1er juillet : obligation dingue de l’éthylotest ou voitures dingues pour freiner son indignation :

.

A partir du 1er juillet, il sera obligatoire d’avoir un éthylotest dans sa voiture en France.

Cette obligation résulte d’un décret publié le 1er mars au Journal Officiel. C’est un décret d’application de la loi du 13 juin 2003 qui ratifiait l’ordonnance du 24 septembre 2000 qui abrogeait l’article 6 de la loi du 9 juillet 1970 qui avait institué l’obligation d’avoir un alcootest dans sa voiture.

http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000025417826&dateTexte=&categorieLien=id

Pourquoi ce qui traînait depuis 1970 sans jamais se concrétiser a pris subitement force de loi ? Parce qu’une association créée en juin 2011 « I-Tests » a réussi en 8 mois, à faire aboutir par le gouvernement Fillon, ce qui traînait depuis plus de 40 ans. Une belle efficacité, que l’on doit au président de cette association, qui est un salarié du principal fabricant d’éthylotests (90% du marché). Bref, c’est la société Contralco, sous couvert d’une association bidon, qui a obtenu l’ouverture de ce marché captif de près de 36 millions d’automobilistes et de 1 à 2 millions de deux-roues. Et un marché durable… Car l’éthylotest se périme au bout de deux ans et est très sensible à la chaleur. Bien entendu le décret comporte une obligation de norme NF pour les éthylotests… norme que cette entreprise est la seule à avoir, avec son principal concurrent, le sud-africain Red-Line Products. Un marché juteux, 100 % garanti, qui va rapporter des millions….

 

Association I-tests, la liste des membres :

.

Liste des adhérents, membres actifs et suppléants :

 

Et nous, on vient nous dire que c’est pour notre sécurité ?

Et que si l’éthylotest venait à manquer dans notre boîte à gants, ce serait tellement grave qu’on devrait payer une amende ? Autant alors  en prendre un électronique. Le contribuable continue à être vu comme une vache à lait. Déjà les bénéfices colossaux que raflent les grandes entreprises qui installent et entretiennent les radars (plus de 200 millions d’euros par an) nous l’avaient prouvée. Année après année, les pouvoirs publics tirent un peu plus sur la corde, en se disant que ça va passer, que les Français ne vont rien dire… On a eu ainsi depuis 2003, les radars vitesse, les radars feu rouges, les radars tronçons, les radars discriminants, les radars « zones de chantier », les radars mobiles embarqués dans des véhicules en mouvement, le gilet jaune et le triangle etc… Ces entreprises sont devenues tellement puissantes que, désormais, elles ne se cachent même plus pour faire leurs magouilles : le fameux lobbyiste qui vient d’obtenir ce marché de dingue, avant de se lancer dans le business de l’éthylotest, dirigeait une société de radars ! C’est même lui qui a vendu les premiers radars feu-rouges au gouvernement ! D’autre part, si le radar traditionnel ne fait que flasher les voitures en infraction, le radar tronçon par contre, lit les plaques minéralogiques de chaque voiture passant devant lui. Il les enregistre et note également l’heure de passage des véhicules ! Nous vivons dans un monde de plus en plus orwellien !

.

.

Il nous reste encore la possibilité de rêver de voitures dingues, pour freiner notre indignation :

Il y a celles qui savent se cabrer : http://www.dailymotion.com/video/x2exah_voiture-de-dingue_sport

Celles qui essayent d’échapper aux gendarmes  : http://www.dailymotion.com/video/xbzqfv_un-bon-deli-de-fuite_sport

Puis celles qui ont un look d’enfer :  Voitures de dingues (cliquer sur la partie rouge)

voiture dent

.

tortue et chat paresseux

Publicités

46 commentaires sur “1er juillet : obligation dingue de l’éthylotest ou voitures dingues pour freiner son indignation :

  1. Grandjean Françoise dit :

    Si chacun écrit à son député -au moins ceux de la majorité- on pourra peut-être faire entendre notre opinion…

  2. Lino dit :

    A partir du 1er juillet il y a aussi les radars de nouvelle génération mobile. Ils sont embarqués dans des voitures banalisées capables de flasher 9 véhicules à la minute. Dans les deux sens, sans flash visible, sur plusieurs files à la fois…..

    http://www.liguedesconducteurs.org/radars-mobiles-embarques.html

    Reste à savoir d’où vient cette ligue de défense des conducteurs ! La secrétaire générale serait Mme Christiane BAYARD. Et cette ligue est domiciliée au 116, rue de Charenton – 75012 PARIS. Cette association loi 1901 se finance grâce à des dons individuels. Pourtant sur leur site, il est impossible d’y adhérer et on ne trouve pas non plus leurs statuts. Comment est élue la « secrétaire générale » ? Il existe aussi la « Ligue de défense des citoyens » à la même adresse dont la secrétaire générale est aussi Mme Christiane BAYARD. Le Whois du deuxième site (le première est anonyme), donne un Debray GUY comme propriétaire du site.

    Mais en cherchant ligue des conducteurs sur le JO, on tombe sur ça :
    http://www.journal-officiel.go […] 122009.pdf

    Les comptes 2009 de la « ligue des citoyens » montrent qu’ils ont reçu 649.280 € de dons et qu’ils ont vendu pour 57.866 € de marchandises ou produits ! Le total des produits étant de 707.146 €. Ils ont utilisé principalement cet argent pour acheter des biens et des services pour 584.896 €. Ils ont fait un bénéfice de 108.274 € en 2009 et payé 43€ d’impôts et taxes ! Étrange !

    Cela dit, les radars utilisés sont véritablement scandaleux. Car on ne saura pas si on a été pris et ou avant de recevoir l’amende ! Et comme le dit Slate, gouvernement comme associations de défense des automobilistes se moquent éperdument des véritables causes des accidents de la route :
    http://www.slate.fr/story/38497/radar-securite-routiere-demagogie

    Le racket de l’état est de 800 millions d’euros par an grâce aux radars. C’est à dire que 21 millions de Français se font flasher chaque année. En Angleterre, qui compte moins de tués sur la route qu’en France, les radars ne rapportent que 150 millions d’euros. Pourquoi donc les radars sont en France installés une fois sur deux sur des routes non dangereuses ? Et pourquoi avoir décidé de laisser des sociétés privées les gérer en 2017 ?

    Il y a aussi le nouveau radar automatique multi-tâches développé par la société française Morpho. Il est capable de relever plusieurs infractions en même temps. Si on grille un feu rouge, en excès de vitesse, tout en dépassant sur une ligne blanche et qu’en plus on ne respecte pas la distance de sécurité avec le véhicule devant soi, tout en tournant à gauche ou à droite alors que c’est interdit, on est bon pour 5 infractions d’un coup. Comme il est évolutif, il sera à terme capable de détecter le téléphone au volant, l’absence de ceinture de sécurité etc…

    Et les radars miniatures accrochés aux panneaux de signalisation :
    http://www.scienceinfo.fr/attention-les-radars-miniatures-envahissent-nos-routes-pour-surveiller-si-les-automobilistes-respectent-la-nouvelle-limitation-de-vitesse-a-80-kmh/

    Pourtant ….

  3. Luc dit :

    Comment ne pas payer le péage !

    En moto c’est plus facile :

    Comment on rackette les Français sur les autoroutes et les parkings :

  4. Line dit :

    Chaque échantillon d’Ethylotest contient du dichromate de potassium, très toxique par inhalation ou ingestion et très nocif par contact, la dose mortelle pour un homme est de 0,5 gr.

    http://www.zinfos974.com/Ethylotest-et-Ligue-contre-la-Violence-Routiere_a44344.html

  5. Engel dit :



    La politique de lutte contre l’insécurité routière a obtenu, en France des résultats impressionnants. De 1960 à 1972, le nombre de tués sur la route progressait au rythme du trafic, pour atteindre plus de 16.000. Quarante ans plus tard, il est probable que le chiffre de 2012 oscillera autour de 3.500.

    Désormais, l’interdiction de toute forme de téléphone au volant pourrait être envisagée. De même qu’un nouvel abaissement drastique du seuil d’alcoolémie, ainsi que le couplage systématique des feux tricolores avec des radars (trop de gens passent à l’orange). Et le dispositif de limitation de vitesse de chaque voiture par satellite (Lavia) est en cours de test dans trois départements français :

    http://www.ccfa.fr/UNE-INSTALLATION-DE-SURVEILLANCE-D

    Il permettra de rentabiliser Galiléo, le GPS européen, qui va arriver trente ans après l’américain. Mais la police saurait à tout moment ou vous vous trouvez avec votre voiture: cela ne ferait-il pas un peu trop Big Brother ?

    Le revers de la médaille de cette réussite incontestable, c’est bien l’angoisse dans laquelle vivent désormais 9 millions de conducteurs français : 75.000 d’entre eux sont arrivés à zéro point en 2011. 500.000 personnes conduisent sans permis et 800.000 sans assurance…

    Et le produit des amendes radar (525 millions d’euros en 2011) est reversé pour un tiers aux collectivités locales et finance pour un autre tiers les achats de matériel.

  6. Gabi dit :

    Aux dernières nouvelles, Manuel Valls a annoncé ce 24 janvier 2013 qu’il reportait « sine die » l’obligation d’avoir un éthylotest dans les voitures.

    « Je reporte sine die » l’obligation d’un éthylotest dans la voiture le temps que le gouvernement prenne sa décision suite à ce que préconisera cette instance en février », a dit le ministre.

    Sans doute va-t-il faire cracher une nouvelle fois ce lobby industriel !

  7. Otho dit :

    Petit aperçu de la conduite des Russes en voiture :


    Ils ne semblent pas avoir un système d’examen pour le permis de conduire performant comme en France !

