfants et celui des attitudes adoptées avec les enfants. Avant même l’âge de 1 an, les garçons et les filles grandissent dans un milieu physique différencié qu’il s’agisse des jeux, de l’habillement ou de l’aménagement de la chambre. On observe un comportement différent selon que le parent est le père ou la mère. Les pères auraient plus tendance à solliciter les garçons sur le plan physique et les filles sur le plan des verbalisations. Pour jouer avec leur enfant, les parents choisissent surtout des jouets considérés comme étant appropriés au sexe de leur enfant. Ils aident ainsi leur enfant à se développer correctement.

.

Car le cerveau de l’enfant se caractérise par une très grande plasticité :

A la naissance, la construction du cerveau n’est pas terminée. Les synapses, c’est-à-dire les connexions entre neurones, vont se former après la naissance avec une vitesse variable selon les activités cognitives. Ce qu’on sait maintenant, c’est que l’environnement a un rôle énorme sur ce développement neuronal. L’expression de « plasticité cérébrale » désigne le modelage du cerveau sous l’influence du milieu (extérieur et intérieur). La plasticité cérébrale se manifeste par exemple dans les possibilités de récupération à la suite de lésions cérébrales. Un enfant qui aurait une lésion cérébrale dans les zones du cerveau consacrées au traitement du langage peut très bien n’avoir aucune séquelle très rapidement, ce qui montre que le cerveau est largement capable de s’adapter.

.

Etude récente sur le sujet :

Une étude capitale du Professeur Mark Regnerus, de l’Université de Texas, révèle que les enfants adultes de parents homosexuels et lesbiens subissent les conséquences économiques et émotionnelles de manière bien plus négative que les enfants élevés dans des familles biologiques intactes.

L’étude complète du Prof. Regnerus s’appuie d’une part sur un examen d’approximativement 3000 adultes provenant de huit structures familiales différentes, ainsi que sur l’évaluation de 40 critères sociaux et émotionnels. Elle conclut que les enfants ayant grandit dans des familles biologiques intactes sont en général mieux éduqués, sont en meilleure santé mentale et physique, touchent moins à la drogue, s’engagent moins dans des activités criminelles, et s’affirment plus souvent heureux que les autres.

Les résultats les plus négatifs touchent les enfants issus de familles homoparentales lesbiennes. Elle montre entre autre que ces enfants sont plus souvent victimes d’abus sexuels (23% des enfants de mères lesbiennes étaient victimes d’abus par un parent ou un adulte, contre 2% chez les enfants issus de couples mariés), ont une moins bonne santé physique, sont plus souvent victimes de dépression, font plus fréquemment usage de marijuana, et plus souvent sans emploi ( 69% des enfants issus de familles homoparentales lesbiennes dépendent des prestations sociales, pour 17% de ceux issus de couples mariés). »

On a comme l’impression que des personnes  peu recommandables liment inlassablement les leviers du pouvoir afin de faire passer, de gré ou de force, toute initiative qui pourrait aller dans le sens d’une déliquescence des mœurs. Ramener une personne à un simple objet sexuel. Il y a là un glissement de l’éducation sexuelle vers une déviation sexuelle. N’est-on pas en droit  de se demander pourquoi l’école s’en va expliquer à des jeunes élèves comment forniquer à tour de bras et surtout comment tuer ensuite l’éventuel être humain en devenir ?  La multiplication des initiatives allant dans un sens très sexuel au détriment de celui purement éducatif est inquiétante.  Faire une fixation à transmettre toutes ses tares à des enfants par définition innocents, relève de la pire perversité.

En Suisse romande, des enfants des élèves de 10 et 11 ans ont été avertis de la visite médicale. La visite ne s’est pas passée comme d’habitude. Les enfants ont été priés de se déshabiller complètement. Puis ils ont reçu une brochure expliquant comment caresser son partenaire, des détails de sexologie appliquée et une introduction disant qu’il n’y a pas de mal à se faire du bien. Pour couronner le tout, une pochette avec du lubrifiant pour préservatif.

En Suisse alémanique, il est prévu que l’éducation sexuelle devienne obligatoire dès l’école maternelle. La prise de conscience de l’identité sexuelle, l’égalité, la qualité de vie et l’orientation sexuelle sont prévues en thèmes transversaux et les professeurs qui devraient donner ces cours ne pourraient recourir qu’au document officiel.  Une brochure sur le sida fait en réalité l’apologie de l’homosexualité. 

Dans le canton de Bâle on entend utiliser à la rentrée prochaine des peluches en forme d’organes génitaux masculins et féminins afin d’offrir des cours d’éducation sexuelle aux enfants à l’école primaire

http://www.contre-info.com/des-organes-genitaux-en-peluche-pour-eduquer-des-enfants-de-10-ans

Pas étonnant après cela de voir des tournantes dont les acteurs ont à peine plus de 10 ans. Âge auquel tout enfant normalement éduqué ressent à peine les premiers frémissements d’un amour encore pur et platonique. Ne fait-on pas l’impasse entre l’Amour et l’amour ?

Avec ce projet d’abrutissement général et de marchandisation de l’être humain, on s’attaque aussi à l’autorité parentale puisqu’une dispense de ces cours ne sera plus possible. Autant dire que l’école s’arroge des droits, au détriment de ceux des parents, de plus en plus relégués à un rôle de simples géniteurs. Les taux en progression de suicide chez les jeunes dans les pays industrialisés, allant de paire avec la montée des avortements, ne sont-ils pas là pour prouver qu’ils attendent autre chose de la vie que des plaisirs sans lendemain ?

Notre civilisation judéo-chrétienne était avant basée sur les paroles d’un Jésus-Christ qui disait ceci : «  si quelqu’un scandalisait un de ces petits qui croient, il vaudrait mieux pour lui qu’on lui mît au cou une grosse meule de moulin, et qu’on le jetât dans la mer. » Aujourd’hui la mer ne grouillerait-elle pas de meules de moulin ?

Même Larousse dut se plier à ce lobby anti-famille. Sur son site, il qualifiait l’homosexualité de « déviation du désir pour le même sexe ». Il fut obligé de présenter des excuses et promettre de changer sa définition.

http://www.ndf.fr/nos-breves/06-07-2012/polemique-larousse-veut-changer-la-definition-du-mot-homosexualite

En Suède, après avoir inventé l’école où les garçons jouent à la poupée, supprimé les rayons filles et garçons dans les magasins de jouets, Viggo Hansen, patron du parti de Gauche dans le comté de Södermaland, proposa de légiférer pour obliger une fois pour toutes les hommes à uriner assis, à l’instar des femmes.

.

Heureusement, il existe quelques lueurs d’espoir comme aux USA, où un boycott anti-mariage se retourna contre ses instigateurs :

Une des chaînes de restauration rapide les plus en vogue ces dernières années aux Etats-Unis, Chick-Fil-A (spécialisée dans les sandwiches à base de poulet), a la particularité d’être marquée par la foi chrétienne de ses fondateurs. Ses 1600 franchisés sont par exemple tenus de rester fermés le dimanche.

Il y a quelques jours, la chaîne fut soudain devenue la cible du lobby pro-gay, à la suite de déclarations pourtant très anodines de son dirigeant en faveur du mariage traditionnel. Avec le soutien des grands médias, un boycott de la chaîne a été lancé ; les producteurs des « Muppets », qui fournissaient des jouets pour ses menus enfants, ont rompu sur-le-champ toute relation ; et les maires Démocrates de Chicago, Boston ou San Francisco ont déclaré que les restaurants Chick-Fil-A n’étaient pas les bienvenus dans leur ville – voire se verraient refuser tout nouveau permis de construire.

