Dieu existe-t-il ou critiques de la théorie de l’évolution…

Depuis plus de deux siècles, on assiste à une campagne d’endoctrinement incessante, cherchant à prouver que Dieu n’existe pas. Ce qui permet de modeler l’être humain à sa guise, de changer ses repères moraux et de le transformer en dieu lui-même.  Ce projet fait intrinsèquement partie des plans du Nouvel Ordre Mondial ! Et les médias aux mains de la haute finance défendent sournoisement cette idée. Tout est fait pour ridiculiser, supprimer l’étude des religions dans les écoles. Le veau d’or par contre réapparait. On veut faire en sorte que le but ultime de l’homme soit l’argent.

.

Mais ont-ils raison ? Les croyants tels que les Chrétiens, les Musulmans et bien d’autres seraient-ils dans l’erreur selon les connaissances actuelles ? 

Notre monde a commencé par le Big Bang il y a 13 milliards d’années. La matière, l’énergie, l’espace et le temps ne sont donc pas éternels et furent créés à partir de rien et venant de rien. L’éloignement des galaxies observé pour la première fois par Edwin Hubble en 1929, confirme que notre univers continue sa phase d’expansion. Mais pourquoi donc cet univers est  soudainement apparu du néant ? Quel en peut bien être la cause ?  Une cause qui ne peut être qu’immatérielle puisque rien n’existait auparavant.  L’astrophysicien Sir Arthur Eddington (1882-1944) l’avait bien compris : « Le commencement de l’univers a l’air de présenter des problèmes insurmontables à moins qu’on accepte de le voir comme étant clairement surnaturel. » (the Expanding Universe page 178).  Allan Sandage (1926-2010), le premier découvreur des quasars,  a trouvé très improbable qu’un tel chaos puisse venir du néant. « Il doit y avoir un principe d’organisation. Dieu pour moi est un mystère mais c’est l’explication du miracle de l’existence… » (Willford, J. N. Sizing up the Cosmos).

.

Il y a donc un Dieu immatériel, cause de notre univers. Mais d’où vient-il ?

En science, on n’est pas obligé d’avoir l’explication de l’explication pour qu’une chose soit juste.  Si des astronautes découvrent sur la lune une installation inconnue, ils n’ont pas besoin de connaître de quel peuple  extraterrestre  elle provient,  pour être persuadé qu’elle existe. Il en est de même de Dieu.

Les découvertes sur les nombres fondamentaux en physique atomique tels que la masse d’un électron, d’un proton ou d’un neutron, la constante d’Avogadro ou de Faraday, la vitesse de la lumière, les forces de gravité et du champ magnétique, le nombre Pi… démontrent que l’univers a un but. Cette vingtaine de nombres, ajustés à peine différemment,  entrainerait la disparition de notre univers.  Pour Bernard Carr, cosmologiste, ces ajustements extrêmes, soulèvent au moins la possibilité de l’existence de Dieu. Son diagramme, appelé la pyramide de la complexité,  a, à sa base, les quarks qui forment les atomes, qui eux-mêmes forment les molécules, qui donneront les cellules qui se transformeront en des organismes, qui auront ensuite un cerveau et éventuellement une conscience.  Difficile de parler là de hasard !

.

D’où vient par exemple le carbone ?

L’univers primitif n’en avait pas. Il ne put être créé que grâce aux fourneaux nucléaires des étoiles.  Nous sommes donc faits de poussières d’étoiles, de cendres d’étoiles mortes. Le processus par lequel le carbone est fabriqué à l’intérieur d’une étoile, est un processus extrêmement délicat. Il n’est possible que grâce à la grande quantité de l’effet de renforcement qu’on appelle « résonance ». Une résonance qui est là, du fait d’une grande précision des lois de la physique nucléaire. Avec des lois légèrement différentes, de plus de 1%, il n’y aurait plus de résonance.  Une constante cosmologique  ajustée à 1 X 10 puissance 120 (à 120 décimales près) ne peut donc être due au hasard ! La densité de l’univers par exemple, doit être réglée à une précision de 10 puissance moins 60, c’est-à-dire égale à celle d’un archer, qui plante une flèche dans une cible d’1cm2, à la distance de 14 milliards d’années ! 

.

Une perfection que l’on retrouve dans la nature :

La suite de Leonardo Fibonacci (1175-§1250) consiste à créer une liste de nombres que l’on obtient en additionnant  les deux nombres précédents : 2,4,6, 10, 16, 26, 42… Cette élégante suite décrit de nombreuses choses dans la nature, comme les pétales de fleurs (le nombre de pétales sur une marguerite ne pourra jamais être de 27, car ne correspondant pas à la suite de Fibonacci). Ou encore les vagues qu’amènent la marée. Elles se courbent en formant une spirale qui peut être retranscrite de façon mathématique avec des nombres qui suivent la suite de Fibonacci.  A environ 100 000 années lumière de nous, mêmes les spirales des galaxies sont formées suivant le même principe.

Cet autre chiffre : 1,618 appelé le nombre d’or et qui est un ratio de Fibonacci,  est une formulation mathématique qui apparaît partout, y compris dans un cycle d’une double hélice d’ADN (ou code de la vie) :

34 angstroms de long/ 2& angstroms de large = 1,618

Il est présent dans la forme du corps humain. La distance entre le sol et notre nombril / celle entre notre nombril et notre tête = 1,618 (si on est bien proportionné). La largeur de la bouche sur un beau visage est 1,618 fois plus grande que celle du nez.  Dans les muscles du cœur, dans les bronchioles, dans les potentiels électriques des neurones ce ratio existe.

Le nombre d’or a même été découvert dans le monde quantique. Les chaînes d’atomes sont alignées ensemble pour former une sorte de corde et cela résonne sous forme de fréquence ou ton (et ce ton possède un ratio de 1,618).

.

La théorie de l’évolution, celles d’univers aléatoires ne font pas le poids devant ces preuves accablantes. 

Selon la théorie de Darwin, les espèces animales n’ont pas été créées par un Dieu mais par le processus du hasard (L’origine des espèces, 1859), de plus,  elles descendent d’un ancêtre commun. Ces idées eurent un grand succès, car elles confortaient les matérialistes ou athées qui étaient nombreux en cette fin du XIXème siècle . Karl Marx ne dédia-t-il pas  son livre « Le Capital » à Darwin ? Pourtant, elles ne répondaient pas à cette question : Comment la première cellule vivante a-t-elle pu apparaître ? Louis Pasteur comprit rapidement le non fondement de sa théorie : « La matière peut-elle s’organiser seule ? Non. Des êtres microscopiques ne sont pas apparus en leur état sans parents. » Le biologiste russe Alexander Oparin, chercha comment une première cellule vivante pouvait apparaître d’une matière inerte.  Mais il ne trouva rien. « L’origine de la cellule reste l’aspect le plus trouble de toute la théorie de l’évolution » écrira-t-il dans son livre (Origin of Life Page 196).

Jeffrey Badda, professeur de géochimie, avoua en 1998, que l’on n’avait toujours pas trouvé comment la vie était apparue sur terre.  Une cellule vivante est effroyablement complexe mais pourtant d’une taille équivalente à 1/100ème de mm.  Chacune d’elle possède comme des moteurs pour se déplacer,  une centrale électrique, des usines de haute technologie, des systèmes de stockage, des raffineries de pointe et une membrane cellulaire assez intelligente pour contrôler ce qui rentre et sort.

.

Quelle est la probabilité qu’une protéine (les éléments essentiels à la cellule) émerge par chance avec tous les acides aminés qui interagissent les uns avec les autres dans cette soupe cellulaire sur un milliard d’années ?

La probabilité est de 1/10 puissance 74. Mais il existe d’autres obstacles à surmonter. Car si nous voulons construire une protéine, les acides aminés doivent être attachés ensemble avec ce qu’on appelle des liaisons peptidiques. Mais dans la nature, une liaison semblable se produit une fois sur deux. Donc pour former une protéine (150 acides aminés de longueur) on a une chance sur deux  de chaque côté, d’obtenir le bon type de liaison. C’est-à-dire une chance sur deux, multiplié par une chance sur deux,  multiplié par une chance sur deux etc……jusqu’à 150 liaisons = ou 10 puissance 45. De plus, lors de la construction d’une protéine, un acide aminé peut être de deux versions, une conformation isomérique droite  et une gauche (les isomères optiques). Seule la gauche peut être utilisée pour construire une protéine. Donc au total, la probabilité pour obtenir par chance une protéine fonctionnelle  est 10 puissance 74 X 10 puissance 45 X 10 puissance 45 = 10 puissance 164 !

Pourtant il n’y a que 10 puissance 80 de particules élémentaires dans l’univers. Et il s’est passé seulement 10 puissance 16 secondes depuis le Big Bang.  Devant cette probabilité, on ne peut qu’être sceptique  sur le fait que la vie ait pu apparaître par chance.  Aucun scientifique sérieux ne peut défendre ce genre de théorie.

.

La biochimie moderne nous dévoile aujourd’hui,  l’inimaginable complexité de la molécule d’ADN :

Le professeur Anthony Flew (1923-2010) était durant de nombreuses années un athéiste convaincu. Un de ses articles « Théologie et Falsification » eut d’ailleurs beaucoup de succès parmi les évolutionnistes et autres athées. Mais aujourd’hui, les progrès de la science le firent changer d’avis. Il croit maintenant en un Dieu créateur de l’univers. La retranscription du code de la vie, écrit dans la molécule d’ADN, et la retranscription de l’ADN en ARN, et de l’ARN en protéines, puis son processus de repliement de protéine, constitue l’argument le plus déterminant de son changement de pensée.  La structure de l’ARN parait simple. Mais en réalité non. Chaque bloc le composant est constitué de 2 parties : une molécule de sucre et une base azotée.  Chacune d’elles peut être créée en laboratoire. Mais on n’arrive pas alors à les joindre ensemble. C’est  curieusement chimiquement impossible.

.

Certains évolutionnistes aiment dire que notre ADN est 98% similaire à celui du singe.

Mais ils oublient d’ajouter que chaque humain possède 3 milliards de lettres d’information ADN dans chaque cellule. Une différence de 2% représente donc une différence de 60 millions. Soit 20 livres de 500 pages.  Ce qui n’est pas rien. A titre de comparaison, 50% de notre ADN est similaire à celui d’une banane. Serions-nous pour moitié une banane ?

Tous les détails physiques et physiologiques d’un être humain sont codés dans cette double hélice. La structure de nos organes internes, la couleur de nos yeux, la forme de nos cellules sont programmés dans des sections appelées gènes.  Le code de l’ADN est composé d’une séquence de 4 différentes bases. Si on représente chacune de ces bases avec une lettre, l’ADN peut être relié à une base de données faite d’un alphabet composé de 4 lettres. Toutes les informations sont stockées dans cette base de données.

.

Si on trouvait une ancienne tablette d’argile avec d’étranges lettres dessus. On pourrait la lire si quelqu’un arrivait à la déchiffrer.  Et cela sans avoir besoin de connaître l’auteur du message, non ?

Il en est de même avec l’ADN. Il représente lui aussi un langage qu’il faut comprendre : 4 unités de base appelées nucléotides qui se combinent pour former 20 acides aminés. Et à partir de ces 20 acides aminés, le corps forme environ 100 000 protéines. Chaque minuscule cellule de notre corps renferme environ 1 mètre d’ADN compacté : 3 milliards de nucléotides. La similarité entre l’ADN (le langage de la vie) et le langage humain n’est-elle pas troublante ?  Là aussi, sans en connaître l’auteur, on devrait pouvoir  complètement le déchiffrer.   La recherche de la source intelligente, créatrice de ce langage,  est un problème différent.

.

La théorie de l’évolution est aussi morte,  du fait du concept appelé « série de gènes minimum » :

Les scientifiques ont pris un mycoplasme (bactérien), le plus petit organisme vivant qui existe. Il possède 468 gènes (un gène est un complexe protéique pouvant avoir entre 1 000 et 10 000 acides aminés). On essaya en l’an 2000  de les réduire.  Car pour prouver la théorie de Darwin, il faut débuter avec zéro gène.  Il se trouve qu’il fut impossible d’aller en dessous de 200 gènes. Le 6 janvier 2006, dans la revue Nature, on apprit qu’il fut impossible d’aller en dessous de 397 gènes.  En fait, la cellule a besoin d’un certain nombre de composants spécifiques pour pouvoir fonctionner. Elle a une membrane qu’il faut alimenter. Donc il faut des mitochondries, un moyen de marquer les protéines, de l’ADN…Bref 397 gènes au minimum.

.

La science de la génétique a prouvé qu’il ne s’agissait pas de caractères acquis mais uniquement des gènes qui étaient transmis aux générations suivantes.

Un scenario suggérant que des caractères acquis transmis d’une génération à une autre pouvant générer des espèces différentes était impossible. Autrement dit, il n’y avait aucune variation héréditaire possible dans le mécanisme de sélection naturelle de Darwin. Le mécanisme de sélection naturelle n’a aucun pouvoir d’évolution.  Ce qui fait dire par un paléontologue anglais, Colin Patterson (1933-1998), que « Personne ne peut créer une espèce par le moyen de la sélection naturelle. » (BBC 4 mars 1982)

.

Les évolutionnistes ont alors ajouté le mécanisme de mutation :

Les mutations sont des altérations  ou distorsions qui se créent dans l’ADN d’un être vivant, la plupart du temps, dues à des effets externes comme les radiations ou des actions chimiques. La théorie de l’évolution prétend donc maintenant que les êtres vivants se différencient les uns les autres et se sont développés par le biais de mutations. Cela ne peut pas être vraies, car les mutations ne font qu’endommager l’information présente dans l’ADN et ne génèrent que des effets négatifs sur un être vivant. Les mutations n’ajoutent pas de nouvelles informations génétiques.  Dr Warner Gitt dans son livre écrit (Au début était de l’Information, pages 64, 67, 79 et 107) : « Un système de code est toujours le résultat d’un processus mental, cela requiert une source d’intelligence… La matière est incapable de générer n’importe quel code. Toutes les expériences démontrent, qu’un être ayant une pensée et qui volontairement exerce son propre choix, ainsi que sa propre cognition et créativité, est requis. Il n’y a aucune loi naturelle connue, aucun processus connu et aucune séquence d’événements connue qui peuvent causer de l’information à émerger toute seule à partir de la matière. »

.

La science  de la biologie moléculaire, la paléontologie (science des fossiles) ,  réfutent  la théorie de l’évolution.

Les fossiles ne montrent pas l’évolution graduelle du simple au complexe sur des centaines de millions d’années.  De plus,  on ignore « l’explosion cambrienne ». La couche terrestre la plus ancienne dans laquelle des fossiles d’êtres vivants ont été découverts, est celle de l’époque cambrienne, qui remontre entre 500 et 530 millions d’années.  Dans les couches précédant cette période, aucun fossile n’a été retrouvé à part quelques organismes unicellulaires.  En revanche, durant la période cambrienne de nombreuses espèces furent découvertes. Plus de 30 espèces d’invertébrés tels que des méduses, des étoiles de mer, des trilobites et des escargots apparurent. Dans l’arbre de l’évolution de Darwin, en bas se trouve l’ancêtre commun puis différentes espèces dans les arbres. On aurait une première forme qui divergerait ensuite vers d’autres formes d’une manière graduelle, jusqu’à arriver vers les formes modernes  d’aujourd’hui. Le problème, toutes ces différences apparaissent déjà pendant la période cambrienne.

http://www.cambrienetdarwin.com/fossiles.html

.

Selon les recherches du paléontologiste chinois J. Y. Chen,  qui possède quelques uns des fossiles les mieux préservés au monde datant de l’ère cambrienne, « le darwinisme expliquerait peut être qu’une partie de l’histoire de l’évolution. »

Les fossiles qu’il a découverts,  ont retourné l’arbre de Darwin de haut en bas. Pour lui, « l’arbre de Darwin ne serait en réalité qu’un cône renversé. Les lignées d’espèces majeures ont commencé au début du cambrien. La base de l’arbre est large puis se resserre graduellement. »  Mais Darwin ne disait-il pas « que si de nombreuses espèces appartenant au même genre ou à la même famille sont réellement apparues soudainement, alors ce fait serait fatal à la théorie de l’origine avec des modifications lentes à travers la sélection naturelle. » (the Origin of Species page 302).

Bref, aucun fossile supportant l’évolution n’a été retrouvé sur la planète.  Tous les groupes biologiques,  qui vont des bactéries, des algues vertes à l’être humain, apparaissent brusquement dans le registre des fossiles sans aucun lien qui les relient ensemble. Pourquoi donc tant de gens pensent que les fossiles prouvent l’évolution ?  Pourquoi cette théorie est-elle toujours présentée aux jeunes ?  Pourquoi donc les musées, n’ont-ils pas de fossiles démontrant clairement les transitions entre les divers groupes biologiques ?

.

Et l’homme,  a-t-il évolué à partir du singe ?

On répertorie  6500 différentes espèces de singes ayant vécu jusqu’à présent. Mais la majorité d’entre elles ont disparues. Les crânes de ces espèces, grands ou petits, constituent une grande ressource pour les évolutionnistes. En arrangeant ces crânes, en y ajoutant des crânes de races humaines disparues, les évolutionnistes ont concocté le scénario de l’évolution humaine. 

L’espèce de singe disparu appelé australopithèque (il y a 3 à 4 millions d’années)  a eu leur faveur. Le premier découvert  fut en 1924 par Raymond Dart. Il ressemble à l’être humain. Cependant, si on compare ses os avec ceux  d’un chimpanzé, il semble y avoir très peu de différences entre eux. Les évolutionnistes en ont déduit que l’australopithèque a marché verticalement sur ces deux pieds différemment des autres singes. Cependant, deux anatomistes connus, Sally Zukerman et Charles Oksnard ont contesté cette allégation.  L’australopithèque (Lucie) avancé comme l’ancêtre de l’homme par les évolutionnistes, est simplement une espèce de singe disparue. D’un autre côté, les fossiles qui sont inclus par les évolutionnistes sous des classifications imaginaires, tel que « Homo Erectus », « Homo Ergaster », « Homo Sapiens archaïque », appartiennent en réalité à différentes espèces humaines. Lorsque ces fossiles sont examinés, leurs squelettes ont l’air d’être essentiellement les mêmes que les personnes qui vivent aujourd’hui.  Les seules dissimilitudes, sont de petites différences au niveau de la structure du crâne. Mais des différences comme celles-ci, peuvent se trouver dans différentes races humaines vivantes aujourd’hui.

.

Résumé des fraudes imaginées pour tenter de faire accepter la théorie de l’évolution  :

La plus célèbre d’entre elles, est celle du fossile Piltdown introduit en 1912 par l’évolutionniste Charles Dawson. Il était présenté comme la forme transitionnelle la plus importante entre le singe et l’homme. Il a été exposé pendant plus de 40 ans dans les musées.  Des experts en 1949 l’examinèrent et s’aperçurent qu’il s’agissait en fait, d’une fabrication qui avait été produite,  en attachant une dent d’orang-outan sur un crâne humain. Il fut discrédité en 1953.  Il y a aussi l’homme du Nebraska, présenté comme forme transitionnelle, mais inventé en 1922 avec une seule dent, provenant d’un cochon sauvage. L’homme de Neandertal fut présenté comme preuve en 1856, mais discrédité en 1960.  Le ramapithèque fut présenté en 1964, puis discrédité en 1979.

.

singe-homme-ordinateur gif

95 commentaires sur “Dieu existe-t-il ou critiques de la théorie de l’évolution…

  1. Ouhlala, beaucoup d’inexactitudes, d’approximations, et d’affirmations péremptoires qui montrent une méconnaissance des sujets abordés.

    Quant à utiliser les fraudes pour discréditer la théorie, c’est risible, ça revient presque à des arguments ad hominem. Parce que des gens ont inventé des fossiles pour la gloire, toute la science serait discréditée ? Que dire alors des religions qui produisent reliques et textes qui se sont révélés des fraudes, cela invalide-t-il toute leur théologie et donc leur(s) Dieu(x) par la même occasion ?

  2. mathiasphilippe dit :

    Tant qu’à faire ce serait bien d’étayer tes propos No Comment, c’est bien de parler d’approximation et d’inexactitudes mais sans donner aucun argument ce n’est pas très constructif.

  3. Avant de partir dans les erreurs factuelles (ça demande du temps et sans auditoire ce n’est pas la peine), cette phrase m’avait surprise au regard du développement logique qui la suit : « Si des astronautes découvrent sur la lune une installation inconnue, ils n’ont pas besoin de connaître de quel peuple extraterrestre elle provient, pour être persuadé qu’elle existe. » C’est tout à fait vrai, alors pourquoi y aurait-il exception concernant l’Évolution ? Il n’est pas nécessaire de connaître l’identité exacte du premier être vivant pour constater que l’Évolution se produit bien. Bien sûr il serait intéressant de savoir quel était-il, mais cela risque fort d’être impossible à déterminer compte tenu de l’absence (ou de la faible fréquence éventuelle) de fossilisation des organismes mous (ce qu’il était plus que vraisemblablement) et comte tenu de l’absence des roches de la période dans laquelle il vivait (depuis longtemps disparues dans les profondeurs terrestres et refondues).

    Rien que cela déjà jette une ombre sur l’article.

    • Fred dit :

      @ No Comment (@SansComm)
      Merci de t’exprimer avec modération
      Je te comprend parfaitement du fait que, comme scientifique « de naissance », j’ai été « athée », puis agnostique et anticlérical jusqu’il y a peu
      Je prie pour que tu reçoives aussi La Grâce de Dieu, seule possibilité pour toi d’être sauvé: tu es à « un cheveu » de l’être (et de L’Etre), si tu ne l’est pas déjà (Les Voies de L’Eternel sont impénétrables -à l’humain que je suis-)
      Que Dieu te garde et te bénisse!
      Fred

    • mathiasphilippe dit :

      Merci pour le complément de réponse.

    • duc dit :

      Non, puisque d’autres raisons sont données !