  8. Otho dit :

    Le collectif des fabricants d’éthylotests a lancé un cri d’alarme face à l’annulation par le gouvernement de l’obligation de posséder un éthylotest dans les voitures : « Si le décret annulant cette mesure est pris, comme s’y est engagé le ministre de l’Intérieur Manuel Valls fin janvier, 1500 personnes seront au chômage à la fin du mois », écrit ce collectif qui regroupe les principaux fabricants d’éthylotests en France.

    http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2013/02/26/97001-20130226FILWWW00556-ethylotest-1500-emplois-menaces.php

  9. Patrick dit :

    Le business des radars en France :

    Ce sont plus de 15 millions d’avis de contraventions qui ont été dressés en 2012. Comparé aux 40 millions d’automobilistes français, le ratio est de 40 % !

    De nombreuses entreprises profitent du business des radars : Asphéria, la filiale de la poste, achemine des millions de PV chaque année. Atos, Sagem et SPIE fabriquent et installent les radars dont le coût est en moyenne de 70 000 euros.

    Ils sont tellement chers et payés par le contribuable, qu’il serait bon de les protéger ne serait-ce que par une housse :

    En 2012, la répression routière a rapporté 1,6 milliards d’euros à l’État. Tout est traité au Centre National de Traitement des Infractions (CNT), à Rennes, une véritable usine de 11 000 m² où les opératrices saisissent 500 plaques d’immatriculation par heure soit près de 60 000 procès verbaux par jour. Ainsi, 85 00 personnes perdent leur permis chaque année et quelquefois leur emploi dans la foulée. 95 % des flashs des radars concerne des excès de vitesse inférieurs à 20km/h.

    Depuis l’avènement des radars automatiques, la prévention passe au second rang et les investissements s’orientent sur la répression qui rapporte plus.

    On délaisse ainsi l’entretien des routes nationales, ce budget a en effet diminué de 25 % de 2009 à 2012 en passant de 424 millions à 324 millions.

    De janvier à avril 2013, 11 radars de franchissement de feux rouges à Paris ont déjà flashé plus de 79 000 fois. Ils ont permis de dresser quelque 79 000 PV. À 135 euros l’unité, c’est plus de 10 millions d’euros qui vont directement dans les caisses de l’État. Dans le cas où un véhicule prioritaire vous oblige à griller un feu, il n’y a aucun moyen de prouver la présence d’un tel véhicule derrière vous, puisque 100 % de ces radars à feux rouges flashent dans le dos des automobilistes. À vous de choisir : griller le feu et payer 135 euros ou bloquer l’ambulance. L’automatisation a ses limites.

    Après le succès financier des radars automatiques, nos politiciens se sont dit : « on pourrait automatiser les autres infractions pour les massifier, ça pourrait rapporter gros ». Grâce à une tablette électronique, les gendarmes peuvent désormais verbaliser à la chaîne tous les véhicules en infraction qu’ils rencontrent, quel que soit le type d’infraction. Plus besoin de vous arrêter, la saisie de votre plaque d’immatriculation suffit. De retour au poste, les gendarmes n’auront plus qu’à brancher leur tablette sur un ordinateur pour transmettre votre infraction au CNT comme pour les radars automatiques.

    Dans le Projet de Loi de Finances pour 2013, l’objectif est fixé à 21,6 millions de contraventions électroniques, soit « un petit +40 % » par rapport à 2012 ! Les politiciens et la répression routière ne cachent même plus leurs objectifs pécuniaires. Ces nouvelles tablettes sont actuellement distribuées aux gendarmes qui dressent déjà 100 000 procès verbaux par semaine avec ce matériel.

    Un policier Nantais interrogé dans le livre Radar business confesse « nous ne nous mettons pas en zones accidentogènes. Les gens savent que c’est dangereux et ralentissent d’eux-mêmes. Pour aller vite, faire du chiffre et pouvoir passer à autre chose, nous nous installons dans des zones « pièges à con ». Des PAC, comme on dit ». « Nous sommes là pour faire du chiffre. Nos primes de fin d’année en dépendent ». L’association 40 millions d’automobilistes les appelle les « radars pièges » ou « radars tirelires ». Installés en descente, cachés, situés après le danger ou à un endroit où la vitesse est momentanément abaissée.

    La Ligue contre la violence routière (LCVR) a préconisé l’installation et la généralisation du Lavia, un système GPS opérationnel depuis 2006 qui adapte lui-même la vitesse du véhicule à la limitation légale. Le système peut être installé en mode passif (une simple information sonore avertit le conducteur lorsque la limitation légale de vitesse change dans la zone où se trouve le véhicule), ou en mode actif (l’appareil, connecté au moteur, ralentit lui-même le véhicule pour adapter sa vitesse à la limitation légale). Pour quelle raison le système Lavia n’est-il pas adopté ? Il permettrait pourtant de sauver des milliers de vies ! Vous l’avez deviné : car le Lavia c’est la fin des radars de vitesse…

    Exaspérés, les automobilistes manifestent leur mécontentement. Ils trouvent en effet aberrant d’être flashés quand il faut prendre de l’élan pour doubler un véhicule ou pour un bref dépassement de la vitesse autorisée parce qu’ils n’avaient plus, durant un instant, les yeux rivés sur le compteur de vitesse. Selon la ligue de défense des conducteurs qui vient de publier une vidéo sur le business de la sécurité routière, 82 % des Français disent stop au tout-répressif. Par ailleurs, le vandalisme antiradar prend de l’ampleur.

    http://www.liguedesconducteurs.org/video-business-securite-routiere

    Ils en ont assez de tomber dans le panneau, surtout quand il nous conduit vers une impasse
    https://twitter.com/Ninto/status/355398288427606016/

    En 2016, les radars automatiques installés sur les routes françaises ont flashé 25,6 millions de fois (+26,3 % par rapport à l’année précédente), nécessitant ainsi l’envoi de 16 millions de PV.
    Flash Radar : comment contester ?
    https://www.moncoyote.com/blog/securite-routiere/radars/flash-radar-comment-contester/?utm_source=newsletter&utm_medium=email&utm_campaign=nlmars18_master_n1n2&utm_content=NL
    A noter que la majorité des radars feux rouge ne permet pas l’identification de l’auteur de l’infraction. Pourquoi ? Tout simplement parce que la photographie est toujours prise par l’arrière du véhicule. Dans ces circonstances, le retrait de points n’est pas envisageable, puisqu’on ne peut pas attester de l’identité du conducteur. Il suffit alors de contester la contravention pour ne pas perdre ses 4 points.

    • Luc dit :

      Il y a moins d’une semaine, Auto-Addict revenait sur les radars qui ont le plus flashé l’an dernier.
      http://www.lepoint.fr/auto-addict/securite/radars-les-automobilistes-un-peu-moins-flashes-en-2013-18-12-2013-1771432_657.php
      Si on constate une baisse générale de 10,8 % en 2013, environ 19 millions de flashs ont été émis en 2013. Et ce, avec un « top 10 », notamment sur l’A10, devant lesquels il ne fait pas bon rouler. À titre d’exemple, le radar de la traversée de Tours flashe 344 fois par jour, Curieusement, la majorité des radars qui flashent le plus sont situés sur des routes où la limitation de vitesse a été récemment abaissée. Et 52 radars de ce classement qui en compte 100, se trouvent sur une autoroute ! Pourtant, les autoroutes sont les voies de circulation les moins dangereuses, puisqu’elles représentent seulement 7 % des tués et le principal danger sur les autoroutes, ce n’est pas la vitesse, c’est la somnolence !

      Certains automobilistes se sont donc équipés d’un système d’autocollants antiradar :

      • Gabi dit :

        Comment contester une amende relevée par un radar automatique ?

        Pour commencer, vous allez recevoir chez vous un avis de contravention, composé de trois documents : un avis de contravention de couleur verte, un formulaire de requête en exonération de couleur bleue et une notice de paiement de couleur saumonée. L’astuce est simple : il vous suffit de dénoncer un tiers qui serait susceptible d’avoir pu conduire votre véhicule au moment des faits. Sur le formulaire de requête en exonération, vous allez remplir la case numéro deux en désignant l’auteur véritable de l’infraction. Cela vous permettra de ne pas consigner de somme d’argent car cette dénonciation est sans frais.

        Dans un deuxième temps, la personne que vous aurez désignée va recevoir à son tour un avis de contravention à son nom. Elle va alors devoir remplir le formulaire de requête en exonération en remplissant, cette fois-ci, la case numéro trois pour indiquer qu’elle n’est pas l’auteur de l’infraction. Elle sera alors convoquée devant le tribunal de proximité, où on s’apercevra qu’elle n’est pas l’auteur de l’infraction et, n’étant pas le propriétaire du véhicule, elle ne pourra pas être condamnée à une amende civile.

        L’ASTUCE POUR SAUVER SON PERMIS QUAND ON REÇOIT UN IMPRIMÉ 48 SI (ANNULATION DE PERMIS)
        http://www.pratiks.com/

        • Tom dit :

          Avec la société Atos, chargée de la gestion des radars automatiques, dont un des actionnaires se trouve être Goldman Sachs, on a quelquefois des surprises ! En 2009 par exemple, 10 000 PV ont été majorés alors qu’ils n’avaient pas été envoyé à leurs destinataires !
          http://www.lexpress.fr/actualite/societe/radars-automatiques-ce-jour-ou-atos-a-perdu-10-000-pv_1693752.html

          Atos « profite d’une rente de situation pour pratiquer des prix élevés ». De 2003 à 2013, l’entreprise a facturé à l’administration plus d’un demi-milliard d’euros.
          http://www.lexpress.fr/actualite/societe/radars-amendes-electroniques-opa-sur-les-pv_1692404.html#rZwDE5Iu6cScdfd3.99
          Et qui est le principal fournisseur de radars ? La societé Safran ! En 2003, quand sont apparus les premiers radars, le ministre de l’Economie et des Finances était Francis Mer, à la tête de… Safran, jusqu’à l’année dernière. De son côté, la société Atos, fut dirigée depuis 2008 par Thierry Breton, qui fut ministre des Finances de 2005 à 2007 ! Autrement dit, surfacturation, marché truqué et prestation bidon… font partie des affaires courantes de nos ministres !