Ce mouvement d’hystérie oubliait toutefois un fait important : la majorité des Américains est favorable au mariage traditionnel, et certains partisans de la dénaturation du mariage ont été choqués par cette tentative d’intimidation. Le désaveu de cette campagne a donc été cinglant : des dirigeants pro-famille appelèrent les Américains à marquer leur soutien à la chaîne.  Ils ont été suivis au-delà de leurs espérances. D’un bout à l’autre du pays, les restaurants n’ont pas désempli, avec parfois des files d’attente de plusieurs heures, à tel point que l’ensemble des médias ont dû en rendre compte.

http://www.nomblog.com/26242/

.

Le mariage n’est pas une union quelconque entre personnes humaines :

Si l’on revient au mariage, tel qu’il a été institué par Dieu, c’est évidemment l’union d’un homme et d’une femme:
Genèse 2:24, Matthieu 19 :5 et Ephésiens 5 :31 : « C’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère, et s’attachera à sa femme, et ils deviendront une seule chair. »

Il a été institué par le Créateur avec sa propre nature, doté de finalités et de propriétés essentielles. Aucune idéologie ne peut effacer de l’esprit humain cette certitude: le mariage n’existe qu’entre deux personnes de sexe différent qui, par le moyen de la donation personnelle réciproque, propre et exclusive, tendent à la communion de leurs personnes. Ainsi, elles se perfectionnent mutuellement pour collaborer avec Dieu à la génération et à l’éducation de nouvelles vies.

Dans les unions homosexuelles, sont complètement absents les éléments biologiques et anthropologiques du mariage et de la famille qui pourraient fonder raisonnablement leur reconnaissance juridique. Ces unions ne sont pas en mesure d’assurer, de manière adéquate, la procréation et la survivance de l’espèce humaine. L’éventuel recours aux moyens mis à leur disposition par les découvertes récentes dans le champ de la fécondation artificielle impliquerait de graves manquements au respect de la dignité humaine et ne changerait rien à cette inadéquation. Dans les unions homosexuelles, est absente aussi la dimension conjugale, par laquelle les relations sexuelles prennent une forme humaine et ordonnée. En effet, ces relations sont humaines lorsque et en tant qu’elles expriment et promeuvent l’aide mutuelle des sexes dans le mariage et restent ouvertes à la transmission de la vie. Comme le montre de nombreuses expériences, l’absence de la bipolarité sexuelle crée des obstacles à la croissance normale des enfants, éventuellement insérés au sein de ces unions, auxquels manque l’expérience de la maternité ou de la paternité. Insérer des enfants dans les unions homosexuelles au moyen de l’adoption signifie en fait leur faire violence, en ce sens qu’on profite de leur état de faiblesse pour les placer dans des milieux qui ne favorisent pas leur plein développement humain. Certes, une telle pratique serait gravement immorale et serait en contradiction ouverte avec le principe, reconnu également par la Convention internationale de l’ONU sur les droits de l’enfant, selon lequel l’intérêt supérieur, à défendre dans tous les cas, est celui de l’enfant, la partie la plus faible et sans défense. Et non pas le plaisir égoïste d’adultes.

Le droit civil confère aux couples mariés une reconnaissance institutionnelle parce qu’ils remplissent le rôle de garantir la suite des générations et sont donc d’un intérêt public majeur. Par contre,les unions homosexuelles n’exigent pas une attention spéciale de la part du système juridique car elles ne jouent pas ce rôle en faveur du bien commun. L’argumentation selon laquelle la reconnaissance juridique des unions homosexuelles serait nécessaire pour éviter que des homosexuels vivant sous le même toit ne perdent, par le simple fait de leur vie ensemble, la reconnaissance effective des droits communs qu’ils ont en tant que personnes et en tant que citoyens, n’est pas vraie. En réalité, ils peuvent toujours recourir – comme tous les citoyens et sur la base de leur autonomie privée – au droit commun pour régler les questions juridiques d’intérêt réciproque.

.

D’autre part, un enfant ne peut être déclaré né de deux personnes de même sexe : l’homoparentalité, par voie d’adoption internationale, est jugée contraire à un principe essentiel du droit français de la filiation.

Par deux décisions rendues le même jour (Civ. 1ère, 7 juin 2012, n° 11-30262 et n° 11-30261), la Cour de cassation refuse l’exequatur de jugements étrangers prononçant l’adoption d’un enfant par deux personnes de même sexeDeux hommes de nationalités française et canadienne, ayant obtenu un jugement d’adoption de la Cour du Québec d’un petit Brandon, qu’ils avaient accueilli à l’âge de trois ans, se sont vu refuser l’exequatur de la décision en France. Accorder la reconnaissance de cette décision aurait conduit, dit la Cour de cassation française, à porter atteinte à un principe essentiel du droit français de la filiation, en permettant la transcription de la décision sur les registres de l’état civil français, valant acte de naissance, et emportant inscription d’un enfant comme né de deux parents du même sexe. La même solution est reprise à l’identique, dans la seconde affaire, à propos de l’adoption par deux hommes, l’un britannique, l’autre français, d’un garçon âgé de dix ans.

On retiendra ici la première étape du raisonnement dans laquelle il est d’abord affirmé que l’adoption conjointe par des personnes non mariées ne heurte aucun principe essentiel du droit français. L’obstacle réel tient à ce principe essentiel du droit de la filiation, principe d’ordre public, qui veut qu’un enfant ait un lien de filiation maternel et un lien de filiation paternel. Il s’ensuit que même si les couples homosexuels obtenaient en France la possibilité de se marier, la difficulté resterait entière : ils ne pourraient en l’état du droit établir un double lien de filiation paternel ou, selon le cas maternel, à l’égard de l’enfant.

A quoi sert alors de reconnaître le mariage entre personnes de même sexe, puisque la revendication tenait principalement à un pseudo « droit à l’enfant » propre aux couples mariés ?

.

cerveau d'un homme gif

A lire aussi :

https://effondrements.wordpress.com/2012/06/18/letat-francais-encourage-t-il-le-satanisme/

https://effondrements.wordpress.com/2012/08/26/les-francs-macons-sont-ils-des-demeures-des-affairistes-ou-des-satanistes/

https://effondrements.wordpress.com/2012/07/28/comment-francois-hollande-est-soumis-pieds-et-mains-lies-au-lobby-sioniste-franc-maconnique/

218 commentaires sur “Cogitations sur la perversité sexuelle des sionistes francs-maçons mondialistes :

  1. John dit :

    Alors qu’une pizzeria de l’Indiana a reçu des menaces après avoir répondu à un journaliste qu’elle refuserait d’officier comme traiteur à un hypothétique mariage d’un couple homosexuel, les dons sur GoFundMe.com dépassaient les 700.000 dollars, vendredi soir. De quoi aider l’établissement, pour l’instant fermé, alors que ses propriétaires restent barricadés à leur domicile.
    http://www.gofundme.com/MemoriesPizza

    De nombreux blogs conservateurs, comme Hot Air
    http://hotair.com/archives/2015/04/03/hot-new-liberal-theory-memories-pizza-orchestrated-this-fiasco-because-they-wanted-the-online-donations/
    et The Blaze,
    http://www.theblaze.com/stories/2015/04/02/among-200k-donated-to-christian-owners-of-indiana-pizzeria-is-20-gift-thats-being-called-the-greatest-thing-ive-seen-in-years/
    ainsi que la chaîne Fox News et CNN

    se mirent à défendre la pizzeria ! Le commentateur conservateur Lawrence Billy Jones réussit même à organiser une levée de fonds pour aider les propriétaires ! 25.000 personnes ont en moyenne contribué pour 30 dollars chacune.