      • duc dit :

        Très bon documentaire, sauf qu’il parle de diviser la population par deux ou par trois pour que chaque homme puisse vivre confortablement. Ziegler a prouvé que l’on pouvait être 12 milliards sans problème. Mais il ne faut pas que les richesses n’appartiennent qu’à seulement 10% de la population. La haute finance est bien trop puissante de nos jours. On va à la catastrophe. Il ne peut en résulter que famine et révolution.

        La comparaison avec le chimpanzé est révélatrice. Devant un changement, l’homme se pose la question du pourquoi. Même un enfant posera des centaines de fois à ses parents et proches cette question : pourquoi ? L’animal non.

  4. Fred dit :

    Cher @ Duc
    Merci pour ce travail
    Je ne l’ai pas encore lu en détail, donc une critique circonstanciée n’est pas pour l’instant
    Croyant, je n’avais pas besoin de tes explications, mais je les apprécie beaucoup

    Je te pose une question (brûlante?):

    Qu’en est-il de l’hélio- respectivement du géocentrisme?

    Le 1er: luciférien

    Le second: Divin, puisque évoqué par La Sainte Bible: « Elle ne bouge pas (la Terre) », « Le soleil se lève, le soleil se couche (et au jour du Seigneur, si je me rappelle bien, il se couche pour toujours…comme l’antichrist lors de l’Armageddon »

    S O N N E Z T R O M P E T T E S ! ! (Je les entends au loin)

    Dieu EST Amour

    Soyez bénis humains de Bonne Volonté

    Fred

  5. Anjoline dit :

    Cet article me rappelle le livre « Cloner le Christ » où l’auteur (dont j’ai oublié le nom, 1000 excuses) emploie sa formation de journaliste à enquêter sur le saint Suaire. Et ce qui m’a particulièrement marqué dans ce livre, c’est cette accumulation de preuves (ou éléments troublants, c’est selon votre sentiment) qui font que l’objectivité cartésienne du journaliste et du lecteur, est nourrie par des éléments extra-ordinaires et que même un non croyant tel que lui, ne peut que ressortir, au minimum, avec un doute.

    Maintenant à un niveau personnel, je crois que les politiques et les religions, en grande majorité si ce n’est à l’unanimité, ne servent que leurs intérêts personnels et asservissent.
    Il est bien moins risqué de faire confiance à ce que l’on sent comme Vérité au fond de soi.

    • duc dit :

      Nous n’avons pas la même définition de la religion !

      La religion, c’est le fait de s’occuper d’une nature supérieure que l’on appelle divine et de lui rendre un culte (définition de Cicéron). Aujourd’hui, c’est plutôt vu comme un code de conduite dans lequel est recommandé ce qu’il faut faire et ce qu’il faut croire.

      C’est effectivement personnel, volontaire, mais cela n’a rien d’un asservissement.

      • Carlos dit :

        La France fille aînée de l’église va devenir la fille aînée de l’athéisme !

        C’est un sondage Gallup conduit au niveau mondial qui l’affirme : au classement de 57 pays par revendication de l’athéisme de la part de la population, la France est au quatrième rang, avec 29 % d’athées revendiqués. Auxquels s’ajoutent 34 % qui se décrivent comme « non religieuses ». Le nombre d’athées revendiqués a plus que doublé en sept ans : il était de 14 % (la moyenne européenne) en 2005 aux termes d’une enquête similaire, mais portant sur 39 pays. Contre 58 % de personnes disant alors être « religieuses » il n’y en a plus que 37 % aujourd’hui (malgré l’augmentation de la population musulmane ?)

        Pour ce qui est de l’athéisme revendiqué, la France se trouve ainsi avec 29 % derrière la Chine (47 %), le Japon (31 %), la République tchèque (30 %, mais elle compte le moins de personnes se disant religieuses, 20 %). Après la France, le taux dégringole à 15 % pour la Corée du Sud et l’Allemagne.

        http://www.present.fr/

  6. chafy dit :

    bonjour,
    voici un documentaire que je trouve très pertinent qui démontre la supercherie du darwinisme:

    on peut ne pas adhérer, mais les arguments sont très solides pour démontrer le mensonge du darwinisme et chose surprenante, c’est que d’une théorie on est passé un dogme et gare a celui qui le remet en cause.

    la vie ne peut être que l’œuvre d’une intelligence supérieure qui dépasse notre entendement et notre conception de l’espace-temps, il s’agit juste de bon sens, loin de toute démonstration scientifique.

    • duc dit :

      Je connaissais le film. Je me suis d’ailleurs largement inspiré d’une étude américaine qui le détaillait. Je suis très heureux de voir qu’il existe sous-titré en français !

      • chafy dit :

        bonjour duc,
        il y a même un site consacré au film, voici le lien:

        http://www.thesigns.fr/

      • duc dit :

        Celui qui parle de l’empreinte majeure de dieu est pas mal non plus :

        • Robert dit :

          Le physicien Michio Kaku a développé une théorie qui pourrait pointer vers l’existence de Dieu. Il a trouvé des preuves de l’action d’une force « qui gouverne tout. ». Il en conclut que nous vivons dans une «Matrix». « …Nous sommes dans un monde fait par des règles créées par une intelligence… Croyez-moi, tout ce que nous appelons la chance aujourd’hui ne peut plus avoir un sens.  »

          http://ageac.org/en/multimedia/scientist-says-he-found-definitive-proof-that-god-exists-2/

        • Didier dit :


          Trinh Xuan Thuan est né en le 20 août 1948 à Hanoï (Vietnam). Il quitte Hanoi à l’âge de 6 ans. Sa famille s’établit alors à Sài Gon, ancienne capitale du Sud du pays, qui était alors séparé en deux par le 17e parallèle, conformément aux accords de Genève signés en 1954. Là, il fit des études, jusqu’au Bac, à l’école française Jean Jacques Rousseau. C’est grâce à un riche vocabulaire de français acquis à cette époque qu’il a pu écrire de grands ouvrages sur l’astrophysique, renommés tant en raison de leur exactitude scientifique que de leur caractère poétique. Il passe brillamment le bac en 1966 (mathématiques élémentaires mention très bien) au lycée Jean-Jacques Rousseau de Saïgon.

          Après une année en Suisse, à l’Ecole polytechnique de Lausanne, il poursuit ses études dans les plus grandes universités américaines : au California Institute of Technology (Caltech), puis à Princeton où il obtient, en 1974, un Ph.D. en astrophysique sous la direction de l’éminent astrophysicien Lyman Spitzer, père du téléscope Hubble et l’un des pionniers de la physique du milieu interstellaire et des plasmas.

          « C’est le big- bang qui a créé l’univers. » Telle était la raison pour laquelle je ne croyais pas en Dieu. Pourtant j’avais été baptisé à ma naissance et j’avais été instruit dans la religion catholique. Mais peu de temps après ma communion (vers 12 ans), j’ai fait un bilan. Je faisais ma prière tous les soirs et pourtant Dieu ne répondait jamais à mes demandes. Je me suis dit que ça ne m’apportait rien ; j’ai donc décidé que Dieu n’existait pas.

          Puis des amis d’enfance ont commencé à me parler de ce qu’ils appelaient leur « rencontre » avec Jésus. Ils disaient que cela avait transformé leur vie et qu’ils entretenaient désormais avec Dieu une relation personnelle. J’ai commencé à me poser des questions existentielles. Dans ma vision du monde, tout était régi par les lois physiques. Par conséquent, la mort signifiait le néant éternel. Quelle que soit ma vie (réussie ou pas), la fin serait la même. Comme l’a dit Pascal : « On jette enfin de la terre sur la tête, et en voilà pour jamais ».

          Cette idée était angoissante ; je ne pouvais pas, je n’arrivais pas à l’admettre. Et si mes amis avaient raison ? Et si Dieu existait ? Et s’il y avait une vie après la mort ? Dans ce cas, comment Dieu pourrait-il m’accepter ? N’importe qui aurait pu me trouver plutôt sage, gentil. Mais quand je regardais ma vie, il y avait des choses dont je n’étais pas fier ; si Dieu existait, j’en aurais trop honte.

          Mes amis m’ont parlé de ce que Jésus a fait : par amour, il a choisi de donner sa vie, en mourant sur la croix, afin que les hommes n’aient pas à subir la colère de Dieu par rapport à toutes les choses mauvaises qu’ils font, mais qu’ils puissent faire la paix avec lui. J’ai accepté de croire, sur la base du témoignage de mes amis, car je les connaissais bien : je savais qu’ils ne me mentaient pas.

          Puis, au fur et à mesure que je lisais la bible, Dieu a touché mon cœur. J’ai trouvé une personne qui m’aime quoi que je fasse, qui veut toujours ce qu’il y a de meilleur pour moi. Il m’a aidé à progresser dans la vie en changeant ce qui n’allait pas en moi (dureté de cœur, manque de communication, manque de confiance en moi…).

          Un jour, j’ai pris conscience que j’avais besoin de faire un choix. Dieu me demandait si je voulais le mettre à la première place dans ma vie, ou juste croire en lui mais le laisser à côté. Je comprenais que ce n’était pas simplement croire qu’il existe, mais accepter de lui obéir dans ma vie entière (sans pour autant devenir moine !). Ayant ressenti son incomparable amour et compris que ses projets pour moi étaient bons, j’ai pris la ferme décision d’écouter ses conseils et de les mettre en pratique.

          Voilà plus de 10 ans que je ne regrette pas cette décision. Non seulement il est bon de se sentir aimé par l’être le plus merveilleux du monde, mais en plus, je sais que je peux compter sur lui en tout temps, le déranger à n’importe quel moment. Je suis assuré qu’il veille sur moi ; je n’ai donc pas à me soucier de ce qui peut m’arriver. A de nombreuses reprises, je lui ai fait part de mes problèmes et il m’a donné, de diverses manières, ce dont j’avais besoin. Il garde mon cœur en paix et me donne la joie de vivre. Finalement, il m’apprend à vivre à l’exemple de Jésus : un engagement à aimer. Aimer Dieu, aimer tous les hommes.

          Aujourd’hui, j’ai compris que la science n’est pas incompatible avec ma foi : l’observation des phénomènes de l’univers m’émerveille et me donnent des aperçus de la grandeur de Dieu.


          http://www.trinhxuanthuan.fr/

  7. Yggdrasil dit :

    @no comment.
    Tu semble être un bigot de la science mon pauvre. Il te faudrait un bon colire pour t’ouvrir les yeux et un peu de modestie pour admettre que la paléontologie n’en est encore qu’aux hypothèses, souvent, trop souvent assénées comme des vérités indiscutables, les zones d’ombres pourtant abondes et à ce jour toujours pas de certitudes. Porté en procession par des fanatiques endurcis et des athées hystériques ton dieu nous mène droit en enfer, ne le voyez-vous pas ? Quand à la religion, veillez monsieur ne pas la confondre avec la spiritualité.

  8. Nancy Thériault dit :

    Bon, le message de NoComment est un peu expéditif. Cependant, il est vrai que ce qui est écrit ici est incomplet et peut, pour des esprit relâchés générer des croyances qui ne sont pourtant pas affirmées. Mais cela arrive chez des gens innattentifs ou hypoerlax de la réflexion peu importe si un texte est complet ou non! Devant ce triste constat, pourquoi critiquer ces textes parce qu’ils sont des résumés, donc peu poussés… Ils informent bien que la théorie de l’évolution NE peut pas tout expliquer, comme on le croyait auparavant. Tout ceux qui ont fait des recherches vers les religions se sont déjà rendu compte par eux-même qu’il y avait, du toute façon, un bug dans l’évolutionnisme « fanatique »…comme toute extrémismes d’ailleurs!

    Et on sait tous aussi que cette théorie se remarque malgré tout avec un minimum d’observation. On ne peut la nier mais on ne peut lui rendre toute autorité sur la vie…Et cela, en vérité, Darwin lui-même devait également, tout comme nous, voir dans sa théorie, des zones floues et moins réelle…oui, lui-même! Il nous a fait part de ses remarques, nais ce n’est que tous les autres qui se sont arrangés pour lui faire dire qu’il se mettait à la place de DIeu!

    Aujourd’hui, nos propres sciences nous montre que la déviance darwiniste(lui donner tout crédit, attitude fanatique) est fausse…simplement! Et j’insiste sur le fait que selon moi, Darwin lui-même ne rendait pas un culte à sa théorie. Il a dû généraliser pour entrer dans la définition de théorie, mais…tout comme nous, il n’avait pas la preuve de cette généralisation. Un esprit éclairé va pondre des théories, mais rien nous dit qu’en lui même, il accorde pleinement crédit à cette théorie. Car en science, pour s’appeler théorie, il faut la pousser au bout…sinon, ce n’est pas une « théorie ». C’est l’identification de qqchose qui oblige à ça. Ceux qui ont gommé sur une théorie sont habituellement fanatiques. Alors selon les modes, on colle sur la religion, ou sur le darwinisme, etc…Même les athés d’auijourd’hui sont fanatiques…ils collent sur la science.

    Alors svp, sachons s’identifier, et sachons identifier que nos pensées comportent partiellement bien des théories qui doivent obligatoirement se confondre ou s’opposer…Car la définition d’une théorie c’est d’être…Limite noir ou blanche…il faut la pousser au bout mais généralement toute théorie ne s’applique que partiellement…Un scientifique « scientifuqe » le sais…Un scientifique « religieux »…!!!….lui…bien là…laissons-lui du temps! Vous me comprenez, j’en suis certaine!

    • duc dit :

      J’ai personnellement un faible pour le paléontologiste chinois J. Y. Chen !

      Autant je suis actuellement persuadé qu’il y a bien un auteur du code ADN, autant je crois qu’il existe des lois naturelles qui permettent une certaine évolution de l’espèce. Darwin ne doit pas avoir faux à 100% ! Et à son crédit, reconnaissons qu’ il ne pouvait profiter des techniques d’observation actuelles !

      Mais ce qui est exaspérant, c’est de l’utiliser comme arme absolue pour faire avancer l’idée qu’un Dieu n’existe pas.

    • Fred dit :

      Chère Nancy,
      J’annonce le « couleur »: je suis croyant
      Je ne prétend donc à aucune objectivité, je prétends à l’infaillibilité (LOL!)

      Sérieusement:
      Si Dieu existe (c’est mon credo), Il est, comme Il le dit dans La Bible: Tout Puissant
      C’est un absolu
      Il est aussi Parfait
      En plus Il est Amour

      Ceci posé, Sa Bible a les mêmes Qualités que Lui (C’est Lui qui le dit, donc c’est Vrai)

      La Bible dit, en substance:
      -Dieu créa les animaux, puis l’Homme (l’homme et la femme)
      -Dieu dit à Noé de prendre un couple de chaque race pure (non, ce n’est pas une allégorie: ça c’est réellement passé ainsi. Preuves à l’appui sur simple demande, car on sort du sujet traité)

      J’en conclus que
      -Dieu est « créationniste » (puisqu’Il le dit)
      -Dieu est « évolutionniste » (puisque l’on observe bien qu’il y a plus de « sortes » d’animaux que celles sauvées par Noé)

      Contradictoire: Non!
      Paradoxal: En apparence, oui!

      Selon moi qui ne suis ni scientifique spécialisé, mais scientifique tout de même, ni « Docteur de la Loi », Dieu a bien:

      – Créé (entres autres) les animaux et l’Homme comme expliqué dans la Genèse (au passage, La Bible explique plus loin: « Pour Dieu, mil ans sont comme un jour et un jour sont comme mil ans » -Explications rationnelles sur demande-): Créationnisme

      -Permis l’évolution, de telle façon que des myriades de sortes d’animaux découlent des races pures sauvées par Noé (Merci à Dieu et à notre ancêtre commun qui par sa piété a sauvé l’Humanité) et que dans nos labos on puisse expérimenter, souvent à la manière du Dr Faust, de nouvelles théories, vaccins etc.: Evolutionnisme

      Et notre pauvre petit cerveau humain n’arriverait-il pas à concevoir cette co-existence, cette synergie?

      Allons, allons! Faisons donc un peu travailler nos petites « cellules grises » (tant que nos neurones et synapses le peuvent encore!)

      N’étant pas dogmatique, j’interviens sur ce blog avec pour seul but l’harmonisation des esprits (je ne dit pas « fusion » car chacun reste unique et indépendant, et surtout Libre de croire ce qu’il veut, seule vraie liberté, jusqu’ici)

      Le Seul vrai message qui m’importe est:

      Si vous voulez vivre dans le Royaume des Cieux qui est l’Amour, la Beauté, l’Harmonie et le plaisir Éternels et Parfaits, alors,

      -Dites à Jésus-Christ, à Dieu que vous l’Aimez (parlez-lui comme vous parleriez à quelqu’un que vous aimez et respectez, en douceur, mais du fond du coeur): ça s’appelle Prière, mais peu importe le nom, ça doit venir de votre coeur, de votre âme

      Et à ce Moment, si vous êtes sincère, vous serez peut-être tentée de Lui demander Pardon pour ce que vous avez fait contre Lui (« Ce que vous faites contre le plus petit d’entre-vous, c’est contre moi que vous le faites ») et de Lui dire Merci (d’exister, d’être promise au Paradis car Il a donné Sa Vie pour vous Sauver, vous aussi)

      Dès cet Instant, vous « entrez » dans son Royaume pour l’Éternité, QUOIQU’il advienne
      La Réalité de cette entrée dans Son Royaume vous apparaîtra d’abord dans votre coeur, soudainement ou peu à peu

      TOUT le reste est secondaire, subordonné et/ou consécutif à cette Demande (explications sur demande)

      Ensuite, comme pour Tous les Élus, c’est Le Jour du Seigneur où vous ressusciterez et serez élevée « physiquement » dans Son Royaume (dans le cas où vous êtes décédée ici-bas avant ce Jour)
      Ou alors, vous vivez toute la Période de La Révélation-Apocalypse (en cours, selon moi, explications sur demande) et, à la Fin, après la Bataille d’Armageddon (Syrie) après la chute de l’anté-antiChrist (pourquoi un « C » majuscule là au milieu?) vous êtes Elevée dans Son Royaume (ou avant? Désolé, ni devin, ni prophète, mon étude de La Bible n’est pas encore arrivée à ce Moment de l’Histoire)

      D’autres magnifiques « surprises » vous attendent dans ce Royaume

      Je me réjouis de vous y retrouver (si Dieu ne nous fait pas nous rencontrer avant)

      Dieu bénisse les femmes et les hommes de Bonne Volonté!

      Amitiés et merci à Duc pour ses travaux

      Fred

      • Fred dit :

        Merci Duc,

        Ca fait toujours plaisir de voir des esprits « éclairés » admettre qu’une nouvelle hypothèse ne mérite pas spontanément d’être déclarée hérétique!

        Cela dit, si l’on me lit bien, tout cela n’a qu’une importance toute relative

        En effet, et je crois que tu en es conscient: la Vraie Importance, c’est l’actuelle Bataille des Ames (La Mère des Batailles?)

        Tu connais l’Histoire depuis La Genèse et particulièrement la révolte de lucifer

        Cet ange déchu, que modeste pécheur je me retiens de qualifier (réservé à Dieu), lutte pour détourner les Hommes de Dieu (et leur faire commettre le pire):

        1. Séculariser le monde « mondaniser », « humaniser », « rationaliser » bref ôter Dieu de partout

        2. Dédiaboliser (je n’existe plus, donc quand je me présente sous la forme de n’importe quelle tentation, on ne se doute plus que ça peut être mal d’y succomber, quelque soit l’horreur consécutive au péché commis)

        3. Contrôler les âmes (pour les influencer de façon unilatérale: fin du libre arbitre -puçace, messages subliminaux codés pour agir sur les nanobots destinés à nos cerveaux. Ca ira si loin que « …l’homme voudra mourir et il ne le pourra pas! », La Bible)
        On ne pourra rien contre les nanobots, mais pour éviter qu’ils s’activent via la rétine, le nerf optique, Dieu nous DIRA à un moment précis de ne plus regarder un quelconque écran (Ouais, ça va pas être facile pour tout le monde, mais c’est LA condition absolue pour ne pas devenir « zombie »)

        Toutes les références sont à disposition sur demande

        Donc, du lourd!

        Mais le « léger » (créationnisme etc.) a aussi une importance: si ça peut être une porte d’entrée pour le non croyant d’entrer en contact avec Jésus-Christ, avec Dieu, ça peut permettre de sauver des âmes

        Ca n’est pas nous qui les sauvons, mais chaque acte, chaque parole, chaque pensée venant de chacun d’entre-nous peut être un élément déclencheur

        Dans ce contexte, comptes-tu t’attaquer à un sujet qui risque de faire encore plus de « vagues » (de convertis?):

        L’héliocentrisme (luciférien) et le géocentrisme (divin) pour lesquels il pourrait éventuellement aussi être envisagé un apparent paradoxe de co-existence (je n’ai pas encore abordé la question)

        Dans tous les cas, « Dieu a d’abord créé les Cieux et la Terre » et ENSUITE « …le Soleil et la Lune… » (qui se lèvent et qui se couchent)
        La Bible dit aussi « La Terre ne bouge pas » (Moi qui était un fan de Galilée!), or La Bible a TOUJOURS raison (et malheur à celui qui voudrait en retrancher ou en rajouter ne serait-ce qu’un iota, une virgule: la Colère de Dieu serait terrible -et elle l’a été!-)

        Un challenge pour toi?

        Amitiés

        Fred

      • duc dit :

        De l’évolutionnisme à partir de l’Arche de Noé, je n’y avais jamais songé ! Pourquoi pas, cela rejoindrait le paléontologiste chinois J. Y. Chen !

      • duc dit :

        Si on en croit les révélations faites à John Leary par Jésus en 2010, les puces qui seront implantées dans le corps, ont été spécialement conçues pour le contrôle de l’esprit. Sans doute par des techniques psychotroniques, avec des technologies comparables à celles des téléphones portables.