          Le business de la sécurité routière :

          Et pour les réparations, un costume pour le chien bien pratique :

          • Lino dit :

            Goldman Sachs est une banque anglo-sioniste ! Elle a un comportement mafia ! Comme d’ailleurs de plus en plus la police américaine ! Celle-ci n’a-t-elle pas confisqué plus de biens aux citoyens qu’il n’en a été volé par des voleurs !

          • Ursule dit :


            Justement, trop peu rentables jusqu’ici, les radars embarqués vont être confiés à des sociétés privées à partir de septembre 2017. Ils seront installés dans des véhicules banalisés et les chauffeurs seront habillés en civil. Ils pourront flasher sans que l’automobiliste s’en rende compte. Selon les autorités, ce nouveau système permettrait de verbaliser dix fois plus qu’actuellement et de dresser ainsi 12 millions de PV par an. Avec la suppression des espèces, ces sociétés privées à capitaux internationaux auront sans doute la possibilité de ponctionner automatiquement les comptes bancaires, sans se préoccuper si quelqu’un devait rapidement se retrouver à l’hôpital. Prendre sa voiture va devenir particulièrement risqué. Malheur à celui qui n’aura pas l’œil rivé à son tableau de bord, quitte à écraser un pieton qui traverse imprudemment la route !
            http://www.europe1.fr/societe/les-radars-embarques-bientot-privatises-les-amendes-vont-pleuvoir-2982671

  10. Gabi dit :

    Jean-Jacques Debacq est un préfet français, directeur de l’Agence nationale de traitement automatisé des infractions (ANTAI). Il a été

    Assistant parlementaire du député socialiste du Finistère Louis Le Pensec
    1981 : Chef de cabinet du ministre PS de la Mer Louis Le Pensec
    1983 : Chef de cabinet du ministre PS de la Mer Guy Lengagne
    

    Il a œuvré, dès l’origine, pour le développement du contrôle automatisé des infractions routières en France. L’Agence Nationale de Traitement Automatisé des Infractions a automatisé le traitement des infractions à la circulation routière et gère ainsi la dématérialisation de la chaîne contraventionnelle. Il explique :

    « la vocation de l’Agence est également de tirer les leçons du contrôle automatisé, et notamment de la dématérialisation de la chaîne pénale. C’est à ce titre que nous avons été chargés de développer le PVe, c’est-à-dire la verbalisation électronique des infractions aux règles de stationnement ».

    « à la question de savoir combien ça rapporte, je réponds très sérieusement : 3 000 vies par an. C’est le plus important. Cela évite que 2 000 enfants deviennent orphelins [chaque année], et aussi 12 000 blessés plus ou moins graves chaque année ».

    Une enquête vient d’être ouverte pour déterminer s’il a fait payer à son administration ses contraventions routières. En attendant, il est maintenu dans ses fonctions. Selon Mediapart, le haut fonctionnaire du ministère de l’intérieur aurait « fait payer par son administration – c’est-à-dire par le Trésor public – les contraventions routières du dimanche dont son véhicule de fonction, une Peugeot 508, fait l’objet ». Il aurait également échappé au retrait de points sur son permis de conduire que les infractions auraient dû entraîner. Mediapart dit avoir retracé « une douzaine de contraventions » attachées au véhicule de fonction du préfet, « soit près de 700 euros » qui auraient été réglées par mandats administratifs.
    http://www.mediapart.fr/journal/france/300913/le-m-contravention-fait-payer-ses-pv-par-ladministration

  11. Engel dit :

    Un accord secret pour arrêter les voitures à distance d’ici 2020

    Le Comité permanent de sécurité intérieure (COSI) a approuvé un programme confidentiel de coopération police-industrie, qui a pour ambition d’obliger les constructeurs automobiles à installer en série un dispositif permettant d’arrêter les véhicules à distance. C’est un document qui n’aurait jamais dû être rendu public, que l’organisation Statewatch a réussi à divulguer pour informer les citoyens Européens des projets de la police européenne.
    http://www.statewatch.org/news/2014/jan/enlets-wp-2020.htm
    Le Comité permanent de sécurité intérieure (COSI), institué en 2010 pour renforcer « la coopération opérationnelle » entre les différentes autorités policières européennes, a adopté le programme 2014-2020 (.pdf) élaboré sans aucune consultation publique par un sous-comité chargé de faire le lien entre la police et les fournisseurs d’outils technologiques, le European Network of Law Enforcement Technology Services (ENLETS).
    http://www.statewatch.org/news/2014/jan/eu-enlets-wp-2014-2020.pdf
    Les « objectifs clé » qui figurent au programme n’ont fait l’objet d’une aucune validation démocratique puisque les textes officiels issus du Traité sur le fonctionnement de l’Union Européenne prévoient uniquement que le COSI informe le Parlement et le Conseil de ses travaux, sans que ces derniers puissent opposer le moindre veto. Or les objectifs détaillés dans le document ont de quoi préoccuper.
    http://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=CELEX:32010D0131:FR:NOT
    Il est prévu notamment de généraliser l’implantation dans tous les véhicules d’une technologie qui permettrait aux policiers d’ordonner à distance l’arrêt d’une voiture, afin de faciliter l’interception des délinquants en fuite. « Dans la plupart des cas la police est incapable de poursuivre le délinquant à cause du manque de moyens efficaces pour arrêter le véhicule proprement« , explique le document. « Ce projet travaillera sur une solution technologique qui puisse être « construite de série » dans toutes les voitures qui entrent sur le marché européen« . D’un simple clic, les policiers pourront ordonner à la voiture de ralentir progressivement, avant de complètement s’arrêter et de couper le moteur. Ce qui implique que chaque véhicule devra être équipé d’un système de géolocalisation et de communication sans fil qui permettront de savoir en permanence vers où relayer un ordre éventuel d’arrêter la voiture, et de le transmettre jusqu’à l’ordinateur de bord. Dit autrement, il est techniquement impossible de mettre au point une telle télécommande sans installer un mouchard sur toutes les voitures d’Europe. La firme américaine OnStar propose déjà un service d’arrêt de véhicules à distance pour les propriétaires qui souhaitent dissuader les voleurs. Pour fonctionner, le système repose sur une carte SIM installée dans la voiture, qui communique en permanence avec les antennes-relais des opérateurs téléphoniques.
    https://www.onstar.com/web/portal/securityexplore?tab=3&g=1
    Or comme le souligne Statewatch, rien ne démontre que la difficulté d’intercepter les délinquants au volant soit à ce point problématique qu’elle justifie d’installer en série dans tous les véhicules européens un outil qui donne à l’Etat le pouvoir d’immobiliser toute voiture. C’est le type de technologies qui serait jugée extrêmement redoutable dans un état totalitaire. Le programme de l’ENLETS approuvé par le COSI prévoit par ailleurs d’aider les Etats membres à mettre en place des dispositifs de reconnaissance automatique des plaques d’immatriculation, une coopération renforcée sur l’interception des signaux en tous genres (la mise sous surveillance), sur la vidéosurveillance – avec une « vie privée améliorée », et sur l’échange de technologies et de meilleures pratiques entre polices européennes.
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Lecture_automatique_de_plaques_min%C3%A9ralogiques

    20$ pour prendre le contrôle à distance d’une voiture
    http://www.theregister.co.uk/2014/02/06/want_to_hack_a_car_20_in_parts_some_oily_fingers_and_its_yours/

  12. Benoit dit :

    La guerre des taxis relève-t-elle l’incapacité de réformer en France ? Ils seraient 20 000 à Paris !

  13. Andrée dit :

    La chance existe ! Ou alors chacun doit avoir un ange gardien !

    Mais que cela n’empêche pas certains d’avoir la tenue adéquate en moto !

  14. Gabi dit :

    POURQUOI IL NE FAUT PAS BAISSER LA LIMITATION DE VITESSE A 80KM/H SUR ROUTE :
    http://info.liguedesconducteurs.org/verite-80kmh/

    Les études menées par des organismes de surveillance de la qualité de l’air montrent que passer d’une vitesse de 90 à 80 km/h entraîne un rejet plus important de composés organiques volatils, et n’a qu’un impact minime sur les émissions d’oxyde d’azote.

    En 2012, le Danemark et l’Angleterre ont vu leur mortalité routière baisser à trois décès pour 100 000 habitants. Pourtant, le Danemark a augmenté les limitations de vitesse de 110 à 130 km/h sur son réseau autoroutier. Et au Royaume-Uni, on roule à 100 km/h (60 miles) sur le réseau secondaire. En Allemagne, où on roule aussi à 100 km/h sur le réseau secondaire, et sans limitation de vitesse sur une partie des autoroutes, le nombre de tués sur la route a été le même qu’en France en 2013, pour 20 % d’habitants en plus. D’autres pays réfléchissent à relever leurs limitations de vitesse : c’est le cas actuellement au Luxembourg et en Suisse.

    Des études indépendantes montrent que la formule mathématique sur laquelle se base la Sécurité routière (1% de vitesse en moins = 4% de morts en moins) est fausse. Si elle était exacte, il suffirait d’ailleurs de réduire la vitesse de 25 km/h pour qu’il n’y ait plus aucun mort sur les routes de France… La preuve : en 2012, la vitesse moyenne a augmenté en France. Et pourtant, le nombre de tués sur la route a diminué de presque 8%. C’était déjà le cas entre 1998 et 2002. Pour vraiment diminuer le nombre de morts, l’Etat ferait mieux d’entretenir le réseau routier – le facteur infrastructure est présent dans 40% des accidents mortels.