  2. Haï dit :

    a normaliser l’homosexualité comme le font les différents ministres de l’Education Nationale en France, avec la crise, cela va encourager la prostitution des mineurs comme cela fut le cas en Thaïlande « Underage » :

    Et les clients ne sont pas en manque de déviances diverses qu’ils adorent partager avec ces jeunes innocents, moyennant de l’argent. Plus tard, ces jeunes deviendront à leur tour déviants. Sans doute est-ce pour soutenir cette pratique que l’ONU tient à mettre en valeur le droit d’être comme-ça, avec des timbres LGBT !

    http://leblogdejeannesmits.blogspot.fr/2016/02/ONU-timbres-postaux-LGBT-egalite.html

  3. Eloïse dit :

    10 des déviances sexuelles les plus incroyables :

    Pratiques sexuelles étranges à travers le monde :

    Le coloc de Max Boublil :

    A noter que l’arc en ciel a une toute autre signification pour les chrétiens : (Gn 9, 8-19). Dieu parla ainsi à Noé et à ses fils: « Voici que j’établis mon alliance avec vous et avec vos descendants après vous, et avec tous les êtres animés qui sont avec vous: oiseaux, bestiaux, toutes bêtes sauvages avec vous, bref tout ce qui est sorti de l’arche, tous les animaux de la terre. J’établis mon alliance avec vous: tout ce qui est ne sera plus détruit par les eaux du déluge, il n’y aura plus de déluge pour ravager la terre…. Lorsque j’assemblerai les nuées sur la terre et que l’arc apparaîtra dans la nuée, je me souviendrai de l’alliance qu’il y a entre moi et vous et tous les êtres vivants… »

    • John dit :

      Les déviances sexuelles sont facteurs de maladies et de visites chez le psychiatre ! A Villeneuve-sur-Lot, les officines de la bastide vont donner gratuitement le « remède » anti-préjugés aux clients : « Préjugix » ! Notamment contre les préjugés sur l’homosexualité ! Une préparatrice en pharmacie avait même pensé offrir des bonbons ! Copiant de la sorte de nombreux prédateurs d’enfants !
      http://www.sudouest.fr/2015/12/09/prejugix-prescription-en-pharmacie-des-demain-2211501-3862.php#

      Mais ce qui est le plus terrible, quand on pose aux étudiants de l’Université de Washington une série de questions sur le sexe, la race, l’âge et l’identité, on s’aperçoit qu’ils sont de plus en plus déconnectés de la réalité. Selon eux, l’identité sexuelle, l’identité de la race, et l’identité même de l’âge sont déterminés par des sentiments plutôt que la réalité physique.

      • Anne dit :

        Tout repose sur les fruits de l’arbre du bien et du mal. Mais qu’était ce fruit gouté par Eve si ce n’est celui de la jouissance. Ensuite, avec Adam, ils se retrouvèrent nus, donc objets du désir. Ce péché originel a marqué l’espèce humaine ad eternam. Tout enfant jusqu’à l’âge de raison se ballade nu sans problème. Ensuite, il se couvre devant des étrangers. Pourquoi ? Pour ne pas être un instrument de désir.

        Si l’église s’est toujours méfiée d’une jouissance éloignée de près ou de loin de la procréation, elle avait ses raisons.

        De temples de la jouissance il en existe. Il suffit d’entrer dans une sexe shop. Qui voit-on ? Videos sur une lycéenne violée par son prof…. Sur une femme et son chien… La mise en esclavage pour des parties sexuelles etc…. Curieusement, la jouissance est apportée en dégradant l’être humain.

        Ces fantasmes touchent tout le monde. La jouissance pour la jouissance entraîne l’homme, petit à petit, vers tout ce qui dégrade la dignité humaine. Quel homme n’a-t-il pas expérimenté cette sensation en lui ?

        Un sacrement existe pour repousser ce péché originel : le baptême. On renonce à Satan en devenant enfant de Dieu. C’est à dire qu’on ne choisit que les fruits du bien.

        Car heureusement, cet arbre du bien et du mal a aussi des fruits positifs. La jouissance ne permet-elle pas à un couple de faire qu’un ? Et de donner la vie…. ?

        Donner à tous les enfants le droit à la jouissance, donc détaché de près ou de loin à la procréation, n’est-ce pas les entrainer vers les marécages les plus malsains ?

        L’élite mondiale est comme tous les autres humains, touchée par ce péché originel. Strauss-Kahn traitait la femme en objet. Descoings, directeur de Sciences-Po, est mort dans les bras de prostitués mâles. Obama se faisait pomper par ses conseillers. Larry Sinclair témoigne qu’il l’a sucé par deux fois alors qu’il était un sénateur et continuait à prendre de la cocaïne :

        De son côté, Gennifer Flowers, avait affirmé crument qu’en fait « Hillary Clinton avait « bouffé plus de chatte que son mari ».
        http://www.dailywire.com/news/3460/so-apparently-bill-went-around-telling-his-amanda-prestigiacomo

        On pourrait ainsi continuer… Les exemples ne manquent pas. Mais voilà, un enfant n’est pas encore perverti à ce point. Et il est si influençable ! Video préventive démontrant aux parents comment il est facile pour un prédateur d’enfants de le faire se déshabiller :


        Merci à Marion Sigaut de nous alerter sur cette monstruosité, qui est de plus mise en place par les Nations Unies. Quand la tête du poisson est pourrie, que vaut le reste ? Et certains rêvent encore d’un gouvernement mondial !



        Il y a longtemps que les pédophiles prédateurs cherchent à légaliser l’acte de pédophilie, les mettant à l’abri de poursuites pénales et des peines d’emprisonnement mais, aussi, qui passerait pour être acceptable aux yeux de l’opinion publique.

        Les enfants âgés de 10 ans sont prisés par ces malades, car c’est un âge qui permet de les dévier sexuellement à vie. On le retrouve dans le Talmud de Babylone ou avec le mariage de Mahomet avec Aïcha à 9 ans (Hadith de Boukhari).
        https://vk.com/video258326750_456239532

        Judith Reisman a écrit un livre contre le rapport Kinsey.

        Elle fut stupéfaite d’y trouver par exemple que l’on a provoqué 26 orgasmes sur un enfant de 4 ans en 24h. (c’est ni plus ni moins que de la pédophilie) Et que s’il se débattait, en final il en avait éprouvé du plaisir. On en conclut que les bébés à la naissance avaient déjà une sexualité. Comme l’Institut Kinsey a un statut d’expert auprès de l’ONU, il forme maintenant de nombreux cadres des associations parenthood etc…. à travers le monde. Sous Obama précise-t-elle, des membres de la Justice avaient des intérêts avec des groupes liés à la pornographie.

  4. Line dit :

    Selon le catéchisme de l’Eglise catholique en ses n°2357 à 2359 :

    « S’appuyant sur la Sainte Écriture, qui les présente comme des dépravations graves (cf. Gn 19, 1-29 ; Rm 1, 24-27 ; 1 Co 6, 10 ; 1 Tm 1, 10), la Tradition a toujours déclaré que  » les actes d’homosexualité sont intrinsèquement désordonnés  » (CDF, décl.  » Persona humana  » 8). Ils sont contraires à la loi naturelle. Ils ferment l’acte sexuel au don de la vie. Ils ne procèdent pas d’une complémentarité affective et sexuelle véritable. Ils ne sauraient recevoir d’approbation en aucun cas.