        « N’acceptez aucune puce dans le corps, même s’ils menacent de vous tuer et vous refusent les soins de santé. C’est la marque de la bête, qu’il s’agit d’éviter. »

        « après mon Avertissement, je vous ai dit d’enlever toutes les télévisions, les radios et les écrans d’ordinateur de votre domicile afin de ne pas regarder le visage de l’Antéchrist [ou entendre sa voix]. Il aura les pouvoirs du démon afin d’essayer de plier votre esprit à l’adorer. N’acceptez pas sa puce intracorporelle, et ne regardez pas son image..; »

        « vous entendrez des voix qui induiront sur vous un état hypnotique, et vous aurez l’impression d’être dans un monde différent. Ils contrôleront ensuite vos actions selon la façon dont ils veulent vous utiliser – et jusqu’à tuer les Chrétiens… »

        Voir le document administratif US de ce plan (en PDF) qui fait plus de 1000 pages et vers la fin, on y propose un implant d’identification. Le puçage est donc bien programmé de façon officielle dans les années à venir aux USA.

        Louise Starr Tomkiel :  » Les Hommes du Mal feront tout et n’importe quoi en leur pouvoir pour débarrasser la terre de Mon peuple….N’ACCEPTEZ RIEN qui est pourvu de la puce. Les États-Unis est le premier [pays] à être visé…Par l’implant futur obligatoire de la PUCE vous serez possédés…votre esprit en entier, toutes vos pensées et vos actions. Vous serez instantanément un ‘zombie’ de Satan. »

        La fille du « oui à Jésus » en 2004 :  » On marquera tous les enfants d’un signe sur la main ou sur le front, cela les identifiera. Ce signe leur permettra de se procurer ce dont ils auront besoin. Tout se fera subtilement, sans trop les effrayer; les enfants n’y verront aucun mal. Ils ne pourront plus être libres, car la main de Satan sera sur eux; ils seront pris au piège: la marque de la Bête. Les hauts dirigeants seront sous son pouvoir et ceux qui ne s’y soumettront pas vont devoir démissionner. Tout basculera, ma très chère Église souffrira beaucoup, car des impies sont déjà au centre même de l’état ecclésiastique prêts pour la faire tomber…. Leur but est d’enlever dans le coeur de tous mes enfants l’amour de Dieu et du prochain…On obligera mes fidèles enfants à l’idolâtrie, car le faux christ dirigera mon Église ( le faux prophète cité dans l’Apocalypse, successeur de Benoit XVI ?, ne pas confondre avec l’Antéchrit, qui sera un homme politique). Les enfants infidèles seront des sentinelles, ils surveilleront ceux qui n’adoreront pas le faux christ et, comme leur coeur sera endurci par la marque sur la main ou sur le front, ils trahiront leurs frères et leurs soeurs, car cela se fera par des ondes qu’ils recevront en eux par la marque.

        Mère de la Lumière Perpétuelle en 2008 : « Satan introduira bientôt sa propre monnaie; pour y avoir accès, il aura besoin de votre identité. La ‘marque’ qui a été prophétisée dans les Écritures sera obligatoire pour chacun avant de pouvoir acheter ce qui est vendu. Des millions vont affluer pour obtenir cette marque afin de pouvoir reprendre les biens qu’ils avaient perdus. »

        Mais l’obligation de la micro-puce devrait venir après l’Avertissement !

  9. Lino dit :

    Je ne veux pas être trop alarmant, mais quand on voit l’évolution des cuves nucléaire en Belgique, on est en droit de s’inquiéter ! Liège et Anvers ne sont pas loin et très peuplés !

    A Doel, une des cuves qu’une entreprise néerlandaise a fabriquée, aurait des milliers de fissures d’environ 2 cm ! Comme cette société en a vendues au moins une vingtaine à travers le monde, attendons-nous à une catastrophe nucléaire !

    -http://www.dailymotion.com/video/xt03x5_des-milliers-de-fissures-dans-le-reacteur-nucleaire-de-la-centrale-de-doel_webcam?start=76

    • tom dit :

      Elles n’auront pas le temps d’exploser avant celles du Proche et Moyen Orient !

      Israël tient réellement à lancer sa guerre des civilisations !

      -http://www.dailymotion.com/video/xsyk5k_israel-preparation-de-la-population-a-une-attaque-sur-l-iran_news

  10. la_mentale dit :

    Bien sure que Dieu à crée le monde, on peut être fière d’avoir un scientifique catholique français comme Fernand Crombette qui la démontré de façon très scientifique je vous invite à lire le livre: »Si le monde savait ». On y voit que le centre du monde est Jerusalem et que la terre avant le déluge ne faisait qu’un seul bloc et que tout ce que dit la Bible est vraie, franchement quand on connaît la Vérité on se sent beaucoup plus Libre!

    • duc dit :

      Oui, ce Fernand Crombette est aussi remarquable que discret ! Contrairement à beaucoup de philosophes, de chercheurs, de scientifiques (on peut penser aux hérésiarques, aux « créateurs de système religieux », philosophiques, scientifiques dont les thèses reposent souvent sur le fait que « l’on veut voir la réalité comme on voudrait bien qu’elle soit » : pur idéalisme entaché bien souvent de nominalisme !), bref à des ennemis de la Vérité à quelque niveau qu’ils se situent, FC n’a rien voulu créer de neuf.

      Il ne s’est jamais présenté comme « maître à penser » … il n’avait d’ailleurs ni disciples, ni suiveurs et encore moins d’acolytes. C’eut pu être le contraire sans difficulté majeure…

      -http://www.dailymotion.com/video/xj17lh_l-inerrance-biblique-selon-fernand-crombette-1-2-radio-courtoisie_tech
      -http://www.dailymotion.com/video/xj16ax_l-inerrance-biblique-selon-fernand-crombette-2-2-radio-courtoisie_tech

      A lire aussi « Les Lois de l’Univers divin » :
      http://lumieresnouvelles.com/

  11. Engel dit :

    Pour France 2, les ancêtres de Jésus-Christ ce sont des « singes » !

    C’est en tout cas ce que la journaliste Karine Comazzi a précisé en commentant, dans le JT de 13 h du 27 août, un sujet sur la grotesque et désormais universellement connue “restauration” d’un portrait du Christ dans l’église de la ville de Borja en Espagne. Voici un extrait de son commentaire :

    « Un simple coup de pinceau et voilà Borja, petite commune espagnole de 5 000 habitants, qui devient le centre du monde. À l’église, le défilé n’arrête pas. On vient en nombre et de loin voir “la restauration”. Un Christ qui semble renouer avec ses ancêtres les singes. »

    Il fallait oser. France 2 l’a fait.

  12. Patrick dit :

    Propagande athée dans la (ré)éducation dite nationale :

    Les parents devraient être de plus en plus attentifs aux agressions dont leurs enfants peuvent être victimes de la part même de ceux-là dont la charge devrait être l’instruction et non la rééducation. Voici le sujet qu’un père de famille a découvert dans les cahiers de son fils scolarisé à Vauvert :

    « Un élève de 3ème, Pablo, est persuadé que les espèces n’évoluent pas mais sont arrivées sur Terre grâce à Dieu.
    Son professeur de SVT est embêté. Il aimerait convaincre Pablo que l’évolution des espèces existe car elles ont toutes une origine commune.
    Vous êtes le professeur. »

    http://lesalonbeige.blogs.com/.a/6a00d83451619c69e2017c379f30bd970b-popup

    L’évolution selon les manuels de SVT: ils sont inexcusables ! L’abbé Jean-Baptiste Frament analysé le contenu des manuels de SVT des classes de terminale, sur la théorie de l’évolution. Les conclusions accablantes de son étude :

    • David dit :

      Le 28 juillet 2016, à Cracovie, deux scientifiques ont donné une remarquable conférence pour exploser des mythes communément enseignés sur le « cousinage » entre l’homme et le singe, l’évolutionnisme – et aussi sur l’idéologie du genre qui conteste directement la loi naturelle et le dessein de Dieu sur l’homme et la femme.
      https://www.lifesitenews.com/news/restoring-the-foundation-of-the-family

      Ses auteurs sont Hugh Owen, directeur du Centre Kolbe pour l’étude de la Création, et le Dr Thomas Seiler, professeur de physique à l’université technique de Münich.

      « Aujourd’hui, il y a une grande confusion parmi de nombreux catholiques, spécialement à propos de ce que signifie être un homme ou une femme, et du plan immuable de Dieu pour la sainteté du mariage et pour la famille. Dieu n’est pas l’auteur de cette confusion. Et quiconque étudie et garde son enseignement à ce sujet, tel qu’il a été transmis depuis les apôtres, ne tombera pas dans la confusion », ont-ils déclaré d’emblée.

      Le mensonge de l’évolutionnisme a facilité le rejet de la loi naturelle

      Rappelant qu’Adam a été créé à partir de la matière mais que son âme a été créée directement par Dieu « pour être la forme de son corps » (pour donner sa forme au corps), Hugh Owen a réaffirmé cette vérité de foi : « Puis il a créé Eve pour Adam depuis la côte d’Adam, et il les constitués roi et reine de tout l’univers… Si chaque jeune catholique au monde apprenait que Dieu a créé un homme pour une femme pour la vie depuis le commencement, il ne serait pas possible qu’il y ait de la confusion à propos de l’enseignement de l’Eglise sur la sainteté du mariage, le divorce, la contraception, et la morale sexuelle ! Lorsque Dieu a créé Eve, la première femme, pour le premier homme, Adam, en créant le corps d’Eve à partir du corps d’Adam, il nous a CLAIREMENT montré que l’union de l’homme et de la femme dans le saint mariage n’est pas une chose qui nous vient du bas, depuis les animaux ; cela nous vient du haut, du Ciel. Et donc, tout usage du don de l’intimité sexuelle en dehors d’un saint mariage entre un homme et une femme engagés l’un envers l’autre pour la vie n’est pas seulement un grand péché mais un sacrilège – car cela consiste à prendre un don spécifiquement créé par Dieu pour l’homme et la femme au sein d’une union permanente, sainte, exclusive et qui donne la vie, et à le profaner. »

      Et de dénoncer la manière dont cette vérité a été perdue : à travers l’idée que la « science » a « prouvé » que les corps des premiers êtres humains sont le résultat d’une évolution qui a commencé par les microbes, et que la Genèse serait donc un « mythe ».

      « Dieu a-t-il permis à son Eglise d’enseigner un récit totalement faux des origines de l’homme et de l’univers pendant près de 2.000 ans pour ne l’éclairer enfin qu’à travers les folles spéculations d’hommes sans Dieu tels Charles Lyell, Charles Darwin et T.X. Huxley qui haïssaient l’Eglise et cherchaient à la détruire ? »

      Pour contester scientifiquement ce… mythe de l’évolution, qui rend possible jusqu’à l’aberration l’idéologie du genre, le Dr Thomas Seiler a alors pris la parole devant les jeunes du JMJ, réunis dans l’église de la Conversion de saint Paul à Cracovie, spécialiste de l’histoire génétique de l’homme. « La plupart d’entre vous avez pu entendre affirmer que les chimpanzés et les êtres humains ont 99 % de gènes en commun. Cependant, ce que l’on ne vous dit généralement pas, c’est que ce résultat n’est pas fondé sur la comparaison de la totalité de l’ADN de l’homme et du singe mais seulement sur la comparaison d’une toute petite fraction (environ 3 %). La fonction des 97 % restants du code génétique n’avait pas été comprise. On en conclut que cet ADN n’avait aucune fonction et on l’a considéré comme du “déchet laissé par l’évolution”, à ne pas prendre en considération lorsqu’on compare le singe et l’homme. Depuis lors, la génétique moderne a démontré que pour la quasi totalité de l’ADN il y a une fonctionnalité pour chaque lettre génétique », a-t-il expliqué. C’est la revue Science, l’une des deux principales revues scientifiques mondiales, qui dès lors en 2007 a qualifié de « mythe » la différence d’un seul pourcent entre le singe et l’homme. En fait, la comparaison du seul chromosome Y de l’homme et du chimpanzé révèle une différence de 60 %, selon une étude publiée en 2010 par Nature. Quant aux hommes, quelles que soient leur origine et leur apparence, ils partagent 99,9 % de leurs gènes : « une découverte très inattendue et importante de la génétique moderne ». « Voilà qui pose un problème à l’égard de l’évolution, car si les hommes descendaient vraiment des singes, comment se pourrait-il que nous ayons seulement 40 % de notre chromosome Y en commun avec les singes mais qu’il y a en même temps une identité génétique quasi totale entre tous les êtres humains ? S’il y avait eu une évolution depuis le singe vers l’homme, elle devrait se poursuivre parmi les hommes et révéler des différences génétiques significatives. Les découvertes récentes élargissent de manière radicale le fossé entre l’homme et les animaux. Les Asiatiques, les Européens, les Africains et les Indigènes d’Amérique et d’Australie ne présentent que des différences superficielles telles la couleur de peau ou la forme du nez, mais ils sont extrêmement semblables sur le plan génétique », a expliqué Thomas Seiler. Les similarités génétiques montrent même, et la science moderne le confirme donc, que « tous les êtres humains vivant aujourd’hui sur terre sont descendus d’un seul homme et d’une seule femme ». « Pour vous en convaincre, il suffit de chercher sur internet les termes “Eve mitochondriale” ou “Adam chromosome Y”. Ces termes ont été choisis par les évolutionnistes au sens ironique mais aujourd’hui de nombreux scientifiques le regrettent car cette découverte confirme parfaitement la doctrine catholique de la Création qui depuis 2.000 ans, enseigne que tous les êtres humains sont frères et sœurs descendus d’un seul couple humain, les vraies personnes historiques Adam et Eve, et non d’une multitude de primates sous-humains », a-t-il précisé. Il a aussi évoqué l’embryologie moderne, qui expose l’idée selon laquelle l’embryon reproduirait en accéléré l’ensemble de l’« évolution » et se ressemble d’une espèce à l’autre avant de se différencier. Une « fraude scientifique » qui repose sur des dessins d’Ernst Haeckel qui ont falsifié, il y a plus d’un siècle, les images d’embryons non humains en recopiant purement et simplement les dessins d’embryons humains. Les microscopes modernes prouvent qu’il y a des différences importantes dès le départ. »
      http://reinformation.tv/jmj-scientifiques-mensonge-evolutionnisme-ideologie-genre-dolhein-58377-2/

      L’âge des dinosaures censuré :

  13. Carlos dit :

    La théorie de l’évolution n’est pas une science mais une philosophie. Aucune donnée ne prouve par exemple qu’une fourmi est née d’une non fourmi ! Car le mélange de gènes ne produit pas de nouveaux gènes. La biologie moléculaire prouve que dès le début, tout organisme vivant est complexe.

  14. Helen dit :

    Et le maïs transgénique, pour prendre un exemple que tout le monde connais, c’est de la fiction ou de la réalité ?

  15. Tom dit :

    Cogitations théologiques :

    L’âme n’est pas la pensée mais l’esprit, le principe immatériel de la vie, le principe impalpable mais vrai qui anime l’homme et dure après l’homme. Ainsi la pensée a une fin alors que l’âme bien qu’elle ait un commencement, n’a pas de fin. Bienheureuse ou damnée, elle continue d’exister. Mais est-elle en nous ou au-dessous de nous ? En nous ! L’âme a pour mission de faire de la créature appelée homme un roi du grand royaume éternel. Elle a été créée reine, avec l’autorité et le destin d’une reine. Ses servantes se sont toutes les vertus et facultés de l’homme, son ministre la bonne volonté , son serviteur la pensée. C’est par l’esprit que la pensée acquiert puissance et vérité, acquiert justice et sagesse, et peut s’élever à une perfection royale.

    Mais si l’âme est reine, pourquoi donc ne dompte-t-elle pas la pensée mauvaise et la chair mauvaise ? Parce que la pensée et la chair doivent être en situation de liberté. Elles doivent pouvoir mériter leur destin. Auparavant, la pensée divine était que l’âme ne connût pas l’esclavage des sens. Mais il existe un ennemi de Dieu et donc de l’homme : les esprits inférieurs. Ils donnent à l’homme des désirs bien cruels. L’enfant en grandissant tombe souvent dans leurs pièges.

    Aussi rêve-t-il quelquefois de revenir en arrière. Malheureusement le temps écoulé ne revient plus. Mais est-ce réellement nécessaire ? Les âmes, une fois passé leur séjour sur terre, n’y reviennent plus jamais sous la forme d’un corps. Pas dans un animal, car comment une âme pourrait-elle habiter une brute ? Pas dans un homme, car comment le corps serait-il récompensé une fois réuni à l’âme au jugement dernier si cette âme avait habitée plusieurs corps ?

    De toute façon, une grande majorité des personnes subissent une purification après la vie sur terre. Celle-ci leur permettent d’être sauvées. Ainsi la réincarnation n’est pas accordée, comme il n’est pas donné de faire marche arrière dans le temps. Par contre se recréer avec sa propre volonté, est possible et grandement aidé par Dieu. Ainsi l’homme vicieux, souillé, criminel, voleur, corrompu, corrupteur, homicide, sacrilège, adultère, peut de par sa propre volonté renaître spirituellement, recréer en lui-même le pur enfant d’avant, celui qui était affectueux, humble, franc, bon…

    • Luc dit :
      • L’esprit se réfère à être conscient de Dieu et il contient notre intuition, notre conscience et est en communion avec Dieu.
      • L’âme se réfère à être conscient de notre moi, et il contient l’Esprit, les émotions et notre libre arbitre.
      • Le corps se réfère à être conscient du monde à travers nos sens.
  16. Luc dit :

    La découverte en Georgie d’un crâne humain vieux de 1,8 million d’années remet encore en cause l’évolutionnisme :

    Car cela laisse entendre que les hominidés de l’époque, qu’ils soient en Europe ou en Afrique, appartenaient à une seule et même espèce. Le nouveau crâne découvert il y a 5 ans maintenant, est le fossile le mieux préservé d’un ancêtre de l’homme connu à ce jour. Baptisé « crâne 5 », il a été trouvé à côté des restes de quatre autres crânes, tous associés au même lieu et à la même époque. Toutefois, le fossile a présenté des caractéristiques tout à fait étonnantes, des caractéristiques similaires à ceux de la même époque retrouvés en Afrique. Or, les scientifiques ne s’attendaient pas à cette ressemblance. En effet, les hommes modernes, ou Homo sapiens, sont actuellement le seul membre en vie de la lignée Homo apparue sur Terre en Afrique il y a quelque 2 millions d’années. Toutefois, avant qu’Homo sapiens ne fasse son apparition, plusieurs autres espèces d’Homo auraient existé tels qu’Homo habilis, Homo rudolfensis, Homo ergaster ou encore Homo erectus. Plusieurs espèces qui n’en font qu’une ? C’est du moins ce qu’estime actuellement la majorité des scientifiques au vu des nombreuses découvertes réalisées jusqu’ici. Mais le « crâne 5 » bouleverse complètement cette théorie et suggère qu’il n’y aurait pas eu plusieurs hominidés présents à cette époque en Afrique et en Europe, mais une seule et même espèce globale.
    http://www.maxisciences.com/cr%E2ne/un-crane-vieux-d-039-1-8-million-d-039-annees-bouleverse-l-039-histoire-de-l-039-espece-humaine_art31110.html

  17. Otho dit :

    Certaines évolutions sont tout de même constatées ! Comme ici en Chine, un petit garçon nait avec des yeux voyant la nuit à la manière d’un chat :

    Et en ce moment on n’arrête pas de croiser des animaux entre eux et même des humains avec des animaux !

    Manière humoristique de voir la théorie de l’évolution :

    • Gabi dit :

      Aujourd’hui les progrès de la science sont tels qu’ils nous permettent d’imaginer des singes « augmentés » qui travaillerait à notre place :

      Et pourquoi pas aussi un humain « augmenté » ? Pour la première fois de notre histoire, nous allons avoir la possibilité de modifier radicalement ce que seront nos enfants, et nos petits-enfants, choisir la couleur des yeux, son intelligence etc . Dans les laboratoires, un nouvel individu, partiellement reconfiguré, est en train d’être imaginé, testé… fabriqué. Bientôt, promettent certains scientifiques, nous considérerons l’Homo Sapiens (c’est à dire nous !) comme une version charmante, certes, mais totalement démodée ! L’Homo Technologicus sera tellement mieux ! C’est précisément ce que propose le marché de l’amélioration de l’être. Le temps est venu, disent ses promoteurs, de passer à la vitesse supérieure : un corps parfait et sans âge, un cerveau infaillible, une reproduction maîtrisée, et à terme… l’immortalité. Quitte à acheter quelques pièces détachées pour faire du « tuning » avec notre propre corps comme certains le font avec leur automobile. Voyage à la recherche de cet homme du futur… hybride mi-homme mi-machine, humain génétiquement modifié. Un homme presque parfait.

  18. Benoit dit :


    Dans la première page de la Genèse, texte très concis décrivant la Création, il est une formule répétée 10 fois – insistance qui prouve son importance ! – et cette formule concerne les sciences naturelles. Il s’agit de l’expression « selon son espèce ». Et de fait, les êtres vivants nous sont rendus connaissables par l’existence de traits permanents qui traversent les générations et qui permettent de les décrire et de les nommer. Sans le concept d’espèce, il n’y a plus de science possible ! Or la théorie de l’évolution déclare que les espèces sont des illusions, que les êtres vivants sont en transition permanente entre une forme ancestrale inconnue (qu’on cherche à retrouver parmi les fossiles, mais en vain) et une forme future indéterminée. Il est évident que, si la génétique avait existé avant Lamarck et Darwin, ils auraient reculé devant cette énormité : les mutations sont toujours neutres ou régressives ! La conséquence pour la religion est immédiate : si les espèces ne sont pas des réalités substantielles, l’espèce humaine n’existe pas non plus, la transmission du péché originel est un mythe, et l’idée d’une Rédemption par un second Adam semblable au premier devient absurde. Il est navrant de voir tant de grandes intelligences catholiques chercher à concilier Création et évolution, sans mesurer l’inutilité d’un tel travail, puisqu’il s’agit d’une théorie fausse !