    A noter que la gratuité des pompiers sur les autoroutes privatisées a été supprimée :
    https://www.laprovence.com/actu/en-direct/5030860/vers-la-fin-de-la-gratuite-des-peages-dautoroute-pour-les-pompiers.html

    Si on abaisse la vitesse à 80 km/h, les voitures et les motos iront à la même vitesse que les camions, ce qui multiplie le risque de dépassements dangereux. En augmentant encore une fois le nombre de panneaux et les différences de limitations, on détourne l’attention du conducteur de la route. Et plus celui-ci roule lentement, plus les risques de somnolence ou d’utilisation du smartphone sont élevés.

    Diminution des distances moyennes parcourues, temps de livraison plus longs… selon les études de plusieurs économistes reconnus, le coût économique engendré par une baisse des limitations de vitesse s’élève à 39,5 milliards d’euros par an, soit presque deux points de PIB. Sans parler du renouvellement de tous les panneaux !


    Mais voilà, la Ligue de Défense des Conducteurs a mené l’enquête sur les radars les plus lucratifs de France. Résultat : ceux qui flashent le plus sont majoritairement installés à des endroits où la vitesse a été abaissée. Lorsque la limitation de vitesse est abaissée au niveau d’un radar, la rentabilité de celui-ci est multipliée jusqu’à quatre fois.

    Avec les limitations actuelles, plus de 34 500 PV pour excès de vitesse sont dressés chaque jour, et plus de 14 millions de points de permis sont retirés chaque année. Les conséquences sociales sont dramatiques : 90 000 personnes perdent déjà leur permis chaque année, et une sur trois perd son emploi par la suite. Sur des routes truffées de radars-pièges, une baisse des limitations entraînera inéluctablement un doublement ou un triplement de ces chiffres.

    250 Français se font confisquer leur permis par jour ! De source officielle, ils seraient déjà près de 500.000 automobilistes à conduire sans permis (2 millions selon la presse automobile). A la clé : le risque d’être condamnés à deux mois de prison.

    La Creuse a décidé de ne pas prendre en charge les frais afférents au remplacement des panneaux de vitesse (de 90 à 80 km/h).
    https://www.ouest-france.fr/nouvelle-aquitaine/creuse/route-80-km/h-la-creuse-refuse-de-payer-les-nouveaux-panneaux-5836286?utm_campaign=Echobox&utm_medium=Social&utm_source=Facebook#Echobox=1529517248

    Actuellement, l’état prend à chaque automobiliste 1540 euros/an.
    https://www.contribuables.org/wp-content/uploads/2018/07/impt_sur_l_auto_w.pdf

    Et ce n’est pas fini. Le parlement européen a voté mai 2018 la mise en place d’une vignette pour tous les véhicules de la zone UE ! La taxe serait prélevée dès 2023 pour les camions et les autobus, et à partir de 2026 pour les voitures et les motos.
    http://www.europarl.europa.eu/news/fr/press-room/20180524IPR04229/redevances-routieres-plus-d-equite-et-de-protection-environnementale

    Une étude de l’hebdomadaire Auto Plus faisait remarquer que depuis l’entrée en vigueur du 80 km/h, les conducteurs subissaient des variations de limitation de vitesses trop fréquentes. Sur un parcours de 141 km, pas moins de 130 changements de l’allure limite auraient été relevés :
    http://www.lefigaro.fr/automobile/2018/12/03/30002-20181203ARTFIG00147-la-folie-des-variations-incessantes-de-limitations-de-vitesse.php

    • Carlos dit :

      Se souvenir qu’en 1899, un décret limitait la vitesse des véhicules à moteur à 30 km/h en rase campagne. Il faut attendre le 27 mai 1921 pour voir se créer le premier Code de la route digne de ce nom ! Il sera bientôt suivi du permis de conduire.

  15. Anne dit :

    Tandis que dans son éditorial du 27 juillet, le New York Times appelle les autorités fédérales américaines à légaliser la marijuana, on apprend que 21 % des accidents mortels en 2013 ont été causés par la drogue, selon l’Observatoire national interministériel de la sécurité routière (ONISR). L’alcool, la même année, était présent dans 30 % de ces accidents.
    http://www.nytimes.com/2014/07/30/opinion/high-time-federal-marijuana-ban-is-rooted-in-myth.html?hp&action=click&pgtype=Homepage&module=c-column-top-span-region&region=c-column-top-span-region&WT.nav=c-column-top-span-region&_r=1
    http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2014/07/29/01016-20140729ARTFIG00289-21-des-accidents-mortels-sur-la-route-lies-a-la-drogue.php

    En 2012, 531 personnes ont été tuées alors qu’au moins un des conducteurs en cause présentait un test positif aux stupéfiants, soit 32 de plus qu’en 2011.

    Ce nombre est en réalité plus important, indique le bilan 2012 de l’accidentalité réalisé par l’ONISR. Dans 38 % des accidents mortels, le résultat du test (toxicologique) n’est pas enregistré.»

    Il est en effet beaucoup plus long et onéreux de chercher la drogue que de chercher l’alcoolémie.

    Les prix de la cocaïne ont chuté, de 150 euros en 1990, le gramme de cocaïne coûte aujourd’hui 60 euros. Un médecin agréé auprès des commissions médicales pour la réattribution du permis de conduire en Haute-Savoie témoigne : «Avant, on se retrouvait face à deux cas de conducteurs sous cocaïne tous les ans. Maintenant, ce sont deux par mois !»

  16. John dit :

    Le pari était osé : Imprimer devant les visiteurs du « International Technology Manufacturing Show » de Chicago du 8 au 13 septembre 2014. , toutes les pièces d’une voiture, puis les assembler avant le sixième et dernier jour du salon !
    http://www.imts.com/media/imts_releases/20140908.html
    Pourtant, le constructeur américain d’objets imprimés en 3D « Local Motors » y est parvenu sans encombre.

    Bien entendu il a fallu ajouter les différents éléments mécaniques qu’il n’est pour l’instant pas possible d’imprimer en 3D (suspensions, composants électroniques, moteur…).

    La combustion d’un moteur est quelque chose de particulièrement fascinant comme en témoigne cette vidéo filmée en slow-motion d’un moteur à combustion en pleine action :

    Pourquoi un moteur à quatre temps ? Parce qu’un cycle se fait en deux allers/retours de piston. Le cycle se décompose ainsi en quatre étapes : Admission/Compression/Détente-Explosion/Échappement.

    Étape 1 : L’admission
    Durant l’admission, la soupape d’échappement est fermée et la soupape d’admission est ouverte. Le piston descend donc créer une dépression permettant d’aspirer le mélange air/essence venant du carburateur.

    Étape 2 : La compression
    À cette étape, les deux soupapes sont fermées rendant la culasse hermétique. Le piston remonte et comprime le mélange air/essence. Cette simple compression va élever le mélange carburé à une température de 300 °C environ. Si la température s’élève encore de 100 °C supplémentaires, le mélange risque de s’enflammer spontanément. C’est ce qu’on appelle l’auto-allumage.

    Étape 3 : La détente (ou explosion)
    Une fois le piston arrivé à son point le plus haut, une étincelle jaillit entre les électrodes de la bougie provoquant l’inflammation des gaz. Il en résulte une élévation de la pression et de la température poussant alors le piston qui redescend vers son point le plus bas. Lorsque le piston arrive à ce point, les deux soupapes sont encore fermées.

    Étape 4 : L’échappement
    La soupape d’échappement s’ouvre et le piston, en remontant, va pousser devant lui les gaz brûlés qui s’échappent par ce seul orifice.

  17. Lino dit :

    Où en sommes-nous avec les voitures intelligentes ? Conduire sans toucher le volant, laisser le véhicule contrôler sa vitesse en fonction du véhicule qui le précède, effectuer de façon autonome les freinages d’urgence, c’est dorénavant possible :

    En projet, une moto pilotée par un robot pour la police lors des courses-poursuites !

    Un vélo plus rapide qu’une Ferrari :

  18. Lino dit :

    Comment la police et la gendarmerie utilisent Facebook et Twitter en jouant sur l’humour :
    http://www.sudouest.fr/2014/10/13/comment-la-police-et-la-gendarmerie-utilisent-facebook-et-twitter-1700045-4725.php

  19. Carlos dit :


    Le business de la securite routiere :
    http://info.liguedesconducteurs.org/enquete-securite-routiere/

    C’est 1,7 milliard d’euros tirés des 24 millions de contraventions dressées en 2012. 95% des excès de vitesse ne dépassent pas les plus de 20 km/h. Ceux qui roulent beaucoup et qui n’ont pas de régulateur sont obligés de perdre des points. C’est ainsi que tous les ans 90 000 personnes perdent leur permis.

    Sur ce racket, en 2014, 220 millions d’euros sont alloués au fonctionnement et à l’entretien des radars, ainsi qu’au renouvellement du parc de ces coûteuses machines. 19 millions d’euros servent à financer le système de gestion des points du permis de conduire, et 31,6 millions d’euros sont réservés au déploiement des P-V électroniques. L’Agence de financement des infrastructures de transport de France (AFITF), dispose d’un budget de 280 millions provenant uniquement de la route (amendes des radars, taxe d’aménagement du territoire, autoroutes…). Or, les deux tiers de sa dotation servent principalement au transport ferroviaire et aux transports collectifs d’agglomération, tous les deux largement déficitaires. Si un usager devait payer réellement le prix de son train de banlieue, les tarifs doubleraient.

    L’Antai (Agence nationale de traitement automatisé des infractions), affiche des objectifs dignes d’une entreprise privée. Croissance à plusieurs chiffres et développement font partie de son vocabulaire. Plutôt que de se réjouir de la baisse du nombre des infractions, elle planifie en permanence une hausse des sanctions. Pour un coût salarial moyen de 96 000 euros par an – près de 8 000 euros par mois et par agent -, 26 cadres de l’État veillent avidement à la prospérité de cet organisme.

    452 millions d’euros sont officiellement affectés pour 2014 au désendettement. de l’état. Ce qui représente tout de même 26,5 % de l’argent sorti de la poche des conducteurs !