    Un nombre non négligeable d’hommes et de femmes présente des tendances homosexuelles foncières. Cette propension, objectivement désordonnée, constitue pour la plupart d’entre eux une épreuve. Ils doivent être accueillis avec respect, compassion et délicatesse. On évitera à leur égard toute marque de discrimination injuste. Ces personnes sont appelées à réaliser la volonté de Dieu dans leur vie, et si elles sont chrétiennes, à unir au sacrifice de la croix du Seigneur les difficultés qu’elles peuvent rencontrer du fait de leur condition.

    Les personnes homosexuelles sont appelées à la chasteté. Par les vertus de maîtrise, éducatrices de la liberté intérieure, quelquefois par le soutien d’une amitié désintéressée, par la prière et la grâce sacramentelle, elles peuvent et doivent se rapprocher, graduellement et résolument, de la perfection chrétienne. »

    http://www.vatican.va/archive/FRA0013/__P80.HTM

    Et ce qu’en dit l’instruction de 2005 de la Congrégation pour l’Education catholique sur les critères de discernement vocationnel au sujet des personnes présentant des tendances homosexuelles en vue de l’admission au séminaire et aux Ordres sacrés :

    « Dans la lumière de cet enseignement, ce Dicastère, en accord avec la Congrégation pour le Culte Divin et la Discipline des Sacrements estime nécessaire d’affirmer clairement que l’Eglise, tout en respectant profondément les personnes concernées, ne peut pas admettre au Séminaire et aux Ordres sacrés ceux qui pratiquent l’homosexualité, présentent des tendances homosexuelles profondément enracinées ou soutiennent ce qu’on appelle la culture gay.

    Ces personnes se trouvent en effet dans une situation qui fait gravement obstacle à une juste relation avec des hommes et des femmes. De plus, il ne faut pas oublier les conséquences négatives qui peuvent découler de l’Ordination de personnes présentant des tendances homosexuelles profondément enracinées.

    Par contre, au cas où il s’agirait de tendances homosexuelles qui seraient seulement l’expression d’un problème transitoire, comme, par exemple, celui d’une adolescence pas encore achevée, elles doivent de toute façon être clairement dépassées au moins trois ans avant l’Ordination diaconale. … »

    http://www.vatican.va/roman_curia/congregations/ccatheduc/documents/rc_con_ccatheduc_doc_20051104_istruzione_fr.html

    Il se trouve qu’aujourd’hui, certains religieux tels que le cardinal Kasper, aimeraient remettre en cause ces croyances de l’église catholique. Il y a toujours moyen de changer certains dogmes et pensées d’une religion. Mais cela entraîne à en créer une autre ! D’où l’apparition des protestants et de nombreuses sectes. La nouveauté en cette période de Fin des Temps, serait de voir le pape changer de religion. Il ne serait plus à la tête de l’église catholique mais d’une autre église chrétienne.

    • Anne dit :

      Effectivement, de même que la nuit du 4 aoüt 1789 fut une agression contre l’autonomie relative qui existait dans les régions de France de même le 4 aoüt 1982 fut une agression contre la jeunesse. En ne sanctionnant plus les relations homosexuelles consentantes entre un adulte et un mineur, on allait à l’encontre des lois naturelles et des lois divines.

      La Bible nous dit constamment que l’activité homosexuelle est un péché (Genèse 19:1-13; Lévitique 18:22; Romains 1:26-27; 1 Corinthiens 6:9). Dieu ne crée pas une personne avec des désirs homosexuels. La Bible nous dit qu’une personne devient homosexuelle à cause du péché (Romains 1:24-27) et en fin de compte à cause de leurs propres choix. Une personne peut naître avec une sensibilité plus grande vis-à-vis de l’homosexualité, tout comme certains naissent avec une tendance à la violence et à d’autres péchés. Cela n’excuse pas la personne voulant pécher par ses désirs coupables.

      « Tu ne coucheras point avec un homme comme on couche avec une femme. C’est une abomination. » Lévitique 18:22

      « Si un homme couche avec un homme comme on couche avec une femme, ils ont fait tous deux une chose abominable; ils seront punis de mort: leur sang retombera sur eux.» Lévitique 20:13

      « Je veux vous rappeler… que Sodome et Gomorrhe et les villes voisines, qui se livrèrent comme eux à l’impudicité et à des vices contre nature, sont données en exemple, subissant la peine d’un feu éternel. » Jude verset 7.

      « Ne savez-vous pas que les injustes n’hériteront pas du Royaume de Dieu ? Ne vous y trompez pas ! Ni impudiques, ni idolâtres, ni adultères, ni dépravés, ni homosexuels… n’hériteront du Royaume de Dieu ». Corinthiens 6,9

      « La loi n’a pas été instituée pour le juste mais pour…. les impudiques, les homosexuels, les trafiquants d’hommes, les menteurs, les parjures, et pour tout ce qui s’oppose à la saine doctrine ». Timothée 1, 10

      « Aussi Dieu les a-t-il livrés à des passions avilissantes : car leurs femmes ont échangé les rapports naturels pour des rapports contre nature ; pareillement les hommes, délaissant l’usage naturel de la femme, ont brûlé de désir les uns pour les autres, perpétrant l’infamie d’homme à homme et recevant en leurs personnes l’inévitable salaire de leur égarement ».Romains 1, 18-32 : …

      L’Eglise catholique combat ce péché, mais pas les personnes qui sont sous cette emprise. Dieu hait le péché, mais il «a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils Unique». Dieu veut que tous soient sauvés. Et ces homosexuels, qui acceptent le Christ comme Sauveur et Seigneur, peuvent être délivrés des désirs vers des personnes de même sexe.

      • Carlos dit :

        Quand un savant dominicain oublie sa Bible, cela donne çà :
        http://fr.aleteia.org/2015/12/13/saint-thomas-daquin-etait-il-gay-friendly/
        Il oublie cette phrase (Galates ch. 5, vers 16-24) :

        • « Or ceux qui appartiennent au Christ Jésus ont crucifié la chair avec ses passions et ses convoitises. »

        Dans une civilisation maçonnique, les perversions acquises lors d’une jeunesse déséquilibrée, doivent continuer à s’épanouir. Dans la civilisation chrétienne, le chrétien doit donc lutter contre lui-même quand son comportement s’est mis à dévier.

        Cinq dominicains professeurs de théologie dénoncent l’ouvrage d’Adriano Oliva :
        https://rivistaangelicum.wordpress.com/thomas-daquin-et-lhomosexualite/

        • Andrée dit :

          La societé a perdu ses repères. Elle ne sait plus ce qui peut la détruire. Ainsi Christine Boutin a été condamnée à 5 000 euros pour «provocation à la haine ou à la violence» contre les homosexuels, après ces propos tenus en 2014 : «Je n’ai jamais condamné un homosexuel. L’homosexualité est une abomination. Mais pas la personne. Le péché n’est jamais acceptable, mais le pécheur est toujours pardonné».