  19. Luc dit :

    l’ADN, le cauchemar pour les athées

    L’ensemble des capacités de stockage informatique actuelles représente moins d’1 % de la quantité d’informations mémorisées dans les molécules d’ADN d’un seul être humain.
    L’ordinateur est loin de rivaliser avec notre ADN

    La complexité de la molécule d’ADN :
    les probabilités montrent clairement qu’il est impossible que des molécules complexes telles que des protéines ou bien des acides nucléiques tels que l’ADN ou l’ARN puissent émerger par simple hasard. Pour compléter ce que disait le professeur Stephen C.Meyer à propos de la probabilité qui était de 1 sur 10 puissance 164, voici ce que déclare le docteur Leslie Orgel, collègue de Francis Crick et de Stanley Miller à l’université de San Diego en Californie : “Il est extrêmement improbable que des protéines et des acides nucléiques, qui sont structurellement complexes, aient surgi d’elles-mêmes au même endroit au même moment. Pourtant, il semble également impossible d’obtenir l’un sans l’autre. Et donc, à première vue, on doit conclure que la vie ne peut en aucun cas avoir été initiée par des moyens chimiques.”
    (The Origin of Life on Earth”, Scientific American, vol. 271, Octobre 1994, p. 78)

    Ce qui rend ceci encore plus improbable est le fait que l’ADN et les protéines doivent émerger en même temps car l’ADN ne peut pas fonctionner sans les protéines tout comme nous le confirme le scientifique John Horgan dans le magazine “scientific american”: “L’ADN ne peut pas fonctionner et ne peut pas former d’autres molécules d’ ADN sans l’aide de protéines catalytiques ou enzymes. En résumé, l’ADN ne peut pas se former sans protéines et vice versa”
    (“In the Beginning”, Scientific American, vol. 264, Février 1991, p. 119)

    Raison pour laquelle deux ans après la découverte de l’ADN, Homer Jacobson, professeur de chimie, fait ce commentaire : “Les instructions pour la reproduction de plans, pour l’énergie et l’extraction des parties de l’environnement actuel, pour la séquence de croissance et pour le mécanisme réalisateur qui traduit les instructions en croissance, tout devait être simultanément présent à ce moment [lorsque la vie a commencé]. Cette combinaison d’événements semble être un hasard incroyablement improbable.”
    (“Information, Reproduction and the Origin of Life”, American Scientist, janvier 1955, p. 121)

    Malgré tout cela, les évolutionnistes veulent nous faire croire à ce qu’ils appellent la thèse de l’ARN, c’est à dire qu’un ARN (acide ribonucléique, qui est une copie d’une région de l’un des brins de l’ADN) est apparu par chance et s’est ensuite mis à fabriquer des protéines puis, est venu l’ADN etc… Le paradoxe dans tout cela est qu’un ARN ne peut pas produire de protéines sans que celles-ci existent au préalable.

    Tandis que les évolutionnistes veulent à tout prix donner une réponse, certains scientifiques, quant à eux, sont plus raisonnables et ne préfèrent pas en donner, à l’exemple du biochimiste Douglas R. Hofstadter qui a dit : ”De quelle manière le Code Génétique, ainsi que les mécanismes pour sa traduction (ribosomes et molécules d’ARN) ont-ils émergé ?” Pour le moment, nous devrons nous contenter d’émerveillement et d’admiration, plutôt que d’une réponse.”
    (Godel, Escher, Bach: An Eternal Golden Braid, Vintage Books, New York, 1980, p. 548

    Pour finir, Francis Crick (l’un des biologistes qui a découvert la structure de l’ADN) avait admis, suite à la découverte de la molécule d’ADN, que celle-ci ne pouvait pas être le fruit du hasard. Et bien voici exactement ce qu’il a dit : “Un homme honnête, muni de toute la connaissance qui est mise à notre disposition maintenant, ne pourrait qu’affirmer que, dans un certain sens, l’origine de la vie semble, pour le moment, être presque un miracle”
    Life Itself: It’s Origin and Nature, New York, Simon & Schuster, 1981, p. 88

    On comprend donc mieux pourquoi le célèbre peintre Salvador Dali disait : “L’annonce de la découverte de la molécule d’ADN par Watson & Francis Crick représente pour moi la vraie preuve de l’existence de Dieu”
    -Salvador Dali (University of Washington Press, Seattle 1966)

  20. Benoit dit :

    Dominique Tassot contre Darwin
    -http://www.dailymotion.com/video/xu8mni_tassot-contre-darwin_tech

    Avec Darwin les espèces n’existent plus. Mais l’évolution comment la définir ? En fait il y a deux définitions. Celles de la micro évolution et celle de la macro évolution. Car à l’intérieur des espèces il y a des variétés, des mutations mais qui ne durent pas : trèfle à 4 feuilles ou enfant ayant 6 doigts ou qui ne font pas progresser. Une orange sans pépin est peut être un avantage pour celui qui la mange mais pas pour la survie du fruit !….Ces variations ne sont pas transmissibles. On les appelle des micros évolutions. La macro évolution serait qu’un poisson par exemple se transformerait en reptile et ainsi de suite….On n’en a jamais vu ! Il manque toujours le chaînon manquant ou intermédiaire ! Il n’y a pas de lignées évolutives qui deviendraient de plus en plus complexes. Par contre de nombreuses espèces disparaissent depuis que le monde existe.

    Pourquoi donc essaye-t-on d’imposer cette théorie de l’évolution ? Tout simplement pour nier la présence d’un créateur. Et l’idée des lois dans la nature venant d’un créateur impliquerait les lois de la cité. Descartes ne disait-il pas que « les lois de la création sont semblables aux lois qu’un roi établit dans la cité. » ? Pourtant la vision biblique des choses a permis à la civilisation européenne d’avancer en science grâce à cette constatation. La création est fonctionnelle, harmonieuse et parfaite (il n’y manque rien).

  21. Darwin dit :

    Une émission à « pod-caster » sans modération!
    Qui a le privilège de donner la parole aux uns et aux autres avec de VRAIS arguments de réfléxion…

    http://www.la-bas.org/article.php3?id_article=1490

  22. tarteAuxMyrtilles dit :

    évidemment que la mutation n’est pas un moyen viable de modifier l’adn puisqu’il s’agit d’une destruction. C’est pas comme ça que ça se passe. La modification de l’adn se passe soit au moment d’une division cellulaire, soit au moment d’une reproduction sexuelle.
    Dans le cas d’une division cellulaire, par exemple d’une bactérie, il se peut que le résultat de la division, la copie de l’adn ne soit pas tout à fait parfaite.
    Dans le cas d’une reproduction sexuelle, le mécanisme est encore plus puissant, les génes de chaque parent peuvent se recombiner, des bouts de chromosomes du pères peuvent s’inverser avec ceux de la mère, c’est comme ça que de nouveaux caractères apparaissent.

    La sélection naturelle est parfaitement vérifiable avec des bactéries. Un gènes de résistance à un antibiotique apparait dans une bactérie. celle-ci ne mourra donc pas, et elle pourra assurer sa descendance. au bout de plusieurs génération, les bactéries qui n’ont pas ce gène vont de plus en plus disparaître, et celles qui ont ce gène, descendante de cette premières bactérie, vont prospérer. bientôt, il n’y aura plus que des bactéries avec le gène de résistance à l’antibiotique. c’est de cette façon que toute la population est remplacée par des bactéries résistantes au médicament.

    L’évolution a donc bien eu lieu. Je pense de plus en plus qu’il y a bien une intelligence qui est derrière tout ça. Mais certainement pas un dieu qui a crée l’homme à son image. Non, il a été bien plus malin, il a crée le langage qui est à la base de la vie. Il a crée une vie capable d’évoluer et de s’adapter à son environnement par sélection naturelle.

    Les religions restent pour moi dans tous les cas une ineptie. Il y a sans doutes, certainement un créateur, mais il n’a absolument rien à voir avec l’homme. pourquoi est-ce que la vie serait aparu seulement sur une seule planète ? les éléments sont là partout dans l’univers, et il y a très certainement d’autre planètes où les conditions sont favorables et où les même processus d’apparition et d’évolution ont eu lieu. Conditions de vie différentes ont engendré des espèces différentes. Il y a peut-être plusieurs langages basés sur d’autre atomes pour créer d’autre formes de vie.

  23. Tom dit :

    Question de jeunes : « Sur quoi votre foi est-elle fondée ? C’est difficile de croire qu’un Dieu a créé le monde, qu’Il nous aime. Votre histoire de résurrection tient du mythe ou de la légende… Sur quoi vous appuyez-vous pour croire que c’est vrai ? Auriez-vous des indices à nous proposer, qui nous aideraient à vous rejoindre ?»

    Une question qui laisse dans l’embarras une partie des animateurs de pastorale, car au cours de leur formation, cette question d’indices n’a jamais été évoquée, on a parlé de foi en Jésus-Christ, mais il n’a pas été question d’indices de la vérité du christianisme… Tandis que d’autres animateurs plus expérimentés auront la réponse sous la main « Des indices ? Si tu as des doutes dans ta foi, sache que tu n’es pas le seul… Si on avait réponse à tout, on n’appellerait plus cela la foi !»

    D’autres animateurs encore, ont fait une découverte aussi heureuse qu’imprévisible et qui change leur vie ainsi que celle des jeunes autour d’eux : il y a du neuf dans cette affaire ! Les indices demandés par les jeunes existent, ils ne s’imposent pas, ils ne sont pas contraignants, ils laissent sa juste place à la décision personnelle qu’est la foi. Car les indices ne remplacent pas l’exercice de l’intelligence et de la liberté, ils le permettent.

    Ces petites informations qui alimentent une réflexion du chercheur, ces trouvailles qui peuvent modifier le cours d’une enquête, démasquer un coupable, innocenter un suspect, les indices sont le pain de l’intelligence et de la liberté. Sans indice à se mettre sous la dent, l’enquêteur reste impuissant, ces petit riens lui permettent d’avancer, d’y voir plus clair, parfois de découvrir le fin mot d’une affaire complexe.

    La question de Dieu fait l’objet d’une enquête depuis plusieurs millénaires. On pourrait croire que c’est une question « religieuse » car en effet, les religions et les philosophies se sont penchées dessus, mais c’est d’abord et surtout une question de l’intelligence qui regarde l’Univers et qui cherche à comprendre d’où nous venons et où nous allons… Or cet Univers que nous regardons, nous le connaissons mieux qu’autrefois. Vers l’an 400, Saint Augustin enseignait ceci : « Pour connaître le Créateur, nous disposons de deux livres. Le premier, c’est le livre de la Révélation qui est constitué de l’Ancien et du Nouveau Testament. L’autre livre, c’est la Création elle-même. Ce livre de l’Univers, de la nature, nous parle de son Auteur ».

    Pourtant au temps de saint Augustin, nous ne savions pas lire ce livre de la Création, on se contentait d’en interpréter les images : la Terre était plate et l’Univers avait moins de 6 000 ans et on ne pouvait imaginer ses 150 milliards de galaxies. C’est progressivement, par étapes, que l’humanité a commencé à apprendre à lire ce livre de l’Univers. Aujourd’hui, les progrès de cette lecture nous montrent que l’intuition d’Augustin était exacte : le « livre » de la Création nous parle de Dieu.

    Mais pour apprendre à lire ce livre, il a fallu beaucoup d’étapes, de tâtonnements, d’expérimentations de toutes sortes, depuis des milliers d’années. Ce champignon est-il bon ou mauvais ? Ce rouge tacheté de blanc me fait envie, mais la confrontation au réel ne me fera pas de cadeau, ça passe ou ça casse. A l’état sauvage, les animaux, eux, se trompent rarement, car leurs programmations animales, leur instinct, les guide dans leurs choix entre le profitable et le néfaste. Les êtres humains n’ont pas hérité de l’ensemble de cette normative, ils doivent passer par cette épreuve de l’expérimentation qui comporte un fameux risque : cette plante, ce champignon si désirable peut s’avérer être un redoutable poison … Car c’est la confrontation au réel qui nous guide, relayée par la mémoire : Je te déconseille le rouge, je me souviens que grand-père a eu du mal à le digérer, en revanche telle plante est excellente pour la santé… Sans le savoir, nos ancêtres inventaient ce qu’on appellera beaucoup plus tard « les sciences expérimentales », autrement dit : ce que la nature nous enseigne par l’expérience. Progressivement, nous apprenons à lire ce livre de l’Univers.

    Mais sur certains sujets, la méthode expérimentale était impossible, et ne pouvant pas connaitre la réponse, on devait se contenter d’interprétations, comme un livre dont on scrute les images, faute de savoir lire le texte… Ainsi, il y 2 500 ans, pour (pratiquement), toutes les civilisations, le soleil était considéré comme éternel. Il était donc adoré comme un dieu par les Egyptiens, Babyloniens, Perses, Grecs, Romains… et même aux quatre coins du monde selon les historiens des religions. Ce qui étonne ces derniers, c’est la nouveauté apportée par un petit peuple qui ose déclarer devant la face de ses puissants voisins : ce soleil que vous vénérez n’est pas un dieu, ce n’est qu’un lampadaire. En affirmant cela (entre autres) les Hébreux se sont attirés beaucoup d’ennuis. En tout cas, pendant près de 2500 ans, personne ne pouvait savoir qui avait raison dans ce débat : le soleil est-il éternel ou pas ?

    Sur cette question comme sur d’autres, restées sans réponse, nombre de religieux, philosophes, sages ou charlatans n’ont pas manqué de donner leur opinion en laissant des écrits dont beaucoup sont arrivés jusqu’à nous. Dans le tiroir des interprétations philosophiques et religieuses, on peut consulter les dossiers de ces questions que l’humanité accumule depuis l’Antiquité. Comme la confrontation au réel était impossible, chacun pouvait dire tout ce qu’il voulait sur ces sujets. Jusqu’au jour où tout a changé…

    De nos jours, nous commençons à enregistrer des réponses, grâce aux progrès de cette connaissance expérimentale. Nous commençons à lire ce livre de l’Univers et pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, nous pouvons confronter au réel certaines questions comme celle du soleil qui n’a plus rien à faire dans le tiroir les opinions et des croyances, car nous savons quantités de choses à son propos… C’est une révolution dans l’histoire de la pensée qui va nous apporter non pas des preuves, mais des indices pour une enquête intelligente.

    Mais le soleil a-t-il eu un commencement ? Réponse du spécialiste, quelle que soit sa couleur politique : oui bien sûr. Au tout début du XX° siècle on pouvait encore croire que le soleil et la Terre étaient éternels, mais désormais, c’est devenu une fausse croyance ! L’analyse spectrographique nous apprend que le soleil existe depuis 4,5 milliards d’années. Il a eu un commencement, notre planète et tout notre système solaire ont à peu près le même âge que lui, rien de tout cela n’est éternel.

    Maintenant qu’il est là, apparemment immuable, le soleil ne s’éteindra donc jamais ? Mais si. Nos scientifiques ont calculé que dans 4,5 milliards d’années, il n’éclairera plus rien. Il explosera avant de devenir une naine blanche. S’il avait été plus gros il serait devenu un « trou noir »… Quoi qu’il en soit, nous savons depuis moins de cent ans que le soleil est provisoire. Il est constitué d’une quantité limitée d’hydrogène qu’il « brûle » comme des bombes H (à hydrogène) pour le transformer en hélium, à raison de 4 pour 1. Cette connaissance est irréversible.

    Bien sûr, les progrès de la science nous permettront de préciser ces dates, mais plus jamais le soleil ne pourra passer pour éternel. La lecture de l’Univers nous a permis de nous libérer d’une fausse croyance. Au passage nous réalisons que ces découvertes de l’astrophysique ne sont pas incompatibles avec la pensée des prophètes hébreux qui considéraient déjà dans leurs écrits, le soleil comme un « lampadaire, luminaire, lampe… » ayant un début et une fin. Comment ont-ils fait pour oser affirmer cela, seuls contre toutes les autres cultures, et contre les apparences ? Comment ont-ils eu raison dans ce débat, 2500 ans avant les scientifiques et leurs télescopes géants du Mont Wilson et du Mont Palomar ? Il faudra effectuer une enquête à ce sujet. En attendant, ce n’est pas parce qu’ils ont eu raison sur ce dossier que nous allons tirer des conclusions trop hâtives. Comme disait un élève : c’est peut-être un coup de chance…

    En revanche, cela nous donne une idée. Si nous faisions ce que l’humanité n’a encore jamais pu faire : continuer sur cette lancée… Comparer ce qui a été dit par tous les sages, philosophes, religieux, gourous, maîtres à penser de tous les temps, sur des sujets (comme le soleil) dont nous connaissons (depuis peu) les réponses ? Tout simplement confronter les opinions, croyances et interprétations multiples, avec… le réel. Car « ça passe ou ça casse ». Ainsi nous allons pouvoir continuer de nous libérer des fausses croyances et y voir nettement plus clair grâce à ces indices.

  24. Tom dit :

    « Dieu, principe et fin de toutes choses, peut être connu d’une manière certaine, par la lumière naturelle de la raison humaine, à partir des êtres créés… » (Constitution dogmatique de la foi catholique, chapitre II. Vatican I, cession du 24 avril 1870.)

    Chaque fois que des théologiens ont essayé de discréditer la raison et l’intelligence humaine en prétendant que le péché originel avait détruit cette faculté chez les fils d’Adam, l’Eglise de Rome a refusé de laisser propager de telles négations. Elle a, au contraire, saisi l’occasion pour réaffirmer avec force la dignité de la raison humaine, capable de trouver Dieu en étudiant la création. C’est précisément cette démarche que nous choisissons avec cette enquête, à la recherche, non pas de preuves, mais d’indices pensables*, des indices qui permettent de penser car ils sont vérifiables.

    Mais entendons-nous bien, les auteurs bibliques n’ont, en aucun cas cherché à rédiger un traité scientifique, le mot n’existait pas et le concept de science non plus. Néanmoins, ils ont posé des affirmations qui sont devenus vérifiables par les sciences. Ils ont donné leur point de vue sur certains sujets de la vie quotidienne comme le Soleil, le monde qui nous entoure, etc. Toutes les cultures en ont fait autant, posant les affirmations qu’elles souhaitaient sur ces sujets. Or, la grande nouveauté, c’est que bon nombre de ces affirmations sont devenues désormais vérifiables par l’outil scientifique. Ce qui est relativement récent et qui constitue une véritable révolution pour la pensée : pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, les progrès de la connaissance mettent fin à des vieux débats comme : le Soleil a-t-il eu un commencement ou pas ? Aura-t-il une fin ou pas ? La planète Terre est-elle éternelle ou pas ? La matière est-elle éternelle dans le passé ? Dans l’avenir ? Les atomes sont-ils capables de s’organiser tout seuls pour créer des structures hautement improbables comme un brin d’herbe, une coccinelle, un goéland, un être humain ? Il y a un siècle, il était impossible et impensable de répondre à ce genre de questions. Faute de réponse, chacun exprimait donc sa préférence dans le tiroir des opinions et des croyances, mais rien ne permettait de dire qui avait raison et qui se trompait.
    Ce n’est plus le cas.

    Par exemple, la croyance en la génération spontanée était encore possible jusqu’en 1861, quand Louis Pasteur a réussi a réfuter cette fausse croyance à laquelle adhéraient pourtant de nombreux scientifiques comme le fameux médecin Pouchet qui tentait de la défendre lors d’une fameuse controverse organisée par l’Académie des sciences. Depuis l’Antiquité, les apparences semblaient donner raison à tous ceux qui croyaient la matière inerte capable d’engendrer de la vie dans certaines conditions. Avant d’embarquer des sacs de farine sur des navires, on vérifiait que le contenu était impeccable, et on refermait chaque sac hermétiquement. Mais au bout de 3 mois de traversée, quand on ouvrait le sac de bonne farine… Des bestioles en sortaient ! Des bestioles bien vivantes… Le médecin du bord expliquait alors à l’équipage que ces bestioles étaient nées DE la farine qui elle, n’est pas vivante. La matière inerte, morte, comme la farine, pouvait donner naissance, sans parent, à des êtres vivants comme ces bestioles. Ou, ailleurs, le rocher (mort) donnait naissance à des lichens, (vivants). On y croyait d’autant plus facilement que cette mythologie venait des philosophes grecs réputés pour leur sérieux et leur rationalité. « La vie est une propriété de la matière, elle est éternelle et se manifeste dès que les conditions sont propices ». On retrouve cette idée dans les écrits de Thalès, Démocrite, Epicure, Lucrèce et même dans ceux du grand Platon. En sorte qu’aujourd’hui on fait encore l’erreur de parler de « matière vivante », ce qui est absurde car de son côté, Aristote a bien montré qu’il n’existe pas de « matière vivante », il n’existe que des organismes vivants, c’est-à-dire : « des psychismes », qui organisent la matière multiple, les atomes.

    Cette fausse croyance de la « génération spontanée » était partagée par les plus grands esprits depuis l’Antiquité jusqu’au milieu du XIXe s. Sans doute parce qu’elle apparaissait comme une évidence : objectivement on voyait naitre spontanément des bestioles dans des sacs de farine « inanimée » et comme on n’y avait pas vu d’œufs, on en déduisait que les bestioles naissaient sans parents.

    Apparence trompeuse. Mais on y croyait aussi parce que cette théorie confirmait la pensée de la philosophie grecque : « La vie est une propriété de la matière, elle est éternelle et se manifeste dès que les conditions sont favorables. » Selon le philosophe Empédocle (490-435 avJC), « la vie est l’émergence, au niveau des apparences, d’âmes qui préexistaient ». Quand il est question du commencement de la vie sur Terre, il n’est pas neutre que les scientifiques emploient si souvent le même terme d’émergence qui est typique de cette interprétation d’Empédocle puis de Platon. D’ailleurs on parle d’un bateau qui émerge quand, après avoir disparu sous les flots, on finit par le voir ressortir de l’eau, mais le bateau existait déjà (!)Ce n’est pas le commencement du bateau. En réalité il a commencé d’être, dans les ateliers des chantiers navals.

    Dans les siècles suivants, la génération spontanée va être revendiquée par une préférence philosophique au nom sympathique : l’hylozoïsme. Du grec hylé = matière et zoé=vie. Les hylozoïstes enseignaient que toute matière est vivante. Dans leur logique, il y a une passerelle naturelle entre la matière inerte comme le caillou et la matière « vivante » comme la plante, l’animal, l’homme. Pour eux, le caillou n’est qu’une phase qui précède la pomme de terre puis la grenouille. Cet hylozoïsme est enseigné par Zénon, fondateur du stoïcisme et 301 avJC. Si les hylozoïstes avaient raison, la génération spontanée serait confirmée par les sciences.