    Si le facteur infrastructure est présent dans 40 % des accidents mortels, il est donc loin d’être l’un des soucis pricipaux de l’état.

    http://www.lepoint.fr/automobile/blogs/jacques-chevalier/l-incroyable-detournement-du-tresor-des-p-v-18-12-2014-1890677_654.php

    • Otho dit :

      Les policiers qui verbalisent le plus sur les routes ont le droit à une prime de 600 €, offerte aux unités arrivées en tête !
      http://news.autoplus.fr/news/1495418/Police-Vitesse-Contr%C3%B4le-routier-PV-Radars

    • Oswald dit :

      Juin 2008 :

      prix du baril de pétrole : 144 dollars
      Prix du litre de SP 95 : 1,52 euros (moyenne nationale)
      Prix du litre de GO : 1,44 euros (moyenne nationale)
      

      Novembre 2018 :

      Prix du baril de pétrole : 72,50 dollars
      Prix du litre de SP 95 : 1,54 euros (moyenne nationale)
      Prix du litre de GO : 1,48 euros (moyenne nationale)
      

      Parité euro/dollar en juin 2008 : 1 euro = 1,56 dollar (pour acheter un baril en 2008 il fallait donc dépenser : 144:1,56=92,30 euros)
      Parité euro/dollar en novembre 2018 : 1 euro = 1,14 dollar (pour acheter un baril en 2018 il faut donc dépenser : 72,50:1,14=63,59 euros)

      Les experts de la CLCV ont établi deux profils d’automobilistes. Le premier est équipé d’une voiture à essence. Le second d’un diesel. Ils parcourent tous deux 12 700 km par an, soit la moyenne observée en France. Le moteur essence consomme 7,3 litres aux 100 km (927,1 litres à l’année), le diesel 6,1 litres (774,7 litres) ; ce qui correspond aux estimations de consommation du ministère de la Transition écologique en 2016.

      Verdict ? En 2008, l’essence avait coûté en moyenne sur l’année : 1,35 euros TTC. Dont 0,83 centime d’euros (ct €) de taxes (61 %). Le diesel de son côté s’affichait à 1,26 € TTC, avec 0,63 cts (50 %). L’automobiliste roulant à l’essence avait donc versé dans les poches de l’Etat : 769,50 €. Celui au diesel : 488 €. Dix ans plus tard, le premier doit s’acquitter de 871,50 € de taxes. Le second, de 666,20 €. Soit 102 € et 178,20 € supplémentaires. Pour un couple équipé de deux voitures, la facture est évidemment encore plus salée. Avec 25 400 km parcourus sur un an, soit 10 00 km et 15 400 km, l’augmentation en dix ans se chiffre à… 296,50 €.

      En se basant sur le projet de loi de Finances 2018, qui fixe la trajectoire de la TICPE entre 2018 et 2022, on estime que le litre de gazole va augmenter (hors TVA) de 25,16 ct € sur cette période. Et de 12,73 cts € pour l’essence. Concrètement, un automobiliste qui possède une voiture à essence et qui roule peu verra sa facture augmenter (hors évolution du prix du baril de pétrole) de 22 € en 2018 par rapport à l’année dernière. Et de 89 € en 2022. Pour les gros rouleurs qui possèdent une voiture diesel, le coup de massue au porte-monnaie est encore plus douloureux. Leurs factures carburant augmentent de 68 € dès cette année par rapport à 2018. Et de 272 € en 2022.

      Au final, selon l’Union routière de France, (URF) une association qui réunit les professionnels de la route, sur le quinquennat, la hausse de la TICPE aura rapporté aux caisses de l’Etat 34,4 milliards d’euros supplémentaires.
      http://www.leparisien.fr/economie/consommation/carburants-300-euros-de-taxes-supplementaires-en-dix-ans-17-09-2018-7892346.php
      Et le véhicule essence émet autant de particules fines que dix vilains diesel ! L’alignement des prix du gazole sur celui de l’essence est donc non écologique.
      http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2018/12/07/31001-20181207ARTFIG00299–un-vehicule-essence-emet-autant-de-particules-fines-que-dix-vilains-diesel.php

      Couverture du 4 mars 2017 :
      https://www.economist.com/leaders/2017/03/04/the-vote-that-could-wreck-the-european-union
      Et le site giletsjaunes.com aurait été créé en 2017 aux Etats-Unis et modifié le 23 novembre 2018.

      En fait c’est faux. Il a été créé la même année que quand le Comité interministériel de la sécurité routière (CISR) décidait le 13 février 2008 de rendre obligatoire la présence dans tout véhicule d’un gilet de sécurité et d’un triangle de pré-signalisation :
      http://www.securite-routiere.gouv.fr/connaitre-les-regles/le-vehicule/le-triangle-et-le-gilet
      http://www.hosterstats.com/historicaldns.php?domain=giletsjaunes.com


      Ne pas non plus perdre de vue que Macron et Edouard Philippe sont des Young leaders, qui se sont connus en 2012 via la French American Fondation !



      D’où la manifestation du 17 novembre 2018 qui consiste à bloquer certaines routes. Pour agir contre la pollution, la première chose à faire serait d’encourager la production près des consommateurs. Prenons par exemple les portes conteneurs. Ils fonctionnent avec un fuel résiduel très nocif pour la santé. Un seul d’entre eux pollue autant qu’au moins un million de voitures. Et combien sont-ils à sillonner les mers ? 60 000 ! La mondialisation est donc bien la principale responsable de la pollution.

      D’autant plus que le kérosène des avions et le fuel lourd des tankers sont totalement détaxés !

      En un siècle, la concentration dans l’air de CO2 est passée de 0,03 à 0,04%. Les politiciens français veulent réduire les émissions de 20%. Mais cela ne permettra d’éviter à la planète que de se réchauffer de moins d’un millième de degré !

      Concernant les incidents qui eurent lieu le 17, le ministère de l’Intérieur fit le bilan d’une personne décédée en Savoie et de 227 blessées, dont six gravement. 117 personnes furent interpellées, dont 75 placées en garde à vue sur 282 000 manifestants (mais pour le syndicat « France Police, Policiers en Colère » ils étaient plus d’un million).
      https://france-police.org/
      Il y eut plus de 3 000 rassemblements sur toute la France et les « gilets jaunes » se relayaient. Le ministre Castaner a prouvé là qu’il savait aussi bien mentir que Macron et que donc la démocratie il s’en foutait complètement. De plus Castaner sait très bien que grâce aux prix de transfert les profits des compagnies pétrolières ne se font ni à la production, ni dans les raffineries, ni dans les stations-service mais dans les paradis fiscaux. Exemple, une compagnie pétrolière en Irak vend le brut bon marché à une filiale maritime enregistrée au Panama, qui le revend ensuite presque au prix de détail aux raffineries et aux points de vente en France. Dans le pays producteur, le pétrole est vendu à bas prix contrairement au pays consommateur où il est acheté à un prix élevé. Ces transferts génèrent peu de rentrées fiscales en Irak et en France. Cependant, en milieu de chaîne la société panaméenne réalise des profits colossaux exemptés d’impôt ! Les bénéfices qui passent par des paradis fiscaux représentent au moins 250 milliards : 106 milliards transitent par l’Irlande car la taxe n’est que de 4%. 97 milliards vont dans les iles Caraïbes avec la City (taxe de 2%) ; 70 milliards passent par Singapour (taxe de 8%) ; 58 milliards par la Suisse malgré une taxe de 21% (mais quand on a quelque chose à cacher…) ; 57 milliards vont au Pays-Bas (10%) ; 47 milliards au Luxembourg (3%), 24 milliards aux Bermudes pour une taxe de 0% ; 13 milliards en Belgique (19%) ; 12 milliards à Malte (5%) :

      A la place de ces multinationales, c’est donc aux « gilets jaunes » de se sacrifier et cela depuis plus de 20 ans ! La loi de finances pour 2018 (article 84) poursuit toutefois un programme de baisse progressive du taux de l’impôt sur les sociétés (IS) jusqu’à 25 % en 2022. Pour l’instant il est de 28 % pour les bénéfices inférieurs à 500 000 € et 33,3 % (ou 1/3) au-delà. Le taux sera ensuite porté à : 31 % au delà de 500 000 € de bénéfices en 2019 ; 28 % sur l’ensemble des bénéfices en 2020 ; 26,5 % en 2021.
      https://www.service-public.fr/professionnels-entreprises/vosdroits/F23575

      Bien entendu on s’est servi du prétexte écologique pour mettre en place ces nouvelles taxes. En réalité les Français consomment de moins en moins de carburant, d’où la baisse des rentrées fiscales :

      Et en fait, l’argent nouvellement récolté est déjà prévu pour servir de variable d’ajustement au budget du gouvernement. Ainsi le ministre de l’Action et des Comptes publics Gérald Darmanin a justifié le 20 novembre 18 au Sénat, la décision de transférer 577 millions d’euros de recettes de la taxe écologique sur les carburants pour les réaffecter au budget général en 2018.
      https://www.publicsenat.fr/article/parlementaire/600-millions-d-euros-non-affectes-au-budget-de-l-ecologie-ne-cedons-pas-a-la
      Cela n’a pas empéché ce ministre de comparer les gilets jaunes à « un défilé de chemises brunes » et TF1 l’annonçant, montrait des manifestants entonnant la Marseillaise avec des drapeaux bleu-blanc-rouge dont certains portaient la croix de Lorraine et des drapeaux des différentes provinces françaises. La député Naïma Moutchou, nommée rapporteure de la loi contre la manipulation de l’information publiait elle aussi une intox de haut vol relayant une photo extraite d’une vidéo diffusée par BFM pour faire l’amalgame avec les nazis ! Quelques fake news du gouvernement :

      LCI de son côté a choisi d’interviewer un gilet jaune d’En Marche » !