          Selon le Catéchisme catholique,

          • « L’homosexualité désigne les relations entre des hommes ou des femmes qui éprouvent une attirance sexuelle, exclusive ou prédominante, envers des personnes du même sexe. Elle revêt des formes très variables à travers les siècles et les cultures. Sa genèse psychique reste largement inexpliquée. S’appuyant sur la Sainte Écriture, qui les présente comme des dépravations graves (cf. Gn 19, 1-29 ; Rm 1, 24-27 ; 1 Co 6, 10 ; 1 Tm 1, 10), la Tradition a toujours déclaré que  » les actes d’homosexualité sont intrinsèquement désordonnés  » (CDF, décl.  » Persona humana  » 8). Ils sont contraires à la loi naturelle. Ils ferment l’acte sexuel au don de la vie. Ils ne procèdent pas d’une complémentarité affective et sexuelle véritable. Ils ne sauraient recevoir d’approbation en aucun cas. »
            http://www.vatican.va/archive/FRA0013/__P80.HTM

          Les conséquences de ce dévoiement peuvent être terribles :

          • « Leur sang retombera sur eux » Lévitique 20.13. « Recevant en eux-mêmes le salaire que méritait leur égarement. » Romains 1.24-27.

          Bref, à pratiquer des actes contre-nature, l’être humain en souffrira sur terre. Ce n’est pas Dieu qui « punit » mais la nature. En fait, ce n’est pas d’être de tendance homosexuelle qui est condamnée par la Bible (donc l’Eglise). mais c’est l’accomplissement de ces tendances en pensée ou en œuvre qui l’est, car néfaste pour la personne (aussi bien psychologiquement que physiquement).


          Malgré cela, la majorité de gauche du parlement de la province de l’Ontario (Canada), en pointe pour tout ce qui concerne la culture de mort, vient d’adopter la «Loi 89» qui élargit les pouvoirs des services sociaux en vue de placer des enfants dont les parents contreviendraient à l’idéologie dominante. Adoptée à une large majorité (63 contre 23), la loi prévoit que les enfants puissent être arrachés à leurs foyers si leurs parents s’opposent aux droits LGBTQI et à l’idéologie du genre. Premier visés : les chrétiens. La loi permet également d’empêcher les couples opposés à ces droits et à cette idéologie d’adopter ou d’être reconnus comme familles d’accueil. Dans le même temps, disparaît des dispositions légales la prise en considération de la religion des parents, les services sociaux étant invités à ne s’intéresser qu’à la « croyance » ou à la « religion » de l’enfant lui-même pour déterminer quel est son « intérêt supérieur ». Le texte devrait particulièrement s’appliquer au cas où un enfant s’identifiant à un « genre » différent de son sexe se heurte à l’opposition de ses parents. Curieusement, face à cette usurpation éhontée du droit premier des parents vis-à-vis de l’éducation de leurs enfants, l’Eglise catholique en Ontario ne s’est guère fait entendre.
          http://reinformation.tv/canada-ontario-loi-arracher-enfants-parents-chretiens-totalitarisme-gay-smits-70838-2/


          Il est étonnant de voir que même les sociétés commerciales veulent encourager la théorie du genre ! Un livre en est le reflet :
          https://www.cairn.info/revue-travail-genre-et-societes-2007-1-page-21.htm

          Autre problème, certains êtres humains se prennent pour des animaux ! Nano dans cette vidéo, explique avoir réalisé qu’elle était un chat quand elle avait 16 ans. Cette Norvégienne de 20 ans a depuis adopté des manières « félines :

          http://www.telegraph.co.uk/news/newstopics/howaboutthat/12127067/woman-says-she-is-a-cat-trapped-in-the-wrong-body.html

          Une chance qu’elle ne se soit pas prise pour une chèvre. En Afghanistan, il n’est pas rare que cet animal serve à des tournantes. (voir à partir d’1mn 05) :

          Cela dit, en France aussi, on a des cas semblables, même avec des poules :
          http://www.normandie-actu.fr/rouen-femme-surprend-conjoint-acte-sexuel-poule-jugement_261500/

          Souvent c’est à un jeune enfant qu’était confié le troupeau. Etant seul, son éveil sexuel se faisait en leur compagnie. Ce qui explique que cela ait disparu dans nos contrées !


          L’homosexualité sous l’empire ottoman :
          http://gayturcs.weebly.com/homosexualiteacute-sous-lempire-ottoman.html
          Des enfants de chrétiens deviendront des Janissaires à qui il leur est interdit de se marier :


          « Le 29 mai 1453, Constantinople la byzantine tombe entre les mains des Ottomans dirigés par Fatih Sultan Mehmet, appelé en français Mehmet II le Conquérant. Or, il est intéressant de remarquer que le sultan pour motiver ses soldats leur promet non seulement les femmes de la ville mais aussi « beaucoup de garçons, très beaux et de nobles familles ». De fait, les plus beaux jeunes hommes de la noblesse byzantine deviennent les « içoğlan » de Fatih Sultan Mehmet, tout en sachant que les pères refusant de livrer leurs fils sont exécutés. »

          Historique de l’homosexualité au Maroc :


          L’esclavage chrétien dans la régence turque d’Alger du XVIème au XIXème siècles :
          http://exode1962.fr/exode1962/en-savoir-plus/histoire-ancienne/turcs/esclavage
          Chrétiennes esclaves marquées au fer rouge :

          Plus de 6 millions de chrétiens européens furent vendus comme esclaves par des musulmans :

          https://themuslimissue.wordpress.com/2014/01/21/our-history-muslims-branded-white-slaves-with-hot-irons-then-as-well-as-now/

      • Florian dit :
        • Rm 1, 18-32 : … «Les hommes se sont rebellés… aussi Dieu les a-t-il livrés à des passions avilissantes : car leurs femmes ont échangé les rapports naturels pour des rapports contre nature ; pareillement les hommes, délaissant l’usage naturel de la femme, ont brûlé de désir les uns pour les autres, perpétrant l’infamie d’homme à homme et recevant en leurs personnes l’inévitable salaire de leur égarement. »

        Justement, un nouveau rapport a été remis en ce début d’année 2016 au maire de Paris Anne Hidalgo, sur la lutte contre le sida. On y apprend que Paris garde un taux de contaminations 5 fois plus élevé que la moyenne nationale, 2 fois plus que la moyenne francilienne. Et l’épidémie est concentrée à 90 % sur deux populations — les hommes homosexuels et les populations migrantes. Au mieux elle stagne, au pire elle a même légèrement augmenté, en 2015 parmi les jeunes LGBT. Solution : «Dans le milieu gay, il faut que le dépistage répété tous les 3 mois devienne la norme, mais il faut aussi faire la promotion de la prévention combinée».
        http://www.leparisien.fr/paris-75/la-strategie-de-paris-pour-vaincre-l-epidemie-de-sida-31-01-2016-5502601.php



        D’autre part, « Têtu » a publié un sondage concernant les hommes gays anglais. Près de la moitié d’entre eux ont répondu avoir vécu une relation ouverte ou non-monogame. Parmi elle, certains déclarent « avoir couché avec plus de 100 garçons en plus de leur partenaire, durant les 5 années de leur relation ouverte. 55% déclarent avoir contracté une IST au cours de leur relation ouverte. 71% pensent l’avoir attrapée à travers un partenaire occasionnel. Et en final, ils pensent que les homosexuels ne sont pas capables d’être monogames. Comme quoi cette histoire de vouloir les marier et avoir des enfants est d’une grande inconscience.
        https://tetu.com/2016/02/05/sandage-ce-que-les-gays-pensent-des-relations-ouvertes/

        Pourtant l’amitié entre personnes de même sexe peut être belle et le rester tant qu’elle ne se transforme pas d’une manière sexuelle :

        Quand on aime quelqu’un pour son physique, ce n’est pas de l’amour, mais de l’attirance.
        Quand on aime quelqu’un pour son intelligence, ce n’est pas de l’amour, mais de l’admiration.
        Quand on aime quelqu’un pour son argent, ce n’est pas de l’amour, mais du profit.
        Quand on aime quelqu’un sans savoir pourquoi, là c’est de l’Amour.