    Mais lorsqu’en 1861, Louis Pasteur a pu confronter cette croyance avec le réel, elle n’a pas tenu le choc. Chacun a pu constater sans ambigüité qu’elle était fausse. Les bestioles sont bien nées d’œufs qui étaient tout simplement invisibles à l’œil nu. On aurait pu y penser plus tôt ! Mais on préférait tellement croire la philosophie grecque si réputée pour sa raison ! Donc cette théorie s’écroulait, ainsi que la philosophie qui la produisait. Mais une nouvelle question est apparue près d’un siècle plus tard.

    Avant 1900, au temps de Pasteur et Darwin, on pouvait encore croire que la Terre était éternelle, comme l’Univers entier. Donc si la Terre était éternelle, selon l’enseignement des Grecs, la vie pouvait se transmettre éternellement… elle pouvait « ne pas avoir de commencement ». Les cycles revenaient, l’éternel retour…

    Mais depuis le milieu du XXe siècle, un pavé expérimental dans la mare nous apprend que notre planète n’est pas éternelle : elle a eu un commencement ! A la même époque que notre Soleil : il y a environ 4,5 milliards d’années. La vie sur Terre ne peut donc plus du tout être éternelle, elle a forcément commencé. Mais alors ?!…Si la génération spontanée est impossible, alors la vie n’a pas pu commencer toute seule !

    Mais alors, sachant que la génération spontanée est impossible, comment se fait –il que la vie ait commencé sur notre planète ? Tous nos scientifiques nous répondent que c’est LA grande énigme, à commencer par le professeur Jacques Monod, prix Nobel auteur du fameux livre Le hasard et la nécessité.

    Pour pouvoir réfléchir de façon rationnelle à cette question, il nous faut d’abord enquêter sur les faits scientifiques dont nous disposons dans notre tiroir des connaissances… Pour qu’il y ait de la vie quelque part, sur Terre, sur Mars ou ailleurs dans l’Univers, les élèves, à partir de la seconde vous diront que 5 conditions doivent être réunies : bonne température, bonne pression, eau liquide, oxygène, lumière. Ils sont donc convaincus que si ces 5 conditions sont présentes, la vie apparaitra tôt ou tard, de façon « naturelle ». Ce que peu d’élèves apprennent, c’est que ces 5 conditions dites « nécessaires » ne sont pas du tout « suffisantes ». Pour que la vie commence, il manque quelque chose… Et depuis quelques dizaines d’années, nous savons quoi. Il faut d’abord que soit inventé et mis en place un langage avec son alphabet et son vocabulaire.

    C’est le langage du message génétique ADN. Son alphabet est constitué de 4 lettres (4 molécules) qui permettent d’écrire des mots dans le vocabulaire de l’ADN. Ces mots font des phrases, en respectant la grammaire de l’ADN, et ces phrases permettent de rédiger les instructions pour me construire physiquement, comme la couleur de me yeux, la sorte de mes cheveux, il détermine si je suis masculin ou féminin, si j’appartiens à l’espèce humaine ou aux kangourous, tout cela est inscrit « noir sur blanc » comme dans un livre, dans le langage de l’ADN qui contient les instructions de chaque être vivant depuis sa conception. Donc, maintenant que nous avons les 5 conditions ET le langage de l’ADN, on peut penser que la vie va pouvoir commencer.

    Mais non. Toujours pas, car il manque encore quelque chose… Il manque l’invention et la mise en place d’un second langage, celui des protéines. Son alphabet est différent, il est composé de 20 lettres : 20 sortes acides aminés, qui jouent le rôle de lettres et qui, selon les instructions du message génétique vont fabriquer (synthétiser) les protéines dont j’ai besoin pour vivre, car mes cellules meurent sans cesse ! Il faut les remplacer.

    Si nous trouvons sur Terre ou sur Mars ces deux langages avec chacun son alphabet, ET les 5 conditions, on peut penser que la vie va pouvoir commencer spontanément ? Toujours pas. Vous pouvez remuer tout ça durant des milliards d’années, il ne se passera rien. Car les deux langages ne se comprennent pas. La vie ne commencera pas. Il faut que soit inventé et mis en place ce qui manque quand deux langues ne se comprennent pas : un traducteur ou un dictionnaire entre les deux langages. Alors seulement vous pourrez constater un commencement de la vie sur Terre. Ainsi dans chacune de mes cellules, les instructions de l’ADN sont-elles traduites dans le langage de protéines pour que sur les chaînes de montage (les ribosomes) soient construites les protéines dont j’ai besoin pour vivre. Or nos scientifiques nous disent que la vie a commencé en effet sur notre planète il y a un peu plus de 3,5 milliards d’années.

    Et ce système incroyablement sophistiqué était opérationnel dès le début : il n’a (pratiquement) pas évolué depuis 3,5 milliards d’années. C’est le même système des deux langages et du traducteur qui a servi à écrire les premières formes de vie « monocellulaires » et les êtres humains, avec leurs 200 milliards de neurones. Ce qui a évolué ? L’information contenue dans les messages. L’information est beaucoup plus riche pour « fabriquer » un être humain, qu’un organisme monocellulaire.

    Pour inventer et mettre en place un système intelligent, l’expérience nous enseigne qu’il faut de l’intelligence. Ainsi la découverte de ce système génial relance-t-elle un vieux débat entre Aristote et Démocrite : « Les atomes sont-ils capables de s’organiser tous seuls, sans aucune instruction intelligente, pour créer des tulipes, des hamsters, des êtres humains ? »

    Explications sur la fausse théorie de l’évolution par Maria Valtorta :
    http://www.maria-valtorta.org/Epitre/Epitre23.htm

    • Ursule dit :

      La science révèle l’empreinte de Dieu : Un sérieux plaidoyer en faveur du Dieu créateur :
      http://www.rencontrerdieu.com/fiabilite-de-la-bible/dieu-et-la-science/la-science-revele-lempreinte-de-dieu-un-serieux-plaidoyer-en-faveur-du-dieu-createur-2056

      Conférence présentée à des élèves de Terminale dans un cours de philo, expliquant les preuves et la démonstration de l’existence de Dieu ainsi que les raisons de croire qui rendent la foi chrétienne absolument unique :

      « L’homme peut connaître Dieu ! », c’est le titre d’un livre écrit par Jean Dollié, ancien élève du Centre d’Études Religieuses, agrégé de l’Université. Depuis 20 ans, il enseigne les lettres dans le secondaire et l’enseignement supérieur.

      La science reconnait Dieu :

      • Atlas dit :

        Le 2 janvier 2016 décédait Michel Delpech. Depuis un certain temps, l’artiste cherchait à soulager son malaise en le transcendant. Il entama un long parcours de survie, essayant tout ce qu’il pensait pouvoir être des remèdes et des palliatifs à sa dérive : alcool, drogue, spiritisme, radiesthésie, marabouts et exorcisme, voyance, hindouisme et philosophie chinoise… cures de sommeil etc… Puis un jour, le chanteur confia être passé devant une chapelle rue du Bac, à Paris, y être entré et y être resté plusieurs heures. «Dans la maison de Dieu, où le Seigneur me protège, rien ne peut m’arriver, le diable ne peut pas se déchaîner. Mais une fois dehors, je me sens à nouveau menacé.» Il écrira plus tard, dans son ouvrage « J’ai osé dieu », et qu’il «a probablement toujours été chrétien». En 1975, Michel Delpech écrit la chanson Il y en a encore dans laquelle il évoque le sacré: «Des gens qui font le signe de croix / Qui vivent dans des monastères / Dévots qui chantent des prières / Il y en a, il y en a encore. / (…) Il y a encore des gens qui croient en Dieu». Puis il rencontre Geneviève Garnier-Fabre, une artiste-peintre. Ils se marient peu de temps après et resteront unis jusqu’à sa mort.
        http://musique.ados.fr/Michel-Delpech/Il-Y-En-A-Encore-t7342.html

        « J’ai osé Dieu » (Presses de la Renaissance) est son quatrième ouvrage, qui paraît en novembre 2013. Invité sur Europe 1 pour en assurer la promotion, l’artiste expliquait sa quête, très personnelle: «Je n’en parlais pas à ma famille, parce que mes proches sont plutôt agnostiques. Ils craignaient que ce genre de recherche me fasse plus de mal que de bien. Mais au fond de moi il y a une joie profonde, un apaisement». »

  25. Tom dit :

    Grâce aux progrès des sciences, on ne peut plus nous raconter n’importe quoi. On nous a beaucoup vanté les mérites du hasard, capable de réaliser des prouesses. Mettons-nous d’accord sur la définition. Au mot hasard, chaque dictionnaire nous dit à sa façon : « Cause fictive des événements soumis aux seules lois des probabilités. » Autrement dit, des événements qui ont lieu sans intervention d’intelligence organisatrice.

    Au cours de leurs recherches, sur l’apparition de la vie sur Terre, il est tout à fait concevable que les savants n’aient pas vu d’intelligence organisatrice. Qu’ils en déduisent « le hasard est responsable » ce qui veut dire « aucune intelligence n’est responsable », c’est présomptueux. Soit c’est un manque de réflexion, soit c’est une préférence pour la vieille philosophie de Démocrite qui refusait toute intelligence organisatrice. Et ils profitent de leur autorité de scientifique pour nous attirer dans leur croyance philosophique personnelle. Il serait plus juste qu’ils disent : « Actuellement, nous ne voyons pas d’intelligence apparente à l’œuvre, mais il pourrait y en avoir…Nous ne savons pas ». Ce serait plus honnête, car en affirmant c’est le « hasard », on laisse croire qu’on a trouvé l’explication.

    Surtout depuis que le grand public peut prendre connaissance du prix Nobel de chimie 2009 qui nous apprend une chose stupéfiante…Pour que la vie commence sur une planète, en plus des conditions nécessaires (bonne température, bonne pression, de l’eau liquide, de l’oxygène et de la lumière), nous savons désormais que doivent être inventés et mis en place deux alphabets, deux langages. Mais ce n’est pas tout : nous savons que pendant des centaines de milliards d’années, aucune vie ne pourrait commencer, si n’était pas également inventé en mis en place un traducteur entre ces deux langages de l’ADN et des protéines.

    Nos savants cherchent qui a inventé ce système prodigieusement génial que nous observons sans pouvoir le recréer nous-mêmes. Bien sûr, le hasard existe, sans quoi tout serait organisé sans aucune place pour les libertés, ce serait un déterminisme total. Mais la question qui se pose désormais est la suivante : le hasard seul, sourd, muet, aveugle, et complètement idiot (par définition puisqu’il est le contraire de l’intelligence ( le contraire du hasard, n’est pas d’abord le déterminisme, mais l’intelligence), est-il capable d’inventer seul, deux langages et un traducteur ?

    Depuis 2350 ans, dans notre tiroir des opinions, il y a un vieux débat entre Aristote et Démocrite : les atomes sont-ils capables de s’organiser tous seuls, sans aucune instruction intelligente, pour créer des tulipes, des hamsters, des êtres humains ?

    Il est devenu très difficile de croire que la vie peut commencer de façon simple et naturelle et spontanée, comme le croyaient les philosophies niant une intelligence organisatrice. Quand Pasteur démontrait l’impossibilité de la génération spontanée, cela nous enseignait que le commencement de la vie était déjà beaucoup moins simple qu’il n’en avait l’air…

    Mais Pasteur ne pouvait pas encore imaginer la complexité du système nécessaire pour que la vie puisse commencer sur notre planète ou une autre. En effet, nous le savons maintenant : il ne faut pas seulement une bonne température et pression, de l’eau liquide, de l’oxygène, du carbone et de la lumière !…

    Il fallait également que soient inventés et mis en place de façon opérationnelle deux langages (celui de l’ADN et celui des protéines), chacun disposant de son propre alphabet (4 lettres et 20 lettres) de son vocabulaire et de sa grammaire. Mais ces deux alphabets ne serviraient à rien sans l’invention et la mise en place d’un traducteur entre les deux langages, comme le savent tous les biologistes du monde. Surtout depuis octobre 2009 où le prix Nobel de chimie a été décerné à trois chercheurs travaillant sur cet intitulé : « comment fonctionne le traducteur entre les deux langages ? ».

    Chacun peut donc vérifier cette information apportée à l’enquête, cet indice qui nous permet de penser, en étant libéré de certaines idées fausses tendant à nous faire croire que la vie apparait spontanément dès que les conditions sont propices, sans avoir besoin de la moindre intelligence organisatrice, comme on dit : « par hasard » !

    Autrement dit, plus les progrès des sciences avancent, plus les conditions nécessaires à l’apparition de la vie se révèlent exiger de l’intelligence et même, du génie. En mettant fin à la génération spontanée, en 1961, Pasteur sortait l’humanité d’une fausse piste. Cette découverte a provoqué deux résultats : faire avancer la science et faire s’effondrer la philosophie hylozoïste qui enseignait que les atomes vivants et doués de conscience s’organisent tout seuls car on voit qu’ils ont besoin d’être organisés par des instructions.

    Mais cette réfutation n’a pas empêché Darwin de continuer de croire à la génération spontanée, comme il l’écrivait à son ami Joseph Hooker en 1871,à peine 10 ans après la démonstration de Pasteur : « La vie est apparue dans un petit étang chaud, dans lequel il y avait un riche bouillon de produits chimiques organiques, à partir desquels s’est formé le premier organisme primitif à la suite d’une longue période d’incubation durant les temps géologiques ».

    Il pensait très sincèrement que l’on n’allait pas tarder à trouver les passerelles entre la matière inerte et le vivant. Car entre le caillou et le brin d’herbe il y avait surement le même principe d’évolution qui se fait toute seule, qu’entre les espèces vivantes, sans quoi, comment expliquer la présence d’êtres vivants puis pensants dans un univers de matière inerte, privé d’intelligence organisatrice ? Mais c’est plutôt le contraire qu’on découvre : un abîme. On retrouve donc, chez Darwin et ses amis, la vieille croyance de Leucippe et Démocrite. Car, avant d’être une question scientifique, (qui reste une énigme à ce jour, pour les biologistes du monde entier), la question du commencement de la vie faisait l’objet d’un débat philosophique. Les « atomistes » Leucippe et Démocrite (-460 – 370 ), enseignaient qu’il n’y a pas besoin d’intelligence organisatrice pour créer des êtres vivants.

    Ils ont posé à priori qu’il n’y a pas de dieu organisateur car ils n’aiment pas cette idée d’une intelligence organisatrice, ils préfèrent croire que ça se fait tout seul, autrement dit : « par hasard ». Aristote, (-384-322) au contraire, ne se gênait pas pour qualifier cette croyance de folie (mania) car, à ses yeux, elle refusait le réel qui témoigne d’une extrême complexité et d’une organisation intelligente de la matière, pour que des êtres vivants existent. Ce que les sciences confirmeront.

    Alors, intelligence organisatrice et créatrice ou pas ? Le débat restait ouvert puisque, si la réponse sautait aux yeux d’Aristote (il faut de l’intelligence créatrice) les « atomistes » continuaient d’affirmer le contraire. Comment expliquaient-ils l’existence de ces structures complexes que sont les plantes, animaux, êtres humains ?

    Uniquement par le jeu des probabilités. C’est simple : il y a un nombre infini d’atomes qui existent depuis l’éternité dans une sorte de Chaos (sans ordre). Ces atomes éternels et en quantité infinie sont en mouvement. (Eh oui, il faut bien qu’ils soient en mouvement car s’ils étaient immobiles, on comprend que rien ne pourrait se passer.) Mais pour une raison qu’on ignore, ils sont en mouvement et grâce à cela, ils peuvent se rencontrer de façon « fortuite », autrement dit « par hasard », sans aucune intention organisatrice. Ainsi, de la rencontre de deux atomes va naître une pâquerette, de trois autres un canard sauvage et d’autres encore un peuplier ou des êtres humains…

    Lucrèce ( -270 -306,) pensera la même chose. C’est tellement facile, il suffit de laisser faire les lois des probabilités statistiques. (Personne ne semble se demander d’où viennent ces lois). C’est à cette antique philosophie que se rattachent les amis de Darwin. Le hasard s’occupe de tout et la sélection naturelle fait le tri. Pourquoi pas ? Cette philosophie pourrait avoir raison. En attendant de voir si on peut vérifier leurs affirmations, cette philosophie est à situer à sa juste place : une tentative d’interprétation et rien de plus. De même pour ceux qui comme Aristote enseignent qu’il y a un démiurge intelligent ou un dieu qui agit. Ce n’est qu’une autre tentative d’interprétation opposée à la précédente. Ce n’est donc pas un débat entre science et religion, mais entre deux interprétations d’un même fait scientifique : la vie a commencé sur notre planète et elle va du plus simple au plus complexe. Car du point de vue purement scientifique rien ne permettait de donner raison à l’une ou l’autre de ces deux interprétations contradictoires. Rien ? Rien…jusqu’en 1953…

    Stan Miller pensait qu’en reconstituant les conditions de la planète Terre telles qu’elles se présentaient à l’époque du commencement de la vie (il y a environ 3,5 milliards d’années), il serait possible de montrer que l’apparition de la vie est assurément un phénomène tout à fait naturel. Il mit dans des ballons les gaz qui devaient sans doute composer l’atmosphère de cette Terre primitive reconstituée artificiellement. (méthane, ammoniac, dihydrogène, vapeur d’eau. ) L’expérience eut lieu à l’université de Chicago, et Miller et Urey obtinrent quelques résultats. Les années suivantes, Miller espérait trouver mieux, mais il obtint approximativement les mêmes résultats. C’était en 1953, et il semble que depuis, on n’ait guère enregistré de progrès… C’est sans doute la raison pour laquelle on ne parle plus tellement de cette expérience.

    Mais il peut arriver qu’on en entende parler sous forme de rumeurs invraisemblables : comme si Miller avait réussi à créer de la vie !… Ou comme s’il avait obtenu pratiquement toutes les lettres de l’alphabet des acides aminées, alors qu’il n’en a obtenu au mieux que 13 sur 22, semble-t-il … Ainsi que des sucres, des lipides, et quelques composants des acides nucléiques, mais pas d’acides nucléiques entiers (ADN ou ARN). Cette vie dont on nous dit qu’elle a émergé « par hasard », toute seule, nos meilleurs scientifiques essaient de la faire émerger, et en y mettant beaucoup d’intelligence (le contraire du hasard), ils n’y arrivent pas. Ils ont beau connaître tous les atomes qui constituent le moindre organisme composé d’une seule cellule, ils ont beau rassembler tous ces atomes et essayer de leur donner vie, ils n’obtiennent qu’un agglomérat d’atomes mais toujours pas de vie… Et s’ils réussissaient à en obtenir un jour, ce sera sans doute grâce à leur génie, et non grâce à l’absence d’intelligence qu’on a coutume de nommer « hasard ».

    Cette expérience de Miller, était sans aucun doute une bonne idée, mais réfléchissons un peu. Supposons que Miller et Urey aient réussi à obtenir spontanément toutes les molécules nécessaires aux deux langages (ADN et protéines) cela ne ferait que repousser la question d’une intelligence créatrice. Car cela nous apprendrait juste que des lois de la nature dirigent la fabrication de ces molécules et leur organisation. De même que des lois identifiées conduisent les molécules d’oxygène et celles d’hydrogène à s’associer « spontanément » dans certaines conditions pour faire H2O : de l’eau à l’état liquide ou solide ou gazeux. Mais la question qui se pose est : une loi est-elle capable de s’auto-rédiger ? De s’auto-organiser ? De s’auto proclamer ? Généralement pour qu’il y ait une loi et pour qu’elle soit respectée, il faut bien qu’il y ait de l’intelligence qui préside à l’invention de cette loi et à sa mise en place. Il faut un ou plusieurs auteurs. Qui donc est l’auteur des fameuses « lois de la nature » qui sont entrées dans le langage commun ? Une fois de plus, la question de l’intelligence créatrice ou organisatrice n’est pas ridicule ni absurde ni irrationnelle. Elle est de plus en plus actuelle, surtout depuis que nous connaissons le second Principe de la thermodynamique et ses conséquences…

    A en croire les différentes philosophies qui se proclament « matérialistes », l’apparition de la vie sur terre (ou sur telle autre planète) serait un phénomène tout à fait naturel qui, comme tout phénomène naturel, dépendrait uniquement des « lois de la nature »… On nous répète sur tous les tons que la vie a « émergé », tout à fait par hasard, (c’est-à-dire : sans aucune intelligence organisatrice comme disait Démocrite qui croyait à un chaos primordial d’atomes en mouvement) dans une soupe primordiale… Autrement dit, tout ça est un phénomène naturel qui n’a besoin de personne. Ce qui n’est pas sans rappeler à nos lecteurs la vieille croyance archaïque en la génération spontanée.

    En nous racontant tout cela, ils oublient de nous dire qu’au contraire, il existe une loi de la nature qui effectue plutôt le travail naturel inverse ! C’est-à-dire que l’apparition de la vie, il y a environ 3,5 milliards d’années, serait en réalité, un phénomène plutôt « non naturel ». Attention ! Je ne parle pas ici de la question de la transmission de la vie, mais de la grande question de l’apparition de la vie, sur notre planète, ou ailleurs. Qu’est-ce qui nous permet de dire que ce phénomène est « non naturel » ?

    D’abord parce que doivent être inventés et mis en place les deux langages et les deux alphabets de l’ADN et des protéines ainsi que le traducteur (voir Prix Nobel de Chimie 2009), système génial qui relève d’une intelligence organisatrice qu’il faudra, si possible, essayer d’identifier.

    Mais, de plus, parce que nous savons aujourd’hui qu’il existe une loi de la nature qu’on oublie trop facilement dans cette réflexion. Une loi de la nature qui lutte farouchement contre toute organisation complexe et qui finit pas l’emporter. C’est le « Second Principe de la thermodynamique ». On l’appelle aussi « Principe de Carnot-Clausius », et malheureusement en France, personne n’en entend jamais parler au cours de sa scolarité, excepté les seuls élèves ingénieurs qui en étudient les équations, « plutôt rébarbatives », selon eux, le plus souvent sans en percevoir toute la portée. Pourtant, ce Principe découvert au début du XIXe siècle par le Français Nicolas-Sadi Carnot (1796-1832), pourrait nous intéresser car il nous concerne tous, sans exception.