      Mais comme Aurélien Taché, député En Marche, nous le confirme, le but est de céder encore plus de souveraineté à l’Union Européenne ! C’est à dire encore faire plus payer les Français à la place des multinationales :

      A noter que les Gilets Jaunes de la Réunion réussirent à obtenir le gel des taxes sur le carburant…


      Le 24 novembre 2018, on a assisté une nouvelle fois à cette tactique gouvernementale qui consiste à utiliser des groupuscules « black blocs » habillés en noir, jeunes (majoritairement des bobos de gauche), violents, casseurs, marteau dans le sac, masque respiratoire… pour discréditer les gilets jaunes, en les faisant passer en plus pour l’extrême droite. Pourquoi donc en voit-on brandir des drapeaux à l’effigie de Che Guevarra ou taguer les murs du « A » des anarchistes ? Bien entendu, les forces de l’ordre pourraient préventivement les arrêter en leur demandant leur identité et ce qu’ils ont dans leur sac. Mais ils ont la consigne de les ignorer ! « Comme lors des dernières manifestations contre la loi travail ou le 1er Mai, on nous donne l’ordre de laisser casser pour que le mouvement devienne impopulaire, et la fois d’après on y va fort parce que l’opinion publique attend une réaction de répression policière. » témoigne un CRS. Un vieux truc de manipulation que déjà Coluche dénonçait :

      Ici le 1er décembre 2018, on voit bien un flic se déguiser en casseur pour semer le chaos :

      Témoignage ici d’une dizaine de casseurs qui curieusement passent ensuite un brassard de police façon Benalla (voir à 6 mn 38) :

      Des gilets jaunes démasquent et expulsent des flics déguisés en casseurs :

      Alors y avait-il des policiers-casseurs dans la manifestation des Gilets jaunes ?
      https://observers.france24.com/fr/20181203-france-gilets-jaunes-videos-policiers-casseurs-manifestation-discrediter

      Et pour empêcher les manifestants de se réunir, on utilisa avec plus ou moins de succès la technique du salami en faisant retarder les groupes et en les isolant les uns des autres. Étonnant que dans cette histoire, l’Israélien Patrick Drahi, propriétaire entre autres de BFM et de Libération, n’ait pas soufflé à ses journalistes l’idée d’une manipulation russe. Pourtant Drahi et l’ancien associé de la banque Rothschild défendent les mêmes intérêts anglo-sionistes. D’ailleurs Frédéric de Lanouvelle, porte-parole du ministère de l’Intérieur, a été reporter et présentateur pendant 9 ans sur BFMTV (2007-2016), avant de rejoindre TF1. Castaner par contre a osé continuer d’utiliser cette manipulation éculée consistant à traiter les manifestants « d’extrême droite, de racistes, antisémites, homophobes… » allant jusqu’à se plaindre d’avoir eu son domicile de Forcalquier (Alpes-de-Haute-Provence) ciblé par des ‘gilets jaunes’. Et en quoi consistait cette épouvantable attaque de son domicile ? Castaner le confiera peu après : « Ils étaient là devant à faire des selfies, à poster des messages sur Facebook. Je trouve ça insupportable ». Le ministre Darmanin expliquait que les Français moyens qui manifestaient sur les Champs-Elysées c’était « la peste brune » !


      Gérard Bardy, journaliste depuis 40 ans, président de l’Union de la Presse Francophone depuis 2016, s’est demandé comment on pouvait à ce point maquiller les faits. Pourquoi ? Au service de qui ? Encore plus grave, le ministre de l’Intérieur a avoué publiquement faire pression sur les Parquets en leur donnant des consignes de fermeté pour influencer leur appréciation des affaires en liens avec les gilets jaunes. Le syndicat de la magistrature réagira-t-il contre cette domination du pouvoir exécutif sur le pouvoir judiciaire ? Selon le syndicat France Police on avait autour de 800 000 manifestants sur environ 1500 sites. Ce qui indique une baisse par rapport au 17 novembre par contre les voitures sont de plus en plus nombreuses à montrer sur leur tableau de bord un gilet jaune. Autre constatation, un nombre grandissant de radars automatiques sont endommagés sur les routes. Sans doute pas loin d’un millier, malgré les sanctions encourues : 5 ans de prison.

      Et plusieurs centres d’impôts ont été murés pendant la nuit (comme à Ambérieu ou Pont-d’Ain).

      https://france-police.org/2018/11/24/estimation-de-la-participation-a-15h-ce-samedi-24-11-le-syndicat-france-police-policiers-en-colere-denombre-750-000-gilets-jaunes-dans-toute-la-france-sur-environ-1500-points-de-blocage/
      Pour Boris Le Lay, cette histoire d’écologie et de réchauffement climatique ne sont pas fondées mais est utilisées pour taxer les peuples :

      Reste que l’idéal ne serait-il pas de bloquer les ports et les raffineries plutôt que les rues, une pression qui pourrait s’arrêter qu’en échange d’une promesse d’une taxation des sociétés enregistrées dans des paradis fiscaux et des carburants des avions et des porte-containers ? Qu’ils viennent me voir disait Macron tout en se faisant protéger dans son Palais par une armée de CRS !

      Mais l’un d’entre eux n’aurait-il pas abattu un gilet jaune sur les Champs Élysée ce samedi 24 novembre ? ‘Il y avait des forces de l’ordre postées sur les toits des immeubles et du haut de l’Arc de Triomphe ils balançaient des projectiles (à partir d’ 1 mn 50):



      On parle aussi d’un gilet jaune écrasé par un camion à eau de la police, d’un autre ayant perdu un œil à cause des violences policières. D’une main entière arrachée par une grenade.

      Selon Le Parisien, on est dans l’intox :
      http://www.leparisien.fr/societe/gilets-jaunes-aux-champs-elysees-ces-intox-qui-ont-inonde-les-reseaux-sociaux-26-11-2018-7954377.php
      Et quand BFM affirme que les gilets jaunes ont dépavé les Champs-Elysées c’est aussi de l’intox. Des ouvriers l’avaient fait avant pour la mise en place d’une future piste cyclable :
      https://www.liberation.fr/checknews/2018/11/26/bfm-tv-a-t-elle-montre-une-zone-des-champs-elysees-en-travaux-affirmant-a-tort-que-les-gilets-jaunes_1694289
      Cela n’empêche pas de nombreux policiers, gendarmes, CRS s’associer discrètement aux gilets jaunes. Comme par exemple le Collectif autonome des policiers d’Ile-de-France ici :

      A Coetquidan, le général Kleber charge avec un gilet jaune :

      Sur CNEWS, le 25 novembre 2018, François Asselineau proposa en direct le lancement d’une procédure de destitution de Macron pour ses 10 manquements graves de la Constitution (à partir de 9 mn 10) :

      https://www.upr.fr/actualite/france/decouvrez-le-scan-de-la-lettre-remise-sur-le-plateau-de-cnews-par-francois-asselineau-a-laetitia-avia-deputee-et-porte-parole-de-en-marche-pour-reclamer-la-destitution-de-macron/
      Plusieurs gilets jaunes le suivirent en utilisant l’article 68 de la constitution.
      https://www.lejdd.fr/Politique/destituer-macron-grace-a-la-constitution-le-fantasme-de-gilets-jaunes-3810572
      Théoriquement, il suffit de 58 députés pour demander que soit examinée la demande.. Mais voilà, les députés, de n’importe quel bord qu’ils soient, sont vendus à l’Union Européenne et ne rêvent que d’une chose, devenir eux-même député européen. On ne trouvera donc pas les 58 députés. De plus le parti de Mélenchon vient de mettre à la porte ses souverainistes, comme Le Pen l’avait fait avec Philippot. Cette demande avortée eut tout de même l’immense avantage de montrer le vrai visage de cette opposition bidon, contrairement à l’Angleterre qui avait son Nigel Farage.

      De plus, avec Macron, l’état n’a historiquement jamais autant dépensé en France (250 milliards) :

      La ligne jaune indique les dépenses de l’État au 30 septembre de chaque année depuis 2011. La bleue démontre que les recettes de l’État fléchissent d’une manière inquiétante. Autrement dit, 10% des dépenses courantes de l’État ne sont pas couvertes par des recettes fiscales. C’est un peu plus que le 3% de Maastricht.

      Le tableau ci-dessus récapitule autour de 80% des sommes entrées dans les caisses de l’État au 30 septembre de l’année, au titre de 4 impôts majeurs : l’impôt sur les sociétés (IS), la taxe intérieure sur le carburant (TICPE), la TVA et l’impôt sur le revenu (IR). En 2011, les recettes nettes totales de l’État au 30 septembre était de 193 milliards €. Elles avoisinent aujourd’hui les 220 milliards, soit près de 15% de hausse de pression fiscale en 7 ans. En 2011 l’impôt sur les sociétés apportait près de 27 milliards, soit l’équivalent d’un quart de la TVA. En 2018, il est tombé à 15 milliards, alors que la TVA grimpait à plus de 115 milliards, soit un effort deux fois plus important pour les consommateurs que pour les entreprises en 7 ans d’intervalle. De plus, les recettes de l’impôt sur le revenu ont pratiquement augmenté de 50% sur la même période.