        Et on rêve à ce que cet amour dure jusqu’à la fin de sa vie :

        Reste que dans l’enfance, le corps enregistre des émotions qui influencent grandement son orientation sexuelle :

        Le « mariage triste » (pour ne pas dire gay) n’est donc pas tenable. Pas plus tenable que celui d’un homo pédo qui croit tomber amoureux d’un enfant, mais qui l’abandonnera dès que des poils lui apparaîtront sur le visage.

        Il y a aussi celui qui utilise ses penchants homos pour extorquer son prochain, à la manière des services secrets pour exercer un chantage sur une personne :
        http://www.20minutes.fr/societe/1880755-20160704-lyon-extorquait-victimes-apres-avoir-couche-elles

        Qu’en est-il du côté des paires femmes ? Quinze ans après la légalisation du « mariage » gay aux Pays-Bas, on a aujourd’hui un peu de recul sur la durabilité de ces unions. Des statistiques sur le devenir de tous les mariages conclus dans le pays en 2005 révèlent que le divorce est le plus fréquent chez les paires de femmes : dix ans plus tard, plus de 30 % des « mariages » de lesbiennes se sont soldés par une séparation légale.
        http://www.cbs.nl/nl-NL/menu/themas/bevolking/publicaties/artikelen/archief/2016/vrouwenparen-vaker-uit-elkaar-dan-mannenparen.htm
        Le nombre de « mariages » de paires de femmes conclus en 2005 s’élève à 580 (à comparer aux 72.000 mariages conclus cette année-là). Sur les dizaines de milliers de mariages conclus en 2005 par un homme et une femme, 18 % « seulement » se sont soldés par un divorce, soit près d’un sur cinq alors que chez les lesbiennes la proportion atteint près d’un sur trois. Par contre, sur les 570 « mariages » conclus cette année-là entre deux hommes, 15 % s’étaient achevés par un divorce dix ans plus tard. Mais il faut noter que les divorces sont plus fréquents lorsque les partenaires se sont mariés plus jeunes : chez les hommes homosexuels, ils étaient en moyenne nettement plus âgés en 2005, 45 % ayant 45 ans et plus, et 19 % ayant même plus que 55 ans. L’écart d’âge entre partenaires est également nettement plus élevé : 7,5 ans en moyenne contre 4,3 ans chez les époux homme et femme.

      • Chantal dit :

        Pourtant, malgré ce que dit la Bible, des prêtres ne surent pas résister à la chair et à ses convoitises. Le père « Don Piccoli » par exemple, alors qu’il était un des responsables dans une institution religieuse pour enfants ayant une déficience auditive à Vérone (Italie), fut dénoncé pour pédophilie en 2009. Dans un reportage de 2017, d’anciens élèves de l’Institut Provolo de Vérone furent interviewés. Leurs témoignages sont accablants : « Il m’a emmené plusieurs fois à la confession, m’a fait me déshabiller et m’a sodomisé » dit l’un en montrant son agresseur, Don Piccoli. Un autre « Ils ont abusé de moi lorsque j’avais six ou sept ans, on m’a fait enlever mon pantalon, on m’a demandé de me masturber et on m’a sodomisé » En tout, 67 anciens élèves ont rapporté des abus sexuels faits par des prêtres ou des professeurs de l’Institut. Et quand l’un d’eux était dénoncé, on l’exilait en Argentine. Don Piccoli fut sanctionné selon le droit canonique, en consacrant dorénavant sa vie à la prière et hors de portée des enfants.

        Même au sein de la Fraternité Sacerdotale de Saint Pie X, trois prêtres sont tombés dans ce piège moral si destructeur pour les enfants :

  5. Louis dit :

    Des évêques catholiques condamnent l’ambassadeur américain en République Dominicaine pour son homosexualisme militant.

    Ils accusent James « Wally » Brewster d’approcher les enfants dans les écoles publiques et privées, lors de tournois sportifs et autres activités pour la jeunesse, tout en présentant M. Bob Satawake comme son époux. « Cela a suscité un profond sentiment de malaise chez les parents, qui ont le droit de décider comment élever leurs enfants, et qui se perçoivent cette visite comme une interférence de valeurs contraires à celles qu’ils veulent inculquer à leurs enfants. »

    Brewster a un mandat clair pour son comportement, parce que l’administration d’Obama a fait de l’agenda homosexuel et transsexuel un élément central de sa politique étrangère. En fait, dans un récent discours adressé à l’anti-chrétienne « Human Rights Campaign », l’ambassadrice américaine à l’ONU Samantha Powers a déclaré que l’agenda LGBT avait été « tissé dans l’ADN même de la politique étrangère américaine ». Cela a entrainé des effets tels que la présence de partis homosexuels dans les ambassades américaines de pays musulmans, le drapeau arc-en-ciel homosexuel flottant au-dessus des ambassades américaines, et l’ingérence directe par les ambassadeurs américains dans les affaires internationales des pays étrangers. Les États-Unis ont même annulé des exercices militaires capitaux avec un allié d’Afrique parce que son gouvernement n’était pas assez « homosexualiste ».

    Les évêques sont tout particulièrement outré que l’Agence des États-Unis pour le Développement International ait proposé de l’argent aux candidats à des postes de la fonction publique qui étaient favorables à la cause homosexuelle. « Proposer de l’argent pour financer les candidats désireux de faire avancer leur agenda est une violation de la souveraineté nationale et de ses lois électorales, et cela revient à faire du chantage grave sur les hommes politiques locaux », ont souligné les évêques.
    https://c-fam.org/friday_fax/des-eveques-catholiques-condamnent-lambassadeur-americain-en-republique-dominicaine/


    En Argentine, l’archevêque de La Plata, Hector Aguer, pense qu’une « culture de la fornication » avait régné durant les JO de Rio dans le village olympique, pointant la distribution de 450.000 préservatifs. C’est à dire quarante-deux préservatifs pour chaque athlète, pendant 17 jours de compétitions, alors que la préparation des compétitions requiert l’abstinence. « La culture de la fornication qui se répand sans aucun scrupule est un signe de déshumanisation », « de conduite animale », poursuit le prélat. Récemment présenté par la revue argentine Noticias comme un « ennemi historique » du Pape François, Mgr Aguer s’offusque ensuite de la publication dans la presse d’articles sur les jeunes femmes « qui changent de « fiancé » cinq ou six fois par an ». « On suppose qu’ils ne se donnent pas rendez-vous pour lire la bible », s’indigne-t-il.
    http://www.lorientlejour.com/article/1003239/un-eveque-argentin-denonce-une-culture-de-la-fornication-aux-jo-de-rio.html

    • Lino dit :

      On encourage les relations homos alors que l’étude du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC), réalisée dans les 28 pays de l’UE plus l’Islande, le Liechtenstein et la Norvège que le commissaire européen à la santé Vytenis Andriukaitis a présenté démontre que « le VIH et le sida restent un problème grave en Europe » et que « le fait qu’une personne sur sept est atteinte par le VIH sans le savoir est particulièrement inquiétant ». Près de la moitié (47%) des cas dans ces pays sont diagnostiqués à un stade tardif de la contamination. Dans ces 31 pays, les rapports sexuels entre hommes est le premier mode de transmission (42% des diagnostics), et le seul qui progresse encore régulièrement. »

  6. Eric dit :

    Le cas des hermaphrodites : Normalement, le patrimoine génétique de quelqu’un (contenant les cellules du corps écrites dans les chromosomes) vient moitié de l’ovule de sa mère, moitié du spermatozoïde du père. Sachant que la mère a 44 chromosomes et 2 sexuels nommés X alors que le père en a aussi 44 mais 2 sexuels appelés X et Y. La personne qui nait a donc reçu l’un des 2 X de l’ovule de la mère et soit un X, soit un Y du père. 2 X donnent une fille alors qu’un X + un Y donnent un garçon. Mais voilà, l’individu peut être morphologiquement mâle et femelle. Souvent on élimine l’un des organes génitaux en trop très jeune. Le problème, le tissu cicatriciel n’est presque plus sensoriel et des problèmes à vie peuvent apparaître. Le plus souvent il est infertile.