    Il nous apprend que dans notre Univers, toute structure organisée s’use et vieillit de façon irréversible, si elle ne reçoit plus d’information. Et ce, bien avant que les hommes soient présents sur Terre, mais depuis le commencement de l’Univers, il y a 13,81 milliards d’années. Le prussien Rudolf Clausius (1822-1888) a compris que ce Principe découvert par Carnot, avait une dimension universelle, et il lui a donné le nom d’entropie, à partir du grec entropé pour signifier ce qu’elle est : une involution, une régression, exactement le contraire d’une évolution ou d’une progression. Vers 1850, Clausius l’énonce ainsi : « Toute composition, physique, chimique ou biologique, qui ne reçoit plus d’information, tend à retourner à son état le plus probable qui est la poussière, la dispersion. »

    Depuis la découverte du Principe de Carnot-Clausius (au XIX°s.) nous comprenons pourquoi, dans l’Univers, tout s’use, vieillit et meurt, depuis le début, d’une façon irréversible, en sorte que l’Univers aura une fin. Comment allaient réagir les scientifiques dont la philosophie affirmait le contraire ?

    Il y avait en Allemagne un savant de renommée internationale qui s’appelait Ernst Haeckel (1834-1919). Ce médecin, biologiste, était beaucoup plus connu que son ami Darwin, c’est d’ailleurs lui qui, s’appuyant sur sa propre notoriété, en a fait bénéficier les théories de l’évolution et leur auteur qui venait de publier L’Origine des espèces au pays de Goethe. Haeckel est l’inventeur du mot écologie (en 1866) et il faut lui reconnaître des qualités puisqu’il a mieux perçu que d’autres l’unité du psycho-somatique. Mais cet homme brillant allait tout simplement détester le Principe de Carnot – Clausius, appelé aussi « second Principe de la Thermodynamique », au point de déclarer en public et d’écrire dans son livre Les énigmes de l’Univers : « … Il faut sacrifier ce Second Principe ! »

    On avait rarement vu de scientifique réfuter l’expérience à ce point, et espérer, à coups de déclarations, abolir une loi de la Nature. Qu’est-ce qui a pu motiver un tel comportement vis-à-vis du réel ?

    Tout simplement un conflit entre deux représentations du monde. Haeckel n’était pas seulement un honorable homme de science qui observe les phénomènes et les étudie, il était aussi le fondateur d’un groupe philosophique qui avait choisi pour Maître le philosophe Baruch Spinoza (1632-1677). Etant donné que dans le vocabulaire de Spinoza on trouve souvent le mot Dieu, on pourrait supposer que ce philosophe parle du Dieu de la Bible (d’autant plus qu’il était d’origine juive.) Mais ce n’est pas du tout le cas : pour lui, comme pour son disciple Haeckel, c’est l’Univers qui est « dieu ». « Dans la grandiose conception panthéiste de Spinoza, la notion de monde (universum, cosmos) s’identifie avec la notion totale de dieu ; cette conception est en même temps le plus pur et le plus raisonnable monisme… Cette universelle Substance ou ce divin être cosmique nous montre deux attributs fondamentaux : la matière (infinie) et l’esprit (énergie)… » écrivait Haeckel, et selon lui : « matière et énergie se conservent éternellement ».

    C’est le monde, la nature, ce qu’il appelle la Substance, voilà ce qui est unique et qui est dieu. « Nature ou Substance ou dieu », « Dieu et le monde sont un seul et même être… » enseignait Spinoza, tout cela c’est la même chose, la même Substance unique (=monos en latin). D’où le nom du groupe de Haeckel : « Monisme ». Ou encore : Monisme de la Substance.

    On retiendra donc que Spinoza et Haeckel avaient fondé toute leur pensée sur une représentation du monde qui était tout à coup devenue impossible, opposée à l’expérience !
    La découverte de ce Principe de la thermodynamique transformait leur représentation du monde en conte de fée. Un récit absolument fictif et impossible. Car Haeckel avait très bien compris que si l’Univers est dieu, alors l’Univers ne peut pas connaître de commencement ni de fin. Il doit impérativement être stable et fixe et éternel, ce qui est radicalement en contradiction avec ce Principe de régression irréversible découvert depuis peu par Carnot et Clausius. Déjà Haeckel avait réussi le tour de force qui consistait à adapter la philosophie de Spinoza, à la découverte de l’évolution. C’était fort, car pour la même raison, cette représentation du monde était tout à fait fixiste. En effet, si l’Univers est dieu (panthéisme) il ne peut ni évoluer positivement, ni régresser, c’est exactement ce qu’enseignait Spinoza. Mais Haeckel a eu recours au bon vieux mythe des cycles éternels. Il suffisait d’aller puiser dans la vieille cosmogonie d’Héraclite. Lui-même, rappelle Haeckel, était allé la chercher chez Anaximandre et les pythagoriciens. De son côté Nietzsche, qui entreprenait la même démarche de rejet du second Principe, affirmait l’éternel retour en puisant aux mêmes auteurs grecs, auxquels il ajoutait les sources iraniennes et les « Lois de Manou ». Il a dit que cet éternel retour était confirmé par les sciences, Hengels le prétendait également.

    Mais les sciences ne confirmaient rien de tout cela, au contraire, comme l’explique Clausius :
    « On entend fréquemment dire que tout, dans le monde, a un cours circulaire (cycles). Pendant que des transformations ont lieu dans un sens, d’autres s’accompliraient en sens inverse, de sorte que l’état du monde resterait invariable. Le monde peut donc continuer à subsister éternellement de la même façon. Le second Principe contredit cette opinion de la manière la plus formelle… De là résulte que l’état de l’Univers doit changer de plus en plus dans un sens déterminé. » Haeckel n’est pas le seul scientifique qui ait réfuté l’expérience quand elle démontrait son erreur, et préféré sa fausse croyance plutôt que la réalité…

    Le titre complet du livre de Darwin est : L’Origine des espèces au moyen de la sélection naturelle ou la préservation des races favorisées dans la lutte pour la vie.

    Selon l’astrophysicien James Hopwood Jeans (1877-1946), les univers cycliques sont aussi impossibles que les machines à mouvement perpétuel.

  26. Benoit dit :

    Le mensonge de l’évolutionnisme : en fait l’homme ne descend pas du singe.
    http://www.bibleetnombres.online.fr/mensevol.htm

    contrairement à ce que Darwin pensait :

    Reste à se demander pourquoi les évolutionnistes interdisent la libre recherche scientifique et la liberté d’expression :
    http://www.enquete-debat.fr/archives/comment-les-evolutionnistes-interdisent-la-libre-recherche-scientifique-et-la-liberte-dexpression-22302#

  27. Patrick dit :

    Les trous noirs existent-ils ? Ils seraient à l’origine une étoile s’effondrant sur elle même. Sa masse ultra concentrée formait ainsi une immense force d’attraction pour tout ce qui se trouve autour de lui.

    Mais selon Stephen Hawking : « Il n’y a pas de trous noirs »
    http://www.nature.com/news/stephen-hawking-there-are-no-black-holes-1.14583

    Pour Jean pierre Petit il n’y en a pas non plus. L’univers est un Janus, il a deux visages (mathématiquement, on dit qu’il est « bimétrique »). Sur l’un, les particules à énergie et masse positive, les étoiles, la Terre, vous, moi. Sur l’autre les particules à énergie et masse négative. Dans ce second « secteur », les lois de la Relativité Restreinte jouent aussi, mais la vitesse de la lumière (celle de photons d’énergie négative, que nous ne pouvons pas voir) est beaucoup plus élevée. Ainsi si on découvre un moyen technico‐scientifique d’inverser la masse d’un vaisseau et de ses occupants, alors celui‐ci pourrait cheminer à une vitesse beaucoup plus élevée. Cela rendrait les voyages interstellaires « non-impossibles ». Avant Einstein, la matière, et la lumière, les photons, sont des objets qui cheminent dans un espace à trois dimensions en suivant des trajectoires qui, s’agissant des objets matériels, sont influencées par des forces, dont la force de gravitation. Einstein remplace cela par des géodésiques d’une hypersurface espace‐temps. Einstein, tel un prestidigitateur, a fait disparaître les forces en les remplaçant par des courbures de l’espace. Quand vous regardez le ciel qui est au‐dessus de votre tête, la moitié des étoiles sont « célibataires » et l’autre moitié vit en couples. Les ménages à trois, ou plus, sont instables. Dans les couples, il y a un très grand nombre où l’une des étoiles est une étoile très émissive, qui envoie des bouffées de gaz. On appelle cela le « vent stellaire ». Dans le cas du Soleil c’est le « vent solaire ». L’autre étoile peut être une étoile à neutrons, un objet très petit, très dense, résidu de l’explosion, sous forme de supernovae, de l’étoile qui avait été jusque là le compagnon de la première. Le cosmos est très vaste. Dans notre seule galaxie il y a déjà 200 milliards d’étoiles et vous savez que quand le télescope spatial Hubble regarde dans une « fenêtre » qui a l’aspect du chas d’une aiguille tenue à bout de bras, il détecte 10.000 galaxies. Ainsi, quand les théoriciens prédisent que tel ou tel objet pourrait exister, si ça n’existe pas, on ne trouve rien. Mais s’il a vu juste, on trouve d’abord un objet, puis cinq, puis 100 puis des dizaines de milliers. La découverte progresse alors de manière exponentielle. Vous en avez un exemple actuellement avec les exo-planètes. En 1931 l’astronome Américain Fritz Zwicky avait, lors d’une célèbre conférence donnée au Caltech, expliqué que les étoiles massives devaient connaître des fins explosives, se transformer en supernovae. Le scepticisme a été général. Têtu, il partit lui‐même, seul, à la recherche de ces objets. En 1935 il trouve le premier. Trois ans plus tard il avait fait une douzaine d’observations, dans de lointaines galaxies. Dans ces galaxies apparaissait soudain un point très lumineux, qui disparaissait quelques mois plus tard. Aujourd’hui ces objets se comptent par dizaines de milliers. Même chose pour les étoiles à neutrons, dont l’existence avait été prévue par le Russe Lev Landau en 1932. Peu après, Zwicky a suggéré que ces objets pourraient émettre des rayons X. La première étoile à neutrons été découverte en 1967 par l’anglaise Jocelyn Bell. Aujourd’hui on en dénombre des milliers. Les étoiles à neutrons ou les supposés trous noirs émettent le même genre de rayonnement X. Il est émis par des électrons quand ceux‐ci subissent une forte accélération. Alors « ils protestent ». Ce signal X, c’est le cri de l’électron qui tombe sur une étoile à neutrons, ou un trou noir. Au niveau du signal rien ne les différencie. La différence se situerait au niveau de la masse de l’objet. Celle des étoiles à neutrons ne peut pas dépasser plus de 3,3 masses solaires. On évalue la masse du compagnon invisible de l’étoile Cygnus X1 à 6 masses solaires. On en conclut donc que c’est un trou noir. Mais si une conjugaison d’erreurs de mesures (Cygnus X1 est censé être à 6000 années lumières de nous) se conjuguent, alors cette source X deviendrait une bête étoile à neutrons. Un des arguments qui soulèvent le scepticisme quant à l’existence des trous noirs stellaires, c’est leur anormale rareté. En effectuant un parallèle avec les supernovae et les étoiles à neutrons, compte tenu des progrès des moyens observationnels, on devrait actuellement les compter par milliers. Les années qui passent ne font qu’accroître le scepticisme. Un engin spatial, si vous voulez l’installer sur une orbite donnée, plus cette orbite sera lointaine, plus il vous faudra dépenser d’énergie. Ainsi vis à vis d’un objet comme la Terre, pour une sonde spatiale de masse donnée, si vous voulez lui faire quitter l’attraction terrestre il vous faudra dépenser l’énergie correspondante. Un objet de masse m qui serait à la surface d’une étoile à neutrons ayant une masse supérieure à 3,3 masses solaires, représente une énergie mc2. Donc une masse m, même si elle se transformait entièrement en énergie, ne pourrait produire plus que E = mc2 selon la célèbre relation d’Einstein. Si l’étoile à neutrons a une masse supérieure à 3,3 masses solaires, l’énergie à fournir pour permettre à une masse m de la quitter dépasse là mc2. Donc aucun objet ne peut s’en échapper. Et c’est valable aussi pour les photons, qui ont une énergie hV. Eux aussi perdent de l’énergie pour quitter une masse. Déja, quand une étoile à neutrons a une masse, disons de 3,2 masses solaire, et qu’elle émet un photon d’énergie hV, celui-ci « rame » pour quitter l’étoile. Son évasion lui coûte de l’énergie, et quand il a réussi à s’échapper il n’a plus qu’une énergie inférieure. On appelle cela le « redshift gravitationnel ». Quand la masse atteint 3,3 le photon consomme toute son énergie. Et comme un photon, c’est un grain d’énergie, il n’existe plus. Les étoiles à neutrons sont censées, pour beaucoup, constituer le résidu de l’explosion d’une supernovae. On peut supposer que ce phénomène a le bon goût de ne laisser comme résidu que des étoiles à neutrons d’une masse inférieure à cette masse critique. Mais si celle‐ci est en couple avec une étoile bien émissive et suffisamment proche, celle‐ci va faire croitre sa masse en lui envoyant de l’hydrogène, à cause du vent stellaire. Inéluctablement, des étoiles à neutrons devraient alors dépasser les 3,3 masses solaires. C’est là ou des théoriciens se sont mis à parler de trous noirs. Ils ont « vendu » aux astronomes la solution de Schwarzschild extérieure, qui décrit une portion de l’univers où il n’y a ni matière, ni énergie. Ils leur ont livré une solution se référant à une région de l’espace où règne le vide, où il n’y a aucune matière, pour décrire un objet au contraire hyperdense. Et quand une étoile à neutrons voyait sa masse dépasser 3,3 masses solaire, on pensait qu’elle implosait. Il n’y avait plus de neutrons, ni de particules. Seulement « de la matière », d’une nature non définie. Pour bien comprendre comment ces théoriciens voyaient la chose, Imaginez un puits très profond, dans lequel vous entassez des ampoules électriques. Elles sont au contact, comme les neutrons dans l’étoile. Vous imaginez bien que vous ne pouvez pas entasser des ampoules indéfiniment. Il arrivera un moment où la résistance du verre s’avérera incapable d’encaisser la pression et on aura une dégringolade de débris de verre vers le fond de ce puits. Ainsi quand l’étoile à neutrons reçoit la quantité fatidique de matière émise par l’étoile voisine, elle implose en un millième de seconde. Mais pour l’observateur extérieur, tout ceci semble se dérouler en un temps infini. Il y a découplage des temps. En Relativité Générale, l’écoulement du temps dépend de l’endroit où on se trouve. Imaginez un être qui soit insensible à la gravitation, qui habite sur une étoile à neutrons. Imaginons qu’il puisse, tel un personnage du Petit Prince, y faire pousser des pommiers, eux aussi insensibles à la gravitation. Une pomme se décroche d’un pommier et tombe à la surface de l’étoile à neutrons. Le type ramasse cette belle pomme rouge, et la porte à sa bouche. Soudain il réalise qu’elle est devenue … verte. Pourquoi ? Parce que la forte gravitation qui règne à la surface d’une étoile à neutrons altère l’écoulement du temps ! Quand vous mettez dans une boite d’allumettes la matière d’une étoile à neutrons, cela représente des milliards de tonnes. Au voisinage d’une étoile à neutrons, le champ gravitationnel varie très vite avec la distance. Si une telle étoile se transformait en trou noir, avec une surface horizon, et si des astronautes courageux tentaient de franchir cette frontière, quitte à ne plus jamais pouvoir revenir, leur vaisseau serait distendu et disloqué. Il en serait de même pour leurs corps, les molécules qui le composent. Par contre une telle plongée serait envisageable dans un « trou noir géant ». Là les passagers du vaisseau ne s’apercevraient de rien. Par contre, pour un observateur extérieur cette plongée n’en finirait pas, durerait un temps infini. Du fait de ce dérapage temporel, les messages radio envoyés par les passagers deviendraient inaudibles, en dégringolant dans le grave, à l’infini. L’image du vaisseau virerait au rouge, puis à l’infrarouge. Bref, la cosmologie est pleine de trucs qu’on ne comprend pas, comme les quasars qui sont eux aussi pris pour des trous noirs.
    http://french.ruvr.ru/2014_06_30/Les-trous-noirs-n-existent-pas-Partie-1-8534/
    http://french.ruvr.ru/2014_06_30/Les-trous-noirs-n-existent-pas-Partie-2-4021/

    • Hervé dit :

      Nassim Haramein développe dans ses conférences le concept de trou noir mais aussi de trou de ver. Il arrive à faire des rapprochements entre la science et certains savoirs religieux connus depuis des millénaires. Pour lui l’Arche d’Alliance était un vortex et il est fort possible qu’il ait été amené en France. L’univers viendrait d’un proton, sortant d’un autre univers. Le big bang se passe en fait à tous les instants. Les objets sont comme le disait Einstein, une extension du vide.

      Par exemple pour lui, la conscience, qui est en communication étroite avec tout l’univers, n’est pas produite par le corps mais est en interaction avec celui-ci. Donc si la spiritualité est dans la matière, à l’intérieur de celle-ci on est connecté avec tout l’univers. Et notre état émotionnel influence notre système bio (fréquence du cœur, des fluides etc…). S’il est perturbé, cela aura des conséquences sur notre corps.

      Le réseau de micro-trous de ver est à l’origine de la masse et du confinement de l’énergie de la matière. Une matière faite de particules qui tournent à la vitesse de la lumière. Ce qui est incroyable, un être humain est fait de cent mille milliards de cellules. Mais que chaque cellule est faite de cent mille milliards d’atomes.

      Ainsi tous les protons sont interconnectés entre eux dans l’univers. Et leurs informations se retrouvent sur un seul proton. L’atome dans ces conditions semble être un trou noir. Il n’y aurait donc pas de distinction entre les particules subatomiques et les trous noirs.

      D’autre part, depuis une quinzaine d’années, on sait envoyer dans une boite conique fermée des deux côtés des champs électromagnétique qui tournent. Dans la partie plus petite, les micro-ondes sont forcément plus denses que dans celle plus large. Alors que rien n’en sort, la boite arrive à bouger. On constate une poussée contre l’énergie du vide. Le changement de densité de l’énergie du vide fait bouger la boite.

      Quand on saura contrôler la gravité, l’être humain connaîtra une civilisation incroyable, car il aura accès à des ressources infinies . Actuellement nous sommes à l’aube de cette découverte majeure. Par contre, il reste dubitatif avec le boson de Higgs. Ce qui est derrière cette histoire n’est pas très clair et pourrait être une supercherie.

  28. […] Foto’s: oermens, lays, ontspanning, koolhydraten, ijsberg, roomboter, waarheid, groentes, transvetten […]

  29. Lino dit :

    En 1938 Parravicini a écrit ce qui suit : « La théorie de Darwin cessera d’être parce qu’on saura que l’homme est descendu des planètes ».
    http://planetexhercolubusnibiruprophetieovni.blogspot.fr/2012/01/parravicini-et-la-planete-hercolubus.html

    Certains savoirs évoluent, même ceux que l’on pensait prouvés scientifiquement ! Les questions de race par exemple ne sont pas vues de la même façon aujourd’hui qu’elles l’étaient en 1950 :
    http://unesdoc.unesco.org/images/0012/001269/126969FB.pdf

    La théorie de l’évolution et ses limites :

  30. Patrick dit :

    Remise en cause argumentée de Darwin par le Rav Ron Chaya :

  31. John dit :

    Le fossile d’un organisme multicellulaire vieux de 600 millions d’années a été découvert en Chine. C’est une découverte pour le moins surprenante que Lei Chen (Institut de paléontologie et de géologie de Nanjing, Chine) et ses collègues viennent d’effectuer, tandis qu’ils recherchaient des fossiles dans un site bien connu des paléontologues : la formation dite de DouShantuo, située dans la province chinoise de Gizhou. Jusqu’ici, les organismes fossiles datant de 600 millions d’années connus à ce jour étaient des organismes unicellulaires, comme des bactéries par exemple.

    Les caractéristiques qui font qu’un organisme est considéré comme « complexe » : Il y a plusieurs paramètres, parmi lesquels le fait d’observer une adhésion entre plusieurs cellules (un prérequis indispensable pour pouvoir parler de multicellularité), une différenciation cellulaire (certaines cellules spécialisées dans une fonction donnée, d’autres cellules dans une autre fonction), et la présence d’un mécanisme de mort programmée des cellules. Autant de caractéristiques présentes chez les animaux et les végétaux actuels.

    Or, ces caractéristiques semblent précisément être également présentes chez le fossile découvert par Lei Chen et ses collègues. Une découverte qui va donc probablement obliger les paléontologues à remettre en question leur vision de l’histoire de la vie sur Terre.