      Le 26 novembre, on apprenait par les médias de l’existence d’une « délégation » de huit « communicants officiels auto-désignés » chargée « d’engager une prise de contact sérieuse et nécessaire avec les représentants de l’Etat et de son gouvernement. Qui est derrière eux ?
      https://www.francetvinfo.fr/economie/transports/gilets-jaunes/pour-qui-se-prennent-ils-les-huit-porte-parole-officiels-des-gilets-jaunes-ne-font-pas-l-unanimite_3052563.html#xtor=EPR-2-%5Bnewsletterquotidienne%5D-20181127-%5Blestitres-colgauche/titre1
      Les deux chefs du mouvement, ceux qui l’ont initié :
      – Priscillia Ludovsky. Juive, gauchiste qui devrait bien s’entendre avec Attali.
      – Eric Drouet, chauffeur routier, à l’initiative de la manifestation du 17 nov (rien que ça). Gauchiste engagé, s’est trahi de deux façons : FO-transports est le premier syndicat à avoir soutenu le mouvement après la dénonciation des dépenses somptuaires de leurs cadres.
      https://www.sudouest.fr/2018/11/12/des-notes-de-frais-de-30-000-euros-pour-des-cadres-de-force-ouvriere-5559221-5458.php
      Les six autres :
      – Matthieu Blavier
      – Marine Charette-Labadie, qui se dit de gauche
      – Maxime Nicolle
      – Jason Herbert, adhérent CFDT (encore la gauche)
      – Thomas Miralles
      – Julien Terrier
      http://www.leparisien.fr/economie/on-a-epluche-les-profils-facebook-des-porte-parole-des-gilets-jaunes-28-11-2018-7955883.php

      A Lamballe et Saint-Alban on préfère reprendre l’idée des cahiers de doléances :
      https://www.ouest-france.fr/societe/gilets-jaunes/lamballe-et-saint-alban-les-gilets-jaunes-ouvrent-un-cahier-de-doleances-6092315
      Mais l’état laissera-t-il faire sachant que le 8 novembre 2018, un procureur de la République assignait en référé les fournisseurs d’accès à internet pour qu’ils bloquent l’accès au site democratieparticipative.biz sous prétexte de haine raciale.

      Le 1er décembre a été marqué par un 3eme rendez-vous important (700.000 gilets jaunes dans toute la France sur environ 1500 points de blocage) se terminant malheureusement par une soirée insurrectionnelle.

      Ici avenue de l’Opéra à Paris :

      Parmi les casseurs, des membres de l’ultra gauche et de très nombreux délinquants issus des cités sensibles. Ici entrain de piller un commerce :

      D’autres ne pillent rien, mais ces gilets jaunes sont tabassés par les CRS dans un Burger :

      Le syndicat Alliance Police Nationale a même demandé le renfort de l’armée pour garder les lieux institutionnels et dégager ainsi les forces mobiles d’intervention ainsi que l’instauration de l’état d’urgence.

      Le phénomène ‘gilet jaune’ a fait des petits. En Bulgarie, ils étaient des milliers en jaune à bloquer dimanche les principaux axes routiers et les postes-frontière pour protester contre la flambée du prix des carburants. Des Allemands reprirent aussi le symbole :

      Des Belges surtout Wallons, bloquèrent aussi des ronds-points et des dépôts de carburant. Sandrine Sarroche s’en est inspiré avec humour :

      En Allemagne, le symbole du gilet jaune a été repris par des Allemands en colère sur la politique fiscale et migratoire d’Angela Merkel. La princesse Doris von Sayn-Wittgenstein, député au parlement du Schleswig-Holstein et porte-parole de l’AfD pour ce Land, annonce avec humour « Il y a une chose qu’on ne peut pas enlever aux Français : en matière de mode ils donnent le la ! Je porte déjà du jaune. Et vous ? »

      À La Haye, des «gilets jaunes» ont défilé devant le Binnenhof :

      Le 3 décembre 2018 le Premier Ministre Edouard Philippe recevait Laurent Wauquiez, le président des Républicains, Melenchon (Insoumis), Olivier Faure (PS), Roussel (PCF), Jean-Christophe Lagarde (UDI) Marine Le Pen (RN), Dupont-Aignan, François Bayrou (Modem), Benoît Hamon (Génération S) et Philippot ! Mais pas Asselineau, pourtant candidat officiel à la Présidence de la République. Pourquoi ?

      Selon le magazine mondialiste ‘The Economist’, la suite de ces manifestations des gilets jaunes n’est pas réjouissante ! On annonce aussi l’élection de Marine Le Pen (ce qui ne changera rien puisque contre le frexit), une guerre nucléaire et une comète…

      Attali fut très perspicace en 2016 (dès 38 secondes) :

      « Si les Français sont obligés d’élire quelqu’un sans programme et qui ne plaise pas, en en étant déçu dès le lendemain, il y aura en France une révolution avant 2022…. »
      Et s’il y a une révolution, ne pas oublier que dans le traité de Lisbonne il y a l’article 62 qui énonce clairement que la mort peut être infligée par l’Etat pour réprimer une émeute ou une insurrection ! D’ailleurs le secrétaire du syndicat Unité SGP Police Force Ouvrière, Yves Lefebvre, a affirmé que les CRS pourraient abattre des manifestants le 8 décembre 2018 à Paris si la situation devenait incontrôlable.
      https://breizatao.com/2018/12/03/la-police-anti-emeute-evoque-la-possibilite-davoir-a-abattre/


      Le 4 décembre 2018, le Premier ministre, après avoir reçu les représentants des partis politiques, a annoncé un moratoire de six mois sur la hausse de la taxe sur les carburants : « Trois mesures fiscales devaient entrer en vigueur le 1er janvier 2019 : la hausse taxe carbone sur l’essence, le fioul et le diesel, la convergence de la taxation du gasoil sur l’essence, et l’alignement de la fiscalité du gasoil pour les professionnels avec celle appliquée au particulier. Je suspends pour six mois l’application de ces mesures fiscales. » Il a aussi suspendu la réforme du contrôle technique.

      Ce moratoire qui ne fait que reporter les taxes ne semble pas arrêter les ambulanciers, avocats, agriculteurs, étudiants et lycéens qui se sont greffés à la contestation. Les syndicats du transport routier CGT et FO ont appelé à une grève illimitée à partir de dimanche 9 décembre au soir. Mais il ne faut pas perdre de vue que les syndicats adhèrent à la Confédération européenne des syndicats (CES). Les dockers de Marseille de leur côté veulent bloquer tous les ports. Même le syndicat de police VIGI a déposé un préavis de grève illimitée à partir du 8 décembre concernant certains personnels du ministère de l’Intérieur. Du coup Macron a décidé non plus de suspendre les taxes mais de les annuler.

      Pourtant, comme le signale Emmanuel Todd, « il n’y a pas 30% des Français qui veulent sortir de l’euro. Ils ne comprennent pas les questions monétaires. Les gilets jaunes ne pigent pas que sans un minimum de protectionnisme, leur niveau de vie ne pourra pas remonter. »(à partir de 8 mn 30) Puis il répond à la question de l’opportunité d’un parti gilet jaune : « Il aura le même problème que celui de la France Insoumise ou du RN, s’il n’a pas dans son programme la sortie de l’euro, le président et son gouvernement resteront sans aucun pouvoir économique. » (à partir de 18mn 50).

      Et quand un gilet jaune pose une question pertinente, personne ne lui répond :

      ou le journaliste de BFM (propriétaire israélien) montre son vrai visage en défendant les intérêts mondialistes :


      Le 8 décembre 2018, rebelote. Et pour tricher un peu plus sur le nombre de manifestants, le gouvernement les bloque dans les gares ou stations de metro ou encore en les interpellant sans raison pour la moitié d’entre eux. Les masques contre les gaz leur furent confisqués. Estimation de la participation à 15h30 du syndicat France Police : 520.000 gilets jaunes partout en France métropolitaine. Mais pour le gouvernement, ils n’étaient que 35 000.

      Et pour mater les Français, des blindés légers aux couleurs européennes, équipés d’une réserve de liquide incapacitant.

      https://www.marianne.net/societe/gilets-jaunes-paris-police-arme-secrete
      Au soir de la journée de mobilisation du 8 décembre, selon le ministre de l’Intérieur, 1723 personnes ont été interpellées dans toute la France – dont 1082 à Paris – et 1380 ont été placées en garde à vue. Depuis le début du mouvement des gilets jaunes, mi-novembre, cela porte le nombre de personnes arrêtées à plus de 3300 et à 2354 les manifestants placés en garde à vue. Côté blessés, le bilan provisoire s’élève à 1052 personnes, dont 187 du côté forces de l’ordre. Rien que le 1er décembre à Paris, 7940 grenades lacrymogènes, 800 grenades « de désencerclement », 339 grenades assourdissantes GLI-F4 – les plus puissantes – et 776 cartouches de Lanceur de balle de défense (les ex-flashballs) de 40 mm (LBD 40) ont visé les manifestants, selon les autorités.

      Un autre danger plane sur les Français : l’instauration d’un régime d’exception avec l’armée au commande comme l’explique Youssef Hindi :

      D’où l’apparition de généraux tel que Pierre de Villiers lié au groupe américain Boston Consulting Group (BCG), le leader mondial du conseil en stratégie d’entreprise œuvrant essentiellement à celles américaines ! Ces traitrises ne sont pas des exceptions. Gérard Errera, ancien secrétaire général du Quai d’Orsay,est devenu président de Blackstone-France, un fonds d’investissements américain pour l’Europe. Jean-David Levitte (ancien conseiller diplomatique de Nicolas Sarkozy) et François Bujon de l’Estang (ancien ambassadeur de France à Washington) ont intégrés eux aussi des groupes américains. Tout s’achète et tout se vend, à condition d’y mettre le prix.