  7. Ahmed dit :

    Films sur le sujet :

    La mauvaise éducation réalisé par Pedro Almodovar :

    Los Niños de San Judas (Song for a Raggy Boy) :

    Les démons :

    Mar del Norte de Texas :

    Tras el cristal, un film d’Agustí Villaronga : À la fin des années 50, Klaus vit avec sa femme Griselda et sa fille Rena dans une grande maison isolée située quelque part en Catalogne. Il y habite incognito, car il est recherché par les autorités, mais sa retraite est relativement sûre dans l’Espagne de Franco. Klaus est l’un de ces médecins nazis qui ont fait des expérimentations sur les déportés, fonction qui lui a permis en outre de commettre les crimes sexuels les plus effroyables sur de jeunes garçons. La fin de la guerre n’a pas tari sa perversité sexuelle. Poussé par ses pulsions sadiques, dans son refuge, il torture à mort un adolescent. Le désespoir et la honte de son acte le poussent à sauter dans le vide du toit de sa villa. Après son saut, il est paralysé des épaules aux pieds et ne peut être maintenu en vie que grâce à un poumon d’acier dont il ne peut sortir. Il reçoit la visite d’Angelo, un jeune homme mystérieux (David Sust), qui offre ses services en tant que garde-malade. Contre l’avis de Griselda, Klaus insiste pour qu’on engage le visiteur. Bientôt un rapport pervers se développe entre Angelo et Klaus, devenant toujours plus morbide quand Angelo lui révèle qu’il a trouvé des journaux intimes détaillant ses activités durant la guerre et qui dévoilent tout de ses agissements dans les camps de concentration avec les adolescents et notamment sur les abus sexuels sadiques qu’il leur faisait subir…

    Dans « L’Homme sans visage », film américain de 1993, Justin McLeod est un ancien instituteur qui vit en solitaire et à l’écart au bord de l’eau. Son visage fut défiguré après un accident de voiture, dans lequel un de ses élèves est mort et pour lequel il a été reconnu coupable d’homicide involontaire. Il est également soupçonné d’être un pédophile. Sept ans après cet accident, Il se lie d’amitié avec Chuck, un enfant sans père, désirant rentrer dans une école militaire. McLeod le formera pour qu’il puisse obtenir son examen d’entrée. Mais il se fera injustement rattrapé par son passé.

  8. Andrée dit :

    Le témoignage d’une salariée, depuis quatre ans et demi dans une entreprise américaine internationale, et responsable depuis quelques mois de la gestion des compétences en RH : « Avec ce poste, je dois notamment suivre des indicateurs sur la diversité des talents, puisqu’une des priorités du groupe est de mettre l’accent sur la diversité, à savoir le soutien des minorités suivantes : les handicapés, les « LGBT » (lesbiennes, gays, bisexuels, transsexuels), les femmes et quelques minorités ethniques. Ce soutien envers ces minorités passe par le recrutement, la gestion de carrière et des talents, l’accueil au sein du groupe, l’organisation d’événements/conférences, des formations, des communications sur l’intranet ou via des visuels au sein des locaux.

    Au mois de juin 2016, je découvre que ce mois est consacré au soutien de la cause LGBT dans notre entreprise et ce chaque année depuis 2012. Je réalise également que cette minorité fait l’objet d’un communautarisme prononcé, contrairement aux autres minorités. Cela de plusieurs manières :

    En encourageant fortement les employés à rallier la cause LGBT par le port du badge aux multi couleurs de la gay pride et/ou par l’insertion dans leur signature d’email d’un logo spécial en soutien à la communauté LGBT (aucune autre minorité ne fait l’objet d’un tel soutien visible).
    En consacrant depuis 2012 tous les mois de juin à la communauté LGBT, par des événements, formations internes, conférences et soutiens visuels spécialement préparés pour l’occasion.
    En publiant aux 5000 employés en France un document sur le management de la diversité LGBT présenté comme référentiel commun, doté d’un schéma prônant le genre comme fondement de notre identité (le sexe n’y figure que comme un attribut biologique qui ne dit rien de notre identité)
    En faisant témoigner des salariés LGBT sur leur vie privée : comment vivre leur orientation sexuelle dans le travail tout en assurant l’évolution de leur carrière

    Alors je m’interroge sur le rôle de notre entreprise à communiquer sur l’orientation sexuelle et l’identité de ses salariés. Certains salariés s’interrogent aussi autour de moi. Je décide donc en tant que responsable RH de transmettre ces interrogations au département en charge de la diversité. Je leur fais part de mes questionnements sur les contenus parfois orientés de la communication sur les sujets LGBT, tout en spécifiant mon respect pour leur travail et mon souhait de pouvoir échanger. Je reçois alors une étonnante réponse, je cite : « Il s’agit d’une vraie incompréhension de ta part, le rôle du département est de favoriser un univers inclusif et nous n’entendons pas débattre plus avant des questions évoquées dans ton mail, totalement étrangères de la seule préoccupation qui motive notre politique sociale : le bien-être de nos salariés ». Je leur fais part de ma déception devant ce refus de dialogue.

    L’été passe. A la rentrée 2016, je postule en interne à un poste RH ouvert qui m’intéresse. A ma grande surprise, la DRH m’annonce qu’elle ne peut pas me confier ce poste car malgré mes bonnes évaluations professionnelles, suite à mes remarques et mails sur le thème LGBT, elle ne peut plus me faire confiance pour porter les valeurs diversité du groupe. Par ailleurs, une autre DRH me reçoit également et déclare : « tes propos dans ton mail à la responsable du département diversité sont étriqués, fermés, prosélytes et cela saute aux yeux, tu es chrétienne ». Le couperet tombe, les DRH me refusent toute évolution de carrière et je suis discriminée pour avoir tenu des propos en désaccord avec les valeurs du groupe. D’après la DRH, je risquerais même de commettre des actes homophobes et donc je serais indigne de confiance et n’aurais pas les qualités requises pour continuer à assurer mes missions. Désespérée par la situation mais décidée à faire entendre ma voix, je tente plusieurs discussions avec la direction RH, mais elle me renvoie la balle et s’interroge sur ma présence dans le groupe puisque je ne suis pas en accord avec ses valeurs. J’ai tenté en vain de leur expliquer que des désaccords pouvaient exister, être exprimés et faire l’objet d’un dialogue, sans pour autant remettre en cause mon travail et ma légitimité à travailler dans l’entreprise.