    Ces travaux ont été publiés le 24 septembre 2014 dans la revue Nature, sous le titre »Cell differentiation and germ–soma separation in Ediacaran animal embryo-like fossils » .
    http://www.nature.com/nature/journal/vaop/ncurrent/full/nature13766.html

  32. Justice dit :

    Ça aurait pu être intéressant, mais j’ai arrêté à la suite de fibonacci qui est erronée elle commence avec 1 … 1+1+2+3+5+8+13+21+34+55…

    • Laurent dit :

      Des scientifiques et des archéologues modernes ont trouvé beaucoup d’objets anciens inexplicables. Ils semblent être les vestiges de civilisations avancées et ont été trouvés partout dans le monde. Ces trouvailles archéologiques nous disent très probablement qu’avant l’émergence de la civilisation humaine, il existait d’autres êtres intelligents qui bâtirent des civilisations hautement développées qui furent détruite pour d’inexplicables raisons.
      http://echelledejacob.blogspot.fr/2014/11/objets-prehistoriques.html#more

  33. Tom dit :

    Une association de défenseurs des primates avait expliqué devant une cour d’appel de New York que les chimpanzés avaient  » les mêmes caractéristiques que les humains et qu’ils devaient, de ce fait, être reconnus comme des «personnes légales» et bénéficier des mêmes droits fondamentaux. »
    http://www.20minutes.fr/planete/1495063-20141205-chimpanzes-personnes-tranche-cour-new-yorkaise

    Mais voilà, les juges de New York ont refusé d’élargir les droits des chimpanzés en refusant d’élargir la définition de la personne légale : «Un chimpanzé n’est pas une personne qui peut bénéficier des droits et des protections garantis par l’habeas corpus», ont-ils écrit dans leur décision rendue le 4 décembre 2014. L’habeas corpus énonce, dans les législations anglo-saxonnes, la liberté fondamentale de ne pas être emprisonné sans jugement. « Contrairement aux êtres humains, les chimpanzés n’ont aucun devoir, ne sont soumis à aucune responsabilité sociale et ne peuvent être tenus légalement pour responsables de leurs actes », expliquent les juges. « Par conséquent, ils ne peuvent pas prétendre aux mêmes droits que les humains, estiment-ils. »

    • Carlos dit :

      Les juifs pensent être des humains et les goys des animaux ! Le plus grand philosophe juif de l’histoire, Moïse Maïmonide, voyait par exemple les Turcs : « comme des animaux muets, et selon mon opinion, ils n’atteignent pas au rang d’êtres humains. Parmi les choses existantes, ils sont inférieurs à l’homme mais supérieurs au singe car ils possèdent dans une plus grande mesure que le singe, l’image et la ressemblance de l’homme. »

      Aussi, comme pour les singes, les goyim n’ont pas besoin de passer devant un juge ! D’où le Patriot Act américain !

      Dans le même esprit, un juif peut se permettre de tuer un goy !
      http://blogs.mediapart.fr/blog/jean-francois-goulon/230714/comment-tuer-les-goyim-et-influencer-lopinion-publique-i

      Les rabbins Shapira et Elitzur énoncent les mêmes horreurs que certains tenants de l’islamisme…On comprend pourquoi l’extrême droite israélienne alliée au gouvernement de Benyamin Nétanyahou s’entend si bien avec les islamistes sanguinaires !

  34. Gabi dit :

    Selon Immanuel Velikovsky, les dinosaures auraient cohabité avec les hommes, Justement, en début d’année 2013, le chercheur Mark Armitage travaillait sur le site de l’excavation de Hell Creek dans le Montana, et il découvrit ce qu’il pensait être la plus grande corne de tricératops jamais exhumée sur le site. De retour à CSUN (California State University, Northridge) et après examen de la corne sous un puissant microscope , Armitage fut fasciné par la découverte de tissus mous sur l’échantillon. Les collègues d’Armitage se montrèrent moins que ravis par cette découverte, car elle présentait de sérieuses implications pour la théorie de l’évolution. La découverte d’Armitage indiquait que les dinosaures sillonnaient toujours la terre il y a seulement quelques milliers d’années et ne s’étaient pas éteints il y a 60 millions d’années selon la théorie officielle. Curieusement, peu de temps après avoir annoncé sa découverte, Armitage fut licencié. Il n’est malheureusement pas le seul scientifique à être renvoyé après avoir révélé une découverte qui contredit les théories orthodoxes. Les découvertes d’Armitage furent finalement publiées en juillet 2013 dans le journal scientifique Acta Histochemica.

    http://www.nature.com/news/university-sued-after-firing-creationist-fossil-hunter-1.16281
    http://losangeles.cbslocal.com/2014/07/24/scientist-alleges-csun-fired-him-for-discovery-of-soft-tissue-on-dinosaur-fossil/

  35. LeChercheur dit :

    UN AUTEUR SANS DROIT D’AUTEUR

    La plus simple des cellules vivantes, qui a le culot d’être très complexe et les animaux qui ne peuvent se payer le luxe d’attendre des millions d’années pour que leurs organes essentiels et leurs systèmes comme les systèmes sanguins, respiratoires et reproductifs se forment et encore moins le cerveau. Aussi, ils les ont commandés en ligne et reçus via une livraison prioritaire. Durant le trajet, le hasard a embauché un programmeur génial qui en un clin d’œil, a programmé leur ADN juste avant la naissance, sinon c’est caput, niet, Lla, no, zéro! Toutes les nations du monde, et toutes les grandes multinationales recherchent ce super programmeur pour l’embaucher. Celui-ci les a toutes refusées. Car, ON S’OBSTINE À LUI REFUSÉ LES DROITS D’AUTEUR.

    • Jim dit :

      Le programmateur en question s’appelle « Elohim » dans la Genèse biblique.
      C’est un pluriel qui signifie « ceux qui sont venus du ciel ».
      Il s’agit d’une peuplade étrangère a la terre, maitrisant parfaitement le technologie, dont le niveau a évolué au fil du temps. Ils ont créé des formes de vie très simples au départ de la création, puis ont amélioré leurs techniques, pour en arriver un jour a créer des humains, comme eux.

      • Quentin dit :

        Mais qui a créé le programmateur « Elohim » ?

        • Jim dit :

          D’autres bien sur! Cela me semble évident….Et ces autres qui les aurait créés eux? D’autres également, et cela a l’infini. Faut pas chercher un début, il n’y en a pas.
          C’est ainsi dans l’univers infini, lorsque la technologie, l’intelligence, la sagesse, se réunissent, la science fait des progrès tels, que ces entités deviennent des créateurs, capable de voyager dans l’espace, et de créer de nouvelles vies.
          Nous, humanité, n’en sommes pas encore là, loin s’en faut, mais nous pouvons tout juste évaluer cette option comme compréhensible et possible, par une partie d’entre nous. C’est en tout cas ce que je pense….

          • Merci Jim, pour vos doctes paroles. Que dis-je, non, plutôt de vos paroles révélées car, à votre ton, nous sentons (cet auditoire ou lectorat et moi-même) qu’il s’agit là nullement de connaissances acquises. Vous êtes sûrement l’Envoyé (parmi des Envoyés) dans le secret de Dieu tout puissant. Tout est évident, bien sûr. Je bois vos paroles avec gratitude tout comme j’ai gobé ce saint livre avec foi. Tout est évident, bien sûr. Il n’y a besoin d’aucune preuve. Vous êtes la preuve, et ce blog est la preuve. La preuve que l’humain est con et crédule, qu’il préfère croire en un être imaginaire, invisible sans lequel il ne serait rien, par contre, il a besoin de toucher un mûr lorsqu’il voit une pancarte marquée « peinture fraîche »…

  36. Léa dit :

    Je peux avoir de l’aide s’il vous plait pour cette question
    Comment l’espèce humaine est apparue et a évolué sur Terre??

    • Jim dit :

      L’espèce humaine a été créée de toute pièce, et n’a pas évolué, physiquement. Seule la connaissance et l’intelligence peuvent évoluer de façon positive.
      Il faut comprendre que si l’homme avait évolué comme les autres espèces, nous ne serions que des animaux, alors que l’homme est la seul espèce capable de créer quelque chose de nouveaux. Il n’y a aucune commune mesure entre le niveau d’intelligence des plus intelligents des animaux, et l’humain.
      L’évolutionnisme est simplement une théorie, et rien de plus.
      Les méthodes de datation sont basées sur cette théorie, et doivent donc ètre sérieusement réévaluées, car pour qu’elles puissent être justes, il faudrait aussi que l’évolutionnisme le soit également.

    • Monique dit :

      Quelques sujets de réflexion sur le site CESHE (centre scientifique et historique) :
      http://crombette.altervista.org/fr_scife01.htm

      « L’imposture du darwinisme et son impact sur nos sociétés », conférence donnée par Dominique Tassot à Fribourg le 22 mars 2014 :

      Entrevue avec Laurence Tisdall, scientifique créationniste :
      https://predestinebloguer.wordpress.com/2014/09/15/video-entrevue-avec-laurence-tisdall-scientifique-creationniste/

  37. Atlas dit :

    On a découvert dans la région de l’Afar au Nord-Est de l’Ethiopie, un fossile d’hominidé datant d’il y a 2,8 millions d’années. Il constituerait la trace la plus ancienne jamais retrouvée d’un représentant du genre Homo, dont fait partie l’homme moderne. Jusqu’alors, les spécialistes situaient leur apparition quelque 400 000 ans plus tard, soit il y a 2,4 millions d’années.

    C’est le paléontologue éthiopien Chalachew Seyoum, de l’Université d’Etat d’Arizona, qui a mis la main sur le précieux fossile, lors d’une campagne de fouille menée en janvier 2013 sur le site de Ledi-Geraru. La région de l’Afar est célèbre en raison des nombreux restes d’hominidés qui y ont déjà été découverts. Parmi ceux-ci, la célèbre australopithèque «Lucy», mise au jour en 1974 et datant d’il y a environ 3,2 millions d’années. Désigné dans le catalogue de fouilles sous le nom de «LD 350-1», le fossile de Ledi-Geraru correspond à la partie gauche de la mandibule d’un individu adulte. Deux prémolaires et trois molaires y sont toujours fixées. Pour en estimer l’âge, des géologues de l’Université d’Etat de Pennsylvanie ont étudié les roches volcaniques qui l’entouraient sur le site. Leurs analyses d’isotopes radioactifs ont permis d’établir un âge d’environ 2,8 millions d’années.

  38. On trouve des squelettes d’homme de plusieurs mètres et on a jamais trouvé un squelette géant d’un singe. Si l’homme était le descendant d’un singe, il y aurait eu des singes plus grands que les plus grands hommes trouvés. Quant à Dieu ! il est plus grand pour qu’un homme l’imagine ou le connaisse. Croyez vous qu’un homme puisse connaitre le tout puissant créateur de l’univers plus que l’univers lui même ? Allah crée le destin. Parfois, lorsqu’un sujet me préoccupe, j’ouvre le coran au hasard pour voir le destin et je tombe à chaque fois sur des versets pertinents. Les 10 derniers jours du mois de Ramadhan, il y a une nuit où Dieu (selon son choix) exauce les vœux de l’homme (et cette nuit là est mieux que 1000 mois selon le coran dans sourate El Qadre = le destin) alors quand j’étais enfant, je croyais en Allah comme un enfant qui croyait au père noël puis avant de dormir, seul dans la pièce avant la venue de ma sœur et mon frère (qui dormaient avec moi dans la même pièce), assis dans mon lit, j’ai commencé à dire: Mon Dieu, si la nuit du destin vienne, donnes moi des jeans, voiture, bateau, …(des choses que je ne me rappelle plus) puis je me suis endormi. Au milieu de la nuit, réveillé subitement et énervé d’être dérangé alors qu’il n’y avait pas de bruit ou de cauchemar, je me suis mis debout face à une lumière intense (je voyais en même temps mon frère dans son lit à ma droite endormi et ne sentant rien) puis j’ai dit: apportez moi ce que je vous ai demandé et je me suis remis au lit. Au matin lorsque je me suis réveillé, j’étais enthousiaste croyant que j’allais trouver ce que j’avais demandé mais je me suis vite aperçu que les choses ne passent pas aussi simple que ça. J’ai eu honte aussi d’avoir parlé à dieu d’une façon non convenable. Le messager Mohamed (paix et salut sur lui) disait que lorsque la nuit du destin arrive, il faut dire : O mon Dieu, tu es amnistueux, tu aimes l’amnistie, amnisties nous. Mais à mon âge (entre 5 et 6 ans), je ne savais pas quoi dire à Dieu.

    A l’adolescence, je voulais aller faire la prière de l’aube à la mosquée et en descendant les escaliers, mon petit frère qui m’avait devancé remontait ! Il m’a dit qu’il y a des chiens qui barrent la route. Je lui ai dit: est ce que tu as lu les versets de la chaise (afin que l’Ange le protège selon l’Islam) et il m’a dit: non. On a descendu ensembles et à la sortie de l’immeuble, j’ai trouvé effectivement qu’il y avait un groupe de chiens enragés qui barraient la route qui mène vers la mosquée. Avec une sérénité inhabituelle, j’ai lu les versets de la chaise en arabe ( http://notre-prophete-bien-aime-saw.over-blog.com/article-17079565.html ) et les chiens sont devenus immobiles comme s’ils étaient morts mais debouts. J’ai passé entre deux chiens et mon frère derrière moi comme si on assistait à une scène hollywoodienne mais à notre retour, il n’y avait plus de chiens.

    En 2003 après une déception, la vie n’avait plus de gout pour moi sauf la spiritualité et l’espoir d’avoir une sirène au paradis. Lorsque j’allais dormir, un bouillonnement de l’âme dans ma poitrine se déclenchait puis une fois que je croyais que je rêvais, je me voyais transporté comme une feuille debout à une vitesse extraordinaire au point de croire que j’étais dans un tunnel mais ma surprise fut grande lorsque je me voyais lentement remis (au ralenti) dans mon corps et là j’avais compris que je ne rêvais pas mais ils m’avaient sorti du corps et ils voulaient que je le sache car dés que j’ai été remis dans mon corps, je me suis tout de suite mis debout. En tant que biologiste ou non, c’était une expérience inédite pour moi, je me sentais pour la première fois autrement comme si mon corps n’était qu’une combinaison.
    En 2004, après que je me suis endormi, quelqu’un a voulu me montrer le monde des morts. On était comme si dans une autre planète mais ce n’était pas une, sa terre fluorescente (pas de soleil) était de couleur rouge brique seulement où chaque individu était assis devant sa tombe: Il y avait les places des vivants et les places des morts comme si j’étais dans le film de Matrix. Un endroit calme et apaisant. Dans mon chemin, j’avais vu un savant religieux qui faisaient ses louanges mais il était encore vivant dans notre monde puis je marchais jusqu’à arriver à ma famille: il y avait mon grand père qui faisait ses louanges comme le savant religieux (était encore vivant en 2004 et il est mort que le mois dernier 2015 à l’âge de 107 ans) , il y avait mon cousin qui mangeait du couscous prés de sa tombe (encore vivant en 2004 mais il est mort en 2006) et il y avait ma grand-mère (morte en 1997) et l’épouse (morte avant 1997) de mon grand père (polygame) comme des sirènes devant leurs tombes respectives et non vieilles comme lorsque je les ai vu dans notre monde d’ici-bas. Ma grand-mère a voulu que je reste mais je lui avais dit pas encore puis l’épouse de mon grand père m’a dit: elle seule est ta grand-mère et moi je ne suis pas ta grand-mère ? je lui ai dit: non, toi aussi t’es ma grand-mère. J’ai serré ma grand-mère et l’épouse de mon grand père bien dans mes bras puis en quittant le monde des morts à l’aube, je constatais des tombes nouvelles qui apparaissaient et j’avais déduit qu’à la naissance de chaque personne, sa place l’attendait dans le monde des morts. En suite, dés ma sortie du monde des morts à l’aube, je me suis immédiatement réveillé et la prière de l’aube dans ce monde d’ici bas s’annonçait (en Algérie, l’appel à la prière est entendu à des centaines de mètre).
    En 2005 (20 mars fin d’hiver) en Belgique, je dormais puis une voix m’a dit: je suis le messager d’Allah, tu as ressuscité ma sunna dans le pays des mécréants ou de la mécréance (je ne me rappelle pas de la phrase avec certitude) alors tu as mon intercession (avec dieu) toi et ta famille jusqu’au jour de la résurrection ! Je lui ai dit: et mon frère zaki (Zakaria) ? Il m’a dit: et toi frère. Selon l’Islam, le Messager d’Allah demande à Allah d’amnistier les musulmans pour les faire entrer au Paradis.
    Il y a quelques années aussi, un homme asiatique est venu dans mon rêve et m’a dit: Allah t’a pardonné. La nouvelle était très pesante pour moi et me sensibilisait beaucoup. J’ai eu des oranges avec la prescription Allah et Mohamed comme d’autres fruits montré sur youtube (voir ma page Facebook):

    • Louis dit :

      Votre expérience Youcef est étonnante car elle est différente de celle de ceux qui ont vécu une NDE (voir par exemple sur ce blog ici et lire les différents commentaires) :
      https://effondrements.wordpress.com/2012/05/28/e-m-i-nde-de-louis-famoso-ou-vision-de-la-fin-des-temps/
      Pour ma part, je ne me suis intéressé aux religions que par pure désire de connaissance, pour pouvoir en parler à table. De toutes mes lectures, ce qui m’a subjugué fut un passage dans le Nouveau Testament, quand les disciples du Christ lui demandent s’il fallait jeter des pierres à la femme adultère devant eux, comme cela se pratiquait chez les juifs. Sa réponse fut celle que j’attendais d’un Dieu miséricordieux (je suis évidemment pécheur) : « Que celui qui n’a jamais péché, lui jette la 1ere pierre. » Ce Père qui pardonne (j’ai appris que la confession existait avec ses prêtres et que ce qui était pardonné avec leur absolution, l’était aussi au ciel comme indiqué dans l’Evangile. Encore faut-il regretter sa faute et l’expier ! ) ne pouvait être que le créateur de tout. Je pense qu’Allah est Dieu. Mais que Mahomet est un homme. Et comme tout homme, bien imparfait ! La vie de Jésus a quelque chose de surnaturelle ! Nous sommes tous amenés à être des fils de Dieu ! Mais lui l’était déjà à sa naissance. D’où ses miracles ! Jésus est né juif mais le judaïsme avait été grandement corrompu durant leur captivité à Babylone ! Les chefs de cette religion s’attendait à un Messie chef de guerre, un peu comme Mahomet ! Il est amusant de voir qu’à l’heure actuelle, les juifs attendent toujours leur Mashia, qui sera malheureusement le Dajjal ou l’antéchrist chez les chrétiens. Il persécutera donc les vrais chrétiens. Et pour s’en débarrasser, il créera la zizanie entre eux et les musulmans. Le rabbin Ron Chaya l’explique très bien (tapez « rabbin coq » sur google). Aujourd’hui c’est ce que nous observons ! Ceux qui sont à la tête des gouvernements occidentaux financent Al Qaida, Daesh, Boko Haram…Ils sont sionistes et athées ! Mais faux juifs ! D’origine khazars ! Leur ADN n’a rien de sémite contrairement aux arabes ou aux vrais juifs !

  39. La théorie de Darwin n’est pas compatible avec la génétique Mendélienne. pourquoi il y a eu seulement l’homme lors de la mutation du singe et non d’autres êtres ?

    Celui qui dit que le coran a dit que la terre était plate, qu’il montre le verset. Les calculs dans l’Islam se font sur l’observation du croissant lunaire pour les mois et sur la position du soleil pour l’heure.

    • Jim dit :

      Youcef, c’est pas dans le Coran qu’il est dit de tuer les infidèles? Cela voudrait-il dire que tous les non croyants en l’Islam devraient mourir?
      Cela va faire pas mal de monde a éliminer, non? J’espère avoir mal compris….
      De plus Youcef, tu nous apprends que les sionistes seraient athées. Si c’est eux qui dirigent réellement notre monde, il va falloir « serrer les fesses », non?
      Sauf erreur, les conflits militaires les plus destructeurs se trouvent (actuellement) dans des pays ou l’Islam est bien représenté, alors pourquoi Youcef, tu te sens obligé de venir nous parler d’une religion partagée par seulement 10 pour cent de l’humanité? Et encore, les habitants du moyen orient ont-ils réellement le choix d’ètre non croyant ou d’avoir une autre religion?
      Dans ta religion, Youcef, le simple fait d’ètre homosexuel te condamne a au mieux a la prison, est-ce acceptable, sur un plan strictement humain de voir de telles injustices, ètre acceptées comme simplement normales?
      Je pense moi que toutes les religions étaient a l’origine un guide pour la fraternité entre les humains, mais malheureusement, leur enseignements ont été déviés, et c’est pour cette raison que de plus en plus d’humains ne croient plus en rien.

      • Jim, n’est-ce pas dans la Bible, que dieu, capricieux, immature, misogyne, despote, sanguinaire (et j’en passe) incite au génocide, à l’infanticide ? N’est-ce pas dans ce livre, qu’on raconte des histoires de viols, de massacres (commandés par dieu lui-même), de vengeances (encore soutenues par dieu), de meurtres etc ? Je me demande si quelqu’un, ici a réellement lu cette compilation d’histoires, au mieux incohérentes, au pire, diaboliques ?
        Et Jim, avez-vous lu les postes de ce blog sur l’homosexualité ? Je ne doute pas un seul instant que si l’auteur de ce blog avait un quelconque pouvoir et des commentateurs, acquis à sa cause, les homosexuels couleraient une vie sereine, au même titre que tous les enfants de dieu, sur cette belle terre !!!!!!

        • Florian dit :

          Vous confondez l’Ancien et le Nouveau Testament. Les juifs et les musulmans se réfèrent beaucoup à l’Ancien mais pas les chrétiens. La religion juive d’origine a été pervertie, mal comprise par la suite à travers les âges, particulièrement lors du séjour des juifs à Babylone. Malheureusement la religion musulmane s’est grandement inspirée des erreurs juives au lieu de suivre le Nouveau Testament. Ainsi ont-elles encore toutes les deux la loi du Talion.

          Sur l’homosexualité, il faut savoir qu’avant l’adolescence, un enfant peut être prisonnier de fantasmes, résultant d’expériences malheureuses, provenant d’un manque d’altérité ou d’adultes malsains. Arrivé à l’âge adulte, ces fantasmes le poursuivent de la même manière que l’envie de drogue ou d’alcool pour celui qui en souffre. En général, ils durent toute la vie. Vous devriez Suze aller interroger des macros en Thaïlande, ils vous expliqueront comment rendre n’importe quel enfant homo, sado ou maso. Ils arrivent même à faire en sorte qu’un petit garçon se sente être une fille. Posez vous la question pourquoi certains deviennent fétichistes ? D’autres sont en émoi devant des pieds. Sur internet vous trouverez des sites n’ayant que des photos de ce genre…. D’après vous, sont-ils nés ainsi ? Et bien non, on leur a fait acquérir volontairement ou pas un fantasme. Seul problème, ce fantasme peut les handicaper dans leur relation avec l’autre sexe (c’est à dire avec 50% de la population). Un éducateur doit donc tout faire pour que son élève ne soit pas prisonnier d’un fantasme. Ainsi sont-elles criminelles les relations enfants-adultes, animaux-êtres humains, de soumission etc….. Car la vie d’un être victime d’un fantasme n’est jamais sereine ! Comme il est écrit dans les textes bibliques, « ils recevront en eux-mêmes le salaire que méritait leur égarement. » Romains 1.24-27. »leur sang retombera sur eux « . Lévitique 20.13 C’est ainsi que par charité chrétienne, faut-il prévenir les invertis des conséquences de leur attitude. Comme Jésus avec la femme adultère, on n’a pas à juger, ni a jeter une pierre, mais simplement conseiller la personne d’arrêter de pécher. Car en continuant elle se détruit elle-même. Avec peut être aussi son partenaire. Vous n’êtes pas sans ignorer que certains arrivent même à avoir des fantasmes sur des bébés, avec des scènes de meurtre, seule manière pour eux de jouir….. Vous faites preuve d’une grande naïveté Suze et du monde qui nous entoure. Il n’est pas si beau que cela.