      Les 10 et 11 décembre se tint à Marrakech une réunion internationale destinée à ratifier le Pacte de l’Onu sur les migrations, avant d’être ratifié lors d’un vote au siège des Nations Unies à New York le 19 décembre. Plusieurs pays ont annoncé qu’ils n’enverraient aucun représentant : L’Italie, l’Autriche, la Bulgarie, la Hongrie, la Pologne, la République tchèque, la Slovaquie, l’Estonie, la Lettonie, la Suisse, l’Australie, Israël et la République dominicaine ont décidé de ne pas se rendre à Marrakech. Les Etats-Unis s’étaient retirés de l’élaboration du Pacte en décembre 2017. En France, Emmanuel Macron renonça à se rendre à Marrakech, en raison de la crise des Gilets Jaunes, mais il y envoya le secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères, Jean-Baptiste Lemoyne. En Belgique, le texte a provoqué une crise politique ; le Premier ministre Charles Michel a pris la tête d’un gouvernement minoritaire, après la démission des ministres nationalistes flamands de la coalition gouvernementale. Ce qu’André Sirois, avocat auprès de l’ONU et ex-conseiller juridique auprès de la Commission de l’immigration et du statut de réfugié pense de ce Pacte : « C’est un piège. »

      Car, lors de l’Assemblée générale de l’ONU, le pacte sera à nouveau discuté. Et un État membre pourra demander un vote. Pour ce vote, il faudra alors que deux tiers des pays de l’ONU l’approuvent pour qu’il soit appliqué à tous. Il en est ainsi lorsque des décisions sont prises à la majorité. A noter qu’un groupe de hauts généraux militaires français a accusé Emmanuel Macron d’avoir commis une « trahison » en signant le pacte migratoire de l’ONU.
      https://newspunch.com/french-army-macron-treason-un-migration-pact/

      Le 11 décembre 2018, Strasbourg subissait une tuerie sur son Marché de Noël faisant 3 morts, 8 blessés graves et 5 blessés légers. L’auteur, Chérif Chekatt, compte 67 antécédents judiciaires, dont 27 condamnations en France, en Allemagne et en Suisse pour des faits de droit commun.. Il était fiché S mais aussi inscrit depuis 2016, sur le registre pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste (FSPRT). Il y a environ 20 000 fichés FSPRT en France. Il devait être interpellé par les gendarmes le matin, dans le cadre d’une enquête de droit commun. Chérif Chekatt sera tué le 13 au soir par la police dans le quartier Neudorf de Strasbourg.

      Le terrorisme islamiste aurait parait-il rien à voir ni avec l’islam ni avec l’immigration !

      • Dhanu dit :

        On utilise l’écologie comme on utilise la Sécurité sociale pour piquer de l’argent aux Français sous de faux prétextes !

        1) Une partie des taxes sur le tabac, destinée à la Sécu, n’est pas reversée: 7,8 milliards.
        2) Une partie des taxes sur l’alcool, destinée à la Sécu, n’est pas reversée: 3,5 milliards.
        3) Une partie des primes d’assurances automobiles, destinées à la Sécu, n’est pas reversée 1,6 milliard.
        4) La taxe sur les industries polluantes, destinée à la Sécu, n’est pas reversée: 1,2 milliard.
        5) La part de TVA, destinée à la Sécu, n’est pas reversée : 2 milliards.
        6) Retard de paiement à la Sécu pour les contrats aidés : 2,1 milliards.
        7) Retard de paiement par les entreprises : 1,9 milliard.
        Total : 20,1 milliards d’Euros.
        Conclusion :
        Les prétendus 11 milliards de trou de la Sécu sont en fait un excédent de 9 milliards ! Et avec ces 9 milliards on pourrait aider les hôpitaux surendettés.

  20. Anne dit :

    Comment convaincre les jeunes conducteurs à ne pas envoyer de sms au volant? Les Responsible Young Drivers, en partenariat avec l’auto-école Bara, ont demandé à des jeunes d’envoyer des sms pendant leur cours d’auto-école.

  21. Gabi dit :

    Kraftwerk – Autobahn

    Kraftwerk – Radioactivity

    Ou concert organisé par Anton Maskeliade avec des klaxonnes des voitures :

  22. robert dit :

    Comment résoudre le problème du parking automobile :

  23. Engel dit :

    On en est à vouloir utiliser des drones pour cerner encore plus le Français et lui faire cracher ses dernières économies :

    Pourtant il y a des radars de chantier qui rapportent ! Exemple celui situé sur le périphérique Est de Toulouse, où les voitures ne doivent pas dépasser les 70 km/h sur une autoroute à 3 voies.

    • Ken dit :

      Les drones peuvent aussi servir de véhicules ! La capitale des Emirats arabes unis s’est attachée les services d’une entreprise chinoise, EHang, pour développer un véhicule aérien autonome capable de transporter une personne. Le véhicule peut se déplacer d’un point à un autre à 300 mètres du sol et à une vitesse de 100 km/h selon un parcours déjà programmé, a expliqué la RTA. Le passager n’a qu’à sélectionner sa destination pour que le véhicule décolle, et vole jusqu’à l’endroit choisi. Un centre de contrôle au sol permettra de coordonner les mouvements de l’appareil. Doté de moteurs électriques, l’appareil, capable de transporter une personne, peut se recharger en deux heures pour une autonomie de vol de près de 30 minutes.

      La voiture du futur volera aussi :

  24. Luc dit :

    Une voiture « tout terrain » ne craignant pas de rouler sur des lacs gelés :

  25. Tom dit :

    Une course d’Indycars sur le mythique Golden Gate de San Francisco : film à 360°

  26. Ahmed dit :

    Au niveau vol, la grande tendance de ces dernières années est au « sans effraction ». Comprenez ouvrir votre voiture et la refermer sans que vous ne soupçonniez la moindre intrusion. On brouille les émissions radio de votre télécommande de voiture.

    Ce petit boitier, made in China, est en vente libre à un prix ultra attractif: une soixantaine d’euros ! Le principe de fonctionnement est simple : vous fermez votre voiture tandis que le voleur appuie simultanément sur sa télécommande… et hop ! Plus rien ne se passe. Les portes ne se ferment plus. D’où l’intérêt de vérifier à la main le bon verrouillage des portières. 8 voitures sur 10 se font piéger lors de tests.

  27. Patrick dit :

    Un carrefour en Ethiopie (Addis Abeba) :

    En Argentine, Samsung a trouvé une astuce pour éviter les accidents qui se produisent en doublant un semi-remorque :
    http://www.lci.fr/high-tech/safety-truck-le-camion-transparent-de-samsung-qui-vous-dit-quand-doubler-1503330.html

    En Chine, on a misé sur un bus enjambant la rue des villes. 26 millions de dollars furent levés auprès de 200 investisseurs. Un prototype avait même parcouru 300 mètres dans une rue de la ville de Qinhuangdao, au nord-est de la Chine. Mais déjà à l’époque, plusieurs voix s’étaient élevées pour critiquer ce projet un peu surréaliste. « Trop haut pour passer sous les ponts », trop bas pour que certains véhicules puissent passer dessous ou encore pas adapté aux voiries et aux carrefours… Il s’est finalement avéré que ce n’était que l’une des nombreuses opérations publicitaires visant à attirer des investisseurs chinois crédules, en leur promettant un rendement attractif de 12 %. …
    https://fr.news.yahoo.com/chine-bus-anti-bouchons-%C3%A9tait-escroquerie-093346445.html

    Les villes chinoises ont besoin de nouveaux modes de transport. Son énorme croissance entraîne des bouchons gigantesques, à l’image de celui-ci, en 2015, à la sortie de Pékin (provoqué par un contrôle routier) :

  28. Luc dit :

    Quand une pilote professionnelle décide d’effrayer des moniteurs d’auto-école :

  29. Engel dit :

    Les dos d’ânes, coussins berlinois, ralentisseurs se multiplient en France. Leurs installations ont un coût de 2 000 à 10 000 € et ne devraient pas dépasser les 10 cm de hauteur. Mais voilà, ils sont nombreux à ne pas être conformes et peuvent être deux fois plus hauts. Pour les ambulances (quand un soignant est obligé de faire une perfusion ou un massage cardiaque à un malade), les camions de pompiers, certaines voitures de sport qui ne passent pas , les chauffeurs de bus (ils peuvent subir en une journée plus de 250 dos d’ânes, ce qui n’arrange pas leur colonne vertébrale) et les motards (en cas de peu de visibilité et d’usure des marques, ils décollent) cela pose un problème.

  30. Benoit dit :

    Le tout électrique est-il une folie environnementale et géopolitique (étant donné les origines des métaux et terres rares) ?

    Ne devrait-on pas plutôt pousser un peu plus les études sur les moteurs dopés à l’eau ?

    Comme l’a fait le constructeur BMW avec sa M4 GTS à induction d’eau.

    En attendant, l’Union Européenne cherche à harmoniser les dénominations des carburants. Adieux « diesel », « gazole » et « sans-plomb 95 ». Dès le 12 octobre 2018, ces dénominations, connues de tous, vont disparaître pour laisser place à une nouvelle signalétique de formes, de chiffres et de lettres. Les 28 membres actuels de l’UE ainsi que l’Islande, le Liechtenstein, la Norvège, la Macédoine, la Serbie, la Suisse et la Turquie sont concernés par ce changement.

    L’essence sera signalée par un « E » en forme ovale et le diesel par un « B » dans une forme carrée. Les chiffres indiqueront le taux de biocarburant tel que le « Sans-plomb 95-E10 », deviendra « E10 » et les « Sans-plomb 95 et 98 » sont tout les deux nommés par un « E5 ».

    Pour le gazole, il sera indiqué par un « B7 » et bientôt rejoint par un « B10 » pour le diesel avec 10 % de biodiesel. Il y a aussi le « XTL » qui désigne les futurs carburants diesels synthétiques.

    Pour les carburants en forme de gaz, un losange agrémenté d’un « H2 » indiquera l’hydrogène, « CNG » pour le gaz naturel comprimé, « LPG » pour le gaz de pétrole liquéfié et « LNG » pour le gaz naturel liquéfié.

  31. Eloïse dit :

    Depuis sa création en 2015, la start-up française Stanley Robotics s’est fait connaître par son projet de robot voiturier. Baptisé Stan, cet automate entend optimiser le stationnement des véhicules sur les parkings de manière encore inédite.

    L’entreprise est née à Paris en 2015 par la volonté conjointe de Clément Boussard, Aurélien Cord et Stéphane Evanno. Ces trois entrepreneurs ont conçu un service autonome facilitant le stationnement des véhicules sur un parking. Il est aujourd’hui en mesure de stocker 50 % de véhicules en plus en moyenne sur une aire de stationnement donnée. Les conducteurs garent leur voiture dans un box dédié à l’entrée du parking, et le robot se charge ensuite de la déplacer à l’emplacement adéquat.

    Mais plus tard, il est prévu que c’est la voiture qui sera un robot, comme par exemple ce modèle Renault, la EZ-GO :

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s