    En réalité, par leur refus d’échanger, je comprends que cette stratégie du groupe cache un but politique, économique et social de promouvoir le lobby LGBT dans le monde, mais les DRH ne peuvent me l’exprimer ainsi. Je suis également consciente que leur combat passe nécessairement par une révolution civilisationnelle troublante : les salariés ne seront plus des hommes ou des femmes mais des hétérosexuels, lesbiennes, gays ou transsexuels, étape indispensable pour forcer le changement de la norme. Leur méthode est idéologique et sectaire. Je décide finalement de refuser d’accompagner ce changement en tant que responsable RH et pose ma démission. »

    http://www.vigi-gender.fr/temoignage-entreprise-lgbt.php

    • Isabelle dit :

      L’étude publiée le 23 août 2016 du journal scientifique The Journal – The New Atlantis et écrite par deux universitaires de renom, le Dr Lawrence Mayer, expert en psychiatrie et en statistiques, et le Dr Paul McHugh, notait que la communauté LGBT était affectée de manière disproportionnée à des problèmes de santé mentale par rapport à l’ensemble de la population. Après étude de centaines d’articles scientifiques sur l’orientation sexuelle et l’identité de genre, ils affirment :

      • La croyance selon laquelle l’orientation sexuelle est innée, et constitue une caractéristique humaine fixée par la biologie (le fait que les hommes seraient « nés comme ça ») n’est validée par aucune preuve scientifique.
      • La croyance selon laquelle l’identité de genre est une caractéristique humaine fixe et innée, indépendante du sexe biologique, de telle sorte qu’une personne pourrait être « un homme prisonnier d’un corps de femme » ou « une femme prisonnière un corps d’homme », n’est validée par aucune preuve scientifique.
      • Seule une minorité d’enfants qui expriment des pensées ou ont des comportements atypiques par rapport à leur genre continueront de le faire à l’adolescence ou à l’âge adulte. Il n’existe aucune preuve selon laquelle de tels enfants devraient être encouragés à devenir transgenres, sans même parler de leur faire subir des traitements hormonaux ou chirurgicaux.
      • Les personnes non hétérosexuelles et transgenres présentent un taux de problèmes mentaux (anxiété, dépression, suicide) ainsi que les problèmes comportementaux et sociaux (toxicomanie, violences sur partenaires) plus élevés que celui de la population en général. La discrimination seule ne rend pas compte de la disparité en son ensemble.

      De son côté, l’activiste lesbienne, le Dr Lisa Diamond, de l’American Psychological Association (APA), vient de reconnaître que l’orientation sexuelle est « fluide » et susceptible de changer. Elle confirme que l’idée selon laquelle « les homosexuels ne peuvent pas changer » est aujourd’hui une théorie dans l’impasse. La recherche, a-t-elle assuré lors d’une conférence à Cornell University, a aujourd’hui établi que « l’orientation sexuelle, y compris l’attraction, le comportement et l’identité perçue, est fluide à la fois pour les adolescents et pour les adultes des deux genres », résume REAL Women. Et pourtant, des lois de divers Etats des Etats-Unis ainsi que de l’Ontario interdisent la « thérapie réparatrice » qui cherche à venir en aide aux patients aux prises avec une attraction homosexuelle dont ils ne veulent pas. Ces lois sont fondées sur l’immutabilité de l’orientation sexuelle, dont la science vient pourtant de confirmer qu’il s’agit d’un mythe.
      http://reinformation.tv/tromperie-ideologie-lgbt-riposte-dolhein-63915-2/

      En résumé, on constate que la propagande LGBT ne pourra survivre que grâce à l’appui des pouvoirs publics et non de la science. Et encore faut-il que ces pouvoirs soient totalitaristes. A ce titre, le gouvernement français vient de lancer un énième plan de propagande pour sauver ce mythe de l’orientation sexuelle innée. Il a également adopté l’extension du champ d’intervention de la Délégation interministérielle à la lutte contre le racisme et l’antisémitisme (Dilcra), qui devient à cette occasion la Dilcrah (Délégation interministérielle à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT). Sur le plan répressif, le plan prévoit de systématiser la transmission au procureur de la République des paroles de haine anti-LGBT sur Internet et les réseaux sociaux. Cette mesure avait été annoncée par le président François Hollande le 30 juin, deux semaines après l’attentat homophobe d’Orlando aux Etats-Unis (commis par un musulman ayant des tendances homos). Ce qui est étonnant, la police de la pensée se déploie aussi pour interdire tout discours pro-famille alors que les désordres familiaux sont facteurs de désordres sexuels.
      http://www.la-croix.com/France/Politique/Le-gouvernement-lance-un-plan-contre-les-discriminations-envers-les-LGBT-2016-12-21-1300812067

      • Quentin dit :

        Des problèmes de santé mental que l’on aimerait reporter sur les enfants avec la théorie du genre (qui parait-il selon Belkacem n’existe pas). A Nice, l’intervention de Mme Arnautu (FN) au Conseil métropolitain de Nice. Christian Estrosi finira par conclure avec agacement que c’est de la foutaise et que de toute façon c’est le gouvernement socialiste qui est responsable du contenu…

      • Engel dit :

        Effectivement, les désordres familiaux sont facteurs de désordres sexuels. Et cela se constate déjà sur le petit enfant. On sait qu’il se sert pour apprendre des personnes plus âgées que lui : des adultes, des frères et sœurs… Car il faut qu’il apprenne à apprendre au cerveau. Son cerveau va comme apprendre à créer des programmes pour entamer son processus de transformation. Il le fera jusqu’à sa mort, lui évitant ainsi de vieillir. La dualité du cerveau est une de ses caractéristiques fondamentale : une consciente et une subconsciente. Une réelle, une imaginée. Mais le cerveau ne fait pas de différence entre elles. D’où l’importance de son entraînement mental. Il est intéressant de noter que le cerveau n’est pas le centre de l’émotion (le ventre…), ni celui de la conscience. Le cerveau gauche traite l’information d’une manière plus linéaire, alors que le droit d’une façon plus anarchique. Que seulement 5% de son activité mentale est consciente, 25% subconsciente et 70% inconsciente. Il ne pense pas par lui-même et ne prend pas de décision. C’est la personne qui en prend. Il est très différent du cerveau d’un animal et son développement va à l’encontre de la théorie de Darwin. Par contre, la perception que l’on a du monde vient de l’esprit, cette force dynamique qui anime l’homme. En quelque sorte son énergie vitale, comme nous l’explique Bernard-Michel BOISSIER

    • Xavier dit :

      Les publicitaires et les services « marketing » des grands groupes sont obsédés par la fausse « diversité » et la tolérance « LGBT ». Tant que les consommateurs ne décideront pas de sanctionner les marques qui font la promotion de toute cette fange cosmopolite et homosexualiste, les multinationales pousseront le vice toujours plus loin.


      Par exemple sur Marie-Claire : Hari Nef, it-girl et mannequin américaine de 24 ans continue son ascension. La top promeut le nouveau fond de teint de L’Oréal Paris, mais surtout la diversité et l’acceptation de soi dans le dernier spot publicitaire du mastodonte de la beauté. Elle est la première égérie transgenre à représenter l’une des marques phares du groupe L’Oréal aux Etats-Unis.
      http://www.marieclaire.fr/,hari-nef-mannequin-transgenre-devient-le-nouveau-visage-de-l-oreal-paris,837817.asp

  9. Ursule dit :

    Que penser de la masturbation ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s