          • Je ne sais pas qui de nous est le plus naïf. Entre la foi aveugle en un livre obsolète pour les problèmes de notre temps et la simplification des processus biologiques… Je ne confonds pas l’ancien et le nouveau testament. Ces deux opuscules sont un seul et même livre pour moi. Une compilation de mythes et de constructions archaïques et puériles, l’histoire des luttes piteuses d’une tribu perdue au milieu de la Mésopotamie, et que personne en Australie, Amérique, Extrême Orient, n’a entendu parler jusqu’à il y a 3-4 siècles, et pour leur plus grand malheur… Quant au nouveau testament, et l’histoire de ce roi des Juifs, une figure purement locale donc, à peine connue au-delà de Jérusalem et dont l’histoire est construite bien longtemps après sa mort, dans le seul but du pouvoir et de la manipulation (avec Constantine). D’ailleurs, laquelle histoire copie étrangement d’autres mythes déjà existants…

            Quant à l’homosexualité. J’ai comme l’impression que vous vous focalisez sur les travers d’un petit nombre pour en faire une généralité. Que vous confondez déviance sexuelle d’un petit nombre et l’homosexualité tout court. Je n’ignore pas ces histoires qui semblent accaparer votre attention. C’est assez marrant, car les histoires que je vous raconterais sont des histoires des gens très ordinaires, d’enfants d’amis, de famille. Des gens qui ont grandi dans un environnement sain et équilibré et même très chrétien…
            Vous n’êtes pas sans ignorer que l’homosexualité n’est pas une exclusivité humaine, et qu’elle existe dans tout le règne animal. Les poissons rouges se gavent-ils d’images sado-maso-homosexuelles ? Vous n’êtes pas sans ignorer l’échec des centres de redressement psychologique proposés ou imposés aux homosexuels et la souffrance qu’ils causent en les stigmatisant ?

            Je sais quelque choses.
            Que la chrétienté, n’est pas la condition sine qua non d’une société mature et morale. La conscience morale n’a pas attendu Jésus de Nazareth pour émerger. Si nous voulons construire ensemble une société mature et apaisée, c’est dans la différence que nous devons la construire, et c’est en être humain mature que nous devons la construire, et non pas en se basant sur un livre incohérent vieux de 2000 ans ou sur la conviction qu’un narcissique à l’égo démesuré, et peut-être schizophrène en passant, prend pour une voix divine.

            La deuxième chose importante que je sais, c’est que notre regard crée la souffrance. Il commence par une opinion, une conviction personnelle, un blog sur internet, des discussions dans un café entre amis, et il se termine par ceci :

            http://www.lemonde.fr/societe/article/2014/05/13/bond-de-78-des-actes-homophobes-en-france-en-2013_4415906_3224.html

            https://www.letemps.ch/monde/2016/04/25/meurtre-homophobe-bangladesh

            http://www.7sur7.be/7s7/fr/31902/La-menace-EI/article/detail/2205784/2015/02/04/Un-homosexuel-pousse-dans-le-vide-par-l-EI-puis-lapide.dhtml

            http://www.francetvinfo.fr/replay-magazine/france-2/envoye-special/video-envoye-special-daech-la-cage-de-la-honte_1447353.html

  40. Gabi dit :

    L’histoire de l’univers et la vie et de l’homme :

    Selon la théorie du Big Bang, l’univers a commencé il y a 13,7 milliards d’années par une tête d’épingle. 1 mn 45 plus tard, à 1 milliard de degré, les premiers éléments de base apparaissent ! l’hydrogène, le deutérium et l’hélium. Après 380 000 ans, la lumière se sépare de la matière (la lumière fut). Depuis le début, l’espace-temps se dilate. Un milliard d’années après, les premières étoiles se forment à partir des gaz d’hydrogène et d’hélium qui s’effondrent par leur propre gravité, créant des réactions nucléaires très brillantes qui seront à l’origine de tous les autres éléments fer, carbone, oxygène etc.. A la fin de leur carburant, les étoiles gonflent et explosent en supernova, faisant se disperser dans l’espace la matière créée. Celle-ci est à l’origine des deux cents milliards de galaxies composées elles-mêmes de centaines de milliards d’étoiles. Des galaxies qui ne vont pas par elles-mêmes s’éloigner les unes des autres. C’est tout l’univers en fait qui gonfle. Dans notre galaxie, la Voie lactée, est apparu il y a 4,5 milliards d’années le soleil. Des amas gazeux s’en détacheront créant autour de lui les planètes de notre système. L’une d’elles, la terre, est vraiment particulière, de par la diversité du vivant qu y existe. La chimie pré-biotique qui en serait à l’origine, viendrait des météorites ou comètes. Avec l’eau et les éclairs, les éléments tombés auraient formé les acides aminés, ces molécules, premières composantes de la vie. Mais la plus ancienne manifestation du vivant sur terre, les bactéries, date d’il y a 3,5 milliards d’années. Vers 600 millions d’années, on constate une explosion de la diversité de notre monde vivant. On voit apparaître les éponges, de petites méduses primitives… Puis le milieu naturel participera aux différentes variations qui apparaîtront. En final arrivera l’homme. Il ne descend pas du singe mais il en est un : l’espèce des hominidés ! Elle a la particularité d’aimer marcher debout, il y a 7 millions d’années. Puis il y a 2,5 millions d’années, de confectionner des outils (silex taillé). A deux millions d’années on remarque une branche ressemblant beaucoup plus à l’homme d’aujourd’hui, l’homo Agaster (fossile d’un adolescent de 16 ans trouvé au Kenya). A la faveur d’un réchauffement climatique, cet homo, à l’instar des animaux, se multipliera plus au nord jusqu’à quitter l’Afrique. En Espagne, un site ( Atapuerca) témoigne de leur passage dès 1,2 millions d’années. On les appellera les homos antecesseur. A partir de 400 000 ans, la branche évolue en homo heidelbergensis. Ce dernier va aboutir aux hommes de Neandertal, au cerveau plus important (1200 cm3) et qui semblent vouloir rassembler ses morts dans un lieu précis. Cela dit, l’homme d’aujourd’hui est tout de même génétiquement différent de ces hommes. Par contre, il y a 200 000 ans, en Afrique de l’est, émerge l’homo sapiens qui lui ressemble bien plus. Il sera le seul mammifère capable d’aller s’éparpiller dans le monde entier. Ceux qui s’installeront en Europe, il y a 40 000 ans, portent le nom d’homme de Cro-Magnon ! Ils cohabiteront 10 000 ans avec ceux de Neandertal qui sont roux ou blonds alors que ceux de Cro-Magnon avaient la peau noire. On a donc là, deux espèces différentes (biologiquement différent), mais faisant partie de la lignée humaine, et ayant connues une évolution comparable. Puis il y a 30 000 ans, le Néandertal s’est éteint, sans que l’on sache pourquoi.

    Reste qui si le temps commence au Big Bang, qu’est-ce qu’il pouvait y avoir avant ? D’où l’incertitude en physique quantique que ce Big Bang soit bien le début de l’univers. Certains pensent qu’avant l’univers était vaste, puis il est devenu minuscule pour se redéployer ensuite.

    L’histoire de l’univers avec Hubert Reeves :

  41. Jim dit :

    Oui, Gabi, et d’autres pensent que l’univers a toujours existé et existera toujours!
    Les croyants au « big-bang » ne savent rien de plus que les autres, il s’agit juste d’hypothèses qui ne sont pas prouvées, et qui ne sont pas prèt de l’ètre!
    Pour ce qui est du « temps », une notion tout a fait subjective, elle n’existe que comme unité de mesure, et rien de plus.
    Donc s’imaginer que le temps a débuté un jour, est, selon moi
    une absurdité totale!
    Ce genre de théories, du big-bang, est une imposture, qu’il faut dénoncer avec le plus grande fermeté, car elle permet aux autorités, de donner des explications officielles dans des domaine qui sont éminemment questionables et réfutables.

  42. Andrée dit :

    Réponse de la science moderne face à l’existence de Dieu !

    En 2015, plusieurs des plus grands scientifiques de cette planète, face aux dernières découvertes, le reconnaissent fort bien avec force et vérité, bonne foi et bon sens logique : un esprit infiniment plus grand et intelligent que l’homme est à l’origine de notre univers, c’est la seule explication et conclusion possible, raisonnable et scientifique à laquelle arrivent de plus en plus de scientifiques de renom. Le hasard n’existe pas, il est programmé et décidé par une Information intelligente, un «joueur de flûte invisible», comme l’appelait Einstein. C’est l’une des conclusions d’Igor et Grichka Bogdanov dans leur dernier livre, La fin du hasard (éd. Grasset). Les deux frères, respectivement physicien et mathématicien, tirent cette affirmation de l’étude de maints scientifiques qui, dans l’histoire, ont mis le hasard en échec ! Leur thèse: l’ordre et la précision de l’univers sont tels que le hasard ne peut pas en être l’explication. Cet argument est «l’une des preuves de Dieu les plus courantes», confirme Yannick Imbert, professeur d’apologétique à la Faculté Jean Calvin. Un exemple donné par les Bogdanov: une marguerite peut avoir cinq, huit ou treize pétales, mais jamais dix ou onze. Et cette conséquence: «Le hasard est-il capable d’ordonner les choses avec un tel succès?». D’ailleurs, ajoutent-ils, la probabilité que la molécule d’ADN se soit assemblée par hasard est de 1 sur 10 puissance 40 000

    Cette vidéo se sert de bases juives pour démontrer l’existence de Dieu, au temps ou le peuple juif ne s’était pas encore perverti. Le Messie Jésus n’a pas réellement créé une autre religion, mais rétabli celle d’origine. Malheureusement les Juifs d’aujourd’hui refuse de le reconnaître et veulent entraîner la terre entière dans l’erreur avec le noachisme et l’arrivée de leur messie qui ne peut être que l’antechrist.

    • Jim dit :

      Ben si c’est le cas André, ça ne veut pas dire qu’ils aient raison! Créer l’univers me semble totalement impossible en raison de sa taille et probablement du qu’il soit infini. Dans l’univers, nous sommes une petite moisissure, sur une petite planète perdue dans cette immensité.
      Alors croire que quelque chose ait créé tout ça me semble totalement farfelu.

      • Andrée dit :

        Un univers infini qui pourrait se comprendre de cette manière : imaginez Jim que l’univers soit une bande de Möbius ! Sur cette bande faites un point et à gauche de ce point une flèche allant vers l’infiniment petit. A droite de ce point une flèche allant vers l’infiniment grand . Vous verrez que quel que soit le sens de déplacement que l’on suive sur la bande , que l’on aille vers l’infiniment grand, ou petit, on revient toujours à son point de départ.

        Cette conception de l’univers permet aussi d’être de nature holographique ou fractale .

  43. Tonio dit :

    Dans le désert du Sahara, au Niger à Gobero, le paléontologue américain Paul Sereno a mis au jour un cimetière humain datant d’il y a 10 000 ans (d’avant les momies égyptiennes), quand le Sahara était une véritable savane. Deux sortes de squelettes furent trouvés. Les premiers mesuraient autour de 2 m et étaient robustes. Les autres moins costauds et moins grands.

    Visite virtuelle de la grotte de Chauvet en Ardèche :
    http://archeologie.culture.fr/chauvet/
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Grotte_Chauvet

  44. Effectivement, pour rebondir avec le premier commentateur… Une formation de scientifique n’est nullement une garantie de l’intelligence, ni de la rigueur méthodologique, et encore moins de la bonne … foi. Comme quoi la foi peut rendre aveugle ou devrais-je dire sot. Ce site est la preuve, non pas qu’on peut prouver n’importe quoi (car les soit-disant preuves avancées sont un ramassis d’incohérence), mais plutôt qu’on croira toujours ce qu’on veut et on n’a pas besoin de preuves pour. L’aveuglement idéologique et l’obsession religieuse est la vraie plaie pour la paix dans le monde. La stigmatisation des minorités quelle qu’elles soient, est une source de violence.
    La Bible a été la justification, de massacres, de rapines, d’humiliations, de génocides… au nom de Jésus. Il faut être bien aveugle et totalitaire (avec tout ce que cela implique) pour croire que seul Jésus est le Salut du monde… On fait quoi ? on convertit tout le monde de force ? on tue, torture, dépossède ceux qui résistent ? N’a-t-on pas déjà essayé ? Ah oui, on n’a pas réussi à aller jusqu’au bout. Alors on recommence ? c’est ça, Đức ?

    A vous entendre, le règne de l’Eglise Catholique était l’âge d’or de la vertu. Mais, c’est oublié que votre cerveau a effacé toutes les turpitudes concupiscentes de cette Eglise hypocrite, assoiffée de richesses et de pouvoir. Et qu’en vertu de ce même aveuglement, les saints de l’Eglise, prêchaient tous la bonne parole avec un brin d’olivier dans une main et une colombe dans l’autre…

    Les Borgias n’étaient que la partie émergée de l’iceberg… et la biographie de certains saints était loin d’être … « hagiographique », Ben Laden à côté, serait un pâle bouffon !!!!

    Allez, je vais vous dire un secret: Je ne suis pas athée, et je crois avant tout que, nous, l’humain est capable de construire une société mature, pacifiée, juste et morale sans besoin de Jésus. D’ailleurs, je pense même qu’à force de croire que nous ne sommes rien sans Jésus, nous perdons réellement notre potentialité en tant qu’être humain mature. Un peu comme si on répétait à un enfant « tu n’es qu’un raté »…

    Alors, pour ceux qui cherchent la vérité, qui veulent construire une société juste et mature, n’attendez pas Jésus, il ne viendra peut-être jamais, et il ne sert à rien de le prier. Mais vous pouvez commencer dès aujourd’hui à vivre dans vos actes et paroles, en accord avec les valeurs auxquelles vous aspirez. Générosité, bonté, compassion, discernement…

    • Eloïse dit :

      « La Bible a été la justification de massacres, de rapines, d’humiliations, de génocides… au nom de Jésus. » dites-vous Suze ! Mais si vous parlez du Christ, ne prenez en compte que le Nouveau Testament, pas l’Ancien. Nulle part y est-il écrit ne serait-ce qu’une raison justifiant massacres et compagnie. D’autre part, pour un chrétien, Jésus est déjà venu sur terre en tant qu’homme. Il est impossible qu’il revienne en chair et en os mais que sur sa forme ressuscitée. D’où l’antechrist qui se prendra pour lui. Sans doute êtes-vous né Suze dans un environnement matérialiste. Un communiste ou un franc-maçon contrairement aux chrétiens, pense qu’il n’existe pas d’autres entités ou de monde parallèle. Pourtant les dernières découvertes scientifiques poussent à le croire. La science ne peut aller à l’encontre de la vérité. Elle peut par contre se tromper ou alors une religion (sensée prêcher cette vérité) peut ne pas être entièrement vraie. Toutefois la science ne peut calculer, évaluer un sentiment comme l’Amour. Pourtant l’Amour existe. Elle est donc limitée et ne peut donc tout prouver. Le mouvement actuel qui met en avant les droits de l’homme et qui pense que l’homme est dieu (au-dessus de tout) est entrain de marchandiser l’être humain ( vente de bébés avec la GPA) puisqu’il ne croit pas en l’âme. Alors que pour un chrétien, l’homme est enfant de Dieu s’il l’accepte (par exemple par le baptême). Dieu ne force pas l’homme à l’aimer. De même qu’une mère n’oblige pas son enfant à le faire. Mais l’homme a été créé à l’image de Dieu. Le mystère de la Trinité parle d’un Père, d’un Fils avec un corps (Jésus) et d’un Saint Esprit. Mais l’être humain n’est-il pas lui aussi une âme, un corps et un esprit ?

      Suze, vous devriez vous intéresser aux NDE, ils vous ouvriront à un monde différent de celui que vous semblez appréhender en ce moment.

      • Inconnue dit :

        Décidément, ce blog et ses commentateurs mélangent les genres. Comme je disais plus haut, il est la preuve même que les gens croiront ce qu’ils veulent et n’importe quoi et ils se serviront pêle-mêle de toutes les théories possibles pour prouver tout et son contraire. Ils mélangent dans une sorte d’ignorance confuse, théories réellement scientifiques (qu’ils prennent déjà pour réalité, ce serait bien de présenter la thèse au prochain congrès de physique que le monde en profite un peu (je parle des mondes parallèles)!), des théories mystico-mythiques fumeuses, des convictions personnelles (qu’ils prennent pour vérité), des témoignages (NDE, qu’ils prennent aussi pour preuves sans discernement aucun)…
        Les NDE… quel rapport entre les NDE, les mondes parallèles… et Jésus ? Y-a-t-il quelque chose dans la bible qui ressemble de près ou de loin aux NDE ? Jésus a-t-il dit quelque chose à propos de la physique quantique ? N’est-ce pas dans ce livre qu’il est dit que la terre est plate au centre de l’univers ? d’autres confessions décrivent les NDE de manière mille fois plus précise que la bible, le savez-vous ?
        “Sans doute êtes-vous né Suze dans un environnement matérialiste” “vous devriez vous intéresser aux NDE, ils vous ouvriront à un monde différent de celui que vous semblez appréhender en ce moment”
        J’ai toujours su que les médiums étaient les imposteurs…
        De la part de Suze… J’ai l’impression que le propriétaire de ce blog a bloqué mes commentaires et probablement d’autres commentateurs éclairés… On se demande pourquoi il y a autant d’âneries

        • Eloïse dit :

          Inconnue demande « N’est-ce pas dans la Bible qu’il est dit que la terre est plate au centre de l’univers ? » Évidemment c’est faux. C’est une ânerie !

          Mais certains religieux évolutionnistes, utilisent ce passage dans l’Apocalypse pour tenter de prouver leurs points de vue «Apocalypse 20 : « 7 Quand les mille ans seront accomplis, Satan sera relâché de sa prison. 8 Et il sortira pour séduire les nations qui sont aux quatre coins de la terre … » Mais les «quatre coins de la terre» ne veulent pas forcément dire que la terre serait carré et plate, mais simplement signifier le Nord, Sud, Est, Ouest, une façon de se repérer. De la même manière, on dit «le coucher du soleil», bien que l’on ne croit pas et que l’on sait, que le soleil ne va pas réellement se «coucher».

          En réalité, les écris bibliques démontrent que la terre est ronde. Dans le livre de Job qui est le plus ancien de la Bible, Dieu affirme Job 26 :7 : « Il suspend la terre sur le néant. 8 Il renferme les eaux dans ses nuages… » Proverbe 8 :27 : « Lorsqu’il disposa les cieux, j’étais là; Lorsqu’il traça un cercle à la surface de l’abîme… » Le prophète Ésaïe affirme avec une très grande conviction que Dieu a créé la terre ronde (Ésaïe 40 :21-22) appelé ici « cercle de la terre ».

          Même le très vieux livre d’Énoch, qui ne fais pas partie de la bible, fait mention de planètes rondes, donc il devait savoir que la terre l’était aussi. Livre d’Énoch chapitre 3:1 et 2 : « Tous ceux qui habitent dans les cieux savent ce qui se passe là-bas. Ils savent que les globes célestes qui nous illuminent ne changent point leur voie; que chacun d’eux, se lève et se couche régulièrement, dans le temps qui lui est propre, sans jamais transgresser les ordres qu’il a reçus. Ils regardaient la terre, et soudain ils connaissent tout ce qui s’y passe depuis le commencement, et jusqu’à la fin». Enoch nous dévoile là que d’autres entités existent dans les cieux, qui sont en dehors du temps puisqu’ils savent déjà tout de l’histoire de la terre. Ne sont-ils pas là dans un monde parallèle ?

          Le temps existe-t-il ? Bernard Jampsin répond. « Le temps est en quelque sorte un artifice qui nous permet d’expliquer le mouvement. Car nous vivons dans un univers à 3 dimensions. Si une entité vivait dans un univers à 4 dimensions, elle pourrait connaître en même temps, le passé, le présent et le futur.

          En ce qui concerne les NDE, des millions de gens en firent l’expérience. Les témoignages abondent.

          D’autre part, où trouve-t-on que la terre est le centre de l’univers ? Dans le système aristotélicien. Mais ce sont des hommes d’Eglise qui le mirent les premiers en cause, à partir du XVe siècle. Et c’est un abbé, Georges Lemaître, qui en 1931 posera les bases de la cosmologie moderne et de la théorie du big bang avec ses travaux sur l’atome primitif.

          Alors où est donc le centre de l’univers ? : Où a débuté le big bang. Mais voilà, ce début de l’expansion reste toujours exactement en tout point de l’univers, c’est à dire partout.
          http://geekcafe.fr/ou-est-le-centre-de-lunivers/

  45. Monique dit :

    Y aurait-il un rapport entre l’évolution de l’homme et la réincarnation ? La réincarnation, est une croyance selon laquelle un certain principe immatériel et individuel (« âme », « substance vitale », « conscience individuelle », « énergie », voire « esprit ») accomplit des passages de vies successives dans différents corps (humains, animaux ou végétaux). Selon cette croyance, à la mort du corps physique, l’âme quitte ce dernier pour habiter, après une nouvelle naissance, un autre corps. Elle a été assimilée tour à tour à la transmigration des âmes, aux concepts de métempsycose, palingénésie, et à l’Éternel retour.

    Les Vies Antérieures existent-elles ? Ont-elles pour principe de rembourser les dettes de la vie précédente ?

    Ou bien hérite-on en partie de nos ancêtres ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s